Version classiqueVersion mobile

La mutation d'une économie de plantation en basse Côte d'Ivoire

 | 
Jean-Philippe Colin

Conclusion

Texte intégral

1On proposera en conclusion une synthèse des enseignements de cette étude des dynamiques des systèmes de culture, d'exploitation et de production en basse Côte d'Ivoire, en essayant de faire apparaître le jeu des interrelations entre ces systèmes et l'incidence des déterminants externes à la sphère de production locale ; ce, essentiellement sur la base des résultats enregistrés à Djimini-Koffikro.

2Avant de brosser cette synthèse, deux observations s'imposent. Le reproche de l'absence de propositions concrètes en termes de développement sera sûrement adressé à cette étude. A ceux qui l'exprimeraient, nous rappellerons que ce programme visait avant tout à explorer dans une perspective cognitive un champ d'investigation resté pratiquement vierge. Une recherche plus finalisée aurait nécessité une approche différente ; souhaitons que ce travail puisse servir de base à une telle recherche. Dans un domaine différent, le caractère embryonnaire de l'analyse du fonctionnement des unités de production a pu être noté, en particulier l'analyse de la prise de décision tactique restée hors du champ d'investigation ; on renverra sur ce point aux études d'agronomes ayant conduit des travaux à Djimini-Koffikro et dans la région, Eric Mollard, de l'ORSTOM (sur la place du manioc dans les systèmes de culture et de production), et Eric Malézieux, de l'IRFA (sur la petite production d'ananas-export).

3Il est possible de dégager quelques traits fondamentaux de l'analyse de la dynamique des systèmes de culture à Djimini-Koffikro.

4Le caféier et le cacaoyer, cultures "pivots" de l'agriculture de plantation en Côte d'Ivoire forestière, ont disparu ou sont en voie de disparition des systèmes de culture ; à l'inverse, de nouvelles cultures y ont été introduites et leur sont progressivement substituées. Actuellement, deux cultures de rapport industrielles ou d'exportation, le palmier à huile et l'ananas-export, dominent nettement mais se retrouvent rarement dans une même exploitation. Deux groupes d'unités de production sont ainsi définis : les unes pratiquent des cultures arborées (ainsi qu'éventuellement des cultures vivrières et celle de l'ananas), les autres cultivent uniquement l'ananas comme spéculation de rapport industrielle ou d'exportation. Un troisième groupe d'exploitations se caractérise par la seule production de cultures vivrières.

5Une évolution s'est produite dans les cultures vivrières pratiquées à l'échelle villageoise, entre l'époque pionnière et aujourd'hui, avec la régression sensible du bananier plantain et du taro et le développement du manioc, du maïs et de la patate douce. Les systèmes de culture vivriers varient sensiblement selon les unités de production. Un élément discriminant essentiel est la présence ou non, dans le système, de l'igname et du maïs, le manioc étant une composante du système de culture rencontrée presque systématiquement. Deux systèmes vivriers de base peuvent être distingués, un système igname/manioc et un système maïs/manioc. La fonction économique des cultures vivrières varie selon les cultures et, pour certaines, selon les unités de production. Le caractère de culture de rapport de la patate douce ne fait pas de doute ; l'igname et le maïs sont avant tout des cultures d'autoconsommation. Le cas du manioc est plus complexe : pratiquée en association avec l'igname, sa culture donne lieu généralement tant à la vente qu'à l'autoconsommation ; dans les autres cas, la fonction dominante - sinon exclusive - de culture de rapport, est indéniable. Ces observations tendent à souligner le caractère simplificateur de la dichotomie souvent retenue opposant les cultures vivrières supposées être d'autoconsommation et les cultures dites de rente.

6Les cultures vivrières et celle de l'ananas ont été qualifiées de "petites productions non stabilisées", les superficies cultivées étant limitées et les systèmes de culture n'étant souvent pas reconduits d'une campagne sur l'autre. Cette instabilité porte tant sur les composantes des systèmes que sur leur agencement spatio-temporel, vis-à-vis duquel deux types de situation ont été mis en évidence. Dans certains cas, les cultures vivrières et celle de l'ananas-export sont conduites dans le cadre de systèmes à jachère, sans que des rotations cultures vivrières/ananas puissent être définies. Deux champs spatiaux distincts sont ainsi délimités, l'un consacré aux cultures arborées, l'autre assurant le fonctionnement de systèmes à jachère. Dans d'autres cas, les cultures vivrières ou celle de l'ananas-export sont associées aux plantations arborées lors de la création de ces dernières. Cette association limitée dans le temps rappelle le mode d'articulation cultures vivrières/cultures pérennes évoqué lors de la présentation du modèle dominant d'économie de plantation, avec cependant des différences sensibles. Ces associations ne peuvent être considérées pour la majorité des unités de production comme un mode structurel d'articulation spatio-temporelle des cultures vivrières et pérennes, dans la mesure où elles sont pratiquées conjoncturellement, lors du processus de reconversion des vieilles plantations ou de l'utilisation des jachères pour de nouvelles plantations. De plus, elles sont soumises au contrôle de la société de développement assurant l'encadrement de la plantation, sauf bien sûr lorsque le planteur réalise la plantation sans l'aide de cette dernière.

7Le mode d'intégration spatial et temporel des différentes composantes du système de culture définit trois phases dans la vie d'une exploitation : une phase d'association des cultures vivrières et des plantations à l'époque pionnière, une phase de disjonction lorsque l'extension des plantations arborées a pris fin, et une nouvelle phase d'association lors de la reconversion des vieilles plantations - phase tributaire de l'attitude de la société de développement encadrant la plantation. Qu'elles soient ou non associées à une plantation, les cultures vivrières sont le plus souvent pratiquées en association entre elles, ou en chevauchement. A la différence de l'ananas-export et des cultures vivrières, l'ananas de conserve, culture enclavée depuis qu’elle est pratiquée sur des blocs de culture, présente un mode spécifique d'intégration spatiale au terroir.

8Quelques éléments d'interprétation de cette description schématique des systèmes de culture peuvent être avancés, relevant de leur logique interne, de l'environnement économique, ou faisant état de déterminants émanant des systèmes d'exploitation ou de production.

9Interviennent en premier lieu des déterminants qualifiés abusivement de naturels (car une contrainte "naturelle" s'exprime dans un contexte précis de technicité d'artificialisation du milieu). Le vieillissement des plantations de caféiers et de cacaoyers, leur disparition progressive, n'ont pas donné lieu à un processus de régénération ou de reproduction de cette première forme d'agriculture de plantation, les producteurs considérant que dans les conditions pédologiques locales toute replantation courait à l'échec ; l'expérience leur a, semble-t-il, donné raison. L'évolution de l'environnement agro-écologique, défavorable aux cultures ne "venant bien" dans les conditions de culture traditionnelles que lorsqu'elles sont implantées après le défrichement de la forêt noire, conduit également à une régression du bananier plantain, du taro et de l'igname. Ce poids des facteurs naturels a été également mis en évidence dans les autres villages enquêtés, dont les systèmes de culture arborés témoignent de décalages entre les phases pionnières (vieillissement et disparition plus ou moins avancée du verger caféier ou cacaoyer) et des conditions pédologiques locales qui ouvrent plus ou moins le champ du possible agronomique (absence du cacaoyer du terroir d'Aboutou).

10Le second élément permettant de comprendre la dynamique des systèmes de culture à Djimini-Koffikro est l'apparition, depuis les années 1960, d'opportunités successives ou simultanées de diversification ou de substitution des cultures, grâce à l'intervention de sociétés de développement ou d'organismes qui peuvent leur être assimilés. L'incidence de cette intervention - ou non-intervention - sur l'économie agricole à l'échelle régionale est bien apparue lors des enquêtes réalisées dans les différents villages enquêtés.

11La capacité d'innovation spontanée du milieu villageois ne doit pas être sous-estimée, comme le prouvent l'adoption de la culture du cocotier GOA ou le développement de celle du manioc. Elle reste limitée par les potentialités offertes par l'environnement immédiat des unités de production. Ces opportunités d'adopter de nouvelles cultures ont été saisies en fonction des caractéristiques techno-économiques des cultures, du jeu des contraintes pesant sur les producteurs, de leurs objectifs, et de l'incidence de facteurs conjoncturels et de l'"histoire" des unités de production.

12Au titre des avantages comparatifs des cultures et associations culturales, intervient en premier lieu le prix payé au producteur ; la sécurité économique sera également un élément primordial du choix de pratiquer ou non une culture. Par sécurité économique, on entend la garantie de prix et l'efficacité du système de collecte et de règlement de la production. Les cas du palmier à huile et de l’ananas-export sont à cet égard exemplaires : prix rémunérateurs et garantis, collecte assurée dans de bonnes conditions et règlement mensuel de la production de graines de palme, fortement apprécié par les planteurs. A l'inverse, on pourra citer le cas de l'ananas de conserve (retard considérable dans le règlement de la production) ou souligner l'incertitude quant aux prix et à la garantie d'écoulement de la production, qui contribue à expliquer l'absence de stratégie à long terme d'une production vivrière de rapport. Le déterminant "prix" ne peut être interprété indépendamment des caractéristiques techniques des cultures : cycle cultural (rapidité d'entrée en production et d'atteinte de la phase de croisière, durée du cycle) ; exigences de la culture en matière de qualité des sols (dans le cadre d'un niveau technique donné du procès de production) ; besoins en travail et pénibilité de ce dernier ; besoins en intrants.

13La combinaison de ces éléments, qui explique globalement les places dominantes respectives, par type de culture, du palmier à huile, de l'ananas-export et du manioc, s'exprime sous un jeu de contraintes limitant l'éventail des choix culturaux : contrainte de trésorerie, contrainte foncière et contrainte en main-d'œuvre (cette présentation "à plat", en forme d'inventaire, ne doit pas faire oublier que ces contraintes jouent avec une intensité très variable selon les exploitations et se trouvent ainsi hiérarchisées).

14La contrainte de trésorerie joue relativement à la capacité d'emploi de main-d'œuvre rémunérée, à la reconversion des vieilles plantations (du fait du point précédent, et d'une insuffisance éventuelle de ressources avant l'entrée en production des nouvelles plantations), et à l'achat des intrants pour la culture de l'ananas-export.

15Les conditions d'accès à la terre expliquent l'existence de groupes de producteurs n'ayant pas intégré les spéculations arborées dans leur système de culture : adopter ces cultures suppose de bénéficier d'un droit foncier pérennisé et donc, dans les conditions rencontrées à Djimini-Koffikro, d'un droit de propriété. Ces conditions jouent également sur le choix des cultures vivrières pratiquées et sur la stabilité des systèmes de culture, particulièrement pour les producteurs sans terre : culture de l'igname difficilement envisageable ; culture de cycle court imposée lors des prêts de parcelles ; incertitude quant à l'accès à la terre à chaque campagne, le système des locations et des prêts étant extrêmement précaire. La culture du manioc, pourtant culture "de soudure", ne peut guère donner lieu à une autoconsommation pour les producteurs sans terre, dans la mesure où les conditions d'accès à la terre imposent la commercialisation de la production (restitution rapide de la parcelle en cas de location, commercialisation imposée si le producteur a conclu un accord d'abougnon avec le propriétaire du terrain). Pour les propriétaires fonciers, l'importance de la dotation en terre a une incidence sur la diversité des systèmes de culture arborés (le nombre de cultures pratiquées augmente avec la taille du patrimoine foncier), et sur la rapidité du processus de reconversion des systèmes de culture arborés, l'importance relative des nouvelles cultures étant inversement proportionnelle à la superficie des patrimoines. Une faible dotation en terre renforce l'intérêt des associations de cultures vivrières et de plantations, lors de la création de ces dernières, et explique le choix, à une époque, de planter du cocotier GOA plutôt que du cocotier hybride (pour lequel les associations étaient interdites), comme l'intérêt manifesté depuis peu pour la plantation de palmiers non encadrés, le matériel végétal étant récupéré dans les parcelles existantes.

16La contrainte en main-d'œuvre ne s'analyse pas in abstracto, mais par rapport aux cultures pratiquées et praticables. Ainsi, elle s'exerce avec plus d'acuité vis-à-vis de l'adoption de la culture de l'ananas, pour les planteurs de cultures arborées déjà occupés par le travail sur leurs plantations, que pour les producteurs sans terre. Les disponibilités réduites en main-d'œuvre de certaines unités de production expliquent également en partie la progressivité du processus de reconversion des systèmes de culture arborés, sur la base des nouvelles spéculations. Globalement, les besoins en travail des cultures de l'igname et de l'ananas se conjuguent avec les faibles disponibilités des exploitations en force de travail, pour expliquer que la première sera pratiquée si elle constitue une culture d'autoconsommation, et que les superficies consacrées à la seconde (comme d'ailleurs aux cultures vivrières) resteront limitées. Ces contraintes en main-d'œuvre justifient l'intérêt, pour les planteurs de cultures arborées, de la complantation cultures vivrières-plantations, les sarclages des unes profitant aux autres, et des cessions provisoires de parcelles exigeant en contrepartie un apport de travail.

17La fonction économique assignée aux cultures vivrières - indissociable des contraintes différentielles pesant sur les unités de production - éclaire également les choix culturaux. Si la culture répond à un objectif d'autoconsommation, le choix des producteurs se portera sur l'igname ou le maïs, selon les habitudes de consommation alimentaires et éventuellement sur le manioc, si le producteur a la possibilité de conserver la parcelle pendant la période de stockage en terre des tubercules. Un objectif d'autoconsommation, et même d'autosuffisance alimentaire, n'est pas incompatible, pour les planteurs-propriétaires fonciers, avec une stratégie de dépendance foncière, lorsque leurs disponibilités en terre sont réduites. Le manioc et la patate douce seront retenus si la culture répond à un objectif commercial, le choix de la seconde semblant plus conjoncturel en 1983/84. La fonction économique d'une culture pourra également avoir une incidence sur sa conduite technique ; ainsi le manioc produit en vue de la vente sera-t-il conduit en culture pure, le producteur escomptant une augmentation de rendement d'une densification de la plantation, incompatible avec une association de cultures, à l'exception d'un maïs clairsemé.

18Joue enfin l'incidence de facteurs conjoncturels et du passé des unités de production. Ces éléments, bien que ne transparaissant pas dans l'analyse de la dynamique des systèmes de culture telle qu’elle a été conduite, revêtent une importance non négligeable pour de nombreuses unités de production et expliquent des comportements "anormaux" ou des situations laissées dans l'ombre par cette esquisse générale. Il suffit de mentionner comme facteurs aléatoires le déplacement imprévu du chef d'exploitation (pour une participation à des funérailles, par exemple) à une époque où la décision d'adopter une culture donnée aurait dû être prise, ou une maladie soudaine. L'histoire de l'unité de production a une incidence sur la marge de manœuvre de son responsable devant l'opportunité d'adopter une nouvelle culture ou d'étendre une plantation existante, conditionnée par des choix passés. D'avoir opté à une époque pour la culture du cocotier hybride peut empêcher, à l'heure actuelle, le planteur ne disposant pas de réserves foncières de planter du palmier, même s'il est persuadé des avantages présentés par ce dernier. A l'inverse, les producteurs d'ananas de conserve ont bénéficié d'un avantage certain lorsque s'est présentée l'opportunité de travailler pour le compte des acheteurs d'ananas-export, la création de la première parcelle d'ananas-export étant considérablement facilitée par la disponibilité en rejets et une maîtrise technique au moins approximative de la culture.

19La structure actuelle des systèmes de culture renvoie de ce fait à un jeu complexe de décisions (choix concrétisés) diachroniques et peut ne pas (ou mal) refléter les aboutissements du processus décisionnel présent. Les limites de l'analyse techno-économique des différentes cultures, pour la compréhension de cette structure, sont dès lors évidentes ; en revanche, une telle analyse comparative prend son plein intérêt pour la compréhension des dynamiques culturales en cours.

20Des inconnues majeures demeurent, relativement à ces dynamiques. Quelle va être l'attitude du gouvernement ivoirien face à la crise du secteur "ananas de conserve" et au développement de la culture de l'ananas-export à l'Est-Comoé, et plus particulièrement vis-à-vis de la petite production de sous-traitance ? PALMINDUSTRIE et la SAPH continueront-elles à développer des plantations villageoises dans la région ? L'opinion, qui prévaut souvent, de l'impossibilité d'augmenter dans la région les superficies en plantations villageoises, du fait de la contrainte foncière, le laisse parfois supposer. La pratique de plantations "sauvages" pourrait prendre de l'ampleur, à partir des pieds issus des plantations actuelles, ne présentant donc plus les mêmes potentialités de production que le matériel végétal hybride. Enfin, l'évolution des cours sur le marché mondial est susceptible de conduire à un bouleversement des avantages comparés des différentes cultures, si elle est répercutée sur les prix au producteur.

21La dynamique des systèmes d’exploitation s'exprime à travers l'évolution du système foncier, la place prise par les activités de certains responsables des exploitations à l'extérieur de ces dernières, l'évolution des rapports de production et l'insertion des unités de production dans des relations contractuelles les liant à des complexes agro-industriels.

22L’évolution du système foncier est marquée par la valorisation monétaire de la terre. Désormais, hormis les cas d'héritage ou de donation et de prêt sans contrepartie, l'accès à la terre passe par l'achat, la location ou une prestation en travail. Le statut de village de migrant de Djimini-Koffikro a incontestablement facilité cette monétarisation du rapport à la terre et en particulier le fait que la terre soit devenue vénale ; les enquêtes complémentaires ont largement confirmé cette analyse. L'accès à la terre par prêt, location et prestation en travail est précaire et a une incidence sur le choix des cultures et associations culturales qui peuvent être pratiquées. L'apparition de conditions d'accès provisoire à la terre ayant un coût monétaire n'a pas été endogène, sécrétée par la logique interne du fonctionnement local de l'économie de plantation, mais a résulté de la demande émanant de producteurs sans terre désirant cultiver de l'ananas. Il est cependant impossible d'affirmer qu'une telle évolution ne se serait pas produite ultérieurement en l'absence de cette demande, qui pourrait avoir eu pour simple effet de précipiter le processus.

23L'existence du groupe des producteurs sans terre est une caractéristique majeure de l'économie agricole à Djimini-Koffikro, comme, semble-t-il, des autres villages-centres de la région. On ne saurait cependant conclure à l'avènement d'une agriculture de tenure, telle qu’elle est définie par R. Badouin [1971]. La mise à bail ne constitue pas un mode de gestion de la terre pérennisé ; la dissociation entre propriétaire et exploitant est vérifiée dans une minorité de cas, la plupart des bailleurs étant avant tout des producteurs profitant d'une conjoncture favorable pour retirer de leurs disponibilités foncières du moment quelques revenus complémentaires. Enfin, le rapport à la terre n'induit pas de relations de dépendance sociale ou politique. Au demeurant, le groupe des producteurs sans terre ne peut être considéré comme stable. Certains des membres de ce groupe sont effectivement dans le village depuis plusieurs décennies, mais la plupart n'y sont fixés actuellement - et depuis peu - que par la possibilité de cultiver l'ananas ; dans certains cas, l'instabilité des systèmes de culture va de pair avec l'instabilité des unités de production elles-mêmes.

24La pluri-activité des responsables d'unités de production touche deux groupes bien distincts, celui des planteurs-propriétaires fonciers et celui des producteurs sans terre. Dans le cas des premiers, il s'agit d'individus qui, tout en ayant un emploi urbain, ont bénéficié d’un héritage ou d'une donation entre vifs, ou ont acheté un terrain à Djimini. Ce groupe se caractérise par un taux élevé de reconversion des systèmes de culture arborés, imputable à la petite taille des patrimoines fonciers ou à une capacité élevée de mobilisation d'une main-d'œuvre rémunérée. Les producteurs sans terre sont, eux, fréquemment manœuvres à temps partiel. S'esquisse ainsi une "complémentarité fonctionnelle" entre les planteurs-propriétaires fonciers et les producteurs sans terre, axée sur deux flux inverses, de terre d'une part, de travail d'autre part. Une distinction doit être opérée entre les PST producteurs d'ananas pour lesquels l'activité de manœuvre est secondaire, et les PST producteurs de cultures vivrières, qui voient en elles une source de revenu d'appoint à leur activité salariée.

25Il est exclu de présenter une analyse argumentée et quantifiée de l'évolution des rôles respectifs de la main-d'œuvre familiale et de la force de travail salariée dans le procès de production. Les facteurs discriminants de l'emploi de main-d'œuvre rémunérée ont été mis en évidence et des éléments d'interprétation de l’évolution des rapports de production proposés. Les responsables d'unités de production utilisant les services des manœuvres permanents ou réguliers sont principalement des planteurs de cultures arborées : d'une part les planteurs absentéistes, d'autre part des résidents dont la superficie plantée est importante et/ou ayant intégré l'ananas dans leur système de culture. Emploient de la main-d’œuvre occasionnelle, contractuelle surtout, les planteurs qui n'ont pas de manœuvre permanent polyvalent. La majorité des unités de production dont le responsable réside à Djimini fonctionnent ainsi sur la base d'une main-d'œuvre familiale aidée par des contractuels en période de pointe de travaux.

26Quelques traits marquants de l'évolution des rapports de production peuvent être rappelés. La disparition des "6 mois" baoulé est à mettre en rapport avec celle des caféières et cacaoyères à Djimini - fin d'un cycle de production semestriel - et avec la raréfaction foncière (impossibilité d'accès à la terre par droit de culture). La rémunération par contrat d'aboussan n'est plus pratiquée et l’emploi des abougnon sur les cultures dévalorisées ou sur les palmeraies se développe, lorsque la superficie concernée est réduite. Le passage d'aboussan à abougnon semble impulsé par la diminution des rendements sur caféières et cacaoyères et par le fait que le manœuvre n'est plus nourri par son employeur.

27De nouveaux rapports de production apparaissent avec l'emploi de manœuvres mensuels, semestriels ou annuels, selon les tensions sur le marché du travail ; les caractères fondamentaux de ces nouveaux rapports étant la polyvalence du manœuvre et le contrôle strict de l'organisation du travail par l’employeur. Plusieurs facteurs, qui jouent et se combinent différemment selon les unités de production considérées, concourront à expliquer ce développement. D'une part, il s'agit du seul type de main-d'œuvre - avec les contractuels, dont l'emploi non conjoncturel est onéreux - pouvant être utilisé lors de la reconversion de ses vieilles plantations, puisque l'emploi de manœuvres rémunérés par partage du produit suppose des plantations en production. D'autre part, la polyvalence de ces manœuvres est un atout lorsque le système de culture est diversifié. Enfin, le coût de cette main-d’œuvre est moindre que celui de la main-d'œuvre rémunérée à la tâche, ou par partage du produit, lorsqu'elle est employée sur les palmeraies ou les parcelles d’ananas. L'intérêt du planteur est de faire appel aux manœuvres annuels si les besoins en main-d'œuvre dépassent un certain seuil, quantifiable approximativement. Le souci du planteur de contrôler étroitement le fonctionnement de son exploitation peut également l'inciter à utiliser préférentiellement cette main-d'œuvre polyvalente et permanente.

28Il est ainsi possible de proposer un schéma de l'évolution des rapports de production à Djimini-Koffikro (limité aux exploitations contrôlées par des résidents). Au début de la phase pionnière, les premières plantations sont réalisées par la main-d’œuvre familiale, aidée éventuellement par un groupe d'entraide ou par les pupilles du responsable de l'unité de production, nouveaux immigrants candidats à l'accès à la terre. Une fois les plantations entrées en production, elles sont confiées en partie ou en totalité à des aboussan, la main-d'œuvre familiale continuant à assurer les nouvelles plantations avec l'aide éventuelle de contractuels ou de 6 mois". Avec la disparition de la forêt noire, le processus d'extension des plantations est stoppé ; le besoin total en force de travail diminue, les défrichements de forêt étant terminés. La main-d'œuvre familiale reprend le contrôle direct d'une partie des plantations, puisque la nécessité de faire appel à une force de travail extérieure à l'unité de production décroît avec la mort progressive des plantations caféières et cacaoyères. Parallèlement la rémunération des manœuvres encore employés passe du tiers à la moitié du produit, avec la baisse de production des plantations. Pour de nombreuses exploitations, le seul apport de main-d'œuvre rémunérée est celui, occasionnel, de contractuels. Par la suite, le processus de reconversion des vieilles plantations et des friches se traduit par un nouveau besoin en main-d'œuvre étrangère à l'unité de production, surtout si la superficie concernée est importante. Ce besoin est accentué par les faibles disponibilités en main-d’œuvre familiale : les planteurs sont dorénavant âgés, privés en partie de leur main-d’œuvre familiale par la scolarisation et le départ des enfants vers la ville. La reconversion sera donc assurée par les actifs familiaux, avec l'appoint de contractuels dans le cas des petits planteurs, ou de manœuvres polyvalents permanents dans celui des grands planteurs. Une fois les nouvelles plantations entrées en production, ou si la culture de l'ananas est adoptée, ce type de rapport salarial sera conservé, du fait de ses avantages comparatifs en termes de coût et de polyvalence. Ce modèle est évidemment simplificateur, mais reflète bien les enseignements des discussions avec les planteurs et permet d’intégrer dans une perspective plus dynamique les informations quantifiées dont nous disposons.

29L’apparition d'une agriculture encadrée, voire intégrée, représente un trait majeur de l’évolution du système d'exploitation. La dynamique des systèmes de culture a été en effet en grande partie impulsée par l'intervention, en milieu villageois, d'acteurs économiques publics ou privés. Cette intervention a eu une incidence directe sur les systèmes d'exploitation ; désormais, le producteur se trouve inséré dans un faisceau de relations qui, certes, lui ouvre le champ du possible agronomique, mais aussi limite son pouvoir de décision relativement à la conduite technique de la culture et à la destination du produit. Le degré de cette limitation varie sensiblement selon le modèle organisationnel retenu, les cas du palmier, de l’ananas de conserve et de l'ananas-export pouvant être distingués à ce titre.

30Dans le cas des plantations de palmiers à huile (et de cocotiers hybrides, avec quelques variantes), l'intervention de la société de développement consiste principalement dans l'aide à la création de la plantation, puis dans la collecte et le règlement de la production. L'encadrement des producteurs reste peu contraignant, hormis la phase de création et, à un moindre titre, la commercialisation des régimes de graines de palme : associations de cultures avec les jeunes plants limitées puis interdites, les planteurs ne respectant pas la règle se voyant exclus des distributions ultérieures de matériel végétal et l'encadreur arrachant le manioc des parcelles ; contrôles routiers effectués à une époque à la demande de PALMINDUSTRIE par la gendarmerie, conduisant à la confiscation des régimes de graines achetés sur le circuit parallèle par les commerçantes d'Abidjan. Ces deux dernières mesures sont caractéristiques de l'attitude de PALMINDUSTRIE qui estime avoir un droit de regard sur les plantations créées avec son aide. Cette attitude est justifiée par le souci d'assurer l'approvisionnement des unités de transformation et par celui de récupérer la fraction remboursable du coût de création des plantations villageoises. Elle conduit à l'interdiction faite aux producteurs d'abattre les plantations réalisées avec l'aide de la société, tant que la dette de création n'a pas été intégralement remboursée.

31Mise à part l'interdiction de pratiquer des cultures associées, la contrainte supportée par le planteur reste faible, le contrôle sur les ventes parallèles ayant été conjoncturel. Cette situation s'explique selon nous par la maîtrise foncière conservée par le planteur et par les caractéristiques techniques des productions arborées : faible consommation d'intrants en année courante, caractère peu sophistiqué de l'itinéraire technique, production continue dans le temps ne nécessitant pas une organisation et un calendrier de production contraignant.

32L’organisation de la production d'ananas de conserve conduit à une restriction plus marquée du contrôle du planteur sur les moyens de production et sur le procès technique de production, répondant parfaitement à ce que G. Sautter désigne par "une formule totalitaire" d'encadrement : "(...) aussi bien l'aménagement proprement dit que le système cultural et les rapports de production institués font le minimum de concessions aux habitudes techniques et sociales de ceux auxquels les opérations sont censées s'adresser. Tout a été conçu, tout fonctionne selon la logique des développeurs. Sauf dans le fin détail de l'organisation du travail ou des opérations culturales, les participants n'ont pas la possibilité de choisir, d'adapter, d'adopter progressivement. C'est à prendre en bloc ou à laisser, la formule est totalitaire". [1978, p. 240]. Une analyse voisine, étonnamment moderne sur ce point, avait été proposée par Kautsky dès le début du siècle [1900, pp. 401-404].

33Le producteur d'ananas de conserve n'a en effet aucune maîtrise technique ou économique du procès de production et du produit lui-même, et est entièrement dépendant de la structure d'encadrement pour l'accès à la terre. Son statut se rapproche plus de celui d'un salarié intéressé aux bénéfices et aux pertes que de celui d'un producteur agricole autonome nouant une relation contractuelle avec une organisation de type coopératif (le GVC), avec une société de développement (la SODEFEL) ou avec un usinier (la SALCI).

34On ne saurait voir là l'expression d'un parti pris organisationnel machiavélique. La logique de la transformation industrielle d'un produit périssable et pondéreux comme l'ananas ne peut laisser de place à une organisation de la production éclatée entre une multitude de petits producteurs inorganisés. Il est nécessaire d'assurer un approvisionnement régulier de l'usine (le cycle de production de l'ananas est discontinu à la différence de celui du palmier), donc de programmer précisément le calendrier de récolte de l'ensemble des planteurs. Le regroupement des parcelles vise à limiter les coûts d'évacuation des fruits et à faciliter la collecte. Il faut également assurer le financement et l'approvisionnement des besoins en intrants, considérables. Enfin, le caractère très "technique" de la culture nécessite un certain savoir-faire pour que cette dernière soit bien conduite et économiquement rentable. La culture intensive de l'ananas de conserve semble par nature "prolétarisante", lorsqu'elle est le fait de petits producteurs qui ne peuvent avoir une maîtrise individuelle des moyens et du procès technique de production.

35La déresponsabilisation et la situation de dépendance du coopérateur rend ce dernier particulièrement sensible aux dysfonctionnements de l'organisation à laquelle il se trouve intégré, dysfonctionnements induits par des aléas économiques, par la défaillance de l'usinier, ou par des problèmes de gestion interne de la structure dite coopérative ; en période de crise, le producteur d'ananas de conserve sera d'autant plus enclin à récupérer à son profit certains des services offerts par le GVC, comme l'illustrent les détournements d'intrants des parcelles d'ananas de conserve vers les parcelles d'ananas-export.

36L'organisation de la culture de l'ananas-export diffère sensiblement de celle de l'ananas de conserve : absence d'encadrement technique du producteur, maîtrise par ce dernier de la création de sa plantation et du procès de production (sauf pour les dernières opérations culturales), contrôle des coûts de production. L'intervention de l'acheteur se limite à la fourniture éventuelle des intrants, une fois la parcelle plantée, aux dernières opérations culturales et à l'achat des fruits. L'autonomie du planteur d'ananas-export, sans être totale, est nettement plus marquée que celle du planteur d'ananas de conserve. Le risque encouru est aussi plus grand puisque le planteur supporte le coût financier de l'échec si le point mort n'est pas dépassé ; ce coût est reporté, dans le cas de l'ananas de conserve, sur la société d'encadrement ou sur la banque ayant avancé le crédit de campagne au GVC.

37Comment expliquer que les implications organisationnelles des caractéristiques techno-économiques de la culture de l'ananas de conserve ne jouent pas ici ? Quatre éléments essentiels interviennent. La planification de la production, coordonnée à l'échelle de l'ensemble des unités de production, ne constitue pas un impératif s'il n'y a pas un, mais plusieurs acheteurs. Le contrôle par l'acheteur, de l'époque de création de la parcelle ne s'impose pas, puisqu'il peut "contracter" avec un petit planteur en fonction de son propre calendrier de récolte et de la date prévue d'arrivée à maturité de la production du planteur concerné. Le volume de production villageoise traité par chaque acheteur est limité, ne serait-ce qu'en raison de l’initiation récente du secteur de sous-traitance ; son augmentation inciterait vraisemblablement l'acheteur à tenter de mieux contrôler la production. Enfin, l'utilisation des facteurs de production n'est pas optimisée : les difficultés de trouver des rejets de bonne taille, ou de s'approvisionner à temps en engrais, se traduisent par un allongement du cycle de culture et donc par une immobilisation plus importante du facteur terre ; le coût de l'herbicide incite le planteur à en faire l'économie, même s'il sait que cela augmentera le temps à consacrer au désherbage manuel. D'une façon générale, la moindre maîtrise technique de la production se soldera par une perte de rendement et une moindre qualité de production, non rédhibitoires vu le niveau relativement élevé du prix d'achat au producteur (comparativement à celui de l'ananas de conserve), d'une compression des coûts monétaires de production - les deux phénomènes abaissant le point mort - et de l'absence de contrôle strict de la qualité des fruits exportés.

38L'analyse du pouvoir de décision au sein de l'unité de production engagée dans une agriculture contractuelle met en évidence une structure d'exploitation de type dualiste, le pôle dominant variant selon le modèle organisationnel. Le dualisme joue à deux titres : d'une part, en raison du partage de pouvoir de décision entre le responsable de l'unité de production et la structure cocontractante, d'autre part, du fait que ce partage porte sur une fraction seulement des activités de l'unité de production, lorsque sont pratiquées des cultures non encadrées.

39L'analyse de la dynamique des systèmes de production visait à confirmer ou à infirmer l'hypothèse de leur intensification et de la monétarisation des coûts de production, tout en cernant la place du calcul économique dans la conduite de l'exploitation.

40La préférence des agriculteurs africains pour l'extensif a été souvent soulignée. Ainsi, P. Pélissier déclarait-il, lors de l'inauguration du colloque de Ouagadougou consacré à la rationalité technique et aux logiques paysannes : "En Afrique Noire, la seule productivité qui intéresse le paysan est celle de son travail et non pas celle du sol. Alors que la rationalité technique a pour premier objectif la croissance des rendements par unité de surface, la logique paysanne vise, en premier lieu, le revenu maximal par journée de travail investie, par unité de temps. (...) la recherche du rendement ne paie pas parce qu'elle mobilise trop de travail, alors que la productivité maxima du travail est assurée par la consommation de l'espace." [ORSTOM, 1978, p. 5]. Ces réflexions concernaient une intensification à base de travail. Notons d'abord qu'une telle intensification retrouve sa logique économique si la terre devient une ressource rare ; ensuite, qu'une intensification fondée sur une augmentation de la quantité de travail incorporé dans le procès de production ne se soldera par une baisse de la productivité du travail que si la loi ricardienne des rendements décroissants joue. De plus, l'utilisation de consommations intermédiaires ou de biens d'équipements, autres voies possibles d'intensification, peuvent permettre un gain de productivité du facteur travail. Dans un article récent, P. Couty [1986] fait toutefois remarquer que des stratégies de lutte contre le risque agricole (entendu comme un déficit aléatoire de production dû à des causes climatiques, aux prédateurs, etc.) induisent aussi une pratique de culture extensive, en limitant le recours aux intrants par unité de surface, du fait de l'absence de liaison garantie, dans la fonction de production agricole, entre un certain volume d'intrants et une certaine quantité de produit. Qu'a-t-on observé à Djimini-Koffikro ? (Rappelons que l'on fait référence à une comparaison des cultures entre elles, les différences de conduite d'une même culture n'étant pas abordées en raison du manque d'informations fiables.)

41Les systèmes de production vivriers ne semblent pas avoir été fondamentalement modifiés : la culture est toujours manuelle, les variétés sélectionnées, les engrais, les pesticides ne sont pas utilisés. Les indices d'une intensification permettant une suppression de la jachère et une augmentation de la production restent limités. Il y a eu quelques essais de culture de la variété d'igname Florido (introduite en Côte d'Ivoire par l'IRAT) et quelques cas de réalisation de labour mécanisé avant cultures vivrières. Il n'a jamais été fait mention, lors de nos enquêtes, de l'utilisation d'engrais et de produits phytosanitaires. Au demeurant, l'appropriation par les producteurs des techniques envisageables d'intensification à base d'intrants - dans la mesure où ils en auraient connaissance - pourrait se heurter au problème du financement et de l'utilisation de ces derniers lorsque les cultures présentes sur une même parcelle sont gérées par des unités de production différentes. L'intérêt économique d'une intensification de la production vivrière reste à démontrer par une analyse coûts/avantages.

42La situation est différente dans le cas des nouvelles cultures arborées, dont l'adoption n'impulse pas une intensification à base de travail, relativement à la conduite traditionnelle du caféier, autrefois dominant à Djimini-Koffikro. Comparativement à la conduite traditionnelle du cacaoyer et surtout à la conduite actuelle de ces deux cultures à Djimini, le processus d'intensification à base de travail induit par ces nouvelles cultures est indéniable (surtout dans le cas du palmier à huile). L'adoption des nouvelles variétés sélectionnées a été également interprétée comme une intensification à base de capital fixe, la création de la plantation étant assimilée à la constitution d'un capital végétal ayant une valeur monétaire intrinsèque, indépendamment de la valorisation du travail investi. Les facteurs de production utilisés (variétés sélectionnées, engrais) sont généralement considérés comme des consommations intermédiaires, le terme d'intensification à base de capital faisant référence à des investissements en biens d'équipement. La pérennisation de l'utilisation d'une partie des intrants - tout particulièrement du matériel végétal - nous a fait opter pour une appréciation différente, cette différence étant moins de fond que de vocabulaire. Il serait possible de considérer, dans une perspective plus "fonctionnelle" et en retenant la distinction entre consommations intermédiaires et biens d'équipement, que ce mode d'intensification se rapproche effectivement d'une intensification à base de consommations intermédiaires, caractérisée par une fonction de complémentarité vis-à-vis du facteur travail (l'utilisation de biens d'équipement intervenant généralement comme substitut au travail [R. Badouin, 1987]).

43La culture de l'ananas de conserve, elle, utilise intensivement les trois facteurs de production : travail, consommations intermédiaires et biens d'équipements (matériel mécanisé). Celle de l'ananas-export fait beaucoup moins appel aux biens d'équipement et, en pareil cas - réalisation du labour par un tracteur - ce n'est pas grâce à un investissement mais par appel à un service extérieur. Le développement de la culture de l'ananas, de conserve comme d'exportation, ne s'est toutefois traduit par une intensification du système de production, à l'échelle des unités de production, que dans une minorité de cas, lorsqu'elle a été intégrée au système de culture. Le plus souvent, sa juxtaposition à l'économie de plantation (disjonction des cultures arborées et de l'ananas entre unités de production différentes) a conduit à l'apparition d'un nouveau système intensif et non à l'évolution du système antérieur. La comparaison des résultats obtenus pour les différentes cultures de rapport - y compris les cultures vivrières - montre que l'intensité du système de production n'est pas incompatible avec une forte productivité du travail.

44La monétarisation des coûts de production est indéniable mais le processus diffère selon les cultures. Dans le cas des cultures vivrières, elle provient de l'apparition d'un coût d'accès à la terre pour les producteurs sans terre et les producteurs-propriétaires fonciers non autonomes. Elle n'est donc pas induite par les nécessités du système de production mais résulte de la dynamique des systèmes d'exploitation. Dans celui des cultures arborées, la monétarisation des coûts de production vient plus de la constitution initiale du capital végétal que de l'utilisation d'intrants, en année courante de production. L'incidence relative de cette monétarisation reste limitée, les coûts monétaires représentant de 10 à 20 % du revenu brut. En revanche, les coûts de production de l'ananas sont élevés : de 40 à 70 % du revenu brut.

45L'apparition de coûts de production monétarisés constitue-t-elle un facteur de blocage de la dynamique des systèmes de culture ? Dans le cas des cultures vivrières, les modes d'accès à la terre par les contrat d'abougnon ou prestations en travail permettent aux unités de production ne disposant pas du numéraire nécessaire à la location, de cultiver des produits vivriers, mais à un coût qui peut être élevé et avec une restriction des choix culturaux. L'encadrement de la production par des organismes qui avancent aux unités de production les intrants nécessaires supprime, pour les planteurs de cultures arborées sélectionnées et d'ananas de conserve, la contrainte de financement. Pour ces producteurs, la contrainte n'est pas économique mais provient du risque de ne pas voir leur candidature retenue, et des superficies limitées pouvant être mises en culture dans le cadre des relations contractuelles (le matériel végétal étant fourni en quantité limitée). La contrainte de financement est en partie desserrée, pour les planteurs d'ananas-export, par l'accord passé avec le futur acheteur des fruits et par la mise en œuvre de stratégies de minimisation des débours monétaires. Ces stratégies se concrétisent par des détournements d'intrants fournis pour la culture de l'ananas de conserve, par la récupération des rejets sur les parcelles du bloc, par l'utilisation préférentielle du facteur travail comme substitut à l'emploi de consommations intermédiaires ou à l'intervention d'un service extérieur présentant un coût monétaire. Ressortissent à une telle logique l'approvisionnement en rejets par la formule d'abougnon, la réalisation du labour à la daba, la non-utilisation d'herbicide, etc.

46Le calcul économique joue un rôle fondamental dans les choix culturaux opérés par les producteurs dont la sensibilité au niveau et à la variation des prix des produits agricoles n'est plus à souligner, exception faite des productions vivrières d'autoconsommation. Face à une évolution des prix, le comportement des producteurs de cultures vivrières diffèrera en effet s'il s'agit d'une culture de rapport ou d'une culture d'autoconsommation avec vente éventuelle de surplus conjoncturels, l'élasticité de la production par rapport à une baisse du prix ne jouant négativement que dans le premier cas. Une hausse des prix est susceptible de transformer une culture d'autoconsommation en production vivrière de rapport, une baisse des prix pourra provoquer un reflux de la production de rapport mais non du vivrier autoconsommé. Il s'agit là d'un truisme, mais les discours sur la production vivrière proposent si souvent des analyses indifférenciées, qu'on ne peut en faire l'économie.

47L’élasticité-prix de l'offre est beaucoup plus forte pour les produits vivriers et l'ananas que pour les produits des plantations, dont les délais avant l'entrée en production sont importants. La faible plasticité des systèmes de culture arborés intervient également dans cette moindre élasticité : une plantation a une durée de vie de plusieurs décennies et gèle l'espace d'autant. Elle demande un travail important lors de sa création ; la décision de l'abattre pour adopter une nouvelle culture sur la base d'une évolution des prix à court ou moyen terme sera délicate. Dans les faits cette option est exceptionnellement retenue par les planteurs. En revanche, L'effet prix" jouera, s'il existe des disponibilités foncières, sur la décision d'étendre ou non les superficies qui lui sont déjà consacrées, ou sur la décision d'adopter ou non une culture lorsque le planteur dispose d'éléments de comparaison grâce aux plantations déjà réalisées par des voisins. L'effet-prix influera aussi sur la qualité des entretiens des plantations existantes, surtout si le producteur pratique d'autres cultures et dispose ainsi d'autres sources de revenu.

48L'incidence du calcul économique sur les choix culturaux n'est sensible que lorsque la culture est connue du producteur, faute d'une maîtrise préalable des paramètres du calcul. Evidence encore une fois, mais justifiée par la lecture de projets de factibilité anticipant, sur la base d'un calcul économique fondé sur des résultats obtenus en station expérimentale ou en plantations industrielles, la réaction des producteurs à l'opportunité de pratiquer une nouvelle culture.

49La logique du calcul économique (incluant la prise en compte, par le producteur, de l'ensemble des caractéristiques culturales, du risque et des conditions de production) éclaire, même sans formalisation d'un modèle intégré et quantitatif, la place dominante du palmier à huile, de l'ananas-export et du manioc, l'absence d'une stratégie conséquente de production vivrière de rapport et la faible participation des producteurs-propriétaires fonciers à la culture de l'ananas.

50En définitive, trois principaux systèmes productifs agricoles peuvent être distingué à l'heure actuelle dans le contexte de la petite région qui nous intéresse.

51En premier lieu, un système fondé sur des plantations arborées villageoises et sur la pratique de cultures vivrières. Ces unités de production fonctionnent sur la base d'une main-d'œuvre familiale aidée par des manœuvres contractuels, conjoncturellement ou pour la réalisation de certaines tâches ; seule une minorité d'exploitations dont les superficies sont importantes ou qui ont adopté la culture de l'ananas font appel à une main-d'œuvre rémunérée permanente.

52Un second système productif se distingue du précédant par l'activité des responsables d'exploitation, salariés urbains absentéistes. Ces unités de production, pratiquant uniquement des spéculations arborées, emploient exclusivement une main-d'œuvre rémunérée.

53Enfin, est apparu un troisième type de système productif marqué par un accès précaire du producteur à la terre, par l'intensité du système de production (liée à la culture de l'ananas, les cultures vivrières ayant une place secondaire), et par une fréquente activité du chef d'exploitation comme manœuvre à temps partiel.

54Une articulation de ces trois systèmes s'organise dans le cadre de flux inverses de terre et de travail. La dynamique de l'économie de plantation étudiée a ainsi conduit à un bouleversement du système productif caractéristique - en tant qu’archétype - de l'époque pionnière. Bouleversement imputable en particulier à l'introduction de nouvelles cultures, à l'emploi de nouvelles techniques témoignant d'un processus d’artificialisation du milieu plus prononcé qu'à l'époque pionnière, et à l'intervention de sociétés de développement (élargissement du champ du possible agronomique et intégration, plus ou moins poussée selon les cas, des exploitations dans des filières agro-industrielles).

55Au-delà des cas étudiés, cette analyse de la dynamique d'une économie agricole à une échelle locale renvoie de fait à la dimension nationale, et en premier lieu à la politique étatique de fixation des prix aux producteurs. L'incidence du calcul économique sur la prise de décision des producteurs conforte les analyses soulignant le rôle majeur du prix au producteur dans toute politique de développement rural [BOND, 1983] et infirme, dans le cas présent, les interprétations en termes d'"income targets" selon lesquelles le producteur vise un certain niveau d'encaissement et réduit donc sa production si le prix du produit augmente, d'où l'inefficacité de toute politique de prix. Mais le calcul économique doit être entendu au sens large et la variable "prix" interprétée dans ses deux composantes - niveau et sécurité - par rapport à un champ d'analyse intègrant tant des considérations purement économiques que des facteurs plus agronomiques et sociologiques.

56En deuxième lieu, cette analyse renvoie à la politique de développement rural. On a vu l'impact local considérable de l'intervention de sociétés de développement et mis en lumière le fonctionnement - ou le dysfonctionnement - de ces structures, leurs relations avec les producteurs et surtout la rationalité du comportement de ces derniers, qu'il s'agisse de l'adhésion à un programme, du rejet de ce programme ou de son détournement, de sa réinterprétation. On a également souligné à plusieurs reprises le dynamisme des producteurs enquêtés, indépendamment ou sur la marge seulement d'une impulsion étatique. Cette observation témoigne de l'intérêt de la réflexion qui se développe depuis quelques années, sur la mise en œuvre d'une politique de développement visant la responsabilisation des producteurs et la redéfinition du rôle des structures étatiques de développement, en d'autres termes, la transformation de paysan récepteur en paysan acteur [Ministère de la Coopération, 1988]. Il s'agirait, en partant du système de contraintes-objectifs dans lequel se situe le producteur, c'est-à-dire en acceptant la remise en cause des "paquets technologiques" qui lui étaient proposés jusqu'ici, de limiter l'intervention de ces structures au conseil technique - conseil au paysan partenaire et non au paysan assujetti - et à l'achat de la production dans le cas des filières monopsoniques ; la fourniture des intrants pouvant être transférée au secteur privé concurrentiel. La libéralisation de la politique agricole suppose, pour être efficace dans l'optique du producteur, que le problème majeur du crédit agricole soit résolu et que l'Etat accepte de jouer un rôle de simple catalyseur des dynamiques locales, dans le cadre d'une véritable politique de partenariat.

  • 1 Extraits de rédactions d'élèves du CM2 (tous enfants de planteurs de cultures arborées).

57Quelle meilleur antidote à la prose aride de l'économiste, quelle meilleure traduction en images de cette prose que les réflexions d’enfants de Djimini-Koffikro auxquels sera laissé le mot de la fin ?1

58"Je choisirai les cultures industrielles et les cultures vivrières parce que sans les cultures vivrières les hommes ne peuvent pas vivre et sans les cultures industrielles les hommes ne peuvent pas avoir d'argent. Alors les cultures vivrières et les cultures industrielles sont bonnes pour l'homme."
Kouassi A.

59"Je voudrais être planteur pour nourrir ma famille. Si je deviens un bon planteur, je n'aurai pas à acheter de nourriture parce que je planterai tout ce que l'on peut planter. Je prendrai quelques manœuvres pour m'aider à cultiver ma plantation et je ne les paierai pas cher. Je voudrais planter du palmier à huile, qu'il suffit de récolter et je serai payé par mois comme un fonctionnaire dans son bureau."
Issa T.

60"A ma sortie de l'école, je deviendrai un grand planteur car personnellement, je pense que ce sont ceux qui exécutent ce métier qui se sentent bien dans leur famille. Le planteur gagne beaucoup d'argent. Je ferai la culture de l'igname et si possible du palmier. Là, peut-être qu'à la fin du mois j'aurai un peu d'argent, et combien alors ! Je pourrai faire ce que je voudrai et ma femme m'admirera. Quelquefois, je verrai des fonctionnaires demander de la nourriture, voyez-vous même ça ? C'est pourquoi à ma sortie de l'école, si je n'ai pas réussi à être fonctionnaire, je préfèrerai être planteur."
Kouakou L.

Notes

1 Extraits de rédactions d'élèves du CM2 (tous enfants de planteurs de cultures arborées).

© IRD Éditions, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search