Version classiqueVersion mobile

La terre d’en face

 | 
Patrice Levang

Deuxième partie. Quatre grands types de projets

Quatre grands types de projets

Texte intégral

« Bhinneka Tunggal Ika ». L’unité dans la diversité.
(Devise de l’Indonésie).

1Qu’une perception simpliste des effets de la « surpopulation » et de la « sous-population » ait incité les pouvoirs publics à vouloir corriger le déséquilibre démographique indonésien est maintenant établi. Qu’une représentation exclusivement agraire du développement ait poussé les autorités à privilégier la solution de la colonisation agricole pour résorber ce déséquilibre, soit. Il n’en demeure pas moins que « Transmigrasi adalah ! » (la transmigration est !), comme aimait à le rappeler le ministre Martono à d’éventuels détracteurs. Intéressons-nous donc à la transmigration telle qu’elle est, ou plus exactement aux conséquences des choix des aménageurs sur les aménagés.

Figure 20. Localisation des principaux sites étudiés.

Figure 20. Localisation des principaux sites étudiés.

2Le programme n’autorise pas les avis tranchés. La transmigration n’est ni une réussite ni un échec. Elle est avant tout un ensemble de projets, de villages de colonisation ou de centres de transmigration. Chaque centre possède ses caractéristiques propres. Avec le temps, certains se sont transformés en des pôles dynamiques stimulant l’activité économique de toute une région. D’autres végètent dans des conditions difficiles, d’autres encore ont depuis longtemps disparu de la mémoire des hommes. Considérant l’extrême variété des situations et des conditions dans lesquelles ont été placés les centres, une telle diversité des résultats n’a rien d’étonnant.

3Des vallées fertiles de Sulawesi-Nord, aux tourbes acides de Kalimantan-Centre, en passant par les mangroves de Sumatra, la transmigration s’intéresse aux milieux naturels les plus divers. À Java, Bali ou Lombok, elle recrute des colons de toutes sortes, des agriculteurs, des paysans sans terre, des chômeurs urbains, des vétérans de l’armée et des cas sociaux. Certains centres bénéficient d’infrastructures de qualité, d’autres se contentent de promesses. Certains sont densément encadrés, d’autres laissés à eux-mêmes. Tous constituent un merveilleux laboratoire pour le chercheur.

  • 1 Perkebunan Inti Rakyat.

4Toutefois, la diversité s’arrête là. Dans le choix du modèle de développement et des systèmes de culture, le monolithisme est de règle. La priorité va à l’intensification agricole. Le programme évolue et s’adapte, mais toujours en respectant cette règle. Historiquement, la transmigration expérimente quatre grands types de projets. Aux projets irrigués de la Kolonisatie, succèdent les projets pasang surut de la fin des années soixante, ceux en cultures vivrières pluviales de la fin des années soixante-dix, et enfin ceux en cultures pérennes dans les années quatre-vingt. À vrai dire, la succession n’est pas aussi nette. Certaines années, le Ministère peut tout aussi bien amener l’irrigation à un centre en culture pluviale, étendre un projet en pasang surut et développer un projet PIR1. En l’occurrence, il s’agit davantage d’une tendance évolutive que d’une succession stricte.

5L’année 1983 marque cependant une rupture, avec le démarrage des projets PIR. Jusque-là, tous les efforts de la transmigration visaient surtout à assurer l’autosuffisance vivrière des colons et à contribuer à l’autosuffisance alimentaire nationale en riz. Le manque d’imagination dans le choix des systèmes de culture est en fait une conséquence directe de la « dualité » de la transmigration, qui se veut à la fois politique sociale et politique de développement. En tant que politique sociale, elle se doit de toucher un grand nombre de familles. En conséquence, les surfaces attribuées et le coût d’installation par famille doivent être aussi faibles que possible. Or, assurer l’autosuffisance en riz de la famille paysanne sur une surface de 1 à 2 hectares représente déjà une performance en culture pluviale. La faible taille des lots distribués et la priorité accordée à l’autosuffisance en riz, aussi bien par la famille paysanne que par les politiques nationales, limitent considérablement la gamme des choix possibles.

6En matière de transmigration, tout semble joué à l’avance. Refusant de faire confiance à l’initiative paysanne, l’aménageur a tout prévu, tout organisé, tout bloqué. Le moule est prêt, le migrant n’a plus qu’à s’y couler. Malheureusement, ce moule n’est pas toujours à la hauteur des espoirs de ses concepteurs. Il arrive alors, que l’initiative paysanne permette de « sauver les meubles ».

Notes

1 Perkebunan Inti Rakyat.

© IRD Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search