Version classiqueVersion mobile

La terre d’en face

 | 
Patrice Levang

Troisième partie. La transmigration est-elle la solution ?

Conclusion : un despotisme physiocratique

Texte intégral

« La terre est la mère de tous les biens. »
Mirabeau

1La plupart des observateurs s’accordent aujourd’hui pour attribuer la responsabilité des nombreux échecs des projets de développement dans les pays du Sud à l’ignorance des logiques paysannes par les aménageurs. Persuadés de l’universalité de leur rationalité technique, les aménageurs reproduisent souvent inconsciemment des schémas élaborés dans leur propre culture pour les appliquer à des milieux qui ne s’y prêtent pas. Ce défaut serait propre à la civilisation occidentale contemporaine qui tend à se poser en « méta-culture » à vocation universelle. Soit. Mais n’est-ce pas justement le propre de toute civilisation que de croire en l’universalité de ses valeurs ? Curieusement, les plus prompts à dénoncer l’ethnocentrisme de leurs concitoyens n’échappent pas à cette autre forme d’ethnocentrisme qui ne veut voir le « mal » qu’au sein de sa propre culture.

2La volonté d’aménager rationnellement le milieu naturel n’est pas propre à la civilisation occidentale. Vouloir encadrer strictement le paysannat pour y parvenir, non plus. Par contre, elle est propre à toutes les civilisations agraires. De tous temps et dans le monde entier, les grandes civilisations agraires ont fait appel à la colonisation agricole pour assurer leur expansion territoriale.

3Lorsque l’administration coloniale néerlandaise met au point la Kolonisatie, elle ne cherche pas à imposer un modèle culturel issu d’une autre civilisation. Croire en l’universalité de ses valeurs n’empêche pas d’être à l’écoute des autres. Toujours pragmatique, le colonisateur vise avant tout le succès de l’opération. S’adressant à des paysans javanais, il retient le modèle qu’il estime avoir le plus de chances de réussir : le modèle javanais. Ce dernier, forgé par plusieurs siècles d’évolution des royaumes agraires, a largement prouvé son efficacité dans les îles intérieures. Son application aux îles extérieures se révélera plus délicate.

4La filiation entre Transmigrasi et Kolonisatie n’est un secret pour personne. Plus rarement signalée, la filiation entre la Kolonisatie et l’expansion des royaumes agraires javanais apparaît pourtant de manière toute aussi manifeste. La transmigration, dans sa conception, traduit parfaitement la vision du monde propre aux anciens royaumes agraires javanais. Cette vision du monde s’est maintenue longtemps après leur disparition. Aujourd’hui encore, le poids de l’héritage se fait sentir. Pourtant, il y a longtemps que Java n’est plus un royaume agraire. La Guerre de Java (1825-1830) marqua la fin de l’indépendance des principautés javanaises. Lorsque la transmigration fut conçue, le modèle de société dont elle s’inspirait ne correspondait plus aux réalités d’une société qui avait considérablement évolué.

5La transmigration se veut, à la fois, politique sociale et politique de développement. Vision agraire oblige, la politique sociale s’adresse à des paysans que l’on veut maintenir à la terre, la politique de développement concerne exclusivement le développement agricole. En cela, la transmigration correspond bien à la définition d’une politique agraire. Et qui plus est, une politique en parfait accord avec l’organisation de la société propre aux royaumes agraires javanais : le despotisme physiocratique.

  • 1 Pour eux, comme pour Quesnay et Mirabeau, éminents représentants de la pensée physiocratique clans (...)
  • 2 L’importance de la population rurale et la place occupée par l'agriculture dans les deux pays étai (...)

6Les princes javanais sont avant tout des physiocrates1. Pour les physiocrates, l’agriculture est la seule activité productive digne de ce nom et la terre l’unique source de valeur. Par certains aspects, au xviiie siècle, Java ressemble beaucoup à la France2. À Java comme en France, une partie importante des richesses produites par une classe de paysans est prélevée au bénéfice exclusif d’une classe d’oisifs : clergé, noblesse et fonctionnaires royaux.

  • 3 La révolution des sikep, à partir de la fin du xviiie siècle, débuta ainsi par une évasion fiscale (...)

7Mais les princes javanais sont aussi des despotes. À la différence de l’aristocratie française qui dispose de multiples moyens de ponctionner ses ouailles, l’aristocratie javanaise doit assurer un contrôle social permanent pour pouvoir conserver sa position dominante. L’économie javanaise étant moins monétarisée que l’économie française, le prince n’est pas en mesure d’ajuster ses revenus d’une année à l’autre en jouant sur l’assiette de l’imposition ou en créant de nouvelles taxes. Le revenu du prince javanais s’évalue presque exclusivement en sacs de paddy. Le prélèvement étant effectué en nature, tout paysan, même propriétaire, se retrouve de fait en situation de métayage au profit du prince. Dès lors, la richesse du prince s’évalue autant en nombre de foyers (cacah) qu’en surface de rizières (jung). Le rapport entre les deux doit rester aussi stable que possible. Car tout paysan sans terre représente un contribuable de perdu. Tout paysan riche, un contribuable insuffisamment ponctionné. Pour le prince, très logiquement, développement agricole sera synonyme d’extension des surfaces en rizières. S’il ne se préoccupe pas lui-même de cette extension, en plus du manque à gagner, il encourt des désordres sociaux sur ses terres d’apanage et l’émigration incontrôlée d’une partie de la force de travail. Surtout, il court le risque de voir son rôle tenu par un autre. Et si les paysans créent des rizières sans le concours du prince, ce dernier perd toute légitimité et ne peut plus justifier ses ponctions3.

8Jusque dans les dernières décennies du xixe siècle, les excellentes performances de l’agriculture javanaise auraient permis de soutenir un éventuel développement industriel. Les moyens ne faisaient pas défaut, la volonté politique si. D’une part, le colonisateur avait tout intérêt à réserver le développement industriel à sa métropole et à maintenir la colonie à la production primaire. D’autre part, les élites indigènes ne se préoccupaient que de conserver le contrôle de leur paysannat. En cela, force est de constater que les structures héritées des royaumes agraires sont remarquablement adaptées à la pérennisation de l’État agraire.

9Ces structures marquent la transmigration dès sa conception. En accordant un bau de rizière par famille de colons, l’administrateur colonial se comporte en prince javanais. Il vient en aide au paysan sans terre pour assurer la paix sociale et renforcer les liens de dépendance. Par souci d’égalitarisme et pour assister le plus grand nombre, il l’installe dans des conditions proches de l’autosuffisance, l’empêchant ainsi de s’enrichir indûment. En l’établissant à la périphérie du royaume, il étend et renforce le contrôle territorial. En accordant deux à trois hectares de terre par famille de transmigrants, le fonctionnaire indonésien se comporte en prince javanais. Il poursuit toujours les mêmes objectifs de politique sociale et de contrôle social, de développement agricole et de contrôle territorial.

10Aujourd’hui encore, l’héritage des royaumes agraires pèse lourdement sur les choix politiques et économiques d’une Indonésie qui se veut moderne. Dans sa volonté de contrôle social absolu, le pouvoir refuse obstinément de faire confiance à ses paysans. Ceux-ci, qu’ils soient Dayak ou Javanais, Bugis ou Balinais, Banjar ou Sundanais, n’ont pourtant pas cessé d’apporter les preuves de leur savoir-faire, de leurs facultés d’adaptation et de leur capacité innovatrice. Certaines agroforêts indigènes constituent un modèle de gestion forestière paysanne dont les Services forestiers feraient bien de s’inspirer. Malgré les moyens considérables mis en œuvre, les projets pasang surut des ingénieurs des Travaux publics ne sont qu’une pâle imitation des systèmes bugis et banjar. Les paysans balinais des associations d’irrigation auraient plus d’une leçon à donner à ces mêmes ingénieurs. Les petits planteurs d’hévéas de Sumatra n’ont cessé de concurrencer les plantations coloniales, puis les plantations d’État. En six ans à peine, les Javanais de Batumarta ont acquis une remarquable maîtrise de l'hévéaculture. Dès les débuts de la transmigration, les flux de migration spontanée ont régulièrement dépassé le nombre des migrants officiels.

  • 4 Il y a dix ans, des amis indonésiens nous demandaient de leur rapporter des chaussures de France. (...)

11Mais le problème dépasse largement le cadre de la transmigration comme celui du secteur agricole. Aujourd’hui, les visions agraires du passé s’effacent progressivement. L’Indonésie sera bientôt membre à part entière du club des nouveaux pays industrialisés. En quelques années, l’exportateur de garnies est devenu le premier producteur mondial de contreplaqué. Aujourd’hui, l’Indonésie exporte des meubles4. Les capitaux nationaux et internationaux s’investissent préférentiellement dans le secteur industriel. L’exode rural et l’urbanisation s’accélèrent. Dans les campagnes, les candidats à la transmigration se font rares.

Notes

1 Pour eux, comme pour Quesnay et Mirabeau, éminents représentants de la pensée physiocratique clans la France du xviiie siècle, « la richesse d’un pays trouve sa source dans les activités productives et non dans le commerce et l'accumulation de métaux précieux » (Mounier, 1992 : 11).

2 L’importance de la population rurale et la place occupée par l'agriculture dans les deux pays étaient du même ordre. Le froment était à la France ce que le riz était à Java. Les similitudes ne s’arrêtent pas là. Dans un cas comme dans l'autre, les structures sociales et politiques étaient basées sur l'appropriation de la terre et de son usage. Pour contrôler les hommes, les princes contrôlaient la terre.

3 La révolution des sikep, à partir de la fin du xviiie siècle, débuta ainsi par une évasion fiscale généralisée, et aboutit à la remise en cause de l'ordre établi.

4 Il y a dix ans, des amis indonésiens nous demandaient de leur rapporter des chaussures de France. Aujourd’hui, le pays est en passe de devenir l’un des premiers producteurs mondiaux de chaussures.

© IRD Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search