Version classiqueVersion mobile

L’ombre du mil

 | 
Dominique Guillaud

3. Les marques des peuplements anciens

Texte intégral

Figure 9. Les massifs d’Aribinda et les vestiges laissés par les poté samba dans les environs immédiats du bourg.

1Certains ouvrages évoquent la présence d’une occupation humaine antérieure à la fin du xve siècle dans l’Aribinda. Quel que soit le nom par lequel on identifie ce peuplement ancien (selon les auteurs, Kurumba, Kurumankobé, Déforobé, Gurmankobé ou Songhay), les ouvrages qui en traitent utilisent couramment l’expression « gens d’avant ». On peut lui préférer celles de « premières gens », ou « premiers occupants » qui traduisent littéralement la formulation kurumfé, poté samba.

2Le terme poté samba est employé par les habitants actuels pour désigner l’ensemble des populations qui se sont succédé dans la région d’Aribinda avant leur arrivée. Les précédents occupants songhay connus par la tradition orale, les populations que ces derniers ont trouvées sur place à leur arrivée, ou encore celles qui ne sont repérables que par les vestiges qu’elles ont laissés dans la région, tous font ainsi partie des poté samba.

3Quoi qu’il en soit, pour le moment, de l’identification de ces populations, les vestiges laissés par les poté samba (gravures rupestres, traces de construction, tessons de poterie et meules dormantes, tertres anthropiques, restes de métallurgie et lambeaux d’un ancien parc à Acacia albida) permettent d’avoir un aperçu des conditions offertes par la région à l’établissement humain.

ARIBINDA, SITE REMARQUABLE

4La plus grande partie des vestiges se retrouve sur les sites que forment, dans le centre de la région, l’association des granites alcalins et des ensablements de l’erg ancien : parc à Acacia albida, meules, gravures, tertres et restes de constructions diverses sont tous présents sur ces sites. La densité des vestiges va en s’accroissant à mesure que l’on se rapproche du bourg d’Aribinda et des collines qui l’environnent (fig. 9).

  • 1 Certains informateurs peuvent encore localiser quelques-uns de ces anciens puits, comme au pied de (...)

5Cette coïncidence géographique et la densité locale des vestiges soulignent le caractère exceptionnel du site. Les massifs de granite qui surplombent la bourgade d’Aribinda se prêtent au refuge et au guet. L’ascension des dômes, si elle est la plupart du temps aisée, oblige à de lents cheminements entre les blocs ou sur des pentes raides ; autour des replats de ces massifs, les chaos et les cavernes offrent d’innombrables caches et abris naturels. Les réservoirs d’eau abondent sur les massifs, et peu de dômes en sont dépourvus. La capacité de ces réservoirs, dont certains sont encore utilisés aujourd’hui, suffisait peut-être à de petites communautés de quelques familles établies sur les reliefs pendant une partie de la saison sèche. Au surplus, des puits1 au pied des massifs pouvaient leur assurer une certaine autonomie en eau. Enfin, des sols légers qui se prêtent à la culture du petit mil auréolent les reliefs d’Aribinda sur un rayon de plus de 2 kilomètres.

6Aribinda, ainsi que quelques sites proches qui peuvent lui être associés, comme les massifs granitiques de Wilao, Pem, Kiring ou Wondo, offrent la conjonction de ces trois conditions premières à l’établissement humain : refuge, eau, terres de culture. C’est à cette conjonction qu’il faut attribuer la grande diversité des vestiges anciens ou plus récents qui se côtoient sur ces lieux. Cependant Aribinda, au regard des autres sites comparables, offre par sa localisation un atout supplémentaire : de tous les « archipels » de granite qui parsèment la région, excepté celui de Kiba-Diamkolga, lequel ne se prête guère à la défense, c’est celui qui est le plus proche de la mare de Boukouma. Cette dernière représentait, au plus fort de la saison sèche, le seul point d’eau permanent et accessible de la région. Il n’est donc pas étonnant qu’une telle concentration de vestiges soit observée à Aribinda, qui apparaît comme un centre privilégié dans l’occupation de la région.

7Au fil des siècles cependant, l’occupation de l’Aribinda ne s’est pas limitée à ce « cœur » de la région. L’examen de quelques vestiges parmi les plus significatifs, et aussi l’évocation, par le biais de la tradition orale, de multiples peuplements anciens, démontrent que l’occupation humaine a autrefois connu une extension géographique que les habitants actuels de l’Aribinda ne retrouveront qu’au xxe siècle. La reconnaissance de l’existence des poté samba est importante, dans la mesure où elle est révélatrice de plusieurs types différents de sociétés et d’exploitation de l’environnement.

LES VESTIGES : LA TRACE DES POTÉ SAMBA2

Gravures, meules dormantes et tertres anthropiques

8Les gravures signalées par Urvoy (1941) et Rouch (1961) concernent quelques collines des environs d’Aribinda. En fait, il suffit de parcourir la zone des granites alcalins qui s’étend autour d’Aribinda (fig. 9) pour saisir leur extension. Dans cette zone, les gravures sont présentes sur tous les dômes : un premier examen les chiffre par centaines.

  • 3 Les graveurs recherchaient certaines surfaces altérées et grenues du granite alcalin, sur lesquell (...)

9Nulle autre roche que le granite, utilisé quand il présente une texture particulière3, et les filons de quartz qui l’entaillent, ne servent de support aux gravures. Elles sont localisées à proximité des réservoirs d’eau ou des zones de vestiges de construction qui occupent les replats des dômes de granite.

10Des gravures comparables à celles d’Aribinda (fig. 10 et 11) se retrouvent à Kourki au Niger (Rouch, 1949 et 1953), et à Pobé Mengao dans le Yatenga. Sur ces deux sites liés également à des affleurements de granite, le thème du cavalier est, comme à Aribinda, largement dominant. Les représentations les plus fréquentes des gravures sont en effet celles du cavalier ou du cheval, et aussi de la faune sauvage.

  • 4 On peut difficilement concevoir que certaines meules fixes, surcreusées et étroites, aient pu serv (...)
  • 5 La « ruée sur l’or » qui eut lieu au début de l’année 1984 remit en service les meules mobiles, ra (...)

11Un autre type de vestige est représenté par les meules dormantes. Certaines d’entre elles sont creusées à même les flancs des dômes de granite. Tantôt elles présentent une forme ellipsoïdale étroite, et sont très concaves (jusqu’à 15 centimètres de profondeur), tantôt elles ne sont qu’une simple empreinte rectangulaire polie et à peine creusée dans la roche ; elles mesurent dans les deux cas une trentaine de centimètres de longueur. Un autre type de meules se présente sous la forme de blocs de granite mobiles creusés sur leur plus grande face ; on les trouve généralement au sommet des tertres anthropiques ou parmi les vestiges des constructions anciennes, sur les replats des dômes de granite. Quelles qu’aient été les utilisations de ces deux types de meules4, elles ne sont plus guère fabriquées aujourd’hui et leur récupération sur certains sites répond à des utilisations tout à fait particulières5.

12Enfin, de petites éminences, dont le relief est parfois à peine marqué, dominent certaines plaines ou certains glacis d’une hauteur de 1 à 3 mètres pour un diamètre de 2 à 15 mètres ou plus. Elles se présentent comme une masse argileuse, cimentant des matériaux rocheux de toute taille et des tessons de poterie. Ces buttes sont parfois couronnées par des meules et des blocs de pierre. Ce type de vestige est très courant dans la région. On rencontre ces tertres jusque vers Soum au nord, et Kaya, voire au-delà, au sud ; d’est en ouest, il semble que leur extension, plus ou moins dense, couvre au bas mot une zone qui s’étend depuis le Yatenga jusqu’au Liptako et à l’Oudalan.

13Dans l’Aribinda, les tertres anthropiques répondent à deux types d’implantation précis qui coexistent parfois : les points d’eau et les zones de terres légères. On les rencontre ainsi par grappes aux abords des mares et des retenues, près des confluences du réseau hydrographique, sur les sables de l’erg ancien et tout particulièrement sur le terroir d’Aribinda où ils sont en très grand nombre : on en compte près d’une centaine aux abords immédiats du bourg actuel.

Les cavaliers

Les cavaliers

Figure 10. Quelques gravures d'Aribinda et de ses environs. Cavaliers et chevaux.

Les scènes de chasse

Les scènes de chasse

La faune

La faune

Figure 11. Quelques gravures d’Aribinda et de ses environs. Faune et scènes de chasse.

14On peut, avec quelques réserves toutefois, faire correspondre ces tertres à d’anciennes habitations, comme le fait Marchal (1983 : 687) dans le Yatenga. Cependant dans l’Aribinda ils ont été très largement réutilisés comme lieux de sépulture par le peuplement actuel. Ce brouillage rend difficile la distinction entre ce qui est effectivement vestige d’ancienne habitation et ce qui est, à proprement parler, tumulus.

Le parc à Acacia albida

15C’est à Aribinda même que l’on rencontre les restes les plus importants d’un parc à Acacia albida. Les arbres situés aux abords de la petite mare de Boukouma Kweyré (fig. 9) atteignent jusqu’à une quinzaine de mètres de hauteur et un diamètre approchant parfois les deux mètres dans leur partie la plus large. Ces vieux individus, au tronc creusé par l’âge et boursouflé par le prélèvement d’écorce en vue de préparations médicinales, constituent une sorte de parc au semis lâche dans une zone bien délimitée ; ailleurs, autour des massifs d’Aribinda, les individus sont isolés ou regroupés en petit nombre. Plus au nord, à Arba Débéré, et à l’ouest, vers Dalla, on rencontre également un parc très clairsemé d’arbres de grande taille. Au sud, vers Brigtoéga, les paysans signalent l’existence de vieux Acacia albida aujourd’hui disparus à proximité des bas-fonds. Enfin, la rive est de la mare de Boukouma porte encore quelques-uns de ces arbres.

  • 6 Pour germer, la graine doit transiter par le tube digestif d’un animal.
  • 7 Acacia albida ou Faidherbia albida est un arbre fourrager profitable aux cultures sous sa frondais (...)

16Ce parc à Acacia albida est un élément construit du paysage. Pour qu’il y ait arbre, il faut que les agriculteurs taillent et protègent le jeune sujet buissonnant, d’autant plus vulnérable à la dent du bétail que son cycle végétatif inversé le pourvoit de feuilles et de gousses en saison sèche, au moment où la recherche de fourrage pose problème. Étroitement associé à l’élevage, ce parc implique pour se construire et se reproduire la présence d’un important troupeau, bovin de préférence6. Or on verra que l’élevage actuel n’est apparu dans l’Aribinda que vers la fin du xixe siècle. Le parc, quant à lui, est bien plus ancien et on peut raisonnablement penser qu’il s’agit d’un vestige. Enfin, peu d’agriculteurs connaissent actuellement l’utilité de l’Acacia albida7.

17Les densités actuelles du parc sont de l’ordre de 3 à 4 individus à l’hectare, ce qui est peu en regard d’un peuplement qui, pour profiter aux cultures, doit au moins atteindre 20 pieds (Poulain, s.d. : 7). Les enquêtes menées sur l’évolution de la végétation à Aribinda font apparaître un parc bien plus étendu il y a à peine quelques décennies. Les lambeaux qui subsistent aux abords de la mare, c’est-à-dire là où la nappe phréatique est la plus proche, peuvent donner une idée de cet ancien parc.

Les vestiges de constructions

  • 8 À propos de Dalla et de Zaran, voir plus loin dans le même chapitre Le peuplement songhay du nord (...)

18Il est difficile de distinguer les ruines de construction des poté samba de celles que la population actuelle, dans ses implantations successives, a par la suite laissées derrière elle. Les occupants actuels sont loin de revendiquer tous les vestiges de construction qui parsèment abondamment les reliefs, les plaines et les glacis, et qui se distinguent sans difficulté des tertres anthropiques. Ces ruines sont formées de blocs de roches très diverses, mais homogènes d’un site à l’autre (granite, latérite ou schiste). Sur les reliefs, certains replats jonchés de ruines sont encore recouverts de l’argile qui servait à cimenter les matériaux. Les pierres et les blocs dessinent au sol des formes circulaires, rectangulaires ou carrées. L’extension de ce type de vestiges est grande : ils sont présents dans le terroir d’Aribinda même, mais aussi dans ce qui correspond au territoire de l’ancienne chefferie songhay de Zaran au nord, dans les environs de Dalla8 à l’ouest, et jusque vers Gasseliki au sud.

  • 9 Aucune datation des tertres n’a été effectuée dans l’Aribinda. Toutefois une tournée archéologique (...)

19On ne peut exclure que plusieurs populations successives aient laissé derrière elles des traces comparables : que les ruines soient situées en plaine aussi bien que sur les reliefs semble témoigner de conditions de sécurité différentes d’une localisation à l’autre, et on peut au minimum leur faire correspondre deux moments distincts de l’occupation humaine. Une autre période encore pourrait être signalée par les tertres anthropiques9 s’il s’agissait effectivement d’anciennes habitations. Ainsi plusieurs modes d’occupation distincts semblent s’être succédé dans l’Aribinda au cours d’une période très antérieure à la phase du peuplement actuel.

L'INTERPRÉTATION DES VESTIGES

20Diverses hypothèses, prenant appui sur la signification des vestiges, ont déjà été échafaudées à propos du peuplement ancien (Dupré et Guillaud, 1986 : 43-44) ; elles sont brièvement exposées ci-dessous.

  • 10 Leroi-Gourhan (1965 : 82) écrit à propos des représentations animales dans l’art préhistorique occ (...)

21Les gravures, du moins celles qui ont été recensées jusqu’à présent, ne permettent pas de se faire directement une idée de l’habitat ou des différentes activités de production au temps des poté samba10 En revanche, la fréquence de la représentation de la chasse à cheval semble indiquer que ces scènes - à moins d’une interprétation abusive - étaient familières aux poté samba, qu’ils aient observé ou qu’ils aient eux-mêmes pratiqué cette activité.

22Mais l’usage du cheval n’est pas cantonné à la chasse. Il revêt une tout aussi grande importance dans l’activité très proche de la chasse qu’est la guerre (Leroi-gourhan, 1973 : 68-69). Les auteurs s’accordent généralement sur le type d’organisation sociale liée à la présence du cheval et à son usage guerrier. Pour Goody (1971 : 36), la possession du cheval est liée à l’existence de ce que l’on peut nommer une aristocratie. Olivier de Sardan (1984 : 74) va dans le même sens et écrit à propos des sociétés songhay et zarma au Niger : « le cheval est un bien cher, [...] inaccessible aux simples paysans, roturiers ou captifs autonomes. La science du cheval [...] est un privilège de classe. Sous réserve d’un inventaire précis [...] on peut en effet poser : aristocratie = cheval ».

23L’existence d’un groupe aristocratique implique évidemment qu’un autre groupe social se Consacre à la production. Ce groupe, que l’on peut comme Olivier DE Sardan nommer « paysannerie », cultive et éventuellement élève du bétail. Aucune représentation d’un quelconque bétail n’a pu être identifiée, mais le parc à Acacia albida, évoqué plus haut, peut susciter une hypothèse. Sur la signification économique d’un tel parc, Pélissier (1980 : 135) écrit : « le parc à Faidherbia albida révèle un type de civilisation agraire d’une étonnante identité ; partout il est l’œuvre de paysanneries sédentaires, pratiquant avec une égale passion la céréaliculture sous pluie et l’élevage, partout il est lié à la pression démographique, c’est-à-dire à la nécessité d’une exploitation continue du sol, partout il est associé à des sociétés relevant d’un modèle commun, historiquement fondé sur le refus de toute structure sociale ou politique contraignante ».

  • 11 C’est notamment le cas des Nakomsé (l’aristocratie mossi) imposant leur domination aux actuels « g (...)

24Ces conclusions qui évoquent l’existence d’une paysannerie sont à l’opposé de celles auxquelles conduit l’examen des gravures, indicatrices d’une aristocratie. Comment expliquer alors la coexistence de la société des cavaliers et de celle des paysans constructeurs du parc ? Les exemples empruntés aux régions voisines, et notamment au pays mossi, ne manquent pas11 Goody (1971 : 48-49), d’ailleurs, précise qu’en Afrique de l’ouest, « les chevaux étaient la possession d’un groupe politiquement dominant qui était généralement d’origine étrangère et avait imposé sa domination à une contrée peuplée de paysans ».

25Ainsi deux périodes successives au moins, dans l’occupation de la région par les poté samba, peuvent être imaginées : dans un premier temps, une société paysanne peu ou pas hiérarchisée, établie sur ou à proximité des reliefs, exploite, par une agriculture intensive et un élevage sédentaire, des espaces proches des habitations. Dans un deuxième temps, des cavaliers imposent leur domination aux paysans constructeurs du parc. Durant cette seconde période, la protection assurée par les cavaliers permet à l’habitat de s’étendre aussi en plaine.

26Diverses informations, recueillies çà et là dans le nord du Burkina et dans l’Aribinda, permettent de se faire une idée de ces processus de superposition de systèmes politiques.

LES POTÉ SAMBA D'APRÈS LA TRADITION ORALE

Les gens descendus du ciel : un premier peuplement Kurumba12 ?

  • 12 Il convient de distinguer ces Kurumba autochtones des Kurumba qui, en provenance du Yatenga, ne pa (...)
  • 13 Les lignages qui revendiquent une telle origine sont, dans le Djelgodji, les Yirgé et les Koura-Sa (...)

27Dans l’aire géographique qui couvre le Djelgodji, le Liptako et l’Aribinda, on rencontre plusieurs lignages qui tiennent le même discours sur leur origine : leurs ancêtres seraient descendus du ciel au moyen d’une chaîne en fer pour atterrir sur une éminence, relief ou arbre, généralement à proximité d’une mare. Ces descentes sur la terre auraient eu lieu près de Béléhédé et à Dessi dans le Djelgodji, et non loin du village de Bou dans le Liptako13.

28À Aribinda même, on rencontre aujourd’hui un lignage qui porte le patronyme Tiron et qui, au moyen d’une chaîne en fer, serait descendu du ciel sur le massif de Wassa, le plus élevé du site. Le discours de ce lignage vise à marquer son antériorité par rapport aux vagues de peuplement venues par la suite, qui lui contestent parfois cette prétention. Toutefois, les nombreux vestiges autour du dôme de Wassa (meules, tombes) sont sans difficulté attribués aux Tiron. Certains informateurs enfin ne font aucune difficulté pour reconnaître les Tiron comme les « premiers occupants de la montagne ».

  • 14 Le village de Dalla notamment, situé à quelques kilomètres d’Aribinda, et où les premiers arrivant (...)

29À leur descente du ciel, les Tiron, comme d’ailleurs les autres lignages du Djelgodji et du Liptako, parlent le kurumfé. Il semblerait donc qu’on ait affaire à un premier fond de peuplement kurumba, dont la tradition orale de certains villages garde d’ailleurs la mémoire14 Deux vagues d’immigration successives viennent ensuite le recouvrir ; ces nouveaux arrivants proviennent de l’Empire songhay.

Le peuplement songhay du nord du Burkina

  • 15 L’Empire songhay fut constitué à la fin du xive siècle.

30Plusieurs groupes humains d’origine songhay se sont réfugiés à diverses époques dans le nord du Burkina Faso (fig. 1-a). La plupart de ces lignages disent être originaires de la ville de Gao, au Mali actuel. Cette référence à Gao s’attache cependant moins au lieu de départ réel des migrants qu’à l’Empire songhay15 tout entier, dont la ville était la capitale sous la dynastie des Askya régnant au xvie siècle.

  • 16 Les informateurs du village d’Oursi, dans l’Oudalan, évoquent pour expliquer la première migration (...)

31Certaines informations issues de la tradition orale permettent de penser que les premières de ces migrations étaient liées au durcissement de l’islam dans l’Empire, vers la fin du xve siècle16 Ce raidissement religieux aurait poussé des populations non islamisées à migrer en direction du sud, vers les marches de l’Empire, hors de portée du pouvoir central.

32Par la suite, le nord du Burkina devint un refuge pour divers groupes que des événements plus tardifs chassèrent du Songhay : l’effritement progressif de l’empire après l’intervention marocaine et la prise de Gao en 1591, et les nombreuses famines qui ont accéléré, à la même époque, le déclin songhay. Une deuxième vague de migration vint donc prendre le relais de la première.

  • 17 Dans le nord du Burkina, les principaux, et les plus anciens centres songhay actuels issus de ces (...)

33Les bribes d’information glanées dans le nord du Burkina rendent ainsi plausible le scénario suivant : une première vague de peuplement animiste, en fuyant l’Empire songhay, parvient dans la zone, probablement vers la fin du xve siècle, y rencontre des Kurumba déjà établis et se mêle à ceux-ci. À compter de la fin du xvie siècle, une autre vague songhay, islamisée cette fois, vient imposer sa domination aux groupes présents. Cette seconde vague d’immigrants détient encore la chefferie dans les établissements sédentaires du Djelgodji et de l’Oudalan17

  • 18 Les Songhay d’Oursi gardent en effet la mémoire d’une campagne guerrière contre Aribinda. Ils s’y (...)
  • 19 À propos de la destruction de Banh Kani par les Peul Djelgobé, voir Tall (S. 1. n.d. : 15).

34À ce moment-là, si l’on en croit les informateurs du village d’Oursi dans l’Oudalan, l’Aribinda aurait été dans la mouvance de l'importante chefferie songhay de Banh Kani, dans l’actuel Djelgodji18 Cette hypothèse est confirmée par les informateurs des villages actuels de Filio et de Tinghé, issus des débris de la chefferie de Banh Kani19 : des alliances matrimoniales et des liens de parenté liaient les habitants d’Aribinda aux groupes songhay de l’ouest.

35Il est donc probable que l’Aribinda ait aussi connu ces épisodes d’immigration, ou du moins certains d’entre eux, avant même que son peuplement actuel ne soit établi. Les déductions auxquelles conduisent l’examen des vestiges archéologiques ne semblent nullement contredire cette hypothèse.

LES ANCIENS TERRITOIRES

36L’image d’une occupation de la région à la fois ancienne, complexe dans sa chronologie, et relativement dense se dessine progressivement. L’Aribinda est loin, à l’époque, d’être le pays neuf que les occupants actuels, pour des raisons dont il sera question plus loin, prétendent avoir trouvé. Dans des zones aujourd’hui désertes ou récemment colonisées, des traces d’aménagement, des lambeaux de parc à Acacia albida, ou même de grandes concentrations de meules laissent entrevoir une exploitation agricole qui présente toutes les marques de la durée et parfois de l’intensité.

37Une exploitation aussi ancienne du milieu a aujourd’hui encore des incidences sur les potentialités agricoles réelles de la région. C’est pour cela qu’il est utile de reconstituer les occupations humaines antérieures à l’arrivée des habitants actuels. Deux chefferies se partageaient autrefois la région qui recouvre l’actuel Djelgodji et l’Aribinda, celle de Banh Kani et celle de Zaran : « le chef de Zaran commandait à 66 villages, celui de Banh Kani à 63 villages ».

  • 20 Abdouramane Koundaba, Béléhédé.
  • 21 Chaque famille, et aussi chaque village dans l’Aribinda possède sa propre « louange » ou « devise  (...)
  • 22 Les Zareye, anciens habitants de Zaran, sont à présent mêlés à la population actuelle de l’Aribind (...)

38Les limites orientales de la chefferie de Banh Kani apparaissent marquées par Aribinda, parent ou allié. On sait peu de choses des autres limites de Banh Kani. Certains informateurs mentionnent Kongoussi comme l’une des bornes du territoire20 L’extension de la chefferie de Zaran a pu être cernée par l’examen de la « louange »21 des Zareye22 qui cite un certain nombre de points d’eau, lesquels permettent de délimiter leur territoire. Ce dernier a été représenté sur la figure 12.

39Les traces de l’exploitation du milieu associée à ces occupations anciennes sont malheureusement brouillées par l’exploitation ultérieure, et le constat se réduit à quelques minces observations. C’est à Zaran que de telles traces sont les plus perceptibles. A Irikoye Faba, très probablement exploité par les populations de la chefferie de Zaran, les bas de pentes épierrés de quelques cuirasses ne portent plus que des sols décapés par l’érosion et totalement incultes. Aux alentours immédiats de Zaran, de manière générale, la plupart des aménagements agricoles anciens que l’on décèle appellent des constatations semblables. Enfin, à Dalla qui était une excroissance de Banh Kani, Boulet (1968), qui note la dégradation importante des sols, l’attribue à des phénomènes d’origine anthropique.

Figure 12. Limites de la chefferie de Zaran, d'après les lieux cités dans la « louange » des Zareye.

40L’exploitation agricole actuelle s’inscrit dans un espace en grande partie dégradé. C’est, de manière générale, le cas de tous les terrains situés sur les pourtours des anciens sites d’occupation, qu’ils répondent aux territoires des anciennes chefferies songhay ou à ceux que l’on peut, grâce aux vestiges, attribuer à d’autres poté samba. Il est bien difficile ainsi de parler à propos de l’Aribinda de « milieu naturel », dans la mesure où il n’est que peu, voire pas du tout, d’endroits où l’occupation humaine ne se soit inscrite. Mais on ne peut se faire une idée précise de la manière dont l’environnement était utilisé, ni savoir si, pour une occupation donnée, il était utilisé partout où il était utilisable. On en est sur ce plan réduit aux conjectures. Quoi qu’il en soit, les modes d’exploitation antérieurs ont laissé des séquelles qui compromettent maintenant la mise en valeur agricole et pastorale de l’Aribinda.

LA FIN DES POTÉ SAMBA

  • 23 Le récit que font les Zareye de l’anéantissement de leur chefferie ne mentionne nulle intervention (...)
  • 24 Les occupants actuels d’Aribinda situent ce conflit sous le règne de Loguba, troisième chef à comp (...)

41La disparition de la chefferie de Zaran23 précède de peu, ou est contemporaine de l’arrivée, dans la première moitié du xviiie siècle, des premiers occupants actuels d’Aribinda. La tradition orale de ces nouveaux immigrants rapporte par ailleurs qu’une série de conflits les opposa, dans les premiers temps de leur installation, à la chefferie de Dalla. Ces conflits se soldèrent finalement par la victoire d’Aribinda sur ces Songhay de l’ouest ; tous les habitants de Dalla furent déportés sur Aribinda, ou émigrèrent dans le pays mossi. Aribinda était alors sorti de la mouvance du Djelgodji24

42Pour les occupants actuels de l’Aribinda, tous les vestiges du passé que l’on rencontre çà et là dans la région sont, en bloc, le fait des « premiers occupants ». Tous ceux qui les ont précédés à diverses époques dans la région sont eux-mêmes des poté samba sur lesquels ils ne peuvent évidemment pas dire grand-chose. Ce rejet du peuplement antérieur dans un oubli plus ou moins volontaire sert magnifiquement le projet des habitants actuels, qui est de s’affirmer aujourd’hui comme les premiers occupants » de l’Aribinda.

Notes

1 Certains informateurs peuvent encore localiser quelques-uns de ces anciens puits, comme au pied des massifs de Wassa ou de Dikokation.

2 La plupart des informations dont il est fait état à propos des vestiges laissés par les poté samba sont extraites de Dupré et Guillaud (1986 : 5-48).

3 Les graveurs recherchaient certaines surfaces altérées et grenues du granite alcalin, sur lesquelles l’abrasion était aisée.

4 On peut difficilement concevoir que certaines meules fixes, surcreusées et étroites, aient pu servir à moudre des céréales : leur étroitesse permet mal la préhension d’un outil de broyage. Leur identification comme « meules » reste de ce fait douteuse.

5 La « ruée sur l’or » qui eut lieu au début de l’année 1984 remit en service les meules mobiles, rarement utilisées autrement, sinon en temps de famine : elles permettaient de conserver la balle du grain en même temps que la farine. Mais, en 1984, elles furent utilisées pour concasser le quartz aurifère.

6 Pour germer, la graine doit transiter par le tube digestif d’un animal.

7 Acacia albida ou Faidherbia albida est un arbre fourrager profitable aux cultures sous sa frondaison. L’arbre favorise la fixation de l’azote, et son cycle végétatif inversé permet une restitution de matière végétale au sol dans les conditions optimales pour la saison agricole. Poulain (s.d.) relève que l’influence de l’Acacia albida sur les cultures de mil est spectaculaire sans apport d’engrais : les rendements sont doublés par rapport à un terrain découvert.

8 À propos de Dalla et de Zaran, voir plus loin dans le même chapitre Le peuplement songhay du nord du Burkina et Les anciens territoires.

9 Aucune datation des tertres n’a été effectuée dans l’Aribinda. Toutefois une tournée archéologique menée en Oudalan en 1985 (conduite par F. Paris) a permis d’obtenir pour deux tertres de la mare d’Oursi une datation de 300 apr. J.-C. (Grouzis, comm. pers.).

10 Leroi-Gourhan (1965 : 82) écrit à propos des représentations animales dans l’art préhistorique occidental : « statistiquement, le nombre des espèces représentées est bien inférieur à celui des espèces qui composaient la faune de l’époque. Les peintres n’ont pas représenté n’importe quel animal, mais des animaux bien déterminés et qui ne jouaient pas forcément tous un rôle de premier plan dans leur vie quotidienne ».

11 C’est notamment le cas des Nakomsé (l’aristocratie mossi) imposant leur domination aux actuels « gens de la terre ».

12 Il convient de distinguer ces Kurumba autochtones des Kurumba qui, en provenance du Yatenga, ne parviendront dans la région que vers la fin du xxviiie siècle.

13 Les lignages qui revendiquent une telle origine sont, dans le Djelgodji, les Yirgé et les Koura-Saro, et dans le Liptako, les Soulé. Les informations sur la descente du ciel ont été recueillies auprès de divers représentants de ces lignages à Tinghé, à Béléhédé et dans divers villages de l’Aribinda.

14 Le village de Dalla notamment, situé à quelques kilomètres d’Aribinda, et où les premiers arrivants songhay auraient rencontré des Kurumba, se seraient mêlés à cette population « plus nombreuse » et en auraient en partie adopté la langue (informateurs : Arouna Wourouba, Dalla ; Ousmane Wourouba, Gaykangoéta). À propos de Dalla, cf. également Dieterlen (1940).

15 L’Empire songhay fut constitué à la fin du xive siècle.

16 Les informateurs du village d’Oursi, dans l’Oudalan, évoquent pour expliquer la première migration songhay le fastueux pélerinage à La Mecque de l’Askya Mohammed en 1496. Celui-ci règna sur l’Empire songhay de 1493 à 1528, et se lança dans des guerres de prosélytisme islamique (Ki-zerbo 1972 : 145). Sous le règne des souverains qui lui succèdent, un certain relâchement de l’islam est observé. Si cette vague de départs vers le nord du Burkina Faso est bien liée au raidissement de l’islam, c’est donc entre 1500 et 1530 qu’il conviendrait de la replacer.

17 Dans le nord du Burkina, les principaux, et les plus anciens centres songhay actuels issus de ces migrations sont les villages d’Oursi dans l’Oudalan, et ceux de Tinghé et Filio dans le Djelgodji. Il convient d’ajouter à ces localités d’autres centres songhay plus anciens encore, et aujourd’hui disparus, comme Zaran dans le nord de l’Aribinda, et Banh Kani dans le Djelgodji (fig. 12).

18 Les Songhay d’Oursi gardent en effet la mémoire d’une campagne guerrière contre Aribinda. Ils s’y seraient attaqués aux « campements qui suivaient le bétail », en s’emparant des hommes et des bêtes jusque dans le Djelgodji. On peut échafauder plusieurs hypothèses à propos de l’identité de ce groupe qui pratique l’élevage. Les Peul Djelgobé, qui au moment de leur arrivée vivaient en bonne entente avec les Songhay du Djelgodji, pourraient certes correspondre à ceux qui sont dans le récit désignés comme « les gens qui suivent les campements ». Toutefois il est aussi possible qu’une autre population occupât à cette époque l’Aribinda, comme semble l’indiquer l’existence d’un parc à Acacia albida, qui implique la présence d’une paysannerie pratiquant à la fois l’agriculture et l’élevage.

19 À propos de la destruction de Banh Kani par les Peul Djelgobé, voir Tall (S. 1. n.d. : 15).

20 Abdouramane Koundaba, Béléhédé.

21 Chaque famille, et aussi chaque village dans l’Aribinda possède sa propre « louange » ou « devise ».

22 Les Zareye, anciens habitants de Zaran, sont à présent mêlés à la population actuelle de l’Aribinda.

23 Le récit que font les Zareye de l’anéantissement de leur chefferie ne mentionne nulle intervention extérieure : la dispersion de la population de Zaran aurait été provoquée par le meurtre du chef de Zaran par ses propres sujets. Tel n’est pas l’avis des habitants actuels d’Aribinda, qui prétendent que leur premier chef aurait œuvré à la fin de Zaran.

24 Les occupants actuels d’Aribinda situent ce conflit sous le règne de Loguba, troisième chef à compter de leur arrivée dans la région. Pour les informateurs de Dalla, il s’agit de Solayo, c’est-à-dire « chef de Sola ». Sola est l’un des dômes d’Aribinda.

© IRD Éditions, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search