Version classiqueVersion mobile

La terre d’en face

 | 
Patrice Levang

Troisième partie. La transmigration est-elle la solution ?

8. La colonisation agricole, une réponse unique à des problèmes multiples ?

Texte intégral

« On peut affirmer, dans l’état actuel du monde que la fondation des colonies est la meilleure affaire dans laquelle on puisse engager les capitaux d’un vieil et riche pays. »
J. Stuart Mill (Principes d’économie politique, 1848)

1Dans une importante synthèse consacrée à la colonisation agricole des terres neuves dans la zone intertropicale, J.-P. Raison (1968) oppose fondamentalement colonisation spontanée et colonisation organisée. Un mouvement de colonisation spontanée ne se comprend que par référence au pays d’origine et au milieu d’accueil. Le rôle des causes répulsives au pays d’origine (effet push) ne se distingue pas toujours clairement de celui des causes attractives dans la zone d’accueil (effet pull). Au sein de la colonisation organisée, l’auteur distingue plus précisément les colonisations orientées, les colonisations dirigées et les colonisations planifiées. Cette distinction correspond à un niveau d’intervention de plus en plus élevé de la structure d’encadrement. Dans le cas des colonisations orientées, les colons bénéficient de la propriété privée de leur terre. Avec les colonisations dirigées, les paysans conservent la liberté de culture, mais des restrictions sont appliquées au droit de propriété. Dans les colonisations planifiées, régime foncier contractuel et système de culture sont imposés aux paysans. Parmi les facteurs caractéristiques, l’auteur retient :

  • les objectifs de l’entreprise, but de peuplement ou but de production ;
  • les systèmes fonciers adoptés, petite propriété en faire-valoir direct, grande propriété à main-d’œuvre salariée, contrats d’association entre exploitants et organisme de colonisation ;
  • les techniques agricoles, agriculture « traditionnelle », partiellement mécanisée ou culture « moderne » ;
  • le milieu humain et social, la hiérarchie socio-économique entre colons.

2D’autres typologies privilégient le mode de mise en valeur de l’espace (agriculture pluviale ou irriguée), le type de culture (plantes vivrières ou pérennes, élevage), la nature des spéculations (autoconsommation, marché national, exportation), le degré d’implication de l’État (Scudder, 1981 ; Bahrin, 1988).

  • 1 Ainsi, J.-P. Chauveau récuse la distinction habituelle entre migrations spontanées et dirigées. Se (...)

3Bien entendu, aucune typologie n’est satisfaisante. Toutes sont critiquables. La prise en compte ou non de certains critères ainsi que leur hiérarchisation reposent sur des choix arbitraires. Chaque auteur a tendance à privilégier les critères distinctifs appuyant sa démonstration. Des distinctions élémentaires pour certains apparaissent injustifiées à d’autres1.

4De même qu’il n’est pas toujours possible d’évaluer la part respective des effets répulsifs du pays d’origine et des effets attractifs des zones d’accueil, il s’avère impossible de classer les colonisations agricoles en fonction de leur objectif. La transmigration, on l’a vu, répond à de multiples objectifs, avoués ou non. Elle n’est d’ailleurs pas seule dans ce cas. Il semblerait même que l’un des points communs à toutes les opérations de colonisation soit justement de répondre de manière unique à des objectifs multiples.

  • 2 La volonté de se soustraire à diverses exactions, d’échapper aux persécutions ethniques ou religie (...)

5Par définition, toute migration suppose le déplacement de personnes depuis un pays d’origine vers un autre d’accueil. Sauf cas particuliers, la distinction entre effets répulsifs du premier et effets attractifs du second apparaît comme fallacieuse. En effet, la décision de migrer repose davantage sur une comparaison des avantages et des inconvénients relatifs aux deux zones. Le migrant cherche avant tout à améliorer ses conditions de vie. Cette amélioration passe habituellement par la recherche d’un emploi mieux rémunéré et d’un statut social plus élevé, mais ne saurait s’y réduire2.

6La migration ne présente pas que des avantages. Ses coûts sont élevés. Elle signifie le plus souvent une séparation définitive d’avec la famille et les amis, une rupture des réseaux d’interconnaissance et de solidarité. Le migrant se retrouve sinon seul, du moins isolé dans un pays dont il ne connaît parfois ni la langue ni les usages. Au pire, il n’y est pas le bienvenu. L’adaptation à son nouvel environnement réclame une période de latence plus ou moins longue et toujours très difficile.

7La colonisation agricole se distingue nettement de l’ensemble plus vaste des migrations humaines. Le colon ne peut survivre seul, ni même en petit groupe, dans un milieu hostile. La nécessité de cultiver la terre pour se nourrir le rend particulièrement vulnérable. La colonie laisse une marque distincte dans le paysage. Impossible qu’elle passe inaperçue. Leur dépendance économique envers les premiers résultats agricoles rend les colons encore plus vulnérables.

  • 3 Pour certains, la phase de colonisation est même à l’origine d’un véritable mythe fondateur (Turne (...)

8Pour toutes ces raisons, la colonisation agricole ne saurait s’envisager sans un minimum de garanties, parmi lesquelles la sécurité physique des colons et l’accès au foncier apparaissent comme primordiales. Dès lors, toute colonisation agricole suppose un minimum d’organisation. Garantir la sécurité physique et foncière nécessite le plus souvent le recours à la loi et à la force. Les interventions de l’État ou du pouvoir peuvent recouvrir des formes plus ou moins élaborées, mais aucune colonisation agricole de quelque ampleur ne saurait être qualifiée de spontanée. Les exemples ne manquent pas de par le monde. Tous les pays ont connu, à un moment ou un autre de leur histoire, une période d’intense colonisation agricole3.

9Assurer une meilleure répartition de l’homme dans l’espace constitue la principale justification de tous les projets. Lorsque l’homme apparaît en surnombre dans un espace donné, le pouvoir cherche soit à faciliter l’émigration de ses ressortissants, soit à étendre sa zone d’influence sur des régions « vides », voisines ou lointaines. Au contraire, lorsque l’homme vient à manquer, le pouvoir facilite l’immigration de ressortissants étrangers. Lorsqu’un même pays présente des zones « surpeuplées » et d’autres « sous-peuplées », le rééquilibrage démographique devient rapidement une priorité nationale. Dans d’autres cas enfin, la création de colonies répond plus directement à des objectifs de production ou d’ordre géopolitique.

ÉMIGRATION, IMMIGRATION, TRANSMIGRATION

10En Europe comme en Asie, l’émigration ne débouche pas toujours sur une colonisation agricole. Par contre, l’émigration touche presque toujours une population paysanne pauvre, exclue de la propriété foncière ou minée par une crise agricole ou économique. Lorsque cette main-d’œuvre agricole trouve à s’employer dans un secteur industriel en plein développement, les gouvernements ne cherchent pas à encourager l’émigration. Dans le cas contraire, la colonisation de terres lointaines permet de se débarrasser à bon compte d’un trop-plein de population.

11Lorsque l’excédent démographique provient de crises structurelles, les gouvernements ne s’engagent que très partiellement à venir en aide aux populations concernées. Par contre, lorsque leur responsabilité est engagée, comme dans le cas de personnes déplacées plus ou moins autoritairement, les projets revêtent parfois un caractère social plus marqué.

12La colonisation — moyen de peupler des espaces « vides » — est le corollaire indispensable de la colonisation — exutoire des excédents démographiques. L’émigration ne saurait s’envisager sans l’immigration. Pour certains États, attirer de nombreux immigrants représente le moyen le plus rapide et le moins onéreux d’accroître une population jugée insuffisante. Le but de l’opération peut se limiter à une simple fourniture de main-d’œuvre à des secteurs déficitaires. Suivant les cas, cette main-d’œuvre peut être saisonnière ou permanente, peu qualifiée ou très spécialisée. Ces migrations de travail n’entrent pas dans notre propos. Par contre, toute opération visant à encourager des paysans à s’installer dans des espaces « vides » relève directement de la colonisation agricole.

  • 4 Tout groupe humain, peu nombreux, peu organisé, et incapable d’utiliser pleinement l’espace qu’il (...)

13« La colonisation pionnière, c’est l’envahissement du vide par une civilisation » (Raison, 1968 : 6). Le vide peut s’expliquer par des conditions naturelles peu favorables à une utilisation agricole. Dans ce cas, la conquête pionnière suppose la mise en valeur de terres marginales suite à l’accroissement démographique d’une population. Une innovation technique peut également rendre utilisables des terres jugées marginales auparavant. Le vide est plus souvent relatif qu’absolu. Il résulte alors de la faiblesse des premiers occupants (Raison, 1968 : 7)4.

14Entre les pays à la recherche d’un exutoire pour leurs excédents de population et ceux cherchant à accroître leur population pour mieux occuper leur espace, une troisième catégorie de pays dispose à la fois d’espaces peu peuplés sur une partie de leur territoire, et d’excédents de population ailleurs. Pour eux, la colonisation agricole représente surtout le moyen de corriger un déséquilibre démographique. Cette correction n’a aucun sens si elle n’est pas motivée par une meilleure répartition de la force de travail ou une meilleure occupation géopolitique de l’espace. Les deux motivations vont d’ailleurs souvent de pair.

15Un déséquilibre démographique important entre deux régions d’un même État ne peut apparaître que si les modes de mise en valeur y sont foncièrement différents. Cette différence peut provenir du milieu naturel comme du milieu humain, et le plus souvent des deux. Elle peut paraître ténue, comme celle qui oppose la montagne aux plaines environnantes ; ou majeure, comme par exemple entre une métropole européenne et ses colonies tropicales. Elle est habituellement le fait de pays étendus, d’empires coloniaux, d’États artificiels hérités des structures coloniales ou d’États pluri-ethniques.

GRANDS PROJETS ET COLONISATION DE PRODUCTION

16Les grandes opérations de mise en valeur (assèchement de marais, réseaux d’irrigation régionale...) font souvent appel à des colons. Il ne s’agit nullement d’une coïncidence. Le coût exorbitant de ce genre d’opération ne saurait s’accommoder de l’objectif d’autosuffisance d’une agriculture « traditionnelle ». Tous les projets affichent un objectif de production bien marqué. On cherche avant tout à rentabiliser les investissements. La rentabilité de l’opération est directement liée à l’obtention de rendements élevés, eux-mêmes conséquence de la mise en œuvre de techniques « modernes », nécessitant un encadrement strict des paysans. Or, un colon, brutalement extrait de son environnement socio-technique, est beaucoup plus « malléable » qu’un paysan. Par ailleurs, la colonisation permet de gommer les différenciations économique et sociale préexistantes. L’égalitarisme de départ est de mise dans pratiquement tous les projets.

17En principe, les projets ont pour objectif de faire le bonheur des colons. Malheureusement, les colons ne savent pas toujours où se trouve leur « intérêt ». Tous les moyens sont alors mis en œuvre pour éviter qu’ils ne se laissent aller à leurs « mauvais penchants naturels » : pratiques agricoles extensives, consommations sociales excessives, reventes de terres... Dans ce type de projet, les paysans ne jouissent habituellement ni de la pleine propriété foncière ni du libre choix des cultures. Il arrive que l’encadrement décide du niveau d’intrants et des techniques à utiliser. Dans les pires des cas, le colon est assimilé à un simple ouvrier agricole.

18Il semble bien que les grands projets plus coercitifs de mise en valeur soient aussi ceux qui ont connu l’échec le plus flagrant. Depuis les années quatre-vingt, ces grandes opérations se font plus rares. Les États, cherchant à se désengager, incitent le secteur privé à les remplacer.

  • 5 Le modèle malaysien développé par Felda fait des émules en Asie du Sud-Est, mais aussi en Afrique.

19L’intérêt du secteur privé pour les opérations de colonisation agricole est relativement récent. Il ne fait d’ailleurs souvent que répondre aux sollicitations insistantes des pouvoirs publics. Plusieurs sociétés de plantation se sont laissées tenter par l’aventure5. Les projets concernent surtout des productions agricoles qu’il serait difficile de promouvoir dans le cadre de terroirs déjà établis. Il s’agit pour l’essentiel de cultures spéciales supposant une immobilisation foncière de longue durée (plantes pérennes), un matériel végétal coûteux ou des infrastructures importantes (irrigation, pistes d’accès, terrassements, unités de transformation...). Pour être rentable, une opération de ce type réclame à la fois un accès facile au foncier, une main-d’œuvre bon marché et des infrastructures de qualité. Cependant, infrastructures de qualité et main-d’œuvre abondante vont toujours de pair avec foncier onéreux. Dès lors, la nécessité de disposer de surfaces importantes, de préférence d’un seul tenant, contraint ce genre de projet à la mise en valeur de terres neuves.

  • 6 Absence toute relative ; le manque concerne surtout la « main-d’œuvre docile et bon marché ».
  • 7 Les premières plantations de Sumatra importaient la nourriture de leurs ouvriers depuis Java. Pend (...)

20L’État, soucieux de diversifier ses sources de devises et désireux de développer les régions sous-peuplées du pays, concède de vastes superficies aux sociétés de plantation. Par le biais de baux emphytéotiques, les investisseurs privés accèdent ainsi au foncier à des prix défiant toute concurrence. Inévitable revers de la médaille, la mise en valeur de terres neuves entraîne des coûts élevés pour la réalisation des infrastructures indispensables et la mise à disposition de la main-d’œuvre. L’absence de main-d’œuvre locale6 obligeait autrefois les sociétés de plantation à recruter des ouvriers dans des zones éloignées, à les transporter et à assurer leur subsistance sur place7. Aujourd’hui, en raison de l’augmentation régulière des coûts de main-d’œuvre, il devient intéressant d’associer des colons à des projets de mise en valeur financés par les grandes plantations.

21Associer des colons à un projet de plantation présente en effet de nombreux avantages pour une société de plantation. En participant à une opération d’intérêt national, la société s’attire les bonnes grâces du pouvoir. L’État lui accorde des baux emphytéotiques avantageux et se charge du recrutement, du transport et de l’installation de la main-d’œuvre. Souvent, l’État prend à sa charge la réalisation des infrastructures lourdes : routes d’accès, fourniture d’énergie, installations portuaires. En cas de besoin, l’État se charge de faire respecter par la force les clauses du contrat liant les colons à la société de plantation.

22Le colon présente de nombreux avantages sur l’ouvrier de plantation. Son statut de petit propriétaire foncier lui confère une grande stabilité. Il assure lui-même la reproduction de son exploitation et, par conséquent, de la force de travail. Le colon s’engage par contrat à vendre l’intégralité de sa production à la société de plantation et à lui rembourser le crédit consenti pour la création de la plantation. La société, elle, n’a que peu d’engagements envers le colon. Elle ne le paye que lorsqu’elle fait appel à lui. Elle s’évite ainsi les nombreux problèmes et coûts liés au maintien d’une main-d’œuvre permanente : grèves, revendications salariales, charges sociales.

23Bien que plus récents, les exemples de colonisation de production ne manquent pas. Dans le meilleur des cas, l’État met en place une association équitable bénéficiant autant aux colons qu’aux sociétés de plantation. Dans les pires, l’État recrée au sein de terres neuves les conditions nécessaires à l’émergence et au maintien d’une main-d’œuvre abondante et bon marché. Le colon se retrouve alors dans une situation de dépendance totale vis-à-vis de la société de plantation.

24Les motivations pouvant inciter un État à organiser une opération de colonisation sont nombreuses. À l’instar de la transmigration, il n’est pas toujours aisé de faire la part des motivations d’ordre social, de celles à objectif plus économique. Une troisième dimension plus géopolitique complique immanquablement l’analyse.

L’OCCUPATION GÉOPOLITIQUE DE L’ESPACE

  • 8 Ainsi, en favorisant l’implantation clans l'île de Mindanao d’un grand nombre de colons originaire (...)

25L’évolution divergente de provinces d’un même pays peut générer des velléités séparatistes. Tous les pays, à un moment ou un autre de leur histoire, ont eu à gérer ce genre de crise. Là encore, la colonisation agricole eut souvent un rôle important à jouer. Bien qu’il ne suffise pas à régler le problème, le brassage de la population gêne considérablement les tentatives séparatistes. Chaque colonie devient un point d’appui pour l’armée nationale. Dans l’incapacité de créer un front net, les forces séparatistes restent cantonnées dans la clandestinité8.

  • 9 Aux frontières de neuf pays d’Amérique latine (Brésil, Bolivie, Pérou, Equateur, Colombie, Venezue (...)

26Un dernier cas de figure concerne les espaces très peu peuplés. Leur appropriation est particulièrement fragile lorsqu’ils sont situés en zone frontière. Difficile en effet, pour un État, de revendiquer un espace qu’il n’occupe pas physiquement. Dès lors, la colonisation agricole des marches sous-peuplées devient un enjeu de défense nationale9.

27Pour préserver l’intégrité d’un empire, lui conserver ses conquêtes ou prévenir les sécessions, la colonisation agricole peut favoriser l’intégration et (ou) l’homogénéisation de ses populations. Lorsque le groupe humain conquérant domine nettement par le nombre, le degré d’organisation et le niveau de développement, l’assimilation pure et simple — ou l’extermination, en cas de résistance — des peuples vaincus est généralement la règle. Dans ce cas, la colonisation agricole se confond avec la conquête.

28Lorsque la supériorité du conquérant est moins nette, la colonisation agricole a pour objectif l’intégration plutôt que l’assimilation. L’intégration sera d’autant plus aisée que les peuples concernés sont proches par la culture, la religion, la race. Le brassage ethnique se veut alors ferment d’unité nationale, préalable indispensable à la construction d’une nation nouvelle à partir de groupes humains disparates.

29Lorsque les groupes humains sont trop disparates et que les barrières raciales, religieuses et culturelles s’avèrent infranchissables — du moins dans un premier temps —, la colonisation agricole se contente souvent d’assurer l’homogénéisation de l’espace. À l’image de deux liquides non miscibles, l’homogénéisation conduit à l’obtention d’un mélange stable en apparence uniquement. Dans un premier temps, un semis de colonies peut suffire à contrer des velléités sécessionnistes. À plus long terme, la mise en place d’une politique nationale d’intégration s’avère indispensable pour éviter que les communautés ne se séparent de nouveau. Dans le cas contraire, la juxtaposition de communautés hostiles peut conduire à la désintégration de l’État plutôt qu’à sa consolidation.

LA TRANSMIGRATION, EXCEPTION OU ARCHÉTYPE ?

30Pour J.-P. Raison, la transmigration en Indonésie apparaît comme un cas particulier de colonie de peuplement. Il s’agirait « d’installer aux moindres frais le maximum de gens sur le minimum d’espace, en les réduisant par manque de terres, de capacité technique, de débouchés à une économie proche de l’autosubsistance » (Raison, 1968 : 53). Cette formule s’apparente davantage à un constat qu’à un objectif. Si le constat n’est malheureusement pas toujours éloigné de la réalité, on ne saurait cependant réduire les objectifs de la transmigration à une formule aussi lapidaire.

31La transmigration, c’est d’abord la recherche d’un exutoire pour l’excédent de population des îles intérieures. C’est aussi, occasionnellement, un moyen pratique d’indemniser les victimes de catastrophes naturelles et d’expropriations ; plus rarement de se débarrasser d’indésirables (projets Depsos). La transmigration, c’est bien évidemment le moyen de parvenir à une meilleure répartition de la force de travail, en permettant à ceux qui manquent de terres d’accéder au foncier. C’est le moyen de mettre en valeur les îles extérieures, en introduisant des pratiques agricoles intensives, plus productives et moins consommatrices d’espace. En homogénéisant l’espace et en facilitant l’intégration des minorités, la transmigration contribue à la construction nationale. En prévenant les velléités séparatistes et en peuplant les zones frontières, enfin, la transmigration participe à la défense du territoire national.

32Les similitudes entre projets de colonisation agricole sont bien plus nombreuses que les différences et ce, à tous les niveaux du processus. La colonisation agricole d’un territoire n’est jamais le fait du hasard ou d’un groupe d’aventuriers isolés. C’est toujours une action volontaire et consciente visant à modifier la répartition d’une population sur un espace. La colonisation agricole est l’expression de la volonté clairement établie d’un État d’aménager son territoire national. L’intervention de l’État peut revêtir de nombreuses formes, allant de l’incitation (propagande, exemptions temporaires de taxes) à la déportation pure et simple. Mais quel que soit le niveau d’intervention, la colonisation agricole est surtout le fait d’États forts, bénéficiant d’une organisation structurée et centralisée.

33Sauf rares exceptions, toutes les opérations s’adressent à des colons issus du milieu rural. Qu’ils soient journaliers agricoles, ouvriers, artisans ou encore vétérans de l’armée, les colons sont des ruraux, mais rarement des agriculteurs. La majorité des colons se compose de paysans sans terre. Diverses raisons peuvent conduire à l’exclusion de la propriété d’une partie du paysannat. L’accroissement démographique apparaît comme la principale cause de la congestion de vieux terroirs. La division excessive des propriétés oblige de nombreux paysans à renoncer à l’activité agricole. Mais une répartition inégalitaire de l’héritage ou un mouvement de concentration foncière peuvent aboutir au même résultat. Dès lors, la colonisation agricole de régions éloignées représente une alternative à l’exode rural ou à la réforme agraire. C’est même une alternative privilégiée, puisqu’elle permet de faire l’économie de douloureuses modifications structurelles.

34La représentation, par les autorités, des zones à coloniser présente également de grandes similitudes d’une opération à l’autre. Les régions à coloniser sont toujours insuffisamment ou peu peuplées, voire vides. La négation des droits des autochtones sur l’espace à coloniser fait l’unanimité des colonisateurs. La mise en valeur de cet espace par les autochtones est considérée comme inexistante, insuffisante, inadéquate, voire néfaste. Le colon dispose toujours de techniques culturales supérieures. Sa supériorité technique n’est d’ailleurs que l’un des aspects d’une supériorité d’ordre culturel. Finit d’une culture supérieure, le colon se voit investi d’une véritable mission civilisatrice.

35L’égalitarisme de départ fait également partie des constantes. Au mythe de la terre neuve répond le mythe de l’homme nouveau. Pour effacer l’inégalité (exclusion de la propriété foncière) ayant engendré le processus de colonisation, les pouvoirs publics cherchent à mettre en place des structures rigoureusement égalitaires. D’une façon générale, « les projets de colonisation représentent une construction utopique avec toutes ses caractéristiques (obsession de l’ordre, de l’organisation, du géométrique) qui aboutit en définitive à l’élaboration d’une structure vide de sens et dans laquelle les mécanismes régulateurs, qui pourraient éventuelle ment corriger les tendances évolutives dues aux dynamiques sociales réelles, ont été négligés » (Léna, 1986 : 332). La vision globale et généralisante que les pouvoirs publics ont du paysan perpétue le mythe égalitaire. En niant l’existence de toute stratégie d’ordre individuel, les projets de colonisation pratiquent un nivellement par le bas, fortement préjudiciable à leur succès.

36Le succès d’un projet, justement, est toujours particulièrement difficile à évaluer. Les projets n’affichant pas toujours clairement leurs objectifs, leur comparaison s’avère encore plus délicate. Il va de soi que des souhaits vaguement exprimés auront plus de chances d’être réalisés que des objectifs clairs et ambitieux. Il semblerait toutefois que, d’une manière générale, les planificateurs aient tendance à surestimer les retombées économiques à court terme et à sous-estimer le potentiel à long terme des projets de colonisation (Scudder, 1981 : 357). Tous les projets connaissent une période de stagnation plus ou moins longue avant de « décoller » économiquement. Particulièrement difficile, cette période se traduit par la désertion des colons les plus fragiles.

37Pour les « experts » en colonisation, la réduction de ce temps de latence, et donc du nombre d’échecs individuels, passe par trois types d’améliorations : le choix du site, les infrastructures et l’encadrement. Trop souvent, les sites retenus ne correspondent que très médiocrement aux exigences des systèmes de culture pratiqués par les colons. Trop souvent, les infrastructures indispensables (routes, irrigation, drainage) font défaut. Trop souvent, le personnel d’encadrement se révèle incapable de venir en aide aux colons en difficulté, que ce soit sur le plan administratif, technique ou économique.

38Malheureusement, toute solution supposant plus d’études préalables, plus d’infrastructures et plus d’encadrement, se traduit immanquablement par plus de coûts. Dans le cadre de la colonisation agricole, ces coûts deviennent rapidement prohibitifs et conduisent tôt ou tard à l’abandon des opérations. Toutes les grandes opérations de colonisation connaissent ainsi des phases d’euphorie pendant lesquelles s’échafaudent les plans les plus ambitieux, et des phases de doute où l’on envisage de mettre un terme définitif au programme. Quelques années plus tard, aucun problème n’ayant été réglé dans l’intervalle, la solution « colonisation » resurgit opportunément.

39La transmigration ne se distingue donc pas fondamentalement des autres opérations de colonisation agricole lancées dans le monde. Bien au contraire, elle apparaît exemplaire à plus d’un titre : par la durée de l’opération, par l’ampleur des transferts de population et par le nombre de projets mis en œuvre. Si, à ses débuts du moins, la transmigration a choisi « d’installer aux moindres frais le maximum de gens sur le minimum d’espace » ce n’était pas dans le but « de les réduire par manque de terres, de capacité technique, de débouchés à une économie proche de l’autosubsistance ». En fait, la transmigration s’est contentée de reproduire hors de Java, le seul modèle envisageable pour un Javanais : le sien.

Notes

1 Ainsi, J.-P. Chauveau récuse la distinction habituelle entre migrations spontanées et dirigées. Selon lui, « les migrations spontanées sont en fait des migrations déterminées, mais reprises en compte par les migrants eux-mêmes, dans les limites des contraintes qui leur sont imposées » (ChauveauinScudder, 1983 : 118).

2 La volonté de se soustraire à diverses exactions, d’échapper aux persécutions ethniques ou religieuses, de se libérer de contraintes familiales et sociales pesantes, ou plus simplement la recherche d’un climat plus clément, ont été et restent à l’origine de vastes mouvements de population.

3 Pour certains, la phase de colonisation est même à l’origine d’un véritable mythe fondateur (Turner, 1953).

4 Tout groupe humain, peu nombreux, peu organisé, et incapable d’utiliser pleinement l’espace qu’il contrôle... se verra contester ses droits par des groupes plus nombreux, mieux organisés, et utilisant l’espace de manière plus intensive.

5 Le modèle malaysien développé par Felda fait des émules en Asie du Sud-Est, mais aussi en Afrique.

6 Absence toute relative ; le manque concerne surtout la « main-d’œuvre docile et bon marché ».

7 Les premières plantations de Sumatra importaient la nourriture de leurs ouvriers depuis Java. Pendant un temps, le recours à l’esclavage et aux travaux forcés permirent de réduire les coûts. Leur abolition se traduisit par la faillite de nombreuses entreprises. Les plus menacées étaient celles exigeant de grandes quantités de main-d’œuvre pendant une période seulement de l’année (canne à sucre, café, coton). Les sociétés de plantation ne disposant pas d’un important réservoir de main-d’œuvre à proximité disparurent. De nombreuses productions, comme le café et le coton, n’intéressant plus le secteur des grandes plantations, furent reprises par les petits producteurs. Les cultures nécessitant un degré d’organisation élevé et ne présentant pas de pics de main-d’œuvre marqués (hévéa, palmier à huile, bananes, ananas) restèrent aux mains des grandes plantations.

8 Ainsi, en favorisant l’implantation clans l'île de Mindanao d’un grand nombre de colons originaires des îles Visaya à partir de 1935, le Gouvernement philippin avait pour principal objectif de défendre l’intégrité du territoire national. Cette dernière se trouvait menacée par les visées séparatistes de groupes en majorité musulmans, soutenus à l’occasion par de grandes compagnies américaines mais aussi japonaises. Dans ces conditions, la priorité accordée aux colons chrétiens disposant d’une formation militaire ne saurait surprendre (Pelzer, 1945 : 138). L’objectif poursuivi a été atteint puisque Mindanao fait toujours partie de la République philippine. Le problème, par contre, n’a pas été résolu puisque les mouvements séparatistes musulmans restent actifs à Mindanao.

9 Aux frontières de neuf pays d’Amérique latine (Brésil, Bolivie, Pérou, Equateur, Colombie, Venezuela, Guyana, Surinam et Guyane), l’immense massif forestier amazonien est l’objet de multiples convoitises. Rares sont les pays qui ne comptent pas sur la colonisation agricole pour s’assurer la propriété de ce qu’ils estiment être leur part du gâteau amazonien.

© IRD Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search