Version classiqueVersion mobile

Sous l’empire du cacao

 | 
Christian Santoir

4. Treize ans après : la situation des deux villages en 1985

Texte intégral

1En un peu plus de dix ans, les terroirs ont connu une évolution assez sensible se manifestant d’abord par une diminution plus ou moins importante de leur population, concernant notamment les hommes jeunes. Ceux-ci n’ont pas été retenus au village, ni par les cultures, ni par les activités non agricoles, malgré tout leur intérêt. L’évolution démographique est intimement liée aux changements survenus dans le mode de transmission des terres ainsi que dans le système cultural.

LA POPULATION : PARTOUT EN DIMINUTION

2En 1985, la population d’ensemble des deux terroirs a sensiblement diminué. À Yemesoa, la densité générale a baissé : 124 hab./km2 au lieu de 137 (carte 10 hors-texte). Bien que la charge humaine ait évolué dans certaines exploitations, sa répartition au niveau du terroir est restée à peu près la même qu’en 1972. À Alen-Zalengañ, la densité générale est également plus faible : 6,5 hab./km2 (-0,5 hab./km2)

  • 34 Les effectifs d’une exploitation non représentative ont été soustraits de la population de Zalenga (...)

• Bilig Bitom :

279 habitants

(9,7 %)

• Nkolngégé :

117

(-19,3 %)

• Yemesoa :

396

(-12,7 %)

• Alen :

67

(-24 %)

• Zalengañ :

99

(-33 %)34

3Cette mauvaise santé démographique a diverses causes que peut éclairer le bilan de l’évolution ente 1972 et 1985 :

Tableau 32. Les mouvements de population entre 1972 et 1985.

Tableau 32. Les mouvements de population entre 1972 et 1985.

4Dans les deux cas, les deux tiers de la population résidente en 1972 ne sont plus présents en 1985. Le noyau stable de la population représente un peu plus d’un tiers. Le reste est constitué par les naissances (Yemesoa) et l’immigration (Alen-Zalengañ). L’évolution démographique des deux villages est donc le fruit d’une forte mobilité des habitants.

Les mouvements démographiques : l'émigration, principal moteur de l’évolution des effectifs

5La forte proportion des naissances à Yemesoa confirme la vitalité démographique du pays éton. Le village a reçu 83 épouses et n’en a « donné » que 69, d’où un potentiel accru de natalité. À Alen-Zalengañ au contraire, on a enregistré très peu de naissances pour compenser les décès. Beaucoup de femmes sont parties sans être remplacées (déficit de 10 femmes). En outre, l’âge moyen des femmes mariées est encore élevé : 45 ans en 1972, 40 ans en 1985. À cet âge, il s’agit de femmes ayant généralement contracté plusieurs unions et s’étant fixées sur le tard. Ce genre de mariage permet à des hommes peu fortunés d’éviter de payer une dot. Mais la mobilité conjugale s’accompagne d’une faible natalité la plupart du temps. Le taux de fécondité (enfants de moins de 5 ans par rapport aux femmes en âge de procréer) n’est que de 63,15 %, contre 83,5 % à Yemesoa. Le taux de mortalité par contre est presque identique dans les deux villages.

6L’immigration apparaît proportionnellement plus forte dans le village éton que dans le village bulu. Mais il s’agit dans les deux cas d’une migration d’adultes (entre 86 et 88 %) à dominante féminine. Ce sont surtout des personnes isolées, aucune famille n’étant venue s’installer dans les deux villages, à une exception près, à Zalengañ. Ces déplacements correspondent à des migrations matrimoniales dans la plupart des cas, dans des sociétés virilocales où l’épouse vient résider chez sa belle-famille. Mais on compte aussi des femmes venues avec leurs enfants rejoindre un fils, un frère ou un oncle. Ces déplacements familiaux sont la principale motivation des hommes ; le plus souvent, ils rejoignent un oncle maternel, parent qui, dans la société béti, assure protection et aide.

7L’émigration est comparable dans les deux villages, un peu plus forte toutefois à Yemesoa. Qui sont les absents ? On constate tout d’abord que l’émigration, en 1985, concerne aussi bien les hommes que les femmes avec des variations sensibles entre les villages. À Yemesoa, l’émigration est à dominante masculine, mais à Alen-Zalengañ, les départs féminins sont plus nombreux. Dans tous les cas, elle est très forte et le village éton ne subit pas la plus forte « ponction ».

Tableau 33. L'importance numérique des migrants dans la population en 1985.

Total

15-60 ans

% du total

% des adultes

Yemesoa

Hommes

109

101

38,5

62,3

Femmes

109

95

33

47,5

Alen-Zalengañ

Hommes

37

34

43

55,7

Femmes

39

37

43,8

60,6

8Les hommes absents sont d’abord des hommes jeunes, 69 % ont entre 20 et 40 ans à Yemesoa (âge moyen : 28 ans), 49 % seulement à Alen-Zalengañ, où les départs se font plus jeunes. Les caractères de l’émigration sont différents entre les deux villages.

9À Yemesoa, il s’agit d’une émigration « classique » ; les hommes partent après 15 ans, pour aller en ville, d’abord à Yaoundé, puis à Douala et les autres petits centres du Sud Cameroun. La principale motivation est la recherche d’un travail (75 % des migrants). La moitié de ces migrants sont célibataires, et pour la majorité, des fils cadets des chefs de famille ; puis viennent des fils aînés et des frères cadets de chefs d’exploitation généralement déjà mariés. La plupart des emplois occupés le sont dans les services, soit à titre de fonctionnaires (15 migrants dont 5 dans l’armée et la police), ou d’employés du secteur privé (39 migrants dont 9 travaillant dans le seul hôtel Akwa Palace de Douala ; on compte aussi des chauffeurs, des employés de maisons..). Le bâtiment emploie également une part notable de migrants (18) mais on rencontre peu de commerçants (5) et peu d’artisans (6). Enfin, 16 % des migrants poursuivent leurs études secondaires en ville.

10À Alen-Zalengañ, la recherche d’un emploi est également une motivation importante mais qui ne représente que 27 % des cas. Les migrants de plus de 15 ans sont relativement âgés (34 ans en moyenne) et occupent à Douala, Akonolinga et Sangmélima, des emplois stables et spécialisés (on compte ainsi plusieurs instituteurs, un conducteur d’engins, un employé de la Sodecao). Tout aussi importants, mais concernant les éléments les plus jeunes, sont les déplacements induits par l’émigration des adultes (27 %), ainsi que les migration scolaires (24 %). Enfin, un dernier quart concerne des changements de village à caractère familial ou social, pour se rapprocher d’un oncle maternel, pour fuir la sorcellerie...

11Les migrations féminines obéissent à des motifs similaires dans les deux villages. Les femmes partent d’abord pour rejoindre le village de leurs époux (encore que la moitié des épouses bulu, et le tiers des épouses éton se marient en ville..).

12À Yemesoa, les migrations matrimoniales constituent les deux tiers des mouvements féminins. Viennent ensuite les mouvements induits par les migrations masculines, épouses et enfants allant rejoindre un migrant (16,5 %). Le reste est constitué par des migrations à caractère familial suite à un divorce, un veuvage.. Les migrations de travail ou scolaires viennent en dernier lieu.

13À Alen-Zalengañ, les migrations matrimoniales ne forment que le tiers des migrations féminines. Les déplacements à cause familiale l’emportent (36 %). La plupart sont caractéristiques d’une certaine instabilité féminine. En dehors des migrations destinées à suivre un mari, 20 % des migrantes sont des veuves, des divorcées rejoignant un parent habitant un autre village, ou encore des femmes “en fuite”.. Enfin, les migrations scolaires vers Yaoundé apparaissent relativement importantes (23 %), mais elles ne concernent qu’une seule grande exploitation appartenant à un instituteur exerçant dans un autre village.

14Quelques soient leurs motifs, les migrations féminines envoient en ville 51 % des migrantes d’Alen-Zalengañ et 64 % de celles de Yemesoa, soit respectivement, 22 et 20 % de toutes les femmes, c’est-à-dire une part notable des cultivatrices potentielles. L’émigration est donc un phénomène essentiel qui détermine l’évolution démographique des villages et marque leurs activités. La plupart des hommes et des chefs d’exploitation sont d’anciens migrants :

Tableau 34. La situation des hommes de plus de 20 ans en 1985.

Sédentaires

Revenus

Absents

Total

Yemesoa :

• Bilig Bitom

9

33

59

101

• Nlolngégé

5

15

21

41

Total

14

48

80

142

 %

10

34

56

100

• Alen

3

8

15

26

• Zalengañ

15

4

8

27

Total

18

12

23

53

%

34

23

43

100

15On remarque que la proportion de gens n’ayant jamais migré varie sensiblement d’un village à l’autre, et d’un quartier à l’autre. Ceux qui n’ont jamais migré sont, en général,des hommes âgés (50 ans et +) disposant de superficie de terrain et de cacao égales ou supérieures à la moyenne, ou exerçant au village une activité parallèle à la culture : catéchiste, guérisseur, et à Zalengañ : pêcheurs, chasseurs..

16Par contre, le taux de retour (soit le rapport : migrants revenus/absents + migrants revenus) est légèrement plus important à Yemesoa (37 %) que dans le petit village isolé d’Alen-Zalengañ (35 %). Les retours s’effectuent à un âge jeune : 30 ans en moyenne à Yemesoa, 25 ans à Alen. 63 % des migrants revenus à Yemesoa et 75 % à Alen-Zalengañ ont moins de 30 ans. Mais dans l’ensemble, les taux de retours sont faibles et traduisent un certain allongement du temps d’absence. Les retours sont liés à la possession d’une cacaoyère « libérée » par le décès du père ou d’un oncle, ou encore octroyée lors du mariage (à condition d’avoir l’argent de la dot). La jeunesse des retours n’est pas toujours un signe de réussite, mais plutôt un constat de l’échec en ville. À Alen-Zalengañ, les hommes adultes revenus (après 7 ans d’absence en moyenne) n’ont exercé que des petits métiers (apprentis, aides, manoeuvres) pour la plupart, d’autant que leur aire de migration, strictement régionale (Ebolowa, Sangmélima, pays bulu en priorité) et à faible activité économique, n’était pas favorable à une embauche importante. Les migrants éton, au contraire, sont revenus plus vieux, (après 9 ans d’absence) ayant exercé des emplois plus diversifiés, à Yaoundé et Douala.

17Entre 1972 et 1985, Yemesoa a perdu quatre exploitations seulement, et Alen-Zalengañ quatorze. C’est-à-dire que ces exploitations ont perdu leurs chefs (décès ou migration) et qu’il ne s’est trouvé personne pour les remplacer.

Tableau 35. La situation des chefs d'exploitation en 1985.

Sédentaires

Revenus

Absents

Total

Yemesoa

10

29

13

52

Alen-Zalengañ

7

11

2

20

Total

17

40

15

72

%

24

55

21

100

18Ainsi, à Yemesoa, sur cinquante-six chefs d’exploitation, en 1972, vingt sont morts et ont été remplacés par six migrants revenus (tous originaires de Bilig Bitom à une exception près), et dix nouveaux chefs : trois femmes (veuves et soeurs d’anciens chefs décédés) et sept jeunes migrants. Les quatre autres exploitations ont fusionné avec d’autres. À Alen-Zalengañ, les douze chefs d’exploitation décédés et les quatre autres ayant quitté le village, n’ont été remplacés que par deux migrants revenus. Il faut noter que parmi les exploitations existantes, un certain nombre (treize à Yemesoa, deux à Alen-Zalengañ) sont actuellement dirigées plus ou moins bien par des migrants laissant tout ou partie, de leur famille au village. Leur migration peut être permanente en relation avec un emploi stable (fonctionnaire, employé qualifié) ; ils effectuent alors des va-et-vient le week-end, lors des congés qu’ils font coïncider avec les grands travaux agricoles (surtout la récolte du cacao). Elle peut être aussi saisonnière, l’homme quittant le village lors de la grande saison sèche, à partir d’octobre, pendant la traite du cacao, période où le commerce bat son plein en ville, et donne l’occasion de nombreux petits négoces.

19Le phénomène migratoire s’accentue-t-il ? En l’absence de données précises concernant l’émigration en 1972, il est bien difficile de le dire. D’autre part, vu la spécificité de chaque cas il est délicat de faire des comparaisons avec des données générales, applicables à de vastes zones. Cependant la dégradation des taux de masculinité indiquerait a priori, que l’émigration masculine augmente :

Tableau 36. L'évolution du taux de masculinité (1972 - 1985)

1972

1985

Yemesoa

87,6 hommes/100 femmes

78,3

Alen-Zalengañ

97,4

90,2

20Mais ces taux ont le gros défaut de ne pas tenir compte de l’évolution parallèle de l’émigration féminine. L’âge moyen des départs, de même que la durée moyenne des absences, augmentent en fonction de l’âge des migrants revenus au village. Cependant, si l’on compare les anciens migrants et ceux, en cours de migration, de plus de 30 ans (âge moyen des retours) on peut discerner une évolution sensible (tabl. 37) :

21On remarque ainsi que les migrants absents actuellement ont déjà largement dépassé le temps de migration de leurs aînés. La durée des migrations a aussi tendance à augmenter suivant les dates de retour (tabl. 38) :

Tableau 37. La durée moyenne des migrations en 1985.

Tableau 37. La durée moyenne des migrations en 1985.

Tableau 38. La durée moyenne des migrations selon la date de retour.

Date de retour

Durée moyenne

1975-1985

12 ans

1965-1975

10

1955-1965

9

1945- 1955

4

Avant 1945

2

22Cette tendance, que la faiblesse de l’échantillon (une quarantaine d’anciens migrants des deux villages) ne permet pas de considérer comme absolue, correspond néanmoins avec les résultats des entretiens. Les migrants partent en ville pour des durées de plus en plus longues. Les migrations de plus en plus fréquentes de femmes et d’enfants vers la ville, c’est-à-dire l’émigration de familles entières, est liée à l’émigration masculine et correspond également à une augmentation des temps de séjour en ville. De même, l’envoi des enfants à l’école secondaire urbaine (20 % de tous les migrants, mais seulement 6 % des migrantes), nécessite des ressources monétaires importantes que seule une migration régulière et de longue durée peut fournir.

23Les causes de l’émigration sont complexes. Il s’agit d’un phénomène ancien (70 % des hommes de plus de 40 ans sont d’anciens migrants). La surcharge humaine du terroir peut apparaître comme la cause première. Le système de culture pratiqué, encore largement « traditionnel », n’autorise qu’une densité dépassant difficilement 25 hab./km2. L’émigration serait ainsi une réponse inéluctable, visant à rétablir un équilibre rompu entre population, techniques et espace nécessaire. En fait, la relation entre ces éléments n’est pas si simple. L’émigration actuelle aussi forte soit-elle, ne fait qu’alléger faiblement la charge humaine. À Yemesoa, la densité actuelle est encore cinq fois plus forte qu’il ne faudrait théoriquement.. En outre, la notion même de surcharge est assez élastique, et librement interprétée par chaque exploitant, qui détermine seul, son niveau de survie. Il n’y a pas de corrélation entre les superficies agricoles contrôlées et cultivées par les exploitations, et l’émigration. À Yemesoa, les exploitations ayant des plantations de cacao supérieures à la moyenne villageoise, envoient 60 % de leurs hommes adultes en ville, contre 42 % pour les autres. Les motivations de départ des hommes dépendent de chaque cas individuel. Être dans une exploitation qui a une grande cacaoyère ne suffit pas pour rester au village ; encore faut-il pouvoir en cueillir les fruits, accaparés, la plupart du temps, par les chefs de famille, pères ou aînés. Le décès du père est souvent le signal du retour à la terre, mais celui-ci dépend aussi de l’âge du migrant. Il y a à Yemesoa des chefs d’exploitations jeunes (entre 30 et 45 ans), contrôlant des cacaoyères assez importantes (2 hectares) qui préfèrent poursuivre leur vie à l’extérieur, tout en effectuant de fréquents allers et retours entre la ville (Yaoundé) et le village.

24L’émigration n’est pas, non plus, en relation avec la superficie des réserves foncières. Il n’y a pas plus de migrants dans les petites exploitations. L’émigration féminine dépend de l’émigration masculine. Le manque de champs vivriers se règle par d’autres moyens que l’émigration (prêts, location..).

25Ainsi, sans qu’on puisse ignorer totalement la relation de cause à effet entre surcharge humaine et émigration, le phénomène migratoire apparaît autant lié à un problème d’ordre social qu’aux ressources propres des exploitations

La composition de la population : un affaiblissement des classes actives

26En 1985, la population des deux villages, compte tenu des données précédentes, se répartissait comme suit :

Tableau 39. La répartition de la population par âge en 1985.

Tableau 39. La répartition de la population par âge en 1985.

27La proportion des jeunes et surtout des adultes, a diminué à Yemesoa, par rapport à 1972, au profit des classes âgées. La baisse la plus significative concerne les hommes adultes (-7 %). Chez les femmes, les jeunes (<15 ans) auraient diminué de près de 4 % ; conséquence d’une émigration accrue de filles parties rejoindre des familles installées en ville, ou d’une erreur dans la détermination des âges ?

28À Alen-Zalengañ, on constate également une diminution de la proportion des adultes (-3 %), des femmes uniquement, et des classes âgées (-2 %).

29En 1985, l’exploitation moyenne s’établit donc ainsi :

Tableau 40. La population active par exploitation en 1985.

Tableau 40. La population active par exploitation en 1985.

30À Yemesoa, l’exploitation a donc légèrement diminué dans les deux quartiers qui conservent des moyennes différentes. Cette diminution des effectifs est surtout due au tassement des actifs, notamment des hommes, un peu moins nombreux. À Alen-Zalengañ, l’évolution est différente, et l’exploitation a augmenté (+0,5 personne), notamment en ayant plus d’hommes adultes et de femmes inactives.

31Mais dans l’ensemble l’évolution est faible, sauf à Yemesoa où l’exploitation moyenne a perdu près d'un homme actif. On remarque que l’exploitation éton dispose d’une force de travail toujours aussi forte (3,2 actifs avec notamment 2 femmes), supérieure à l’exploitation bulu (2,7). Mais cette dernière a beaucoup moins d’inactifs (2,5 contre 4,4). Si l’on étend la notion d’activité aux classes d’âges : 10-15 ans et 60-65 ans, ces inactifs peuvent fournir une main-d’œuvre mobilisable appréciable :

Tableau 41. La main-d'œuvre mobilisable totale (10 - 65 ans).

Hommes

Femmes

Total

Alen-Zalengañ

1,8

1,8

3,6

Yemesoa

1,9

2,7

4,6

32La présence de plusieurs femmes dans l’exploitation éton est due à la présence de femmes de migrants séjournant toute l’année au village. La polygamie est faible à Yemesoa : 1,07 femme mariée par homme en 1985 contre 1,2 à Alen-Zalengañ. Dans ce dernier village, elle était plus forte en 1972 (1,36) et l’âge des femmes mariées a tendance à diminuer (de 46 ans à 40 ans) alors que celui des maris reste autour de 46 ans.

LA TERRE : VERS UNE SUCESSION UNILATÉRALE

33La diminution de la population et du nombre des exploitations a entraîné a priori une concentration des propriétés. L’évolution est surtout intéressante à suivre à Yemesoa.

Tableau 42. L'occupation du sol à Yemesoa en 1985 (en ha).

Nkolngégé

Bilig Bitom

Total

Évolution

Superficie totale

90

240

330

Superficie possédée par des étrangers

17,74

11,21

28,95

+ 91 %

Superficie occupée par l'autre quartier

-

3,52

3,52

-79 %

Superficie inutilisable

10

25

35

Superficie disponible

62,26

200,27

262,53

Superficie occupée en dehors du terroir

6,9

31,34

38,24

-32 %

34La charge humaine a diminué sur la superficie exploitable à l’intérieur du terroir, surtout à Nkolngégé, où la densité humaine était maximale :

Tableau 43. La population de Yemesoa par quartier en 1972 et 1985.

Nkolngégé

Bilig Bitom

Village

1972

258

146

170

1985

188

139

151

35Mais il y a eu repli à l’intérieur du terroir ; les exploitations cultivent moins en dehors du terroir du quartier et du village. Par contre, par le jeu des héritages, les villages limitrophes Komo et Yemesoa II contrôlent deux fois plus de terre qu’en 1972 dans le terroir. En fait, la superficie disponible à l’intérieur du terroir est restée la même. Les exploitations ont donc, théoriquement, des surfaces moyennes légèrement plus grandes qu’en 1972 :

36• Nkolngégé : 4,16 ha (+ 0,40 ha), dont 0,36 ha à l’extérieur

37• Bilig Bitom : 7,54 ha (-0,11 ha), dont 0,92 ha à l’extérieur

38• Moyenne : 6,33 ha (- 0,11 ha), dont 0,72 ha à l’extérieur

39Au niveau individuel, les superficies n’ont progressé qu’à Nkolngégé : 0,66 ha (+ 0,19 ha). À Bilig Bitom, elles sont restées pratiquement stables : 0,83 ha contre 0,82 ha en 1972.

40L'évolution a cependant été trop faible pour changer la répartition des exploitations : une minorité de grosses exploitations de plus de 7 ha à Bilig Bitom, une majorité de petites et moyennes exploitations de 2 à 7 ha à Nkolngege.

Tableau 44. La répartition des exploitations selon la superficie à Yemesoa en 1985.

Tableau 44. La répartition des exploitations selon la superficie à Yemesoa en 1985.

41La transmission des terres entre 1972 et 1985 n’a donc pas entraîné un morcellement des terres. Le partage des domaines entre tous les héritiers mâles des chefs d’exploitation défunts n’a pas été systématique comme la coutume le préconise. À Yemesoa, les héritiers qui ont repris les exploitations sont en majorité les fils aînés des défunts, revenus de migration, ou continuant des migrations alternatives entre ville et village. Nous avons vu que les cadets alimentent l’émigration. Notons que la notion d’« aînesse » est toute relative et politique. Est l’« aîné », le fils qui a été désigné comme tel par le père pour le remplacer. On compte également quatre exploitations tenues par des veuves, soit que le défunt n’ait pas eu de fils suffisamment âgés, ou que ceux-ci aient préféré rester en ville. Une exploitation a été reprise par une soeur du chef décédé (sans héritier) ; enfin, dans deux exploitations, les héritiers trop jeunes, ont été placés sous la tutelle de leurs cousins adoptifs.

42La conservation des propriétés dûe à la prééminence des « aînés » est une stratégie familiale qui peut s’expliquer par la relative exiguïté des domaines. En outre, à quoi sert d’hériter de quelques arpents de cacao, sans terrain autour, pour accroître la plantation ? Les cadets placés de facto sous la tutelle de leurs frères, n’ont, le plus souvent, d’autre solution que l’émigration. Selon la tradition béti, il s’agit là d’une évolution récente contraire à la « bonne coutume » qui normalement garantit l’héritage des cadets.

43À Alen-Zalengañ, seules cinq exploitations ont été reprises par un fils aîné. La faible proportion d’enfants, la présence d’hommes âgés vivant seuls ou avec des concubines plus âgées et sans enfants, fait que la majorité des exploitations n’ont pu être héritées par des descendants directs. La plupart l’ont donc été par des neveux du défunt (7 fils de frères et 2 fils de soeurs) ; enfin, on note 2 cas d’héritage par des cousins issus de deux lignées de frères. Mais comme à Yemesoa, les exploitations n’ont pas fait l’objet de partages et les terres ont été reprises par un seul héritier. L’exiguïté des propriétés ne peut ici être invoquée, et il faut sans doute y voir un manque d’héritiers potentiels, vivant sur place, ou désirant rejoindre le village. Le contrôle des plantations (ici deux fois plus importantes par individu qu’à Yemesoa) peut être également une motivation suffisante, d’autant plus que leur superficie a fortement progressé depuis 1972.

44La circulation de la terre entre les familles compense, en partie, l’inégalité des propriétés héritées. En 1985, près de la moitié des exploitations de Bilig Bitom devaient emprunter des terres. Celles-ci concernent principalement des parcelles vivrières, beaucoup plus rarement des cacaoyères (5,20 ha à Bilig Bitom, pour une dizaine d’exploitations). Pour les champs vivriers, les emprunts représentent entre 40 (Bilig Bitom) et 60 % (Nkolngégé) des superficies totales. La majorité des parcelles (67 %) sont empruntées en dehors du terroir, soit dans un autre quartier (Zogo-Ntso), soit dans un autre village (Yemesoa II, Komo, Ngongo). Ceux qui empruntent sont des paysans ayant une exploitation d’une taille inférieure à la moyenne, ne disposant qu’entre 4 et 9 ares de culture vivrières par personne. Les surfaces empruntées sont de l’ordre du demi hectare (40-60 ares) par exploitation, soit 6 ares par individu. Une dizaine d’exploitations, tant mvog Kani que belo, disposent de suffisamment de terrain (entre 7 et 8 ha) pour pouvoir prêter, chaque année, une partie à leurs voisins.

Tableau 45. Les prêts de terre selon les lignages à Yemesoa en 1985.

Prêteurs

Nombre de champs

Emprunteurs

Nombre de champs

Mbon

7

Njop Sana

5

Mangisa

5

Mvog Bese

4

Mvog Benok

4

Mvog Benok

5

Ewolo Njom

2

Esek

2

Bike Ndzie

1

Aji

1

Njop Sana

1

Ndo

1

Aji

2

Mangisa

1

Esele

1

NkeMbok

1

Ewolo Njom

1

Total

22

22

45L’échantillon de parcelles vivrières ci-dessus montre qu’il existe toujours un noyau d’emprunteurs (njop Sana, mvog Bese) et un noyau de prêteurs (belo Mbon, Mangisa). En dehors apparaît une grande « turbulence » entre les familles tantôt prêteuses, tantôt emprunteuses.

LES CULTURES : EXTENSION DES CACAOYÈRES ET GENERALISATION DE L'AFUP OWONDO

L'occupation du sol : la progression du cacao

46À Yemesoa, la part des différentes cultures est relativement stable, ce qui est normal pour un terroir aussi « bloqué ». Par contre les cultures vivrières occupent à Nkolngégé une place plus importante, égale à celle qu’elles occupent à Bilig Bitom. Les superficies cultivées ont très légèrement augmenté aux dépens des jachères (carte 11 hors-texte). La durée de celle-ci est de trois ans pour un an de culture, ce qui, compte tenu de la durée moyenne des cultures (on récolte le plantain, le manioc, trois ans après les plantations), conduit à une occupation permanente des sols. A Nkolngégé, la durée de jachère s’est fortement réduite ; elle est inférieure à deux ans (carte 12 hors-texte). Malgré une forte diminution de la population entre 1972 et 1985, les paysans de ce quartier ont effectué un rééquilibrage entre champs vivriers et plantations, en augmentant de plus du double leurs superficies vivrières. Dans l’autre quartier, la situation s’est, au contraire, améliorée depuis 1972, avec pour la majorité des exploitations, un temps de jachère plus important ; en 1985, les cultures vivrières y sont moins importantes (-10 %), diminution correspondant à la baisse de la population ; mais le rapport : plantations/parcelles vivrières était plus équilibré à Bilig Bitom.

47Les superficies cacaoyères restent toujours aussi importantes (carte 13 hors-texte). Depuis 1972, on constate que le cacao a progressé de 9 % à l’intérieur du terroir, et de près de 14 % à Nkolngégé dont le terroir est déjà surchargé. Le cacao s’est étendu notamment au bord des ruisseaux, dans les zones les plus humides (hors-texte). La redensification cacaoyère n’a porté que sur une surface négligeable (5 ha environ).

Tableau 46. L'occupation du sol à l'intérieur du terroir de Yemesoa en 1985.

Tableau 46. L'occupation du sol à l'intérieur du terroir de Yemesoa en 1985.

48À l’extérieur du terroir, les terres possédées sont comme avant, d’abord des cacaoyères et des terrains de réserve, mais leur superficie a diminué sensiblement.

Tableau 47. L'occupation des terres exploitées à l'extérieur de Yemesoa en 1985 (en ha).

Bilig Bitom

Nkolngégé

Total

Cacao

16,2

2,5

18,5

Cultures vivrières

4,2

2,6

6,8

Terrain

10,9

1,8

12,7

Total

31,3

6,9

38,3

49Tout autre est l’évolution à Alen-Zalengañ. On constate d’abord une forte progression du cacao (+ 63,5 %), au détriment des plantations de café (-71 %) et surtout des plantations mixtes cacao-café (-86 %) (carte 15 hors-texte). Cette progression intéresse aussi bien Alen que Zalengañ, même si dans ce dernier quartier, l’augmentation des superficies est en grande partie due à une seule exploitation qui, en 13 ans, est devenue à elle seule, un petit village (« Yaoundé » : 57 habitants) situé à l’écart.

Tableau 48. La répartition des cultures à Alen-Zatengañ en 1985.

Tableau 48. La répartition des cultures à Alen-Zatengañ en 1985.

50Les cultures vivrières par contre, sont partout en recul, surtout à Zalengañ. La progression du cacao est remarquable ; les plantations couvrent 63 % des superficies cultivées (contre 56 % en 1972) ; c’est le pourcentage occupé par le cacao à Yemesoa. Les plantations de café sont en voie de disparition ; cette culture demande beaucoup de soins et de travail. Les paysans acceptent rarement de mener de front les deux cultures. Les caféiers, comme les plantations mixtes, sont laissées à l’abandon. Par contre, le cacao progresse, comme l’indique l’âge de la cacaoyère : en 1985, 44 % des superficies avaient moins de 5 ans d’âge ; 36 % entre 5 et 35 ans, et 19 % seulement, plus de 35 ans (carte 16 hors-texte). Il s’agit donc d’une cacaoyère jeune, en pleine expansion. Dans le même temps, d’anciennes plantations ont été abandonnées à la forêt (une dizaine d’hectares de cacao, soit 23,5 % de la cacaoyère existant en 1972, le quart des superficies de café et de cacao-café).

51Quelle est la part de l’évolution démographique dans l’évolution des cultures ? Les superficies cultivées en 1985 à Yemesoa montrent que les superficies par exploitation se sont légèrement agrandies conformément à la baisse de la population, surtout à Nkolngégé où les départs ont été les plus nombreux. On y dispose d’un peu plus de terrain, et surtout de deux fois plus de surfaces vivrières qu’en 1972. À Bilig Bitom, les superficies ont peu changé, surtout pour les cultures vivrières. Mais la comparaison entre 1972 et 1985 fait appraître une grande variation des superficies vivrières individuelles au niveau des exploitations (carte 17 hors-texte). L’évolution démographique des familles en est en grande partie responsable.

52Cependant, l’examen des cartes (1, 4, 5, 9, 11 et 16) exposant la situation de Yemesoa en 1972 et 1985, montre qu’il n’y a pas de liaison « mécanique » entre population, superficie vivrière par individu et réserve de terre. Certes, dans la plupart des cas, une augmentation de la population familliale a entraîné une augmentation proportionelle des superficies vivrières individuelles (il n’y a donc pas eu intensification), et une diminution des réserves foncières. Les exploitations qui ont vu leur population diminuer ont également accru leurs surfaces en vivre (moins toutefois que les précédentes) et disposent de jachères plus grandes. Mais, de nombreux facteurs, autres que la densité de population, entrent en jeu pour expliquer l’évolution des superficies vivrières ou celle des jachères. On peut citer ainsi : le besoin de numéraire, c’est-à-dire la vente de produits vivriers par les femmes (soit en intensifiant leurs semis et leurs pratiques, soit en étendant les superficies) ; la part des revenus issus des migrations, ou des plantations, servant à acquérir des vivres ; ou encore l’influence des conditions techniques (pluviométrie, fertilité des sols...), l’importance de la main-d’œuvre mobilisable..

Tableau 49. La répartition des cultures et des jachères à Yemesoa en 1985 (en ha).

Tableau 49. La répartition des cultures et des jachères à Yemesoa en 1985 (en ha).

53En 1985, à Alen-Zalengañ, chaque famille disposait de 55 ha de terres cultivables ; une très faible part du vaste terroir était habituellement cultivée : 147 ha soit 6 % de la surface du terroir et 10 % environ de la partie régulièrement exploitée. Dans le village bulu, les superficies par exploitation ont également augmenté, mais surtout du fait de l’extension des cultures cacaoyères qui ont presque triplé. Par contre, les cultures vivrières ont peu évolué. Les superficies par personne ont légèrement baissé à Alen et se sont maintenues à Zalengañ qui a fourni le plus gros effort de plantation. Mais les superficies cultivées totales par personne sont désormais identiques entre les deux villages (tabl. 50).

Tableau 50. La superficie cultivée par exploitation et par personne à Alen-Zalengañ en 1985.

Tableau 50. La superficie cultivée par exploitation et par personne à Alen-Zalengañ en 1985.

54Il existe toujours une grande différence entre Yemesoa et Alen-Zalengañ où une femme adulte dispose en 1985 de 1,10 ha pour nourrir 4 personnes, au lieu de 50 ares à Yemesoa, et un homme adulte cultive 2,15 ha de plantation au lieu de 1,52 ha. À Yemesoa, il s’agit d’une production de subsistance ; 39 % des exploitations ont même une moyenne inférieure à 13 ares de cultures vivrières par personne, entre 11 et 3 ares, ce qui peut être considéré comme le strict nécessaire. Dans le village bulu, les surfaces cultivées individuelles vont de 77 ares à 14 ares minimum.

L’évolution des systèmes de culture : vers l’uniformisation

55Bien que le temps écoulé entre 1972 et 1985 soit relativement court, les systèmes agricoles ont subi certaines modifications correspondant, soit à des fluctuations conjoncturelles, soit au contraire, à une évolution plus profonde. L'importance des superficies cultivées aux différentes saisons a changé sensiblement.

56À Yemesoa, les cultures de première saison restent largement prédominantes, même si en 1985 (année de bonne pluviométrie), celles de la deuxième saison ont doublé par rapport à 1972 (carte 18 hors-texte). Les champs des saisons antérieures, encore récoltés, paraissent toujours aussi peu importants et semblent même avoir encore diminué du fait de l’augmentation de superficies en cultures annuelles. Mais c’est à Alen-Zalengañ que le changement semble le plus important. En fait, le rythme des cultures y ressemble davantage à celui du village éton, avec des cultures de première saison dépassant largement celles de la grande saison des pluies. Par contre, vu la disponibilité en terre, les champs anciens conservent toute leur importance (carte 19 hors-texte).

Tableau 51. La superficie des cultures vivrières par exploitation aux différentes saisons en 1985.

Tableau 51. La superficie des cultures vivrières par exploitation aux différentes saisons en 1985.

57Le changement (durable ?) est à mettre en relation avec l’abandon des esep ngon, champs de superficies importantes ouverts dans les jachères anciennes, et mis en culture assez souvent lors de la deuxième saison de culture. En 1985, un seul champ de ce type avait été défriché. En 1972, la pratique du champ de ngon était, au contraire, généralisée, comme préalable à tout commencement d’un nouveau cycle cultural dans une zone de forêt. Les causes de ce changement qui semble bien être une évolution et non un fait propre à l’année d’observation, (si l’on se réfère aux déclarations des paysans) peut être recherchée dans un problème de main d’œuvre masculine. Le défrichement de ce genre de champ demande un gros travail. Le seul champ esep (75,2 ares) créé en 1985, l’a été par une femme avec l’aide d’une équipe de jeunes gens, dont son fils, forte de 14 personnes, qu’il a falllu nourrir et traiter convenablement. Encore cette grande parcelle a-t-elle été ouverte, dans des jachères relativement récentes, non loin des habitations.

  • 35 Letouzey sur sa carte de la végétation au 1/500 000 (1985) fait figurer d’importants recrus foresti (...)

58La grande majorité des terres, ne peuvent être exploitées compte tenu de la faible population du village et des dimensions du terroir. En fait, l’espace régulièrement cultivé se situe de part et d’autre de la route, et ne dépasse pas 2 000 mètres (3/4 d’heure de marche) de chaque côté. En 1972, 82 % des parcelles se situaient à plus de 800 mètres des habitations ; en 1985, seules 42 % sont situées au delà de cette distance. Les champs d’Ebolowa, de Dumabang ne sont plus exploités35. Ainsi, les champs vivriers « tournent » sur une surface plus restreinte, pouvant néanmoins assurer une jachère de 10 ans, au moins. Mais certaines femmes âgées, n’ayant pu disposer de la main-d’oeuvre masculine pour défricher des jachères anciennes, cultivent sur des jachères de 3 à 4 ans seulement.

59Les femmes concentrent désormais leurs travaux sur les champs d’arachide, moins exigeants en gros travaux d’abattage, d’autant que l’Eupatoire n’est pas ici très répandu, grâce à un couvert arboré encore assez dense. Les équipes de travail masculines consacrent, en fait, leurs efforts à l’agrandissement des cacaoyères. Les plantations de cacao sont créées à l’emplacement d’anciens champs vivriers, à une distance de 3 à 4 km du village, alors que les plus anciennes plantations occupent les abords immédiats du village. Mais il n’y a pratiquement plus de plantations mixtes, alliant sur la même parcelle, cacao et cultures vivrières. Les planteurs de Zalengañ, vu la disposition de leurs terres, ont accru leurs superficies cacaoyères (+ 66 %) à proximité de la route.

60La création d’une cacaoyère nécessite plusieurs opérations s’étalant sur une année : entretien d’une pépinière, piquetage et confection des trous, en mars ; mise en place des jeunes plants, d’avril à juin, ou de septembre à novembre. Ces travaux viennent s’ajouter à l’entretien des cacaoyers adultes, qui, à Alen-Zalengañ, est assez succinct : deux nettoyages, trois traitements phytosanitaires par an. Enfin, certains planteurs ont essayé de « régénérer » leurs anciennes cacaoyères, en mettant en place de jeunes plants à côté des pieds improductifs. Il s’agit d’un rajeunissement, mais sans arrachage des vieux pieds qui continuent d’affirmer l’ancienneté et la permanence de l’occupation du terrain. La redensification cacaoyère n’a été effectuée que par les gens d’Alen (sur 4,27 ha, soit 44 % des cacaoyers plantés avant 1959), ceux de Zalengañ ne possédant que très peu de vieilles cacaoyères (7 % de la superficie totale, antérieure à 1950).

61La création de nouvelles plantations commerciales, à proximité des anciennes, régénération, représentent un travail important, même si toutes ces tâches ne sont pas menées simultanément. La pratique du semi direct des fèves de cacao est abandonnée, au profit de tecniques préconisées par l’encadrement agricole. L’extension d’une cacaoyère demande, en moyenne, 1 200 heures de travail (240 jours) par hectare, y compris les défrichements initiaux, la confection de pépinières et le transport des plants sur les champs. Seuls, 10 planteurs sur 19, ont étendu leurs cacaoyères de 2,90 ha chacun, ce qui a nécessité 3 500 heures de travail (700 jours), répartis sur cinq ans. Chaque exploitation disposait d’1,70 ha de plantations anciennes, soit, vu le niveau d’entretien, guère plus de 300 heures (60 jours) de travail par an. Finalement, le cacao a demandé à ces exploitants 200 jours de travail par hectare. Les travaux de mise en place des plants interfèrent avec d’autres tâches prioritaires comme le défrichement des parcelles vivrières de premier cycle (février-mars), ou la récolte du cacao (à partir de septembre). Cependant, l’importance de la cacaoyère à Alen-Zalengañ dépend directement de la main-d’oeuvre masculine. Les exploitations accroissant leurs plantations disposent d’au moins deux hommes, et ce, malgré l’existence d’équipes de travail qui contribuent à mieux répartir la force de travail disponible.

62D’une façon générale, les chefs d’exploitation qui ont peu de main d’oeuvre masculine ou de faibles superficies de cacao, se livrent à des activités non agricoles, pour obtenir quelques revenus. A Yemesoa, les artisans sont des planteurs qui disposent d’une maind’œuvre masculine inférieure à la moyenne (0,85 ha et 0,8 homme) ; il en est de même à Alen-Zalengañ (2,65 ha et 1 homme).

LES ACTIVITÉS EXTRA-AGRICOLES : DES OCCUPATIONS SECONDAIRES MAIS SOUVENT LUCRATIVES

  • 36 Selon Wenezoui qui a étudié le village éton de Nkongmesa en 1979, les travaux ménagers occupaient (...)

63Pour pallier l’insuffisance des cultures vivrières, compenser certains déficits protéiniques, ou accroître leurs revenus monétaires, hommes et femmes pratiquent une activité non agricole, traditionnelle ou moderne36.

64Les travaux agricoles, malgré leur caractère impératif, laissent du temps libre, surtout aux hommes qui n’ont pas à leur charge les travaux domestiques.

65La cueillette du vin de palme (meyok melen) est l’activité de prédilection des hommes. À Yemesoa, il s’agit de la cueillette du vin « d’en haut » (des gourdes sont attachées au bourgeon végétatif terminal). C’est là un travail difficile et dangereux, qui peut avoir lieu toute l’année, mais est surtout pratiqué pendant la saison séche. La production de vin de palme est une source de revenu non négligeable pour l’homme. À Alen-Zalengañ, la récolte est également une activité répandue. Elle s’effectue par abattage du tronc, ce qui est une pratique désastreuse, détruisant progressivement la palmeraie (Photo 7). Une grande quantité de la récolte est transformée en alcool, l’araki ou haa, boisson interdite, mais qui remplace la bière dont l’approvisionnement n’est pas assuré. La distillation de l’alcool est effectuée la nuit, par les femmes qui en tirent un petit revenu complémentaire au risque de se faire dénoncer et emprisonner.

66La chasse et la pêche sont les principales activités complémentaires, et parfois, concurrentes de l’agriculture. Le nombre de pêcheurs et de chasseurs, est plus grand à Zalengañ qu’à Alen. Les gens de Zalengañ restés plus longtemps en forêt, ont conservé leurs pratiques et leurs techniques. D’autre part, leur ancien terroir retourné à la forêt est devenu une vaste zone de chasse et de pêche (notamment la rivière So). La chasse est pratiquée principalement par piégeage et ne capture que de petites proies : porc-épics, pangolins, « lièvres »... La chasse au filet (abiom) faisant appel à la solidarité lignagère élargie, n’est plus pratiquée, même à Zalengañ où le gros gibier (gorille, éléphant) peut encore se trouver.

67Seuls, deux exploitants possédent des fusils à Alen-Zalengañ. Les pièges (olam) sont de deux sortes : à cou (olam ntiñ) ou à pied (olam abo) (fig. 12). Ils sont tendus sur le passage du gibier, autour des champs, ou le long des sentiers formant alors avec des barrières en palmes de véritables barrages (emvengen). Les pièges à singes (boa), à massue (abee mbenñe), à fosse (ebe), ne sont plus guère employés, avec la raréfaction du gros gibier ; en outre, les champs sont plus proches des habitations. Tendre les pièges constitue un véritable travail ; un homme peut tendre jusqu’à 200 pièges qu’il faut surveiller régulièrement. La chasse a lieu toute l’année, mais la saison des pluies est la plus productive. Devenue une activité individuelle, la chasse fournit d’abord de la viande aux familles et secondairement, des revenus, irréguliers mais pouvant être substantiels ; à Sangmélima, une antilope se vend 5 000 F CFA, un potamochère de 15 à 20 000 F CFA. Cependant, la pratique de la chasse nocturne au fusil, contribue à décimer le gibier.

  • 37 Où sont les troupeaux d’éléphants, les « hardes d’antilopes », les buffles, rencontrés par Curt vo (...)

68À Yemesoa, la chasse par piégeage (collets surtout) est également pratiquée par tous les hommes, mais ici, elle consiste seulement à traquer impitoyablement écureuils, « taupes » et vipères, tout derniers témoins d’une faune autrefois riche37.

69La pêche des hommes est une activité plus spécialisée qui se distingue de la pêche à la ligne (minnop) surtout pratiquée par les enfants. Deux exploitants de Zalengañ s’y consacrent entièrement. Ils passent des semaines dans leurs campements faits de petites huttes (ebem) au bord des rivières, de février à avril, pendant les basses eaux. La pêche a lieu dans les biefs (atok) de la rivière Lobo, mais aussi dans la So et la Kumu. Selon le type de filet, la pêche nécessite de 2 à 10 personnes. On distingue la pêche au grand filet (avot) barrant tout un cours d’eau ; la pêche à la nasse (alam) et la pêche au barrage (engombo), plus individuelle. Les prises sont de diverses espèces : ngol (silure), mvoñ (fam. Acantoptérigiens), anem (genre de lamproie), evos, mvas (brochet), asas (carpe), nyamaa (Distichodus nostopilus)... Le poisson est fumé dans les campements, puis vendu à Bengbis et à Sangmélima, ou à des commerçants qui viennent directement sur les lieux de pêche. Chasse et pêche contribuent à expliquer la moins grande surface vivrière cultivée par les gens de Zalengañ, dont les hommes accordent moins de temps aux défrichements, à la recherche des boutures de plantain..

70À Yemesoa, la pêche des hommes n’a que très peu d’importance ; elle se réduit à poser des nasses (eja) au fond des marigots.

Figure 12. Principaux types de pièges utilisés à Alen-Zalengañ.

71L’élevage ne peut être considéré comme une activité. Les quelques chèvres (les « cabris ») et moutons possédés par les paysans s’élèvent en liberté dans le village, et ne servent qu’à la célébration des cérémonies familiales, à la constitution de la dot, ou à faire des cadeaux. Quand les populations, originaires de la savane, ont pénétré dans la forêt (où les performances de l’élevage sont limitées), le cheptel n’a conservé que son rôle social.

72L’artisanat : confection de hottes, de nattes de séchage pour le cacao, de paniers, de greniers, ou de planches, pour ceux qui peuvent se procurer une tronçonneuse, est une occupation récente et masculine. Il est rare que d’anciens migrants aient l’occasion d’exercer leur métier au village. À Yemesoa, cette activité ne concerne que quelques hommes en dehors d’un menuisier et d’un forgeron. On doit à ce dernier la survie des houes anciennes (fig. 13) qui ont totalement disparu à Alen-Zalengañ ; elles y ont été remplacées par un seul type de houe vendue dans le commerce.

Figure 13. Types de houes.

73Enfin, à mi chemin des activités traditionnelles et modernes, le métier de guérisseur (mbebala, mbibiañ) est assez répandu. Mais il ne peut être exercé par tous. Il nécessite en effet, une longue initiation, une connaissance intime des plantes du terroir ainsi que des dons particuliers. Les deux villages comptent six guérisseurs (quatre à Yemesoa) dont deux Belo qui sont les hommes les plus riches et les mieux dotés en terre.

74Les femmes ont un nombre important d’activités secondaires. Les principales sont constituées par les tâches ménagères : entretien de la maison, préparation des repas, lessives, corvées d’eau, ramassage du bois de chauffage, soins apportés aux enfants en bas âges (recherche des remèdes, visites au dispensaire, consultations chez le guérisseur...).

  • 38 Notons que certains poissons comme le ngol (silure) et le ndol, sont l’objet d’un interdit aliment (...)

75La pêche en groupe est pratiquée par les femmes dans les principaux cours d’eau du terroir, du moins dans ceux qui ne sont pas frappés d’interdits (comme la rivière Ntso à Yemesoa). C’est une pêche par barrage (alok) qui consiste à barrer les petits cours d’eau sillonnant les champs. Les biefs créés par les barrages en terre ou en bambou, sont vidés à la cuvette ; le poisson ainsi piégé, est ensuite capturé à la main. Parfois, en période de sécheresse, au lieu d’assécher, on se contente d’endormir le poisson en trempant dans l’eau de l’écorce d’eyek (Pachyelasma tessmannii). Cette “pêche-cueillette”, propre aux femmes, peut durer plusieurs jours ; elle se pratique pendant la saison sèche. C’est l’occasion de grandes réjouissances réservées exclusivement aux femmes. En plus des poissons, silures, carpes, perches, anguilles38, sont également capturés des crabes (Éton : kara ; Bulu : kata) et des crevettes (Éton : minkwas ; Bulu : mingos).

76La cueillette est par contre, répartie sur toute l’année, et se pratique surtout au retour des champs. Les cacaoyères sont de véritables vergers produisant saa, mangues, colas, citrons, pamplemousses, avocats, ananas.. Les fruits des arbres de la forêt sont ausi consommés : amvut (Trychosypha acuminata), tom, kom, adjap (le moabi, dont les fruits produisent une huile très recherchée).. Les femmes ramassent également les feuilles des plantes cultivées comme celles des plantes sauvages : okok (Gnetum bucholzianum) surtout consommée à Yemesoa au moment de la récolte de l’arachide, pahi (Justifia insularis), noat (Crassocephalum biafrae), dont la consommation tend à diminuer, ainsi que les jeunes feuilles d’ayos, d’osse, et de ntson (sisongo), cueillies en période de disette. Il existe une très grande variété de champignons (ison) surtout consommés à Alen-Zalengañ. Enfin les insectes (termites, larves de palmier) sont généralement trés appréciés.

77La fabrique de l’huile de palme à partir des noix cueillies par les hommes est également une occupation féminine. Cette huile ne sert dans les deux villages qu’à la consommation familiale. Enfin, plusieurs villageoises se livrent à Yemesoa au petit commerce de la bière, activité récente qui est surtout florissante pendant la période de la traite du cacao. Remarquons que l’activité commerciale dans les villages, qu’elle soit pratiquée par les hommes ou par les femmes, est rare ; on compte trois petites boutiques à Yemesoa et aucune à Alen-Zalengañ.

CONCLUSION

78Entre 1972 et 1985, l’évolution a été sensible dans les deux villages, même si le temps écoulé est relativement court. La population a partout diminué, surtout dans le village bulu. À Yemesoa, on assiste plutôt à une lente dégradation. Cette dégradation est dûe, en plus d’une instabilité permanente et ancienne de la population, à une forte émigration qui touche principalement les gens actifs, c’est à dire la force vive des villages. Dans ces conditions, la main d’oeuvre familiale d’appoint, c’est à dire les « inactifs » (10-15 ans, 60-65 ans), prennent une importance déterminante dans les choix que doivent effectuer les chefs d’exploitation concernant leurs activités économiques.

79Les migrations ont tendance à durer plus longtemps et concernent de plus en plus les femmes, surtout à Alen-Zalengañ ; ces deux phénomènes sont liés en partie, les migrations masculines induisant de plus en plus la mobilité des femmes et des enfants. L’émigration a contribué à « décompresser » quelque peu le terroir de Yemesoa, mais elle ne constitue pas une vraie réponse au surpeuplement du terroir, bien qu’on ne puisse écarter totalement cette explication ; la densité humaine reste encore quatre fois supérieure à ce qu’elle devrait être, pour permettre une bonne reconstitution des jachères. À Alen-Zalengañ, l’émigration est d’ailleurs aussi forte et correspond ici, comme en pays éton, à d’autres causes. L’émigration a un fondement économique important en relation avec l’économie de plantation.

80En 13 ans, le cacao a partout progressé, même à Yemesoa. Les terroirs confirment leur vocation cacaoyère ; le café recule ou disparaît. Cependant cette vitalité n’a pas contribué à retenir les jeunes gens au village. Plus que la superficie cultivée par exploitation, il faut surtout considérer la superficie effectivement exploitée et contrôlée par homme adulte. L’égalitarisme béti entraîne, a priori, par le jeu des successions, un émiettement progressif des propriétés foncières, notamment des plantations. En fait, l’observation effectuée dans les deux villages montre que les propriétés, souvent restreintes comme à Yemesoa, ne se sont pas morcelées. Dans la plupart des cas, elles ont été reprises par un aîné alors que ses frères cadets, même mariés, acceptaient un rôle subalterne ou préféraient partir tenter leur chance en ville. Ce « droit d’aînesse » de fait, est le fruit d’une nouvelle stratégie familiale répondant au manque de terre ou à une pratique extensive de la culture (on cherche alors à maximaliser le facteur terre). Il faut également y voir une évolution « naturelle » ; en effet, la polygamie diminue et avec elle, le nombre de parts potentielles devant diviser l’héritage.

81Bien qu’essentiellement le domaine des femmes, les cultures vivrières subissent les contrecoups de l’émigration masculine et du développement de la culture cacaoyère. L’évolution achevée à Yemesoa, est en train de se produire dans le terroir bulu. Les rotations se simplifient, les défrichements ne s’étendent plus sur les limites du finage, les jachères se raccourcissent. Le système cultural tend à ressembler de plus en plus à celui du pays éton, avec la domination des champs d’arachides et des plantes associées. La population a, certes, fortement diminué, mais la main d’oeuvre masculine, obligatoire pour défricher de vieilles jachères, est accaparée par la création de nouvelles cacaoyères. En outre, le champ d’arachide est peu exigeant et se contente de jachères plus courtes.

82En dehors des cultures, les villages n’offrent que très peu d’occasion de gains. Les activités non agricoles sont surtout des activités traditionnelles : chasse, pêche, cueillette. Sur ce plan, Alen-Zalengañ est nettement favorisé grâce à un milieu moins dégradé que celui de la Lékié. Les activités halieutique et cynégétiques sont lucratives et leurs gains peuvent rivaliser avec ceux du cacao ; ils le feraient encore mieux si le village était situé à proximité d’un marché. Ces activités constituent une alternative aux travaux agricoles pour les hommes d’Alen-Zalengañ. À Yemesoa, les activités extra-agricoles, en dehors de la cueillette du vin de palme, sont surtout orientées vers les métiers du bois ; elles sont forcément limitées par l’état du couvert arboré déjà très dégradé. Pour les femmes, la cueillette est une activité d’abord destinée à compléter la ration alimentaire en période de soudure. Son caractère lucratif n’est que tout à fait secondaire.

Notes

34 Les effectifs d’une exploitation non représentative ont été soustraits de la population de Zalengan ; en effet, celle-ci située à l’extrémité du terroir au lieu-dit Yaoundé, est passée entre 1972 et 1985 de 6 à 57 habitants ! Cette exploitation est tenue par un guérisseur renommé qui allie avec succès médecine traditionnelle et culture industrielle.

35 Letouzey sur sa carte de la végétation au 1/500 000 (1985) fait figurer d’importants recrus forestiers dans la zone où est situé le terroir.

36 Selon Wenezoui qui a étudié le village éton de Nkongmesa en 1979, les travaux ménagers occupaient 35 % des temps de travaux annuels, et les activités extra-agricoles 17 %.

37 Où sont les troupeaux d’éléphants, les « hardes d’antilopes », les buffles, rencontrés par Curt von Morgen, il y a exactement 100 ans, au nord d’Obala ?

38 Notons que certains poissons comme le ngol (silure) et le ndol, sont l’objet d’un interdit alimentaire pour les femmes éton enceintes.

© IRD Éditions, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search