Version classiqueVersion mobile

La terre d’en face

 | 
Patrice Levang

Prologue. Tanah sabrang

Texte intégral

« ... and over sea and sky and the wonderland before us was all the dewy freshness of dawn in Eden. »
E. R.
Scidmore (Java, the garden of the East, 1899)

1« Mari kita ke tanah sahrang »

2Riskan Marten, mon homologue indonésien, jeune ingénieur du ministère de la Transmigration, me fait signe de le suivre en agitant sa carte d’embarquement. Mais que dit-il ? Voilà un mois et demi que je suis à Jakarta, et je ne comprends toujours qu’un mot sur deux. On m’avait pourtant assuré que l’indonésien était une langue facile. « Allons à Tanah sabrang » m’a-t-il dit. Ne devions-nous pas aller à Bornéo ? Ou à Kalimantan, comme on appelle ici la partie indonésienne de l’île ? Je lui poserais bien la question, mais comme je ne comprendrai pas la réponse, je préfère renoncer. Tanah sabrang n’est probablement qu’un autre nom pour désigner Bornéo.

3Tout à ma joie d’avoir appris un mot nouveau, j’allai l’utiliser à tort et travers dans la grande île. Souvent, son emploi éteignait les sourires sur les visages de mes interlocuteurs. Parfois, on me demandait de préciser ma pensée. Jamais on ne me fit remarquer que j’étais dans l’erreur. Politesse asiatique oblige.

4Bien plus tard, j’appris que, dans l’archipel aux 13 667 îles, Tanah sabrang signifie « la terre d’en face ». La terre d’en face ne désigne pas l’étranger, mais l’île voisine, celle que l’on voit depuis Java. Et par extension, toutes les îles périphériques d’un archipel dont Java serait le centre. Mais où donc placer la « Java major » des anciens, si ce n’est au centre ? Pour l’ancien colonisateur, il ne faisait aucun doute que le « joyau de la couronne » constituait le centre des Indes Orientales Néerlandaises. Dès lors, les appellations « îles intérieures » et « îles extérieures » devaient s’imposer pour distinguer Java, Bali et Madura de leurs voisines plus éloignées : Sumatra, Bornéo, Célèbes, Moluques et Nouvelle-Guinée.

5Les îles intérieures, Java, la « perle de l’Orient », et Bali, « l’île des dieux », ne m’étaient pas inconnues. J’avais eu l’occasion de les visiter quelques années auparavant et d’apprécier la beauté de leurs paysages, l’hospitalité de leurs habitants et la richesse de leurs cultures. J’avais également découvert leurs villes aux rues embouteillées, leurs campagnes grouillantes de monde et leurs transports en commun bondés. Mais, en ce début juillet 1980, j’allais enfin découvrir, avec quelque appréhension il est vrai, l’une de ces fameuses îles extérieures. Et pas la moindre. Dans le monde entier, l’île de Bornéo était réputée pour ses forêts vierges impénétrables et ses farouches coupeurs de têtes.

6Voilà un peu plus d’une heure que nous avons décollé de Kemayoran, l’aéroport national de Jakarta. Les villages aux maisons serrées au sein des rizières ne sont plus qu’un lointain souvenir. Sous les ailes de l’avion, un fleuve aux eaux boueuses serpente dans un paysage plat, monotone, uniformément vert. La forêt cèle toute trace de vie. Le contraste entre Java et Kalimantan est saisissant.

  • 1 Les sigles sont définis en annexe de l’ouvrage p. 370.

7Le responsable de la programmation du Ministère avait été clair : « Notre problème est simple. Les deux tiers de la population indonésienne s’entassent sur Java, qui ne représente que 7 % de la superficie nationale. Nous avons besoin de vous pour trouver à Kalimantan-Centre des sites pouvant accueillir des colons javanais ». L’Orstom n’était pas seul en course. À Kalimantan-Est, la GTZ allemande (Gemeinsame Technische Zusammenarbeit)1 passait la province au crible. Les Anglais de l’ODA (Overseas Development Agency) se chargeaient des zones en bordure de la Transsumatranaise. La plupart des institutions internationales ainsi que de nombreux pays participaient au financement du programme de transmigration. Les représentants de bureaux d’études du monde entier se bousculaient au Ministère pour récupérer une partie de cette manne.

8Les questions du partenaire avaient le mérite d’être peu nombreuses et surtout claires : « où, et combien ? ». L’équipe pluridisciplinaire, composée de géographes, de pédologues et d’agronomes à laquelle j’appartenais en 1980, devait réaliser « l’étude de reconnaissance » des districts de Kotawaringin-Timur et de Kotawaringin-Barat dans la province de Kalimantan-Centre. Soit au bas mot 9 millions d’hectares de forêts marécageuses, de forêts primaires et secondaires uniquement pénétrées par quelques fleuves et de rares pistes forestières. Qui plus est, l’étude devait être réalisée en l’absence de cartes topographiques, géologiques et pédologiques fiables. La couverture aérienne promise ne fut disponible qu’un an après la fin de l’étude de reconnaissance. Les images satellitales de l’époque ne servaient le plus souvent qu’à confirmer l’importance de la couverture nuageuse de l’île. L’objectif assigné à l’équipe était de déterminer des zones favorables à l’installation de centres de transmigration (« où ? ») et de préciser, pour chacune d’elles, sa capacité maximale d’accueil (« combien ? »). Le rôle plus particulièrement dévolu à l’agronome consistait, en relation avec les pédologues, à établir des cartes d’aptitudes culturales et à préconiser des systèmes de culture adaptés.

9Quelle ne fut pas la surprise du partenaire, lorsque je décidai de m’intéresser aux pratiques culturales des autochtones. « Mais que peuvent donc nous apprendre ces Dayak primitifs aux techniques archaïques ? La culture sur brûlis ne mérite même pas d’être qualifiée d’agriculture ». L’une des missions des transmigrants n’était-elle pas justement d’apprendre à cultiver à ces « barbares » des îles périphériques ? L’agronome découvrait peu à peu que la technique pouvait véhiculer un modèle culturel et que la transmigration ne visait pas uniquement à donner de la terre à ceux qui en manquent ni à accroître la production agricole.

10Je ne compris pas tout de suite pourquoi certaines de mes propositions étaient régulièrement écartées ou ignorées par le Ministère. Mais il apparat assez rapidement que toute proposition n’allant pas dans le sens d’une agriculture vivrière intensive n’avait aucune chance d’être retenue. Tout ce qui était incompatible avec le « modèle javanais » était inéluctablement rejeté. Pourtant, les conditions climatiques et surtout édaphiques de nombreuses îles périphériques se prêtaient mal à des projets mettant l’accent sur les cultures vivrières pluviales intensives. Si l’on ne retenait que ce type de projet, de nombreuses zones devenaient unsuitable (inadaptées) pour la transmigration. Les réticences de l’équipe à retenir certaines zones pour des projets de transmigration eurent pour effet d’agacer les responsables du Ministère. D’autres consultants avaient moins d’états d’âme. D’ailleurs, d’une manière générale, les recommandations des experts n’étaient pas suivies, du moins pas à la lettre. La nécessité absolue de réaliser les objectifs du Plan poussait le Ministère à reclasser l'unsuitable en moderately suitable, et le moderately suitable en suitable.

11Dans ces conditions, quel est le rôle de l’agronome ? La réponse du partenaire était claire : « L’agronome doit trouver les solutions techniques ». Encore une fois, la question posée présentait l’avantage de la simplicité, du moins dans sa formulation : « Que faire ? ». Les responsables de la transmigration posaient habituellement cette question après vous avoir fait visiter un centre installé sur des tourbes épaisses et acides ou sur des sables blancs lessivés. La question traduisait surtout une confiance aveugle en la technique. Au début des années quatre-vingt, les dirigeants du Ministère estimaient encore que le simple recours à la fertilisation chimique permettrait la mise en valeur des milliers d’hectares de terrains marginaux de Sumatra et de Kalimantan. Cette vision était soutenue par l’extraordinaire réussite des thèmes techniques préconisés par la révolution verte en riziculture irriguée. L’agronome était chargé d’adapter les mêmes recettes à la culture pluviale.

12Les centres de recherche agricole s’appliquaient d’ailleurs à mettre au point des systèmes de culture adaptés pour les projets de transmigration. Cependant, les résultats ne devaient pas être à la hauteur des espérances. Techniquement, les systèmes de culture étaient au point. Ils affichaient des rendements qui, sans être exceptionnels, restaient tout à fait corrects. Bien évidemment, les frais de culture étaient relativement élevés en raison du coût de la fertilisation et de celui de la protection phytosanitaire. La lutte contre les adventices, particulièrement ardue en culture pluviale, impliquait le recours à la main-d’œuvre salariée, même pour des surfaces relativement modestes. Dans la pratique, les transmigrants refusaient obstinément d’adopter les systèmes de culture proposés par la recherche. Les années passant, notre interlocuteur finit par admettre que l’existence d’une solution technique ne suffisait pas à en assurer la mise en œuvre.

13Même au Ministère, l’idée avait peu à peu fait son chemin qu’il valait mieux prévenir les situations catastrophiques que d’essayer de les guérir à grands frais. La nouvelle question à laquelle notre équipe était désormais confrontée pouvait s’énoncer : « Comment faire pour éviter que... ? ». Pour y répondre, nous devions entreprendre une importante étude comparative de centres de transmigration placés dans des conditions aussi différentes que possible. Notre ambition était de déterminer les principales causes de la réussite ou de l’échec de ces centres. Quels étaient l’importance et les rôles relatifs de facteurs aussi variés que la fertilité chimique des sols, la qualité des infrastructures, le choix du système de culture, le niveau technique ou d’éducation des migrants, leur origine ethnique, leur capacité d’organisation ? Comment améliorer la transmigration pour lui permettre de mieux réaliser ses objectifs ?

14Même si a priori je ne négligeais aucune piste, pour moi, améliorer la transmigration signifiait forcément améliorer les conditions de la production agricole. Dans un premier temps, je devais privilégier les aspects techniques de la production. Les caractéristiques économiques étaient bien sûr prises en compte, mais comme des données externes sur lesquelles l’agronome n’a pas de prise. Une telle démarche, caractéristique du cloisonnement disciplinaire, suppose l’indépendance du technique et de l’économique.

15Or, il n’en est rien, comme je devais rapidement le découvrir. À cause d’une formation mettant tout particulièrement l’accent sur l’élaboration du rendement, je restais persuadé que mon rôle consistait à identifier les techniques permettant l’obtention d’un rendement maximal. Mon premier contact avec les tropiques me fit découvrir que des techniques extensives pouvaient aboutir à une meilleure rémunération du travail que des techniques intensives, que le paysan ne raisonnait pas en rendement mais en production, qu’il était avant tout soucieux de la rémunération de son travail et des risques liés à la production. L’amélioration de ses conditions économiques ne passait donc pas nécessairement par l’augmentation des rendements, mais plutôt par l’amélioration de la rémunération du travail et de la sécurité.

16La fréquentation assidue des centres de transmigration et le suivi régulier des familles de colons sur une longue période devaient définitivement me convaincre de la prééminence de l’économique sur le technique. La recherche des déterminants de la réussite d’un centre de transmigration m’avait également conduit à mieux connaître les migrants. Le fait de m’interroger sur leurs motivations m’avait amené à rechercher ce qui les différenciait des autres paysans javanais ou balinais, ce qui les distinguait surtout de ceux qui refusent ou ne ressentent pas le besoin de quitter leurs provinces surpeuplées.

17J’avais déjà découvert qu’il ne fallait pas confondre « exploitation agricole » et « famille paysanne ». On m’avait appris qu’il ne fallait pas isoler la parcelle du système de culture, ni ce dernier du système de production. Je découvrais qu’il ne fallait pas non plus chercher à isoler ce dernier de l’environnement économique global ; que la résolution d’un problème technique n’était pas forcément à rechercher dans le domaine technique ; et d’une manière plus générale, pour reprendre la formule de Louis Malassis, que « c’était rarement dans l’agriculture que l’on trouvait la solution à des problèmes agricoles » (Malassis, 1994). Surtout, je découvrais que les phénomènes économiques eux-mêmes étaient indissociables des phénomènes sociaux.

18Faire accepter une approche méthodologique nouvelle au ministère de la Transmigration ne fut pas une mince affaire. Pour lui, l’agronome, en tant que dépositaire de la science, devait enseigner au paysan l’art de bien cultiver. S’intéresser aux pratiques des paysans laissait supposer que la science ne disposait pas de la solution, ou pire, que le comportement du paysan était rationnel ! Et si le paysan avait raison de faire ce qu’il fait, quel rôle resterait-il au pouvoir ? Le problème, on le voit, dépassait largement le cadre scientifique. La structure très hiérarchisée et paternaliste du pouvoir en Indonésie privilégie les approches de type « descendante ». La bataille fut gagnée lorsque les dirigeants du Ministère comprirent qu’une meilleure connaissance des paysans permettrait d’améliorer l’efficacité de leur action.

  • 2 Rappelons que Sulawesi-Nord se situe à plus de 2 000 km de Jakarta et qu’au début des années quatre (...)

19La méthodologie d’enquête que je souhaitais mettre en œuvre s’inspirait de celle mise au point par Pierre Milleville pour le suivi du projet « Terres Neuves » au Sénégal (Dubois, Milleville, et Trincaz, 1976). Malheureusement, je ne fus jamais en mesure de l’appliquer. Le mode de fonctionnement du Ministère supposait des missions relativement courtes. L’éloignement des centres de transmigration entraînait des coûts de transport élevés et il était hors de question de revenir tous les dix jours sur le terrain2 Il fallut s’adapter et changer d’échelle. L’opération « Terres Neuves » concernait moins de 300 familles alors que la transmigration déplaçait 100 000 familles par an. Le suivi régulier de parcelles n’étant pas possible, il fallut renoncer à l’analyse précise des systèmes de culture et se limiter à une étude plus globale des systèmes de production.

20La démarche finalement retenue pourrait être qualifiée d’anthropologie agronomique. Au même titre que l’anthropologue, nous faisons des incursions dans des domaines aussi divers que l’histoire, la sociologie, les sciences politiques ou l’économie. Mais contrairement à l’anthropologue qui « cherche à comprendre et à expliquer la condition humaine par-delà les cultures et le temps » (Plattner, 1989), nous nous contentons de chercher à comprendre et à expliquer comment est obtenue la production agricole. La recherche est essentiellement empirique. Elle peut prendre la forme de monographies, d’analyses comparatives ou d’études régionales. Étrangère à tout dogmatisme, elle fait appel aussi bien à l’individualisme méthodologique, au holisme, au néopopulisme ou au matérialisme historique. Cette diversité représente une force autant qu’une faiblesse. Une force, car la lumière jaillit souvent de la confrontation de points de vue différents sur une même réalité de terrain. Une faiblesse aussi, car la diversité des interprétations possibles ne favorise guère la théorisation.

21À vrai dire, le recours à des recherches empiriques relève plus d’une obligation que d’un choix raisonné. En effet, le chercheur tropicaliste dispose rarement des données de base indispensables et n’est pratiquement jamais en mesure de s’appuyer sur un appareil statistique fiable. Suivant les pays, les données officielles concernant le secteur agricole peuvent être absentes, disparates, voire pléthoriques. Dans tous les cas, leur fiabilité n’est jamais à la hauteur des attentes des chercheurs.

22En matière de statistiques, l’Indonésie ne fait pas exception à la règle, mais présente quelques particularités liées à son histoire et à sa culture. L’époque coloniale fut très riche en documents de toutes sortes et le plus souvent de bonne qualité, surtout en ce qui concerne l’île de Java. Entre 1941 et 1967, l’Indonésie connut des périodes troublées peu propices à l’obtention des données de base indispensables à la mise en valeur agricole de terres neuves — couvertures aériennes, cartes topographiques, hydrographiques, géologiques, pédologiques. Les relevés de données macro-économiques ainsi que les relevés climatiques de nombreuses stations météorologiques présentent des interruptions plus ou moins longues. Depuis 1969, l’appareil d’État fait des efforts importants pour rattraper le retard accumulé. Le développement du programme de transmigration n’est d’ailleurs pas étranger à la priorité accordée à la cartographie du milieu naturel de certaines provinces. Mais l’effort le plus considérable concerne l'obtention des données statistiques d’ordre général.

23Tous les ministères sont en proie à une véritable boulimie de statistiques. L’Administration recense tout, partout, tout le temps. Le ministère de la Transmigration ne fait pas exception. Tous les chefs de centres sont astreints à remettre des rapports hebdomadaires, mensuels et annuels. Dans les sous-districts, les districts et les provinces, des dizaines de fonctionnaires compilent ces données de base avant de les transmettre aux centaines de fonctionnaires du niveau ministériel. Les méthodes de collecte ne diffèrent guère d’un ministère à l’autre. Logique bureaucratique oblige, il semble aller de soi que le plus informé soit aussi le mieux informé. Et pourtant...

  • 3 Par exemple, le taux de réalisation du Plan annoncé par les différentes directions d’un ministère p (...)

24La fiabilité des données officielles indonésiennes laisse fortement à désirer. Toutes souffrent de deux maux pratiquement incurables. Le premier provient de la manipulation volontaire des chiffres pour des raisons de haute politique (réalisation du Plan) ou de manière plus pragmatique pour satisfaire le supérieur hiérarchique direct. Cette dernière motivation est à l’origine de manipulations multiples mais surtout incontrôlées et ce, à tous les niveaux de la pyramide. L’absence de coordination entre les différents services ne permet absolument pas d’uniformiser les manipulations3. L’effet des manipulations reste toutefois assez secondaire comparé à celui des erreurs. Les divergences d’avec la réalité commencent avec la saisie de l’information de base. L’Administration exige, de la part de ses agents de terrain, la collecte permanente d’une quantité invraisemblable de données de base. Invraisemblable est bien le mot qui convient. Totalement accaparés par la gestion quotidienne des centres, les agents de terrain se contentent souvent d’évaluations approximatives en lieu et place de mesures et de recensements fastidieux. Ensuite, à chaque niveau hiérarchique, la reprise et l’agrégation de l’information se traduisent par d’innombrables erreurs de transcription et de calcul.

  • 4 En particulier les données concernant les superficies agricoles et forestières, celles de productio (...)
  • 5 N’appartenant pas à cette école de pensée, nous limiterons l’utilisation des données officielles au (...)

25Le manque total de fiabilité de la plupart des données officielles4 n’est un secret pour personne. Surtout pas pour ceux qui s’en servent et qui appliquent consciencieusement des traitements statistiques sophistiqués à des données issues de l’imagination des fonctionnaires. Une croyance communément répandue chez les administratifs comme chez les chercheurs veut qu’aux derniers niveaux d’agrégation les erreurs successives s’annulent et que les ordres de grandeur restent conservés. Miracle des statistiques5.

  • 6 Pour Marcel Mauss (Mauss, 1948 cité par Sigaut, 1975 : 103) comme pour André Leroi-Gourhan (1973) e (...)

26Même si les données statistiques étaient de bonne qualité, leur interprétation nécessiterait de recourir à des recherches empiriques. Le chercheur qui s’intéresse à des agricultures « étrangères » ne dispose pas de manière innée du référentiel indispensable à leur compréhension6. Comme pour l’anthropologie, la démarche préconisée est surtout participative. L’anthropo-agronome cherche à s’imprégner de la culture et du système de valeur de la communauté étudiée, afin de mieux comprendre ses pratiques culturales. La méthode la plus efficace consiste bien entendu à partager, autant que possible, la vie de la communauté en question, à participer aux travaux des champs, à suivre les rituels religieux, la vie politique, économique et sociale. Pour ce faire, il est indispensable que l’observateur parle couramment la langue vernaculaire ou au moins la langue véhiculaire de la communauté. Seul un suivi couvrant l’ensemble d’une année agricole permet d’avoir un aperçu complet de la succession des saisons et du calendrier des activités agricoles. Les données sont récoltées par le biais d’enquêtes directives, semi-directives et d’entretiens libres. Les enquêtes sont complétées et vérifiées par des observations directes et des mesures.

  • 7 Cette critique, habituellement formulée à l’encontre des études monographiques, n’est pas non plus (...)

27Pour bien faire, il faudrait que l’observateur passe inaperçu au sein de la communauté pour éviter d’induire des attitudes, des comportements et des réponses adaptées à son intention. Lorsque passer inaperçu s’avère impossible, ce qui est généralement le cas, la seule issue consiste à se faire accepter tel que l’on est, différent mais bienveillant. La gentillesse naturelle des Indonésiens et leur hospitalité légendaire facilitent grandement la tâche. À la première visite, l’espoir d’une aide financière ou la crainte de l’impôt biaise souvent les réponses. À la deuxième visite, la franchise est au rendez-vous. On ne trompe pas un ami. À la troisième, vous faites partie de la famille. Ce faisant, vous découvrez et partagez ses petits secrets. La découverte vous met en situation, plus que tout autre, de bien connaître la communauté étudiée. Le partage vous pousse à prendre parti et à vous impliquer plus directement. C’est bien là que résident les avantages et les inconvénients de toutes les études monographiques. La connaissance du milieu est souvent tempérée par le manque d’objectivité inhérent à une forte implication. Enfin, le danger majeur — ou le péché mignon — de toute étude monographique consiste à généraliser les observations réalisées sur une petite communauté à l’ensemble d’une société7.

  • 8 Riskan Marten, Sudirman Subchan, Epi Tasrif, Sumartono, Arini Rahyuwati, Piyono, Wiyono, Srie Hermi (...)
  • 9 Les villages et sites étudiés sont localisés sur la figure 20 p. 147.

28Pendant les onze années passées en Indonésie, notre équipe8 a enquêté entre 3 000 et 4 000 familles réparties dans une centaine de villages et centres de transmigration situés dans les îles de Java, Sumatra, Sulawesi et Kalimantan9. Toutes nous ont admirablement accueillis. Du chef de village au plus humble des villageois, tous nous ont ouvert leur maison et fait partager leur repas. La viande manquait souvent, mais jamais la bonne humeur. On m’a pris pour un espion (rarement), pour un pasteur (parfois), pour un extravagant (souvent). Qu’un étranger puisse venir de si loin pour s’intéresser à eux, à leurs vies simples et sans intérêt, relevait un peu de la folie. À vous tous, Dayak, Javanais, Banjar, Balinais, Bugis, Madurais, Minangkabau, Sundanais, Lampung, Sasak... je dédie ce travail.

Notes

1 Les sigles sont définis en annexe de l’ouvrage p. 370.

2 Rappelons que Sulawesi-Nord se situe à plus de 2 000 km de Jakarta et qu’au début des années quatre-vingt il fallait compter cinq jours pour rejoindre certains sites de Kalimantan-Centre.

3 Par exemple, le taux de réalisation du Plan annoncé par les différentes directions d’un ministère présente souvent une dispersion importante autour d’une valeur de 100 %. Aucun des taux annoncés ne présente d’intérêt pour le chercheur. Leur dispersion, par contre, témoigne de l’extrême sensibilité de certaines données.

4 En particulier les données concernant les superficies agricoles et forestières, celles de production et de revenus. Malgré quelques imperfections mineures, les données issues des recensements généraux de population peuvent être considérés comme étant de bonne qualité.

5 N’appartenant pas à cette école de pensée, nous limiterons l’utilisation des données officielles au strict nécessaire.

6 Pour Marcel Mauss (Mauss, 1948 cité par Sigaut, 1975 : 103) comme pour André Leroi-Gourhan (1973) et Haudricourt (1968), la technologie est avant tout culturelle. La rationalité d’une technique ne se définit qu’à l’intérieur d’un cadre culturel déterminé. « Toute technique [...] appartient à un ensemble culturel en dehors duquel elle perd une partie de sa signification » (Sigaut, 1985 : 19).

7 Cette critique, habituellement formulée à l’encontre des études monographiques, n’est pas non plus exempte du péché de généralisation. Les travaux menés depuis de nombreuses années à l’Orstom se gardent bien d’effectuer le saut du particulier au général en l’absence de garde-fou. En revanche, ils prouvent tout à loisir que des études monographiques fouillées peuvent être source d’enseignements à portée générale. Par ailleurs, le choix de sites particuliers peut se justifier par leur caractère exemplaire, plus que par leur représentativité au sens statistique du terme.

8 Riskan Marten, Sudirman Subchan, Epi Tasrif, Sumartono, Arini Rahyuwati, Piyono, Wiyono, Srie Hermiaty, Sri Martani, Joko Wiryatno et Karsan, tous ingénieurs au ministère de la Transmigration ; Thierry Edmond, élève-ingénieur du Cnearc ; Éric Mougeot, élève-ingénieur de l’Ensa Toulouse.

9 Les villages et sites étudiés sont localisés sur la figure 20 p. 147.

© IRD Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search