Version classiqueVersion mobile

La mutation d'une économie de plantation en basse Côte d'Ivoire

 | 
Jean-Philippe Colin

Troisième partie. Travail et organisation sociale de la production à Djimini-Koffikro

Travail et organisation sociale de la production à Djimini-Koffikro

Texte intégral

1L’analyse portera d'abord sur la disponibilité des unités de production de Djimini-Koffikro en force de travail familiale. Cette disponibilité ne revêt un sens qu’au regard de sa mise en œuvre effective et suppose une analyse différenciée selon le sexe, le taux d'activité agricole des actifs familiaux et selon les bénéficiaires des flux de travail. La confrontation des superficies cultivées et des disponibilités en main-d'œuvre familiale révèlera l'existence éventuelle d'une contrainte en force de travail et la nécessité pour le responsable de l'unité de production de faire appel à une main-d'œuvre étrangère à l'exploitation. Dans un dernier point, on s'interrogera sur les risques d’une diminution de l’offre de travail rémunéré, du fait, en particulier, de la disjonction du marché du travail et du marché foncier. L'évocation des enquêtes réalisées dans les autres villages sera limitée aux seuls planteurs de cultures arborées, les producteurs d'ananas et les cultivateurs de produits vivriers y étant en nombre réduit.

Une main-d'œuvre familiale limitée

De faibles disponibilités en main-d'œuvre familiale

263 % des exploitations de Djimini-Koffikro disposent, au plus, de deux actifs familiaux (tableau A43, annexe 1). La composition moyenne de la main-d'œuvre familiale selon les groupes exploitations est la suivante :

3Les données détaillées sont présentées dans le tableau A44 (annexe 1). L'analyse sera centrée ici principalement sur la main-d'œuvre masculine. 132 unités de production sur 180 ont un seul actif familial ; aucune ne compte plus de 3 hommes actifs. L'importance du nombre d'exploitations sans aucune main-d'œuvre familiale masculine constitue une caractéristique majeure du groupe "cultures arborées" :

Figure 12 - Nombre d'actifs familiaux masculins par exploitation (Djimini-Koffikro).

Figure 12 - Nombre d'actifs familiaux masculins par exploitation (Djimini-Koffikro).

4La disponibilité des unités de production en main-d'œuvre familiale masculine résulte de la composition de deux éléments : l'activité ou la non-activité agricole du chef d'exploitation, et le nombre d'aides familiaux qui dépendent de lui.

5Sur les 97 chefs d'exploitation du groupe "cultures arborées", 49 sont des actifs agricoles, soit un planteur sur deux seulement. 34 ne résident pas à Djimini-Koffikro et n'interviennent donc pas directement dans le procès de production ; 6 chefs d'exploitation résidant à Djimini sont des femmes ; 8 autres, âgés, ne participent pas aux travaux agricoles. Par contre, tous les chefs d'exploitation du groupe "ananas" interviennent activement dans le procès de production, comme la plupart de ceux du groupe "cultures vivrières", tous actifs à l'exception d'un retraité installé à Djimini-Koffikro et d'une femme.

6La différence d'âge est importante entre les chefs d'exploitation du groupe "cultures arborées" résidant à Djimini (52 ans en moyenne) et ceux des groupes "ananas" (35 ans) et "cultures vivrières" (39 ans). Cette différence a une incidence non seulement sur le nombre d'actifs parmi les chefs d'exploitation, mais aussi sur la pénibilité des travaux qu'ils peuvent assumer.

  • 1 Un aide familial : 36 UP, deux aides familiaux : 17 UP, 3 aides familiaux : 1 UP (tableau A45, ann (...)

754 unités de production sur 180 disposent d'aides familiaux masculins1 : 27 du groupe "cultures arborées", 23 du groupe "ananas" et 4 du groupe "cultures vivrières". La différence est nette, au sein du premier groupe, entre planteurs absentéistes et résidents : un seul des premiers bénéficie de la présence d'un aide familial masculin, contre 26 des seconds.

8Par rapport aux seuls résidents, un effet "type de cultures pratiquées" conduit à différencier le groupe "cultures vivrières" (présence d'aides familiaux dans 15 % des exploitations) des deux autres groupes (41 %).

  • 2 En considérant les seules unités de production dont les responsables résident à Djimini-Koffikro, (...)

9Les responsables d'unités de production originaires du nord de la Côte d'Ivoire, de Haute-Volta et du Mali, semblent faire preuve d'une capacité de mobilisation de main-d'œuvre familiale masculine supérieure à celle des planteurs baoulé, agni ou lagunaires : 41 % des unités de production contrôlées par les premiers comptent au moins un aide familial, contre 28 % des unités de production contrôlées par les seconds2. Dans chaque groupe "ethnique", cette capacité est meilleure pour les planteurs de cultures arborées que pour les producteurs d'ananas, et pour les producteurs d'ananas que pour les producteurs de cultures vivrières (tableau A46, annexe 1). Elle augmente globalement avec l'âge du responsable de l'unité de production (tableaux A47 et A48, annexe 1).

10Il est ainsi possible d'apporter quelques éléments contribuant à expliquer le faible nombre d'actifs familiaux masculins par unité de production.

  • 3 Le nombre d'actifs familiaux masculins est de 1,4 en moyenne dans les autres villages enquêtés et (...)
  • 4 Environ la moitié des unités de production comptant 2 ou 3 actifs cultivent de l'ananas, contre 14 (...)

11Intervient d'abord, pour le groupe "cultures arborées", le grand nombre d'absentéistes qui n'ont pas d'aides familiaux à Djimini-Koffikro. Ces absentéistes exclus, le nombre moyen d'actifs familiaux par unité de production passe de 0,9 à 1,4, soit une importance identique à celle du groupe "ananas"3. Ce nombre relativement faible est à mettre en rapport avec plusieurs facteurs. Plusieurs chefs d'exploitation, âgés, ont cessé de travailler. La plupart des planteurs, originaires du Centre ou du Sud, ne parviennent pas à faire jouer un rapport d'autorité vis-à-vis de leurs neveux ou enfants non scolarisés, alors que dans le même temps un taux de scolarisation élevé les prive de l'aide de leurs enfants plus jeunes et renforce, à terme, l'exode rural. Enfin, ils ne peuvent guère attirer de la main-d'œuvre familiale par une perspective d'accès à la terre, devenu impossible sauf à amputer leurs propres patrimoines (nous avons évoqué certains cas de donations de terre aux enfants). Il faut relever une différence statistiquement significative entre les unités de production du groupe "cultures arborées" ayant adopté la culture de l'ananas (1,9 actif familial en moyenne) et celles qui ne la pratiquent pas, tout en disposant de main-d'œuvre familiale masculine (1,2)4. La présence de l'ananas dans le système de culture pourrait marquer un souci de valoriser une main-d'œuvre familiale masculine abondante en regard des besoins des autres cultures ; le blocage foncier engendrerait ainsi le processus d'intensification tant souhaité par le planificateur ivoirien. Une analyse des superficies cultivées par actif familial permettra d'apporter à cette hypothèse des éléments de vérification.

12Pour le groupe "ananas", il semble que ce soit avant tout la variable "âge" qui explique la faiblesse globale en main-d'œuvre familiale masculine. De jeunes planteurs d'ananas peuvent toutefois bénéficier de l'aide de frères ou de cousins venus du "village". L'élément moteur de ces venues reste la perspective, pour l'aide familial, de s'établir lui-même comme planteur d'ananas, avec l'aide du "grand-frère". Ce n'est pas le cas des neveux ou fils des quelques chefs d'exploitation âgés, en position de sujétion marquée vis-à-vis de ces derniers dont l'autorité n'est guère contestée. Certains planteurs d'ananas se trouvent donc en mesure de faire jouer un rapport d'autorité (appel à des neveux, par exemple) ou un stimulant économique efficace (perspective d'installation de l'aide familial "à son compte"). Le jeu de ce stimulant est actuellement limité par le caractère très récent du développement de la production d'ananas-export ; il pourrait s'amplifier si ce développement se poursuivait.

13Pour les producteurs du groupe "cultures vivrières", deux éléments peuvent intervenir pour contribuer à expliquer les faibles disponibilités en force de travail masculine familiale : l'âge des chefs d'exploitation et la moindre nécessité de faire appel à des frères ou cousins, la difficulté de trouver des parcelles à louer et l'absence éventuelle d'une stratégie conséquente de production vivrière de rapport limitant fortement les superficies cultivées, donc le besoin en main-d'œuvre.

14On compte en moyenne une femme active par unité de production, sans qu'apparaissent de différences sensibles entre les groupes "cultures arborées", "ananas" et "cultures vivrières" (tableau A44, annexe 1). Ici encore, l'importance du nombre de planteurs absentéistes fausse l'image d'ensemble du groupe "cultures arborées" ; le nombre moyen de femmes actives par unité de production passe de 1,2 à 1,6 lorsque les exploitations contrôlées par des absentéistes sont exclues. La presque totalité (73 %) des femmes actives sont les épouses des responsables des unités de production ; les filles ou les nièces constituent 18 % de la main-d'œuvre familiale féminine, alors que les fils ou neveux représentent 61 % du nombre total des aides familiaux masculins (tableau A49, annexe 1), ce qui s'explique par le départ plus précoce des jeunes filles de la cellule familiale, à l'occasion du mariage.

Les conditions de mise en œuvre du travail familial

Division sexuelle du travail au sein des groupes domestiques

15Une distinction est souvent faite, dans les études relatives à la zone forestière, opposant les cultures vivrières, domaine privilégié des femmes, aux cultures de rapport, apanage des hommes. Cette distinction est schématiquement vérifiée à Djimini-Koffikro, mais il convient cependant de la nuancer en faisant intervenir, selon les cultures et opérations culturales, l'appartenance ethnique des producteurs et, dans le cas des cultures vivrières, la fonction économique principale de la production (tableau A50, annexe 1).

16Globalement, les hommes se chargent de toutes les opérations culturales nécessitant une dépense d'énergie importante, notamment les travaux pré-culturaux (débroussage, abattage, dessouchage des arbres et arbustes), le buttage de l'igname et de la patate douce, la récolte des régimes de graines de palme, l’élagage des palmiers. Ils assurent aussi l'entretien des plantations et la totalité des travaux relatifs à la culture de l'ananas, à l'exception partielle de l'évacuation des fruits.

17Vis-à-vis des cultures vivrières, l'intervention des hommes diffère sensiblement selon l'ethnie des producteurs. Les hommes dioula, même mariés, participent beaucoup plus que les hommes baoulé ou originaires de la zone forestière à la production vivrière, dès le stade semis ou plantation. A l'exception de la plantation de l'igname et de la banane plantain, et de la récolte de l'igname, les hommes baoulé n'interviennent pas dans ces opérations s'il s'agit d'une production vivrière visant avant tout à assumer la subsistance du groupe familial. Par contre, le planteur participera davantage aux travaux de plantation et de sarclage si la production d'une parcelle de manioc est destinée à être commercialisée à son bénéfice.

18Les femmes, elles, interviennent dans la production vivrière - avec une intensité nettement plus faible pour les originaires du Nord que pour les Baoulé - dès le stade des travaux pré-culturaux, lors desquels elles assument les tâches les moins pénibles (ou plus exactement demandant moins de dépense d'énergie brutale) comme l'andainage de la végétation mal brûlée, le "balayage" du sol et le dessouchage de l’Eupatorium.

19Dans le domaine des cultures de rapport, les femmes transportent la production du point de récolte au point de collecte, en bord de champ ; elles participent parfois à la fabrication du coprah.

  • 5 La composition de l'échantillon était de 46 hommes et 40 femmes. Cet échantillon comptait 13 unité (...)

20Quelques chiffres extraits de nos enquêtes "emploi de temps", présentés dans le tableau suivant, illustrent la division globale du travail qui affecte aux hommes les travaux préculturaux et les cultures de rapport, aux femmes, les cultures vivrières ; ils font également bien ressortir la variabilité de ce modèle général en fonction du critère ethnique5.

Tableau XVII. Pourcentage des journées de travail consacrées à Djimini aux travaux préculturaux (toutes cultures), aux cultures vivrières et aux cultures de rapport

Travaux pré-culturaux

Cultures vivrières

Cultures de rapport

Hommes

30

23,5

46,5

100 %

dont Dioula

25

32

43

100 %

dont Baoulé

33

19

48

100 %

Femmes

11

67,5

21,5

100 %

dont Dioula

4

51

45

100 %

dont Baoulé

13

72

15

100 %

Ces chiffres ne concernent que des unités de production pratiquant des cultures arborées. Les non-Dioula (Agni, etc.) membres de l'échantillon ont été regroupés avec les Baoulé, nettement majoritaires

21Ces données, témoignant des limites d'une approche des disponibilités en force de travail qui ne différencierait pas les actifs selon leur sexe, doivent être corrigées en fonction du nombre effectif de journées consacrées annuellement aux activités agricoles.

Taux d’activité agricole

  • 6 A titre de comparaison, l'enquête réalisée par la SEDES dans le Sud-Est [1967, tome Agriculture I, (...)

22L'analyse sera fondée sur les résultats du suivi "emploi du temps" réalisé entre mars 1983 et février 1984 (tableau A52, annexe 1). Le taux d'activité agricole (nombre de journées consacrées au travail agricole sur 100 jours calendaires) est nettement plus élevé pour les producteurs d'ananas (69 %) que pour les autres producteurs agricoles : 49 % pour les planteurs de cultures arborées et 53 % pour les cultivateurs de produits vivriers. Il n'apparaît pas de différence significative, dans le groupe des planteurs de cultures arborées, selon l'origine ethnique ou nationale des chefs d'exploitation. Sur une année, un producteur d'ananas consacre 252 jours aux travaux agricoles, un producteur de cultures arborées ou de produits vivriers, 175 à 190 jours. Une différence importante apparaît parmi les femmes, dans les taux d'activité agricole, pour les membres du groupe "cultures arborées" (seul groupe de dimension statistiquement significative), selon leur origine : 52 % pour les femmes originaires du centre ou du sud de la Côte d'Ivoire (soit 199 jours par an), 37 % pour celles qui sont originaires des régions septentrionales (soit 135 jours par an)6.

23Ces chiffres ne prennent pas en compte les activités de transformation agricole ou de cueillette comme la récolte de la cola, la distillation du koutoukou (vin de palme distillé), ou la fabrication d'attiéké (semoule de manioc), d'huile de palme, de charbon. Le taux de ces activités para-agricoles est plus important pour les femmes originaires de la savane appartenant au groupe "cultures arborées" (21 %), que pour les femmes baoulé (2 %). Moins impliquées dans les activités de production agricole, les premières peuvent consacrer un temps important à la fabrication de l'huile de palme. Les producteurs d'ananas consacrent peu de temps à ces activités (1 %, pour 7 % pour les planteurs de cultures arborées et 10 % pour les cultivateurs de produits vivriers) qui apparaissent comme des activités secondaires en termes d'occupation, pratiquées si le calendrier des activités agricoles le permet.

24Cette approche quantitative globale demande à être prolongée par une analyse de l'organisation des flux de travail familial, ces derniers pouvant être orientés, en partie, vers d'autres unités de production.

Organisation des flux de travail familial

Travail agricole du responsable de l'unité de production

25L'affectation du travail agricole des chefs d'exploitation diffère sensiblement selon les groupes d'unités de production.

  • 7 Ces chiffres font apparaître des tendances générales extrêmement nettes ; ils masquent évidemment (...)

26Les responsables d'unités de production du groupe "cultures arborées" travaillent presque exclusivement dans le cadre de leur propre unité de production ; ils vendent marginalement leur force de travail et n'apportent qu'une aide limitée (avec ou sans contrepartie) à d'autres unités de production. A l'inverse, les producteurs d'ananas consacrent près du tiers de leurs journées de travail à la participation à des groupes d'entraide ou à des travaux agricoles rémunérés. Enfin, le nombre de journées de travail réalisées au bénéfice de l'unité de production est inférieur, pour les responsables d'unités de production du groupe "cultures vivrières", à celui des journées investies hors unité de production, en travail rémunéré principalement7.

Tableau XVIII. Affectation du travail du chef d'exploitation, pour 100 journées de travail agricole (Djimini-Koffikro)

Travail agric. pour l’UP

Travail agric. hors UP

dont travail rémunéré

dont travail non rémunéré

Groupe "cultures arborées"

92,7

7,3

1,8

5,5

Groupe"ananas"

68,3

31,7

18,2

13,5

Groupe "cultures vivrières"

45,8

54,2

43,6

10,6

27Du planteur de cultures arborées, au producteur d'ananas et au cultivateur de vivriers, la part des travaux agricoles réalisés à l'extérieur de l'unité de production va croissant, esquissant ainsi trois profils bien distincts : le planteur, le producteur d'ananas-manœuvre occasionnel et le manœuvre-cultivateur de produits vivriers.

28Après transformation de ces données relatives, sur la base du nombre moyen annuel de journées de travail agricole (tableau A52, annexe 1), le nombre réel de journées de travail consacrées par les responsables d'unités de production à leurs propres parcelles est le suivant

Groupe "cultures arborées",
chefs d’exploitation baoulé : 162
chefs d'exploitation dioula ou voltaïques : 176
Groupe "ananas",
chefs d'exploitation dioula ou voltaïques : 172
Groupe "cultures vivrières",
chefs d’exploitation dioula ou voltaïques : 88

29La différence entre le simple cultivateur de produits vivriers et les producteurs d'ananas ou de cultures arborées est sensible, le travail consacré par le chef d'exploitation à son unité de production variant du simple au double. L'importance du travail agricole réalisé annuellement par les producteurs d'ananas (252 jours) leur permet de consacrer à leurs propres cultures un nombre de journées de travail approximativement identique à ceux des planteurs de cultures arborées (172), tout en participant à des groupes d'entraide ou en travaillant occasionnellement comme manœuvres (respectivement 34 et 46 jours).

Travail agricole des aides familiaux

30Pour analyser l'affectation du travail fourni par les aides familiaux, seront retenus comme critères le sexe et l'origine "ethnique" (schématisée par "Baoulé" et "Dioula") et non le type de cultures pratiquées dans le cadre de l'unité de production, la plupart des aides familiaux de l'échantillon appartenant au groupe "cultures arborées".

31Les responsables d'unités de production baoulé contrôlent moins bien que les Dioula leurs aides familiaux masculins. En moyenne, un aide familial dioula consacre 86 % de ses journées de travail aux parcelles de son père ou de son oncle, un Baoulé, 57 % seulement. Par contre, les femmes baoulé travaillent davantage que les femmes dioula sur les parcelles de l'unité de production :

Tableau XIX. Affectation du travail des aides familiaux, pour 100 journées de travail agricole (Djimini-Koffikro)

Tableau XIX. Affectation du travail des aides familiaux, pour 100 journées de travail agricole (Djimini-Koffikro)

CUP : chef d'unité de production ; AF : aide familial

  • 8 Lors du dépouillement de l'enquête "emploi du temps", les travaux d'entretien ont été affectés au (...)

32L'autonomie des aides familiaux se concrétise, pour les femmes baoulé, par le contrôle de parcelles personnelles ou de cultures, dans une association ou succession culturale8 ; pour les femmes dioula, par le contrôle de parcelles personnelles mais également par des activités rémunérées hors de l'unité de production (évacuation des régimes de graines de palme essentiellement). Les aides familiaux masculins baoulé cultivent des lopins personnels ou ont des activités agricoles rémunérées comme la récolte des régimes de graines de palme.

  • 9 Sur la base du nombre annuel de journées de travail agricole précisé par le tableau A52, en annexe (...)

33Le nombre annuel effectif de journées de travail consacrées par les aides familiaux aux parcelles des responsables d'unités de production9 est de 99 pour les hommes baoulé, de 163 pour les Dioula ; de 105 pour les femmes baoulé, de 52 pour les Dioula. L'aide apportée au chef d'exploitation par les aides familiaux peut être ainsi fort limitée.

Organisation des flux de travail familial : illustrations

34Cette présentation générale de l'organisation des flux de travail familial demande à être éclairée et nuancée par quelques exemples qui illustreront la complexité de certaines situations, occultée par l'indispensable agrégation des données. Trois exemples ont été retenus : une unité de résidence baoulé, regroupant plusieurs unités de production, une unité de production baoulé "simple" et une unité de production dioula.

351- Unité de résidence de Kouadio B., baoulé. Ce cas constitue une bonne illustration de la complexité des flux de travail familial, au sein ou entre unités de production, et de la difficulté de définir les limites d'une unité de production avec comme critère le groupe de travail (figure 13).

36L'unité de résidence compte deux planteurs de cultures arborées vivant à Djimini-Koffikro (individu 11 et son fils 12) ; trois planteurs absentéistes ont été considérés comme dépendant d'elle (01, 02 et 03, respectivement fille, fils et neveu de 11). Les relations de parenté au sein de l'unité de résidence s'organisent autour du planteur 11, de ses trois épouses et de leurs enfants. L'analyse globale des flux de travail permet de distinguer deux principaux groupes de production, centrés sur les planteurs 11 et 12. Entre ces deux groupes, les flux de travail sont réduits ; il faut en particulier souligner l'autonomie totale de l'individu 12 vis-à-vis de son père qui lui a pourtant donné quelques hectares lui permettant de créer sa propre palmeraie.

37Le cas des planteurs absentéistes est spécifique. L'entretien et la récolte de leurs plantations sont assurés, pour 01, par sa soeur et son cousin, contre rémunération ; pour 03, par un cousin par alliance (actif 13), dans le cadre également de relations monétaires, et par son épouse (28) ; pour 02, à titre gracieux par sa mère (23), son frère (14) et sa soeur (27), ainsi que par l'emploi de main-d'œuvre salariée temporaire (non portée sur le graphique).

38Chacune des deux unités de production "principales" comprend un "groupe de base" d'actifs familiaux ainsi que quelques aides familiaux intervenant marginalement dans le procès de production. Ainsi, le groupe de base de l'unité de production contrôlée par le planteur 11 se compose de ses trois épouses, de l'un de ses fils (14) et d'une nièce (211). L'intervention aux côtés du chef d'exploitation ne constitue pour aucun de ces aides familiaux une occupation réellement dominante. Chacun(e) dispose de ses propres parcelles (ou cultures), ou apporte une aide à un autre aide familial ; deux des filles du chef d'exploitation ne travaillent pas (ou marginalement) pour leur père (26 et 27). Plusieurs groupes de travail satellites du groupe principal peuvent ainsi être distingués dans le cadre de cette "unité de production" : groupes mère-fille (22 et 26), petite nièce-oncle (211 et 14), etc. La difficulté de définir l’"unité" de production, dans de tels cas, est notable, un même individu pouvant participer à plusieurs groupes de travail sans qu'apparaisse un pôle nettement dominant.

39La seconde unité de production, dont le responsable est le planteur 12, comprend ce dernier, son épouse (24), la fille (29) et la nièce (210) de son épouse. La sœur de 12 (25) réside dans la cour de son père (11), mais elle est mariée et travaille principalement sur les parcelles de son époux ; elle dispose également de ses propres parcelles de manioc. Un sous-groupe se distingue, composé de l'épouse du planteur (24), de la fille et de la nièce de cette dernière (29 et 210), qui lui apportent une aide importante sur ses propres parcelles. Certains aides familiaux de planteurs travaillent ainsi davantage au profit d'autres aides familiaux (mère, tante), responsables de sous-groupes de production, qu'au bénéfice du planteur lui-même.

Figure 13 - Organisation des flux de travail familial - Unité de résidence Koudio B. (Baoulé)

Figure 13 - Organisation des flux de travail familial - Unité de résidence Koudio B. (Baoulé)

Figure 14 - Organisation des flux de travail familial - Unité de résidence Kouadio K. (Baoulé) - Unité de résidence Amara K. (Dioula).

Figure 14 - Organisation des flux de travail familial - Unité de résidence Kouadio K. (Baoulé) - Unité de résidence Amara K. (Dioula).

402- Le second exemple d'unité de production baoulé (Kouadio K., figure 14) est plus conforme à ce qui semble être la structure, à Djimini-Koffikro, des unités de production chez les Ivoiriens originaires du centre et du sud du pays : les deux épouses et la tante du chef d'exploitation interviennent sur ses parcelles, tout en bénéficiant d'une certaine autonomie.

413- L'exemple de l'unité de production contrôlée par Amara K., Dioula ivoirien, est représentatif de l'organisation des flux de travail familial chez les originaires du Nord : faible autonomie des neveux, très faible intervention des femmes (épouses, fille) sur les parcelles du chef d'exploitation, travail agricole rémunéré des femmes à l'extérieur de l'unité de production, pour l'évacuation des régimes de graines de palme. L'importance relative du travail féminin sur les parcelles dépendant du chef d'exploitation serait plus forte si ce dernier était planteur de palmiers à huile, puisque serait comptabilisé au bénéfice du chef d'exploitation le travail d'évacuation des régimes de graines de palme. Il s'agit toutefois d'une activité qui ne permet pas de dissocier les femmes de l'unité de production, des femmes étrangères à l'unité de production, puisque dans tous les cas le travail donne lieu à une "gratification". Si le chef d'exploitation dioula n'a pas de plantation de palmiers, les femmes appartenant à l'unité de production vont chez d'autres planteurs effectuer le portage des régimes afin d'obtenir la matière première nécessaire à la fabrication de l'huile de palme. C'est pourquoi ont été précisés, dans la présentation des flux de travail familial orientés au bénéfice du chef d'exploitation, ceux faisant l'objet d'une rémunération directe (évacuation des régimes de graines).

Disponibilités et main-d'œuvre familiale masculine et contrainte en force de travail

42La comparaison des disponibilités en main-d'œuvre et des superficies cultivées par type de spéculations, devrait permettre de mettre en évidence un sous-emploi de la force de travail familiale ou, à l'inverse, un blocage nécessitant l'appel à une main-d'œuvre étrangère à l'unité de production. Les superficies prises en compte sont, pour les cultures arborées, celles effectivement cultivées par unité de production, différenciées en cultures sélectionnées et cultures non sélectionnées ; pour les cultures vivrières et l'ananas, on raisonnera sur les superficies moyennes des groupes auxquels les producteurs ont été rattachés, toute précision étant ici illusoire, étant donné la variation rapide (même si elle reste faible en valeur absolue) des superficies cultivées. Les données servant de base au calcul des différents ratios sont extraites de la quatrième partie de ce texte.

Unités de production du groupe “cultures vivrières” : un sous-emploi de la main-d’œuvre familiale

43La superficie moyenne cultivée par actif familial, en 1983/84, était de 0,8 ha, avec un maximum de 2 ha (une unité de production ne disposant d'aucun actif familial masculin) :

environ 0,5 ha : 15 unités de production,
environ 1 ha : 9 unités de production,
environ 2 ha : 2 unités de production

44Ces chiffres (du moins pour 24 unités de production sur 27) sont loin d'excéder la capacité de défrichement d'un homme adulte lors des deux saisons des pluies, puis d’entretien des parcelles. Il semble difficile d'évoquer, à une exception près (exploitation sans main-d'œuvre familiale), une contrainte en main-d'œuvre. Le plein emploi de la force de travail familiale disponible n'est de toute évidence pas atteint, d'autant que seule la main-d'œuvre masculine est prise en compte ici, et que le manioc, culture vivrière dominante, n'est pas des plus exigeants en travail.

Unités de production du groupe “ananas ” : un déséquilibre structurel

  • 10 La superficie effective cultivée par actif varie de 0,2 à 2,5 ha pour l'ananas (de conserve ou d'e (...)

45La superficie moyenne cultivée par actif familial est de 0,7 ha d'ananas pour les unités de production ne pratiquant pas de cultures vivrières, de 0,7 ha d'ananas + 0,5 ha de cultures vivrières pour les autres10. Le ratio "superficie cultivée en ananas/nombre d'actifs" est identique, ce qui laisse supposer que les cultures vivrières ne sont pas pratiquées au détriment de la culture de l'ananas.

  • 11 Dans la mesure où les systèmes de culture ne sont pas stabilisés.

46L'analyse de l'ajustement main-d’œuvre/superficie est, dans le cas de la culture de l'ananas, rendue délicate par la variation des besoins de la culture en main-d'œuvre selon les phases du cycle cultural11. Si on considère que les opérations de tri, d éparpillage et de mise en terre des rejets doivent être réalisées en un mois (au-delà, l'époque d'arrivée à maturité est trop étalée) et qu'un actif travaille 6 jours sur 7, la superficie pouvant être plantée par ce dernier n’excèdera guère 0,5 ha. En revanche, pendant la phase végétative, les entretiens pourront être étalés dans le temps et ce même actif sera alors en mesure de travailler 3,5 ha. Ces valeurs, comparées avec la superficie cultivée par actif et par unité de production, font apparaître que 45 unités de production sur 56 subissent une contrainte en main-d'œuvre lors de la plantation, contrainte disparaissant pour toutes les unités de production pendant la phase végétative. Au déficit en main-d'œuvre de la phase de création de la plantation succède un sous-emploi sensible de la force de travail familiale. Ce constat n'est pas modifié par la prise en compte des cultures vivrières.

Unités de production du groupe “cultures arborées” : des situations contrastées

  • 12 30 unités de production contrôlées par des non-résidents et 6 unités de production contrôlées par (...)

47Les données qui suivent font abstraction des plantations de cocotiers GOA, vouées à un abattage proche ; cette rectification conduit à une légère modification de la typologie proposée précédemment. Sur 93 unités de production, 36, ne disposant d'aucun actif masculin, subissent une contrainte absolue en force de travail12. Cette contrainte affecte particulièrement les unités de production pratiquant exclusivement des cultures arborées sélectionnées :

Tableau XX. Types de cultures arborées pratiquées et disponibilités en MOFM (Djimini-Koffikro)

Types de cultures arborées (C.A.) pratiquées

UP ne disposant pas de MOFM

UP disposant de MOFM

Total

C.A. sélectionnées

25

31

56

C.A. sélect. + caféier/cacao

5

25

30

Caféier/cacaoyer traditionnels

6

1

7

Total

36

57

93

MOFM : main-d'œuvre familiale masculine
C.A. : cultures arborées
UP : unités de production

48Quelle est la situation des 57 unités de production qui disposent d'actifs familiaux ? On distinguera des autres les explications ayant adopté la culture de l'ananas, sans retenir comme critère discriminant les superficies en cultures vivrières, les différences étant faibles d'une unité de production à l'autre, sauf exceptions.

  • 13 Sur la base du nombre annuel de journées de travail agricole calculé à partir du suivi réalisé à D (...)

49Il semble qu'en deçà d'une superficie de 3 ha de plantations par actif masculin, le problème de la contrainte en main-d'œuvre ne se pose pas, et qu’au-delà de 6 ha le planteur doit faire appel à de la main-d'œuvre extérieure à l'unité de production ; entre 3 et 6 ha cultivés par actif, la situation est moins tranchée. Le nombre de journées de travail masculin annuel peut être évalué à 30 par hectare de palmiers en production, retenu comme référence ; dans le premier cas (3 ha), le planteur dispose d'environ 80 journées de travail à consacrer aux cultures vivrières ; dans le second cas (6 ha), le planteur consacre toutes ses journées de travail à sa palmeraie13. Le raisonnement est réducteur mais permet d'avancer des "chiffres-seuils" sans trop d'arbitraire. A titre de comparaison, on considère généralement qu'un homme peut assumer tous les travaux requis par une plantation d'hévéas - culture arborée la plus intensive - de 4 ha. Dans le cas des unités de production ayant adopté la culture de l'ananas, nous avons estimé qu'au-delà de 3 ha en cultures arborées par actif familial, le planteur doit faire appel à de la main-d'œuvre étrangère à l'exploitation.

50Comparées aux superficies cultivées par actif en variétés arborées sélectionnées (étant donné le caractère de "cultures de cueillette" du caféier et du cacaoyer à Djimini-Koffikro), ces valeurs-seuils permettent d'évaluer à 16 le nombre d'unités de production affectées par une contrainte en force de travail familiale, à 20 celles dont la situation n'est pas "tranchée" et à 20 celles qui semblent disposer de suffisamment de main-d'œuvre familiale masculine pour entretenir et récolter les plantations en production (tableau A53, annexe 1). A ces dernières, il faut ajouter l'unité de production qui n'a pas adopté ces cultures (ratio : 0,6 ha/actif), ce qui porte à 21 sur 57 le nombre d'exploitations non affectées par une contrainte en main-d'œuvre, au regard des superficies cultivées.

51Contrainte en main-d’œuvre :

52Pas de contrainte en main-d’œuvre :

5321 unités de production

54Incertitude :

5520 unités de production (dont 6 producteurs d’ananas)

56Les unités de production affectées de toute évidence par une inadéquation entre les besoins (en l'état actuel des cultures) et les disponibilités en main-d'œuvre familiale sont principalement celles qui sont contrôlées par des planteurs absentéistes et celles ayant adopté la culture de l'ananas.

57De cette esquisse générale des disponibilités des unités de production en force de travail familiale, et de la mise en œuvre de cette dernière, sont apparues quelques caractéristiques d'ensemble. Globalement, les disponibilités en main-d'œuvre familiale sont réduites. Il convient cependant de distinguer 3 types d'unités de production : celles dont le responsable ne réside pas à Djimini-Koffikro et n'a aucune main-d'œuvre familiale ; celles dont le responsable, résidant à Djimini-Koffikro, est propriétaire foncier et producteur de cultures arborées : parfois inactif, souvent âgé, ce responsable contrôle un ou des aides familiaux dans moins d'un cas sur deux ; enfin, celles dont le responsable, résidant à Djimini-Koffikro, est un producteur sans terre, actif et jeune mais qui, ici encore, bénéficie de l'aide de dépendants familiaux dans moins d'un cas sur deux.

58Les responsables d'unités de production originaires du Nord semblent disposer d'une meilleure capacité de mobilisation de main-d'œuvre familiale, comparativement aux autres chefs d'exploitation, du fait d'un contrôle social mieux assuré des aînés sur les cadets ou, dans le cas des producteurs d'ananas, de la perspective d'installation à son compte de l'aide familial. Le stimulant économique que représentait à l'époque pionnière, pour l'aide familial, la possibilité d'accéder à terme à la terre, ne peut plus jouer. Ce stimulant trouve son substitut, pour les producteurs d'ananas-export, dans D'encadrement technique" du cadet par l'aîné, la fourniture d'une partie des intrants nécessaires et l'organisation de groupes d'entraide, autant de facteurs qui facilitent l'adoption de cette culture.

59Les différences entre unités de production ne se limitent pas à leurs disponibilités en force de travail familiale. Elles jouent également dans la mise en œuvre de cette dernière, des différences significatives ayant été relevées tant dans les taux d'activité agricole, particulièrement élevés chez les producteurs d'ananas, que dans la nature des flux de travail familial : importance des travaux réalisés à l'extérieur de l'unité de production par les producteurs d'ananas et de cultures vivrières.

60Enfin, on a noté, parmi les aides familiaux, la faible participation des hommes baoulé (comparativement aux dioula) et des femmes dioula (comparativement aux baoulé) aux travaux agricoles réalisés dans le cadre de l'unité de production. Cette faible participation s'explique par l'autonomie plus marquée des premiers (tendance à la déliquescence du statut subordonné de cadet) et, pour les secondes, par la place réduite des femmes dioula dans la production vivrière.

61La mise en rapport des superficies cultivées avec la main-d'œuvre familiale disponible par unité de production laisse supposer un sous-emploi de cette main-d'œuvre chez les producteurs de vivriers, un déséquilibre marqué par une alternance de sous-emploi et de déficit, selon les phases culturales, chez les producteurs d'ananas, et une situation nuancée chez les planteurs de cultures arborées. Pour ces derniers, un déficit apparaît tout particulièrement dans les unités de production qui ne disposent d'aucune main-d'œuvre familiale (planteurs absentéistes), pour la majorité de celles qui ont adopté la culture de l'ananas et pour quelques autres dont les superficies plantées en cultures arborées sont importantes. Il importe donc d'analyser les modalités de résolution de ces contraintes différentielles en force de travail.

Une résolution différenciée de la contrainte en force de travail

Les différentes formes d'apport de main-d'œuvre étrangère à l'unité de production et leur coût

62Trois types d'apport de main-d'œuvre étrangère à l'unité de production sont à distinguer : l'appel - qui suppose la participation - à un groupe d'entraide, les différentes formes de rente en travail occasionnées par les conditions d'accès à la terre pour les producteurs sans terre, et l'emploi de main-d'œuvre rémunérée.

Les groupes d’entraide

63Deux formes d'entraide sont pratiqués à Djimini-Koffikro. D'une part, une entraide fréquente, entre deux unités de production qui se prêtent mutuellement assistance tout au long des travaux agricoles. Cette entraide s'organise le plus souvent sur la base de rapports de parenté ou d'origine géographique commune (même village ou même région). D'autre part, une entraide regroupant de nombreux actifs intervenant chez chaque producteur du groupe pour la réalisation des gros travaux (débroussage, tri-éparpillage-plantation des rejets d'ananas, etc.) ou de travaux qui, sans demander beaucoup de main-d'œuvre en valeur absolue, doivent être réalisés rapidement (chargement et déchargement des rejets d'ananas, par exemple). La participation à ces groupes implique, outre la réciprocité, la fourniture d'un repas aux membres du groupe, pour chaque journée de travail.

64Le principe régissant l'existence et le fonctionnement des groupes d'entraide est la mobilisation optimale de la force de travail, affectée à l'extérieur de l'unité de production en cas de disponibilité et concentrée sur celle-ci pour la réalisation de travaux qui ne pourraient pas, ou difficilement, être effectués par un homme seul ; ce, en minimisant les débours monétaires limités aux achats de nourriture pour la préparation des repas à offrir aux participants. L'entraide ne se limite pas aux seules unités de production ; elle peut faire intervenir un planteur et un manœuvre agricole, ce dernier étant aidé par le premier, à titre de prestations réciproques, lors de la réalisation de contrats.

Les rentes en travail

65Les conditions d'accès provisoire à la terre ont été évoquées. Certaines peuvent être analysées en termes de rente en travail bénéficiant aux propriétaires fonciers : prêt de terre contre le débroussage d'une autre parcelle pour le compte du propriétaire ; défrichement d'une parcelle et mise en place d'une culture de cycle court par le producteur sans terre, le propriétaire récupérant ensuite la parcelle. Dans tous ces cas, le propriétaire réalise l'économie du débroussage et même d'un premier entretien lorsqu'il associe ses cultures avec celle du producteur sans terre, en implantant par exemple ses boutures de manioc dans une parcelle semée en maïs. Lorsqu'une autorisation est donnée à un producteur sans terre ou à un aide familial de planter des cultures vivrières de cycle court dans de jeunes palmeraies, le propriétaire économise l'entretien de la plantation pendant la durée du prêt. Dans tous ces cas, deux flux s'articulent, entre producteur sans terre, fournisseur de travail, et propriétaire foncier, fournisseur temporaire de terre.

L'appel à la main-d'œuvre rémunérée

Les formes de rémunération du travail

66Les conditions d'emploi de la main-d'œuvre agricole rémunérée varient selon la durée des "contrats" et suivant la forme de rémunération et le degré de spécialisation du manœuvre, par tâche ou par culture.

67Les journaliers, mensuels, semestriels et annuels sont des manœuvres payés selon la durée du travail. L'emploi des journaliers reste occasionnel et répond à un besoin précis et limité, comme la récolte des tubercules de manioc pour une vente. Les manœuvres perçoivent leur rémunération, respectivement, chaque jour, chaque mois, chaque semestre ou une fois par an, mais demeurent souvent plus longtemps au service de leur employeur, à l'exception des journaliers. Ils interviennent à la discrétion du planteur, quelles que soient la culture et la nature des tâches à réaliser. Les contractuels, travaillant souvent en équipe, sont appelés par un planteur pour la réalisation d'un travail précis : débroussage d'une parcelle, désherbage, tri-éparpillage-plantation des rejets d'ananas, récolte des régimes de graines de palme, etc. Il s'agit d'une rémunération à la tâche, indépendante de la durée du travail. De ce fait, les contractuels ont la réputation de travailler plus rapidement mais parfois moins bien que les autres manœuvres. Enfin, les abougnon interviennent sur une culture donnée, pour les travaux d'entretien et de récolte ; ils sont rémunérés par le partage, par moitié, de la valeur nette de la production.

68Plusieurs critères peuvent servir de base à l'établissement d'une typologie de ces différents rapports de production :

  • Bases de la rémunération : selon la durée, la tâche ou proportionnellement à la production.
  • Disponibilité dans le temps : on distinguera la main-d'œuvre temporaire (journaliers, contractuels) de la main-d'œuvre permanente (mensuels14, semestriels ou annuels). Le cas des abougnon et des contractuels qui récoltent les graines de palme est particulier, leur intervention étant plus régulière que permanente : soit une à deux fois par an (pour le café et le cacao), soit toutes les semaines mais pendant une journée seulement (abougnon sur palmiers et contractuels récoltant les régimes de graines). Il semble donc judicieux de différencier, à Djimini-Koffikro, manœuvres temporaires, manœuvres permanents et manœuvres réguliers15.
  • Disponibilité pour l'exécution des travaux : certains manœuvres sont polyvalents (journaliers, mensuels, semestriels, annuels), d'autres spécialisés par culture (abougnon) ou par tâche (contractuels).
  • Enfin, les formes de rémunération peuvent être fixées forfaitairement (journaliers, mensuels, semestriels, annuels, contrats divers) ou varient selon l'importance de la production (abougnon, contrat de récolte de graines). Gastellu [1984, p. 21] distingue ainsi les rémunérations ex post, proportionnelles à la récolte et donc connues après la décision d'engager des manœuvres, des rémunérations ex ante, décidées au moment du recrutement des manœuvres. La rémunération du manœuvre peut intégrer des avantages en nature : nourriture (mensuels, semestriels, annuels, et journaliers parfois), logement (mensuels, semestriels, annuels, quelques rares abougnon), prêt de terre (certains annuels et abougnon)16, fourniture de vêtements de travail (certains mensuels et semestriels, annuels), frais médicaux en cas d'accident du travail (semestriels et annuels).

69Ces divers critères de distinction jouent un rôle majeur, nous le verrons, dans l'attitude des employeurs et des manœuvres vis-à-vis des rapports de production.

Le coût de la main-d'œuvre à Djimini-Koffikro

  • 17 Analyse portant sur 65 contrats (1 067 journées de travail).

70Les données qui suivent sont les résultats d'enquêtes exhaustives conduites auprès de l'ensemble des manœuvres de Djimini-Koffikro et, pour les contrats, du suivi "emploi du temps" de quelques manœuvres et producteurs-manœuvres.17

Main-d'œuvre rémunérée selon la durée du travail

  • 18 Logement exclu. Nourriture (achat de poisson, parfois de riz) 200 F/jour ; vêtements de brousse (a (...)

71Les journaliers reçoivent de 600 à 1 000 F.CFA par jour, le plus souvent 800 F lorsqu'ils sont nourris. En 1983, les planteurs ont essayé d'imposer, après une réunion des notables, un barême fixe à 600 F. Les Ghanéens acceptèrent de travailler à ce tarif, mais les Voltaïques refusèrent et la rémunération quotidienne est rapidement revenue à 800 F. La rémunération des mensuels varie de 7 500 à 18 000 F par mois, la moyenne s'établissant, pour tous les manœuvres enquêtés, à 13 000 F pour un manœuvre logé et nourri. Les dépenses liées aux avantages en nature peuvent être estimées, si elles sont en totalité monétarisées, à 6 000 F par mois, soit un coût global réel d'environ 19 000 F18. Les différences de salaires versés aux manœuvres peuvent être expliquées par l'âge de ces derniers (des manœuvres très jeunes seront moins payés), par la stabilité et les responsabilités du manœuvre (le salaire mensuel de 18 000 F est perçu par le manœuvre d'un planteur absentéiste, qui assure une fonction de chef d'équipe et de gérant de plantations) et également par le facteur ethnique, les Ghanéens acceptant souvent un niveau de rémunération refusé par les Voltaïques. La variation des rémunérations perçues par les semestriels est moindre que celle enregistrée pour les mensuels : de 32 à 50 000 F pour 6 mois, avec une moyenne à 45 000 F ; le coût d'entretien, s'il est entièrement monétarisé, peut être estimé à 53 000 F, soit plus que le salaire versé ; le coût total est alors d'environ 100 000 F par semestre. Enfin, la rémunération offerte aux annuels varie de 50 000 à 150 000 F par an (pour un chef d'équipe) ; cette dernière valeur exclue, la moyenne s'élève à 82 000 F/an, auxquels il convient d'ajouter, le cas échéant, 107 000 F de frais d'entretien divers, soit au total un coût approximatif de 190 000 F par an.

72Le tableau suivant présente les coûts journaliers, en 1983/84, des différentes formes de rémunération de la main-d'œuvre payée selon la durée du travail. Ce coût intègre les avantages en nature, sans achat de riz (hypothèse d'une consommation de féculents produits dans le cadre de l'unité de production). Le calcul est réalisé pour 26 jours de travail par mois, les manœuvres ne bénéficiant pas de congés payés.

Tableau XXI. Coût journalier de la main-d'œuvre rémunérée selon la durée du travail. Djimini-Koffikro, 1983/84 (F. CFA)

journalier

mensuel

semestriel

annuel

Salaire

800

500

290

265

Coût journalier

850

645

435

410

73Les coûts journaliers d'emploi de semestriels et d'annuels ne diffèrent guère ; ils se situent à un niveau nettement inférieur à celui des journaliers, les mensuels occupant une position intermédiaire.

Contractuels

74Le barême des contrats les plus fréquemment traités à Djimini-Koffikro et le calcul de la valorisation de la journée de travail du manœuvre sont donnés en annexe 1 (tableau A54). Le revenu des contractuels diffère sensiblement selon la nature du travail : de 493 F par jour pour le tri-éparpillage-plantation des rejets d'ananas à 2 500 F pour la récolte des graines de palme ou l’élagage des palmiers. Interviennent en effet dans la détermination du montant des contrats, la pénibilité du travail (le buttage de l'igname est ainsi mieux rémunéré que le sarclage d'une parcelle de manioc) et le degré de spécialisation nécessaire à la réalisation du travail (récolte des graines de palme ou élagage des palmiers). En moyenne, les contractuels enquêtés ont perçu 775 F par journée de travail (contrats de récolte de régimes de graines de palme exclus), sans avantages en nature, soit moins qu'un journalier non nourri.

Abougnon

75A trois exceptions près, les abougnon ne sont pas logés et nourris par leurs employeurs. Les abougnon sur palmiers perçoivent, chaque mois, la moitié de la somme effectivement payée aux planteurs, donc après déduction du prélèvement de la mensualité de remboursement de la dette initiale de création de la plantation. La prime annuelle versée aux planteurs n'est pas partagée, tout au plus ces derniers font-ils, parfois, des "petits cadeaux" à leurs manœuvres. L'un des producteurs emploie un abougnon sur ananas ; cette formule est exceptionnelle à Djimini-Koffikro, mais semble être pratiquée fréquemment dans la région de Bonoua. L'employeur prête une parcelle et paye les intrants, le manœuvre apportant sa force de travail ; après la vente de la production, le planteur récupère le montant du coût des intrants et partage par moitié le solde avec l'abougnon.

  • 19 Abougnon sur palmiers : 32 JT/ha, travail des femmes exclu ; rendement de 9,6 t/ha, production com (...)

76La rémunération perçue par les abougnon varie évidemment selon les niveaux de production atteints. Déterminé sur la base des rendements et des temps de travaux moyens enregistrés en 1983/8419, le coût journalier d'un abougnon sur palmiers (1.730 F) est nettement plus élevé que celui d'un abougnon sur caféiers (500 F), cacaoyers (850 F) ou cocotiers (700 F).

77Des différences sensibles existent donc, en termes de coût journalier de la main-d'œuvre, selon le type de rapport salarial et les cultures concernées. L'emploi d'annuels, de semestriels, d'abougnon sur caféiers et de certains contractuels (pour le tri-éparpillage-plantation de l'ananas) revient pour le planteur à environ 400 ou 500 F.CFA par jour. L'emploi de mensuels, journaliers, abougnon sur cacaoyers et de la plupart des contrats pratiqués à Djimini-Koffikro, est plus onéreux : 600 à 1 000 F.CFA par jour. Enfin, les rémunérations les plus élevées concernent les abougnon sur palmiers et les contrats de récolte des régimes de graines ou d’élagage : de 1 700 à 2 500 F par jour. Ce coût élevé peut être expliqué par la relative spécialisation qu'exigent ces tâches pour être effectuées correctement, et par la demande existant pour ce type de main-d'œuvre.

  • 20 Les modalités de calcul sont données en annexe 11.

78La comparaison du coût des différents types de main-d'œuvre ne peut être limitée au seul coût journalier, le planteur ne raisonnant pas relativement au nombre de journées de travail du manœuvre, mais au coût global du recours à ce dernier - en particulier dans le cas des abougnon et des contractuels. Il convient donc de déterminer parallèlement les seuils de production qui rendent attractifs, pour le planteur, certaines formes de rémunération, ou qui permettent d'amortir le coût de l'emploi d'un manœuvre annuel20.

79Comparaison entre manœuvre annuel et abougnon : les valeurs-seuils des superficies à partir desquelles il devient plus intéressant pour le planteur de faire appel à un annuel plutôt qu'à un abougnon sont très variables selon les cultures : ananas-export 0,5 ha ; palmier à huile 2,3 ha ; cocotier 4,2 ha ; caféier-cacaoyer 15 ha. Ces chiffres montrent clairement que, caféières et cacaoyères exceptées, l'emploi d'un annuel devient rapidement plus avantageux pour le planteur que celui d'un abougnon, lorsque la superficie cultivée augmente ; ce, d'autant plus qu'ils n'intègrent pas l’"utilité" procurée par la disponibilité, pour le planteur, d'un manœuvre polyvalent.

80Comparaison entre abougnon et manœuvre contractuel, dans le cas du palmier à huile : lorsque la superficie croît, il devient plus intéressant pour le planteur d'employer des contractuels plutôt qu'un abougnon, la valeur-seuil pouvant être estimée à 0,7 ha.

81Emploi de manœuvres annuels et production au point mort : la superficie permettant d'atteindre le point mort (seuil d'équilibre des charges par les recettes), relativement à l'emploi de manœuvres annuels, est faible, mis à part les cas du caféier, du cacaoyer et de l'ananas-export : palmier 1 ha, cocotier 2 ha, caféières et cacaoyères 7,5 ha, ananas-export 0,2 ha. Il faut toutefois rappeler le caractère limité des superficies cultivées à Djimini-Koffikro : en moyenne, 3,4 ha pour le caféier et le cacaoyer traditionnels, 3,8 ha pour le palmier, 2,5 ha pour le cocotier hybride et 1 ha pour l'ananas-export ; ce qui aura une incidence certaine sur la capacité de financement des coûts en main-d'œuvre et sur la forme de rapport salarial.

L’appel à la main d'œuvre étrangère à l'unité de production : des situations contrastées

Types de cultures pratiquées et appel à la main-d’œuvre étrangère à l’unité de production

82Le tableau A55 (annexe 1) et la figure 15 présentent les données relatives à l'attitude des unités de production vis-à-vis de l'emploi de main-d'œuvre étrangère à l'unité de production.

83Une première distinction oppose les 144 unités de production faisant appel à de la main-d'œuvre extérieure aux 36 unités de production fonctionnant sur la base de la seule main-d'œuvre familiale. Les premières appartiennent principalement aux groupes "ananas" et "cultures arborées", les secondes, au groupe "cultures vivrières".

84Une seconde distinction concerne le type de main-d'œuvre à laquelle il est fait appel : rémunérée ou non rémunérée (groupes d'entraide). La différence est nette entre les unités de production du groupe "ananas", qui font intervenir principalement des groupes d'entraide, et celles du groupe "cultures arborées", ayant recours avant tout à des manœuvres agricoles rémunérés :

Tableau XXII. Emploi de main-d'œuvre rémunérée et participation aux groupes d'entraide, selon le type de cultures pratiquées (Djimini-Koffikro 1983-84)

Groupe "CV"

Groupe "ananas"

Groupe "cult. arborées"

UP participant à un groupe d'entraide

4

49

6

UP employant de la main-d'œuvre rémunérée

1

12

83

85Une troisième distinction concerne le type de main-d'œuvre rémunérée employée, contractuelle ou permanente/régulière. Deux pôles apparaissent dans le groupe des planteurs de cultures arborées, certains n'employant que des contractuels et d'autres des manœuvres permanents ou réguliers. L'emploi de contractuels répond, comme l'appel à un groupe d'entraide, à un besoin conjoncturel. La participation à un groupe d'entraide assure au moment opportun l'accès à la main-d'œuvre, en éliminant le problème de trésorerie que pose l'appel à des contractuels, mais impose la réciprocité. En revanche, l'emploi de contractuels se traduit par un coût monétaire mais évacue la contrainte de réciprocité. Aussi n'est-il guère étonnant que la majorité des planteurs de cultures arborées préfèrent l'utilisation de contractuels à la participation à un groupe d'entraide, les revenus réguliers tirés de la culture du palmier à huile permettant de payer les contrats. De surcroît, de nombreux planteurs, âgés, ne seraient pas en mesure d'offrir en retour une prestation en travail. A l'inverse, le déséquilibre structurel, selon les périodes du cycle cultural, entre les besoins en main-d'œuvre de la culture de l'ananas et les disponibilités en force de travail des unités de production, explique la possibilité de fonctionnement et l'intérêt des groupes d'entraide pour les exploitations du groupe "ananas", les temps morts des unes permettant de compenser la pointe de travail rencontrée par d'autres. Il arrive ainsi souvent, dans le cas des groupes de travail restreints, que les calendriers de plantation de deux unités de production soient déterminés de façon à éviter la concomitance des pointes de travaux.

Figure 15 - Combinaison des types d'apport de main-d'œuvre étrangère aux unités de production de Djimini-Koffikro.

Figure 15 - Combinaison des types d'apport de main-d'œuvre étrangère aux unités de production de Djimini-Koffikro.

L’emploi de main-d’œuvre rémunérée permanente ou régulière : facteurs discriminants

  • 21 18 UP emploient des annuels (dont les 5 UP du groupe "ananas"), 6, des mensuels et 5, des semestri (...)
  • 22 20 UP emploient des abougnon (9 sur palmiers, 6 sur caféiers ou cacaoyers, 3 sur caféiers ou cacao (...)

8661 des 180 unités de production de Djimini-Koffikro font intervenir des manœuvres permanents ou réguliers : 5 unités de production du groupe "ananas" et 56 du groupe "cultures arborées" (tableau A56, annexe 1). 29 exploitations emploient des manœuvres polyvalents21, 28, des manœuvres spécialisés22, les 4 autres unités de production associant ces deux types de rapports salariaux.

87Quels sont les facteurs qui influent sur l'emploi de manœuvres permanents ou réguliers, conditionnent le type de rapport salarial et limitent le nombre de manœuvres employés par les unités de production ?

Emploi de main-d'œuvre permanente ou régulière

88L'emploi de main-d'œuvre rémunérée par les unités de production du groupe "ananas" est réduit, car la contrainte foncière et surtout le coût des intrants - pour l'ananas-export - bloquent plus l'extension des superficies que les disponibilités en main-d'œuvre, la forte demande induite par les pointes de travaux étant satisfaite grâce à l'intervention des groupes d'entraide. La situation pourrait évoluer rapidement si la dynamique de croissance des superficies en ananas-export se confirmait à l'échelle des unités de production, étant donné les besoins importants en main-d'œuvre de la culture de l'ananas.

89Quatre critères s'avèrent être discriminants vis-à-vis de l'emploi de main-d'œuvre rémunérée permanente ou régulière par les unités de production du groupe "cultures arborées" (figure 16 ; voir également les tableaux A57 et A58, en annexe 1) :

Figure 16 - Emploi de main-d’œuvre salariée permanente ou régulière et superficie en cultures arborées (Djimini-Koffikro).

Figure 16 - Emploi de main-d’œuvre salariée permanente ou régulière et superficie en cultures arborées (Djimini-Koffikro).
  • L'absence de disponibilités en main-d'œuvre familiale, largement corrélée avec le critère de résidence du planteur. Dans 31 cas sur 56, l'emploi de main-d'œuvre rémunérée permanente ou régulière vient d'abord compenser l'absence totale de main-d'œuvre familiale. Près d'un employeur sur deux est un planteur absentéiste.
  • La présence de l'ananas dans le système de culture : près d'une unité de production sur deux qui emploient des manœuvres de façon permanente ou régulière, tout en disposant de main-d'œuvre familiale masculine, est productrice d'ananas.
  • La superficie en cultures arborées par unité de production, caféiers et cacaoyers traditionnels compris dans la mesure où l'analyse porte sur la main-d'œuvre rémunérée permanente et régulière. La superficie moyenne plantée par les unités de production disposant de main-d'œuvre familiale masculine est de 8,9 ha lorsqu'elles emploient des manœuvres permanents ou réguliers, de 4 ha dans le cas inverse. Pour les unités de production ne disposant pas d'actifs familiaux, cette superficie est de 4,3 ha lorsque des manœuvres permanents ou réguliers sont employés, de 1,9 ha dans le cas contraire.
  • La superficie en plantations arborées cultivée par actif familial masculin (pour les unités de production qui en disposent). Ce ratio est en moyenne de 3,9 ha lorsque les exploitations n'emploient pas de manœuvres permanents ou réguliers et de 7,4 ha si elles en emploient. Parmi ces dernières, le ratio est de 5,4 ha lorsque la culture de l'ananas est pratiquée, de 9,3 ha dans le cas contraire. Lorsque la culture de l'ananas n'a pas été adoptée, les manœuvres viennent d'abord compenser la faiblesse relative du nombre d'actifs familiaux ; lorsqu'elle a été adoptée, le ratio de 5,4 ha laisse supposer que pour ces unités de production mieux pourvues en main-d'œuvre familiale (en termes relatifs au moins), c'est bien la présence de l'ananas qui nécessite l'emploi de main-d'œuvre rémunérée permanente ou régulière.

90A l'inverse, les unités de production n'employant pas de manœuvre régulier ou permanent et faisant appel conjoncturellement à des contractuels ou à des journaliers sont principalement celles qui bénéficient de main-d'œuvre familiale masculine et dont la superficie en cultures arborées n'excède pas 6 ha (superficie moyenne par actif familial : 4 ha).

Déterminants du type de rapport salarial

91L'analyse des déterminants du type de rapport salarial instauré entre le manœuvre permanent ou régulier et le planteur est importante, le coût de la main-d'œuvre et sa disponibilité diffèrant sensiblement selon ce rapport.

92Les 5 producteurs du groupe "ananas" emploient uniquement des annuels. Nous avons vu qu'il s'agit de la main-d'œuvre la moins onéreuse pour le planteur ; les producteurs d'ananas originaires du Nord (et en particulier de Haute-Volta) ne semblent pas rencontrer de difficultés pour recruter ce type de main-d'œuvre, à la différence des autres responsables d'unités de production (cf. page 163).

93Le rapport salarial liant les manœuvres aux planteurs de cultures arborées diffère selon les cultures et superficies concernées et selon les disponibilités en main-d'œuvre familiale des planteurs (figure 17) :

  • Sont principalement concernées par l'emploi régulier de manœuvres spécialisés (abougnon et contractuels récoltant les régimes de graines de palme), les unités de production contrôlées par des planteurs absentéistes et disposant de superficies réduites (3 ha en moyenne) ne permettant pas d'amortir le coût de l'emploi d'un manœuvre permanent. Ces manœuvres spécialisés sont employés par les absentéistes quelles que soient les cultures arborées pratiquées. Les planteurs résidant à Djimini tendent, eux, à employer les abougnon sur des cultures "dévalorisées" comme le caféier, le cacaoyer, et le cocotier. Ils préfèrent, s'ils en ont l'opportunité, consacrer leur force de travail - et celle, éventuellement, de leurs manœuvres polyvalents - à des spéculations plus intéressantes : palmier à huile, ananas-export. Seuls les planteurs âgés ne disposant pas d'aides familiaux, ou dont la superficie plantée excède la capacité de travail familiale sans pour autant justifier l'emploi de manœuvres permanents, font appel à des abougnon sur palmiers ou, régulièrement, à des contractuels récoltants les régimes de graines de palme.
  • Trois types d'unités de production sont concernées par l'emploi permanent de manœuvres polyvalents : celles dont la superficie plantée en cultures arborées est importante23, quelles soient ou non contrôlées par des planteurs absentéistes ; celles qui ont adopté la culture de l'ananas, quelle que soit la superficie plantée en cultures arborées24 ; enfin, des unités de production disposant de superficies plantées faibles, voire nulles25, mais dont les responsables, salariés urbains, sont en mesure de rémunérer des manœuvres permanents et peuvent ainsi engager la reconversion de leurs disponibilités foncières.

Figure 17 - Type de main-d'œuvre salariée permanente ou régulière, nombre de manœuvres employés par les unités de production et superficie en cultures arborées (Djimini-Koffikro).

Figure 17 - Type de main-d'œuvre salariée permanente ou régulière, nombre de manœuvres employés par les unités de production et superficie en cultures arborées (Djimini-Koffikro).

94Au sein de chaque grand type de rapport salarial (main-d'œuvre polyvalente ou main-d'œuvre spécialisée), le mode de rémunération pratiqué n'est pas figé, mais fluctue selon des situations conjoncturelles : emplois alternatifs d'abougnon sur palmiers ou de contractuels réguliers, de semestriels ou d'annuels, selon les opportunités du marché du travail. Deux éléments peuvent cependant être soulignés. D'une part, l'emploi privilégié de contractuels réguliers plutôt que d'abougnon sur la culture du palmier, lorsque le planteur réside à Djimini-Koffikro ou, s'il est absentéiste, lorsqu'il a de la famille dans le village susceptible de gérer la plantation. D'autre part, la plus forte propension des planteurs absentéistes à employer des manœuvres mensuels, contrairement aux planteurs résidant à Djimini. Pour ces derniers, il s'agissait, lors des enquêtes, d'une situation souhaitée provisoire, les planteurs n'ayant pas trouvé à embaucher d'annuels ou de semestriels. En revanche, les absentéistes concernés emploient depuis plusieurs années des mensuels. Ce mode de rémunération est souhaité par de nombreux manœuvres, ce qui en facilite le recrutement.

Nombre de manœuvres employés

95A trois exceptions près, les planteurs employant une main-d'œuvre spécialisée ont un seul manœuvre, ce qui s'explique par les superficies réduites sur lesquelles interviennent ces derniers.

9618 unités de production emploient au moins deux manœuvres polyvalents. Il s'agit de producteurs d'ananas (8 UP du groupe "cultures arborées" et 2 UP du groupe "ananas") ou d'unités de production contrôlées par des absentéistes (6 UP). Certains de ces derniers ont des superficies limitées en cultures arborées (cf. fig. 17), ce qui témoigne une fois encore de la spécificité de ces exploitations dont les capacités de financement permettent de faire appel à des manœuvres même pendant la phase de reconversion.

Le nombre moyen de manœuvres par unité de production est de 0,9 dans les autres villages (tous villages confondus) ; 48 % des unités de production emploient un ou plusieurs manœuvres. Des différences existent selon les villages et le critère de résidence des planteurs (en tant que déterminant des disponibilités en main-d'œuvre familiale masculine).
Le nombre moyen de manœuvres permanents ou réguliers est faible à Kongodjan (0,3) et Assé-Maffia (0,5), plus important à Amangare (1,2) et Aboutou (1,5). Comme à Djimini-Koffikro, les plantations les plus dévalorisées (caféières et cocoteraies) sont confiées à une main-d'œuvre rémunérée par partage du produit. Les parcelles d'ananas, de palmiers et de cacaoyers restent exploitées par la main-d'œuvre familiale aidée éventuellement de manœuvres polyvalents, sauf lorsque le planteur ne réside pas dans le village et qu'il n'y dispose pas d'aides familiaux, auquel cas les travaux sont réalisés par les seuls manœuvres, polyvalents ou spécialisés.
Quatre facteurs influent à Djimini-Koffikro sur l'emploi de manœuvres permanents ou réguliers : l'absence de main-d'œuvre familiale masculine, la présence de l'ananas dans le système de culture, les superficies plantées en cultures arborées par unité de production et par actif familial. Les deux premiers critères s'avèrent moins pertinents à l’échelle des autres villages, où les planteurs ayant adopté la culture de l'ananas et les planteurs absentéistes sont moins nombreux. Par contre, les deux derniers facteurs jouent effectivement : la superficie plantée par unité de production disposant d'actifs familiaux est en moyenne de 12,7 ha lorsqu'elle emploie des manœuvres, de 6 ha seulement dans le cas inverse ; la superficie plantée par actif familial est en moyenne de 8,3 ha pour les exploitations employant des manœuvres, de 3,5 ha pour les autres.
A Assé-Maffia, les manœuvres viennent d'abord compenser l'absence d'actifs familiaux de certaines unités de production, les unités disposant de main-d'œuvre familiale pouvant généralement fonctionner sur cette seule base du fait de superficies plus faibles en plantations. A Aboutou et Amangare cette main-d'œuvre familiale, lorsqu'elle existe, ne suffit pas à la tâche ; la main-d'œuvre familiale semble être sous-employée à Kongodjan. L'emploi de manœuvres conduit donc à une adéquation globale du nombre d'actifs et des superficies plantées : la superficie moyenne plantée par actif familial ou rémunéré est de 4,1 ha pour les unités de production qui emploient des manœuvres, de 3,5 ha pour les autres ; à Djimini-Koffikro, ces chiffres sont de 3,1 et 3,4 ha. L'apport de la main-d'œuvre salariée conduit ainsi à un ajustement moyen des superficies cultivées par actif à 3 ou 4 ha, selon les villages, valeur comparable au seuil de superficie cultivable par actif évoqué pour Djimini.

Tableau XXIII. Superficie plantée et emploi de main-d'œuvre à Kongodjan, Amangare, Assé-Maffia et Aboutou

Tableau XXIII. Superficie plantée et emploi de main-d'œuvre à Kongodjan, Amangare, Assé-Maffia et Aboutou

Tous villages confondus et quel que soit le nombre d'actifs des unités de production, la superficie en cultures arborées par actif oscille entre 3,5 et 4,5 ha (tableau A59, annexe 1).

Disponibilités en force de travail et dynamiques culturales à Djimini-Koffikro

97Dans un premier temps, un bilan rapide de la main-d'œuvre masculine disponible par unité de production sera dressé ; puis on essaiera de tirer un enseignement de ces données, rapportées à la typologie des systèmes de culture et aux dynamiques culturales présentées précédemment.

98En moyenne, le nombre d'actifs masculins (main-d'œuvre permanente ou régulière, actifs familiaux ou rémunérés) est de 1,1 pour les unités de production du groupe "cultures vivrières", de 1,7 pour celles du groupe "ananas" et de 1,9 pour les unités du groupe "cultures arborées". De nettes différences existent pour ces dernières, selon le lieu de résidence du planteur et, parmi les unités de production dont le responsable réside à Djimini-Koffikro, entre celles qui pratiquent la culture de l'ananas et les autres (tableaux A60 et A61, annexe 1) :

99Ces disponibilités en main-d'œuvre doivent-elles être considérées comme des contraintes majeures subies par les unités de production ? En d'autres termes, y-a-t-il ajustement des superficies cultivées à la main-d'œuvre disponible ou, au contraire, ajustement de la force de travail à niveau donné de besoin en main-d'œuvre, déterminé par d'autres contraintes ? Le choix des cultures pratiquées détermine-t-il les disponibilités en main-d'œuvre de l'unité de production, ou est-il à l'inverse déterminé par elles ? La réponse à ces interrogations ne peut être que nuancée.

Groupe "cultures vivrières"

100On a déjà souligné le sous-emploi de la force de travail familiale de ces unités de production qui n'emploient pas de manœuvres permanents ou réguliers et ne participent que pour une minorité d'entre elles à un groupe d'entraide. La faiblesse des superficies cultivées par unité de production doit donc être expliquée par d'autres contraintes (foncière principalement) ou par la stratégie de producteurs assignant aux produits vivriers un simple rôle d'appoint dans les activités visant à procurer un revenu monétaire, relativement au travail agricole rémunéré.

Groupe "ananas"

101Dans les conditions de production prévalant en 1983/84, les contraintes à l'extension des superficies cultivées en ananas provenaient moins d'un blocage en main-d'œuvre, résolu grâce à la participation aux groupes d'entraide (ou, plus rarement, par l'emploi de manœuvres contractuels) que, pour l'ananas-export, du niveau élevé des coûts de production et de la difficulté de trouver les rejets et, pour l'ananas de conserve, de l'attribution par la SODEFEL de superficies limitées. Il est toutefois certain qu'en cas d'extension sensible des superficies, l'intensité de la production d'ananas en termes d'utilisation du facteur travail deviendrait très rapidement une contrainte majeure.

Groupe "cultures arborées"

102L'analyse portera sur les relations existant entre le facteur travail et l'adoption de la culture de l'ananas d'une part, la mise en valeur des disponibilités foncières d'autre part.

103Contrainte en main-d'œuvre et adoption de la culture de l'ananas. Pour la majorité des unités de production du groupe "cultures arborées", la non-adoption de la culture de l'ananas peut être expliquée par une contrainte en main-d'œuvre. C'est le cas, en particulier, des planteurs absentéistes et de nombreux résidents, souvent âgés, disposant d'une force de travail familiale réduite et dont les superficies limitées en cultures sélectionnées ne permettraient pas le financement de l'intervention d'une main-d'œuvre rémunérée susceptible de pallier le manque relatif de main-d'œuvre familiale. Aussi a-t-on déjà constaté que les unités de production ayant adopté la culture de l'ananas bénéficient d'une main-d'œuvre familiale supérieure aux autres ou (et) de superficies en plantations supérieures à la moyenne. Ces unités de production disposaient initialement des moyens de dépasser l'une des contraintes majeures de la culture de l'ananas - ses besoins en main-d'œuvre - par la mise en œuvre d'une force de travail familiale sous-employée (petits planteurs contrôlant un nombre élevé d'actifs familiaux, par rapport à la superficie en plantations) ou par l'emploi de main-d'œuvre rémunérée (grands planteurs). Pour ces planteurs ayant pu franchir le cap initial de la création de la première parcelle, l'obstacle à l'extension des superficies semble moins provenir, actuellement, d'une contrainte en main-d'œuvre que du coût des rejets et des intrants, dans le cas de l'ananas-export.

104Contrainte en main-d'œuvre et contrainte foncière. L'intensité de la contrainte foncière pour les unités de production ayant eu accès à la propriété de la terre a été précédemment évaluée. Il semble intéressant de croiser les deux analyses, de la contrainte foncière et de la contrainte en main-d'œuvre, afin de proposer une typologie des unités de production du groupe "cultures arborées" intégrant simultanément ces facteurs déterminants.

105La superficie S suivante sera retenue comme indicateur du blocage foncier, dans l'hypothèse d'une coupe progressive des vieilles caféières et cacaoyères :

S = Superficie totale du patrimoine foncier - [superficie en cultures arborées sélectionnées + superficie louée au GVC + 3 ha destinés au fonctionnement d'un système vivrier-jachère]

106Sur ces bases, 47 exploitations subissent une contrainte foncière en 1983/84 (S ≤ 1 ha), 28 bénéficient de disponibilités foncières (S ≥ 5 ha) et 22 sont en situation intermédiaire.

  • 26 En deçà, une mise en valeur est possible à court terme sur la base de la force de travail disponib (...)

107Quelles sont les disponibilités en main-d’œuvre masculine permanente, familiale ou salariée, des 50 exploitations ne subissant pas réellement de contrainte foncière (les abougnon ne sont pas pris en compte car n'intervenant pas dans la création des plantations) ? 8 d'entre elles ne bénéficient d'aucune force de travail permanente. La situation des 42 autres unités de production est variable, mais reste marquée par un déficit sensible en main-d'œuvre, au regard de leurs disponibilités foncières : la superficie disponible par actif (S/nombre d'actifs masculins) est supérieure à 3 ha dans 26 cas, à 5 ha pour 15 unités de production. Avec le chiffre de 3 ha par actif comme valeur seuil26, 34 unités de production connaissent un déficit sensible en main-d'œuvre, par rapport aux superficies qui pourraient être mises en valeur.

108Au-delà d'une précision illusoire, ces chiffres montrent bien l'hétérogénéité du groupe "cultures arborées", face aux contraintes en terre et en force de travail. La perception de la contrainte en main-d'œuvre par l'utilisation du ratio "S/actif permanent" doit toutefois être relativisée. Il convient en effet de distinguer les unités de production sur lesquelles pèse une contrainte absolue en main-d'œuvre, de celles pour lesquelles cette contrainte n'est que relative, les premières ne disposant pas des moyens de financer le recours à une main-d'œuvre salariée temporaire pour la création de nouvelles plantations. Il s'agit principalement d'exploitations contrôlées par des planteurs âgés, sans aides familiaux masculins et dont le patrimoine foncier est important mais les superficies en production, réduites. Pour ces 14 unités de production, la contrainte en force de travail constitue un facteur de blocage absolu, vis-à-vis de la mise en valeur des disponibilités foncières. A l'inverse, une mise en valeur progressive est envisageable pour les unités de production qui ont la capacité de financer un recours à la main-d'œuvre temporaire, par des revenus "urbains" (11 UP) ou agricoles (8 UP) ; une "potentialité de démarrage" ou d'extension existe donc, pour ces unités de production.

109En conclusion, l'analyse des modalités de résolution des besoins en force de travail à Djimini a permis de révéler un certain nombre d'éléments significatifs.

110Le contraste est fort, dans le type de main-d'œuvre étrangère à l'unité de production à laquelle il est fait appel, entre unités de production du groupe "ananas" faisant intervenir des groupes d'entraide, celles du groupe "cultures arborées", employant des contractuels ou une main-d'œuvre rémunérée permanente ou régulière, et les unités de production du groupe "cultures vivrière" fonctionnant pratiquement sur la seule base d'une force de travail familiale.

111Les différents types d'apport de main-d'œuvre répondent à des besoins distincts. Pour les unités de production du groupe "ananas", il s'agit de pallier un déficit temporaire en main-d'œuvre, lors des pointes de travail liées à certaines phases culturales. Deux groupes ont été distingués parmi les unités de production pratiquant des cultures arborées : d'une part, celles employant une main-d'œuvre rémunérée permanente ou régulière et, parfois, des contractuels ; d'autre part, celles qui se limitent à l'appel conjoncturel à des contractuels. Les premières ne disposent d'aucune main-d'œuvre masculine familiale (planteurs absentéistes le plus souvent) ou, dans le cas contraire, cette main-d'œuvre s'avère insuffisante : unités de production ayant adopté la culture de l'ananas et/ou dont la superficie en cultures arborées est importante. Les secondes disposent de main-d'œuvre familiale ; leurs besoins sont limités par de faibles superficies en cultures arborées et la non-adoption de la culture de l'ananas. L'embauche de contractuels permet de répondre, le cas échéant, à une pointe de travail ou de faire réaliser une tâche qu'un planteur âgé n'est pas en mesure d'assumer. La faible participation de ces unités de production à des groupes d'entraide s'explique par le principe de réciprocité qu'implique cette formule, contrainte à laquelle sont sensibles les planteurs âgés ou occupés régulièrement par leurs propres cultures.

112Les unités de production du groupe "cultures arborées" employant des manœuvres réguliers sont soit celles qui ne comptent pas d'actifs familiaux et dont les superficies plantées, réduites, ne justifie pas l'emploi d'une main-d'œuvre salariée permanente ; soit celles qui préfèrent consacrer leurs disponibilités en force de travail familiale aux cultures jugées les plus importantes et confient à des abougnon les vieilles plantations de caféiers ou de cacaoyers, ou les cocoteraies.

113Un constat identique ressort de l'analyse des enquêtes conduites dans les autres villages. Les unités de production employant des manœuvres permanents sont également, pour certaines, des unités de production ne disposant pas de main-d'œuvre familiale et dont la superficie plantée est faible. Mais elles disposent de réserves foncières, mises progressivement en valeur grâce à l'emploi de ces manœuvres rémunérés par un transfert de revenus urbains. Les autres unités de production concernées sont celles qui ont adopté la culture de l'ananas et/ou celles dont la superficie en cultures arborées sélectionnées est élevée, relativement à des disponibilités en force de travail familiale toujours limitées.

114Le coût de la main-d'œuvre rémunérée est variable selon le type de rapport salarial. Calculé sur une base journalière, l'emploi de manœuvres annuels ou semestriels est préférable pour le planteur. Le recours aux journaliers, mensuels, contractuels et abougnon est beaucoup plus coûteux, surtout dans le cas des abougnon sur palmiers et des contrats de récolte des régimes de graines de palme. Toutefois, bien que plus onéreux dans une comparaison établie sur une base journalière, ces rapports salariaux - contractuels et abougnon en particulier - peuvent être plus adaptés aux besoins du planteur lorsque les superficies cultivées sont limitées et ne permettent pas d'amortir l'emploi d'un manœuvre permanent.

115La main-d'œuvre ne représente pas un facteur limitant pour les unités de production du groupe "cultures vivrières", dont la force de travail familiale est sous-employée. Les unités de production du groupe "ananas" résolvent le problème des pointes en travail, lors de certaines phases culturales, grâce à leur participation à des groupes d'entraide. Au stade actuel du développement de la culture de l'ananas à Djimini-Koffikro, marqué par la faiblesse des superficies en jeu, il ne semble pas que le travail constitue un facteur de blocage de l'extension de la culture. Il deviendrait toutefois rapidement un facteur limitant si les contraintes majeures présentes (coût des rejets en particulier) venaient à s'atténuer. Le cas des unités de production du groupe "cultures arborées" est plus différencié. Le travail peut être un facteur limitant de la production, à un double titre.

116D'une part, il joue négativement vis-à-vis de l'adoption de la culture de l'ananas, sauf pour ceux qui ont des superficies réduites en plantations relativement à leur force de travail familiale, ou qui disposent d'une capacité de financement autorisant l'emploi de main-d'œuvre rémunérée. D'autre part, il explique la faible reconversion de certains patrimoines fonciers importants.

117On a rappelé, dans la figure 18, les éléments essentiels d'une typologie des unités de production de Djimini-Koffikro, fondée sur le type de cultures pratiquées, le critère de résidence du chef d'exploitation, l'existence ou non d'une main-d'œuvre familiale masculine et le type de main-d'œuvre étrangère à l'unité de production à laquelle cette dernière fait éventuellement appel.

Figure 18 - Les unités de production de Djimini-Koffikro : éléments de typologie.

Figure 18 - Les unités de production de Djimini-Koffikro : éléments de typologie.

MOFM : unités de production disposant de main-d'œuvre familiale masculine
Ananas/Pas d'ananas : unités de production ayant adopté ou non la culture de l'ananas
MOE/Pas d'appel à MOE : intervention ou non d'une main-d'œuvre étrangère à l'unité de production
MOS : unités de production employant une main-d'œuvre rémunérée
G : intervention de groupes d'entraide
P/R : emploi de manœuvres permanents ou réguliers
P : emploi de manœuvres permanents
R : emploi de manœuvres réguliers
C : emploi de contractuels (mentionné uniquement pour les UP pour lesquelles il s'agit de la seule forme de main-d'œuvre rémunérée employée)

1 - Débroussage d'une jachère à Eupatorium.

2 - Parcelle préparée pour une plantation d'ananas.

3 - La plantation de l'ananas.

4 - Eparpillage des rejets d'ananas sur les parcelles.

5 - Pied d'ananas.

1 - Une palmeraie villageoise.

2 - Régimes de graines de palme.

3 - Cocoteraie GOA abattue.

4 - Nouvelle plantation de palmiers, installée après l'abattage d'une cocoteraie GOA.

1 - Association ananas - maïs.

2 - Association palmier - patate douce.

3 - Association palmier - ananas.

1 - Parcelle de maïs semé après une récolte d'ananas.

2 - Buttes d’ignames.

3 - Stockage de l'igname sur claies.

Vers une raréfaction de l'offre de travail rémunéré ?

Blocage foncier et accès à la main-d'œuvre : les ternies d'un débat

  • 27 Cette argumentation, développée dès 1963 par Gosselin dans une perspective voisine, est également (...)

118Dans le contexte de la phase pionnière d'économie de plantation, la nécessité d'articuler les analyses du système foncier et de l'accès à la main-d'œuvre salariée a été soulignée ou évoquée implicitement par maints auteurs. Le nœud central de ces analyses tient en ce que l'objectif, à terme, des migrants salariés agricoles serait d'accéder au statut de planteur, grâce à l'octroi, par leurs employeurs, d'une parcelle de forêt noire à défricher pour leur propre compte ; le contrôle social exercé par le planteur sur la forêt lui assurant ainsi un accès privilégié à la main-d'œuvre. Chauveau et Richard [1983, p. 97] soulignent à cet égard la fonction implicite de la terre, "condition permissive à l'utilisation de main-d'œuvre salariée", et la contradiction inhérente à la dynamique d'accès à la main-d'œuvre par cession de forêts : "Pour avoir plus de main-d'œuvre, il faut avoir de la terre à céder ; la terre attire un « prolétariat » rural en même temps qu’elle lui offre les possibilités de se « déprolétariser »". D'où la réticence des auteurs à qualifier les rapports de production entre planteurs et manœuvres de rapports de salariat capitaliste : la force de travail ne s'offre que momentanément comme marchandise, l'objectif d'accès à la terre du manœuvre influe sur les relations entre employeur et employé, très personnalisées le plus souvent, et le qualificatif de capitaliste ne peut s'appliquer aux planteurs en l'absence de reproduction élargie de l'appareil de production27.

119Ces analyses laissent augurer une baisse sensible - sinon un arrêt total - du flux migratoire, dès lors que l'accès à la terre pour le manœuvre, par droit de culture accordé par le planteur, devient impossible du fait de la disparition de réserves foncières cessibles : "(...) une pénurie de terres (...) doit être alors jugée moins comme une limite qui s'impose à l'extension des plantations que comme un frein au moteur de l'immigration pourvoyeuse de main-d'œuvre" [Chauveau et Richard, 1983, p. 97].

120L'observation des pratiques rencontrées à Djimini-Koffikro permet-elle de confirmer ces vues prospectives ?

121Une première remarque s'impose : l'accès à la terre demeure l’axe d'un rapport social de production dans les cas d'extorsion d'une rente en travail par les propriétaires fonciers. Les deux instances, terre et travail, sont comme à l'époque pionnière imbriquées, mais cette articulation se traduit par un accès provisoire à la terre pour le travailleur, et par une disponibilité spécifique en force de travail pour le propriétaire foncier (gain d'un débroussage, de l'entretien de parcelles). La "complémentarité fonctionnelle" entre producteurs sans terre et propriétaires fonciers ne se limite pas aux seuls cas de rentes en travail, certes fréquents à Djimini-Koffikro mais dont on ne peut considérer qu'il s'agisse d'un mode généralisé et structurel de fonctionnement. Elle apparaît également dans le cadre de rapports de production plus formels (cf. infra). Les cas de rente en travail exclus, on se trouve en présence, à Djimini-Koffikro, d'une totale déconnexion entre le marché de la force de travail et le marché foncier. Aussi la question de la disponibilité en main-d'œuvre rémunérée s'avère-t-elle particulièrement intéressante.

122Les problèmes majeurs d'une analyse argumentée et dynamique de cette question restent le manque de références fiables sur l'emploi antérieur de main-d'œuvre salariée, et l'évolution des systèmes de culture, en particulier le vieillissement et l'abandon du verger caféier et cacaoyer et son remplacement progressif par de nouvelles cultures. Il s'agirait de comparer des disponibilités en main-d'œuvre alors que les termes de la comparaison restent inconnus, que les cultures pratiquées ne sont plus les mêmes et que les superficies peuvent avoir varié fortement. Le caractère périlleux de l'exercice apparaît clairement. Aussi tenterons-nous simplement de mettre en évidence, qualitativement, une évolution dans la nature des rapports de production, en termes de régression ou de développement de certaines formes de rémunération. L'analyse portera ensuite sur l'attitude des planteurs et des manœuvres vis-à-vis des divers statuts de la force de travail rémunérée.

Esquisse de l'évolution des rapports de production à Djimini-Koffikro

123Trois phases peuvent être distinguées dans l'évolution des rapports de production à Djimini-Koffikro : une première période, allant des premières plantations réalisées dans le village à l'abolition du travail obligatoire, une seconde, couvrant la phase du boom caféier, la troisième correspondant à la régression de la production caféière et à l'extension des palmeraies.

124Pendant la première phase, l'emploi de manœuvres semble avoir été marginal. L'extension des plantations était limitée par les réquisitions au titre du travail obligatoire pour des chantiers de pistes, qui auraient été relativement importantes en raison du faible peuplement du village et du nombre réduit d'hommes par cellule familiale. Seuls quelques planteurs employaient des aboussan sur les caféières (les aboussan perçoivent le tiers de la valeur de la production, en étant généralement logés et nourris). L'essentiel des travaux était réalisé par la main-d'œuvre familiale et, pour certaines tâches comme le défrichement ou le buttage, par des groupes d'entraide. Il arrivait que soient employés des contractuels ; il s'agissait souvent de planteurs nouvellement installés, dont les caféières ou cacaoyères n'étaient pas encore entrées en production. Il faut évoquer également l'apport, pour les "tuteurs", de l'aide des nouveaux migrants, planteurs ou futurs planteurs, qu'ils hébergeaient et à qui, parfois, ils avaient accordé un droit de culture.

  • 28 Boutillier [1960] souligne l'essor du travail rémunéré, en pays agni, dans les années qui suivent (...)

125Cette situation va évoluer avec l'avènement de l'âge d'or du caféier à Djimini-Koffikro, entre le début des années 1950 et les années 1960. Affluent alors les "6 mois" baoulé (saisonniers s'employant le plus souvent auprès de planteurs de même famille ou de même origine villageoise), et les manœuvres, employés comme aboussan ou abougnon selon le niveau de production des plantations. L'emploi des annuels semble avoir été marginal, celui des mensuels inconnu, les planteurs continuant à employer éventuellement des contractuels pour certaines tâches comme les défrichements28.

126Le vieillissement et la mort des caféières et des cacaoyères, à partir de la fin des années 1960, conduisent à la disparition du partage au tiers ; seul reste pratiqué, jusqu'à l'abattage des plantations, l'abougnon, partage par moitié de la production. Les "6 mois" baoulé cessent de venir à Djimini-Koffikro, attirés par d'autres régions (Centre-Ouest, Sud-Ouest) où la production est meilleure et où demeurent des possibilités d'accès à la terre. La main-d'œuvre familiale régresse également chez les Baoulé, du fait du vieillissement des planteurs, du développement de la scolarisation et de la difficulté, pour les responsables d'unité de production, d'attirer à Djimini-Koffikro des parents auxquels ils ne peuvent laisser entrevoir, à terme, l'accès à une forêt noire pour leur propre installation. Parallèlement, avec l'apparition de nouvelles cultures (palmier, ananas) dont la production n'est plus rythmée par l'époque de la traite mais nécessite un travail continu durant l'année, se développe l'emploi de manœuvres annuels et s'opère un transfert du mode dominant de rémunération du travail dans les caféières (abougnon) vers les autres cultures. Ce transfert reste limité par son coût, par rapport à l'emploi d'annuels (lorsque la superficie cultivée est suffisante) ou de contractuels (en particulier dans le cas de la culture du palmier). Enfin, les planteurs absentéistes, salariés urbains, ont été à l'origine de l'introduction de l'emploi d'une main-d'œuvre permanente polyvalente dont la rémunération est mensualisée.

Profil des manœuvres

127119 manœuvres agricoles ont été recensés à Djimini-Koffikro, en 1983/84 (non compris les aides familiaux de responsables d'unités de production, manœuvres occasionnels). 66 manœuvres n’exercaient pas d'autres activités et 53 étaient manœuvres à temps partiel, planteurs de cultures arborées, 31 producteurs d'ananas (soit plus d'un producteur d'ananas sur deux) et 20 cultivateurs de produits vivriers.

128Ces différentes catégories de manœuvres se trouvent insérées dans des rapports de production relativement spécifiques.

129Les producteurs d'ananas réalisent des contrats ou travaillent occasionnellement comme journaliers ; un seul est abougnon. Pour ces producteurs, la formule contractuelle, très souple, permet de concilier les travaux sur leurs propres parcelles, avec une activité rémunérée, pendant les temps morts de leur culture. Les producteurs de cultures vivrières n'ont pas les mêmes contraintes : 12 sont abougnon et contractuels, les 8 autres uniquement contractuels. Des 66 manœuvres sans activité autonome de producteur agricole, 48 sont annuels, semestriels ou mensuels, 14 réalisent uniquement des contrats et 4 sont abougnon. Le faible nombre d'abougnon s'explique par le fait que ces derniers, plus disponibles que les manœuvres permanents, cherchent à créer leurs propres parcelles de cultures vivrières et sont alors recensés avec les manœuvres à temps partiel.

130Un élément essentiel du marché du travail à Djimini-Koffikro est donc l'existence d'un groupe de manœuvres à temps partiel, producteurs sans terre, constituant un volant de main-d'œuvre temporaire. Le suivi annuel réalisé en 1983/84 apporte quelques éléments d'information concernant les bénéficiaires de ce travail et à l'importance des activités salariées dans l'emploi du temps du producteur-manœuvre. Sur une année, le producteur d'ananas vend en moyenne sa force de travail pendant 47 jours, le producteur de cultures vivrières pendant 88 jours. Ces chiffres passent respectivement à 62 et 109 jours par an si l'analyse est limitée aux seuls producteurs ayant eu une activité salariée pendant la durée de l'enquête (excluant ainsi les membres de l'échantillon qui n'ont pas vendu leur force de travail). Rapportés (avec les réserves d'usage) à l'ensemble des producteurs concernés, ces résultats permettent d'évaluer à l'équivalent de 13 emplois de manœuvres permanents le nombre de journées de travail salarié des producteurs-manœuvres, soit près du tiers du nombre total des manœuvres permanents.

Tableau XXIV. Groupes d'unités de production et types de cultures bénéficiant du travail des manœuvres-producteurs agricoles à temps partiel (pour 100 journées de travail à Djimini-Koffikro)

Tableau XXIV. Groupes d'unités de production et types de cultures bénéficiant du travail des manœuvres-producteurs agricoles à temps partiel (pour 100 journées de travail à Djimini-Koffikro)

131Les producteurs d'ananas-manœuvres à temps partiel travaillent 84 jours sur 100 (rémunérés) pour les planteurs de cultures arborées, les producteurs de cultures vivrières, 91. On note une relative spécialisation des premiers dans les travaux consacrés à la culture de l'ananas, en particulier au bénéfice de planteurs de cultures arborées qui l'ont adoptée.

132La présence à Djimini-Koffikro de producteurs sans terre, manœuvres à temps partiel, permet la stabilisation d'un volant de main-d'œuvre non négligeable, utilisé principalement par les producteurs-propriétaires fonciers, ces derniers bénéficiant de surcroît des diverses formes de rente en travail liées à l'accès temporaire à la terre, non quantifiées ici. Les disponibilités en force de travail des producteurs sans terre viennent ainsi "s'articuler" aux disponibilités foncières et aux besoins en force de travail des planteurs-propriétaires fonciers.

  • 29 Sur les 66 manœuvres enquêtés, 23 sont ghanéens, 20 voltaïques, 10 togolais, 8 originaires du nord (...)

133En revanche, la perspective d'installation à Djimini-Koffikro, en tant que producteur agricole indépendant, ne revêt pas un rôle stabilisateur dominant pour les manœuvres qui n'ont pas d'autre activité : seuls 9 manœuvres sur 66 ont en projet cette installation. 7 autres pensent rester manœuvres à Djimini-Koffikro pour une durée indéterminée, la majorité, 50 sur 66, envisagent un proche retour dans leur pays, le plus souvent pour apprendre et exercer un métier non agricole, dans la mécanique, la menuiserie, le bâtiment ou, fréquemment, le commerce, en y investissant les économies réalisées à Djimini-Koffikro (achat du matériel nécessaire ou constitution d'un stock initial). Des spécificités nationales apparaissent nettement, dans ces projets29. Les Ghanéens et les Togolais, groupes nationaux qui ne se présentent à Djimini-Koffikro qu'en tant que fournisseurs de main-d'œuvre salariée, sont les plus instables, puisqu'ils envisagent un retour rapide "au pays" pour une insertion dans le secteur informel. Par contre, les Voltaïques et les "Ivoiriens du Nord" projettent dans leur majorité l'installation à Djimini-Koffikro comme producteurs d'ananas, ou la perpétuation de leur statut de manœuvre.

  • 30 Selon le "modèle dominant" d'économie de plantation villageoise, c'est le projet d'installation du (...)

134Le groupe d'individus fournisseurs de main-d'œuvre salariée se compose ainsi de deux sous-groupes nettement distincts quant à leurs statuts, leurs objectifs et donc leur stabilité et leur disponibilité pour les employeurs. D'une part, des manœuvres qui ont pour objectif l'accumulation d'un pécule et le retour au pays d'origine. Le "moteur" de l'insertion de ces manœuvres dans des rapports salariaux à Djimini-Koffikro (ou en Côte d'Ivoire, en règle générale) est plus la situation économique dans le pays d'origine (crise au Ghana par exemple) que la dynamique interne de l'économie de plantation30. D'autre part, des producteurs agricoles à temps partiel (ou des manœuvres prévoyant de s'installer comme producteurs), producteurs sans terre, stabilisés à Djimini-Koffikro par la possibilité d'y pratiquer des cultures pour leur propre compte - en particulier celle de l'ananas - et pour lesquels une activité rémunérée représente un complément de ressources.

Planteurs et manœuvres face aux rapports de production

13535 employeurs et 66 manœuvres ont été interrogés dans le cadre d'une enquête d'opinion relative aux rapports de production.

L’attitude des planteurs

136Le salariat à l'année est le mode de rémunération des manœuvres jugé le plus intéressant par les planteurs. Les annuels ont la réputation de bien travailler dès lors qu'ils sont surveillés, d'être toujours disponibles - les champs sont donc bien entretenus - et ils reviennent "moins cher" que les contractuels ou les mensuels. Les inconvénients ? Ces manœuvres sont "difficiles à trouver" et, bien sûr, "coûtent trop cher" ; mais il s'agit là d'un handicap qui semble caractériser, aux yeux des planteurs, tous les types de main-d'œuvre à Djimini-Koffikro. La différence de coût entre les diverses formes de rémunération est toutefois bien perçue. Un avantage souvent évoqué dans les discussions est l'impossibilité pour l'annuel de quitter son employeur tant que le contrat n'est pas terminé ; le souci majeur de la stabilisation d'une main-d'œuvre particulièrement mobile ressort clairement. Les planteurs voltaïques et n’zima semblent bénéficier d'une "rente ethnique" leur permettant d'accéder, plus facilement que les autres, à une main-d'œuvre de même origine (Ghanéens pour les N'zima). Pour les planteurs, les semestriels présentent l'inconvénient d'une durée d'emploi brève. L'employeur doit se mettre en quête de manœuvres tous les 6 mois, ce qui peut l'obliger à faire appel à une main-d'œuvre occasionnelle coûteuse (journaliers ou contractuels). Le risque est plus marqué encore avec les mensuels : "les mensuels sont libres de partir" ; de surcroît, leur emploi s'avère coûteux. Leur recrutement est toutefois facilité par une offre importante, émanant le plus souvent de Ghanéens ou de Togolais. Les planteurs ne font appel aux contractuels et aux journaliers que s'ils sont "pressés", car leur emploi est onéreux et, de plus, les premiers n'ont pas la réputation de travailler toujours correctement. Comme les mensuels, il s'agit d'un type de main-d'œuvre facile à recrûter à Djimini-Koffikro. L'emploi des contractuels pour la récolte des régimes de graines de palme présente un cas différent de celui des autres contractuels, puisque le manœuvre est payé selon la production. Les planteurs considèrent que le travail est réalisé correctement et que ces manœuvres sont "faciles à trouver". Ils sont employés quand le planteur est "pressé", s'il s'absente temporairement du village ou, dans le cas des planteurs absentéistes, s'ils disposent d'amis ou de membres de la famille à Djimini-Koffikro qui puissent superviser le travail et engager des contractuels pour les autres travaux ; dans le cas contraire leur préférence semble aller aux abougnon. L'avantage des abougnon serait, pour les planteurs absentéistes, la garantie d'un entretien correct des plantations, le report sur le manœuvre du souci de la gestion des travaux et le fait qu'il n'y ait pas de dépenses à engager. Ces avantages se retrouvent pour les planteurs résidant à Djimini-Koffikro, mais pour des cultures sur lesquelles le planteur ne veut pas "perdre de temps" (caféier, cocotier).

137En définitive, la difficulté pour les planteurs est moins de trouver de la main-d'œuvre, que des manœuvres prêts à accepter l'instauration de certains rapports de production et tout particulièrement (sinon uniquement) le salariat annuel. Le problème est plus le coût et l'instabilité de cette main-d'œuvre que sa disponibilité globale. Il est ainsi révélateur que le nombre de manœuvres employés corresponde au nombre de manœuvres jugés nécessaires par les employeurs. Le sentiment est donc plus celui de l'inadéquation du type de rapport salarial (quant à son coût, sa disponibilité et sa stabilité) que "l'absence de main-d'œuvre" en tant que telle, du moins pour les employeurs de manœuvres polyvalents. Une grille "type de main-d'œuvre employée/type de main-d'œuvre souhaitée" fait apparaître une concordance pour les employeurs d'annuels, d'abougnon, et de contractuels récoltant les régimes de graines, et une discordance pour les employeurs de mensuels et de semestriels, qui jugeraient préférable d'employer des annuels. Quatre critères interviennent donc dans le jugement du planteur vis-à-vis de l'emploi de main-d'œuvre salariée : son coût, sa stabilité, la facilité de recrûtement et son aspect "pratique", adapté aux besoins. Un cinquième facteur pourrait intervenir, l'origine ethnique du manœuvre. La réputation des Ghanéens, auprès des employeurs, est particulièrement défavorable : ils seraient paresseux, voleurs, profondément instables. En revanche, les Mossi, grands travailleurs, seraient plus difficiles "à trouver" et plus chers car... "ils veulent tous faire de l'ananas".

La réplique des manœuvres

138L'attitude des manœuvres vis-à-vis des différents rapports salariaux diffère sensiblement selon leurs objectifs : accumulation d'un pécule puis retour vers le pays d'origine, ou installation comme producteurs agricoles.

139Les manœuvres à temps partiel se déclarent satisfaits de leur emploi, adapté à leurs disponibilités en travail : contrats pour les producteurs d'ananas, abougnon et contrats pour les producteurs de cultures vivrières.

140Les manœuvres sans autre activité, eux, recherchent plus particulièrement les emplois de mensuels et, à un moindre degré, ceux d'annuels et d'abougnon :

Mode de rémunération actuel

Mode de rémunération souhaité

Uniquement contractuels

14

2

Abougnon

4

12

Mensuels

19

35

Semestriels

10

3

Annuels

19

14

141Le seul emploi de contractuel n'est pas jugé satisfaisant car "on n'est pas sûr de gagner toujours des contrats", l'appel à cette main-d'œuvre connaissant des périodes de fortes demandes à l'époque des débroussages de parcelles pour les cultures vivrières, avant la grande saison des pluies, mais également des périodes où les propositions d'emploi sont rares. A titre complémentaire, ce type de travail est apprécié car "on touche son argent tout de suite" et "on n'est pas embêté par le patron". La formule "abougnon" - particulièrement pour les plantations de palmiers - est une forme de rapport de production recherchée par les manœuvres, car "on est son propre patron" et il est possible de réaliser, en sus, des contrats. Il en va de même pour les emplois de mensuels, fort recherchés car rémunérateurs et présentant l'avantage, pour les Togolais et les Ghanéens, de permettre de "bouger vite", une fois réalisées quelques économies. Cet argument, positif, de l'absence d’obstacle à la mobilité est fréquemment cité par les manœuvres qui n'ont pas pour objectif une installation à Djimini-Koffikro. Par contre, lorsque la capacité de mobilité à court terme n'est pas recherchée, un emploi d'annuel permet de réaliser des économies forcées, puisque pendant une année aucune dépense n'est engagée et que la tentation de dépenser ne se présente pas. Le statut de semestriel, intermédiaire entre celui de mensuel et celui d'annuel, n'est pas particulièrement recherché.

142Globalement, 58 % des manœuvres enquêtés sont satisfaits par le rapport salarial dans le cadre duquel ils vendent leur force de travail. La comparaison avec le taux de satisfaction des planteurs - 78 % - tend à montrer que la tension sur le marché de l'emploi ne présente pas de déséquilibre marqué en faveur des manœuvres, comme pourrait le laisser croire le discours des planteurs. L'importance relative du nombre de semestriels employés, mode de rémunération souhaité ni par les planteurs ni par les manœuvres, suggère plutôt une situation actuelle d'équilibre, par l'instauration d'un compromis entre les statuts d'annuel et de mensuel.

Notes

1 Un aide familial : 36 UP, deux aides familiaux : 17 UP, 3 aides familiaux : 1 UP (tableau A45, annexe 1).

2 En considérant les seules unités de production dont les responsables résident à Djimini-Koffikro, afin d'éliminer le biais lié à l'existence d'un nombre important de Baoulé absentéistes parmi les planteurs de cultures arborées.

3 Le nombre d'actifs familiaux masculins est de 1,4 en moyenne dans les autres villages enquêtés et de 1,6 après exclusion des planteurs absentéistes : Kongodjan 2,5 ; Assé-Maffia 1,4 ; Amangare 1,5 ; Aboutou 1. L'élément le plus marquant est la forte disponibilité en actifs familiaux des exploitations de Kongodjan, qui corrobore les observations précédentes relatives aux exploitations dioula.

4 Environ la moitié des unités de production comptant 2 ou 3 actifs cultivent de l'ananas, contre 14 % pour celles ayant un seul actif familial masculin.

5 La composition de l'échantillon était de 46 hommes et 40 femmes. Cet échantillon comptait 13 unités de production du groupe "cultures arborées", 15 du groupe "ananas" et 6 du groupe "cultures vivrières". Les caractéristiques des personnes enquêtées (sexe et groupes d'unités de production) sont données dans le tableau A51, en annexe 1.

6 A titre de comparaison, l'enquête réalisée par la SEDES dans le Sud-Est [1967, tome Agriculture I, page 63] estime le nombre annuel de journées de travail agricole à 113 pour les hommes et 103 pour les femmes, soit sensiblement moins que l'évaluation relative à Djimini-Koffikro.

7 Ces chiffres font apparaître des tendances générales extrêmement nettes ; ils masquent évidemment quelques disparités s'expliquant par l'importance des activités agricoles au sein de l'unité de production. Ainsi, parmi les planteurs d'ananas, un "gros" producteur consacrera 9 journées de travail sur 10 à ses propres parcelles, un "petit", une sur 10 seulement.

8 Lors du dépouillement de l'enquête "emploi du temps", les travaux d'entretien ont été affectés au bénéfice du chef d'exploitation lorsqu'ils étaient réalisés par les femmes sur des parcelles portant des associations de cultures (igname-manioc en particulier) dont une composante au moins était contrôlée par le chef d'exploitation, en vue de l’autoconsommation ou de la vente. Les journées de travail pouvant être affectées sans ambiguïté à l'aide familial (entretien du manioc, une fois l'igname récoltée, parcelle de manioc ou de patate douce totalement autonome, etc.) ont été comptabilisées comme travail dépensé dans le cadre de l'unité de production, mais non au bénéfice du chef d'exploitation.

9 Sur la base du nombre annuel de journées de travail agricole précisé par le tableau A52, en annexe 1.

10 La superficie effective cultivée par actif varie de 0,2 à 2,5 ha pour l'ananas (de conserve ou d'exportation), de 0,2 à 1 ha pour les cultures vivrières.

11 Dans la mesure où les systèmes de culture ne sont pas stabilisés.

12 30 unités de production contrôlées par des non-résidents et 6 unités de production contrôlées par des planteurs âgés non actifs, ou par des femmes..

13 Sur la base du nombre annuel de journées de travail agricole calculé à partir du suivi réalisé à Djimini-Koffikro, et en retenant un rendement moyen.

14 L'emploi de manœuvres mensuels peut être qualifié de permanent, dans l’optique de l'employeur, même lorsqu'il y a instabilité du personnel, dès lors qu'il s'agit d'une forme pérennisée de rapport salarial.

15 Dans les études relatives à l'économie de plantation ivoirienne, les abougnon sur caféiers ou cacaoyers sont généralement considérés comme des manœuvres permanents. La faiblesse de leur charge en travail à Djimini-Koffikro (cf. Quatrième partie) a conduit à les considérer comme une main-d'œuvre plus régulière que permanente.

16 En zone forestière, le prêt de terre de l'employeur à son manœuvre est fréquemment pratiqué et peut être analysé comme une composante de la rémunération. A Djimini-Koffikro, cette pratique ne concernait, lors de la réalisation des enquêtes, que 3 manœuvres mensuels, 1 annuel et 3 abougnon.

17 Analyse portant sur 65 contrats (1 067 journées de travail).

18 Logement exclu. Nourriture (achat de poisson, parfois de riz) 200 F/jour ; vêtements de brousse (annuels, semestriels et mensuels stabilisés) 5 000 F par an ; produits pharmaceutiques 10 000 F par an ; pétrole 200 F/mois ; savon 350 F par mois ; divers (petits cadeaux, etc.) 1 000 F par mois. Soit au total 106 000 F par an pour un annuel, 6 000 F par mois pour un mensuel (en retenant pour ce dernier le seul coût de l’alimentation). Si les achats de produits alimentaires portent uniquement sur le poisson (féculents fournis par l'unité de production), le coût est sensiblement moindre : 25 à 50 F par jour, soit au total environ 45 000 F pour un an, 22 000 F pour 6 mois et 3 800 F pour un mois.

19 Abougnon sur palmiers : 32 JT/ha, travail des femmes exclu ; rendement de 9,6 t/ha, production commercialisée de 8,5 t/ha ; prix net 13 F/kg. Abougnon sur caféiers : 17 JT/ha, rendement de 49 kg/ha de café marchand, 350 F/kg. Abougnon sur cacaoyers : 13 JT/ha, rendement de 63 kg/ha de fèves, 350 F/kg. Abougnon sur cocotiers : 43 JT pour 1 T/ha, 60 F/kg de coprah grade 2. Les bases de calcul détaillées sont présentées dans la quatrième partie.

20 Les modalités de calcul sont données en annexe 11.

21 18 UP emploient des annuels (dont les 5 UP du groupe "ananas"), 6, des mensuels et 5, des semestriels.

22 20 UP emploient des abougnon (9 sur palmiers, 6 sur caféiers ou cacaoyers, 3 sur caféiers ou cacaoyers et sur palmiers, 1 sur ananas et 1 sur cocotiers) ; 8 ont recours aux contractuels "réguliers" pour la récolte des graines de palme.

23 De 7 à 20 ha, 11 ha en moyenne (8 UP).

24 De 3 à 15,5 ha, moyenne 8,4 ha (10 UP).

25 De 0 à 5,5 ha, moyenne 3,1 ha (10 UP).

26 En deçà, une mise en valeur est possible à court terme sur la base de la force de travail disponible.

27 Cette argumentation, développée dès 1963 par Gosselin dans une perspective voisine, est également retenue par Gastellu, un point de vue contraire étant avancé par Affou Yapi [Gastellu, Affou Yapi, 1982] selon lequel (...) les manœuvres sont bien libres de vendre une force de travail (leur grande mobilité en témoigne) et ce n'est pas parce que les manœuvres agricoles actuels furent des travailleurs familiaux et sont des petits "producteurs potentiels" (...) qu'on leur refusera la position économique qu'ils occupent présentement (...).

28 Boutillier [1960] souligne l'essor du travail rémunéré, en pays agni, dans les années qui suivent la Seconde Guerre, du fait de la fin du travail obligatoire et de la reprise économique ; cf. également Rougerie (op. cit., pp. 111-112).

29 Sur les 66 manœuvres enquêtés, 23 sont ghanéens, 20 voltaïques, 10 togolais, 8 originaires du nord de la Côte d'Ivoire et 5 manœuvres d'autres origines.

30 Selon le "modèle dominant" d'économie de plantation villageoise, c'est le projet d'installation du manœuvre comme planteur qui le conduit à vendre sa force de travail.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14850/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Figure 12 - Nombre d'actifs familiaux masculins par exploitation (Djimini-Koffikro).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14850/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre Tableau XIX. Affectation du travail des aides familiaux, pour 100 journées de travail agricole (Djimini-Koffikro)
Légende CUP : chef d'unité de production ; AF : aide familial
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14850/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre Figure 13 - Organisation des flux de travail familial - Unité de résidence Koudio B. (Baoulé)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14850/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 266k
Titre Figure 14 - Organisation des flux de travail familial - Unité de résidence Kouadio K. (Baoulé) - Unité de résidence Amara K. (Dioula).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14850/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14850/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre Figure 15 - Combinaison des types d'apport de main-d'œuvre étrangère aux unités de production de Djimini-Koffikro.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14850/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Titre Figure 16 - Emploi de main-d’œuvre salariée permanente ou régulière et superficie en cultures arborées (Djimini-Koffikro).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14850/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 17 - Type de main-d'œuvre salariée permanente ou régulière, nombre de manœuvres employés par les unités de production et superficie en cultures arborées (Djimini-Koffikro).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14850/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Titre Tableau XXIII. Superficie plantée et emploi de main-d'œuvre à Kongodjan, Amangare, Assé-Maffia et Aboutou
Légende Tous villages confondus et quel que soit le nombre d'actifs des unités de production, la superficie en cultures arborées par actif oscille entre 3,5 et 4,5 ha (tableau A59, annexe 1).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14850/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14850/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14850/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14850/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 18 - Les unités de production de Djimini-Koffikro : éléments de typologie.
Légende MOFM : unités de production disposant de main-d'œuvre familiale masculineAnanas/Pas d'ananas : unités de production ayant adopté ou non la culture de l'ananasMOE/Pas d'appel à MOE : intervention ou non d'une main-d'œuvre étrangère à l'unité de productionMOS : unités de production employant une main-d'œuvre rémunéréeG : intervention de groupes d'entraideP/R : emploi de manœuvres permanents ou réguliersP : emploi de manœuvres permanentsR : emploi de manœuvres réguliersC : emploi de contractuels (mentionné uniquement pour les UP pour lesquelles il s'agit de la seule forme de main-d'œuvre rémunérée employée)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14850/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende 1 - Débroussage d'une jachère à Eupatorium.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14850/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Légende 2 - Parcelle préparée pour une plantation d'ananas.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14850/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende 3 - La plantation de l'ananas.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14850/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende 4 - Eparpillage des rejets d'ananas sur les parcelles.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14850/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende 5 - Pied d'ananas.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14850/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Légende 1 - Une palmeraie villageoise.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14850/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 461k
Légende 2 - Régimes de graines de palme.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14850/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende 3 - Cocoteraie GOA abattue.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14850/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende 4 - Nouvelle plantation de palmiers, installée après l'abattage d'une cocoteraie GOA.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14850/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 299k
Légende 1 - Association ananas - maïs.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14850/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 346k
Légende 2 - Association palmier - patate douce.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14850/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende 3 - Association palmier - ananas.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14850/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 379k
Légende 1 - Parcelle de maïs semé après une récolte d'ananas.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14850/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Légende 2 - Buttes d’ignames.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14850/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende 3 - Stockage de l'igname sur claies.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14850/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Tableau XXIV. Groupes d'unités de production et types de cultures bénéficiant du travail des manœuvres-producteurs agricoles à temps partiel (pour 100 journées de travail à Djimini-Koffikro)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14850/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 51k

© IRD Éditions, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search