Version classiqueVersion mobile

La terre d’en face

 | 
Patrice Levang

Conclusion générale. Un remarquable outil à usages multiples

Texte intégral

« L’expérience est une lanterne que l’on porte dans le dos, mais qui n’éclaire hélas que le chemin parcouru. »
Confucius

1Pour illustrer la précarité de la situation de la population rurale de certains districts chinois en 1931, Tawney écrit : « There are districts in which the position of the rural population is that of a man standing permanently up to the neck in water, so that even a ripple is sufficient to drown bim » (Tawney, 1966 : 77 inScott, 1976 : 1). La métaphore de Tawney s’applique tout aussi bien à la population rurale des districts de Java-Centre et de Java-Est à la même époque. En représentant le paysannat comme un seul homme, proche de la noyade et sans défense... elle correspond à la vision qu’en ont les autorités. En soustrayant quelques paysans de la mare surpeuplée, elles espéraient faire baisser le niveau de l’eau et donner un peu d’air au paysannat. Quant aux paysans déplacés vers les îles extérieures, pourquoi innover ? Le modèle javanais n’a-t-il pas largement fait ses preuves ? Devant le fort degré d’artificialisation atteint par l’agriculture javanaise, l’homme a cru s’être affranchi des contraintes naturelles. Il ne faisait en fait que profiter de conditions exceptionnellement favorables du milieu. Nul n’envisageait que les îles périphériques puissent différer de Java. Cette méconnaissance des milieux physique et humain des régions d’accueil explique une proportion non négligeable des déboires de la transmigration. La sous-estimation chronique, par l’État, de la capacité des paysans à prendre en charge leur destinée, et la surestimation de ses propres aptitudes à contrôler les hommes et la nature sont également à l’origine d’un grand nombre de difficultés rencontrées.

2Ainsi, dès le départ, la transmigration est conçue à partir d’une triple vision erronée du problème à résoudre et des solutions à y apporter : vision erronée du paysannat javanais et de sa capacité d’adaptation face à l’accroissement démographique ; vision erronée des milieux physiques et des populations autochtones des îles périphériques ; vision erronée, enfin, des capacités des pouvoirs publics à contrôler les milieux physique et humain.

DE MALTHUS À GEERTZ : DE LA RÉDUCTION DES « SUBSISTANCES » À LA « PAUVRETÉ PARTAGEE »

3Qu’il s’agisse de Java, de l’un de ses districts, d’un terroir ou d’une rizière... considérer l’espace comme étant de petite taille et bien délimité permet au « piège malthusien » de fonctionner (Le Bras, 1994 : 32). Dans tout espace clos, si la population tend à se multiplier plus vite que les « subsistances », la menace est claire. Son évidence ne fait aucun doute : la surpopulation conduit Java à sa perte. Dans un premier temps, l’accroissement rapide de la population se traduit par une diminution générale de son bien-être. À terme, si la croissance de la population n’est pas freinée par des « obstacles privatifs », elle le sera par des « obstacles destructifs » tels que la maladie, la misère, la famine...

4Or, il n’en est rien. Loin de confirmer « l’évidence », les 12 volumes de la monumentale enquête sur la diminution du bien-être de la population indigène (Onderzoek naar de mindere welvaart der inlandsche bevolking op Java en Madoera 1905-1920) témoignent plutôt d’une légère amélioration de ses conditions de vie. Plutôt que l’aboutissement d’une lente dégradation, la misère du paysannat javanais correspond à un état chronique. Le seul changement provient de la prise de conscience tardive de cette misère de la part du colonisateur.

5En 1905, avec 250 habitants au km2, Java était dangereusement surpeuplée. En 1990, avec 818 habitants au km2, Java est toujours dangereusement surpeuplée. Maintes fois annoncée, la catastrophe malthusienne n’a jamais eu lieu. En fait, la production des « subsistances » croît plus ou moins au même rythme que la population. Dans un premier temps, l’accroissement de la production est assuré par la création de rizières. Une fois toutes les zones facilement irrigables mises en valeur, l’extension des surfaces cultivées concerne surtout la culture pluviale. À partir des années trente, l’augmentation de la production par unité de surface prend le relais. Celle-ci est obtenue par la création d’importants réseaux d’irrigation régionaux et l’amélioration des réseaux existants, mais sans accroissement notoire des rendements par culture irriguée. L’augmentation de la production de riz provient du passage de la culture pluviale à la culture irriguée et du passage à la double culture annuelle sur près de 750 000 hectares à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Malgré des efforts considérables en matière d’aménagements, la production de riz n’arrive plus à suivre le rythme de la croissance démographique. Dans de nombreuses régions de Java, le maïs et le manioc complètent la diète des paysans. Au cours des années quarante et cinquante, le déficit vivrier en riz s’accroît, mais plus en raison de la désorganisation de l’appareil d’État que pour des motifs démographiques. Avec la mise en place du « nouvel ordre » indonésien et la promotion de la Révolution verte, une quinzaine d’années suffisent à l’Indonésie pour retrouver son autosuffisance en riz (1983).

6Bien que la population de Java ait été multipliée par 3,7 entre 1900 et 1990, le paysannat ne se porte pas plus mal pour autant. Bien au contraire. Pour Clifford Geertz, tout le mérite en reviendrait aux sawah et aux caractéristiques propres de la société rurale javanaise. Selon lui, plus que toute autre activité agricole, la riziculture irriguée serait en mesure de traduire tout supplément de travail par un supplément de récolte. Quant à la société paysanne javanaise, une organisation privilégiant le partage égalitaire de la terre et de la richesse serait à l’origine d’une forte homogénéité sociale. Le partage de la pauvreté, en interdisant la formation d’un prolétariat rural mais aussi l’émergence d’une classe d’agriculteurs capitalistes, serait à l’origine de ce que Geertz appelle l’» involution agricole ».

  • 1 Une telle vision n’est pas propre à Geertz. Wolf (1957, 1966), Foster (1965) et Chayanov (1966) co (...)

7En fait, cette fameuse homogénéité sociale et économique de la société rurale javanaise provient surtout d’une vision homogénéisatrice du paysannat1. Vues de l’extérieur, il est vrai, les différences peuvent sembler ténues. C’est oublier que les différences les plus ténues développent souvent des spécificités sur un mode majeur. L’observateur extérieur ne fera guère de différence entre un paysan ne possédant que 25 ares de rizière et un paysan sans terre. Pourtant, au sein de la société paysanne, une telle différence apparaît fondamentale.

  • 2 La proportion de paysans sans terre passe de 38 % en 1870, à 42 % en 1985.

8La catégorie des paysans sans terre n’est pas une nouvelle venue dans la société paysanne javanaise. Au siècle dernier, alors qu’une grande partie de l’île était encore couverte de friches et de forêts, 4 ménages sur 10 étaient déjà exclus de la propriété foncière. Un siècle plus tard, malgré une fantastique croissance démographique et la mise en valeur de toutes les terres disponibles dès 1930, la catégorie des paysans sans terre reste dans les mêmes proportions2. Par contre, les surfaces moyennes en propriété diminuent considérablement, passant de 1 à 0,5 ha. Autre modification majeure, alors qu’au siècle dernier pratiquement tous les paysans sans terre étaient employés à l’année comme « valets de ferme » par les petits paysans propriétaires, un siècle plus tard près de deux paysans sans terre sur trois ne sont plus du tout impliqués dans des activités agricoles. Ouvriers spécialisés, petits commerçants ou artisans occasionnels, plus souvent manœuvres sans qualifications particulières, tous restent cependant membres à part entière de la société paysanne. Dans la société javanaise, comme dans toute société agraire, le statut social du paysan est indissociable de la propriété foncière. À Java comme à Bali, ce statut s’évalue avant tout en unités de surface de rizières.

9Alors que le Ministère propose de la terre « facteur de production », le candidat à la transmigration est à la recherche de terre « facteur de statut social ». Le Ministère veut recruter des agriculteurs ne disposant pas (ou plus) de la surface agricole nécessaire pour assurer la subsistance de leur famille. Il n’attire que des journaliers désireux d’améliorer leur statut social. Le transmigrant-type dont rêve le Ministère correspond à un jeune chef de famille, stable, entreprenant, pauvre en terre mais riche en expérience agricole. À vrai dire, cet homme existe. Il appartient aux catégories supérieures de la société paysanne javanaise, il occupe une place prédominante dans la communauté villageoise, il est pris dans un réseau complexe de « dettes de reconnaissance » : il n’a aucune raison de rejoindre la transmigration. Le candidat que le Ministère cherche à tout prix à éviter de recruter correspond au journalier sans expérience agricole, au manœuvre vivotant au jour le jour, au jeune célibataire instable rêvant d’aventure. Cet homme existe également. Il appartient aux catégories inférieures de la société paysanne javanaise, celles regroupant les paysans sans terre, celles pour qui un jour chômé est un jour sans riz. Sans accès au foncier, il dépend, pour sa survie, d’opportunités de travail peu qualifié, précaire et souvent mal rémunéré. Il représente le type même du volontaire à la migration.

LE DÉVELOPPEMENT DES ÎLES PÉRIPHÉRIQUES : TRANSMIGRATION ET CIVILISATION

  • 3 Littéralement « tribu isolée ». Groupe ethnique considéré comme vivant à l’écart du monde, loin de (...)

10Aux confins du monde civilisé, loin de la lumière dispensée par le « centre », des peuplades arriérées croupissent au sein d’une nature sauvage. Dans les forêts profondes des îles périphériques, chasseurs de têtes et cannibales, mi-hommes mi-bêtes, côtoient les grands fauves et les génies malfaisants. Image d’Épinal à l’indonésienne ? Certainement. Et pourtant. Pourquoi ce soupir de soulagement chez mon homologue javanais lorsqu’il découvre que les Dayak vont vêtus, parlent indonésien, croient en Dieu et mangent du riz ? Pourquoi ces questions insistantes sur les suku terasing3 ? Pourquoi ces jeux de mots éculés sur les orang butant Pourquoi, chez certains officiels issus de la région, cette volonté farouche de se conformer au modèle préconisé par le centre ?

11Pour le centre, les populations autochtones s’avèrent incapables de rompre le cycle infernal : sous-peuplement = sous-développement. Les causes de cette incapacité sont doubles. Elles s’appellent faiblesse et ignorance. Faiblesse de la force de travail bien sûr, mais aussi faiblesse des structures d’encadrement et de l’organisation sociale des communautés. Ignorance surtout des techniques modernes de l’agriculture intensive. Cohérent et absolu, le modèle préconisé par le centre n’offre aucune place à des modèles alternatifs. Dès lors, les transmigrants se voient investis d’une double mission sacrée : développer les îles extérieures et amener la civilisation aux populations locales. Ou plus exactement, amener les populations locales à la civilisation, puisque c’est bien d’intégration dont il s’agit.

12Malheureusement, la luxuriance de la forêt tropicale masque trop souvent des sols d’une extrême pauvreté chimique. Sur la majeure partie de Sumatra et de Kalimantan, les caractéristiques édaphiques du milieu ne conviennent guère à une agriculture vivrière intensive. Dans des sols au complexe argilo-humique dominé par la kaolinite, une pluviométrie élevée provoque une intense lixiviation des bases. Pour le colon, la faible efficacité de la fertilisation chimique se traduit par des coûts de production élevés pour des rendements médiocres. À proximité des côtes, la mise en valeur des vastes marécages tourbeux s’avère tout aussi délicate. Indépendamment des problèmes posés par le contrôle de l’eau, l’aération des sols riches en pyrite provoque leur oxydation rapide et la production d’acide sulfurique. En très peu de temps, le pH du sol passe de la neutralité à la forte acidité, générant ainsi des toxicités et des déficiences préjudiciables à pratiquement toutes les cultures. En altitude, les sols souvent de meilleure qualité présentent le double inconvénient d’une moindre accessibilité et de risques d’érosion accrus en raison des fortes pentes. D’une manière générale, les terrains les plus aptes à être mis en valeur le sont déjà par les populations autochtones. Les terrains disponibles pour la transmigration sont le plus souvent peu accessibles, difficiles à mettre en valeur, parfois les deux.

13Difficile ne veut pas dire impossible. Des solutions existent. Que l’on sache, l’agriculture ne se restreint pas aux milieux fertiles. La première solution consiste à s’adapter aux conditions du milieu, c’est-à-dire à renoncer à la culture vivrière intensive, à opter pour des jachères longues, des cultures pérennes ou des pratiques agroforestières. C’est la voie retenue par la grande majorité des populations autochtones des îles périphériques. La deuxième solution consiste à adapter le milieu aux systèmes de culture que l’on désire pratiquer. Dans ce cas, adaptation signifie artificialisation du milieu, mise en place d’infrastructures lourdes (réseau d’irrigation régional, drainage de marécages, terrassements) et recours important aux consommations intermédiaires. C’est la voie retenue par la transmigration pendant de nombreuses années. Ce choix représente un coût élevé et pratiquement incompressible. Toutes les tentatives de lésiner sur le coût des infrastructures se sont immanquablement soldées par des échecs cuisants.

14Le Ministère s’est donné autant de mal à améliorer la sélection des sites de transmigration qu’à peaufiner ses critères de sélection des transmigrants. Malheureusement, les terrains que la transmigration recherche tant sont déjà mis en valeur ou n’ont nul besoin d’elle pour l’être. Quant aux terrains disponibles, trop souvent ils ne conviennent pas à la transmigration.

LE RÔLE DE L’ÉTAT : PATERNALISME ET CONTRÔLE SOCIAL ABSOLU

15Le paysan sans terre est un paysan sans avenir. La misère le pousse à quitter son village et sa communauté pour rejoindre la ville. Pour les pouvoirs publics, le village est un havre de paix et de pureté originelle. La ville corruptrice est source de déchéance et lieu de toutes les débauches. La capitale (ville-mère en indonésien) est surtout considérée comme la mère de tous les vices. Le devoir moral commande de maintenir par tous les moyens le paysan à la terre. En ce sens, la transmigration est avant tout une politique agraire.

16À motivation morale, objectif social. Bien que les considérations économiques ne soient pas absentes, l’objectif social prime. Une transmigration de luxe, réservée à un petit nombre d’élus, serait sans intérêt. Le but de l’opération n’est nullement de créer à grands frais un petit nombre de villages prospères. Une politique agraire qui ne concernerait qu’une minorité serait sans objet. Pour que la transmigration ait un sens, il faut qu'elle touche le plus grand nombre possible de familles. L’ampleur de la tâche — quel que soit l’aspect privilégié : déséquilibre démographique, chômage rural à Java, sous-équipement des îles périphériques — est telle que cette ambition va forcément à l’encontre de la qualité des réalisations. Au niveau des projets, les budgets alloués, et cela quel que soit leur montant, s’avèrent toujours insuffisants à assurer des réalisations de qualité. À l’opposé, le coût d’installation d’une famille, même très faible, s’avère toujours trop élevé, puisqu’il impose une limite au nombre total de familles transmigrées ; limite bien entendu inférieure au nombre de familles que l’on souhaiterait déplacer. À osciller entre qualité et quantité, la transmigration tombe de Charybde — ça ne sert à rien — en Scylla — c’est une catastrophe. Et toujours, à vouloir installer le maximum de familles à l’unité de surface, elle reproduit dans les îles périphériques la situation qu’elle voulait corriger dans les îles intérieures.

17N’y aurait-il pas d’autres solutions ? Pourquoi donc, les populations autochtones de Sumatra, de Kalimantan et de Sulawesi bénéficient-elles d’un revenu per capita plus élevé que celles des îles intérieures ? Comment se fait-il que le taux d’alphabétisation des Dayak soit supérieur à celui des Javanais ? Ne pourrait-on pas envisager que les populations autochtones choisissent leur propre voie de développement ? Pourquoi ne pas proposer aux transmigrants des systèmes de culture déjà éprouvés par les autochtones ?

18N’importe quel sous-préfet vous le dira : ces gens-là sont incontrôlables. Or, le maintien de l’harmonie au sein d’un royaume agraire exige le contrôle social absolu. Relâchez le contrôle, et vous verrez apparaître une classe de paysans riches cherchant à remettre en cause l’ordre établi. Proposez des systèmes de culture dayak aux transmigrants, et vous augmenterez le nombre d’éléments incontrôlables. L’évolution d’un royaume agraire ne peut aller que dans un seul sens : vers plus de contrôle social. Dans ces conditions, la construction de la Nation indonésienne ne peut se concevoir que par l’adhésion des populations périphériques aux valeurs du centre, par leur intégration au modèle dominant. Pour les militaires au pouvoir, il ne fait aucun doute que la transmigration constitue un facteur stratégique hors pair de consolidation et d’intégration de l’État-Nation indonésien.

TRANSFORMER UNE POLITIQUE INEFFICACE EN UNE INSTITUTION UTILE

19La question de départ s’énonçait : la transmigration est-elle une politique adaptée au (x) problème(s) que les pouvoirs publics souhaitent résoudre ? Le problème à résoudre étant mal posé, le programme avait peu de chances de pouvoir y remédier de manière efficace. Comment, en effet, contrer les effets réels et surtout supposés de la « surpopulation » ? Quant à corriger le déséquilibre démographique au sein de l’archipel, à soulager la pression sur le foncier à Java ou même se contenter de maintenir le statu quo... l’ampleur de la tâche est telle que tout le budget de la Nation n’y suffirait pas. La médiocre fertilité du milieu dans les îles périphériques complique encore davantage la tâche, leur mise en valeur s’avérant plus complexe et plus coûteuse que prévue. Mais le vice de forme fondamental de la transmigration consiste à investir la colonisation agricole d’un double objectif de politique sociale et de politique de développement.

20Dans l’incapacité de résoudre le problème posé, la transmigration le déplace. Progressivement, de nouveaux objectifs — aide aux victimes de catastrophes naturelles, indemnisation de paysans expropriés, défense et unité nationale — s’adjoignent aux précédents, sans que l’on puisse discerner de véritable hiérarchie entre eux. Aujourd’hui, les objectifs sont toujours aussi nombreux, mais les ambitions plus réalistes. La politique sociale n’est plus destinée à l’ensemble des îles intérieures, mais à des sites bien délimités. La politique de développement n’est plus destinée à l’ensemble des îles extérieures, mais à des projets bien déterminés. Aujourd’hui, la transmigration n’est plus une politique, elle est devenue une institution.

  • 4 Autrefois, les slogans s’adressaient aux paysans : « A l’étroit chez vous ? Pour un avenir meilleu (...)

21La différence est de taille, elle explique en tout cas l’incroyable longévité du programme. En tant que politique, la non-réalisation régulière des objectifs affichés aurait rapidement conduit à sa disparition. En tant qu’institution, elle n’a plus à proprement parler d’objectifs, mais plutôt un mandat, un rôle à jouer au sein du concert des ministères indonésiens. Depuis une dizaine d’années, ce mandat a d’ailleurs considérablement évolué4.

22Désormais, le Ministère cherche à faire financer la majeure partie de ses programmes par le secteur privé. Il n’assure plus que le recrutement et le transport des colons depuis les villages d’origine jusqu’aux sites à développer. À partir de là, les sociétés privées (ou semi-publiques) prennent en charge tous les frais. Les projets vivriers ne sont plus au goût du jour. Le secteur privé s'intéresse surtout aux cultures de rapport : canne à sucre, hévéa, palmier à huile ou à la production de pâte à bois. Le Ministère n’exclut d’ailleurs pas de participer à des projets strictement industriels. La politique agraire des débuts n’est plus qu’un lointain souvenir. La transmigration s’est transformée en pourvoyeuse de main-d’œuvre bon marché pour les entreprises investissant dans les îles périphériques.

23Les projets y ont gagné en efficacité. Les infrastructures sont de meilleure qualité, les matériels végétaux de premier ordre, les techniques modernes, l’encadrement dense... les revenus des transmigrants plus élevés que par le passé. Mais les transmigrants ne sont plus des colons ; les colons sont des hommes libres. Les transmigrants ne sont plus des paysans ; les paysans conservent une position de repli. Les transmigrants sont devenus des semi-prolétaires presque totalement dépendants de leurs employeurs. Dans de nombreux sites, les transmigrants s’insurgent contre les règles édictées par les sociétés de plantations. De plus en plus souvent, ces dernières en appellent à la force publique pour venir à bout des récalcitrants. En soutenant ouvertement celles-là au détriment de ceux-ci, en optant pour l’efficacité économique à court terme au détriment de la stabilité sociale (et de l’harmonie !), le prince paternaliste et débonnaire confirme qu’il s’est mué en actionnaire de société anonyme.

  • 5 Aurait-il été possible, il y a une dizaine d’années, d’exproprier plusieurs centaines de familles (...)

24Aujourd’hui, la transmigration ne représente plus le dernier avatar de l’extension des royaumes agraires javanais. L’ordre ancien s’efface devant des règles nouvelles. La vision essentiellement agraire du développement cède le pas devant une vision plus globale où les règles du marché font office de morale5.

25Le paysan ne demandait qu’une seule chose au prince : lui permettre de rester paysan. Par volonté politique, ou peut-être en raison de l’absence d’alternatives, le choix du prince a toujours été en concordance avec les vœux du paysan. Aujourd’hui, le prince a rompu le pacte le liant à ce dernier. L’Indonésie moderne n’a plus que faire de ses paysans. Le développement rapide du secteur des plantations et surtout de celui des industries manufacturières absorbe une quantité importante de la main-d’œuvre rurale. Pour que ce développement puisse se maintenir de manière durable, le pays doit continuer à attirer les capitaux étrangers. Or, pour les investisseurs, l’attrait de l’Indonésie tient pour l’essentiel à deux facteurs : une main-d’œuvre abondante et bon marché et une exceptionnelle stabilité politique.

  • 6 Le processus est connu, Henri Mendras l’a parfaitement décrit dans un ouvrage désormais célèbre (M (...)

26Or, disposer d’une main-d’œuvre bon marché et abondante dans le secteur industriel est en opposition totale avec les visions agraires du passé. Le pays n’a plus besoin de maintenir à la terre une multitude de petits paysans à peine autosuffisants. Bien au contraire, il lui faut moderniser la production agricole vivrière de manière à ce qu’un plus petit nombre de producteurs soit en mesure de nourrir un prolétariat urbain de plus en plus nombreux. Cette évolution est actuellement très sensible dans toutes les zones rurales de Java. Les paysans propriétaires, les seuls en mesure de se maintenir, se transforment en agriculteurs spécialisés. C’est la fin des paysans6.

  • 7 Les salaires dans l’industrie sont deux à quatre fois supérieurs aux salaires agricoles en 1994.

27La vitesse et l’ampleur de l’industrialisation en Indonésie n’ont cependant rien de comparable avec le cas français. En France, l’industrialisation est un phénomène ancien et progressif conduit sur plusieurs générations. Par croissance interne, le plus souvent, les enfants et les petits-enfants du maréchal-ferrant ont élevé l’atelier de village à la taille d’une multinationale. En Indonésie, rien de tel. D’un jour à l’autre — l’expression est à peine exagérée — des usines employant plusieurs centaines, voire milliers d’ouvriers sortent du néant. Ici, point de croissance interne, mais des investissements massifs de capitaux extrêmement mobiles, le plus souvent liés à la diaspora chinoise. L’importance des capitaux investis a eu pour effet, en moins de cinq ans, de résorber le chômage rural dans les zones proches des grands complexes industriels. Dans les faubourgs de Bogor et de Bandung, la pénurie de main-d’œuvre agricole7, conduit de plus en plus d’agriculteurs à envisager la motorisation.

28L’origine des capitaux en question amène à s’interroger sur la durabilité de l’industrialisation de l’Indonésie. En effet, les capitaux investis conservent une grande partie de leur « mobilité ». Les investissements concernent essentiellement des industries exigeantes en main-d’œuvre. Les usines ne sont habituellement pas construites pour durer. Les entrepreneurs chinois, régulièrement victimes de la vindicte populaire, privilégient tout naturellement le court terme. Que l’Indonésie perde sa stabilité politique et il y a fort à parier que les capitaux de la diaspora chinoise s’évanouiraient au profit d’autres pays du Sud-Est asiatique.

29L’Indonésie sera-t-elle en mesure de conserver sa stabilité politique ? Rien n’est moins sûr. En effet, la disparition des paysans se traduit également par l’émergence d’un véritable prolétariat urbain. Celui-ci reste encore inexpérimenté et inorganisé. Mais dans de nombreuses usines, les revendications commencent à se faire plus précises et plus pressantes. Le pouvoir, intimement lié aux milieux d’affaires, ne tient pas à lâcher du lest. Il irait à l’encontre de son intérêt immédiat et réduirait la compétitivité du pays face aux concurrents du Sud-Est asiatique. Jusqu’à présent, les héritiers des anciens royaumes javanais ont prouvé qu’ils étaient bien armés pour maintenir l’harmonie au sein de la société agraire. Mais seront-ils en mesure de maintenir l’harmonie au sein d’une société indonésienne en pleine mutation ? L’avenir le dira.

30La transmigration conserve-t-elle un rôle à jouer dans cette nouvelle donne ? Probablement oui. Il serait dommage de se passer de tant d’expérience et de savoir-faire accumulés. À condition de tirer les leçons des échecs passés et de ramener le programme à des dimensions raisonnables, les pouvoirs publics disposent d’un remarquable outil à usages multiples. Son utilité en tant qu’institution pourvoyeuse de main-d’œuvre bon marché aux sociétés de plantation, pour venir en aide aux victimes de catastrophes naturelles, pour indemniser à bon compte les paysans expropriés, pour implanter des points d’appui dans les zones frontières ne fait aucun doute. Mais il serait dommage d’en rester là. Le programme gagnerait beaucoup en efficacité si les pouvoirs publics consentaient à faire davantage confiance aux paysans et à faire évoluer la transmigration vers une politique moins interventionniste et plus incitative.

31Une telle évolution est-elle envisageable ? Aujourd’hui, il est vraisemblable de répondre par la négative. Mais les Indonésiens ont si souvent surpris... Après la révolution agricole des années soixante-dix et la révolution industrielle des années quatre-vingt-dix, pourquoi l’Indonésie ne réussirait-elle pas sa révolution démocratique ? Là encore, l’avenir le dira. Par contre, une chose est sûre, la transmigration en tant que politique agraire, en tant que programme de colonisation agricole... a vécu.

Notes

1 Une telle vision n’est pas propre à Geertz. Wolf (1957, 1966), Foster (1965) et Chayanov (1966) considèrent également les sociétés paysannes comme homogènes.

2 La proportion de paysans sans terre passe de 38 % en 1870, à 42 % en 1985.

3 Littéralement « tribu isolée ». Groupe ethnique considéré comme vivant à l’écart du monde, loin de toute civilisation.

4 Autrefois, les slogans s’adressaient aux paysans : « A l’étroit chez vous ? Pour un avenir meilleur, rejoignez la Transmigration ! ». Aujourd’hui, les nouveaux slogans s’adressent à d’autres interlocuteurs : « Vous voulez créer une entreprise, ouvrir une plantation ? Pensez à la Transmigration ! ».

5 Aurait-il été possible, il y a une dizaine d’années, d’exproprier plusieurs centaines de familles dans les environs de Bogor, sous le prétexte fallacieux d’une utilisation insuffisamment intensive de leur terroir et ce, à seule fin de créer un terrain de golf ? Les caricatures de G. M. Sudarta illustrent parfaitement les inquiétudes de la grande majorité des Indonésiens devant des « dérives » de plus en plus fréquentes.

6 Le processus est connu, Henri Mendras l’a parfaitement décrit dans un ouvrage désormais célèbre (Mendras, 1967, rééd. 1984). Il n’est pas exclu que d’ici peu, comme en France, les seuls à subsister correspondent à ces ménages pluri-actifs, où l’un des conjoints assure la production agricole alors que l’autre complète le revenu familial en recourant à des emplois non agricoles (Delord et Lacombe, 1981).

7 Les salaires dans l’industrie sont deux à quatre fois supérieurs aux salaires agricoles en 1994.

© IRD Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search