Version classiqueVersion mobile

La terre d’en face

 | 
Patrice Levang

Première partie. Une transmigration ambiguë

Une transmigration ambiguë

Texte intégral

« Il faut chercher en toutes choses la fin principale et puis après les moyens d’y parvenir. »
Jean Bodin (1529-1596)

1Curieusement, toutes les critiques émises à l'encontre de la transmigration, loin de déboucher sur une remise en cause, se soldent plutôt par le renforcement du programme. La transmigration semble inébranlable. Cette force provient pour l’essentiel de la solidité de ses assises, de son caractère indispensable et incontournable. Sa justification ne repose pas sur des raisonnements alambiqués ou sur des calculs compliqués. Bien au contraire. Elle repose sur la plus solide des bases qui soit : l’évidence. En l’occurrence, il s’agit même de trois évidences ou, plus exactement, d’une triple évidence tant la constatation de l’une renforce les autres, et réciproquement : la surpopulation de Java, le sous-développement des îles périphériques et la nécessité de recourir à la colonisation agricole pour résorber le déséquilibre démographique de l’archipel.

  • 1 Pas plus que d’en appeler au « pouvoir dormitif de l’opium » pour expliquer l’effet soporifique de (...)

2Que l'île de Java soit très peuplée ne fait aucun doute. Mais que veut dire « surpeuplée » ? En écologie, on parle de surpopulation lorsque la taille de la population d’une zone définie dépasse sa « capacité de charge maximale », c’est-à-dire lorsqu’une population commence à vivre sur ses ressources non renouvelables (Odum et Ehrlich, cités par Le Bras, 1994). Mais peut-on comparer l’évolution d’un paysannat à celle d’une population de bactéries dans une éprouvette ? Le paysannat javanais serait-il incapable de générer les ressources indispensables à sa survie, voire à son développement ? Si à l’aube du xxe siècle, avec 29 millions d’habitants, l’on considérait Java comme surpeuplée, que peut-on dire en 1990 face aux 108 millions d’habitants de l’île ? La « surpopulation » de Java ne relève-t-elle pas davantage du mythe que de la réalité ? Face à une pression démographique croissante, le paysannat javanais a évolué et il a su s’accommoder d’un nombre toujours plus élevé de bouches à nourrir. L’étude de cette évolution devrait nous permettre de comprendre pourquoi les candidats à la migration ne correspondent jamais à ce colon idéal que le Ministère cherche tant à recruter et pourquoi le déséquilibre démographique au sein de l’archipel ne s’est pas résorbé de lui-même. En appeler à la « faible propension migratoire » et au « profond attachement à la terre » des Javanais n’est guère fécond1.

3Quant aux îles périphériques de l’archipel, est-il bien sûr qu’elles ne soient habitées que par des populations clairsemées ne disposant que de techniques primitives ? Comment se fait-il que ces régions peu peuplées n’aient « [...] profité que dans une faible mesure des influences civilisatrices originaires de l'Eurasie » ? (Robequain, 1946 : 109). Ces indigènes « rétifs à toute forme d’autorité, et ne constituant qu’une main-d’œuvre indolente et peu fidèle » ne seraient-ils pas tout bonnement victimes de jugements de valeur à l’emporte-pièce et de préjugés tenaces ? Au vu des appréciations contradictoires concernant leurs milieux physique et humain, il ne fait surtout aucun doute que les îles extérieures sont mal connues. La faiblesse de leur peuplement ne serait-il pas plutôt en relation avec des conditions édaphiques peu favorables ? Connaître les raisons ayant conduit au sous-peuplement des îles extérieures constitue de toute manière un préalable indispensable à une tentative de colonisation. S’intéresser aux pratiques culturales des autochtones devrait également être riche d'enseignements. En raison de leur permanence, il y a de fortes chances que celles-ci soient adaptées aux conditions du milieu. Quand on sait que les trois quarts de la production de caoutchouc naturel indonésien proviennent des petits planteurs de Sumatra et de Kalimantan (Gouyon, 1993) et que ces derniers concurrencent durement les plantations capitalistes... on est en droit de s’interroger sur l’« archaïsme » de leurs pratiques.

4Une dernière série d’interrogations concerne les raisons profondes à l’origine des choix opérés par les développeurs. Fallait-il recourir à la colonisation agricole dirigée ? Une politique incitative de la migration spontanée n’aurait-elle pas eu plus d’effet ? Pourquoi, parmi les nombreuses possibilités de développement agricole dans les îles extérieures a-t-on délibérément écarté les modèles déjà mis en œuvre par les populations autochtones ? Pourquoi, parmi les systèmes de culture proposés aux transmigrants n’a-t-on retenu que des systèmes vivriers intensifs ?

Notes

1 Pas plus que d’en appeler au « pouvoir dormitif de l’opium » pour expliquer l’effet soporifique de ce dernier, selon la célèbre expression de Bachelard (1934).

© IRD Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search