Version classiqueVersion mobile

La terre d’en face

 | 
Patrice Levang

Troisième partie. La transmigration est-elle la solution ?

10. Transmigration et politiques alternatives

Texte intégral

« It is roads not taken which make all the difference. »
Frost (inGeertz, 1963 : 130)

  • 1 Vallées ouvertes, peu encaissées, entourées de cônes volcaniques.

1Le modèle unique en vigueur dans les royaumes agraires s’est progressivement étendu avec succès à l’ensemble des îles intérieures. À Bali comme à Java, les caractéristiques édaphiques du milieu autorisent le recours à des systèmes de culture intensifs. Les nombreuses vallées circulaires1 et les dénivelés importants favorisent le développement d’une irrigation par gravité à l’échelle villageoise. L’excellente fertilité chimique de sols régulièrement enrichis par les apports du volcanisme basique permet d’envisager la culture continue, même en conditions pluviales. Par contre, dans les îles extérieures, sauf rares exceptions, le modèle s’est révélé peu adapté aux conditions du milieu. À vrai dire, les projets irrigués donnent de bons résultats, mais le coût des infrastructures s’avère très élevé. La topographie de la plupart des îles périphériques se prête mal à l’irrigation villageoise. L’irrigation des sites de transmigration nécessite de recourir à des travaux coûteux : barrages de grands fleuves, longs canaux d’amenée et répartiteurs de grande taille. Quant à la fertilité chimique des sols, même si techniquement le problème n’est pas insurmontable, sa médiocrité interdit, de fait, toute utilisation continue en cultures vivrières pluviales. Toutes les tentatives visant à faire l’économie des infrastructures se sont soldées, à plus ou moins long terme, par la stagnation ou la disparition des colonies. La mise en valeur des vastes zones marécageuses de Sumatra et de Kalimantan s’est également avérée très coûteuse et ce, pour des résultats plutôt médiocres. Bref, il semble bien que le modèle javanais d’aménagement agraire ne soit guère adapté qu’à Java.

2Cette constatation n’a rien de novateur. Depuis les premiers pas de la Kolonisatie, la plupart des auteurs s’intéressant au programme en arrivent à la même conclusion. Malgré cela, le modèle s’est perpétué, pratiquement inchangé, pendant plus de soixante-quinze ans. Mais depuis une dizaine d’années, la situation a considérablement évolué. L’accession de l’Indonésie à l’autosuffisance en riz en 1983 n’est pas étrangère à ce revirement. L’aspect psychologique de l’événement apparaît déterminant. Tant que l’autosuffisance de la nation n’était pas assurée, il était impensable de promouvoir des projets de transmigration ne prévoyant pas l’autosuffisance des colons. En cela, les priorités des dirigeants de l’ancien royaume agraire rejoignaient celles de chaque famille paysanne. Une fois la satisfaction des besoins élémentaires assurée, il devient possible d’envisager d’autres voies de développement. L’Indonésie va en expérimenter deux.

3La première concerne ce que nous appelons « les alternatives de la Transmigration », c’est-à-dire les choix ne remettant pas en cause le programme en tant que tel. Les nouveaux projets lancés par le Ministère ne correspondent cependant plus au modèle préconisé par les anciens royaumes agraires. Il apparaît clairement que ceux-là ne poursuivent plus l’objectif d’expansion de ceux-ci. Dans cette « nouvelle » transmigration, l’aspect social du programme semble définitivement abandonné au bénéfice de la politique de développement.

4La deuxième voie correspond à ce que l’on pourrait appeler « les alternatives à la transmigration ». Elles concernent au premier chef la politique d’industrialisation rapide menée par le Gouvernement indonésien depuis quelques années. À voir les résultats obtenus en si peu de temps, l’on est amené à se demander si cette industrialisation n’aurait pas pu (ou dû) avoir lieu plus tôt. La transmigration n’aurait-elle pas eu pour effet de retarder l’inéluctable développement industriel de l’Indonésie ? Si tel était le cas, elle serait pire qu’une politique inefficace : une politique allant à l’encontre de ses propres objectifs.

LES ALTERNATIVES DE LA TRANSMIGRATION

5La mise au point des projets en cultures pérennes vers la fin des années soixante-dix, puis leur développement par le biais des PIR dans les années quatre-vingt, représentent plus qu’un simple changement de cap pour la transmigration. À plus d’un titre, c’est d’une véritable révolution dont il s’agit. L’adoption du nouveau modèle signifie l’abandon du principe d’autosuffisance alimentaire de la famille paysanne. Encore jugés « inadaptés aux réalités indonésiennes » au tout début des années quatre-vingt, les projets de transmigration exclusivement en cultures pérennes deviennent pratiquement la norme à partir de 1984 avec la mise en place du programme PIR.

  • 2 À vrai dire, le terme d’agriculteur s’applique mal à cette situation de dépendance extrême. Celui (...)

6Dans les projets PIR, la famille paysanne, ne produisant plus qu’une infime partie de ses besoins alimentaires (fruits et légumes du pekarangan), perd toute autonomie. Totalement intégré à l’économie de marché, le paysan cède la place à l’agriculteur. Les liens l’unissant à la société de plantation réduisent encore davantage sa marge de manœuvre. Le choix de la culture, des techniques, du niveau d’intrants, des fournisseurs et des acheteurs lui échappent2.

7Dans ce nouveau modèle de transmigration, le secteur privé supporte l’essentiel du coût de l’opération. L’État se charge de recruter et de transporter les transmigrants. Les infrastructures lourdes — voies d’accès principales, installations portuaires — restent également à sa charge. La société de plantation prend à son compte l’ensemble des opérations de défriche, de plantation, de maintenance, de construction, mais également les frais d’installation des colons et leur entretien jusqu’aux premières récoltes. Pour permettre aux sociétés de récupérer les crédits avancés, celles-ci bénéficient du monopole de la commercialisation de la récolte (Sartika, 1992 : 7). Si nécessaire, elles sont en mesure de faire appel à la force publique pour que leur monopole soit respecté.

  • 3 Le recours fréquent au travail forcé clans les plantations néerlandaises de l’époque coloniale n’e (...)

8L’aspect « réforme agraire » de la transmigration ne se retrouve plus dans le modèle PIR. L’époque du « cadeau royal » est révolue. Or, pour un paysan javanais, l’accession à la propriété d’une sawah se traduit en termes d’indépendance, de sécurité et de statut social. La situation est très différente dans le cas des PIR. En devenant propriétaire de 3 ha de plantation, le colon s’endette pour quinze ans. Pour lui, l’accession à la propriété se traduit en termes de dépendance et d’insécurité, sans aucune amélioration de statut social. La dépendance vis-à-vis de la société de plantation est totale. Son revenu dépend strictement d’une monoculture industrielle d’exportation. Le développement incontrôlé d’une maladie des cultures ou une chute brutale des cours peuvent le laisser sans ressources. Tant que le crédit consenti ne sera pas remboursé, le migrant ne pourra pas céder sa plantation à un tiers (du moins légalement). Ne disposant pas de la liberté du choix de la culture, le paysan ne sera pas en mesure d’opter pour des spéculations plus intéressantes, même une fois le crédit remboursé. Enfin, le statut de planteur n’est guère prisé dans la société paysanne javanaise3.

  • 4 Pour les plantations d’hévéas, la quasi-absence de diversité des clones utilisés (presque exclusiv (...)

9Toutefois, les mentalités évoluent. Depuis 1984, les PIR n’ont eu à souffrir ni de problèmes phytosanitaires incurables4 ni d’effondrement des cours. Les migrants y bénéficient de revenus plus élevés et surtout plus réguliers que dans les projets vivriers. Dans les centres de recrutement, phénomène encore impensable il y a quelques années, de nombreux candidats optent préférentiellement pour les projets PIR. Mais tôt ou tard, une chute des cours interviendra. Lors des crises de 1920 et de 1930 de nombreuses plantations industrielles firent faillite. Les petits planteurs d’hévéas de Sumatra purent résister en se repliant sur la riziculture sur brûlis. Mais qu’adviendra-t-il des transmigrants PIR dans une situation analogue ?

Développement régional ou contrôle de la main-d’œuvre ?

  • 5 Dans le PIR de Nanga Jetak près de Sintang (Kalimantan-Ouest), les responsables de la PTP XIII (Pe (...)

10L’engouement récent de la transmigration pour les cultures de plantation conduit les autochtones des îles périphériques à se poser des questions d’ordre plus fondamental. Ils concèdent bien volontiers que des colons javanais ou balinais soient mieux à même qu’eux de développer des périmètres rizicoles. Mais pourquoi faire appel à des transmigrants pour développer des cultures pérennes ? En général, Javanais et Balinais découvrent leurs premiers hévéas à l’arrivée dans les centres. L’argument de la supériorité technique des paysans des îles intérieures ne tient plus. Le manque de main-d’œuvre ou le manque d’intérêt ? Si les quotas d’APPDT sont rarement remplis par des autochtones dans les projets vivriers, il n’en va pas de même dans les projets de cultures pérennes5.

11À l’époque des projets vivriers, les populations locales ne s’estimaient que moyennement lésées par rapport aux transmigrants. Les conditions à remplir pour pouvoir profiter de l’aide gouvernementale avaient un effet répulsif pour d’éventuels candidats. Rien de tel en matière de plantations pérennes. L’intérêt des autochtones pour l’hévéaculture remonte au tout début du siècle. À cette époque, le développement spontané des plantations villageoises suit de peu celui des plantations industrielles. En 1990, environ 800 000 exploitations paysannes contrôlent 80 % des superficies hévéicoles et produisent 70 % du caoutchouc indonésien (Gouyon, 1993 : 648). L’approvisionnement déficient en plants d’hévéas sélectionnés et la difficulté d’accéder au crédit entravent l’indispensable renouvellement de plantations vieillissantes. Comme au niveau provincial les plants sélectionnés et les crédits de développement vont en priorité aux PIR, les populations des régions hévéicoles éprouvent un ressentiment grandissant à l’encontre de la transmigration. Les petits planteurs autochtones de Sumatra et de Kalimantan estiment, à juste titre, être mieux placés que quiconque pour développer les plantations pérennes dans les îles extérieures.

12Les PTP, quant à elles, évitent autant que possible de faire appel aux autochtones. Les arguments avancés par les responsables des PTP pour justifier leurs réticences ressemblent étrangement à ceux de l'ancien colonisateur. L’indonésien a beau remplacer le néerlandais, les qualificatifs demeurent péremptoires, « indolence » et « indiscipline » restent les griefs principaux. Pour les mêmes raisons que les anciens colonisateurs, les PTP préfèrent faire appel à une main-d’œuvre javanaise « travailleuse » et « disciplinée ».

Développement ou fourniture de main-d’œuvre ?

13Bien que régulièrement mis en avant, la politique sociale et le développement régional ne sont plus au goût du jour. Désormais, la priorité va au contrôle de la main-d’œuvre. L’évolution récente de la transmigration ne laisse aucun doute à ce sujet. Pour attirer en grand nombre les investisseurs du secteur privé, le Ministère soutient des projets de plus en plus éloignés de la production vivrière, voire agricole. Aux PIR hévéa et palmier à huile, désormais classiques, s’ajoutent des projets divers visant à la production de sucre, de fruits en conserve, de fleurs, de semences, ou encore de pâte à papier. La multiplicité des projets, discutés au coup par coup entre le Ministère et les investisseurs, va à l’encontre de la lisibilité du programme. Les conventions liant les deux parties n’accordent que peu de place aux obligations envers les principaux intéressés. En conséquence, les transmigrants ne disposent plus de véritable statut.

14La dépendance absolue du colon envers la compagnie privée semble la seule caractéristique commune à tous ces projets. De plus en plus restreintes, les surfaces en usage libre (pekarangan) ne permettent aucune position de repli aux paysans. Les autres parcelles sont soumises à de telles restrictions d'usage qu’il semble abusif de parler de propriété foncière. Cette pseudo-propriété présente de nombreux avantages pour la compagnie privée. Elle permet de récupérer plus rapidement les fonds investis, ces derniers étant considérés comme un crédit attribué aux transmigrants ; elle fidélise la main-d’œuvre, sans obligation de contrepartie pour la compagnie ; elle permet, enfin, de faire supporter une partie importante des frais de culture par les colons. Bénéficiant du monopole de la commercialisation, les compagnies disposent là d'une véritable main-d’œuvre captive.

  • 6 Pour Arndt et Sundrum (1977), la transmigration fait fausse route en optant pour la colonisation a (...)

15Certains économistes proposent d’aller encore plus loin et de transformer la transmigration en fournisseur de main-d’œuvre pour d’autres projets de développement économique des îles extérieures6. Le sous-développement des îles extérieures est surtout flagrant en matière d’infrastructures, d’industries et de services. C’est dans ces secteurs que la pénurie de main-d’œuvre est la plus criante. En s’attachant à des projets de développement hors du secteur agricole, la transmigration ferait tout d’abord l’économie de la recherche de terrains favorables à une utilisation agricole. N’ayant plus à distribuer ces terrains aux colons, le coût d’installation d’une famille serait considérablement réduit. On éviterait du même coup tout risque de conflit foncier avec les autochtones. Enfin, les emplois proposés n’exigeant pas de qualification particulière, la sélection des migrants en serait grandement facilitée (Arndt et Sundrum, 1977 : 74-76).

16Le colonisateur néerlandais se plaignait déjà à la fin du xixe siècle de la pénurie de main-d’œuvre dans les îles extérieures. Mais est-ce bien de pénurie de main-d’œuvre dont il s’agit ? Celle qui fait défaut est avant tout la main-d’œuvre bon marché. Faut-il vraiment s’étonner du peu d’intérêt marqué par les Sumatranais pour une vie de coolie dans une plantation coloniale ? Faut-il s’étonner que les planteurs néerlandais aient dû faire appel à des mesures particulièrement coercitives pour empêcher les coolies javanais de déserter ? (Lulofs, 1988 a et b).

17Quel accueil les candidats transmigrants réserveraient-ils aux propositions d’Arndt et Sundrum ? Pour Hardjono, la réponse ne fait aucun doute. La principale motivation du transmigrant consiste à accéder à la propriété foncière. Qu’il soit ouvrier agricole ou manœuvre occasionnel, il veut assurer son avenir et celui de ses enfants en devenant paysan à part entière (Hardjono, 1978 : 109). Les emplois au sein de projets de développement à Java ne manquent pas. Quel intérêt peut-il y avoir à quitter sa famille, son village, son île natale pour renouer avec la même précarité, à Sumatra ou à Kalimantan ?

  • 7 Pour Hardjono, il est indispensable que les transmigrants aient accès à la propriété foncière pour (...)

18Dans les îles extérieures, les emplois salariés permanents trouvent facilement preneurs. Le flux important de jeunes diplômés vers Java est bien le révélateur d’une pénurie d’emplois. Les seuls travaux proposés à des transmigrants, si l’on retenait le plan d’Arndt et Sundrum, seraient des emplois de manœuvres journaliers. Or ce type d’emploi n’est acceptable par des transmigrants qu’en complément d’un revenu agricole. Que deviendraient-ils à l’issue d’un de ces projets de développement pour lequel ils auraient été recrutés, sans possibilité de repli7 ?

19Que l’on soit d’accord ou non avec la proposition d’Arndt et Sundrum, force est de reconnaître que l’installation de milliers de familles de paysans à peine autosuffisantes n’est peut-être pas le meilleur moyen de développer les îles extérieures, ni même de venir en aide aux dites familles. En l’occurrence, la réponse de Hardjono aux propositions d’Arndt et Sundrum demanderait à être nuancée. Car s’il est indéniable que le candidat transmigrant est motivé par l’accession à la propriété, il ne faudrait pas se tromper sur les raisons de cette motivation. La propriété foncière per se ne présente aucun intérêt pour le paysan. Comme nous l’avons déjà indiqué à plusieurs reprises, le légendaire « attachement à la terre » du paysan ne fait que traduire son attachement à la sécurité. Si la terre en question est une rizière, la sécurité n’en sera que plus forte. Pour le paysan sans terre, dont la survie quotidienne dépend d’opportunités d’emplois incertaines, l’accession à la propriété représente l’accession à la sécurité. À condition de se départir d’une vision exclusivement agraire, force est de constater que l’accession à la sécurité peut passer par d’autres voies. Ainsi, entre la sécurité d’un emploi salarié dans une ville proche et l’accession au foncier dans une zone pionnière, le paysan sans terre optera immanquablement pour la première solution.

20Dans ces conditions, une politique de développement des emplois industriels n’aurait-elle pas été plus efficace qu’une politique de colonisation agricole pour venir en aide aux paysans sans terre de Java ? Certainement que si. Mais une telle politique était-elle envisageable ? Si oui, pourquoi ne l’a-t-elle pas été ?

LES ALTERNATIVES À LA TRANSMIGRATION

21Il y a encore une dizaine d’années, peu d’observateurs de l’économie indonésienne auraient osé lui prédire un quelconque avenir industriel. Quant à imaginer que l’Indonésie aurait pu s’industrialiser par le passé... Envisager ce qui ne s’est pas produit ne présente guère d’intérêt en soi. Par contre, si dès le xixe siècle la voie de l’industrialisation était ouverte à Java, pourquoi n’a-t-elle pas été empruntée ?

Java ou le Japon du Sud-Est asiatique

  • 8 Ainsi, an début de l'ère Meiji (1868), les rendements en paddy des rizières japonaises étaient du (...)

22L’étude de l’évolution divergente, durant presqu’un siècle (1868-1960), de Java et du Japon constitue l’une des parties les plus souvent citées, et critiquées, de l’œuvre de Geertz : Agricultural involution (1963 : 130-143). Pourtant, l’auteur se garde bien d’écrire que Java pourrait être le Japon aujourd’hui si elle avait suivi d’autres voies. Il se contente de signaler qu’à partir de situations de départ remarquablement similaires, les deux pays ont suivi des voies totalement divergentes8.

23Parmi les différences les plus marquantes figure la destination du croît démographique. Alors que les deux pays connaissaient une vigoureuse croissance démographique, le Japon conservait un nombre d’agriculteurs et une population rurale stables. La quasi-totalité de l’accroissement démographique fut canalisée vers les villes et dévolue à des activités non agricoles. Les exploitations agricoles, de taille et de niveau technologique comparables à celles de Java au début de la période considérée, échappèrent à la fragmentation et la productivité par travailleur agricole augmenta de 236 %. À Java, pendant le même laps de temps, la surface moyenne des exploitations passa de 1 à 0,5 ha, et la productivité par travailleur agricole resta stable. Alors que l’agriculture japonaise se développait, l’agriculture javanaise était en proie à un processus d’« involution agricole » (Geertz, 1963 : 132).

24Au Japon, toujours au début de l’ère Meiji, le secteur agricole contribua fortement au développement du secteur industriel par le biais d’une taxation foncière élevée. Ultérieurement, le secteur industriel favorisa le développement du secteur agricole en lui fournissant des engrais bon marché, des outils agricoles plus performants et en participant au financement de l’enseignement technique et de la vulgarisation agricole, tout en lui assurant des débouchés pour ses produits.

  • 9 « ... where Japanese peasant agriculture came to be complementary related to an expanding manufact (...)

25À Java, le secteur agricole contribua au développement des plantations industrielles en leur fournissant terre et main-d’œuvre sous-payées. Le surplus extrait par le capitalisme colonial le fut au profit presqu’exclusif de la métropole. Alors que le Japon bénéficiait d’une économie intégrée, Java pâtissait d’une économie duale9. Pour Geertz, les causes de l’évolution divergente entre le Japon et Java sont nettement établies, les responsables clairement désignés.

  • 10 De nombreux Indonésiens n’hésitent d’ailleurs pas à aller au-delà de la pensée de Geertz et déclar (...)

26Alors que les auteurs indonésiens émettent plus que des réserves sur la théorie de l’involution agricole, le passage du livre de Geertz mettant l’accent sur la responsabilité du colonisateur dans la stagnation économique de l’Indonésie n’est jamais remis en cause10. Certes, la responsabilité du pouvoir colonial dans les grands choix de politique économique des Indes néerlandaises est indéniable. Mais les élites javanaises portent également leur part de responsabilité. Pour regagner son influence perdue sur le paysannat à la suite de la « révolution des sikep », l’aristocratie javanaise n’a pas hésité à s’allier au pouvoir colonial. Ce faisant, elle a contribué largement à détruire dans l’œuf ce qui ressemblait aux prémices d’une industrialisation dans les principautés javanaises. Ce dernier point apparaît assez nettement si l’on compare l’évolution des principautés javanaises à celle de la résidence du Preanger ou Priangan à Java-Ouest, à la même époque.

Java-Ouest : une industrialisation précoce

  • 11 Pendant la seule période comprise entre 1863 et 1868, près de 60 000 ha de rizières furent créées (...)
  • 12 Et non pas précédée. L’exemple du Priangan montre à merveille comment une décision politique se tr (...)

27L’extension des royaumes agraires javanais ne devait toucher le pays sundanais (Priangan) que vers le début du xviie siècle. Le Priangan était alors considéré comme la périphérie du royaume de Mataram. Bien que les premières rizières datent de cette époque, la région, très peu peuplée, était encore largement dévolue à la culture sur brûlis au début du xixe siècle. À partir du milieu du xixe siècle, l’aristocratie sundanaise, dont les revenus provenaient jusque-là exclusivement des corvées imposées à ses sujets, adopta le modèle javanais. Pour ce faire, le pouvoir découragea fortement la culture sur brûlis et regroupa autoritairement les habitants au sein de villages plus importants. La création de rizières fut assurée, d’une part, en recourant à la corvée, d’autre part, en accordant des exonérations de taxes pendant les premières années de culture11. Les rizières établies par la corvée étaient appropriées par la noblesse et cultivées par des métayers. Les autres étaient cultivées par leurs propriétaires et devenaient sujettes à taxation à l’issue du délai de grâce. Cette rapide extension des rizières fut suivie par un important accroissement de population12.

28En 1870, par décision du gouverneur-général des Indes néerlandaises, l’aristocratie sundanaise fut transformée en un corps de fonctionnaires coloniaux (Svesson, 1991 : 21). Le pouvoir colonial décida d’attribuer les terres contrôlées par l’aristocratie aux métayers qui les cultivaient. Il profita également de l’occasion pour contrôler les ponctions excessives auxquelles se livrait la noblesse sundanaise et pour réduire les nombreuses taxes attachées à la propriété foncière paysanne. L’effet fut immédiat. Dans les villages, une nouvelle catégorie sociale, celle des bumi (équivalent sundanais des sikep javanais), prit un ascendant sur les autres.

  • 13 La ville de Bandung, qui comptait 47 000 habitants en 1905, atteignait 157 000 habitants en 1930.

29Les anciens métayers ne furent pas en mesure de conserver la propriété de leurs rizières. L’obligation de payer la taxe foncière en argent et non plus en nature, les entraîna à s’endetter à des taux usuraires auprès de quelques villageois riches, les bumi. En très peu de temps, de nombreuses rizières changèrent de main Contrairement à Java, où la propriété communautaire empêchait la concentration foncière, le pays sundanais vit rapidement émerger une classe de propriétaires terriens absentéistes. Certains bumi, une fois bien pourvus en terre, préférèrent aller s’établir en ville. Mais les citadins furent également nombreux à investir dans l’achat de rizières et de plantations. Pour cette raison, la concentration foncière fut la plus forte dans les zones les mieux desservies par les voies de communications, routes mais aussi chemin de fer. De leur côté, les paysans exclus de la propriété foncière rejoignirent les villes du Priangan, comme Bandung, Garut, Sukabumi, Cianjur et Tasikmalaya. Les bumi, enrichis par l’exploitation des rizières, surent tirer parti de cette main-d’œuvre providentielle en investissant dans le secteur textile13. Le kabupaten de Bandung, où la concentration foncière dépassait celle de tous les autres districts, ne comptait plus que 50 % d’actifs dans le secteur agricole en 1930.

30La fameuse Commission chargée d’étudier la réduction du bienêtre des indigènes devait conclure que, contrairement aux districts javanais, le pays sundanais présentait une production agricole régulièrement excédentaire, de nombreuses opportunités d’emploi non agricoles, un fort développement de l’agriculture mais aussi de diverses industries (en particulier textiles), des conditions d’hygiène favorables, aucun mendiant ni vagabond, un niveau de vie élevé, et une forte immigration à partir des autres régions (Svensson, 1991 : 30).

31Les bumi résistèrent à la crise de 1929, alors que les planteurs néerlandais, qui tenaient jusque-là le haut du pavé, étaient laminés. Les planteurs durent licencier leurs ouvriers en masse. Les villes connurent un afflux de main-d’œuvre bon marché dont les entrepreneurs sundanais surent faire bon usage. L’industrie textile se développa et se concentra, évoluant de petites unités familiales vers de véritables usines modernes pouvant compter des dizaines de métiers à tisser. Mais la Seconde Guerre mondiale sonna le glas de l’industrie textile sundanaise. L’armée japonaise commença par réorienter la production locale en fonction de l’effort de guerre, puis déménagea les usines vers d’autres pays. À l’issue de la guerre, 75 % de l’équipement industriel avait disparu.

32L’industrie textile ne devait pas s’en relever avant longtemps. Immédiatement après la guerre, les luttes pour l’Indépendance, puis les troubles liés au mouvement Darul Islam, l’agitation communiste très vive dans les plantations et les usines de la région, enfin la sanglante répression du coup d’État communiste de 1965 ne favorisèrent guère la reprise des activités. Les troubles ne cessèrent qu’à la fin des années soixante. Mais l’Indonésie avait mangé son pain noir. Fermement repris en main par le général Suharto, le pays entra dans une ère nouvelle.

33La démonstration de Geertz et surtout l’industrialisation précoce du Priangan ne laissent aucun doute. L’Indonésie était en mesure de démarrer son industrialisation dès le xixe siècle. Dans le Priangan (Java-Ouest), la simple modification, par le pouvoir colonial, des règles traditionnelles d’extraction du surplus par l’aristocratie sundanaise s’est traduite par l’émergence d’une classe d’entrepreneurs actifs et efficaces. Le colonisateur comprit rapidement que son intérêt n’était pas à brider, mais bien à encourager les bumi, principaux protagonistes du développement de la société indigène.

34Dans les principautés javanaises (Java-Centre), l’industrialisation aurait pu démarrer dès le début du xixe siècle mais, alors que les bumi prenaient l’ascendant sur l’aristocratie sundanaise, la noblesse javanaise rétablissait son pouvoir sur les sikep. Bien que le colonisateur poursuivît la même politique sur toute l'île de Java, il obtint des résultats différents en pays sundanais et en pays javanais. La responsabilité de cette évolution différente ne revient pas au colonisateur mais aux structures inhérentes aux sociétés sundanaise et javanaise. Une fois de plus, l’héritage des royaumes agraires javanais a pesé de tout son poids. En maintenant strictement l’ensemble du paysannat à la limite de l’autosubsistance, l’aristocratie javanaise a empêché l’émergence d’une classe d’entrepreneurs capitalistes dynamiques, seuls en mesure d’initier l’industrialisation du pays.

35La responsabilité clairement établie de l’aristocratie javanaise ne dédouane pas le colonisateur pour autant. Si celui-ci n’a jamais cherché à empêcher l’industrialisation de sa colonie, le moins que l’on puisse dire est qu’il n’a pas vraiment cherché à la stimuler. Pourquoi d’ailleurs l’aurait-il fait, alors que l’archipel comptait toujours de vastes ressources inexploitées, dans des zones encore mal contrôlées ? La priorité ne devait-elle pas aller à la colonisation agricole ? L’option pouvait sembler raisonnable au début du xixe siècle. Si la Kolonisatie avait joué son rôle en stabilisant la pression démographique javanaise, l’industrialisation aurait pu être démarrée ultérieurement. Il n’en a malheureusement rien été. Jusqu’à la fin de l’ère coloniale, un accroissement de population du même ordre que la croissance agricole ne devait plus permettre aux paysans javanais de retrouver la période faste des sikep.

LES « TRENTE GLORIEUSES » DE L’INDONÉSIE

  • 14 Au début des années soixante, B. Higgins, l’un des meilleurs spécialistes des problèmes économique (...)

36La situation continua à se détériorer pendant les vingt premières années après l’Indépendance. L’agriculture indonésienne était de moins en moins en mesure de soutenir l’éventuelle industrialisation du pays14. Qui aurait alors osé imaginer que trente années plus tard, l’Indonésie serait en passe de rejoindre le club très fermé des pays nouvellement industrialisés ?

  • 15 Le président Suharto, au pouvoir depuis 1966, apparaît incontestablement comme l’homme de ce chang (...)
  • 16 Il n’y a là aucune contradiction avec les développements précédents. Accorder la priorité à l’agri (...)
  • 17 En 1973. L’Indonésie n’occupe plus que la quinzième place en 1994.

37L’Indonésie amorce sa révolution industrielle avec un bon siècle de retard sur l’Europe15. Suivant en cela un plan établi dès 1966, les gouvernements successifs du nouvel ordre indonésien entreprennent le redressement systématique d’une économie délabrée par vingt années de gestion sukarnienne. Le succès du redressement n’est pas étranger à la priorité accordée à l’agriculture par une politique essentiellement pragmatique de planification indicative16. Bien entendu, cette modernisation n’aurait pas été possible sans le double choc pétrolier (1973 et 1980) dont le pays a largement bénéficié de par sa position de dixième producteur mondial17. Mais les chocs pétroliers n’expliquent pas tout. D’autres pays en ont également profité sans que leur situation économique s’améliore. « C’est bien plutôt au compte d’une politique de développement clairvoyante et mesurée qu’il faut mettre les résultats enregistrés. Le choix très ferme fait par le Gouvernement de baser le développement économique du pays sur la modernisation de l’agriculture, plutôt que de se lancer d’entrée de jeu dans une industrialisation toujours aléatoire, en constitue l’aspect le plus remarquable » (Maurer, 1993 : 50). La révolution agricole ne doit-elle pas précéder la révolution industrielle ?

38C’est en effet de révolution dont il s’agit. La seule volonté politique de moderniser l’agriculture n’aurait débouché que sur des résultats fort modestes si elle n’avait pu s’appuyer sur les acquis récents de la recherche agronomique, depuis lors regroupés sous le vocable de « Révolution verte ». Grâce à l’introduction des variétés de riz à cycle court et à hauts rendements, grâce à une politique ambitieuse de vulgarisation agricole, de subventions aux intrants, d’amélioration des infrastructures et de stabilisation du marché, les rendements moyens en paddy sont multipliés par 2,5 en une quinzaine d’années. Pour éviter que la modernisation de l’agriculture ne contraigne brutalement un grand nombre de paysans à l’exode rural, de lourdes taxes à l’importation découragent la motorisation. La Révolution verte bénéficie en priorité aux paysans propriétaires, les seuls en mesure d’en tirer profit. Progressivement, les structures évoluent. La monétarisation croissante de l’économie villageoise conduit à la disparition progressive des échanges en travail et des paiements en nature (Hayami, 1978 ; Hayami et Kikuchi, 1981). Dans de nombreuses régions, le bawon — partage de récolte à vocation de redistribution sociale — est remplacé par le tebasan, contrat négocié, beaucoup plus favorable au propriétaire.

  • 18 Le taux de croissance annuel moyen du PIB s'établit à 7,8 % dans les années soixante-dix. Entre 19 (...)
  • 19 La rupiah est dévaluée à deux reprises (1983 et 1986) et les budgets des ministères sont révisés à (...)

39La forte hausse de la production agricole entraîne une amélioration considérable des revenus des ménages ruraux18 À partir de 1982, la situation économique se dégrade en raison de la baisse considérable et durable des cours du pétrole et du gaz naturel. Or, les recettes pétrolières représentent encore l’essentiel des exportations (70 %) et surtout la principale source de financement du budget de l’État (60 %). Le taux de croissance économique s’effondre à 2,2 % (Maurer, 1993 : 51). Toutefois, la crise va être salutaire, puisqu’elle décidera le Gouvernement à libéraliser l’économie en recourant à de douloureux ajustements structurels19. Pour développer les exportations non pétrolières, l’Indonésie s’ouvre aux capitaux privés étrangers.

40Les premiers signes de reprise ne se manifestent pourtant qu’en 1988. En 1989 et 1990, le taux de croissance atteint 7,4 % (Maurer, 1993 : 52). Alors qu’elle représentait encore 70 % des recettes à l’exportation en 1982, la part des produits pétroliers chute à 36,8 % en 1991-92. L’essentiel des recettes à l’exportation provient du textile et du prêt-à-porter, du bois et des contreplaqués, du caoutchouc naturel, de nombreux produits manufacturés, d’huile de palme, de café... À l’issue de l’année budgétaire 1991-92, non seulement l’Indonésie a considérablement réduit sa dépendance des produits pétroliers, mais pour la première fois de son histoire, la part du PIB revenant au secteur industriel dépasse celle du secteur agricole.

  • 20 Entre 1987 et 1990, les investissements étrangers directs dans le secteur industriel sont multipli (...)
  • 21 L’exemple le plus souvent cité concerne la délocalisation de l’industrie de la chaussure, depuis l (...)

41Grâce à une politique audacieuse de dérégulation et de libéralisation de son économie, l’Indonésie a su promouvoir les investissements domestiques et attirer les investisseurs étrangers20. L’engouement des pays asiatiques pour le marché indonésien s’explique par une relocalisation brutale de l’ensemble des industries manufacturières coûteuses en travail vers les pays de la région disposant d’une main-d’œuvre abondante et bon marché. Bien que concurrencée sur ce terrain par d’autres pays, comme la Chine, le Vietnam, l’Inde et le Bangladesh, l’Indonésie reste particulièrement attractive en raison de son exceptionnelle stabilité politique21.

  • 22 Entre 1960 et 1990, la population urbaine passe de 14,8 % à 30,9 % de la population totale. Pendan (...)

42L’industrie de la chaussure n’est pas seule sur les rangs. Un dynamisme équivalent anime l’industrie du textile, du prêt-à-porter, de la métallurgie, de l’agro-industrie, sans oublier bien entendu le tourisme, principale vitrine du pays. Le développement hors pair de l’industrie sous toutes ses formes draine une partie considérable de la population rurale vers les grandes cités industrielles de la côte22. Désormais, l’Indonésie ne saurait plus être assimilée à un État agraire. L’éternel combat entre les royaumes agraires du centre et les cités marchandes du Pesisir semble avoir définitivement tourné à l’avantage de ces dernières.

  • 23 Le taux de natalité passe de 4,27 à 3,02 % et le taux de mortalité de 2,04 à 1,03 %.
  • 24 Cette valeur tient compte d’une importante émigration, le taux de croissance naturelle étant de l’ (...)

43En plus d’une relocalisation de la population par l’exode Rirai, l’Indonésie vit des changements démographiques encore plus profonds. Le planning familial, ou Keluarga Berencana (KB) en indonésien, connaît un succès remarquable à Java. Établi sur une base rigoureusement volontariste, le programme utilise les moyens les plus traditionnels (théâtre d'ombres) comme les plus modernes (radio, télévision, presse) pour convaincre. À la pression permanente exercée par l’administration et les services de santé, s’ajoutent des campagnes régulières orchestrées par les médias. Entre 1965 et 1985, le taux de croissance de la population indonésienne passe de 2,24 à 1,99 % par an23. Les résultats les plus remarquables s’observent à Java-Est et Java-Centre, avec des taux de croissance avoisinant 1,1 %24 au cours de la dernière décennie (Population Council, 1993). L’Indonésie a largement entamé sa transition démographique.

44Au vu de tous ces changements, on est en droit de se demander si la transmigration conserve un avenir. La question n’est pas nouvelle. Jusqu’à présent, sa formulation implicite était : « pour ou contre » la transmigration. La réaffirmation d’une volonté politique ferme de la part du pouvoir a toujours suffi à assurer la pérennité du programme. Aujourd’hui, la question ne se pose plus dans les mêmes termes. Depuis le début des années quatre-vingt-dix, on se demande si la fin de la transmigration ne sera pas la conséquence de la disparition des candidats transmigrants, pour cause de transition démographique et de développement industriel.

LA TRANSMIGRATION CONSERVE-T-ELLE UN AVENIR ?

45Déjà, les candidats à la migration se font plus rares dans les zones traditionnelles de recrutement. Le développement industriel exceptionnel que connaît l’Indonésie se traduit par une offre importante d’emplois salariés en milieu urbain. Entre la sécurité d’un salaire industriel et l’incertitude d’un revenu agricole, entre la vie trépidante des cités et la quiétude ennuyeuse des fronts pionniers, les jeunes Javanais optent en masse pour l’exode rural. Une fois les paysans sans terre recyclés dans l’industrie, la transmigration conservera-t-elle sa raison d’être ?

  • 25 Même pendant la période faste du 3e plan quinquennal (1979-84), le nombre de colons déplacés ne s’ (...)

46L’industrialisation accélérée permettra probablement d’atteindre le premier objectif historiquement assigné à la transmigration : le soulagement de la pression démographique dans les campagnes javanaises et la réduction de la pauvreté rurale. Cet objectif, la transmigration n’a jamais été en mesure de l’atteindre25. En quelques années à peine, l’industrialisation a réussi là où la transmigration échoue depuis trois quarts de siècle. L’exode rural, en vidant les campagnes de la multitude de petits paysans à peine autosuffisants, favorise en plus la modernisation de l’agriculture javanaise.

47En revanche, l’industrialisation n’apparaît guère en mesure d’atteindre les autres objectifs de la transmigration, à savoir le développement des îles extérieures et la consolidation du territoire national. Bien au contraire, l’industrialisation renforce les déséquilibres régionaux au sein de l’archipel indonésien. Les industries manufacturières s’implantent de préférence dans des zones bénéficiant d’infrastructures modernes, à proximité des réservoirs de main-d’œuvre bon marché. Dans ces conditions, les grandes villes de la côte nord de Java connaissent un développement fulgurant. À l’exception de Medan, de Palembang et d’Ujung Pandang, les villes des îles extérieures n’intéressent guère les investisseurs industriels. Quant aux zones enclavées de Kalimantan ou d’Irian Jaya, elles n’en apparaissent que plus isolées encore.

48La transmigration peut-elle participer au rééquilibrage du développement industriel au profit des îles extérieures ? Rien n’est moins sûr. Toute tentative de canaliser les investissements étrangers vers des zones défavorisées risquerait de les détourner vers les autres pays à main-d’œuvre bon marché. Canaliser les investissements nationaux les handicaperait vis-à-vis de la concurrence internationale. Une politique incitative d’allégements fiscaux et d’amélioration des infrastructures portuaires et routières serait seule en mesure d’attirer des investisseurs industriels dans les capitales régionales de l’Indonésie.

  • 26 Certaines élites régionales ont trouvé la solution à ce dilemme. Selon elles, il suffirait d’allou (...)

49L’État n’aura probablement pas les moyens de réaliser des infrastructures coûteuses dans les îles extérieures, tout en améliorant celles déjà nettement insuffisantes des grandes villes javanaises. S’il choisit la première solution, les investisseurs risquent de se détourner de Java sans pour autant s’intéresser aux îles extérieures. S’il choisit la deuxième solution, il accentuera le déséquilibre régional et condamnera définitivement l’intégration économique des îles extérieures26.

50Les infrastructures seules ne suffiront pas à attirer les investisseurs. Une main-d’œuvre bon marché fait cruellement défaut dans la plupart des îles extérieures. La transmigration devra-t-elle également se transformer en fournisseur de main-d’œuvre, comme le proposaient Arndt et Sundrum en 1977 ? L’évolution de la transmigration depuis une dizaine d’années n’est-elle pas significative d’une profonde réorientation du programme ? Par souci d’efficacité, mais surtout en raison du recours au financement privé, la transmigration privilégie les implantations PIR au détriment des projets vivriers classiques. Or, dans certains cas, la distinction entre un projet PIR et la simple fourniture de main-d’œuvre à une compagnie privée peut paraître ténue à plus d’un observateur. Le recours de plus en plus indispensable au financement privé se traduit par une inévitable spécialisation des îles extérieures dans les industries extractives et la production primaire. Version moderne du pacte colonial, les îles périphériques restent confinées à l’extraction et à la production de matières premières, le développement des industries manufacturières étant réservé à la (nouvelle) métropole : les îles intérieures.

51Plus que jamais, les autochtones des îles extérieures ressentent l’impression d’une exploitation — voire d’un pillage — de leurs richesses naturelles au bénéfice exclusif d’une métropole lointaine (Inside Indonesia, 1992 a). Plus que jamais, les autochtones se sentent spoliés et relégués au rang de citoyens de second ordre (Inside Indonesia, 1992 b). Mais, plus que jamais aussi, l’intégration du territoire national et l’identification de tous les peuples de l’archipel à un modèle idéologique unique apparaissent indispensables au maintien de l’unité nationale. Plus que jamais, les militaires restent persuadés que la transmigration constitue le moyen le plus sûr de réaliser cette intégration.

  • 27 Dans l’Empire romain, l’espace social — la citoyenneté — apparaissait très en retrait par rapport (...)

52Selon S. Rokkan, tout changement de structure territoriale résulte de l’interaction entre deux types d’espaces : un espace physique qui définit une aire géographique et un espace culturel et social qui définit une aire d’appartenance. L’espace territorial et l’espace social ne coïncident pas forcément27. Toujours selon Rokkan, pour chaque État, la résolution des conflits visant à la désintégration des frontières passe par la mise en place d’une structure territoriale complexe, résultante de trois axes de différenciation : administrativo-militaire, socioculturel et économique.

53La transmigration répond parfaitement à ce triple objectif. Autant pour le Gouvernement colonial qui souhaitait stabiliser ses nouvelles possessions que pour la jeune république à la recherche d’une identité territoriale, l’implantation de centres de transmigration correspond à l’occupation physique d’un territoire que l’on veut rattacher au centre. Dans certains cas, comme en Irian Jaya ou à Timor Timur, cette « occupation » revêt un caractère militaire indéniable. La localisation même des centres le long de frontières disputées (Natuna, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Timor), la priorité accordée aux vétérans des forces armées lors du recrutement, les concepts de défense territoriale, de défense populaire et de ceinture de sécurité ne laissent subsister aucun doute à ce sujet.

  • 28 Pancasila : littéralement « les cinq principes », fondement de l’idéologie politique indonésienne, (...)
  • 29 Pour éviter l’éclatement de l’Indonésie dans les premières années de l’Indépendance, Sukarno procè (...)

54L’axe de différenciation socioculturelle concerne également la transmigration, même si cet objectif n’apparaît pas de manière aussi explicite que les autres. Cet axe repose sur l’adhésion des peuples de la périphérie aux normes culturelles du centre. Assuré par les écoles, la langue, les discours symboliques sur l’unité nationale, les références à l’idéologie officielle du pancasila28, cette adhésion est souvent qualifiée de mécanisme d’acculturation ou de « javanisation » de l’archipel. S’il est vrai que l’idéologie officielle du pancasila apparaît proche du modèle javanais, l’accusation de « javanisation » semble cependant exagérée dans la mesure où la construction de l’identité nationale indonésienne ne se réfère pas exclusivement à des valeurs javanaises29. Le choix de la langue nationale, le bahasa Indonesia, langue véhiculaire en usage dans l’archipel, répond à un souci d’unification nationale. La transmigration, par le brassage de population qu’elle implique, participe à la construction de l’identité nationale indonésienne.

55Le troisième axe, celui de la différenciation économique, se retrouve dans l’objectif de développement régional affiché par la transmigration. À tort ou à raison, celle-ci est investie d’une mission de développement agricole par la promotion des techniques modernes de riziculture intensive. Des régions entières, insuffisamment mises en valeur par des systèmes de culture « archaïques », devraient ainsi être intégrées à l’espace économique du centre. Les résultats apparaissent rarement à la hauteur des espérances. Malgré la non-adoption par les autochtones des systèmes promus par les transmigrants, l’amélioration des infrastructures routières et le développement des réseaux de commercialisation suffisent à assurer l’intégration économique des provinces reculées.

  • 30 Abondamment cités dans le numéro spécial de The Ecologist consacré à la transmigration.

56Une question se pose alors : la transmigration constitue-t-elle un facteur stratégique d’intégration ou plutôt un catalyseur des clivages entre le centre et la périphérie (L’hermitte, 1992 : 6l) ? Selon de nombreux auteurs30, l'hostilité déclarée de la plupart des autochtones d’Irian Jaya, de Timor Timur et d’Aceh à l’égard de la transmigration illustrerait davantage l’effet clivage que celui d’intégration. De là à prôner la disparition de la transmigration il n’y a qu’un pas, que les opposants au programme se hâtent de franchir.

  • 31 Dans la mesure où l’on peut parler de rejet. Selon la version officielle, les troubles sont à impu (...)

57Les militaires au pouvoir ne partagent pas la même analyse. Pour eux, le rejet31 fournit la preuve éclatante de l’insuffisante intégration de la province au territoire national. En refusant l’accès à la terre à un transmigrant, l’autochtone lui signifie clairement qu’il ne le reconnaît pas comme compatriote. Renoncer à la transmigration ne fera pas prendre conscience de son erreur à l’autochtone, bien au contraire. Dans ces conditions, la solution du problème ne passe pas par la disparition, mais plutôt par le renforcement de la transmigration. Tant que les militaires resteront persuadés que la transmigration joue un rôle déterminant dans l’extension, la consolidation et l’intégration de l’État-Nation indonésien, la transmigration aura un avenir.

Notes

1 Vallées ouvertes, peu encaissées, entourées de cônes volcaniques.

2 À vrai dire, le terme d’agriculteur s’applique mal à cette situation de dépendance extrême. Celui de budak jaman kini (serf des temps modernes), proposé par un transmigrant de Rimbobujang, conviendrait davantage.

3 Le recours fréquent au travail forcé clans les plantations néerlandaises de l’époque coloniale n’est probablement pas étranger à cette dévalorisation.

4 Pour les plantations d’hévéas, la quasi-absence de diversité des clones utilisés (presque exclusivement du GT1) laisse craindre le pire en cas d’apparition de maladies cryptogamiques.

5 Dans le PIR de Nanga Jetak près de Sintang (Kalimantan-Ouest), les responsables de la PTP XIII (Perseroan Terbatas Perkebunan, société de plantation à capitaux mixtes) s’étaient engagés à intégrer tous les chefs de famille du village voisin. En quelques semaines, la population autochtone du village en question avait décuplé et le projet dû refuser des transmigrants.

6 Pour Arndt et Sundrum (1977), la transmigration fait fausse route en optant pour la colonisation agricole. Selon eux, le retard des îles périphériques en matière agricole n’est pas flagrant. Certes les rendements rizicoles restent faibles comparés à ceux de Java et de Bali. Mais la relative faiblesse du secteur vivrier s’explique en grande partie par la priorité accordée aux cultures de rapport. D’une manière générale, le revenu moyen des familles paysannes de Sumatra ou de Kalimantan dépasse largement celui des paysans des îles intérieures.

7 Pour Hardjono, il est indispensable que les transmigrants aient accès à la propriété foncière pour couvrir une partie au moins de leurs besoins vivriers. Pour elle, la transmigration reste inséparable de la colonisation agricole.

8 Ainsi, an début de l'ère Meiji (1868), les rendements en paddy des rizières japonaises étaient du même ordre qu’à Java ; en I960, ils sont 2,5 fois plus élevés. Pendant le même laps de temps, la proportion de la population active employée dans l'agriculture passait de 80 à 40 % au Japon, alors qu’elle ne bougeait pratiquement pas à Java (c’est-à-dire qu’en termes absolus, elle augmentait de façon considérable à Java !). Toujours durant la même période, la contribution du secteur agricole au PIB japonais était divisée par trois, alors qu’elle restait stable à Java.

9 « ... where Japanese peasant agriculture came to be complementary related to an expanding manufacturing system in indigenous hands, Javanese peasant agriculture came to be complementary related to an expanding agro-industrial structure under foreign management » (Geertz, 1963 : 135).

10 De nombreux Indonésiens n’hésitent d’ailleurs pas à aller au-delà de la pensée de Geertz et déclarent à qui veut l’entendre : « Sans les Néerlandais, nous serions aujourd’hui le Japon du Sud-Est asiatique ».

11 Pendant la seule période comprise entre 1863 et 1868, près de 60 000 ha de rizières furent créées dans le Priangan (Svensson, 1991 : 18).

12 Et non pas précédée. L’exemple du Priangan montre à merveille comment une décision politique se traduit par une évolution agraire, elle-même à l’origine d’un accroissement démographique. Boserup cite pourtant Java-Ouest à l’appui de sa théorie.

13 La ville de Bandung, qui comptait 47 000 habitants en 1905, atteignait 157 000 habitants en 1930.

14 Au début des années soixante, B. Higgins, l’un des meilleurs spécialistes des problèmes économiques du Tiers Monde, n’hésitait pas à placer l’Indonésie au premier rang des échecs parmi les pays sous-développés de la planète (Maurer, 1993 : 49).

15 Le président Suharto, au pouvoir depuis 1966, apparaît incontestablement comme l’homme de ce changement.

16 Il n’y a là aucune contradiction avec les développements précédents. Accorder la priorité à l’agriculture à une époque où celle-ci était en mesure de soutenir le développement industriel fut une erreur historique. Accorder la priorité à l’agriculture pour lui permettre de retrouver la capacité à soutenir le développement industriel est la clé du succès de la plupart des pays d’Asie orientale.

17 En 1973. L’Indonésie n’occupe plus que la quinzième place en 1994.

18 Le taux de croissance annuel moyen du PIB s'établit à 7,8 % dans les années soixante-dix. Entre 1969 et 1984, le revenu annuel moyen par habitant décuple, passant de 60 à 600 $ US.

19 La rupiah est dévaluée à deux reprises (1983 et 1986) et les budgets des ministères sont révisés à la baisse. Les subventions diminuent considérablement ou disparaissent. De nombreux monopoles sont abolis, diverses taxes à l’exportation et à l’importation sont réduites ou supprimées.

20 Entre 1987 et 1990, les investissements étrangers directs dans le secteur industriel sont multipliés par six. Le Japon, avec 30 % des investissements à lui seul, arrive loin en tête du palmarès. Si l’on adjoint les quatre dragons — Taïwan, Hong-Kong, Singapour et la Corée du Sud — au Japon, les investissements asiatiques en Indonésie représentent plus de 50 % du total. Les États-Unis (20 %) et la CEE (10 %) apparaissent de plus en plus marginalisés sur le marché indonésien.

21 L’exemple le plus souvent cité concerne la délocalisation de l’industrie de la chaussure, depuis les nouveaux pays industrialisés d’Extrême-Orient vers l’Indonésie. En l’espace de trois ans, 138 usines ont été autorisées à s’installer en Indonésie. Lorsqu’elles seront toutes opérationnelles, avec 434 millions de paires de chaussures par an dont les 4/5 exportés, l’Indonésie deviendra l’un des principaux producteurs mondiaux (Maurer, 1993 : 59).

22 Entre 1960 et 1990, la population urbaine passe de 14,8 % à 30,9 % de la population totale. Pendant la même période, le pourcentage de la population active employée dans l’agriculture passe de 73,3 % à moins de 50 %. En 1992, pour la deuxième année consécutive, l’Indonésie voit la part de l’industrie dépasser celle de l’agriculture dans la formation de son PIB (Miron de l'Espinay et Leveel, 1994 : 26).

23 Le taux de natalité passe de 4,27 à 3,02 % et le taux de mortalité de 2,04 à 1,03 %.

24 Cette valeur tient compte d’une importante émigration, le taux de croissance naturelle étant de l’ordre de 1,5 %.

25 Même pendant la période faste du 3e plan quinquennal (1979-84), le nombre de colons déplacés ne s’est jamais élevé qu’au quart du croît démographique naturel javanais.

26 Certaines élites régionales ont trouvé la solution à ce dilemme. Selon elles, il suffirait d’allouer le budget de la Transmigration aux régions et de transformer celle-ci en ministère du Développement régional. C’est déjà ce que proposait Hardjono en 1988.

27 Dans l’Empire romain, l’espace social — la citoyenneté — apparaissait très en retrait par rapport aux frontières physiques. À l’opposé, avec la victoire de la chrétienté, l’espace social transcenda les frontières territoriales dans l’Europe du Moyen Âge. Ultérieurement, « l’État-Nation stabilise ses frontières en fusionnant l’espace d’appartenance — la citoyenneté — et l’espace géographique — l’identité — » (RokkaninL’Hermitte, 1992 : 5-6).

28 Pancasila : littéralement « les cinq principes », fondement de l’idéologie politique indonésienne, énoncés par Sukarno en 1945.

29 Pour éviter l’éclatement de l’Indonésie dans les premières années de l’Indépendance, Sukarno procède à une réinterprétation des différentes cultures de l’archipel. Il « sélectionne divers traits d’identification, historiques, culturels, sociaux et religieux parmi les divers peuples de l’archipel, et les articule pour en faire un véritable arsenal symbolique magnifié » (L’hermitte, 1992 : 49). L’accent est mis sur les traditions d’entraide, de consultation, de consensus, ainsi que sur la religion. Pas une religion en particulier, mais les religions en général (islam, catholicisme, protestantisme, bouddhisme et hindouisme), afin de contrôler l'expansionnisme islamique.

30 Abondamment cités dans le numéro spécial de The Ecologist consacré à la transmigration.

31 Dans la mesure où l’on peut parler de rejet. Selon la version officielle, les troubles sont à imputer à des éléments subversifs incontrôlés faisant le jeu de puissances étrangères aux motivations louches.

© IRD Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search