Version classiqueVersion mobile

Paysans montagnards du Nord-Cameroun

 | 
Antoinette Hallaire

Conclusions

Texte intégral

LA DIVERSITÉ DES CONDITIONS DE VIE : ALIMENTATION ET BUDGETS

1Au fil de ce parcours des monts Mandara est apparue la grande diversité des systèmes agraires en présence, celle aussi des conditions de vie qui en résultent. Ce sont ces dernières dont nous tenterons d’abord de préciser les différences à l’aide de deux enquêtes, l’une sur l’alimentation, l’autre sur les budgets.

L’alimentation

2Bien que déjà ancienne, une enquête alimentaire réalisée en 1960-61 par la Misoencam (Mission socio-économique du Nord-Cameroun) sur l’ensemble du nord du Cameroun montre la façon dont se nourrissent les populations, et les nuances d’un secteur à l’autre. Elle a touché 23 villages des monts Mandara ou de leurs abords : 11 dans les montagnes au nord de Mokolo, 5 sur les plateaux du nord et en pays kapsiki, 2 en pays goudé, et 5 sur les piémonts et plaines du sud-est (certains un peu au-delà de notre zone étude). Pour chacun d’eux, 5 familles ont été visitées pendant 5 jours à 2 reprises, à 6 mois d’intervalle. La quantité des aliments consommés a été ramenée à des poids de rations journalières par adulte, en tenant compte des résidents effectifs de chaque journée, et en affectant les jeunes enfants d’un coefficient. La figure 23 (p. 218) représente les principaux éléments composant les repas (la bière de mil, les feuilles diverses et le gombo, l’eau salée n’ont pas été représentés). Le régime est assez semblable du nord au sud, avec sa boule de mil et sa sauce composée essentiellement de haricots ou d’arachide et de poisson séché. Mais des différences significatives apparaissent. On remarque que le haricot prend plus d’importance chez les montagnards proprement dits (ceux du nord et les Goudé), qui en cultivent abondamment sur leurs pentes, et que l’arachide est davantage consommée au sud (pays goudé et plaines du sud-est), sans doute du fait de l’influence peul. Le poisson séché, semi-luxe chez les habitants du nord, est consommé avec plus de régularité chez les autres. Les quantités de viande sont plus élevées dans les zones d’élevage peul : plateaux et plaines du sud-est. De même les tubercules, quasiment absents des zones accidentées, peuvent devenir un appoint, ou même un substitut du mil, sur les plateaux et sur les plaines du sud-est.

3Les quantités de mil utilisées pour faire la boule sont de l’ordre de 400 g par jour et par personne. Il est intéressant de comparer les chiffres suivant la période de l’année. Le double passage dans chaque village permet d’établir le tableau XXIV et la figure 24 (p. 217-219), dans laquelle les poids moyens de mil (et éventuellement de maïs et d’éleusine) ont été regroupés en deux séries, l’une correspondant aux six mois suivant les récoltes, d’octobre à mars, l’autre d’avril à septembre.

Tableau XXIV. Consommations journalières de mil (en grammes).

Secteurs

Octobre àmars

Avril à septembre

Moyenneannuelle

Montagnes du nord

385

460

423

Plateau central

348

356

352

Pays goudé

340

358

349

Plaines du sud-est

368

394

381

Monts Mandara

370

413

397

4On constate que, quasi systématiquement, la consommation est plus élevée d’avril à septembre, pendant le semestre incluant la période dite de soudure, celle pourtant où la pénurie risque de se faire sentir. Les populations se nourrissent davantage à l’époque des travaux agricoles, et gardent des réserves en conséquence. La différence est particulièrement accusée chez les montagnards du nord.

5On note par ailleurs que ces derniers mangent plus de mil que ceux du sud, qui font davantage appel à d’autres aliments, comme l’arachide, les tubercules ou la viande.

6En définitive la situation alimentaire, en 1960-61, apparaît assez satisfaisante. Les habitants du sud de Mokolo ont une nourriture un peu plus variée que celle des montagnards du nord, mais ceux-ci compensent en forçant sur la boule de mil.

7Depuis lors, la situation alimentaire des habitants du nord, on l’a vu, s’est dégradée, du fait de séries de mauvaises récoltes et du développement des cultures commerciales. On n’observe rien de tel chez ceux du sud, moins touchés par les sécheresses, et qui ont pour la plupart des excédents de sorgho. Il leur suffit d’en vendre moins lors des années déficitaires. Par ailleurs, c’est au cours de ces dernières décennies que l’arachide a pris une forte extension sur l’ensemble de la région, et il est probable qu’elle entre, beaucoup plus qu’en 1960, dans la composition des repas.

Les budgets

8Une petite enquête de budget montre la variété, selon les secteurs, de la nature des rentrées et des sorties d’argent, et de leurs montants. Pendant un peu plus de trois mois, d’octobre 1971 à janvier 1972, ventes et achats ont été notés chez 3 à 5 familles de 8 villages (ou quartiers) : 2 villages chez les montagnards du nord, des Mafa, habitant Ldamsay et Mandaka, massifs proches de Mokolo, 2 chez les Kapsiki, Roumzou et Sir, 2 chez les Djimi, Bamguel et Zoumbouda, et 2 quartiers de Maboudji chez les Goudé, Nomaboudji composé à l’époque de « païens » et le « quartier foulbé » habité par des musulmans. Les résultats sont résumés sur les figures 25 et 26 (p. 221-222). Les chiffres trouvés ont été ramenés à des moyennes mensuelles (4 semaines) par exploitation, et à des pourcentages par grandes catégories de produits.

Figure 23. Rations journalières par produits.

Figure 23. Rations journalières par produits.

Figure 24. Rations journalières de mil suivant la période de l'année.

Figure 24. Rations journalières de mil suivant la période de l'année.

9On constate la forte augmentation des montants des ventes et des achats du nord au sud. Très faibles chez les Mafa, ils sont nettement plus élevés chez les Kapsiki et chez les Djimi, et encore plus chez les Goudé des deux quartiers de Maboudji. Le passage de la pauvreté des montagnes du nord à la relative aisance des collines du sud-ouest est bien marqué. Il le serait encore davantage si l’enquête avait porté sur une année entière : les gens du nord vendent surtout après leurs récoltes — soit pendant la période observée —, tandis que les autres échelonnent davantage leurs ventes.

10L’arachide apporte aux montagnards mafa examinés plus de 50 % de leurs revenus. Au sud, les ventes d’autres produits agricoles (surtout le sorgho, la patate, le haricot et le voandzou, mais aussi le tabac, le maïs, la calebasse), prennent une place importante dépassant dans certains cas celle de l’arachide. Les ventes de bétail sont trop irrégulières pour qu’une enquête courte donne des résultats significatifs. Les productions artisanales apportent presque partout un appoint et deviennent la ressource principale des habitants de Maboudji (tissage et broderies), du moins dans cette période de l’année : beaucoup attendent la montée des cours en fin de saison sèche pour vendre leurs produits agricoles. Les salaires constituent une part de revenus non négligeable pour plusieurs villages, notamment à Mandaka et à Bamguel, proches des petites villes de Mokolo et Bourha où l’on peut trouver du travail pour construire des cases ou aider un commerçant.

11Sur le graphique des achats (fig. 26, p. 222) on remarque que les Mafa du nord consacrent plus de 70 % de leurs revenus à des achats de produits alimentaires (viande, poisson, sorgho, bière de mil), tandis que c’est le poste « vêtements » qui occupe ailleurs la première place.

12Ces deux enquêtes montrent bien l’écart entre les conditions de vie des populations du nord et celles du sud. Les premières arrivent à produire ce qui leur est nécessaire pour leur alimentation, mais guère davantage, et tirent de petits revenus de leur arachide (ou de leur coton). Les secondes ont de larges excédents vivriers qui constituent une part importante de leurs ventes. En outre, depuis 1972, la montée des cours de l’arachide, et parfois la culture attelée, les ont incitées à développer leur production arachidière qui apporte maintenant à certains de fortes rentrées d’argent.

13Ainsi une diminution importante des récoltes due aux mauvaises conditions climatiques peut amputer les réserves vitales des gens du nord, mais ne fait qu’abaisser les revenus de ceux du sud.

Figure 25. Montant moyen des recettes, par famille, pendant quatre semaines (en fcfa).

Figure 25. Montant moyen des recettes, par famille, pendant quatre semaines (en fcfa).

Figure 26. Montant moyen des dépenses, par famille, pendant quatre semaines.

Figure 26. Montant moyen des dépenses, par famille, pendant quatre semaines.

LES PETITES RÉGIONS DU SUD DES MONTS MANDARA

14L’examen des niveaux de vie confirme l’opposition entre le nord et le sud des monts Mandara. Il s’agit de deux régions distinctes et qui sont elles-mêmes diversifiées.

15Au nord, les différences portent essentiellement sur la nature de la culture commerciale, arachide ou coton, et sur les densités des zones accidentées, très variables suivant l’importance de l’émigration et les possibilités d’établissement sur les piémonts : des massifs vides, peu, moyennement ou très peuplés se côtoient. Le principal clivage est celui qui oppose les massifs en bordure des plaines cotonnières, dont la plupart des habitants sont descendus ou partis, et les autres, ceux auprès desquels on cultive l’arachide, qui restent dans l’ensemble très peuplés.

16Le sud, on l’a vu, comporte à peu près autant de petits « pays » que de groupes ethniques, chacun d’eux présentant un visage particulier avec son type d’habitat et son système agraire. Pourtant, peu à peu, leurs spécificités tendent à s’estomper. Brassages ethniques, islamisation et surtout désir de modernisation et de progrès incitent un bon nombre d’entre eux à remplacer les anciennes façons de faire par des nouveautés, ce qui entraîne une certaine uniformisation.

17C’est pour l’habitat que la tendance à la banalisation est la plus apparente. Ainsi, les anciens villages djimi, si caractéristiques avec leurs habitations alignées contre un massif et leurs quadrillages d’euphorbes, sont en voie de disparition. Les plans types, spécifiques des habitations de chaque ethnie, se modifient avec l’apparition fréquente d’une ou deux cases rectangulaires recouvertes de tôles. De même, les systèmes agraires s’uniformisent. Les vieux sorghos sélectionnés sur place sont détrônés par des variétés venues de la plaine, djigari et yolobri. L’arachide se développe de plus en plus au détriment de plantes traditionnelles, telles que l’éleusine chez les Bana, le haricot chez les Goudé, le voandzou chez les Fali.

18Le compartimentage en pays ethnique est encore très présent et laissera certainement des traces pendant longtemps. Mais il tend à s’effacer et à être remplacé par un autre découpage, plus vaste, fondé sur le milieu physique.

19— plateau à l’est de Mokolo

  • Ethnies : Matakam, Tchouvouk, Mouhour, Kortchi, pasteurs peul.
  • Peuplement en progression.
  • Sorgho, mil pénicillaire, arachide, un peu de patate.
  • La culture permanente reste la règle. Construction de terrasses sur les pentes en cours de colonisation.
  • Zone de transition entre le nord et le sud, avec un relief assez accidenté.

20— Les plateaux frontaliers

  • Ethnies : Oula, Kapsiki, Bana, Djimi, Tchedé, pasteurs peul en voie de sédentarisation.
  • Peuplement en progression.
  • Importance du sorgho, avec deux variétés complémentaires, à court et à long cycle.
  • Fort développement de l’arachide. Diverses autres plantes commercialisées, notamment la patate et le voandzou.
  • Culture attelée, avec prédominance de la petite charrue à traction asine.

21— Les collines du sud-ouest

  • Ethnies : Goudé, Ndjegn.
  • Peuplement à tendance légèrement régressive.
  • Sorgho à long cycle, patate ; haricot et arachide chez les Goudé, pomme de terre, maïs, fruits chez les Ndjegn.
  • Activité artisanale importante.

22Plateaux frontaliers et collines du sud-ouest sont les deux secteurs des monts Mandara où la croissance économique est la plus forte, les premiers grâce à l’arachide et à la patate, les seconds par leurs productions agricoles diversifiées et leur artisanat. La frontière a un effet stimulant et suscite une certaine effervescence commerciale.

23— Les montagnes du sud-est

  • Ethnies : Daba, Téléki.
  • Peuplement en régression.
  • Sorgho et haricot.
  • Un peu d’arachide, de patate, de voandzou.

24— Les plaines et vallées du sud-est

  • Ethnies : Ndjegn, Tchédé, Daba, Fali.
  • Peuplement en progression.
  • Sorghos, arachide ou coton suivant les secteurs, voandzou.
  • Cultures de fin de saison des pluies ou de saison sèche sur les alluvions des vallées : patate, oignons, tabac, canne à sucre.
  • Culture attelée à traction bovine.

25Recouvrant la diversité du nord et du sud, les quelques points communs sont liés à la politique menée depuis plusieurs décennies : dépeuplement des zones accidentées au profit des plateaux et des plaines, développement sur ces derniers de l’arachide ou du coton, et de la culture attelée.

MONTS MANDARA ET DÉVELOPPEMENT

Pour une diversification des actions de développement

26Au cours des chapitres consacrés aux diverses régions des monts Mandara ont été suggérées des mesures susceptibles de mettre en valeur leurs potentialités ou de répondre à leurs problèmes. À la diversité des situations doit correspondre une diversité de réponses. C’est là un des enseignements à retirer : un modèle unique ne convient pas. Des montagnes très peuplées, ou au contraire presque vides, des plateaux ou des plaines, ne relèvent pas des mêmes actions. La meilleure façon d’aider les Goudé et les Ndjegn serait de leur construire une bonne route permanente et de résoudre leur problème d’eau en saison sèche. Les montagnards du nord devraient surtout être incités à utiliser des engrais et à diversifier leurs productions. Les cultivateurs des plateaux et des plaines devraient non seulement développer leur production d’arachide ou de coton et utiliser la charrue, mais aussi mieux tirer parti de leurs sols aptes aux cultures d’arrière-saison et de saison sèche.

Pour une polyculture axée sur le marché régional

27La relative aisance des habitants des plateaux et du sud-ouest tient pour une part à la diversité des produits commercialisés. Les ventes de sorgho, patate, voandzou, haricot, pommes de terre, tabac, maïs, fruits, viennent compléter, ou parfois remplacer, les revenus apportés par l’arachide. L’écoulement en est aisé, soit vers les villes du Nord-Cameroun, soit vers le Nigeria ou le Tchad. Les paysans profitent de la complémentarité apportée par les caractéristiques de leur milieu : l’altitude provoque une fraîcheur favorable à certaines plantes comme la pomme de terre ou la patate, les pentes sont bien adaptées au haricot.

28Une telle polyculture favorise l’étalement des travaux agricoles, elle permet de mieux affronter le risque climatique, les plantes ayant des cycles différents, et de ne pas être à la merci de l’effondrement des cours d’un produit. La politique agricole pourrait viser à promouvoir ce type de cultures, en particulier chez les montagnards du nord et du sud-est.

29L’attention devrait par ailleurs être portée sur les variétés locales de sorgho. Elles tendent, pour des raisons non agronomiques, à être remplacées par des variétés de plaine qui donnent, semble-t-il, de moins bons résultats. Des études comparatives précises sur les rendements et les conditions de culture montreraient probablement l’intérêt de conserver les vieilles variétés, mieux adaptées aux sols de montagne et de plateau.

Pour un développement de l’artisanat

30L’artisanat traditionnel utilitaire destiné aux besoins locaux est en régression. Les cuvettes et seaux en plastique et en métal remplacent peu à peu les poteries, les fondeurs de fer ont disparu, les forgerons utilisant aujourd’hui des fers de récupération. En revanche, la menuiserie se développe : beaucoup de villageois achètent des portes, des fenêtres, des lits ou des chaises. Quelques montagnards se sont orientés vers la production destinée aux touristes. Des Mada et des Ouldémé font de belles vanneries en feuilles de palmiers doum, des Matakam fabriquent des objets divers en terre ou en fer, des Kapsiki, des Bana, des Téléki, des objets en cuivre, avec le procédé dit « à cire perdue ». Mais les ventes restent très limitées.

31Plus intéressant est l’artisanat tourné vers le marché régional. L’exemple des Goudé et des Ndjegn montre que les villages entiers peuvent y trouver des revenus appréciables. Pour écouler leurs boubous en gabak et leurs toques brodées, les Ndjegn ont su s’organiser : ils ont des points de vente dans les villes voisines du Cameroun et jusqu’à Meiganga et Yaoundé.

32La question des débouchés demeure le problème majeur de ce type d’activité. Si on voulait le développer et l’étendre à d’autres groupes, notamment aux montagnards du nord qui connaissent une longue période de chômage en saison sèche, il faudrait mettre en place un véritable réseau commercial et réaliser des campagnes publicitaires visant à valoriser les produits nationaux.

Pour la mise en valeur des montagnes dépeuplées

33Les montagnes en cours de dépeuplement, au nord comme au sud, se transforment peu à peu en pôles répulsifs où l’on ose à peine s’aventurer de peur des panthères et des cynocéphales. Ces derniers viennent même s’attaquer aux cultures en piémont, et nous avons vu à quel point ils rendaient difficile la vie des montagnards lorsque ceux-ci sont peu nombreux.

34Il semblerait relativement facile de faire reculer le fléau par des campagnes d’éradication.

35Des actions de mise en valeur devraient en outre être entreprises. Le reboisement des pentes raides permettrait de limiter les dégâts de l’érosion, et l’on pourrait multiplier les espèces utiles pour leurs feuilles, leurs fruits ou leur bois. La façon dont les montagnards du nord traitent leurs parcs arborés pourrait servir de modèle. La multiplication d’arbres « à perches » (jujubiers, Anogeissus, Terminalia brownii...), conduite de manière à donner des rejets ou des branches bien droits, procurerait aux habitants du voisinage ou même des plaines plus lointaines, des poutres pour leurs toits que certains vont acheter actuellement au Nigeria. Implanter sur les pentes des baobabs, des tamariniers, des Acacias albida, des rôniers, des nérés, dont les fruits ou les feuilles sont comestibles, favoriserait le petit élevage domestique et apporterait aux hommes des compléments de nourriture ou de revenus. L’introduction d’autres arbres utiles, tel le mûrier, pourrait également être étudiée.

36Au-dessus des versants à pentes raides, les massifs comportent généralement des secteurs moins accidentés, des vallons suspendus, où était auparavant installé l’habitat. Avec leur climat frais et sain, ils pourraient sans doute devenir un lieu d’accueil pour les bovins, en particulier en saison des pluies, quand plaines et plateaux se couvrent de cultures. Là encore, des paysans nous offrent un exemple qui donne à réfléchir. Les Fali d’Aïnoro envoient pâturer en saison des pluies leurs bœufs de labour à l’emplacement de leur ancien habitat de montagne ; ils barrent avec des épines les quelques issues entre les rochers, et leurs animaux trouvent leur provende, sans même avoir besoin de gardien.

37L’élevage, durement concurrencé par le développement des cultures sur les piémonts, trouverait ainsi un nouveau domaine.

38Ces quelques suggestions s’appuient sur l’écoute et l’observation des paysanneries. C’est là, nous semble-t-il, la seule façon d’emprunter la « voie paysanne », celle qui conduit à un développement authentique profitant à la fois à la nation et aux populations concernées : les deux objectifs ne sont pas toujours antinomiques.

39Encourager les initiatives locales, accompagner les efforts en intervenant sur des points précis qui échappent à la compétence de l’agriculteur (introduction de nouvelles plantes ou de nouvelles techniques, construction de routes, étude de marchés), faire « circuler l’information » en suggérant ici ce qui a été réussi ailleurs par des groupes placés dans des conditions analogues, chercher à résoudre les problèmes, à lever les blocages propres à chaque petite région, ce type d’actions, qui considère les paysans comme les véritables promoteurs de leur propre développement, est à privilégier. Il ne brise pas les dynamismes, contrairement aux opérations initiées de l’extérieur et encadrant étroitement les populations. Et il s’ajuste mieux aux potentialités du milieu physique et humain.

40Enfin, l’objectif du paysan qui travaille sa terre est d’assurer son alimentation et de gagner de l’argent, mais sa qualité de vie dépend de bien d’autres facteurs. Il doit notamment s’intégrer dans une communauté vivante et attrayante, et être en harmonie avec lui-même. Sur ce point, les habitants des monts Mandara, bien souvent, ont perdu. Ceux qui vivent en montagne voient leurs massifs se dépeupler ; les campagnes pour la descente se sont longtemps appuyées sur les dénigrement de la vie « parmi les rochers comme des singes », et l’école véhicule ces mêmes jugements dévalorisants qui finissent par pénétrer les mentalités. Ceux qui sont descendus en piémont ne reconstituent pas toujours des groupes villageois aussi cohérents qu’auparavant, du fait du déracinement, des mélanges de populations et du déclin de leur religion.

41Toutes les sociétés rurales en voie de modernisation connaissent une certaine déstructuration et la perte de leurs valeurs traditionnelles. Mais ici, et plus particulièrement dans les montagnes du nord, la rapidité des changements et le fait qu’ils concernent tous les aspects de la vie provoquent un bouleversement brutal et perturbateur.

42Raison supplémentaire pour fonder le développement agricole sur les solutions et orientations issues du milieu : on aiderait ainsi les populations à conserver, ou à retrouver, leur vitalité et leur fierté.

Table des illustrations

Titre Figure 23. Rations journalières par produits.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15078/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Titre Figure 24. Rations journalières de mil suivant la période de l'année.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15078/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Titre Figure 25. Montant moyen des recettes, par famille, pendant quatre semaines (en fcfa).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15078/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 26. Montant moyen des dépenses, par famille, pendant quatre semaines.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/15078/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 146k

© IRD Éditions, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search