Version classiqueVersion mobile

La terre d’en face

 | 
Patrice Levang

Première partie. Une transmigration ambiguë

2. Les terres sans hommes

Texte intégral

« La sylve sumatrienne, dont l’étendue confond l’imagination, constitue (...) un abîme illimité de verdure, où l’impénétrabilité, l’humidité, l’ombre céruléenne et le bruissement indéfinissable dont s’ouate le silence, mettent une sorte d’horreur angoissante et hostile. »
O. J. A. Collet (Terres et peuples de Sumatra, 1925)

1Douterait-on de la surpopulation de Java, que la comparaison avec les îles avoisinantes convaincrait les plus sceptiques. Le contraste est flagrant. En 1930, la densité démographique moyenne des îles extérieures dépasse rarement 10 habitants au km2 alors que celle de Java atteint la valeur record de 316 habitants au km2. Procédant de la même logique, la sous-population des îles extérieures fait pendant à la surpopulation de Java.

DES TERRES VIERGES ?

  • 1 À partir de la deuxième moitié du xixe, la fidélité trop souvent vacillante des potentats locaux c (...)
  • 2 Marsden, 1986 ; Wallace, 1989 ; Loeb, 1972 ; Collet, 1925 ; Hose, 1988 ; Bock, 1988 ; Beccari, 1989 (...)

2La majeure partie des îles extérieures demeurait encore terra incognita à la fin du xixe siècle. Les contacts anciens et fréquents se limitaient pour l’essentiel aux zones côtières. L’intérieur des terres n’était contrôlé que de manière indirecte1 et restait le domaine de tribus réputées farouches : cannibales papous, chasseurs de têtes dayak, ou « Abung assoiffés de sang » (Loeb, 1972). Suivant la sensibilité de « l’explorateur », les autochtones étaient présentés soit comme des sauvages sanguinaires écumant les forêts tropicales, soit comme des « naturels » ignorant le péché et vivant en harmonie avec la nature2.

  • 3 Ainsi, l’important croît démographique des îles extérieures (2,5 % par an) dont témoignent les don (...)

3L’absence de données fiables ne permet pas de retracer l’évolution de la population des îles extérieures avant le xxe siècle. Les premiers recensements de population de 1905 et de 1920 ne sont guère plus fiables. Le premier recensement digne de ce nom date de 1930. Il reste d’ailleurs incomplet dans de nombreuses régions3.

4Le tableau ix (en annexe) récapitule les résultats des divers recensements ainsi que les évaluations de population pour 1600, 1800 et 1900. Bien que très approximatives, les évaluations confirment l’écart grandissant entre Java et les autres îles. Le fossé se creuse surtout au cours du xixe siècle, la population de Java étant multipliée par quatre, alors que celle du reste de l’archipel ne croît que de 35 %. À partir de 1930, le taux de croissance démographique des îles extérieures dépasse celui de Java. Mais comme il s’applique à des nombres beaucoup plus faibles, le déséquilibre persiste. Avec 69 % de la population totale de l’archipel, le poids démographique de Java reste prédominant (fig. 14).

Figure 14. Évolution de la répartition de la population indonésienne.

Figure 14. Évolution de la répartition de la population indonésienne.

Sources : Hugoet al. (1987) ; BPS, Jakarta.

5Non seulement Java est dix-neuf fois plus peuplé que Kalimantan en 1930, mais cette dernière est quatre fois plus vaste (539 000 km2 contre 132 000 km2). En conséquence la densité démographique moyenne de Java est 77 fois supérieure à celle de Kalimantan. Kalimantan ne constitue pas une exception : environ 77 % de la superficie des îles extérieures supportent des densités démographiques inférieures à 10 habitants au km2 (Pelzer, 1945 : 185).

6En 1930, les densités démographiques varient considérablement d’une extrémité à l’autre de l’archipel, comme en témoigne la figure 15. Les densités les plus faibles se rencontrent aux Moluques et en Irian Jaya (Nouvelle-Guinée occidentale), à Kalimantan et dans la région de Jambi à Sumatra. La majeure partie de Sumatra et de Sulawesi présente des densités faibles (12 habitants au km2), mis à part les pays Batak, Minangkabau et Bugis dont les densités avoisinent celles des petites îles de la Sonde (25-40 habitants au km2). Bali et Lombok se distinguent très nettement des autres îles avec 175 habitants au km2, mais restent loin derrière Java avec 316 habitants au km2.

Figure 15. Densités démographiques dans les Indes néerlandaises en 1930.

Figure 15. Densités démographiques dans les Indes néerlandaises en 1930.

Source : Recensement général de population de 1930.

Une forêt omniprésente

  • 4 Les cartes des forestiers attachant souvent plus d’importance au statut du sol qu’à la végétation, (...)
  • 5 Suivant les sources, la superficie de forêt primaire de Kalimantan-Est serait d’environ 60 % en 19 (...)

7La faible densité démographique des îles extérieures va de pair avec une importante couverture forestière. Selon des évaluations réalisées entre 1930 et 1940, la forêt couvre 68 % de leur superficie (tabl. x en annexe). Les superficies en « forêt » incluent probablement de vastes zones de forêts secondaires d’âges divers, voire des savanes à Imperata cylindrica4. D’une manière générale, les données chiffrées ainsi que les documents cartographiques concernant le massif forestier indonésien laissent particulièrement à désirer5. Malgré les incertitudes qui subsistent quant à la proportion de forêt primaire résiduelle (12 ou 19 %) à la fin des années quatre-vingt, l’important recul du domaine forestier du Lampung depuis 1930 ne fait aucun doute.

  • 6 D’après la planimétrie d’images satellite Landsat et de nombreuses vérifications de terrain réalis (...)

8Kalimantan, en 1980, ressemble au Lampung des années trente. À Kalimantan-Centre, la forêt primaire couvre encore 75 % du pays Dayak Ngaju6. Les 25 % restant se composent d’une mosaïque d’essarts et de végétation secondaire. La figure 16 illustre un mode d’occupation de l’espace typique de Bornéo mais aussi de toute la côte est de Sumatra. L’habitat, exclusivement ripuaire, se localise préférentiellement sur les berges hautes à la confluence de rivières. L’accessibilité par voie d’eau à partir du village détermine l’extension de la zone de cultures sur brûlis.

9Malgré l’intensité des défrichements, depuis le début du siècle et surtout pendant ces trente dernières années, en 1985 le potentiel forestier reste important dans la plupart des provinces extérieures (tabl. xi en annexe). Dans certaines provinces cependant, comme Sud-Sumatra et Lampung, il a été fortement entamé depuis le début du siècle. La figure 17 montre que la forêt couvre la plus grande partie de la province de Lampung en 1930, alors qu’en 1985 elle est largement réduite (tabl. xi en annexe). Cela donne une idée de l’ampleur des défrichements. La transmigration n’est d’ailleurs pas étrangère au recul du domaine forestier dans ces deux provinces.

  • 7 Neuf décennies plus tard, cette proposition reste vraie pour Kalimantan et l'Irian Jaya.

10En 1905, les îles extérieures présentent de vastes zones très peu peuplées et couvertes de forêts7. Peut-on rêver de meilleures terres de colonisation ? Cette constatation amène pourtant à se poser la question de l’origine du déséquilibre démographique indonésien. Les causes du sous-peuplement des îles extérieures, font toujours l’objet de nombreuses polémiques. La part respective des facteurs d’ordre écologique, sanitaire, économique, social, culturel, politique ou autres apparaît particulièrement difficile à établir. Les arguments faisant appel à des différences de fécondité (pour des raisons génétiques, alimentaires ou socio-culturelles) sont aujourd’hui abandonnés. Certes, des différences existent d’une ethnie à l’autre. Elles ne sauraient cependant être généralisées à plus de trois cents groupes ethniques indonésiens. Rappelons qu’à partir de 1930, le taux de croissance naturel des îles extérieures dépasse celui de Java. Il s’agit donc moins d’une différence que d’un retard. Ce retard de croissance démographique des îles extérieures est souvent mis sur le compte d’une application plus tardive de la pax neerlandica. De nombreuses îles restent en proie aux guerres tribales, aux chasses aux têtes et aux pratiques anthropophages jusqu’au tout début du xxe siècle. Mais pour justifier son intervention, le colonisateur a toujours eu tendance à exagérer l’impact de ces pratiques, au demeurant plus rituelles que guerrières. Selon les héritiers de la tradition toraja, il ne fait aucun doute que la seule conquête du pays toraja par l’armée néerlandaise en 1905 s’est soldée par plus de morts que vingt années de chasse aux têtes à Sulawesi. Il est peu plausible que l’instauration de la paix néerlandaise ait eu un effet direct sur les taux de mortalité dans les régions « pacifiées ».

Figure 16. Occupation de l'espace à Kalimantan-Centre en 1980.

Figure 16. Occupation de l'espace à Kalimantan-Centre en 1980.

Source : Orstom (1982).

Figure 17. Occupation de l’espace au Lampung (Sumatra) en 1930.

Figure 17. Occupation de l’espace au Lampung (Sumatra) en 1930.

Source : Painet al. (1989).

  • 8 En 1980 encore, à Kalimantan-Centre, des épidémies de choléra peuvent emporter 10 % de la populati (...)

11En revanche, l’administration coloniale n’est pas étrangère à l’amélioration rapide des conditions sanitaires dans les régions passant sous sa juridiction. Les campagnes systématiques de vaccination contre la variole n’atteignent la plupart des îles extérieures qu’avec 50 à 75 ans de retard sur Java. Malgré des améliorations substantielles, les îles périphériques ne rattrapent jamais complètement leur retard8. À Kalimantan comme à Sumatra, la grande majorité des villages ne dispose pas de puits. Les rivières fournissent l’eau pour tous les besoins de la vie courante et servent de lieux d’aisance. En saison sèche, le débit ralenti des cours d’eau favorise la transmission des vibrions cholériques. Dysenteries et fièvres diverses se conjuguent pour maintenir la mortalité infantile à un niveau très élevé. Dans plusieurs villages étudiés à Kalimantan et à Sumatra, environ un enfant sur deux meurt avant l’âge de cinq ans. L’eau de boisson, pas toujours bouillie, porte une lourde responsabilité dans la stagnation démographique des îles extérieures.

Un déséquilibre démographique d’origine écologique ?

12Le principal argument avancé pour expliquer le déséquilibre démographique indonésien reste d’ordre écologique. L’extraordinaire fertilité des sols javanais serait à l’origine de densités démographiques élevées. A contrario, la faible densité de population des îles extérieures s’expliquerait par la fertilité médiocre de leurs sols. L’argument, couramment invoqué au xixe siècle, retrouve une vigueur nouvelle suite aux travaux de Mohr (1938). En s’appuyant sur le premier recensement général de population de 1930, Mohr analyse, district par district, la relation entre la densité démographique et la nature géologique des substrats. Il arrive à la conclusion que : « in the Netherlands Indies the population density is a function of the nature of the soit, and this is a function of the presence of active volcanoes. » (Mohr, 1938 : 493).

13L’auteur extrapole les observations précises réalisées à proximité des volcans de Java à l’ensemble des Indes néerlandaises. À l’instar de Java, la fertilité du sol — plus précisément le volcanisme actif — permet d’expliquer des différences de densité de population considérables entre régions. Les parties les plus peuplées de Sumatra : le pays Batak, les hauteurs du pays Minangkabau et la zone montagneuse séparant les provinces de Bengkulu et de Sumatra-Sud correspondent exactement aux zones de volcanisme récent (Mohr, 1938 : 488). Peu nombreux et peu actifs, les volcans sumatranais libèrent essentiellement des matériaux acides. Leur influence, nettement moins favorable que celle des volcans javanais, se limite à leur voisinage immédiat.

14À Sulawesi, les fortes densités de population des pays Bugis, Toraja et Minahasa correspondent également aux zones à volcanisme actif. En 1930, les îles moluquoises d’origine volcanique comme Ambon, Saparua et Banda présentent des densités supérieures à 70 habitants au km2 alors que toutes les autres ne dépassent pas 5 habitants au km2 (Mohr, 1938 : 491).

15La côte est de Sumatra, Kalimantan et l’Irian Jaya ne présentent aucun volcanisme actif et ne bénéficient d’aucun apport volcanique récent. Une pluviométrie annuelle supérieure à 2 000 mm provoque un intense lessivage des sols. Dans ces régions, les populations se fixent habituellement sur les berges des rivières, les dépôts alluvionnaires récents formant les plus fertiles des sols, sinon les moins défavorables.

16La démonstration de Mohr reste, aujourd’hui encore, irréfutable. En zone rurale, la densité de population est fortement corrélée à la fertilité chimique des sols, elle-même fonction de l’origine géologique du substrat. Même si, dans le détail, les contre-exemples ne manquent pas, la corrélation reste indéniable au niveau suffisamment général des districts. Toutefois, corrélation ne signifie pas causalité. L’auteur se garde d’ailleurs de préciser selon quelles modalités la fertilité du sol agirait sur la densité démographique.

  • 9 Il apparaît pour la première fois dans les manuels d’écologie des années trente et n’a rien perdu (...)

17La causalité paraît si évidente, qu’il semble vain de la préciser. À l’évidence, un terrain plus fertile portera des récoltes plus abondantes qui permettront de nourrir une population plus nombreuse. À l’inverse, un terrain de fertilité médiocre ne supportera qu’une population clairsemée. Cette vision est inséparable du concept de « population limite » ou de « charge de capacité maximale ». Ce concept, populaire chez les écologistes9, veut qu’un milieu donné ne puisse nourrir qu’une certaine quantité de population. Au-delà d’une valeur seuil appelée « capacité de charge maximale », les ressources deviennent insuffisantes et le système entre en crise. Plusieurs générations de chercheurs ont ainsi tenté de déterminer les seuils de viabilité des principaux agro-écosystèmes. L’erreur consiste, une fois de plus, à considérer les ressources comme constantes, la seule variable étant la population. Nous avons déjà vu comment, à Java, chaque recensement de population remettait en cause les valeurs seuil déterminées au recensement précédent ; sans pour autant aboutir à une remise en cause du concept.

18Inopérant à Java, le concept l’est aussi dans les îles extérieures. En effet, pour que la médiocre fertilité des sols puisse être la cause de la stagnation démographique des îles extérieures, il faudrait en toute logique que ces dernières aient dépassé ce fameux seuil au-delà duquel le manque de ressources ne permet plus la croissance de la population. Or, que ce soit à Sumatra, à Kalimantan ou en Irian Jaya, l’espace contrôlé par les populations autochtones est loin d’être saturé. À Kalimantan-Centre, les Dayak disposent d’importantes réserves foncières à moins d'une heure de marche des villages. Aucune légende populaire, aucun dicton ne font référence à une quelconque disette. La mémoire collective a conservé le souvenir de combats épiques, d’inondations catastrophiques, de sécheresses prolongées, d’épidémies dévastatrices... mais pas de famines. En cas de récoltes de riz insuffisantes, le manioc complète la diète. Si, par extraordinaire, le manioc venait à manquer, l’igname sauvage (Dioscorea hispida) prendrait le relais.

  • 10 Le concept n’est guère plus opérant lorsqu’il est appliqué il des systèmes agraires.

19Curieusement, alors que les ressources restent amplement disponibles dans les îles extérieures jusqu’en 1930, la population stagne. À Java, où les ressources font cruellement défaut, la population ne cesse de croître. Il est désormais clairement établi que le concept de « population limite » ne permet aucunement de transformer la forte corrélation entre fertilité du sol et densité démographique en un lien de causalité10. Mais inopérant ou non, le concept est si profondément ancré dans le sens commun que les démonstrations les plus savantes n’en viendront pas à bout.

D’IMPORTANTES RÉSERVES FONCIÈRES ?

  • 11 Sols peu aptes il une utilisation agricole.

20Quelle qu’en soit la raison, le fait demeure indéniable : les îles extérieures disposent de ressources foncières faisant défaut à Java. Mais ces ressources conviennent-elles à des projets de colonisation agricole ? En bonne logique, il ne serait pas surprenant que les terrains les plus favorables à une utilisation agricole soient déjà appropriés par les populations autochtones, et que les seuls terrains disponibles se composent de sols marginaux11, peu accessibles ou difficiles à mettre en valeur.

De « bonnes » terres déjà occupées

21D’une région à l’autre, les îles extérieures présentent des différences de densité démographique considérables. Mohr avait déjà signalé que les régions les plus peuplées correspondaient aux zones de volcanisme récent. Le pays Batak et les hauteurs du pays Minangkabau à Sumatra, les pays Bugis et Toraja à Sulawesi font ainsi figure d’exception au sein des îles extérieures. Ces quatre régions furent le siège de royaumes indépendants, capables de résister longtemps à la puissance coloniale. Contrairement à leurs voisins exclusivement essarteurs, Batak, Minangkabau, Bugis et Toraja pratiquent la riziculture irriguée. Leurs pratiques culturales intensives et leur dynamisme démographique les rapprochent des Javanais, dont ils partagent d’ailleurs certains problèmes.

22Ces quelques exceptions mises à part, la majeure partie des îles extérieures présente des densités démographiques inférieures à 10 habitants au km2, voire à 5 habitants au km2 comme en Irian Jaya. Ces valeurs ne représentent bien entendu que des moyennes. En 1980, la province de Kalimantan-Centre compte 7,2 habitants au km2. Or, les villes de Sampit et Palangkaraya regroupent à elles seules 12 % de la population de la province. La densité démographique du pays Dayak Ngaju, en amont de ces deux villes, ne s’élève qu’à 4 habitants au km2 en moyenne. Sachant que 75 % du pays Dayak Ngaju restent recouverts de forêt primaire, la densité de la partie occupée (essarts, plantations et jachères arborées) s’élève en fait à 16 habitants au km2. Ce dernier chiffre correspond davantage à l’impression que laisse au voyageur la relative proximité des villages s’égrenant sur les berges des fleuves.

23La localisation d’un village dayak dépend essentiellement de trois critères : l’accessibilité, la sécurité et la fertilité du sol. Le premier critère restreint l’implantation d’un village aux berges des fleuves et des rivières principales. Les cours d’eau constituent non seulement les seules voies de communication mais encore les seules sources d’eau potable. Comme les récoltes de riz pluvial doivent impérativement être ramenées au village, l’extension maximale de la zone de culture sur brûlis correspond environ à une heure de portage. Le moindre affluent autorisant le transport par pirogue permet d’élargir considérablement la zone des essarts. Pour cette raison, les villages se localisent préférentiellement à la confluence des rivières, dont ils prennent d’ailleurs le nom.

  • 12 L’expression « les moins défavorables » conviendrait davantage.

24L’insécurité, autrefois causée par la chasse aux têtes, explique également le regroupement de l’habitat. Toutes les berges ne conviennent pas à l’habitat. La préférence va aux berges hautes, les seules à rester exondées lors des crues des fleuves. Les rivières au débit insuffisant et les portions de fleuve où le cours est ralenti sont réputées insalubres. Elles sont le lieu de fréquentes épidémies de choléra. Les berges des grands fleuves présentent les meilleures conditions d’accessibilité et de sécurité. Régulièrement fertilisés par les crues des rivières, les bourrelets de berge possèdent également les sols les plus favorables12 à une utilisation agricole.

  • 13 Les pH varient entre 4,2 et 4,5 en surface, contre 5 en profondeur. Les sommes de bases échangeabl (...)

25Les études pédologiques menées par l’Orstom à Kalimantan-Centre confirment les conclusions d’études antérieures, réalisées au Sarawak (Andriesse, 1977) ou à Kalimantan-Est (Transmigration Area Development - Tad, 1978). Les résultats sont extrapolables à l’ensemble de Bornéo. Quelle que soit la roche-mère (basalte, schiste ou granite), la fertilité chimique des sols de la grande île s’avère particulièrement médiocre13.

26En raison de la grande homogénéité de leurs caractéristiques chimiques, les sols se distinguent surtout par leurs caractéristiques physiques. Or, ces dernières dépendent plus précisément du type de roche-mère. Les populations locales ne s’y trompent pas. Une trentaine de plantes témoins et quelques tests simples permettent aux Dayak de déterminer les sols les plus aptes à être mis en culture (Levang, 1983). Ainsi, les podzols vrais, fréquents dans la moyenne vallée de la Katingan, représentent l’archétype du sol à éviter. L’extension des tanah gagas (sols médiocres en dayak ngaju) correspond presque exactement à la répartition des sols développés à partir des roches sédimentaires d’âge tertiaire. De même, les terrains considérés de qualité moyenne regroupent l’ensemble des sols développés à partir de roches éruptives acides ou métamorphiques. Les terrains les plus fertiles de la classification dayak correspondent aux sols développés à partir de basaltes et surtout aux alluvions récentes des bourrelets de berge.

  • 14 Le terme ladang désigne une parcelle gagnée sur la forêt primaire ou secondaire (essart) et destin (...)

27Tous les ans ou tous les deux ans, le Dayak choisit l’emplacement d’un nouvel essart ou ladang14. Son autosuffisance alimentaire et, à terme, la suivie de sa famille dépendront du bon choix de cet emplacement. Faut-il douter dans ces conditions de la pertinence des savoirs indigènes ? Ce qui est vrai pour les Dayak l’est également pour l’ensemble des populations autochtones des îles extérieures. Tout terrain facilement accessible et de bonne fertilité sera occupé en priorité. Ce postulat souffre peu d’exceptions. Son corollaire : tout terrain libre sera difficilement accessible ou de fertilité médiocre, non plus.

Des terres libres, mais difficiles d’accès

28L’accessibilité d’un terrain est une notion toute relative. Elle peut se mesurer en heures ou en kilomètres, mais aussi en joules ou en unités monétaires. Elle dépend du point de départ retenu, des moyens de transport disponibles, mais aussi de nombreux autres facteurs, parfois sans lien direct avec un problème d’accès stricto sensu. Ainsi, à Kalimantan-Centre, en raison de la nécessité de ramener la récolte de riz pluvial au village, un ladang à 12 heures de pirogue sera considéré comme plus accessible qu’un essart situé à deux heures à pied. L’ouverture d’une piste par une compagnie d’exploitation forestière peut modifier les données du problème. L’arrivée de puisatiers javanais peut être encore plus décisive, puisqu’elle lève l’obligation d’installer les villages sur les berges des rivières.

29Dans l’état actuel de développement des populations autochtones, l’occupation de l’espace se restreint à la proximité immédiate des cours d’eau. Les interfluves les plus larges restent libres de toute occupation humaine et ce, indépendamment de la qualité de leurs sols. Placé devant un choix, l’essarteur préférera toujours défricher le terrain le plus fertile. Mais au-delà d’une certaine distance du village, les inconvénients du portage l’emportent sur les avantages liés à la différence de fertilité du sol. Pour cette raison, les parties amont des bassins ainsi que les interfluves larges sont restés libres de toute occupation humaine jusqu’à une date récente.

30Dans la région de Gunung Balak au Lampung par exemple, les villages autochtones se confinent au pourtour d’un affleurement basaltique (fig. 18). Les sols particulièrement fertiles de l’intérieur du massif restent intouchés jusqu’en 1963. Le massif fonctionne comme un château d’eau. Aucun cours d’eau ne le traverse. Les villages sont installés en pourtour, sur la ligne de résurgence des sources. Au centre du massif, seul le creusement de puits de trente mètres de profondeur permet d’accéder à l’eau potable. Ce problème, insurmontable pour les Lampung, n’arrête pas les Javanais. En deux ans à peine, de 1963 à 1965, plusieurs milliers de colons javanais investissent l’intérieur du massif.

31À Sulawesi-Centre et Sulawesi-Nord, des terrains d’excellentes fertilité et accessibilité restent inoccupés jusqu’au début des années soixante pour cause d’insécurité. Les fréquents actes de piraterie, le brigandage, puis l’insurrection armée ne favorisent pas le développement de la région. La colonisation agricole du centre et du nord de Sulawesi ne démarre véritablement qu’après la mise au pas des rebelles du Permesta.

32Des terrains libres et de bonne fertilité subsistent encore dans la plupart des îles extérieures. Pour diverses raisons — accès difficile, manque d’eau potable, insalubrité ou insécurité — ces régions ont jusqu’ici échappé à la hache des essarteurs. La paix civile, l’assainissement, le creusement de puits et la construction de pistes d’accès suffisent à les ouvrir à la colonisation agricole. Mais ce cas de figure reste exceptionnel. Dans leur immense majorité, les terrains libres de toute emprise humaine présentent également les sols les plus médiocres.

Des terres libres, mais de fertilité médiocre

33Dans la moyenne vallée de la Katingan (Kalimantan-Centre), les terrains cultivés par les Dayak se limitent à la zone des alluvions fluviatiles. À deux kilomètres seulement de part et d’autre du fleuve, s’étend une vaste forêt primaire. Le fort accroissement démographique des deux dernières décennies a contraint les Dayak Katingan de réduire la durée des jachères arborées à moins de dix ans. Curieusement, aucun essart n’a été ouvert dans une forêt primaire pourtant très proche des villages. Cette anomalie s’explique aisément par la nature des sols concernés : des podzols vrais, impropres à une utilisation agricole. Avec une densité démographique moyenne de 4 habitants au km2, la région entre dans la catégorie des zones d’accueil de colons. Pourtant, en excluant les podzols et les zones inondées, cette densité dépasse les 80 habitants au km2 dans la plupart des villages (Lahuecet al., 1981).

Figure 18. Occupation de l'espace à Gunung Balak (Lampung) en 1930.

Figure 18. Occupation de l'espace à Gunung Balak (Lampung) en 1930.

Source : Benoit et al. (1989).

34À Sumatra et à Kalimantan, entre les forêts marécageuses de la côte et les premiers contreforts des montagnes, subsistent encore de vastes zones relativement peu peuplées. Ces zones correspondent pour l’essentiel à des sols développés à partir de matériaux sédimentaires divers, le plus souvent d’âge tertiaire. Tufs acides dans l’est de Sumatra, alluvions côtières entrecoupées de récifs coralliens fossiles dans le sud de Kalimantan, tous présentent des caractéristiques chimiques et physiques peu favorables à une utilisation agricole.

35Les autochtones évitent, tant que faire se peut, d’utiliser ces terrains pour la culture sur brûlis. En plus de leurs aptitudes médiocres pour la mise en culture, ils sont extrêmement fragiles. Une fois défrichés et cultivés pendant deux à trois années consécutives, ils sont envahis par Imperata cylindrica (alang-alang en indonésien). En saison sèche, cette graminée brûle facilement. Les feux fréquents préviennent tout recrû forestier. En deux à trois ans, la forêt primaire est remplacée par une savane à alang-alang. Ne pouvant plus entrer dans le cycle essart - jachère arborée, le terrain perd tout intérêt pour un riziculteur sur brûlis.

36Tant que la pression démographique reste faible et qu’une alternative subsiste, les populations locales évitent soigneusement de défricher ce type de terrain. Ainsi à Kalimantan-Centre, dans la grande zone de sols ferrallitiques désaturés à tendance podzolique, l’activité agricole se confinait encore aux bourrelets de berge en 1980. Dix ans plus tard, les premiers ladang commençaient à apparaître sur des terrains auparavant jugés peu favorables à la culture.

37À Kalimantan-Sud, depuis les années cinquante, plusieurs villages banjar et bugis de la côte sud se sont spécialisés dans l’exploitation forestière. Pour faciliter l’extraction des grumes et assurer leur autosuffisance alimentaire, ils pratiquent une culture sur brûlis particulièrement dévastatrice. En deux décennies, la forêt a fait place à l’alang-alang sur 150 km de côte.

38À Sumatra-Sud, la forte croissance démographique depuis le début du siècle (croissance naturelle mais aussi immigration) a contraint les autochtones à défricher même les terrains les moins favorables à la culture sur brûlis. L’extension des défrichements s’est immédiatement traduite par une extension de l’alang-alang. Aujourd’hui, seuls quelques lambeaux de forêts secondaires et d’anciennes plantations d’hévéas rompent la monotonie d’une vaste savane à Imperata.

39Des terres libres et d’accès aisé subsistent à Sumatra comme à Kalimantan. Il n’y a cependant pas de secret. Leurs aptitudes culturales médiocres expliquent que ces dernières ne soient pas convoitées par les autochtones.

Des terres libres, mais difficiles à mettre en valeur

40Les vastes forêts marécageuses de Sumatra, de Kalimantan et d’Irian Jaya, malgré une excellente accessibilité par voie maritime et fluviale, n’intéressent que très modérément les populations locales (fig. 19). En effet, leur mise en valeur nécessite d’importants travaux de drainage, souvent hors de portée des communautés autochtones. Par contre, elles présentent un intérêt considérable pour la colonisation agricole puisqu’elles recouvrent environ 15 % de la superficie de l’Indonésie. Leur caractère hydromorphe leur vaut d’être indistinctement regroupées dans la catégorie wetlands (en anglais) ou rawa (en indonésien). Cette homogénéité apparente masque pourtant une grande variété de sols.

41Driessen et Sudjadi (1984 : 143-160) subdivisent les sols de rawa en sols minéraux dérivés d’alluvions fluviatiles ou d’alluvions marines, et en sols organiques dérivés de tourbes topogènes ou de tourbes ombrogènes. Chaque type de sol présente des problèmes particuliers de mise en valeur.

Les alluvions fluviatiles

42Ces alluvions donnent habituellement des sols peu structurés, avec des pH proches de la normalité en raison des phénomènes de réduction propres aux sols mal drainés. Leurs caractéristiques chimiques dépendent de l’origine des matériaux sédimentés. Le volcanisme basique et les roches calcaires produisent des alluvions riches en bases. Malheureusement, à Sumatra comme à Kalimantan, la plupart des grands fleuves charrient des matériaux acides.

43Le contrôle des inondations reste le problème principal de mise en valeur de ces zones. En cas de fortes pluies en amont, les berges, trop basses, ne peuvent contenir les crues. En période de sécheresse, un niveau d’eau trop bas provoque l'intrusion d’eaux salées ou saumâtres dans les parties aval des bassins. En raison de la faible pente des terrains, seul le creusement de longs canaux d’irrigation permet d’éviter la salinisation des rizières. Plus en amont, lorsque le battement de la marée devient insignifiant, le drainage ne peut être assuré qu’à l’aide de pompes. La mise en valeur de ce type de milieu suppose des infrastructures d’irrigation et de drainage d’une certaine ampleur, ainsi que la correction des déficiences des sols par le recours à la fertilisation chimique.

Figure 19 Répartition des zones marécageuses en Indonésie.

Figure 19 Répartition des zones marécageuses en Indonésie.

Source : Nedecoet al. (19841

Les alluvions marines

  • 15 L’aération du sol provoque une oxydation de la pyrite qui produit entre autres de l’acide sulfuriq (...)

44Ces alluvions sont essentiellement formées de sédiments argileux plus ou moins riches en débris végétaux. L’inondation permanente crée des conditions réductrices. Les pH restent proches de la neutralité. La présence fréquente de pyrite (FeS2) dans les sédiments est un grave handicap à la mise en valeur de ces sols15. L’effet tampon des argiles limite habituellement l’acidification des sols à des pH de l’ordre de 3,8. Lorsque la formation d’acide sulfurique excède la capacité tampon des argiles, ces dernières libèrent de l’aluminium, du magnésium et de la silice. Le pH peut alors tomber à 3 voire à 2. Peu d’espèces végétales survivent dans de telles conditions.

45Pour éviter l’acidification des sols potentiellement sulfatés acides, il convient de limiter le drainage au strict minimum et surtout d’éviter toute aération brutale des couches riches en pyrite. Banjar et Bugis sont conscients de ce problème puisqu’ils évitent soigneusement d’aérer le sol en profondeur lorsqu’ils mettent en valeur ce type de milieu. D’une part, ils limitent le travail du sol à la couche superficielle, d’autre part, un contrôle rigoureux du jeu de battement de la marée leur permet de maintenir l’inondation permanente des couches profondes.

46À l’inverse, l’aération massive du sol peut également donner de bons résultats. En conditions de forte pluviosité, la création de planches surélevées, alternant avec des fossés de drainage, assure le lessivage de l’acidité produite par l’oxydation de la pyrite. Cette méthode permet la mise en culture des planches (cocotiers, caféiers, agrumes) mais rend plus problématique celle des fossés, surtout pendant les trois premières années.

47En voulant à tout prix assurer un bon drainage des marécages côtiers, de nombreux projets d’aménagement ont causé des dégâts irrémédiables. Un drainage excessif, associé à une période de sécheresse marquée, peut produire une aération en profondeur des sols. Qui plus est, l’acidification rapide des sols s’accompagne souvent de mouvements de subsidence irréguliers modifiant profondément la topographie. La mise en valeur des alluvions marines suppose non seulement la création d’un réseau d’irrigation et de drainage de bonne qualité, mais surtout d’en assurer une maintenance régulière. Dans la majorité des cas, la faible fertilité chimique des sols impose le recours à une forte fumure minérale.

Les tourbes topogènes

48Ces tourbes se forment généralement dans les parties intérieures et stagnantes des plaines côtières. L’accumulation de débris végétaux s’effectue dans de petites dépressions, d’où leur nom de tourbes topogènes. Généralement peu profondes, ces tourbes prennent naissance à partir de plusieurs types de végétation en eau douce ou saumâtre.

49Les tourbes topogènes sont d’autant plus faciles à mettre en valeur qu’elles sont peu épaisses. Leur mise en culture se traduit habituellement par une forte minéralisation de la matière organique et une subsidence générale, provoquée par la compaction de la tourbe. Peu gênante le plus souvent, la subsidence peut toutefois provoquer la rupture des canaux d’irrigation et de drainage lorsque la tourbe est épaisse. La fertilité chimique est particulièrement favorable, la minéralisation de la tourbe libérant une grande quantité d’éléments nutritifs. Toutefois, lorsque les alluvions marines formant le substrat de ce type de tourbe contiennent des matériaux riches en pyrite, ce qui est fréquemment le cas dans les zones de mangroves, les précautions signalées plus haut restent valables.

Les tourbes ombrogènes

  • 16 Des travaux récents menés à Kalimantan les datent de 6 000 ans il un mètre de profondeur et de plu (...)

50Ces tourbes dont la genèse dépend des pluies, forment des dômes importants dans les interfluves. La faible quantité de bases échangeables et le pH très bas empêchent la décomposition microbienne de la matière organique. Ces tourbes sont beaucoup plus anciennes que celles des dépressions (Sieffermann et al., 1987)16. Une extrême porosité et un contenu minéral parfois inférieur à 1 % posent des problèmes quasi insurmontables pour leur mise en valeur. Le drainage des tourbes ombrogènes provoque l’abaissement de la nappe phréatique et, par suite, l’effondrement de la masse tourbeuse sous son propre poids. La subsidence, très variable en fonction de la compaction de la tourbe, provoque la rupture des canaux d’irrigation et de drainage en de très nombreux points du réseau. La très faible fertilité chimique des sols rend le recours aux engrais indispensable. Les coûts et les risques liés à la mise en valeur des tourbes ombrogènes ne justifient l’opération que dans le cadre d’une agriculture à forte intensité en capital. Même dans ce cas, la culture « hors sol » serait plus rentable.

  • 17 « La notion de fertilité doit s’envisager relativement aux fonctions que le milieu doit remplir da (...)

51Sans être impossible, la mise en valeur des forêts marécageuses nécessite un savoir-faire minutieux et des capitaux importants. Faut-il s’étonner que ces zones soient les dernières à être mises en valeur ? Leur exemple illustre également le danger que représente le recours trop fréquent au concept de fertilité. Largement débattue au sein de la discipline agronomique, « l’idée de fertilité appartient plus au domaine des représentations sociales qu’à celui des concepts scientifiques » (Sebillotte, 1993 : 128). Un sol n’est pas fertile en soi. Il ne fait que correspondre plus ou moins à ce que l’on veut ou peut en faire17.

  • 18 Par fertilité chimique d’un sol, nous entendons essentiellement sa richesse en bases échangeables. (...)

52Le terme d’aptitudes culturales est plus approprié que celui de fertilité. En effet, un sol ne présente d’aptitudes culturales qu’en fonction de l’utilisation envisagée dans le système technique disponible. Un même sol pourra présenter d’excellentes aptitudes culturales pour une utilisation en riziculture sur brûlis, mais des aptitudes médiocres pour une utilisation alternative, et réciproquement. Curieusement, l’aire d’extension de la culture sur brûlis, en Indonésie mais aussi ailleurs, correspond presque exactement aux zones de sols chimiquement peu fertiles18 et aux zones de faible densité de population. Comme si celle-là ne pouvait pas aller sans celles-ci.

DES SYSTÈMES DE CULTURE PEU ARTIFICIALISÉS

La riziculture sur brûlis : le ladang

53À Sumatra comme à Kalimantan, les vastes zones à sols chimiquement peu fertiles comprises entre les marécages côtiers et les premiers contreforts des montagnes sont, de longue date, dévolues à la riziculture sur brûlis. L’ouverture d’un ladang se fait préférentiellement sur forêt primaire. Dans ce cas, l’essart peut être cultivé deux années de suite sans baisse significative de rendement. Mais lorsque les terrains vierges se trouvent à plus d’une heure de marche du village, les inconvénients du portage l’emportent sur les avantages de la forêt primaire. Dès lors, le Dayak préfère rouvrir un ladang dans une zone plus proche du village, sur forêt secondaire. Ce type d’essart ne sera cultivé qu’une seule année. Le terrain, loin d’être épuisé, pourrait être cultivé une année supplémentaire. Cependant, le contrôle des adventices nécessiterait un surcroît de travail sans commune mesure avec le défrichement d’un nouvel essart (Levang, 1993 : 184). Le tableau xii en annexe présente les temps de travaux moyens obtenus pour soixante riziculteurs répartis dans sept villages pendant la campagne 1980-81.

54La préférence accordée à la forêt primaire pour l’ouverture d’un ladang provient de la quasi-absence de stock d’adventices herbacées. Bien que plus pénible, l’essartage en forêt primaire se révèle intéressant puisqu’il permet non seulement de se passer de sarclage la première année, mais encore de cultiver la même parcelle pendant deux années consécutives. Ceux qui se hasardent à cultiver deux années consécutives des essarts ouverts en forêt secondaire s’exposent à des chutes de rendement de l’ordre de 60 %. L’infestation des essarts par les adventices herbacées est le principal responsable de cette chute de rendement.

  • 19 Pour plus d’informations sur la dynamique de la végétation herbacée dans le cadre d’une jachère ar (...)

55La mise en jachère sert essentiellement à contrôler les adventices herbacées19. Plus la jachère arborée sera longue, plus son effet sera identique à celui de la forêt primaire. Cinq à dix ans de jachère suffisent à reconstituer la biomasse nécessaire pour fertiliser le sol par le brûlis mais quinze années de jachère s’avèrent indispensables pour réduire le stock d’adventices de manière satisfaisante.

56Contrairement à une idée reçue persistante, la jachère forestière ne restitue pas la fertilité du sol. Les teneurs en bases échangeables d’un sol ne varient pas significativement pendant vingt ans de jachère. Tout se passe comme si la forêt vivait sur elle-même, lessivage et prélèvements de la végétation étant contrebalancés par les restitutions de cette même végétation (Andriesse, 1977 : 7). La jachère arborée ne restitue pas la fertilité du sol, mais restitue la possibilité de le fertiliser par le brûlis en reconstituant une biomasse importante (Levang, 1993 : 187).

57La reproductibilité du système est strictement liée à la mise en place rapide de la jachère arborée. Toute tentative de culture continue se heurte au triple problème de la multiplication des adventices, de l’infestation par les parasites et de la chute de la fertilité chimique du sol. Dès la deuxième année de culture, le développement exubérant des adventices contraint les riziculteurs à consacrer un temps important au sarclage. Les parasites les plus divers se concentrent sur les parcelles cultivées en continu. La baisse de rendement qui en résulte réduit d’autant la rentabilité du supplément de travail nécessité par le sarclage. Au bout de trois ou quatre ans, les parcelles envahies d’adventices sont abandonnées. Dès lors, la moindre période sèche prolongée va se traduire par des feux qui vont empêcher tout recrû forestier. Les savanes à Imperata cylindrica, ne pouvant plus être fertilisées par le brûlis d’une biomasse importante, sont définitivement abandonnées.

58La quantité importante de cendres produite par le brûlis disparaît très rapidement, par ruissellement et par lessivage. Sur les pentes, même légères, les sols retrouvent leurs caractéristiques chimiques antérieures au brûlis en moins d’un an. Sur terrain plat ou en bas de pente l’effet fertilisant peut se maintenir plusieurs années. En moyenne, 10 % seulement des éléments fertilisants produits par le brûlis sont utilisés par la culture (Andriesse, 1977 : 6).

  • 20 Cet exemple illustre la nécessité d’inclure la productivité du travail dans le concept de fertilit (...)

59La reproductibilité du système nécessite une surface relativement importante de jachères forestières. Une jachère arborée de longue durée est indispensable au contrôle des adventices herbacées. Malgré d’excellentes caractéristiques chimiques, un sol sali d’adventices ne répondrait pas à la définition d’un sol fertile pour un Dayak, alors qu’il conviendrait à tout agriculteur disposant d’herbicides ou d’une importante force de travail. Pour un Dayak, un sol fertile est avant tout un sol produisant une quantité importante de riz pluvial pour un investissement minimal en travail20.

60Dans ces conditions, il n’est pas surprenant que la culture sur brûlis soit omniprésente dans les zones de sols à faible fertilité chimique et à faible densité de population. D’une part, en l’absence de fertilisation minérale, seul le brûlis permet d’amener les éléments minéraux indispensables à une mise en culture. D’autre part, en l’absence d’herbicides, seule la jachère arborée permet d’éliminer les adventices herbacées. Dans un contexte de faible densité de population où l’accès à la terre est facile et le travail le principal facteur limitant, le paysan cherchera à maximiser le revenu du facteur le plus rare : le travail. Or, au-delà de la deuxième année de culture, le coût du sarclage devient disproportionné en regard de la faiblesse des rendements obtenus.

De la cueillette à l’agroforesterie

  • 21 Des textes chinois font remonter au IVe siècle les débuts d’un commerce de résine entre Sumatra et (...)

61Les riziculteurs sur brûlis sont souvent présentés comme des peuplades primitives pratiquant un « système de culture archaïque » et vivant en quasi-autarcie. C’est méconnaître une ouverture très ancienne au marché21. Depuis le début du xxe siècle, à Sumatra comme à Bornéo, l’hévéa s’est substitué à de nombreux produits de cueillette. Complantés dans les essarts à l’aide d’un simple bâton à fouir, les jeunes plants d’hévéa sont abandonnés dans le recrû forestier. Huit à dix ans plus tard, les arbres ayant survécu peuvent être saignés. Le résultat ressemble davantage à une forêt secondaire enrichie en hévéas qu’à une plantation d’hévéas. Les spécialistes du caoutchouc naturel recourent fréquemment au terme quelque peu péjoratif de jungle rubber pour insister sur l’aspect « sauvage » d’une plantation « qui compte largement plus d’adventices que d’hévéas ». Mais à y regarder de plus près, on se rend rapidement compte qu’une fraction importante de ces fameuses adventices sont des arbres fruitiers ou des arbres à bois (Gouyonet al., 1993). Qu’elles soient plantées ou spontanées, peu de plantes sont là par hasard. Toutes ont, à des degrés divers, leur utilité : latex, résine, écorce, fruit, légume, bois d’œuvre, bois de feu, pharmacopée, marqueur de propriété, aliment pour le bétail, protection du sol, lutte contre Imperata, refuge pour la faune... C’est bien d’agroforesterie et non de jungle dont il s’agit. Mais agroforesterie ne signifie pas protection de la forêt primaire. La forêt primaire n’est pas conservée, mais abattue et brûlée, pour faire place à une forêt reconstruite par la main de l’homme et enrichie en espèces utiles. Les pratiques agroforestières en usage en Indonésie conservent environ la moitié de la biodiversité (faune et flore) de la forêt primaire (Michon et de Foresta, 1990, de Foresta et Michon, 1990, 1991a et b). Dans de nombreuses régions, le développement rapide des agroforêts à hévéas depuis le début du siècle s’est traduit par une recrudescence des défrichements, voire par une véritable course au foncier.

62En 1980, dans le pays Dayak Ngaju (Kalimantan-Centre), une famille contrôle en moyenne 14 hectares de terre. Un essart de 1,4 ha assure, bon an mal an, six à neuf mois d’autoconsommation en riz. Le complément est acheté grâce au revenu tiré des 2 à 3 ha de plantations d’hévéa ou de rotin, ou encore de la confection de bardeaux en bois de fer (Eusideroxylon zwageri) en forêt primaire. Une bonne dizaine d’hectares est constituée de recrûs forestiers d’âge divers, complantés ou non d’hévéas ou de rotins. Tous les ans, ou un an sur deux, la jachère la plus ancienne est convertie en ladang. De temps à autre, une nouvelle parcelle est gagnée sur la forêt primaire.

  • 22 D’une extrémité à l’autre de l’archipel, les fameux « hommes de la foret » ont su reconstruire des (...)

63C’est en fait d’agroforesteries au pluriel dont il convient de parler, tant leur diversité est grande22. Alors que les forestiers les considèrent comme de vulgaires destructeurs de forêts, les populations autochtones des îles extérieures auraient plus d’une leçon à leur donner en matière de gestion forestière.

64Bien que la riziculture sur brûlis et l’agroforesterie soient parfaitement adaptées aux conditions des milieux physique et humain des îles périphériques, on ne saurait recommander de tels systèmes de culture à des millions de transmigrants. Ce qui reste de forêt en Indonésie n’y suffirait pas. Mais alors, si les transmigrants ne peuvent recourir ni au brûlis ni à la jachère arborée, comment corrigeront-ils les déficiences minérales du sol ? Comment régleront-ils le problème des adventices ? Les solutions techniques existent. Elles ont un coût. Reste à savoir si l’opération sera rentable.

DES TERRES PAS SI VIERGES QUE CELA

65Dire que des îles « sous-peuplées » sont le domaine de pratiques culturales extensives et que les îles « surpeuplées » pratiquent une agriculture intensive relève de la même logique. Mais si la logique est la même, les perceptions diffèrent. Un Dayak, en visite à Java, comprend aisément que la forte pression démographique contraigne les Javanais à pratiquer une agriculture intensive. Par contre, le Javanais en déplacement à Bornéo se méprend sur les raisons qui poussent les Dayak à pratiquer une agriculture extensive. Il ne peut s’empêcher de considérer la riziculture sur brûlis comme une pratique archaïque, dispendieuse, dangereuse pour l’environnement et ne méritant même pas d’être qualifiée d’agriculture. Pour lui, seuls le manque de technicité et la paresse empêchent les Dayak de pratiquer une agriculture intensive. Dans ces conditions, les pratiques culturales extensives ne sont que l’expression d’une civilisation inférieure.

66Ici, deux rationalités s’affrontent. Pour un Javanais, une parcelle de recrû forestier équivaut à une friche, à un gaspillage éhonté. Pour un Dayak, la jachère arborée est le principal garant d’une rémunération élevée de son travail. Le premier ne verra qu’une terre vierge, où le second verra un bien inaliénable. Cette incompréhension se retrouve à tous les niveaux. Bien que pratiquant tous deux couramment la langue nationale indonésienne, Dayak et Javanais n’utiliseront pas les mêmes vocables pour décrire une même entité. Les kebun karet, kebun rotan ou belukar (plantation d’hévéa, de rotin ou forêt secondaire) du Dayak seront invariablement qualifiées de butan (forêt) par le Javanais.

Droit coutumier et droit indonésien

67Selon le droit foncier indonésien, fortement calqué sur le modèle javanais, tout terrain non cultivé et a fortiori couvert de forêt appartient à l’État. Dans les îles extérieures, les droits coutumiers, malgré une extrême diversité, ne laissent pourtant planer aucun doute quant à l’appropriation des terres en question. Chez les Dayak Ngaju, par exemple, le premier défricheur d’une parcelle sur forêt primaire bénéficie d’un droit de hache inaliénable. Même si cette parcelle reste inutilisée pendant trente ans, l’essarteur en conserve la pleine propriété. Il peut la prêter pour une année à un tiers, la transmettre en héritage à l’un de ses enfants, et pourrait même la vendre... si quelqu’un consentait à l’acheter.

68Dans d’autres groupes ethniques, à Kalimantan comme à Sumatra, le droit de hache n’est pas transmissible. À la mort du premier défricheur, seules les plantations sont partagées entre les héritiers. Toutes les parcelles en recrû forestier (non complantées d’espèces commerciales) tombent en indivision au profit de tous les héritiers. Dès lors, ces parcelles restent exclusivement réservées à la riziculture sur brûlis. Toute implantation d’espèces pérennes supposerait leur appropriation individuelle. En conséquence, tout ayant-droit désireux de créer une plantation dans une parcelle en indivision doit auparavant obtenir l’approbation de l’ensemble du lignage (Jambi, haute vallée de la Bungo).

69Les mêmes règles prévalaient encore au début du siècle dans le Lampung Pesisir. Toutefois, l’ensemble du domaine forestier était considéré comme la propriété de la marga (clan). L’essarteur n’obtenait qu’un droit d’usage temporaire de la parcelle défrichée. Après la récolte, ce droit s’éteignait et la parcelle redevenait bien communautaire. Il était bien entendu strictement interdit de complanter les essarts d’espèces pérennes. Le développement important du marché des cultures d’exportation à partir du début du xxe siècle a poussé les responsables des marga à modifier le droit coutumier et à lever cette interdiction. Cette décision a eu pour conséquence de favoriser l’appropriation individuelle des terres. Une fois toutes les jachères transformées en plantations, il a fallu ouvrir de nouveaux essarts aux dépens de la forêt primaire pour assurer l’autosuffisance alimentaire.

70Les nouveaux essarts étant également transformés en plantations, la pérennité du système nécessite l’extension régulière du domaine cultivé. La forêt primaire, à la limite des zones cultivées, fait office de réserve foncière indispensable. Ainsi, en voulant interdire l’ouverture de nouveaux essarts, les pouvoirs publics font plus que d’empêcher l’extension du système, ils le condamnent à disparaître. Que l’appropriation soit individuelle ou collective, au niveau du village, du lignage, du clan ou de la tribu, que le terrain soit cultivé ou non, les populations des îles extérieures revendiquent des droits sur des espaces relativement étendus. Avec la promulgation de la loi agraire de 1870, l’État colonial néerlandais nia les droits des indigènes sur leurs terrains de chasse et de cueillette, et entra en conflit avec le droit coutumier. L’Indonésie indépendante a repris à son compte le dualisme hérité du colonisateur. Ainsi, la loi agraire de 1960 stipule : « en matière agraire, le droit coutumier prévaut tant qu’il n’est pas contraire aux intérêts de la Nation et de l’État » (Law no 5, Basic Agrarian Law, 1960).

De multiples conflits d’intérêts

71La formulation de la loi agraire reste suffisamment vague pour permettre à l’État de spolier n’importe quel groupe humain au nom des intérêts supérieurs de la Nation. Conformément aux clauses du Basic Transmigration Act de 1972, tout terrain destiné à la transmigration doit être libre de toute revendication. Or, les droits de chasse, de cueillette et la culture sur brûlis ne figurent pas au nombre des revendications recevables.

72Bien qu’en accord avec les lois de la République, la dépossession d’un nombre important de cultivateurs sur brûlis risquerait cependant de poser quelques problèmes aux autorités. Pour cette raison, l’État évite soigneusement d’installer des centres de transmigration à proximité de villages autochtones importants. Lorsque le nombre de familles concernées reste faible, les autorités provinciales essaient de les convaincre de renoncer à leurs droits et de rejoindre la transmigration en tant que migrant APPDT, parfois contre dédommagement. En cas d’échec des négociations, certains centres tolèrent de petites enclaves en leur sein.

73L’importance des surfaces en forêt primaire permettrait d’éviter de spolier les autochtones. Mais le ministère des Forêts veille. Le domaine forestier indonésien, deuxième par la taille après l’Amazonie, est divisé en de nombreuses concessions forestières attribuées à des compagnies privées ou semi-publiques, nationales ou étrangères. L’exploitation particulièrement lucrative des forêts indonésiennes n’incite guère le ministère des Forêts à céder des terrains au ministère de la Transmigration. Contraint de déclasser un certain pourcentage de « forêt de production » en « forêt de conversion » pour les besoins de la transmigration, le ministère des Forêts sélectionne tout particulièrement les zones déjà défrichées, les étendues infestées par Imperata et les forêts les moins productives. Bref, la transmigration hérite le plus souvent des terrains les moins favorables.

74Depuis la fin des années soixante-dix, un nouveau concurrent participe à la course au foncier. D’importantes sociétés privées et semi-publiques investissent dans le secteur des grandes plantations industrielles (palmier à huile, hévéa, canne à sucre, cacao). Ces sociétés obtiennent souvent des baux emphytéotiques sur des terrains de bonne qualité, auparavant refusés à la transmigration. Des forêts, jusque-là jalousement protégées, se retrouvent « converties » en plantations industrielles sans susciter la moindre protestation de la part du ministère des Forêts. La puissance financière des sociétés de plantation n’est probablement pas étrangère à ce revirement.

75Plus récemment encore, l’irruption d’un autre interlocuteur se traduit par une internationalisation du conflit. Pour les défenseurs de la forêt tropicale, essarteurs, transmigrants, planteurs et forestiers ne représentent qu’un seul et même ennemi. Les médias nationaux indonésiens font largement écho aux messages écologistes occidentaux. Les bailleurs de fonds institutionnels rechignent désormais à financer des projets impliquant une quelconque déforestation.

76Le ministère des Forêts a même su tirer parti du renfort d’alliés aussi involontaires qu’inattendus. C’est au nom de la défense de l’environnement que deux cents maisons sont brûlées et autant de familles expulsées de terres défrichées « illégalement » dans les montagnes du Lampung. C’est au nom de la protection des bassins versants et de la lutte contre l’érosion que 13 000 familles sont expulsées de Gunung Balak vers le nord du Lampung. Enfin, c’est au nom de la conservation de la biodiversité que la Direction des Parcs spolie les populations locales de leurs dernières réserves foncières.

77Bien entendu, les défenseurs de la forêt primaire ne sauraient être rendus responsables des excès de quelques fonctionnaires zélés. Il est vrai qu’il convient de protéger les derniers îlots de forêt primaire, forêts d’altitude ou forêts marécageuses et mangroves. La disparition du tigre et de l’éléphant de Sumatra serait certainement une perte pour l’humanité. Malheureusement, certains défenseurs de la nature se soucient bien peu de l’humanité en question. La protection de l’environnement ne peut ni ne doit se concevoir sans prendre en compte les intérêts des populations concernées.

  • 23 - Tribus isolées - selon la nomenclature officielle.

78Les forêts de Sumatra, de Bornéo et de Sulawesi abritent encore quelques rares groupes de chasseurs-cueilleurs comme les Kubu, les Punan et autres suku terasing23. Ces populations ne sauraient être confondues avec les cultivateurs sur brûlis. Vivant en petits groupes nomades, elles limitent le contact avec le monde extérieur aux échanges indispensables (Sandbukt, 1989 : 118 ; Dounias, 1989). Le ministère des Affaires sociales (Depsos) est chargé de leur intégration au sein de la nation indonésienne. Plus qu’un devoir sacré, apporter le développement à ces populations primitives est une obligation morale pour les agents du Depsos. Les Indonésiens, dans leur grande majorité, comprennent mal les réactions virulentes des médias occidentaux face à ce qu’ils considèrent comme une mission civilisatrice. La sédentarisation forcée de chasseurs-cueilleurs ne concerne cependant que de faibles effectifs, rarement plus d’une dizaine de familles à la fois. Le Depsos opère ces regroupements dans le cadre de resettlement projects indépendants des centres de transmigration.

79Il n’en va pas de même en Irian Jaya où 25 % des places en transmigration sont réservées aux autochtones. Habituellement, les 10 % de places réservées aux APPDT visent à faciliter l’intégration des centres de transmigration dans les provinces d’accueil. En Irian Jaya, il semblerait plutôt qu’on cherche à intégrer les Papous dans les centres de transmigration. Le fossé culturel séparant un Javanais d’un Dayak n’est qu’une simple fente de retrait comparé au gouffre qui sépare les mondes insulindien et mélanésien. La mission civilisatrice dont les autorités s’estiment investies se heurte à la profonde incompréhension des principaux intéressés.

80Les tractations sur le foncier débouchent fréquemment sur des conflits violents. En maniant la carotte et le bâton auprès des chefs coutumiers, les autorités obtiennent facilement des cessions importantes de terre. Invariablement, ces cessions sont remises en cause par l’ensemble des membres de la tribu, les tractations foncières n’étant pas du ressort du chef de tribu. En effet, l’attachement à la terre des ancêtres, les conflits fonciers et la défense du territoire tribal sont des éléments structurants des sociétés mélanésiennes (Bonnemaison, 1986 : 138). Céder la moindre parcelle du patrimoine foncier équivaut à une mutilation. Les autorités, quant à elles, s’estiment flouées, et il n’est pas rare qu’elles recourent à la force pour faire respecter les clauses du contrat.

UN ENVIRONNEMENT PEU ACCUEILLANT

  • 24 En 1783, William Marsden, auteur de The History of Sumatra écrivait : « Every person at first sigh (...)

81Trouver des terrains favorables à l’implantation de colons dans des îles pourtant sous-peuplées et couvertes à 75 % par des forêts s’avère plus difficile que prévu. Mais faut-il s’en étonner ? La luxuriance de la forêt tropicale induit facilement en erreur24. D’une manière générale, la fertilité chimique des sols des îles extérieures est nettement inférieure à celle des îles intérieures. Les terrains facilement accessibles et présentant de bonnes aptitudes culturales sont déjà appropriés par les populations autochtones. Le ministère des Forêts, quant à lui, revendique les terrains favorables encore recouverts de forêts. Le plus souvent, la transmigration doit se contenter des terrains convoités ni par les autochtones ni par les forestiers. Ces terrains peuvent être rangés en trois grandes catégories :

  • les sols à tendance podzolique ; les red-yellow podzolics de la classification indonésienne désignent des sols ferrallitiques désaturés. De fertilité chimique médiocre, ces terrains sont peu convoités par les autochtones, surtout lorsqu’ils sont éloignés des voies de communication. Couverts de forêts peu productives, ils n’intéressent que modérément les forestiers ;
  • les savanes à alang-alang ; suite à des défrichements inconsidérés et à des feux répétés, ces sols de fertilité chimique particulièrement médiocre sont infestés par Imperata cylindrica. Malgré une bonne accessibilité, ils ne présentent d’intérêt ni pour les autochtones ni pour les forestiers ;
  • les forêts marécageuses ; cette catégorie regroupe des sols divers présentant chacun des problèmes particuliers de mise en valeur. D’importants travaux de drainage et d’irrigation s’avèrent toujours nécessaires.

82À un environnement physique peu favorable peut s’ajouter un environnement humain peu accueillant. En Irian Jaya, le fossé culturel entre colons et autochtones est tel, qu’il est aussi vain d’espérer l’intégration des uns que l’assimilation des autres. À Banda Aceh, à l’autre extrémité de l’archipel, le nationalisme exacerbé des Acihais s’accommode mal de l’intrusion de colons javanais. Derniers à résister au colonialisme néerlandais, les Acihais entendent bien rester maîtres chez eux.

  • 25 Une indiscrétion au sujet de la sélection d'un site peut se solder par la mise en place rapide de (...)

83Ces quelques exceptions mises à part, les populations locales envisagent plutôt favorablement l’arrivée de colons. Elle présente de nombreux avantages pour les autochtones. Les avantages financiers ne sont pas les moindres. Toute personne pouvant faire valoir un droit de propriété sur une parcelle de terrain incluse dans un projet de transmigration a droit à une juste compensation. Le montant de l’indemnisation est fixé par consentement mutuel entre le propriétaire, les autorités provinciales et les représentants du ministère de la Transmigration. En l’absence de certificats de propriété, seuls les terrains cultivés ouvrent droit à indemnisation. Dès lors, le moindre hévéa ou le moindre arbre fruitier survivant tant bien que mal dans le recrû forestier seront preuve de propriété25.

84L’arrivée d’un nombre important de colons se traduit également par la revalorisation du capital foncier des autochtones. Jusque-là, en raison d’un accès relativement facile à la terre, le marché foncier était quasi inexistant. Les transactions se limitaient aux plantations en production. Le montant de la transaction ne s’évaluait jamais par unité de surface mais par unité de produit. Avec l’arrivée des colons javanais, même d’anciennes plantations en friche deviennent négociables. Le prix de la terre s’élève au rythme de l’arrivée des migrants spontanés. De nombreux propriétaires fonciers se laissent tenter et vendent ainsi des parcelles aux immigrants, année après année, jusqu’à épuisement.

85L’arrivée des colons présente aussi l’avantage de faire baisser le coût de la main-d’œuvre. À Kalimantan-Centre, le travail de saignée des hévéas est rétribué par la moitié de la récolte. Ces conditions pourtant exceptionnelles ne suffisent pas toujours à intéresser les jeunes Dayak. Mais pour un colon, cette rémunération est au moins cinq fois supérieure à celle en vigueur à Java. De même, tous les travaux jugés pénibles par les autochtones, comme le sarclage et le portage, trouvent facilement preneur chez les migrants dont ils forment le lot quotidien.

86La transmigration permet également de rompre l’enclavement des arrière-pays des îles extérieures. L’ouverture de nouvelles routes facilite les échanges marchands en abaissant les coûts de transport.

87De nouveaux débouchés s’ouvrent aux produits locaux et une concurrence accrue entre commerçants bénéficie aux consommateurs. Enfin, les autochtones espèrent également profiter de la création d’écoles primaires et secondaires, de dispensaires, de coopératives, de centres de vulgarisation agricole et de lieux de culte destinés aux transmigrants.

88Dans l’ensemble, les autochtones envisagent plutôt favorablement l’arrivée des colons des îles intérieures. Ce qu’ils imaginent moins par contre, c’est qu’en très peu de temps ils seront totalement submergés par le flot des immigrants, que bientôt ils ne représenteront plus qu’une minorité ethnique sur la terre de leurs ancêtres.

Notes

1 À partir de la deuxième moitié du xixe, la fidélité trop souvent vacillante des potentats locaux conduit le pouvoir colonial néerlandais il renoncer à sa politique de contrôle indirect. Le sultan de Banjarmasin est déposé en 1860, le roi de Lombok en 1894, le sultan de Jambi en 1901. Progressivement, les anciens sultanats et royaumes alliés passent sous administration directe. Les derniers royaumes indépendants ne sont conquis qu'au tout début du xxe siècle. En 1905-06, les Néerlandais viennent enfin à bout de la résistance des Bugis, des Makassar et des Toraja de Sulawesi. La dernière rébellion balinaise est noyée dans le sang en 1908. À Aceh, les dernières batailles rangées datent de 1910-1912, mais la résistance se poursuit dans la clandestinité (Ricklefs, 1981 : 125-139).

2 Marsden, 1986 ; Wallace, 1989 ; Loeb, 1972 ; Collet, 1925 ; Hose, 1988 ; Bock, 1988 ; Beccari, 1989 ; Payne, 1990.

3 Ainsi, l’important croît démographique des îles extérieures (2,5 % par an) dont témoignent les données de 1920 et de 1930 s’explique davantage par l’amélioration des techniques de recensement que par l’évolution des caractéristiques démographiques de la population.

4 Les cartes des forestiers attachant souvent plus d’importance au statut du sol qu’à la végétation, il n’est pas rare que des cartes réalisées en 1989 signalent encore des forêts... défrichées cinquante ans auparavant (Durand, 1989).

5 Suivant les sources, la superficie de forêt primaire de Kalimantan-Est serait d’environ 60 % en 1980, contre 91 % en 1987, après vingt ans d’exploitation (Durand, 1994 : 337). Les travaux de Laumonier (1983, 1991) donnent 12 % de forêt primaire pour le Lampung en 1983, alors que des études plus récentes du Regional Physical Planning Programme for T ra mm igration (Reppprot, 1988 cité par Durand, 1994) concluent à 19 %. Ces divergences s’expliquent aisément. Dans le premier cas (Laumonier), nous avons affaire à des travaux de chercheur, menés sans grands moyens, pendant plusieurs années, et avec d’innombrables vérifications de terrain. Dans le deuxième cas (Reppprot), les travaux sont menés tambour battant et à grands frais par un bureau d’études, pratiquement sans vérification de terrain, mais sur l’ensemble de l’archipel.

6 D’après la planimétrie d’images satellite Landsat et de nombreuses vérifications de terrain réalisées par G. R. Sieffermann.

7 Neuf décennies plus tard, cette proposition reste vraie pour Kalimantan et l'Irian Jaya.

8 En 1980 encore, à Kalimantan-Centre, des épidémies de choléra peuvent emporter 10 % de la population d’un village en quelques jours. Village de Pundu, 148 habitants, 15 morts en cinq jours (août 1980).

9 Il apparaît pour la première fois dans les manuels d’écologie des années trente et n’a rien perdu de sa vigueur depuis. Cf. le Traité d'écologie d’Odum (1971).

10 Le concept n’est guère plus opérant lorsqu’il est appliqué il des systèmes agraires.

11 Sols peu aptes il une utilisation agricole.

12 L’expression « les moins défavorables » conviendrait davantage.

13 Les pH varient entre 4,2 et 4,5 en surface, contre 5 en profondeur. Les sommes de bases échangeables ne dépassent jamais 2 mé pour 100 g de terre. Tous les sols sont fortement carencés en calcium et en phosphore, alors que les taux d’aluminium échangeable peuvent dépasser 10 mé pour 100 g de terre. En raison de la prédominance de la kaolinite parmi les argiles minéralogiques, les capacités d’échange sont essentiellement liées à la matière organique des sols. La pluviométrie élevée, de 2 000 à 4 000 mm par an, se traduit par un intense lessivage des sols et par la lixiviation des bases. Les taux de saturation en bases échangeables varient entre 5 et 30 % (Sieffermann et Levang, 1982).

14 Le terme ladang désigne une parcelle gagnée sur la forêt primaire ou secondaire (essart) et destinée à la riziculture sur brûlis pendant une ou deux années consécutives. Par extension, il arrive que le terme soit appliqué à tout système de culture sur brûlis impliquant une jachère arborée.

15 L’aération du sol provoque une oxydation de la pyrite qui produit entre autres de l’acide sulfurique. Le pH des sols potentiellement sulfatés acides passe brutalement de la neutralité à la forte acidité (pH 4) des vrais sols sulfatés acides. L’acidification génère des toxicités ferriques et aluminiques ainsi que des déficiences en phosphore préjudiciables à pratiquement toutes les cultures. Une connaissance précise de la répartition des sédiments riches en pyrite, de leur teneur en pyrite, et surtout de la profondeur des horizons incriminés constitue un préalable indispensable à la mise en valeur de sols développés à partir d’alluvions marines.

16 Des travaux récents menés à Kalimantan les datent de 6 000 ans il un mètre de profondeur et de plus de 8 000 ans il cinq mètres de profondeur (Sieffermannet al., 1988 : 95). Le record est détenu par un échantillon prélevé à 60 km au nord de Palangkaraya et daté de plus de 11 000 ans (Rieleyet al., 1992 : 83 ; Sieffermann et al., 1992). « La vitesse de leur accroissement qui était de plus de 20 cm par siècle vers 8 000 RP. a régulièrement diminué pour devenir nulle vers 3 000 B.P. Depuis trois millénaires, ces tourbes sont en voie de destruction et perdent environ 10 cm par siècle au centre de l'interfluve sous végétation naturelle. » (Sieffermann, 1988 : 652).

17 « La notion de fertilité doit s’envisager relativement aux fonctions que le milieu doit remplir dans le processus producteur » (Sebillotte, 1993 : 130).

18 Par fertilité chimique d’un sol, nous entendons essentiellement sa richesse en bases échangeables. À Kalimantan, il est rare que les bases échangeables totales dépassent 2 meq pour 100 g de sol.

19 Pour plus d’informations sur la dynamique de la végétation herbacée dans le cadre d’une jachère arborée, on se reportera utilement à l’excellente thèse de Anneke de Rouw (1991).

20 Cet exemple illustre la nécessité d’inclure la productivité du travail dans le concept de fertilité.

21 Des textes chinois font remonter au IVe siècle les débuts d’un commerce de résine entre Sumatra et la Chine (Wolters, 1967 : 95-127). De nombreuses sources, dont la plus ancienne remonte à 1225, signalent que les royaumes du sud de Sumatra importaient régulièrement du riz de Java (Miksic, 1985 : 450). Depuis de nombreux siècles, les îles extérieures exportent de l’or, du benjoin, des résines, du camphre, de l’ivoire, du rotin, et importent du sel, du fer, du cuivre, des porcelaines, des tissus et du riz.

22 D’une extrémité à l’autre de l’archipel, les fameux « hommes de la foret » ont su reconstruire des « forêts pour l’homme » : canneliers du Kerinci, durians de Maninjau, bancoulier des Moluques, hévéa de Sumatra, rotins et temgkawang de Kalimantan, damar du Pesisir, et beaucoup d’autres (Michon, 1985 ; Michon et Bompard, 1987 ; Mary, 1987, Aumeeruddy, 1993).

23 - Tribus isolées - selon la nomenclature officielle.

24 En 1783, William Marsden, auteur de The History of Sumatra écrivait : « Every person at first sight, and on a superficial view of the Malayan countries, pronounces them the favorites of nature, where she bas lavished her bounties with a profusion unknown in other regions, and laments the infatuation of the people, who neglect to cultivate the finest soit in the world. But I have scarcely known one, who, after a few years' residence, bas not entirely altered his opinion ». (Marsden, 1783 ; rééd. 1986 : 80).

25 Une indiscrétion au sujet de la sélection d'un site peut se solder par la mise en place rapide de centaines d’hectares de plantations d’hévéa, comme à Sukamandang (Kalimantan-Centre) en 1980. Il n’est pas rare de voir les autorités provinciales s’allier aux villageois pour extorquer des sommes rondelettes au pouvoir central.

Table des illustrations

Titre Figure 14. Évolution de la répartition de la population indonésienne.
Légende Sources : Hugoet al. (1987) ; BPS, Jakarta.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15224/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre Figure 15. Densités démographiques dans les Indes néerlandaises en 1930.
Légende Source : Recensement général de population de 1930.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15224/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Titre Figure 16. Occupation de l'espace à Kalimantan-Centre en 1980.
Légende Source : Orstom (1982).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15224/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 373k
Titre Figure 17. Occupation de l’espace au Lampung (Sumatra) en 1930.
Légende Source : Painet al. (1989).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15224/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Titre Figure 18. Occupation de l'espace à Gunung Balak (Lampung) en 1930.
Légende Source : Benoit et al. (1989).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15224/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 321k
Titre Figure 19 Répartition des zones marécageuses en Indonésie.
Légende Source : Nedecoet al. (19841
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15224/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 99k

© IRD Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search