Version classiqueVersion mobile

La terre d’en face

 | 
Patrice Levang

Première partie. Une transmigration ambiguë

Conclusion : un problème de perception et de représentation

Texte intégral

« Les premières causes de nos erreurs sont les préjugés de notre enfance. »
Descartes

1Les critiques, surtout nombreuses à douter de la capacité de la transmigration à résoudre le problème démographique indonésien, ne remettent cependant jamais en cause la nécessité de résoudre ce problème. La raison en est simple : cette nécessité apparaît évidente à tous. N’est-il pas évident que la surpopulation met la planète en danger ? N’est-il pas évident que sous-peuplement rime avec sous-développement ? N’est-il pas évident que la colonisation agricole dirigée permettrait, à la fois, de réduire l’excédent démographique javanais et d’aménager rationnellement les îles extérieures ? De telles évidences ne se démontrent pas, elles se perçoivent. Et c’est bien là que réside leur force. Même contredites par les faits, les perceptions restent souvent immuables.

  • 1 Aujourd’hui, ce n’est plus la croissance de la population qui inquiète, mais son « explosion », à (...)

2Les idées malthusiennes, par exemple, près de deux siècles après la publication de l’Essai sur le principe de population (1798), conservent une vigueur sans pareil. Rénovées récemment par l’adjonction des concepts de « population limite » ou de « capacité de charge maximum » chers aux écologistes, les idées malthusiennes ressurgissent opportunément en agitant le spectre de la surpopulation et de la famine1. Et quel plus bel exemple de surpopulation que les campagnes javanaises ?

  • 2 Dès 1858, Marx, farouche opposant aux thèses malthusiennes, signalait : « La surpopulation relativ (...)

3Confronté aux fortes densités de population des campagnes asiatiques à la fin du xixe siècle, quel auteur eût hésité à parler de sur-surpopulation ? Un siècle plus tard, alors que les densités ont plus que triplé, les réflexes sont restés les mêmes. Et pourtant, la catastrophe malthusienne si souvent annoncée, n’a jamais eu lieu2. Face à la croissance inexorable de la population, le paysannat javanais ne s’est pas laissé mourir de faim. Il a évolué. La manière de produire ses « subsistances » également.

4Mais cette évolution, que certains ont qualifié d’« involution » n’a pas été homogène. Car le paysannat javanais, pas plus qu’un autre d’ailleurs, ne représente une entité homogène. Bien au contraire, l’accès inégal à la propriété foncière le structure en groupes statutaires bien définis. Non seulement, la catégorie des paysans sans terre n’est pas une nouvelle venue dans la société paysanne javanaise, mais la proportion de paysans sans terre est restée relativement stable et ce, malgré la forte croissance démographique de l’île. Leurs activités, par contre, ont considérablement évolué. Au siècle dernier, les paysans sans terre étaient, dans leur grande majorité, des « domestiques » (dans le sens « attaché à la maison »), le kumpulan ou nusup javanais n’étant que l’équivalent de nos anciens valets de ferme. Avec la fragmentation des propriétés suite à l’accroissement démographique, les valets de ferme se sont progressivement transformés en journaliers agricoles, puis en journaliers tout court. Dès les années soixante-dix, environ les deux tiers des paysans sans terre ne sont plus du tout impliqués dans des activités agricoles. Ce sont ces derniers, ceux qui manquent le plus d’expérience agricole, qui forment les gros bataillons des candidats à la transmigration. Pour eux, la transmigration représente surtout la possibilité d’accéder au statut social envié de paysan-propriétaire. Curieusement, ce sont aussi eux que le Ministère veut à tout prix éviter de recruter.

5Quant aux îles extérieures, s’il est indéniable qu’elles sont peu peuplées, surtout en comparaison de Java, leur sous-développement, par contre, n’apparaît pas de façon criante. Tout d’abord, la faible occupation humaine de ces îles n’est probablement pas sans rapport avec une fertilité du milieu très médiocre. La capacité d’accueil des îles périphériques s’avère beaucoup plus restreinte que prévu. Les meilleures terres sont déjà appropriées par les populations autochtones et les terres disponibles pour la transmigration présentent presque toujours l’un ou plusieurs des handicaps suivants :

  • une accessibilité médiocre ;
  • une faible fertilité chimique des sols (sables lessivés, podzols) ;
  • des difficultés de mise en valeur (mangroves, tourbes épaisses).
  • 3 L’association des mots « homme » et « forêt », respectivement orang et butan indonésien, ne donne- (...)

6Ensuite, il ne fait aucun doute que les autochtones des îles périphériques sont victimes de préjugés tenaces à leur encontre. Leurs systèmes de culture, pourtant parfaitement adaptés aux conditions des milieux naturel et humain, sont jugés archaïques, dispendieux, voire répréhensibles. Les Néerlandais qualifiaient le ladang de Raubbau, littéralement « culture de vol ». Pour un Javanais, la culture sur brûlis, en raison de la proximité, voire de la promiscuité, qu’elle suppose entre l’homme et la forêt, ne peut se situer qu’aux premiers stades de l’évolution de l’humanité, aux premiers balbutiements d’une civilisation3.

  • 4 Combien d’agronomes européens se sont évertués à faire accepter des systèmes de culture intensifs (...)

7Cette profonde incompréhension des systèmes de culture extensifs n’est pas propre à Java4. Si aujourd’hui, l’égalité des cultures est devenue le discours dominant, si la meilleure rémunération du travail dans les systèmes extensifs est parfois reconnue, il n’en demeure pas moins que ceux-ci restent perçus comme des survivances du passé. L’avenir est à l’intensification.

  • 5 En la matière, nous autres Français n’avons aucune leçon à donner à nos amis Indonésiens. Comme le (...)

8La volonté d’aménager rationnellement le milieu naturel, conjuguée à la volonté de contrôler le milieu humain, ne se satisfait pas de vagues mesures incitatives. Elle réclame des projets planifiés, carrés, encadrés, dirigés, bref, des projets de transmigration. Un dernier écueil, et non des moindres, guette le développeur. Lorsqu’il s’adresse à des agriculteurs, ou à ce qu’il croit être des agriculteurs, il n’envisage jamais qu’une seule forme de développement : le développement agricole. La transmigration, en proposant à des paysans de rester paysans, entre parfaitement dans ce schéma. En voulant associer une politique sociale et une politique de développement, l’Indonésie n’a fait que mettre en œuvre une politique agraire. N’est-ce pas le propre de toutes les visions agraires que de rechercher exclusivement dans l’agriculture la solution à des problèmes agricoles ? D’oublier que la politique agricole n’est qu’une composante de la politique globale5 ?

Notes

1 Aujourd’hui, ce n’est plus la croissance de la population qui inquiète, mais son « explosion », à en croire les titres des ouvrages à succès de l’écologiste américain Paul Ehrlich : La Bombe P et The population explosion (Ehrlich, 1972 et 1990, cités par Le Bras, 1994).

2 Dès 1858, Marx, farouche opposant aux thèses malthusiennes, signalait : « La surpopulation relative n’a pas la moindre relation avec les moyens de subsistance comme tels, mais avec la manière de les produire » (cité par Clerc, 1994 : 58).

3 L’association des mots « homme » et « forêt », respectivement orang et butan indonésien, ne donne-t-elle pas orang-butan (orang-outan en français) ?

4 Combien d’agronomes européens se sont évertués à faire accepter des systèmes de culture intensifs aux « populations primitives et retardées » d’Afrique tropicale ?

5 En la matière, nous autres Français n’avons aucune leçon à donner à nos amis Indonésiens. Comme le signale Louis Malassis : « Le danger est grand de s’enfermer dans l’agricole pour traiter du devenir de l’agriculture et, en France, une forte tradition va dans ce sens. Il faut résolument traiter du devenir global — comme problème de société — et cesser de traiter de l’avenir des ménages agricoles en termes exclusivement agricoles » (Malassis, 1994 : 29).

© IRD Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search