Version classiqueVersion mobile

La mutation d'une économie de plantation en basse Côte d'Ivoire

 | 
Jean-Philippe Colin

Quatrième partie. Calcul économique, intensification des systèmes de production et dynamiques culturales

Calcul économique, intensification des systèmes de production et dynamiques culturales

Texte intégral

1L'analyse économique comparée des différentes cultures pratiquées à Djimini-Koffikro devrait mettre en évidence une éventuelle intensification des systèmes de production par le jeu de l'introduction, au sein des systèmes de culture, de spéculations réclamant davantage de travail, de consommations intermédiaires ou de capital, par rapport aux cultures caféière et cacaoyère. Les dynamiques culturales pourraient ainsi induire une monétarisation des coûts de production, susceptible de constituer un facteur de blocage de l'extension des superficies (difficulté de financement) ou de se traduire par une fragilisation du système de production (augmentation du risque économique). Elle pourrait également inciter le producteur à opérer ses choix en fonction d'un calcul économique intégrant comme élément fondamental les coûts monétaires de production. Cette comparaison, portant sur les moyens mis en œuvre et la valorisation des productions et des facteurs de production, devrait apporter une contribution à la compréhension des choix culturaux et à la priorité accordée par les producteurs à certaines cultures.

2La difficulté d'une telle comparaison tient à l'évaluation des paramètres pris en compte - temps de travaux, rendements, valeurs des productions - du fait de leur variabilité et des difficultés méthodologiques de collecte de l'information :

  • variabilité des temps de travaux selon les intervenants, le soin apporté à la réalisation des tâches, l'âge des plantations, l'état des cultures, etc. ;

  • variabilité des rendements selon le soin apporté aux cultures, les conditions climatiques et pédologiques, les précédents culturaux ;

  • variabilité des revenus (pour un rendement donné) suivant l'évolution des prix ;

  • difficulté méthodologique de collecte de l'information, en particulier d'établissement de protocoles rigoureux permettant d'obtenir des données statistiquement représentatives.

3Les limites de la comparaison économique des différentes cultures pratiquées à Djimini-Koffikro tiennent à ces difficultés et à l'option retenue pour les contourner, consistant en l'analyse, par culture, de la mise en œuvre des facteurs de production et des résultats obtenus dans les conditions moyennes rencontrées à Djimini-Koffikro. Cette approche resterait largement insuffisante pour appréhender la logique fine du fonctionnement des unités de production : les calendriers culturaux ne sont pas pris en compte (problème de la complémentarité ou de la concurrence des activités) et le raisonnement en conditions moyennes est réducteur. Pour partielle et insuffisante qu’elle soit, cette approche apporte un éclairage décisif pour la compréhension de la dynamique des systèmes productifs.

4La grande variabilité des temps de travaux réalisés par la main-d'œuvre familiale nous a incité, afin de rendre possibles les comparaisons, à retenir les données relatives à une main-d'œuvre rémunérée contractuelle. Il s'agit donc de "temps de travail social moyen minimum". Les chiffres obtenus mériteraient sans doute d'être majorés, dans l'optique d'une réalisation des tâches par une main-d'œuvre familiale faisant preuve en général d'une moindre fébrilité que les contractuels. Ces données ont été collectées sur une base horaire, puis transformées en journées de travail de 6 heures, durée "normale" de l'activité agricole quotidienne en dehors des période de pointe. Sauf précision inverse, les chiffres avancés correspondent à des observations de terrain. Lorsque la variation entre observations était importante, les chiffres minimaux et maximaux relevés ont été précisés. Le nombre d'observations à effectuer, lié à la diversité des cultures pratiquées à Djimini-Koffikro, n'a pas permis de mettre en place un système de collecte de l'information assurant la représentativité statistique de tous les chiffres relatifs aux temps de travaux. Le nombre d'observations était limité pour certaines tâches, des éléments ayant une incidence sur les temps de travaux, tels les précédents culturaux ou l'importance de la végétation adventice, ont été insuffisamment pris en compte. Ces données doivent donc être considérées comme des ordres de grandeur. Il ne saurait être question de proposer pour chaque culture une analyse différenciée faisant apparaître l'incidence d'une modification de la combinaison des facteurs de production sur le résultat du procès de production. En d'autres termes, notre objectif n'était pas de définir des fonctions de production, ou les composantes de l'élaboration du rendement, pour reprendre une expression chère aux agronomes. Les différents niveaux d'intensification d'une même culture ne seront donc pas évoqués.

5L'analyse techno-économique qui suit est relative à un contexte spécifique et "daté". Ce contexte - structure institutionnelle de la production, prix au producteur, coûts de production, etc. - est susceptible de connaître une évolution rapide et profonde. Aussi tous les éléments fondant l'analyse seront-ils présentés - au risque d'alourdir le texte - afin d'en permettre une éventuelle actualisation ou une comparaison avec d'autres études.

6Dans un premier chapitre, les moyens de production mis en œuvre (temps de travaux et coûts de production - coût en main-d'œuvre exclu) et les résultats obtenus (rendements, valeur des productions) seront présentés pour les principales cultures rencontrées à Djimini-Koffikro. Ces chiffres serviront de base de réflexion pour l'analyse comparative proprement dite, objet du second chapitre.

Mise en œuvre des facteurs de production et résultats par culture pratiquée a Djimini-Koffikro

Les plantations caféières et cacaoyères : une agriculture de cueillette

7Les productions et les rendements moyens des caféières et des cacaoyères ont été les suivants, entre 1982/83 et 1984/85 :

Tableau XXV. Productions et rendements des caféiers et cacaoyers à Djimini-Koffikro, 1982/1985

Tableau XXV. Productions et rendements des caféiers et cacaoyers à Djimini-Koffikro, 1982/1985

(a) Depuis 1978, le café est acheté en cerises sèches - non décortiqué - alors qu'auparavant il était acheté décortiqué (café vert ou marchand) ; le coefficient de conversion est d'environ 0,5 (1 kg de cerises sèches = 0,5 kg de café marchand).

8Plus que la baisse sensible de la production entre les années 1982/83 et 1984/85 (la campagne 1983/84 a été mauvaise à l'échelle nationale du fait de la sécheresse), la faiblesse des rendements vient illustrer notre thèse de la marginalisation des cultures caféière et cacaoyère à Djimini-Koffikro. Sur la base de la "bonne" campagne 1982/83, la différence avec les rendements moyens obtenus en agriculture de plantation villageoise extensive reste éloquente. La production de café marchand est à Djimini-Koffikro de 75 kg/ha, avec un maximum de 150 kg, contre 235 kg/ha en moyenne nationale ; celle de cacao est de 61 kg/ha, avec un maximum de 250 kg, contre 378 kg en moyenne nationale (tableau A62, annexe 1). En 1983/84, le revenu moyen par hectare a été de 17 000 F pour le café (175 F.CFA/kg de cerises) et 22 000 F pour le cacao (350 F/kg).

9Etant donné le caractère de "cueillette" de ces productions, les temps de travaux n'ont pas fait l'objet d'observations approfondies. Ils peuvent cependant être estimés avec une approximation correcte à 17 jours par hectare pour le caféier et à 13 jours pour le cacaoyer. En général, les planteurs réalisent un seul nettoyage, avant la récolte, soit une dizaine de journées de travail à l'hectare en prenant pour référence des contrats réalisés par des manœuvres. Nous n'avons pas d'observations concernant les travaux liés à la récolte, au tri et au séchage des produits ; selon les normes de l'enquête SEDES [1967], ils peuvent être évalués à 7 journées de travail pour le café et 3 journées pour le cacao, pour les rendements enregistrés à Djimini-Koffikro.

Le palmier à huile

10Le palmier à huile cultivé en plantations villageoises est le produit de l'amélioration génétique, par l'IRHO, du palmier naturel ; il entre en production 3 années après la plantation et a une durée de vie économique de 20 ans. Les palmiers naturels, lorsqu'ils étaient exploités pour leurs graines, étaient récoltés par des grimpeurs ; cette pratique se rencontrait principalement dans certaines ethnies lagunaires ayant en la matière une forte tradition, Adioukrou en particulier. La diffusion du palmier sélectionné dans des groupes ethniques pour lesquels il s'agissait d'une culture nouvelle a nécessité la vulgarisation d'une autre technique de récolte des régimes, à l'aide d'une faucille emmanchée sur une perche de longueur adaptée à la taille de l'arbre. Cette technique n'est toutefois plus utilisable lorsque le palmier dépasse une quinzaine de mètres, taille qu'il atteint vers 20 ans. La palmeraie doit alors être abattue et replantée.

11La périodicité de la récolte des régimes de graines de palme est fonction du rythme de collecte des régimes par PALMINDUSTRIE. Déposés au bord du champ par le planteur, les régimes sont évacués par des camions de la société, qui a créé un réseau de pistes carrossables desservant toutes les palmeraies. Ce rythme est passé en 1984 d'une fois par semaine à une fois par quinzaine ; chaque plantation est donc récoltée une semaine sur deux, pendant toute l'année, la production étant payée au planteur tous les mois.

Temps de travaux

12Le palmier à huile étant une culture arborée dont l'entrée en production est différée, il convient de distinguer les travaux de mise en place de la culture, ceux de son entretien avant l'entrée en production et ceux relatifs à une année de production courante.

Mise en place et entretiens avant l'entrée en production

13L'importance des travaux pré-culturaux varie, selon la nature des précédents culturaux - jachère ou plantation abandonnée - entre 35 et 62 journées de travail à l'hectare (tableau A63, annexe 1). Ces chiffres sont relativement faibles, comparativement au travail nécessaire au défrichement d'une forêt noire (130 journées de travail à l'hectare d'après la SEDES, op. cit., p. 137). Les palmiers étant le plus souvent plantés après un cycle au minimum de cultures vivrières ou d'ananas-export, on retiendra pour la suite de l'analyse le cas de plantations succédant à une jachère, ou intervenant directement après un cycle de cultures vivrières.

14La plantation et les entretiens de première année d'une palmeraie sélectionnée demandent, en conditions villageoises, 40 journées de travail à l'hectare, préparation du terrain exclue (tableau A64, annexe 1).

15Lors de la réalisation des enquêtes, l'entretien des plantations avant l'entrée en production était réalisé en grande partie grâce à la complantation (désormais interdite) de cultures vivrières ou d'ananas-export avec les jeunes palmiers. Nous ne disposons donc pas, pour cette phase, de temps de travaux observés. D'après les planteurs interrogés, il semble que le travail de sarclage sur une jeune palmeraie dont le faible ombrage favorise un enherbement important puisse être estimé au triple d'un entretien en année courante soit environ 30 journées de travail à l'hectare.

Phase de production

  • 1 La plupart des planteurs réalisent deux nettoyages par an, en faisant souvent appel à des contractu (...)
  • 2 La durée du travail pour la récolte et l'évacuation des graines de palme varie, durant l'année, ave (...)

16La durée moyenne du travail d'entretien d'une palmeraie à Djimini-Koffikro est de 22 journées à l'hectare en année courante de production1. La récolte d'une tonne de régimes de graines de palme demande 6 heures ; l'évacuation des régimes vers le point de collecte, en bordure de plantation, nécessitant deux journées de travail2, soit au total 3 jours par tonne. Une plantation villageoise de palmiers à huile à Djimini-Koffikro nécessite ainsi 51 journées de travail, lorsqu'elle est en phase de production, pour un rendement moyen de 9,6 t./ha.

Coûts de production

Coût de création d'un hectare de plantation encadrée

17Le coût de création d'une palmeraie, les modalités de financement et les conditions de remboursement par le planteur de la fraction du coût qui lui est imputée, ont évolué dans le temps. Lors du premier Plan Palmier le principe d'une subvention partielle à l'investissement fut retenu. La partie remboursable des prestations relevant de la SODEPALM faisait l'objet d'un échéancier de l'année 7 à l'année 17. Le coût de création d'un hectare de palmeraie sélectionnée était alors estimé à 126 800 F.CFA par la SODEPALM, 63 000 étant remboursables par le planteur (tableau A65, annexe 1). Le planteur devait rembourser 78 000 F par ha, les aides remboursables supportant un taux d'intérêt de 2 % par an. En 1969, l'intérêt est supprimé et l'aide de la SODEPALM étendue à la fourniture d'engrais entre N4 et N8, soit un coût annuel de 3 000 F.CFA/ha, remboursable à raison de 8 000 F en N16 et 7 000 F en N17 (N0 correspondant à l'année de la plantation). La dette totale reste donc de 78 000 F.CFA, la suppression de l'intérêt étant compensée par le coût de l'engrais supplémentaire, à rembourser après un délai de grâce de 7 ans selon l'échéancier suivant :

  • 3 La politique de crédit aux planteurs villageois a été modifiée lors des dernières réalisations du p (...)

18Le remboursement est effectué en prélevant chaque mois 30 % de la valeur de la récolte livrée par le planteur, jusqu'à concurrence de l'annuité3.

  • 4 Plants 77 000 F ; Pueraria (plante de couverture) 4 000 F ; grillage (protection des plants contre (...)

19Les difficultés de gestion et de recouvrement de la dette villageoise vont conduire à la mise en place d'un nouveau système d'aide à la création des plantations villageoises de palmiers à huile, lors de la reprise des plantations en 1983. Désormais, une taxe de 1,5 F.CFA par kilogramme de régime collecté permet le financement d'un Fonds d'Extension et de Renouvellement des plantations (FER). Il n'y a plus, ainsi, de dette à gérer individuellement pour chaque planteur, la taxe perçue sur la production villageoise permettant le financement des plantations et replantations. En 1983, le coût de plantation d'un hectare de palmiers sélectionnés en milieu villageois est évalué par PALMINDUSTRIE [1983, p. 69] à 230 500 F.CFA4. En francs courants, l'amortissement de la création d'un hectare de palmeraie est donc assuré par la collecte de 154 tonnes de régimes de graines, soit, pour une exploitation sur 18 ans (abattage de la plantation à 20 ans), 8,5 t/an en moyenne. Etant donné les rendements obtenus en plantations villageoises (cf. page 207), le montant de 1,5 F/kg pour la taxe FER ne semble pas surévalué, sauf pour les producteurs qui décident de créer leur plantation sans l'aide de PALMINDUSTRIE et subissent cependant le prélèvement.

Consommation d'intrants en année courante

  • 5 N4 à N6 : 125 kg de potasse/an/ha ; à partir de N6 : 135 kg de potasse/an/ha.

20Les dépenses en intrants, en élaéiculture, sont surtout importantes lors de la phase de création de la plantation. Une fois entrée en production, la palmeraie requiert des apports relativement limités de fumure, évalués, aux prix en vigueur en 1983, à 8 750 F/ha de N4 à N6 et 9 450 F/ha au-delà5. L'engrais est fourni à crédit (remboursable sur la campagne) à partir de N10 pour les plantations réalisées lors du premier Plan Palmier et à partir de N4 pour celles réalisées depuis 1983.

Destination de la production et rendements

  • 6 Sur 225,5 tonnes récoltées, 198,9 ont été collectées par PALMINDUSTRIE, 17 ont rémunéré le travail (...)

21La production des plantations villageoises encadrées par PALMINDUSTRIE devrait être livrée en totalité à cette dernière qui en assure la collecte, le paiement et l'usinage. Deux phénomènes concourent toutefois à distraire du circuit officiel un volume non négligeable de la production : la vente de régimes à des commerçantes venues d'Abidjan et la rémunération en nature du travail d'évacuation des régimes par les femmes, qu'elles appartiennent ou non à l'unité de production. Cette rémunération comprend les graines détachées des régimes et, si celles-ci ne sont pas en quantité suffisante, un régime en sus. Afin d'évaluer ces flux, le suivi de 9 unités de production a été effectué pendant 11 mois, avec pesée des graines et comptage des régimes empruntant le circuit parallèle. Ce suivi délicat a été engagé deux années après le début des premières enquêtes, ce qui a permis d'arriver à un bon niveau d’information du fait des relations de confiance existant entre l’enquêteur et les planteurs, les femmes collectant la production et les manœuvres qui, dans certains cas, effectuent la récolte. Ont ainsi pu être cernées les ventes parallèles effectuées par les planteurs eux-mêmes, la part de la production intervenant comme rémunération du travail des femmes, voire les "oublis" de régimes en brousse, par les manœuvres ou les femmes, parfois épouses ou filles des planteurs, à l'insu de ces derniers6. Pour 100 tonnes collectées par PALMINDUSTRIE, 5 ont été commercialisées directement par les planteurs sur le marché parallèle et 8,5 ont été récupérées par les femmes (ces graines étant transformées artisanalement en huile de palme, ou commercialisées). Les gains des femmes varient peu, d'une exploitation à l'autre (de 6,8 % à 9,6 % de la production totale), à l'inverse des ventes parallèles (de 0 à 10 % de la production totale).

  • 7 Avec le schéma de production retenu, un rendement de 14 t/ha en phase de croisière correspond à un (...)

22Globalement, le rendement "marchand officiel" correspondant aux livraisons à PALMINDUSTRIE des 55 plantations en production (nouvelles plantations exclues) a été de 9,9 t/ha en 1981/82, 7,7 t/ha en 1982/83 et 7,5 t/ha en 1983/84. Sur les 3 campagnes, le rendement moyen est de 8,5 t/ha (distribution des exploitations selon le rendement présentée dans le tableau A66, annexe 1). Le rendement moyen réel s'établit à 9,6 t/ha, après prise en compte de la part de la production revenant aux femmes (722 kg) et des ventes directes sur le marché parallèle (425 kg). Ce chiffre est à comparer aux rendements prévus lors du lancement du premier Plan Palmier pour la "phase de croisière" des plantations villageoises : de 9 t/ha, pour les secteurs les moins favorisés écologiquement (Dabou, Cossou) à 14 t/ha, pour les mieux lotis (Adiaké, Toumanguié, Ehania), Djimini-Koffikro se situant dans la "zone des 14 tonnes"7. En 1983/84, le rendement moyen de l'ensemble des plantations villageoises ivoiriennes s'établissait à 5,7 t/ha, pour 10,2 en plantations industrielles. Les résultats obtenus à Djimini-Koffikro se situent donc au-dessous des normes initialement prévues, mais nettement au-dessus des réalisations de l'ensemble des plantations villageoises, et au niveau de ceux réalisés dans le secteur de Toumanguié (7,9 t/ha en 1983/84 ; la comparaison porte ici sur le seul rendement marchand officiel) [PALMINDUSTRIE, 1984b].

23La faiblesse des rendements enregistrés en plantations villageoises est imputée principalement par PALMINDUSTRIE à la baisse du taux de récolte au-delà de dix ans, le repérage des régimes et la récolte devenant plus difficiles avec la croissance du palmier. Si les premiers schémas de production des plantations villageoises prévoyaient une stabilisation des rendements à partir de l'année N8, les prévisions sur lesquelles table le deuxième Plan Palmier ont intégré cette baisse de la production au-delà de la dixième année, ce qui réduit le rendement moyen prévisionnel à 7,7 t/ha (calcul sur 18 ans) ou 6,9 t/ha (calcul sur 20 ans) (tableau A67, annexe 1).

24D'autres facteurs que l'âge des plantations pourraient avoir une incidence sur le rendement, parmi lesquels le critère de résidence du chef d'exploitation, la superficie plantée en palmiers et la diversité du système de culture.

    • 8 Lors du suivi des 9 unités de production, la vente maximale par le circuit officieux (10 % de la pr (...)

    L'absentéisme du planteur pourrait se traduire par une moindre qualité des entretiens et des récoltes, imputable à un moindre contrôle sur la main-d'œuvre salariée ou familiale, et par des "fuites" plus importantes sur le marché parallèle8. Une différence de rendement statistiquement significative existe effectivement entre les unités de production contrôlées par les non-résidents (rendement moyen 7,7 t) et celles dont les responsables résident à Djimini-Koffikro (rendement moyen 9,1 t).

  • La superficie plantée en palmiers pourrait également avoir une incidence sur le rendement, le contrôle d'une superficie importante pouvant conduire à une extensification de la culture liée à un moindre entretien. Pour éviter le biais de la redondance des variables Superficie plantée" et "Résidence du planteur", il convient de distinguer les classes de superficie (inférieure à 3 ha, supérieure ou égale à 3 ha) selon le lieu de résidence du planteur.

25Superficie plantée en palmiers < 3 ha : planteurs absentéistes 8,2 t/ha, planteurs résidents 9,8 t/ha

26Superficie plantée en palmiers ≥ 3 ha : planteurs absentéistes 6,2 t/ha, planteurs résidents 8,7 t/ha

27La différence, effective pour les résidents comme pour les absentéistes, est plus sensible pour ces derniers. La conduite des plantations semble être plus intensive lorsqu'elles sont de superficie réduite (du fait d'un meilleur entretien, d'une meilleure qualité de récolte ?).

  • 9 L'hypothèse a été testée pour les planteurs résidant à Djimini-Koffikro, afin d'éviter une redondan (...)

28- Selon un raisonnement parfois avancé par la SODEPALM ou PALMINDUSTRIE, la diversité des cultures pratiquées par le planteur pourrait l'inciter à délaisser sa palmeraie. L'hypothèse n'est pas confirmée à Djimini-Koffikro, les rendements moyens obtenus ne différant pas selon que le palmier est ou non l'unique culture de rapport9.

29L'information collectée, déterminée par les objectifs retenus pour cette étude, ne permet pas d'affiner l'analyse autant qu'il eût été souhaitable. L'analyse des différences de conduite des plantations ne peut aller, en toute rigueur, au-delà des quelques observations formulées précédemment. Il faut noter, pour terminer, l'importante variation des tonnages récoltés au cours de l'année, avec un pic prononcé en mars-avril (graphique A3, annexe 2). Cette variation intra-annuelle a une incidence sur l'organisation du travail (pointe de travail de récolte au moment de la réalisation des travaux pré-culturaux pour les cultures vivrières) et sur la trésorerie des planteurs, les livraisons étant payées chaque mois.

Valeur de la production

  • 10 En 1983/84, seuls 15 planteurs sur 55 obtenaient un rendement de moins de 7 t/ha. Si cette proporti (...)

30Le prix d’achat au producteur est fixé par arrêté du ministère de l'Agriculture, PALMINDUSTRIE pouvant augmenter ce prix de base par le versement de primes. Fixé lors de l'entrée en production des premières plantations, en 1966, à 4 F/kg, le prix au producteur est augmenté en 1972 par la mise en place d'un système d'intéressement : chaque kilogramme récolté au-dessus de 105 % de la prévision établie pour chaque plantation en fonction d'un schéma de rendement adapté à la région est majoré de 1,125 F.CFA. Cette prime de productivité s'accompagne, pour l'ensemble des planteurs, d'une majoration du prix, dans la limite permise par un accroissement de recettes procurées par la commercialisation de l'huile de palme. En moyenne, ce nouveau système porte le prix d'achat au producteur à 4,5 F en 1972 et 5,16 F en 1973. En 1974 l'intéressement est supprimé, du fait de problèmes de validité des prévisions, et le prix passe à 8 F/kg. De nouvelles augmentations ont lieu en 1978 (10 F/kg) et 1981 (15 F/kg). En 1984, le prix est porté à 17 F/kg et une prime de 2 F/kg est établie, si le rendement dépasse 5 tonnes. En 1985, une nouvelle prime de 2 F - venant s'ajouter à la précédente - est versée pour les rendements supérieurs à 7 t/ha, le prix d'achat de base passant à 19 F/kg10.

31L'effrondrement du cours de l'huile de palme sur le marché international (300 F/kg en 1985, 135 en 1986) ne devrait pas avoir la même incidence sur le prix au producteur que dans le cas de l'huile de coprah (cf. infra), la part des exportations d'huile de palme restant minime, par rapport à celle de l'huile de coprah ; le risque d'une suppression, ou du moins d'une réduction des primes, n'en est pas moins effectif.

32Comment valoriser la partie de la production récupérée par les femmes au titre de l'évacuation des régimes vers le point de collecte ? Dans la mesure où il s'agit d'un revenu potentiel auquel le planteur renonce pour s'assurer l'accès à la main-d’œuvre, nous avons opté pour une valorisation au prix payé par PALMINDUSTRIE. Rappelons que pour 8 500 kg collectés par la société, 722 sont récupérés par les femmes, soit au total environ 9 220 kg/ha à valoriser au prix payé par PALMINDUSTRIE (138 000 F.CFA en 1983, 221 000 F en 1985).

33A ce revenu potentiel, il convient d'ajouter la valeur des ventes réalisées sur le marché parallèle. En moyenne, le régime de graines est acheté 500 F.CFA en 1983/84 à Djimini-Koffikro lorsqu'il emprunte le circuit parallèle, soit près de 36 F/kg ; la valeur moyenne des ventes parallèles peut donc être estimée à 15 000 F.CFA. La vente aux commerçantes venues d'Abidjan s'avère rentable : ces dernières payent le kilogramme plus cher que PALMINDUSTRIE, et la fraction de la production ainsi détournée du circuit officiel ne fait l'objet d'aucun prélèvement au titre du remboursement de la dette. Elle permet surtout de répondre à un besoin monétaire urgent, Cette pratique reste limitée par la capacité d'absorption du marché parallèle et par la pression exercée par PALMINDUSTRIE sur les planteurs : intervention de l'encadrement, voire barrages policiers sur les routes avec confiscation des régimes. Le prix sur le marché parallèle n'a d'ailleurs pas suivi la hausse du prix officiel, entre 1983 et 1985.

34En définitive, le revenu moyen brut par hectare, avant déduction des coûts de production, est de 153 000 F en 1983 ; il s'élève à 236 000 F en 1985, pour un même rendement (9,6 t/ha).

Le cocotier hybride : des résultats médiocres

35Le cocotier hybride présente plusieurs avantages, comparé au cocotier local non sélectionné : une entrée en production plus précoce, une production plus élevée avec une potentialité de 3,2 t/ha de coprah en phase de croisière, une sensibilité réduite à la maladie de Samo et une plus grande plasticité écologique ; sa durée de vie dépasse 50 ans.

36Jusqu'en 1982, PALMINDUSTRIE achetait les noix et fabriquait le coprah. Ensuite, l'industrialisation de la fabrication du coprah posant trop de problèmes, il a été demandé aux planteurs d'effectuer la transformation. Le cocotier produit tout au long de l'année mais la transformation a lieu deux ou trois fois par an si la plantation est d'une taille limitée, comme c'est en général le cas à Djimini-Koffikro, car l'allumage du four suppose la collecte d'un nombre suffisant de noix.

Temps de travaux

Phase de création et phase pré-productive

  • 11 Travaux pré-culturaux pour une plantation réalisée après une jachère : 35 JT/ha (sur la base des do (...)

37Il n'y a pas eu de création de cocoteraie à Djimini-Koffikro pendant la durée des enquêtes, mais le nombre de journées de travail nécessaires à la plantation d'un hectare de cocoteraie peut être estimé à 6511, et les travaux d'entretiens avant l'entrée en production à environ 20 jours par an.

Phase d'exploitation

  • 12 Récolte : 1 125 noix/jour ; ramassage : 911 noix/jour ; débourrage des noix sur un pieu : 821 noix/ (...)

38Selon les "normes" villageoises, deux entretiens doivent être réalisés annuellement, soit environ 10 jours de travail au total. L'essentiel du travail est consacré à la récolte des noix et à la fabrication du coprah. Les noix sont récoltées sur l'arbre ou ramassées à terre, puis transportées auprès du four où elles sont débourrées sur un pieu métallique. La graine, noix de coco proprement dite, est brisée, l'eau de coco est jetée et les fragments de noix sont disposés sur la grille du four. Après un premier séchage, l'albumen - coprah - est décoqué puis remis à nouveau à sécher. Pour l'obtention d'une tonne de coprah, 16,5 journées de travail sont consacrées en moyenne à la récolte, au ramassage et au débourrage des noix12 ; le cassage des noix, le séchage du coprah, le décoquage et la mise en sac, demandent 17 jours (une journée de travail pour 58 kg de coprah). Au total, le nombre de journées de travail consacrées à Djimini-Koffikro à la fabrication d'une tonne de coprah est d'environ 33 jours.

Coûts de production

Coûts de création de la cocoteraie hybride

39Les cocoteraies encadrées ont été réalisées sous trois formules, avec des coûts différents :

  • déforestage mécanique intégral et utilisation de cocotiers GOA sélectionnés : "plantations villageoises ancienne formule, GOA" : 392 000 F/ha ;

  • déforestage mécanique intégral et utilisation de variété hybride : "plantations villageoises ancienne formule, hybride" : 368 000 F/ha ;

    • 13 Les premières années du Plan Cocotier, la société de développement considérait le déforestage mécan (...)

    pas de déforestage mécanique13 et utilisation d'une variété hybride : "plantations villageoises nouvelle formule" 268 000 F/ha (tableau A68, annexe 1). Les plantations réalisées à Djimini-Koffikro sont toutes de ce type.

  • 14 2 F pour les plantations villageoises ancienne formule qui supportent ainsi le coût du déforestage (...)

40Le coût de 268 000 F/ha devait être normalement intégralement remboursé par le planteur à raison du prélèvement d'un franc par noix collectée14. La différence avec les conditions de financement de la création des plantations villageoises de palmiers à huile est donc sensible, puisque le remboursement ne couvrait pour ces dernières que le coût du matériel végétal, des engrais et l'avance en espèces. En pratique, le remboursement de la dette de création, basé sur la collecte des noix, a cessé lorsque PALMINDUSTRIE a commencé à acheter le coprah aux villageois. Ainsi, le remboursement de la dette par l’ensemble des planteurs de cocotiers de Djimini-Koffikro s'élevait à 92 504 F.CFA en fin d'année 1983, sur 8 518 408 F.CFA de dette.

Phase de production

41Le coût de la construction d'un four artisanal peut être estimé à environ 100 000 F. CFA, couvrant l'achat des tôles et du grillage. Fourni par PALMINDUSTRIE à crédit, il revient à 152 000 F pour un four en maçonnerie. Sur les 27 planteurs de cocotiers hybrides recensés, encadrés et non encadrés, 4 possèdent un four artisanal et un seul dispose d'un four PALMINDUSTRIE. Les autres doivent louer un véhicule pour transporter leur production de la plantation au four d'un autre producteur.

42Les consommations en intrants se limitent normalement à la fertilisation. La dette de création couvre la fourniture de l'engrais jusqu'à N5 ; au-delà, l'engrais est théoriquement fourni par PALMINDUSTRIE sur un crédit de campagne, à raison de 150 kg de potasse et 50 kg de kieserite par hectare, soit un coût annuel de 15 500 F (77,5 F/kg pour les deux types d'engrais). Dans les faits, l'engrais n'a pas été livré par la société depuis 1982. Deux planteurs ont utilisé, à défaut, une partie de l'engrais fourni pour leurs palmeraies, les autres n'ont apporté aucune fumure à leur cocoteraie.

Destination de la production et rendement

  • 15 Il n'a pas été possible d'obtenir auprès de PALMINDUSTRIE les chiffres des livraisons de coprah. Le (...)

43La production des cocoteraies villageoises encadrées est normalement achetée en totalité sous forme de coprah par PALMINDUSTRIE. Des planteurs vendent parfois une partie de leur production à des négociants, sous forme de noix fraîches, pour la consommation ou l'exportation, ou sèches, pour la transformation en coprah. Selon PALMINDUSTRIE, cette pratique expliquerait en partie les résultats médiocres des plantations villageoises de cocotiers. Qu'observe-t-on à Djimini-Koffikro ? En 1983/84 ont été vendus 21 413 kg de coprah et 41 630 noix15. Cette production est réalisée presque uniquement par les cocoteraies encadrées, les cocoteraies hybrides non encadrées (cf. Deuxième partie, 1er chapitre) ne produisant que 850 noix. Les 40 780 noix produites par les cocoteraies encadrées et vendues sur le marché parallèle correspondent à l'équivalent de 7 952 kg de coprah. PALMINDUSTRIE a donc collecté 73 % de la production totale des plantations qu’elle encadre.

  • 16 Les rendements par unité de production encadrée s'établissent ainsi (en équivalent-coprah) : pas de (...)

44Le rendement moyen global en coprah (coprah + noix transformées en équivalent-coprah) des cocoteraies hybrides encadrées est faible : 618 kilogrammes à l'hectare, soit moins que le rendement moyen observé en Basse-Côte dans les plantations non sélectionnées (846 kg/ha [Lérebours-Pigeonniere, 1975])16. Trois unités de production n'ont enregistré aucune vente en 1984 ; dans un cas, la plantation a été abattue par son propriétaire, dans les deux autres, elle est à l'abandon. Le rendement calculé sur la base des seules plantations en production est de 711 kg/ha de coprah.

45L'âge des plantations peut-il expliquer ces résultats médiocres ? A Djimini-Koffikro, l'âge moyen pondéré de la cocoteraie encadrée est de 9 ans. D'après les schémas de rendement proposés par l'IRHO, à cet âge le rendement devrait être de 2,8 tonnes à l'hectare (tableau A69, annexe 1). De toute évidence on est loin, à Djimini-Koffiko, de la pratique d'une cococulture intensive. Cette situation n'est pas propre au village enquêté. Dès 1980, une évaluation (confidentielle) réalisée par un organisme de financement du Plan Cocotier estimait que plus de 35 % du verger cocotier villageois était abandonné. Selon une nouvelle évaluation réalisée en 1983, les deux-tiers des plantations villageoises de cocotiers auraient été abandonnées ou abattues, les plantations restantes étant en général mal entretenues.

46Plusieurs raisons sont évoquées pour expliquer cette situation : la perte d'efficacité du dispositif d'encadrement du fait de la scission du groupe SODEPALM, l'absence de relèvement du prix au producteur, les conditions climatiques défavorables, l'insuffisance du réseau routier, une collecte déficiente de la production par suite de la vétusté du parc automobile, la difficulté d'entretien des plantations par manque de main-d'œuvre et de motivation. Plus récemment, en 1984, PALMINDUSTRIE dénonçait vigoureusement les ventes parallèles de noix de coco comme étant responsables de la non-réalisation des prévisions de production : "Le cocotier est le parent pauvre du palmier à huile. Le planteur persuadé de son sort peu enviable, récoltait sa parcelle tant mal que bien. Puis, il lui a fallu se mettre à la fabrication du coprah avec toutes les servitudes que l'on imagine. Ramassage des noix de coco sous un tapis vert inextricable, le débourrage qui pompe la force vive du travailleur, le four à coprah hors de portée des bourses paysannes. Mais divine surprise ! pour ces braves gens - ce n'est pas vraiment le cas de le dire ! qui préfèrent le farniente sous les cocotiers balayés par les alizés des lagunes, des commerçants venus d'ailleurs leur font la part belle. Achat de noix sous l'arbre, paiement bord-champ, prix-aubaine ! La concurrence se déchaîne entre les intermédiaires ghanéens, syriens et dioulas. Us font des incursions sous les cocoteraies pour se substituer à la main-d'œuvre et jouer les « papa-providence »" [PALM-ECHOS, juillet 1984].

47A Djimini-Koffikro, les mauvais résultats ne peuvent provenir de ces ventes, intégrées dans le calcul du rendement. Quatre éléments d'explication peuvent être avancés :

  • De la réalisation des plantations jusqu'à 1984, les planteurs n'ont pas été encadrés. Nombreux sont ceux qui "se sont sentis abandonnés" (selon leurs termes) et ont délaissé leurs plantations alors pas ou peu productives, adoptant en cela la technique d'abandon des plantations à la brousse jusqu'à l'entrée en production, pratiquée habituellement pour les caféières ou cacaoyères.

  • L'engrais n'est plus distribué aux planteurs depuis 1982. Selon l'IRHO, un apport de potasse et de kieserite permet de multiplier par deux la production de coprah.

  • L'obligation de vendre le coprah et non plus les noix a été mal perçue, les plantations, en général de superficies réduites, justifiant difficilement l'installation d'un four, et surtout la fabrication du coprah demandant un surcroît de travail important. Or, un des principaux avantages que les planteurs trouvaient au cocotier, à l'origine, était précisément la faible quantité de travail nécessaire, lorsque la production était vendue non transformée.

  • Le prix, demeuré inchangé depuis 1978, était un argument systématiquement avancé en 1983 par les planteurs pour justifier le peu d'intérêt porté à leur plantation de cocotiers. Son augmentation très sensible en 1984 (cf. infra) a eu un effet extraordinaire ; il n'était question, alors, que de construction de four et de réhabilitation de plantations. En début d'année 86, le prix s'effondre brutalement, étant ramené à son niveau de 1983. Selon PALMINDUSTRIE, "la population concernée par la nouvelle a, dans une écrasante majorité, accepté les mesures arrêtées par PALMINDUSTRIE" [PALM-ECHOS, mai 1986]. Les planteurs de Djimini-Koffikro et des autres villages enquêtés ne sont sans doute pas représentatifs, puisqu'il n'était plus question, en mai 1986, que d'abandon, voire d'abattage de plantations.

Valeur de la production

48Jusqu'en 1982, PALMINDUSTRIE achetait la production des plantations encadrées sous forme de noix, à raison de 7 F/noix (moins 1 F.CFA pour le remboursement de la dette de création), ce prix d'achat étant demeuré inchangé depuis 1974. A Djimini-Koffikro, les négociants achètent les noix fraîches sur le marché parallèle à 10 F pièce et les noix sèches à 5 F pièce. Il s'agit le plus souvent de ventes sur pied.

  • 17 Les ventes de coprah réalisées par les planteurs de Djimini-Koffikro concernent en général le grade (...)

49Le prix du coprah (collecté uniquement auprès des "plantations familiales" jusqu'à 1982) n'a pas augmenté de 1974 à 1983 : 70 F/kg pour le grade 1, 60 F/kg pour le grade 217. En 1984, la bonne tenue des cours mondiaux de l'huile de coprah permet à PALMINDUSTRIE d'accorder aux planteurs des primes portant le prix à 110 F en janvier, 145 F en juillet et 160 F en octobre, pour le grade 1 (moins 10 F pour le grade 2). L'effondrement du prix de l'huile de coprah sur le marché mondial en fin 85 - début 86, de 650 à 150 F/kg, auquel est particulièrement sensible PALMINDUSTRIE puisque l'huile de coprah est essentiellement exportée, oblige cette dernière à supprimer les primes instituées en 1984, l'achat du coprah villageois se faisant à perte en fin 1985. En début d'année 1986, le prix du coprah de grade 2 est ainsi revenu à 60 F/kg.

50Au prix de 1983, la production moyenne des seules plantations en production à Djimini-Koffikro assure un revenu de 43 000 F/ha pour une vente sous forme de coprah de grade 2, de 36 460 F/ha pour une vente de noix fraîches.

Perspectives de l'hévéaculture villageoise

51Les deux plantations d'hévéas de Djimini-Koffikro n'étaient pas encore en production en 1983/84. Les caractéristiques économiques de cette culture seront donc présentées à partir de données bibliographiques.

Temps de travaux

52Selon l'étude de factibilité réalisée pour le programme de doublement des plantations villageoises du Sud-Est [SAPH, 1981], les temps de travaux nécessaires pour la création d'un hectare d'hévéa, en milieu villageois, seraient de 93 jours, auxquels il faut éventuellement ajouter, dans les conditions de Djimini-Koffikro, 35 jours pour les travaux pré-culturaux pour une plantation intervenant après une jachère. Les travaux avant l'entrée en production décroissent de 33 à 18 jours entre la deuxième et la sixième année. En phase de production, la durée annuelle du travail est estimée à 69 jours, dont 62 consacrés à la récolte (tableau A70, annexe 1).

Coûts de production

53Le principe retenu est le remboursement intégral, par le planteur, des coûts directs de création de la plantation, l'Etat prenant en charge les coûts indirects. Les coûts directs, entre l'année 0 et l'année 6, sont évalués à 287 000 F par l'étude de factibilité précitée (tableau A71, annexe 1). Le remboursement, assorti d'un taux d'intérêt annuel de 9 %, est prévu de N7 à N16, selon l'échéancier suivant :

54Les dépenses d'exploitation en phase courante de production sont évaluées à 11 000 F (engrais, produits phyto-sanitaires, éthrel).

Rendements

55La mise en saignée commence normalement en N6 ou N7, selon la circonférence atteinte par les arbres. Le rendement moyen obtenu dans les plantations créées dans le cadre du programme pilote de l'Anguédédou est de 1 840 kg/ha (tableau A72, annexe 1). Le projet PVSE2 mise sur une production de 1 750 kg/ha en régime de croisière, atteint 8 ans après la mise en saignée, soit 12 ou 13 ans après la plantation.

Valeur de la production

56La production est collectée et réglée au producteur mensuellement ; le prix d'achat au planteur comporte deux éléments :

57Un prix d'achat plancher d'intervention (PAPI), garanti, dont le montant est fixé chaque année par le ministère de l'Agriculture ;

58Une prime indexée sur les cours internationaux (PICI), résultant de la différence mensuelle entre le prix international et le PAPI. La différence enregistrée, lorsqu'elle est positive, est répartie à raison de 70 % pour le planteur (prime indexée), 20 % pour le Fonds Professionnel de Solidarité Hévéa (FPSH) garantissant le paiement du prix plancher et le remboursement des débours et du coût d'intervention de la SAPH, et 10 % pour l'usinier-exportateur au titre de la marge brute d'intervention.

59Ainsi, en novembre 1983, pour un prix de vente de référence de 394,2 F/kg en moyenne trimestrielle, le planteur a touché 222,6 F (160 F de prix plancher et 62,6 F de prime indexée), la SAPH 153,7 F (144,8 F au titre des coûts et débours, 8,9 F au titre de la marge brute d'intervention) et le Fonds de solidarité 17,9 F.

60Le prix moyen au producteur est passé de 240 F.CFA/kg en 1983/84, à 214 F en 1984/85 et à 175 F (PAPI) en fin 85, soit un revenu brut à l'hectare de 420 000 F.CFA en 1983/84 pour un rendement moyen de 1 750 kg, et un revenu de 306 000 F.CFA lorsque le producteur ne perçoit que le prix plancher. Ce niveau de revenu remarquablement élevé, dont l'incidence sur les choix culturaux ne s'est pas encore fait sentir à Djimini-Koffikro, aucune plantation n'étant en production, laisse augurer positivement de l'avenir de l'hévéaculture villageoise.

Ananas de conserve et ananas d'exportation : des productions intensives aux résultats différenciés

61Les cultures de l'ananas de conserve et de l'ananas pour la consommation en frais sont conduites à partir d'une même variété, la Cayenne lisse (espèce Ananas comosus). Les deux types de production présentent un certain nombre de points communs dans les conditions de culture courantes en Côte d'Ivoire. Il s'agit dans les deux cas d'une culture pure, intensive ; la maîtrise du procès technique de production a une incidence considérable sur le rendement. La reproduction est effectuée par voie végétative, en utilisant soit les rejets qui apparaissent après la récolte du fruit soit, plus rarement, la couronne de l'ananas si le fruit est destiné à la conserverie, puisque le fruit frais est exporté avec sa couronne. La fragilité du système racinaire de l'ananas impose une bonne préparation du sol, en particulier un labour. L'ananas, plante épuisante pour le sol et sensible à l'enherbement, réclame des apports importants d'éléments fertilisants et des sarclages fréquents. Un traitement d'induction florale, TIF, improprement appelé hormonage, au moyen d'acétylène (sous forme de carbure de calcium) ou d'éthylène, permet de contrôler la floraison et la fructification. Le planteur peut ainsi influer sur l'époque de production, en groupant l'arrivée à maturité de la parcelle, et sur le poids du fruit : un TIF appliqué précocement dans la phase végétative conduit à la production d'un petit fruit, un traitement sur une plante développée donnera un gros fruit.

62Au-delà de ces points communs, la nécessité d'obtenir pour la conserverie un gros fruit, et pour l'exportation une production de qualité rigoureusement calée sur les cycles de consommation en Europe, répondant à des normes strictes, impose normalement une différenciation marquée des techniques culturales. Les densités de plantation sont plus importantes pour l'ananas-export : 60 000 à 70 000 pieds/hectare, que pour l'ananas de conserve : 50 000 à 55 000 pieds/hectare, la densité de plantation conditionnant inversement la taille du fruit. La durée des cycles culturaux diffère : 15 à 18 mois pour l'ananas de conserve, 12 à 14 mois pour l'ananas d'exportation. Les normes en matière de dimension des couronnes des fruits exportés nécessitent l'ablation à la gouge du méristème terminal deux mois avant la récolte ; cette "réduction des couronnes" en bloque le développement. Les normes de qualité et de coloration des fruits exportés imposent également leur protection contre les "coups de soleil" (les feuilles sont attachées au-dessus du fruit) et l'emploi d'éthrel. L'utilisation de ce produit provoque une maturité apparente du fruit par coloration externe, permettant de satisfaire aux normes et de réduire à 8 ou 10 jours le temps de récolte d'une parcelle. Enfin, la récolte et le conditionnement des fruits exportés demandent davantage de soins : traitement antifongique, tri des fruits, calibrage, étiquetage, mise en carton, alors que les fruits destinés à la conserverie sont chargés en vrac dans une remorque.

63En fait, la production d'ananas-export à Djimini-Koffikro s'éloigne souvent de ces principes. Le calendrier cultural et durée des cycles culturaux ne sont pas maîtrisés, les fruits ne sont pas protégés contre le soleil (du fait du faible ensoleillement de l'Est-Comoé), et la récolte est réalisée dans des conditions non réglementaires du point de vue phytosanitaire.

Organisation des productions d’ananas de conserve et d’ananas-export à Djimini-Koffikro

Ananas de conserve

64La production d'ananas de conserve fait intervenir 3 acteurs : la SODEFEL, le GVC (groupement à vocation coopérative) et le producteur.

65La SODEFEL, par le biais de ses agents, un chef de bloc et ses six adjoints, assure un rôle d'encadrement technique de la production et d'aide à la gestion du GVC ; le chef de bloc gère le groupement.

  • 18 Rotobroyage, labour, billonnage, traitement nématicide, première application d'herbicide, épandage (...)

66Le GVC est prestataire de service. Depuis 1982, les crédits de campagne sont directement accordés par la Banque Nationale pour le Développement Agricole (BNDA) au GVC et ne transitent plus par la SODEFEL. Sur ces crédits, le groupement fournit à ses adhérents les acomptes sur récoltes ainsi que l'ensemble des prestations nécessaires à la culture : location du terrain par le GVC, intervention directe pour toutes les opérations culturales mécanisées18, fourniture du matériel végétal, des engrais et du carbure de calcium. Le remboursement du coût de ces prestations intervient après la récolte. Le paiement par la SALCI transite par la BNDA qui récupère le crédit de campagne et crédite du reliquat le compte du GVC. Le principe de la globalisation des charges a été retenu : l'ensemble des dépenses engagées par le GVC pour la sole est cumulé par poste budgétaire, puis réparti à la charge de chaque planteur au prorata du nombre de pieds mis en terre. Le planteur ne rembourse donc pas le coût réel des prestations dont il a effectivement bénéficié, mais une quote-part des charges du GVC.

67Le planteur apporte sa seule force de travail. Il dépend du GVC pour l'accès à la terre et la fourniture des intrants, et n'a de contrôle, du fait des contraintes techniques liées à la nature du produit, ni sur les opérations culturales ni sur le calendrier cultural. Le règlement intérieur du GVC précise d’ailleurs (article 13) "En cas de non-exécution des tâches prévues dans les délais, le gérant du bloc a la possibilité de faire exécuter ces tâches par de la main-d'œuvre extérieure."  Le coût de cette main-d'œuvre est alors individualisé au niveau du compte du planteur et n'entre pas dans la globalisation des charges. Le même article stipule "l'exclusion d'un sociétaire peut être prononcée après trois avertissements donnés au cours d'une période de six mois dans les cas suivants :

  • exécution défectueuse répétée des travaux dont il est chargé,

  • refus répétés d'effectuer les tâches qui lui incombent,

  • absence du coopérateur sur sa parcelle durant 7 jours consécutifs sans autorisation préalable du gérant et du président du Conseil d'Administration,

  • tout manquement aux obligations et interdictions imposées aux sociétaires par le règlement intérieur".

68L'article 18 précise qu'en cas d'exclusion d'un sociétaire, ce dernier "abandonne, sans indemnité, ses cultures en place qui sont reprises dans l'état où elles se trouvent, soit par le GVC, soit par un nouveau sociétaire qui assume l'ensemble des charges dues par le partant".

69Ces articles du règlement intérieur, même s'ils ne sont pas d'application courante, sont révélateurs du type de relations qui prévalent entre la structure d'encadrement et le planteur.

Ananas-export

70La production en sous-traitance d'ananas pour l'exportation en frais fait intervenir deux acteurs, l'acheteur de la production et le producteur. Leurs rôles respectifs diffèrent selon que l'acheteur fournit ou pas une aide au planteur.

71Lorsque l'acheteur ne fournit aucune aide au planteur, ce dernier loue une parcelle, ou crée la plantation sur son propre patrimoine foncier s'il est propriétaire et s'il a suffisamment de terre. Il assume seul tous les coûts de production : achat éventuel des rejets, préparation du sol, plantation, épandage d'engrais, etc. En règle générale, le planteur ainsi resté maître de tout le procès de production, préfère vendre sa parcelle sur pied, après le traitement d'induction florale. Il évite ainsi tout litige au moment de la récolte, bénéficie plus rapidement du produit de son travail (le TIF est réalisé de 10 à 12 mois après la plantation) et économise sa force de travail, puisqu'il n'intervient plus du tout sur la parcelle après la vente, l'acheteur faisant réaliser tous les travaux.

72Le plus souvent, l'acheteur fournit une aide au planteur après la plantation ; le producteur, une fois les rejets mis en terre, se met en quête d'un acheteur ou est contacté par lui. L'acheteur fournit tout ou partie des intrants nécessaires, si le planteur est en mesure de se procurer lui-même le complément : herbicides, engrais, carbure de calcium, et parfois un acompte sur le produit de la récolte. La production est achetée au kilogramme, à un prix convenu d'avance ; le coût des prestations et avances est décompté lors du règlement. Le planteur travaille sur la parcelle jusqu'à la récolte, l'acquéreur faisant réaliser à ses frais, par une équipe spécialisée, la réduction des couronnes ainsi que parfois l’éthrélisation. Il organise également la récolte, le planteur devant dans certains cas fournir les porteurs.

73Ces deux types de relations entre producteur et acheteur se retrouvent parfois au sein d'une même unité de production, une parcelle étant conduite sans aucune aide, une autre ayant fait l'objet d'un accord avec un acheteur dès la plantation. Un planteur peut également avoir plusieurs acheteurs, s'il a plusieurs parcelles. Il arrive que l'aide apportée par l'acheteur intervienne dès la préparation du terrain, mais uniquement dans le cas où des relations de confiance se sont nouées entre l'acheteur et le planteur.

74Les ventes de la récolte sur pied ont revêtu une moindre importance en 1984 qu'en 1983, passant de 58 à 22 % du nombre des parcelles récoltées. Ce déclin est à analyser au regard de l'intérêt pour le producteur de l'aide apportée par l'acheteur (qui dès lors peut imposer la forme d'achat lui convenant le plus), et de la multiplication des parcelles d'ananas-export permettant aux acheteurs de faire jouer la concurrence pour imposer l'achat au kilogramme.

75En définitive, outre la destination du produit, les organisations de la production de l'ananas de conserve et de l'ananas-export se distinguent par trois points principaux (non indépendants) : le contrôle technique de la production, la maîtrise du procès et des coûts de production, et l'accès aux facteurs de production (tableau A73, annexe 1).

76Le contrôle technique de la production d'ananas de conserve est assuré par la SODEFEL ; il est inexistant dans le cas de l'ananas-export, sauf cas exceptionnels où l'acheteur suit réellement le déroulement des opérations culturales et apporte ainsi un véritable encadrement technique. Cette différence dans la maîtrise technique du procès de production porte à la fois sur le calendrier cultural, les opérations culturales et les apports d'intrants.

  • 19 L'acheteur décide de la date du TIF et du moment de la récolte ; il assure la réduction des couronn (...)

77La maîtrise du procès de production par le planteur d'ananas-export, sans être totale19, est sans comparaison avec la situation du planteur d'ananas de conserve. Autonome, le planteur d'ananas-export l'est plus que le coopérateur et a une conscience très claire de cette autonomie. Même s'il a bénéficié de l'aide d'un acheteur, il peut en cas de conflit avant la vente, changer de partenaire, le premier acheteur étant alors remboursé par le second des frais déjà engagés. De plus, les coûts de production de l'ananas-export correspondent aux apports réels effectués sur la parcelle ; ils peuvent être minimisés par une économie dans l'utilisation des intrants.

78Quant à l'accès aux facteurs de production, le GVC résout pour ses adhérents trois problèmes cruciaux :

  • l'accès à la terre par la location du terrain par le GVC, avec un bail de longue durée ;

  • l'accès aux intrants : façons culturales mécanisées, engrais et surtout matériel végétal. Ce dernier élément est d'importance car il est difficile de trouver des rejets à l'Est-Comoé en 1983/84, et leur prix est élevé (3,5 à 5 F.CFA/rejet) ;

  • les difficultés de trésorerie : tous les coûts monétaires de production de l'ananas de conserve sont différés au paiement de la récolte, alors que les frais de création d'une parcelle d'ananas-export sont supportés sans délai par les planteurs. Le producteur peut éventuellement bénéficier d'avances en intrants ou en espèces de la part de son futur acheteur, mais une fois l'ananas planté.

Temps de travaux

79Les temps de travaux qui suivent correspondent aux tâches engagées directement par ou sous le contrôle de l'unité de production, et non au temps de travail total nécessaire pour la culture de l'ananas, le travail relatif aux opérations engagées par le GVC ou par l'acheteur des fruits exportés n'ayant pas été comptabilisé.

Ananas-export

80La préparation du terrain demande de 44 à 76 journées de travail à l'hectare, selon que le labour est mécanisé (appel à un service extérieur) ou réalisé à la daba ; le précédent cultural est en règle générale une jachère à Eupatorium. Les opérations culturales liées à la plantation vont de la récolte des rejets à leur mise en terre ; au total, elles nécessitent en moyenne 110 journées de travail. Le traitement herbicide est normalement réalisé après la plantation, en 3 jours. La durée moyenne observée pour les sarclages est de 15 jours par passage, pour des travaux répétés tous les deux mois. On peut estimer à 16 le nombre de journées de travail nécessaires à l'apport de fumure (un actif épand 2 sacs d'engrais par jour ; 32 sacs sont utilisés en deux passages). Enfin, le traitement d'induction florale est normalement réalisé en deux passages, à une semaine d'intervalle, chaque passage demandant 12 jours de travail. Le planteur se limite parfois à un seul passage, en doublant la concentration de carbure de calcium. Sauf exception, l’acheteur prend en charge la récolte.

81Le nombre approximatif de journées de travail consacrées à la culture de l’ananas-export à Djimini-Koffikro varie donc de 300 (labour mécanisé, vente de la parcelle sur pied) à 360 (labour à la daba, vente au kilogramme), pour la durée du cycle (données détaillées présentées en annexe 1, tableau A74).

Ananas de conserve

82La différence avec l'ananas-export provient de trois points principaux : la mécanisation de l'ensemble des travaux pré-culturaux, la durée plus longue du cycle de culture nécessitant deux sarclages supplémentaires, la récolte et le chargement des fruits. Le travail nécessaire pour la culture de l'ananas de conserve est ainsi approximativement de 420 jours par hectare.

83Le tableau suivant récapitule les temps de travaux moyens observés pour les cultures de l'ananas de conserve et de l'ananas d'exportation à Djimini-Koffikro.

Tableau XXVI. Temps de travaux moyens pour la culture de l'ananas à Djimini-Koffikro (NJT/ha)

Tableau XXVI. Temps de travaux moyens pour la culture de l'ananas à Djimini-Koffikro (NJT/ha)

Pour l’ananas-export, on a retenu le cas le plus fréquent d'un TIF réalisé par le planteur (à une date indiquée par l'acheteur) et d'une prise en charge de la récolte par l'acheteur.

84La culture de l'ananas demande donc beaucoup de travail, malgré la mécanisation de certaines tâches. Certaines opérations culturales doivent être réalisées rapidement et constituent autant de pointes de travaux : travaux pré-culturaux, transport des rejets, plantation, récolte. Par contre, d'autres opérations comme la récolte des rejets ou les désherbages, qui demandent beaucoup de travail sur la durée du cycle, sont réalisables par une main-d'œuvre limitée du fait de leur étalement dans le temps.

Coûts de production

Ananas de conserve

85Rappelons le principe du calcul et de l'imputation de ces coûts. Les charges relatives à la location des terres, à la réalisation des travaux mécanisés, à la fourniture des intrants, sont globalisées par poste budgétaire et réparties à la charge de chaque planteur au prorata du nombre de pieds mis en terre. Le coût de l'encadrement par la SODEFEL n'est pas imputé au GVC, et les investissements en matériel et bâtiments ont été réalisés par l'Etat. Le coût du matériel végétal et de l'appel éventuel à la main-d'œuvre salariée temporaire, sur préfinancement du GVC, n'est pas globalisé mais imputé individuellement à chaque planteur. Chaque campagne est préfinancée par un prêt de la BNDA. A l'issue de la campagne, la banque crédite le compte du GVC une fois le crédit remboursé, les planteurs étant solidairement responsables. Chaque planteur perçoit alors la valeur de la production après déduction du coût de production. L'évolution des coûts de production entre les soles 80 et 84 est résumée dans le tableau XXVII.

  • 20 1982-2 : 555 000 F/ha ; 1983-1 : 639 000 ; 1983-2 : 539 000 ; 1984 : 923 000 (achat des rejets comp (...)

86Les coûts de production de l'ananas de conserve sont importants et varient notablement d’une sole (ou 1/2 sole) à l'autre. La tendance à la hausse est sensible, à partir de la deuxième partie de la sole 82. Il a été impossible d'obtenir les comptes détaillés des soles 82-1, 83-1 et 83-2, ce qui interdit toute analyse de l'évolution des coûts de production par poste budgétaire, sur l'ensemble de la période. On peut cependant tirer des données fragmentaires dont nous disposons (tableau A75, annexe 1) des enseignements intéressants. Les comptes des soles 82-2 et 84 n'intègrent plus les frais d'amortissement du matériel et la constitution du fonds de réserve. La comparaison des coûts de production, pour être exacte, doit donc porter sur des données corrigées, ce qui majore l'augmentation des coûts constatée précédemment20.

Tableau XXVII. Ananas de conserve, évolution des coûts de production, soles 80-1 à 84 (hors main-d'œuvre engagée directement par le planteur)

Tableau XXVII. Ananas de conserve, évolution des coûts de production, soles 80-1 à 84 (hors main-d'œuvre engagée directement par le planteur)

Sources : GVC de Djimini-Koffikro. Calculs rapportés à une densité de 50 000 pieds/hectare.
(a) Coût de production non compris l'achat du matériel végétal
(b) Coût de production intégrant l'achat de matériel végétal.

87Trois éléments contribuent à expliquer le doublement du coût de production entre les soles 81 et 84 (tableau A76, annexe 1). La réduction de la superficie plantée de 81 à 45 ha se traduit par un gonflement des postes constitués en totalité ou en partie par des charges fixes : personnel (tractoristes et gardien, payés par le GVC), location des terres. Le prix de certains intrants a sensiblement augmenté depuis la sole 1981, en particulier celui des engrais, du fait de la suppression d'une subvention de l'Etat. Enfin, le vieillissement du matériel se traduit par l'augmentation du coût de son entretien.

88Il est difficile de proposer une analyse plus fine de l'évolution des coûts de production, du fait des difficultés d'accès à l'information : impossibilité de retrouver de nombreux documents à la SODEFEL, départ ou déplacement de cadres de cette société sans que leurs successeurs aient une parfaite connaissance de la situation qui prévalait avant leur arrivée, utilisation d'artifices comptables et irrégularités dans la gestion du GVC. Au demeurant, l'essentiel est, dans l'optique retenue ici, de constater ce qui s'impose au planteur : l'augmentation sensible des coûts de production de l'ananas de conserve et leur importance en valeur absolue.

Ananas d'exportation

89Le tableau A77 (annexe 1) présente les consommations d'intrants et les coûts moyens de ces derniers, observés sur le terrain en 1983/84. Ces données permettent de présenter le compte de charge "standard" du planteur d'ananas-export, en année de création d'une première parcelle :

90Le coût de production à l'hectare est élevé, relativement à la capacité de financement d'un petit planteur ; il reste faible, comparé à celui d'une exploitation capitaliste, évalué à 1 849 000 F/ha avant récolte (annexe 8). Trois postes influent particulièrement sur son niveau : l'achat du matériel végétal, l'achat des engrais et le transport des rejets. L'importance des moyens à mettre en jeu contribue à expliquer la faiblesse des superficies cultivées. Elle constitue un premier facteur de blocage pour un producteur qui souhaite se lancer dans la culture de l’ananas-export. Le système d'accord liant le planteur à son futur acheteur trouve sa pleine logique dans l'importance de ces coûts de production, un approvisionnement minimal en intrants étant ainsi assuré. Il faut toutefois rappeler que l'acheteur n'apporte une aide (remboursable) qu'une fois l'ananas planté.

91Qu'il fasse appel ou non à l'aide d'un acheteur, le planteur a pour stratégie de minimiser les coûts de production, en particulier en s'approvisonnant en engrais par des voies détournées auprès du GVC. S'il dispose d'une parcelle sur bloc, il utilise sur sa parcelle "export" tout ou partie des engrais distribués par le GVC ; dans le cas contraire, il rachète à bas prix les sacs d'engrais revendus par des coopérateurs en quête de liquidités monétaires.

92Le GVC, dont la fonction explicite est d'organiser la production d'ananas de conserve, a pour beaucoup une fonction implicite : assurer un accès au matériel végétal et aux engrais. Cet accès est gratuit si le planteur n'arrive pas à dépasser le point mort sur la parcelle d'ananas de conserve, puisqu'il ne remboursera jamais sa dette à l'égard du GVC. Il est onéreux mais son règlement est différé, lorsque le planteur parvient à couvrir le coût de production sur sa parcelle d'ananas de conserve. Dans cette optique, la production d'ananas de conserve peut être tout à fait secondaire ; le seul fait de conduire à son terme une parcelle d'ananas de conserve, même sans en prendre grand soin, permet d'économiser 200 000 F d'achat de rejets pour la création d'une parcelle d'ananas-export.

93Une enquête a été réalisée auprès de 47 producteurs, portant sur les conditions de financement de quatre postes de dépenses intervenant lors de la création de la plantation (l'aide de l'acheteur pouvant intervenir ensuite) : accès à la terre, accès aux rejets, transport des rejets, labour. Les résultats de cette enquête sont donnés schématiquement dans le tableau A78 (annexe 1). Il en ressort que les dépenses monétaires sont limitées, dans le cas de l'approvisionnement en rejets, par le transfert du matériel végétal provenant des blocs GVC ou par une formule d'abougnon : le futur planteur récolte des rejets sur la parcelle d'un autre planteur et en conserve la moitié en rémunération de son travail. Il y a alors jeu complémentaire des contraintes "trésorerie" (pour l'abougnon) et "force de travail" (pour l'exploitant de la parcelle, à qui ce système assure un accès à la main-d'œuvre). Seuls 30 % des planteurs ont acheté le matériel végétal. Les dépenses d'exploitations sont également réduites par un labour à la daba, pour 40 % des producteurs. En revanche, les coûts liés à l'accès à la terre (location) et au transport des rejets sont monétarisés pour respectivement 85 % et 91 % des producteurs. Les deux sources principales de financement sont les revenus procurés par l'ananas de conserve et ceux obtenus en rémunération d'un emploi de manœuvre temporaire, sauf pour l'achat des rejets, poste trop important pour être financé de façon dominante par la rémunération d'un travail temporaire (tableau A79, annexe 1). Dans quelques cas, le financement est venu de revenus tirés de la vente de produits vivriers ou d'un emprunt contracté auprès d'un parent.

Productions et revenus

Ananas de conserve

  • 21 Cet abandon n'a pas d'incidence sur les rendements calculés précédemment puisque ceux-ci concernent (...)

94Le rendement obtenu à l’Est-Comoé en ananas de conserve dans des conditions courantes de culture est de 60 tonnes/ha. A Djimini-Koffikro, le rendement moyen atteint ce niveau lors de la sole 80-1 mais diminue à partir de la sole 82-1 pour s'effondrer à 19 tonnes/ha avec la sole 83-2 (tableau A80, annexe 1). Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette crise, sans qu'il soit possible de relativiser l'importance de chacun d'eux : les retards de plus d'une année dans le paiement des fruits par la SALCI, la stagnation à 13 F, depuis 1977, du prix payé au kilogramme (ce prix a toutefois été relevé à 24 F/kg en 1984), une crise de confiance à l'égard du GVC, et la concurrence de l'ananas-export. La combinaison de ces quatre facteurs a eu pour effet l'abandon par certains planteurs des parcelles en cours de végétation21 et, pour les planteurs qui n'ont pas abandonné alors le GVC, un défaut d'entretien des parcelles et la vente de fruits sur le marché parallèle. A partir de la sole 83-1, le revenu moyen net perçu par le planteur est négatif, le coopérateur devenant débiteur vis-à-vis du GVC (tableau A81, annexe 1). Le déficit global de la sole 83 a été comblé par la SODEFEL ; la minorité de planteurs ayant dépassé le point mort a ainsi pu être payée. A partir de la sole 84, tous les planteurs sont tenus pour solidairement responsables, le GVC gérant le crédit ; en cas de déficit, les planteurs ayant dégagé un excédent ne pourront donc pas être payés.

Ananas-export

95Le revenu brut tiré d'un hectare d'ananas destiné à l'exportation varie selon les modalités de vente de la production, sur pied ou au kilogramme.

96Le rendement moyen marchand observé lors des ventes au kilogramme est de 47 tonnes (tableau A82, annexe 1). Le prix d'achat au producteur - véritable prix de marché s'établissant à l'échelle du village - a évolué de 15 F.CFA par kilogramme au début de l'année 83 à 25 F en 1983/84 pour atteindre 30 F en début 85. Le revenu brut moyen est ainsi de 1 175 000 F.CFA en 1983/84. Le revenu moyen net s’élève à 539 000 F si le planteur a acheté le matériel végétal, à 749 000 F s'il disposait des rejets. La prise en compte de l'amortissement de l'achat des rejets conduirait à un chiffre intermédiaire, variable selon le nombre de campagnes retenu comme base d'amortissement.

97La valeur moyenne des achats sur pied, après le TIF, a été de 1 490 000 F/ha en 1983/84. Cette forme de commercialisation semble plus avantageuse pour le planteur - dans un cas moyen - que la vente au kilogramme : elle économise du travail et le producteur est payé davantage et plus tôt. De plus, nombreux sont les planteurs sceptiques devant les déclarations de pesée des acheteurs ; ces pesées sont effectuées au port, après déduction éventuelle des fruits non conformes à l'exportation. Vendre "la parcelle", c'est éviter de se faire escroquer par l'acheteur. Mais l'accord passé avec ce dernier permet de résoudre en partie le problème de l'accès aux intrants, ce qui ne laisse guère de choix à la majorité des planteurs.

Des perspectives incertaines

98En 1985, deux éléments nouveaux par rapport à la situation décrite sont susceptibles de provoquer une relance du secteur de l'ananas de conserve : l'augmentation du prix au producteur et l'attribution d'un quota d'exportation au GVC.

99L'augmentation du prix d'achat au producteur à 24 F ne sera efficace que si les coûts de production sont maîtrisés et si les producteurs sont payés dans les délais normaux. Les usiniers règlent maintenant normalement leurs achats, mais la gestion par le GVC du crédit de campagne accordé par la BNDA conduit celle-ci à différer le règlement des livraisons tant qu'une première tranche de crédit n'a pas été remboursée suivant un échéancier donné. Ainsi, certains des planteurs ayant récolté en début d'année 1984 n'étaient pas encore payés en juillet 1985. Il est à craindre qu'un blocage de la BNDA se substitue au blocage provoqué par les usiniers - avec le même effet sur les planteurs - tant que la reprise du secteur paysannal "ananas de conserve" ne sera pas assurée. Il est certain que la BNDA hésite encore à s'engager : le crédit de campagne de la sole 1986 (qui aurait dû être plantée entre juin 84 et juin 85) n'était pas débloqué en juillet 85 ; la sole 85, elle, a été préfinancée par un prélèvement sur le crédit de campagne de la sole 84.

100L'attribution aux GVC de quotas d'exportation de fruits frais (2 500 tonnes pour celui de Djimini-Koffikro) devrait fortement revaloriser une partie de la production de ces derniers. Les modalités de fixation du prix au producteur ne sont pas encore établies. Le principe serait de verser au planteur un prix fixe au kilogramme et de faire bénéficier la caisse du GVC du différentiel entre le prix à l'exportation et le prix au producteur, avec ristourne aux coopérateurs en fin de campagne ou épongeage par ce biais du déficit de l'opération ananas de conserve. Cette mesure traduit, de fait, une fuite en avant devant les problèmes de gestion de l'opération "ananas de conserve", que l'on espère résoudre par ce biais plus que par une remise en cause profonde de la gestion de cette opération.

101L'avenir de la petite production d'ananas d'exportation n'est pas plus assuré. L’évolution des cours sur le marché européen constitue un premier facteur d'incertitude. Une baisse des cours serait vraisemblablement plus préjudiciable à court terme aux "vrais planteurs-exportateurs" produisant à un coût élevé, qu'aux acheteurs dont il était question ici, pour lesquels il y aurait seulement réduction d'un surprofit. Autre facteur d'incertitude, l'attitude de l'Etat devant le développement de la culture de l'ananas à l’Est-Comoé, qui provoque un risque de surproduction et de baisse de la qualité de la production ivoirienne. On peut également s'interroger sur l'attitude des acheteurs-exportateurs s'ils se trouvaient directement concernés par des abattements sur les prévisions d'exportation. Paieraient-ils les fruits produits par le petit planteur, mais non exportés ? Il s'agit là d'une inconnue majeure. Enfin, quelques planteurs ont d'ores et déjà été escroqués par des acheteurs peu scrupuleux ; ces quelques cas n'ont pas eu d'incidence sur le développement de la production, mais cette pratique, si elle devait se généraliser, pourrait conduire au découragement de certains planteurs, ou au "trustage" de la production par quelques acheteurs crédibles.

Paramètres économiques d'une production vivrière de rapport

102L'analyse sera conduite dans l'optique d'une production vivrière de rapport, le calcul économique devant contribuer à éclairer les choix culturaux opérés par les producteurs et la fonction économique des cultures vivrières.

Temps de travaux

103Les associations et successions de cultures ne rendent pas aisée l'estimation des temps de travaux. Le problème se pose d'affecter aux différentes cultures le travail consacré aux façons pré-culturales et aux entretiens. L'option de raisonner dans le seul cadre d'une production vivrière de rapport élimine les problèmes méthodologiques induits par les associations, les cultures conduites en vue de la commercialisation étant le plus souvent implantées à forte densité, en culture pure ou en simple relais. En revanche, le problème de l'affectation du travail de débroussage aux différentes composantes des successions culturales demeure. On présentera donc les temps de travaux relatifs à des cultures non intégrées à une succession (il ne s'agit pas d'une hypothèse d'école, certains modes d'accès à la terre ne permettant de pratiquer qu'une culture de premier cycle), puis ceux relatifs aux principales successions rencontées à Djimini-Koffikro.

Tableau XXVIII. Evaluation des temps de travaux, pour un hectare de cultures vivrières (NJT/ha, D.K.)

Tableau XXVIII. Evaluation des temps de travaux, pour un hectare de cultures vivrières (NJT/ha, D.K.)

(a) Non tuteuré à Djimini-Koffikro ; (b) 3 sarclages ; (c) 2 sarclages.
Sources : Maïs : Mémento de l'agronome. Min. Coop. 1980, aucune observation systématique n'ayant été faite, sauf travaux pré-culturaux ; ces données ne semblent pas différer profondément de la situation étudiée. Les travaux de récolte, proportionnels au rendement, correspondent aux rendements moyens enregistrés à Djimini-Koffikro.

104Au total, le nombre de journées de travail, non compris le débroussage, est en moyenne de 120 pour la culture de l'igname, de 79 pour le manioc, de 94 pour la patate douce et de 44 pour le maïs. La prise en compte du travail de débroussage renforce l'importance du travail à consacrer à l'igname, implantée après l'abattage d'une vieille plantation ou une jachère "longue".

Coûts de production

105Aucun intrant (engrais, pesticide) n'est utilisé sur les cultures vivrières à Djimini-Koffikro. Quelques cas de labour mécanisé avant culture ont été observés, le tracteur étant loué (de façon "informelle") au GVC "Ananas de conserve" ou à un producteur de Djimini qui a acheté un tracteur et réalise des prestations de service. Ces labours sont justifiés par le fait que "la terre était fatiguée", ou pour essayer d'éradiquer l'Imperata cylindrica, graminée adventice proliférant dans les zones d'anciennes savanes. Cette pratique restant marginale, son coût ne sera pas intégré dans l'analyse. En fait, deux postes de dépenses seulement sont susceptibles d'intervenir, hormis les dépenses en main-d'oeuvre, prises en compte ultérieurement. D'une part, la location du terrain ou le partage par moitié de la production de manioc dans le cadre du système d'abougnon sur manioc. Le problème se pose alors d'imputer le coût de l'accès à la terre aux différentes cultures entrant en succession, pendant la durée du contrat ; aussi plusieurs scénarios seront-ils envisagés dans la présentation d'ensemble du calcul économique. D'autre part, l'achat des semenceaux d'igname, dont le coût à l'hectare peut être estimé en 1983 à 100 000 F.CFA. Ce poste concerne les planteurs qui n'avaient pas de parcelle d'igname lors de la précédente campagne, puisque le producteur conserve, sauf exceptions, une partie de la production pour la plantation de sa nouvelle parcelle.

Rendements

  • 22 Ces rendements ont été relevés dans le contexte de déficit pluviométrique qui caractérise la Basse- (...)

106Sauf pour le maïs, les rendements n'ont pas été calculés par la méthode des carrés de rendement mais par la pesée de toute la production récoltée sur tout ou partie de la parcelle, la superficie étant mesurée22 :

Tableau XXIX. Cultures vivrières : rendements moyens enregistrés à Djimini-Koffikro (1983/84)

Culture

Rendement moyen (tonnes)

Plage de variation (T)

Igname

6

2,7 à 10,8

Manioc (culture pure)

10

4,6 à 18,2

Patate douce

7

3,5 à 10

Maïs (culture pure)(a)

0,7

0,6 à 0,8

a) D'après A. Biarnes, 1985. Les rendements, présentés à 0 % d'humidité, ont été recalculés sur la base d'un taux d'humidité de 15 %. Selon le recensement agricole effectué en 1973/74, les rendements moyens par hectare dans le Sud-Est étaient de 7 t pour l'igname tardive, 6,7 t pour le manioc, 1 t pour le maïs ; aucune donnée sur la patate douce.

Modalités de commercialisation et prix de vente

Manioc

107Le manioc est vendu soit sous forme de tubercules (93 % de la valeur de la production écoulée en 83/84) soit après transformation en attiéké (semoule) ou plus rarement en placali (pâte humide) (7 % des ventes en 83/84 ; la fabrication de l'attiéké sera évoquée dans le chapitre suivant). La vente des tubercules recouvre plusieurs modalités : vente par centaines de tubercules (45,5 % de la valeur des ventes en 83/84), par "bâchées" (contenance d'un véhicule bâché, 43,5 % des ventes), sur pied, l'acheteuse prenant en charge la récolte (8 %) ou au détail (3 %). Lors des ventes par centaines de tubercules ou par bâchées, la récolte a lieu une fois l'accord passé avec l'acheteuse, le manioc se conservant quelques jours seulement après la récolte. La commerçante, venue le plus souvent d'Abidjan, loue un véhicule et vient prendre livraison des tubercules sur la parcelle, grâce à l'existence du réseau de pistes réalisé par la SODEPALM.

108Vente par centaines de tubercules : les 100 tubercules sont comptés sur la base d'un poids "standard" minimal de tubercule. Trois petits tubercules seront ainsi comptés pour un seul ; par contre, un tubercule particulièrement gros sera également compté pour une seule unité. Tous les tubercules récoltés ayant fait l'objet d'un écart de triage sont emportés comme "cadeau" par l'acheteuse. Ces écarts de triage représentent environ de 30 à 35 % du poids total emporté.

109Le prix de la centaine de tubercules enregistre des variations intra et interannuelles. D'après les déclarations des planteurs, il oscille en général entre 8 000 et 14 000 F pour une centaine de tubercules, 10 000 F étant considéré comme le prix "normal" des dernières années. A partir de la fin du premier semestre 83, la hausse a été importante, maintenant les cours à 20 000 F pendant environ un an (tableau A83). La variation porte également sur le "poids de référence" de l'unité de mesure, expression du jeu du rapport de force entre acheteuse et producteur. Ainsi en fin d'année 1983, lorsque la demande était particulièrement forte, la centaine de tubercules marchands pesait en moyenne 237 kg, contre 330 début 85, à une époque où le marché du manioc s'était "calmé" ; la sélection des tubercules était également moins sévère, avec un écart moyen de triage de 101 kg, contre 176 kg en période "courante" (tableau A84, annexe 1). La baisse du poids effectif de la centaine de tubercules, conjuguée à l'augmentation du prix, ont conduit en 1983/84 à une revalorisation importante du kilogramme de manioc acheté au producteur, le prix passant de 20 F/kg (triage inclut) à 59 F.CFA. Cette multiplication par 3 du prix réel au producteur a entraîné une vague remarquable de plantation de manioc.

110Vente par bâchées : dans ce cas, l'unité de mesure correspond à la contenance d'une camionnette bâchée, "grande bâchée" (2,2 t) ou "petite bâchée" (1,6 t). Le rapport de prix entre grandes et petites bâchées correspond approximativement au rapport des contenances. Le prix de vente par bâchée a enregistré, comme celui de la centaine de tubercules, une hausse sensible en 1983/84 : de 50 000 à 100 000 F pour la grande bâchée. Le prix au kilogramme du manioc est ainsi passé d'environ 20 F/kg début 83 à environ 40 F/kg fin 83/début 84. En période "normale" les deux principaux modes de commercialisation valorisent à l'identique le kilogramme de manioc (20 F) ; Dans un contexte favorable au producteur, la vente par bâchée assure une moindre hausse que la vente par centaines (+ 195 % / + 100 %). Dans les deux cas, le prix payé à l'unité de mesure est multiplié par deux mais le phénomène de diminution du poids effectif de l'unité de mesure ne joue pas pour la bâchée comme pour la centaine de tubercules, du fait de l'incompressibilité de la contenance du véhicule.

111Vente de la production sur pied : quatre transactions ont fait l'objet d'une mesure de la parcelle. Réalisées lors de la flambée des cours de 1983/84, elles ont valorisé en moyenne la production d'un hectare à 240 000 F, soit la valeur de 12 centaines de tubercules, dont le poids total peut être estimé à environ 4 tonnes. La comparaison avec le rendement moyen observé laisse à penser que ce mode de commercialisation, qui donne au producteur l'assurance d'un revenu sûr et disponible plus rapidement et lui évite les travaux de récolte, induit en retour un manque à gagner sensible.

Patate douce

112La patate douce est vendue par sac de 100 kg, dont la valeur était de 5 000 F.CFA en 1983/84, soit le double du prix pratiqué en 1982 ; fin 84 - début 85, ce prix était de 3 500 F. La hausse de 1983 a conduit à une augmentation des superficies cultivées, en assurant à la patate douce un statut, au moins provisoire, de culture vivrière de rapport non marginale.

Igname

113L'igname est vendue au poids (67 % de la valeur des ventes en 1983/84), au détail (27 %) ou par rangée de claies sur lesquelles les tubercules sont conservés (6 %). Dans les deux derniers cas, il s'agit d'une commercialisation locale - villageois achetant des ignames pour leur consommation ou comme semenceaux - alors que le premier type de transactions fait intervenir des négociants dioula venus d'Abidjan avec camion et bascule. Lors des ventes au poids, la valorisation moyenne du kilogramme d'igname a été de 43 F, le prix variant de 25 F à 65 F/kg pendant la période observée. A titre de comparaison, le prix moyen était de 25 à 30 F en 1982 et de 50 à 60 F en 1985. Chaque vente concerne entre une et quelques tonnes de tubercules. La rangée de tubercules était vendue en moyenne 4 500 F, soit 100 F au kilogramme pour un poids moyen de 45 kg par rangée, les ventes au détail valorisant la production à un niveau équivalent.

Maïs

114Le maïs est commercialisé par sac de 250 épis frais (62 % de la valeur des ventes en 83/84), ou sec et égrené par sac de 50 ou 100 kg (38 % des ventes). Le poids moyen du sac de 250 épis frais est de 23 kg, après convertion en maïs égrené sec à 15 % d'humidité, soit 65 F.CFA/kg pour un prix moyen de 1 500 F par sac ; le prix du sac de 100 kg de maïs sec égrené étant en moyenne de 5 650 F.CFA.

Valorisation des productions

115Le tableau XXXII présente, dans l'hypothèse d'une totale commercialisation, le revenu potentiel par hectare assuré par les principales cultures vivrières et successions culturales pratiquées à Djimini-Koffikro.

116Deux niveaux de prix ont été retenus pour le manioc et la patate douce : ceux enregistés lors de la flambée des cours et les prix "courants", plus conformes selon les producteurs à un contexte "normal".

Dynamiques culturales et intensification des systèmes de production

117Les notions d'intensif et d'extensif et, corrélativement, d'intensification et d’"extensification", font référence au degré d'utilisation d'un ou de plusieurs facteurs de production et au rendement obtenu à l'hectare. Dans une perspective temporelle et spatiale, on considérera qu'une culture extensive n'utilise pas l'espace d'une façon continue (système de culture à jachère). Selon une telle définition, l'intensification se traduira par une augmentation de la fréquence des récoltes. L'ouvrage de Bosérup [1970] illustre cette approche, l'intensification y étant présentée comme "une progression graduelle vers des systèmes d’utilisation du sol qui permettent de cultiver une superficie donnée à des intervalles plus rapprochés" [p. 67]. Dans une perspective plus économique, une production sera dite intensive si elle nécessite la mise en œuvre, pour une superficie donnée, d'une quantité importante de capital et/ou de travail. L'intensification de la production passera ainsi selon R. Badouin [1987] par l'accroissement des quantités mises en œuvre de travail, de consommations intermédiaires ou d'équipements, ou par une combinaison de ces différentes voies d'intensification. Rappelons que dans les pages qui suivent, le cas de l'intensification de la production d'une culture donnée ne sera pas traité, puisque cela supposerait connue l'élasticité de la production relativement à l'utilisation des différents facteurs.

118La comparaison portera sur le degré d'intensité des cultures pratiquées en conditions moyennes à Djimini-Koffikro, ce qui devrait mettre en évidence l'éventuelle intensification des systèmes de production induite par les dynamiques culturales précédemment esquissées. Cette comparaison devrait également permettre de mieux comprendre les choix culturaux opérés par les producteurs. Pour que la comparaison ait un sens, on prendra pour base de raisonnement les données moyennes observées, à l'exception de celles relatives au cocotier hybride et à l'ananas de conserve. Pour ces dernières cultures seront retenues des conditions d'exploitation "normales" : plantations entretenues selon les normes villageoises et effectivement récoltées, soit une tonne de coprah et soixante tonnes d'ananas à l'hectare. Cette option permettra de comprendre le délaissement que connaissent ces cultures, les piètres résultats de ces spéculations en crise résultant de leur faible intérêt en conduite courante villageoise.

119Les résultats moyens obtenus en caféiculture et cacaoculture dans le Sud-Est, présentés en annexe 12, serviront de "référents" caractéristiques de la production réalisée dans le cadre du mode dominant d'économie de plantation. On distinguera ainsi les résultats moyens régionaux ("caféier traditionnel", "cacaoyer traditionnel") de ceux enregistrés à Djimini-Koffikro ("caféier D.K.", "cacaoyer D.K.").

Incidence économique de la durée des cycles culturaux

120Deux types de cultures sont pratiquées à Djimini-Koffikro, les cultures pérennes (caféier, cacaoyer, palmier à huile, cocotier, hévéa) et les cultures à cycle plus court (ananas et cultures vivrières). Les premières diffèrent des secondes à divers titres : les cultures arborées ont une production de type continu, alors qu'ananas et cultures vivrières sont des productions agricoles discontinues, obtenues en une seule fois au terme du cycle biologique ; le travail initial de défrichement et de mise en place des plantations arborées est amorti sur plusieurs années ; ces plantations n'entrent en production que plusieurs années après la plantation ; enfin, le coefficient "superficie en culture / superficie nécessaire" est plus élevé pour ces dernières, du fait de l'absence de jachère.

Amortissement du travail de défrichement et de mise en place des cultures

121Dans le cas des cultures arborées, défrichement et plantation permettent d'assurer la production pour de nombreuses années, alors que ces opérations doivent être renouvelées après chaque cycle de cultures vivrières ou d'ananas. Cette caractéristique, influant sur le travail nécessaire à la production, explique l'attrait des cultures arborées pour les planteurs qui peuvent ainsi constituer une caisse de retraite sur pied pour leurs vieux jours, alors que "pour l'ananas et les cultures vivrières, il faut toujours recommencer".

122Le travail de défrichement - ou plus exactement de débroussage, dans le contexte de Djimini-Koffikro - des parcelles destinées aux cultures vivrières sera le plus souvent amorti sur deux cultures (succession ou relais igname-manioc, etc.), mais il peut arriver, du fait des conditions d'accès à la terre pour les producteurs sans terre, qu'un débroussage soit suivi d'une simple production de maïs, le propriétaire récupérant ensuite la parcelle.

Précocité de l’entrée en production et rapidité d’atteinte de la phase de croisière

  • 23 L'effet-prix peut être immédiat pour ce qui concerne la qualité des entretiens des plantations exis (...)
  • 24 Nous ne disposons pas de schéma de production, année par année, pour le caféier et le cacaoyer trad (...)

123Les principales cultures vivrières arrivent à maturité moins d'un an après la plantation ou le semis : igname 8 mois, manioc 10 mois, patate douce et maïs 4 mois. Ce délai est rallongé à environ 15-16 mois pour l'ananas-export, dans les conditions de production de Djimini-Koffikro, et à 18 mois dans le cas de l'ananas de conserve. Les cultures arborées, elles, n'entrent en production que plusieurs années après la plantation (figure 19). Ce caractère biologique essentiel contribue à expliquer la rigidité des systèmes de culture arborés et le décalage entre une augmentation du prix au producteur et un accroissement de la production lié à une augmentation des superficies23. Pour ces cultures, la précocité de l'entrée en production est un critère essentiel du choix opéré par le producteur ; le palmier, qui commence à produire à 3 ans, est ainsi favorisé relativement au cocotier hybride - production à 5 ans - ou à l'hévéa, pour lequel il faut attendre 6 ans avant de pouvoir commencer la saignée. A titre de comparaison, le caféier "traditionnel" commence à produire à 4 ans et le cacaoyer "traditionnel" à 6 ans. Le palmier bénéficie non seulement de sa précocité, mais également de la rapidité avec laquelle le rendement maximal est atteint : 7 années après la plantation, cette phase étant atteinte à 10 ans par le cocotier hybride et à 13 ans par l'hévéa24.

Figure 19 - Cultures arborées. Evolution des rendements selon l'âge de la plantation, en pourcentage du rendement maximum

Figure 19 - Cultures arborées. Evolution des rendements selon l'âge de la plantation, en pourcentage du rendement maximum

Sources : Caféier et cacaoyer traditionnels : SEDES, 1967, volume Agriculture I, pages 154 et 181
Palmier : PALMINDUSTRIE 1984, deuxième plan palmier, annexe technique no 3, volume H
Cocotier hybride : IRHO, 1984
Hévéa : SAPH, Min. Agri., 1981

124Une diminution de la production s'amorce en plantation villageoise dès la dixième année pour le palmier à huile. La comparaison avec le cocotier hybride ou l’hévéa est toutefois biaisée puisque dans ces deux cas les schémas de production n'ont pas été établis par l'observation des résultats obtenus en plantations villageoises.

125Il n'en demeure pas moins que la durée de vie de la plantation diffère sensiblement selon les cultures, ne dépassant pas 20 ans pour le palmier alors que les cocotiers et les hévéas devraient être exploités plus de 50 ans. Cependant, si la précocité de l'entrée en production est une qualité recherchée par les planteurs, il n'en va pas toujours de même pour la durée de vie de la plantation. "Trop longue" comme dans le cas de l'hévéa, elle peut selon certains planteurs empêcher de saisir l'opportunité de pratiquer une culture plus intéressante, puisqu'"on n'a pas le droit de couper les plantations encadrées" tant que la dette de création de la plantation n'a pas été intégralement remboursée. Cette contrainte a été jusqu'à présent respectée à Djimini, à une exception près ; il ne serait toutefois pas étonnant que quelques cocoteraies encadrées brûlent malencontreusement.

Taux d’utilisation du sol

126La comparaison de l'intensité de l'utilisation du sol selon les cultures et successions culturales nécessite une traduction spatiale des caractéristiques temporelles des systèmes de culture (durée des cycles de culture et des jachères). Le mode de calcul du taux d'utilisation du sol doit permettre d'apporter une réponse à l'interrogation suivante : quelle superficie un planteur disposant d'un hectare pourra-t-il mettre en culture afin d'obtenir chaque année une production ? Il convient donc d'effectuer le quotient de 12 mois par le nombre de mois effectivement nécessaires à la culture (réalisation des travaux pré-culturaux et culturaux, production de rejets et jachère). Un taux de 1 signifie qu'un hectare peut être directement productif chaque année (à un cycle de culture de 6 mois succède une jachère de 6 mois, etc.) ; un taux supérieur à 1 traduirait la possibilité de réaliser plusieurs cycles de culture dans l'année.

  • 25 Les bases de calcul étant les suivantes. Cultures arborées : la phase pré-productive correspond en (...)

127Le taux d'utilisation du sol augmente des cultures vivrières à l'ananas et aux cultures arborées, ce qui met en évidence un gradient croissant d'intensité d'utilisation du facteur terre dans le procès de production25 : igname-manioc 0,15, patate douce-manioc et maïs-manioc 0,22, manioc 0,24, ananas-export 0,32, ananas de conserve 0,39, cultures arborées 0,80.

128De tels taux ne peuvent être calculés pour les cultures intervenant conjoncturellement en cycle unique (maïs, patate douce et igname).

Travail et coût de production

Une intensification à base de travail ?

129La comparaison des données relatives aux temps de travaux moyens s'avère délicate lorsqu'elle porte sur des productions continues et sur des productions discontinues. Dans le premier cas, la période de référence retenue est l'année, pour des plantations en période de croisière ; dans le second, il s'agit de la durée de l'intervalle entre le début des travaux pré-culturaux et la récolte.

130Dans un premier temps, on conservera ces périodes de référence, en calculant parallèlement la quantité de travail nécessaire sur 12 mois pour l'ananas et les cultures vivrières, afin d'éliminer l'incidence de la durée variable des cycles de culture. Les résultats de ce calcul théorique sont à considérer comme des coefficients d’intensité d’utilisation du facteur travail et non comme des chiffres ayant une valeur intrinsèque en termes de temps de travaux :

Tableau XXX. Travail nécessaire à l'hectare en année courante de production (cultures arborées) ou sur la durée du cycle de culture (ananas et cultures vivrières) (Djimini-Koffikro)

Culture

Rendement de référence/ha

Nombre de journées de travail

Durée de la période de référence

NJT théoriques sur 12 mois

Caféier trad.

285 kg

69

12 mois

69

Cacaoyer trad.

300 kg

31

"

31

Caféier D.K

49 kg

17

"

17

Cacaoyer D.K.

63 kg

13

"

13

Palmier

9,6 t.

51

"

51

Coco hybride

-noix

5 130 noix

20

"

20

-coprah

1 t

43

"

43

Hévéa

1,75

69

"

69

Ananas de cons.

60 t

418

19 mois

264

Ananas-export

47 t

332

19 mois

210

Igname

6t

182

10 mois

218

Manioc

10 t

114

14 mois

98

Patate douce

6t

129

6 mois

258

Maïs

700 kg

79

6 mois

158

Igname-manioc

4 t + 10 t

261

22 mois

142

Pat. douce-manioc

6 t + 10 t

208

18 mois

139

Maïs-manioc

0,7 t + 10 t

158

18 mois

105

NJT : nombre de journées de travail de 6 heures ; NJT théoriques sur 12 mois = nombre de journées de travail x 12/durée de la période de référence.
Ananas-export : cas d'une production avec labour mécanisé et une vente au kilogramme.
Sources : cf. chapitre précédent.

131L'importance du travail nécessaire pour les productions vivrières, et plus encore pour l'ananas, ressort clairement. Il est ainsi possible de distinguer par ordre croissant de besoin en main-d’œuvre, les cultures arborées, les cultures vivrières et l'ananas.

132En année courante de production, les besoins en main-d'œuvre des cultures arborées sont relativement limités. Aucune des nouvelles espèces arborées introduites - si ce n'est l'hévéa, théoriquement - ne bénéficie d'autant de travail que le caféier tel qu'il est conduit dans le modèle dominant d'économie de plantation ("caféier traditionnel"). La substitution-diversification des cultures arborées en milieu villageois ne se traduit donc pas par une intensification de l'utilisation du facteur travail, par rapport à la conduite des caféières traditionnelles. Par contre, ces temps de travaux dépassent ceux enregistrés en cacaoculture traditionnelle et surtout la quantité de travail actuellement apporté aux plantations caféières et cacaoyères à Djimini-Koffikro.

133Comparées aux cultures arborées, les productions d'ananas-export et surtout d'ananas de conserve sont extrêmement intensives, malgré la mécanisation de certaines tâches et la prise en charge, par l'acheteur, de la récolte des fruits destinés à l'exportation, qui permet de réduire très sensiblement les besoins en main-d'œuvre du producteur. L'adoption de ces cultures correspond à l'évidence à une forte intensification, à base de travail, des systèmes de production.

  • 26 Quotient du nombre de journées de travail consacrées à la plantation et aux entretiens avant produc (...)

134La comparaison des cultures vivrières et des cultures arborées souligne également l'avantage que présentent ces dernières : l'importance du travail nécessaire à la production vivrière apparaît nettement, tant sur la durée effective du cycle de culture que lors du calcul théorique sur 12 mois. Ce calcul souligne l'intensité des productions d'igname et de patate douce et à l'inverse la moindre demande en main-d'œuvre du manioc. L'intégration, dans le calcul des temps de travaux, de l'amortissement de la phase de création des plantations arborées26 ne modifie pas les observations qui précèdent, comme en témoigne la figure 20. Cette faible incidence s'explique par le nombre d'années sur lesquelles l'amortissement porte. Ces besoins en travail sont toutefois bien réels lors de la création des plantations, variant de 30 à 50 jours par hectare, non compris le débroussage ou le déforestage (on considère - pure convention - un amortissement de ces derniers par les cultures vivrières qui précèdent la plantation) :

Tableau XXXI. Travail de création d’une plantation (débroussage ou déforestage exclus) et entretiens avant l'entrée en production

Tableau XXXI. Travail de création d’une plantation (débroussage ou déforestage exclus) et entretiens avant l'entrée en production

Sources : cf. chapitre précédent.

Figure 20 - Nombre de journées de travail par hectare et par culture (Djimini-Koffikro).

Figure 20 - Nombre de journées de travail par hectare et par culture (Djimini-Koffikro).

135Ces besoins en travail peuvent constituer une contrainte majeure pour le producteur, contribuant à expliquer la faible reconversion de certains patrimoines fonciers de Djimini-Koffikro lorsque les planteurs sont âgés, sans main-d'œuvre familiale et n'ont pas la possibilité de rémunérer une force de travail étrangère à l'unité de production. L'association de cultures vivrières ou de l'ananas-export aux jeunes arbres, lorsqu'elle est possible, assure l'entretien des jeunes plantations pendant leur phase pré-productive et réduit ainsi la contrainte en main-d’œuvre.

136Un raisonnement fondé sur la durée du travail reste partiel ; il faudrait pouvoir intégrer systématiquement la pénibilité de ce travail, élément pris en compte par les chefs d'exploitation dès lors qu'ils participent activement au procès de production. L'ananas a mauvaise réputation à cet égard, puisque non seulement il faut consentir un nombre élevé de journées de travail, mais en sus les travaux sont réalisés en plein soleil et sont rendus pénibles par les épines des feuilles ; le buttage de l’igname et de la patate douce demande une dépense d'énergie importante, la récolte des régimes de graines de palme nécessite la manipulation d'une perche de plusieurs mètres et provoque fréquemment des blessures.

137Un autre élément à prendre en compte car influant sur le niveau du risque agronomique ou économique de l'investissement en travail, est la part relative du travail directement proportionnel au rendement. Pour les cultures arborées, l'essentiel du travail est consacré en année courante de production à la récolte (60 % pour le palmier), à la différence des cultures vivrières (35 % pour l'association maïs-manioc) et de l'ananas (0 % pour l'ananas-export, la récolte étant le plus souvent prise en charge par l'acheteur) pour lesquels les autres travaux dominent et qui présentent donc un risque plus important.

Une intensification à base de consommations intermédiaires ou de capital ?

  • 27 Rappelons que le coût d'une location varie de 30 à 40 000 F.CFA/ha, celui d'un accès à la terre par (...)

138Les coûts de production (main-d'œuvre exclue) du café et du cacao traditionnels sont nuls ; ceux des cultures vivrières résident principalement, le cas échéant, dans le coût de l'accès à la terre par location ou par un contrat d'abougnon sur manioc27. Les coûts de production des cultures arborées encadrées concernent principalement la phase de création de la plantation et peuvent être analysés comme participant, avec le travail investi alors, à la constitution d'un capital fixe. Ces coûts sont relativement élevés (tableau A85, annexe 1) : en 1983, les seuls coûts directs (matériel végétal, engrais couvrant les besoins de la période non productive, etc.) sont de 153 000 F/ha pour le palmier, 200 000 F pour l'hévéa et 286 000 F pour le cocotier hybride, auxquels il faut ajouter environ 100 000 F pour la construction du four à coprah.

139Le coût réel peut excéder le coût effectivement supporté par le planteur, si ce dernier ne rembourse que les coûts directs de création (cas du palmier, lors du Premier Plan, et de l'hévéa). Ce coût, supporté intégralement ou non par le planteur, n'induit pas de contrainte de trésorerie puisqu'il est préfinancé par le projet de développement. Dans le cas des cultures arborées encadrées, la première contrainte reste la sélection du planteur par la société de développement et la fourniture par cette dernière du matériel végétal en quantité suffisante. Les remboursements annuels de la dette de création sont limités : 7 000 F.CFA/ha pour le palmier, 67 000 pour l'hévéa et environ 15 000 pour le cocotier (dans les faits la dette n'est plus remboursée depuis que la production est vendue transformée en coprah). L'amortissement du four à coprah peut être estimé à 8 000 F par hectare et par an (pour un rendement d'une tonne de coprah, un amortissement sur 2,5 ha et sur 5 ans).

140Si le coût de création d'une plantation arborée peut être assimilé à une intensification à base de capital, relativement aux cultures caféières et cacaoyères traditionnelles, les dépenses en consommations intermédiaires sont réduites, en phase de production (de 10 à 15 000 F/ha/an pour l'achat d'engrais), à l'inverse des productions d'ananas de conserve et d'ananas-export : 500 000 et 425 000 F/ha, achat des rejets exclus (respectivement 50 000 et 210 000 F/ha). Ces chiffres traduisent le caractère intensif de la culture de l'ananas, en termes d'utilisation de consommations intermédiaires. La contrainte de trésorerie pousse les planteurs d'ananas-export à substituer, autant que faire se peut, le travail au capital : accès aux rejets par la formule d'abougnon, labour du terrain à la daba, absence de traitement herbicide compensé par des sarclages manuels, etc.

141Les niveaux d'intensité de la production, en termes de mise en œuvre de capital fixe ou d'utilisation de consommations intermédiaires, varient ainsi fortement selon les cultures :

142En définitive, l'utilisation d'intrants fournis par le marché ou par une société de développement, et l'émergence de la rente foncière se traduisent par l'apparition de coûts monétaires de production, comparativement au caféier et au cacaoyer traditionnels. Les modalités de financement de ces coûts diffèrent cependant sensiblement selon les cultures. Il peut y avoir préfinancement par une structure extérieure, préfinancement total (cultures arborées encadrées, ananas de conserve) ou partiel (ananas-export). Dans certains cas le financement est assuré directement par le producteur (location du terrain pour les cultures vivrières, ananas-export parfois). Enfin, un contrat d'abougnon sur manioc assure un post-finance-ment de l'accès à la terre. Des coûts de production élevés peuvent ainsi ne pas constituer une contrainte pour le producteur, si ce dernier n'a pas à en assumer le préfinancement.

Revenus et valorisation des facteurs de production

Revenus par hectare récolté

143Une comparaison portant sur les revenus d'une campagne agricole donnée présente un intérêt limité, les prix des différents produits étant susceptibles de varier d'une année sur l'autre. Aussi convient-il de comparer, dans la limite des informations disponibles et sur la base des rendements de référence retenus, les revenus apportés par les différentes cultures, dans une double perspective, synchronique et diachronique. Cette comparaison doit être limitée aux revenus bruts, les données relatives aux coûts de production étant disponibles pour une seule campagne.

Revenus bruts à l'hectare en production

144La figure 21 illustre l'évolution des prix au producteur de 1969 à 1986, pour le cacao, le café marchand, les régimes de graines de palme, le coprah et l'ananas de conserve (voir tableau A86, annexe 1). Il n'existe pas de données relatives aux prix au producteur pour les cultures vivrières, l'hévéa et l'ananas-export - ces deux cultures étant d'introduction trop récente en milieu villageois et la petite production d'ananas-export étant ignorée des services de statistiques.

  • 28 Données (en francs courants) présentées dans le tableau A87, annexe 1. Dans le cas du palmier, on a (...)

145Sur la période 1969-1986, les prix du café et du cacao augmentent assez régulièrement, avec cependant un plafonnement pendant quatre campagnes, entre1979/1980 et 1982/1983. L'augmentation du prix des régimes de graines de palme est plus heurtée ; celui du coprah enregistre une longue stagnation, sur sept campagnes, avant de connaître une flambée brutale et un effondrement tout aussi net. L'ananas de conserve présente le même cas de figure, effondrement du prix exclu, mais il faut rappeler que, dans les faits, la production villageoise d'ananas de conserve a pratiquement pris fin avant même de bénéficier de cette augmentation. Cette évolution des prix a une incidence directe sur le revenu brut à l'hectare, illustrée par la figure 2228.

Figure 21 - Evolution des prix aux producteurs, 1969-1986.

Figure 21 - Evolution des prix aux producteurs, 1969-1986.

Sources : Statistiques agricoles.

146Pour toutes les campagnes, le revenu brut le plus élevé est apporté par la culture de l'ananas, l'avantage relatif de l'ananas de conserve régressant fortement entre 1977/78 et 1983/84, du fait du maintien du prix à 13 F alors que les autres productions - à l'exception des produits du cocotier - enregistraient une augmentation de la valeur d'achat au producteur.

147Le palmier assure le revenu brut le plus élevé, parmi les cultures arborées actuellement en production à Djimini-Koffikro, très nettement par rapport au caféier et au cacaoyer dont la production tient plus de la cueillette que de la culture, très nettement également devant le cocotier lorsque la production était achetée sous forme de noix ; l'écart entre le revenu d'un hectare de palmiers et celui d'un hectare de cocotiers se creuse considérablement entre 1977/78 et 1982/83. Le réajustement du prix du coprah permet de combler en grande partie cet écart en 1983/84 et 1984/85, mais son effondrement en 1986 l'accentue à nouveau. Le palmier apporte toujours un revenu supérieur à celui fourni par le caféier ou le cacaoyer "traditionnels", en prenant pour référence les résultats moyens obtenus dans le cadre du modèle dominant d'économie de plantation. L'écart varie suivant les périodes, selon l'évolution relative du prix des produits : relativement faible entre 1977/78 et 1979/80, et en 1983/84, davantage marqué pour les autres campagnes. L'intégration de l'hévéa dans la comparaison peut être faite sur la base du prix payé en 1983/84 (240 F/kg de latex) ou du prix-plancher (175 F en 1985). Dans le premier cas, l'hévéa assure le revenu brut maximal à l'hectare, parmi les cultures arborées (420 000 F) ; dans le deuxième cas, plus réaliste dans la conjoncture présente, l'hévéa reste en tête (306 000 F/ha), mais la différence avec le palmier à huile est moins marquée.

Figure 22 - Evolution des revenus bruts à l'hectare 1975-1986.

Figure 22 - Evolution des revenus bruts à l'hectare 1975-1986.

Sources : Statistiques agricoles (prix des prod. de rapport) et données de terrain (prix des prod. vivriers et rendements).

148Les données relatives aux cultures vivrières sont disponibles sur quelques campagnes, lors desquelles les prix du manioc et de la patate douce ont fortement varié (tableau A87, annexe 1). La différence de revenu à l'hectare selon les cultures est sensible ; l'intérêt du manioc et de la patate douce se retrouve sur 3 campagnes, mais commence à être modifié en 1984/85 du fait de la baisse importante du prix du manioc, d'une baisse moindre du prix de la patate douce, et de l'augmentation du prix de l'igname. Le revenu à l'hectare de la culture du maïs reste limité, par rapport aux autres cultures vivrières.

149Le revenu brut apporté par les cultures vivrières dépasse le plus souvent celui procuré par le palmier à huile, même hors flambée des cours, avec toutefois une nette remontée de ce dernier en 1985/86 à la suite du relèvement du prix à 23 F/kg de régimes de graines de palme.

150On ne peut s'en tenir, dans cette comparaison des cultures vivrières et des autres productions, aux seuls revenus, un problème essentiel, dans l'optique du producteur, étant l'incertitude quant aux prix et à la garantie d'écoulement de la production vivrière de rapport déterminés par le fonctionnement des marchés urbains. Cette incertitude constitue un risque économique certain qui se greffe sur le risque agronomique lié à la forte variabilité des rendements. A cet égard, un atout majeur des cultures encadrées est la disparition du risque économique, du moins tant que la structure de développement fonctionne correctement (collecte du produit et règlement assurés dans de bonnes conditions) et que les prix garantis évoluent favorablement (pas de période de stagnation prolongée).

Revenus nets à l'hectare en production

151En l'absence d'estimation des coûts de production pour plusieurs campagnes, les évaluations relatives à la campagne 1983/84 présentées précédemment pour chaque culture serviront de base aux calculs. Ces derniers seront proposés pour les campagnes 83/84 et 85/86, afin d'intégrer l'évolution récente des prix, à l'exception du cocotier (campages 83/84 et 84/85 pour prendre en compte l'augmentation brutale du prix, retombé en 1986 au niveau de 1983), de l'igname et du maïs (pas de données pour 85/86). Le coût du travail sera intégré ultérieurement dans l'analyse, puisqu'il s'agit, pour une grande partie des unités de production, d'une charge calculée (valorisation du travail familial).

152Avant de comparer les revenus nets, à l'hectare, des différentes cultures, il est intéressant de s'arrêter au rapport existant entre coût de production et valeur de la production. L'incidence sur le revenu du producteur d'une variation du prix du produit sera en effet d'autant plus marquée que la part relative des coûts monétaires dans la valeur du produit est importante. Il faut analyser spécifiquement le coût d'accès à la terre par un contrat d'abougnon, une variation du prix du manioc ayant une incidence directe sur le coût de production.

153Soit V = valeur brute de la production X, p = prix du produit, C = coûts monétaires de production, R = revenu monétaire net (= V - C), α = C/V, rapport des coûts monétaires de production sur la valeur initiale brute de la production ; ce coefficient n'est donc pas fixe et doit être recalculé d'un changement de prix à l'autre.

  • 29 ΔR/R = ΔV/(V-C) ; C = αV, d'où ΔR/R = ΔV/(V-αV) = ΔV/V x [l/(l-α)].
  • 30 C = V/2 ; R = 0,5V + Y, avec Y : valeur de la production de premier cycle ; ΔR/R = 0,5ΔV/(0,5V+Y) ; (...)
  • 31 Pour les cultures vivrières, la succession la plus pratiquée dans une optique de rapport (maïs-mani (...)

154Une variation de la valeur de la production, AV/V, se traduira par une variation de même sens du revenu monétaire net, AR/R, telle que AR/R = (AV/V) x [1/(1-α)] dans le cas général29, et AR/R = (AV/V) x [α/(l-α)] dans le cas d'un accès à la terre par un contrat d’abougnont30. Une variation de 1 % du prix du produit provoquera ainsi une variation du revenu monétaire net de (l/l-α) % dans le cas général, et de (α/l-α) % dans le cas d'un accès à la terre par la formule abougnon (la variation du prix concernant ici le manioc, objet du partage). Il est possible de déterminer la valeur du coefficient a (pour un niveau initial donné des coûts et de la valeur brute de la production) pour les différentes cultures, et de calculer l'incidence d'une variation de prix - de 20 % par exemple - sur le revenu monétaire net des producteurs31:

α

Variation du revenu pour Δp/p = 20 %

Caféier, cacaoyer D.K.

0

0,20

Palmier

0,05

0,21

Cocotier

0,13

0,23

Hévéa

0,27

0,27

Ananas de conserve

0,64

0,56

Ananas-export

0,40

0,33

Maïs-manioc location

0,12

0,23

Maïs-manioc abougnon

0,41

0,14

  • 32 Achat des rejets exclus (avec achat des rejets, le rendement au point mort serait de 25,5 tonnes po (...)

155La répercution d'une variation du prix du produit sur le revenu du planteur est particulièrement sensible pour l'ananas de conserve et à un moindre titre pour l'ananas-export. La moindre fragilité économique de la production de l'ananas-export est mise en évidence par le calcul du rendement au point-mort : 38,5 t/ha pour l'ananas de conserve, 17 t/ha pour l'ananas-export32). En deçà du point mort, les mécanismes de préfinancement des coûts de production par un tiers - GVC, acheteur - peuvent reporter le risque financier sur ce dernier. Rapporté au revenu brut à l'hectare, dans l'hypothèse d'une commercialisation totale de la production, le coût de production des produits vivriers revêt une importance variable selon le mode d'accès à la terre et les cultures pratiquées (tableau A88, annexe 1). Ces différences tiennent à la valeur des productions - en particulier de celles de premier cycle - et à la différence notable entre les coûts d'accès à la terre par location et par contrat d'abougnon sur la culture du manioc. Une variation du prix du produit soumis au partage a dans ce dernier cas une incidence moins que proportionnelle sur le revenu du cultivateur, ce qui traduit une garantie contre le risque mais également un partage du profit en cas de flambée des cours. Globalement, le prélèvement annuel sur la valeur des produits des plantations arborées, au titre du remboursement de la dette de création et des dépenses courantes en intrants, est limité. Le coefficient a est donc faible et toute variation de prix sera répercutée quasi proportionnellement sur le revenu net du planteur. Le cocotier présente un cas particulier : le remboursement de la dette n'est plus effectué depuis que PALMINDUSTRIE achète le coprah, et les planteurs de Djimini-Koffikro ne reçoivent plus d'engrais depuis quelques années.

156Le tableau XXXII révèle des différences significatives entre les revenus nets à l'hectare des cultures pratiquées.

157Le palmier est la culture arborée la plus rémunératrice parmi celles qui sont en production à Djimini ; l’hévéa devrait assurer un revenu plus important, surtout si le prix versé au planteur dépasse le prix plancher. L'augmentation brutale du prix du coprah a rendu concurrentiel le cocotier hybride, mais pendant une brève période seulement. Ces résultats diffèrent de ceux qui étaient escomptés lors de la mise en place des projets de plantations villageoises encadrées, très fortement dans le cas du cocotier hybride (revenu net à l'hectare inférieur de 65 % aux prévisions actualisées, cf. tableau A89, annexe 1), dans une moindre mesure pour le palmier (-21 %, tableau A90, annexe 1).

158En 1983/84, avec la flambée des prix du manioc et de la patate douce, le revenu net à l'hectare de cultures vivrières (maïs excepté) dépasse largement le rapport de la culture d'ananas de conserve et égalise, voire dépasse, celui de l'ananas d'exportation. Même en dehors de cette période de hausse conjoncturelle, les cultures vivrières assurent un revenu à l'hectare voisin ou supérieur à celui des plantations arborées et concurrencent sérieusement l'ananas de conserve ; l'ananas-export reste plus rémunérateur. L'augmentation en 1984 de 13 à 24 F/kg du prix d'achat de l'ananas de conserve pourrait rendre la production de ce dernier plus rentable, à condition que les coûts de production soient réduits dans des limites "normales" et que le producteur soit effectivement payé.

159Les comparaisons portant sur les revenus bruts et nets à l'hectare en production doivent être complétées par la prise en compte de certains éléments correspondant à des charges calculées : valorisation monétaire du travail, incluant le travail investi lors de la création des plantations arborées, du "coût du foncier" pour les propriétaires, et de l'achat des rejets d'ananas (amortissement ou affectation d'un coût aux rejets auto-fournis). Il faut également corriger les données relatives aux revenus à l'hectare, dans la mesure où la fréquence de récolte et donc de recette varie selon les cultures. Il s'agit ainsi de calculs théoriques, indispensables dans le cadre d'une comparaison des performances économiques des différentes cultures et permettant de formaliser l'intégration d'éléments effectivement pris en compte par les producteurs. Ces calculs, tributaires des normes de valorisation retenues qui doivent être clairement précisées, sont présentés en annexe 13. Dans cette comparaison, l'avantage relatif des productions vivrières et d'ananas sur les cultures arborées se trouve réduit, du fait de besoins en travail plus importants et d'une moindre fréquence de récolte. Ainsi, le revenu théorique annuel lors de la campagne 1985/86 est le suivant pour les principales cultures pratiquées à Djimini-Koffikro, en retenant une valorisation de la journée de travail à 645 F.CFA : ananas-export 460 000 F.CFA, palmier 151 000, maïs-manioc 75 000. Ces valeurs sont à comparer au revenu monétaire net/ha en production (F.CFA), respectivement 985 000, 198 000 et 215 000 F.CFA

Tableau XXXII. Cultures pratiquées à Djimini-Koffikro : revenus bruts et nets par hectare en production (F.CFA)

Tableau XXXII. Cultures pratiquées à Djimini-Koffikro : revenus bruts et nets par hectare en production (F.CFA)

(a) Sauf coprah, 1984/85 ; (b) 1983/84 : 16 000 ; 1985/86 : 23 000 (modification des modalités du prélèvement au titre des créations de plantation) ; (c) uniquement amortissement du four à coprah (pas de remboursement de la dette de création) ; (d) hypothèse de la vente de toute la production à un négociant ; (e) achat éventuel des rejets exclus ; (f) Faire-valoir direct ; (g) semenceaux exclus.

Valorisation des facteurs de production

160Le calcul de la valorisation des facteurs de production, en d'autres termes de leur productivité, est un exercice toujours délicat dont les conclusions doivent être prudentes. Rapporter la production à un seul facteur revient à lui affecter les effets de l'ensemble des ressources mises en œuvre. Ce problème se pose en particulier lorsque sont utilisés dans le procès de production non seulement le travail et la terre, mais également du capital. Un raisonnement en productivité globale des facteurs permet théoriquement de le résoudre. Théoriquement, car se pose alors la question du choix des prix de référence des facteurs, l'agrégation de ces derniers imposant un raisonnement en valeur. Suivant le prix retenu, la productivité globale pourra varier du simple au double. Le problème des conventions fondées sur des bases plus ou moins arbitraires se pose dès que le stade de la détermination du revenu monétaire net est dépassé.

161La productivité nette du travail consacré aux différentes cultures pratiquées à Djimini-Koffikro sera calculée dans un premier temps. Ce ratio, même imparfait, reste dans la logique des producteurs qui raisonnent toujours en rapportant de façon approximative le revenu monétaire net au travail nécessaire : "avec l'ananas-export, tu travailles beaucoup mais tu gagnes beaucoup ; avec le cocotier, tu travailles moins, mais tu gagnes encore moins". Une seconde étape portera sur la productivité du facteur terre, approche déjà plus théorique dans l'optique du producteur mais qui formalise l'incidence de la présence de la jachère et des durées variées des cycles culturaux. On ne proposera pas une analyse de la productivité globale des facteurs, afin de ne pas sombrer dans un exercise de style dépourvu de réelle signification par rapport à l'objet de ce travail.

Productivité du travail

162Le tableau XXXIII présente une évaluation du niveau de valorisation nette du travail par les différentes cultures.

163Parmi les cultures arborées actuellement en production à Djimini-Koffikro, le palmier à huile assure les meilleurs résultats, tant en 1983/84 qu'en 1985/86. Le travail investi dans une palmeraie était, en 1983/84, mieux rémunéré que celui consacré à une caféière "traditionnelle" du Sud-Est, sans atteindre le niveau obtenu sur cacaoyère "traditionnelle" ; En 1985/86, le palmier à huile devient plus rentable.

164L'augmentation du prix du coprah a nettement - mais provisoirement - amélioré les performances de la cococulture. La comparaison des résultats d'une vente de production de coprah et d'une vente de noix fraiches à un négociant assure des revenus nets proches à l'hectare (dans les conditions locales de rendement et de temps de travaux), mais la deuxième formule assure une meilleure valorisation du travail... puisqu'elle en reporte la majeure partie sur le négociant. De toute évidence, l'intérêt du planteur est de vendre sa production sur le marché parallèle, ce débouché restant limité par la demande réduite qui s'exprime à Djimini-koffikro.

Tableau XXXIII. Cultures pratiquées à Djimini-Koffikro : revenu net par journée de travail (F.CFA)

Tableau XXXIII. Cultures pratiquées à Djimini-Koffikro : revenu net par journée de travail (F.CFA)

Remarque : le nombre de journées de travail inclut l'amortissement de la phase de création de la plantation, sauf pour les caféières et cacaoyères de Djimini-Koffikro (le travail investi à la création est considéré comme amorti). Les revenus nets des cultures vivrières sont donnés dans le tableau XXXII. (a) Amortissement sur 5 campagnes de l'achat des rejets (ou valorisation des rejets auto-fournis) : ananas de conserve 10 000 F, ananas-export 42 000 F. (b) Amortissement des travaux pré-culturaux sur une seule culture.

165L’hévéa, culture arborée la plus intensive, est également celle qui, d'après les données bibliographiques disponibles, rémunérait le mieux la force de travail en 1983 ; pour un prix d'achat du latex de 175 F/kg, cette rémunération reste intéressante, mais est inférieure à celle apportée par le palmier à huile. En tout état de cause, on vérifie là qu'un niveau relativement élevé d'intensification et une forte productivité de travail ne sont pas incompatibles - ce qui n'est pas toujours reconnu dans les débats consacrés à l'intensif et à l'extensif en Afrique.

166La productivité du travail consacré à l'ananas de conserve était particulièrement faible pour un prix de 13 F.CFA/kg ; l'augmentation à 24 F aurait permis (devrait permettre ?) une amélioration considérable de cette productivité. La rémunération du travail affecté à l'ananas-export et au palmier diffèrent peu, la seconde culture étant pourtant beaucoup moins intensive. Ici encore, intensité d'une production et bonne valorisation du travail ne sont pas antinomiques.

167Cette valorisation varie considérablement dans le cas des cultures vivrières selon le niveau des prix et les modalités d'accès à la terre. Même abstraction faite de la flambée des cours de 1983/84, les cultures de la patate douce et du manioc s'avèrent nettement plus intéressantes que celles de l'igname ou du maïs. La prépondérance du manioc et de la patate douce à un moindre titre se trouve renforcée dans le contexte de hausse des prix enregistrée lors de la campagne 1983/84. Il s'agit bien sûr de calculs donnant un simple ordre d'idée des résultats atteints à Djimini-Koffikro dans des conditions moyennes de rendement, mais les différences sont suffisamment marquées pour venir éclairer les pratiques villageoises : boom du manioc et de la patate douce en 1984, moindre intérêt de l'igname et du maïs en tant que cultures vivrières de rapport, même en conditions courantes. Dans les conditions courantes de prix, la culture de la patate douce semble plus intéressante, comme spéculation de rapport, que celle du manioc. Il faut toutefois rappeler la différence de durée des cycles de culture, permettant un étalement d'une quantité de travail approximativement identique sur un an pour le manioc et sur 4 mois seulement pour la patate douce ; la contrainte en main-d'œuvre sera donc moins marquée dans le cas du manioc. Dans les faits, cette contrainte se traduit par une limitation à quelques ares des superficies plantées en patate douce et par une nette prépondérance du manioc comme culture de rapport, d'autant que la demande pour ce dernier semble être moins fluctuante que celle concernant la patate douce, et que la pénibilité du travail (à quantité équivalente) est moindre, du fait de l'absence de buttage.

168La comparaison de la rémunération du travail consacré aux cultures vivrières et aux autres cultures est également éclairante. Lors de la flambée des prix, en 1983/84, la productivité de la journée de travail consacrée au manioc a largement dépassé le niveau atteint par les cultures arborées et l'ananas, sauf cas de contrat d'abougnon.

169Pour un niveau des prix des produits vivriers plus courant, la valorisation du travail consacré aux cultures vivrières est inférieure à celle du travail investi dans les plantations d'ananas et les palmeraies - même si l'accès à la terre est gratuit. Fait exception la succession patate douce-manioc, mais il faut rappeler la quantité importante de travail nécessaire à cette succession, et l'absence de garantie d'écoulement de la production.

Valorisation de la terre

170La productivité annuelle nette de la terre sera déterminée en multipliant le revenu net à l’hectare (revenu annuel pour les cultures arborées, revenu à l'issue d'un cycle de production pour l'ananas et les cultures vivrières) par les taux d'utilisation du sol précédemment calculés. Ce calcul, bien que formel, n'est pas dépourvu de signification dans un contexte de contrainte foncière et dans le cadre d'une comparaison économique portant sur des cultures présentant des cycles culturaux différenciés.

Tableau XXXIV. Productivité de la terre : revenus annuels par hectare nécessaire à la production (D.K., F.CFA)

Taux d’utilisat. du sol

Prix campagne 1983/84

Prix campagne 1985/86

Caféier traditionnel

0,8

80 000

91 000

Cacaoyer traditionnel

0,8

84 000

96 000

Caféier DK

0,8

17 000

20 000

Cacaoyer DK

0,8

22 000

25 000

Palmier

0,8

102 000

158 000

Cocotier – coprah

0,8

42 000

114 000

- noix

0,8

41 000

41 000

Hévéa

0,8

274 000

183 000

Ananas de conserve

0,39

105 000

363 000

Ananas-export

0,32

227 000

302 000

Mc 60F, Pat 50F Ig 45F, Ms 65 F

Mc 20F, Pat 35F Ig 45F, Ms 65 F

Manioc

0,24

144 000

48 000

Igname-manioc

0,15

117 000

57 000

Patate douce-manioc

0,22

209 000

98 000

Maïs-manioc

0,22

142 000

54 000

  • 33 Dans l'hypothèse d'une stabilisation des systèmes pris en compte précédemment, cette durée devrait (...)

171Sauf période de hausse conjoncturelle des cours, la productivité annuelle de la terre est moindre lorsque sont pratiquées des cultures vivrières que lorsque le terrain est planté en palmiers et surtout en ananas. Ces différences s’expliquent tant par le niveau des prix que par la durée de la jachère, pourtant particulièrement réduite à Djimini-Koffikro33. Son raccourcissement permet d'améliorer théoriquement cette productivité mais pose le problème éventuel de la reproduction - ou de la moindre dégradation - de la fertilité du sol. L'intérêt agro-pédologique d'une jachère de 3 ans reste cependant à démontrer, dans le cas de la culture du manioc.

Analyse économique sommaire des activités de transformation

172Trois activités de transformation ont une importance relative non négligeable à Djimini-Koffikro : la fabrication artisanale de l'huile de palme, la collecte de la sève du palmier puis éventuellement sa distillation, et la fabrication d'attiéké (semoule de manioc). La valeur ajoutée créée par ces activités n'a pas été intégrée dans l'analyse précédente concernant la valorisation des productions et des facteurs de production dans la mesure où elles sont le plus souvent pratiquées par d'autres agents économiques que le planteur, et où elles assurent un débouché pour une fraction limitée de la production agricole.

Fabrication artisanale de l’huile de palme

173Le schéma des différentes opérations conduisant à la production artisanale d'huile de palme est donné en annexe 2 (graphique A4). Le coefficient de transformation est de 2,5 kg de graines fraîches détachées du régime, pour un litre d'huile. L'huile est achetée à Djimini-Koffikro par des commerçantes venues d'Abidjan, à un prix qui a fortement augmenté en 1984 : de 150 F en octobre 83 à 300 F en février 84. Cette flamblée des prix a eu pour origine des contrôles effectués sur les axes routiers par la police, destinés à éviter la vente des régimes sur le marché libre. Les commerçantes qui auparavant achetaient les régimes pour faire réaliser à Abidjan la transformation artisanale en huile, ont dû acheter directement l'huile en brousse, conduisant à une forte augmentation de la demande et une hausse consécutive du prix. Il semble que le prix "normal" soit plus proche de 150 F/l que de 300, l'huile artisanale sur les marchés populaires d'Abidjan étant habituellement vendue environ 300 F/l.

174La valeur ajoutée par la fabrication d'huile artisanale diffère selon le critère retenu de valorisation des graines de palme (tableau A91, annexe 1). Elle est importante - 45 F/kg de graines - par rapport au prix payé par PALMINDUSTRIE ; la différence est moins marquée - 16 F/kg - si on prend pour base de calcul le prix payé lors d'une vente sous forme de graines détachées à Djimini-Koffikro. Enfin, la transformation ne représente pas un gain réel - 7 F/kg - relativement à une vente sur le marché parallèle sous forme de régimes. Il est donc logique que la matière première utilisée pour la fabrication de l'huile provienne des graines détachées récupérées par les femmes en rémunération de l'évacuation de la production, les régimes reçus à cette occasion étant plus souvent vendus en l'état.

175Le tableau A92 (annexe 1) résume les principaux éléments du calcul économique relatif à la transformation artisanale de l'huile de palme à Djimini-Koffikro, dans le cas où la matière première est achetée et dans celui où elle est obtenue en rémunération du travail d'évacuation des régimes de graines de palme, lors de la récolte.

  • 34 Les femmes venant travailler sur une plantation n'appartenant pas à un membre de leur famille sont (...)
  • 35 Ainsi, la production annuelle a été la suivante pour les 20 femmes appartenant à l'échantillon du s (...)

176Selon une enquête menée auprès de 40 femmes fabriquant de l'huile, les graines transformées sont dans la majorité des cas (73 %) obtenues en rémunération du travail dans les palmeraies, que celles-ci appartiennent ou non à un membre de leur famille34 ; les seuls achats sont marginaux (7 %) et la formule combinée portage + achat intervient dans près de 20 % des cas. Le portage économise une ressource rare, le numéraire, mais ne suffit plus lorsque la production devient importante. Avec 24 journées effectives de collecte dans l'année, une femme peut récupérer environ 480 kg de graines détachées, permettant de fabriquer 190 litres d'huile. Ce chiffre est parfois dépassé, en particulier par les femmes dioula qui, selon les femmes baoulé "ne vont pas au champ et ont le temps de faire beaucoup d'huile"35. Toutefois des "chantiers" de fabrication d'huile sont apparus dans tout le village lorsque le prix de l'huile a enregistré une hausse brutale, y compris chez les Baoulé. Tout se passe comme si le coût d'opportunité de la force de travail des femmes baoulé dépassait 850 F/JT (valorisation de la journée de travail avec un prix de l'huile à 150 F/l), sans atteindre 1.700 F (valorisation de la journée de travail à 300 F/l), alors que pour les femmes dioula ce coût d'opportunité se situerait à un niveau inférieur à 850 F par jour.

Bangui et koutoukou

177Une ultime valorisation des palmeraies villageoises, ou du moins d'une partie d'entre elles, pourrait être, lors de leur abattage au bout de 20 ans, la collecte du vin de palme (ou bangui) et sa transformation artisanale en un alcool fort, le koutoukou, activité illicite mais néanmoins largement pratiquée bénéficiant dans la région de Bonoua d'une tolérance certaine. Pendant les enquêtes de terrain, la phase de renouvellement des palmeraies n'avait pas débuté ; les données qui suivent sont relatives aux activités enregistrées à Djimini-Koffikro en 1984, après abattage de palmiers naturels. Ces derniers semblent moins productifs que les palmiers hybrides ; les valeurs avancées ci-dessous sont donc des valeurs minimales.

  • 36 Après abattage, la couronne du palmier est taillée et le cœur partiellement évidé. La sève s'écoula (...)

178La collecte du bangui, "vin de palme" résultant de la fermentation de la sève du palmier, impose dans le cas du palmier à huile l'abattage de l'arbre36. Le bangui est généralement plus apprécié consommé après une fermentation de quelques heures (bangui "dur"), mais il ne se conserve pas au-delà de quelques jours. Le vin de palme, de ce fait, donne lieu à de faibles transactions et est principalement autoconsommé. Le koutoukou est obtenu par la distillation du bangui fermenté, au moyen d'un alambic artisanal.

179Les données relatives aux distillations opérées en 1984 indiquent une production moyenne de 8,7 litres de koutoukou par palmier, autoconsommation pendant la durée du chantier non comprise. La quasi-totalité de la production est achetée par des commerçants et approvisionne Bonoua et Abidjan, où le litre est revendu 1 000 F.CFA, à comparer au prix du gin, 3 500 F environ pour 75 cl.

  • 37 L'investissement peut être estimé à 30 000 F.CFA (tableau A93, annexe 1), soit 6 000 F par chantier (...)
  • 38 Le tableau A94, en annexe 1, présente les paramètres économiques élémentaires d'un tel chantier.

180La valeur ajoutée par la transformation est très faible : un litre de koutoukou est vendu 400 F, alors que les 7,3 litres de bangui nécessaires à la distillation ont une valeur de 365 F.CFA. Cette comparaison reste théorique car le marché du bangui est restreint à la consommation villageoise. Le revenu brut pouvant être dégagé de l'exploitation d'un hectare de palmiers est important (487 000 F.CFA, pour 140 palmiers/ha). Il s'agit cependant d'une activité dont les coûts de production, relatifs à l'achat du matériel nécessaire37 et surtout des palmiers, ne sont pas négligeables. Le plus souvent, le distillateur n'est pas le planteur propriétaire de la palmeraie ; il achète donc les arbres sur pied, de 600 à 1 000 F pour un palmier traditionnel (670 F en moyenne). Les planteurs qui trouveront acquéreurs peuvent ainsi espérer obtenir un gain d'environ 150 000 F/ha lors de l'abattage de leurs palmeraies, voire davantage, puisque la valeur d'un palmier hybride, plus productif, serait de 1 500 F. Il arrive également que le distillateur partage la recette par moitié (abougnon) ou au tiers en sa faveur ("aboussan inverse") avec le propriétaire des palmiers. Le revenu net, sur la base de l'exploitation d'un hectare de palmiers, varie ainsi de 310 000 (aboussan inverse) à 465 000 F.CFA (planteur distillateur). En fait, ces chiffres ne sont pas atteints car la distillation du koutoukou est une activité prenante, même s'il est délicat de parler ici de temps de travaux étant donné le caractère social, convivial, de la présence - pas toujours active - au "cabaret" (appellation courante de la distillerie). Le suivi complet de deux chantiers nous permet d'estimer à 3,4 l la production de koutoukou par jour consacré - avec ces réserves - à la transformation en incluant le temps de collecte du bangui, soit environ 360 jours/ha. Aussi la dimension des chantiers se limite-t-elle à environ 40 palmiers38 et la plantation est-elle le plus souvent vendue sur pied ou confiée en "aboussan-inverse" à des équipes spécialisées d'Abouré ou de Ghanéens. Sur les 8 chantiers réalisés en 1984, on a compté 4 achats de palmiers sur pied, 2 abougnon, 1 "aboussan-inverse" et une seule distillation faite par le planteur.

Fabrication et commercialisation de l’attiéké

181A Djimini-Koffikro, la production d'attiéké est destinée au seul marché local, où elle est écoulée par l'intermédiaire d'un "maquis" (le terme désignant, en Côte d'Ivoire, une petite gargote). Il s'agit, comme dans le cas de l'huile de palme, d'une activité typiquement féminine mais avec une spécialisation ethnique inverse, 25 des 28 productrices étant baoulé. Interrogées, les femmes dioula déclarent ne pas fabriquer d'attiéké parce qu’elles n'ont pas de parcelle de manioc et ne maîtrisent pas la technique de transformation. La fabrication régulière de l'attiéké suppose en effet que le manioc puisse être conservé en terre une fois arrivé à maturité (sauf si les tubercules sont achetés), ce qui n'est possible que pour une fraction des producteurs de cultures vivrières de Djimini-Koffikro. Seules 3 productrices achètent les tubercules en vue de la transformation, les autres utilisant leur propre production en prélevant des tubercules dans la parcelle de leur époux ou de leur père. Il est vrai également que le faible engagement des femmes dioula dans les activités de production agricole ne leur donne pas accès à la matière première indispensable à la fabrication de l'attiéké.

182Les femmes de Djimini-Koffikro se sont organisées afin de régulariser l'approvisionnement du micro-marché local. Les 28 productrices sont réparties en deux groupes ; l'un fabrique l'attiéké pendant une semaine, chaque femme pouvant en commercialiser une cuvette ; la semaine suivante le second groupe prend le relais. En définitive, chaque participante peut écouler une cuvette d'attiéké toutes les deux semaines, soit un revenu potentiel maximal de 130 000 F/an à raison d'une valeur moyenne de 5 000 F par cuvette.

183Le prix de l'attiéké n'a pas varié pendant la durée des enquêtes, valorisant en moyenne à 63 F le kilogramme de manioc brut transformé. La valeur ajoutée est de 43 F/kg si on prend pour référence le prix courant des tubercules et de 4 F/kg sur la base du prix payé fin 83-début 84. Une forte régression de la production d'attiéké dans les exploitations appartenant à l'échantillon suivi pendant une année, lors de la hausse du prix du manioc, est à mettre en parallèle avec cet effondrement de la valeur ajoutée. L'utilisation du critère de valeur ajoutée doit être cependant nuancée, dans la mesure où les femmes peuvent utiliser pour la fabrication de l'attiéké des petits tubercules non marchands et où cette forme de commercialisation permet d'écouler des quantités réduites de manioc, à la différence des ventes par centaines de tubercules et a fortiori par bâchées. La transformation en attiéké de 100 kg de manioc brut demande en moyenne 3 journées de travail (tableau A95, annexe 1), soit une valorisation de la journée à 1 400 F ; ce chiffre traduit une productivité supérieure à celle enregistrée pour la fabrication artisanale de l'huile de palme (850 F), contribuant à expliquer l'option des femmes baoulé de privilégier la fabrication de l'attiéké.

Résultats de la campagne agricole 1983/84

  • 39 Une analyse détaillée, incluant la vente des produits maraîchers par les exploitations de l'échanti (...)
  • 40 Sur la base des données du chapitre précédent, achat des rejets exclu puisque la plupart des produc (...)

184L'analyse économique comparée des différentes cultures pratiquées à Djimini-Koffikro demande à être complétée par la présentation des résultats enregistrés sur une campagne agricole à l'échelle de l’ensemble des unités de production du village. Le protocole d'enquête retenu permet de cerner à cette échelle, avec une bonne approximation, les recettes brutes enregistrées pour les principales productions agricoles39. La détermination des coûts réels de production est délicate, en raison de lacunes dans l'information relative à l'emploi de main-d'œuvre contractuelle ou journalière et, pour les parcelles d'ananas-export, du fait de l'approvisionnement en intrants par des voies parallèles. Aussi n'intègrerons-nous qu'en fin d'analyse le coût de la main-d'œuvre salariée dans le calcul des revenus nets, et avons-nous opté pour la détermination d'un revenu net théorique (salaires non déduits) pour l'ananas-export, en prenant un ratio "revenu net/revenu brut" de 0,6540.

Structure globale des recettes

Valeur des ventes par produit

185La vente de la production des plantations, des parcelles d'ananas et des parcelles en cultures vivrières (maraîchage exclu) a apporté, en 1983/84, la somme nette totale de 65 318 000 F.CFA aux unités de production de Djimini-Koffikro (sauf déduction des coûts salariaux) :

  • 41 Les ventes de graines de palme sont celles qui ont été réalisées dans le circuit PALMINDUSTRIE ; el (...)
  • 42 Une valeur manque pour une unité de production du groupe "ananas" (parcelle d'ananas-export).
  • 43 Etant donné la difficulté d'imputation du coût de l'accès à la terre dans le cas des cultures vivri (...)

Note 141
Note 2
42
Note 3
43

186Les régimes de graines de palme empruntant le circuit officiel interviennent pour 82 % dans la valeur des ventes des produits des plantations, l'ananas-export pour la totalité (à epsilon près) dans celle des ventes d'ananas et le manioc représente près de 80 % de la production vivrière commercialisée. Ces produits apportent, à eux trois, 87 % des revenus agricoles. On soulignera l'importance non marginale des ventes de produits vivriers (cf. figure 23). Toutefois, si le kilogramme de manioc avait été valorisé en moyenne à 20 et non à 39 F.CFA du fait de la forte hausse de la campagne 1983/84, la valeur totale des ventes de manioc n'aurait été que de 5 420 000 F, et celle de l'ensemble des produits vivriers, de 9 433 000 F. Le palmier à huile, qui couvre 56 % des superficies plantées (cocoteraies GOA exclues), procure 82 % des revenus des cultures arborées. A l'inverse, la part relative des revenus des cocoteraies hybrides, des caféières et cacaoyères est nettement inférieure à l'importance spatiale relative de ces cultures (cocotier : 6 % des revenus, 14 % des superficies ; café-cacao-cola : 12 % des revenus, 28 % des superficies). La recette nette totale de 93.000 F.CFA perçue par les planteurs d'ananas de conserve correspond à la somme effectivement perçue par ces derniers. En fait, le revenu brut total est de 39 44 000 F.CFA et le net de - 4 616 000 F.CFA ; seuls, 3 des 17 planteurs de Djimini-Koffikro ayant récolté leur parcelle ont dépassé le point mort. On se reportera à l'annexe 14 pour une analyse détaillée des recettes par produit et par unité de production.

Structure des recettes agricoles, par groupe d'unités de production

187Les producteurs du groupe "cultures arborées" contrôlent 60,8 % des revenus perçus à l'échelle du village, ceux du groupe "ananas" 34,8 % et les producteurs du groupe "cultures vivrières" 4,4 % seulement.

Tableau XXXV. Valeur nette des ventes de produits agricoles à Djimini-Koffikro, 1983-84, par groupe d'unités de production et par type de produit (F.CFA)

Produits des plantations

Produits vivriers

Ananas

Total (F.CFA)

Groupe "cultures arborées"

27 853 000

8 087 000

3 750 000

39 690 000

Groupe "cultures vivrières"

-

2 866 000

-

2 866 000

Groupe "ananas"

-

3 652 000

19 110 000

22 762 000

188Les ventes d'ananas sont réalisées à 84 % par les unités de production du groupe "ananas" et à 16 % par des planteurs de cultures arborées ; 55,4 % des ventes de produits vivriers sont contrôlées par les unités de production du groupe "cultures arborées", 25 % par celles du groupe ananas et 19,6 % par celles du groupe "cultures vivrières" (cf. figure 24).

189La structure des revenus agricoles par groupe d'unités de production vérifie bien la typologie générale des systèmes de culture qui a été proposée :

  • 44 Patate douce 10 % ; maïs 10 % ; igname : 1 %.

190Les responsables d'unités de production sont les principaux bénéficiaires des ventes de produits vivriers, mais les aides familiaux des chefs d'exploitation du groupe "cultures arborées" réalisent 43 % des ventes de produits vivriers du groupe (groupe "ananas" 7 %, groupe "cultures vivrières" 11 %). Ces chiffres sont à rapprocher du nombre des aides familiaux (femmes en particulier), plus élevé pour le premier groupe. Intervient également le jeu de la division sexuelle du travail, variable selon l'origine ethnique, les femmes dioula et voltaïques - groupe ou nationalité dominants chez les producteurs sans terre - ne participant guère aux travaux agricoles. La part des ventes réalisées par les aides familiaux est particulièrement sensible pour l'attiéké (100 %) et le manioc commercialisé sous forme de tubercules (28 % des ventes)44. Le revenu net des aides familiaux durant la campagne 1983/84 a été de 4 000 000 F CFA (les aides familiaux des planteurs de cultures arborées en percevant 87 %), soit 27 % de la valeur totale des ventes de produits vivriers et 6 % du revenu net total.

Figure 23 - Valeur des ventes par produit, Djimini-Koffikro 1983-84.

Figure 23 - Valeur des ventes par produit, Djimini-Koffikro 1983-84.

Figure 24 - Valeur nette des ventes réalisées à Djimini-Koffikro, par type de produits et par groupe d’unités de production (en % de la valeur totale des ventes).

Figure 24 - Valeur nette des ventes réalisées à Djimini-Koffikro, par type de produits et par groupe d’unités de production (en % de la valeur totale des ventes).

Revenus fonciers et autres revenus agricoles

191Les planteurs de cultures arborées bénéficient de revenus autres que ceux tirés de la vente de leur production agricole proprement dite : principalement location de parcelles ou parcelle confiée à un abougnon sur manioc, 2 540 000 en 1983/84 (revenu moyen par bailleur : 67 000 F.CFA, avec un maximum de 374 000F), mais également vente de palmiers naturels sur pied pour la fabrication du koutoukou ou contrat d'aboussan inverse, 227 000 F, et vente de bangui et de koutoukou, 583 000 F ; soit au total 3 500 000 F.CFA, soit 8 % des ventes de produits agricoles proprement dits. 46 unités de production ont bénéficié de ce type de ressources en 1983/84, avec une moyenne de 73 000 F/unité de production. Après exclusion d'une exploitation constituant un cas particulier ("revenus divers" de 516 000 F), la moyenne est réduite à 66 000 F.CFA ; 37 unités de production sur 46 ont perçu moins de 100 000 F.CFA.

Revenu net par unité de production

192Le revenu agricole total (vente de produits agricoles et revenus divers) perçu à Djimini lors de la campagne 1983/84 s'élève à 68 818 000 F.CFA, non comprise la valeur de la transformation artisanale des graines en huile de palme, de la commercialisation de produits maraîchers et des ventes, sur le marché parallèle, des régimes de graines. Nous ne disposons pas de l'information relative aux ventes de deux unités de production du groupe "cultures arborées", pour des plantations de cocotiers, et d'une unité de production du groupe "ananas" pour les ventes d'ananas ; de plus, toutes les unités de production n'ont pas eu de recettes agricoles en 1983/84 (cf. tableau XXXVI). Aussi faut-il dissocier dans l'analyse les unités de production pour lesquelles les données manquent et celles qui n'ont pas commercialisé de produits agricoles durant la campagne. L'importance relative du nombre des exploitations productrices d'ananas ou uniquement de produits vivriers n'ayant pas bénéficié de revenus agricoles en 1983/84 s'explique par la non-stabilisation des systèmes de culture. Dans ces conditions, calculer un revenu moyen est délicat :

  • Si on retient les unités de production ayant commercialisé des produits agricoles pendant la campagne, l'information obtenue n'est pas représentative du niveau de revenu en année courante (sur-estimation de ce dernier).

  • Si le calcul porte sur toutes les unités de production du groupe, le revenu théorique annuel (et non les recettes effectives) est approché mais la signification d'un tel chiffre reste limitée par les dynamiques culturales en cours, en particulier par le développement de la culture de l'ananas-export.

193Le niveau de revenu moyen, évalué avec ces réserves pour l'ensemble des unités de production, est pratiquement identique entre les unités de production des groupes "cultures arborées" et "ananas" et nettement inférieur pour celles du groupe des simples producteurs de cultures vivrières. Le revenu moyen des PST producteurs d'ananas, calculé pour les seules unités de production ayant commercialisé des produits agricoles en 1983/84, dépasse celui des planteurs de cultures arborées, la différence restant faible.

Tableau XXXVI. Revenus agricoles moyens à Djimini-Koffikro, 1983-84 (F.CFA)

Groupe "cultures arborées"(a)

Groupe "ananas" (b)

Groupe "cultures vivrières"

Toutes UP (a) (b)

Toutes UP des groupes

43 000 000/95 = 454 000

22 502 000/55 = 409 000

2 866 000/27 = 106000

68 468 000/177 = 369 000

UP ayant commercialisé des produits agricoles

43 100 000/92 = 468 000

22 502 000/42 = 536 000

2 866 000/21 = 136 000

68 468 000/155 = 442 000

(a) A l’exception des deux unités de production pour lesquelles nous n'avons pu obtenir d’information ; les revenus locatifs de ces deux unités de production (90 000 F.CFA) ont été déduits du revenu total du groupe.
(b) A l'exception de l'unité de production pour laquelle le montant des ventes d'ananas est inconnu ; la valeur des ventes de produits vivriers réalisées par cette unité de production (260 000 F.CFA) a été déduite du revenu total du groupe (22 762 000 F.CFA).

194Trois classes de revenus peuvent être déterminées (cf. figure 25) : moins de 200 000 F.CFA (faible), de 200 à moins de 600 000 F (moyen), 600 000 F et plus (fort). Le groupe "cultures vivrières" est sur-représenté dans la première classe ; les groupes "cultures arborées" et "ananas" présentent la même structure relativement à la classe des hauts revenus, mais la classe des revenus intermédiaires est sous-représentée chez les producteurs d'ananas, à l'inverse de celle des bas revenus :

Tableau XXXVII. Niveau de revenu et groupes d'unités de production (Djimini-Koffikro, 1983-84)

Niveau de revenu (1 000 F.CFA)

Groupe "cuit. arborées"

Groupe"ananas"

Groupe "cult. vivrières"

Toutes UP

200 [

37 % (35)

43,5 % (24)

81,5 % (22)

46 % (81)

[200- 600[

41 % (39)

33 % (18)

18,5 % (5)

35 % (62)

[600

22 % (21)

23,5 % (13)

-

19 % (34)

TOTAL

100 % (95)

100,0 % (55)

100,0 % (27)

100 % (177)

(x) = Nombre d'unités de production

195Les gains des producteurs du groupe "cultures vivrières" sont modiques, ce qui renvoie à la faiblesse des superficies cultivées. Le bas niveau de revenu d'une partie des unités de production du groupe "ananas" s'explique par l'absence de recettes agricoles durant la campagne 83/84 ou par une commercialisation portant uniquement sur des produits vivriers. Toutes les unités de production ayant récolté une parcelle d'ananas pendant la campagne ont bénéficié de revenus moyens ou forts, selon les superficies et les rendements obtenus. Ces superficies récoltées diffèrent des superficies en culture lors de la campagne, aussi ne peut-on pas proposer une combinaison des données relatives aux revenus avec celles concernant les systèmes de culture. Pour ces unités de production, le ratio "revenu net de la culture de l'ananas/revenu agricole" est de 0,87 ; l'importance relative des ventes de produits vivriers, sans être marginale, reste faible dès lors que les unités de production commercialisent de l'ananas.

Figure 25 - Répartition des unités de production selon le revenu net à Djimini-Koffikro, 1983-1984.

Figure 25 - Répartition des unités de production selon le revenu net à Djimini-Koffikro, 1983-1984.

196L'analyse des revenus agricoles perçus pendant la campagne 83/84 par les unités de production du groupe "cultures arborées" est rendue difficile par l'hétérogénéité des composantes du revenu et de leurs déterminants. D'une unité de production à l'autre l'importance relative et la valeur absolue des revenus tirés des ventes de produits vivriers, des produits des plantations, d'ananas, et des recettes d'origine diverse, varient selon les cultures pratiquées et les superficies occupées. Aussi serait-il illusoire de vouloir proposer une analyse d'ensemble affinée là où seule une étude cas par cas peut apporter des éléments d'explication. Seuls seront présentés les traits essentiels ressortant des données collectées.

197Le niveau de revenu est statistiquement lié à la variable "résidence du planteur" : le revenu moyen enregistré par unité de production est de 542 000 F.CFA lorsque le chef d'exploitation réside à Djimini-Koffikro, de 275 000 F.CFA lorsqu'il est absentéiste. Les non-résidents sont sur-représentés dans la classe des bas revenus, sous-représentés dans celle des hauts revenus (tableau A96, annexe 1). Deux éléments expliquent cette différence : le grand nombre de non-résidents disposant d'une superficie plantée réduite et l'absence, pour ces derniers, des recettes provenant de la vente de produits vivriers ou d'ananas.

198Les ressources tirées de la vente des produits des plantations constituent la composante principale du revenu de 73 % des unités de production (tableau A97, annexe 1). Globalement, les ressources des plantations dominent quel que soit le niveau de revenu, mais leur importance relative tend à croître quand le revenu total augmente, à l'inverse des recettes tirées des ventes de produits vivriers ou des ressources diverses. Il convient de distinguer les unités de production contrôlées par les absentéistes, puisque 80 % d'entre elles présentent comme composante dominante du revenu agricole les revenus des plantations, contre 69,5 % des unités de production dont le responsable réside à Djimini-Koffikro. Pour les exploitations contrôlées par des résidents, les ventes de produits vivriers et d'ananas viennent distendre la liaison existant entre le revenu total et le revenu des cultures arborées : le coefficient de corrélation entre les variables "revenu net des cultures arborées" et "revenu total" est de 0,5 dans leur cas, et de 0,9 pour les absentéistes.

  • 45 Les unités de production du groupe "bas revenus" ont en moyenne 0,7 ha en palmiers et disposent de (...)

199Dans le groupe des non-résidents, deux variables expliquent à elles seules 91 % de la variance totale : la superficie plantée en palmiers et les dépenses en main-d’œuvre. En moyenne, les unités de production dont le revenu agricole ne dépasse pas 200 000 F.CFA n'ont qu'un hectare en palmiers et dépensent 49 000 F.CFA en coût de main-d'œuvre régulière ou permanente ; celles dont le revenu est compris entre 200 et 600 000 F.CFA disposent de 2,6 ha de palmeraies et dépensent 118 000 F en main-d’œuvre. Une seule unité de production voit son revenu dépasser les 600 000 F.CFA : sa palmeraie couvre 19 ha et ses dépenses en main-d'œuvre s'élèvent à 780 000 F.CFA. Dans le groupe des planteurs résidant à Djimini-Koffikro, les deux premières variables "Superficie plantée en palmiers" et "Nombre d'actifs masculins polyvalents familiaux et/ou salariés" expliquent 52 % seulement de la variance45 ; ce chiffre relativement faible provient des ventes de produits vivriers et d'ananas. L'introduction de la troisième variable explicative proposée par l'analyse multivariée, "dépenses en main-d’œuvre", conduirait à relever le seuil de signification de la régression au-delà de 5 %. L'écart se creuse entre résidents et non-résidents si les dépenses en main-d'œuvre (quantifiées, rappelons-le, pour la seule main-d'œuvre permanente ou régulière) sont déduites, les absentéistes étant totalement dépendants de la force de travail rémunérée. Le revenu agricole moyen est alors de 484 000 F pour les planteurs résidents, de 173 000 F seulement pour les absentéistes (moyenne générale : 379 000 F). 5 planteurs non-résidents ont un revenu net négatif, leurs dépenses salariales n'étant pas compensées par des recettes agricoles du fait de la reconversion en cours des plantations. La sur-représentation des absentéistes dans la classe des bas revenus se trouve renforcée par une déduction des dépenses en main-d'œuvre permanente ou régulière (tableau A98, annexe 1). L'analyse ne sera pas affinée, son intérêt étant limité par l'impossibilité de prendre en compte les dépenses occasionnées par l'emploi de manœuvres temporaires.

  • 46 La rente foncière constitue une part relative sensible pour une exploitation bénéficiant de revenus (...)

200On a souligné, dans la première partie de ce texte, combien la pratique des mises à bail ne revêtait d'importance sensible que pour une minorité de propriétaires fonciers, en termes de superficie absolue et relative louée, comme de niveau du revenu ainsi dégagé. 38 unités de production ont bénéficié de recettes foncières en 1983/84 ; dans 27 cas, ces recettes ont représenté moins de 30 % du revenu total, dans 6 cas, de 30 à 60 % et dans 5 cas seulement, plus de 60 % (tableau A99, annexe 1). Une part relative importante du revenu foncier dans le revenu total va le plus souvent de pair avec un niveau de revenu réduit. Ainsi, les 5 unités de production pour lesquelles le ratio dépasse 0,6 appartiennent toutes à la classe inférieure de revenus, alors que 23 des 27 unités de production pour lesquelles ce ratio est inférieur à 0,3 ont des revenus moyens ou élevés46.

201En définitive, quelques points essentiels ressortent de cette analyse comparée des différentes cultures pratiquées à Djimini-Koffikro.

202Les dynamiques culturales en cours impulsent une intensification des systèmes de production, comparativement aux cultures caféières et cacaoyères telles qu'elles sont actuellement menées, intensification à base tant de travail que de consommations intermédiaires et/ou de capital fixe. Par rapport à la culture caféière pratiquée dans le cadre du modèle dominant d'économie de plantation, on enregistre une intensification à base de consommations intermédiaires et/ou de capital fixe, mais non à base de travail, culture de l'ananas exceptée. Ainsi, par l'utilisation d'intrants fournis par le marché, le processus de reconversion de l'agriculture villageoise conduit à une monétarisation des coûts de production.

203Les avantages relatifs présentés par les cultures du palmier à huile, de l'ananas-export et du manioc contribuent largement à expliquer l'importance de ces productions à Djimini-Koffikro - confirmée par l'analyse des revenus agricoles de la campagne 1983/84 - et les dynamiques en cours. Comparativement à des productions de même nature (cultures arborées, ananas, cultures vivrières), ces trois cultures assurent les revenus à l'hectare et à la journée de travail les plus élevés, tout en présentant des avantages culturaux certains, dans le cas du palmier (précocité de l'entrée en production, rapidité d'atteinte des rendements élevés, régularité de la production) et dans celui du manioc (adaptation aux conditions agro-pédologiques, rusticité). L'efficacité du système de collecte et de règlement de la production est également à souligner, dans les cas du palmier et de l'ananas-export. Dans les années à venir, l'hévéa pourrait concurrencer sérieusement le palmier à huile, mais le surcroît de travail nécessaire dans le schéma de conduite de la culture proposée par la SAPH et le délai avant que les rendements élevés ne soient atteints pourraient constituer à court terme autant de handicaps.

204La comparaison du palmier à huile, de l'ananas-export et du manioc (en tant que culture de rapport) éclaire l'attitude des producteurs-propriétaires fonciers qui privilégient toujours le palmier à huile. Cette culture, "valeur sûre" parmi les spéculations arborées, présente le gros avantage de nécessiter peu de travail une fois la plantation réalisée, tout en apportant un revenu à l'hectare non négligeable et une bonne rémunération du travail, alors que l'ananas et les cultures vivrières doivent être replantés à chaque campagne. La pratique des cultures vivrières de rapport reste secondaire (sauf conjoncture particulièrement favorable, comme lors de la hausse considérable des prix en 1983/84) du fait des besoins en main-d'œuvre et en terre qu'elles nécessitent, et de l'absence de garantie de prix et d'écoulement de la production. Les planteurs de cultures arborées sont désormais bien conscients de la rentabilité actuelle de l'ananas-export, mais l'adoption de cette culture est freinée par le coût des rejets (ces planteurs ayant délaissé la culture de l'ananas de conserve) et les besoins en travail qu'elle nécessite. Seuls quelques planteurs bien dotés en main-d'œuvre et disposant d'une capacité de financement suffisante l'avaient adoptée en 1983/84. Lorsqu'ils en ont la possibilité, les producteurs sans terre tendent, eux, à privilégier la culture de l'ananas-export, de loin la plus rémunératrice, ou à défaut celle du manioc.

205La dynamique de la production agricole à Djimini-Koffikro témoigne - si besoin en était - de la sensibilité des producteurs aux prix ; sensibilité d'autant plus marquée que le cycle biologique de la culture est court et que les coûts monétaires de production sont limités, comme dans le cas du manioc. On citera, à titre d'illustration, l'essor des cultures de manioc, de la patate douce et de l'ananas-export, l'abandon de celle du cocotier, ou les réactions des femmes à l'augmentation du prix de l'huile de palme artisanale. Ce facteur prix ne peut pas, bien évidemment, être dissocié d'autres caractéristiques des cultures, comme le travail nécessaire, la garantie d'écoulement de la production et les conditions d'accès à la terre. En d'autres termes, le calcul économique des producteurs ne porte pas seulement sur le revenu net, mais intègre la valorisation des facteurs de la production, le risque et l'ensemble des contraintes (travail, terre, trésorerie) pesant sur les exploitations à des degrés variables.

206Les niveaux de revenu moyen des producteurs de cultures arborées et des producteurs d'ananas sont comparables, la portée de la comparaison étant toutefois limitée par la non-stabilité de la production d'ananas. Les ventes des produits vivriers occupent une place minoritaire mais non marginale dans la constitution des revenus agricoles. Le niveau de revenu obtenu par unité de production varie globalement selon que sont pratiquées ou non les cultures de l'ananas-export et du palmier à huile. Il n'a pas été possible de croiser les superficies cultivées avec le niveau des revenus apportés par les ventes d'ananas et de produits vivriers, du fait de l'instabilité des systèmes de culture. En renvanche, la corrélation "superficie plantée en palmiers à huile/niveau de revenu" a été mise en évidence pour le groupe des planteurs de cultures arborées, pour lequel peut être soulignée la différence sensible entre résidents et absentéistes dans les résultats d'exploitation, ce qui renvoie aux superficies cultivées, à la présence ou non des cultures vivrières dans le système de culture, et aux dépenses en main-d’œuvre.

Notes

1 La plupart des planteurs réalisent deux nettoyages par an, en faisant souvent appel à des contractuels (5 jours en moyenne par passage). Les palmiers sont élagués une fois par an, soit 6 journées de travail (en moyenne, un homme élague 25 palmiers par jour) ; l'élagage des palmes desséchées est indispensable pour permettre la fécondation des fleurs et le repérage des régimes par le récolteur. Avant l'épandage annuel d'engrais, le nettoyage du pied des palmiers demande en moyenne 4 journées de travail ; l'épandage d'engrais est réalisé en 2 jours.

2 La durée du travail pour la récolte et l'évacuation des graines de palme varie, durant l'année, avec le rendement. Les chiffres avancés correspondent à une moyenne calculée sur 11 mois (juin 1985 à avril 1986) pour 9 unités de production. Il s'agit de journées de travail recalculées sur la base de 6 heures d'activité (le relevé ayant été effectué en heures).

3 La politique de crédit aux planteurs villageois a été modifiée lors des dernières réalisations du premier Plan Palmier (programme FER/CDC, en 1977), le planteur devant désormais rembourser l'intégralité des coûts de création, évalués alors à 180 000 F/ha, sans intérêts, à compter de l'année N7 et à raison de 2 F/kg jusqu'à extinction de la dette. Ces nouvelles modalités ne concernent pas les producteurs de Djimini-Koffikro, non touchés par ce programme et pour lesquels la dette de création reste de 78 000 F/ha.

4 Plants 77 000 F ; Pueraria (plante de couverture) 4 000 F ; grillage (protection des plants contre les rongeurs) 24 500 F ; engrais (fourni par PALMINDUSTRIE de N0 à N3) 17 500 F ; produits phytosanitaires 8 000 F ; transport 22 500 F ; encadrement 31 000 F ; frais généraux, frais de gestion 46 000 F.

5 N4 à N6 : 125 kg de potasse/an/ha ; à partir de N6 : 135 kg de potasse/an/ha.

6 Sur 225,5 tonnes récoltées, 198,9 ont été collectées par PALMINDUSTRIE, 17 ont rémunéré le travail des femmes (10,1 tonnes de graines détachées et 6,9 tonnes de régimes) et 9,6 ont été vendues aux commerçantes venues d'Abidjan. Le poids moyen d'un régime est de 14 kg, dont 9,4 kg de graines.

7 Avec le schéma de production retenu, un rendement de 14 t/ha en phase de croisière correspond à un rendement de 12 t/ha si la production cumulée d'une palmeraie, de son entrée en production à son abattage, est rapportée aux 18 années productives. Il correspond à un rendement de 10 t/ha si cette production est rapportée à la durée de vie de la plantation en incluant les années improductives, soit 20 ans.

8 Lors du suivi des 9 unités de production, la vente maximale par le circuit officieux (10 % de la production) concernait une plantation appartenant à un absentéiste, récoltée par un manœuvre qui prélevait pour son propre compte - à l'insu du propriétaire - une part de la production.

9 L'hypothèse a été testée pour les planteurs résidant à Djimini-Koffikro, afin d'éviter une redondance avec la variable "Résidence", de nombreux absentéistes n'ayant qu'une plantation de palmiers.

10 En 1983/84, seuls 15 planteurs sur 55 obtenaient un rendement de moins de 7 t/ha. Si cette proportion est maintenue, le prix maximal devrait être versé à 73 % des producteurs.

11 Travaux pré-culturaux pour une plantation réalisée après une jachère : 35 JT/ha (sur la base des données relatives au palmier) ; plantation et entretiens en première année : 30 JT/ha (BETPA, 1985).

12 Récolte : 1 125 noix/jour ; ramassage : 911 noix/jour ; débourrage des noix sur un pieu : 821 noix/jour. La fabrication d'une tonne de coprah demande 5128 noix, à raison de 195 g de coprah par noix.

13 Les premières années du Plan Cocotier, la société de développement considérait le déforestage mécanique comme indispensable pour lutter contre l'Oryctes (insecte qui creuse des galeries dans le coeur de l'arbre). Cette technique, qui s'est avérée coûteuse et non indispensable, a été abandonnée en 1973.

14 2 F pour les plantations villageoises ancienne formule qui supportent ainsi le coût du déforestage mécanique, erreur technique de la structure d'encadrement.

15 Il n'a pas été possible d'obtenir auprès de PALMINDUSTRIE les chiffres des livraisons de coprah. Les données ont pu être collectées auprès des planteurs pour une seule campagne (pas d'information pour deux unités de production non encadrées).

16 Les rendements par unité de production encadrée s'établissent ainsi (en équivalent-coprah) : pas de production, 3 UP ; moins de 100 kg/ha, 2 UP ; de 100 à 500 kg/ha, 4 UP ; de 500 à 1 000 kg/ha, 6 UP ; plus d'une tonne/ha, 4 UP (maximum 1790 kg/ha). Quant aux plantations hybrides non encadrées, deux ont été abattues depuis la réalisation du plan parcellaire, deux sont abandonnées et l'une d'elles n'est pas encore en production ; trois plantations ont produit en 83/84, l'une 850 noix (rendement de 205 kg/ha en équivalent-coprah), les deux autres une quantité de coprah inconnue.

17 Les ventes de coprah réalisées par les planteurs de Djimini-Koffikro concernent en général le grade 2 ; interviennent dans la définition du grade la propreté du coprah, sa consistance, sa couleur, son taux d'humidité, etc.

18 Rotobroyage, labour, billonnage, traitement nématicide, première application d'herbicide, épandage d'engrais liquide, approvisionnement en eau pour les traitements aqueux. Le matériel agricole et les locaux ont été mis à la disposition du GVC par l'Etat, à titre gratuit.

19 L'acheteur décide de la date du TIF et du moment de la récolte ; il assure la réduction des couronnes et, fréquemment, le traitement à l'éthrel.

20 1982-2 : 555 000 F/ha ; 1983-1 : 639 000 ; 1983-2 : 539 000 ; 1984 : 923 000 (achat des rejets compris).

21 Cet abandon n'a pas d'incidence sur les rendements calculés précédemment puisque ceux-ci concernent les planteurs ayant mené à terme leur parcelle.

22 Ces rendements ont été relevés dans le contexte de déficit pluviométrique qui caractérise la Basse-Côte depuis quelques années : 1 868 mm entre mai 83 et avril 84, 1 661 mm entre mai 84 et avril 85, d'après les relevés pluviométriques enregistrés à Djimini-Koffikro par E. Mollard, agronome de l'ORSTOM ; sur une longue période, la moyenne est de 2 000 mm/an, cf. Avenard et al., op. cit.. Une pluviosité supérieure majorerait vraisemblablement les rendements dans une proportion non évaluable.

23 L'effet-prix peut être immédiat pour ce qui concerne la qualité des entretiens des plantations existantes.

24 Nous ne disposons pas de schéma de production, année par année, pour le caféier et le cacaoyer traditionnels.

25 Les bases de calcul étant les suivantes. Cultures arborées : la phase pré-productive correspond en moyenne à 20 % de la durée de la période productive. Ananas de conserve : 19 mois de travaux pré-culturaux et de culture, 6 mois de production de rejets, 6 mois entre soles. Ananas-export : 19 mois de travaux pré-culturaux et de culture, 6 mois de production de rejets, 12 mois de jachère. Manioc (cycle unique) : 14 mois de travaux pré-culturaux et de culture, 36 mois de jachère. Igname-manioc : 22 mois de travaux pré-culturaux et de culture, 60 mois de jachère. Patate douce-manioc et maïs-manioc : 18 mois de travaux pré-culturaux et de culture, 36 mois de jachère.

26 Quotient du nombre de journées de travail consacrées à la plantation et aux entretiens avant production, sur le nombre d'années de la période productive. Soit 6 JT/an pour le palmier, 7 pour le cocotier hybride, 10 pour l'hévéa, 0 pour le caféier et le cacaoyer à Djimini (travail amorti), et 7 pour le caféier et cacaoyer "traditionnels" (modèle dominant d'économie de plantation dans le Sud-Est ivoirien).

27 Rappelons que le coût d'une location varie de 30 à 40 000 F.CFA/ha, celui d'un accès à la terre par contrat d'abougnon étant variable selon le prix du manioc (100 000 F pour 20 F/kg, 300 000 F pour 60 F/kg ; calcul pour un rendement de 10 tonnes).

28 Données (en francs courants) présentées dans le tableau A87, annexe 1. Dans le cas du palmier, on a retenu par souci de simplification, l'hypothèse d'une valorisation de toute la production au prix SODEPALM puis PALMINDUSTRIE, faisant ainsi abstraction de l'incidence des ventes parallèles sur la valeur de la production. Nous n'avons pas de données pour l'hévéa et le maïs.

29 ΔR/R = ΔV/(V-C) ; C = αV, d'où ΔR/R = ΔV/(V-αV) = ΔV/V x [l/(l-α)].

30 C = V/2 ; R = 0,5V + Y, avec Y : valeur de la production de premier cycle ; ΔR/R = 0,5ΔV/(0,5V+Y) ; a = 0,5V/(V+Y), d'où ΔR/R = ΔV/V x [α/(l-α)].

31 Pour les cultures vivrières, la succession la plus pratiquée dans une optique de rapport (maïs-manioc) a été retenue. Le coût de production a été considéré comme nul pour le café et le cacao. Prix (au kilogramme) utilisés pour le calcul : régimes de graines de palme 15 F ; coprah 60 F ; latex 175 F ; ananas de conserve 13 F ; ananas-export 25 F ; maïs 65 F ; manioc 20 F. La prise en compte de prix plus favorables n'aurait sensiblement modifié les résultats que pour l'ananas de conserve (α = 0,35, pour un prix de 24 F/kg). Après intégration dans le calcul de l'amortissement de l'achat des rejets d'ananas sur 5 campagnes, le coefficient α passe à 0,7 pour l'ananas de conserve et 0,4 pour l'ananas-export ; la sensibilité (positive ou négative) du revenu net à une variation de prix est alors de 0,7 (ananas de conserve) et 0,3 (ananas-export).

32 Achat des rejets exclus (avec achat des rejets, le rendement au point mort serait de 25,5 tonnes pour l'ananas-export et 42,5 pour l'ananas de conserve, aux prix de la campagne 1983/84).

33 Dans l'hypothèse d'une stabilisation des systèmes pris en compte précédemment, cette durée devrait être, d'après les normes villageoises, de 5 ans pour la succession igname/manioc et de 3 ans pour les autres successions.

34 Les femmes venant travailler sur une plantation n'appartenant pas à un membre de leur famille sont des femmes dioula, épouses, filles ou nièces de producteurs sans terre. En général, les femmes baoulé ne travaillent que dans les palmeraies familiales. En période de pointe, l’appel aux femmes dioula est cependant nécessaire pour les planteurs baoulé, sauf cas d'unités de production disposant d'une abondante main-d'œuvre féminine.

35 Ainsi, la production annuelle a été la suivante pour les 20 femmes appartenant à l'échantillon du suivi annuel qui ont fabriqué de l'huile entre mars 83 et février 84 : 8 femmes (dont aucune dioula) ont produit moins de 50 litres ; 3 (dont une dioula), de 50 à 100 l ; 6 (toutes dioula), de 100 à 150 l ; 3 (toutes dioula), de 200 à 400 l.

36 Après abattage, la couronne du palmier est taillée et le cœur partiellement évidé. La sève s'écoulant par un orifice d'évacuation creusé à cette fin est collectée deux foix par jour ; l'exploitation du palmier abattu peut durer ainsi un mois.

37 L'investissement peut être estimé à 30 000 F.CFA (tableau A93, annexe 1), soit 6 000 F par chantier pour un amortissement sur 5 chantiers.

38 Le tableau A94, en annexe 1, présente les paramètres économiques élémentaires d'un tel chantier.

39 Une analyse détaillée, incluant la vente des produits maraîchers par les exploitations de l'échantillon, est présentée en annexe 14.

40 Sur la base des données du chapitre précédent, achat des rejets exclu puisque la plupart des producteurs ayant récolté en 1983/84 sont d'anciens membres du GVC qui ont récupéré le matériel végétal sur les blocs SODEFEL.

41 Les ventes de graines de palme sont celles qui ont été réalisées dans le circuit PALMINDUSTRIE ; elles ne comprennent pas les fuites sur le marché parallèle ni la transformation artisanale en huile. La valeur des ventes de graines de palme est exprimée après déduction des prélèvements PALMINDUSTRIE au titre du remboursement de la dette de création et des livraisons d'engrais (recette brute totale : 24 316 000 F.CFA). On n'a pas inclus dans les produits des plantations la vente de bangui, de koutoukou et de palmiers naturels sur pied (valeur totale : 810 000 F.CFA) ; ces données seront reprises plus loin. Valeurs manquantes pour deux plantations de cocotiers.

42 Une valeur manque pour une unité de production du groupe "ananas" (parcelle d'ananas-export).

43 Etant donné la difficulté d'imputation du coût de l'accès à la terre dans le cas des cultures vivrières (associées ou en succession), on raisonne en revenu brut, sauf lorsque le producteur a passé un accord d'abougnon sur manioc avec le propriétaire foncier. Rappelons que l'igname, la patate douce et le maïs ne sont jamais cultivés sur des parcelles louées à cette seule fin.

44 Patate douce 10 % ; maïs 10 % ; igname : 1 %.

45 Les unités de production du groupe "bas revenus" ont en moyenne 0,7 ha en palmiers et disposent de 0,7 actif ; celles du groupe "revenus moyens" ont 2,5 ha en palmiers et 1,7 actif ; les exploitations du groupe "hauts revenus", 6,2 ha en palmiers et 2,9 actifs.

46 La rente foncière constitue une part relative sensible pour une exploitation bénéficiant de revenus élevés dans un seul cas : il s'agit du principal bailleur de Djimini-Koffikro (20 ha loués en 83/84), dont les revenus fonciers (374 000 F.CFA) sont intervenus pour 53 % dans le revenu total.

Table des illustrations

Titre Tableau XXV. Productions et rendements des caféiers et cacaoyers à Djimini-Koffikro, 1982/1985
Légende (a) Depuis 1978, le café est acheté en cerises sèches - non décortiqué - alors qu'auparavant il était acheté décortiqué (café vert ou marchand) ; le coefficient de conversion est d'environ 0,5 (1 kg de cerises sèches = 0,5 kg de café marchand).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14859/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14859/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14859/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Tableau XXVI. Temps de travaux moyens pour la culture de l'ananas à Djimini-Koffikro (NJT/ha)
Légende Pour l’ananas-export, on a retenu le cas le plus fréquent d'un TIF réalisé par le planteur (à une date indiquée par l'acheteur) et d'une prise en charge de la récolte par l'acheteur.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14859/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau XXVII. Ananas de conserve, évolution des coûts de production, soles 80-1 à 84 (hors main-d'œuvre engagée directement par le planteur)
Légende Sources : GVC de Djimini-Koffikro. Calculs rapportés à une densité de 50 000 pieds/hectare.(a) Coût de production non compris l'achat du matériel végétal(b) Coût de production intégrant l'achat de matériel végétal.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14859/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14859/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Tableau XXVIII. Evaluation des temps de travaux, pour un hectare de cultures vivrières (NJT/ha, D.K.)
Légende (a) Non tuteuré à Djimini-Koffikro ; (b) 3 sarclages ; (c) 2 sarclages.Sources : Maïs : Mémento de l'agronome. Min. Coop. 1980, aucune observation systématique n'ayant été faite, sauf travaux pré-culturaux ; ces données ne semblent pas différer profondément de la situation étudiée. Les travaux de récolte, proportionnels au rendement, correspondent aux rendements moyens enregistrés à Djimini-Koffikro.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14859/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 19 - Cultures arborées. Evolution des rendements selon l'âge de la plantation, en pourcentage du rendement maximum
Légende Sources : Caféier et cacaoyer traditionnels : SEDES, 1967, volume Agriculture I, pages 154 et 181Palmier : PALMINDUSTRIE 1984, deuxième plan palmier, annexe technique no 3, volume HCocotier hybride : IRHO, 1984Hévéa : SAPH, Min. Agri., 1981
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14859/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Tableau XXXI. Travail de création d’une plantation (débroussage ou déforestage exclus) et entretiens avant l'entrée en production
Légende Sources : cf. chapitre précédent.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14859/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 20 - Nombre de journées de travail par hectare et par culture (Djimini-Koffikro).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14859/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14859/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 21 - Evolution des prix aux producteurs, 1969-1986.
Légende Sources : Statistiques agricoles.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14859/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 22 - Evolution des revenus bruts à l'hectare 1975-1986.
Légende Sources : Statistiques agricoles (prix des prod. de rapport) et données de terrain (prix des prod. vivriers et rendements).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14859/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau XXXII. Cultures pratiquées à Djimini-Koffikro : revenus bruts et nets par hectare en production (F.CFA)
Légende (a) Sauf coprah, 1984/85 ; (b) 1983/84 : 16 000 ; 1985/86 : 23 000 (modification des modalités du prélèvement au titre des créations de plantation) ; (c) uniquement amortissement du four à coprah (pas de remboursement de la dette de création) ; (d) hypothèse de la vente de toute la production à un négociant ; (e) achat éventuel des rejets exclus ; (f) Faire-valoir direct ; (g) semenceaux exclus.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14859/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Tableau XXXIII. Cultures pratiquées à Djimini-Koffikro : revenu net par journée de travail (F.CFA)
Légende Remarque : le nombre de journées de travail inclut l'amortissement de la phase de création de la plantation, sauf pour les caféières et cacaoyères de Djimini-Koffikro (le travail investi à la création est considéré comme amorti). Les revenus nets des cultures vivrières sont donnés dans le tableau XXXII. (a) Amortissement sur 5 campagnes de l'achat des rejets (ou valorisation des rejets auto-fournis) : ananas de conserve 10 000 F, ananas-export 42 000 F. (b) Amortissement des travaux pré-culturaux sur une seule culture.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14859/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Note 141Note 242Note 343
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14859/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14859/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 23 - Valeur des ventes par produit, Djimini-Koffikro 1983-84.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14859/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 24 - Valeur nette des ventes réalisées à Djimini-Koffikro, par type de produits et par groupe d’unités de production (en % de la valeur totale des ventes).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14859/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 25 - Répartition des unités de production selon le revenu net à Djimini-Koffikro, 1983-1984.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14859/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 106k

© IRD Éditions, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search