Version classiqueVersion mobile

La terre d’en face

 | 
Patrice Levang

Troisième partie. La transmigration est-elle la solution ?

La transmigration est-elle la solution ?

Texte intégral

« Nations which do have explicit policies regarding internal migration have generally tried either to discourage the growth of their largest cities or to encourage settlement of scarcely populated regions with important natural resources. »
David M. Heer

  • 1 Du moins jusqu’en 1983, date de démarrage des projets PIR.

1Les perceptions — des effets du déséquilibre démographique, de la société paysanne javanaise, des milieux physique et humain des îles extérieures — et les représentations — vision agraire du développement — propres aux pouvoirs publics se sont conjuguées pour donner naissance à la transmigration. L’ampleur de la tâche est telle, qu’on s’imagine mal comment le programme pourrait en venir à bout. La démesure transparaît dans le nombre de familles déplacées, dans le nombre de sites concernés, dans le nombre d’hectares défrichés et plus encore dans le nombre d’objectifs poursuivis. Le programme veut soulager la pression démographique à Java, promouvoir une agriculture vivrière intensive dans les îles extérieures, apporter la civilisation aux populations primitives, venir en aide aux victimes de catastrophes naturelles, participer à la défense nationale. Pour atteindre cette multitude d’objectifs, l’État dispose d’une solution « miracle » : la colonisation agricole. Plus exactement, d’un modèle très particulier et peu diversifié de colonisation agricole : les projets en culture vivrière intensive1. La transmigration représenterait-elle un cas particulier de colonisation agricole ?

2Pratiquement tous les pays, à un moment ou à un autre de leur histoire, ont connu d’importants mouvements de population plus ou moins spontanés. Parmi ceux-ci, bien que moins nombreux, les exemples de colonisation agricole dirigée ne manquent pas. Certaines caractéristiques semblent communes à toutes les colonisations agricoles. Les similitudes de la transmigration avec la colonisation romaine, avec le système des hôtes du Moyen Âge, ou avec la Transamazonienne sont saisissantes. D’un autre côté, certains choix distinguent plus particulièrement la transmigration d’autres grandes opérations de colonisation. Resituer celle-là dans le cadre plus vaste de celles-ci devrait permettre de mieux en appréhender les particularités.

3Ces particularités ne sont pas le fruit du hasard. Que l’État colonial, d’abord, et l’Indonésie indépendante, ensuite, aient privilégié les mêmes choix ne relève pas de la coïncidence. Loin de vouloir plaquer dans ses colonies un modèle issu d’une culture étrangère, le colonisateur néerlandais s’est contenté d’adapter le plus performant des modèles locaux de développement : celui à l’origine de l’expansion des royaumes agraires javanais. Un petit détour dans l’histoire permettra de mieux apprécier dans quelle mesure, en matière de transmigration, les choix du présent sont prédéterminés par ceux du passé.

Notes

1 Du moins jusqu’en 1983, date de démarrage des projets PIR.

© IRD Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search