Version classiqueVersion mobile

Sous l’empire du cacao

 | 
Christian Santoir

5. Le bilan : inertie et évolution

Texte intégral

1L’étude diachronique des deux terroirs fait apparaître une évolution dont il convient de déterminer le sens. Elle permet aussi de saisir les limites des systèmes observés, limites qui se traduisent par des problèmes concrets affectant leur efficacité et leurs performances. Mais ces dernières dépendent en dernier ressort, des stratégies suivies par les paysans.

LES RÉSULTATS DES SYSTÈMES AGRICOLES : UNE PRODUCTION VIVRIÈRE INVERSEMENT PORTIONNELLE AUX RENDEMENTS DES PLANTATIONS

2Les terroirs étudiés consacrent la majorité de leur espace à la culture cacaoyère. Les plantations représentent la richesse des villageois, mais leurs performances sont très inégales.

  • 39 Mais Wenezoui montre l’importance des tontines dans les disponibilités monétaires des hommes (entr (...)

3À Yemesoa, les rendements sont relativement élevés : 353 kg/ha en 1984-85, en moyenne (dont 49 % de grade I). Ainsi, avec 1,82 ha de cacao, le planteur « moyen » a gagné 257 000 F CFA (soit 220 000 F CFA par homme actif, ou 603 F par jour, pendant une année). Le cacao fournit environ 50 % des ressources monétaires de l’exploitation, et entre 70 et 90 % des revenus monétaires de l’homme (Leplaideur 1985, Wenezoui 1979)39. Mais la dispersion des revenus est grande : de 40 000 F à 1 220 000 F, selon les superficies, les rendements, la qualité, facteurs dépendant de nombreux paramètres : main-d’œuvre, nombre d’heures de travail dans la plantation... Quoiqu’il en soit, le cacao est une affaire lucrative, ne nécessitant qu’un minimum de travail (la journée de travail du planteur rapporte un revenu brut de 2 200 F environ).

4À Alen-Zalengañ, la situation est toute autre. Si l’on exclut les jeunes cacaoyères improductives, et si l’on table sur un rendement moyen de 250 kg/ha, les plantations devraient produire au minimum 470 kg par exploitation. Mais lors de la campagne 1984-85, la production commercialisée à la coopérative n’était que de 120 kg par planteur, en moyenne, soit quatre fois moins ! Le rendement théorique était de 78 kg/ha, soit un revenu de 33 000 F CFA par homme actif, et 48 500 F CFA par exploitation. Quant aux caféiers, ils ne sont pratiquement pas récoltés. En 1984, seuls trois exploitants ont commercialisés 310 kg de café chacun, ce qui leur a néanmoins procuré un revenu individuel de 43 500 F, supérieur à leur revenu cacaoyer (35 000 F).

5Bien qu’on ne puisse estimer l’effet du « coxage », c’est-à-dire l’écoulement du cacao sur le marché parallèle, non autorisé, ces « performances » sont dues à des problèmes techniques. L’entretien des cacaoyères est insuffisant, dans un milieu particulièrement humide, favorable aux maladies. D’autre part, les planteurs d’Alen-Zalengañ ont été accaparés par l’extension de leurs plantations, et n’ont pu apporter tous les soins nécessaires à leurs arbustes productifs. Dans le même village, et pendant la même campagne, un planteur « modèle » a obtenu un rendement de 265 kg/ha, dont 60 % de cacao de grade I.

6Le problème tient aussi à un comportement économique particulier. Le planteur d’Alen-Zalengañ ne récolte qu’une partie de sa cacaoyère en fonction de ses stricts besoins : achat de tôles pour couvrir la maison, « écolage » des enfants, paiement de l’impôt, maladie, besoins qui varient largement d’une année à l’autre.

7Les cultures vivrières sont d’abord consacrées à la consommation familiale. À Yemesoa, les 64 ares de cultures annuelles suffisent juste à nourrir une famille de près de 8 personnes. L’alimentation est monotone, composée de plantain, de feuilles-légumes, d’arachide et de manioc. Ces plantes représentent la base alimentaire unique des trois quarts des ménages. D’autre part, les enquêtes nutritionnelles menées dans la Lékié (J. Gabaix 1966) indiquent que 87 % seulement des besoins calorifiques étaient couverts, le déficit étant le plus fort pendant les mois de soudure, d’avril à mai, précédant les récoltes du premier cycle annuel. La couverture des besoins se dégrade avec l’accroissement de la taille des familles. D’où l'importance de la cueillette en pays éton (43 kg de feuilles consommées par an et par personne (R. Masseyeff et al. 1958). À Yemesoa, le planteur fait appel au marché pour obtenir une partie de sa nourriture. Il s’agit alors généralement de produits importés : poisson sec, riz, bière.. Les achats de vivres représentent entre’20 et 25 % des dépenses monétaires (J. Gabaix 1966, Wenezoui 1979). En 1972, les achats de vivres et de boissons étaient près de quatre fois plus élevés à Yemesoa qu’à Alen-Zalengañ (Weber 1977).

8Malgré tout, l’exploitation éton commercialise une part variable de la récolte des champs vivriers. La vente des vivres est la principale source de revenus des femmes, avec le petit commerce. Les ventes concernent surtout l’arachide, le manioc et les bananes, dont la récolte dépasse largement les besoins. Les régimes de bananes douces, peu consommées au village, sont presque tous vendus. Manioc et arachide constituent le « cacao » des femmes. D’ailleurs, les rendements d’arachide sont relativement élevés (autour de 900 kg/ha selon des sondages effectués en 1972, soit plus de 400 kg par exploitation en moyenne). De tels rendements sont dûs à la forte densité des semis, ainsi qu’aux soins prodigués par les femmes. La vente de l’arachide, du manioc, des bananes douces et des fruits (saa, mangues) fournit entre 15 et 25 % des revenus monétaires de l’exploitation éton.

9Le vaste terroir d’Alen-Zalengañ permet à la centaine de paysans qui l’exploitent de subsister largement. Les techniques extensives utilisées assurent une production suffisante en arachide et maïs, surabondante en manioc et plantain. Les achats de vivre sont peu importants, et la plupart des exploitations sont auto suffisantes. La production vivrière n’est pas stimulée par la commercialisation. Le seul marché de quelque intérêt, Sangmélima, est à 98 km... Les « occasions » pour s’y rendre sont rares ; un seul petit car, toujours surchargé, assure la « ligne » Sangmélima-Bengbis (remarquons que cette dernière localité est mieux reliée à Akonolinga, à une quarantaine de kilomètres au nord). Ainsi, la récolte des champs est rarement complète et une partie pourrit sur pied.

  • 40 La couverture des maisons est surtout le fait de la coopérative, aujourd’hui dissoute, créée au dé (...)

10Les niveaux de vie semblent peu différents entre les deux villages. Si l’on en juge par la qualité de l’habitat, Yemesoa posséderait un léger avantage ; plus de 70 % des maisons sont couvertes de tôles40, et deux seulement ont des murs en parpaings. L’amélioration de l’habitat reste un des principaux objectifs du paysan, avec les dépenses scolaires et les soins de santé. Dans le village bulu, le niveau de vie serait inférieur, selon les mêmes critères : 58 % seulement des maisons ont un toit de tôles (fig. 14). Les autres signes extérieurs de « richesse » : radio (5 postes, pas toujours en bon état, pour 10 familles à Alen-Zalengañ, contre 7 à Yemesoa), lits en fer, bicyclettes, « engins » (motocyclettes), moins nombreux à Alen-Zalengañ confirment cette indication.

LES CONTRAINTES

La population : trop forte ou trop faible

11À Yemesoa, le terroir supporte et fait vivre une population très forte : 150 hab./km2 de terre cultivable, c’est à dire cinq fois supérieure à la densité maximale théorique fixée par les agronomes, compte tenu des conditions physiques et techniques de la culture pratiquée. Malgré la grande élasticité de tels seuils, toujours difficiles à déterminer, il semble que les limites du système agricole éton soient atteintes à Yemesoa.

Figure 14. L’évolution de l’habitat.

12L’espace villageois n’est plus extensible à Yemesoa. Toutes les terres environnantes sont strictement appropriées. Il ne peut supporter, dans les conditions actuelles, une population plus nombreuse. Depuis 1972, la population a diminué de 13 %, la diminution étant beaucoup plus sensible à Nkolngégé (-19 %) où la densité humaine atteignait 260 hab./km2 de terre cultivable (contre 146 pour Bilig Bitom). En 1985, la densité à Nkolngégé s’établit autour de 190 hab./km2 cultivable (136 à Bilig Bitom). Ce repli constitue vraisemblablement une réponse « naturelle » à une situation limite, incontrôlable par les exploitants.

13Les fortes densités actuelles ne sauraient être considérées comme » normales ». De nombreux signes, bien observés par les paysans, indiquent que le terroir est surchargé. Le plus évident, la baisse des rendements, unanimement reconnue, concerne toutes les cultures. La longueur des jachères n’est plus suffisante. L’appauvrissement des sols est accéléré par l’érosion qui est favorisée, à Yemesoa, par la topographie et l’ampleur du déboisement.

14À la surpopulation du village éton, s’oppose le dépeuplement d’Alen-Zalengañ. Dans les quinze dernières années, ce village a perdu 14 exploitations. De vieux chefs d’exploitation décédés n’ont pas été remplacés. Le village s’est, en quelque sorte, « rétracté » autour d’une poignée d’exploitations tenues par des hommes relativement âgés (46 ans en moyenne), fils aînés ayant récupéré l’héritage du père. D’autres sont des cadets exploitant la ferme en l’absence de leurs aînés retenus en ville par un emploi qualifié, et donc, rémunérateur.

15Pour l’instant, la grande majorité des terres d’Alen-Zalengañ ne peuvent être exploitées compte tenu de la faible population du village et des dimensions du terroir. Le départ des éléments masculins, et l’accaparement de ceux qui restent par la culture de plantation, limitent les possibilités d’extension et de rotation des champs. Seules, les terres les plus proches du village, c’est à dire des jachères relativement récentes (10 ans), plus faciles à défricher, sont régulièrement exploitées.

L’émigration et l’évolution sociale : deux phénomènes inter-actifs

16Les conflits sociaux et les problèmes économiques qui leur sont liés, favorisent partout l’émigration. Celle-ci est aussi forte à Alen-Zalengañ qu’à Yemesoa et ne peut donc être considérée comme la seule réponse à la surcharge des terroirs. Il s’agit d’un phénomène fondamental dont les racines sont profondes. L’attrait du gain en ville, où l’on est le plus souvent chômeur, ne suffit pas à expliquer la mobilité. Dans la société béti, celle-ci est presque un fait culturel ; elle n’a pas été suscitée par la colonisation qui n’a fait qu’amplifier les mouvements antérieurs. Ces sociétés rurales, autrefois semi-sédentaires, arbitrairement fixées depuis deux ou trois générations seulement, ont conservé des réflexes de « nomades » L’individu a tendance à régler tous ses problèmes par la mobilité. Cet état d’esprit se traduit par une grande instabilité des villageois ; combien d’hommes disparus, partis on ne sait où, vivant temporairement dans un autre village pour se faire « soigner », voire en prison ? Combien de femmes « en fuite », ou « en vagabondage » ? Plus que d’émigration il s’agit là d’une turbulence qui a les mêmes effets sur l’agriculture en la privant notamment de ses éléments les plus jeunes. Cette mobilité intrinsèque, fruit d’une sédentarisation récente, est entretenue par le caractère essentiellement conflictuel de la société béti, où la tension entre aînés et cadets, pères et fils, hommes et femmes, l’individu et sa famille, est permanente.. Plus que de considérations sociologiques théoriques, ce sont là des réalités très concrètes dont toute intervention dans le milieu agricole doit essayer de tenir compte.

17Consacrée par la colonisation, la mobilité individuelle est entretenue à l’heure actuelle par le développement des villes et des petits centres régionaux, mais plus encore, par le manque de dynamisme des villages où les éléments les plus « faibles », socialement, (les jeunes, les femmes) n’arrivent pas à satisfaire leurs aspirations élémentaires, économiques surtout. La domination des « aînés » est favorisée par la déviation de plus en plus fréquente des régies de succession, surtout quand la terre est rare. La marginalisation consécutive des cadets, est un facteur important d’émigration. Les plus jeunes hommes, placés sous la tutelle de leurs aînés, se considèrent comme « chômeurs » au village, même s’ils participent aux travaux agricoles. Célibataires, ils attendent l’occasion de gagner de l’argent pour fonder un foyer et faire valoir leurs droits face à leurs aînés. Mais pour migrer, il faut un minimum d’argent, que le cacao donne parfois, quand on arrive à disposer des revenus d’une parcelle.

18L’importance prise par les chefs des familles restreintes aux dépens des anciens ntol, contribue à un émiettement social généralisé, se traduisant par la multiplicité des comportements individuels et un manque fréquent de solidarité. L’individu doit se débrouiller seul, dans une société qui a perdu une grande partie de ses cadres sociaux. Seul subsistent encore, mais d’une façon atténuée, les grandes divisions entre Béti et Belo ; encore convient-il de remarquer que cette stratification sociale n’est vraiment marquée que dans le village éton.

19Les femmes sont également soumises à une tutelle sociale et économique qu’elles acceptent de moins en moins. Mariées, elles préfèrent consacrer leurs efforts à leurs champs d’arachide, à la fois cultures vivrières et de rapport. Elles ne plantent plus de cacao et ne participent qu’assez peu, à la récolte des plantations. Veuves, elles cherchent à conserver la cacaoyère de leurs époux, qu’elles ont contribué à créer. D’autre part, les migrations scolaires vers les écoles secondaires urbaines favorisent l’exode des jeunes filles qui ne reviennent plus au village après s’être mariées en ville, ou avoir trouvé un emploi. Les femmes ressentent en effet, plus que les hommes, les effets de l’isolement.

Le foncier : un partage trop inégal

20Les problèmes fonciers sont au centre de tous les problèmes sociaux, soit qu’ils en soient la cause (comme à Yemesoa), soit la manifestation (comme à Alen-Zalengañ). Les exploitations tentent malgré tout de subsister et de s’adapter. Le processus d’atomisation, de parcellisation excessive des terres, suite aux héritages, semble s’être ralenti. La polygamie a diminué (il est difficile pour un jeune de réunir l’argent d’une dot) et du même coup, le nombre de parts à la succession, déterminé par le nombre d’épouses. S’affirme ainsi, la prééminence d’un seul héritier qui n’est pas forcément le fils aîné, mais qui l’est le plus souvent. Les cas d’indivision des terres entre frères ne sont pas rares non plus, seuls les cacaoyères faisant alors l’objet d’un partage. Cependant, cette tendance implique la multiplication des conflits entre frères et, le plus souvent, l’éviction des cadets non mariés s’ils ne veulent pas servir de main-d’œuvre « familiale », peu ou pas rémunérée.

21La terre circule mal à l’intérieur des familles, mais aussi entre les familles. Le besoin d’argent, mal satisfait par le cacao ou les migrations, poussent certains exploitants à une politique à court terme consistant à vendre une partie de leur terre en dehors de tout contrôle familial et de toute norme coutumière.

22Bien que ces cessions se fassent contre de l’argent et des cadeaux divers (dons de chèvres) et qu’elles soient le plus souvent difficilement révocables, on ne peut conclure que dans la Lékié, la terre ait une réelle valeur marchande et que ces ventes soient courantes. Il n’y a pas encore un cours pour les terres agricoles, et les ventes se font en cachette, à l’insu du village et du lignage, preuve que l’aliénabilité du sol n’est pas encore un principe bien admis et que tout ce qui l’entraîne est une source de conflit. Il faut noter que les acheteurs sont la plupart du temps des personnes étrangères au village. Quant au bornage des terres, il est considéré par les paysans comme un accaparement intolérable, comme la confirmation évidente d’une spoliation. Dans la Lékié, il n’est pas rare que les paysans s’y opposent par la force.

  • 41 Rappelons que dans les deux villages, les plus gros propriétaires terriens appartiennent au groupe (...)

23Pour l’instant, la répartition des terres devient de plus en plus inégale. Il existe de gros propriétaires qui « prêtent » ou louent des parcelles à leurs voisins, d’autres qui se taillent de grandes propriétés dans les terroirs, par achat ou détournement de la coutume. Ces propriétaires fonciers, résidents ou absentéistes, sont généralement des éléments, sinon étrangers, du moins extérieurs au village (parents éloignés, migrants aisés retournant au village après une longue absence, fonctionnaires en exercice...), disposant de capitaux issus d’activités extra agricoles41, ou des aides fournies par l’État.

Les pratiques culturales : toujours très extensives dans des terroirs dominés par l’arachide, le manioc et le cacao

24En zone de grande forêt, on assiste à une simplification des rotations culturales par abandon des champs de ngon et d’ignames, remplacés par des champs d’arachide. Le ngon est remplacé par d’autres cucurbitacées qui, avec l’igname, sont associées à l’arachide. La disparition des champs de ngon et d’ignames correspond soit à une raréfaction des terres, avec raccourcissement des jachères, soit à un manque de main-d’oeuvre masculine pour les gros travaux de défrichement, les hommes étant occupés par leurs plantations, ou à la recherche d’un travail en ville.

25Les champs d’arachide sont cultivés, dans la majorité des cas, par les femmes (Photo 9). Ils ne nécessitent pas une jachère longue, et la variété des plantes qu’ils portent, assure, bon an mal an, la satisfaction des besoins alimentaires de base. Mais la culture de l’arachide a des inconvénients : elle demande un nettoyage poussé du champ, qui favorise les phénomènes d’érosion, et représente une forte somme de travail pour des rendements inférieurs à ce qu’ils sont en zone de savane (Photo 10). Néanmoins, la tendance à l’uniformisation des systèmes agricoles autour du champ d’arachide pratiqué aux deux saisons, est forte. Dans la Lékié, un stade ultime semble atteint avec l’abandon fréquent de la parcelle de deuxième saison, jugée inutile de par son faible rendement.

26La double culture annuelle, fondement du système cultural forestier, est en effet, précaire. La culture de deuxième saison est considérée en pays éton comme son nom l’indique (zezeba), comme une culture pour « rien ». Les raisons en sont dues principalement au climat. Les pluies concentrées sur deux mois sont peu favorables aux cultures. Lés rendements d’arachide sont généralement très inférieurs et les parasites plus abondants. Les femmes ne sont pas sûres de pouvoir récupérer assez de semences pour la culture du prochain cycle. Cela explique la faible superficie mise en culture à cette époque et même, son abandon pur et simple, comme pendant l’année « sèche » 1983. La production vivrière de la famille se joue, en fait, sur une seule saison agricole. Parallèlement on assiste, également dans la Lékié, à un appauvrissement de la variété des plantes cultivées : plus de voandzou, de ngon, de moins en moins d’igname, de taro...

27Les techniques agricoles utilisées sont essentiellement extensives, même si les façons culturales des champs d’arachide sont généralement soignées. Certaines pratiques sont néfastes : brûlis, cultures dans le sens de la pente, utilisation de semences infestées issues des récoltes précédentes.. L’apport des cendres, des fanes d’arachide et des tiges de maïs, est insuffisant pour compenser les pertes de fertilité dues aux défrichements. À Yemesoa, les techniques employées ne permettent pas de lutter efficacement contre la baisse des rendements. Mais ce problème, apparu depuis plus d’une quinzaine d’années, ne semble pas avoir provoqué de grands changements dans le système cultural.

  • 42 Autrefois, la plantation d’oignons protecteurs (meyañ) dans les champs était la règle ; cette prat (...)

28En attendant, les paysans ont recours à des procédés empiriques, pour essayer d’améliorer la production et lutter contre les maladies des plantes : enfouissement de cheveux, de piles usées, de pièces de monnaie, d’écorce d’élon (Erytbrophleum guineense), d’os de chien, et surtout, recours aux vieux rites agraires de fertilité, célébrés par les femmes42. Cette résurgence des pratiques anciennes (déjà signalées en 1972-Weber 1977-), réflexe défensif des sociétés, suffit à montrer l’impuissance des techniques agricoles traditionnelles devant la situation actuelle.

  • 43 Il existe deux types de houes qui sont encore fabriquées par le forgeron de Yemesoa. Elles diffère (...)

29L’outillage employé est encore très faible, et les exploitations investissent très peu dans l’achat de matériel agricole. Celui des femmes est ancien : hottes, machettes légères, houes (deux ou trois par femme)43. Celui des hommes est surtout composé de machettes, de plantoirs, d’ébranchoirs, plus rarement de haches, de pelles, de pioches ; seule innovation, le pulvérisateur. Pour le transport des récoltes, ou des plants de cacaoyers, on ne compte que six brouettes à Yemesoa et huit à Alen-Zalengañ. Il est vrai que la brouette passe difficilement dans certains sentiers de forêt (pentes fortes, cours d’eau à franchir...) ; l’essentiel du transport entre les champs et le village se fait donc par portage.

  • 44 Le séchoir « autobus » se présente sous la forme d’une petite maison recouverte de nattes, abritan (...)

30La culture du cacao emploie peu de moyens, et les planteurs ne possèdent à Yemesoa, comme à Alen-Zalengañ, ni écabosseuse, ni « séchoir autobus »44. La fermentation des fèves se fait dans les plantations ou les cuisines, rarement dans des bacs, plus souvent dans des feuilles de bananiers. Le séchage a lieu sur des claies de bambou, disposées par terre, ou sur des aires cimentées, devant les maisons.

Tableau 52. L'inventaire du matériel agricole de l'exploitation moyenne en 1985.

Yemesoa

Alen-Zalengañ

Houes

4,4

2,5

Machette

4,5

3,3

Ébranchoir

1,6

-

Plantoir

1

0,7

Pulvérisateur

0,9

1

Pelle

0,9

0,7

Hache

0,6

0,6

Pioche

0,6

0,6

Scie

0,5

0,5

Arrosoir

0,1

0,5

31Chaque année une partie de la récolte est détruite par les prédateurs (oiseaux, rats, hérissons, et aussi, singes à Alen-Zalengañ) considérés par les paysans comme de vrais fléaux, malgré l’utilisation d’épouvantails, de pièges. Les techniques de stockage sont encore traditionnelles et peu efficaces. Les ignames sont stockées sur les champs, dans des enclos, et recouvertes d’herbes pour entretenir l’humidité. Le manioc est conservé quelques jours, dans la terre, derrière les maisons, mais le macabo doit être consommé au bout d’une semaine, au plus. En fait, le principal moyen de conservation de ces deux tubercules est de les laisser en terre, dans les champs où l’on va se servir au fur et à mesure des besoins. Mais les tubercules sont alors exposées aux parasites et aux voleurs. Seules, les arachides et les graines de courges sont conservées dans les cuisines, suspendues au dessus des foyers dans de petits greniers en palmes tressées (minkuma).

32La baisse des rendements est aggravée par les maladies et les parasites de toutes sortes, attaquant les plantes : charançons sur le bananier, rosette de l'arachide, kamisi (mot éton : cochenilles) sur les tubercules de manioc, base de l’alimentation et des revenus féminins. Le développement de ces maladies est favorisé par l’occupation quasi-permanente du sol par les mêmes cultures : manioc et plantain.

33En outre, depuis une quinzaine d’années, le terroir est envahi par l’Eupatoire qui recouvre, en un ou deux ans, les champs de manioc et de plantain. La présence de cette plante, gêne la croissance des tubercules et a doublé les temps de défrichement et de sarclage. Accusée par les paysans de réduire les rendements, cette plante serait, en fait, susceptible de rétablir la fertilité du sol, mieux que la végétation des jachères, à condition toutefois de la couper régulièrement..

34Le système cultural n’a donc pas évolué dans un sens favorable. Quelques hommes et femmes cultivent de petites parcelles de maïs et de plantain en culture pure. Mais les essais de cultures maraîchères et de petit élevage, tentés en 1972, ont été rapidement abandonnés dès que la Mission catholique de Yemesoa cessa son aide à la petite structure coopérative créée pour encadrer les paysans.

35La séparation sexuelle des tâches et des cultures est encore assez nette. L’homme avait déjà abandonné la culture de l’igname pratiquée désormais par les femmes, aux dépens des façons culturales (buttes moins hautes, ou abandonnées) et des superficies. Ainsi, actuellement, la production vivrière dépend uniquement du travail féminin, d’où l’importance écrasante de l’arachide et du manioc dans les surfaces cultivées, comme dans l’alimentation. Par contre, certains hommes, encore peu nombreux, cultivent des champs d’arachide et de maïs, soit par nécessité, soit par spéculation ; d’autres aident leurs épouses lors des gros travaux (sarclages, récoltes). À Yemesoa, en 1985, seul deux exploitants belo faisaient des champs d’arachide ; un seul mvog Kani s’adonnait encore à la culture de l’igname.

36Des femmes deviennent peu à peu des exploitantes à part entière. À Yemesoa, elles héritent de plantations dont elles assurent l’entretien, la récolte et la commercialisation de la production, par travailleurs interposés. Les bénéfices sont consacrés à l’« écolage » ou aux soins des enfants. Peut-être, convient-il de voir là une compensation à l’insuffisance des revenus procurés par les cultures vivrières, ou à la carence des maris face à leurs obligations.

37En définitive, on peut affirmer que l’évolution est très lente et que si certaines tâches agricoles ont perdu de leur spécificité sexuelle, hommes et femmes travaillent rarement ensemble. On pourrait même noter que la prédominance de l’afup owondo sur jachère récente, champ qui ne nécessite aucun travail masculin, a renforcé la séparation, les femmes s’occupant des cultures vivrières, les hommes des cultures spéculatives (cacao, cultures maraîchères ou monoculture vivrière). Cette séparation sexuelle des tâches selon leur production (biens consommables ou négociables) est tout à fait caractéristique de la société béti ancienne.

  • 45 Cf. Nkongmesa : Wenezoui, Mom : J.Champaud, Zengoaga : J. Tissandier, Boutazab : B. Guillot, Y. Di (...)

38Depuis 1972, on constate que les superficies en cacao ont partout progressé : + 63 % à Alen-Zalengañ et + 9 % à Yemesoa (près de 14 % à Nkolngégé, terroir déjà surchargé) et ce, malgré la pratique du rajeunissement des vieilles plantations. Dans le village éton, le cacao a conquis les zones les plus humides. Les plantations occupent sensiblement la même place dans les deux terroirs : 63,2 % des terres cultivées à Yemesoa, 61,3 % à Alen-Zalengañ. C’est moins qu’à Nkongmesa (73 %), un autre terroir éton, beaucoup moins peuplé, mais plus que dans le village basaa de Mom : 34 %, plus qu’à Zengoaga : 25 %, village béti du contact forêt-savane, plus que dans un petit village congolais de grande forêt comme Boutazab : 22 %45.

39La redensification cacaoyère n’a porté que sur des surfaces peu importantes ; la moitié des plantations ont plus de 40 ans d’âge, ce qui laisse prévoir une baisse des rendements dans un délai relativement court. Dans le village bulu, au contraire, la cacaoyère est jeune et en pleine expansion. La progression des superficies cacaoyères indique que cette culture reste encore largement extensive.

40Dans les deux villages, la culture du cacao, telle qu’elle est pratiquée par les paysans, rencontre de graves problèmes. Les attaques des capsides sur les jeunes rameaux et, plus encore, la pourriture brune, contribuent à diminuer les rendements. L’insuffisance des traitements phyto-sanitaires, le nettoyage imparfait des plantations, favorisent la persistance des maladies.

41Les cultures vivrières se sont légèrement accrues dans les deux villages, mais beaucoup moins que le cacao. À Yemesoa, l’accroissement des superficies cultivées s’est fait aux dépens des jachères. D’une manière générale, il n’y a pas eu recul du cacao devant les cultures vivrières. Ces deux cultures n’ont pas les mêmes agents, ni les mêmes bénéficiaires, et n’apparaissent pas en concurrence (si ce n’est pour la terre) dans les deux villages observés.

L’économie : encore basée sur le cacao, principale source de revenus

  • 46 À Yemesoa, les vols dans les champs sont particulièrement fréquents ; manifestations des conflits (...)

42Les cultures vivrières sont toujours pratiquées dans le but d’assurer en priorité la subsistance de la famille. Encore celle-ci n’est-elle parfois assurée que de justesse, comme dans la Lékié46. Même à Yemesoa, le rendement moyen de la cacaoyère ne permet d’acheter qu’une part des besoins alimentaires familiaux. L’auto-suffisance alimentaire des exploitations est menacée. La commercialisation des vivres dépend de l’existence de « surplus », mais aussi des besoins monétaires des femmes qui, sans autre apport financier, peuvent être tentées de vendre une part trop forte de la production aux dépens de la consommation familiale. Mais l’absence de marché proche, constitue un frein à la commercialisation excessive, en même temps qu’un manque à gagner pour les femmes restées au village. Avec le niveau de la production, l’enclavement est un des principaux facteurs limitatifs de la commercialisation des vivres. Seul, un réseau routier bien ramifié et bien entretenu, peut garantir un bon écoulement des produits, tout en évitant la surexploitation des villages situés le long des grands axes routiers.

43Le cacao conserve toute son importance dans le système de culture. Les superficies cacaoyères ne reculent pas, elles stagnent tout au plus. D’ailleurs, dans l’état actuel des choses, le cacao ne peut pas reculer puisqu’il assure encore l’essentiel des revenus monétaires des familles. Sur place il n’a pas de concurrents économiques sérieux, excepté dans un terroir comme Alen-Zalengañ, où la chasse et la pêche peuvent être des sources de revenus supérieurs. Il constitue aussi l’assurance retraite des migrants, leur permettant de se réinsérer dans le village. En outre, de par sa pérennité (plus de 40 ans), il joue un rôle foncier fondamental, surtout dans les zones les plus peuplées, comme marqueur des propriétés familiales. C’est ainsi que les planteurs ne procédent jamais à l’arrachage des vieux plants, mais préfèrent « redensifier », en laissant les vieux cacaoyers dans la « brousse », ceux-ci continuant néanmoins à maintenir leurs droits fonciers. Le cacao est donc assuré de perdurer dans les terroirs, de par son rôle économique et social, même si sa culture ne donne pas lieu à une exploitation rationnelle.

44Cependant les paysans sont conscients que cette culture n’est qu’une spéculation, étroitement conditionnée par les fluctuations du marché international. Le temps que le paysan passe dans sa cacaoyère dépend, entre autres facteurs, de ses besoins monétaires immédiats et ainsi que du prix au producteur. Or on constate qu’aprés avoir atteint des prix intéressants (420 F/kg de grade I), soutenus par l’État, le prix payé au producteur vient de diminuer de 40 % (250 F/kg) en 1989. Les cours mondiaux sont en baisse continue depuis 1984 : de 1 060 F CFA (à Londres) le kilogramme de cacao ne se négoçiait en juin 1990 à 445 F CFA environ, soit une baisse de près de 60 % en quatre ans et le marché connait un marasme persistant. Une telle situation ne devrait inciter le planteur ni à une amélioration de sa production, ni à une extension des superficies.

45Autre facteur venant freiner le dynamisme de la culture cacaoyère, la faiblesse du marché local qui n’ayant que peu de biens à offrir aux paysans ne permet pas à l’argent du cacao de s’investir sur place. En dehors de quelques produits vivriers de compléments achetés directement chez les voisins, de petits matériels fabriqués par de trop rares artisans locaux (principalement vanniers, forgerons, menuisiers), les revenus du cacao servent surtout à acheter des tôles, du tissu, des boissons importées, à payer l’école ou l’hôpital situés dans les centres urbains. Nous avons vu que les exploitations n’investissaient pratiquement pas dans l’équipement agricole. Autrement dit, l’argent du cacao retourne à la ville selon un schéma caractéristique de l’économie de traite traditionnelle.

L’enclavement : un frein à la commercialisation de la production agricole

46Situés au bord d’une route importante, mais peu fréquentée, ou à proximité de la capitale, les deux villages connaissent le même enclavement. À Alen-Zalengañ, les centres urbains (Bengbis, Sangmélima) sont trop éloignés et difficiles d’accès du fait de la carence des moyens de transport ; à Yemesoa, à 40 km à vol d’oiseau de Yaoundé, le problème est paradoxalement identique. Très peu de véhicules empruntent la mauvaise piste du village, avec ses ravins et ses ponts branlants ; rejoindre le « goudron » tout proche demande deux heures de marche.

47L’accessibilité d’un village ne dépend pas uniquement de la qualité de la route, elle dépend aussi d’autres facteurs comme la fréquence, de la régularité et du prix des transports. Les régions considérées ici manquent encore d’un bon réseau de pistes secondaires rayonnant à partir des grands axes permanents.

48Ces données sont importantes pour la commercialisation de la production agricole et notamment des vivres, principale source des revenus féminins. Même si l’existence d’une liaison rapide avec la ville ne détermine pas forcément l’augmentation de la production, elle constitue néanmoins une condition nécessaire et indispensable à l’évacuation des surplus.

LES FACTEURS POSITIFS

49Malgré de nombreux problèmes suscités par une évolution globalement négative, l’étude des systèmes culturaux bulu et éton révèlent certains facteurs positifs qui pourraient devenir des facteurs de progrès. Exposés en détail dans les chapitres précédents, nous nous bornerons ici à les rappeler brièvement.

50On remarque d’abord que les terroirs réussissent jusqu’ici à maintenir ou à retenir à la campagne une population importante, et ce, malgré plus de soixante-dix ans d’habitude migratoire. L’émigration féminine reste, dans l’ensemble, encore relativement faible, même si elle a tendance à évoluer vers des formes plus radicales. La proximité de Yaoundé n’a pas dépeuplé Yemesoa ; elle a favorisé des migrations saisonnières, ou de courte durée, entretenant un va et vient continu entre la ville et le village, qui reste pour beaucoup le « point d’accrochage » principal.

51L’émigration a joué à Yemesoa un rôle bénéfique de « soupape de sécurité », évitant l’asphyxie complète du terroir. Elle a ralenti l’enchaînement inéluctable dans un milieu clos (le terroir) : accroissement de la population > extension des cultures > réduction des jachères > dégradation des sols > baisse des rendements. À Yemesoa, 68 % des exploitations disposent de moins de 72 ares de terre par personne, sont menacées par ce processus.

52Le regroupement des exploitations familiales dans les mains d’héritiers privilégiés, l’instauration tacite d’une sorte de « droit d’aînesse » si contraire à l’égalitarisme béti, est le signe de la permanence du lien avec la terre, lien que les migrants n’ont toujours pas rompu. Ce comportement malgré la création d’inégalités, a son côté positif ; il a pour conséquence concrète et immédiate, de conserver des exploitations viables disposant d’un minimum de terre, et de retenir au village une population importante.

53Malgré l’existence de problèmes fonciers, à des degrés divers dans les deux terroirs, la circulation des terres vivrières à l’intérieur des terroirs, sous la forme de prêts, permet, sinon de résorber les inégalités foncières, du moins d’atténuer les problèmes qui en découlent. Des exploitations peu pourvues en terre, peuvent ainsi continuer à survivre.

54C’est également dans le cadre villageois qu’est résolue, par l’entraide, une partie des problèmes de main-d’œuvre, si importants. Prêts de terre et entraide empêchent l’apparition d’un salariat agricole issu de la marginalisation d’une partie de la population du village.

55La vente de terre est encore fortement réprouvée par l’ensemble des paysans qui sont toujours partisans du maintien de la terre dans le patrilignage même s’ils en contestent le contrôle. Les acheteurs auront toujours affaire aux héritiers du vendeur, et ces derniers peuvent leur rendre la vie difficile, même en présence de titres fonciers établis en bonne et due forme. Une certaine solidarité villageoise existe face à ce problème et vient compenser l’affaiblissement du pouvoir des ntol.

56Maintien d’un haut niveau d’activité productive, circulation des terres et de la main-d’œuvre entre les exploitations, résistance des propriétés foncières familiales face à l’émiettement et à la désagrégation, sont, à notre avis, autant de faits positifs. Ils trahissent également l’existence de systèmes d’auto-régulation visant à la survie des terroirs en tant qu’espaces de vie et de production. Mais cette survie dépend, à terme, des projets individuels des paysans.

LES STRATÉGIES PAYSANNES

57Les objectifs actuels des paysans, compte tenu des conditions sociales et économiques, sont identiques dans les deux villages étudiés : assurer l’auto-subsistance de leurs familles ; se procurer une rentrée d’argent pour faire face aux dépenses indispensables. Les objectifs diffèrent cependant, selon qu’il s’agit d’hommes ou de femmes.

58Les hommes, chefs d’exploitation, désirent avant tout gagner de l’argent pour assumer leurs responsabilités ; l’essentiel des revenus monétaires annuels des familles est, en effet, fourni par eux. Ils doivent assurer les frais d’habitat, d’habillement, l’écolage, les frais des cérémonies familiales et les dots pour le mariage des fils. Ces impératifs peuvent varier selon la région ; ainsi nous avons vu que dans le village éton, l’habitat recevait une attention particulière, sans doute du fait de la proximité du modèle urbain. Mais partout, les frais de scolarité, et de plus en plus souvent, les frais de santé accaparent une part importante des budgets. Les jeunes hommes sont déchargés de ces obligations mais doivent, en réalité, chercher de l’argent pour payer eux-mêmes la dot de leur épouse, devant la déficience fréquente de leurs pères ou tuteurs.

59Les femmes ont pour principal objectif de nourrir la famille par leur travail dans les champs vivriers. Mais la déficience de la production agricole, jointe parfois, à celle d’un mari peu prodigue, les contraint à chercher des revenus personnels pour faire face à l’entretien du foyer : achat de vivres, contribution à l’écolage, frais de santé..

60L’argent des hommes provient d’abord des plantations, puis des migrations. Le travail en ville représente, avec la vente du vin de palme, la seule source de revenus des jeunes hommes célibataires. Au village, les sources de revenus ne sont pas négligeables : artisanat, chasse, pêche, vente de la production de parcelles vivrières individuelles... Mais l’argent liquide est surtout fourni par les tontines, secondairement par les prêts, les dons, qui sont à la base d’un flux monétaire important entre les villageois, comme entre la ville et le village. En 1972, les mouvements de fonds étaient supérieurs aux revenus (selon J. Weber 1977). La circulation monétaire était plus importante à Yemesoa, qu’à Alen-Zalengañ ; il y a plus de numéraire dans le village éton (revenus cacaoyers supérieurs, plus de migrants, proximité d’un marché urbain).

61L’argent dont disposent les femmes provient également des tontines, mais dans une proportion plus faible, du fait de disponibilités monétaires moins importantes. L’essentiel de leurs revenus réels provient de la vente des vivres, prises sur les surplus, ou sur les réserves familiales en cas de nécessité. Le petit commerce, surtout celui des boissons (bière, vin rouge, araki) vient en seconde position.

62Mais des différences sensibles existent entre les deux villages étudiés. À Yemesoa, le cacao représente le seul revenu important des hommes, en dehors de l’émigration. Il faut chaque année acheter des vivres ; les cacaoyères ont donc un rendement maximum. La culture vivrière dégage peu de surplus et, d’autre part, l’accès aux marchés (Obala, Yaoundé) est difficile. À Alen-Zalegang, les rentrées d’argent viennent du cacao, du café, mais aussi de plusieurs autres sources lucratives : chasse, pêche. Les revenus des migrations sont faibles, du fait de leur orientation vers le pays bulu, économiquement moins dynamique que la capitale. Les achats de vivres sont peu importants et moins impératifs, la production étant largement excédentaire, et tout aussi difficilement commercialisable.

63Dans les deux villages, les paysans cherchent à couvrir leurs besoins, par une production maximale. Celle-ci est obtenue par l’extension des cultures, considérée comme le seul moyen de faire face aux aléas climatiques. Le principe dominant est l’économie du temps de travail, autrement dit, la recherche de la productivité maximale. Si un tel principe peut être appliqué à Alen-Zalengañ, il ne peut l’être à Yemesoa où le manque de terre pousse les paysans à améliorer, non pas la production du temps de travail, mais celle de l’unité de surface.

64Malgré son incroyable résistance, le système agricole pratiqué à Yemesoa n’est plus capable d’évoluer, s’il assure encore la subsistance, ou la survie, des exploitations. Seuls des ajustements de la population, les prêts de terre, contribuent à assurer un niveau de ressources suffisant.

65Les exploitations se spécialisent délibéremment dans le cacao. L’accroissement rapide des superficies (on a planté autant de cacaoyers entre 1980 et 1985, qu’entre 1950 et 1980, à Alen-Zalengañ) est sans doute dû à l’action récente de la Sodecao qui dispense largement plants améliorés, produits phyto-sanitaires, encadrement technique rapproché. Mais le niveau des rendements des cacoyères en production laisse planer un doute sur l’avenir de ces nouvelles plantations. Seront-elles aussi des plantations-épargnes, des plantations pour la cueillette, ou serviront-elles seulement à démarquer les propriétés foncières ?

66La question foncière est en effet, toujours présente, malgré l’abondance des terres du village. Il y a de moins en moins d’espace inapproprié. Ce problème est particulièrement sensible chez les gens de Zalengañ, « hôtes » d’Alen. Le principe de l’inaliénabilité des terres est encore valable et aucune vente n’a été enregistrée. Mais ce principe a déjà subi un premier accroc ; le plus gros planteur du village (un Maka ; il déclare posséder 400 ha !), venu s’installer à Zalengañ en 1965, a fait borner et immatriculer les terres, mises à sa disposition par le chef d’Alen... Il s’agit là d’une rupture de la solidarité foncière traditionnelle qui ne manque pas d’inquiéter les anciens.

CONCLUSION

67Les terroirs étudiés assurent, dans l’ensemble, la survie de leurs paysans malgré à une rentabilité médiocre des cultures vivrières et des plantations, et souvent à l’aide de ressources fournies par des activités extra agricoles, comme l’émigration en ville.

68L’inertie des systèmes observés apparaît grande. Quand la terre est disponible, le système agricole pratiqué fournit la meilleure production et le meilleur revenu par unité de surface. La pression foncière contraint, a priori, le paysan à valoriser la production par unité de surface. À Yemesoa, cas limite, cette tendance est nette pour le cacao, beaucoup moins pour les cultures vivrières. Dans les zones les plus peuplées, la raréfaction des terres devrait être ainsi une incitation très forte au changement des méthodes culturales, mais, à Yemesoa, en 13 ans, aucune amélioration n’a été enregistrée au niveau des cultures. Les paysans ont répondu à la surcharge grandissante par une émigration un peu plus forte. Dans ce village, alors qu’il y a urgence, aucune solution n’a été trouvée pour accroître les rendements, encore moins, pour changer de mode de culture : pas d’engrais, pas d’insecticides, pas de lutte contre l’érosion des sols, pas de jardins dignes de ce nom, pas de cultures de bas-fonds (elobi)...

69Mais l’inertie du système agricole, est surtout à mettre au compte de l’émigration qui vide les villages de ses éléments les plus jeunes et les plus dynamiques. L’émigration est actuellement très forte et il est difficilement imaginable qu’elle puisse encore augmenter. Mais cette inertie, c’est-à-dire le maintien des facteurs de production anciens (principe de l’inaliénabilité de la terre, entraide réciproque, prêts de terre...) permet, par ailleurs, la survie actuelle des terroirs, et empêche la production agricole de s’effondrer.

70Néanmoins les systèmes agricoles forestiers évoluent. L’évolution a commencé avec l’introduction du cacao et se poursuit actuellement sous le coup de contraintes dont l’émigration masculine et féminine constitue la plus forte. Pour l’instant, il s’agit d’une évolution qui est, en fait, une lente dégradation des facteurs sociaux et économiques constitutifs des systèmes de production anciens (dissociation des travaux masculins et féminins, appauvrissement des cultures vivrières, fin du contrôle collectif des terres). Cette dégradation n’a pas forcément que des côtés négatifs. Un plus grand individualisme peut permettre le développement d’initiatives individuelles, notamment chez les jeunes. Chez les femmes, le désir grandissant d’indépendance est une occasion de devenir de véritables agents économiques au même titre que les hommes. Leur objectif est désormais de gagner le plus d’argent possible, ce qui les rend plus sensibles au développement des cultures vivrières, mais aussi, malheureusement, aux attraits de l’émigration.

71Les objectifs suivis par les paysans restent doubles, à la fois tournés vers le village et la ville. Cette stratégie constitue une sécurité pour le migrant qui ne se retrouve jamais sans ressource en cas d’échec, ainsi que pour le paysan qui peut ainsi trouver une occasion de gains généralement importants. Mais elle comporte des inconvénients graves, parmi lesquels, la dégradation des méthodes de culture, l’augmentation à terme des migrations féminines et le recul consécutif des cultures vivrières. Remarquons, au passage, que ces stratégies individuelles desservent les terroirs au bénéfice exclusif de la ville. Celle-ci bénéficie ainsi d’une force de travail jeune qui se reproduit ailleurs et se retire, une fois écoulée sa période d’activité.

Notes

39 Mais Wenezoui montre l’importance des tontines dans les disponibilités monétaires des hommes (entre 38 et 41 %), dans les exploitations qui ne disposent que de faibles revenus cacaoyers.

40 La couverture des maisons est surtout le fait de la coopérative, aujourd’hui dissoute, créée au début des années soixante-dix par la mission catholique du village.

41 Rappelons que dans les deux villages, les plus gros propriétaires terriens appartiennent au groupe minoritaire belo et exercent le métier particulier de guérisseur.

42 Autrefois, la plantation d’oignons protecteurs (meyañ) dans les champs était la règle ; cette pratique tend à disparaître. Mais devant la baisse régulière de la production de manioc et de l’arachide, des femmes initiées, organisent des cérémonies nocturnes (en 1983 à Yemesoa et en 1984 à Yemesoa II), avec repas pris en commun et invocations aux ancêtres et aux esprits. Les rites agraires, réactivés, sont nombreux et interviennent avant et après les semailles, au moment des récoltes, ou lors d’une période de sécheresse ou de disette (Bochet De The 1985).

43 Il existe deux types de houes qui sont encore fabriquées par le forgeron de Yemesoa. Elles diffèrent principalement par leur lame, le manche (longueur. : 40-45 cm) étant identique et taillé dans une branche formant un coude. L’une a une lame à douille, l’autre une lame fixée au moyen d’un lien, jadis d’écorce, maintenant de caoutchouc (chambre à air récupérée). La lame est assez étroite (largeur maxi. : 15 cm, longueur : : 20 cm).

44 Le séchoir « autobus » se présente sous la forme d’une petite maison recouverte de nattes, abritant plusieurs niveaux de claies que l’on peut sortir en les faisant coulisser sur des rails de bambous.

45 Cf. Nkongmesa : Wenezoui, Mom : J.Champaud, Zengoaga : J. Tissandier, Boutazab : B. Guillot, Y. Diallo.

46 À Yemesoa, les vols dans les champs sont particulièrement fréquents ; manifestations des conflits sociaux, mais aussi des inégalités et d’une carence de la production vivrière de certaines exploitations agricoles. Tous les champs sont protégés des vols comme des empiétements, par différents procédés magiques : coquilles d’escargots, palmes fichées en terre aux quatre coins du champs, enfouissement de vieilles machettes, d’écorces, de bouteilles remplies de * remèdes »...

Table des illustrations

Légende Figure 14. L’évolution de l’habitat.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15447/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 311k

© IRD Éditions, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search