Version classiqueVersion mobile

Sous l’empire du cacao

 | 
Christian Santoir

Introduction

Texte intégral

1La région forestière du Cameroun méridional présente une grande homogénéité de paysages. La disposition de l’habitat, des champs, leur situation par rapport aux éléments du relief ne varient guère et se répètent sur un vaste territoire. Cette uniformité est due en grande partie, à la constance et au caractère contraignant du milieu physique, mais également à la grande unité culturelle du monde béti. Ici, pas de différenciation ethnique à proprement parler, mais plutôt des nuances, se manifestant dans le domaine agraire par la préférence apportée à tel type de culture, par l’importance relative des plantations, ou par la place des activités extra-agricoles : chasse, pêche... Le système de culture n’est pas un élément de différenciation. Il est partout basé sur une culture itinérante associant sur un même champ, lors de deux saisons, les mêmes cultures principales : plantain, manioc, arachide, macabo, igname..., aux mêmes cultures secondaires : maïs, légumes, cucurbitacées, condiments...

2Les paysanneries dans le sud du Cameroun sont généralement peu enracinées dans leurs terroirs, peu nombreuses, à l’exception remarquable du pays éton, et sans techniques d’organisation suffisamment fortes pour imposer leur empreinte sur l’environnement. Ces sociétés sont à l’heure actuelle en pleine évolution. Elles changent, à des degrés divers, à des rythmes différents, sous le coup de facteurs nouveaux apparus au cours des soixante dernières années : introduction des cultures de rente et de l’économie monétaire, mobilité accrue des individus, ouverture de grands axes de communication, émergence des centres urbains, accroissement démographique...

  • 1 Deux études aux limites occidentales et orientales du pays béti (J.Champaud : Mom, J. Tissandier :(...)

3Les transformations et les problèmes des communautés rurales sont particulièrement bien appréhendés par les études de terroirs qui sont des « outils » d’investigation adaptés pour évaluer le poids des contraintes et leur incidence locale. Ces monographies géographiques décrivent les activités des paysans ainsi que les rapports complexes qui les unissent à un espace approprié, fournissant l’essentiel de leurs moyens d’existence. Il s’agit d’une recherche de base qui permet une connaissance plus intime du milieu rural ; elle s’appuie sur la cartographie des traits essentiels de l’espace rural : milieu physique, population, successions culturales, productions... Malgré leur utilité, les études de terroirs sont rares dans la zone concernée1.

4Prendre pour exemple de l’évolution d’ensemble seulement deux villages jugés « représentatifs », parmi des centaines, peut paraître comme une gageure. Certes, l’homogénéité culturelle du milieu forestier et l’unité des systèmes de cultures autorisent à limiter le nombre d’exemples. Notre choix a surtout été guidé par des études antérieures effectuées au début des années soixante-dix, par des chercheurs de l’Orstom, MM. J. Tissandier et C. Weber, sur un village éton (Yemesoa) et un village bulu (Alen-Zalengañ). En dehors du critère ethnique, ces deux terroirs ont été choisis dans deux régions très différentes, voire opposées, par bien des caractères ; l’une, le pays éton, à la limite de la savane et à proximité de Yaoundé, avec des densités humaines très fortes, supérieures à 100 hab./km2 ; l’autre, le pays bulu, dans une zone de grande forêt peu habitée (dk = 13 hab./km2), éloignée de tout centre et à l’écart des grands axes de circulation.

  • 2 L'élaboration de l'atlas régional Sud Cameroun.
  • 3 La Sodecao (Société de développement du cacao) a assuré pendant plusieurs années, le suivi d’un éc (...)

5À l’occasion d’un travail plus vaste2 il nous a semblé intéressant, sinon d’entreprendre des études de terroir « en régie » qui auraient demandé trop de temps, du moins de reprendre certaines des données de l’époque (aimablement communiquées par J. Tissandier) et de les actualiser pour 1983-86. Il est rare en effet, d’avoir des informations suivies sur un terroir à une dizaine d’années d’intervalle3. Notre propos, ici, est donc d’essayer de saisir l’évolution récente de deux terroirs, sur treize ans, en partant de l’exposé du contexte géographique et des mutations des systèmes de production survenues lors de la période coloniale. Pour cela, nous privilégierons certains thèmes comme le système foncier, les superficies cultivées, les types de cultures, l’émigration. Le but est d’obtenir des indices sur l’évolution probable des systèmes de production, compte tenu des nouvelles contraintes, des facteurs négatifs et positifs. À travers l'étude de ces deux villages, se pose le problème crucial de l'avenir de la culture cacaoyère dans le Cameroun méridional, et dans un cadre plus large, celui de l'économie de plantation en général. Depuis plus de quatre-vingts ans, le cacao a apporté une certaine prospérité aux paysans. C'est pour cette raison qu'il continue à envahir les terroirs dont il occupe de larges superficies au détriment des cultures vivrières.

6Au moment où les cours du cacao s'effondrent, cette culture est devenue un lourd héritage dont le passif a tendance à dépasser l'actif. Pour chaque producteur, le problème est de s'affranchir de la trop forte emprise du cacao, de se libérer de l'« empire » d'une plante qui règne sans partage sur les économies familiales comme sur les espaces ruraux. Mais comment remplacer une culture devenue indispensable ? Relancer une cacaoyère vieillie, aux rendements inégaux, apparaît problématique et ne peut être envisagé que dans des zones où l'espace est disponible et dans le cadre de grandes plantations. Pour la petite exploition familiale, l'avenir se situe ailleurs, du côté des cultures vivrières dont la demande urbaine ne cesse de grandir. Mais la reconversion des terroirs n'est pas pour demain, même si elle doit être préparée dès aujourd'hui.

7Compte tenu de l'évolution des terroirs, telle qu'elle apparaît dans l'étude ci-dessous, le cacao ne semble plus pouvoir assurer l'avenir des exploitations paysannes. La manne cacaoyère qui a profité aux paysans, comme à l'État, n'a pas été un élément de modernisation des campagnes qui se tournent de plus en plus vers les villes. C'est sans doute de ce côté qu'il convient de chercher des solutions, de nouvelles opportunités pour un véritable développement. La ville représente un énorme marché qu'il reste à organiser entièrement. La conquête de ce marché est maintenant le véritable enjeu des paysanneries du Cameroun méridional.

8Nos études se sont déroulées en 1985 et 1986, dans le cadre du Centre géographique national de Yaoundé qui nous a fourni les moyens financiers et matériels. Nous remercions tout particulièrement MM. A. Bopda, chercheur, H. Elingui et N. Mebenga, techniciens, qui nous ont apporté leur aide lors des relevés topographiques et des enquêtes chez les villageois.

9N.B. : Il nous est apparu nécessaire d'homogénéiser la transcription des termes béti. Celle des toponymes est conforme, dans l’ensemble, à l’ancienne transcription française, bien imparfaite, mais désormais consacrée par l’usage. Les différences observées çà et là dans les cartes, sont d’ailleurs minimes. Beaucoup plus délicate est la transcription des noms des groupes humains et des noms communs dont l’orthographe s’avère très changeante et pas encore fixée. Aussi avons-nous adopté quelques principes phonétiques simples, utilisant des caractères standards pour plus de facilité :

e = eu
é = é (il n’y a pas de è)
u = ou
j = dj (comme dans John)
g = gue (comme dans bague)
n = ng (comme dans l’anglais king)
ny = gne (comme dans pagne)
s = sse (comme dans poisson)
w = wo (comme dans l’anglais what)

Notes

1 Deux études aux limites occidentales et orientales du pays béti (J.Champaud : Mom, J. Tissandier : Zengoaga), une dans la partie la moins peuplée du pays éton ; (L. Wenezoui Nkongmesa).

2 L'élaboration de l'atlas régional Sud Cameroun.

3 La Sodecao (Société de développement du cacao) a assuré pendant plusieurs années, le suivi d’un échantillon d’exploitations agricoles réparties dans des villages différents de la zone cacaoyère.

© IRD Éditions, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search