Version classiqueVersion mobile

Sous l’empire du cacao

 | 
Christian Santoir

1. Le contexte géographique : le Cameroun du sud

Texte intégral

Figure 1. Carte de situation des deux terroirs.

1Les deux terroirs présentés ci-dessous ne peuvent être bien compris sans faire référence à l’espace environnant (fig. 1) et notamment aux facteurs physiques qui ont conditionné, dans une certaine mesure, l’exploitation humaine. La forêt omniprésente, difficilement pénétrable, sillonnée d’innombrables cours d’eau, a imposé son « ambiance » à toutes les sociétés qui s’y installèrent. Celles-ci étaient, pour la plupart, issues de la savane et ne disposaient pas de techniques d’organisation suffisamment fortes pour dominer une nature exubérante, souvent hostile. En outre, le caractère relativement récent de leur installation, quoique très variable selon les groupes, ne leur a pas permis de développer des techniques bien adaptées aux conditions naturelles rencontrées. Cependant, on peut observer dans ce milieu uniforme, exploité par des groupes humains possédant une unité culturelle certaine, des nuances régionales subtiles mais réelles, traduisant les plus petites variations du milieu physique, mais aussi le caractère des vagues migratoires successives.

LE MILIEU NATUREL

2La Sanaga constitue une frontière écologique assez nette. Les espaces s’étendant au sud du fleuve (que nous appelerons ici : « Sud Cameroun ») forment une vaste entité physique qui se caractérise au premier abord par une grande similitude des conditions. Mais, une analyse plus fine révèle de nombreuses variations locales.

Le relief : plateaux et collines

3Le plateau sud-camerounais est une vaste surface d’érosion inclinée vers le bassin du Congo, au sud-est ; à l’ouest, elle s’achève brusquement par un escarpement dominant la surface côtière. Son altitude moyenne est d’environ 650 m, mais à Yaoundé, elle est proche de 750 m ; elle diminue vers le sud, comme si la surface avait été affectée d’un vaste mouvement d’ondulation, sous l’effet de poussées tectoniques. Celles-ci ont perturbé le réseau hydrographique, phénomène bien visible dans le bassin du Nyong.

4Le soubassement de la surface intérieure est d’âge pré-cambrien et se compose essentiellement de roches cristallines (granités, gneiss, micaschistes) qui ont subi un aplanissement très poussé, responsable d’un relief peu marqué.

5Sur ses marges, le plateau est échancré de vallées plus ou moins larges. Au nord, la Sanaga a creusé une vaste plaine basse d’une altitude moyenne de 450 m. L’origine de cette dépression peut s’expliquer par un changement du niveau de base du fleuve qui aurait provoqué une reprise de l’érosion régressive. Tout au sud, les autres vallées comme celle du Ntem et de ses affluents, notamment la rivière Kom, n’ont pas la même ampleur et leur fond ne descend pas au-dessous de 500 m. Toutes ces vallées sont occupées par de vastes marécages, dont la formation est favorisée par des pentes très faibles.

  • 4 Les termes cités ici sont communs aux langues bulu, éwondo et éton.

6Dans sa plus grande étendue, le plateau sud-camerounais a le faciès caractéristique des pénéplaines forestières équatoriales ; il apparaît sous l’aspect d’un moutonnement de collines (nkol)4 séparées par un dédale de vallons relativement amples et profonds, parfois élargis en cuvettes marécageuses (ététak, élobi). Ces collines, grossièrement circulaires, dominent les vallées de 50 à 100m. Leurs versants sont généralement convexes avec des pentes fortes ; le raccord avec la vallée est assez brutal. Le substratum est masqué par un épais manteau d’altération. Ces collines en forme de calottes hémisphériques ou de « demi-orange », culminent à peu prés à la même altitude. Parfois, on observe aussi des collines au sommet plus ou moins tabulaire, recouvert d’une épaisse cuirasse (bikok.) ; la partie convexe du versant est alors absente. Ce type de relief est bien caractérisé entre Esse et la Sanaga.

7Au sud du Nyong, et à l’est d’une ligne Mbalmayo-Djoum, dans une région qui affecte la forme d’un vaste triangle (où se situe le village d’Alen-Zalengañ), le modelé de collines fait place à des plateaux bas, dominant les fonds de vallée, de 40 à 50 m. Les interfluves (ayéné) ont des sommets allongés et légèrement ondulés, parfois surmontés de collines basses. Cette zone correspond à la partie centrale du plateau sud-camerounais ; c’est une région plate, où les altitudes s’établissent autour de 600 m. Le Nyong y déploie ses méandres au milieu d’une large vallée marécageuse. La ligne de partage des eaux entre Nyong et Dja dépasse rarement 700 m.

8La monotonie du relief du plateau central est rompue à sa périphérie, par l’existence de massifs et de buttes résiduelles, témoins de surfaces d’aplanissement antérieures. Les reliefs les plus marquants se situent à l’ouest de Yaoundé ; ils dominent la ville de quelques centaines de mètres, leur altitude moyenne dépassant 1 000 m (Mbam Minkom : 1 295 m, Nkolondom : 1 221 m, Eloumnden : 1 169 m). Ce sont les points culminants de tout le plateau camerounais. Ces hautes collines composées de roches cristallines très dures (granites, embréchites) ont des versants abrupts, de forme convexe, présentant parfois des flancs nus ; certaines, plus rares, ont la forme caractéristique de « pains de sucre ».

9Les reliefs « montagneux » réapparaissent au sud du Nyong, dans la région de Ngomedzap (Nkol Akok : 983 m, Nkolmekok : 971 m), jusqu’à Ebolowa (Nkolmendim : 934 m), en bordure de la vallée du Ntem, vers Oveng et Djoum. Plus à l’intérieur, à l’est de Sangmélima, des inselbergs (akom, akok) dépassent 1 000 m, mais ils ne constituent que des accidents sans incidence sur le modelé environnant.

10Enfin, la boucle de la Sanaga (département de la Lékié), bien qu’appartenant au plateau, a une altitude inférieure (500-600 m). Mais le relief y est vigoureux et caractérisé par de hautes collines (Nkol Loua : 809 m), dont les versants ont des formes et des pentes variables. La complexité de la topographie que l’on peut remarquer dans le terroir de Yemesoa, est due notamment à la nature des roches (quartzites, micaschistes, gneiss). Les collines, disséquées par des rivières aux tracés orthogonaux, forment de petites chaînes parallèles orientées NNE-SSO, de type appalachien.

11Finalement, le relief n’est pas un facteur de différenciation régionale primordial dans la zone étudiée. Mais des nuances micro-régionales, discrètes, constituent une série de paysages très localisés, qui se succèdent de façon insensible : collines vigoureuses de la Lékié ; « montagnes » et vallées des environs de Yaoundé ; relief accentué de Ngomedzap et Biwong-Bané ; hauts plateaux vallonnés entre Nyong et Sanaga ; pénéplaine disséquée, dominée par des buttes isolées dans le sud du Ntem et du Dja et Lobo ; vallées marécageuses du Ntem, du Nyong central ; plaine large de la Sanaga, coupée de chutes et de rapides...

L’hydrographie : un chevelu dense de cours d’eau dépendant de trois grands fleuves

12Les fleuves et les rivières du Sud Cameroun appartiennent à trois grands bassins-versants : ceux de la Sanaga, du Nyong, du Ntem, ainsi qu’à celui des tributaires du Congo, comme le Dja. Ces cours d’eau forment un réseau hydrographique très dense, favorisé par une pluviométrie abondante, ainsi que par l’imperméabilité du soubassement cristallin. Ce réseau apparaît confus, formé d’une multitude de petites vallées ramifiées dont les têtes se touchent presque. L’absence de hiérarchisation traduit l’insignifiance de l’érosion fluviatile dans les roches résistantes, phénomène propre aux cours d’eau équatoriaux.

13À l’exception du Dja, sur une partie de son cours, tous les principaux cours coulent d’est en ouest, en direction de la mer. Leurs affluents suivent deux directions privilégiées : NE-SO, pour ceux de la rive droite ; NO-SE, pour ceux de la rive gauche. En dehors de ce schéma, le réseau manifeste une étroite soumission aux contraintes de la structure géologique. Les tracés apparaissent très irréguliers. Ainsi, les fractures du socle se traduisent-elles par des tracés rectilignes, des courbes, ou encore des tracés en « baïonnettes », comme dans la Lékié.

14Enfin, les bassins-versants se distinguent par leur grande dissymétrie, étroits sur la rive gauche des drains principaux, très développés sur leur rive droite. Cette particularité est sans doute liée à la tectonique, et plus précisément, à un basculement ou à un fléchissement du socle vers le SSE.

15Les profils en long présentent une succession de rapides et de biefs correspondant aux gradins entre les surfaces d’érosion (Sanaga), ou à la différence de résistance des roches composant le socle (Ntem). Cette particularité propre à bien des fleuves équatoriaux, fait que les cours d’eau du Sud Cameroun sont peu navigables et n’ont pas servi de voies de pénétration vers l’intérieur.

16Les fleuves et les rivières ont des débits mensuels variables caractéristiques de plusieurs régimes hydrologiques. Fleuve méridional, le Ntem a un régime équatorial caractérisé par deux périodes de hautes eaux, séparées par deux étiages, correspondant aux quatre grandes saisons du climat équatorial. La seconde période de crue (septembre-décembre) est la plus importante, et l’étiage de la petite saison sèche (juillet-août), plus prononcé.

17Plus au nord, le Nyong et le Dja, mais aussi certains affluents de la rive gauche de la Sanaga, ont un régime équatorial de transition. La durée de la saison sèche de juillet-août diminue très vite quand on remonte vers le nord ; l’étiage correspondant est donc moins important.

18La Sanaga traverse des régions beaucoup moins arrosées (1 650 mm de pluie par an en moyenne sur le bassin versant). La courbe des débits ne comporte qu’une période de basses eaux, de décembre à mars, caractéristique du régime tropical de transition. Les crues débutent avec les pluies, en avril, et les débits croissent jusqu’en octobre.

19À l’irrégularité saisonnière plus ou moins grande des crues, correspond une irrégularité inter-annuelle très faible dans l’ensemble, mais néanmoins plus marquée sur le bassin de la Sanaga que sur celui du Nyong. Les maxima des crues varient relativement peu d’une année à l’autre. Cependant si l’on considère l’évolution des débits moyens annuels ainsi que celle des moyennes mobiles (cal culées sur cinq ans), depuis le début des années cinquante, on décèle l’existence de périodes assez nettement différenciées et à peu près identiques pour les trois grands fleuves. Les moyennes ont augmenté régulièrement jusqu’au milieu des années soixante, ce qui correspond à un cycle hydrologique observable dans toute la zone tropicale septentrionale. Jusqu’en 1968, elles se maintiennent à un haut niveau pour décroître jusqu’en 1972-73. Les crues ont alors des moyennes comparables, voire inférieures, à celles du début des années cinquante.

20Les bassins versants ressentent donc les effets de la sécheresse. La diminution des crues dans les innombrables rivières et ruisseaux qui approvisionnent les villes et les villages est particulièrement ressentie par les populations. Les centres urbains les plus importants du Sud Cameroun ne possèdent pas de forages hydrauliques et sont alimentés en eau par pompage direct dans les rivières (Méfou pour Yaoundé, Afamba pour Sangmélima, Mfiendé pour Ebolowa). Lors de la sécheresse de 1983, l’approvisionnement de ces villes a suscité à des degrés divers, de sérieuses difficultés. Dans les villages, les sources ont tari, les rivières se sont asséchées. Si le Sud Cameroun est bien un pays de rivières, il convient de retenir que même dans un milieu aussi humide cet élément précieux peut, sinon se raréfier, du moins devenir moins accessible.

Le climat : une pluviométrie abondante, mal répartie dans le temps et dans l’espace

Les précipitations

21La pluviométrie constitue l’élément le plus important du climat, c’est d’ailleurs le seul qui puisse apporter quelque nuance à son uniformité apparente. Des variations dans l’espace apparaissent d’abord dans les moyennes annuelles (fig. 2). La majeure partie de la zone étudiée reçoit moins de 1 700 mm de pluie par an. Certains secteurs reçoivent moins de 1 500 mm : le Nyong moyen (Akonolinga, Ayos), la vallée de la Sanaga et du Mbam (Bafia, Obala, NangaEboko). Ces régions sont placées en position d’abri par rapport à la mousson venant de l’OSO. Sur les reliefs situés à l'ouest, en bordure du plateau central (massif de Yaoundé, reliefs du Ntem) on enregistre au contraire, une recrudescence des pluies suivant l’exposition au vent dominant de la mousson. Mais l’anomalie pluviométrique de la vallée du Nyong qui ne se traduit par aucune variation bien nette dans la végétation, est peut-être due en fait à une carence des relevés climatologiques, souvent incomplets...

Figure 2. Le climat..

22Les enregistrements pluviométriques, malgré un semis trop lâche de stations vraiment fiables, laissent néanmoins entrevoir l’existence de deux gradients pluviométriques fondamentaux : un gradient zonal suivant la latitude, caractérisé par une décroissance progressive des pluies, en quantité et en durée, du sud au nord ; un gradient suivant une direction longitudinale, résultant de l’influence de la mousson, et caractérisé par une régression des pluies vers l’intérieur du plateau central. Le relief vient perturber localement ce schéma (zone d’Ebolowa).

23Les moyennes annuelles varient peu d’une année à l’autre, même si les écarts des années records sont importants (hauteur maximum à Yaoundé : 2 142 mm, minimum : 1 151 mm). Une année sèche recevant 1 240 mm, soit une hauteur d’eau inférieure de 22 % à la hauteur médiane (à peu près comme en 1983), peut revenir à Yaoundé tous les 20 ans ; une année avec 1 319 mm (-17 %), tous les dix ans seulement.

24La répartition mensuelle des précipitations reste la même sur toute l’étendue du Sud Cameroun, avec deux saisons pluvieuses bien marquées, encadrées par deux saisons « sèches » d’importance variable. Les maxima pluviométriques se situent partout, en mai et octobre, les minima en janvier et juillet. Néanmoins, du nord au sud, la petite saison sèche (juillet-août) se creuse de plus en plus nettement. En juillet à Bafia, il tombe 102 mm en moyenne, 59 mm à Yaoundé, 47,5 mm à Ebolowa, mais cette saison sèche est toujours moins profonde que celle régnant de décembre à février.

25Les précipitations sont de plusieurs types. Les pluies de mousson résultent directement des turbulences dues au relief ou à l’effet de la « rugosité » de la terre (forêts par exemple) sur le flux océanique. Ces pluies sont généralement abondantes et de longue durée et couvrent de vastes superficies. Les pluies de convection thermique provoquées par le relief rentrent également dans cette catégorie, mais elles sont beaucoup plus localisées. Les pluies les plus fréquentes sont occasionnées par des systèmes orageux organisés en « lignes de grains ». Le passage de ces lignes se caractérise par une activité orageuse intense et une forte agitation atmosphérique. Les lignes de grains se déplacent d’est en ouest, ou du NE au SO, contrairement à la direction des masses d’air en surface. Ces perturbations appelées communément « tornades », précédent le flux de mousson et sont surtout fréquentes avant et après la grande saison des pluies (fin août, mi-novembre). L’étude des précipitations journalières montre que les manifestations orageuses sont plus fréquentes que les perturbations océaniques. Les maxima journaliers se situent entre 132,6 mm (Ambam) et 102,5 mm (Akonolinga). Les averses les plus courantes apportent entre 32 et 36 mm d’eau par jour.

L’humidité

26L’humidité relative (rapport de la teneur de vapeur d’eau, à la teneur de vapeur saturante, en fonction de la température et de la pression) a des maxima compris entre 99 et 97 %, observables généralement en octobre ; les minima sont compris entre 52 % en février à Akonolinga et 75 % en juillet-août à Yaoundé, époque de brouillard et de forte nébulosité. L’amplitude annuelle de l’humidité relative diminue avec la latitude : 17 % à Yaoundé, 12 % à Ebolowa.

Les températures

27Elles sont élevées tout au long de l’année. Les moyennes annuelles sont comprises entre 23 et 24 °C, dans la majeure partie de la zone étudiée, à l’exception de deux îlots dépassant 24 °C, l’un axé sur le Nyong, l’autre situé sur la basse vallée du Mbam et son confluent avec la Sanaga ; la présence de prairies inondables et de savanes dans ces zones explique sans doute, en partie, cette anomalie. La continentalité et l’altitude conditionnent la répartition spatiale des températures. À Yaoundé, les températures ne descendent jamais en dessous de 18,5° (minimum absolu : 13,3° en janvier 1950). Les minima moyens mensuels les plus bas sont enregistrés en juillet-août, parfois octobre, pendant la petite saison sèche, ou au contraire, pendant le mois le plus pluvieux. Les maxima s’observent en février, en fin de saison sèche, mais ne dépassent jamais 30° : 29,7° à Yaoundé, 29,6° à Ebolowa (maximum absolu : 34,1° à Yaoundé, le 12 mars 1958).

Les nuances climatiques

28La combinaison des principaux éléments du climat permet d’en mieux discerner les variations dans l’espace. Une grande saison sèche de décembre à février, régne sur l’ensemble du Sud Cameroun, c’est-à-dire sur les régions circonscrites par l’isohyète 1 700 mm, à l’exception du coin SO. La sécheresse de cette saison est d’ailleurs toute relative ; il s’agit plutôt de mois « sub-humides ». Son intensité varie du nord au sud. Dans la partie SO du plateau central, on constate un raccourcissement (de 3 mois à 2 ou 1 mois) de la grande saison sèche hivernale, au profit de la seconde saison sèche qui est plus longue à Ambam. Les périodes pluvieuses sont, par contre, de plus en plus longues vers le sud.

29Trois zones climatiques peuvent être ainsi discernées dans le Sud Cameroun : une zone sud forestière (isohyète 1 600 mm et plus : Ebolowa, Sangmélima et Djoum), où les caractères du climat équatorial typique sont très affirmés ; une zone intermédiaire (isohyète 1 500 à 1 600 mm : Yaoundé, Akonolinga) où le climat équatorial domine toujours, mais de façon un peu plus atténuée ; enfin, une zone nord (Bafia, Ntui, Batchenga) plus limitée, où les caractères du climat se rapprochent insensiblement du régime tropical.

La végétation : une forêt dense en voie de dégradation

  • 5 Nous utiliserons et citerons ici largement l’ouvrage de R. Letouzey : Carte phytogéographique du C (...)

30Le Sud Cameroun, notamment la bordure occidentale du plateau intérieur, apparaît comme une zone de transition : du nord au sud, entre la savane et la forêt ; de l'est à l’ouest, entre la forêt toujours verte guinéo-congolaise et la forêt de type atlantique à Caesalpinaceae5. C’est également un lieu de transition rapide entre la forêt dense et la forêt dégradée par l’exploitation agricole. Le gradient de végétation le plus net sur le terrain est le gradient en latitude (fig. 3).

31Au nord, sur la rive droite de la Sanaga et même sur la rive gauche, d’Obala à Nanga-Eboko, la savane est la formation dominante, la forêt prenant alors la forme d’une forêt galerie occupant les vallées. La savane s’aventure à l’intérieur des zones forestières, formant des îlots, comme au nord d’Akonolinga. Les savanes péri ou intraforestières présentent toutes les gradations entre la savane arbustive (à Terminalia glaucescens) qui ne dépasse pas la Sanaga, et la savane herbeuse.

32Les savanes intra et périforestières herbeuses à Pennisetum purpureum (sisongo) et Imperata cylindrica ont, le plus souvent, une origine anthropique. Elles résultent de la transformation locale du couvert forestier par les défrichements. Il s’agit d’un stade éphémère du paysage ; liées à la présence humaine, ces savanes se rencontrent ainsi le long des routes et des pistes, et s’étendent dans les régions cultivées. Elles s’insinuent à l’intérieur des massifs forestiers. Le sisongo peut se rencontrer d’une manière continue, depuis les savanes périforestières au nord, jusqu’au sud d’Akonolinga, et Eséka à l’ouest.

33La limite du contact forêt-savane semble avoir peu évolué depuis le début du siècle si l’on en croit les premières cartes allemandes. Cependant, dans bien des endroits, notamment entre Nanga-Eboko et Akonolinga, la savane est actuellement colonisée peu à peu par la forêt semi-caducifoliée qui présente un dynamisme certain. Savane et forêt s’imbriquent en mosaïque, et il est parfois difficile d’en fixer la limite respective.

Figure 3. La végétation.

34En schématisant, toutes les zones situées au nord d’une ligne Abong-Mbang, Sangmélima, Ebolowa appartiennent, selon les botanistes, au domaine de la forêt semi-caducifoliée de type « guinéo-congolais ». L’aspect de cette forêt ne diffère pas radicalement de celui de la forêt dense toujours verte. Les grands arbres y sont cependant plus nombreux, avec des fûts, généralement plus rectilignes, des cimes tabulaires plus rares, un plus grand nombre d’espèces arborescentes avec une cime à feuilles caduques. De petits arbustes forment un sous bois souvent ramifié avec une strate herbacée plus développée. Les lianes sont aussi nombreuses mais dans l’ensemble moins volumineuses et les épiphytes moins abondants que dans la forêt dense.

35Cette forêt subit actuellement un processus de dégradation accentuée, sous l’effet des cultures. Certaines zones ne correspondent ni à de la forêt intacte (ou presque), ni à de jeunes forêts (recrus forestiers sur savane par exemple), ni à des savanes plus ou moins boisées. Les essartages en forêt semi-caducifoliée ne sont pas forcément intégraux, même dans le cas des cultures de plantations. Se forment ainsi, ici et là, des ilôts, de minuscules taches de forêt avec des éléments dispersés, surtout arborescents ou arbustifs, qui représentent la phase « destructive » du processus. Les jachères broussailleuses puis arbustives, enfin arborescentes, contribuent à la réapparition assez rapide de taches de végétation forestière, ce qui constitue la phase « constructive » du phénomène de dégradation. Ces jachères pourront être de nouveau défrichées et la végétation arborée de nouveau détruite... Au bout de plusieurs années, ou de quelques décennies, l’occupation humaine permanente aura ainsi déterminé une dégradation physionomique de la forêt primitive. L’installation des espèces anthropophiles, plus ou moins durables, aura été favorisée, de même que la colonisation des terrains de culture, ou des anciennes jachères, par de nombreux spécimens de la forêt semi-caducifoliée.

36Ainsi, les environs de Yaoundé, et tous les ilôts de forêt semi-caducifoliée dispersés au contact, ou à l’intérieur de la forêt sempervirente, au sud de la capitale, constituent une extension, sans doute récente, de ce type de forêt, favorisée par les défrichements agricoles. Les espèces arborées s’y distinguent par la présence caractéristique de Sterculiaceae (dont Cola altissima, Cola cordifolia, et Cola gigantea) et d'Ulmaceae (Celtis adolfi-frideci et Celtis zenkeri), mais, plus encore, par l’absence de Caesalpinaceae. Les zones forestières cacaoyères ont en effet, un paysage “domestiqué”, partiellement artificiel, et l’action de l’homme y constitue le facteur écologique fondamental.

37Vers le sud, la forêt semi-caducifoliée est étroitement mélangée aux éléments de la forêt dense toujours verte, de type « guinéo-congolais ». Cette dernière est dominante au sud d’une ligne Abong-Mbang, Sangmélima, Ebolowa, et couvre par conséquent des régions très arrosées.

38Cette forêt a beaucoup perdu de son aspect originel ; elle est en effet, attaquée en multiples endroits, par les cultures vivrières et industrielles, l’exploitation forestière, et l’ouverture de voies de communication. Quelques lambeaux de forêt intacte peuvent encore se trouver au SO et au NO du domaine, près du rebord du plateau central.

39D’est en ouest, en se dirigeant vers la côte, on traverse plusieurs « districts » botaniques correspondant chacun à un faciès forestier différent.

40Ainsi, le district congolais du Dja englobe le haut bassin du Nyong jusqu’à Mbalmayo, ainsi que la vallée du Dja. Les forêts marécageuses du Haut Nyong (à Sterculia subviolaceae et Maracanga sp.) constituent un milieu bien individualisé, sans doute rattaché autrefois au bassin du Dja. La présence de quelques espèces appartenant au bassin du Zaïre vient étayer cette hypothèse. Plus en aval, des prairies aquatiques (à Echinocbloa pyramidalis) s’étendent sur les rives dégagées des affluents du Nyong, comme le Long Mafok. On les rencontre aussi sur le cours même du fleuve, entre Abong Mbang et Ayos, et surtout d’Ayos à Akonolinga, d’où des îles flottantes descendent jusque vers Mbalmayo.

41Les forêts situées de part et d’autre du Dja, reposent sur des sols très argileux. Le relief est très aplani et les vallées peu profondes ; les nappes phréatiques sont proches de la surface. Parmi les arbres, une place à part est à réserver à l’ajap (Baillonnella toxisperma, appelé aussi : njabi, moabi). Ce très grand arbre (jusqu’à 68 m de hauteur) trouve ici sa plus grande aire d’extension. Le fruit et la graine oléagineuse sont autant appréciés par l’homme que par l’éléphant ; cet arbre est bien souvent protégé et artificiellement propagé, du moins autrefois. Cependant, cette Sapotaceae est actuellement en voie de disparition.

42Plus à l'ouest, la forêt de type “atlantique oriental et central” s’étend jusqu’à Ebolowa. La limite entre les deux types de forêt n'apparait pas clairement, et seule la présence de Caesalpinaceae un peu plus fréquentes permettrait de mieux caractériser la zone centrale. L’apparition des premières espèces « atlantiques » (Cleistopholis staudtii, Coula edulis, Dacryodes buettneri, Guibourtia tessmanii...) se fait au NE de Sangmélima.

43Au sud, près des frontières gabonaise et guinéenne, des raphiales marécageuses (à Raphia monbuttorum) occupent les abords des cours moyens et supérieurs du Ntem, ainsi que de ses affluents.

44Fait observable à Djoum, à Ebolowa, et plus encore au sud de Yaoundé, la forêt dense atlantique est actuellement colonisée par la forêt semi caducifoliée. Les Caesalpinaceae se raréfient et les espèces atlantiques deviennent des éléments relictuels, réfugiés dans des ilôts peu caractéristiques. Les massifs de collines et les collines isolées au NE et surtout au SE d’Ebolowa, recèlent encore des lambeaux de forêt atlantique. Ces reliefs dominent une plaine agricole couverte d’une forêt semi-caducifoliée à Sterculiaceae et Ulmaceae, conservée en partie pour ombrager les cacaoyers.

45Le rebord du plateau central détermine un nouveau changement dans la végétation. Ce district « atlantique biafréen » s’étend vers la plaine littorale. Sa végétation originelle était la forêt à Caesalpinaceae, mais il devient difficile, par endroit, d’en trouver des vestiges. Cependant, des massifs importants subsistent, surtout dans des zones au relief accidenté. Sur les collines non défrichées, les arbres peuvent prendre alors des dimensions impressionnantes (Microberlinia bisculata a 4 m de diamètre, au dessus de contreforts hauts de 5 à 6 m). Par contre, tous les abords de la voie ferrée Douala-Yaoundé, surtout en arrivant à Yaoundé, sont des zones totalement dégradées. Néanmoins, la forêt » biafréenne » est une forêt extrêmement riche tant par le nombre des espèces que par le nombre des genres spécifiques. Sur 130 à 140 espèces de Caesalpinaceae recensées en forêt dense humide au Cameroun, plus de la moitié et sans doute presque les deux tiers, paraissent concentrées dans ce district.

Les sols : une large prédominance de sols ferrallitiques moyennement fertiles

46Le Sud Cameroun présente une variété peu étendue de sols. Dans un milieu bio-climatique assez homogène, la nature de la roche-mère joue un rôle important dans la formation des sols. On n'observe en fait que trois grandes classes de sols pouvant se juxtaposer.

47Les sols ferrallitiques sont, de loin, les plus répandus et prédominent sur toute la surface du plateau intérieur camerounais. Développés principalement sur des roches cristallines acides (granités divers et roches métamorphiques), ils regroupent à différentes catégories de sols, caractérisés par une faible teneur en matière organique (4 à 5 %) et en limon (8 à 12 %), une haute teneur en argile (40 à 65 %) et un PH acide (4,5 à 5,5).

48Les sols ferrallitiques les plus fréquents sont les sols rouges orthiques modaux. Ils ont une texture cendreuse, sont poreux, perméables et peu humifères. Ils prédominent largement dans toute la pénéplaine intérieure, en dehors des reliefs. L’observation montre que les sols rouges occupent généralement les interfluves ou les collines ayant des pentes convexes.

49Les sols ferrallitiques rouges sur roches acides ont dans l’ensemble, une fertilité moyenne. Leurs propriétés physiques entraînent un bon drainage et une capacité de rétention en eau correcte. Ces sols sont de bons sols à cacaoyers et caféiers, mais leur faible PH est peu favorable à l’obtention de forts rendements.

50Quand les pentes s’adoucissent les sols jaunes envahissent les interfluves. Ces sols semblent devoir leur couleur au gradient pluviométrique mais également au modelé. Ils s’observent au raccordement des interfluves avec les fonds de vallées, mais aussi sur les modelés très adoucis, bien disséqués par le réseau hydrographique. Les sols jaunes occupent des superficies beaucoup moins importantes que les sols rouges, mais non négligeables, dans le SO du plateau central (vallée du Ntem, du Kom), et plus au nord, dans les bassins de la Lékié, de l’Afamba, affluents de la Sanaga.

51Ces sols se caractérisent par un horizon humifère réduit (3 à 10 cm), une texture sableuse, et surtout, la présence d’un horizon hétérogène de quartz et de concrétions ferrugineuses, ainsi que par un horizon de roche altérée très épais. Ils ont un faible potentiel organique et minéral, et sont sensibles à l’érosion sur les pentes et à l’engorgement sur les reliefs modérés. En cultures vivrières, les sols jaunes exigent des méthodes culturales bien adaptées.

52Les sols ferrallitiques indurés ont des caractéristiques chimiques et physiques peu différentes de celles des sols rouges précédents. Ces sols résultent le plus souvent, d’une pédogenèse ancienne, sans rapport avec le climat et la végétation actuelle. Ils sont fréquents dans la moitié orientale du plateau intérieur ainsi qu’à proximité de Yaoundé.

53L’érosion est un facteur important de transformation des sols. Quand les horizons indurés affleurent à la surface, ou sont détruits, on aboutit à des sols remaniés caractérisés par la présence de nombreux éléments grossiers (cailloux de quartz, gravillons...). Leur valeur agricole est meilleure que celle des sols ferrallitiques typiques, mais situés sur des pentes plus fortes, ils sont sensibles à l’érosion et à la sécheresse.

54Dans les zones de relief ou de raccordement de surface d’aplanissement, les sols sont rajeunis et appauvris. Ils ont subi un décapage plus ou moins intense au cours de périodes favorables à l’érosion, suivies d’une reprise de la pédogenèse. Ce sont des sols peu profonds possèdant une bonne teneur en matière organique. Seules des cultures arbustives à pivot profond, peuvent y végéter normalement. En cultures annuelles, les méthodes culturales doivent ménager les horizons de surface.

55Dans les vallées des grands fleuves : Sanaga, Nyong, Ntem..., les sols hydromorphes dominent. Ils se développent aussi bien dans les vallées étroites des bassins supérieurs que dans les vallées larges à réseau diffus. La lame d’eau se maintient à un niveau assez élevé mais suffisamment mince pour favoriser le développement de la forêt marécageuse ou de la prairie aquatique. Les sols humiques à gley ont un excès d’eau quasi permanent. Ils sont moyennement organiques et ont un PH très acide dans l’horizon de surface (4,5 à 5,5). On les exploite peu si ce n’est pour la riziculture sur défriches à raphia.

56Enfin sur les reliefs montagneux, les sols minéraux bruts d’apport sont le résultat de l’érosion. Leur extension est faible et ils ne figurent qu’en association avec les sols ferrallitiques.

Cadre naturel et occupation humaine : un milieu favorable à l’installation humaine

57En définitive, le milieu naturel du Sud Cameroun apparaît partout favorable à l’homme. Il n’y a pas à proprement parler de « bons » et de « mauvais milieux ». Les variations dans l'abondance des ressources naturelles n’ont d’influence qu’à un niveau strictement local.

58En dehors des zones marécageuses (utilisées parfois pour la riziculture), l’agriculture ne rencontre aucune gêne et peut se pratiquer partout avec les techniques traditionnelles communément utilisées. L’érosion n’est à craindre que dans des secteurs limités, comme les massifs de hautes collines, situés en bordure du plateau continental.

59Le climat équatorial qui règne sur tout le Sud Cameroun apporte assez peu de contraintes à l’activité agricole. L’existence d’une forte humidité prévalant toute l’année, malgré des fluctuations saisonnières, permet deux saisons de cultures par an. Les plantes cultivées ne subissent aucune limitation particulière et trouvent en forêt de bonnes conditions de développement.

60La forêt ne représente plus depuis longtemps un obstacle massif ; ce n’est plus l’« Urwald » (la forêt primaire) des explorateurs allemands. D’ailleurs le qualificatif d’« impénétrable » que ces derniers lui associaient, impliquait l’existence d’un sous-bois dense ; il s’agirait donc plutôt, d’une forêt déjà « secondarisée ». Autrefois, vivre en forêt, et notamment s’y nourrir, nécessitait la connaissance de ses innombrables espèces végétales ; la cueillette, qui ne portait pas uniquement sur les feuilles, les baies et les fruits des arbres, mais encore plus sur les champignons, les insectes, ne pouvait suffire ; en fait, la chasse et la pêche étaient des activités plus productives et importantes en forêt. Jusqu’à une époque récente, la végétation spontanée contribuait à l’équilibre nutritionnel des populations, et fournissait l’essentiel de l’habillement et des matériaux de construction. Le palmier raphia (plus que les grands arbres, exploités surtout pour leur écorce) tenait, et tient toujours, une place privilégiée dans la construction de l’habitat et du mobilier, voire même dans la nourriture (vin de palme).

61Enfin, tous les sols du Sud Cameroun peuvent être cultivés, si l’on excepte ceux, plus rares, qui sont engorgés en permanence et ceux dont l’horizon cuirassé est à trop faible profondeur.

62Cependant le milieu forestier comporte d’incontestables inconvénients. Les variations interannuelles de la longueur de la saison sèche, de la répartition des pluies, la violence des précipitations ou les interruptions dans la saison humide, ont des répercussions immédiates sur les cultures annuelles. Le déficit d’insolation, la fraîcheur des premiers mois de saison sèche, 1’excès d’humidité, peuvent entraîner, pour les cultures arbustives, l’apparition de maladies et diminuer les rendements. Sans compter que l’intensité et la fréquence des averses provoquent sur les pentes des phénomènes d’érosion et de lessivage des sols.

63L’influence du climat a également des conséquences assez lourdes sur la santé des hommes. L’humidité et la chaleur permanentes favorisent la prolifération des germes parasites, des insectes transmetteurs de maladies : moustiques (Aedes, anophèles), mouches (glossines, simulies...), et déterminent l’existence d’un contexte pathogène important. Paludisme, trypanosomiase, filarioses diverses, sont de véritables handicaps qui ralentissent l’activité humaine.

64Le réseau hydrographique constitue toujours une gêne à la circulation. Si les fleuves sont à l’heure actuelle franchis par des ponts qui remplacent les anciens bacs, rivières et ruisseaux doivent être traversés par d’innombrables ponceaux en bois dont l’entretien demande un travail permanent.

65Dans le Sud Cameroun, le milieu physique est en évolution rapide. La forêt est actuellement agréssée par les défrichements de toutes sortes qui s’étendent à partir de la périphérie de Yaoundé, et des principaux axes de circulation. À l’exploitation industrielle par les sociétés forestières il faut ajouter l’exploitation individuelle du bois, souvent incontrôlée, facilitée par l’introduction des tronçonneuses. Les recrus forestiers n’intéressent que des zones marginales, autrefois plus densément habitées, et le bilan global entre surfaces détruites et surfaces colonisées est négatif.

66Malgré les risques d’érosion hydrique par ravinement ou érosion en nappe, les sols, sur pente moyenne à forte des hautes collines, sont largement exploités, comme dans la Lékié et dans les petits massifs dominant Yaoundé. Les régions à relief vigoureux supportent souvent de fortes densités humaines, et la mise en culture des flancs de collines y a commencé de bonne heure. Le capital sol est largement entamé dans ces secteurs et, d’une façon plus générale, dans toutes les parties du Sud Cameroun où la pression démographique conduit à un raccourcissement de la durée de la jachère qui n’assure plus une bonne reconstitution des sols. Les excès culturaux qui vont de pair avec une déforestation intensive, ont pour conséquence immédiate l’épuisement chimique et organique des sols, l’accroissement de leur compacité et la réduction de l’imperméabilité.

67Le milieu forestier est en réalité particulièrement fragile. Dans le Sud Cameroun, la situation actuelle ne représente qu’une phase d’un processus de transformation (de dégradation ?) commencé il y a plusieurs siècles avec l’arrivée en forêt des premières vagues migratoires venues d’outre-Sanaga. On n’assiste pas aujourd’hui à une rupture d’équilibre entre la population et son environnement. Cet équilibre, s’il a jamais existé, a été perpétuellement remis en cause au cours de l’histoire. La situation présente n’est qu’un moment du peuplement de la forêt du Sud Cameroun.

68Dans un milieu physique peu différencié, seul le peuplement constitue un facteur de diversification régionale. L’empreinte, plus ou moins forte, que les divers groupes humains ont appliquée sur leur environnement, permet de déterminer plusieurs zones de peuplement ou « pays ».

LE PEUPLEMENT

Une mise en place des principaux groupes humains étalée sur deux siècles

69La population du Sud Cameroun s’est mise en place au cours d’une longue période dont il est difficile d’estimer la durée. Seules, les couches de population les plus récentes, et les plus importantes numériquement, peuvent être discernées avec quelques certitudes. Un « sondage » effectué par Laburthe-Tolra dans la région de Minlaaba (arrondissement de Mbalmayo), c’est-à-dire pratiquement au centre de la zone qui nous intéresse ici, révèle six niveaux différents de peuplement, correspondant pour la plupart, à des vagues migratoires. Les « couches » les plus récentes ont intégré les précédentes, cette assimilation ne se faisant pas toutefois à sens unique, les peuples assujettis ayant profondément marqué leurs vainqueurs. Les six couches reconnues sont les suivantes :

  • les Pygmées ;
  • des populations de chasseurs-cueilleurs-pêcheurs, comme les Ola ou Oloa (d’où seraient issus les Duala), vestiges d’une première vague bantou qui aurait occupé toute la forêt entre la côte et le moyen-Congo ;
  • les Maka et les Mvumbo, parlant une langue bantou.
  • les Basaa qui auraient peuplé le Sud Cameroun en même temps que les précédents ; Puis l’on trouve les populations dite « pahouines » :
  • les Fañ, venus probablement de l’est et qui ont légué leur langue aux Béti ;
  • les Béti, peuple guerrier qui s’est répandu d’abord dans les savanes d’outre Sanaga, avant de pénétrer en forêt vers le début du xviiie siècle ; ils comprennent les Bene, les Éwondo, les Énoa, une partie des Éton, peut-être les Étudi et les Étenga... L’important groupe Bulu qui n’occupe pas la région de Minlaaba, n’est pas mentionné par Laburthe-Tolra. Il fait partie de la toute dernière vague des migrations « pahouines ».

70À l’arrivée des Allemands, dans le dernier quart du xixe siècle, (occupation humaine du Sud Cameroun n’est pas encore fixée. La mobilité des populations, comme leur entrée dans la forêt, a diverses causes. Elle tient tout d’abord, à la grande dérive historique conduisant les peuples des savanes du nord de la Sanaga vers le sud forestier. Ce vaste mouvement, commencé il y a deux ou trois siècles, a un rythme lent. Ph. Laburthe-Tolra estime que les Ewondo et les Bene ont traversé la Sanaga au xviiie siècle (Laburthe-Tolra 1981), les Bulu, vers 1840, seulement. Les premiers s’installent sur le site de Yaoundé entre 1750 et 1790, et ils ne franchissent le Nyong qu’en 1830-1850. Il s’agit d’une progression insensible (1 km par an en moyenne), provoquée soit par la poussée continue des populations du nord de la Sanaga, soit par l’expansion naturelle des groupes.

71Une fois le Nyong traversé, les migrations s’accélèrent, tout en s’infléchissant vers l’ouest, et la mer. Depuis la première moitié du xixe siècle (1830-1840) des commerçants ont installé des comptoirs sur la côte (Douala, Kribi, Batanga), aux embouchures des fleuves. Les marchandises européennes commencent, dès cette date, à filtrer vers l’intérieur, colportées par des marchands ngumba. L’accès aux richesses introduites par le commerce côtier va désormais être le grand moteur des migrations au sud du Nyong ; celles-ci vont prendre l’allure d’une véritable course dans laquelle les divers groupes en présence vont essayer de se dépasser, les plus forts bloquant les plus faibles. Les groupes anciennement installés au nord du Nyong, vont être dépassés par les Bulu qui, dès 1880, apparaissent sur la côte vers Batanga, après avoir bousculé les Bene sur leur passage (leur progression s’est faite au rythme théorique moyen de 10 km par an).

72Lorsque que les Allemands pénètrent dans le Sud Cameroun, dans le dernier quart du xixe siècle, les populations qu’ils rencontrent y étaient installées depuis une centaine d’années, tout au plus, et continuaient à se déplacer. La descente des Batsenga sous la pression vuté est relatée par Von Morgen et Von Stein (Laburthe-Tolra 1972). Les Vuté traversent la Sanaga vers Nanga-Eboko, vers 1904. Au sud, entre 1900 et 1910, les Ntum émigrent du Gabon et de Guinée, vers Ebolowa et Kribi, en se heurtant aux Mvaé. Ils ne se fixeront que vers 1920.

73La mobilité des populations du Sud Cameroun a aussi des causes intrinsèques liées notamment au type d’exploitation du sol. Le système de cultures pratiqué (par défrichements, brûlis) n’autorise pas une densité humaine théorique supérieure à 30 hab./km2, sans hypothéquer de façon grave le capital-sol. Un tel seuil, défini par les agronomes, peut sans doute subir des « accommodations », mais dans une marge limitée. En 1892, autour de Yaoundé, la densité s’élevant à plus de 50 hab./km2 (Franqueville 1985), les terres étaient donc déjà surexploitées. Mais il y avait d’autres zones « surchargées » (d’après ce même critère) dans les actuels arrondissements de Ngomedzap, de Ngoumou, Akono et de Mbalmayo..., et surtout la Lékié. Toutes ces régions apparaissent, dès 1910, comme des zones d’émigration en puissance. Par contre, des « vides » importants occupaient de vastes superficies.

Une occupation humaine spatialement très contrastée

74Le peuplement du Sud Cameroun se caractérise toujours, en 1986, par l’existence de zones très peuplées voisinant des espaces pratiquement vides. La transition entre ces différents secteurs se fait soit de façon progressive, soit au contraire, de façon brutale (fig. 4).

75On distingue tout d’abord de fortes concentrations humaines (densité supérieure à 40 hab./km2) comprenant le pays éton, la région périurbaine de Yaoundé et l’ouest de la Méfou. Dans ces zones un semis de villages, régulièrement espacés, forme un peuplement continu. Ces fortes densités humaines décroissent rapidement à la périphérie, au nord au bord de la Sanaga, et à l’est face aux pays batsenga et mvélé. Le « massif » éton n’est pas homogène ; les « sommets » au nord de Saa, au sud-est de Monatélé, ou à l’ouest d’Obala, dominent une « dépression » en V, s’étendant entre la Sanaga et Obala.

76En dehors de cet ensemble remarquable, les densités s’abaissent à l’ouest (départements de la Méfou et du Nyong et Kéllé), mais l’habitat reste dispersé. Seuls subsistent quelques îlots très peuplés autour des centres locaux : Otélé, Akono, Mbalmayo. Ailleurs, des noyaux secondaires (Obout-Metet, Esse, Batchenga, Ebolowa) sont isolés au milieu de zones faiblement occupées.

77Dans les régions à faibles densités (10hab./km2), les îlots de peuplement font place à des concentrations linéaires caractéristiques, le long des routes et des pistes. Cette disposition est bien visible dans le Ntem, le Dja et Lobo, mais se retrouve aussi, de façon moins nette, dans la Lékié. À l’est de Yaoundé (départements de la Méfou, du Nyong et Mfoumou, et de la Haute Sanaga), le peuplement est diffus ; il se disperse en petites unités se réunissant parfois pour former des concentrations de faible importance. La relation entre faibles densités et peuplement linéaire n’est donc pas parfaite.

78Enfin, il faut noter l’existence de zones très peu habitées actuellement mais anciennement occupées : rives de la Sanaga, du Nyong, forêt du Dja, régions frontalières, zones enclavées entre les grands axes...

79Plusieurs types de peuplement sont donc observables dans l’espace étudié : des concentrations larges, des noyaux dispersés plus ou moins importants, des concentrations linéaires. Il faudrait ajouter également le peuplement précaire des étendues forestières (campements de pêcheurs ou de Pygmées).

80En dehors des centres urbains et administratifs, et mis à part les campements, le peuplement s’organise principalement en villages dont le semis détermine le type de peuplement. Ils ont des tailles variables : 470 habitants en moyenne dans le département de la Lékié, 250 dans le Nyong et Mfoumou, moins de 150 seulement dans l’arrondissement de Bengbis où se situe le village d’Alen-Zalengañ. Installés au sommet des interfluves et des collines, ils s’égrènent le long des pistes empruntant les lignes de crêtes. Les villages sont parfois anciens et certains figurent déjà sur les cartes allemandes il y a quatre-vingt ans. Leur site est relativement stable ; si les habitations ont pu bouger, sous diverses contraintes (administratives notamment), leur déplacement s’est toujours effectué dans les limites des terroirs.

Figure 4. La population rurale (recensement national de 1976

Les facteurs fondamentaux du peuplement

Le miilieu physique : l’importance de l’hydrographie

81Les plus fortes concentrations humaines occupent les plaines basses en bordure de la Sanaga, et les hautes collines menant graduellement au plateau intérieur. Sur celui-ci, les densités sont généralement faibles au centre et plus fortes à l’ouest, dans les massifs de bordure dont le Mbam Minkom, dominant Yaoundé, constitue le plus important. En dehors des inselbergs et des sommets aux pentes abruptes, le relief est dans l’ensemble peu marqué. Dans la pénéplaine, les massifs de collines élevées sont des sites privilégiés à plus d’un titre. Sous un climat pluvieux, les sommets bénéficient d’un meilleur écoulement des eaux, et sont ainsi plus salubres. Pendant les périodes troublées, ils sont facilement défendables ; les vallées encaissées peuvent être interdites aux envahisseurs, dont l’approche est décelée à partir des hauteurs environnantes. En outre, les sols des versants sont généralement plus variés, plus légers et donc, plus faciles à travailler.

82Le site auquel Yaoundé a dû son succès apparaît comme un des sites les plus doués. Occupé, sans doute depuis l’époque néolithique, il est situé au point culminant d’un vaste inter-fluve orienté est-ouest, entre les bassins versants de la Sanaga et du Nyong. Autour de Yaoundé, rayonne un réseau de rivières descendant vers les deux fleuves. Les migrations évitaient autant que possible de traverser les grands cours d’eau ; elles les suivaient soit vers l’aval, soit vers l’amont. Venant de la Sanaga, la plupart aboutirent ainsi à Yaoundé. Ce site commandait non seulement le passage d’un fleuve à l’autre, c’est-à-dire la voie nord-sud, mais aussi la route est-ouest conduisant vers la mer, en suivant la limite des deux bassins-versants de la Sanaga et du Nyong.

83La qualité des sols ne joue qu’un rôle strictement local dans le peuplement vu le type de culture pratiquée. Les sols ferrallitiques rouges, moyennement fertiles, dominent largement, sauf en bordure du plateau intérieur. Les diverses zones se valent donc à peu près. La jachère permet une reconstitution suffisante ; en outre la terre est encore, sauf à quelques exceptions près, comme la Lékié ou la Méfou, facilement disponible.

84Comme les sols, le climat n’exerce pas une contrainte forte. Des densités humaines différentes alternent dans une même zone climatique. Les conditions sanitaires sont les mêmes dans toute la zone étudiée.

85La végétation n’apparaît pas non plus comme un facteur déterminant de la répartition des hommes. La carte des différentes formations forestières correspond d’assez près à la carte des densités humaines ; l’homme a fini par maîtriser la forêt, à la « domestiquer ». Si la forêt a représenté un obstacle pour les divers groupes migratoires, c’est surtout par l’effort d’adaptation que devaient déployer des populations originaires de la savane. Le contact forêt-savane apparaît dans le Sud Cameroun comme une zone relativement vide. Il s’agit plutôt d’une zone de passage, non seulement du nord vers le sud, mais aussi en direction de la côte. A la fois couloir et carrefour, le contact forêt-savane fait figure de no man’s land, c’est-à-dire d’une zone frontière où se sont affrontés les peuples en mouvement.

86Plus que la végétation, le climat, les sols ou le relief, l’hydrographie semble, en définitive, le facteur décisif de la répartition des hommes.

87Dans le Sud Cameroun, l’eau est partout, et son approvisionnement ne pose aucun problème particulier. L’eau libre des sources, des marigots, est assez facilement accessible. Comme les autres ressources naturelles, l’eau n’est pas un élément de différenciation régionale. Fleuves et rivières apparaissent, par contre, comme des milieux répulsifs. Leurs rives sont rarement bien peuplées (à l’exception du pays éton). Bordés d’une végétation très dense ou de marécages, les cours d’eau sont peu accessibles. Ils favorisent en outre, les maladies. La trypanosomiase (maladie du sommeil) a sévi dans la vallée du Nyong jusqu’à la fin des années soixante. Elle reste endémique sur la rive droite de la Sanaga, dans le Mbam. L’eau est responsable de nombreuses autres maladies infectieuses et parasitaires.

88Cependant, il convient de nuancer ce tableau. On remarque de fortes densités humaines dans le NE, au niveau des marais du Kom, affluent du Nyong. Cette zone amphibie a servi de refuge au début du siècle aux populations omvañ et maka, lors des guerres contre les Allemands. Les marais représentent également un milieu intéressant fournissant notamment d’importantes ressources halieutiques ; la pêche y est plus facile qu’en eau libre, puisqu’elle ne nécessite pas de matériel spécialisé.

89Les fleuves sont des obstacles difficiles à franchir pour des populations ne disposant pas de techniques appropriées (tous les mythes d’origine des groupes mentionnent la traversée périlleuse d’un grand cours d’eau). Malgré cela les fleuves et les rivières ont été franchis en différents endroits. Certains groupes se répartissent sur les deux rives d’un même fleuve : Ewondo de l’arrondissement de Ngomedzap, Maka sur les deux rives du Nyong, Batsenga de part et d’autres des chutes de Nachtigal. Chaque lieu de passage, facile et anciennement pratiqué, concentre la population. Chaque gué, est après son franchissement, un centre de dispersion, matérialisé généralement par une bifurcation des pistes. Ce sont aussi des points stratégiques, et chaque groupe important a le sien. La tête de pont établie sur l’autre rive d’un fleuve ou d’une rivière, devient un pôle de peuplement d’où partiront de nouvelles migrations.

90D’une façon générale, les populations préfèrent s’installer sur les interfluves et fuient les bas-fonds. Les pistes, traditionnelles ou modernes, suivent assez étroitement la limite de partage des eaux entre les grands bassins-versants, ou du moins, passent le plus près possible des sources, là où les cours sont moins larges et moins profonds.

91Fleuves et rivières ont donc canalisé les migrations qui ont suivi des routes parallèles à leurs cours. Les nouvelles voies créées pendant l’époque coloniale s’affranchiront de cette contrainte.

92Lignes naturelles, rivières et fleuves servaient de frontières entre les groupes. Ces « cours frontières » s’accompagnent parfois d’un no-man’s land, comme on peut encore l’observer entre pays éton et basaa. À l’intérieur d’un même groupe, les rivières délimitaient les territoires claniques, ainsi que les terroirs villageois. Avec les montagnes et les accidents du relief, les cours d’eau sont des repères durables, difficiles à contester. Ils ont d’ailleurs été repris par l’administration pour circonscrire les départements et les arrondissements. Dans une région où le réseau hydrographique est particulièrement dense, l’eau constitue une limite évidente.

93Les facteurs physiques, malgré une influence incontestable, ne peuvent cependant expliquer à eux seuls la répartition des hommes. Celle-ci a surtout été déterminée par les faits humains.

Les causes historiques et économiques : le rôle fondamental des grands axes de communication

94Les concentrations humaines actuelles ont généralement une base ancienne. L'alignement des villages aboutissant aux chutes de Nachtigal, souligne un très vieille voie de migration, provenant de l'Adamawa. Dans la Lékié, les densités éton se situent aussi au débouché d'une voie migratoire reliant le haut Mbam à la Sanaga. Mais ici, le peuplement résulte surtout de la compétition entre les groupes. Les Mangisa, arrivés les premiers, se trouvèrent confinés sur les bords du fleuve par leurs successeurs éton, plus nombreux. Ces derniers se répandirent au pied du plateau intérieur. À l'ouest, ils se heurtèrent aux Basaa ; au sud, à peine arrivés dans les environs de Yaoundé, ils furent battus de vitesse par les Éwondo qui poursuivirent vers l'ouest en empruntant les interfluves orientés dans cette direction. Si les Éton purent préserver leur territoire, ils se retrouvèrent « piégés » dans un espace relativement étroit, entre la Sanaga et leurs puissants voisins. Ils ne purent pas participer au vaste mouvement, qui, au xixe siècle, entraîna les autres Béti vers la mer.

95D’autres pôles de densités, de dimensions très variables, ont été créés autour des chefferies. Celles-ci regroupent de petits groupes claniques liés entre eux par des devoirs de défense. Ces unités, numériquement plus importantes chez les Béti que chez les Fan, représentaient la seule organisation politique. Le peuplement était donc constitué d’un semis de chefferies, plus ou moins indépendantes, formant autant de petits noyaux de densités. La concentration de ce type, la plus grande et la plus caractéristique, se rencontre au SE de Mbalmayo, entre Obout et Metet. Ces concentrations pouvaient être éphémères chez des populations habituées à résoudre tous leurs problèmes par l’émigration. Leur préservation a été favorisée par la pacification allemande qui a fixé les populations sur place.

96Plus au sud, (Ntem, Dja et Lobo), les pôles de densité sont plus rares et de faible importance. Les migrations y sont plus récentes et ont été plus rapides. Le peuplement n’a pas eu le temps de s’y cristalliser. En outre, les populations résiduelles, fan et apparentées, assujetties par les Bulu, étaient numériquement très faibles.

97Le peuplement ancien s’organisait autour de certains points forts. Ceux-ci servaient de structure élémentaire à l’espace occupé par chaque groupe, ou fraction. En dehors des gués, les points forts étaient constitués par les sites défensifs, les chefferies, les fronts entre groupes voisins, les marches frontières et les pistes anciennes menant à la côte (surtout dans la deuxième moitié du xixe siècle). Les autres points étaient les zones de cultures et de chasse, les refuges (petites vallées, reliefs escarpés, forêt profonde). Chaque point fort pouvait devenir un pôle de densité. Dans un tel cadre, le peuplement s’est fait par dispersion en rayonnement à partir des pôles de densité, ou par des déplacements « amiboïdes », chaque cellule lançant des antennes dans toutes les directions.

98Malgré la pérennité des densités anciennes, la répartition du peuplement dans le Sud Cameroun a été fortement conditionnée par les facteurs contemporains, et notamment la colonisation. Les transformations radicales concernent surtout les régions au sud du Nyong.

99Plus que l’installation de postes militaires qui garantissaient, malgré tout, une certaine paix aux populations voisines, c’est la création des factoreries, des points de traite ou de collecte des produits forestiers, qui attira les populations autour des centres administratifs comme Yaoundé, Ebolowa, Ambam ou Sangmélima. Placés au carrefour des routes commerciales, à proximité des chefferies influentes, ces centres se multiplièrent pendant la colonisation française. Celle-ci consacra l’abandon de l’ancien commerce de traite au profit des cultures commerciales, cacao et café, qui se développèrent d’abord dans le Ntem. Les centres commerciaux apparurent dans les zones de production, c’est-à-dire les zones disposant d’une population suffisante pour entreprendre des cultures particulièrement exigeantes en main-d’œuvre : Otélé, Akono, Nkolmeyang (Méfou), Obala, Saa (Lékié). Mbalmayo est créée sur la rive droite du Nyong dans une région peu habitée, entre Étenga et Bene ; cette ville nouvelle marque aussi la limite du bief navigable du Nyong. Après la Seconde Guerre mondiale, d’autres centres sont crées comme Ngomedzap, Esse, Mfou. Le commerce, parfois relayé par l’administration, n’a pas créé de nouveaux pôles de peuplement, mais il a contribué à renforcer les anciennes concentrations sur lesquelles il s’était, en quelque sorte, « greffé ».

100Les missions catholiques ou protestantes ont également joué un rôle dans la répartition des populations. Comme les établissements commerciaux, elles s’installent d’abord à proximité des zones les mieux peuplées : Ebolowa (1901), Olama, Akpno (1912), Minlabaa, Mvolyé (1913), Efok (1926)., là où les chefs locaux ont accepté de les accueillir. Parfois, elles s’installent en milieu concurrent, comme la mission catholique fondée en 1931 à Obout, à 10 km de la mission protestante de Metet. Les missions ont essayé de rassembler autour d’elles leurs fidèles ; elles ont crée de nouveaux villages, ou entraîné la scission d’agglomérations existantes, comme dans la Lékié, en village « païen » et village chrétien. En dehors de leur rôle éducatif et spirituel, leur attrait auprès des populations a surtout consisté dans leur rôle sanitaire, avec la création d’hôpitaux et de dispensaires de brousse.

101Mais le facteur de peuplement le plus déterminant est l’aménagement de voies de communication permanentes, permettant la circulation rapide des hommes et des biens. À l’époque allemande, les routes commerciales conduisent toutes à la mer, et à Kribi. Au sud du Nyong, le trafic le plus important se fait avec le Cameroun oriental, domaine de la Geselleschaft Süd Kamerun. Les principales pistes convergent vers Lolodorf ; celles provenant du Dja passent par Sangmélima, Ngoulemakong (ou Ebolowa), celles venant des régions entre Dja et Nyong passent par Bengbis, Edjom, Obout, Menguémé, Kama... Au nord du Nyong, les pistes rayonnent autour de Yaoundé en direction des pays éton, vute ou maka. De Yaoundé une piste gouvernementale conduit à Lolodorf par Akono, Olama, Nkolbewa. Une autre route relie directement Yaoundé à Douala, la capitale, en traversant le pays basaa, mais ouverte tardivement, elle resta peu praticable.

102Ces axes commerciaux reprennent des pistes datant de l’époque pré-coloniale. L’administration allemande s’efforça de regrouper les populations le long de certains de ces axes, afin d’en assurer un meilleur contrôle. Ces regroupements permettaient également de faciliter les recensements, la collecte de l’impôt, ainsi que la mobilisation d’une main-d’œuvre accessible pour les grands travaux, ou l’entretien de la route elle-même.

103Cependant, les regroupements ne concernent d’abord que les populations situées à proximité des grandes pistes. Beaucoup de hameaux sont encore établis en dehors. Aussi, cette politique n’a-t-elle pas provoqué de grands déplacements. Dans un premier temps, seuls les chefs ont été fortement incités à s’installer au bord des pistes contrôlées et parcourues par les colonnes militaires ou commerciales. Les populations sont venues par la suite. L’attrait des produits européens, plus que la force militaire (toujours limitée, mais implacable), a sans doute été déterminant pour le peuplement à l’époque coloniale.

104Les populations habitant le long de la route y trouvaient, en effet, quelques avantages, notamment un écoulement plus facile de leurs produits vers les centres commerciaux et des occasions de gains supplémentaires. Les regroupements de l’époque allemande subsistent encore ; ces concentrations linéaires sont très visibles dans le Ntem et le Dja et Lobo, entre Mvangan et Ebolowa, Mekom et Evindissi, Endengué et Oveng (ancienne piste menant au poste d’Akoafem)...

105La colonisation française entraîna un déplacement des centres d’intérêt et une réorganisation de l’espace. L’abandon de la traite dans le Cameroun oriental rendit caduques les voies provenant de cette région. Ainsi, la boucle du Dja et la rive droite de cette rivière ont connu une population plus importante. Plus qu’à des causes liées à l’environnement, le dépeuplement a dépendu, ici, de causes essentiellement économiques. C’est la fin de la traite de l’ivoire et du caoutchouc qui entraîna l’abandon des factoreries et des voies commerciales du Haut-Dja.

106En 1921, Yaoundé est érigé en capitale. L’effort porte désormais sur l’amélioration de sa desserte et secondairement, sur celle d’Ebolowa. Des routes sont ainsi créées entre Yaoundé et Mbalmayo où un pont est jeté sur le Nyong ; cette ville est reliée à Sangmélima et Ebolowa. Au nord du Nyong, les liaisons avec le pays éton et la Haute Sanaga sont améliorées ; la route Yaoundé-Douala est reconstruite pendant la dernière guerre. Parallèlement, la politique de regroupement le long des axes est poursuivie

107Le chemin de fer eut également une grande influence sur le peuplement, quoique dans un secteur restreint. La ligne Douala-Yaoundé et son embranchement Otélé-Mbalmayo sont achevés en 1927. Les gares de Minka et Otélé sont situées au centre de fortes concentrations humaines. La ligne de Mbalmayo traverse aussi une zone très peuplée entre Akono et le Nyong. La voie ferrée exerce un pouvoir d’attraction certain. Autour des gares, s’établissent de petits marchés ; le train amplifie les échanges commerciaux entre la ville et la campagne, entre les villages pourvus d’une gare, et cela en toutes saisons.

108La création à l’époque coloniale, de voies de communication permanentes eut une importance capitale sur la répartition des hommes dans le Sud Cameroun. Dans un milieu peu différencié, routes et pistes deviennent des axes de peuplement privilégiés. La polarisation exercée par Yaoundé, à partir des années trente, et plus encore, après la Seconde Guerre mondiale, ainsi que le déplacement des centres d’intérêt économique vers les régions plus peuplées de l’ouest, provoqua l’abandon des anciens axes transversaux est-ouest au profit d’axes méridiens. L’augmentation des transports routiers et ferroviaires accentua la mobilité de la population au détriment des zones enclavées, et au bénéfice des centres urbains, au premier rang desquels, Yaoundé.

109Les grands traits du peuplement du Sud Cameroun sont pratiquement fixés depuis le début du siècle, à quelques « détails » près. Dans un milieu physique homogène, les ressources naturelles ne sont pas des facteurs déterminants de la répartition des hommes. Chaque groupe humain a interprété l’environnement dans lequel il a été sédentarisé par la pacification allemande, selon sa culture, ses traditions, son histoire. Les moindres modulations d’une même civilisation ont de fortes répercussions sur le peuplement. Ainsi, malgré une importance numérique presque équivalente, et une culture similaire, Éton et Bulu n’ont pas occupé l’espace de la même façon, et n’y ont pas développé les mêmes densités.

110Situés aux deux extrémités du Sud Cameroun, les zones peuplées par les Bulu et les Éton constituent deux bons exemples de la diversité du milieu forestier camerounais. Les différences observées entre elles confirment l’importance du facteur humain.

« PAYS » BULU ET « PAYS » ÉTON

La complexité des migrations bulu et éton

111Chez les Éton, il convient d’abord de distinguer entre Éton-Béti et Éton-Belo. Les premiers, comme leur nom l’indique, sont des Béti originaires de la rive droite qui ont traversé la Sanaga, vraisemblablement à la suite des Mangisa, à une date indéterminée. Ils durent repousser les Mangisa et les Basaa, déjà sur place. Les Éton-Béti sont constitués de plusieurs clans : Mvog Kani, Tom, Bekasa, Benyagda, Mendum, Benyebasa, Ésele. Ces clans sont issus d’unions avec des femmes mangisa, kombé, bafia et vuté, c’est-à-dire, toutes originaires d’ethnies de la rive droite.

112Les Éton-Belo sont les descendants des peuples trouvés sur place par les Éton-Béti. Il s’agit de groupes « fan », basaa, mais aussi, maka ou pygmées. Certains Belo sont originaires, de la rive droite, comme les Abam et les Engap, arrivés après les Éton. Les clans belo sont plus nombreux que les clans éton-béti, mais leurs effectifs sont légèrement inférieurs ; ils représentent néanmoins, près de 40 % de la population éton totale.

113À l’heure actuelle, le pays éton apparaît comme une zone de peuplement très homogène, un « môle » que les migrations ultérieures n’ont pu entamer. À l’intérieur de ce massif éton, la répartition des clans est caractéristique. Les Éton-Béti se concentrent dans le centre. Entre la Sanaga et l’Afamba, chaque clan « noble » occupe un territoire allongé suivant l’axe de migration. Sur les marges, moins peuplées, les Beloa font face aux populations rivales : Mangisa, Basaa, Mvélé...

114Les Bulu sont, après les Éton, le groupe numériquement le plus important du Sud Cameroun. Ils occupent le sud et l’est de la zone étudiée, entre les Béti et les Fan. Bien qu’« assimilés » béti, au même titre que les Ewondo ou les Bene, ils s’en distinguent néanmoins par un parler bien individualisé, des coutumes différentes et une histoire plus récente. Ils traversèrent, en effet, la Sanaga, après les Béti, à une date assez tardive (vers 1840).

115Les Bulu viennent de l’est, de la haute Sanaga ; ils passèrent le fleuve Sanaga dans les environs de Nanga-Eboko, sous la pression des populations béti. Ils se dirigèrent alors vers le sud, en repoussant les Maka sur leur gauche, mais en se mélangeant aux Mvélé. Ils pénétrèrent vraisemblablement en territoire maka et bajwé’é. Arrivés aux environs d’Akonolinga, ils reprirent leur marche vers le sud, en direction de Sangmélima. Là, ils se divisèrent en deux groupes, l’un s’orientant vers l’ouest, l’autre vers le SE, pour atteindre le Dja, le Gabon et le moyen Congo.

116Il ne s’agit là que d’un schéma très simplifié. Les migrations bulu sont complexes, faisant alterner des mouvements est-ouest et nord-sud. Les Bulu se sont répandus dans toutes les régions entre Nyong et Dja, Dja et Ivindo. À l’ouest, ils se heurtèrent aux populations déjà bien installées dans leur territoires actuels : Mvélé, Mbida-Mbani, Fon. Ils durent les contourner avant de se précipiter vers la mer (du moins une partie d’entre eux), en bousculant les Bene qui occupaient Ebolowa.

117Comme pour les autres populations, la colonisation allemande figea le peuplement bulu. Son aire s’étend des rives du Dja jusqu’à Ebolowa et au-delà, sur une cinquantaine de kilomètres en moyenne, du nord au sud.

118Dans le Dja et Lobo, les Bulu dominent largement ; les clans forment de petites unités territoriales assez facilement reconnaissables malgré de nombreuses imbrications. Certains territoires, allongés le long des pistes, montrent clairement la direction des anciens axes de migration. Ces axes sont tous orientés vers l’ouest ou le sudouest, et paraissent diverger à partir de l’arrondissement de Bengbis, où se trouve le village d’Alen-Zalengañ. Les principaux clans de ce département, sont les Yekombo, les Yemboñ, les Yemveñ et les Yemfek, qui à eux seuls représentent près de la moitié de la population bulu du Dja et Lobo. Ces clans sont liés entre eux par une parenté réelle ou mythique. En fait, il y aurait assez peu de clans « originellement » bulu. Aux clans d’origine fañ ou pré-pahouine, il faut ajouter les clans étrangers comme les Ngoé, les Ésse, les Ndon qui représentent plus de 20 % des Bulu du département.

119Comme en pays éton, les clans d’origine étrangère sont disposés sur les limites de l’aire bulu. Cette organisation de l’espace, ainsi que la relative intégrité spatiale des unités claniques dans le Dja et Lobo, laissent supposer une occupation relativement longue par des groupes socialement homogènes. Comme ailleurs, les migrations se sont faites par sauts de 15 à 20 km en moyenne, les groupes n’avançant que par à coups, en dépassant ceux qui les précédaient.

120Dans le Ntem, la situation change radicalement, l’éparpillement des clans est la régie. Ils sont mélangés comme « des billets de loterie » selon l’expression de Zimmerman (Zimmerman 1890) ! D’un village à l’autre, ils alternent sans aucun ordre apparent et se dispersent sur des distances variables (entre 5 et 20 km).

121Sur la piste d’Ebolowa à Sangmélima, on compte 12 clans pour 36 villages, sur 60 km. Sur celle de Mvam-Essakoé à Mvangan, on rencontre 9 clans sur 50 km et pour 30 villages ; entre Enongal (à l’est d’Ebolowa) et Endengué, soit 100 km, 14 clans se répartissent dans 41 villages... Néanmoins, certains clans prédominent ; entre Ebolowa et Mvangan, les Yemisem, les Yenjok et les Ngoé représentent plus de 70 % de la population.

122Dans le Ntem, la succession rapide des clans le long d’un même axe traduit l’accélération des migrations vers la mer, et sans doute, également, une concurrence plus forte entre les groupes. Aux abords d’Ebolowa, le mélange des clans atteint la confusion. Le relief y est en partie responsable ; on est ici à la limite du plateau continental, et les massifs de bordure délimitent de petits espaces où les groupes sont isolés. Mais des raisons historiques interviennent également ; la proximité du poste militaire d’Ebolowa, la guerre de 1899, les troubles de 1900, sont autant de faits qui ont contribué à mobiliser les populations.

Deux peuplements de styles opposés

123Population bloquée de tous côtés dans un réduit délimité par la Sanaga et le rebord du plateau central, les Éton ont une densité humaine dix fois plus élevée que les Bulu, déployés à travers de vastes espaces forestiers, entre le Dja et la côte.

124Le pays éton apparaît sur la carte (fig. 4) comme une zone massive de population, où la densité dépasse partout les 40 hab./km2. À l’intérieur de cette zone, les plus fortes densités s’appuient sur le relief. À l’est, la courbe des 80 hab./km2 (Nkolbogo, Nkolmvak) est soulignée par la rivière Afamba, prolongée vers le sud par son affluent la Foulou. Dans ce secteur, les Éton ont dû repousser toutes les migrations venant des chutes de Nachtigal. Au centre, et dans le secteur comprenant le terroir de Yemesoa, les densités humaines sont maxima (dk > 120 hab./km2) ; elles ont été créées par la rencontre des migrations éton venues d’Ebebda, Monatélé et Nkolbogo. Ce passage d’une dizaine de kilomètres de large donne accès au plateau intérieur, en contournant par l’est le massif du Mbam Minkom. C’est aussi une zone d’affrontement avec les Mvélé. À l’est d’Obala, la remarquable décroissance des densités (de 120 à 10 hab./km2 en 5 km...), marque le contact entre deux populations au dynamisme démographique différent, mais aussi le phénomène d’« aspiration » de la route.

125L’étranglement symétrique des densités selon une ligne O-E, OkolaNkometou, suit à peu près le rebord du plateau intérieur (600 m), ce qui montre l’influence que le relief, même peu accusé, peut avoir parfois sur le peuplement.

126Au nord, en pays mangisa, les hauts reliefs situés au sud de Nkolo, ont fait obstacle aux migrations ayant passé le fleuve dans ce secteur et les ont obligées à bifurquer vers le sud. Le maximum des densités se situe au carrefour des voies venant de Monatélé, Bafia et Yaoundé.

127Une autre zone de fortes densités est centrée sur la route Monatélé-Okola. La proximité d’un gué de la Sanaga, ainsi que d’une zone frontière commençant sur la rive gauche de la rivière Ngobo, peut expliquer une telle concentration. Une seule piste soulignée par des zones de densités, mène en territoire basaa (pont de Kikot).

128Les lignes de front faisant face aux populations voisines en s’appuyant sur les accidents du relief, conditionnent le peuplement du « réduit » éton.

129Le pays bulu apparaît, en comparaison, comme « en creux ». Les densités y dépassent rarement 40 hab./km2, (zone péri-urbaine d’Ebolowa). Ailleurs, des densités humaines moyennes (entre 20 et 40 hab./km2) s’observent le long des principaux axes de circulation et autour des carrefours routiers. Ces concentrations linéaires sont le résultat le plus évident de la politique coloniale de regroupement. Mais elles traduisent également l’attrait que les axes routiers exercent sur des populations peu importantes, habitant des zones éloignées des centres.

130De petits noyaux de population sont formés parfois par un ou deux villages importants. Il s’agit généralement d’anciennes chefferies près desquelles se sont installées, missions, écoles, marchés ou dispensaires.

131Les densités sont minimales (entre 4 et 1 hab./km2) entre les routes, notamment dans le sud du Ntem et du Dja et Lobo. Ce sont des zones de parcours pour la chasse et la pêche.

132Contrairement au pays éton, la trame du peuplement bulu est constituée par les axes migratoires et commerciaux. Le peuplement diffus autour de rares cellules de faible densité est le résultat du caractère récent de l’installation des groupes et de leur faible cohésion sociale. Mais la rapidité des déplacements vers l’ouest a contribué à étirer la population sur de grandes distances. La colonisation, en interrompant brusquement la mobilité des groupes, les a fixés sur place alors qu’ils étaient en cours de migration.

L’identité des pays

133Se distinguant par une histoire et un peuplement différents, pays éton et bulu possèdent des traits spécifiques qui leur confèrent des identités propres.

134Le pays éton constitue une petite région physique bien individualisée tant par le cadre physique que par le milieu humain. Située entre la Sanaga au nord, et le rebord du plateau continental au sud, elle se caractérise, avec ses hautes collines, par un relief d’ensemble assez vigoureux et compartimenté. Le climat y est sensiblement plus sec que dans le reste du Sud Cameroun, et annonce déjà la transition avec un climat de type tropical ; la saison sèche y est plus longue et plus prononcée, les pluies plus courtes et moins abondantes.

135La forêt, surtout composée de sous bois, d’arbustes et d’espèces protégées, présente un faciès de dégradation très prononcée. Les défrichements se sont faits à la fois sur une forêt primitive et sur des recrus forestiers développés sur des savanes intraforestières.

136Il faudrait aussi y ajouter des savanes périforestières, au bord de la Sanaga et dans la région d’Obala.

137Une occupation plus longue et l’évolution forcée des groupes dans un espace assez restreint, ont conduit à la dispersion de l’habitat ainsi qu’à un peuplement continu. Mais le réajustement de la population dans l’espace se poursuit actuellement. En quarante ans (1936-1976), le nombre de villages administratifs a doublé et leur population moyenne est passée de 657 à 470 habitants. Cependant les villages éton restent des unités importantes comprenant plusieurs « quartiers » ; le recensement de 1976 comptait, en effet, dans la Lékié, 18 villages de plus de 1 000 habitants.

138Comme partout en forêt, les sites villageois occupent les sommets ou les premières pentes des interfluves. Les habitations se répartissent le long des pistes selon un plan plus ou moins resserré. Mais les maisons éton sont, pour la plupart, de type moderne, avec un toit de tôles ondulées et des murs crépis, « luxes » permis par les revenus de la cacaoculture.

139La densité et l’homogénéité de la population, la compacité des territoires claniques ont une influence déterminante sur la forme des terroirs. Ils sont généralement de forme massive ; les champs, souvent jointifs, entourent le village de tous côtés, et ne laissent entre eux que de maigres lambeaux d’une forêt où dominent les arbres utiles (safoutiers, colatiers, fromagers...).

140Les cultures vivrières se caractérisent par la place prépondérante accordée aux arachides et au maïs, devant les tubercules (surtout manioc). Le département de la Lékié qui circonscrit assez étroitement le pays éton produit plus du quart des vivres (en tonnage) de la province du Centre auquel il appartient ; c’est aussi le troisième producteur de macabo et de maïs, le deuxième producteur d’arachide et de manioc derrière le département du Mbam.

141Mais les méthodes culturales sont encore essentiellement traditionnelles et extensives : défrichement à la machette, brûlis, labours à la houe... Malgré la forte pression exercée sur les terres, les paysans ne connaissent aucune technique de fertilisation des sols autre que la jachère arborée. D’autre part, aucun aménagement n’est entrepris pour lutter contre l’érosion des sols, bien que les champs soient installés la plupart du temps sur des pentes assez fortes. Mais la caractéristique principale des terroirs restent la présence « écrasante » des plantations de cacao. Souvent qualifiée de « grenier de Yaoundé », la Lékié se distingue des autres départements par une très forte production cacaoyère qui en fait le premier producteur des provinces du Centre et du Sud (40 % de la production nationale), et même du Cameroun avec 15 % environ de la production camerounaise. C’est également en pays éton que les rendements sont les plus élevés et que la qualité des fèves est la meilleure.

142Tous ces traits, propres au pays éton, se retrouvent tous dans le village choisi dans cette étude, Yemesoa. Composé de « quatre quartiers » distincts, il s’agit d’un gros village dont le terroir est consacré à la cacaoculture. Situé au coeur du pays éton, il est également à moins de deux heures de route de Yaoundé, autrement dit, situé dans la zone d’attraction de la capitale, comme de nombreux autres villages éton.

143Le pays bulu est plus difficile à cerner. Il ne possède pas d’unité physique, à proprement parler. Les Bulu habitent la forêt dense qui couvre tout le territoire situé au sud du Nyong, des rives du Dja jusqu’aux abords de Kribi sur la côte. Cette vaste zone étirée en latitude, est soumise à un climat sensiblement plus humide que le pays éton. Le relief y est aussi plus monotone. Le modelé est constitué d’un plateau disséqué par les nombreux affluents et sous-affluents du Nyong du Dja et du Ntem.

144Le peuplement est loin d’être homogène. De nombreux petits groupes fan, maka, foñ existent au milieu des Bulu, et nous avons vu que ces derniers formaient eux-mêmes un groupe très composite. La rapidité des migrations a éparpillé les groupes le long des axes de pénétration, en faisant alterner les clans dans une même zone.

145Le peuplement bulu actuel est à base de petits villages (autour de 200 habitants en moyenne). Leur plan est généralement très lâche, les maisons étant assez distantes les unes des autres. La séparation entre les divers clans est bien marquée (généralement par une maison perpendiculaire à la route). L’habitat est, dans l’ensemble, d’un type plus ancien que dans la Lékié, avec beaucoup de maisons de style colonial (véranda, toit à quatre pentes, crépis à la chaux...). Les toitures en tôle y sont également plus rares.

146Les pistes menant aux champs partent derrière les maisons et débouchent, après un parcours pouvant atteindre plusieurs kilomètres, sur des clairières regroupant plusieurs parcelles familiales. Les terroirs prennent ainsi une forme « tentaculaire ». Les plantations sont, par contre, plus accessibles et s’alignent le long des pistes, bien que les plus anciennes puissent être enclavées en pleine forêt.

147Le cacao est ici partout présent, mais le département du Dja et Lobo auquel appartient le village étudié ici, n’est pas un gros producteur (6 % de la production nationale). L’extension des cacaoyères s’est faite ici plus lentement que dans le reste du pays bulu. La province du Sud a une production deux fois plus faible que celle du Centre où se trouve Yemesoa. Le Dja et Lobo est surtout un département producteur de vivres : canne à sucre (premier producteur du Centre et du Sud), plantain (troisième rang) et légumes « africains ».

148Le village étudié ici, Alen-Zalengañ, a été choisi parmi des centaines d'autres que comptent les départements bulu du Ntem et du Dja et Lobo. Il ne saurait être « le » village représentatif d’une zone aussi vaste et d’un groupe humain aussi important. Ce village est un village bulu parmi d’autres, ni plus ni moins caractéristique.

149Situé dans une zone de peuplement bulu ancienne dépeuplée par les guerres et, plus encore par l’attraction des nouveaux axes de communication, Alen-Zalengañ est un petit village enclavé, éloigné de tout centre, comme la plupart des villages bulu. Sa structure sociale est aussi représentative de la diversité bulu. En fait, ce village est composé de deux unités (Alen et Zalengañ) qui ont fusionné lors du regroupement le long de la piste de Bengbis, tout en conservant leurs clivages sociaux traditionnels. Comme partout en pays bulu., et contrairement à la Lékié, les paysans de ce village ont, en plus de la culture vivrière, une gamme d’activités très diversifiée : plantations de cacao et de café, chasse, pêche...

150Enfin, les deux villages présentés ici, constituent également, de par leurs traits propres, mais aussi par les régions environnantes, deux exemples totalement opposés de terroirs forestiers. On doit pouvoir ainsi examiner les réponses apportées par les paysans à des problèmes identiques (autosuffisance alimentaire, recherche de revenus monétaires..) dans des contextes radicalement différents. Ces exemples peuvent être d’autant plus intéressants qu’ils appartiennent à un même type de société et qu’ils ne présentent que des variations d’un même système de production ancien.

Notes

4 Les termes cités ici sont communs aux langues bulu, éwondo et éton.

5 Nous utiliserons et citerons ici largement l’ouvrage de R. Letouzey : Carte phytogéographique du Cameroun. Ira, Yaoundé/Iciv, Toulouse, 1985.

Table des illustrations

Légende Figure 1. Carte de situation des deux terroirs.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15435/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Légende Figure 2. Le climat..
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15435/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 297k
Légende Figure 3. La végétation.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15435/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 625k
Légende Figure 4. La population rurale (recensement national de 1976
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15435/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 623k

© IRD Éditions, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search