Version classiqueVersion mobile

La terre d’en face

 | 
Patrice Levang

Deuxième partie. Quatre grands types de projets

5. Les aménagements de marais côtiers

Texte intégral

« No other soil type combines so many unused possibilities with so many unsolved difficulties. »
Soepraptohardjo et Driessen (1976 : 15)

1Vers la fin des années soixante, lorsque le Gouvernement d’« ordre nouveau » lance le premier plan quinquennal (1969-1974), personne ne croit vraiment en la Révolution verte. Les objectifs affichés de doublement des rendements s’apparentent par trop aux ambitions délirantes de l’ère sukarnienne. Pour assurer l’autosubsistance alimentaire en riz du pays, les autorités comptent davantage sur l’extension des surfaces cultivées.

2C’est à la Transmigration que revient la mission de mettre en valeur les vastes espaces sous-utilisés des îles extérieures. Or, depuis quelques années, elle connaît des difficultés croissantes pour trouver des zones favorables à l’implantation de projets rizicoles. Pour éviter les conflits fonciers de plus en plus fréquents avec les populations autochtones, le Ministère doit se tourner vers des zones de plus en plus isolées. Cette solution engendre bien évidemment un surcoût important en infrastructures routières, surtout si les sites à développer sont de faible taille. Les travaux d’irrigation d’une certaine ampleur — barrages, détournements de rivières — ne se justifient que pour des projets de taille supérieure à 4 000 ha.

  • 1 Selon les auteurs, les forêts marécageuses couvrent 9 à 20 % du territoire national (Collier, 1980  (...)
  • 2 Le succès de la mise en valeur des bassins fluviaux du Chao Phraya en Thaïlande et de l'Irrawaddy e (...)

3Or, l’Indonésie dispose, en grande quantité, de zones présentant des facteurs éminemment favorables à leur mise en valeur par la Transmigration1. Suivant les estimations, 18 à 40 millions d’hectares répartis entre Sumatra, Kalimantan et l’Irian Jaya ne demandent qu’à être convertis en rizières (fig. 19). L’Indonésie croit avoir découvert là un nouveau grenier à riz2.

4Les zones marécageuses de Sumatra et de Kalimantan présentent l’avantage d’être facilement accessibles par voies maritime et fluviale. Ce sont également les zones les moins peuplées de l’archipel. La pression démographique dépasse rarement 5 habitants au km2. Les autochtones, regroupés au sein de rares villages sur les bourrelets de berges des fleuves, ne sont guère en mesure de faire prévaloir des droits coutumiers sur les vastes forêts marécageuses des interfluves. Les conflits d’intérêt restent rares, même avec les forestiers. Les forêts sur tourbe ne contenant que peu d’espèces d’intérêt commercial et surtout en faible quantité, le ministère des Forêts n’hésite pas à les déclasser en « forêts de conversion ».

5Cette quasi-absence de conflits d’intérêts dans un milieu plutôt facile d’accès ne s’explique que par l’extrême difficulté de la mise en valeur des marais côtiers. Or, à Sumatra comme à Kalimantan, des immigrants spontanés Bugis et Banjar ont administré la preuve que ces derniers pouvaient être convertis en rizières et en cocoteraies productives. Pour l’Administration, là où Bugis et Banjar ont réussi, Javanais et Transmigration ne peuvent échouer.

  • 3 L’appellation pasang surut rappelle que l’irrigation et le drainage des rizières sont assurés par l (...)

6Les premiers essais menés à Delta Upang (Sumatra-Sud) à partir de 1969 et la mise au point du modèle à Kalimantan-Sud débouchent sur un gigantesque projet de mise en valeur de l’ensemble des marais côtiers de Sumatra et de Kalimantan. Les deux premiers plans quinquennaux (1969-1974 et 1974-1979) accordent la priorité aux projets de transmigration de type pasang surut (littéralement « flot et jusant »)3. Les projets sont coûteux en raison du creusement des canaux primaires et secondaires. Mais comme ces derniers servent également de voies de transport, ils font l’économie des infrastructures routières, toujours onéreuses dans les centres de transmigration.

UN MILIEU PLUS VARIÉ QU’IL N’Y PARAÎT

  • 4 Cf. chapitre 2 pour plus de détails sur les sols de rawa.

7Un peu plus de 20 % de la superficie des trois plus grandes îles d’Indonésie, Kalimantan, Irian Jaya et Sumatra entrent dans la catégorie rawa (en indonésien) ou wetlands (en anglais). En fait, cette catégorie recouvre plusieurs types de végétation : mangroves, forêts côtières en milieu saumâtre, forêts marécageuses, forêts sur tourbes topogènes, forêts sur tourbes ombrogènes, rizières, cocoteraies et recrûs divers. Cette catégorie recouvre également plusieurs types de sols4 dont la seule caractéristique commune concerne une sujétion à l’inondation.

8Ce regroupement de milieux différents au sein d’une même catégorie n’est pas étranger aux difficultés rencontrées par la Transmigration lors de leur mise en valeur. Le modèle de développement mis au point sur des alluvions fluviatiles soumises au jeu de battement de la marée n’aura bien évidemment que peu de succès dans les zones à tourbe ombrogène.

9Les sols de rawa se subdivisent tout d’abord en sols minéraux et en sols organiques. Dans le premier cas, nous avons affaire à des sols dérivés d’alluvions, et dans le deuxième cas, à des sols dérivés de tourbes. Là encore, il faut y regarder de plus près, tous les sols alluvionnaires argileux et tous les sols tourbeux n’étant pas équivalents.

10Les alluvions fluviales génèrent des sols dont la fertilité chimique dépend étroitement des roches-mères dont elles proviennent. Les caractéristiques chimiques sont habituellement favorables à une utilisation agricole. En raison de leur position topographique basse, ces sols bénéficient également des apports fertilisants de limons charriés par les fleuves à l’occasion des crues souvent imprévisibles. La mise en valeur agricole de ces terrains implique le contrôle des inondations qui nécessite presque toujours la réalisation d’infrastructures coûteuses.

11Les alluvions marines présentent le désavantage d’être potentiellement sulfatées acides. Leur aération par le travail se traduit par une acidification brutale gravement préjudiciable à pratiquement toutes les plantes cultivées. La mise en valeur agricole de ces sols, particulièrement délicate, nécessite des travaux d’irrigation et de drainage non seulement importants mais encore d’excellente qualité.

12Les tourbes topogènes peu épaisses qui se développent sur les alluvions marines des plaines côtières, présentent des caractéristiques éminemment favorables à une mise en valeur agricole. La mise en culture se traduit toutefois par une minéralisation — et par suite, par une disparition — rapide de la tourbe.

13Quant aux tourbes ombrogènes fossiles des interfluves, leur épaisseur et leurs caractéristiques chimiques de très forte acidité devraient suffire à décourager une éventuelle utilisation agricole.

14On le voit, il y a rawa et rawa. Ce qui est vrai pour les unes, ne l’est pas forcément pour les autres. Les Banjar et les Bugis ne s’y sont pas trompés. Ils ont su mettre au point des techniques adaptées à chaque milieu, et ont soigneusement évité les milieux les plus difficiles à mettre en valeur.

BUGIS ET BANJAR, UN SAVOIR-FAIRE ÉTONNANT

15Marins hors pair, guerriers redoutés, commerçants habiles et riziculteurs émérites, la réputation des Bugis déborde largement leur aire d’implantation historique de Sulawesi-Sud. La silhouette caractéristique de leurs goélettes est connue bien au-delà des mers indonésiennes. Depuis moins d’un siècle, les Bugis passent en plus pour de remarquables aménageurs de marais côtiers. Ce type de milieu étant pratiquement inexistant à Sulawesi, on peut s’interroger sur l’origine de ce savoir-faire.

16Les Bugis ont probablement acquis les techniques indispensables à la mise en valeur des marais à l’occasion de contacts avec les Banjar. Alliés traditionnels des Bugis, les Banjar de Kalimantan-Sud ont su, de longue date, tirer parti d’un univers amphibie particulièrement contraignant.

Profiter du jeu de battement de la marée

17La mise en valeur des marais côtiers sur alluvions marines ou fluviatiles pose de nombreux problèmes aux paysans. Après défriche, un drainage léger permet plus ou moins d’évacuer les eaux stagnantes grâce au jeu de battement de la marée. Les rizières pasang surut ainsi créées donnent des rendements de l’ordre de 2 à 3 tonnes de paddy par hectare pendant les trois premières années. Au-delà, les rendements décroissent rapidement pour de multiples raisons. L’effet bénéfique du brûlis s’estompe rapidement dans les sols à fertilité chimique médiocre de Kalimantan. L’absence de travail du sol permet d’éviter l’oxydation mais provoque le foisonnement des adventices. Enfin, un drainage trop léger ne permet ni d’évacuer l’excès d’acidité, ni d’empêcher la salinisation des rizières.

18L’abandon pur et simple des rizières au bout de quelques années ne permettrait pas de rentabiliser l’important travail de mise en valeur consenti. Par contre, cette période peut être mise à profit pour installer des cultures pérennes. Le cocotier emporte la faveur des paysans. Il présente l’avantage de se satisfaire de sols peu fertiles, de répondre favorablement à une salinisation légère, et surtout d’être peu exigeant en travail.

19Pour implanter des espèces pérennes au sein de la rizière, un drainage efficace s’avère indispensable pour disposer de terrains exondés. En principe, la simple création de buttes régulièrement espacées permet l’installation d’une cocoteraie. Malheureusement, les acides sulfates libérés par l’oxydation de la pyrite dans les parties exondées se concentreraient dans les parties inondées, ce qui serait fatal au riz.

20Le trait de génie des Banjar consiste à utiliser le jeu de battement de la marée pour à la fois drainer et irriguer les terrains à mettre en valeur. La création de planches exondées (destinées aux cul tures pérennes) s’accompagne du creusement de larges fossés de drainage (destinés à la riziculture). Le percement du bourrelet de berge raccorde les fossés aux cours d’eau. Une porte sommaire permet de bloquer l’entrée ou la sortie de l’eau. La terre prélevée dans les fossés est entassée sur les planches afin que ces dernières restent exondées à marée haute. Le secret de l’opération consiste à maintenir la profondeur des fossés de drainage dans la limite du jeu de battement de la marée (Sevin et al., 1985 : 57).

21À marée haute, le phénomène de mascaret provoque le reflux des eaux douces vers les parcelles aménagées et assure l’irrigation des cultures. Lorsque l’eau atteint son niveau le plus haut, la porte est fermée. À marée basse, on assure ainsi un dénivelé important entre les niveaux d’eau dans les parcelles et dans la rivière. L’ouverture de la porte permet alors d’évacuer les eaux plus acides des parcelles par un effet de chasse d’eau. Enfin, lors de périodes de sécheresse, le paysan est toujours en mesure de maintenir un niveau d’eau suffisant dans les parcelles, évitant ainsi l’oxygénation des couches profondes, riches en pyrite.

22L’importante quantité de travail nécessaire à la création d’une cocoteraie est répartie sur de nombreuses années. En général, les deux premières années suivant la défriche d’une parcelle sont exclusivement consacrées à la riziculture. Au cours de la troisième année, les Banjar construisent, perpendiculairement au cours d’eau, des planches de 3 m de large et espacées de 4,5 m. Les planches sont complantées de cocotiers, de bananiers, de caféiers, d’agrumes et de divers légumes. Les intervalles restent réservés au riz. Ensuite, année après année, les planches sont élargies au détriment des intervalles. Les productions de bananes et de légumes sont progressivement relayées par celles de café, d’agrumes et de noix de coco. Pour compenser la disparition du riz, une nouvelle parcelle est défrichée un peu plus loin. Le front de colonisation progresse. À partir de la neuvième année, la cocoteraie est en place. Entre les planches, ne subsistent plus que d’étroits fossés de drainage (Sevin, 1985 : 486).

23À partir des années trente, les Banjar créent ainsi plusieurs milliers d’hectares de cocoteraies dans la basse Mentaya à Kalimantan-Centre. L’importante quantité de main-d’œuvre nécessaire au creusement des canaux constitue le seul frein au déboisement des vastes forêts sur tourbe de la basse Mentaya. Or, 500 km à peine séparent le port de Sampit de l’inépuisable réservoir de main-d’œuvre que constituent les îles de Madura et Java. La saison sèche, particulièrement marquée à Madura et dans l’est de Java, pousse régulièrement les paysans à quitter leurs villages pour rechercher des emplois de manœuvres. Tous les ans, de nombreux Madurais et Javanais empruntent les goélettes bugis pour se rendre à Kalimantan dans les cocoteraies banjar. Ces migrations circulaires évoluent en migrations définitives, grâce à un habile système d’accès à la propriété mis au point par les Banjar pour fidéliser leur main-d’œuvre (Collier, 1980 : 45-51 ; Sevin, 1985 : 491).

Des variétés et des techniques adaptées

24Dans les zones de tourbes topogènes, la meilleure fertilité chimique des sols permet la culture continue du riz. Leur position topographique en dépression ne permet malheureusement pas d’évacuer facilement l’eau en excès. Ne pouvant contrôler le niveau de l’eau, il faut s’y adapter. La riziculture de décrue est de règle.

25La réussite d’une culture de décrue dépend avant tout du bon choix de la date du repiquage. Trop tardif par rapport à la décrue, le développement rapide des adventices nécessitera des sarclages fastidieux. Trop précoce, une crue éventuelle pourra se traduire par une submersion fatale aux jeunes plants de riz. La difficulté est de taille. En effet, le début de la décrue varie considérablement d’une année sur l’autre. Qui plus est, la vitesse de cette décrue varie également. L’idéal serait de disposer à tout moment de plants prêts à être repiqués. Dans cet esprit, les Banjar ont sélectionné des variétés de riz à cycle long (6 à 10 mois) et mis au point des techniques originales.

26Ces variétés peuvent être soumises à un triple repiquage en cas de besoin. Une première pépinière de très faible surface est établie dans une zone exondée, voire même sur un radeau. Cinq à six kilogrammes de semences suffisent pour un hectare de rizière. Au bout de trois semaines environ, une première transplantation consiste à répartir les plants de riz par bottes dans les terrains boueux fraîchement exondés. Un mois plus tard, les bottes sont arrachées, les talles séparées et repiquées dans la partie nouvellement exondée de la parcelle. Un mois ou un mois et demi plus tard, les plants de haute taille sont enfin repiqués dans l’ensemble de la parcelle (Sevin, 1985 : 61-62).

27Les techniques banjar ont de quoi surprendre un agronome adepte de la Révolution verte. Leur objectif est avant tout d’assurer une production minimale dans des conditions très contraignantes. Le triple repiquage permet d’adapter la longueur du cycle du riz à l’importance des crues. Si la crue se prolonge, les durées en pépinières sont allongées. Si la décrue est rapide, le nombre de repiquages peut être ramené à deux. La multiplication du nombre de repiquages permet de suivre avec précision l’évolution de la décrue et de répartir le travail sur une période plus longue. Le surcroît de travail dû aux repiquages est largement compensé par la réduction conséquente des temps de travaux pour le sarclage. En effet, le repiquage de plants de grande taille gêne considérablement le développement des adventices. Enfin, la technique de séparation des talles permet d’économiser une quantité importante de semence (5-6 kg par ha au lieu de 30-40 kg par ha), sans parler de l’économie de place pour la réalisation des pépinières. Au plus fort des crues, les espaces exondés sont rares. Le repiquage de talles présente cependant l’inconvénient de rallonger considérablement la période de maturation du riz et d’étaler la récolte sur plus d’un mois. Une récolte sélective, panicule par panicule, réclame plus de 40 jours de travail par hectare.

28Que ce soit dans la mise en place ou dans la maintenance des rizières et des cocoteraies, les Banjar ont acquis une maîtrise technique exceptionnelle. Leur réussite repose sur une transformation progressive du milieu, un habile compromis entre aménagement et adaptation.

Des techniques qui s’exportent

  • 5 Les lebak correspondent à de petites dépressions en arrière des bourrelets de berge des grands fleu (...)

29Vers le tout début du xxe siècle, des colons bugis se lancent dans la colonisation agricole des marais côtiers compris entre les deltas de l’Inderagiri et de la Batang Hari, sur la côte est de Sumatra. Cette zone, à cheval sur les provinces de Riau et Jambi, n’est que très peu peuplée. Quelques rares villages autochtones vivent de la pêche et de la riziculture pratiquée dans les lebak5. Les vastes marais côtiers compris entre les deltas restent totalement inexploités. Les alluvions fluviatiles, issues de matériaux volcaniques plus récents, sont nettement plus riches en éléments nutritifs que celles du sud de Kalimantan.

30On peut se demander quelles raisons ont poussé des Bugis à défricher un milieu aussi difficile à plus de 2 000 km de Sulawesi. D’après Scholz (1988 : 151), c’est avant tout l’exploitation forestière qui attire les Bugis vers les forêts marécageuses. Le bois, disponible à profusion sur la côte est de Sumatra, est une denrée rare à Java. Grâce à leurs goélettes, les Bugis sont à l’origine d’un commerce inter-îles particulièrement florissant. La colonisation agricole n’interviendrait que dans un deuxième temps, pour tirer parti de l’exploitation forestière.

31Les mouvements historiques de colonisation bugis coïncident toujours avec des périodes de troubles à Sulawesi. Les modes d’organisation de cette colonisation s’expliquent par les fondements mêmes de la société bugis. Dans cette société nobiliaire complexe, « les fondements mythiques des seigneuries tels que les rapporte la littérature bugis font toujours état, soit d’une communauté de paysans qui se rassemblent autour d’un personnage éminent pour établir de nouvelles rizières, soit d’un véritable exode de paysans menés par un seigneur à la conquête de terres neuves ». Comme « les avantages [des seigneurs] sont liés à la fonction et non à la lignée [...] on est en droit de se demander si, pour se maintenir en tant que groupe social, la noblesse bugis n’est pas contrainte à l’émigration et à la conquête des terres neuves » (Sevin et Benoit, 1993 : 101-103).

  • 6 Pour dédommager le seigneur de son aide, chaque famille lui remet un quart d’hectare de rizière. Le (...)

32La noblesse joue un rôle décisif dans l’aménagement des marais. De petits nobles engagent leur autorité et leurs capitaux pour encadrer des groupes de 15 à 40 familles de paysans chacun. Ils assurent les besoins élémentaires de leurs dépendants jusqu’aux premières récoltes. À intervalles réguliers, de l’ordre de 300 brassées (450 m), les colons creusent des canaux primaires perpendiculairement au cours d’eau. Ces canaux rectilignes s’enfoncent de plusieurs kilomètres dans les marais, tant que l’épaisseur de la tourbe reste inférieure à un mètre. Les canaux s’avèrent particulièrement utiles pour évacuer le bois. Les canaux primaires sont ensuite interconnectés par des canaux secondaires, creusés à intervalles réguliers et parallèles à la rivière (fig. 30). À l’instar du modèle banjar, des portes installées à l’entrée des canaux tertiaires permettent de réguler le niveau d’eau dans les parcelles, grâce au jeu de battement de la marée. Chaque famille défriche 2 à 3 hectares de forêt pour les transformer en rizières6.

33L’organisation du paysage diffère quelque peu de celle de Kalimantan-Sud. Des rizières permanentes occupent toute la zone d’alluvions fluviatiles, de part et d’autre de la rivière. Des cocoteraies, installées de la même manière qu’à Kalimantan, couvrent la zone des tourbes topogènes. Plus en arrière, enfin, les zones de tourbes épaisses restent réservées à l’exploitation forestière (Scholz, 1983 : 176).

34Les rendements de riz, relativement faibles la première année, s’accroissent et passent par un pic vers la troisième et quatrième année. Mais au bout de huit ans de culture, l’infestation par les adventices est telle que de nombreux colons bugis préfèrent abandonner les parcelles plutôt que de recourir à des pratiques plus intensives. Ils se consacrent alors à l’exploitation de leur cocoteraie ou défrichent de nouveaux terrains plus en amont sur la rivière. Dans les premières zones colonisées, près de Tembilahan sur l’Inderagiri, plusieurs milliers d’hectares de rizières sont aujourd’hui en friche. Dans les zones de colonisation plus récentes, les rizières peuvent être confiées en métayage ou vendues à des immigrants javanais. Ces derniers, accoutumés à des rémunérations beaucoup plus faibles de leur travail, n’hésitent pas à recourir au houage et au sarclage pour contrôler l’enherbement des rizières (Scholz, 1988 : 151).

Figure 30. Mise en valeur des marécages côtiers par les Bugis (côte est de Sumatra).

Figure 30. Mise en valeur des marécages côtiers par les Bugis (côte est de Sumatra).

Source : Scholz (1989).

35Les colons bugis sont organisés comme de véritables agences de défrichement. Particulièrement attentifs à la rémunération de leur travail, ils préfèrent revendre les parcelles défrichées, lorsque les travaux de maintenance dans les rizières et dans les cocoteraies deviennent trop exigeants en main-d’œuvre. Remplacés par des Banjar ou des Javanais, ils repartent à l’assaut de la forêt. Ainsi, en un demi-siècle, un nombre relativement faible de colons bugis met en valeur plus de 300 000 ha de marais entre l’Inderagiri et la Batang Hari. À partir de 1965, le front de colonisation se déplace vers le sud pour toucher le delta de la Musi, en aval de Palembang (Sumatra-Sud).

36Le succès remarquable des colons bugis a donné des idées aux autorités car Bugis et Banjar ont prouvé que les marais côtiers étaient aménageables en rizières. Toutefois, les techniques utilisées restent rudimentaires. L’utilisation d’engins de travaux publics pour le creusement des canaux permettrait d’accroître considérablement le rythme de mise en valeur. Surtout, le recours à des techniques de production plus intensives — variétés sélectionnées, fertilisation, sarclages, double culture — permettrait d’obtenir des rendements beaucoup plus élevés, et ainsi de tirer parti au mieux des aménagements.

37La solution s’impose d’elle-même. Il faut confier le creusement des canaux et les défrichements aux Travaux publics, et la mise en culture à des colons javanais ou balinais dans le cadre de projets de transmigration. Dès 1969, deux zones pilotes sont choisies pour tester un nouveau modèle de transmigration. Il s’agit de Delta Upang à Sumatra-Sud et de Barambai à Kalimantan-Sud.

DES ESSAIS CONCLUANTS

38En 1969, de manière concomitante avec le démarrage du premier plan quinquennal, le Gouvernement lance le P4S : Proyek Pembukaan Persawahan Pasang Surut (Projet d’ouverture de rizières « flot jusant »). Le projet est confié au direktorat des marais, sous l’autorité du direktorat jenderal des ressources en eau, lui-même dépendant du ministère des Travaux publics. Trois des universités les plus prestigieuses d’Indonésie sont associées au projet : Institut Pertanian Bogor et Institut Teknologi Bandung pour Sumatra et Universitas Gajah Mada (Yogyakarta) pour Kalimantan. Ces universités, toutes trois sises à Java, ne disposent alors d’aucune expérience en matière de mise en valeur de marais côtiers.

Delta Upang

39Enserrée entre deux bras de la Musi (Sumatra-Sud), l'île de Delta Upang se situe à environ 60 km en aval de Palembang (fig. 31 et 32). Sur les 15 000 ha couverts par le projet, 4 800 ha seulement sont concernés par une mise en valeur agricole (Hardjono, 1977 : 59). Le creusement de canaux parallèles reliant les deux bras de la Musi permet d’étendre l’effet de la marée (de 115 à 280 cm) à l’ensemble de l'île. Les canaux, relativement courts grâce à la forme très allongée de l'île, assurent parfaitement le drainage et l’irrigation du site. En raison de sa position en aval dans le delta de la Musi, Delta Upang bénéficie, en plus, de sols relativement fertiles, formés d’alluvions fluviatiles récentes et de tourbes de faible épaisseur.

Figure 31. Site de transmigration de Delta Upang (Sumatra-Sud).

Figure 31. Site de transmigration de Delta Upang (Sumatra-Sud).

Source : Hardjono (1977).

40Entre 1969 et 1974, le projet Delta Upang accueille près de 5 400 transmigrants. Les colons javanais, madurais et balinais éprouvent quelques difficultés à s’adapter à un environnement totalement nouveau pour eux. La maîtrise des techniques liées au jeu de battement de la marée ne s’acquiert qu’avec le temps.

Figure 32. Centres de transmigration pasang surut à Sumatra-Sud.

Figure 32. Centres de transmigration pasang surut à Sumatra-Sud.

Source : Collier et al. (1984).

41Comme dans toutes les zones de transmigration, de nombreuses pestes — insectes, rongeurs, sangliers — s’abattent régulièrement sur les cultures.

42Certains problèmes sont plus spécifiques aux zones côtières. L’absence d’eau potable pendant la saison sèche se traduit souvent par des épidémies de choléra. Les nombreuses eaux stagnantes ne favorisent pas l’éradication de la malaria. Les colons pratiquant un travail du sol profond se heurtent rapidement à des problèmes d’acidification. Enfin, dès les premières années, les canaux montrent une forte tendance à l’envasement. Un curage régulier par les Travaux publics s’avère indispensable à la pérennisation du réseau.

43Malgré quelques problèmes restant à résoudre, Delta Upang évolue de manière favorable. Au bout de trois à quatre ans, les colons obtiennent des rendements compris entre 3 et 4 tonnes de paddy par hectare. Les variétés sélectionnées résistant mal aux conditions très particulières des pasang surut, les migrants leur préfèrent les variétés locales utilisées par les Bugis et les Banjar. Le cycle plus long de ces variétés interdit malheureusement la double culture. En saison sèche, les colons complètent leurs revenus en exploitant le bois des forêts avoisinantes. D’autres recherchent des emplois de manœuvres à Palembang.

Figure 33. Site de transmigration de Barambai.

Figure 33. Site de transmigration de Barambai.

Source : Guinness (1977).

44Sans apparaître véritablement florissant, Delta Upang se présente comme un centre de transmigration tout à fait correct. Le test ayant réussi, plus rien ne s’oppose à la mise en œuvre du projet P4S : l’extension du modèle à l’ensemble de la zone côtière.

Le système garpu

  • 7 Le plan du réseau, un canal primaire raccordé à plusieurs canaux secondaires parallèles, rappelle l (...)

45À Kalimantan-Sud, les spécialistes en irrigation de l’université Gajah Mada décident d’améliorer le système traditionnel banjar. Pour rentabiliser au maximum le creusement des canaux, ils cherchent à étendre le jeu de battement de la marée à une surface aussi grande que possible. Pour ce faire, un canal primaire de 8-10 m de large et de 2-3 m de profondeur est creusé perpendiculairement à la rivière. À 2-3 km de la berge du cours d’eau, ce canal est divisé en deux à trois branches secondaires de 6 à 7 km de long. Chaque branche se termine par un réservoir rectangulaire de 12 ha de surface et de 2,5 m de profondeur (Sevin, 1985 : 73). De part et d’autre des canaux secondaires, des canaux tertiaires et quaternaires distribuent l’eau jusque dans les parcelles7.

46Le sistim garpu permet d’éviter la construction de barrages et de routes. À l’instar du modèle banjar, les mêmes canaux servent de voies de communication, de canaux d’irrigation et de drainage grâce au jeu de battement de la marée. La seule différence notoire concerne la taille des canaux, autant en largeur, en profondeur qu’en longueur. Les réservoirs à l’extrémité des canaux secondaires sont supposés améliorer le contrôle de l’eau.

47Le système est tout d’abord testé au centre de Barambai, entre Banjarmasin et Marabahan, sur le Barito. Entre 1969 et 1973, près de 5 000 transmigrants sont installés dans cinq villages sur le site (fig. 33 et 34). Alors que les résultats des essais menés à Barambai ne sont pas encore connus, les autorités décident d’étendre le système garpu à 28 unités réparties entre Kalimantan-Sud et Kalimantan-Centre sur les fleuves Barito, Kapuas et Kahayan (fig. 34).

Figure 34. Centres de transmigration pasang surut à Kalimantan-Sud.

Figure 34. Centres de transmigration pasang surut à Kalimantan-Sud.

Source : Departemen Transmigrasi (1987).

48Pourtant, dès la troisième année après l’ouverture de Barambai, les limitations du système garpu apparaissent nettement. En raison de la longueur excessive des canaux secondaires, l’extrémité du réseau n’est pas touchée par le jeu de battement de la marée. À marée haute, les eaux douces du Barito ne refluent pas jusque dans les réservoirs. Ces derniers se remplissent d’eaux plus ou moins stagnantes et acides. À marée basse, les eaux douces du fleuve ne sont pas en mesure de lessiver les sols de leur acidité. Bien au contraire, les rizières, baignées par les eaux acides des réservoirs, voient leur acidité s’accroître régulièrement. Ce phénomène est d’autant plus net en saison sèche. Lorsque le niveau d’eau dans le Barito chute d’un bon mètre, l’effet de la marée ne touche plus que la moitié aval du réseau. En outre, une intense sédimentation et le développement rapide de plantes aquatiques gênent considérablement la circulation de l’eau dans les canaux. La pérennité du système est loin d’être acquise.

  • 8 « Malheur à celui par qui le scandale arrive » mériterait d’être un proverbe indonésien.

49Curieusement, tous les rapports émettant des doutes sur la faisabilité du projet P4S restent soigneusement ignorés. L’éclatement des responsabilités entre plusieurs ministères et institutions n’est pas étranger à cet aveuglement. Aucune des parties en cause n’a intérêt à critiquer le programme. Les consultants effectuent les études de reconnaissance, les Travaux publics creusent les canaux, la Transmigration déplace et installe les colons, les Universités se chargent des suivis. Chacun prélève sa part de la manne et rejette sur les autres la responsabilité des échecs. Le système politique, enfin, n’est pas ouvert à la critique8.

50Le programme une fois lancé, il faudra quinze ans pour arrêter le mouvement. Dans l’intervalle, le Gouvernement indonésien aura installé près de 400 000 personnes dans des conditions le plus souvent déplorables, dans les provinces de Kalimantan-Ouest, Kalimantan-Centre et Kalimantan-Sud, Sumatra-Sud, Jambi et Riau.

UNE GÉNÉRALISATION CATASTROPHIQUE

51Les centres de Delta Upang et Barambai, ouverts en 1969, devaient en principe servir à tester la faisabilité des projets pasang surut. Pourtant, le premier plan quinquennal (1969-1974) prévoyait déjà l’ouverture de 500 000 ha de forêts marécageuses poulies besoins de la transmigration. À l’issue du plan, les réalisations ne s’élèvent qu’à 6,6 % des objectifs initiaux. Le deuxième plan quinquennal, encore plus ambitieux, prévoit l’ouverture de 1 000 000 ha. Ultérieurement, l’objectif est ramené à 250 000 ha. À l’issue des deux premiers plans, 219 895 ha sont officiellement ouverts pour la transmigration (Collier, 1980 : 37). Au terme du troisième plan quinquennal, 85 365 familles de transmigrants sont installées au sein de projets pasang surut (World Bank, 1988 : 115).

52D’un rapport à l’autre, les divergences fantastiques entre les chiffres officiels concernant les surfaces totales des zones marécageuses, des zones à potentiel agricole, des objectifs, des prévisions et enfin des réalisations... démontrent avant tout une profonde méconnaissance du milieu et de ses potentialités.

53À Kalimantan comme à Sumatra, Banjar et Bugis contrôlent déjà les zones les plus favorables à une mise en valeur agricole, alluvions fluviatiles et tourbes topogènes peu épaisses. Sauf exceptions, comme Delta Upang, la Transmigration doit se contenter de mettre en valeur des terres marginales. Zones potentiellement acides sulfates et tourbes épaisses forment l’ordinaire des centres de transmigration pasang surut.

54Les figures 32 et 34 montrent le maillage très serré de centres de transmigration à Sumatra-Sud et à Kalimantan-Sud et Kalimantan-Centre. Soumis à de fortes contraintes naturelles, les centres apparaissent comme extraordinairement homogènes. En fonction de leur position topographique, trois grandes catégories se distinguent. La première regroupe les centres les plus proches de la côte. Situés dans des interfluves mal drainés sur des alluvions marines riches en pyrite, ils souffrent avant tout d’un problème d’acidification des sols. Dans les centres plus éloignés de la côte, l’amplitude insuffisante du battement de la marée ne permet pas d’assurer l’irrigation et le drainage par des canaux secondaires trop étirés. Une dernière catégorie, enfin, regroupe tous les centres ouverts sur des tourbes ombrogènes épaisses. Bereng Bengkel, à 17 km de Palangkaraya (Kalimantan-Centre) mérite une attention toute particulière.

Bereng Bengkel : comment survivre sur six mètres de tourbe ?

55Le centre de transmigration de Bereng Bengkel, avec ses 500 familles de colons installées sur 6 m d’épaisseur de tourbes acides, est un véritable monument dédié à l’incurie des technocrates. Le choix de l’emplacement du centre n’est en fait que l’aboutissement logique d’erreurs antérieures. En 1957, à l’occasion de la sécession de la province de Kalimantan-Centre, une simple décision administrative élevait le petit village de pêcheurs de Pahandut au rang de capitale provinciale. La nouvelle capitale, appelée Palangkaraya, présente l’avantage d’une situation très centrale par rapport à la province mais l’inconvénient d’être située au centre d’une des plus importantes formations de tourbes ombrogènes de toute la ceinture tropicale. Bereng Bengkel se voulait la première étape du peuplement de l’hinterland de Palangkaraya.

  • 9 Triple Super Phosphate.

56Les premières familles arrivent en 1978-1979. Dans les pekarangan, à chaque pas, les colons s’enfoncent dans la tourbe jusqu’aux genoux. Le pH de la nappe phréatique varie entre 3 et 4. À part l’ananas, rien ne pousse. Les pieds de manioc et de maïs ne dépassent guère les 50 cm en fin de cycle. Carences et toxicités colorent les feuilles de manière surprenante. En ratissant et en brûlant racines et brindilles, les colons arrivent à compacter légèrement la tourbe. Les cendres enfouies dans des trous régulièrement espacés permettent de cultiver divers légumes. Un double arrosage journalier à l’aide d’une solution d’urée et de TSP9 s’avère indispensable. L’ensemble de la production du centre reste suffisamment modeste pour bénéficier de prix élevés sur le marché de Palangkaraya.

  • 10 La vie s’organise entre le village et la ville. Une semaine sur deux, le chef de famille rejoint la (...)

57Dès 1980, tous les observateurs sont unanimes : il faut au plus vite réinstaller les transmigrants dans un site plus propice à l’activité agricole. Les autorités mettent plus de quatre ans à se décider. Lorsqu’enfin la décision est prise, les transmigrants refusent à l’unanimité de quitter le centre. En fait, la localisation de Bereng Bengkel n’est pas si catastrophique que cela. Les avantages liés à la proximité de Palangkaraya l’emportent largement sur les inconvénients dus à l’épaisseur de la tourbe. Le gouvernement provincial consacre l’essentiel de ses ressources à la construction de bâtiments administratifs et de logements pour les fonctionnaires. À Palangkaraya, en 1980, le salaire d’un manœuvre est trois fois supérieur à celui en vigueur à Java. Le travail ne manque pas. Quinze jours de travail sur les chantiers de la capitale provinciale assurent un revenu mensuel plus que décent à une famille de transmigrants10.

58Bereng Bengkel reste une exception. Peu de centres connaissent un milieu naturel aussi contraignant. Mais tout aussi peu de sites bénéficient de la proximité d’un centre urbain important. Barambai, à Kalimantan-Sud, est beaucoup plus représentatif de l’ensemble des projets pasang surut.

Barambai : vivre ou survivre ?

59Malgré quelques variantes, tous les centres pasang survit connaissent une évolution similaire. À des débuts particulièrement difficiles, fait suite une longue période d’adaptation, au bout de laquelle la simple survie peut être considérée comme une réussite.

Des débuts toujours difficiles

60Entre 1969 et 1973, 4 271 transmigrants (890 familles), originaires de Bali, Java-Est, Java-Centre, Java-Ouest et Yogyakarta, furent installés à Barambai par le ministère de la Transmigration. Ils sont rejoints en 1973-1974 par plusieurs centaines de migrants spontanés, ce qui porte la population à 4 741 en mars 1974 (Hardjono, 1977 : 73). Le centre compte 5 515 ha de superficie, dont 5 241 ha irrigués. Dès son arrivée, chaque famille reçoit une maison, des rations alimentaires et un lot de 2 ha se décomposant en 25 ares de pekarangan, 100 ares de rizière déjà défrichés et 75 ares encore couverts de recrûs forestiers d’âges divers.

61Le principe est connu, la réalité aussi. Lorsque les premiers transmigrants arrivent à Barambai, la quasi-totalité du site est recouvert d’un bon mètre d’eau, suite à une crue du fleuve. En raison d’un délai trop important entre la préparation du site et l’arrivée des migrants, les toits de chaume des maisons ont eu le temps de pourrir. Un recrû forestier vigoureux recouvre les parcelles soi-disant défrichées. Onze pour cent des migrants devront attendre leurs lots plus de six mois.

62Les premiers mois sont consacrés à lutter contre l’eau, à se ménager un emplacement exondé pour l’habitation, et à préparer les rizières. Les crues emportent les premiers espoirs de récolte. Découragées, 34 familles abandonnent le centre dès la première année. Le Ministère décide d’étendre l’aide alimentaire à 18 mois dans tous les projets pasang surut. Les rations — riz, poisson séché, sel, huile et pétrole lampant — restent insuffisantes pour les familles de plus de deux enfants. Les difficultés d’entreposage se traduisent fréquemment par la distribution de vivres avariés.

63À la recherche désespérée de revenus monétaires, de nombreux chefs de famille quittent Barambai pour des périodes de plus en plus longues. Ces absences se soldent par des retards considérables dans les travaux de défrichement. Localement, les parcelles incomplètement défrichées servent de refuges aux multiples prédateurs des cultures. L’absence de traitements phytosanitaires adéquats, un contrôle de l’eau souvent déficient, une méconnaissance totale des techniques adaptées et la quasi-absence de vulgarisateurs se conjuguent pour maintenir les rendements de riz à des niveaux extrêmement bas (0,1 à 1 tonne de paddy par hectare).

64La saison sèche qui succède à une longue période d’inondations surprend également les migrants. Le niveau d’eau dans le Barito chute d’un bon mètre. À marée haute, les eaux douces du fleuve ne refluent plus dans les rizières. La réalisation d’une double culture annuelle s’avère délicate. L’obtention d’eau potable devient problématique. Choléra et malaria gagnent du terrain. Les abandons se multiplient.

Une longue période d’adaptation

65Vers la troisième et quatrième année, les choses rentrent progressivement dans l’ordre. Dans leur grande majorité, les migrants limitent leur activité agricole à une seule culture de riz par an. Plusieurs raisons, à la fois d’ordre agronomique et économique, permettent d’expliquer ce choix.

66Le flot ne parvenant pas jusque dans les parties amont des réseaux en saison sèche, la réalisation d’une deuxième culture y serait trop risquée. Dans les parties aval des réseaux, les inondations incontrôlées, fréquentes en saison des pluies, sont à l’origine de pertes de récolte considérables avec les variétés de riz sélectionnées à paille courte. Les paysans leur préfèrent les variétés locales beaucoup plus résistantes. Malheureusement, comme à Delta Upang, la plupart des variétés locales ont un cycle plus long, pouvant aller jusqu’à 9 mois, ce qui empêche la réalisation d’une deuxième culture.

67Malgré une amélioration substantielle, les rendements de riz restent faibles. Ils passent par un maximum de 3 tonnes de paddy par hectare vers la quatrième année, puis déclinent régulièrement pour se stabiliser autour de 2 tonnes de paddy par hectare. Les colons s’orientent vers une agriculture de subsistance. D’éventuels surplus de riz sont commercialisés en petites quantités, ou échangés au jour le jour contre des biens de consommation courante dans les épiceries de quartier. De nombreux colons ajustent les surfaces cultivées aux besoins alimentaires de leur famille, le revenu monétaire étant assuré par le travail non agricole. Malheureusement, les opportunités d’emplois restent extrêmement rares à proximité des centres. La recherche d’emplois de journaliers conduit les colons à s’éloigner pour des périodes relativement longues allant de un à trois mois.

68À Barambai, l’attitude des colons vis-à-vis du travail extérieur permet de les classer en trois catégories : les agriculteurs (6l %), les entrepreneurs (2 %) et les manœuvres (37 %). Pour la catégorie des agriculteurs, le travail à l’extérieur n’a pour objectif que de compléter le revenu agricole. L’activité agricole est prioritaire. Aucun agriculteur n’envisage de s’absenter du centre pendant les deux mois que dure la mise en place des cultures (Guinness, 1977 : 68).

69La catégorie des entrepreneurs regroupe tous les colons disposant de revenus réguliers et relativement importants grâce à des activités commerciales, artisanales ou salariées. Niveau d’éducation élevé, savoir-faire et disponibilité en capital distinguent cette catégorie des deux autres. Les entrepreneurs ne renoncent pas pour autant à l’agriculture mais, ne trouvant pas de métayers sur le centre, ils font réaliser la quasi-totalité des travaux agricoles par des journaliers.

70Pour la catégorie des manœuvres, l’activité agricole apparaît comme secondaire comparée à l’activité non agricole. Ils n’hésitent pas à quitter le centre en pleine période de préparation du sol et de repiquage. Dès lors, les travaux agricoles restent à la charge de l’épouse et des enfants. Les rizières, petites et mal entretenues, ne portent que de faibles récoltes n’assurant que quelques mois d’autosuffisance alimentaire. Pour nourrir sa famille, le colon est contraint de s’absenter de plus en plus souvent. La concurrence pour les emplois de journaliers est aide. Les opportunités ne se trouvent qu’à des distances considérables des centres. Le coût élevé du voyage, les frais de logement et de nourriture sur place, les sollicitations diverses (jeux d’argent ou autres) et surtout la faiblesse des gages ne facilitent guère l’épargne. Le maigre pécule ramené sur le centre ne suffit le plus souvent qu’à rembourser les dettes contractées par la famille pendant l’absence de son chef. Après une semaine de repos, ce dernier est contraint à repartir.

71La moindre maladie laisse la famille sans ressources. Or, les conditions de vie précaires des manœuvres sur les chantiers favorisent cette éventualité. Lorsque la durée de la maladie dépasse ses possibilités d’endettement (l’épicier de quartier ne peut accorder plus d’un à deux mois de crédit), la famille vend sa maison, son lopin de terre et quitte définitivement le centre. Les acheteurs ne se pressent pas. La vente des terres permet tout juste d’éponger les dettes. La vente de la maison et de son contenu paye le transport jusqu’à Banjarmasin, la capitale provinciale.

  • 11 La fourniture (involontaire) d’une main-d’œuvre abondante et bon marché aux industriels locaux perm (...)

72Tôt ou tard, les transmigrants de la catégorie des manœuvres abandonnent le centre. Seule une minorité retourne à Java. Certains se réinscrivent à la Transmigration. On les retrouve dans la catégorie des transmigrants locaux ou APPDT. Ils évitent cependant soigneusement les centres en pasang surut et privilégient les projets en culture pluviale. Tous les autres vont grossir les rangs des journaliers dans la capitale provinciale ou dans les centres secondaires. Jusque-là bridés dans leurs activités par le manque de main-d’œuvre, les entrepreneurs chinois et banjar de la région savent tirer profit de cette véritable manne11.

73Tous les transmigrants n’abandonnent pas le centre. Environ les deux tiers apprennent à s’adapter à leur nouvel environnement et à en tirer parti. L’encadrement agricole dont bénéficient les migrants n’est pour rien dans cette adaptation. Bien au contraire, certaines contraintes imposées par l’Administration gênent considérablement les colons. En effet, contrairement à toute attente, ces derniers intègrent rapidement les savoirs-paysans locaux. Dans un deuxième temps seulement, les migrants développent leurs propres modèles, fruit d’un syncrétisme original entre techniques extensives banjar et techniques intensives javanaises.

L’AVENIR EST AU SYNCRÉTISME

74Pour les officiels, les faibles rendements de riz obtenus par les Banjar s’expliquent aisément. Paysans « primitifs », ils utilisent des variétés à cycle long, travaillent à peine le sol, n’utilisent pratiquement pas d’engrais ni de pesticides. Semences locales et techniques traditionnelles ne sauraient transformer Kalimantan en grenier à riz de l’Indonésie. Les dirigeants les plus optimistes espèrent bien que les migrants javanais enseigneront la vraie riziculture aux peuplades primitives de Bornéo. Ils seront déçus.

75Le contrôle insuffisant de l’eau, les risques d’acidification liés au travail du sol et le développement important des adventices et des prédateurs des cultures sont autant d’obstacles à la mise en place d’une riziculture à la javanaise. La force de travail limitée des jeunes familles de migrants et la nécessité de recourir au travail à l’extérieur pour obtenir un revenu monétaire s’accordent mal avec des techniques trop intensives en travail.

Adopter les techniques banjar

76Le recours aux techniques banjar permet à un grand nombre de transmigrants de sauver une situation fortement compromise. Ce recours se fait contre la volonté des autorités qui, par exemple, s’opposent farouchement à la transformation des rizières en cocoteraies. Pour le reste, n’ayant rien de mieux à proposer, elles préfèrent fermer les yeux.

77De nombreux abandons ponctuent les premières années d’un centre. Leur nombre exact s’avère difficile à obtenir. D’une part, les responsables des centres tendent tout naturellement à masquer des abandons que d’aucuns pourraient imputer à leur gestion. D’autre part, les cessions de terre étant officiellement interdites pendant dix ans dans les centres de transmigration, vendeurs et acheteurs évitent soigneusement de se faire connaître.

78En 1984, quinze ans après son ouverture, environ 30 % des familles ont définitivement abandonné le centre de Barambai. Celles qui restent ont considérablement accru leur capital foncier. Sur une surface moyenne en propriété de 4,55 ha :

  • 2,00 ha proviennent de l’allocation initiale ;

  • 0,84 ha proviennent de migrants ayant abandonné le site ;

    • 12 On observe une forte variabilité entre familles. Seulement 9,5 % des familles disposent de moins de (...)

    1,71 ha proviennent d’acquisitions en dehors du site12.

79Quand on sait qu’en 1975, les colons de Barambai n’arrivaient à cultiver que 1,5 ha en moyenne par famille (Guinness, 1977 : 6l), cet appétit de terre peut surprendre. Bien sûr, le prestige lié à la propriété foncière, d’autant plus fort chez un ex-paysan sans terre javanais, explique en partie cette volonté de s’agrandir. En raison d’une offre importante, l’effort financier reste d’ailleurs modeste. Il n’est pas rare qu’un hectare de rizière s’échange contre une bicyclette. Mais c’est avant tout l’adoption des techniques de culture banjar qui pousse les migrants à se porter acquéreurs de nouvelles terres.

80Les colons apprennent rapidement — à leurs dépens — que des techniques de préparation du sol intensives en travail sont peu adaptées aux conditions de ce milieu. La fertilité chimique du sol réside dans l’horizon tourbeux superficiel. Un travail du sol trop profond à la houe ou à la charrue ramène à la surface les horizons argileux inférieurs. Ce faisant, il accélère la minéralisation et à terme la disparition de la tourbe. Plus dangereux, l’aération d’argiles potentiellement acides sulfates peut provoquer l’acidification des sols. Une préparation du sol minimum, consistant à couper la végétation herbacée à l’aide d’une machette à lame longue et mince, permet d’éviter ces problèmes.

81Le repiquage de plants de riz sélectionnés (âgés de 4 semaines) dans un horizon tourbeux se traduit habituellement par des résultats désastreux. Les variétés locales, repiquées au plantoir jusqu’à un âge avancé, résistent même dans des tourbes de près d’un mètre d’épaisseur. Par contre deux sérieux handicaps sont à porter au débit de ces variétés : des rendements faibles et des cycles trop longs pour autoriser la double culture annuelle.

82Techniques et variétés locales présentent cependant d’énormes avantages au niveau de l’organisation du travail. La préparation du terrain à la machette est une opération nettement moins exigeante en travail qu’un houage. À quantité de travail égale, un paysan peut préparer des surfaces deux à trois fois plus importantes. Avec les variétés locales, les opérations de repiquage peuvent être étalées sur deux mois. Avec les variétés sélectionnées, la date du repiquage est fixée à quelques jours près. Malgré des rendements plus faibles, les variétés locales permettent d’obtenir des productions suffisantes. Une quantité de travail par hectare plus faible permet de cultiver des surfaces plus importantes. Cette solution n’est cependant intéressante que si la terre reste disponible en quantité suffisante. Or, la faible densité de population dans toute la zone de forêts marécageuses et le grand nombre d’abandons sur le centre vont de pair avec une faible pression foncière.

Adapter les techniques banjar

83Dans le système banjar, la production de riz est destinée à l’autoconsommation des familles. Les cultures pérennes, cocotiers et plantes associées, assurent les revenus monétaires.

84Pour les transmigrants, obtenir un revenu monétaire suppose, soit de vendre du riz, soit de chercher du travail à l’extérieur. Or, gérer rigoureusement la consommation et la vente de riz sur une longue période n’est pas à la portée de toutes les familles paysannes. La double culture annuelle présente l’avantage de réduire la durée de la fameuse période de soudure, musim paceklik en javanais. Malheureusement, l’utilisation quasi obligée des variétés locales ne permet pas la double culture.

85Les transmigrants de Barambai résolvent ce problème de manière originale. À partir du début des années quatre-vingt, l’épaisseur de tourbe, considérablement réduite par minéralisation dans les parcelles les plus anciennement cultivées, permet le repiquage de variétés sélectionnées en première saison. Celui-ci reste cependant à éviter en deuxième saison en raison des risques de déficit hydrique et de la forte concurrence avec les adventices lorsque l’inondation n’est pas assurée en permanence. C’est pourtant bien à cette période que les Banjar pratiquent le troisième repiquage de variétés locales qui résistent mieux aux stress hydriques comme aux crues inopinées. Leur taille, enfin, leur permet de prendre facilement le dessus sur les adventices.

86Les colons associent judicieusement variétés sélectionnées et locales, dans l’espace et dans le temps. À partir du mois d’août, deux parcelles voisines sont préparées en même temps, ainsi que deux pépinières à partir de la mi-octobre. La première parcelle est repiquée en variété sélectionnée quatre semaines plus tard et sa récolte se terminera fin février. Dans l’intervalle, la variété locale aura été repiquée à deux reprises sur la parcelle adjacente. Le troisième repiquage intervient au mois de mars et concerne les deux parcelles. La récolte de la variété locale s’étale sur les mois de juin et juillet. Les rendements restent faibles, entre 1 et 2 tonnes de paddy par hectare pour les variétés sélectionnées, et 0,5 à 1,5 tonne de paddy par hectare poulies variétés locales (Sevin, 1985 : 110). Les productions, par contre, dépassent largement les besoins vivriers des familles.

  • 13 À Tamban Luar, en dix ans, l’épaisseur de la tourbe est passée de 100 cm à 10 cm (Collier, 1980 : 4 (...)
  • 14 Après avoir longtemps interdit la transformation des rizières en cocoteraies, le Ministère recomman (...)

87Ce système associant harmonieusement savoir-faire banjar et ingéniosité javanaise démontre que les transmigrants ont su prendre la mesure de leur nouveau milieu. L’adaptation a été difficile. Tous n’ont pas réussi. Ceux qui restent savent que leur avenir dépend en grande partie de la tourbe. Aujourd’hui, ils s’inquiètent de sa disparition13. C’est également pour cette raison que les transmigrants cherchent à acquérir d’autres terrains. Au contact des Banjar, ils ont compris que dans les marais côtiers de Kalimantan la production de riz ne pouvait être que transitoire. Pour assurer une mise en valeur durable du milieu, les rizières doivent progressivement être converties en cocoteraies14.

Purwosari : le modèle oublié

  • 15 Regroupés dans des dortoirs à plusieurs familles, les colons ne bénéficiaient que d’une aide minimu (...)

88En fait, Barambai ne représente pas la première tentative d’implantation de migrants javanais dans les marais de Kalimantan-Sud. Dès 1880-90, les Néerlandais décidaient de creuser plusieurs canaux pour relier le Barito à la Kapuas et à la Kahayan. Les canaux, destinés au transport, furent améliorés dans les années trente et complétés dans les années soixante. L’un d’entre eux, l’Anjir Tamban, relie la Kapuas au Barito à hauteur de Banjarmasin (fig. 34). Les Néerlandais profitèrent du creusement de ce canal pour tenter d’implanter une colonie javanaise. Entre 1937 et 1939, dans la forêt marécageuse en bordure du canal, 320 familles fondèrent le village de Purwosari15.

89Les Javanais eurent tôt fait d’intégrer le savoir-faire banjar. La tourbe, peu épaisse à Purwosari, disparut rapidement. Les rendements de riz déclinèrent et ne suffirent plus à assurer l’autosuffisance alimentaire des familles. De nombreux colons abandonnèrent le village et s’installèrent à Banjarmasin. Ceux qui sont restés, environ 40 % des familles, ont racheté les lots abandonnés et ouvert de nouvelles parcelles en forêt. Les anciennes rizières furent progressivement converties en cocoteraies suivant le modèle banjar. Aujourd’hui, les familles de colons possèdent en moyenne 4 à 6 ha de rizières et de cocoteraies. Leur niveau de vie dépasse même légèrement celui des Banjar des villages voisins. La mémoire collective n’a pas conservé le souvenir des premières frictions. Les deux communautés vivent en bonne entente, comme le prouve le grand nombre de mariages mixtes.

90En 1969, Purwosari a trente ans. L’évolution du centre est particulièrement riche en enseignements. Sa réussite le désigne tout naturellement comme un modèle à suivre pour la mise en valeur des marais côtiers de Kalimantan-Sud. Malheureusement, les autorités n’en tiennent aucun compte.

UN AVENIR ENCORE INCERTAIN

91La non-prise en compte des enseignements des premiers essais ne saurait surprendre. En fait, reconnaître la supériorité du modèle extensif banjar sur le modèle intensif javanais conduirait, à terme, à la remise en cause de la transmigration elle-même.

92Si des transmigrants javanais, fortement subventionnés par l’État, réussissent moins bien que des migrants spontanés banjar ou bugis, on peut en effet s’interroger sur l’intérêt de l’opération. À Tamban Lupak (Kalimantan-Centre) en 1976, l’État exproprie et dédommage 300 familles banjar vivant là depuis 10 à 20 ans. En leur lieu et place, la Transmigration installe 250 familles de transmigrants originaires de Java-Est (Collier et al., 1981 : 52). Quelques années plus tard, malgré l’arrivée de migrants spontanés et la formation de nouveaux ménages, la population excède à peine le nombre de personnes déplacées pour la création du centre. Dans ces conditions, l’opération ne se justifierait que si la production de riz des familles javanaises excédait considérablement celle des Banjar. Il n’en est rien, puisque les Javanais s’empressent d’adopter les techniques des Banjar.

93Une autre justification de l’intervention de l’État serait la mise en valeur de zones peu accessibles à la colonisation spontanée. Il est vrai qu’à Sumatra comme à Kalimantan, la Transmigration opère souvent en retrait de zones déjà développées par les Bugis et les Banjar. Dans la majorité des cas, la Transmigration met en valeur des zones sciemment écartées par les migrants spontanés, en raison de la forte épaisseur de la tourbe ou du battement insuffisant de la marée. La mauvaise accessibilité du site n’est que rarement en cause. À Kalimantan surtout, l’extension exagérée des canaux secondaires du système garpu se solde immanquablement par l’abandon des parties amont des centres.

  • 16 Pour Hardjono, la responsabilité du fiasco reviendrait à l’extrapolation hasardeuse d’essais menés (...)
  • 17 Les projets pasang surut forment l’écrasante majorité des 67 villages du programme de réhabilitatio (...)

94Le rêve de grenier à riz des gouvernants prend des allures de cauchemar pour de nombreux transmigrants. Le programme P4S apparaît comme un fiasco lamentable sur les plans économique, social et écologique16. Les décisions sont prises bien avant les résultats des premiers « essais ». Les signaux d’alarme tirés à l’issue du premier plan quinquennal (1969-1974) ne suffirent pas à remettre en cause les objectifs encore plus ambitieux du second. À l’issue du second plan quinquennal (1974-1979), malgré la situation catastrophique de la grande majorité des centres, seule l’extension future du programme fut remise en cause. Plus des trois quarts des transmigrants installés dans des projets pasang surut le sont pendant le troisième plan quinquennal (1979-1984), alors que le discours officiel met déjà l’accent sur la nécessaire réhabilitation des premiers centres créés17. Delta Upang n’a jamais servi à tester des modes de mise en valeur futurs, mais à justifier des choix politiques passés. Le choix du site comme « terrain d’essai » n’est pas fortuit.

95Peut-être en réaction à l’enthousiasme excessif des débuts, de nombreux auteurs cèdent à la morosité ambiante pour noircir le tableau. Dans la plupart des centres, la situation est grave, mais pas désespérée. Une double sélection naturelle s’opère avec le temps. D’une part, les transmigrants abandonnent rapidement les sites les moins favorables, comme les zones amont des réseaux et les tourbes épaisses. D’autre part, les migrants les moins motivés cèdent leurs lots à d’autres, leur permettant ainsi de recourir à des techniques extensives mieux adaptées aux conditions du milieu. Pour les colons toujours présents sur les centres, dix ans après leur ouverture, il ne fait aucun doute que la transmigration a eu un effet bénéfique. Toutes les familles signalent une amélioration de leur niveau de vie et de leur statut social. Mais toutes rappellent également le long calvaire des années d’adaptation et le grand nombre d’abandons. Les plus amères parlent de génération sacrifiée.

96Depuis 1986, le programme est au point mort. Pourtant, le Gouvernement indonésien n’a pas perdu l’espoir qu’un jour prochain il sera en mesure de développer ces zones marécageuses qui représentent un cinquième de la superficie du pays. Mais les milliards de roupies investis en pure perte dans les projets pasang surut donnent à réfléchir. Avant de redémarrer un programme de développement des zones côtières, le Gouvernement indonésien réclame des garanties solides. Le défi reste entier. La recherche agronomique se doit de le relever. En attendant, chercheurs et experts se relaient au chevet des centres malades. Selon les responsables du Ministère, ils ne seraient guère efficaces. À l’instar des médecins de Molière, ils se contentent surtout de vous expliquer « pourquoi votre fille est muette ».

Notes

1 Selon les auteurs, les forêts marécageuses couvrent 9 à 20 % du territoire national (Collier, 1980 : 35 ; Nedeco - Euroconsult - Biec, 1984 : 7 ; Collier et al., 1984 : 183).

2 Le succès de la mise en valeur des bassins fluviaux du Chao Phraya en Thaïlande et de l'Irrawaddy en Birmanie, à la veille de la Seconde Guerre mondiale, confirme l’optimisme des autorités (Scholz, 1988 : 150).

3 L’appellation pasang surut rappelle que l’irrigation et le drainage des rizières sont assurés par le jeu de battement de la marée.

4 Cf. chapitre 2 pour plus de détails sur les sols de rawa.

5 Les lebak correspondent à de petites dépressions en arrière des bourrelets de berge des grands fleuves.

6 Pour dédommager le seigneur de son aide, chaque famille lui remet un quart d’hectare de rizière. Le seigneur se retrouve ainsi à la tête d’un domaine foncier d’une dizaine d’hectares au maximum qu’il confie à des métayers.

7 Le plan du réseau, un canal primaire raccordé à plusieurs canaux secondaires parallèles, rappelle la forme d’une fourchette, garpu en indonésien. Dès lors, ce système de mise en valeur de marais est baptisé sistim garpu.

8 « Malheur à celui par qui le scandale arrive » mériterait d’être un proverbe indonésien.

9 Triple Super Phosphate.

10 La vie s’organise entre le village et la ville. Une semaine sur deux, le chef de famille rejoint la ville avec un sac rempli de légumes. La vente des légumes paye le gîte et le couvert du manœuvre. Au bout d’une semaine, il rentre au village avec des provisions et ce qu’il lui reste de son salaire. Le transmigrant de Bereng Bengkel dispose d’un revenu régulier, élevé et relativement sûr. Faut-il s’étonner qu’il se soit attaché il ses deux hectares de tourbe ?

11 La fourniture (involontaire) d’une main-d’œuvre abondante et bon marché aux industriels locaux permet ainsi à la Transmigration d’atteindre l’un de ses objectifs : participer au développement régional.

12 On observe une forte variabilité entre familles. Seulement 9,5 % des familles disposent de moins de 2 ha, 47,6 % de 2 à 4 ha, et 42,9 % possèdent plus de 5 ha (Sevin, 1985 : 103).

13 À Tamban Luar, en dix ans, l’épaisseur de la tourbe est passée de 100 cm à 10 cm (Collier, 1980 : 44). Lorsqu’elle disparaît entièrement, la production de riz, devient problématique.

14 Après avoir longtemps interdit la transformation des rizières en cocoteraies, le Ministère recommande, depuis la fin des années soixante-dix, l’introduction de cocotiers hybrides pour réhabiliter les centres en difficulté (Ochs, 1979).

15 Regroupés dans des dortoirs à plusieurs familles, les colons ne bénéficiaient que d’une aide minimum. L’Administration leur allouait le matériel nécessaire à la construction d’une maison et 1,4 ha de terrain à défricher par famille. Tous les travaux, y compris le creusement des canaux, étaient à la charge des colons (Collier, 1980 : 41 ; Collier et al., 1984 : 184).

16 Pour Hardjono, la responsabilité du fiasco reviendrait à l’extrapolation hasardeuse d’essais menés dans le cas particulier de Delta Upang (Hardjono, 1988 : 9). Il ne faut cependant pas se laisser abuser par le rôle « expérimental » attribué au centre de Delta Upang. Il est rare qu’une Administration pratique la méthode expérimentale.

17 Les projets pasang surut forment l’écrasante majorité des 67 villages du programme de réhabilitation lancé avec le financement de la banque mondiale en 1984-1986 (Hardjono, 1988 : 10).

Table des illustrations

Titre Figure 30. Mise en valeur des marécages côtiers par les Bugis (côte est de Sumatra).
Légende Source : Scholz (1989).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15242/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Figure 31. Site de transmigration de Delta Upang (Sumatra-Sud).
Légende Source : Hardjono (1977).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15242/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 32. Centres de transmigration pasang surut à Sumatra-Sud.
Légende Source : Collier et al. (1984).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15242/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Figure 33. Site de transmigration de Barambai.
Légende Source : Guinness (1977).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15242/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Figure 34. Centres de transmigration pasang surut à Kalimantan-Sud.
Légende Source : Departemen Transmigrasi (1987).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15242/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 275k

© IRD Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search