Version classiqueVersion mobile

La terre d’en face

 | 
Patrice Levang

Annexes

Texte intégral

ANNEXE 1

Sigles

1APPDT : Alokasi Penempatan Penduduk Daerah Transmigrasi, lots réservés aux transmigrants originaires de la région d’accueil. Pour être considéré comme originaire de la région d’accueil, il suffit d’être enregistré auprès des services officiels de la province concernée. Sur les documents officiels, l’appartenance ethnique n’est précisée que pour les Indonésiens de descendance chinoise.

2Bappeda : Badan Perencanaan Pembangunan Daerah, Direction régionale de la planification et du développement (attachée à chaque gouvernement provincial).

3Bimas : bimbingan masal, littéralement « encadrement de masse ». Vaste programme de vulgarisation agricole et de crédits de campagne destiné à la promotion de la Révolution verte.

4BPS : Biro Pusat Statistik, bureau central des statistiques.

5BRI : Bank Rakyat Indonesia, littéralement banque populaire indonésienne. Banque chargée d’assurer le crédit aux exploitants agricoles (programmes Bimas et Inmas).

6BRN : Biro Rekonstruksi Nasional, office chargé d'installer les soldats démobilisés de l’armée de libération nationale dans des centres de colonisation au Lampung.

7BTI : Barisan Tani Indonesia, Front paysan indonésien, mouvement inféodé au Parti communiste indonésien.

8Bulog : Badan Urusan Logistik, office gouvernemental chargé des importations de produits vivriers, de leur stockage et répartition entre les provinces indonésiennes, et de la stabilisation des prix.

9Cria : Central Research Institute for Agriculture, institut de recherche agricole localisé à Bogor (LP3 en indonésien).

10CTN : Cadangan Tentara Nasional, troupes supplétives de l’aimée de libération nationale. Leur démobilisation dans le cadre de projets de colonisation agricole s’est effectuée dans des conditions pour le moins anarchiques.

11Deptran dan PPH : abréviation de Departemen Transmigrasi dan Pemukiman Perambah Hutan, ministère de la Transmigration et de la Réinstallation des Squatters Forestiers. Nouveau nom pris par le ministère de la Transmigration à l’occasion du remaniement ministériel de 1993.

12Depsos : abréviation de Departemen Sosial, ministère des Affaires sociales.

13DKI : Daerah Khusus Ibukota. Littéralement « zone spéciale de la capitale ». Son statut équivaut à celui d’une province.

14Felda : Federal Land Development Authority. Office malaysien chargé du développement rural et de la colonisation agricole.

15FMI : Fonds monétaire international.

16GTZ : Gemeinsame Technische Zusammenarbeit, agence allemande de coopération technique.

17Inmas : Instruksi masal, programme plus souple ayant pris la succession du Bimas.

18IPB : Institut Pertanian Bogor, institut agronomique de Bogor.

19ITB : Institut Teknologi Bandung, institut technologique de Bandung.

20NES : Nucleus Estate and Smallholders. Voir PIR.

21NPS : Non Pasang Surut. Nom donné aux projets en culture pluviale, par opposition aux projets pasang surut.

22ODA-LRDC : Overseas Development Agency, Land resources Development Centre. Coopération britannique.

23P4S : Proyek Pembukaan Persawahan Pasang Surut. « Projet d’ouverture de rizières flot jusant » confié au direktorat des marais, sous l’autorité du direktorat jenderal des ressources en eau, lui-même dépendant du ministère des Travaux publics.

24PIR : Perkebunan Inti Rakyat, version indonésienne du Nucleus Estate and Smallholders System. Association formée d’un noyau, représenté par une plantation industrielle, et d’un plasma, composé de petits planteurs installés en périphérie.

25PKI : Fartai Komunis Indonesia. Comptant plus de 3 millions de sympatisants en 1965, le parti communiste indonésien est interdit après avoir tenté de prendre le pouvoir à la faveur du coup d’État du 30 septembre 1965. Le contrecoup d’État dirigé par le général Suharto va se traduire par une solide reprise en main du pays. Environ 500 000 sympatisants (ou supposés tels) du PKI seront physiquement éliminés entre 1965 et 1967.

26PRRI : Pemerintah Revolutioner Republik Indonesia (Gouvernement révolutionnaire de la République d'Indonésie). Gouvernement rebelle formé à Bukittinggi (Sumatra-Ouest) le 15 février 1958 et dirigé par Sjafruddin. Les principaux leaders de la rébellion se rendirent aux forces armées entre juin et octobre 1961.

27PTP : Perseroan Terbatas Perkebunan, société de plantations à capitaux mixtes.

28Repelita : acronyme de REncana PEmbangunan LIma TAhun, plan quinquennal de développement.

29Reppprot : Regional Pbysical Planning Programme for Transmigration. Vaste programme visant à cartographier les ressources foncières de l’archipel. S’appuyant sur une analyse rapide de photographies aériennes avec une quasi-absence de vérifications de terrain..., l’étude présente surtout le mérite d’exister. Dans le détail, elle est rarement utilisable.

30SDSB : équivalent indonésien du loto, dont les recettes servaient à financer des manifestations culturelles et sportives. Suite à plusieurs manifestations d’étudiants intégristes musulmans (l’islam interdit les jeux d’argent), le SDSB fut supprimé en 1993.

31TAD : Transmigration Area Development, grand projet de la GTZ (Coopération allemande) dans la province de Kalimantan-Est.

32TSP : Triple Super Phosphate. Le superphosphate triple est obtenu par attaque phosphorique des phosphates naturels et dose 38 à 48 % de P2O5 soluble. C’est le seul engrais phosphaté disponible dans les centres de transmigration.

33UGM : Universitas Gadjah Mada, première université indonésienne (Yogyakarta).

ANNEXE 2

Tableau i. Nombre de familles et de personnes transmigrées (1951-1993).

Tableau i. Nombre de familles et de personnes transmigrées (1951-1993).

Source : Direktorat Pelaksanaan Pemindahan Transmigrasi (1993).

Tableau i (suite). Nombre de familles et de personnes transmigrées (1951-1993).

Tableau i (suite). Nombre de familles et de personnes transmigrées (1951-1993).

Source : Direktorat Pelaksanaan Pemindahan Transmigrasi (1993).
* Jusqu’au 4.7.93 seulement.

Tableau ii. Répartition des transmigrants par zone d'accueil (1905-1986).

Tableau ii. Répartition des transmigrants par zone d'accueil (1905-1986).

Source : Hugo et al. (1987).

Tableau iii. Budgets de la Transmigration dans les provinces d’accueil (1979-1982).

Province

Budget Transmigration (milliards Rp) *

Répartition en % du budget total

Transmigration en % du budget provincial

Aceh

15 193

3,3 %

11 %

Sumatra-Nord

6 659

1,4 %

3 %

Sumatra-Ouest

5 147

1,1 %

3 %

Riau

62 956

13,6 %

24 %

Jambi

28 367

6,1 %

29 %

Sumatra-Sud

114 486

24,7 %

44 %

Bengkulu

16 505

3,6 %

20 %

Lampung

10316

2,2 %

9 %

Total Sumatra

259 629

55,9 %

19 %

Kalimantan-Ouest

29 098

6,3 %

26 %

Kalimantan-Centre

22 765

4,9 %

33 %

Kalimantan-Sud

39 030

8,4 %

27 %

Kalimantan-Est

26 297

5,7 %

29 %

Total Kalimantan

117 190

25,2 %

28 %

Sulawesi-Nord

7 265

1,6 %

8 %

Sulawesi-Centre

20 622

4,4 %

25 %

Sulawesi-Sud

6 678

1,4 %

4 %

Sulawesi-Sud-Est

24 755

5,3 %

37 %

Total Sulawesi

59 320

12,8 %

15 %

Maluku

11 634

2,5 %

17 %

Irian Jaya

16 668

3,6 %

27 %

Total

28 302

6,1 %

22 %

Total général

464 441

100,0 %

20 %

Source : World Bank (1988 : 82).
* Totaux de trois années budgétaires : 1.4.79 au 31.3.82

Tableau iv. Transmigration et surfaces agricoles utiles dans les provinces d’accueil en 1985.

Province

Surfaces agricoles utiles (km2)

Surfaces allouées à la transmigration (km2)

Transmigration en % de la surface totale

Transmigrants en % des exploitations

Aceh

10 965

173

1,6 %

3,4 %

Sumatra-Nord

13 725

127

0,9 %

0,7 %

Sumatra-Ouest

7 713

90

1,2 %

1,5 %

Riau

7 101

679

9,6 %

14,1 %

Jambi

6 626

376

5,7 %

11,3 %

Sumatra-Sud

10 622

1 711

16,1 %

10,1 %

Bengkulu

1 527

230

15,1 %

15,3 %

Lampung

7 774

1 001

12,9 %

7,3 %

Total Sumatra

66 053

4 387

6,6 %

6,3 %

Kalimantan-Ouest

6 831

250

3,7 %

7,7 %

Kalimantan-Centre

6 479

479

7,4 %

17,0 %

Kalimantan-Sud

6 223

373

6,0 %

7,3 %

Kalimantan-Est

4 841

256

5,3 %

13,1 %

Total Kalimantan

24 374

1 358

5,6 %

9,6 %

Sulawesi-Nord

3 549

66

1,9 %

1,4 %

Sulawesi-Centre

63 001

300

0,5 %

9,1 %

Sulawesi-Sud

15 308

115

0,8 %

0,7 %

Sulawesi-Sud-Est

3 363

364

10,8 %

10,8 %

Total Sulawesi

85 221

845

1,0 %

3,3 %

Total général

175 648

6 590

3,8 %

5,8 %

Source : World Bank (1988 : 83).
* Ces valeurs ne concernent que les transmigrants déplacés pendant le troisième plan quinquennal. Note : la S.A.U. retenue pour Sulawesi-Centre est très excessive. Elle dépasse 90 % de la superficie de la province, et avoisine la S.A.U. de l'ensemble de Sumatra.

Tableau v. Transmigration et infrastructures routières (1985).

Province

Infrastructures provinciales (km)

Routes de la transmigration (km) *

Transmigration en % du total

Aceh

9 982

740

7 %

Sumatra-Nord

15 132

758

5 %

Sumatra-Ouest

8 632

326

4 %

Riau

7 262

2 274

31 %

Jambi

4 580

1 459

32 %

Sumatra-Sud

9 692

3 565

37 %

Bengkulu

3 527

678

19 %

Lampung

4 596

3 001

65 %

Total Sumatra

63 403

12 801

20 %

Kalimantan-Ouest

4 182

2 500

60 %

Kalimantan-Centre

4 355

2216

51 %

Kalimantan-Sud

4 119

941

23 %

Kalimantan-Est

3 338

1 687

51 %

Total Kalimantan

15 994

7 344

46 %

Sulawesi-Nord

5 627

344

6 %

Sulawesi-Centre

6 309

1 167

18 %

Sulawesi-Sud

17 807

440

2 %

Sulawesi-Sud-Est

5 012

1 015

20 %

Total Sulawesi

34 755

2 966

9 %

Iles orientales

10 293

808

8 %

Irian Jaya

5 194

2 256

43 %

Total

15 487

3 064

20 %

Total général

129 639

26 175

20 %

Source : World Bank (1988 : 82).
* Ne concerne que les réalisations du troisième plan quinquennal.

  • * Les erreurs de calcul du tableau original ont été corrigées.

Tableau vi. Flux migratoires entre Java et les autres îles (1950-1972 et 1975-1980)*.

Tableau vi. Flux migratoires entre Java et les autres îles (1950-1972 et 1975-1980)*.

Source : Arndt (1983).

Tableau vii. Évolution de la propriété foncière à Java.

Taille des exploitations (hectare)

Répartition en 1903 ( %)

Répartition en 1973 ( %)

0,1-0,2

15

21

0,2-0,5

32

36

0,5-0,75

25

17

0,75-3,0

24

24

>3,0

3

2

Source : Booth (1988 : 52).

Tableau viii. Catégorie de migrants et zone de recrutement priroritaires.

Type

Catégorie ou zone prioritaire

Pourcentage de migrants

1

Victimes de catastrophes naturelles

10,2

2

Zones érodées

35,1

3

Zones densément peuplées

12,5

4

Projets d’intérêt public

8,4

5

Vétérans de l’armée

0,5

6

Action sociale

1,1

7

Populations locales

11,2

8

Réinstallation de migrants spontanés

16,2

9

Réinstallation de transmigrants

4,8

Source : Hardjono (1986).

Tableau ix. Évolution de la population indonésienne de 1600 à 1990 (en millions d’habitants).

Tableau ix. Évolution de la population indonésienne de 1600 à 1990 (en millions d’habitants).

Source : Hugo et al. (1987) ; BPS (1961, 1971, 1980, 1990).
* L’Irian Jaya n’est prise en compte que depuis 1961.

Tableau x. Évolution des superficies forestières dans les îles extérieures (1952 et 1990).

Tableau x. Évolution des superficies forestières dans les îles extérieures (1952 et 1990).

Source : Service des forêts pour 1952, FAO pour 1990, cités par Durand (1994).
Note : Les estimations pour l'Indonésie orientale ne reposent sur aucun fondement solide.

Tableau xi. Ressources forestières dans les provinces d'accueil en 1985.

Province

Superficie totale (x 1 000 ha)

Superficie en forêt (x 1 000 ha)

Pourcentage en forêt

Aceh

5 539

3 282

59 %

Sumatra-Nord

7 168

3 526

49 %

Sumatra-Ouest

4 230

2 943

70 %

Riau

9 456

6 546

69 %

Jambi

5 100

2 614

51 %

Sumatra-Sud

10 276

4 028

39 %

Bengkulu

1 978

991

50 %

Lampung

3 200

1 244

39 %

Total Sumatra*

46 947

25 174

54 %

Kalimantan-Ouest

14 600

7 695

53 %

15 300

10 997

72 %

Kalimantan-Sud

3 700

2 029

55 %

Kalimantan-Est**

15 114

15 951

(75 %)

Total Kalimantan*

54 824

36 672

67 %

Sulawesi-Nord

2 751

1 583

58 %

Sulawesi-Centre

6 803

4 165

61 %

Sulawesi-Sud-Est

3814

2 190

57 %

Sulawesi-Sud

6 292

3 351

53 %

Total Sulawesi

19 660

11 289

57 %

Maluku

8 572

5 096

59 %

Irian Jaya

41 066

28 816

70 %

Total

49 638

33 912

68 %

Total général*

171 071

107 047

63 %

34Superficie en forêt (x 1 000 ha) Kalimantan-Centre

Source : Whitten et al. (1987 :17).
* Les erreurs de totalisation proviennent de la source.
** Le domaine forestier dépasse la superficie de la province !

Tableau xii. Temps de travaux en riziculture sur brûlis (Kalimantan-Centre).

Opération

Essart sur forêt primaire (jours-homme/ha)

Essart sur jachère de 15 ans (jours-homme/ha)

Débroussaillement

21 ±7

28 ±4

Abattage

27 ±7

24 ±4

Brûlage

1,3 ±0,4

2,4 ± 1,3

Semis

20 ±5

31 ±5

Sarclage

3 ± 3

15 ± 7

Clôture (facultatif)

11 ±3

11 ±3

Abri (facultatif)

7

7

Récolte

31 ±6

44 ±5

Total

121 ±20

162 ± 17

Source : Levang (1984).

Tableau xiii. Rendements et productivités en riziculture sur brûlis (Kalimantan-Centre).

Type de ladang

Sur forêt primaire

Sur jachère de 15 ans

Sur jachère de 7 ans

Surface cultivée (ha)

1,4

1,4

1

Production

(kg paddy)

1 400-2 100

1 400 - 2 100

750- 1 250

Quantité de travail

(jours-homme)

144

200

175

Rendement (kg/ha)

1 000 - 1 500

1 000 - 1 500

750- 1 250

Productivité

(kg/jour-homme)

9,7-14,6

7,0-10,5

4,3-7,1

Source : Levang (1984).

  • Le revenu des cultures équivaut à la rémunération du travail familial (valeur de la récolte diminu (...)

Tableau xiv. Revenus agricoles à Tatakarya avant et après irrigation.

Tableau xiv. Revenus agricoles à Tatakarya avant et après irrigation†.

Source : Enquêtes de terrain 1986 et 1990.

  • Les prix de 1990 sont déflatés en fonction du prix du riz payé au producteur.

Tableau xv. Revenus non agricoles à Tatakarya avant et après irrigation.

Tableau xv. Revenus non agricoles à Tatakarya avant et après irrigation‡.

Source : Enquêtes de terrain 1986 et 1990.

Tableau xvi. Évolution de l'utilisation d’engrais en riziculture.

Tableau xvi. Évolution de l'utilisation d’engrais en riziculture.

Source : Enquêtes de terrain 1986 et 1990.

Tableau xvii. Évolution des dépenses en pesticides et en herbicides.

Tableau xvii. Évolution des dépenses en pesticides et en herbicides.

Source : Enquêtes de terrain 1986 et 1990.

Tableau xviii. Évolution de l'usage du pulvérisateur.

Pulvérisateur

En propriété %

En location %

Non utilisé %

Riziculture pluviale (1986)

12,5

62,5

25,0

Tous riziculteurs confondus (1990)

51,5

36,4

12,1

Riziculture irriguée seulement (1990)

57,7

42,3

0,0

Source : Enquêtes de terrain 1986 et 1990.
Coût moyen à l’achat d’un pulvérisateur : 46 800 Rp.

Tableau xix. Évolution du recours à la main-d’œuvre salariée.

Tableau xix. Évolution du recours à la main-d’œuvre salariée.

Source : Enquêtes de terrain 1986 et 1990.

Tableau xx. Évolution de la rémunération de la riziculture.

Tableau xx. Évolution de la rémunération de la riziculture.

Source : Enquêtes de terrain 1986 et 1990.

Tableau xxi. Évolution de la propriété foncière à Belitang (Sumatra-Sud).

Tableau xxi. Évolution de la propriété foncière à Belitang (Sumatra-Sud).

Source : Fachurrozie et Macandrews (1978). SP : migrants spontanés ; G1, G2 et G3 : première, deuxième et troisième génération de transmigrants.

  • § Le coût de la journée de manœuvre agricole s’élève à 2 000 Rp à Sulawesi.

Tableau xxii. Bilan comparatif des cultures de riz et de soja à Sulawesi (1985-1986)§.

Tableau xxii. Bilan comparatif des cultures de riz et de soja à Sulawesi (1985-1986)§.

Source : Enquêtes de terrain 1985 et 1986.

Tableau xxiii. Bilan du système de culture Cria (1982).

Tableau xxiii. Bilan du système de culture Cria (1982).

Source : Enquêtes de terrain 1982 et données Cria.
Le coût de la journée de manœuvre agricole s'élève à 1 500 Rp pour un homme et 1 000 Rp pour une femme.

  • ** Le coût de la journée de manœuvre agricole s'élève à 1 500 Rp.

Tableau xxiv. Bilan de la culture de soja-maïs à Totomulyo (1986)**.

Tableau xxiv. Bilan de la culture de soja-maïs à Totomulyo (1986)**.

Source : Enquêtes de terrain 1986.

ANNEXE 3

La transmigration : une littérature relativement abondante

  • 1 Les articles sont surtout nombreux dans la presse indonésienne. Dans la presse internationale, sig (...)

35En 1995, la transmigration va fêter ses quatre-vingt-dix ans d’existence. À cet âge honorable, les personnalités n’en sont plus à écrire leurs mémoires mais plutôt à collectionner les biographies les concernant. En effet, les travaux concernant la transmigration ne manquent pas et ils sont de toutes sortes. Aux innombrables rapports du Ministère et des bureaux d’études, il convient d’ajouter les nombreux articles de la presse écrite1, quelques ouvrages et articles scientifiques, de rares synthèses d'étape, et finalement très peu de thèses.

36Le premier âge de la transmigration, la Kolonisatie, nous est surtout connu grâce au remarquable ouvrage de Karl J. Pelzer : Pioneer seulement in the Asiatic tropics. Studios in land utilization and agricultural colonization in Southeastern Asia (1945). Bien avant Geertz, l’auteur s’interroge sur les conditions du passage du stade de chasseur-cueilleur à celui d’agriculteur en Asie du Sud-Est. Pour quelles raisons, certains groupes humains ont-ils opté pour la riziculture sur brûlis et d’autres pour la riziculture irriguée ? Pour Pelzer, ce choix, dicté par l'environnement physique et par le niveau d’organisation sociale des groupes humains concernés, est à l’origine de dynamiques divergentes, se traduisant à terme par des différences de densités démographiques considérables. Confrontés à la saturation de leur espace dès la fin du xixe siècle, les adeptes de la riziculture irriguée, qu'ils soient originaires de Cebu aux Philippines ou de Java-Centre en Indonésie, n’ont alors d’autre choix que de coloniser les terres sous-utilisées de leurs voisins riziculteurs sur brûlis de Mindanao ou de Sumatra.

37Dans les deux chapitres consacrés plus particulièrement à la surpopulation à Java et à la migration organisée des Javanais vers Sumatra, l’auteur nous livre une synthèse remarquable des réalisations de la Kolonisatie de 1905 à 1941. Cette synthèse s’appuie sur de nombreux documents officiels de l’administration coloniale néerlandaise et plus particulièrement sur ceux de la Centrale Commissie voor Migratie en Kolonisatie van Inheemschen (Commission centrale pour la migration et la colonisation des indigènes). Jusqu’à l’invasion japonaise, la Commission centrale assurait la publication d’un bulletin informatif donnant régulièrement des nouvelles du front pionnier. Entre 1938 et 1941, onze numéros du Kolonisatie Bulletin devaient paraître en deux éditions, une en néerlandais et une en indonésien.

38Plusieurs articles en néerlandais publiés dans des revues coloniales servent également de base à l’analyse de Pelzer. Pour l’essentiel, il s’agit de Hetjting (1932 ; 1938), Hooijer (1912), Schalkwijk (1918 ; 1921), Rookmaaker (1937), Maassfn (1937 ; 1938), Van Der Zwaal (1936 a, b et c), Groeneveldt (1934 ; 1936 a et b), et Vissers (1940). L’auteur a su tirer un parti remarquable de tous ces articles peu accessibles à des lecteurs non néerlandophones.

39Dans sa conclusion, Pelzer salue la performance que constitue la mise au point progressive de ce remarquable outil de développement agricole par le colonisateur néerlandais. S’il admet que « la colonisation agricole à elle seule n’est pas en mesure de résoudre tous les problèmes économiques et démographiques du pays » (Pelzer, 1945 : 237), il estime cependant que « la colonisation agricole sera en mesure d’absorber l’accroissement démographique de Java et de Madura pendant de nombreuses décades » (Pelzer, 1945 : 239).

40Entre 1945, date de parution de l’ouvrage de Pelzer, et 1977, date de parution de Transmigration in Indonesia de Hardjono, pratiquement aucune information concernant le programme ne filtre d'Indonésie. Ces vingt-cinq ans de silence s’expliquent par de nombreuses raisons. Tout d’abord, Pelzer a remarquablement fait le tour de la question. Disserter sur le même sujet qu’une œuvre aussi magistrale n’est envisageable que si la situation évolue de manière radicale. Ensuite, en raison des troubles liés à la guerre et aux luttes pour l’Indépendance, les déplacements de population ne reprennent qu’en 1950. Entre 1950 et mars 1969, les réalisations restent très modestes. Oubliant les leçons de la Kolonisatie, la jeune république indépendante se berce de discours et d’illusions. Elle tente ses propres expériences et cherche surtout à masquer ses échecs. Enfin, la transmigration ne connaît de réel renouveau qu’avec le premier plan quinquennal de 1969 à 1974. Un quart de siècle après le bilan dressé par Pelzer, l'heure est venue de refaire le point de la situation. Joan M. Hardjono va s’y employer.

  • 2 Public par l’Australian National University (Canberra), ce périodique triannuel constitue depuis d (...)

41En s’appuyant sur 123 documents officiels (décrets présidentiels, décrets ministériels, décisions conjointes, recommandations, règlements, statuts, clarifications, études préliminaires, études de reconnaissance, état d’avancement des travaux) et une trentaine d’ouvrages plus généraux, Hardjono brosse un portrait aussi fidèle que possible de la transmigration à l’issue du premier plan quinquennal. Son mérite n’a pas seulement consisté à recenser et à rendre accessible la volumineuse littérature du Ministère. La contribution de l’ouvrage a été déterminante pour faire connaître hors d’Indonésie les réalisations et surtout les ambitions de la transmigration. Après Hardjono, de nombreux chercheurs commencent à s’intéresser au programme. Le Bulletin of Indonesian Economic Studies2 n’avait publié jusque-là que des études d’ordre général concernant les migrations interîles (McNicoll, 1969 ; McDonald, 1972 ; Keyfitz, 1973 ; Sundrum, 1976). À partir de 1977, de nombreuses études concernent spécifiquement la transmigration (Sukatman et Guinness, 1977 ; Arndt et Sundrum, 1977 ; Speare, 1978 ; Hardjono, 1978 ; Fachurrozie et MacAndrews, 1978 ; Ross, 1980 ; Burbridge, Dixon et Soewardi, 1981 ; Arndt, 1983 ; Perry, 1985 ; Hardjono, 1986 ; Kawagoe et Hayami, 1989 ; Gondowarsito, 1990). L’enthousiasme des premières années s’estompe progressivement. Depuis 1990, le BIES n’a plus publié d’articles concernant spécifiquement la transmigration.

42L’Indonésie obtenant les moyens d’une politique de grande ampleur à la suite du choc pétrolier, le monde entier découvre la transmigration. À partir de la fin des années soixante-dix, les consultants et experts internationaux de tous bords se bousculent à Jakarta. La Banque mondiale, le World Food Programme, l’United Nations Development Programme, la Food and Agriculture Organization, l’Asian Development Bank, l’Islamic Development Bank et la Communauté Économique Européenne soutiennent le programme et y participent financièrement à des degrés divers. En plus de toutes ces organisations internationales, plusieurs ONG et quelques pays comme l'Allemagne (GTZ-TAD), les États-Unis (USAID), le Japon, la coopération néerlandaise, le Royaume-Uni (ODA-LRDC) et la France (Orstom) participent au programme sur la base d’accords bilatéraux.

43Vers le milieu des années quatre-vingt, plus de 200 consultants étrangers étaient employés aux ministères de la Transmigration et des Travaux publics pour les besoins du programme. Parmi tous ces experts, les chercheurs n’étaient que très minoritaires. Le gros du contingent se composait de consultants travaillant pour de très nombreux Bureaux d’études. Cette période se distingue tout particulièrement par une énorme production de rapports : rapports préliminaires, rapports de faisabilité, rapports de reconnaissance, rapports de phase ii, rapports de phase iii, rapports de suivi, rapports de synthèse... Tous concernent des projets bien délimités. Certains, très bien faits, représentent des mines d’informations. D'autres, par contre, ressemblent à s’y méprendre à la énième copie d’un rapport passe-partout où seuls les noms de lieux ont été modifiés. En raison de l’âpre concurrence entre bureaux d’études, la plupart de ces rapports ne sont publiés qu’en un nombre très limité d’exemplaires. Le moyen le plus simple et le moins répréhensible de s'en procurer consiste à pratiquer le troc : un rapport contre un rapport. Les autres moyens conduisent à la disparition totale des travaux les plus intéressants des rayonnages du Ministère en quelques semaines à peine.

44Les nombreuses publications en langue indonésienne présentent le même défaut. Mal répertoriées et mal distribuées, elles sont aussi de qualité très inégale. Trois ouvrages réunissant des articles concernant la transmigration méritent cependant d’être signalés. Il s’agit de Transmigrasi, clari Kolonisasi sampai swakarsa édité par Joan Hardjono (1982), de Transmigrasi, clari daerah usal sampai benturan budaya di tempat pemukiman édité par Rukmadi Wausito et al. (1984) et Transmigrasi cli Indonesia, 1905-1985 édité par Sri Edi Swasono et Masri Singgarimbun à l’occasion du 80e anniversaire de la transmigration (1985).

45De nombreux consultants tirent parti de leur passage au Ministère pour publier des articles scientifiques, des ouvrages ou des chapitres d’ouvrages concernant la transmigration (Guinness, 1977 ; Collier, 1980 ; Collier et al., 1981 ; Hanson, 1981 ; Mink, 1982 ; Collier et al., 1984 ; Christanty et al., 1985 ; Blanadet, 1985 ; Babcock, 1986 ; Whitten et al., 1987 ; Scholz, 1988 ; Tjondronegoro, 1988 ; Davis, 1988 ; Hardjono, 1988 ; Levang et Sevin, 1989 ; Benoit et al., 1989 ; Mougeot et Levang, 1990 ; Lorenz et Errington, 1991 ; Charras et Pain, 1993 ; Sevin, 1989, 1990, 1993). La liste n’est ni exhaustive, ni close. Mises à part quelques publications présentant le programme de manière générale, toutes les autres traitent d’aspects particuliers de la transmigration : impact régional, développement des zones côtières, impact sur l’environnement, développement de certaines productions, évolution du programme...

46Une mention spéciale revient à l’ouvrage Indonesia. The Transmigration program in perspective publié en 1988 par la Banque mondiale. Onze ans après Hardjono, ce rapport rédigé par Gloria Davis et Helen Garrison fait remarquablement le point sur les réalisations de la transmigration pendant les deuxième et troisième plans quinquennaux (1974-1984). Avec ses 227 pages et ses 65 tableaux, l’étude a de quoi ravir les amateurs de chiffres officiels.

47Les mêmes réalisations sont analysées de manière très différente dans deux ouvrages parus en 1986. La revue The Ecologist, en collaboration avec Survival International et Tapol, consacre un numéro spécial à la transmigration. Celui-ci contient une lettre ouverte au président de la Banque mondiale lui demandant de surseoir au financement du programme, une pétition à envoyer à la Banque, un appel à action, et six articles franchement hostiles à la transmigration. En se basant sur de nombreux articles de la presse écrite mais aussi sur une relecture des textes officiels, The Ecologist dénonce pêle-mêle :

  • la collusion des organismes internationaux et des pays occidentaux. Le support international dont bénéficie la transmigration et d'autres soi-disant (sic) programmes de développement national, aurait pour seul objectif d'accéder au marché et aux ressources de l’archipel, afin de mieux le piller (Colchestek, 1986a : 6l) ;
  • la transmigration ne supprime pas la pauvreté mais la déplace. Plutôt que d’améliorer le niveau de vie des migrants, la transmigration les maintient dans la misère (Otten, 1986 : 71) ;
  • la transmigration comme étant le principal responsable du recul de la forêt en Indonésie. Qui plus est, les milliers d'hectares dévastés le sont en pure perte, le programme s'avérant incapable de les mettre en valeur (Secrett, 1986 : 77) ;
  • le rôle que joue la transmigration dans l'acculturation, l’assimilation, l’ethnocide des populations tribales autochtones (Colchestek, 1986b : 89 et 99) ;
  • la transmigration ne sert qu’à renforcer le pouvoir de la dictature militaire du général Suharto dans les régions périphériques de l’archipel (Budiardjo, 1986 : 111).

48Malgré un parti-pris évident, les articles en question présentent l’avantage de recenser tous les griefs habituellement émis à l’encontre de la transmigration. Au même titre que la Banque mondiale pèse le pour, The Ecologist pèse le contre. Les deux plateaux de la balance contiennent pourtant les mêmes informations. Seules les interprétations divergent.

49Dans ce genre d’exercice, la palme revient incontestablement à Mariël Otten pour son ouvrage Transmigrasi myths and realities : Indonesian resettlement policy, 1965-1985. Pour rester dans le ton du livre, nous dirons que la transmigration y est présentée comme l'antichambre de l'enfer. L’auteur justifie son engagement en écrivant : « Bien que les sources peuvent être considérées comme étant neutres, ce document ne prétend pas être objectif, dans la mesure où je considère qu'il est impossible d’être “objectif’ vis-à-vis de la dictature du général Suharto. Qui plus est, le programme de Transmigration a une telle histoire d’échecs et de déceptions qu’il n’est pas difficile d’être critique » (Otten, 1986b traduit par L’Hermitte, 1992 : 79).

  • 3 C’est à l'heure actuelle la seule thèse en français sur le sujet et en géographie.
  • 4 Probablement en économie rurale. Nous ne disposons que de l'intitulé de cette thèse. Notre demande (...)

50La transmigration, enfin, semble n’avoir suscité qu'un nombre fort limité de thèses, du moins à notre connaissance. La plus ancienne, celle de Gloria Davis (1976), retrace l’histoire de l’immigration balinaise dans la région de Parigi à Sulawesi-Centre de 1907 à 1974. Muriel Charras (1982) s’intéresse à la migration balinaise vers Sulawesi au travers de deux études de cas3. Ria Gondowaksito (1986) étudie le cas particulier d’une communauté déplacée à la suite de la mise en eau d’un barrage. Sumitro Arintadisastra (1989) compare les performances de transmigrants installés dans trois zones écologiques distinctes de Kalimantan-Sud. Cette dernière thèse mise à part4, les autres sont des thèses en anthropologie ou en sociologie.

51D’autres thèses, sans être spécifiquement consacrées à la transmigration, lui accordent une place importante. Imron Husin (1978) étudie les implications de la migration dans la province de Sumatra-Sud. Said Rusli (1978) s’intéresse aux migrations inter-rurales à partir de la province de Java-Ouest, alors que Sordarmo (1988) consacre sa thèse à l’étude des motivations poussant les Madurais à la migration spontanée. Christine Drake (1989), enfin, s’intéresse plus particulièrement au problème de l'intégration nationale en Indonésie à partir d’études de cas réalisées à Sulawesi-Sud.

52Gageons que la liste n’est pas close. Une synthèse d'étape présentant les réalisations des ive et ve plans quinquennaux serait la bienvenue. Elle permettrait de faire le point sur dix années (1984-1994) de développement des projets PIR.

Notes

1 Les articles sont surtout nombreux dans la presse indonésienne. Dans la presse internationale, signalons : En Quête (1983), Aggarwala (Forum du Développement, 1984), Burton (Time International, 1991), Sartika (Panos, 1992), The Economist, 1992.

2 Public par l’Australian National University (Canberra), ce périodique triannuel constitue depuis de nombreuses années « la » référence en matière d’études économiques sur l’archipel indonésien.

3 C’est à l'heure actuelle la seule thèse en français sur le sujet et en géographie.

4 Probablement en économie rurale. Nous ne disposons que de l'intitulé de cette thèse. Notre demande de copie auprès de l’université des Philippines est restée sans réponse.

Notes de fin

* Les erreurs de calcul du tableau original ont été corrigées.

Le revenu des cultures équivaut à la rémunération du travail familial (valeur de la récolte diminuée des charges proportionnelles et des dépenses en main-d’œuvre salariée). Les prix de 1990 sont déflatés en fonction du prix du riz payé au producteur.

Les prix de 1990 sont déflatés en fonction du prix du riz payé au producteur.

§ Le coût de la journée de manœuvre agricole s’élève à 2 000 Rp à Sulawesi.

** Le coût de la journée de manœuvre agricole s'élève à 1 500 Rp.

Table des illustrations

Titre Tableau i. Nombre de familles et de personnes transmigrées (1951-1993).
Légende Source : Direktorat Pelaksanaan Pemindahan Transmigrasi (1993).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15278/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Tableau i (suite). Nombre de familles et de personnes transmigrées (1951-1993).
Légende Source : Direktorat Pelaksanaan Pemindahan Transmigrasi (1993).* Jusqu’au 4.7.93 seulement.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15278/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre Tableau ii. Répartition des transmigrants par zone d'accueil (1905-1986).
Légende Source : Hugo et al. (1987).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15278/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 375k
Titre Tableau vi. Flux migratoires entre Java et les autres îles (1950-1972 et 1975-1980)*.
Légende Source : Arndt (1983).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15278/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre Tableau ix. Évolution de la population indonésienne de 1600 à 1990 (en millions d’habitants).
Légende Source : Hugo et al. (1987) ; BPS (1961, 1971, 1980, 1990).* L’Irian Jaya n’est prise en compte que depuis 1961.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15278/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre Tableau x. Évolution des superficies forestières dans les îles extérieures (1952 et 1990).
Légende Source : Service des forêts pour 1952, FAO pour 1990, cités par Durand (1994).Note : Les estimations pour l'Indonésie orientale ne reposent sur aucun fondement solide.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15278/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau xiv. Revenus agricoles à Tatakarya avant et après irrigation.
Légende Source : Enquêtes de terrain 1986 et 1990.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15278/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Titre Tableau xv. Revenus non agricoles à Tatakarya avant et après irrigation.
Légende Source : Enquêtes de terrain 1986 et 1990.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15278/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Titre Tableau xvi. Évolution de l'utilisation d’engrais en riziculture.
Légende Source : Enquêtes de terrain 1986 et 1990.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15278/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Tableau xvii. Évolution des dépenses en pesticides et en herbicides.
Légende Source : Enquêtes de terrain 1986 et 1990.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15278/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Tableau xix. Évolution du recours à la main-d’œuvre salariée.
Légende Source : Enquêtes de terrain 1986 et 1990.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15278/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre Tableau xx. Évolution de la rémunération de la riziculture.
Légende Source : Enquêtes de terrain 1986 et 1990.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15278/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Tableau xxi. Évolution de la propriété foncière à Belitang (Sumatra-Sud).
Légende Source : Fachurrozie et Macandrews (1978). SP : migrants spontanés ; G1, G2 et G3 : première, deuxième et troisième génération de transmigrants.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15278/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Titre Tableau xxii. Bilan comparatif des cultures de riz et de soja à Sulawesi (1985-1986)§.
Légende Source : Enquêtes de terrain 1985 et 1986.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15278/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tableau xxiii. Bilan du système de culture Cria (1982).
Légende Source : Enquêtes de terrain 1982 et données Cria.Le coût de la journée de manœuvre agricole s'élève à 1 500 Rp pour un homme et 1 000 Rp pour une femme.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15278/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Titre Tableau xxiv. Bilan de la culture de soja-maïs à Totomulyo (1986)**.
Légende Source : Enquêtes de terrain 1986.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15278/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 152k

© IRD Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search