Version classiqueVersion mobile

La terre d’en face

 | 
Patrice Levang

Deuxième partie. Quatre grands types de projets

6. Les projets vivriers en culture pluviale

Texte intégral

  • 1 L’auteur fait référence à ce qu’il appelle par ailleurs « la stérilisation des sols par les pluies (...)

« L’eau est le plus grand ennemi du cultivateur en pays tropical1, et elle en est aussi le plus grand ami. »
Fauchére (Cours de cultures coloniales, 1935-36)

1Curieusement, c’est à partir de 1965 avec la mise en place de l'orde baru (régime d’ordre nouveau violemment anti-communiste), que les technocrates indonésiens découvrent les délices de la planification. Les premiers plans quinquennaux lancés à partir de 1969 n’ont rien à envier à ceux des pays de l’Est. Les objectifs, irréalistes au vu des ressources disponibles, ne sont que rarement atteints à l’issue du premier plan. Ceux du plan suivant, souvent révisés à la hausse, subissent le même sort, malgré des améliorations notables. Enfin, lorsque l’écart entre les chiffres officiels et la réalité devient trop prononcé, un changement de cabinet s’avère indispensable pour remettre les pendules à l’heure.

2Dans tous les ministères, ce système met en place une véritable dictature de la target, le sacro-saint objectif du plan. Pour la Transmigration, la target s’établit en nombre de familles déplacées. Atteindre l’objectif du plan devient une véritable obsession pour les hauts fonctionnaires du Ministère. La non-réalisation du plan, en plus de la perte de face, peut mettre en péril l’ensemble de l’institution. Sa réalisation, par contre, en plus du gain de prestige, ouvre la voie à un élargissement des prérogatives du ministère concerné. Une véritable rivalité entre ministères s’instaure.

3Ainsi, les atermoiements de la Transmigration et ses échecs répétés pendant les deux premiers plans quinquennaux se traduisent par le transfert d’un grand nombre de ses prérogatives vers le ministère des Travaux publics. Au départ uniquement investis de la réalisation des infrastructures, les Travaux publics assurent progressivement la totalité des travaux d’installation des centres. À partir de 1979, ils élargissent leurs prérogatives à la sélection des sites. Or, le troisième plan quinquennal (1979-1984) prévoit le déplacement de 500 000 familles de transmigrants. Atteindre un objectif aussi ambitieux n’est pas sans incidence sur la sélection des sites.

4Les espoirs placés dans le développement des zones côtières commencent à s’estomper. Les zones favorables à la production de riz apparaissent moins étendues que prévu. Les résultats économiques des centres s’avèrent désastreux. Le coût d’installation d’une famille dépasse largement les prévisions. Enfin, la maintenance des réseaux induit des frais considérables, totalement à la charge des provinces d’accueil.

  • 2 Dans les îles extérieures, une seule culture de riz pluvial sur brûlis alterne avec une quinzaine (...)

5Atteindre les objectifs du plan impose de réduire au maximum le coût d’installation d’une famille et, par conséquent, de limiter les infrastructures au strict nécessaire. Un nouveau type de projet de transmigration entre en vogue. Il est bien entendu destiné à la production vivrière. L’autosuffisance en riz reste l’objectif suprême. Pour le distinguer du modèle vivrier en vigueur dans les zones côtières, le Ministère le baptise tout simplement : non pasang surut (NPS). Définir ainsi par la négative ce que l’on pourrait appeler « projet vivrier en culture pluviale » n’est pas anodin. L’absence de terme indonésien précis pour évoquer la culture continue de riz pluvial est révélatrice. Un tel système de culture n’existe pas dans l’archipel2.

6Proposer à des transmigrants de cultiver du riz pluvial en continu ne représente à vrai dire pas une nouveauté. Rien ne ressemble plus à un centre NPS, qu’un centre irrigué... où les infrastructures d’irrigation restent à l’état de projet ! L’expérience de la Kolonisatie, précurseur de la transmigration n’aurait-elle servi à rien ? Dès 1930, il ne faisait aucun doute qu’en l’absence d’irrigation, la fertilité chimique médiocre des sols des îles extérieures condamne les colonies à l’échec. Dans les années soixante-dix, les mises en garde de nombreux chercheurs abondent dans le même sens.

7Un fait nouveau pousse cependant les autorités à ignorer les recommandations des uns et les mises en garde des autres. Dans les zones irriguées, les premiers résultats de la Révolution verte commencent à se faire sentir dès le début des années soixante-dix. Dans de nombreuses régions de Java, l’introduction de variétés nouvelles permet de doubler les rendements. Grâce au programme Bimas, le recours à la fertilisation chimique et aux traitements phytosanitaires se généralise.

  • 3 Sa prise en compte n’intervient plus que dans les cas extrêmes : tourbes épaisses, podzols vrais, (...)

8Qui plus est, après les troubles de 1965, les héros de l’Indépendance abandonnent le pouvoir à des hommes nouveaux. Ces derniers, technocrates et ingénieurs frais émoulus des écoles, professent une foi sans bornes en la technique. Les progrès récents des sciences agronomiques les confortent dans leur volonté d’étendre les surfaces cultivées dans les îles extérieures. Pour eux, la fertilité chimique médiocre des sols n’est plus un problème. « Nous mettrons de l’engrais ». Dès lors, le critère de fertilité du sol devient secondaire dans la sélection des sites favorables à la transmigration3. La sélection des sites privilégie essentiellement deux critères : la topographie et l’appropriation foncière.

9Les zones à topographie accidentée sont résolument écartées. Pour les projets vivriers, la pente moyenne des terrains ne doit pas excéder 8 %. Celle des parcelles destinées aux cultures pérennes peut atteindre jusqu’à 15 %. Cette réglementation, relativement respectée, ne vise pas uniquement à éviter les phénomènes d’érosion accélérée. Elle cherche surtout à maintenir le coût des infrastructures routières dans des limites raisonnables. La mise en valeur d’un terrain accidenté supposerait la réalisation d’ouvrages d’art et de pistes d’accès de bonne qualité. Pour les mêmes raisons, le choix d’un site de transmigration dépend plus de son accessibilité que de la fertilité de ses sols. Ainsi, de très nombreuses colonies sont installées de part et d’autre de la Transsumatranaise ou d’autres routes d’intérêt stratégique.

  • 4 La solution retenue dépend avant tout de la capacité de négociation des représentants du Gouvernem (...)

10Le deuxième critère retenu concerne l’appropriation foncière. Les zones déjà densément peuplées sont bien évidemment éliminées d’office. Dans les zones peu peuplées, où se pratique la riziculture sur brûlis et diverses formes d’agriculture peu intensive, le développeur dispose de plusieurs options. La solution la plus simple consiste à exproprier et à indemniser les populations locales. Mais, pour éviter les conflits, les autorités préfèrent intégrer les autochtones dans les centres de transmigration en tant que migrants locaux (APPDT). Dans les pires des cas, des enclaves réservées aux autochtones sont maintenues au sein du site4.

  • 5 Les forestiers ne cèdent de bonne grâce que les forêts dégradées, euphémisme en vigueur pour quali (...)

11La tâche n’est guère plus aisée dans les zones de forêt primaire, non appropriées par les cultivateurs sur brûlis. Les agents du ministère des Forêts défendent avec acharnement leur domaine réservé. Le déclassement d’une forêt de « production » en forêt de « reconversion » nécessite fréquemment le recours au plus haut niveau de l’État5.

12Dans ces conditions, un site retenu pour un projet de transmigration NPS sera de préférence un terrain peu accidenté, situé à proximité d’une route, et qui n’est convoité ni par les autochtones ni par les forestiers. En bref, un terrain marginal.

LA FERTILITÉ DU SOL : UN RÔLE DÉTERMINANT ?

13En raison des critères privilégiés pour la sélection des sites, il apparaît inévitable que les centres de transmigration soient installés sur des sols marginaux. Toute généralisation serait cependant abusive. Pour diverses raisons, des sites éminemment favorables peuvent échapper aux défricheurs autochtones. Ainsi, le centre du massif forestier de Gunung Balak (Lampung) résiste à la hache des Lampung jusqu’en 1963. Dans cet affleurement basaltique, l’obtention d’eau potable nécessite le creusement de puits de 30 mètres de profondeur. Rédhibitoire pour un Lampung, ce problème ne suffit pas à décourager un paysan sans terre javanais.

14À Kalimantan comme à Sumatra, les interfluves non desservis par des cours d’eau navigables demeurent peu convoités par les essarteurs. La difficulté pour obtenir de l’eau potable va habituellement de pair avec une accessibilité médiocre. À l’inverse, une trop bonne accessibilité peut également présenter des inconvénients. Ainsi, le faible peuplement de certaines côtes de Sulawesi ou du bassin de la Mentaya (Kalimantan-Centre) s’explique par une insécurité chronique.

15Dans le premier cas, la création de simples pistes d’accès désenclave des interfluves peu accessibles par voie fluviale et les ouvre à la transmigration. Dans le deuxième cas, comme à Sulawesi, la fin des troubles liés aux rébellions de Permesta (1961) et de Kahar Muzakkar (1965) permet aux transmigrants d’accéder à des sites d’une fertilité exceptionnelle.

16Les villages de Mopuya et de Mopugat, respectivement créés en 1972-1973 et en 1973-1975, correspondent au dernier contexte. Situés à proximité de Kota Mobagu, dans la province de Sulawesi-Nord, ils bénéficient d’un environnement physique et humain exceptionnel. Vingt-cinq ans d’insécurité et un relatif enclavement entre deux chaînes montagneuses parallèles aux côtes se traduisaient par une très faible occupation humaine. Au début des années soixante-dix, la forêt primaire recouvrait encore la presque totalité du site de transmigration. Suivant l’état de la piste, il fallait compter un à trois jours pour rejoindre Menado, la capitale provinciale. En 1980, le goudronnage de la route et la construction de plusieurs ouvrages d’art ramènent la durée du trajet à quatre heures.

  • 6 La pluviométrie mensuelle moyenne varie entre 79,7 mm en octobre et 228,9 mm en avril. Une saison (...)
  • 7 Les sols présentent une forte capacité d’échange, un niveau élevé de saturation en bases et un pH (...)

17Les relevés pluviométriques de la station voisine de Doluduo indiquent des caractéristiques éminemment favorables à l’activité agricole6. Un calage judicieux du calendrier de travail sur les mois à risque (septembre et octobre) permet de réaliser trois cultures à cycle court en une seule année. La qualité des sols ne le cède en rien aux avantages climatiques car ils sont développés à partir d’alluvions et de colluvions originaires des chaînes volcaniques environnantes7. Ils bénéficient en outre d’un apport fertilisant régulier dû aux cendres d’un volcanisme basique très actif à Sulawesi-Nord. À toutes ces qualités, il convient d’ajouter une topographie peu accidentée et une couverture végétale de forêt primaire à l’arrivée des transmigrants.

  • 8 Mopuya compte trois quartiers javanais et un quartier balinais, Mopugat un quartier sundanais et t (...)
  • 9 Pour de nombreux migrants, cette fertilité exceptionnelle se traduit d’ailleurs par d’importants p (...)

18Quoi d’étonnant dans ces conditions que Mopuya et Mopugat représentent l’archétype du centre de transmigration réussi ? Les premières récoltes s’avèrent exceptionnelles pour les 500 familles de Mopuya et les 400 familles de Mopugat8. Les centres atteignent l’autosuffisance en riz dès la fin de la première année. Les cendres du brûlis enrichissent un sol déjà remarquablement fertile9. Pendant les deux premières années, l’absence d’adventices, caractéristique des défrichements sur forêt primaire, permet de faire l’économie du sarclage. Le temps ainsi libéré est mis à profit pour accélérer les opérations de défrichement. Ici, même les sangliers, habituels prédateurs des centres de transmigration, ne posent pas de problème. Bien au contraire, ils améliorent l’ordinaire des 300 chasseurs balinais de Mopugat.

19La réussite rapide des centres accroît la motivation des transmigrants ainsi que celle de l’équipe d’encadrement dirigée par Pak Gani. Une véritable spirale du succès est enclenchée. Grâce à une collaboration active entre migrants et Administration, un projet d’irrigation villageoise voit le jour à Mopuya dans des temps records. Les deux tiers du terroir bénéficient du projet. Le dernier tiers, ainsi que l’ensemble du terroir de Mopugat, restent dévolus à la culture pluviale en raison de leur position topographique.

20Dans la partie irriguée, l’adoption unanime des variétés à haut rendement et à cycle court permet trois cultures successives de riz par an. En raison des divers modes de préparation du sol retenus par les exploitants (en traction manuelle ou en attelé, avec ou sans appel à salariés), on aboutit à un important décalage des cycles de culture d’une parcelle à l’autre. Ces décalages se traduisent par une augmentation constante du niveau endémique d’infestation des cultures par les rongeurs et les insectes. Au tout début des années quatre-vingt, en raison de l’amélioration de l’irrigation et de son intégration dans le réseau géré par les Travaux publics, les paysans optent pour la double culture annuelle avec synchronisation stricte des dates de repiquage. La dynamique de cette partie du centre correspond pour l’essentiel à celle observée dans les autres centres bénéficiant de l’irrigation.

21La partie non irriguée connaît également un développement rapide. Les migrants abandonnent la culture du riz pluvial à partir de la troisième année. D’une part, le cycle trop long des variétés de riz pluvial (5 mois) n’autorise que deux cultures par an. D’autre part, la culture continue de riz pluvial entraîne la prolifération de graminées adventices à cycle rapide. Les colons optent rapidement pour la monoculture de soja.

22Le soja présente de nombreux avantages. Le cycle de la culture est de l’ordre de trois mois. En faisant appel à la traction attelée pour la préparation du sol, l’intervalle entre deux récoltes ne dépasse jamais quatre mois. Les conditions climatiques exceptionnelles de Sulawesi autorisent ainsi trois récoltes annuelles. La culture continue d’une plante sarclée contrôle efficacement l’enherbement. Enfin, l’excellente fertilité chimique des sols permet de cultiver cette légumineuse sans recourir aux engrais chimiques. En dix ans, à raison de trois cultures de soja par an, les rendements moyens passent de 1,6 tonnes à 1,1 tonnes par hectare. Un rendement d’une tonne par hectare correspond à un seuil psychologique en dessous duquel le paysan décide de faire appel à la fertilisation. Grâce à un prix unitaire plus élevé que celui du riz, le revenu brut d’une culture de soja équivaut à celui d’une culture de riz. Revenus nets et rémunération du travail familial restent du même ordre pour les deux cultures, comme le montre le tableau xxii (en annexe). Le risque, malgré tout plus élevé en culture pluviale, est largement compensé par les trois cultures annuelles de soja contre deux cultures seulement de riz irrigué.

23La vie du centre s’organise au rythme du soja. Mis à part quelques commerçants et artisans, l’essentiel des revenus des paysans provient des ventes de soja qui surviennent immédiatement après la récolte. Le produit de la vente sert tout d’abord à rembourser les dettes contractées auprès de l’épicerie ou des usuriers villageois. Une deuxième partie est destinée à l’achat de riz et de divers biens de consommation. Le solde est consacré à l’achat de matériaux de construction, tant qu’une maison digne de ce nom n’a pu être bâtie. Ultérieurement, le solde est destiné à l’épargne, de préférence sous forme de bijoux en or. Le produit de la vente de soja est habituellement épuisé dans le mois qui suit la récolte. Ensuite, le paysan vit à crédit jusqu’à la récolte suivante.

24Huit ans après l’ouverture du centre, de vastes maisons en dur remplacent les cabanes de planches et de tôles allouées par la Transmigration. Dans les quartiers balinais, la construction d’autels domestiques donne lieu à une concurrence effrénée entre voisins. Les voyages vers les îles d’origine sont fréquents. En 1976, à la demande des colons, la direction du centre affrète trois avions spéciaux à destination de Surabaya et de Denpasar. Les 400 familles de transmigrants de Mopugat comptent près d’une centaine d’étudiants inscrits dans les universités de Menado.

  • 10 À Sausu, des vérifications précises auprès des chefs de quartier donnent un taux d’abandons de 21  (...)

25On peut s’étonner, dans ces conditions, d’un taux d’abandons relativement élevé10. En fait, le terme d’abandon ne rend qu’imparfaitement compte de la réalité. En effet, en huit ans, la population de Mopuya et de Mopugat fait plus que doubler. De nombreuses familles financent le voyage de proches afin de les installer sur les centres où ils attirent, à leur tour, de nombreux migrants spontanés javanais, balinais mais aussi locaux. Cet afflux se traduit par une flambée des prix du foncier. Certains transmigrants se laissent tenter par l’aubaine et vendent leur propriété au plus offrant. Avec le produit de la vente, ils espèrent acheter une petite rizière ou un commerce à Java pour y vivre de leurs rentes. Les Balinais restent en général insensibles à ce genre de calcul.

  • 11 Le président Suharto, lui-même, en est à sa deuxième visite. Au dire des transmigrants, l'excellen (...)

26La réussite des centres attire les visiteurs les plus illustres. Ministres, ambassadeurs, et hôtes de marque se bousculent11. Il ne fait de doute pour personne que le succès exemplaire de centres tels que Mopuya, Mopugat ou Sausu repose exclusivement sur la fertilité du sol. Tout un chacun admet implicitement que des sols fertiles portent des récoltes abondantes dont la vente procure des revenus élevés aux transmigrants. En fait, le problème est plus complexe qu'il n’y paraît.

  • 12 On ne devrait donc parler que de fertilité du milieu et non de fertilité du sol.

27Tout d’abord, un sol n’est pas fertile en soi. Un niveau élevé de bases échangeables ne compense pas l’absence de pluies12. Les aptitudes culturales d’un milieu ne sont indépendantes, ni des cultures pratiquées, ni des techniques et des moyens disponibles. Pour un transmigrant ne disposant que d’une force de travail limitée et de moyens financiers insignifiants, un milieu fertile sera un milieu lui permettant d’assurer la subsistance de sa famille pour une quantité de travail raisonnable et une avance aux cultures minimale. À Mopuya, le milieu naturel répond parfaitement aux attentes des transmigrants. Un climat sans pluies excessives ni saison sèche marquée permet de cultiver toute l’année, sans temps morts et surtout sans risques majeurs.

  • 13 pH 6, capacité d’échange et taux de saturation en bases élevés, etc.
  • 14 D’autres plantes sarclées permettraient d’arriver au même résultat. Les légumineuses présentent l’ (...)

28Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’excellente fertilité chimique des sols13 n’est pas mise à profit pour obtenir des rendements élevés. Les niveaux moyens des rendements de soja (1,1 à 1,6 t/ha) restent modestes. Pourtant, les caractéristiques chimiques des sols jouent bien un rôle prépondérant dans la réussite des centres. Elles permettent tout d’abord de cultiver le soja. Le recours à une légumineuse sarclée de cycle court, et cultivée de manière continue, contrôle efficacement l’enherbement des parcelles14. Mais surtout, elles permettent de cultiver le soja sans faire appel à la fertilisation chimique. Cette dernière caractéristique séduit tout particulièrement les transmigrants, toujours en mal de liquidités en début de campagne. Qui plus est, la disponibilité d’engrais n’est pas toujours assurée pendant la phase pionnière.

29Les revenus des familles ne sauraient être qualifiés d’élevés. Par contre, ils sont réguliers et relativement sûrs. Ces deux qualités accordent aux paysans la solvabilité indispensable pour recourir à l’emprunt en cas de difficulté imprévue. À aucun moment, le transmigrant n’est contraint de quitter le site, à la recherche d’un revenu extérieur pour assurer la subsistance des siens pendant la période de soudure. La répartition des familles de Mopuya en fonction du niveau et de l’origine de leur revenu annuel illustre parfaitement la prédominance des activités agricoles (fig. 35). C’est la grande différence avec les riziculteurs de Tatakarya (fig. 27).

Figure 35. Revenus des familles de Mopuya (1982-1983),

Figure 35. Revenus des familles de Mopuya (1982-1983),
  • 15 Des conditions naturelles adverses forment le lot de la majorité des centres de Sumatra et de Kali (...)

30Les conditions naturelles exceptionnelles dont bénéficient certains sites de Sulawesi relèguent les zones les plus favorables de Java au second rang. La faible occupation humaine de ces sites ne s’explique que par une longue période d’insécurité. La paix civile, à partir de 1967, aurait probablement suffi à assurer leur mise en valeur par les populations locales. L’arrivée des transmigrants, à partir du début des années soixante-dix, les aura pris de vitesse. Quoi qu’il en soit, la région, jusque-là enclavée, a connu un développement rapide et remarquable. Malheureusement, peu de zones de transmigration NPS peuvent présenter un bilan aussi favorable15.

SEBAMBAN : SOLS MÉDIOCRES ET FACTEURS AGGRAVANTS

31Le centre de Sebamban I à Kalimantan-Sud illustre parfaitement les difficultés que connaissent la plupart des centres de transmigration dévolus à la culture vivrière pluviale. Sebamban I n’est que le premier d’une série de six projets situés sur la route reliant Banjarmasin à Pagatan.

Un projet ambitieux

32Des études de reconnaissance sommaires ont délimité une zone de 15 000 ha pour le projet. En majorité couverte d’alang-alang et de lambeaux de forêts secondaires par suite de défrichements abusifs, cette zone ne présente d’intérêt ni pour les populations locales ni pour les forestiers. Les transmigrants sont les bienvenus. Prévu à l’origine pour 1 200 familles, l’objectif est relevé à 2 000 familles en cours de réalisation. Deux blocs supplémentaires (A1 et B1) sont donc adjoints au projet initial, à plus de 15 km du centre administratif. Deux mille maisons de transmigrants, 1 072 puits, 5 écoles, 95 bâtiments divers, 53,5 km de routes d’accès et 11 ponts sont construits.

33À partir du mois d’octobre 1979, Sebamban I accueillait 8 568 personnes originaires de toutes les provinces de Java, de Bali, de Lombok et de Kalimantan-Sud. À son arrivée, chaque famille doit recevoir deux hectares de terrain dont un hectare défriché au tracteur et prêt à être ensemencé. En plus d’une aide alimentaire complète pendant douze mois, les colons obtiennent gratuitement des semences, des plants, des engrais, des pesticides, des outils, des ustensiles de cuisine, des moustiquaires. Deux cents bovins sont distribués à des migrants tirés au sort. La pleine propriété d’une vache n’est accordée qu’après restitution de deux veaux au projet. Heureux transmigrants...

34Comme à l’accoutumée, la réalité diffère. Deux ans après leur arrivée, 240 familles du bloc B1 et 206 du bloc G attendent toujours leur deuxième parcelle. Dans le bloc A1, 92 familles n’ont reçu que les 25 ares de pekarangan. De nombreuses parcelles sont défrichées très sommairement, voire oubliées. En raison de délais « imprévus », aucune parcelle n’était prête à être ensemencée à l’arrivée des colons.

35La mise en place du programme Bimas laisse à désirer. En 1982, les engrais ne sont disponibles que 3 à 4 mois après le semis ; les pesticides arrivent après la récolte. Les houes offertes aux colons ne résistent pas à une tentative d’emmanchement ; les semences sont souvent trop âgées, parfois pourries et toujours en quantité insuffisante ; la plupart des plants, arrachés des polybags pour faciliter leur transport, arrivent morts sur le centre...

36Les 200 bovins arrivent au projet dans un état sanitaire désastreux ; 24 décèdent dans les premières semaines ; une seule naissance est signalée en deux ans de présence sur le centre. Sur plus de mille puits creusés, seuls 200 fonctionnent. En saison sèche, la seule source d’eau « potable » pour les habitants des blocs A1 et B1 est une mare située à 5-6 km de distance.

37Mais la critique est aisée. Créer et organiser un centre de transmigration de 2 000 familles dans une zone pionnière de Kalimantan n’est pas une sinécure. Coincés entre une hiérarchie tatillonne et des transmigrants parfois excédés, les chefs de projet assurent la lourde tâche de coordonner les actions d’une dizaine de ministères. Les nombreux retards sont rarement imputables aux seuls agents de la Transmigration. Toutefois, certains problèmes résultant de négligences, voire de malversations pourraient être évités.

Un milieu naturel peu favorable

  • 16 Les moyennes mensuelles varient entre 290 mm en mars et 128 mm en octobre. De décembre à juin incl (...)

38Sebamban, à l’instar de la majeure partie de Kalimantan et de Sumatra, bénéficie d’un climat bien arrosé. La pluviométrie annuelle moyenne s’établit à 2 653 mm (station de Kota Baru)16. Les moyennes mensuelles laissent apparaître une saison sèche peu marquée, allant de juillet à novembre. Cette période se caractérise par une pluviosité aléatoire, soit excédentaire, soit déficitaire. Ainsi, environ une année sur trois, la saison sèche est bien marquée, avec trois mois consécutifs déficitaires.

  • 17 Capacité d’échange faible (6 à 15 meq/100 g), taux de saturation faible (inférieur à 30 %), quanti (...)

39L’ensemble du site présente une topographie aux ondulations de faible amplitude. Quelques lambeaux de forêts secondaires rompent la monotonie d’un paysage dominé par Imperata cylindrica. Les sols, pour l’essentiel développés à partir de sédiments marins tertiaires, entrent dans la catégorie des sols ferrallitiques désaturés. Leurs caractéristiques chimiques s’avèrent médiocres17. En bref, les sols de Sebamban ne présentent qu’un seul avantage : en raison de leur médiocrité, ils sont libres de toute convoitise.

Du rêve des uns à la réalité des autres

  • 18 Et, en vrac : l’amélioration de la vulgarisation agricole, de la technicité des agriculteurs, des (...)

40Les solutions techniques pour la mise en valeur d’un tel milieu par des projets vivriers en culture pluviale existent. Le rapport final de l’étude de reconnaissance réalisée par l’Université propose : des labours répétés ou le recours aux herbicides (Round-up) pour éradiquer l’alang-alang ; le chaulage systématique pour relever le pH ; une forte fumure minérale pour corriger la déficience en bases ; l’utilisation de compost et de fumier pour relever le taux de matière organique ; la construction de banquettes anti-érosives ; l’usage de variétés sélectionnées à haut rendement18. Véritable catalogue de vœux pieux, le rapport se garde bien de signaler le coût prohibitif d’opérations telles que l’éradication de l'alang-alang, le chaulage et l’amélioration générale des services. Il oublie également de préciser l’inefficacité du chaulage et de la fertilisation minérale dans des sols à faible capacité d’échange soumis à un lessivage intense.

  • 19 L’opération, très exigeante en main-d’œuvre, nécessite 107 jours-homme par hectare pour une premiè (...)

41Pour la plupart, les solutions techniques ne sont pas inconnues des transmigrants. En revanche, elles leur sont souvent inaccessibles. Force de travail, capital et technicité trop faibles forment un obstacle quasi insurmontable. En l’absence d’herbicide et de tracteurs, le transmigrant se résigne à extirper manuellement les rhizomes d'Imperata19. En moyenne, de la première à la troisième année, les surfaces défrichées passent de 0,42 à 0,92 puis 1,13 ha par famille. Ultérieurement, elles se stabilisent autour de 125 ares, 25 ares pour le pekarangan et 100 ares pour les cultures vivrières.

  • 20 Le maïs est semé en poquets en lignes espacées de quatre à huit mètres, le manioc est planté en li (...)

42En première saison, les surfaces cultivées en plantes annuelles sont exclusivement consacrées au tumpang sari : riz pluvial, maïs et manioc20 en culture associée. En deuxième saison, la surface cultivée dépasse rarement 40 ares de palawija : arachide, soja ou maïs. Certains transmigrants expliquent la faiblesse des surfaces cultivées en deuxième saison par le manque de temps pour la préparation du sol. D’autres invoquent le manque de semences ou les risques de sécheresse. Mais le plus grand nombre déclare privilégier d’autres activités.

  • 21 Il nécessite en moyenne deux passages d’entretien de 33 et de 17 jours-homme/ha.

43L’entretien des cultures s’avère particulièrement fastidieux. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l'alang-alang ne pose pas de problèmes insurmontables aux paysans. Un houage profond avec extirpation des rhizomes permet de s’en débarasser pour un temps. Le contrôle de graminées adventices à cycle court, comme Digitaria spp., s’avère plus délicat21.

44La fertilisation et les traitements phytosanitaires restent des thèmes techniques mal maîtrisés. De nombreux transmigrants ne perçoivent l’intérêt des intrants qu’après une ou deux expériences malheureuses. Selon les responsables agricoles, une bonne moitié de l’engrais distribué gratuitement à Sebamban II aurait été racheté par des transmigrants de Sebamban I. À partir de la troisième année, respectivement 95 % et 88 % des migrants pratiquent la fertilisation et les traitements phytosanitaires. Malheureusement, 20 % seulement d’entre eux respectent les doses recommandées. Tous les autres invoquent le manque de capital pour justifier les doses homéopathiques pratiquées.

45Or, grâce au programme Bimas, les colons peuvent obtenir à crédit les intrants indispensables. Ils hésitent cependant à souscrire à hauteur des surfaces cultivées. Les intrants prévus par le programme Bimas pour 50 ares sont habituellement répartis sur des surfaces plus importantes ou sur plusieurs saisons de culture. Ni le coût du crédit (1 % fixe par mois jusqu’à remboursement), ni son accessibilité (très facile par l’intermédiaire des kelompok tani) n’expliquent la réticence des colons à s’endetter. Cette dernière provient essentiellement de la faiblesse chronique des rendements et des risques élevés liés à la culture pluviale.

  • 22 Une sécheresse exceptionnelle (un seul cas en 28 années d’observations) est survenue en pleine pér (...)

46La deuxième année de culture livre la meilleure récolte jamais obtenue par les transmigrants de Sebamban. Cette année-là, le rendement moyen en riz pluvial s’établit à 569 kg de paddy par hectare. En fonction de leur production et du nombre de consommateurs, 10 % seulement des familles assurent leur autosubsistance en riz en 1981-82. La situation empire l’année suivante. Le rendement moyen de l’échantillon étudié ne s’élève qu’à 94 kg de paddy par hectare. Sur 60 familles, 21 ne récupèrent même pas la semence mise en terre. Cette récolte désastreuse s’explique par la conjonction d’un accident climatique et d’une attaque parasitaire22.

47On comprend, dans ces conditions, que les transmigrants soient peu enclins à s’endetter pour acheter des intrants. La récolte désastreuse de 1982-83 laisse les familles sans ressources. La grande majorité des chefs de famille n’a d’autre choix que de quitter le centre, à la recherche d’emplois journaliers. Les villages autochtones de Sebamban et de Pagatan ne peuvent répondre à l’afflux croissant de demandeurs d’emploi provenant des diverses unités de Sebamban I, II et III. Certains chefs de famille s’éloignent à plus de 200 km, à Kalimantan-Est ou Banjarmasin, où ils se retrouvent en concurrence avec les transmigrants des zones de pasang surut. L’éloignement des emplois potentiels les oblige à quitter leur famille pendant des périodes allant de 10 à 30 jours.

48Les absences de plus en plus fréquentes des chefs de famille rejaillissent inévitablement sur l’activité agricole. Dans un premier temps, les hommes n’assurent plus que la préparation du sol. Ils arrêtent les nouveaux défrichements et réduisent fréquemment les surfaces cultivées. Le recours à la fertilisation chimique et aux traitements phytosanitaires devient de plus en plus rare. La deuxième culture annuelle est abandonnée. L’entretien des cultures est confié aux femmes et aux enfants.

  • 23 Contrairement à une croyance communément répandue, ce n’est pas l’infestation des parcelles par l'(...)

49Un cycle infernal est enclenché. La faible intensité culturale entraîne un accroissement rapide de l’enherbement des parcelles, mal contrôlé par la faible force de travail de la famille restée sur place. La prolifération des adventices et la faiblesse, voire l’absence, de la fertilisation et des traitements se traduisent par des rendements de plus en plus faibles. À partir de la cinquième année, la grande majorité des familles préfère renoncer définitivement à la culture. Progressivement, l'alang-alang reprend possession du terrain23.

Sebamban : dix ans plus tard

50Dix ans après l’ouverture de la zone de transmigration de Sebamban, l’excellente route goudronnée qui relie Banjarmasin à Pagatan traverse toujours les mêmes paysages désolés. Seules de petites maisons blanches aux toits de tôle, rigoureusement alignées de part et d’autre d’allées perpendiculaires, témoignent de la présence d’anciens centres de transmigration. Quelques kapokiers isolés dans la prairie à Imperata rappellent que le site était cultivé il n’y a pas si longtemps. Sebamban I dépend maintenant du gouvernement provincial de Kalimantan-Sud. Les agents du ministère de la Transmigration ont rejoint de nouveaux fronts pionniers. À l’instar des anciens bâtiments administratifs, le centre paraît abandonné, délabré.

51La faiblesse des surfaces cultivées renforce l’impression d’abandon quasi total. Heureusement, le centre n’est pas aussi abandonné qu’il y paraît. Sur les 59 familles enquêtées en 1982, il en reste encore 39 en 1991. La joie des retrouvailles est quelque peu ternie par l’énumération des départs et des décès. Les familles encore présentes semblent en sursis. Elles ne donnent guère l’impression d’avoir définitivement intégré leur nouvel habitat, comme le laisse entendre le leitmotiv : « Beaucoup sont rentrés, nous résistons encore... ».

  • 24 La situation varie d'un bloc à l’autre. Comme à l’accoutumée, la proportion la plus faible d’aband (...)

52Un bon tiers des transmigrants de Sebamban a quitté le centre avant son dixième anniversaire. La majorité d’entre eux (45 %) est partie sans laisser d’adresse. Les autres ont, soit réintégré leur province d’origine (20 %), soit tenté leur chance dans un autre centre de transmigration (20 %). Enfin, 15 % des lots ont été abandonnés par les enfants après le décès de leurs deux parents24. Les départs n’ont pas été compensés par un afflux de migrants spontanés. Ces derniers préfèrent s’inscrire comme APPDT dans les nombreux centres sur le point d’ouvrir dans la province. Ils bénéficient ainsi de tous les avantages des transmigrants assistés, et surtout de l’aide alimentaire gratuite.

53En règle générale, les lots (terres et maison) ont été rachetés par des voisins pour leur propre compte (55 %) ou pour installer leurs enfants mariés (15 %). La cession de terres étant officiellement interdite pendant les dix premières années, les migrants préfèrent le terme de ganti rugi (dédommagement) à celui de jual beli (vente achat). Le montant des transactions reste modeste. Un lot de deux hectares se négocie rarement au-delà de 150 000 Rp. Les vendeurs se contentent souvent d’un prix équivalant à un aller-simple pour Java ou Bali. Seule la vente de parcelles situées en bordure de route ou à proximité du marché donnent lieu à enchères. Plus souvent (30 % des cas), les lots ne trouvant pas de preneurs sont abandonnés ou simplement confiés à des voisins.

  • 25 Dans le bloc B1, un commerçant se retrouve aujourd’hui propriétaire de 24 hectares d'alang-alang. (...)

54Le départ des uns permet aux autres d’accroître leur propriété foncière. Ainsi, près des deux tiers (64 %) des transmigrants de notre échantillon se sont portés acquéreurs de surfaces variant entre 25 et 400 ares25. D’autres accroissent leur propriété en défrichant, année après année, les derniers lambeaux de forêt secondaire à proximité du centre. Les réductions de surface ne concernent que 5 % des familles. Les autres (31 % des familles) conservent intacts les deux hectares octroyés par la Transmigration (55 % de la surface totale). La figure 36 récapitule l’évolution du foncier à Sebamban I.

Figure 36. Origine du foncier à Sebamban en 1990.

Figure 36. Origine du foncier à Sebamban en 1990.

Source : Enquêtes de terrain (1990-91).

55Le manque de terre ne motive pas la volonté d’accroître le domaine foncier. Comme le montre la figure 37, plus des deux tiers des surfaces en propriété ne sont pas ou plus cultivés. L’achat de terres sert avant tout à affirmer un statut social de propriétaire foncier. Les transactions concernant les pekarangan visent surtout à installer les enfants à proximité, ou à se rapprocher des grands axes de communication, du marché et des écoles.

Figure 37. Utilisation du sol à Sebamban en 1990.

Figure 37. Utilisation du sol à Sebamban en 1990.

Source : Enquêtes de terrain (1990-91).

56Pour 59 % des familles, l’activité agricole se limite à la production de fruits et de légumes dans les pekarangan. Presque entièrement autoconsommée, cette production est difficile à évaluer. La vente de poulets et, plus rarement, de bovins assure l’essentiel du revenu monétaire agricole de ces familles. Les revenus non agricoles proviennent, par ordre décroissant d’importance, d’emplois journaliers, d’activités minières, du commerce, de la fonction publique ou de l’artisanat, et de soutiens extérieurs.

57La recherche active d’emplois journaliers des premiers temps n’a plus cours. Les opportunités trop éloignées sont laissées à d’autres. Les anciens villages assurent l’essentiel des emplois : creusement de tambak (bassins d’élevage de crevettes) à Pagatan et sciage de long à Sebamban-Village. Sur le centre, quelques maraîchers emploient occasionnellement des journaliers. Les revenus, faibles et peu sûrs, n’assurent que la simple survie des familles (26 % de l’échantillon). Celles-ci restent à la merci d’opportunités d’emploi aléatoires.

  • 26 Tous connaissent et colportent l’histoire de ce transmigrant de Sebamban II qui a trouvé un diaman (...)

58Dans les blocs A1 et B1, les chercheurs d’or et de diamants banjar ont fait de nombreux émules parmi les transmigrants (26 % des familles). L’exploitation commence à la houe et à la battée, à proximité des petits cours d’eau. Les plus chanceux investissent dans l’achat d’un groupe électrogène, d’une pompe et d’une lance d’incendie. De plus en plus intensive, l’exploitation minière dégrade considérablement le paysage. Relativement riches en or, les terrains livrent journellement de quoi rémunérer la main-d’œuvre. Il est rare qu’un orpailleur rentre bredouille. Une journée de travail rapporte entre 2 000 et 5 000 roupies par jour suivant le matériel utilisé. La découverte de diamants est plus aléatoire, mais aussi beaucoup plus payante. Un seul diamant peut payer dix ans de souffrances26. Personne n’envisage de rester orpailleur longtemps. Tous rêvent de rentrer chez eux fortune faite.

59Les activités commerciales concernent 18 % des familles, mais de manière fort diverse. Certains chefs de famille se sont spécialisés dans la collecte de produits vivriers sur le centre et leur revente sur le marché de Pagatan. D’autres revendent sur le centre le poisson acheté aux pêcheurs de Pagatan. Seules les épiceries rigoureusement gérées ont pu survivre à la disparition de nombreux débiteurs. Les survivantes réduisent considérablement leur chiffre d’affaire et n’accordent plus guère de crédit. Les transmigrants les plus malins (ou les moins scrupuleux) obtiennent des revenus élevés en servant d’intermédiaires dans les transactions concernant le foncier, les bovins, les bicyclettes, voire les montres-bracelets...

60Dans un premier temps, les transmigrants les plus éduqués de notre échantillon trouvent à s’employer comme vacataires dans les écoles du centre. Les plus patients passent maîtres-auxiliaires (honorer) et finissent par obtenir le statut tant convoité de titulaire de l’Éducation nationale. Divers artisans disposant d’un savoir-faire peu répandu s’assurent également des revenus réguliers. Par contre, charpentiers, menuisiers et maçons ne remplissent plus leurs carnets de commande. Trop peu de familles disposent des moyens d’améliorer leur habitat. Celles qui trouvent un gros diamant préfèrent construire la maison de leurs rêves dans leur village natal. Enfin, l’assistance d’enfants déjà mariés et la charité des voisins assurent la survie de 5 % des familles.

61L’activité agricole reste prédominante pour 41 % des familles de l’échantillon. Tous les Balinais entrent dans cette catégorie. Plutôt que de renoncer à l’agriculture, les Balinais préfèrent quitter le centre. La situation est plus diverse dans les blocs javanais. Seuls les Javanais spécialisés dans les cultures fruitières ou maraîchères persistent dans l’agriculture. En 1991, pratiquement tous les colons ont renoncé à la culture du riz pluvial. Les seuls à persister pratiquent la riziculture sur brûlis aux dépens des derniers lambeaux de forêt.

  • 27 Des doses relativement fortes d’engrais (300 kg de TSP et 100 kg d’urée par hectare) permettent d’ (...)
  • 28 En 1990, un revenu annuel de l’ordre de 750 000 Rp (environ 2 000 Rp par jour) permet d’assurer la (...)

62Les Balinais ont mis au point un système de culture à base d’arachide associée au maïs. Deux à trois cultures successives d’arachide par an permettent de contrôler efficacement l’enherbement des parcelles27. Le maïs, planté en intercalaire à des densités très variables, est produit pour l’autoconsommation. Vendue sur un marché local déficitaire, l’arachide se négocie entre 1 500 et 2 000 roupies le kilogramme et assure un revenu monétaire tout à fait correct aux familles balinaises28.

  • 29 L’un des colons de l’échantillon obtient ainsi un revenu annuel net de plus de 9 millions de roupi (...)

63Certaines familles javanaises ont considérablement étendu leur pekarangan. Le calcul s’avère payant puisque dans un cas au moins le cumul annuel des ventes de fruits et de légumes dépasse 2,5 millions de roupies pour 75 ares. Le maraîchage donne des résultats encore plus intéressants à condition de disposer d’un terrain proche d’un cours d’eau pour irriguer en saison sèche29.

64Considérant les résultats plutôt favorables des agriculteurs de l’échantillon, on peut s’étonner que tant de colons aient renoncé à l’agriculture (fig. 38). En fait, ils n’ont pas renoncé sans essayer. Quelques années plus tôt, lorsque tous les colons cultivaient l’arachide, le prix du kilo de graines ne dépassait pas 300 roupies. À la même époque, le marché de Pagatan ne pouvant plus absorber tous les légumes produits par les transmigrants, les excédents servaient à engraisser les cochons des Balinais du bloc D.

65À l’arrivée des premiers transmigrants, le marché local, surtout composé des pêcheurs de Pagatan et des exploitants forestiers de Sebamban, offrait des perspectives intéressantes. Les fruits, légumes et arachide de bouche atteignaient des prix 3 à 4 fois supérieurs à ceux pratiqués à Java. Malheureusement, le marché local ne pouvait en absorber que de faibles quantités. L’afflux massif de transmigrants provoqua l’effondrement des cours. Dès lors, de nombreux colons renoncèrent à l’agriculture pour se consacrer à des activités salariées ou à l’orpaillage. Les anciens producteurs se transformant en consommateurs, la région renoua avec la situation de pénurie antérieure. Les prix agricoles retrouvèrent alors un niveau élevé permettant à un nombre réduit de producteurs de survivre et ce, malgré des rendements faibles et des coûts de production élevés.

Figure 38. Revenus des familles de Sebamban en 1990.

Figure 38. Revenus des familles de Sebamban en 1990.

66Il serait donc vain d’ériger les agriculteurs de l’échantillon en modèle à suivre pour les autres transmigrants. La relative réussite économique des premiers est directement liée à l’abandon de l’activité agricole par les seconds. Cette situation n’est pas particulière à Sebamban. Elle se retrouve de manière plus ou moins accentuée dans de très nombreux centres de transmigration, à Kalimantan comme à Sumatra.

VARIATIONS SUR UN MÊME THÈME

67La grande zone de transmigration de Sintang (Kalimantan-Ouest) présente des conditions encore moins favorables que Sebamban. Une pluviométrie moyenne annuelle de 3 525 mm provoque un intense lessivage des sols. Ces derniers présentent des caractéristiques chimiques peu favorables à la culture vivrière pluviale. Par endroits, des loupes de sables blancs lessivés sont même inadaptées à une utilisation agricole quelconque.

  • 30 Signifiant « association commerciale » en chinois, ce terme est souvent synonyme d’entente illicit (...)
  • 31 Les fruits et légumes originaires de Pontianak, la capitale provinciale distante de plus de 500 km (...)

68Trois ans après leur ouverture, la plupart des centres connaissent des taux de défections de l’ordre de 30 %. Les quartiers installés sur des sables blancs sont totalement abandonnés. Leurs habitants ont fui le centre ou rejoint d’autres quartiers. L’orpaillage n’est rentable que si l’on dispose de dragues de grande taille et, d’une manière générale, la région offre peu d’opportunités de travail salarié. Les maraîchers des centres de transmigration tentent désespérément de pénétrer le marché urbain de la petite ville de Sintang. Face aux puissantes kongsi30 associant les commerçants chinois de la ville aux maraîchers chinois de Pontianak, la lutte est inégale31.

69Quant aux centres un peu plus éloignés de Sintang, leur isolement se traduit souvent par un approvisionnement insuffisant en vivres, en intrants, mais aussi en médicaments de première nécessité. Les écoles manquent d’instituteurs et les dispensaires restent fermés. La situation économique et sanitaire désastreuse n’incite guère les fonctionnaires à rejoindre leur poste. Ceux-ci profitent de la moindre occasion pour quitter leur poste. Les demandes de mutation s’accumulent. Certains vont jusqu’à soudoyer leurs supérieurs pour être affectés en ville. Les transmigrants suivent l’exemple.

70À Tumbang Sangai (Kalimantan-Centre), le pays Dayak accueille les transmigrants dans un milieu encore dominé par la forêt primaire. Sampit, la ville la plus proche est à 24 heures de klotok (barque équipée d’un moteur diesel). Le marché local n’offre aucun débouché aux productions agricoles des transmigrants. Les sols ne sont guère plus fertiles qu’ailleurs. Par contre, les sites aurifères pullulent. De nombreux transmigrants s’installent à proximité. De véritables villages, avec leurs écoles et leurs lieux de culte, poussent comme des champignons en pleine forêt.

71Dayak et Javanais s’entendent plutôt bien. Les quelques frictions des premiers temps s’estompent rapidement. L’immigration javanaise présente un intérêt insoupçonné pour les autochtones. Un jeune Dayak désirant se marier dans le respect des traditions passe plusieurs années de sa vie à accumuler le montant d’une dot particulièrement élevée. Épouser une Javanaise, outre l’exotisme, représente une économie considérable de temps et d’argent, les règles coutumières ne s’appliquant pas aux mariages inter-ethniques. Par ailleurs, le prix très élevé de la main-d’œuvre dayak constitue un frein au développement de certaines activités économiques. Faute de récolteurs, de nombreuses plantations d’hévéa ou de rotin ne sont pas exploitées. Faute de porteurs, l’exploitation de bois de fer (Eusideroxylon zwageri) se limite aux abords immédiats des cours d’eau. Faute de sarcleurs, les ladang sont infestés d’adventices. Les Dayak savent tirer parti de l’arrivée massive d’une main-d’œuvre bon marché pour surmonter ces contraintes.

72Les Javanais ne sont pas perdants dans l’opération. Le coût du transport et la faible concurrence entre commerçants se soldent, au niveau local, par des prix prohibitifs pour les denrées de base. Les emplois proposés par les autochtones permettent d’obtenir le revenu monétaire indispensable à la survie des familles pendant la phase pionnière. La fréquentation des Dayak permet aux Javanais de s’adapter plus vite à leur nouvel environnement. À Tumbang Sangai, en raison de la proximité de la forêt primaire, l’adaptation passe par l’adoption des techniques indigènes d’essartage. Cruelle ironie du sort. Ces Javanais qui devaient enseigner les techniques agricoles modernes aux Dayak, se muent en essarteurs. La forêt primaire, que l’adoption de techniques intensives devait préserver, disparaît sous les coups redoublés des Dayak et des Javanais.

  • 32 Le terme consacré de ganti rugi (indemnisation), plutôt que rachat, convient parfaitement à la mod (...)

73Le milieu naturel de Seputih Surabaya (Lampung) n’a rien à envier aux pires zones de transmigration de Kalimantan. Les sols relativement sableux ne portent que de maigres récoltes et se dégradent d’année en année. Dix ans après l’ouverture de la zone, plus de la moitié des transmigrants ont quitté les centres. Mais on chercherait vainement une maison abandonnée. Les arrivées de migrants spontanés compensent largement les départs de transmigrants. Ceux-là rachètent les lots de ceux-ci32. Que des transmigrants abandonnent Seputih Surabaya ne saurait surprendre. Mais que des migrants spontanés décident délibérément de les remplacer mérite une explication.

74Depuis le début des années soixante, la province de Lampung connaît un taux d’accroissement démographique compris entre 5 et 6 % par an. Ce taux, le plus élevé d’Indonésie, doit davantage à la migration spontanée qu’à la transmigration. La plupart des migrants spontanés sont de jeunes célibataires à la recherche d’emplois saisonniers et d’aventure. Après plusieurs années de migrations circulaires, certains migrants décident de s’installer définitivement dans leur province d’accueil. Pour ce faire, ils rentrent d’abord à Java, demandent la bénédiction de leurs parents et se marient. S’inscrire à la transmigration est exclu. Il n’y a plus de départs pour le Lampung depuis de nombreuses années et le risque est trop grand de se retrouver en Irian Jaya.

75Ces migrants connaissent bien les fronts pionniers du Lampung. Ils ont travaillé en forêt, en plaine et en montagne, dans les caféières des autochtones et dans les rizières des colons javanais. Mais pour s’installer définitivement, se marier et élever des enfants, rien ne vaut une ancienne zone de transmigration comme Seputih Surabaya.

  • 33 Certains groupes lampung ont la réputation de ne pas hésiter à recourir au poison pour régler de l (...)

76La zone, défrichée depuis une dizaine d’années, est maintenant facilement accessible par une bonne route asphaltée. Tous les services, écoles, dispensaires, marchés, sont représentés. Enfin, 99,5 % des habitants du sous-district appartiennent à l’ethnie javanaise. Peu de risques donc de transgresser des règles inconnues, de se faire molester voire empoisonner par des autochtones33. Seul revers de la médaille, les terrains semblent peu favorables à la culture. Mais on ne saurait s’en plaindre, puisque c’est pour cette raison que les transmigrants revendent leurs lots à très bas prix. Ces terrains, enfin, présentent un avantage de taille sur tout autre terrain plus fertile : ils sont vendus avec des certificats de propriété. Grâce à eux, le migrant s’affranchit du risque d’expropriation. Il devient légalement propriétaire et peut le prouver. Dans les priorités des migrants, la sécurité foncière l’emporte largement sur les critères de fertilité du milieu.

77Une fois installés, les migrants spontanés se retrouvent face aux mêmes problèmes que les transmigrants. La fertilité chimique des sols ne s’est guère améliorée dans l’intervalle, bien au contraire. Curieusement, les migrants spontanés interprètent l’échec des transmigrants avec les mêmes arguments que les fonctionnaires du ministère : « Il est vrai que les sols ne sont pas très fertiles, mais en travaillant dur, il devrait y avoir moyen de s’en sortir. Les transmigrants sont trop assistés, fainéants, manquent de motivation, etc. ». Année après année, les migrants spontanés apprendront la modestie à leurs dépens. Mais contrairement à de nombreux transmigrants, ils resteront fidèles à leur choix et s’accrocheront de toutes leurs forces à leur petit lopin de terne : « C’est pas grand-chose, mais c’est à moi ».

78Si l’échec des projets pasang surut provient avant tout d’un contrôle insuffisant de l’eau, celui des projets en culture pluviale incombe pour l’essentiel à une mauvaise fertilité chimique des sols et/ou à l’isolement des centres. Pourtant, les autorités prêtent attention à l’accessibilité des sites. Malgré quelques problèmes, surtout en saison des pluies, presque tous les centres sont accessibles en voiture tout-terrain ou en bateau. Par contre, les autorités ne se sont pas suffisamment inquiétées des possibilités de commercialisation des productions agricoles des transmigrants, ni d’éventuelles opportunités d’emplois non agricoles.

79Quant aux espoirs placés dans l’application des recettes de la Révolution verte à la culture pluviale, ils se révéleront vains. Les systèmes de culture les plus performants mis au point par les spécialistes de la Farming System Research sont « obstinément » refusés par les paysans. Cette obstination mérite que l’on s’y intéresse de plus près.

ON METTRA DE LENGRAIS ! L’ÉCHEC DE LA RÉVOLUTION VERTE EN CULTURE PLUVIALE

  • 34 Cria, 1978 a et h ; Ismailet al., 1978 ; McIntoshet al., 1978 ; Bernsten, 1980 ; Thomas, 1981 ; Soe (...)

80À partir de 1976, les résultats catastrophiques de plusieurs projets en culture vivrière pluviale ont poussé la Banque mondiale à financer d’importantes recherches agronomiques. Plusieurs universités locales et instituts de recherche internationaux ont reçu le mandat de mettre au point des systèmes de cultures vivrières adaptés aux centres de transmigration34.

81En culture irriguée, la Révolution verte se solde par une réussite incontestable. Les mêmes causes devant produire les mêmes effets, les agronomes tentent d’appliquer les recettes de la Révolution verte à la culture pluviale. Il n’y a pas de secret, les techniques sont connues. À chaque problème, sa solution. Le relèvement du pH nécessite un chaulage intense ; l’amélioration de la capacité d’échange, la fumure organique ; le faible taux de bases échangeables, une fumure minérale élevée ; le contrôle efficace des adventices, la culture continue ou les herbicides ; le contrôle phytosanitaire, les pesticides ; les sangliers, des clôtures. Quant au transmigrant, il vaut mieux qu’il soit courageux au travail et que le capital ne lui fasse pas défaut.

82Le transmigrant pourrait à la rigueur faire face à l’un ou l’autre des problèmes cités. Mais les conditions des sols sont telles qu’il doit faire face à tous les problèmes à la fois. Pire, année après année, les mêmes problèmes se reposent avec la même acuité. En milieu tropical humide, sous des pluviométries annuelles de l’ordre de 2 000 mm, le pH du sol retombe au niveau initial moins d’un an après chaulage ; la matière organique se minéralise à grande vitesse ; la lixiviation des bases réduit considérablement l’efficacité de la fumure minérale ; les niveaux endémiques d’infestation des pestes les plus diverses s’accroissent...

83L’un des systèmes proposés par le Cria (Central Research Institute for Agriculture) correspond en fait à un tumpang sari amélioré. En première saison, le maïs est implanté, à raison de deux pieds tous les mètres, en lignes espacées de quatre mètres. Le riz pluvial est semé dans les intervalles, quinze jours plus tard. Encore quinze jours plus tard, c’est-à-dire avec un mois de retard sur le maïs, des boutures de manioc sont plantées à proximité des poquets de maïs. Le maïs est récolté deux mois plus tard, laissant le manioc seul sur les lignes. Dans l’espace intercalaire, une cul ture d’arachide succède au riz pluvial en deuxième saison, puis une culture de niébé en troisième saison. Cette dernière culture est récoltée en même temps que le manioc. L’efficacité technique du système proposé est indéniable. Le sol, cultivé en permanence, reste propre tout en étant protégé contre l’érosion. Les cultures — associées, successives ou en relais — permettent d’étaler les pointes de travail dans le temps. En revanche, l’efficacité économique du système de culture laisse davantage à désirer. Le tableau xxiii (en annexe) récapitule les coûts en intrants et en main-d’œuvre à l’hectare. La surface maximale cultivable par une famille sans faire appel à la main-d’œuvre salariée s’établit à 54 ares en moyenne. La rémunération de la journée de travail familial (1 013 Rp) étant nettement inférieure au coût de la main-d’œuvre salariée (1 500 Rp/jour), le colon n’a aucun intérêt à étendre sa surface cultivée au-delà de cette surface.

84Le ratio input/output s’élève à 124 % ! Dans le meilleur des cas, si l’année agricole se déroule sans accroc, le colon peut espérer retrouver sa mise. Dans tous les autres, il se retrouvera endetté à l’issue de la campagne. Les fréquentes incursions de sangliers, les infestations de punaises et la sécheresse de 1982 n’incitent guère les transmigrants à courir ce risque. Comme à l’habitude, le refus des paysans d’adopter les thèmes techniques proposés par la recherche est mis sur le compte du manque de capital et de technicité des colons. Un gros effort de vulgarisation et la mise à disposition de crédits de campagne n’arrivent pourtant pas à vaincre leurs réticences.

85En riziculture irriguée, la Révolution verte a eu pour conséquence de sécuriser les revenus des paysans. En culture pluviale, l’application des mêmes recettes se traduit par une augmentation considérable des risques. Ces risques, certains transmigrants du Lampung-Nord acceptent pourtant de les prendre.

ET POURTANT, ÇA PEUT MARCHER

  • 35 L’ancien massif forestier de Gunung Balak fut ouvert illégalement à la colonisation par le parti c (...)

86En 1982-83, les autorités provinciales du Lampung décident le reboisement du sous-district de Gunung Balak (fig. 18)35. En 1983, la zone compte plus de 13 000 familles. Sur les cartes des forestiers, elle entre toujours dans la catégorie forêt protégée. En reboisant le massif de Gunung Balak, les autorités comptent réguler l’approvisionnement en eau du lac de Jepara qui permet d’irriguer les rizières des 12 000 familles de transmigrants de Way Jepara. Pour ce faire, les 13 000 familles de Gunung Balak sont convaincues de rejoindre des projets de Translok (transmigration locale) dans le nord du Lampung. En guise de dédommagement, chaque famille se voit attribuer 2 ha de terres, ainsi que la plupart des facilités habituellement accordées aux transmigrants.

87A priori, le centre de Translok de Totomulyo ne diffère en rien d’un centre de transmigration classique. Il n’en va pas de même pour les colons. Une base de recrutement pour le moins particulière réunit en un même lieu des familles se connaissant déjà. Les épreuves vécues ensemble revitalisent les réseaux d’entraide. Les colons sont de vrais agriculteurs et non des paysans sans terre. Grâce à la production de soja et de clous de girofle, Gunung Balak était un des kecamatan les plus prospères du Lampung. Le niveau d’éducation élevé des colons reflète parfaitement cette richesse passée.

88Soucieux de perpétuer le système de culture « soja-maïs » qui était le leur, les migrants sont contraints d’élever fortement le niveau des intrants. La pluviosité du Lampung-Nord permet en principe de réaliser trois cultures successives par an. En fait, la troisième culture ne donne que de faibles rendements. Sa fonction consiste davantage à prévenir les risques d’érosion, à contrôler les adventices, à maintenir la densité de rhizobium et à réduire les temps de préparation du sol pour les cultures suivantes. Cette culture de saison sèche fournit un revenu d’appoint non négligeable deux années sur cinq, et de l’engrais vert les autres années. En 1986, les rendements moyens s’élèvent à 920 kg de soja et 713 kg de maïs-grain par hectare en première saison (labuari) ; 876 kg de soja et 520 kg de maïs en deuxième saison (apitan) ; rarement plus de 200 kg de soja et 100 kg de maïs en saison sèche (lemareng).

  • 36 Ne disposant pas de série statistique suffisamment longue, il ne nous est pas possible de prendre (...)

89En ne retenant que les deux premières saisons, le bilan de la culture (tabl. xxiv en annexe) présente une rémunération très correcte de la journée de travail36. L’introduction de la traction attelée permettrait de faire passer cette rémunération de 2 100 à 3 800 roupies par jour. Grâce aux revenus tirés de la vente du soja et du maïs, complétés par quelques revenus non agricoles, les habitants de Totomulyo font figure d’exception dans l’ensemble des projets vivriers en culture pluviale. En 1986, le revenu annuel moyen des familles de Totomulyo dépasse légèrement le million de roupies, alors que les autres centres de la région tournent plutôt autour de 500 000 roupies par famille et par an.

  • 37 Qui plus est, l’un des systèmes testés par le Cria de Bogor ressemble trait pour trait à celui pra (...)

90Là où pouvoirs publics et Instituts de Recherche ont échoué, les colons originaires de Gunung Balak administrent la preuve que l’exploitation intensive des sols de fertilité médiocre du Lampung Nord est non seulement possible mais encore profitable. La pertinence des systèmes de culture proposés ne semble pas en cause. Les techniques préconisées par les agronomes ne diffèrent que très peu de celles pratiquées par les colons. Fumure minérale élevée et culture continue sont à la base des deux systèmes de culture. Le niveau de risque est équivalent37.

91Le niveau technique nettement supérieur à la moyenne des colons de Gunung Balak ne suffit pas à expliquer cette différence de comportement. En raison de la fertilité chimique exceptionnelle des sols de leur région d’origine, aucun des migrants ne pratiquait la fumure minérale. Tous, par contre, pratiquaient la monoculture de soja et achetaient leur riz.

92Le transmigrant moyen, socialement isolé dans un environnement inconnu, répugne à prendre des risques financiers importants. Il cherche avant tout à assurer sa subsistance, ce qui l’amène à privilégier la culture de riz pluvial. La faiblesse des rendements et la difficulté à contrôler les adventices le laissent, année après année, dans une situation déficitaire. Contraint de recourir, de plus en plus fréquemment, au travail extérieur pour assurer la suivie des siens, il finit par renoncer définitivement à l’activité agricole.

93Au contraire, le colon originaire de Gunung Balak fait partie intégrante d’un réseau d’entraide actif. Conséquence inattendue de l’expropriation, riches et pauvres, jeunes et vieux se retrouvent à égalité, unis dans le malheur. Les valeurs traditionnelles javanaises, comme l’entraide communautaire, retrouvent toute leur force. Dès lors, les risques ne sont plus pris individuellement, mais partagés par l’ensemble de la communauté. Les migrants cherchent à reproduire dans leur nouvel environnement un modèle ayant déjà fait ses preuves ailleurs. Pour y parvenir, ils n’ont d’autre choix que de recourir à une forte fumure minérale.

  • 38 Culture continue et fertilisation minérale intense provoquent une minéralisation rapide de la mati (...)

94Tous les problèmes ne sont pourtant pas résolus. La reproductibilité du système n’est pas assurée. La gestion de la matière organique des sols sur le long terme reste problématique38. L’évolution de la politique agricole indonésienne préoccupe encore davantage les paysans. Deux mesures gouvernementales récentes, en particulier, menacent la pérennité du système. La réduction progressive des subventions à l’agriculture fait passer le prix du kilogramme d’engrais de 110 à 240 roupies entre 1987 et 1991. Dans le même temps, pour favoriser le développement des industries de transformation du soja, le Gouvernement décide de bloquer le prix au producteur. Par ces deux mesures, le renchérissement des coûts de production est exclusivement supporté par le producteur. Le niveau de risque, de plus en plus élevé, n’incite guère les agriculteurs à persévérer dans la monoculture du soja.

95Le problème ne concerne pas uniquement le soja. Si le Gouvernement indonésien persiste clans sa volonté de réduire les subventions à l’agriculture et de maintenir des prix agricoles bas, le développement de projets vivriers en culture pluviale sur sols marginaux semble définitivement compromis.

UNE INSUFFISANTE PRISE EN COMPTE DU RISQUE

96Qu’ils soient situés à Sulawesi, à Kalimantan ou à Sumatra, les centres de transmigration bénéficiant de milieux fertiles ne connaissent guère de problèmes. Qu’un milieu fertile favorise le développement d’un centre de colonisation agricole ne saurait surprendre. Par contre, l’incapacité dans laquelle se trouvent les transmigrants de corriger les défaillances du milieu donne à réfléchir. En Indonésie comme ailleurs, l’activité agricole ne se restreint pas exclusivement aux sols chimiquement fertiles. L’objectif de la plupart des techniques agricoles n’est-il pas justement de corriger les insuffisances du milieu physique ?

97Or, les solutions techniques existent. L’agronome ne reste jamais à court d’arguments. À chaque problème sa solution. Force est cependant de constater que les recommandations des agronomes ne sont guère suivies par les migrants. Envisager que les systèmes préconisés soient inadaptés ou peu performants relèverait du crime de « lèse-science ». S’il y a inadaptation, celle-ci ne peut venir que des migrants. Il y a peu, l’on invoquait « le refus du progrès, l’immobilisme, l’attachement immodéré aux traditions » du monde paysan. Aujourd’hui, on parle plus volontiers du manque de technicité et du manque de capital des migrants.

  • 39 Un temps de latence plus ou moins long sépare toujours l’adoption de l’innovation par certains pré (...)

98Il est vrai que le niveau technique moyen des transmigrants est plutôt faible. La plate-forme de recrutement explique parfaitement cette faiblesse. Les volontaires à un départ en transmigration se recrutent parmi des paysans mal dotés en terre, voire sans terre. Ouvriers agricoles et journaliers ne disposent d’aucune expérience dans la gestion d’une exploitation agricole. Tous les migrants ne sont cependant pas logés à la même enseigne. Dans chaque centre, environ 10 % des chefs de famille disposent d’un niveau technique et d’un niveau d’éducation élevés. Ce pourcentage peut être plus élevé dans les centres regroupant un grand nombre d’agriculteurs expulsés pour les besoins d’un projet d’intérêt national (barrage, autoroute, camp militaire). Cette catégorie d’agriculteurs modèles (teladan en indonésien) sert habituellement de relais à la vulgarisation agricole. On comprendrait dans ces conditions que l’adoption des systèmes proposés ne soit pas immédiate39. Le refus unanime des systèmes proposés, même par les colons de niveau technique élevé, oblige à rechercher d’autres explications.

99L’hypothèse du manque de capital ne résiste pas mieux à l’analyse. Bien sûr, tous les colons manquent de capital à leur arrivée sur les centres. Mais, par le biais du programme Bimas, l’État fait un effort considérable pour mettre à la disposition de tous un crédit de campagne fortement subventionné. Malgré quelques difficultés de mise en place et d’inévitables chicaneries administratives, l’accès au crédit demeure relativement aisé. Pourquoi, dans ces conditions, les transmigrants hésitent-ils à s’endetter ?

100Tout simplement parce que, pour les paysans, les systèmes de culture proposés ne sont pas aussi performants que leurs créateurs le laissent entendre. Tout d’abord, la culture vivrière pluviale intensive engendre un coût élevé en intrants et en travail. Or, en conditions pionnières, les rendements des cultures sont peu prévisibles. D’une part, les migrants ne disposent que d’une connaissance très imparfaite de leur nouveau milieu, de ses sols et de son climat, bref, de ses capacités à produire. D’autre part, insectes, rongeurs, sangliers, voire éléphants, peuvent réduire à néant, en une seule nuit, plusieurs mois d’efforts. Faut-il s’étonner, dans ces conditions, que les paysans hésitent à s’endetter pour acheter les intrants indispensables à une culture intensive ? Ce niveau élevé de risque, inacceptable pour un paysan, explique parfaitement le refus des systèmes de culture proposés.

101Devant les risques encourus, le transmigrant cherche avant tout à assurer son autosubsistance. Or, même en milieu fertile, la culture continue de riz pluvial pose des problèmes insurmontables aux colons. Le contrôle de l’infestation par les graminées adventices devient de plus en plus délicat. En milieu fertile, les migrants optent rapidement pour la culture du soja, légumineuse sarclée dont l’enherbement est plus facile à contrôler. En milieu marginal, la culture du soja n’est par contre envisageable qu’avec fumure élevée.

102D’autres cultures annuelles pourraient apporter une réponse intéressante aux problèmes des milieux marginaux. Le maraîchage, par exemple, exige une forte artificialisation du milieu, que celui-ci soit fertile ou non. Incités par les prix élevés des fruits et légumes sur les marchés de Kalimantan et Sumatra, plusieurs centres de transmigration ont tenté l’aventure. Malheureusement, la capacité de production des transmigrants dépasse considérablement les possibilités d’absorption par les marchés des provinces d’accueil. Localement, les villages autochtones sont rapidement saturés, et les marchés urbains des capitales provinciales pas toujours accessibles aux transmigrants.

103Ne pouvant assurer ni son autosubsistance ni un débouché pour ses productions, le transmigrant est contraint de rechercher des emplois non agricoles en dehors des centres. Exploitation forestière, orpaillage et salariat agricole forment l’essentiel de ces opportunités d’emploi. Malheureusement, dans les zones de transmigration, le marché de l’emploi n’est guère plus étendu que celui des produits. De nombreux transmigrants préfèrent alors abandonner les centres. Souvent, le départ des uns permet aux autres de se maintenir.

104La mise en valeur de milieux marginaux par des projets vivriers en culture pluviale est techniquement réalisable. Sur les plans économiques et sociaux, elle implique cependant des coûts élevés. À Sebamban comme à Totomulyo, les coûts de production élevés ne gênent nullement les transmigrants, tant que les prix payés au producteur restent dans les mêmes proportions. Cependant, l’évolution récente de la politique économique indonésienne va à l’encontre des vœux des transmigrants. Vingt ans d’une politique de soutien de l’agriculture arrivent à leur terme. Année après année, les subventions aux intrants diminuent. Par ailleurs, pour favoriser le développement des industries agro-alimentaires, et de manière plus générale le décollage industriel du pays, le Gouvernement lance une politique de blocage des prix agricoles.

105Cette nouvelle politique sonne résolument le glas des cultures vivrières dans les milieux marginaux. Les temps ont changé. L’objectif d’autosuffisance en riz, atteint depuis 1983, fait place à d’autres priorités. Dans les ministères, la fameuse réplique « on mettra de l’engrais » n’est plus au goût du jour. La baisse des recettes pétrolières oblige l’État à plus de prudence dans ses investissements. Il cherche désormais à impliquer le secteur privé dans la transmigration. Les projets vivriers cèdent la place aux projets Nucleus Estate and Smallholders.

Notes

1 L’auteur fait référence à ce qu’il appelle par ailleurs « la stérilisation des sols par les pluies tropicales » (Fauchére :, 1935).

2 Dans les îles extérieures, une seule culture de riz pluvial sur brûlis alterne avec une quinzaine d’années de jachère arborée. Dans les îles intérieures, le riz se cultive de manière continue mais en conditions inondées. En culture pluviale, il s’intègre toujours dans des systèmes complexes, en rotation avec des plantes sarclées.

3 Sa prise en compte n’intervient plus que dans les cas extrêmes : tourbes épaisses, podzols vrais, sables blancs, voire absence de sol.

4 La solution retenue dépend avant tout de la capacité de négociation des représentants du Gouvernement provincial et de la détermination des populations locales.

5 Les forestiers ne cèdent de bonne grâce que les forêts dégradées, euphémisme en vigueur pour qualifier les zones couvertes par Imperata cylindrica.

6 La pluviométrie mensuelle moyenne varie entre 79,7 mm en octobre et 228,9 mm en avril. Une saison sèche survient en septembre ou en octobre, six années sur dix mais sa durée ne dépasse un mois qu’une année sur dix. Les pluviométries excédentaires (supérieures à 300 mm) sont aussi rares que les pluviométries déficitaires. Les températures moyennes mensuelles restent comprises entre 19,5 et 21,7 °C pour les minimales et entre 30,7 et 32,8 °C pour les maximales.

7 Les sols présentent une forte capacité d’échange, un niveau élevé de saturation en bases et un pH proche de la neutralité.

8 Mopuya compte trois quartiers javanais et un quartier balinais, Mopugat un quartier sundanais et trois quartiers balinais.

9 Pour de nombreux migrants, cette fertilité exceptionnelle se traduit d’ailleurs par d’importants problèmes de verse du riz pluvial.

10 À Sausu, des vérifications précises auprès des chefs de quartier donnent un taux d’abandons de 21 %.

11 Le président Suharto, lui-même, en est à sa deuxième visite. Au dire des transmigrants, l'excellence du réseau routier local ne serait pas étranger à la qualité des visiteurs.

12 On ne devrait donc parler que de fertilité du milieu et non de fertilité du sol.

13 pH 6, capacité d’échange et taux de saturation en bases élevés, etc.

14 D’autres plantes sarclées permettraient d’arriver au même résultat. Les légumineuses présentent l’avantage supplémentaire de pouvoir utiliser l'azote atmosphérique. Parmi celles-ci, la préférence accordée au soja provient d’un calcul économique (prix unitaire élevé, facilité de commercialisation et bon revenu de la culture).

15 Des conditions naturelles adverses forment le lot de la majorité des centres de Sumatra et de Kalimantan (Best, 1985 ; Kum, 1988 ; Tad, 1978 ; Euroconsult, 1983).

16 Les moyennes mensuelles varient entre 290 mm en mars et 128 mm en octobre. De décembre à juin inclus, les pluies sont régulières et abondantes.

17 Capacité d’échange faible (6 à 15 meq/100 g), taux de saturation faible (inférieur à 30 %), quantité de bases échangeables faible (2 à 4 meq/100 g), taux de matière organique faible (1,5 % avant culture), faibles réserves en phosphore et en potasse, déficiences en oligo-éléments et risques de toxicité dus à l’aluminium et au manganèse. Les horizons « A » sont peu épais, relativement compacts, pauvres en matière organique et fortement acides (pH 4,2 à 4,5).

18 Et, en vrac : l’amélioration de la vulgarisation agricole, de la technicité des agriculteurs, des organisations rurales, des coopératives, du crédit agricole (Universitas Lambung Mangkurat, 1977).

19 L’opération, très exigeante en main-d’œuvre, nécessite 107 jours-homme par hectare pour une première ouverture. Sur terrain préalablement labouré au tracteur, 72 jours-homme suffisent. Les saisons suivantes, il faut compter 49 jours-homme/ha pour contenir l’infestation.

20 Le maïs est semé en poquets en lignes espacées de quatre à huit mètres, le manioc est planté en lignes encore plus espacées ou en bordure de parcelle. Le riz est semé entre les lignes de maïs.

21 Il nécessite en moyenne deux passages d’entretien de 33 et de 17 jours-homme/ha.

22 Une sécheresse exceptionnelle (un seul cas en 28 années d’observations) est survenue en pleine période de floraison du riz pluvial. Le mois précédent, une infestation de wereng (Nilaparvata sp. et Nephotettix sp.) avait déjà causé des dommages irréversibles aux cultures.

23 Contrairement à une croyance communément répandue, ce n’est pas l’infestation des parcelles par l'alang-alang qui entraîne l’abandon de la culture. L’Imperata ne fait que se réinstaller dans les terrains abandonnés.

24 La situation varie d'un bloc à l’autre. Comme à l’accoutumée, la proportion la plus faible d’abandons (22,3 %) s’observe dans les blocs balinais. Le bloc B1 connaît un taux d’abandons (43,3 %) plus élevé que la moyenne. Celui-ci s’explique par des débuts particulièrement difficiles et surtout par l’absence chronique d’eau potable en saison sèche.

25 Dans le bloc B1, un commerçant se retrouve aujourd’hui propriétaire de 24 hectares d'alang-alang. Que compte-t-il en taire ? Pour l’instant rien. Mais la joie de sa jeune épouse, comptant et recomptant soigneusement les certificats de propriété empilés sur la table, fait plaisir à voir.

26 Tous connaissent et colportent l’histoire de ce transmigrant de Sebamban II qui a trouvé un diamant de 20 carats. Ou bien était-ce 40 carats ? Aujourd’hui, il coule des jours heureux dans son village natal.

27 Des doses relativement fortes d’engrais (300 kg de TSP et 100 kg d’urée par hectare) permettent d’obtenir des rendements variant entre 750 et 900 kg d’arachide-graine par hectare.

28 En 1990, un revenu annuel de l’ordre de 750 000 Rp (environ 2 000 Rp par jour) permet d’assurer la couverture des besoins élémentaires d’une famille à Kalimantan-Sud.

29 L’un des colons de l’échantillon obtient ainsi un revenu annuel net de plus de 9 millions de roupies grâce au maraîchage.

30 Signifiant « association commerciale » en chinois, ce terme est souvent synonyme d’entente illicite en indonésien.

31 Les fruits et légumes originaires de Pontianak, la capitale provinciale distante de plus de 500 km, arrivent à Sintang moins chers que ceux des centres de transmigration les plus proches.

32 Le terme consacré de ganti rugi (indemnisation), plutôt que rachat, convient parfaitement à la modicité des sommes en jeu.

33 Certains groupes lampung ont la réputation de ne pas hésiter à recourir au poison pour régler de légers différends.

34 Cria, 1978 a et h ; Ismailet al., 1978 ; McIntoshet al., 1978 ; Bernsten, 1980 ; Thomas, 1981 ; Soepardi, 1982.

35 L’ancien massif forestier de Gunung Balak fut ouvert illégalement à la colonisation par le parti communiste indonésien en 1963. L’exceptionnelle fertilité de sols développés à partir d’un affleurement basaltique avait attiré de nombreux colons.

36 Ne disposant pas de série statistique suffisamment longue, il ne nous est pas possible de prendre en compte la troisième saison de culture aux résultats par trop aléatoires.

37 Qui plus est, l’un des systèmes testés par le Cria de Bogor ressemble trait pour trait à celui pratiqué par les colons de Gunung Balak. C’est pourtant celui qui a remporté le moins de succès auprès des transmigrants. Avec une rotation qui ne prévoit pas de ri/, les migrants n’étaient pas en mesure d’assurer leur autosubsistance alimentaire.

38 Culture continue et fertilisation minérale intense provoquent une minéralisation rapide de la matière organique. Les argiles du sol étant de nature kaolinitique, la capacité d’échange provient pour l’essentiel du complexe humique. La baisse rapide du taux de matière organique se traduit par une moindre efficacité de la fertilisation minérale.

39 Un temps de latence plus ou moins long sépare toujours l’adoption de l’innovation par certains précurseurs et l’adoption unanime par tous les migrants (Mendras et Forsé, 1983 : 78-79).

Table des illustrations

Titre Figure 35. Revenus des familles de Mopuya (1982-1983),
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15245/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Titre Figure 36. Origine du foncier à Sebamban en 1990.
Légende Source : Enquêtes de terrain (1990-91).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15245/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 37. Utilisation du sol à Sebamban en 1990.
Légende Source : Enquêtes de terrain (1990-91).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15245/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Titre Figure 38. Revenus des familles de Sebamban en 1990.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15245/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 120k

© IRD Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search