Version classiqueVersion mobile

Sous l’empire du cacao

 | 
Christian Santoir

Conclusion générale

Texte intégral

1Les deux exemples présentés ne sauraient à eux seuls illustrer tous les terroirs forestiers du Sud Cameroun et, par conséquent toute extrapolation serait hasardeuse. Il conviendrait de multiplier les études, tant les problèmes sont spécifiques ; les situations dépendent de faits apparemment secondaires, mais toujours déterminants en deuxième analyse (analyse faite généralement quand il est trop tard, c’est à dire quand les « choix de développement » ont déjà été pris...). Néanmoins, l’unité du « monde » béti est telle qu’on peut tirer de cette étude quelques enseignements utiles applicables à des zones plus vastes.

2Doit-on encore souligner l’importance du maintien des terroirs comme cadre de vie et de production de la majeure partie de la population du Sud Cameroun ? Malgré la persistance d’une économie de cueillette ou de subsistance, les terroirs assurent, en plus, une notable partie de l’approvisionnement vivrier de Yaoundé. Les villages de la province du Centre, avec 53 % des flux totaux dirigés vers Yaoundé, constituaient les principales sources de ravitaillement de la ville en produits vivriers « traditionnels (Baris et Zaslawski 1983).

3Cependant, les cultures vivrières rencontrent de nombreux problèmes. En dehors des problèmes techniques (maladies, mauvais stockage,...), il s’agit surtout d’une dégradation des pratiques anciennes qui ne peuvent plus être mises en œuvre du fait, notamment, de la dissociation sexuelle de plus en plus grande des tâches. Les hommes, absents ou accaparés par leurs plantations, laissent les femmes faire face, seules, aux multiples travaux agricoles. Dans ces conditions, les défrichements annuels ne sont pratiqués que dans des jachères récentes, plus aisées à défricher, c’est-à-dire sur des terres moins fertiles. La disparition du couvert arboré dans ces jachères, favorise l’arachide, plante de lumière, peu exigeante. Le manioc, qui peut rester plusieurs années en terre et qui demande peu de travail, devient aussi une plante privilégiée, aux dépens de l’igname notamment.

4En outre, la production actuelle n’est pas stimulée par un marché organisé et une politique des prix correspondante. Pourtant, les femmes sont confrontées à des besoins monétaires de plus en plus pressants, alors que leurs maris rapportent de moins en moins d’argent à la maison (les prix du cacao fluctuent, et le travail en ville est rare). L’amélioration du marché passe par une amélioration importante du réseau routier et la mise sur pied d’un mouvement coopératif comparable à celui existant pour le cacao. Le problème des débouchés pour les produits vivriers reste donc entier malgré la forte demande de l’énorme marché de Yaoundé, tout proche.

5C’est en grande partie pour cette raison que les hommes ne se sont pas mis aux cultures vivrières, ni aux maraîchage, malgré les grandes espérances des années soixante-dix (J. Weber 1977).

6Plus que de vivres, les terroirs sont producteurs de cacao et, très secondairement, de café. La politique actuelle entreprise par la Sodecao demande beaucoup d’efforts financiers (encadrement rapproché, distribution de plants améliorés...) de la part de l’État et beaucoup de travail aux planteurs (la création d’une cacaoyère moderne demande 1 800 heures/hectare, soit un an de travail). Les nouvelles plantations accaparent entièrement les hommes. L’entretien des pépinières, le défrichement des parcelles, la trouaison, le piquetage, le transport et la mise en place des plants sur la future plantation, les nombreux traitements et nettoyages, empêchent les hommes de défricher de nouvelles parcelles vivrières pour leurs épouses. Le manque de main-d’œuvre devient le facteur limitant de la culture cacaoyère de rendement. La main-d’œuvre salariée est difficile à trouver sur place. Il n’y a pas de gens sans terre, louant leur force de travail ; tous sont des planteurs qui répugnent, selon un sens aigu de l’égalitarisme, à favoriser par leur travail un voisin ou un parent plus riche. À la limite, les femmes devraient consacrer plus de temps à aider les hommes sur les cacaoyères. Or elles ont déjà un emploi du temps chargé ; leur période de travail sur les champs est plus longue que celle des hommes. Elles doivent en plus s’occuper des tâches domestiques, des enfants, travail jamais comptabilisé, car permanent. Une participation plus active des femmes à la cacaoculture pose aussi le problème de leurs rémunérations et de l’héritage. Le travail créé des droits ; toute personne ayant crée une plantation peut faire valoir ses droits. La plupart des plantations actuelles, en production, ont été créées par des femmes qui ont semé les fèves dans leurs parcelles vivrières pour leurs fils ou leurs époux. Mais, il n’en est plus de même avec les nouvelles plantations de cacaoyers hybrides, qui sont le fruit du travail masculin.

7Quelle évolution peut-on attendre des systèmes agricoles décrits ? Sans entrer dans des spéculations trop hardies, on peut penser qu’en l’absence d’une décongestion importante par émigration en dehors de la Lékié (les départs outre Sanaga, ou vers l’arrondissement de Batchenga sont encore très faibles), l'asphyxie de Yemesoa ne pourra être évitée que par une augmentation de l’émigration des jeunes, des cadets, vers la ville, mais cela n’aura pour effet que de retarder l’échéance, s’il n’y a pas amélioration simultanée des pratiques culturales. À Alen-Zalengañ, l’espace se remplira peu à peu, sinon par augmentation de la population, du moins par celle des plantations. Eloigné des grands centres et des axes commerciaux, le village n’arrivera sans doute que très tardivement à la situation actuelle de Yemesoa. Mais le terroir ne compte déjà plus d’espaces libres où des étrangers pourraient s’installer. Chaque morceau de forêt fait l’objet d’un contrôle précis. Ce qu’il faut craindre ici c’est l’aliénation du sol par de gros exploitants (hauts fonctionnaires originaires de la région, commerçants...) disposant de capitaux importants et d’appuis administratifs. Ceux-ci peuvent s’offrir un gros train de culture, de la main d’oeuvre travaillant sur un espace enregistré au cadastre. L’aliénation de la terre selon des modes extra-coutumiers est une réalité qui s’amplifiera, dans la Lékié comme dans les autres régions du pays béti. Le système coutumier actuel ne fait que retarder le processus.

8Ainsi, il est prévisible qu’apparaîtront dans les villages deux sortes (certains diront deux « classes ») de planteurs : d’un côté, des planteurs aisés, instruits, anciens migrants ayant réussi en ville (nous avons vu que certains migrants avaient des postes relativement importants), à la tête de plantations modernes à haut rendement ; de l’autre, une masse de petits planteurs, migrants « ratés », s’accrochant à une cacaoyère vieillie, sans cesse régénérée, ou plus exactement prolongée. Une telle situation observable déjà sur le terrain, ne manquera pas de créer des tensions sociales importantes ou d’envenimer celles qui existent déjà autour des problèmes fonciers.

9Dans les plans de développement, il faudra désormais tenir mieux compte des stratégies des urbains vis-à-vis de leur propre village. Cependant, il est peu probable que s’instaurent dans un avenir proche des formes de fermage ou de métayage. Cela ne pourrait concerner que des étrangers au village ou à la région. L’individualisme et l’égalitarisme beti sont trop forts, la situation économique, pas assez dégradée, pour permettre à un individu de cultiver les terres d’un autre, dans l’espoir d’un minimum de profit. En outre, nous avons vu que les aînés des familles résistent et cherchent à conserver les propriétés les plus grandes possible, donc les plus viables.

10Les villages du Sud Cameroun ne peuvent rester ce qu’ils sont, c’est-à-dire des villages de retraités ou des réservoirs de main-d’œuvre pour la ville. Les campagnes ne sont pas menacées de désertification ou de « gabonisation », tant que le projet des migrants et d’une grande part des populations urbaines, restera le retour à la terre, lors de la retraite, ou plus tôt. D’autant que dans la plupart des cas, la vie, ou la survie, des ruraux comme de certains urbains, est toujours garantie par la production agricole. En outre, les terres abandonnées retourneraient inévitablement au lignage, auprès duquel il serait difficile de les récupérer par la suite. Seule la présence, et surtout, la mise en exploitation, garantit la validité des droits d’usage. Le spectre de l’exode rural est donc un faux problème pour l’instant.

11L’abandon des campagnes ne pourrait être envisagée que si les cours du cacao s’effondraient de façon définitive, ce qu’il est bien difficile de prévoir avec un marché très spéculatif, c’est-à-dire ne répondant pas exactement à la loi de l’offre et de la demande. Une telle hypothèse aboutirait à une réaction en chaîne ; aucune culture n’étant prête à prendre le relai du cacao, seule, l’émigration pourrait fournir l’indispensable numéraire, avec comme conséquence une rupture entre le village et la ville (plus de rente cacaoyère = retour au village plus difficile) et une compétition foncière accrue (retour des cacaoyères à la forêt = contestations plus faciles). Mais les cours du cacao semblent avoir atteint aujourd’hui un seuil qu’ils ne franchiront vraisemblablement pas. Le Cameroun reste toujours le cinquième producteur mondial, et le secteur agricole dont le cacao est l’élément moteur, représente plus de 20 % du Produit intérieur brut. Le cacao est donc une production vitale pour le pays.

12Sans attendre un éventuel naufrage du cacao qui aurait la dimension d’un drame national, il est nécessaire de stimuler la production. La monoculture de plantation n’a pas d’avenir dans le système actuellement pratiqué, si ce n’est que pour une poignée de gros planteurs. Il convient de reconvertir les terroirs, et de revitaliser la production vivrière, surtout dans les régions périphériques de Yaoundé. Comment accepter que Yaoundé soit bien tôt presque totalement approvisionnée par l’unique province de l’Ouest, si productive soit-elle ? Le plus dur sera d’évacuer l’héritage cacaoyer. Le cacao représente pour la majorité des exploitations le seul revenu monétaire important, et cela depuis plus de cinquante ans.. ; le passage vers un vivrier plus intensif devra donc se faire de façon progressive. Il faut également tenir compte du rôle foncier du cacao ; ce rôle ne pourrait être remplacé que par un enregistrement généralisé des terres au cadastre. Il faut bien reconnaître que les esprits ne sont pas encore prêts (surtout dans la Lékié, où pourtant le système devrait être généralisé) à accepter une telle mesure, en dehors des problèmes de réalisation matérielle qu’elle poserait. Conséquence de la perte du contrôle foncier par les ntol, la tendance à l’individualisation des domaines, avec, en perspective, l’appropriation des parcelles (avec titre foncier), peut devenir un facteur d’évolution. Le changement des rapports entre le paysan et « sa » terre peut déboucher sur un nouveau type d’exploitation et de cultures.

13La dynamique agricole passe aussi, et avant tout, par l’amélioration des voies de communication, l’organisation de la production par des coopératives ou groupements de producteurs, ce qui permettra de mettre sur pied une vraie politique des prix, dont le niveau est le facteur déterminant pour provoquer l’intérêt des hommes à la culture vivrière.

14À Yemesoa, les quelques essais d’amélioration tentés dans les années soixante-dix (culture pure de maïs, de bananes, maraîchage, petit élevage de porcs...) n’ont eu qu’une existence éphémère et aucun impact durable sur les pratiques culturales et l’économie villageoise. Malgré des débuts prometteurs, la petite opération de développement « intégré » mise sur pied par la mission catholique s’est heurtée rapidement à des problèmes techniques et surtout humains, insolubles. Mais cet échec est instructif. Sans entrer dans des directives qui ne sont pas de notre propos, on peut, à la lumière de cette expérience et de cette étude, dégager quelques principes qui devraient présider à l’élaboration de tout plan de développement.

15L’amélioration des cultures vivrières doit avoir pour objectif premier d’assurer la sécurité alimentaire des paysans. L’abandon des cultures associées au profit des cultures pures, thème de développement fréquent rencontre, chez les femmes, une opposition très ferme. Des parcelles de culture pure dont la production est destinée à la vente présentent, selon elles, de trop gros risques. Principales responsables de l’approvisionnement vivrier de la famille, elles sont attachées à la culture mixte qui tient mieux compte des conditions variées et variables, du milieu (sols, pluviométrie), tout en assurant une production minimum, malgré les aléas. La sécheresse de 1983 qui provoqua, entre autres, une grave pénurie de plantain, leur a donné raison. Les hommes s’adonnent à la culture pure uniquement quand ils jugent qu’elle est plus rentable que le cacao. Pour l’instant ils conçoivent cette culture comme une occasion de gains comme une autre, pendant une période limitée, c’est-à-dire sous un angle purement spéculatif, ce qui n’est pas un bon état d’esprit pour une reconversion réussie.

  • 47 Par « productivité », nous entendons le rapport entre la production et l'ensemble de ses facteurs, (...)

16La recherche de la meilleure productivité47 possible est également capitale. Il conviendra donc de ne pas alourdir les façons culturales, en tenant compte de l’outillage disponible. Il en est de même du niveau de bénéfices nets. Tous les organismes d’État chargés de la commercialisation des produits vivriers, ou autres « produits de base », achoppent sur le problème des prix à la production, toujours trop bas, inférieurs à ceux offerts par les intermédiaires « traditionnels ». Il leur faut, en effet, tenir compte de frais d’exploitation très importants. En outre, leur souci principal est de stabiliser les prix pour le consommateur urbain, citoyen de « première zone »...

17Les thèmes techniques doivent être simples, et surtout, éprouvés ailleurs, afin d’éviter toute perte de confiance chez les paysans les ayant adoptés.

18Il faut respecter les réalités sociales élémentaires (individualité de la production, d’où abandon des champs communautaires, organisation du travail par petits groupes, division sociale nti/belo...), voire certaines croyances concernant les cultures (interdits divers).

19Enfin, toute action de développement doit tenir compte des particularités locales qui peuvent être occultées par l’apparente uniformité de la société béti. Nous avons vu les grandes différences structurelles existant entre les deux villages dont les problèmes, pourtant à peu près similaires, ne peuvent être traités de la même façon.

20Ainsi donc, pour aider les terroirs à s’adapter, il convient de prendre en compte les facteurs essentiels des systèmes agricoles que sont : les techniques employées, la main-d’œuvre disponible, la division sexuelle des tâches et du contrôle des ressources, le niveau des prix. Ces facteurs étroitement liés, sont constamment réinterprétés par les paysans, pour établir leurs stratégies vis-à-vis des solutions présentées.

21Jusqu’ici, les relations ville-campagne se sont faites à sens unique. Les campagnes fournissent vivres et jeunes gens, sans rien recevoir en échange, excepté un réseau routier insuffisant, un encadrement agricole peu efficace, faute de crédits, ou trop sectoriel. Dans son propre intérêt, la « ville », c’est-à-dire en définitive, les Pouvoirs publics, devrait consentir de plus gros efforts pour libérer les potentialités des terroirs, en développant avant tout les cultures vivrières. Jusqu’à présent, l’auto-suffisance alimentaire a été assurée par les terroirs, plus que par des projets de développement, lourds, coûteux, et aux résultats toujours incertains.

Notes

47 Par « productivité », nous entendons le rapport entre la production et l'ensemble de ses facteurs, notamment le temps de travail qui est toujours le plus déterminant.

© IRD Éditions, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search