Versione classicaVersione mobile

La terre d’en face

 | 
Patrice Levang

Introduction générale. La transmigration en Indonésie : politique sociale, politique de développement, ou géopolitique ?

Testo integrale

« Ce qui est simple est faux, ce qui est compliqué est inutilisable. »
Paul Valéry

  • 1 Ces 23 familles, officiellement considérées comme les premiers - transmigrants-, ne constituent ce (...)

1Le 12 décembre 1950, au terme d’un long et pénible voyage en autobus, 23 familles originaires de Java-Centre posent enfin pied au Lampung, la province la plus méridionale de l’île de Sumatra. Ces quelques familles constituent l’avant-garde de millions de personnes en provenance de villes surpeuplées ou de champs surexploités, chassés par la faim et la maladie vers les terres neuves porteuses d’espoir en une vie meilleure. Ces familles sont les premières à profiter d’un ambitieux programme initié par le gouvernement indonésien pour offrir terre et opportunité d’emploi aux plus pauvres des citoyens indonésiens. Ce programme est appelé transmigration.1

2L’Indonésie est un pays de contrastes. Une civilisation ancienne riche en traditions, une nation jeune au potentiel incomparable. En 1990, l’Indonésie compte 180 millions d’habitants. Là encore le contraste est saisissant puisque 60 % de la population indonésienne est regroupée sur la seule île de Java qui ne représente que 7 % de la superficie nationale. Malgré le succès remporté par un programme de planning familial, la population de l’île de Java continue de s’accroître à un rythme rapide.

3Bénéficiant de riches sols volcaniques, Java constitue l’une des régions agricoles les plus productives au monde. Pendant des siècles, les paysans ont mis en valeur ces terres fertiles. Aujourd’hui, la surpopulation est telle que l’île n’est plus en mesure de nourrir tous ses habitants. La terre fait cruellement défaut. Près d’un paysan de Java sur deux ne dispose pas de la terre indispensable à la survie de sa famille.

4Paysans sans terre et chômeurs ruraux rejoignent en masse les grandes cités dans l’espoir d’une vie meilleure. Malgré les milliers d’emplois créés chaque année, le secteur industriel n’est pas en mesure d’absorber l’exode rural. Les opportunités d’emploi n’étant pas en rapport avec leur savoir-faire, les nouveaux citadins s’enfoncent dans la misère.

5À l’inverse, les îles extérieures de l’archipel présentent une population clairsemée et des ressources inexploitées. Ces îles — Sumatra, Sulawesi, Kalimantan et l’Irian Jaya possèdent d’immenses surfaces de terres non encore mises en valeur et pourtant favorables à un usage agricole.

Figure 1. L’Archipel indonesien

Figure 1. L’Archipel indonesien

6Pour corriger ce déséquilibre — trop de paysans sans terre à Java, et trop de terres sans paysans dans les îles extérieures— l’Indonésie a entrepris un programme ambitieux visant à donner de la terre à ceux qui en manquent.

7La participation au programme est volontaire. Les candidats désirant rejoindre la transmigration doivent répondre à certains critères : âge du chef de famille, taille de la famille, bonne santé physique et mentale, croyance en Dieu et expérience en agriculture. Dans les zones de colonisation, les migrants reçoivent une maison et des terres dont le produit leur revient exclusivement.

8Une attention particulière est portée aux populations tribales autochtones dont le niveau de développement peut accuser plusieurs siècles de retard sur celui des colons. Les populations tribales bénéficient d’autres programmes gouvernementaux concernant plus particulièrement la santé publique et l’éducation. Ces programmes ont pour tâche de leur faciliter le passage vers le xxe siècle tout en minimisant le choc culturel.

9La surpopulation à Java et dans les îles avoisinantes comme Bali et Madura se traduit en termes de misère et de pauvreté pour les habitants mais aussi en termes de dégradation irréversible de l’environnement. Alors que la population javanaise s’accroît, les ressources en terres arables régressent. À la recherche désespérée de terre, les paysans javanais s’attaquent aux dernières réserves forestières et mettent en culture les pentes abruptes des volcans. L’objectif légitime de nourrir leur famille les conduit à dégrader involontairement les parties amont des bassins versants. Les fortes pluies tropicales arrachent la terre des versants défrichés, provoquent des inondations catastrophiques en aval, alors que les alluvions envasent les rivières, les réservoirs et les canaux d’irrigation. On estime qu’à Java 200 000 ha par an sont irréversiblement dégradés par la main innocente de ces paysans. L’un des objectifs du programme de transmigration consiste à alléger la pression sur la terre afin de réduire les dégâts causés à l’environnement par la surpopulation.

10Dès qu’un site est retenu après plusieurs années d’études, d’autres démarrent. Elles concernent la mise au point des systèmes de culture, la réalisation des infrastructures de base et la construction des villages. En quelques mois, le paysage se transforme. Les voies de communication se dessinent, les premières parcelles sont défrichées, écoles, dispensaires et lieux de culte poussent comme des champignons. Lorsque les maisons des transmigrants sont achevées, le site est prêt à accueillir les premiers colons.

11Par beaucoup d’aspects, la transmigration ressemble à la conquête de l’Ouest américain au siècle dernier. Ciment de l’unité américaine, les pionniers ont transformé des terres inutilisées en l’une des régions les plus fertiles et les plus productives au monde. En proposant des terres à ceux qui en manquent, l’Indonésie poursuit le même objectif : mieux tirer parti de ses potentialités. Toutefois, à la différence des États-Unis au siècle dernier, l’implication du gouvernement indonésien dans le programme de transmigration est beaucoup plus forte.

12La vie de pionnier n’est pas facile. Peu à peu, à force de travail, les familles deviennent autosuffisantes. Grâce à un encadrement dense, les rendements progressent, la santé des habitants s’améliore, le planning familial devient une réalité, les enfants vont à l’école et les fronts pionniers se transforment en villages actifs. Après cinq années sur le site, les colons reçoivent leurs titres de propriété. Ce qui apparaissait autrefois comme un rêve inaccessible devient alors réalité, point de départ d’une vie nouvelle et porte ouverte sur d’autres rêves.

13Le programme de transmigration est un élément essentiel des plans de développement indonésiens. À elle seule, la transmigration ne résoudra pas tous les problèmes auxquels l’Indonésie est confrontée. Mais le programme a déjà atteint ses principaux objectifs :

  • il a encouragé le développement des îles extérieures ;
  • il a permis d’élever le niveau de vie de paysans autrefois dans la misère ;
  • de nouveaux emplois ont été créés. La production agricole s’est accrue ;
  • en ralentissant la croissance démographique dans les îles intérieures, le programme a permis de contenir l’exode rural. Il a transformé des paysans souffrant de malnutrition en producteurs efficaces et lutté contre la dégradation de l’environnement ;
  • la transmigration participe à la construction de l’unité nationale. Tout en conservant leurs particularités, les habitants des milliers d’îles composant l’archipel font aujourd’hui partie intégrante d’une seule et même nation. Le mot d’ordre de Sukarno « un pays, une langue, une nation » devient enfin une réalité.

14À l’heure actuelle, plus de six millions de personnes ont rejoint la transmigration. Les trois quarts d’entre eux estiment que leur niveau de vie est plus élevé qu’avant leur départ. Ceux qui estiment que leurs revenus ne se sont pas améliorés préfèrent malgré tout leur nouveau mode de vie. Leurs raisons sont claires. Ils possèdent une maison et de la terre. De la nourriture pour leur famille. Des écoles pour leurs enfants. Et des soins médicaux pour tous.

15Par-dessus tout, ils ont retrouvé l’espoir, pour eux, pour leurs enfants et pour leur pays.

TROP BEAU POUR ÊTRE VRAI ?

  • 2 Dans notre traduction, nous avons respecté, tant que faire se peut, le lyrisme propre à la prose o (...)

16Cette présentation idyllique du programme est tirée de plaquettes de propagande2. Sachant que l’esprit critique ne figure habituellement pas au nombre des qualités requises pour le recrutement d’un propagandiste, nous n’accorderons qu’une foi limitée à la dernière partie de ce texte. Ce bilan de la transmigration reflète davantage les souhaits des dirigeants que la réalité quotidienne des transmigrants. Cette réserve mise à part, la présentation officielle apparaît particulièrement riche en enseignements.

17Tout d’abord, elle affiche bien la double ambition d’un programme qui se veut à la fois politique sociale et politique de développement. La vocation sociale du programme est clairement exprimée : il veut venir en aide » aux plus pauvres des Indonésiens », aux paysans sans terre, aux chômeurs urbains, aux exclus. La transmigration a également pour objectif de développer les îles extérieures, « de mettre en valeur leurs immenses surfaces inexploitées, de transformer les terres inutilisées en terres fertiles et productives ». Accessoirement, le programme contribue à « la construction de l'unité nationale en facilitant l’intégration des populations tribales à la Nation indonésienne ».

18Le discours officiel présente on ne peut plus clairement les problèmes — réels ou supposés — à l’origine du programme. Ces problèmes s’appellent misère, pauvreté, faim, maladie, chômage, exode rural. Le responsable de tous ces maux est nettement désigné : la surpopulation à Java et dans les îles avoisinantes. La surpopulation se traduit par une fragmentation excessive des propriétés. La surpopulation est à l’origine du nombre impressionnant de paysans sans terre. La surpopulation provoque la surexploitation des terres et leur dégradation irréversible. Bref, « les îles intérieures ne sont plus en mesure de nourrir tous leurs habitants ».

19À l’inverse, les îles extérieures sont présentées comme sous-peuplées, sous-exploitées, sous-développées. À Sumatra, à Kalimantan, à Sulawesi et en Irian Jaya, des milliers d’hectares de terres généreuses attendent d’être mises en valeur. Dès lors, la solution au problème apparaît dans toute son évidence : « il faut aider les paysans sans terre à coloniser les îles périphériques ».

20Pour ce faire, l’intervention de l’État est indispensable. La conception paternaliste du pouvoir en Indonésie transparaît nettement dans certaines formulations. Le brave paysan n’est pas en mesure de faire face seul aux problèmes qui l’assaillent. Dans sa quête légitime pour nourrir sa famille, sa main innocente provoque des dégâts considérables. Venir en aide à cet être « innocent » constitue un devoir moral pour les pouvoirs publics.

21Le document de propagande ne s’étend guère sur d’éventuelles difficultés rencontrées dans la mise en œuvre du programme. En lisant entre les lignes, on découvre cependant : que les îles extérieures sous-peuplées présentent localement de fortes densités de population ; que ces populations sont culturellement très éloignées de celles des îles intérieures ; qu’un faible pourcentage seulement des terres fertiles des îles périphériques convient à des projets de colonisation ; que « bonification des sites existants » signifie probablement réhabilitation de projets en situation d’échec ; que l’effort d’accroissement de la production agricole vise surtout à assurer l’autosuffisance des sites ; que si un quart des transmigrants estime que leurs revenus ne se sont pas améliorés, la situation des trois autres quarts ne doit pas être si florissante que cela ; et enfin, que si posséder une maison et un lopin de terre suffit à assurer le bonheur d’un migrant, des opérations moins coûteuses auraient peut-être obtenu le même résultat.

22Enfin, pour qui connaît la transmigration, il ne fait aucun doute que certains des points abordés dans le discours (sélection et préparation des sites, sélection et encadrement des migrants) visent surtout à prévenir les critiques habituellement émises à l’encontre du programme. Nous aurons l’occasion d’y revenir.

23Qu’un texte de propagande présente un bilan favorable, qu’il taise les difficultés et élude le débat n’a rien de surprenant. Mais pourquoi fait-il démarrer la transmigration en 1950 ? Pourquoi tirer un trait sur quarante-cinq ans d’histoire ?

La Kolonisatie : une dette d’honneur

  • 3 Du moins dans la partie septentrionale de Java. Le contrôle de l’ensemble de l’île ne date que de  (...)

24L’Indonésie moderne et indépendante entretient des rapports ambigus avec son histoire. D’un côté, elle veut ignorer trois siècles3 de colonisation et de domination néerlandaise, de l’autre, elle n’hésite pas à rendre le colonisateur responsable de tous ses problèmes passés et actuels. Merveilleux bouc émissaire, le colonisateur est affublé de tous les maux. Il est vrai qu’il n’a pas toujours été tendre avec ses « indigènes ». Cultures et travaux forcés ont laissé un souvenir indélébile dans la mémoire collective des peuples colonisés. Toutefois, les légendaires pragmatisme et sens des affaires des Néerlandais ont toujours été tempérés par une morale protestante rigoureuse. Mais que le colonisateur ait pu être à l’origine d’une politique sociale visant à l’amélioration du bien-être des indigènes cadre mal avec le rôle qu’on veut lui faire jouer.

25Laissé exsangue par les guerres napoléoniennes et la sécession de la Belgique, le royaume des Pays-Bas décida d’exploiter ses colonies de manière « rationnelle » et sans états d’âme. La contribution des Indes néerlandaises, le fameux batig slot, s’avéra décisive pour le redressement économique de la métropole. Entre 1851 et 1870, cette contribution s’élevait à 491 millions de florins, c’est-à-dire 31,5 % du revenu total du Trésor néerlandais (Maddison, 1989 : 19).

26Alors que cette exploitation « rationnelle » des richesses de la colonie était citée en exemple à suivre pour les nouveaux colonisateurs comme la France (Leroy-Beaulieu, 1891 ; Chailley-Bert, 1901), l’opinion publique néerlandaise commença à s’inquiéter du sort des « indigènes ». Le livre que Eduard Douwes Dekker signa sous le pseudonyme de Multatuli : Max Havelaar ou les ventes de café de la Compagnie commerciale des Pays-Bas (1860) émut profondément la métropole (Multatuli, 1991) Plusieurs intellectuels libéraux, tiers-mondistes avant la lettre, comme van Deventer, van Kol et Brooschoft formèrent un groupe de pression connu sous le nom de Ethici. Tenants d’une « voie morale », ils considéraient que la métropole avait une dette d’honneur envers sa colonie et estimaient que les revenus de la colonie devaient en priorité être affectés au soulagement de la misère des indigènes. Leur action trouva un écho favorable dans l’opinion publique et incita le Gouvernement à mettre en œuvre une « politique éthique » à partir de 1900. Les maîtres-mots de cette politique furent : éducation, irrigation et migration. Le troisième volet du programme conduisit à la création, en 1905, de la Kolonisatie, ancêtre de la transmigration actuelle.

La phase expérimentale (1905-1931)

27Le Gouvernement colonial chargea l’assistant-résident H. G. Heijting d’étudier la possibilité de faire migrer des Javanais de la région de Kedu vers les îles extérieures. Véritable visionnaire, Heijting proposa tout d’abord d’installer un noyau de 500 familles pour chaque projet ; les familles totalement prises en charge pendant la première année seraient rejointes par d’autres les années suivantes, ce qui permettrait de réduire les coûts ; chaque famille subventionnée devrait attirer un nombre important de parents et par suite initier un mouvement de migration spontanée (Pelzer, 1945 : 191). Jugé trop ambitieux, le projet fut ramené à la taille d’une simple expérimentation.

28En 1905, Heijting convoya un groupe de 155 familles de Kedu (Java-Centre) à Gedong Tataan (Lampung). Là, ils fondèrent le village de Bagelen, premier village de la Kolonisatie. Quatre autres villages virent le jour entre 1906 et 1911. Chaque famille reçut 70 ares de rizière et 30 ares de jardin. Transport, matériaux de construction, outils et aide alimentaire (pendant deux ans) étaient pris en charge par le projet.

29L’installation d’une famille coûtait cher, trop cher. Le Gouvernement envisagea alors de faire supporter une partie des coûts par les colons. Entre 1911 et 1928, une banque (Lampongsche Volksbank), créée pour l’occasion, fut chargée de financer le programme. Pour réduire les coûts, la Kolonisatie mit en place un système de crédit. La colonie de Wonosobo (près de Kota Agung) fut créée sur ce modèle en 1921. Deux autres tentatives, à Sulawesi et à Kalimantan, échouèrent totalement. Une gestion peu rigoureuse — octroi trop facile de crédits aux colons, difficultés de remboursement et détournements de fonds — conduisit la banque à la faillite et à sa liquidation en 1928.

30Entre 1928 et 1931, découragé par les mauvais résultats des projets de colonisation, le Gouvernement songea à abandonner le programme. Pourtant, la pompe était amorcée. Bon an mal an, près d’un millier de Javanais rejoignirent le Lampung à leurs propres frais, sans aucune assistance officielle.

Le second souffle (1931-1941)

31En 1931, la grande crise frappa de plein fouet le secteur des plantations industrielles. Des milliers d’ouvriers javanais furent renvoyés dans leurs foyers. Une situation quasi explosive dans les campagnes javanaises obligea le Gouvernement colonial à reconsidérer sa position concernant la Kolonisatie.

32Tout d’abord, plusieurs milliers de personnes furent envoyées en renfort dans les colonies déjà existantes. La forte demande de main-d’œuvre pour la récolte du riz poussa de nombreux colons à accueillir les nouveaux arrivants. La pratique du bawon (partage de récolte accordant 1/4 à 1/5 de la production au récolteur) permit d’assurer la subsistance des migrants.

33Enfin, trois périmètres irrigués couvrant plus de 71 000 ha ainsi que la ville nouvelle de Metro furent créés dans le centre du Lampung. Entre 1935 et 1941, en moins de sept ans, la colonie de Sukadana accueillit plus de 47 000 personnes. La qualité et l’ampleur du projet étaient sans commune mesure avec les réalisations antérieures. À la même date, la colonie de Gedong Tataan, trente-cinq ans après sa fondation, ne comptait guère plus de 38 000 personnes.

34Entre 1905 et 1941, le Gouvernement colonial déplaça en tout et pour tout un peu plus de 200 000 personnes depuis Java vers les îles extérieures. Mais pendant le même laps de temps, la population de Java augmentait de 30 à 49 millions d’habitants ! Pourtant, les jalons des migrations futures étaient posés. Les dirigeants de la jeune République indépendante auront beau dénoncer les erreurs du colonisateur et nier les acquis de la Kolonisatie, ils appliqueront les mêmes recettes et imposeront les mêmes modèles. En revanche, en raison de sa connotation par trop péjorative, le nom du programme est définitivement abandonné. À partir de 1947, la Transmigrasi succède à la Kolonisatie.

Les solutions d’urgence de l’immédiat après-guerre

  • 4 De nouvelles armes, attribuées en échange des anciennes, sont promises aux combattants. À l’ouvert (...)

35Du 17 août 1945, date de la proclamation de l’Indépendance, au départ des Néerlandais en 1949, le pays est en proie aux actions de police et à la guérilla. Avec la fin des troubles au début des années cinquante, l’Indonésie doit faire face au difficile problème de la démobilisation des soldats de l’armée de libération. Les Cadangan Tentara Nasional (CTN), groupes de combattants plus ou moins contrôlés, se constituent en pelotons autonomes et créent des villages de pionniers dans le sud de Sumatra4.

36Pour faciliter et surtout mieux contrôler la réinsertion des militaires démobilisés, le Gouvernement instaure le Biro Rekonstruksi Nasional (BRN) en 1951. Celui-ci, en moins de sept ans, installe environ 25 000 personnes sur divers sites dans la province de Lampung. Mieux encadrés et plus motivés, les BRN sont à l’origine de plusieurs centres de peuplement importants, comme Sumberjaya, Tanjung Raya et Sri Bhawono.

  • 5 Placée sous la tutelle du ministère du Travail et du Bien-être social en 1947, la Transmigration p (...)

37La transmigration suivit. Si son intérêt général n’est jamais remis en cause, son organisation pratique subit de nombreuses vicissitudes5. De 1947 à la fin des années soixante, le programme de transmigration connaît un mouvement brownien. Ballottée de ministère en ministère, la transmigration cherche ses marques. À une époque où la foi déplace les montagnes, les projets les plus irréalistes se succèdent. Malheureusement, la foi ne suffit pas à déplacer les colons. Les déceptions sont à la hauteur des espérances. Un plan de 1947 prévoyait de déplacer 31 millions de personnes en quinze ans. Réajusté en 1951, l’objectif du plan devait passer à 48 675 000 personnes sur 35 ans. Les réalisations ne suivent pas. En 1953, par exemple, malgré un effort remarquable, 40 000 personnes seulement sont installées dans le sud de Sumatra alors que le plan prévoyait plus d’un million de colons. Avec le démarrage du premier plan quinquennal (1969-1974), les planificateurs renouent avec des objectifs plus réalistes. Enfin, la loi de 1972, en précisant les motivations et les objectifs de la transmigration, met fin à vingt-cinq ans de divagations institutionnelles.

Le renouveau de la transmigration

38Le renouveau de la transmigration au début des années soixante-dix a lieu dans un climat politique et économique tout à fait particulier. L’ère sukarnienne, teintée de nationalisme romantique et de lutte anti-impérialiste, finit dans le bain de sang de 1965. Le coup d’État communiste avorté et sa brutale répression permettent à une nouvelle équipe d’accéder au pouvoir. Résolument pro-occidental, le Gouvernement Suharto bénéficie de l’appui des organisations internationales, Fonds monétaire international (FMI) et Banque mondiale, pour redresser une situation économique particulièrement dégradée.

39Le premier Plan quinquennal, démarré en 1969, est avant tout un plan de stabilisation. Son principal objectif est d’atteindre l’autosuffisance en riz, ce qui suppose une augmentation de la production de 50 % en cinq ans. Pour ce faire, deux voies s’ouvrent aux responsables :

  • l’intensification de la riziculture, grâce à la Révolution verte ;
  • l’extension des surfaces cultivées, grâce à la transmigration.

40Les deux premiers plans sont marqués par une frénésie de grands travaux. Au sein de l’appareil d’État, le corps des ingénieurs des Travaux publics, particulièrement bien structuré, joue un rôle déterminant. En dignes successeurs des ingénieurs hydrauliciens néerlandais — en leur temps qualifiés de fanatiques de l’irrigation — ils favorisent les grands projets d’aménagement hydraulique. Leur ambition est de transformer les basses plaines de Sumatra et de Kalimantan en greniers à riz.

  • 6 Groupe ethnique originaire de Sulawesi-Sud.

41En adaptant un système traditionnel bugis6 à des échelles plus vastes, les Travaux publics drainent des milliers d’hectares de marais maritimes à Sumatra comme à Kalimantan. Un unique réseau de canaux et de drains est chargé d’assurer à la fois circulation, drainage et irrigation grâce au jeu de battement de la marée. Le système, baptisé pasang surut (flot et jusant), s’avère peu efficace à l’usage. Si, de manière générale, la fonction drainage est bien assurée, l’irrigation reste déficiente. Dans de nombreux projets, les unités situées en amont des canaux, exondées en permanence, doivent être abandonnées. Plus en aval, l’irrigation insuffisante provoque des remontées de sulfates acides. Les rendements sont si faibles que le mirage du grenier à riz s’évanouit rapidement.

L'âge de la target

42Les troisième et quatrième plans correspondent à l’âge de la Target, sacro-saint objectif du plan à atteindre à tout prix. Pour le troisième plan (1979-1984), l’objectif est fixé à 500 000 familles, c’est-à-dire plus de 2 millions de personnes. Devant les réticences de la Transmigration, le ministère des Travaux publics se déclare prêt à relever le défi. Le Gouvernement décide de répartir les tâches entre tous les ministères concernés. Les Travaux publics se chargent de la préparation des sites, la Transmigration sélectionne, déplace et encadre les migrants, l’Agriculture s’occupe du développement rural, la Santé des dispensaires, la Religion des mosquées et des églises... Pour résoudre le problème de la coordination entre les innombrables services des ministères concernés, le Gouvernement crée une instance supplémentaire, baptisée « comité de coordination » (Bakotrans).

43La transmigration devient une priorité nationale. Pratiquement tous les ministères sont concernés peu ou prou par le programme. Il ne se passe pas un jour sans que la presse publie un article vantant l’intérêt du programme, ses réalisations et ses réussites. Pourtant quelques critiques percent ça et là. Au sein même du ministère de la Transmigration, des voix discordantes s’élèvent contre les technocrates des Travaux publics. Ces derniers « oublient trop souvent que derrière les chiffres se cachent des êtres humains » (Amir Hasan Mutalib, comm. pers.). Pour atteindre les objectifs du plan, de trop nombreux sites sont installés à la vavite et en dépit du bon sens. La quantité prime la qualité.

Le programme s’emballe

44Loin de corriger le tir, le quatrième plan quinquennal (1984-89) annonce un objectif encore plus ambitieux, puisqu’il envisage le déplacement de 750 000 familles. Déjà, l’objectif du troisième plan n’a été atteint qu’en recourant à une astuce comptable : l’intégration de 150 000 familles de migrants spontanés. À l’annonce des chiffres, les langues se délient, à l’étranger mais aussi à l'intérieur du pays. Pour la seule province de Kalimantan-Centre, le plan prévoit le déplacement de 230 000 familles, soit environ 1 million de personnes, alors que la province ne compte que 954 000 habitants. Si le projet devait se réaliser, les autochtones de plusieurs provinces de Kalimantan et d’Irian Jaya se retrouveraient minoritaires en moins de cinq ans.

45Cette perspective préoccupe surtout les observateurs étrangers. À l’intérieur du pays, l’on s’inquiète davantage des conditions dans lesquelles s’effectueront les déplacements de population. Les nouvelles des centres sont mauvaises. Loin de participer à l’effort national pour parvenir à l’autosuffisance vivrière, de nombreux villages de transmigration deviennent de lourdes charges pour les provinces d’accueil. Celles-ci se révélant souvent incapables d’entretenir les infrastructures mises en place, la situation des sites se dégrade. À juste titre, la Banque mondiale estime qu’avant d’augmenter les effectifs de migrants, il serait plus judicieux de réhabiliter les centres de transmigration en difficulté. Malheureusement, ces projets de réhabilitation, officiellement dénommés Second Stage Development Projects par goût de l’euphémisme, équivalent le plus souvent à l’administration de vitamines à un moribond.

Correction de tir

46Dès 1986-87, la chute des cours du pétrole met toutes les parties d’accord. En deux ans, le budget de la Transmigration est réduit de 75 %. Bien que revus à la baisse, les objectifs restent largement supérieurs aux possibilités du Ministère. Faute de moyens, des sites déjà préparés ne peuvent recevoir les colons dans les délais impartis. Plusieurs scandales éclatent dans la presse. Jusqu’au plus haut niveau, des personnalités s’interrogent sur l’intérêt du programme. La transmigration vacille.

47Mais lorsque le chef de l’État, relayé par l’état-major des forces armées, réaffirme son soutien indéfectible à la transmigration, les critiques perdent de leur virulence. À l’intérieur, la mise en avant de l’intérêt stratégique du programme suffit à faire taire les détracteurs. À l’extérieur, la forte réduction des objectifs numériques calme les inquiétudes des défenseurs des sociétés « primitives ». En 1993, un habillage qui se veut médiatique cherche à associer Transmigration et Défense de l’environnement. Le nouveau nom du Ministère : Departemen Transmigrasi dan Pemukiman Perambah Hutan (Transmigration et sédentarisation des squatters forestiers) présente la transmigration comme un moyen de contrôler la déforestation.

48L’histoire succincte du programme met en lumière une transmigration moins idyllique que celle dépeinte par les plaquettes officielles. Dès ses débuts, le programme s’est heurté à de nombreuses difficultés... dont la résolution faisait apparaître de nouvelles difficultés. Ses promoteurs les plus enthousiastes finissaient par baisser les bras devant l’ampleur de la tâche. L’histoire de la transmigration est ainsi faite de hauts et de bas, d’espoirs et de déceptions. Dans les phases d’euphorie, le programme s’emballe, les zéros se bousculent sur les tablettes des planificateurs, et des milliers de familles de colons se retrouvent en difficulté. Dans les phases de doute, la priorité va à la correction des erreurs passées et à l’amélioration de la qualité des colonies. L’histoire de la transmigration n’est que le relevé des oscillations du pendule entre le pôle de la qualité et celui de la quantité.

UN DILEMME PERMANENT : QUANTITÉ OU QUALITÉ

49Dès les premiers jours de la Kolonisatie, le programme s’avéra plus coûteux que prévu. La première erreur de Heijting fut de croire qu’il suffisait de déplacer des riziculteurs pour créer des rizières. Malheureusement, les colons javanais au savoir-faire légendaire se révélaient incapables de mettre en place un réseau d’irrigation efficace, sans l’assistance d’ingénieurs hydrauliciens. Après divers échecs, les responsables du programme arrivaient à la conclusion que la mise en place d’infrastructures de qualité est indispensable pour assurer le succès d’une colonie.

50En observant les rizières désespérément sèches et les maisons inondées des premiers jours de Bagelen, les mêmes responsables ne doutaient plus de la nécessité d’études préliminaires sérieuses et d’une planification rigoureuse. Les nombreuses difficultés auxquelles se heurtaient les colons pendant la phase pionnière (récoltes insuffisantes ou dévastées, problèmes sanitaires, contacts avec les autochtones) nécessitaient une assistance alimentaire ainsi qu’un encadrement technique et administratif.

51À l’issue de la phase expérimentale, il ne fait aucun doute que le succès d’une colonie dépend de la qualité des infrastructures mises en place. Dès lors, le coût du déplacement d’une famille s’avère beaucoup plus élevé que prévu. Pour donner un ordre d’idée, au début des années quatre-vingt, le coût moyen d’installation d’une famille de transmigrants était d’environ :

  • 5 300 $ pour les projets en culture pluviale ;
  • 7 200 $ pour les projets pasang surut ;
  • 5 500 à 5 800 $ pour les projets en cultures pérennes7.
  • 8 Cette définition correspond trait pour trait aux sites envahis par Imperata cylindrica.

52Les projets en culture pluviale sont de loin les moins coûteux. Lorsque les sites à développer sont peu accidentés, à proximité d’un grand axe de communication, et non recouverts de forêt8, le coût d’installation d’une famille peut être ramené à moins de 3 000 $. Malheureusement, les projets les moins chers à installer sont également les moins performants, ceux qui connaissent les taux d’échecs et d’abandons les plus élevés.

53Les promoteurs du programme se trouvent confrontés à un problème quasi insoluble. Le succès des colonies dépend de la qualité des infrastructures. La réalisation d’infrastructures de qualité entraîne un coût élevé par famille installée. Le budget du programme étant limité, le nombre total de familles déplacées en sera forcément réduit. Or, le programme tel qu’il est conçu ne présente d’intérêt, et ne peut donc se maintenir, que s’il touche un nombre élevé de migrants. Pour ce faire, il convient de réduire autant que possible le coût d’installation d’une famille. Cette réduction passe inévitablement par l’abandon des infrastructures les plus coûteuses. Dès lors, le succès des centres n’est plus assuré. Accusé de se contenter de déplacer la misère, le programme est remis en cause. Pour pouvoir se maintenir, la transmigration doit assurer le succès des colonies. Or, celui-ci dépend de la qualité des infrastructures... Ainsi, toutes les périodes privilégiant la qualité des implantations — Gedong Tataan (1905-1911), Metro (1935-1941), BRN (1951-1958) — ainsi que les tentatives d’amélioration des infrastructures — Way Abung et Batumarta (1976-1983) — débouchent inévitablement sur le constat du coût exorbitant du déplacement d’une famille.

54Les périodes suivantes mettent alors l’accent sur la nécessité d’augmenter les effectifs déplacés et par conséquent de réduire le coût par famille. Différents moyens sont testés :

  • faire supporter une partie importante du coût des infrastructures directement par les migrants par le biais d’un système de crédit subventionné — Lampongsche Volksbank (1911-1928) ;
  • faire supporter le coût du déplacement par des migrants déjà installés (système bawon, 1932-1935), voire faire supporter l’ensemble des coûts par les colons eux-mêmes, en encourageant la migration spontanée (1928-1932, 1958-1968 et depuis 1983) ;
  • faire des économies d’échelle en créant des infrastructures communes à de nombreux villages regroupés au sein de gigantesques sites de transmigration (Way Seputih, 1950-1968 ; projets pasang surut des années soixante-dix ; Rimbobujang, 1976-1980) ;
  • faire financer les infrastructures par le secteur privé. Les sociétés de plantation, par exemple, récupèrent leurs investissements grâce à la commercialisation des productions, dont elles obtiennent le monopole (système Perkebunan Inti Rakyat ou Nucleus Estate and Smallholders depuis 1983) ;
  • plus prosaïquement, limiter les infrastructures au strict nécessaire, c’est-à-dire se contenter d’une piste d’accès et d’un défrichement sommaire (tous les projets vivriers en sec installés entre 1950 et 1990 à Sumatra et à Kalimantan).

55À l’issue d’une période privilégiant les effectifs de migrants déplacés, de nombreux constats d’échec se réfèrent à des centres à l’avenir incertain, installés à la hâte et dans des conditions difficiles. Les observateurs les plus tendres parlent d’inévitable réhabilitation, et les plus durs n’hésitent pas à remettre en cause l’ensemble du programme. La transmigration est moribonde. Mais la crise est habituellement de courte durée. Que survienne un licenciement massif d’ouvriers de plantations, une éruption volcanique, une expropriation pour la construction d’un barrage, ou des incidents aux frontières de la Papouasie... et le phoenix renaît de ses cendres.

56Après la présentation, par trop complaisante, de la propagande officielle, l’exposé historique amènerait plutôt à douter du programme. Que la transmigration connaisse des difficultés, soit. Qui n’en connaît pas ? Mais si le programme a été maintenu pendant quatre-vingt-dix ans, s’il a survécu, au-delà de la période coloniale, au-delà de l’ère sukarnienne, à cinq gouvernements d’ordre nouveau, son bilan ne peut pas être aussi négatif que cela.

UN BILAN MITIGÉ

57Le bilan d’un programme tel que la transmigration ne peut se dresser qu’en regard de ses objectifs (qu’ils soient affichés ou tus). Or, ces objectifs ont considérablement évolué dans le temps.

Des objectifs et des motivations fluctuant au gré des politiques globales

58Dès le départ, la Kolonisatie se présente à la fois comme une politique sociale et une politique de développement. Les tenants de la « voie éthique » souhaitent soulager la misère du peuple javanais. Pour eux, les causes de cette misère sont claires : une population trop nombreuse se partage des ressources limitées. En faisant appel à la migration, les autorités espèrent réduire la pression démographique sur Java et, en voie de conséquence, améliorer le bien-être des indigènes. Quant aux personnes déplacées, elles sont censées contribuer au développement des îles extérieures par l’extension des surfaces cultivées et par l’introduction de techniques de culture intensives. Tout en améliorant leur niveau de vie, elles seront à l’origine de pôles économiques dynamiques servant de modèles aux autochtones.

59Avec le temps, d’autres objectifs plus ponctuels se rajoutent aux objectifs de départ. La transmigration est tour à tour chargée d’accueillir les ouvriers des plantations coloniales licenciés en masse lors de la grande crise, les soldats démobilisés à l’issue de la guerre d’indépendance, les victimes de catastrophes naturelles, les paysans expropriés pour cause de travaux d’intérêt général, les vagabonds raflés dans les centres des grandes villes. Dans tous les cas de figure la motivation reste d’ordre social.

60La politique de développement, quant à elle, se traduit toujours par l’installation de colonies dans les îles périphériques. Seul « l’habillage » varie : extension des surfaces cultivées, augmentation de la production vivrière, autosuffisance nationale en riz, mise en valeur des marécages, mise en valeur des terres marginales et, depuis 1983, extension des surfaces en cultures de rapport (hévéa, palmier à huile, cocotier, cacaoyer). Avec l’arrivée au pouvoir de l’armée, suite au coup d’État communiste avorté de 1965, la transmigration acquiert une dimension supplémentaire que nous qualifierons de « géopolitique ». Les militaires considèrent en effet le programme comme un incomparable outil de construction nationale, mais aussi de défense et de sécurité nationale.

61La loi de 1972 résume parfaitement et sans ambiguïté les sept principales missions dévolues à la transmigration (Riwanto, 1989 : 51) :

  • améliorer le niveau de vie des migrants ;
  • participer au développement régional ;
  • réduire le déséquilibre démographique national ;
  • assurer un développement équitable au sein du pays ;
  • améliorer l’utilisation des ressources naturelles et humaines ;
  • favoriser l’unité nationale ;
  • participer à la sécurité et à la défense nationale.

62L’ordre dans lequel les objectifs de la transmigration sont présentés dans la loi de 1972 n’est pas anodin. Pas plus que les formulations. Tous deux sont significatifs d’une certaine évolution du programme et d’une modification dans la hiérarchie des priorités. Ainsi, l’objectif de soulagement de la pression démographique à Java, pourtant à l’origine de la Kolonisatie, n’apparaît plus qu’en troisième position, et ce, sous une forme nettement moins ambitieuse, et plutôt vague, de « réduction du déséquilibre démographique ». Les objectifs d’ordre social apparaissent minoritaires par rapport à ceux de développement des îles extérieures et aux motivations géopolitiques.

Des chiffres imposants, mais insuffisants

  • 9 Dans tous les ministères, la non-réalisation des objectifs du Plan se traduit immanquablement par (...)

63Que faut-il entendre au juste par « réduction du déséquilibre démographique » ? Sinon que l’objectif d’endiguement du croît démographique javanais (par le recours à la migration) a été rangé au rayon des rêves inaccessibles. Mais que le rêve soit inaccessible n’empêche pas de rêver. À chaque question sur les réalisations de la transmigration, il vous sera répondu en « milliers de familles » ou « millions de personnes ». Avoir organisé « le plus important transfert de population au monde » fait la fierté de plus d’un fonctionnaire indonésien. Quant à l’évaluation des résultats du Ministère, il semble bien qu’elle ne concerne que la réalisation des objectifs numériques du Plan9 Pourtant, les chiffres sont imposants. Entre 1905 et 1993, Kolonisatie et Transmigrasi déplacent officiellement 6,4 millions de personnes, soit près de 1 750 000 familles (Departemen Transmigrasi, 1993). Le tableau I (en annexe) et la figure 2 donnent le détail des réalisations pendant les différentes périodes. La figure 3 présente les contributions des différentes provinces des îles intérieures au recrutement des colons.

Figure 2. Évolution du nombre de transmigrants (1951-1993).

Figure 2. Évolution du nombre de transmigrants (1951-1993).

Source : ministère de la Transmigration (1993).

64Toujours donnés à l’unité près, les chiffres ne représentent que des ordres de grandeurs, selon la formule consacrée. La comparaison avec les valeurs présentées dans le tableau ii (en annexe) est édifiante à ce sujet. Pire, en compilant les données tout aussi officielles provenant d’un autre service du même ministère, on aboutit à un total de 2,9 millions de personnes et 700 000 familles « transmigrées ». Encore une fois, l’importance de la distorsion témoigne surtout de la sensibilité de la donnée.

Figure 3. Contribution des îles intérieures à la trasmigration (1905-1993).

Figure 3. Contribution des îles intérieures à la trasmigration (1905-1993).

Source : Departement Transmigrasi (1993).

65Les fonctionnaires du Ministère justifient l’extrême variabilité des chiffres officiels par l’intégration d’un nombre plus ou moins grand de migrants spontanés. Or, le terme de tran spontan (migrant spontané) recouvre différentes réalités. Les spontan DBB, ou migrants assistés, bénéficient des mêmes avantages que les transmigrants mais rejoignent les centres à leurs propres frais. Les spontan TBB, ou migrants non assistés, ne touchent qu’une allocation en terre, tous les autres frais restent à leur charge. Enfin, les spontan spontan, ou migrants spontanés stricto sensu, ne profitent d’aucune aide quelle qu’elle soit et ne devraient pas être comptabilisés par la Transmigration. Mais vers la fin du Plan quinquennal, lorsqu’on s’aperçoit que les objectifs ne seront pas atteints, tout spontan est bon à prendre. « Après tout, sans la Transmigration, il n’y aurait pas de migrants spontanés » (Amir Hasan Mutalib, comm. pers.).

66Cette assertion contient sa part de vérité et d’exagération. S’il est indéniable que la transmigration ait initié un important mouvement de migration spontanée, il serait cependant abusif de la créditer de la totalité de ce flux. Par ailleurs, rien ne permet d’affirmer que celui-ci n’aurait pas eu lieu en son absence. En effet, de nombreux mouvements de population inter-îles, dont certains très anciens, se sont développés indépendamment de la transmigration.

67En 1905, Heijting espérait que l’installation de quelques colonies amorcerait un mouvement spontané de migration vers les îles extérieures. Qu’en est-il ? Partie de 157 000 habitants en 1905, la province de Lampung en compte un peu plus de 6 millions au recensement de 1990. Javanais et Sundanais représentent plus de 75 % du total. Au Lampung, le nombre de migrants spontanés dépasse de cinq fois au moins celui des transmigrants.

68Pour l’ensemble des îles périphériques, le recensement de 1980 signale que 7,3 millions d’habitants parlent l’une des langues des îles intérieures (javanais, sundanais, madurais, balinais et sasak), soit 16 % de la population rurale des îles extérieures (World Bank, 1988 : 23). La Banque mondiale estime que 30 % d’entre eux seraient des transmigrants ou des descendants de transmigrants. En l’absence de critères objectifs, ce genre d’exercice s’avère cependant périlleux et sujet à de nombreux » dérapages ».

69Que la transmigration ait touché 6,4 ou 2,9 millions de personnes en tout importe finalement peu. Même artificiellement gonflés, les chiffres restent insuffisants. En 1905, par exemple, sans même parler d’allégement de la pression démographique, le simple maintien du statu quo aurait nécessité le déplacement de 450 000 personnes par an. Or, entre 1905 et 1941, l’administration coloniale n’installe, en tout et pour tout, que 200 000 personnes dans les îles extérieures. Pendant le même laps de temps, la population de Java s’accroît de 19 millions d’habitants. Au mieux, la Kolonisatie ne parvient à déplacer que le vingtième du croît démographique annuel de Java.

  • 10 Du 1er avril 1979 au 31 mars 1984.

70Sous le Gouvernement de Sukarno, un plan établi en 1951 visait à déplacer 1 million de personnes en plus du croît démographique naturel en 1953, puis 2 millions l’année suivante, puis 3 millions toujours en plus du croît naturel ! Il va sans dire que l’objectif devait rester à l’état de plan. Pendant le troisième plan quinquennal10, qui représente à lui seul 45 % des réalisations, la transmigration ne parvient à déplacer que le cinquième du croît naturel annuel de Java.

712,9 ou 6,4 millions de personnes transmigrées ? À quoi bon tricher ? Entre 1905 et 1990, la population de Java passe de 30 à 108 millions d’habitants ! La comparaison est édifiante. Elle porte cependant injustement tort à la transmigration. Car même si la performance se révèle insuffisante, déplacer 100 000 familles par an pour les installer dans 200 villages de colonisation agricole, répartis entre Sumatra, Kalimantan, Sulawesi et l’Irian Jaya représente un véritable exploit qui mérite largement d’être salué.

72Le premier des objectifs de la transmigration, tel qu’il apparaît dans la loi de 1972, s’intitule « améliorer le niveau de vie des migrants ». La formulation n’est pas sans rapport avec l’abandon (ou la mise en sommeil ?) de l’objectif de soulagement de la pression démographique à Java des premiers temps. Le programme n’ambitionne plus de « soulager la misère du peuple javanais », il se contente désormais d’améliorer le bien-être des seuls colons.

73L’évaluation du degré d’amélioration du niveau de vie des migrants donne lieu aux interprétations les plus fantaisistes. Dans ce domaine, généralisation et exagération sont de règle. Pour certains, la transmigration ne fait que déplacer la pauvreté (OTTEN, 1986a : 71). Au mieux, les migrants passent de la pauvreté à la subsistance. Au pire, les colons désertent les centres en masse. Pour d’autres, les transmigrants croulent sous les récoltes miracles, inscrivent leurs enfants dans les universités, se construisent des palaces, et prennent l’avion pour rendre visite à leurs parents restés sur Java.

74Les uns et les autres ont raison... et tort. La diversité des projets est telle, que tous les cas de figure se rencontrent. La réussite — ou l’échec — d’un centre de transmigration dépend étroitement de la combinaison de facteurs écologiques (climat, sols, topographie), économiques (niveau d’investissement, accessibilité aux marchés des produits et du travail, choix des spéculations), techniques (qualité des infrastructures, adéquation des modèles proposés) et humains (niveau technique des colons, qualité de l’encadrement). L’extraordinaire diversité des situations n’autorise pas la généralisation des résultats de quelques sites à l’ensemble de la transmigration. En revanche, elle permet d’analyser avec précision la contribution relative des divers facteurs à la réussite ou à l’échec d’un site.

75Une dernière fonction sociale du programme, bien qu’elle n’apparaisse dans aucun écrit, du moins sous cette forme, consiste à aider à la résolution de problèmes conjoncturels de toute nature. Ainsi, l’intégration des soldats de l’armée de libération au sein de projets de colonisation vise davantage à faciliter leur démobilisation qu’à développer la production agricole. Les violents affrontements entre bandes armées rivales à Java-Ouest dans les années cinquante se soldent par l’afflux de centaines de réfugiés dans les villes de la région. L’installation de ces réfugiés dans le Lampung permet de résoudre le problème au plus vite. De même, pour venir en aide aux milliers de victimes de l’éruption du Gunung Agung à Bali en 1963, les autorités distribuent des billets aller-simple pour Sumatra. La permanence du programme permet de réserver à tout moment la priorité d’accès des sites aux victimes de catastrophes naturelles. Les occasions ne manquent pas : inondations à Java-Est, émanations de gaz du Plateau de Dieng, éruption du Galunggung, explosion du Kelud.

76Pour les pouvoirs publics, la transmigration représente également un moyen très intéressant d’indemniser les victimes d’expropriations. À Java, la construction de barrages pour la production d’électricité hydraulique se traduit inévitablement par l’inondation de vallées densément peuplées. Pour réduire le coût des indemnisations, l’Administration propose aux victimes de rejoindre la transmigration. Ce genre de transaction a tendance à se généraliser pour tous les projets considérés d’intérêt public : barrages, extension de terrains d’aviation ou de camps militaires, projets de reboisement, mises en réserve naturelle et, plus récemment, construction de terrains de golf !

77Bien que très en retrait par rapport aux débuts du programme, les motivations d’ordre social restent présentes dans la transmigration moderne. Toutefois, l’on s’y réfère surtout pour justifier l’existence du programme. Pour juger de ses réalisations, le discours se déplace volontiers vers le développement des îles extérieures.

Figure 4. Principales d’accueil de la transmigration.

Figure 4. Principales d’accueil de la transmigration.

Source : Departement Transmigrasi (1993).

Développer les îles extérieures

78Si l’effet de la migration apparaît négligeable sur Java, il n’en va pas de même dans les zones d’accueil de la transmigration. Prélever 500 000 personnes par an parmi 108 millions de Javanais n’aura pas un effet déterminant à Java. Par contre, les installer dans une province comptant à peine un million d’habitants ne passera pas inaperçu.

79Le Lampung, en tant que première destination des colons, est significatif à cet égard. Alors qu’il ne comptait que 150 000 âmes au tournant du siècle, il atteint 511 400 habitants en 1941. Sur ce total, plus de la moitié sont originaires de Java. En 1990, le Lampung compte 6 millions d’habitants dont 78 % se rattachent à des groupes ethnolinguistiques originaires des îles intérieures. Destination privilégiée de la Kolonisatie, le Lampung devient zone de recrutement vers la fin des années quatre-vingt.

80Les destinations des colons évoluent avec le temps. Les implantations réalisées par la Kolonisatie se situent pour l’essentiel dans l’extrême sud de Sumatra : Gedong Tataan (1905), Wonosobo (1921), Metro (1935) et Belitang (1937). Les colonies installées à Sulawesi et Kalimantan ne comptent que 13,5 % du nombre total des migrants en 1940. Immédiatement après l’Indépendance, Sumatra, avec 85 % des effectifs en moyenne, reste la destination principale. Entre 1969 et 1979, Sulawesi accueille 22 à 28 % des colons. Kalimantan prend progressivement le relais à partir de 1976, avec des proportions du même ordre de grandeur. Enfin, bien que faisant couler beaucoup d’encre, la transmigration en Irian Jaya ne débute à proprement parler qu’en 1979. Au total, elle ne concerne guère que 4,5 % des colons (cf. tabl. ii en annexe et fig. 4).

81C’est volontairement que nous avons commencé l’évaluation de la contribution de la transmigration au développement régional par des données de peuplement. La notion de « développement » est avant tout subjective. Par » développement » les autochtones des îles périphériques entendent routes, électricité, eau courante, tout-à-l’égout, écoles, dispensaires, hôpitaux, promotion de l’industrie et du commerce. Mais, pour le pouvoir central, « développement » signifie d’abord peuplement, défrichement et extension de l’espace cultivé, du moins lorsque le terme est associé à « île périphérique ». Pour les autorités, une conclusion s’impose : développement régional » est synonyme de transmigration. Dans ces conditions, nul ne doutera que la contribution de la transmigration au développement régional ne soit déterminante.

82L’examen des budgets de développement des provinces des îles extérieures ne laisse aucun doute à ce sujet. Pendant les trois années budgétaires recensées dans le tableau iii (en annexe), la transmigration s’octroie entre 25 et 48 % du budget total de développement des principales provinces d’accueil. En principe, la dotation transmigration vient en plus des budgets normalement alloués aux provinces par le pouvoir central. Mais, comme ces derniers sont déterminés en fonction de l’importance numérique de la population de la province, les provinces les moins peuplées sont également les moins dotées. Et comme ce sont elles qui accueillent le plus de transmigrants, la part importante du budget total de ces provinces revenant à la transmigration s’explique aisément.

83Pour l’essentiel, la dotation transmigration est destinée à l’extension des surfaces cultivées, à la création et à l’entretien des infrastructures routières et à l’amélioration des services régionaux. Plus prosaïquement, il s’agit de défricher les lots alloués aux transmigrants, de créer les routes d’accès aux centres et d’assurer leur encadrement technique. Les investissements bénéficient en priorité aux transmigrants.

  • 11 Les réserves habituelles s’imposent quant à la fiabilité de ces données.
  • 12 Cette évaluation, souvent citée, ne repose en fait que sur une grossière estimation de la producti (...)

84Le tableau iv (en annexe) indique, par province d’accueil, le pourcentage de la surface cultivée par des ménages de transmigrants, ainsi que la proportion de transmigrants parmi la population agricole. Ces chiffres11, loin d’être négligeables, ne concernent pourtant que le troisième plan quinquennal (1979-1984). Il ne fait aucun doute que la transmigration ait fortement contribué à l’extension des surfaces cultivées. Par contre, la médiocre fiabilité des statistiques disponibles ne permet pas de déterminer avec précision son impact sur l’accroissement de la production agricole. La Banque mondiale évalue à 5 %, la part de la transmigration dans l’augmentation de la production de riz des îles extérieures pendant le troisième plan quinquennal (World Bank, 1988 : 85)12.

85Jusqu’à présent, les seules données fiables de production agricole proviennent d’études ponctuelles de centres de transmigration. Le sujet étant sensible par nature, l’absence d’études plus globales s’explique aisément. De telles études ne feraient que confirmer ce que tous les responsables savent pertinemment : l’impact global de la transmigration sur la production agricole indonésienne reste malheureusement insignifiant. Seuls les centres bénéficiant d’une irrigation de bonne qualité connaissent une production excédentaire en riz. Dans les centres de pasang surut, l’autosuffisance alimentaire est atteinte tant bien que mal. Tous les centres en agriculture pluviale sont déficitaires en riz. Toutefois, même lorsqu’ils sont déficitaires, les centres de transmigration n’importent que peu de riz, le manioc et le maïs complétant souvent la diète des familles.

86Pendant le troisième plan quinquennal, la transmigration a contribué de manière déterminante à l’accroissement du réseau routier de la plupart des provinces (tabl. v en annexe). La part lui revenant s’élève à 20 % dans l’ensemble des îles extérieures, et dépasse même 50 % dans quatre provinces. Pour l’essentiel, cet accroissement concerne des routes d’accès aux centres de transmigration. Elles ne bénéficient que rarement aux populations autochtones.

  • 13 Cette évaluation repose pour l’essentiel sur deux hypothèses. La première, implicite, suppose que (...)

87Le rôle primordial de la transmigration en matière de créations d’emploi dans les îles extérieures est souligné par de nombreux auteurs. La Banque mondiale propose une évaluation un peu moins fantaisiste que les autres (World Bank, 1988 : 71)13. Elle estime que, à raison de 0,6 homme-année dans l’agriculture et 0,7 à 1 homme-année dans le secteur non agricole par ménage, le programme génère 1,3 à 1,6 homme-année d’emploi par ménage transmigré.

88En retenant ces valeurs, au moins comme ordre de grandeur, le coût de création d’un emploi par la transmigration apparaît plus avantageux que dans le secteur industriel (10 000 à 20 000 $ par emploi), mais plus élevé que dans les services.

89Les estimations de la Banque mondiale semblent cependant pécher par optimisme sur plusieurs points. Tout d’abord, elles ne tiennent aucun compte d’un taux parfois élevé de désertions. Ensuite, dans de nombreux centres, le temps de travail consacré à l’agriculture diminue considérablement à partir de la troisième année. Il n’est pas rare que, dès la cinquième année, l’activité agricole se limite au jardin entourant l’habitation.

  • 14 Les gros contrats sont habituellement captés par des kontraktor de stature nationale et bien en co (...)

90L’ouverture et l’extension d’un centre de transmigration se traduisent toujours par des commandes auprès d’entreprises locales14 spécialisées pour les travaux de défrichement, la réalisation d’infrastructures, la construction de bâtiments, le transport des personnes et des biens, le commerce de produits de première nécessité. La plupart de ces opportunités d’emplois non agricoles dont profitent largement les transmigrants ne sont malheureusement que temporaires. Pour les colons, la disparition des emplois non agricoles sur les centres est souvent concomitante de la réduction des activités agricoles. Les seules activités se maintenant au-delà de la phase de création d’un centre concernent le transport et le commerce. Toutes les provinces accueillant un nombre important de transmigrants connaissent une forte croissance dans ces deux secteurs. L’augmentation d’activité profite pour l’essentiel aux petits entrepreneurs installés dans les capitales provinciales ou dans les centres secondaires dynamiques.

  • 15 Dans les centres isolés, de nombreux postes ne trouvent pas preneur. Les jeunes diplômés, pour la (...)

91Que ce soit au niveau des provinces, des districts ou des centres, l’afflux des transmigrants nécessite le recrutement de personnels de santé, de vulgarisation agricole, d’encadrement, d’éducation. La transmigration est à l’origine de la plupart des postes de fonctionnaires et de contractuels créés dans les provinces. Ces emplois qualifiés échoient habituellement aux jeunes diplômés des provinces d’accueil. L’offre excède d’ailleurs souvent la demande15.

92Involontairement, cette fois, la transmigration joue un rôle non négligeable dans le développement de l’économie régionale. En effet, la faillite de nombreux centres sur le plan agricole contraint les transmigrants à rechercher coûte que coûte des emplois extérieurs. Cette situation se traduit pour les entreprises locales par une offre pléthorique de main-d’œuvre bon marché. De nombreuses activités jusque-là peu rentables en raison du coût élevé de la main-d’œuvre autochtone profitent de l’afflux de transmigrants. L’extraction minière, le travail du bois, les tuileries et les briqueteries, le petit agro-alimentaire et la fabrication d’outillage connaissent un développement sans précédent. Sur le plan agricole, les autochtones disposant de quelques capitaux profitent du faible coût de la main-d’œuvre agricole pour investir dans le secteur des plantations ou dans la pisciculture.

93Si l’on mesure le développement régional au taux d’accroissement de la population, au nombre d’hectares défrichés, à l’extension des surfaces cultivées et à l’augmentation de la production agricole dans les provinces d’accueil, la contribution de la transmigration est indubitable. En revanche, si l’on considère la promotion de l’industrie et du commerce, l’exploitation et la transformation des ressources naturelles, et l’amélioration des transports et des communications indispensable à leur intégration effective dans l’économie nationale et internationale... la contribution de la transmigration reste marginale (Arndt, 1983 : 59).

94Il n’est cependant pas exclu que cette contribution ne reste marginale que dans un premier temps. Dans de nombreuses régions, l’augmentation de la population se traduit par une augmentation rapide de la demande (produits de base, matériaux de construction, transport) et de l’offre (produits agricoles, travail salarié). L’effet marginal de la transmigration sur le développement de Kalimantan en 1990 n’est pas sans rappeler l’effet, jugé tout aussi marginal à ses débuts, de la Kolonisatie sur le développement du Lampung. Grâce à la transmigration, le pouvoir central oriente le développement régional dans le sens qui lui convient. En cela, il va parfois à l’encontre des vœux des populations locales et de leurs représentants. Cette volonté de contrôle de la périphérie par le centre apparaît encore plus nettement lorsque l’on examine les objectifs d’ordre géopolitique de la transmigration.

Sécurité, défense et construction nationales

95Pour le général Benny Murdani, commandant en chef des forces armées indonésiennes au début des années quatre-vingt, la transmigration est : « le seul programme dans le domaine économique qui doit impérativement être lié à des considérations de défense et de sécurité nationales » (Sinar Harapan, 8 mars 1985). L’armée indonésienne, issue des luttes pour l’Indépendance, a été formée à l’école de la guérilla. Elle allie les concepts de « défense civile », d’occupation du terrain et de « cordon sanitaire » au sein d’une théorie plus générale, appelée « gestion territoriale ».

  • 16 Les orientalistes préconisent l’emploi de « Malaysia » pour désigner l’État fédéral qui regroupe l (...)

96En vertu de cette théorie, la population civile doit contribuer à la défense du territoire national, en particulier dans les zones sensibles. Or, les zones sensibles, zones frontières ou îles isolées, présentent le double inconvénient d’être peu peuplées et éloignées du centre. La frontière avec la Papouasie-Nouvelle-Guinée, à 3 700 km à vol d’oiseau de Jakarta, n’est qu’un simple trait sur une carte. Les 1 000 km de frontière avec la Malaysia16 (Sabah et Sarawak) sont aussi inaccessibles aux défenseurs qu’aux éventuels agresseurs. Les îles isolées des Natuna (mer de Chine du Sud), des Mentawai et de Nias (océan Indien), ainsi que les milliers d’autres îles très peu peuplées de l’archipel, représentent autant de points faibles dans le dispositif de défense nationale.

  • 17 Dans la Rome antique, l’attribution de lots de terre aux vétérans des légions avait pour fonction (...)
  • 18 Le président Sukarno lui-même n’a pas hésité à présenter le programme comme - [...] un véhicule po (...)

97Le contrôle des zones sensibles passe par leur peuplement. Pour ce faire, l’armée demande à être associée à toutes les études préliminaires de sélection des sites de transmigration. Dans les zones frontières, la localisation des sites et la sélection des migrants répond indubitablement à des objectifs stratégiques. Les centres, appelés Saptamarga, alignés le long de routes stratégiques, accueillent en priorité des vétérans des forces armées. Conçus comme de véritables cordons sanitaires, ces projets rappellent étrangement la colonisation romaine le long du limes17. Au même titre que la colonisation romaine, la transmigration est considérée comme un facteur d’unité nationale18. Dans un archipel constitué de 13 667 îles réparties sur 5 000 km le long de l’équateur, comprenant plus de trois cents groupes ethnolinguistiques, plusieurs religions, et dont la devise est Bhinneka Tunggal Ika (l’unité dans la diversité) la construction d’une nation revêt une importance primordiale.

98En effet, les risques de désintégration sont bien réels. Dès les premières années de l’Indépendance, des mouvements séparatistes agitent les Moluques. En 1958, un gouvernement rebelle, le Gouvernement révolutionnaire de la République d’Indonésie (PRRI), est mis en place à Bukittinggi (Sumatra-Ouest). Il est immédiatement rejoint par le mouvement séparatiste Permesta, actif à Sulawesi et plus particulièrement à Sulawesi-Nord. Malgré le soutien occulte des États-Unis, les rebelles du PRRI et de Permesta sont rapidement anéantis par l’armée nationale (Ricklefs, 1981 : 250). À cette occasion, justement, les villages de colons javanais installés à Sulawesi par la Kolonisatie firent office de points d’appui pour les forces armées. Les transmigrants avaient tout à craindre d’une rébellion dirigée contre le pouvoir central, principal garant de leur sécurité.

99L’armée dispose des moyens nécessaires pour anéantir toute tentative de rébellion jusque dans les îles les plus excentrées de l’archipel. Aujourd’hui encore, elle en administre régulièrement la preuve à Aceh, en Irian Jaya et à Timor Timur. Mais pour prévenir les conflits, pour résoudre définitivement le problème et pour assurer l’inaliénabilité du territoire national, elle compte avant tout sur la transmigration. Par le biais du brassage ethnique, la transmigration a pour mission de contribuer à l’assimilation et à l’intégration de l’ensemble des ethnies en une seule nation indonésienne. Dans certains cas, cet objectif peut paraître lointain. Les villages de colons apparaissent alors comme autant d’enclaves en territoire étranger. Mais l’expérience a prouvé que la présence de ces enclaves peut suffire à prévenir les velléités séparatistes des autochtones. Dans d’autres cas, le nombre des migrants dépasse si rapidement celui des autochtones, que le problème se résout de lui-même.

100Les leaders de la jeune République indépendante reprochaient à la Kolonisatie de n’avoir créé que des enclaves javanaises dans les îles extérieures et de ne pas avoir facilité l’intégration des divers groupes ethniques au sein d’une grande nation indonésienne. Pour eux, il ne faisait aucun doute qu’il s’agissait là d’une volonté délibérée du colonisateur de « diviser pour mieux régner ». Pour éviter que les centres de transmigration se transforment en enclaves, le Ministère cherche à faciliter leur intégration dans les provinces d’accueil. Pour ce faire, 10 % des lots sont réservés aux autochtones (Alokasi Penempatan Pendukuk Daerah Transmigrasi : APPDT). En Irian Jaya, ce quota a même été porté à 25 %. N’aurait-il pas été plus efficace de demander à chaque village autochtone d’accueillir 10 % de colons ? La réponse à cette question, ingénument posée à un responsable de la transmigration, ne laisse aucun doute. Il ne faut pas confondre intégré et intégrant. La périphérie doit adhérer au modèle du centre et non l’inverse.

Intégration des autochtones ou des migrants ?

101Le centre a une telle foi en la supériorité de son modèle qu’il n’arrive pas à imaginer que l’on puisse refuser d’y adhérer. Par exemple, les colons sont supposés enseigner les techniques agricoles intensives aux autochtones. Subjugués par les résultats obtenus, ces derniers devraient alors propager les techniques modernes jusque dans leurs villages. Peu à peu, une agriculture moderne devrait supplanter les pratiques archaïques encore en vigueur dans les îles extérieures.

102Cet effet d’entraînement a été largement surestimé par les autorités. La transmigration ne semble guère présenter d’attrait pour les habitants des îles extérieures. Les autochtones ne remplissent pratiquement jamais les quotas d’APPDT. Le bénéfice de l’aide alimentaire gratuite pendant douze mois constitue la principale motivation des rares familles qui rejoignent la transmigration. Encore faut-il que le centre de transmigration ne soit pas trop éloigné du village d’origine, car les familles en question ne résident sur le site qu’à l’occasion des distributions d’aide. Celle-ci peut être revendue à bas prix sur place (engrais, pesticides) ou ramenée au village (alimentation et biens de consommation). À l’issue de la première année, les lots rarement mis en valeur sont revendus à des migrants spontanés ou à de nouveaux ménages. De leur séjour en transmigration, les autochtones ne conservent souvent que les tôles des toits en souvenir.

  • 19 Groupe ethnique majoritaire dans la province de Kalimantan-Sud.

103En matière d’apprentissage de techniques agricoles, il arrive que la transmigration aboutisse au résultat inverse de celui souhaité. Dans les projets de culture pluviale à Kalimantan, en particulier, il n’est pas rare que des transmigrants javanais s’associent aux Dayak pour pratiquer la riziculture sur brûlis. À Kalimantan-Sud, les colons javanais abandonnent l’agriculture et exploitent des gisements aurifères et diamantifères en suivant l’exemple des Banjar19. Dans les projets pasang surut, les techniques banjar et bugis font également de nombreux émules parmi les transmigrants. Curieusement, c’est probablement dans les zones de transmigration les moins performantes que l’intégration des migrants et des autochtones semble la plus avancée. Les premiers indicateurs d’une véritable synergie entre communautés ne constituent-ils pas la meilleure preuve d’une intégration réussie ?

104Dans les projets performants en culture irriguée, les transmigrants n’ont guère fait d’émules parmi la population locale. En revanche, ils ont attiré un grand nombre de migrants spontanés. Malgré leur résistance, les autochtones, noyés sous l’afflux massif des immigrants, se retrouvent alors intégrés par « dilution ».

  • 20 D’après le recensement de 1980, le javanais, le sundanais, le madurais et le balinais constituent (...)

105Dilution ne rime pas forcément avec sujétion et acculturation. Aujourd’hui nettement minoritaires dans une province aux trois quarts javanaise20, les Lampung ne sont pas devenus Javanais pour autant et n’ont pas non plus été transformés en citoyens de second ordre. Ils ont su conserver leur identité culturelle. Les villages autochtones, situés le long des principales voies de pénétration fluviales et routières, se reconnaissent au premier coup d’œil. Les Javanais n’en sont pas absents, mais relégués dans des hameaux plus en retrait. Les deux communautés vivent en bonne entente mais se mélangent peu. Dans le cas de mariages inter-ethniques, l’élément féminin javanais se retrouve généralement intégré à la communauté lampung. Il est beaucoup plus rare qu’une femme lampung épouse un Javanais. Face à l’invasion javanaise, l’identité culturelle lampung aurait plutôt tendance à s’affirmer qu’à disparaître.

106Pour les Lampung, l’afflux de colons s’est aussi traduit par une valorisation du foncier et une réduction du coût du travail. Grâce aux capitaux procurés par la vente d’une partie de leur patrimoine foncier et à une abondante main-d’œuvre, ils ont investi dans la création de plantations, voire de rizières confiées à des métayers javanais. Ils investissent également dans l’éducation de leurs enfants. Une fois diplômés, les plus chanceux obtiennent un poste dans l’administration provinciale. Les autres (trans)migrent vers Java à la recherche d’emplois salariés. De jeunes Lampung, issus des écoles d’agriculture, sont nommés vulgarisateurs agricoles dans des centres de transmigration. Ironie du sort, les enfants d’essarteurs « arriérés » sont chargés d’inculquer les techniques rizicoles modernes à des migrants prétendument « civilisés » !

107Bien que minoritaires, les Lampung jouent un rôle prédominant dans l’administration provinciale. De nombreux villages à majorité javanaise élisent des chefs lampung dans le seul but de mettre un terme aux éternelles querelles foncières. En effet, un Javanais se portant acquéreur d’un terrain auprès d’un Lampung ne découvre souvent le vrai propriétaire (ou les multiples ayants droit) qu’après la transaction. Visé par un chef de village lampung, l’acte de vente devient inattaquable.

108La haute administration provinciale, la chambre des représentants régionale et la justice sont largement dominés par les Lampung. En 1985, sur les 76 kecamatan (sous-district) de la province, 67 étaient dirigés par des camat lampung, 6 par d’autres Sumatranais, 3 seulement par des Javanais. Dans ces conditions, évoquer l’assujettissement des populations de la périphérie au modèle du centre s’avère abusif. Si les camat ne dépendaient pas directement du pouvoir central, l’on serait plutôt enclin à s’inquiéter de l’assujettissement des migrants.

109Pour les pouvoirs publics, il importe peu que les Lampung soient influents ou asservis, qu’ils conservent ou perdent leur identité culturelle. L’essentiel est que le Lampung soit définitivement intégré à l’espace national indonésien, que l’objectif de construction nationale soit atteint. En Indonésie, comme ailleurs, les particularismes ethniques ont la vie dure. La construction nationale est une œuvre de longue haleine. Si l’assimilation reste un objectif à long terme, l’intégration au territoire national semble acquise pour la plupart des provinces accueillant des transmigrants. Comment, en effet, imaginer que des provinces ne comptant plus qu’une minorité d’autochtones se lancent dans une aventure séparatiste ? La lutte serait par trop inégale.

110De plus en plus souvent, les membres de diverses communautés s’affirment Indonésiens avant de se réclamer d’une quelconque appartenance ethnique. Les mariages inter-ethniques sont de plus en plus fréquents. Il n’est pas exclu que, dans un proche avenir, l’urbanisation, l’Éducation nationale, la télévision et la radio aient raison des derniers clivages. Dans la construction de la nation indonésienne, la transmigration aura joué un rôle sinon déterminant, du moins important.

  • 21 Le « nouvel ordre », ou orde baru en indonésien, est le nom donné à la politique de redressement n (...)

111L’établissement d’un bilan global de la transmigration pose, nous l’avons vu, de nombreuses difficultés. Une grande partie d’entre elles est à relier à l’extraordinaire longévité du programme. Démarré à l’époque coloniale, le programme s’est poursuivi après l’Indépendance et a pris son ampleur maximale sous les gouvernements du « nouvel ordre »21 indonésien. Alors que les conditions économiques du pays évoluaient considérablement, le modèle de colonisation agricole proposé aux migrants variait peu. À des maux de plus en plus divers, les pouvoirs publics présentaient le même remède : la transmigration.

112Une autre série de difficultés provient de l’ambition démesurée et de la multiplicité des objectifs poursuivis. Les moyens accordés au programme ne furent jamais en concordance avec les objectifs. De nombreuses réalisations, qui dans l’absolu méritent le qualificatif de « performance », restent bien en deçà des ambitions affichées. Par ailleurs, indépendamment de la fiabilité douteuse des statistiques officielles, la nature même des objectifs ne facilite pas les évaluations. L’impact d’une politique sociale peut-il se ramener à un nombre de migrants ? L’impact sur le développement régional peut-il s’exprimer en kilomètres de routes construites ? Le brassage ethnique contribue-t-il à la construction nationale ou exacerbe-t-il les clivages ? La transmigration est avant tout affaire de perception. On y croit ou on n’y croit pas. C’est d’ailleurs bien sur ce registre que se situe le débat classique autour du programme.

POUR OU CONTRE LA TRANSMIGRATION ?

  • 22 Ainsi, craignant une désertion massive des coolies, le groupe de pression des planteurs néerlandai (...)

113Depuis ses débuts, la transmigration fait l’objet de débats controversés. Ne laissant personne indifférent, elle divise l’opinion en partisans et détracteurs. L’importance des enjeux politiques et économiques ne favorise pas la sérénité des débats. Que les positions soient tranchées ne les empêche d’ailleurs pas d’évoluer en fonction de la conjoncture22.

114Le camp des partisans regroupe bien évidemment tous les protagonistes du programme, les pouvoirs publics indonésiens, les instituts internationaux de financement, les gouvernements des pays ayant des intérêts en Indonésie, tous les bureaux d’études nationaux et internationaux, les industriels des secteurs public et privé... ainsi que les candidats à la transmigration. Bref, tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, sont en mesure de retirer un bénéfice de l’opération : satisfaction du devoir accompli, prestige, gains financiers, ou plus modestement l’espoir d’un avenir meilleur.

  • 23 « Mes collègues estiment que s’ils disposaient de mon budget, ils obtiendraient de bien meilleurs (...)
  • 24 Nul doute que pour Sukarno comme pour Suharto, la contribution de la transmigration à la construct (...)

115Le camp des détracteurs se compose de ceux qui pensent que la transmigration doit être supprimée parce qu’elle ne remplit pas la mission qui lui est confiée, et de ceux qui estiment qu’elle n’y réussit que trop ! Cette deuxième catégorie regroupe les défenseurs des sociétés tribales menacées d’acculturation et les défenseurs des forêts tropicales menacées de disparition. Les critiques les plus vives proviennent bien entendu de l’étranger. À l’intérieur du pays, une certaine retenue est recommandée. La retenue n’exclut toutefois pas la critique, même aux niveaux les plus élevés de l’État. Les critiques exprimées à l’encontre de la transmigration sont de plusieurs ordres. Les plus nombreuses concernent les insuffisances du programme et son incapacité à atteindre les objectifs qu’il s’est lui-même fixés. D’autres remettent en cause certains objectifs de la transmigration, ou l’accusent de poursuivre des buts inavoués et inavouables. Les dernières en date concernent des effets secondaires du programme. Le ministre de la Transmigration est régulièrement critiqué par ses propres collègues23. Depuis l’Indépendance, à l’occasion de chaque renouvellement de cabinet, les analystes politiques envisagent la disparition pure et simple du ministère de la Transmigration et son absorption par des ministères plus classiques. À chaque fois, il a bénéficié du soutien sans faille du chef de l’État24.

De nombreuses insuffisances

  • 25 C’est probablement à cette mauvaise organisation chronique du ministère de la Transmigration que f (...)

116La transmigration, « ça ne marche pas » ! « La Transmigration ne fait que déplacer la pauvreté » (Otten, 1986a : 71). L’espoir de parvenir à l’autosuffisance nationale en riz par l’extension des surfaces cultivées dans les îles extérieures s’est révélé vain. Si la bataille de l’autosuffisance en riz a été gagnée dans les anciennes campagnes javanaises et balinaises grâce à la mise en œuvre de la Révolution verte, la plupart des centres de transmigration ne sont même pas autosuffisants. Toutes les études le confirment : les échecs répétés du programme proviennent de l’insuffisante sélection des migrants (la plupart d’entre eux n’ont aucune expérience en agriculture), du mauvais choix des sites (sols peu fertiles, mauvaise accessibilité, absence de marché pour les produits comme pour le travail), de la mauvaise qualité ou de l’absence des infrastructures (routes, canaux d’irrigation et de drainage), de l’encadrement déficient des migrants (personnel insuffisamment formé), et par-dessus tout, d’une planification désastreuse des opérations25.

117À toutes ces critiques, le Ministère répond que déplacer des millions de personnes dans des conditions correctes est une opération particulièrement difficile. On ne trouve pas forcément les meilleures solutions au premier essai. La transmigration est un programme perfectible et le Ministère travaille sans relâche à son amélioration. Il estime que les erreurs du passé doivent servir à améliorer le futur et non à remettre en cause le programme.

Des remises en cause plus globales

118La transmigration, « ça ne sert à rien » ! Loin de soulager la pression démographique sur Java, loin d’éponger le croît démographique naturel de la population javanaise, la transmigration ne contrebalance même pas l’immigration depuis les îles extérieures (Sundrum, 1982). En effet, le flux migratoire vers Java, ou plus exactement vers Jakarta, dépasse régulièrement les réalisations de la transmigration. Toutefois, en tenant compte de la migration spontanée, le solde migratoire de Java reste nettement négatif, comme le montre le tableau vi en annexe (Arndt, 1983 : 55).

  • 26 Le ministre Martono aimait répéter : « Doublez mon budget, et je doublerai le nombre de transmigra (...)

119Le Ministère reconnaît volontiers que le nombre de migrants déplacés reste insuffisant. Mais si la transmigration ne parvient pas à réduire la pression démographique dans les îles intérieures, sans elle, la situation serait bien pire. D’ailleurs, à qui la faute ? Avec le budget qu’on lui alloue, le Ministère est au maximum de ses possibilités26.

  • 27 « Si la Transmigration veut réellement contribuer au développement de notre province, qu’elle nous (...)

120La transmigration, « ça ne sert qu’aux transmigrants » ! Mentionner la contribution de la transmigration au développement des îles extérieures... fait grincer bien des dents dans ces mêmes îles extérieures. Cette contribution se traduit surtout par l’attribution de terres aux transmigrants, par la création d’emplois pour les transmigrants, par la construction de routes, d’écoles, de dispensaires, de lieux de culte pour les transmigrants, par la création de services pour les transmigrants. La transmigration ne bénéficie aux autochtones que de manière indirecte (Babcock et Cummings, 1984 : 22)27. Face à ce genre de critiques, le Ministère rétorque que l’on ne peut pas avoir l’argent de la transmigration sans la transmigration, que le tribalisme appartient au passé, et qu’il n’y a plus ni autochtones ni allochtones, mais une seule Nation indonésienne.

121La transmigration est « une politique ethnocide » ! Les objectifs de nature géopolitique soulèvent en général la réprobation hors des frontières nationales. Les détracteurs de la transmigration s’étonnent d’ailleurs de voir ces objectifs aussi clairement mis en avant par les officiels indonésiens (Budiardjo, 1986 : 113). Entre les deux camps, l’incompréhension est totale. Avec la même bonne foi et les mêmes certitudes, les uns appellent « développement » ce que les autres considèrent comme une « acculturation ». Là où les premiers ne voient qu’un « légitime objectif de construction nationale par l’assimilation des minorités »... les seconds ne voient qu’« ethnocide » par le biais d’une « javanisation forcée » de l’archipel. Assez curieusement d’ailleurs, les détracteurs du programme, toujours prompts à dénoncer ses échecs, s’inquiètent de le voir réussir sa politique « ethnocide ». Pourtant, cette assimilation tant décriée reste encore loin de satisfaire les pouvoirs publics.

122Que la construction nationale signifie à terme la disparition des particularismes locaux ne fait aucun doute. Que le modèle privilégié par le centre soit imposé à la périphérie ne surprendra personne. Il ne nous appartient pas ici de discuter la légitimité des choix opérés par les dirigeants indonésiens. Pendant plus de trois siècles, le pouvoir colonial néerlandais a tiré parti des clivages ethniques pour assurer sa suprématie sur l’archipel. L’Indépendance du pays a été gagnée au cri de : « satu negara, satu bangsa, satn babasa » (un pays, une nation, une langue). Que l’armée, principal garant de l’Indépendance nationale, s’intéresse à la transmigration comme outil privilégié de la construction d’une nation semble légitime. La « javanisation » de l’archipel ne serait répréhensible que si elle impliquait la suprématie d’une ethnie sur toutes les autres. Or, le problème est nettement plus complexe.

Des objectifs inavoués ?

123Parmi les objectifs inavoués que certains prêtent à la transmigration, la « javanisation » de l’archipel, son « islamisation », et l'« ethnocide des sociétés tribales » (Colchester, 1986a et 1986b) figurent en bonne place. D’autres soupçonnent la transmigration de participer « au renforcement de la dictature de général Suharto » (Budiarjo, 1986 : 111), ou dénoncent « une collusion internationale visant au pillage des ressources de l’archipel » (Colchester, 1986a). Nous nous épargnerons tout commentaire sur ces opinions relevant davantage de prises de position politique que de jugements scientifiques.

  • 28 Que le colonisateur néerlandais ait pu se laisser conduire par des sentiments altruistes semble pr (...)

124Revenons plutôt sur un grief fréquemment émis à l’encontre de la Kolonisatie : la fourniture de main-d’œuvre bon marché aux plantations coloniales. Les auteurs indonésiens accusent volontiers le pouvoir colonial de n’avoir eu que cette seule motivation pour créer la Kolonisatie (Adiwilaga, 1970)28. Rien n’est plus faux. Tout d’abord, la plupart des colonies furent installées dans le Lampung, à plus de mille kilomètres de la principale zone de plantation de Sumatra-Nord. Par ailleurs, le lobby des planteurs était peu favorable au projet. Confronté à d’importantes difficultés de recrutement, il craignait que la Kolonisatie ne tarisse sa source de main-d’œuvre. Pour vaincre l’opposition des planteurs, Heijting dut présenter les colons comme d’éventuels fournisseurs de produits vivriers, jusque-là importés à grands frais depuis Java. Enfin, la Kolonisatie ne prit réellement son essor qu’au début des années trente, lorsque la grande crise contraignit les planteurs à se séparer d’un grand nombre de leurs ouvriers.

125Mais si la Kolonisatie des premiers temps ne saurait être soupçonnée d’avoir fourni de la main-d’œuvre bon marché aux planteurs, il n’en va pas de même de la transmigration post-Indépendance. La localisation de nombreux villages de transmigration à proximité immédiate des grandes plantations privées de canne à sucre, d’ananas et de manioc dans le centre du Lampung ne semble rien devoir au hasard. Par ailleurs, l’évolution récente des projets Perkebunan Inti Rakyat (PIR) tend à transformer les transmigrants en de simples ouvriers agricoles au service des sociétés de plantation, qu’elles soient privées ou d’économie mixte. Une manière comme une autre de concevoir « l’amélioration de l’utilisation des ressources naturelles et humaines » (Riwanto, 1989 : 51).

Des effets secondaires

126Derniers adversaires en date, les défenseurs de l’environnement accusent la transmigration d’être le principal responsable de la déforestation en Indonésie et de mettre en danger la survie des derniers tigres et éléphants de Sumatra. S’il est indéniable que de nombreux projets ont été installés au détriment de la forêt primaire, la surface totale occupée par les centres de transmigration reste cependant insignifiante par rapport à celle du massif forestier indonésien. En revanche, les migrants spontanés, les cultivateurs sur brûlis, les sociétés de plantation et surtout les exploitations forestières portent une responsabilité autrement plus lourde dans le recul de la forêt en Indonésie. Aux défenseurs de l’environnement, le Ministère rétorque également que, en inculquant des techniques intensives aux cultivateurs sur brûlis et en réinstallant les squatters forestiers dans ses centres, la transmigration participe à la défense de la forêt primaire.

127Le débat autour de la transmigration est un débat ancien et plutôt complexe. Dans ce genre de conflit, les certitudes des uns s’opposent violemment à celles des autres. Les perceptions et les sensibilités des divers protagonistes diffèrent trop pour qu’un débat serein puisse s’installer. Surtout, les adversaires de la transmigration ne proposent jamais de solution alternative. Le Ministère reconnaît volontiers que son remède miracle présente quelques effets secondaires. Il reste cependant persuadé que le remède, même s’il ne guérit pas toujours le malade, au moins le maintient en vie.

128Pour conserver l’analogie avec le remède miracle, force est de constater que l’essentiel des débats a surtout porté sur le mode d’administration, la posologie, le conditionnement, le coût, les effets secondaires voire les contre-indications du médicament. Tour à tour, le remède a été accusé de tuer le patient, ou comparé à un vulgaire placebo. Les uns ont parlé d’acharnement thérapeutique, les autres d’emplâtre sur une jambe de bois. Mais dans l’acharnement mis à tester et à adapter le remède, n’a-t-on pas trop perdu de vue le malade ? S’est-on suffisamment intéressé à l’étiologie de la maladie ? Ne s’est-on pas borné à corriger les conséquences de la maladie sans s’attaquer aux causes ? N’a-t-on pas négligé des remèdes alternatifs autrement efficaces ?

LA TRANSMIGRATION EST-ELLE UN REMÈDE ADAPTÉ ?

129Il est grand temps de recentrer le débat sur le vrai problème : la transmigration est-elle une politique adaptée au(x) problème(s) que les pouvoirs publics souhaitent résoudre ? L’inadéquation entre les attentes et les réalisations est habituellement mise sur le compte : d’ambitions démesurées eu égard aux moyens mis en œuvre ; de la sélection défaillante des migrants et des sites ; d’une incapacité chronique à organiser l’ensemble de l’opération. Aucune de ces réponses n’est satisfaisante. Depuis quatre-vingt-dix ans, les pouvoirs publics tentent d’adapter leurs objectifs aux moyens disponibles et réciproquement, d’améliorer la sélection des migrants et des sites, de mettre au point des systèmes de culture efficaces et d’introduire une planification rigoureuse. Rien n’y fait.

130Nous estimons, pour notre part, que les difficultés auxquelles se heurte la transmigration ne proviennent pas de problèmes de mise en œuvre mais d’une conception ambiguë du programme dès le départ. Celle-ci résulte, pour l’essentiel, d’une méconnaissance profonde de la société paysanne javanaise et de son évolution sous une pression démographique croissante, de préjugés tenaces à l’égard du milieu physique et des autochtones des îles périphériques, et de l’incapacité à imaginer le développement hors de l’agriculture et, pour cette dernière, hors de l’agriculture vivrière intensive. Mais l’origine profonde des difficultés que connaît la transmigration est à rechercher dans la vision du monde propre aux anciens royaumes agraires javanais, dans leurs conceptions du pouvoir et du développement. Inconsciemment, les concepteurs de la Kolonisatie ont reproduit des schémas mis au point plusieurs siècles auparavant. Vu sous cet éclairage, la transmigration apparaît comme le dernier avatar de l’expansion des royaumes agraires javanais. Mais en 1905 déjà, Java n’était plus un royaume agraire, et les recettes éprouvées du passé devaient se révéler inadaptées aux nouveaux environnements.

131Le discours justificatif de la transmigration repose sur un raisonnement simple, voire simpliste :

132• (1) surpopulation = misère. Il est généralement admis que la surpopulation des îles intérieures se traduit par une réduction du bien-être et par un accroissement de la misère. La croissance démographique de la population sur un espace saturé conduit à la fragmentation des exploitations agricoles et à l’accroissement du nombre de paysans sans terre. La diminution des ressources, suite à la réduction des superficies des exploitations voire à l’exclusion de l’accès au foncier, entraîne alors la réduction du bien-être, la pauvreté, la misère. Pour venir en aide aux populations rurales, la mise en œuvre d’une politique sociale s’impose.

133• (2) sous-peuplement = sous-développement. Il est tout aussi généralement admis que dans les îles extérieures, les populations autochtones, trop peu nombreuses et ne disposant que de techniques archaïques, se révèlent incapables de mettre en valeur d’importantes ressources foncières. En raison de la « faible propension migratoire » et du « profond attachement à la terre » des Javanais, le déséquilibre démographique entre les îles de l’archipel ne se résorbe pas de lui-même, mais aurait plutôt tendance à s’aggraver. Pour venir en aide aux uns comme aux autres, la mise en œuvre d’une politique de développement s’impose.

134En rapprochant les propositions (1) et (2), la solution du problème apparaît dans toute son « évidence » : il faut amener les « hommes sans terre » aux « terres sans hommes ». La transmigration est née. La formule est forte, mais suppose implicitement que « les hommes sans terre » sont des agriculteurs et que les terres sans hommes » sont agricoles. Ainsi, en déplaçant des paysans sans terre javanais au sein de projets de colonisation dans les îles périphériques, les pouvoirs publics envisagent de faire en même temps œuvre sociale et œuvre de développement. L’équation s’écrit :

135• (3) Politique sociale + politique de développement = transmigration.

  • 29 Un Premier ministre et économiste français de renom ne proposait-il pas aux chômeurs de créer des (...)
  • 30 Une trentaine de kilomètres seulement séparent Java de Sumatra (détroit de la Sonde).

136Alors qu’aucune critique n’a été épargnée à la transmigration, le mode de résolution du système (1 et 2) et la solution proposée (3) n’ont jamais été remises en cause, du moins à notre connaissance. Pourtant, plusieurs questions méritent d’être considérées. En premier lieu, les deux termes du premier membre de l’équation (3) sont-ils compatibles ? Plus précisément, est-il concevable de mener une politique de développement agricole en faisant appel à des paysans sans terre ? L’idée peut sembler généreuse, mais l’on se doute que l’efficacité ne sera probablement pas au rendez-vous29. En second lieu, la résolution de l’équation nécessite l’intervention de l’État pour mettre (1) et (2) en contact. La solution semble si évidente que l’on peut se demander pourquoi le problème ne s’est pas résorbé de lui-même. Pourquoi donc des millions de Javanais, déjà à l’étroit dans leur misère, continuent-ils de s’entasser sur leur île ? Alors qu’à proximité30, de vastes espaces vierges n’attendent qu’à être mis en valeur ? Pourquoi donc les autochtones des îles périphériques se complaisent-ils dans leur sous développement, alors qu’il y a plusieurs siècles qu’ils sont en contact avec une civilisation florissante ? La réponse — que l’on devine aisément — habituellement apportée à ces questions par les pouvoirs publics montre à quel point ils tiennent en piètre estime et les paysans javanais et les habitants des îles extérieures.

137La première proposition (surpopulation = misère) provient de la conjonction d’une vision malthusienne de l’effet de la croissance démographique et d’une vision homogénéisatrice et figée de la société paysanne javanaise. La théorie malthusienne veut qu’au-delà d’un certain seuil, la population se multipliant plus vite que les « subsistances », celles-ci viennent à manquer. La vision figée du paysannat imagine une population homogène, sans défense et surtout sans initiative devant les conséquences funestes de la croissance démographique. Ces visions sont erronées.

138La deuxième proposition (sous-peuplement = sous-développement) laisse entendre que les îles extérieures sont sous-développées parce qu’elles manquent d’hommes. Ce manque se traduit sur le plan quantitatif mais aussi qualitatif. Il est implicitement admis que les autochtones sont « incapables » de mettre en valeur les riches potentialités de leur milieu naturel. Cette incapacité ne peut provenir que de la permanence de structures sociales archaïques et du recours à des pratiques agricoles primitives. Ces assertions ne relèvent que de préjugés.

139La troisième erreur fondamentale des concepteurs du programme consiste à n’avoir retenu qu’un seul modèle de développement : l’agriculture vivrière intensive. Le refus d’adapter les systèmes de culture aux conditions du milieu, l’acharnement mis à adapter le milieu aux exigences du système de culture retenu, l’incapacité à imaginer des modèles alternatifs et à penser le développement en dehors de l’agriculture portent une lourde responsabilité dans les échecs du programme.

La transmigration se veut une politique à la fois sociale, de développement et de promotion d’une agriculture « moderne ».

1. « La transmigration assure un avenir meilleur ». C’est ce qu’affirme ce panneau de propagande destiné aux paysans sans terre des « îles intérieures » : Java, Madura, Bali. (Totomnlyo, Lampung Nord).

1. « La transmigration assure un avenir meilleur ». C’est ce qu’affirme ce panneau de propagande destiné aux paysans sans terre des « îles intérieures » : Java, Madura, Bali. (Totomnlyo, Lampung Nord).

2. La transmigration veut mettre en valeur les vastes espaces forestiers des « îles extérieures » : Sumatra, Kalimantan, Sulawesi, Irian Jaya. (Palangkaraya, Kalimantan Centre).

2. La transmigration veut mettre en valeur les vastes espaces forestiers des « îles extérieures » : Sumatra, Kalimantan, Sulawesi, Irian Jaya. (Palangkaraya, Kalimantan Centre).

3. La transmigration propose une alternative à la culture sur brûlis. (Tumbang Sanegai, Kalimantan Centre).

3. La transmigration propose une alternative à la culture sur brûlis. (Tumbang Sanegai, Kalimantan Centre).

4. Depuis 1905, la priorité va au développement de la riziculture intensive : irriguée, inondée ou pluviale. (Pépinière irriguées à Malonas, Sulawesi Centre).

4. Depuis 1905, la priorité va au développement de la riziculture intensive : irriguée, inondée ou pluviale. (Pépinière irriguées à Malonas, Sulawesi Centre).

5. L’Indonésie est redevenue autosuffisante en riz en 1984 mais la transmigration n'a joué qu’un rôle mineur dans ce succès. (Repiquage du riz à Tatakarya, Lampung).

5. L’Indonésie est redevenue autosuffisante en riz en 1984 mais la transmigration n'a joué qu’un rôle mineur dans ce succès. (Repiquage du riz à Tatakarya, Lampung).

6. À partir de 1983, la transmigration s’associe au secteur privé pour développer les cultures pérennes d’exportation : hévéa et palmier à huile. (Plantation d’hévéas à Batumarta, Sumatra Sud).

6. À partir de 1983, la transmigration s’associe au secteur privé pour développer les cultures pérennes d’exportation : hévéa et palmier à huile. (Plantation d’hévéas à Batumarta, Sumatra Sud).

Sur tous les fronts pionniers, la prolifération des adventices et des ravageurs des cultures rend l’agriculture particulièrement aléatoire.

7. Un contrôle insuffisant de l’eau des rizières provoque l’envahissement de mauvaises herbes qu’il faut extirper par sarclages. (Sausu, Sulawesi Centre).

7. Un contrôle insuffisant de l’eau des rizières provoque l’envahissement de mauvaises herbes qu’il faut extirper par sarclages. (Sausu, Sulawesi Centre).

8. Les chasseurs balinais sont les seuls à se réjouir du grand nombre de sangliers à Sumatra et à Kalimantan. (Batumarta, Sumatra Sud).

8. Les chasseurs balinais sont les seuls à se réjouir du grand nombre de sangliers à Sumatra et à Kalimantan. (Batumarta, Sumatra Sud).

9. Contrairement à ce colon, les transmigrants disposent rarement des techniques permettant de protéger les premières récoltes après défrichement. (Malonas, Sulawesi Centre).

9. Contrairement à ce colon, les transmigrants disposent rarement des techniques permettant de protéger les premières récoltes après défrichement. (Malonas, Sulawesi Centre).

L’amélioration rapide de l’habitat est un excellent indicateur de la réussite d’un centre de transmigration.

10. Toutes les maisons sont rigoureusement identiques lors de l’ouverture d'un centre. (Palingkau, Kalimantan Centre).

10. Toutes les maisons sont rigoureusement identiques lors de l’ouverture d'un centre. (Palingkau, Kalimantan Centre).

11. Chacun adapte ensuite son habitat à ses besoins propres. (Sepaku, Kalimantan Est).

11. Chacun adapte ensuite son habitat à ses besoins propres. (Sepaku, Kalimantan Est).

12. La grande maison en dur, à toit de tuiles et vitres teintées, représente le symbole de la réussite pour tous les migrants. (Batumarta, Sumatra Sud).

12. La grande maison en dur, à toit de tuiles et vitres teintées, représente le symbole de la réussite pour tous les migrants. (Batumarta, Sumatra Sud).

Note

1 Ces 23 familles, officiellement considérées comme les premiers - transmigrants-, ne constituent cependant pas les premiers migrants à bénéficier d’un grand programme de colonisation agricole en Indonésie. En fait, la transmigration prend la suite d’un vaste programme de colonisation agricole des îles extérieures initié par le gouvernement colonial néerlandais dès 1905 et très justement appelé Kolonisatie. Après l’Indépendance, le terme étant porteur de connotations par trop péjoratives en cette période de décolonisation, il fallut trouver un nom nouveau au programme. Le choix se porta sur trans-migration, puisque ni émigration ni immigration ne convenait, le transfert de population s’effectuant entre les îles d’un même État souverain.

2 Dans notre traduction, nous avons respecté, tant que faire se peut, le lyrisme propre à la prose officielle des ministères.

3 Du moins dans la partie septentrionale de Java. Le contrôle de l’ensemble de l’île ne date que de 1830. Celui des îles extérieures ne fut effectif qu’au tout début du xxe siècle.

4 De nouvelles armes, attribuées en échange des anciennes, sont promises aux combattants. À l’ouverture des caisses, les vétérans découvrent des houes. La nouvelle mission qui leur est confiée ne soulève cependant pas le même enthousiasme que le combat pour la liberté. Les CTN désertent en masse (Utomo, 1974).

5 Placée sous la tutelle du ministère du Travail et du Bien-être social en 1947, la Transmigration passe sous celle du ministère du Développement et de la Jeunesse puis sous celle du ministère de l’Intérieur en 1948. Simple service du ministère du Développement communautaire, elle repasse au Bien-être social avant de devenir ministère d’État de la Transmigration en 1957. À partir de 1959, elle est associée aux Coopératives et au Développement rural sous trois formes différentes, puis à l’Intérieur, aux Vétérans, puis retour aux Coopératives, au ministère de la Main-d’œuvre, Transmigration et Coopératives, puis Main-d’œuvre et Transmigration... et enfin ministère de la Transmigration à part entière en 1983.

6 Groupe ethnique originaire de Sulawesi-Sud.

7 Pour les projets en culture irriguée, il convient d’ajouter le coût d’installation de l’irrigation au coût d’un projet en culture pluviale. En général, la mise en place d’un réseau d’irrigation double le coût d’installation d’une famille. Si l’opération nécessite la construction d’un barrage important, qui plus est à grande distance du site, la facture s’allonge considérablement. Ce cas de figure tend à se généraliser, les sites favorables se faisant de plus en plus rares.

8 Cette définition correspond trait pour trait aux sites envahis par Imperata cylindrica.

9 Dans tous les ministères, la non-réalisation des objectifs du Plan se traduit immanquablement par des remaniements ministériels. Au ministère de la Transmigration, les objectifs du plan étant toujours trop ambitieux et par conséquent jamais atteints, aucun ministre ne peut se vanter d’avoir obtenu un deuxième mandat.

10 Du 1er avril 1979 au 31 mars 1984.

11 Les réserves habituelles s’imposent quant à la fiabilité de ces données.

12 Cette évaluation, souvent citée, ne repose en fait que sur une grossière estimation de la production moyenne de riz par une famille moyenne de transmigrants. Quand on connaît la diversité des situations au sein des centres et surtout entre centres de transmigration, cet exercice s’avère particulièrement douteux.

13 Cette évaluation repose pour l’essentiel sur deux hypothèses. La première, implicite, suppose que le migrant n’avait ni terre ni emploi avant son départ ou que, s’il possédait un emploi, celui-ci serait rendu disponible pour un tiers après son départ. La deuxième hypothèse, exprimée celle-ci, suppose l’autosuffisance alimentaire des colons à l’issue des deux premières années. L’une comme l’autre de ces hypothèses ne nous semblent guère réalistes.

14 Les gros contrats sont habituellement captés par des kontraktor de stature nationale et bien en cour dans les ministères. Après un prélèvement forfaitaire variable, les contrats sont proposés à des kontraktor au niveau régional, et ainsi de suite. En fin de chaîne, l’entrepreneur local est rarement en mesure de respecter le cahier des charges.

15 Dans les centres isolés, de nombreux postes ne trouvent pas preneur. Les jeunes diplômés, pour la plupart des ruraux récemment urbanisés, n’apprécient guère le charme des campagnes reculées.

16 Les orientalistes préconisent l’emploi de « Malaysia » pour désigner l’État fédéral qui regroupe les États de la péninsule malaise ou Malaisie stricto sensu et les États de Sabah et de Sarawak dans l’île de Bornéo.

17 Dans la Rome antique, l’attribution de lots de terre aux vétérans des légions avait pour fonction de stabiliser la frontière de l’empire et de faciliter sa défense contre les incursions des peuples barbares. En installant des colonies romaines dans les provinces nouvellement conquises, Rome cherchait également à faciliter leur intégration à l’empire et à décourager toute velléité séparatiste.

18 Le président Sukarno lui-même n’a pas hésité à présenter le programme comme - [...] un véhicule pour la construction d’une nation par le biais de l’assimilation et de l’intégration ethnique » (Sukarno, 1964).

19 Groupe ethnique majoritaire dans la province de Kalimantan-Sud.

20 D’après le recensement de 1980, le javanais, le sundanais, le madurais et le balinais constituent la langue maternelle de 78 % de la population rurale de la province du Lampung.

21 Le « nouvel ordre », ou orde baru en indonésien, est le nom donné à la politique de redressement national mise en œuvre par le président Suharto après la répression du coup d’État communiste du 30 septembre 1965.

22 Ainsi, craignant une désertion massive des coolies, le groupe de pression des planteurs néerlandais tenta vainement de s’opposer à la création de la Kolonisatie en 1905. Plus tard, lorsque la crise de 1930 les obligea à licencier leurs ouvriers, ces mômes planteurs devinrent le principal soutien de la Kolonisatie.

23 « Mes collègues estiment que s’ils disposaient de mon budget, ils obtiendraient de bien meilleurs résultats » (Sugiarto, 1988 : comm. pers.).

24 Nul doute que pour Sukarno comme pour Suharto, la contribution de la transmigration à la construction de la nation indonésienne ait emporté la décision.

25 C’est probablement à cette mauvaise organisation chronique du ministère de la Transmigration que fait allusion Emil Salim, ministre de l’Environnement, lorsqu’il déclare que la transmigration peut être comparée à « la navigation sur un bateau en construction. Certains passagers sont encore occupés à clouer les planches, d’autres écopent l’eau qui s’infiltre, d’autres enfin discutent toujours de la destination finale du bateau. » (Sinar Harapan, 21 février1984).

26 Le ministre Martono aimait répéter : « Doublez mon budget, et je doublerai le nombre de transmigrants ».

27 « Si la Transmigration veut réellement contribuer au développement de notre province, qu’elle nous confie donc son budget » (Koctin, 1982 : comm. pers.). Cette boutade d’un responsable provincial de la planification et du développement (Badan Perencanaan Pembangunan Daergab : Bappeda) rend parfaitement compte de la position des élites autochtones sur ce sujet épineux.

28 Que le colonisateur néerlandais ait pu se laisser conduire par des sentiments altruistes semble profondément gêner les auteurs indonésiens. La construction nationale passe aussi par la « diabolisation » de l’ancien colonisateur.

29 Un Premier ministre et économiste français de renom ne proposait-il pas aux chômeurs de créer des entreprises ?

30 Une trentaine de kilomètres seulement séparent Java de Sumatra (détroit de la Sonde).

Indice delle illustrazioni

Titolo Figure 1. L’Archipel indonesien
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15212/img-1.jpg
File image/jpeg, 291k
Titolo Figure 2. Évolution du nombre de transmigrants (1951-1993).
Legenda Source : ministère de la Transmigration (1993).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15212/img-2.jpg
File image/jpeg, 66k
Titolo Figure 3. Contribution des îles intérieures à la trasmigration (1905-1993).
Legenda Source : Departement Transmigrasi (1993).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15212/img-3.jpg
File image/jpeg, 216k
Titolo Figure 4. Principales d’accueil de la transmigration.
Legenda Source : Departement Transmigrasi (1993).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15212/img-4.jpg
File image/jpeg, 242k
Titolo 1. « La transmigration assure un avenir meilleur ». C’est ce qu’affirme ce panneau de propagande destiné aux paysans sans terre des « îles intérieures » : Java, Madura, Bali. (Totomnlyo, Lampung Nord).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15212/img-5.jpg
File image/jpeg, 168k
Titolo 2. La transmigration veut mettre en valeur les vastes espaces forestiers des « îles extérieures » : Sumatra, Kalimantan, Sulawesi, Irian Jaya. (Palangkaraya, Kalimantan Centre).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15212/img-6.jpg
File image/jpeg, 685k
Titolo 3. La transmigration propose une alternative à la culture sur brûlis. (Tumbang Sanegai, Kalimantan Centre).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15212/img-7.jpg
File image/jpeg, 210k
Titolo 4. Depuis 1905, la priorité va au développement de la riziculture intensive : irriguée, inondée ou pluviale. (Pépinière irriguées à Malonas, Sulawesi Centre).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15212/img-8.jpg
File image/jpeg, 252k
Titolo 5. L’Indonésie est redevenue autosuffisante en riz en 1984 mais la transmigration n'a joué qu’un rôle mineur dans ce succès. (Repiquage du riz à Tatakarya, Lampung).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15212/img-9.jpg
File image/jpeg, 216k
Titolo 6. À partir de 1983, la transmigration s’associe au secteur privé pour développer les cultures pérennes d’exportation : hévéa et palmier à huile. (Plantation d’hévéas à Batumarta, Sumatra Sud).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15212/img-10.jpg
File image/jpeg, 524k
Titolo 7. Un contrôle insuffisant de l’eau des rizières provoque l’envahissement de mauvaises herbes qu’il faut extirper par sarclages. (Sausu, Sulawesi Centre).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15212/img-11.jpg
File image/jpeg, 240k
Titolo 8. Les chasseurs balinais sont les seuls à se réjouir du grand nombre de sangliers à Sumatra et à Kalimantan. (Batumarta, Sumatra Sud).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15212/img-12.jpg
File image/jpeg, 145k
Titolo 9. Contrairement à ce colon, les transmigrants disposent rarement des techniques permettant de protéger les premières récoltes après défrichement. (Malonas, Sulawesi Centre).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15212/img-13.jpg
File image/jpeg, 645k
Titolo 10. Toutes les maisons sont rigoureusement identiques lors de l’ouverture d'un centre. (Palingkau, Kalimantan Centre).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15212/img-14.jpg
File image/jpeg, 305k
Titolo 11. Chacun adapte ensuite son habitat à ses besoins propres. (Sepaku, Kalimantan Est).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15212/img-15.jpg
File image/jpeg, 432k
Titolo 12. La grande maison en dur, à toit de tuiles et vitres teintées, représente le symbole de la réussite pour tous les migrants. (Batumarta, Sumatra Sud).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15212/img-16.jpg
File image/jpeg, 308k

© IRD Éditions, 1997

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search