Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le pari du tracteur

 | 
Philippe Tersiguel

Préface

Jean-Pierre Raison

Texte intégral

1Je suis peu familier des préfaces : les bons ouvrages ont-ils besoin d’être présentés ? Et le label de la collection « À travers champs », qui a bien voulu accueillir le travail de Philippe Tersiguel, n’est-il pas, à soi seul, une garantie de qualité ? Mais pourquoi toujours bouder le plaisir de louer ce que l’on a apprécié ? Pourquoi surtout manquer une occasion de souligner quelques points que la modestie de l'auteur, le ton mesuré de son propos pourraient laisser un peu dans l’ombre ?

2Je voudrais d’emblée insister sur un point qui transparaît à peine dans ce livre. Cette recherche de haute qualité est l’œuvre d’un enseignant-coopérant qui, tout en accomplissant la totalité des devoirs de sa charge, a pris sur ses temps de congé, ses loisirs, son salaire pour réaliser un travail qui, par la méthode, la rigueur des enquêtes, le suivi des exploitations sur plus d’une année, supposerait en bonne logique une situation de chercheur à plein temps. Il a d’ailleurs fallu la compréhension du chef de la mission française de Coopération à Ouagadougou pour que Philippe Tersiguel bénéficie par dérogation d’une prolongation de temps de séjour, qui lui a permis d’achever sa recherche, pour qu’une mesure destinée à éviter l’embourgeoisement dans des « colonies de vacances » souvent brocardées soit appliquée avec discernement et ne brise pas, comme il arrive hélas, l’élan de qui a voulu être pleinement enseignant-chercheur et coopérant. Boho-Kari a été le terrain d’une thèse, ce « chef-d’œuvre » personnel, mais ce fut aussi un lieu de formation pour de nombreux étudiants burkinabé, une pépinière de futurs chercheurs pour une université de Ouagadougou dont la qualité ne cesse de se confirmer.

3De tels mérites ne sont pas minces, mais ils comptent sans doute moins que des résultats scientifiques à mon sens fort importants. Ceci peut tenir du paradoxe : ne s’agit-il pas, en effet, d’une approche et de thèmes déjà largement explorés ? Le travail de Philippe Tersiguel se présente comme une monographie de terroir très classique, qui ne tranche sur tant d’autres déjà consacrées au Burkina Faso que par une moindre attention à l’approche cartographique, un plus grand souci de la micro-économie rurale et des itinéraires techniques, où transparaît la formation initiale, agronomique, de l’auteur. Il s’agit, d’autre part, d’une contribution de plus à l’étude de l’expansion combinée du coton et du maïs, de l’adoption de la culture à traction animale, réussites majeures du « développement agricole » en Afrique, qui font sans doute des régions soudaniennes d’Afrique, et particulièrement d’Afrique de l’Ouest, les plus réellement « modernisées » du continent.

4On trouvera là, parfaitement présentée, une nouvelle confirmation de la capacité des paysans africains, de leur ouverture d’esprit, de leur lucidité dans les choix stratégiques, pour peu que leur soit accordé ce qui fut partout nécessaire au développement agricole : des techniques fiables, des prix garantis au moins sur l’année, une fourniture régulière d’intrants, l’accès à un crédit non usuraire. On trouvera, de même, confirmation du caractère complémentaire et non antagoniste du couple « culture d’exportation-cultures vivrières », ici le coton et le maïs, tous deux faisant l'objet de commerce comme ailleurs le cacao et l’igname, pour peu que les « développeurs » sachent laisser agir les agriculteurs comme des exploitants, sans les réduire au rôle de fournisseurs plus ou moins contraints de « produits de traite ». On trouvera ici enfin un jalon de plus dans l’étude diachronique des terroirs bwa, parmi les mieux étudiés d’Afrique francophone, avec notamment les travaux de G. Savonnet, J. Capron et M. Benoît.

5Tout ceci situe le livre de Philippe Tersiguel dans une continuité, dans une cohérence, et risquerait d’estomper l’originalité de son propos : sous une forme classique, perce en effet, à mon sens, une analyse originale, qui devrait faire école. Première originalité : Boho-Kari est un terroir atypique, « non représentatif ». J’avoue avoir moi-même une prédilection pour ces cas-limites où l’analyse peut se concentrer sur l’essentiel, débarrassée des scories de la « situation moyenne », des brumes de la banalité ; mais, tout directeur de thèse que j’aie été, je ne suis pour rien dans ce choix : heureuse rencontre, Boho-Kari me fut un jour livré, déjà choisi, par Philippe Tersiguel. Ce terroir bwa a échappé (comment ? on ne sait...) au « rouleau compresseur » mossi. En eût-il été autrement que l’analyse aurait été infléchie dans un tout autre sens : les problèmes de contrôle foncier, les stratégies migratoires, les rapports de pouvoir, qui font l’objet d’autres études de qualité, auraient primé sur ce qui est l’objet majeur de ce travail, à savoir les relations des Bwa et de Peuls qui leur sont quasi symbiotiques, avec un espace non encore saturé, qu’ils peuvent valoriser par une variété de techniques, sans souci primordial de stratégies foncières, en calculant selon leurs disponibilités en main-d’œuvre et en capital.

6Dans l’Ouest burkinabé, d’autre part, la Sodefitex, chargée de promouvoir la culture cotonnière, ayant entrepris une opération d’introduction de la « motorisation intermédiaire », avec des tracteurs légers, et Boho-Kari comptant un nombre somme toute élevé de « tractoristes » (près de 10 % des exploitants), cependant qu’à l’autre extrême près de 40 % des agriculteurs ne possédaient pas de charrue, il était possible d’étudier les stratégies et les résultats de trois grands types d’exploitations, dites « manuelles », « mécanisées » (quand elles possèdent une charrue attelée) et « motorisées », pratiquant à peu de chose près les mêmes cultures et bénéficiant du même encadrement technique, avec une variable supplémentaire, l’appartenance ethnique, importante en ce qu’elle détermine, plus que les genres de vie, les conditions d’accès à la terre et à la main-d’œuvre.

7À vrai dire, et l’auteur l’exprime fort bien, l’une des trois grandes catégories, l’agriculture dite manuelle, est « impure », composite. Il n’y a plus à Boho-Kari d’agriculture purement manuelle ; nul n’ouvre plus son champ à la houe ; tous, pour ce faire, recourent à la charrue, voire au tracteur, d’un autre villageois. L’opposition réelle n’est pas essentiellement technique mais sociale et économique ; elle est entre ceux qui possèdent un instrument de labour moderne, épargnant du travail, et qui, donc, sont relativement maîtres de leur calendrier, et ceux dont, au contraire, les champs seront labourés plus tard, avec tous les risques que cela comporte : en position d’obligés, ils devront compenser le service rendu par les détenteurs de charrue, au détriment de la bonne conduite de leurs propres cultures, sous forme de cette valeur qui est pour tous encore la plus rare, le travail humain. Parmi ces obligés de surcroît (le terme de « client » serait sans doute encore excessif), deux sous-groupes se distinguent : d’une part, des anciens qui, par maladresse ou par malchance, ne bénéficient pas de l’appui de leurs descendants et qui achèvent leur vie sans perspectives, victimes bien moins de leur fidélité aux « coutumes » que de leur incapacité à assumer physiquement et financièrement la novation ; d’autre part, des jeunes, « libérés » des entraves parentales et qui, pour peu que nul accident (maladie, décès, migration) ne vienne limiter leur force de travail, peuvent légitimement espérer gagner à la sueur de leur front le statut de propriétaire de charrue. Crépuscule pour les uns, aube possible pour les autres : les deux extrémités d’une trajectoire paraissent se rejoindre dans un ensemble hétérogène.

8Les différences, assurément, sont marquées entre les trois types d’exploitations. Elles ne sont toutefois ni de l’ampleur ni de la nature qu’on pourrait attendre. Ce n’est pas pour l’essentiel, en effet, dans l’extension des superficies cultivées que se manifeste la principale différence. Certes, les exploitations motorisées sont plus vastes que les exploitations mécanisées, qui sont elles-mêmes plus grandes que les exploitations dites manuelles, mais c’est la superficie cultivée par actif qui doit être prise en considération. Or, de ce point de vue, les différences s’estompent puisque l’augmentation de superficie n’est que de 50 % en culture à traction animale par rapport aux exploitants qui n’ont pas de charme et qu’elle n’est que de 160 % pour ceux qui disposent d’un tracteur. Encore pourrait-on s’étonner de cette différence puisque les exploitants sans charme font labourer leurs champs : la limitation de la superficie qu’ils cultivent tient pour une part au manque de ressources pour payer les façons, mais plus encore, sans doute, au retard des labours qui rend les sarclages plus difficiles. Pour les autres, le gain de productivité dans le travail du sol ne fait guère que déplacer les goulets d’étranglement, qui se situent au sarclage (bien que l’usage des désherbants soit une parade efficace) et surtout à la récolte, où nul instrument ne vient aider les travailleurs.

9Si les exploitations les mieux équipées sont de loin les plus étendues, atteignant les 25 hectares, c’est principalement parce qu’elles disposent d’une force de travail plus abondante : on compte 3,1 actifs en moyenne dans les cas de culture manuelle, 8,4 en culture à traction animale et 11,8 en culture motorisée. Ceci illustre bien un point essentiel : à Boho-Kari, comme ailleurs en Afrique, c’est au bout du compte le travail qui reste le facteur le plus rare ; c’est le contrôle de la main-d’œuvre qui est l’élément essentiel du succès et en même temps sa marque. Les rapports entre ces deux éléments sont en effet dialectiques : qui peut s’équiper conserve une main-d’œuvre consciente de pouvoir être mieux rémunérée dans une exploitation efficace ; qui dispose de main-d’œuvre offre une « surface » sociale et économique suffisante pour obtenir des crédits d'équipement. Cet accroissement des gains ne va pas sans peine : les exploitations les mieux équipées sont aussi celles où les actifs travaillent le plus. Ceci est particulièrement vrai en culture à traction animale, où les soins apportés au cheptel de trait sont une forte charge supplémentaire, mais le fait se vérifie presque autant dans les exploitations qui possèdent un tracteur, et ici particulièrement, chose frappante, c’est la part du travail agricole féminin qui augmente le plus. La préparation des champs est surtout tâche masculine ; or c’est elle qui est la plus sensiblement réduite ; la récolte est une charge croissante et les femmes y participent. Qui plus est, le transport des produits est de plus en plus accaparant : on sait qu’une exploitation agricole est d’abord une entreprise de transport. Or il est frappant de noter que le tracteur n’est guère utilisé en ce domaine : tout se passe comme si les exploitants cherchaient à ménager leurs engins, conscients de disposer encore d’une main-d’œuvre féminine bon marché pour transporter les produits. La libération de la femme n’est guère à l’ordre du jour, quoique la force des moteurs soit de plus en plus utilisée pour moudre le grain.

10Entre les différents types d’exploitations, les différences les plus marquantes ne sont donc pas dans les dimensions, dans l’expansion des surfaces par tête, mais dans les rendements, liés à un travail accru et surtout mieux réglé. Or, en ce domaine, le fait le plus remarquable est une différenciation des exploitations en matière de cultures vivrières. Le coton harmonise ; les vivres différencient. Ceci, qui peut étonner, est en réalité logique : quoique, comme partout ailleurs en Afrique, les responsables de la production cotonnière aient pris intérêt aux cultures vivrières, et surtout au maïs, bon complément dans une rotation et valorisant les arrière-effets de l’engrais, c’est néanmoins sur le coton que porte la vulgarisation la plus suivie ; c’est pour lui principalement qu’on veille à la fourniture d’intrants et à leur usage. Des pratiques identiques sont une garantie de succès pour tous, en limitant, notamment, les risques d’attaque par les insectes. Certes, les exploitations les mieux équipées ont des rendements cotonniers supérieurs, mais l’équipement n’en est que partiellement la cause (dans la mesure où il permet des semis précoces) : il faut en effet prendre en compte le fait que les crédits d’équipement vont principalement à ceux qui, en culture manuelle ou à traction animale, ont déjà obtenu les meilleurs résultats. Pour ce qui est du coton, le tracteur permet de cultiver une superficie plus vaste plutôt que d’accroître la production à l’hectare, qui ne progresse que de 50 % en moyenne, pour la culture motorisée, par rapport à la culture manuelle.

11En revanche, en ce qui concerne le maïs, l’introduction de la culture motorisée a provoqué un véritable bouleversement, avec un très spectaculaire accroissement des rendements (3,3 tonnes en culture motorisée contre 2 tonnes en culture à traction animale, à peine plus d’une tonne en culture manuelle). Les causes n’en sont pas encore très clairement élucidées ; sans doute, ici aussi, un meilleur calendrier de semis, une plus grande maîtrise du temps sont-ils des facteurs d’importance ; des ressources plus considérables permettent d’autre part d’acheter des produits chimiques, facilitant la lutte contre l’herbe. Mais, très probablement, le point essentiel est une amélioration du travail du sol, assurant un meilleur lit de semences. Quoi qu’il en soit, les résultats sont spectaculaires : gros producteurs de coton, les « tractoristes » sont tout autant, voire davantage, gros vendeurs de maïs sur les marchés. Pour eux, plus encore que pour les autres, la culture d’exportation a favorisé la culture vivrière commercialisée. Le coton, en autorisant le crédit, puisque l'unique acheteur est presque sûr de rentrer dans ses fonds, a permis l’expansion de ce qui, selon les normes burkinabé, commence à ressembler à une « grande culture » céréalière.

12Cette mutation se traduit dans les résultats financiers. Boho-Kari illustre admirablement le fait que, ici comme ailleurs, le « développement » agricole est générateur d’inégalités. De la plus pauvre à la plus riche des exploitations du village, la différence de revenu net est de 1 à 17 ; certes, la différence est moins marquée si l’on considère le revenu par actif, puisque les exploitations les plus riches sont aussi les plus peuplées, mais l’écart est encore de 1 à 4, de 38 000 à 160 000 F CFA (avant dévaluation). Les deux types d’écart sont à prendre en compte : le second situe le niveau de vie potentiel, fort contrasté, mais le premier, plus grand, est sans doute de plus de poids, car il définit la capacité d’investissement, donc de progression, dans la mesure du moins où les chefs d’exploitation aisés parviennent à consacrer une bonne part du revenu aux fins d’équipement. Entreprise délicate car il leur faut, pour conserver leur main-d’œuvre, lui donner des satisfactions matérielles. Il semble bien que nombre d’entre eux y parviennent, et on voit bien dans quel sens va leur effort. Une fois acquis l’ensemble du train de culture nécessaire, une part de l’épargne est investie en bovins, mais on vise d’autre part, à court terme, l’extension des activités sur un segment plus large de la filière : on stocke du grain pour en revendre en temps de soudure ; on envisage l’achat de véhicules pour aller commercialiser ses produits au loin. Les plus performants des producteurs savent bien que dans le commerce les bénéfices sont plus élevés que dans la production : d’ores et déjà, pour eux, les mauvaises années climatiques sont celles des plus gros bénéfices, d’autant qu’un meilleur équipement, et notamment l’usage du tracteur, assure une plus grande sécurité des rendements.

  • 1 J.Y. Jamin. De la norme à la diversité. L'intensification rizicole face à la diversité paysanne da (...)

13Il semble donc qu'apparaisse ici l’avant-garde de ce qui pourrait devenir un groupe d’exploitants-entrepreneurs : à partir d’un système de modernisation très normatif à l’origine (homogénéité relative des surfaces cultivées en coton, schémas techniques identiques, marché monopolistique) se dessinent de très fortes différenciations qui pourraient vite s’accentuer. Alors que, actuellement, se multiplient les publications sur les entrepreneurs en Afrique, je suis frappé par la grande négligence dont elles témoignent à l’égard du monde agricole : c’est à peine si l’on évoque quelques exemples déjà classiques, comme les propriétaires de cattle posts du Botswana ou, plus rarement, les « grands planteurs » de Côte-d’Ivoire ; nulle attention, ou presque, à l’égard du monde sahélien et soudanien où pourtant ce phénomène est manifeste : le travail de Philippe Tersiguel est une des premières études précises sur cette question, suivi de peu par l’excellente thèse de Jean-Yves Jamin sur l’Office du Niger, encore inédite1.

14Dans les rares exemples dont on dispose encore, la catégorie des entrepreneurs agriculteurs apparaît souvent comme un groupe de transition, intermédiaire entre la ville, ou en tout cas le monde moderne, et la campagne : fonctionnaires ou hommes politiques investissant dans la terre, comme en Côte-d’Ivoire, cadres techniques débauchés à la suite de programmes d’ajustement structurel comme à l’Office du Niger, chefs favorisés par le pouvoir politique comme au Botswana, commerçants, voire anciens combattants ; tous hommes qui ont un pied à la ville, l’autre à la campagne, et qui disposent de ressources autres que celles de l'agriculture. Ici rien de tel, en apparence : les nouveaux entrepreneurs sont hommes du terroir et sont, dans une large mesure, ceux qui ont su le mieux préserver les structures sociales bwa pour les utiliser à de nouvelles fins productives. Les « tractoristes » ont été sélectionnés sur des critères qu’il est intéressant de rappeler : bonne maîtrise de la culture à traction animale pour la production de coton, garanties en capital (c’est-à-dire essentiellement en bovins), main-d’œuvre abondante (dix à douze actifs). Il ne s’agit certes plus des chefs de très grandes maisonnées, caractéristiques du pays bwa ancien, mais de leurs descendants les plus proches de la « tradition », de ceux qui ont su de diverses façons, mais sans doute essentiellement par leur capacité technique, leur prestige personnel et la finesse de leur jeu social, garder auprès d’eux à tout le moins leurs enfants actifs et qui organisent aujourd’hui le travail d’une façon qui transpose, avec de nouveaux outils, pour de nouvelles pratiques, les usages des temps anciens. On trouve souvent comme jadis un chef des cultures, pris dans la génération des fils, voire un chef des greniers ; le tractoriste est un jeune, mais il est sévèrement contrôlé, sanctionné ou remplacé en cas d’incartade ou d'imprudence. La modernisation ne fait pas table rase des usages sociaux : elle les conserve en les infléchissant ; le respect de la coutume apparaît ici comme un facteur de progrès.

15Celui-ci est-il pourtant assuré ? Et pour qui ? Le bilan que dresse Philippe Tersiguel est, dans l’ensemble, tout à fait positif. Il ne manque pas, toutefois, de relever certains risques. Le premier, à son sens, résulte de la simplification extrême du système de culture : coton et maïs ne laissent qu’une place minime au sorgho, qui pourrait disparaître si la consommation de « dolo » n’en maintenait l’usage ; les cultures secondaires sont réduites à la portion congrue. On sait les avantages du maïs, dont la récolte est achevée quand il faut cueillir le coton, dont les variétés sélectionnées répondent bien à l’engrais, à la différence du sorgho, encore très insuffisamment sélectionné. Que se passerait-il en cas de grave crise phytosanitaire (la sécheresse est moins à craindre, car il existe maintenant des variétés de maïs très résistantes) ? Ce sur quoi, à juste titre, l’auteur insiste davantage, c’est sur le problème du maintien de la fertilité des sols. Le terroir de Boho-Kari est aujourd’hui profondément transformé. Ici, comme partout en pays bwa, a disparu l'auréole de cultures continues sous parc ; les parcelles se disposent en grands blocs de champs rectangulaires dont la remarquable géométrie et les dimensions assez constantes, autour d’un hectare, traduisent à la fois l’usage de la charrue et les suggestions de l'encadrement technique ; une partie importante de la végétation arborée disparaît. On ne saurait encore parler de totale fixation de l’agriculture, car la terre n’est pas encore rare (en ceci Boho-Kari est particulièrement favorisé) : les blocs de champs effectuent encore un mouvement circulaire autour du terroir, mais le rythme du mouvement se ralentit moins par manque d’espace que par souci de rentabiliser l’aménagement foncier, et notamment l’arrachage des souches. Or l’engrais ne suffit pas, à terme, au maintien de la fertilité, et l’acidification des sols serait un risque réel. Les essais de fertilisation au fumier, avec l’originale technique des parcs de saison sèche, ne sont pas concluants : la paille de sorgho fait défaut ; le cheptel n’est pas assez abondant et ne peut le devenir, faute de trouver à bien se nourrir sur le terroir. La pratique des cultures fourragères n’est pas à court terme envisageable.

16L’introduction des tracteurs sur le terroir, pari apparemment réussi, si l’on en juge par les résultats économiques obtenus, par l’ampleur de la production vivrière, n’est-elle pas à plus long terme une impasse ? La motorisation a provoqué un accroissement de la superficie cultivée ; plus que la culture à traction animale elle pousse à la stabilisation des champs sans donner les moyens d’assurer le maintien de la fertilité. Or, somme toute, ses résultats ne sont guère supérieurs, en termes de revenus, à ceux de la culture à traction animale, plus favorable à la production de fumier ; les risques encourus par les possesseurs de tracteur sont plus grands car le niveau élevé de leurs charges les contraint à de hauts rendements. En termes mesurés, Philippe Tersiguel conclut à la supériorité de la culture à traction animale, et la dévaluation du franc CFA, donc l'augmentation du prix des matériels et des intrants, pourrait lui fournir un argument supplémentaire.

  • 2 Mémoire de DEA de Mathieu Ducrocq, université de Paris X, 1994.

17Oserais-je, pourtant, être plus « moderniste » que mon cadet ? S’il est un point sur lequel je prendrais quelque distance avec son propos, c’est bien celui-ci : il me semble que les données qu’il fournit permettent, en effet, de tenir un raisonnement différent. Les tracteurs n’ont, on l’a vu, provoqué qu’un accroissement modéré de la superficie cultivée par actif ; la qualité et la rapidité du travail qu’ils permettent d’effectuer sont, apparemment, une bonne garantie contre les risques climatiques. Condamnés à de bons rendements (mars ceci est vrai de tous les paysans résolument engagés dans la modernisation), les propriétaires de tracteur sont aussi plus assurés que les autres d’y parvenir. Leur capacité à produire de fortes quantités de céréales est sans nul doute positive à l’échelle régionale, sinon nationale. Rien n’indique, d’autre part, que la fertilisation au fumier soit mieux assurée par ceux qui pratiquent la culture à traction animale : ils ne possèdent pas plus de bœufs que les « tractoristes » et le problème de la nourriture du bétail se pose à tous dans les mêmes termes. Il est possible que le « pari du tracteur » soit perdu pour des raisons plus conjoncturelles : la Sofitex (Société burkinabé des fibres textiles) a renoncé à poursuivre l’opération et la dévaluation du franc CFA peut décourager les propriétaires d’engins. Ce n’est pas une certitude : des études récentes montrent que, dans la périphérie de Bamako, les tractoristes travaillant à façon ont remarquablement réussi à « serrer » leurs coûts de travail après la dévaluation2. Il est en tout cas heureux, à mon sens, que l’expérience ait été tentée : elle aura à tout le moins montré la capacité d’agriculteurs africains à maîtriser en peu de temps l’usage d’un matériel moderne. Pourquoi systématiquement les en priver ? Si risque il y a, il est plutôt d’un autre ordre : est-il pertinent de consacrer temps d'encadrement et crédits à favoriser un groupe minoritaire ? Si le développement ne va pas sans développement des inégalités, il faut veiller à les tempérer, alors que le tracteur, au contraire, tend à les exacerber. Modestes « koulaks » pourtant, en vérité, voici des exploitants qui, avec une nombreuse famille il est vrai, parviennent à tenir correctement des exploitations d’une taille comparable à la petite exploitation de référence en France (environ 25 ha), qui font preuve d’un grand savoir-faire, qui travaillent très dur, et leurs femmes plus encore, pour gagner en moyenne, à la fin des années quatre-vingt, l’équivalent de 3 200 FF par actif et par an. Modeste aisance dans l’absolu, mais, il est vrai, considérable selon les normes du Burkina Faso. A ce point, le citoyen d’un pays riche que je suis n’aura pas l'impudeur de trancher. Nous voici en tout cas, par la grâce d’une étude minutieusement et intelligemment conduite, bien au-delà des perspectives limitées d’un modeste terroir : le mérite du travail de Philippe Tersiguel n’est pas seulement dans la précision des données qu’il nous livre ; il est aussi dans l’ampleur des questions qu’il incite à poser.

Notes

1 J.Y. Jamin. De la norme à la diversité. L'intensification rizicole face à la diversité paysanne dans les périmètres irrigués de l’Office du Niger. Montpellier, CIRAD-SAR, 1994, 256 p. multigr. + annexes.

2 Mémoire de DEA de Mathieu Ducrocq, université de Paris X, 1994.

Auteur

Université de Paris X-Nanterre

© IRD Éditions, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540