Version classiqueVersion mobile

La terre d’en face

 | 
Patrice Levang

Deuxième partie. Quatre grands types de projets

7. Les projets en cultures pérennes

Texte intégral

« (Grâce au caoutchouc) Jambi était riche. Les coolies se rendaient au travail juchés sur des Ford cahotantes, se croisant parfois avec le délégué de l’administration en bicyclette. Les notables achetaient des voitures de toutes marques avant qu’on eût songé à construire des routes pour les faire rouler. Les florins-or s’entassaient dans les cases plus encore que dans les banques. »
Georges Le Fèvre (L’épopée du caoutchouc, 1927)

1La fin du système de cultures forcées (cultuurstelsel) dans les Indes néerlandaises a coïncidé avec la promulgation de la loi agraire de 1870. En interdisant aux « étrangers » européens ou asiatiques l’accès à la propriété foncière, cette loi eut pour objectif d’éviter que les indigènes soient spoliés de leurs droits fonciers. Toutefois, la même loi autorisait les compagnies privées à négocier des baux emphytéotiques avec les autorités coutumières. Cette disposition visait essentiellement à favoriser le développement des cultures d’exportation à Sumatra. Aux Pays-Bas, le libéralisme triomphait. Les fonctionnaires tatillons des colonies, trop jaloux de leurs prérogatives, reçurent de nouvelles instructions. Désormais, ils durent favoriser les investissements du secteur privé.

2Ce dernier ne se fit pas prier. De nombreuses compagnies, néerlandaises bien sûr, mais aussi britanniques et américaines investirent des capitaux importants dans la création de plantations de tabac, de caféiers, de théiers, de palmiers à huile et surtout d’hévéas (Thee Kian-wie, 1989 : 151). La pénurie chronique de main-d’œuvre bon marché à Sumatra obligea les planteurs à importer des coolies, chinois dans un premier temps, puis javanais (Lulofs, 1988 a et b). Le démarrage du programme de Kolonisatie en 1905 suscita une vive opposition du lobby des planteurs. Déjà confronté à des difficultés de recrutement, ce dernier craignait de perdre ainsi les rares candidats à la migration. Heijting parvint cependant à vaincre la résistance des planteurs. Selon lui, la production de vivriers par les colons éviterait aux planteurs d’importer à grands frais la nourriture de leurs ouvriers.

3Dans ces conditions, il était bien sûr hors de question de développer des cultures pérennes dans le cadre de la Kolonisatie. Les premiers projets, dévolus aux cultures vivrières, convenaient d’ailleurs parfaitement aux colons javanais. D’une part, ces derniers n’étaient guère familiarisés avec les cultures d’exportation, d’autre part, les exactions de la période du cultuurstelsel restaient gravées dans la mémoire collective.

4Les projets de la deuxième phase de la Kolonisatie dans les années trente restèrent résolument consacrés aux cultures vivrières. À Java, le déficit de la production de riz s’accentuait d’année en année.

  • 1 Pratiquement nulle en 1910, la production de caoutchouc indigène dépassa celle des plantations ind (...)

5Toute l’île étant désormais mise en valeur, l’extension des surfaces cultivées n’y était plus possible. À Sumatra, le développement rapide des plantations autochtones d’hévéa surprit les grandes sociétés privées1. La grande dépression frappa durement le secteur des cultures d’exportations. L’effondrement des cours provoqua la faillite de nombreuses sociétés et les plantations industrielles débauchèrent massivement.

  • 2 En effet, jusqu’en 1965, les ouvriers des plantations formèrent le fer de lance du Parti communist (...)

6La longue période de crise correspondant à la Seconde Guerre mondiale, aux luttes pour l’Indépendance et à la mise en place de la jeune république se traduisit par une aggravation du déficit vivrier. Le secteur des cultures d’exportation connut une profonde désorganisation jusqu’à l’avènement de l'« ordre nouveau ». Le climat d’insécurité propre à cette période incita les compagnies étrangères à décapitaliser. Ultérieurement, la nationalisation sans indemnisation des plantations industrielles entraîna le départ du personnel d’encadrement étranger. Dès lors, le dynamisme du secteur se reconnut davantage dans l’action politique que dans la production2. Ensuite, la détermination quasi obsessionnelle des gouvernements successifs du « nouvel ordre indonésien » à rétablir l’autosuffisance en riz du pays les poussa à négliger le secteur des cultures d’exportation.

7Ainsi, de 1905 jusque dans les années soixante-dix, les projets de transmigration restèrent exclusivement destinés à la production vivrière. Pour les autorités, proposer des cultures pérennes à des colons javanais relevait de la gageure. Préférence réelle ou supposée des migrants ? Secteur réservé au colonisateur néerlandais ou au capitalisme d’État ? Toujours est-il que, contrairement aux apparences, transmigration ne rimait pas avec plantation.

  • 3 Perkebunan Inti Rakyat en indonésien ou encore Nucleus Estate and Smallbolders System en anglais.

8La réussite économique du voisin malaysien donnait pourtant à réfléchir. Le système Felda, équivalent malaysien de la transmigration, connaissait une réussite exceptionnelle en privilégiant le développement de deux cultures d’exportation : l’hévéa et le palmier à huile. L’année 1976 marqua un tournant décisif dans l’histoire de la transmigration. Pour la première fois, l’on proposa à des transmigrants d’intégrer des cultures pérennes à leur système de culture. Après une courte période d’adaptation, un nouveau modèle allait s’imposer : le PIR3.

LE SYSTÈME FELDA EN MALAYSIA

  • 4 Sukarno aurait d’ailleurs volontiers intégré la Malaysia dans l’ensemble des îles extérieures de l (...)

9Culturellement et géographiquement, Sumatra est plus proche de la Malaisie péninsulaire que de Java. De même, Kalimantan présente plus de points communs avec Sabah et Sarawak qu’avec Java4. Malaysia et Indonésie se distinguent surtout par l’origine de leur colonisateur, britannique pour le premier, néerlandais pour le second.

10Les deux pays ont suivi des voies divergentes. La Malaysia n’accèda à l’Indépendance qu’en 1957. Un transfert de souveraineté en douceur évita au pays de connaître une longue période de désorganisation et de troubles. L’économie nationale, héritage colonial oblige, reposait sur quatre produits d'exportation : l’étain, le caoutchouc, l’huile de palme et le bois. Une population peu nombreuse, des ressources naturelles importantes et une grande disponibilité en terre favorisaient le développement d’une agriculture basée sur des cultures pérennes d’exportation.

11Jusque-là, les populations autochtones malaises n’avaient guère profité du développement du secteur des plantations. Comme à Sumatra, de petites plantations villageoises peu productives côtoyaient de grandes plantations industrielles privées. Pour ses plantations, mais aussi pour l’extraction minière, l’armée, l’Administration, le colonisateur avait largement fait appel à la main-d’œuvre importée, d’origine chinoise et indienne. À l’heure de l’Indépendance, Chinois et Indiens dominaient l’économie nationale. Les autochtones malais, tout juste majoritaires, faisaient figure de parents pauvres. Redevenus maîtres chez eux, les Malais décidèrent d’inverser la tendance et de favoriser le développement économique des autochtones. Institué en 1956, Felda (Federal Land Development Authority) allait devenir l’un des instruments de cette politique.

12À l’instar de la transmigration, ambitions démographiques mises à part, les objectifs de Felda sont à la fois politiques, sociaux et économiques. Son principal mot d’ordre s’intitule : « moderniser la vie rurale ». Pour y parvenir, Felda va progressivement mettre sur pied un modèle de colonisation agricole d’une remarquable efficacité (Alladin, 1981 : 5). Sur le plan institutionnel, Felda est une agence placée sous la tutelle du ministère du Développement régional. Son financement provient du Gouvernement fédéral mais aussi de ressources propres. Véritable programme intégré de développement rural, l’Agence se charge de l’ensemble des opérations : études de reconnaissance, préparation des sites, plantation, crédit, transformation, transport, commercialisation, vulgarisation agricole et développement communautaire.

  • 5 Un acre équivaut à 0,4046 ha.

13Un projet type regroupe environ 400 familles sur une surface de 5 000 acres. Chaque famille reçoit 10 acres de plantation (hévéa ou palmier à huile) et un quart d’acre de jardin5. Chaque projet dispose des infrastructures indispensables : routes, adduction d’eau, parfois l’électricité, écoles, dispensaire, mosquée, magasins, transport et communications. Bien qu’il dispose d’un petit jardin, le colon ne produit pas sa nourriture. Les épiceries coopératives, contrôlées par l’Agence, lui accordent jusqu’à un mois de crédit gratuit. Tous les mois, la somme due est décomptée du produit de la vente de latex ou des régimes de palmiers. Comme l’arrivée des colons est concomitante avec l’entrée en production des plantations, le projet fait l’économie d’une aide alimentaire de transition.

  • 6 Ainsi, l’Agence s’assure du respect des doses d’engrais ou de produits phytosanitaires. Certains t (...)

14Sur le plan technique, Felda propose un package-deal (paquet technique) prenant en compte les progrès les plus récents de la recherche. Le colon bénéficie ainsi d’un matériel végétal de bonne qualité et surtout d’une gestion digne des plantations industrielles. Toute opération qui pourrait ne pas être réalisée dans les règles de l’ait par les paysans, est effectuée par les soins de l’Agence... et facturée aux paysans6.

  • 7 Chaque bloc compte 19 à 26 exploitants (Massard, 1987 : 64).

15L’organisation du travail donne une idée du degré d’efficacité atteint par le système Felda. Chaque colon est individuellement responsable de l’exploitation de sa plantation. Par contre, la redistribution des profits par l’Agence s’effectue sur une base collective : le bloc7. Ce système facilite l’entraide en cas de maladie ou d’empêchement grave d’un des membres du bloc. Il oblige surtout les exploitants à assurer eux-mêmes la police au sein du bloc, toute négligence individuelle se traduisant par une pénalisation collective. L’Agence se contente de proposer aux planteurs un barème d’amendes pour travaux non effectués dans les règles. Libre à eux de l’appliquer ou non.

16Le coût d’installation d’une famille par Felda s’élève à 150 000 FF en 1984 (Massard, 1987 : 65), soit six fois celui d’une famille de transmigrants. Qui plus est, le colon s’engage auprès de l’Agence à rembourser intégralement les crédits consentis. Chaque mois, le revenu de la plantation reversé au colon est amputé des mensualités de remboursement du coût d’installation, des charges variables (engrais, pesticides) et des avances consenties par l’épicerie coopérative. Outre les frais de gestion, les mensualités comprennent un provisionnement pour le renouvellement de la plantation au terme de sa période productive.

  • 8 À Bukit Kuantan, par exemple, les colons rejoignent leur plantation en motocyclette ; 14 % d’entre (...)

17Le souci d’efficacité du système Felda se traduit pour le paysan par un caractère particulièrement coercitif. Les colons s’en plaignent, tout en reconnaissant le bien-fondé du système. Les abandons restent extrêmement rares, les listes de candidatures s’allongent et la réussite est indéniable. La simple observation des conditions de vie des colons Felda suffit à s’en faire une idée8.

18La Banque mondiale participe également au financement de Felda. Ses experts n’ont de cesse de convaincre les autorités indonésiennes de suivre le modèle Felda, ou du moins de s’en inspirer. En 1976, la Banque mondiale lance le premier projet de transmigration intégrant cultures vivrières et cultures pérennes d’exportation. Le centre de Batumarta est conçu comme un projet-pilote, un test grandeur nature chargé de vaincre les dernières réticences des autorités indonésiennes.

BATUMARTA, PROJET-PILOTE

19Jusque-là, la double affirmation : « le Javanais est un riziculteur » et « le latex ne se mange pas » résumait parfaitement les réticences des autorités vis-à-vis des cultures de plantations. En effet, contrairement aux Malais, les Javanais ignorent la plupart des techniques liées aux cultures de plantation. La majorité d’entre eux n’a même jamais eu l’occasion de voir un hévéa ou un palmier à huile. Plus accoutumés aux cultures vivrières, les colons javanais privilégient avant tout leur autosuffisance alimentaire. Rien d’étonnant à ce que leurs dirigeants aient des préoccupations identiques à l’échelle nationale. Que la vente de latex permette d’acheter du riz ne change rien au problème. Grâce à ses revenus pétroliers, l’Indonésie est en mesure d’importer le riz lui faisant défaut.

Adapter avant d’adopter

20Le système Felda semble profondément inadapté aux conditions indonésiennes. Plutôt que de l’adopter tel quel, la transmigration cherche à l’adapter à ses propres exigences. Il est hors de question de remplacer le riz pluvial par de l’hévéa. En revanche, adjoindre une petite parcelle d’hévéas aux vivriers assurerait le revenu monétaire indispensable aux transmigrants. Ces derniers ne seraient plus obligés de quitter les centres, à la recherche d’emplois journaliers au détriment des cultures vivrières.

21Le modèle proposé aux migrants de Batumarta correspond à cette vision idéalisée de l’agriculture, encore dominante dans les années soixante-dix. Le modèle se veut intégré et harmonieux. Sur 25 ares de pekarangan la famille paysanne produit les fruits et légumes indispensables à l’amélioration de sa diète. Sur deux parcelles de 75 et de 100 ares, le colon assure son autosubsistance alimentaire en riz, maïs, manioc et soja. Jusque-là, rien que de très classique. L’innovation provient d’une parcelle de 100 ares d’hévéas installée par une société de plantation (Perseroan Terbatas Perkebunan X). La mise en place des plantations répond aux standards industriels en vigueur. La PTP X gère les plantations jusqu’à leur entrée en production. À l’ouverture des panneaux de saignée, les hévéas sont remis aux transmigrants. La vente du caoutchouc naturel assure alors un revenu monétaire régulier aux familles. Si le colon le désire, il peut étendre lui-même sa plantation sur une deuxième parcelle de 100 ares, non encore défrichée. Enfin, une dernière parcelle de 100 ares est attribuée en guise de réserve foncière. Au total, chaque famille reçoit un lot de 5 hectares. Pour faciliter le travail agricole et assurer le maintien de la fertilité du sol, chaque transmigrant reçoit une tête de bovin. Un modèle ne saurait être « intégré » s’il n’intégrait pas l’élevage à l’agriculture.

  • 9 Soit le double d'un centre de transmigration classique. Sur ce total, 1 865 $ US sont consacrés à (...)

22Batumarta devant servir de démonstration, la Banque met toutes les chances de son côté. Le centre bénéficie ainsi non seulement d’infrastructures de grande qualité, mais encore d’un encadrement particulièrement dense. Ministères et services officiels, mais aussi universités, instituts de recherche et bureaux d’études sont associés au projet. Les largesses de la Banque assurent l’indispensable coordination. Grâce à un budget de 5 000 à 6 000 $ par famille9 et à un contrôle rigoureux, les colonnes « prévisions » et « réalisations » des bilans se ressemblent de manière surprenante.

Projet vivrier ou projet intégré ?

23Dans sa conception, Batumarta reste un projet vivrier en culture pluviale. L’élevage n’a de raison d’être que par rapport aux cultures vivrières. Quant à l’hévéaculture, elle n’est destinée qu’à compléter le revenu monétaire des familles. Les experts espèrent bien qu’une partie de ce revenu sera réinvestie dans les consommations intermédiaires indispensables à la production vivrière.

24Pour les colons, mis à part la meilleure qualité des infrastructures et des services, Batumarta ne diffère que peu d’un centre de transmigration classique pendant les six premières années. Comme ailleurs, les transmigrants s’efforcent avant tout d’assurer leur subsistance grâce aux cultures vivrières. Les systèmes de culture proposés par les agronomes (Cria, 1978 a et b ; Ismailet al., 1978 ; McIntoshet al., 1978 ; Thomas, 1981 ; Soepardi, 1982) n’y rencontrent guère plus de succès qu’ailleurs. Trop exigeants en travail et en intrants, ils rémunèrent peu la main-d’œuvre familiale et induisent un niveau de risque inadmissible pour un paysan.

25Le recours à la traction attelée permet de cultiver des surfaces plus importantes. Dès la troisième année à Batumarta, la surface cultivée dépasse 130 ares en moyenne par famille, contre 110 ares à Sebamban. Mais le temps gagné dans la préparation du sol grâce à la traction attelée se paie par ailleurs. Ne pouvant être laissés à divaguer, les bovins doivent être nourris à l’étable. Cette charge, habituellement assurée par les jeunes garçons, représente en moyenne deux heures de travail par jour. Si, faute de main-d’œuvre, cette tâche incombe au chef de famille, l’élevage voit son avenir rapidement compromis dans l’exploitation.

  • 10 Année après année, la fertilité chimique des sols se dégrade, les adventices deviennent de plus en (...)

26La conservation de la fertilité du sol grâce à la fumure animale pose des problèmes du même ordre. L’épandage manuel du fumier, sur une surface d’un hectare, est considérée comme une charge en travail peu en rapport avec les bénéfices attendus de l’opération. Le colon préfère concentrer la faible quantité de fumier produite par une seule tête de bétail sur la surface plus réduite du pekarangan. Dès lors, Batumarta connaît la même évolution que les autres projets vivriers en culture pluviale10.

27Pendant les trois premières années, l’installation et l’entretien des plantations d’hévéas par les PTP nécessitent une quantité relativement importante de main-d’œuvre. Cette opportunité d’emploi représente une véritable manne pour les transmigrants. Le revenu de ce travail, habituellement réalisé par les épouses ou les jeunes gens, permet aux familles de passer le cap souvent difficile des premières années d’installation.

28Cependant, au-delà de la troisième année, l'entretien des plantations d’hévéas ne requiert plus que de faibles quantités de travail. Les PTP n’embauchent plus que des équipes très réduites. La disparition de cette source de revenu complémentaire, concomitante à une baisse générale des rendements, place les colons dans une situation délicate. Dès la cinquième année, de nombreuses familles envisagent d’abandonner le centre. Mais pour aller où ? À Java ou à Bali, elles ne possèdent plus rien. À Batumarta, elles possèdent 5 hectares de terre. L’amélioration du statut social justifie quelques sacrifices, mais la survie de la famille passe avant tout. À l’issue de la sixième année, les hévéas entreront en production. Si la situation ne s’améliore pas à ce moment-là, il sera toujours temps de renoncer.

La poule aux œufs d’or

29L’hévéa, les transmigrants n’y croient pas vraiment. La plupart d’entre eux ne voient leur premier hévéa qu’à leur arrivée à Sumatra. Lorsque les PTP recrutent des journaliers pour entretenir les plantations, les chefs de famille déléguent leurs épouses. Lorsque les PTP les convoquent pour leur enseigner les techniques de saignée et de greffage, ils envoient leurs enfants adolescents. Lorsque les PTP effectuent le premier versement, ils daignent enfin se déplacer en personne.

30Dès lors, la situation évolue rapidement. Avec l’hévéa, les migrants découvrent une source de revenu régulière, sûre et importante. Les versements interviennent tous les quinze jours. Inutile d’attendre cinq mois pour toucher le fruit aléatoire de son travail. L’hévéa ne craint ni les rats, ni les sangliers, ni les insectes. Dès la première année de saignée, les familles doublent leur revenu monétaire annuel et ce, pour à peine quatre heures de travail journalier. Qui plus est, mois après mois, la production s’accroît.

  • 11 Quelques semaines avant la mise en saignée.
  • 12 Classiquement, le tronc de l’hévéa est subdivisé en quatre panneaux (haut et bas, avant et arrière (...)

31Les mentalités changent tout aussi rapidement. Immédiatement après l’attribution des parcelles d’hévéas11, quelques rares transmigrants décident de vendre leur lot pour rentrer à Java. Les parcelles d’un hectare se négocient alors autour de 500 000 Rp. Après l’ouverture des panneaux12, les prix quadruplent en moins d’un trimestre. Mais les vendeurs se font rares. Désormais, l’hévéa est considéré comme la poule aux œufs d’or de la fable.

  • 13 Les arbres sont saignés tous les jours, voire deux fois par jour. Certains n’hésitent pas à saigne (...)

32La fréquence de saignée évolue à la même vitesse que les mentalités. Les transmigrants découvrent qu’en augmentant cette fréquence, ils accroissent leur revenu immédiat. Longtemps inquiets du peu d’engouement suscité par l’hévéa auprès des transmigrants, les responsables du centre commencent à s’inquiéter d'un intérêt un peu excessif. Personne ne respecte la fréquence recommandée des trois saignées hebdomadaires (D2/D3)13. Mais, passés les premiers excès, la fréquence se stabilise à quatre jours de saignée successifs pour un jour de repos, soit près du double de la fréquence recommandée par les experts.

  • 14 Pour plus de détails sur la comparaison entre les objectifs des sociétés de plantation et les logi (...)

33Les experts, justement, fulminent contre le comportement « irrationnel » des paysans. Les experts se placent dans une logique d’entreprise capitaliste. Leur calcul tient compte du montant de l’investissement pour la création de la plantation et du coût du crédit. Pour optimiser le revenu du capital investi, il convient de prolonger la durée de vie de la plantation14. Or, à Batumarta, la consommation excessive d’écorce va réduire de moitié la durée de vie productive des arbres. Le renouvellement de la plantation devra donc intervenir au bout de 14 ans au lieu de 28. Dans le petit monde des spécialistes de l’hévéa, Batumarta devient synonyme de surexploitation, de gaspillage, de massacre...

La maison du saigneur

34Les paysans ne jugent pas leur comportement aussi irrationnel que cela. « Pourquoi gagner un peu pendant trente ans, quand on peut gagner beaucoup pendant quinze ans ? » Visiblement, les objectifs des experts ne correspondent pas à ceux des paysans. Alors que les premiers recherchent la maximisation du revenu du capital investi, les seconds privilégient leur consommation immédiate.

35Ainsi, huit ans après l’ouverture des panneaux de saignée, Batumarta a changé de visage. Sur l’ensemble de notre échantillon, seulement 25 % des familles ont conservé la maison allouée par la Transmigration ; 33 % ont investi entre 0,5 et 2 millions de roupies dans l’amélioration de leur habitat ; 42 % ont fait construire la maison de leurs rêves pour des budgets compris entre 2 et 13 millions de roupies.

36Les familles n’ayant pas investi dans l’amélioration de l’habitat se répartissent en deux grandes catégories. La première regroupe les familles contraintes de vendre leur plantation pour cause de maladie, d’infirmité, de décès du conjoint ou de divorce. Pour les autres, la priorité accordée à l’éducation des enfants tend à repousser l’amélioration de l’habitat plus tard dans le futur. En fait, l’éducation des enfants est toujours prioritaire sur l’amélioration de l’habitat. Mais comme la transmigration recrute surtout des chefs de famille jeunes, la majorité des familles dispose d’un temps de grâce d’une dizaine d'années avant d’avoir à supporter des frais de scolarité élevés.

37Les autres dépenses importantes des familles pendant les sept années séparant nos deux enquêtes concernent les voyages, les dépenses à caractère social et la santé :

  • 63 % des familles ont dépensé entre 100 000 et 2 250 000 Rp pour rendre visite à des parents restés à Java ou à Bali15 ;
  • 65 % des familles marient un ou plusieurs enfants pour des sommes comprises entre 0,3 et 4 millions de roupies16 ; 
  • 30 % des familles font face à des dépenses de santé variant entre 100 000 et 1 500 000 Rp17.

38Maximiser le revenu du capital investi est un objectif d’entrepreneur capitaliste. Ce n’est pas un objectif de paysan (Mendras, 1976 : 39-54). Pour le paysan javanais, la gestion « correcte » du capital gracieusement offert par le Gouvernement, sera celle lui permettant d’atteindre ses objectifs prioritaires, dans l’ordre : la subsistance de la famille, l’éducation des enfants, l’amélioration de l’habitat, l’élévation du niveau de vie.

39La survie de la famille reste bien sûr la priorité absolue. Ce n’est pas par choix mais bien par obligation que des chefs de famille quittent le centre pendant de longues semaines, à la recherche d’emplois journaliers. En cas d’urgence, maladie ou hospitalisation, les familles se retrouvent souvent dans l’obligation de vendre leur capital productif.

  • 18 Quand on connaît la faiblesse des rémunérations dans la fonction publique, on ne doute plus de l’i (...)
  • 19 Vitres teintées, colonnades néo-classiques et frises sculptées,..., le bon goût n’est pas toujours (...)

40Le paysan javanais considère l’éducation comme le meilleur moyen d’assurer l’avenir de ses enfants. Les parents sont prêts à d’énormes sacrifices pour permettre à leurs enfants d’accéder à l’enseignement secondaire, voire supérieur. Leur vœu le plus cher est de les voir entrer dans la fonction publique18. L’amélioration de l’habitat suit également des règles précises. Le tape-à-l’œil l’emporte le plus souvent sur le fonctionnel. Être bien logé semble moins important que de le faire savoir19.

41Placé devant un choix, le paysan javanais ou balinais n’accordera pas forcément la préférence à l’investissement le plus lucratif, ni même le plus sûr. Le plus souvent, son choix se portera sur la solution « maximisant son statut social ». Les investissements productifs n’arrivent souvent qu’en dernière priorité. Ils se traduisent principalement par l’accroissement du domaine foncier, l’acquisition ou la création de nouvelles plantations d’hévéas, mais aussi par le démarrage d’activités commerciales (épicerie, intermédiaire) ou de services (transport). Ainsi, 54 % des familles de notre échantillon ont acheté de la terre pour un montant moyen de 500 000 Rp, les dépenses les plus importantes s’élevant à près de 3 millions de roupies par famille. Mais à Batumarta, les transmigrants ne se contentent pas de collectionner les certificats de propriété comme à Sebamban (chap. 6). Entre 1987 et 1990, 70,2 % des familles ont investi des sommes parfois considérables dans l’établissement de nouvelles plantations. En moins de quatre ans, la surface en plantations d’hévéas a plus que doublé dans la zone de transmigration de Batumarta.

Le Javanais est devenu un hévéaculteur

42Retrouver Batumarta après sept ans d’absence réserve quantité de surprises. Les petits étals de l’unité II ont fait place à un marché permanent particulièrement actif. Camions, voitures et motocyclettes encombrent les voies d’accès aux centres. De superbes maisons en dur remplacent les masures installées par la Transmigration. Mais le plus surprenant est ailleurs : de part et d’autre de la route, Imperata cylindrica a repris ses droits sur les parcelles autrefois dévolues aux cultures vivrières.

  • 20 L’essentiel du travail concerne la récolte, environ quatre heures par jour de saignée.
  • 21 Rendements moyens obtenus en riziculture pluviale à Batumarta entre 1976 et 1992.

43À Batumarta, l’entrée en production des hévéas sonne le glas des cultures vivrières. Une fois installée, une plantation d’hévéas ne réclame qu’une quantité de travail peu élevée pour son entretien20. Non seulement le travail peut être effectué par un adolescent, mais en plus sa rémunération est élevée. Or, un paysan javanais n’est pas moins sensible à la rémunération de son travail qu’un autre. En l’absence d’opportunités plus intéressantes, il accepte d’investir plus de deux-cents jours de travail pour obtenir un rendement de 600 kg de paddy par hectare21, soit environ 750 Rp par jour de travail de sept à huit heures. Mais en 1990, la rémunération d’une journée de saignée de quatre heures s’élève en moyenne à plus de 10 000 Rp. L’on comprend aisément, dans ces conditions, que les transmigrants aient renoncé à la culture vivrière.

  • 22 Une boutade fréquemment entendue à Batumarta illustre l’évolution des coûts d’opportunité : « Il y (...)

44L’abandon de la culture vivrière entraîne immanquablement l’abandon de l’élevage. Ne servant plus pour la traction attelée, l’élevage ne se justifierait que par le complément de revenu apporté. Or, l’entretien d’une ou deux têtes de bétail représente deux heures de travail par jour et une astreinte permanente pour une rémunération peu en rapport. En 1990, pratiquement tous les transmigrants avaient revendu les bovins offerts par le projet22.

45Qui oserait encore affirmer que les Javanais (ou les Balinais) sont des riziculteurs, après avoir visité Batumarta ? En l’espace de sept ans, la reconversion est surprenante. Les techniques de saignée et de greffage n’ont plus de secrets pour les transmigrants. Batumarta est devenu un important centre de production de plants greffés. L’encadrement aurait-il été plus efficace qu’ailleurs ? Tout porte à croire que non. « École de saignée » et « école de greffage » ne sont que des appellations pompeuses pour désigner des démonstrations le plus souvent expéditives. Le succès provient avant tout de l’étonnant savoir-faire des paysans javanais en matière d’horticulture.

46Entre 1987 et 1990, l’hévéa gagne sur les parcelles autrefois destinées aux cultures vivrières. L’hévéa gagne sur les derniers lambeaux de forêts secondaires. L’hévéa gagne jusque dans les pekarangan autour des maisons. La preuve est faite : les Javanais sont des planteurs.

47Pour les transmigrants, Batumarta représente l’archétype de la réussite, la réalisation de leurs vœux les plus chers. Pour les initiateurs du projet, le bilan s’avère plus nuancé. La faillite du modèle « intégré » est totale. Juxtaposer des cultures d’autoconsommation et des cultures de rapport au sein d’une même exploitation semblait pourtant une idée intéressante. Le modèle proposé n’avait d’autre objectif que d’assurer à la famille paysanne son autosuffisance alimentaire et un revenu monétaire. L’intention était louable, mais le calcul erroné.

  • 23 En quatre heures de saignée, un colon récolte 25 kg de caoutchouc vendu 480 Rp le kg (prix moyen o (...)

48Lorsque la rémunération de la journée de travail en hévéaculture dépasse de vingt-cinq fois celle d’une journée de travail en culture vivrière... on voit mal ce qui pourrait pousser un transmigrant à vouloir assurer à tout prix son autosuffisance alimentaire23. Qui plus est, depuis le début des années soixante-dix, le Bulog assure l’approvisionnement et la stabilité du prix du riz jusque dans les îles les plus reculées de l’archipel. Inutile, par conséquent, de vouloir se prémunir contre une éventuelle disette.

  • 24 Selon Mendras, c’est le fait d’appartenir à une société paysanne qui identifie le paysan, et rien (...)

49En 1990, le transmigrant de Batumarta ne répond plus à la définition que Mendras donne du paysan24. La perte d’autonomie à l’égard de la société englobante, la distinction précise entre consommation et production, l’importance des rapports avec les collectivités environnantes, et l’absence d’intermédiaire dans les contacts avec le monde englobant... font des hévéaculteurs de Batumarta des agriculteurs au sens plein du terme.

  • 25 Voire en quelques semaines si on lui confie une plantation prête à produire.

50Batumarta prouve de manière éclatante qu’un riziculteur javanais, héritier de traditions millénaires, peut se muer en hévéaculteur efficace en moins de six ans25. Les résultats vont au-delà des espoirs des initiateurs du projet. En testant l’association d’une composante pérenne à un projet vivrier, ces derniers obtiennent la preuve de la viabilité de projets exclusivement en plantations pérennes. Succès indéniable, Batumarta ne servira pourtant pas de modèle aux projets futurs. Bien au contraire, le centre sera régulièrement cité comme exemple à ne pas suivre. Pire, il servira à justifier les règles extrêmement coercitives ultérieurement en vigueur dans les projets PIR.

LES PIR : VERS UNE PRIVATISATION DE LA TRANSMIGRATION

51Pour la grande majorité des experts, Batumarta administre la preuve éclatante du comportement irrationnel de paysans qui se révèlent incapables de gérer correctement le capital productif généreusement octroyé par le Gouvernement. Ce capital, ils préfèrent le dilapider en quelques années en privilégiant leur consommation immédiate et les dépenses à caractère social. Dont acte. Que les transmigrants s’enrichissent, même aux dépens des hévéas, ne devrait pourtant déranger personne. La Transmigration n’affiche-t-elle pas un objectif social ? L’objectif de développement n’est d’ailleurs pas sacrifié pour autant, comme le prouve l’extension rapide des surfaces plantées en hévéas à Batumarta. Le Gouvernement n’est pas perdant dans l’opération.

  • 26 La baisse régulière des prix du pétrole brut se traduit par d’importantes restrictions budgétaires

52Le vrai problème est ailleurs. Un projet comme Batumarta coûte cher, trop cher. Or, dès le début des années quatre-vingt, le ministère de la Transmigration n’a plus les moyens d’une politique aussi généreuse26. Dès lors, le Gouvernement cherche à intéresser le secteur privé au financement de la transmigration. Dans un premier temps, il demande aux PTP (sociétés d’économie mixte), jusque-là simples contractants, de s’associer avec la Transmigration. Cette implication directe des PTP dans les projets a pour conséquence de modifier les données du problème. Tant que le Gouvernement avançait les capitaux, les experts des sociétés de plantation se contentaient de regretter le « massacre » des hévéas. Désormais, il n’est plus question de laisser libre cours aux logiques paysannes. Les PTP veulent être sûres de récupérer les capitaux investis dans l’opération. Pour ce faire, elles vont donc édicter des règles draconiennes afin d’éviter que les transmigrants ne surexploitent les hévéas. La logique des experts prend le pas sur celle des paysans.

  • 27 Rappelons qu’au début des années quatre-vingt, le coût moyen d’installation d’une famille Felda s’ (...)

53Dans un projet de transmigration entièrement en cultures pérennes, l’utilisation optimale de la main-d’œuvre disponible suppose que chaque famille dispose de 2 à 3 hectares de plantation. La quasi-absence de cultures vivrières oblige soit à nourrir les transmigrants pendant la période improductive (six ans pour l’hévéa), soit de les faire venir pour l’ouverture des panneaux de saignée. Cette dernière solution serait moins onéreuse mais obligerait la PTP à faire effectuer l’ensemble des travaux préalables par des ouvriers salariés. Enfin, la transformation du produit réclame la construction d’usines de taille importante, surtout dans le cas de projets pour la plantation de palmiers à huile27.

54La solution finalement retenue par les autorités vise à associer, au sein d’un même projet, un noyau (nucleus) formé par une plantation industrielle (estate) avec une périphérie (plasma) composée de transmigrants (smallholders). Les PTP se chargent de la réalisation des projets : défrichement, mise en place des infrastructures, construction des maisons, établissement et entretien des plantations jusqu’à leur maturité. Le ministère de la Transmigration se contente de recruter les transmigrants et d’arranger leur transport. Dès leur arrivée, les colons sont pris en charge par les PTP.

55Le déplacement des transmigrants s’organise en plusieurs vagues. Les premiers venus sont employés comme journaliers par les PTP pour tous les travaux d’installation des plantations. La base de rémunération est calculée pour assurer l’autosubsistance des familles. Les vagues suivantes arrivent en fonction de l’évolution des besoins en main-d’œuvre. L’idéal consiste bien évidemment à synchroniser l’arrivée du plus grand nombre de colons avec l’entrée en production de la plantation. On évite ainsi d’avoir à assurer leur subsistance sur une longue période.

56Le temps des cadeaux est révolu. Le transmigrant s’engage à rembourser intégralement le crédit consenti par la PTP. Celle-ci prélève d’office 25 à 35 % sur le produit de la vente. Bien entendu, l’intégralité de la production doit être vendue à la PTP. Soucieuse de récupérer son investissement, la PTP veille tout particulièrement au respect de techniques de production propres aux plantations industrielles : entretien, fertilisation, fréquences de saignée. Elle veille surtout à éviter que les paysans ne détournent leur production. Les intérêts divergents des uns et des autres engendrent une situation conflictuelle.

  • 28 Prix brut PTP relevé à Rimbobujang le 14 avril 1990.
  • 29 49 320 Rp de remboursement de crédit (30 %), 10 500 Rp de fertilisants, 4 200 Rp de frais de trans (...)
  • 30 500 kg de caoutchouc par hectare et par mois à Batumarta, contre 150 kg par hectare et par mois à (...)

57Dans le PIR de Rimbobujang, dans la province de Jambi, chaque famille de transmigrants reçoit un lot de trois hectares. Celui-ci se compose de deux parcelles d’hévéas d’un hectare chacune, d’une parcelle de 75 ares pour la production vivrière et de 25 ares de pekarangan. Un jour de saignée sur la première parcelle est suivi d’un jour de saignée sur la deuxième parcelle, lui-même suivi d’un jour de repos. Ainsi, chaque arbre n’est saigné qu’un jour sur trois. La récolte journalière moyenne s’élève à 25 kg de caoutchouc par hectare. En tenant compte des jours chômés pour cause de pluie, la production mensuelle moyenne avoisine les 300 kg pour deux hectares. À raison de 548 Rp par kg28, le revenu mensuel brut s’élève à 164 400 Rp. Sur ce montant, la PTP prélève 69 020 Rp29, soit un revenu net de 95 380 Rp par mois pour deux hectares de plantation d’hévéas. Quand on sait que, sur un seul hectare d’hévéas, un transmigrant de Batumarta touche en moyenne 240 000 Rp par mois30, l’on comprend l’ampleur de la « surexploitation » des hévéas.

58Le transmigrant d’un projet PIR ne contrôle ni son rythme de travail, ni le niveau d’intrants, ni l’ampleur des dégrèvements, ni même les frais de gestion. Tant que le cours du caoutchouc naturel se maintient et que la PTP dont il dépend reste bien gérée, sa situation est plus enviable que celle des colons des projets vivriers en pasang surut ou en culture pluviale. Dans le cas contraire...

Encadrement et « intéressement »

59Le projet PIR de Pelaihari (fig. 34) dans la province de Kalimantan-Sud produit du sucre de canne. En principe, chaque famille de transmigrants y possède un lot de 2 hectares qui comporte 50 ares utilisés à sa convenance et 150 ares destinés à la culture de la canne à sucre. Contrairement aux projets hévéa ou palmier à huile où le migrant entretient et récolte sa propre plantation, la PTP gère directement les parcelles en canne. Le colon travaille indistinctement sur l’ensemble des parcelles du « plasma ». Pratiquement considéré comme un journalier, il touche 1 250 Rp par jour de travail. Ce montant, nettement insuffisant pour assurer la subsistance d’une famille, ne correspond qu’à 50 % du prix moyen de la main-d’œuvre journalière à Kalimantan-Sud.

60En contrepartie, le transmigrant est intéressé aux bénéfices de la PTP. Il n’a malheureusement aucun contrôle sur le montant de cet intéressement. Il était ainsi prévu que la participation aux bénéfices des campagnes 1988, 1989 et 1990 serait respectivement de 25, 30 puis 60 %. Curieusement, les sommes réellement touchées par les colons passèrent de 600 000 à 550 000 et enfin 250 000 Rp. La compagnie affirme avoir scrupuleusement respecté ses engagements. La somme reversée aux colons en 1990 correspondrait bien à 60 % des bénéfices. La faiblesse des récoltes, l’augmentation des charges et la baisse ( ?) du prix du sucre expliqueraient que les bénéfices soient en chute libre. Pour les colons, la baisse des bénéfices proviendrait plutôt de la mauvaise gestion de l’entreprise, du train de vie excessif des administrateurs et de falsifications comptables.

  • 31 Les Javanais sont accoutumés à un système de gouvernement profondément paternaliste. Les paysans n (...)

61Il ne nous appartient pas de trancher en faveur des uns ou des autres. Chaque explication contient sa part de vérité et sa part d’exagération. Le problème provient avant tout d’un total manque de transparence du système. Les transmigrants n’ont aucun moyen de contrôle sur les PTP. Ces dernières décident du prix d’achat du produit, des quantités de travail et d’intrants, du montant des charges de fonctionnement et des frais de gestion. On demande aux colons d’avoir confiance en l’autorité supérieure31.

  • 32 Par exemple, le désherbage d’un bloc de canne à sucre habituellement réalisé en 100 jours-homme pa (...)

62Les PTP sont des entreprises capitalistes et non des entreprises paternalistes. Leur intérêt n’est pas d’assurer un revenu minimum aux transmigrants mais bien un revenu maximum à leurs actionnaires. Une gestion efficace suppose, entre autres, la réduction des charges de main-d’œuvre. Le Gouvernement imposant le respect de salaires minima aux PTP, la réduction des charges de main-d’œuvre passe obligatoirement par l’amélioration de la productivité du travail. Une pratique de plus en plus répandue consiste à réduire, sur le papier, la quantité de travail nécessaire pour une opération32. La PTP se félicite de l’amélioration de la productivité du travail... et déplore le total manque de moralité des contractants.

Une situation conflictuelle

63Si les PTP ne ressentent aucune obligation paternelle envers les transmigrants, en contrepartie, les transmigrants s’affranchissent de tout devoir filial envers les PTP. S’estimant floués par ces dernières, les colons n’hésitent pas à détourner une partie de la production. Cette pratique concerne surtout les projets hévéas. Détourner des régimes de palmier à huile présente déjà plus de difficultés, quant à la canne à sucre, mieux vaut ne pas y songer.

64Dans la province de Sumatra-Sud, par exemple, la surcapacité des unités de traitement du caoutchouc engendre une concurrence entre usiniers, très favorable aux producteurs (Nancy et al., 1989 : 9). Céder toute sa production à la PTP, à 70 % du prix offert par un commerçant chinois, suppose une grandeur d’âme et un désintéressement peu communs.

  • 33 En 1993, à Sumatra-Nord, l’arrestation de plusieurs paysans en période de ramadan provoque la colè (...)

65La défense légitime de leurs intérêts pousse malheureusement certaines PTP à des démonstrations de force excessives. La presse indonésienne rapporte régulièrement, avec les euphémismes indispensables, ce qu’il conviendrait d’appeler des exactions33.

DU FELDA AU PIR

66Curieuse histoire que celle de l’adaptation du système Felda aux réalités indonésiennes. On ne saurait imaginer meilleure illustration du profond changement de cap opéré par la Transmigration pendant les années quatre-vingt.

67Pendant longtemps, les responsables de la Transmigration jugeaient que le système Felda était profondément inadapté à des colons javanais. Il semblait impensable que ces derniers, riziculteurs depuis des temps immémoriaux, acceptent de devenir planteurs. L’introduction de cultures pérennes dans un projet de transmigration ne fut tout d’abord conçu qu’en complément de la culture vivrière. L’on espérait que grâce au revenu monétaire procuré par les plantations, le paysan ne serait plus contraint de quitter le centre pour rechercher des revenus complémentaires.

68Batumarta devait servir de test. L’engouement des colons pour l’hévéaculture surprit tout le monde. L’« attachement du paysan javanais à des traditions séculaires » ne résista pas longtemps aux attraits de l’hévéaculture : des revenus élevés, réguliers et sûrs, et surtout une rémunération du travail familial vingt-cinq fois supérieure à celle de la culture vivrière. Dès lors, seul le coût des investissements pouvait faire obstacle à la multiplication du modèle. Mais à Batumarta, les PTP ont fait plus qu’administrer la preuve de leur efficacité. Elles ont démontré qu’un centre de transmigration pouvait aussi être rentable. Il devient tout à fait envisageable de demander au secteur privé de s’impliquer dans la Transmigration.

69Pour les sociétés de plantation, les transmigrants d’un projet PIR présentent d’énormes avantages sur de simples ouvriers. Comme ils sont propriétaires de leurs parcelles, ils doivent rembourser le crédit consenti pour la création des plantations. Ils forment un réservoir de main-d’œuvre stable dans lequel on peut puiser en cas de besoin. N’étant pas employés permanents, la société n’a aucune obligation envers les colons. Non seulement la gestion des parcelles leur échappe, mais en plus ils ne disposent d’aucun moyen de contrôle sur les PTP. Ces dernières, par contre, n’hésitent pas à faire appel à la force publique pour les contraindre à respecter leurs engagements.

70Qu’est-il advenu des objectifs sociaux de la Transmigration ? En voulant à tout prix impliquer le secteur privé dans le financement des projets, la Transmigration s’est muée en un vulgaire fournisseur de main-d’œuvre bon marché pour des sociétés de plantations.

Notes

1 Pratiquement nulle en 1910, la production de caoutchouc indigène dépassa celle des plantations industrielles au début des années trente (Gouyon, 1993 : 3).

2 En effet, jusqu’en 1965, les ouvriers des plantations formèrent le fer de lance du Parti communiste indonésien.

3 Perkebunan Inti Rakyat en indonésien ou encore Nucleus Estate and Smallbolders System en anglais.

4 Sukarno aurait d’ailleurs volontiers intégré la Malaysia dans l’ensemble des îles extérieures de l’archipel indonésien.

5 Un acre équivaut à 0,4046 ha.

6 Ainsi, l’Agence s’assure du respect des doses d’engrais ou de produits phytosanitaires. Certains traitements sont même effectués par des avionnettes.

7 Chaque bloc compte 19 à 26 exploitants (Massard, 1987 : 64).

8 À Bukit Kuantan, par exemple, les colons rejoignent leur plantation en motocyclette ; 14 % d’entre eux possèdent une voiture ; les maisons agrandies abritent un mobilier confortable et des téléviseurs couleur ; certaines cuisines sont équipées d’une gazinière, d’un réfrigérateur et d’une machine à laver (Massard, 1987 : 69). A 100 km à vol d’oiseau du centre de transmigration le plus proche, le contraste est frappant.

9 Soit le double d'un centre de transmigration classique. Sur ce total, 1 865 $ US sont consacrés à la mise en place de l’hectare d’hévéas par la PTP.

10 Année après année, la fertilité chimique des sols se dégrade, les adventices deviennent de plus en plus difficiles à contrôler, la pression parasitaire augmente... Les rendements chutent et la production devient insuffisante pour assurer les besoins alimentaires des familles.

11 Quelques semaines avant la mise en saignée.

12 Classiquement, le tronc de l’hévéa est subdivisé en quatre panneaux (haut et bas, avant et arrière). L’exploitation de l’hévéa se fait de façon continue sur le même panneau par ravivages successifs de l’incision. Quand le panneau est épuisé, on passe sur le panneau opposé. Le temps de renouvellement de l’écorce est de l’ordre de 7 à 8 ans. La durée d’exploitation d’un arbre est de 24 ans environ.

13 Les arbres sont saignés tous les jours, voire deux fois par jour. Certains n’hésitent pas à saigner, de nuit, les hévéas des voisins.

14 Pour plus de détails sur la comparaison entre les objectifs des sociétés de plantation et les logiques paysannes, l’on se reportera utilement à l’excellente thèse de Anne Gouyon sur l’hévéaculture paysanne à Sumatra (INA Paris-Grignon, 1995).

15 Au début, les voyages ne concernent que les chefs de famille. Avec l’entrée en production des hévéas, les déplacements se font en famille et deviennent plus fréquents.

16 À l’heure actuelle, une cérémonie à moins de 500 000 Rp serait considérée comme une union à la sauvette. Les autres dépenses à caractère social comme les selamatan (repas communiels) connaissent la même inflation. Leur coût moyen passe de 50 000 Rp en 1983, à 500 000 Rp en 1990.

17 Certaines d’entre elles, dans l’impossibilité d’emprunter la somme nécessaire, sont contraintes de vendre tout ou partie de leur domaine foncier.

18 Quand on connaît la faiblesse des rémunérations dans la fonction publique, on ne doute plus de l’importance accordée au statut social dans la société paysanne.

19 Vitres teintées, colonnades néo-classiques et frises sculptées,..., le bon goût n’est pas toujours au rendez-vous.

20 L’essentiel du travail concerne la récolte, environ quatre heures par jour de saignée.

21 Rendements moyens obtenus en riziculture pluviale à Batumarta entre 1976 et 1992.

22 Une boutade fréquemment entendue à Batumarta illustre l’évolution des coûts d’opportunité : « Il y a dix ans, tous les chefs de famille étaient prêts à travailler à la houe en plein soleil pendant huit heures, pour 1 000 Rp et deux repas. Mais personne ne faisait appel à eux. Aujourd’hui, les mêmes chefs de famille proposent 2 000 Rp pour quatre heures de travail à l’ombre des hévéas. Et ils ne trouvent personne qui accepte » (Katino, transmigrant de l'unité VII, comm. pers.).

23 En quatre heures de saignée, un colon récolte 25 kg de caoutchouc vendu 480 Rp le kg (prix moyen offert par les commerçants privés à Batumarta sur l’ensemble de l’année 1990), soit 12 000 Rp c’est-à-dire l’équivalent de 24 kg de riz décortiqué ; de quoi satisfaire la consommation familiale pendant quinze jours.

24 Selon Mendras, c’est le fait d’appartenir à une société paysanne qui identifie le paysan, et rien d’autre. « [...] le triomphe ultime de la société industrielle fait cesser la coexistence d’une société paysanne et d’une société englobante. [...] L’autarcie économique, démographique, sociale et culturelle devient incompatible avec le développement de notre société. Le paysan se transforme en agriculteur, producteur agricole qui est à la fois ‘entrepreneur’ et ‘travailleur’, propriétaire de ses moyens de production [...]. Le villageois devient consommateur, au même titre que les citadins, puisqu’il en vient même à acheter son pain [...]. » Mendras (1976 : 11-12).

25 Voire en quelques semaines si on lui confie une plantation prête à produire.

26 La baisse régulière des prix du pétrole brut se traduit par d’importantes restrictions budgétaires.

27 Rappelons qu’au début des années quatre-vingt, le coût moyen d’installation d’une famille Felda s’élevait à 30 000 $ US.

28 Prix brut PTP relevé à Rimbobujang le 14 avril 1990.

29 49 320 Rp de remboursement de crédit (30 %), 10 500 Rp de fertilisants, 4 200 Rp de frais de transport (14 Rp/kg), 5 000 Rp de frais de gestion.

30 500 kg de caoutchouc par hectare et par mois à Batumarta, contre 150 kg par hectare et par mois à Rimbobujang.

31 Les Javanais sont accoutumés à un système de gouvernement profondément paternaliste. Les paysans n’appellent-ils pas le président de la République « Bapak kita », c’est-à-dire « notre père à tous » ? Un père ne peut vouloir que le bien de ses enfants. Mais dans les PIR, des dirigeants anonymes de sociétés tout aussi anonymes se substituent au prince débonnaire. Dès lors, les enfants ne reconnaissent plus leurs pères.

32 Par exemple, le désherbage d’un bloc de canne à sucre habituellement réalisé en 100 jours-homme passe d’un jour à l’autre à 80 jours-homme. La société respecte scrupuleusement la loi puisque la journée de travail est facturée à 2 250 Rp. Cependant, la PTP ne recrute pas directement les ouvriers, mais passe par un contractant qui s’engage à effectuer l’opération pour un montant total de 80 x 2 250 - 180 000 Rp. Il va de soi que le contractant n’est payé que si le désherbage est correctement réalisé. Or un sarclage correct nécessite bien 100 jours-homme par bloc. S’il veut conserver un minimum de bénéfice (30 000 Rp), le contractant ne peut proposer qu’une rémunération de 1 500 Rp par jour à ses ouvriers. À ce tarif, il ne peut recruter que des femmes et surtout de jeunes enfants.

33 En 1993, à Sumatra-Nord, l’arrestation de plusieurs paysans en période de ramadan provoque la colère de la foule. L’incendie du commissariat de police qui s’ensuit oblige l’année à intervenir. Plus de 200 paysans passeront les fêtes de l'Idul Fitri en prison. À Sumatra-Sud, quelques années auparavant, la bastonnade publique de sept paysans accusés de détournement rappelle aux plus vieux des spectateurs les souvenirs d’une époque qu’ils croyaient révolue.

© IRD Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search