Version classiqueVersion mobile

La terre d’en face

 | 
Patrice Levang

Deuxième partie. Quatre grands types de projets

Conclusion : pas de transmigration sans infrastructures

Texte intégral

« Si vous fermez la porte aux erreurs, la vérité restera dehors. »
Rabindranath Tagore

1Les enseignements de la phase expérimentale de la Kolonisatie étaient clairs : le succès d’une colonie dépend avant tout de la qualité des infrastructures. Vouloir lésiner sur ce plan lors de la création d’un centre engage ses concepteurs à assumer des charges ultérieures bien plus lourdes. Sauf rares exceptions, comme à Sulawesi-Nord et Sulawesi-Centre, la fertilité chimique des sols des îles extérieures s’avère très médiocre. Cette caractéristique n’est pas rédhibitoire. Sur le plan agronomique, la mise en valeur des terres marginales de Sumatra et de Kalimantan par des cultures vivrières pluviales n’est pas impossible. Les solutions techniques existent. Leur mise en œuvre ne saurait cependant être assurée par des migrants sans expérience agricole ni capitaux. Totomulyo en donne une preuve éclatante. Sur le plan économique, par contre, la viabilité des systèmes de culture retenus dépend du maintien d’un rapport favorable entre le prix des intrants et le prix d’une production entièrement vendue, comme le soja. Or, l’évolution récente de ce rapport (arrêt des subventions aux intrants et réduction des prix agricoles) va plutôt dans le sens inverse, et devrait encore s’aggraver dans un avenir proche.

2En l’absence de projets de réhabilitation, de nombreuses colonies courent à l’échec, ou stagnent pendant de nombreuses années. La réhabilitation peut revêtir plusieurs formes. La plus efficace consiste à intégrer le centre dans un réseau régional d’irrigation. Le rôle de l’irrigation ne se borne pas à assurer l’alimentation hydrique des plantes. L’inondation des rizières permet également de recourir à des variétés performantes, de contrôler le développement de nombreuses adventices et pestes, et d’améliorer l’efficacité de la fertilisation. Par-dessus tout, la riziculture inondée procure aux paysans la sécurité indispensable à tout investissement dans l’amélioration de la production agricole. Mais créer une infrastructure d’irrigation ne suffit pas en tant que telle. En effet, la pérennité des installations suppose de réaliser des ouvrages de bonne qualité et d’en assurer l’entretien. Dans le cas de réseaux d’irrigation classiques, l’entretien est relativement bien maîtrisé, par les Travaux publics au niveau des prises d’eau et des canaux primaires, par l’entraide villageoise au niveau des canaux secondaires, et par les bénéficiaires directs plus en aval.

3Il n’en va malheureusement pas de même dans les projets pasang surut où la subsidence irrégulière de la tourbe provoque de multiples ruptures des canaux, toujours très coûteuses à réparer. Qui plus est, la plupart des sols des marécages côtiers sont très délicats à mettre en valeur. Leur évolution n’autorise guère la monoculture de riz sur une période excédant quelques années. L’implantation progressive de cultures pérennes comme le cocotier et le palmier à huile permettrait de réhabiliter la plupart des projets pasang surut en difficulté. Cette transformation entraînerait un coût élevé et nécessiterait de toute façon la remise en état du réseau d’irrigation-drainage.

4Le recours aux cultures pérennes permettrait également de réhabiliter un grand nombre de projets en cultures vivrières pluviales. D’ailleurs depuis 1983, les projets PIR ont entièrement remplacé ces derniers. Le changement ne se borne cependant pas au remplacement d’une culture par une autre. En associant les sociétés de plantations à la Transmigration, les pouvoirs publics engagent le secteur privé à financer la réalisation des infrastructures indispensables au niveau des centres. En contrepartie, les sociétés de plantations bénéficient de baux emphytéotiques attrayants, du monopole de la commercialisation du produit et de l’assurance de disposer d’une importante main-d’œuvre « captive ». Les critiques, d’ordre social, émises à l’encontre de ce modèle ne préjugent en rien de son efficacité économique (du moins à court terme) ni de son intérêt (pour les actionnaires des sociétés).

  • 1 Par infrastructures, nous entendons réseau d’irrigation et de drainage, voies de communication, ma (...)

5Quel que soit le modèle retenu, la même conclusion s’impose : il ne saurait y avoir de transmigration réussie sans la mise à disposition d’infrastructures de qualité1. Mais qu’en est-il de la proposition inverse ? L’utilisation des infrastructures réalisées implique-t-elle inévitablement de recourir à la transmigration ? Les exemples ne manquent pas pour répondre à cette question par la négative. Dans le cas de réseaux irrigués, il est absolument inutile de recruter, de transporter et d’installer à grands frais des transmigrants. Non seulement, les candidats affluent spontanément et en foule, mais encore, nombre d’entre eux se déclarent prêts à acheter les lots en question. Dans ces conditions, la forte motivation des colons ne fait guère de doute et il y a fort à parier que les taux d’abandons seront insignifiants. Parmi les candidats, les autochtones ne sont pas absents, même si les migrants spontanés javanais restent majoritaires. Dans le cas de projets en plantations d’hévéas, que ce soit à Sumatra ou à Kalimantan, les candidats à l’acquisition ne manquent pas non plus. Le recrutement pourrait exclusivement s’adresser à de jeunes ménages autochtones ou à des migrants javanais installés dans la région de longue date. L’apprentissage des techniques hévéicoles en serait grandement facilité.

6Dès lors, l’intervention de l’État pourrait se limiter à la mise à disposition des infrastructures essentielles. Mais cette intervention est-elle seulement indispensable ? Les autochtones de Sumatra, de Kalimantan et d’ailleurs n’ont pas attendu les PTP pour installer de vastes plantations d’hévéas. Les Bugis et les Banjar n’ont pas attendu les ingénieurs des Travaux publics pour transformer les marécages côtiers en rizières et en cocoteraies. Dans l’absolu, déjà, les résultats de ceux-ci ne sont pas à la hauteur des réalisations de ceux-là. Quant à comparer les coûts..., il ne fait aucun doute que les pouvoirs publics auraient tout intérêt à subventionner les pionniers bugis.

7Une deuxième conclusion ressort de l’étude des centres de transmigration. Elle conduit à s’interroger sur la rationalité des aménageurs qui ont régulièrement surestimé leurs capacités à surmonter les contraintes du milieu naturel. Les implantations de centres de transmigration dans des zones de tourbes épaisses, de sables blancs lessivés, de sols chimiquement pauvres en sont la preuve. Les canaux interrompus dans les projets pasang surut également. Les mêmes aménageurs se sont régulièrement trompés sur la rentabilité économique de leurs travaux, en minimisant les coûts prévisionnels et en exagérant les résultats attendus. Placés devant l’évidence de leurs échecs, ils ont persévéré dans l’erreur pendant de nombreuses années, sans jamais admettre leur responsabilité, en rejetant toujours la faute sur l’incompétence des transmigrants. Leur incompréhension des logiques paysannes les a poussés à mettre au point des encadrements coercitifs qui ont plus souvent bloqué les initiatives paysannes que promu l’adoption de techniques soi-disant modernes.

  • 2 En Afrique, le comportement « irrationnel » des experts est parfois attribué aux habitudes mentale (...)

8Ces constatations ne sont pas propres aux projets de transmigration. Ailleurs également, « les aménageurs reproduisent avec constance le même modèle de transformation agricole », sans jamais le remettre en cause, « tant leur logique est si profondément insérée dans un système d’organisation du pouvoir et de l’économie par le haut » (Sautter, 1978 : 242)2. La victime expiatoire est toute trouvée : la culture du développeur n’est autre que le fruit de la culture occidentale du développement. La spécificité culturelle de la civilisation occidentale contemporaine la conduirait à se poser comme une « méta-culture à vocation universelle au nom de l’universalité au moins virtuelle de ses valeurs » (Chauveau, 1992 : 429-430).

9Pour battre sa coulpe, le colonisateur peut compter sur ses enfants. Que des modèles mis au point en Europe se révèlent peu adaptés aux réalités africaines, soit. Mais qu’en est-il en matière de transmigration ? Les transmigrants d’aujourd’hui seraient-ils encore les victimes d’un modèle de colonisation agricole mis au point par les Néerlandais il y a près d’un siècle et ce, après cinquante années d’indépendance ? Les Indonésiens, pourtant prompts à charger le colonisateur de tous les maux, ne lui font jamais ce reproche. Pourquoi donc les aménageurs indonésiens reproduiraient-ils avec une égale constance un modèle inadapté, imposé par un colonisateur honni ? Ce modèle n’était guère adapté aux conditions des milieux physique et humain des îles extérieures. Pourtant, il semble parfaitement convenir aux souhaits des aménageurs issus du pouvoir central. Cette constatation amène à poser une question plus fondamentale : la civilisation occidentale contemporaine serait-elle la seule à se poser en « méta-culture » à vocation universelle, au nom de l’universalité au moins virtuelle de ses valeurs ?

Notes

1 Par infrastructures, nous entendons réseau d’irrigation et de drainage, voies de communication, mais aussi plantations industrielles avec usine de traitement du produit.

2 En Afrique, le comportement « irrationnel » des experts est parfois attribué aux habitudes mentales et aux automatismes intellectuels, plus généralement à « la référence inconsciente à des schémas produits sur d’autres continents par une autre histoire » (Sautter, 1978 : 243).

© IRD Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search