Version classiqueVersion mobile

Sous l’empire du cacao

 | 
Christian Santoir

Cartes

Texte intégral

Carte 1. Yemesoa : les terroirs de Nkolngégé et Bilig Bitom.

Carte 1. Yemesoa : les terroirs de Nkolngégé et Bilig Bitom.

Carte 2. Yemesoa (1972) : la charge humaine

Carte 2. Yemesoa (1972) : la charge humaine

Carte 3. Yemesoa (1972) : la répartition coutumière des terres

Carte 3. Yemesoa (1972) : la répartition coutumière des terres
  • * Champs cultivés

Carte 4. Alen-Zalengañ (1985) : la répartition coutumière des terres*

Carte 4. Alen-Zalengañ (1985) : la répartition coutumière des terres*

La répartition des terres entre les lignages est très inégale, du fait, notamment, du regroupement de la population au bord de la route, lors de la période coloniale.
Zalengan ne dispose que de très peu de terre, son domaine foncier se situe beaucoup plus à l'est. La partie du terroir partagée entre Alen et Zalengan est située sur l'interfluve entre les rivières Tase et Mvono. Le reste appartient, à l'ouest, aux Ebianga Nsimi, à l'est, aux Akamba Edomba et Mbala Emana.
Comme il est coutume, les Beloa Maka occupent les extrémités du terroir, sur la rivière Kumu, et au sud, ils sont installés face au village de Zuameyong.
Mais leur présence à Alen et Yaoundé est récente.

Carte 5. Yemesoa (1972) : le manque de terre

Carte 5. Yemesoa (1972) : le manque de terre

Carte 6. Yemesoa (1972) : la superficie cultivée par personne (cultures vivrières)

Carte 6. Yemesoa (1972) : la superficie cultivée par personne (cultures vivrières)

Carte 7. Yemesoa (1972) : les cultures vivrières

Carte 7. Yemesoa (1972) : les cultures vivrières

Carte 8. Alen-Zalengañ (1972) : les cultures vivrières

Carte 8. Alen-Zalengañ (1972) : les cultures vivrières

Les champs vivriers sont installés dans plusieurs clairières ouvertes dans la forêt, dont celle d'Atong présente une concentration remarquable de parcelles. L'éloignement des champs permet de les protéger des divagations des animaux domestiques, laissés en liberté. Leur regroupement facilite la surveillance contre les animaux sauvages. Les champs des différentes saisons culturales sont jointifs, les défrichements pratiqués dans tous les sens agrandissant progressivement l'auréole des cultures.
Présence de quelques rizières dans les bas - fonds.

Carte 9. Alen-Zalengañ (1972) : les plantations

Carte 9. Alen-Zalengañ (1972) : les plantations

Le cacao prédomine, mais le café est encore présent, mêlé aux cacaoyers ou en culture pure. Les plantations ont accaparé les abords immédiats de la route et sont au contact des habitations.
Mais elles occupent aussi d'anciens champs vivriers, en forêt, malgré la distance.

Carte 10. Yemesoa (1985) : la charge humaine

Carte 10. Yemesoa (1985) : la charge humaine

Carte 11. Yemesoa (1985) : les jachères

Carte 11. Yemesoa (1985) : les jachères

Carte 12. Yemesoa (1985) : le manque de terre

Carte 12. Yemesoa (1985) : le manque de terre

Carte 13. Yemesoa (1985) : les plantations de cacao

Carte 13. Yemesoa (1985) : les plantations de cacao

Carte 14. Yemesoa (1985) : âge de la cacaoyère

Carte 14. Yemesoa (1985) : âge de la cacaoyère

Carte 15. Alen-Zalengañ (1985) : les plantations

Carte 15. Alen-Zalengañ (1985) : les plantations

Les anciennes plantations mixtes cacao-café sont en train de disparaître.
Des cacaoyères situées en bordure de la route ne sont plus exploitées.
Les plantations s'éloignent désormais du village et occupent d'anciens champs vers Nkolebom et Minkan. Les grandes cacaoyères de Yaoundé appartiennent presque entièrement à une seule exploitation.

Carte 16. Alen-Zalengan (1985) : l'âge des plantations

Carte 16. Alen-Zalengan (1985) : l'âge des plantations

Les plus anciennes plantations sont créées en forêt, puis au bord de la route, jusqu'à la fin des années cinquante. L'espace situé derrière les habitations étant entièrement occupé, les plantations s'éloignent pour occuper les champs ouverts dans les anciennes jachères. L'extension des superficies est surtout remarquable dans les quinze dernières années, dans un terroir faiblement peuplé.
Le cacao est toujours la principale spéculation des paysans.

Carte 17. Yemesoa (1985) : la superficie cultivée par personne (cultures vivrières)

Carte 17. Yemesoa (1985) : la superficie cultivée par personne (cultures vivrières)

Carte 18. Yemesoa (1985) : les cultures vivrières

Carte 18. Yemesoa (1985) : les cultures vivrières

Carte 19. Alen-Zalengañ (1985) : les cultures vivrières

Carte 19. Alen-Zalengañ (1985) : les cultures vivrières

Les champs sont éparpillés de part et d'autre de la route, et plus proches du village qu'en 1972 ; ils sont sur des jachères récentes. Ces cultures, isolées au milieu des territoires fonciers, laissent deviner un affaiblissement des pratiques d'entraide collective et une individualisation consécutive des travaux agricoles.

Notes de fin

* Champs cultivés

Table des illustrations

Titre Carte 1. Yemesoa : les terroirs de Nkolngégé et Bilig Bitom.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15465/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 430k
Titre Carte 2. Yemesoa (1972) : la charge humaine
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15465/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 689k
Titre Carte 3. Yemesoa (1972) : la répartition coutumière des terres
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15465/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 665k
Titre Carte 4. Alen-Zalengañ (1985) : la répartition coutumière des terres*
Légende La répartition des terres entre les lignages est très inégale, du fait, notamment, du regroupement de la population au bord de la route, lors de la période coloniale.Zalengan ne dispose que de très peu de terre, son domaine foncier se situe beaucoup plus à l'est. La partie du terroir partagée entre Alen et Zalengan est située sur l'interfluve entre les rivières Tase et Mvono. Le reste appartient, à l'ouest, aux Ebianga Nsimi, à l'est, aux Akamba Edomba et Mbala Emana.Comme il est coutume, les Beloa Maka occupent les extrémités du terroir, sur la rivière Kumu, et au sud, ils sont installés face au village de Zuameyong.Mais leur présence à Alen et Yaoundé est récente.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15465/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 437k
Titre Carte 5. Yemesoa (1972) : le manque de terre
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15465/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 646k
Titre Carte 6. Yemesoa (1972) : la superficie cultivée par personne (cultures vivrières)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15465/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 698k
Titre Carte 7. Yemesoa (1972) : les cultures vivrières
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15465/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Carte 8. Alen-Zalengañ (1972) : les cultures vivrières
Légende Les champs vivriers sont installés dans plusieurs clairières ouvertes dans la forêt, dont celle d'Atong présente une concentration remarquable de parcelles. L'éloignement des champs permet de les protéger des divagations des animaux domestiques, laissés en liberté. Leur regroupement facilite la surveillance contre les animaux sauvages. Les champs des différentes saisons culturales sont jointifs, les défrichements pratiqués dans tous les sens agrandissant progressivement l'auréole des cultures.Présence de quelques rizières dans les bas - fonds.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15465/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Titre Carte 9. Alen-Zalengañ (1972) : les plantations
Légende Le cacao prédomine, mais le café est encore présent, mêlé aux cacaoyers ou en culture pure. Les plantations ont accaparé les abords immédiats de la route et sont au contact des habitations.Mais elles occupent aussi d'anciens champs vivriers, en forêt, malgré la distance.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15465/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
Titre Carte 10. Yemesoa (1985) : la charge humaine
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15465/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 653k
Titre Carte 11. Yemesoa (1985) : les jachères
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15465/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 718k
Titre Carte 12. Yemesoa (1985) : le manque de terre
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15465/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Titre Carte 13. Yemesoa (1985) : les plantations de cacao
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15465/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 526k
Titre Carte 14. Yemesoa (1985) : âge de la cacaoyère
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15465/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 495k
Titre Carte 15. Alen-Zalengañ (1985) : les plantations
Légende Les anciennes plantations mixtes cacao-café sont en train de disparaître.Des cacaoyères situées en bordure de la route ne sont plus exploitées.Les plantations s'éloignent désormais du village et occupent d'anciens champs vers Nkolebom et Minkan. Les grandes cacaoyères de Yaoundé appartiennent presque entièrement à une seule exploitation.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15465/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 393k
Titre Carte 16. Alen-Zalengan (1985) : l'âge des plantations
Légende Les plus anciennes plantations sont créées en forêt, puis au bord de la route, jusqu'à la fin des années cinquante. L'espace situé derrière les habitations étant entièrement occupé, les plantations s'éloignent pour occuper les champs ouverts dans les anciennes jachères. L'extension des superficies est surtout remarquable dans les quinze dernières années, dans un terroir faiblement peuplé.Le cacao est toujours la principale spéculation des paysans.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15465/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 401k
Titre Carte 17. Yemesoa (1985) : la superficie cultivée par personne (cultures vivrières)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15465/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Titre Carte 18. Yemesoa (1985) : les cultures vivrières
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15465/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 465k
Titre Carte 19. Alen-Zalengañ (1985) : les cultures vivrières
Légende Les champs sont éparpillés de part et d'autre de la route, et plus proches du village qu'en 1972 ; ils sont sur des jachères récentes. Ces cultures, isolées au milieu des territoires fonciers, laissent deviner un affaiblissement des pratiques d'entraide collective et une individualisation consécutive des travaux agricoles.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15465/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 369k

© IRD Éditions, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search