Version classiqueVersion mobile

La mutation d'une économie de plantation en basse Côte d'Ivoire

 | 
Jean-Philippe Colin

Deuxième partie. Dynamiques culturales

Dynamiques culturales

Texte intégral

1Un historique rapide des différentes cultures de rapport pratiquées à Djimini-Koffikro sera retracé dans un premier temps. Une fois esquissées les dynamiques culturales à l'échelle du village, les systèmes de culture pratiqués au niveau des unités de production seront présentés. Dans un second temps, la place des cultures vivrières au sein des systèmes de culture fera l'objet de développements spécifiques. En effet, à l'échelle à laquelle nous avons travaillé, la compréhension de la production vivrière relève moins d'une prise en compte des différentes composantes du système de culture que d'autres éléments, dont en particulier la maîtrise foncière.

2La présentation des résultats des enquêtes complémentaires restera limitée à l'évolution des systèmes de cultures arborés, les données concernant les systèmes vivriers étant trop grossières pour être confrontées aux résultats des investigations conduites à Djimini-Koffikro.

La reconversion d’une agriculture de plantation

L’évolution du verger villageois

3Deux processus marquent l'évolution du verger villageois à Djimini-Koffikro : le déclin des plantations de caféiers et de cacaoyers et l'introduction et le développement de nouvelles cultures arborées, palmier à huile en particulier.

Le déclin des plantations caféières et cacaoyères

4Spéculation pionnière, la culture cacaoyère est pratiquée à Djimini-Koffikro dès les années 1920. La caféiculture démarre avant la Deuxième Guerre, en raison, d'après les planteurs, de conditions de prix plus intéressantes, d'une entrée en production plus précoce et d'une meilleure adaptation du caféier que du cacaoyer aux conditions pédologiques locales. Les sols du terroir seraient dans leur ensemble peu propices à la culture cacaoyère, les quelques "terres à cacao" ayant été contrôlées dès l'origine par les Abouré.

  • 1 Dans les conditions traditionnelles de culture, le caféier produit pendant une vingtaine d'années e (...)

5Le problème de la reproduction de cette forme d'économie de plantation se pose à partir des années 1960. Les plantations créées initialement vieillissent, elles deviennent peu à peu improductives1 sans que le vieux verger soit renouvelé.

  • 2 Appelée par les planteurs Indépendance - en référence à l'époque de son introduction en Côte d'Ivoi (...)

6Le problème du renouvellement des vieilles plantations se pose dans toute la zone forestière. On souligne souvent la préférence des planteurs pour l'abandon des vieilles parcelles et le départ vers des régions où la forêt noire reste disponible. Ainsi ROUGERIE écrivait-il, en 1957, "on préfère abandonner à la "brousse" les vieilles plantations d'Indénié plutôt que de les rénover, et installer du neuf sur un défrichement de forêt" (op. cit. ; p. 106). Ce type de comportement a été décrit plus récemment par Chaléard [1979, p. 159] ; il correspondrait le plus souvent à la mise en œuvre d'une stratégie foncière visant à étendre le plus possible l'espace contrôlé. Le blocage du renouvellement de l'économie caféière et cacaoyère à Djimini-Koffikro ne semble pas relever de cette logique, du fait de contraintes agro-écologiques locales. D'après tous les planteurs interrogés, les replantations en caféiers ou en cacaoyers, après l'abattage des vieilles plantations devenues improductives, n'ont pas été concluantes. On peut supposer qu'initialement l'abattage et le brûlis de la forêt noire ont provoqué une fertilisation palliant la pauvreté des sols sableux caractéristiques de la région, autorisant ainsi une première mise en valeur extensive. Le même procédé appliqué aux vieilles plantations, voire aux jachères, n'aurait pas permis d'accumuler un capital de fertilité suffisant pour assurer le succès d'une replantation sans modification des techniques culturales et en particulier sans utilisation d'engrais. Les replantations auraient été d'autant plus condamnées à l'échec qu’elles intervenaient le plus souvent non pas directement après l'abattage de la vieille plantation, mais après un ou quelques cycles de cultures vivrières et de jachères. Il faut également mentionner l'apparition, depuis les années 1960, d'une adventice extrêmement envahissante, Eupatorium odoratum2, qui rend plus qu'aléatoires les résultats obtenus avec la méthode traditionnelle d'abandon à la brousse des plantations, jusqu'à l'entrée en production. Plus généralement, il semble que les temps de sarclage soient considérablement augmentés lorsque la plantation n'est pas réalisée après l'abattage d'une forêt noire, du fait d'un envahissement par les adventices.

  • 3 En l'occurrence la tradition remonte à quelques décennies ; le terme de traditionnel est employé pa (...)
  • 4 Moyenne annuelle nationale calculée pour les campagnes 1980/81 à 1982/83 (dernières données disponi (...)

7Les plantations de caféiers ou de cacaoyers traditionnels3 de Djimini-Koffikro, non renouvelées, sont ainsi un legs du passé, appelé à disparaître. Sur 97 planteurs de cultures arborées, 37 seulement ont une caféière ou une cacaoyère, alors que ces cultures étaient pratiquées par toutes les unités de production voici quelques décennies. Les superficies concernées (126 ha) représentent moins de 12 % de la superficie totale du terroir. Ces plantations, exploitées très extensivement, sont pour la plupart âgées de plus de 30 ans. Les rendements obtenus sont dérisoires : en moyenne 56 kg de café marchand à l'hectare, et 57 kg/ha de fèves de cacao (campagnes 82/83 à 84/85)4. Dans l'optique même des planteurs, ces caféières ou cacaoyères sont considérées comme des réserves foncières vouées à un abattage prochain plus que comme des plantations en production.

8Le déclin de l'économie de plantation dans son modèle dominant, amorcé dès les années 1960 pour les plantations les plus anciennes, s'est échelonné sur une vingtaine d'années, selon l'époque des premières plantations. Il n'a donc pas affecté simultanément toutes les unités de production, qui ont apporté des réponses différentes aux opportunités successives de diversification ou de substitution des cultures qui se présentaient.

L’échec d’une tentative de reconversion avec le cocotier local

9Des plantations de cocotiers de la variété dite "locale" (Grand Ouest Africain) sont créées dans la région à partir des années 1960. Il semble que les services agricoles de Grand-Bassam et d'Assinie aient été à l'origine de cette diffusion, mais leur intervention à Djimini-Koffikro n'a jamais été mentionnée lors des enquêtes. L'adoption de la culture du cocotier GOA y aurait été spontanée, par imitation de pratiques constatées dans des villages voisins. Le cocotier présentait le gros avantage d'être peu exigeant quant à la qualité des sols, permettant ainsi de valoriser quelques zones de savane où le caféier n'avait pas été implanté, ou de venir en substitution aux vieilles plantations après abattage de ces dernières.

  • 5 La facilité de récolte - collecte des noix tombées au sol - présentait un intérêt certain pour les (...)

10Jusqu'à l'introduction du palmier à huile, en 1965, le cocotier local a été la seule culture arborée de substitution au caféier et au cacaoyer. Plusieurs éléments contribuent à expliquer la poursuite des plantations après 1965 : volonté de diversification, manque de confiance dans la culture du palmier les premières années de son introduction, avantages culturaux du cocotier5. Intervenait également la possibilité de pratiquer des cultures vivrières en association avec le cocotier GOA, les premières années après la plantation ; cette association était interdite par la SODEPALM pour le palmier puis pour le cocotier hybride encadrés.

11Des plantations en cocotiers GOA ont été réalisées à Djimini-Koffikro jusqu'en 1977. A partir de 1978, les cocotiers locaux de la région sont atteints par la maladie de Samo (Phytophtora heveae), qui les détruit irrémédiablement. La cocoteraie GOA de Djimini-Koffikro (50 ha à l'époque de la réalisation du plan parcellaire, appartenant à 12 planteurs) est vouée à l'abattage et doit être considérée comme une réserve foncière immédiatement disponible.

12L'échec total de cette tentative spontanée de diversification ou de substitution peut être imputé à l'apparition de la maladie de Samo. Toutefois, les planteurs s’étaient rendu compte, avant cette apparition, de l'intérêt tout relatif du cocotier local, du fait de son entrée en production tardive (7 ans au minimum après la plantation) et de son rendement très faible ; les abattages de cocotiers avaient d'ailleurs commencé avant 1978. Même en l'absence d'atteinte par le Phytophtora, le développement de la culture du cocotier GOA aurait été très vraisemblablement limité, d'autant que de nouvelles opportunités de substitution ou de diversification des cultures arborées s'offraient aux planteurs.

Le développement des cultures arborées sélectionnées

13A partir des années 1970, la SATMACI a diffusé dans la région des boutures de caféiers et des cabosses de cacaoyers sélectionnés. L'impact de cette diffusion est resté marginal à Djimini-Koffikro : 6,3 ha de caféiers et 6,5 ha de cacaoyers sélectionnés (9 planteurs). Selon les producteurs, les résultats seraient décevants et ces tentatives ne semblent pas destinées à avoir de suite. Il faut souligner que ces plantations sont conduites avec les mêmes techniques que les plantations traditionnelles, sans traitement phytosanitaire ni fertilisation.

14Le palmier à huile sélectionné a été diffusé en milieu villageois par la SODEPALM à partir de 1963. A Djimini-Koffikro, les premières plantations remontent à 1965. Une première phase de plantation s'est échelonnée jusqu'en 1976, dans le cadre du premier Plan Palmier ; une seconde phase a débuté en 1983, avec l'encadrement de PALMINDUSTRIE.

15Au total, les palmeraies couvraient 276,8 ha à l'issue des plantations réalisées en 1984, soit 26 % de la superficie du terroir. 219 ha ont été plantés entre 1965 et 1976, 51 ha en 1983 ou 1984 et 6,8 ha de palmeraies ont été réalisés entre 1981 et 1984 à partir de plants collectés sous des palmiers adultes. Les trois quarts des producteurs de cultures arborées - 73 sur 97 - ont actuellement une parcelle de palmiers.

16Le succès rencontré par le palmier à huile tient à plusieurs facteurs : adaptation aux conditions pédo-climatiques locales, efficacité du système de collecte, mensualisation du règlement de la production, prix relativement rémunérateur, quantité limitée de travail nécessaire (cf. quatrième partie). La demande en matériel végétal émanant des planteurs est forte et ne peut être totalement satisfaite par PALMINDUSTRIE, ce qui explique l'apparition de plantations "sauvages" réalisées avec des descendants d'hybrides, moins performants que ces derniers. Cette pratique, marginale actuellement, est envisagée par de nombreux producteurs.

  • 6 La variété hybride présente, par rapport au GOA, les avantages d'une entrée en production plus préc (...)

17Les premières plantations en cocotiers hybrides6 ont été réalisées dès 1972 par quelques planteurs, avec du matériel végétal acheté directement à la station IRHO de Port-Bouët. Entre 1974 et 1979, d'autres plantations ont pu être créées avec l'aide de la SODEPALM, dans le cadre du Plan Cocotier. C'est ainsi que 47,5 ha ont fait l'objet d'un encadrement par la société de développement et 20,8 ont été plantés à la seule initiative des producteurs (27 planteurs au total).

18L'intérêt dont ont fait preuve les planteurs de Djimini-Koffikro pour la culture du cocotier hybride s'explique à la fois par l'efficacité de la campagne de promotion de la SODEPALM, par sa réputation de culture demandant peu de travail et par le souci d'essayer, parallèlement au palmier, une autre culture. Cet élan initial a été plus que tempéré par la stagnation du prix payé au producteur et par l'évolution des conditions d'achat de la production : noix sèches jusqu'en 1982, puis coprah, dont la fabrication demande un travail supplémentaire et nécessite la construction d'un four. En 1983/84, la plupart des plantations étaient mal entretenues, voire abandonnées. Soulignons également que les plantations n'ont fait l'objet d'aucun encadrement pendant une dizaine d'années, un encadreur ayant été détaché en 1984 seulement auprès des planteurs afin, en particulier, d'organiser la collecte de la production de coprah. L'absence de système de collecte régulière du produit obligeait les planteurs, avant l'arrivée de l'encadreur, à se rendre à Assinie - centre de collecte - à chaque fabrication de coprah, deux ou trois fois dans l'année. Un relèvement important du prix du coprah en 1984 (de 70 à 160 F/kg) laissait présager une reprise du secteur cocotier à Djimini-Koffikro. Toutefois, l'effondrement des cours de l'huile de coprah sur le marché international a contraint PALMINDUSTRIE à réduire le prix d'achat à 70 F/kg en début d'année 1986, avec un effet désastreux sur les planteurs, certains envisageant même de couper leurs cocoteraies pour y planter du palmier.

19Introduit par la SAPH en 1981 à Djimini-Koffikro, l'hévéa couvrait 5,7 ha en 1984 (deux producteurs). Ses perspectives d'extension semblent être limitées à court terme par sa réputation de culture demandant beaucoup de travail les premières années après la plantation et par la concurrence exercée par le palmier, considéré comme une "valeur sûre" par les planteurs. A plus long terme, les perspectives semblent plus favorables, du fait d'un niveau de revenu potentiel élevé (cf. quatrième partie).

20La figure 4 illustre la chronologie des plantations en cultures arborées sélectionnées réalisées à Djimini-Koffikro ; la répartition en 1983/84, des unités de production selon la superficie plantée par culture est donnée dans le tableau A32 (annexe 1).

  • 7 Pour le caféier, le cacaoyer et le cocotier, le nombre total de producteurs diffère de la somme des (...)

21De toute évidence, l'économie de la production agricole à Djimini-Koffikro ne se situe plus dans le cadre général du modèle dominant d'économie de plantation tel qu'il a été précédemment esquissé. La marginalisation des cultures caféière et cacaoyère apparaît tant à travers l'analyse de l'occupation du sol et du nombre de producteurs (voir tableau XIII), qu'à travers celle des précédents culturaux et de la part des revenus procurés par ces cultures dans l'ensemble des revenus d'exploitation.7

22En 1984, les cultures caféière et cacaoyère sont pratiquées par 38 % des unités de production, celle du palmier par 75 % ; 75 % des superficies plantées en cultures arborées sont occupés par les cultures de la diversification (voir figure 5).

Figure 4 - Chronologie des plantations en cultures arborées sélectionnées à Djimini-Koffikro.

Figure 4 - Chronologie des plantations en cultures arborées sélectionnées à Djimini-Koffikro.

Tableau XIII. Superficies en cultures arborées et nombre de producteurs à Djimini-Koffikro en 1984

Tableau XIII. Superficies en cultures arborées et nombre de producteurs à Djimini-Koffikro en 1984

Pour une culture donnée, le nombre de producteurs diffère de la somme des producteurs de variétés sélectionnées et non sélectionnées, les deux types de cultures pouvant être pratiquées par une même UP.

23Les cultures sélectionnées couvrent 67 % des superficies plantées ; le palmier à lui seul en représente plus de la moitié. Son importance relative devrait croître puisque la forte demande des planteurs en matériel végétal sélectionné devrait pouvoir être satisfaite, en partie du moins, dans le cadre du deuxième Plan Palmier.

Figure 5 - Importance relative des différentes cultures arborées à Djimini-Koffikro en 1984.

Figure 5 - Importance relative des différentes cultures arborées à Djimini-Koffikro en 1984.
  • 8 Rappelons que le caféier dominait nettement à Djimini-Koffikro (l'équilibre actuel des superficies (...)

24La détermination des précédents culturaux fait davantage ressortir la marginalisation du caféier et du cacaoyer au sein de l'économie agricole villageoise. Sur 810 ha pour lesquels ces précédents ont pu être déterminés, 773 avaient été plantés dans un premier temps en caféiers ou cacaoyers ; il en reste, en 1983/84, 114 ha encore faiblement productifs et 54 ha abandonnés, la différence corespondant aux plantations abattues pour laisser la place aux nouvelles cultures arborées, aux blocs d'ananas de conserve, à l'ananas d'exportation, aux cultures vivrières et aux jachères8 (tableau A33, annexe 1).

25L'ampleur de la mutation agricole est révélée également par l'examen des résultats d’exploitation de la campagne 1983/84. Les ventes de café et de cacao ont représenté, à l'échelle du village, 9 % de la valeur des ventes des produits des plantations arborées et 4 % de l'ensemble des recettes agricole, ces chiffres étant respectivement de 82 et 35 % pour le palmier à huile.

26La mutation des systèmes de culture arborés à Djimini est illustrée par la carte de l'occupation des sols en 1983/84 qui révèle l'absence de structuration du terroir, aucun élément ne donnant de ligne d'organisation des cultures dans l'espace.

Il est possible d'esquisser, comme cela a été fait pour Djimini-Koffikro, un historique sommaire de l'évolution des systèmes de culture arborés dans les autres villages enquêtés. La forêt noire a partout disparu pour laisser la place, principalement, à des cultures arborées. Les cultures qui dominent actuellement diffèrent selon les villages : palmier, caféier et cocotier à Kongodjan ; cacaoyer, palmier et caféier à Assé-Maffia ; cacaoyer et palmier à Amangare ; cocotier et caféier à Aboutou.
Lors de la phase pionnière, le caféier et le cacaoyer ont été plantés, après l'abattage de la forêt, à Assé-Maffia et Amangare. A Kongodjan et Aboutou, les plantations ont été réalisées uniquement en caféiers, les sols ne convenant pas, selon les planteurs, à la culture du cacaoyer. Par la suite, se produisent les mêmes phénomènes qu'à Djimini : vieillissement des premières plantations et apparition d'opportunités de substitution ou de diversification, avec une intensité variable selon les villages.

Tableau XIV. Cultures arborées pratiquées à Kongodjan, Assé-Maffia, Amangare, Aboutou et Djimini-Koffikro ( % des superficies en cultures arborées)

Tableau XIV. Cultures arborées pratiquées à Kongodjan, Assé-Maffia, Amangare, Aboutou et Djimini-Koffikro ( % des superficies en cultures arborées)

Les superficies et la répartition entre variétés sélectionnées et non sélectionnées sont précisées en annexe 1, tableau A34.

A Aboutou, l'introduction du cocotier local a permis de valoriser des sols peu propices à la culture du caféier lorsqu'il a été planté sur des terrains jusqu'alors inutilisés. Dans les autres cas, son introduction semble avoir répondu à une logique de substitution, soit qu’il ait été complanté dans une caféière sur le déclin, soit qu’il ait succédé à une caféière devenue improductive. La maladie de Samo n’exerce pas encore dans les cocoteraies locales d’Aboutou des ravages comparables à ceux constatés plus au nord, à Amangare, Djimini et Kongodjan. La demande des villageois en matériel végétal sélectionné (palmier et hévéa) est forte mais n'est pas satisfaite par les sociétés de développement.
A Amangare, la disparition du caféier est achevée ; lui ont été substitués le palmier à huile et le cocotier. Le cocotier hybride a été implanté selon les directives de l'encadrement, sur d'anciennes caféières alors que le cocotier local est venu en substitution au caféier ou a permis de valoriser quelques zones de savane. Depuis quelques années, la culture de l'hévéa se développe après l'abattage d'anciennes caféières ou de cocoteraies locales atteintes par la maladie de Samo. Les cacaoyères plantées lors de la phase pionnière sont encore en production ; rares sont les producteurs qui envisagent de les couper à court ou moyen terme.
A Kongodjan, les planteurs ont saisi les opportunités de substitution qui se présentaient à la mort des vieilles caféières : cocotier local ou hybride, palmier ou caféier sélectionné, selon les époques. Les cocoteraies locales décimées par la maladie de Samo constituent actuellement des réserves foncières.
Environ le quart des caféières ont été créées avec du matériel végétal fourni par la SATMACI. La culture du caféier sélectionné a été adoptée, en règle générale, à une époque où la SODEPALM avait cessé d'intervenir dans la région (fin des années 1970 - début des années 1980), donc à un moment où les opportunités de substitution étaient limitées. Selon les planteurs, les résultats obtenus ne seraient guère encourageants.
Assé-Maffia présente deux particularités, qui le différencient des autres villages : la culture du cocotier local n'y a jamais été pratiquée et la régénération des vieilles caféières, par replantation progressive ou recépage, semble donner des résultats corrects. Il en irait de même des plantations de caféiers ou de cacaoyers réalisées après abattage des vieux vergers.
Ces divers résultats conduisent à souligner l'intérêt que présenterait un programme de recherche agronomique portant sur les résultats, en Basse-Côte, de replantations de caféiers ou de cacaoyers après l'abattage d'anciennes plantations. Une attention particulière devrait être apportée à l'analyse de l'incidence des conditions agro-pédologiques et climatiques, de la nature exacte de la végétation avant abattage (recrû plus ou moins ligneux, cycles intercalaires vivriers-jachère) et de la conduite technique de la culture (apports d'engrais, importance des travaux de nettoyage, etc.).
Quelques hypothèses, non limitatives et non exclusives, peuvent être avancées pour expliquer ces différences inter-villageoises relatives au renouvellement ou au non renouvellement des plantations caféières et cacaoyères. En premier lieu peut jouer la différence de nature des sols selon les villages ; rappelons que l'on passe, en allant du nord au sud, de sables tertiaires à des sables quaternaires (terroir d'Aboutou). Il serait intéressant de réaliser une étude pédologique dans ces différents villages. Une telle étude supposerait, pour répondre rigoureusement à l'objectif qui lui serait assigné ici, d'être effectuée sur des parcelles destinées à porter incessamment une nouvelle plantation, et devrait comparer les parcelles suivant le précédent cultural. En second lieu peut intervenir une différence dans la nature de la végétation, avant la replantation : recrû plus ou moins arboré selon la durée d'abandon de la plantation antérieure, ou simple couvert d’Eupatorium si des cycles intermédiaires vivriers-jachère ont été pratiqués. Cet élément est à mettre en rapport avec les disponibilités en terre des planteurs et la pression démographique exercée sur l'utilisation du sol. Enfin, la qualité des entretiens apportés à la nouvelle plantation est à prendre en compte.
On retrouve ainsi dans les autres villages enquêtés les grands déterminants de la dynamique des systèmes de culture arborés mis en évidence à Djimini-Koffikro. Joue en premier lieu le poids des facteurs naturels : vieillissement et mort des premières plantations ; potentialités agro-pédologiques, par rapport à un état donné des techniques agricoles ; plus ou moins fortes agressions phytopathologiques. En second lieu, l'intervention ou la non-intervention des sociétés de développement revêt un rôle majeur dans l'ouverture de la gamme des spéculations praticables. Ces deux facteurs fondamentaux se combinent sur la base d'un processus diachronique résultant de l'époque de la première phase de mise en valeur - qui conditionne celle de la phase de reconversion - et des phases d'intervention des sociétés de développement.

Figure 6 - Superficie en cultures arborées par unité de production.

Figure 6 - Superficie en cultures arborées par unité de production.

Figure 7 - Types d'occupation du sol à Djimini-Koffikro.

Figure 7 - Types d'occupation du sol à Djimini-Koffikro.

La mutation de systèmes de cultures arborés à l'échelle des unités de production

Une mutation dont l’importance effective reste variable

27La présence du caféier ou du cacaoyer traditionnels dans les systèmes de culture sera retenue comme révélateur de la phase dans laquelle se trouvent les unités de production. La substitution n'est pas amorcée dans 6 exploitations disposant uniquement de plantations de caféiers ou de cacaoyers traditionnels. Elle est en cours dans 31 unités de production ("groupe mixte") qui ont encore de telles plantations mais ont introduit dans leur système de culture arboré de nouvelles spéculations (palmier, cocotier, hévéa) ou de nouvelles variétés (caféier ou cacaoyer SATMACI). Enfin, les spéculations de la phase pionnière ont totalement disparu de 60 exploitations. La régression du caféier et du cacaoyer et la diffusion des nouvelles cultures à Djimini-Koffikro impliquent ainsi la quasi-totalité des unités de production du village. Quelle est l'importance quantitative de cette mutation, en termes de superficie, à l'échelle des unités de production ?

28L'occupation moyenne du sol dans les unités de production pratiquant des cultures arborées en 1983/84 à Djimini-Koffikro, est la suivante :

  • 9 Cette moyenne peut être rapprochée des données enregistrées dans les autres villages : 6 hectares à (...)

29La figure 6 illustre la répartition des exploitations selon la superficie plantée, toutes cultures arborées confondues puis après exclusion du caféier et du cacaoyer traditionnels (cf. tableau A35, annexe 1, pour des données plus détaillées). La superficie en cultures arborées varie de 0,2 à 24 ha, avec une classe modale de 2 à 3 ha et une moyenne de 5,6 ha9. Le verger planté à partir des nouvelles cultures dépasse 6 ha pour 20 exploitations seulement.

30L'emprise spatiale de la reconversion des plantations, le plus souvent limitée en valeur absolue, l'est également en valeur relative, lorsque les superficies plantées sont comparées aux superficies totales des patrimoines fonciers. Les 97 patrimoines fonciers des unités de production pratiquant des cultures arborées sont reportés sur la figure 7, en fonction de l'importance relative de trois types d'occupation du sol, plantations de caféiers et de cacaoyers traditionnels, plantations d'autres cultures arborées, et autres occupations du sol (plantations abandonnées, jachères, cultures vivrières et ananas, en faire-valoir direct ou s'agissant de parcelles données en location).

31Deux enseignements majeurs peuvent être tirés de ce graphique :

32Actuellement, caféier et cacaoyer traditionnels représentent à Djimini-Koffikro un mode dominant d'occupation du sol pour quelques unités de production seulement, mais le développement des autres cultures arborées ne marque une prépondérance spatiale de ces dernières que dans une unité de production sur deux, du fait de l'importance des cultures vivrières, ananas, jachères et plantations abandonnées. Pratiquées par 94 % des unités de production ayant eu accès à la propriété foncière, les cultures introduites depuis les années 1960 sont spatialement dominantes pour 48 % d'entre elles seulement.

  • 10 En l'occurrence, par l'adoption de nouvelles spéculations induisant une intensification du système (...)

33L'importance relative des différents types d'occupation du sol est significativement corrélée avec la superficie totale des patrimoines fonciers. Plus cette superficie croît, plus la part relative des cultures arborées autres que le caféier et le cacaoyer traditionnels est faible et plus celle des "autres occupations du sol" augmente. Les cultures arborées autres que le caféier ou le cacaoyer traditionnels dominent dans 81 % des unités de production disposant de moins de 5 ha et dans 36 % de celles de plus de 5 ha (tableau A36, annexe 1). Les "autres occupations du sol" (cultures vivrières, ananas, jachères, plantations abandonnées) dominent dans cette dernière strate pour 47 % des exploitations. Les trois-quarts des unités de production disposant de moins de 5 ha n'ont plus de plantation de caféiers ou de cacaoyers traditionnels, contre la moitié de celles qui contrôlent 10 ha et plus (tableau A37, annexe 1). Ce constat pourrait s'inscrire dans la logique d'"extensivité" souvent décrite : le planteur se contente de rendements médiocres s'il peut compenser ceux-ci par une importante superficie en culture ; il n'intensife sa prodution10 que sous l'aiguillon de la contrainte foncière. Une telle explication serait séduisante, mais on peut se demander si la moindre reconversion ne traduit pas simplement la progressivité du processus de substitution, moins rapide sur 25 que sur 4 ha, surtout dans un contexte de faible disponibilité en main-d'oeuvre permanente et de rareté du matériel végétal sélectionné, distribué en quantité limitée par les sociétés de développement. La relation entre l'appartenance au "groupe mixte" et la superficie importante des patrimoines fonciers peut être interprétée comme un simple révélateur de la contrainte temporelle au processus de reconversion. La substitution des cultures arborées sélectionnées aux vieilles caféières et cacaoyères est rarement immédiat, plusieurs cycles de cultures non pérennes et de jachères pouvant s'intercaler avant la replantation.

34La spécificité des exploitations dont le responsable est absentéiste doit être soulignée, la disparition du caféier et du cacaoyer traditionnels étant davantage marquée dans ces dernières (tableau A38, annexe 1). En première analyse, le raisonnement est biaisé par la redondance des variables "Superficie des patrimoines fonciers" et "Résidence du planteur", les absentéistes contrôlant, en moyenne, des patrimoines de plus faibles dimensions. Un raisonnement par classe de superficie pallie cette redondance et ne révèle pas de différence de comportement entre les résidents et les non-résidents dans le groupe des petits patrimoines. En revanche, une différence statistiquement significative existe au-delà de 5 ha : 48 % des résidents n'ont pas de plantation de caféiers ou de cacaoyers traditionnels, contre 83 % des absentéistes. Deux éléments d'explication peuvent être avancés.

35En premier lieu, les revenus extra-agricoles dont disposent la plupart des non-résidents facilitent le processus de reconversion en leur permettant de financer plus aisément les charges de main-d’œuvre occasionnées par la phase de démarrage (plantation et période pré-productive) et en abaissant le seuil à partir duquel une caféière ou une cacaoyère sera considérée comme improductive. Le planteur hésitera en effet à couper une caféière, même peu productive, si elle est une source non marginale de revenu, le remplacement par une nouvelle plantation posant le problème de la subsistance pendant les années séparant la mise en terre de l'entrée en production. Dans un tel contexte, le processus de substitution ne peut être que graduel. Toutefois, il sera plus rapide si le planteur dispose d'autres ressources et peut ainsi se passer des faibles revenus de la plantation à abattre, tout en finançant les dépenses occasionnées par la création d'une nouvelle plantation.

36En second lieu, nombreux sont les non-résidents qui, après un achat ou une donation, se sont trouvés en possession de plantations très âgées ou de friches. Ces producteurs n'ont jamais eu de caféière ou de cacaoyère et ont réalisé leurs nouvelles plantations à partir d'espèces ayant la réputation de "réussir" à Djimini-Koffikro, de bien "venir" sur une jachère ou après abattage d'une vieille plantation.

37Nous avons mentionné précédemment le fait que des exploitants de Djimini-Koffikro possèdent des plantations dans d'autres régions. Il était tentant de chercher à vérifier l'hypothèse - conforme aux analyses souvent proposées - d'une désaffection vis-à-vis de l'ancienne zone pionnière, se traduisant par un abandon à la brousse des vieilles plantations et un report des efforts productifs sur les nouveaux blocs de plantations. Le mode de gestion du sol à Djimini correspond à cette logique pour un seul des cas considérés. Pour certains, la quête de forêt noire dans d'autres régions a été consécutive à la mise en valeur totale des terres qu'ils avaient à Djimini, grâce aux nouvelles spéculations arborées. Pour d'autres, cette quête a été antérieure à la reconversion du verger à Djimini et il est intéressant de noter que dans ces cas la disponibilité de forêt ailleurs qu'à Djimini n'a pas eu d'incidence négative sur cette reconversion.

Diversification ou spécialisation des systèmes de culture arbores ?

  • 11 Une culture : 50 UP ; deux cultures : 27 UP ; trois cultures : 16 UP ; quatre cultures : 4 UP.
  • 12 Aucune culture sélectionnée : 11 UP ; une culture : 63 UP ; deux cultures : 20 UP ; 3 cultures arbo (...)

38Le nombre de cultures arborées pratiquées à Djimini par unité de production varie de 1 à 411. Cette diversité des systèmes de culture arborés reste artificielle car elle résulte, pour certaines unités de production, de la substitution en cours de nouvelles spéculations, à des cultures appelées à disparaître : caféier et cacaoyer traditionnels et, depuis quelques années, cocotier local. Il est donc plus judicieux de centrer l'analyse sur le critère de variétés, non sélectionnées ou sélectionnées. La diversité des systèmes de culture s'en trouve fortement réduite, 74 unités de production ayant adopté au plus une culture sélectionnée12. Ainsi, le processus généralisé de substitution se double d'un processus de diversification des cultures dans une minorité de cas seulement.

  • 13 Un constat identique est tiré par Chaléard, dans son étude consacrée au pays Abè [1979, p. 131 et 1 (...)

39La diversité des cultures augmente avec la taille des patrimoines13. Une unité de production sur les 22 disposant de moins de 5 ha et pratiquant des cultures arborées sélectionnées a adopté plus d'une culture, contre 14 des 33 unités de production dont la superficie du patrimoine foncier atteint ou dépasse 10 ha (tableau A39, annexe 1). Il est évident qu'une superficie limitée n'autorise guère l'adoption de plusieurs spéculations arborées ; de plus, les planteurs bénéficiant de grandes superficies ont pu profiter successivement de plusieurs opportunités de diversification, tout en étant relativement moins sensibles que les petits planteurs au risque agronomique ou économique induit par la diversification. La stratégie de diversification, révélatrice d'une attitude de testeur, ne s'exprime pleinement que lorsque les disponibilités foncières le permettent.

  • 14 Le palmier est nettement dominant dans les cas de spécialisation de l'unité de production dans une (...)

40Au-delà de ces cas de diversification, l'économie de plantation évolue, à Djimini-Koffikro, d'une spécialisation des unités de production dans la culture caféière vers une spécialisation dans celle du palmier à huile14. Lorsque le palmier n'est pas la seule culture arborée sélectionnée retenue, il reste la principale en termes de superficie et de dynamique culturale, les nouvelles plantations étant le plus souvent envisagées en palmier. A une première phase de substitution/diversification des cultures arborées, pendant laquelle le planteur saisit lorsqu'il en a la possibilité toutes les opportunités qui se présentent, succède une phase de spécialisation, sur la base de l'expérience acquise, une seule culture étant étendue en superficie ; les autres sont conservées mais leur importance relative diminue. Ce mécanisme pourrait conduire à une nouvelle phase de diversification par l'adoption de la culture de l'hévéa. Celle-ci reste jusqu'à présent timide, ce qui est logique de part son introduction récente ; la majorité des planteurs n'envisagent toutefois pas de l'adopter à court terme. En 1984, le palmier profite pleinement de l'antériorité de son introduction à Djimini-Koffikro et de la sécurité que présente sa culture (culture connue, prix relativement rémunérateur, collecte bien organisée), alors que l'hévéa est une culture nouvelle. L'attitude de réserve adoptée par les planteurs vis-à-vis de l'hévéa pourrait évoluer si une crise affectait le secteur élaéicole, ou lorsque les premières plantations d'hévéas entreront en production, si le prix proposé alors est rémunérateur.

Perspectives d’extension des plantations : analyse prospective

41Analyser les perspectives d'extension des superficies en cultures arborées à Djimini-Koffikro peut se faire sous trois angles : une analyse globale théorique, à l'échelle du terroir ; une analyse, patrimoine foncier par patrimoine foncier, rapportant la superficie actuellement ou potentiellement disponible aux besoins théoriques du fonctionnement d'un système vivriers-jachère, dégageant ainsi une disponibilité foncière théorique pour les plantations ; enfin, une analyse des prévisions de plantation pour 1985, 1986 et 1987 (au-delà, les déclarations sont moins fiables).

Un blocage inéluctable à court terme, à l'échelle du terroir

42L'occupation du sol en 1983/84, à l'échelle du terroir de Djimini-Koffikro, est la suivante :

43Un calcul élémentaire montre qu'à cette échelle, la reconduction des superficies occupées en 1983/84 par des cultures vivrières ou l'ananas-export, sur la base de systèmes de culture stabilisés à jachère, suppose l'abattage immédiat de toutes les caféières et cacaoyères. Quatre scénarios progressifs (chacun suppose le précédent scénario réalisé) sont proposés, visant à évaluer les superficies pouvant être consacrées aux cultures vivrières, à l'ananas-export, aux jachères et à de nouvelles plantations arborées (les bases de calcul sont précisées en annexe 7) :

  1. Les réserves foncières potentielles (plantations de caféiers et cacaoyers faiblement productives) ou actuelles (plantations abandonnées, cocoteraies GOA) ne sont pas utilisées ; la superficie disponible pour les cultures vivrières, l'ananas-export, les jachères et les éventuelles plantations arborées est alors de 369 ha à l'échelle du terroir.

  2. Les réserves foncières actuelles sont utilisées, la superficie disponible passe de 369 à 498 ha.

  3. Les vieilles plantations de caféiers ou de cacaoyers, encore faiblement productives, sont abattues : la superficie disponible est alors de 624 ha.

  4. Les blocs de culture "ananas de conserve" sont rétrocédés à leurs propriétaires ; la superficie pouvant être consacrée aux cultures vivrières, à l'ananas, aux jachères et aux plantations arborées est de 714 ha.

44La superficie disponible pour des plantations arborées (Sp) est donnée par la formule suivante :

Sp = Sd - Sa (t1 + t2), avec

Sd = superficie disponible pour les cultures vivrières, l'ananas-export, les jachères et les nouvelles plantations ;

Sa = superficie défrichée sur une année pour les cultures vivrières et l'ananas-export ;

t1 = durées du cycle de culture des productions vivrières et de l'ananas-export ;

t2 = durée de la jachère.

  • 15 Le renouvellement progressif des plantations de palmiers, abattues au bout de 20 ans d'âge puis rep (...)

45Cette superficie disponible est négative - moins 107 ha - avec le scénario ; la superficie occupée en 1983/84 par les cultures vivrières et l'ananas-export ne peut pas être reconduite, à l'échelle du village, dans le cadre de systèmes à jachère. Le scénario 2 permet cette reconduction et la plantation de 22 ha supplémentaires. Une possibilité d'extension des plantations sélectionnées compatible avec la reconduction, dans le cadre de systèmes à jachère, des superficies en cultures vivrières et en ananas-export, apparaît avec l'abattage des caféières et cacaoyères encore faiblement productives (scénario 3, dégageant 148 ha) ou, a fortiori, avec la récupération des blocs SODEFEL par leurs propriétaires (scénario 4, 238 ha)15.

46Cette modélisation élémentaire est évidemment sujette à caution, car trop réductrice dans ses hypothèses. Elle n'en est pas moins révélatrice de la non-reproductibilité, à l'échelle du terroir, des systèmes de culture actuellement pratiqués, sauf à considérer un abattage immédiat de l'ensemble des plantations caféières et cacaoyères, guère réaliste. La contradiction existant entre l'extension des plantations et le maintien des superficies actuellement en cultures vivrières ou en ananas-export ne pourra être levée que par cet abattage.

Des disponibilités foncières théoriques importantes à l'échelle des patrimoines fonciers

47Trois scénarios (progressifs également) sont retenus ici :

    • 16 Ces 3 hectares sont pris en compte uniquement pour les planteurs résidant à Djimini-Koffikro et 6 p (...)

    La superficie disponible par patrimoine foncier pour de nouvelles plantations est égale à la superficie totale du patrimoine diminuée des superficies déjà plantées en cultures arborées (caféier et cacaoyer traditionnels inclus, cocotier local exclu), des parcelles éventuellement louées à la SODEFEL et d'une superficie de 3 ha réservée pour le fonctionnement du système vivriers-jachère16. Selon ce scénario, 54 patrimoines sur 106 disposent actuellement des réserves foncières permettant une extension des plantations sur une superficie totale de 298,5 ha.

  1. La coupe des vieilles caféières et cacaoyères, second scénario, augmente les disponibilités foncières pour de nouvelles plantations à 389 ha, pour 61 patrimoines.

  2. Enfin, dans une troisième hypothèse la SODEFEL rétrocède les parcelles louées pour la culture de l'ananas de conserve. La superficie disponible pour de nouvelles plantations est alors de 472 ha, pour 67 patrimoines fonciers.

48Malgré le caractère simplificateur des hypothèses envisagées pour ces différents scénarios, l'existence de disponibilités foncières permettant l'extension des plantations pour un patrimoine foncier sur deux, semble avérée. Ce constat vient en contradiction avec l'opinion qui prévaut souvent, de l'impossibilité d'étendre les superficies cultivées en Basse-Côte. Ainsi, selon un rapport confidentiel consacré en 1983 au secteur de l'ananas, toute extension des plantations de palmiers à huile, cocotiers ou hévéas dans l’Est-Comoé se ferait au détriment de l'ananas de conserve. Dans une autre étude [SCET-IVOIRE, 1979, p. 66], il est fait mention d'un blocage de l'extension du palmier à huile imputé à un manque de terre. Les données qui précèdent et la forte demande des planteurs en matériel végétal sélectionné viennent infirmer de telles analyses. Une extension des plantations avec l'importance suggérée par ces scénarios ne pourrait toutefois être réalisée sans une réduction des superficies consacrées aux cultures vivrières ou, moins vraisemblablement, à l'ananas-export (la raréfaction des terres disponibles devrait se traduire par une hausse des loyers seule assumable, à la limite, par les revenus tirés de la culture de l'ananas). Cette réduction devrait affecter en premier lieu les producteurs sans terre, contraints de louer ou d'emprunter des parcelles pour produire et dépendant ainsi d'un marché locatif lui-même tributaire du processus de reconversion des plantations.

Prévisions de création de plantations

  • 17 Extension de palmeraies : 32 UP ; création de palmeraies (nouveaux producteurs de palmiers) : 12 UP (...)

49Les prévisions de création de plantations enregistrées en 1984 portaient, pour les années 85 à 87, sur 116 ha ; elles concernaient 44 unités de production pour le palmier et 6 pour l'hévéa17. Ces plantations étaient envisagées après une jachère, des cultures vivrières ou celle de l'ananas-export (67 ha), l'abattage de cocoteraies GOA (26 ha), l'abattage de vieilles caféières ou cacaoyères faiblement productives (10 ha), l'abattage de plantations abandonnées (10 ha) ou l'abattage d'une cocoteraie sélectionnée (3 ha). Les disponibilités foncières constituées par les plantations abandonnées ou par les vieilles caféières ou cacaoyères devraient donc être marginalement exploitées. Seraient d'abord utilisés les terrains demandant un effort réduit pour la réalisation des travaux pré-culturaux (simple débroussage après les cultures vivrières, l'ananas ou une jachère, ou abattage aisé des cocotiers GOA). Ces prévisions confortent nos analyses précédentes de la dynamique du palmier à huile ; elles témoignent également d'un démarrage de l'hévéaculture à Djimini-Koffikro, qui semble attirer les absentéistes puisque 4 des 6 planteurs qui envisagent de planter de l'hévéa ne résident pas dans le village.

La demande en plants de palmiers sélectionnés est forte dans les autres villages enquêtés. On a donc tenté, comme cela a été fait pour Djimini-Koffikro, d'évaluer les superficies disponibles à l'échelle des terroirs, l'expérience de Djimini ayant montré la marge d'erreur importante dans les déclarations des superficies au niveau des unités de production, les différences se compensant partiellement lors de l'agrégation des données. Les superficies théoriques disponibles permettraient une extension globale des plantations de plus de 50 %, quel que soit le scénario retenu :
Scénario 1 : la superficie disponible par village pour de nouvelles plantations est égale à la superficie totale du terroir diminuée des superficies en cocoteraies GOA (sauf pour Aboutou), en caféiers et cacaoyers traditionnels (sauf pour Amangare et Assé-Maffia) et en plantations abandonnées.
Scénario 2 : la superficie disponible par village pour de nouvelles plantations correspond à la superficie totale diminuée des plantations en production, des superficies louées à la SODEFEL et d'une superficie de 3 ha par unité de production, destinée au fonctionnement d'un système vivriers-jachère.

Tableau XV. Occupation du soi et estimation des superficies disponibles pour l'extension des plantations (hectares, superficies déclarées)

Tableau XV. Occupation du soi et estimation des superficies disponibles pour l'extension des plantations (hectares, superficies déclarées)

Ces chiffres sont évidemment approximatifs, mais ils confirment l'existence en Basse-Côte, région pourtant réputée pour la saturation foncière qui y règne, d'une potentialité spatiale d'extension des superficies en cultures arborées sélectionnées, potentialité ignorée ou largement sous-estimée par les structures d'intervention en milieu rural.

La juxtaposition de la culture de l'ananas à l'économie de plantation villageoise

Ananas de conserve et ananas d’exportation à Djimini-Koffikro, des dynamiques divergentes

50Deux types d’ananas sont cultivés à Djimini-Koffikro, l'ananas destiné à la conserverie et l'ananas produit en vue de l'exportation pour la consommation en frais sur les marchés européens. En 1983/84, ont été recensés 10 producteurs d'ananas de conserve, 41 producteurs d'ananas-export, et 21 exploitations pratiquant les deux types de culture. La prépondérance de l'ananas-export se trouve renforcée par une perspective dynamique.

51L'ananas de conserve a été introduit en 1949 à l'est de la Comoé par la SALCI. A partir de 1954, l'usinier développe la culture chez des petits planteurs de la région, dans le cadre d'une agriculture contractuelle. Le secteur d'encadrement de Djimini-Koffikro est créé en 1965. Jusqu'en 1967, la SALCI encadre elle-même les planteurs, en fournissant assistance technique, matériel végétal et intrants. En retour, elle se porte acquéreuse de l'ensemble de la production à un prix fixe, déduction faite du coût des intrants, au moment du règlement. Les planteurs pratiquent alors la culture sur des parcelles autonomes dispersées. En 1969, l'encadrement, après avoir été confié deux années à la SATMACI, est dévolu à la SODEFEL, sans modification sensible de son organisation.

  • 18 Le cycle de culture de l'ananas de conserve est de 18 mois (plantation-récolte des fruits) suivi de (...)

52Une restructuration profonde est engagée à partir de 1977. Les planteurs sont regroupés sur des blocs de culture mécanisée, autonomes, d'une superficie de 625 ha, soit 250 ha en sole annuelle18, divisée en deux parties. Chaque planteur dispose d'une parcelle d'environ 0,7 ha par demi-sole. Six blocs sont installés à l’Est-Comoé, à Samo et Dosso en 1977, Aboutou et Djimini-Koffikro en 1978, Attiékro et Adiaké en 1979. Les planteurs de chaque bloc (170 théoriquement) sont organisés en 1980 dans des groupements à vocation coopérative (GVC). L'installation du GVC à Djimini-Koffikro dépasse le seul cadre villageois ; la plupart des parcelles constituant le bloc - entité physique fictive - sont louées sur d'autres terroirs (les villageois de Djimini-Koffikro donnent en location 84 des 625 ha du bloc), et de nombreux coopérateurs ne résident pas à Djimini-Koffikro, mais dans les villages voisins. Les attributions respectives de la SODEFEL, du GVC et du producteur seront évoquées dans la quatrième partie de ce texte.

53Depuis quelques années, le secteur de l'ananas de conserve traverse une crise profonde induite par la conjonction de quatre phénomènes :

  • Les difficultés de trésorerie rencontrées par la SALCI depuis la fin des années 1970 (cf. Introduction) ont été répercutées sur les planteurs villageois qui devaient attendre de 8 à 12 mois le paiement des fruits livrés.

  • La stagnation du prix d'achat des fruits, fixé par arrêté du ministère de l'Agriculture à 13 F/kg bord champ, entre 1977 et 1984, soit une diminution de moitié en francs constants.

  • Une crise de confiance généralisée entre les planteurs d'une part, la structure coopérative et l'encadrement SODEFEL d'autre part. Le GVC et la SODEFEL constituent les véritables interlocuteurs des producteurs qui ont tendance à voir en eux les responsables des difficultés présentes. La conjonction de la crise et de la mise en place des GVC a eu à cet égard un effet particulièrement malheureux, d'autant que l’"image de marque" de certains agents de la SODEFEL est mauvaise. Enfin, le principe de la globalisation des charges au sein du GVC est systématiquement remis en cause par les coopérateurs, "les bons planteurs payant pour les mauvais".

  • Le développement de la culture de l'ananas-export a une double incidence, détournement d'une partie des producteurs de l'ananas de conserve vers l'ananas-export nettement plus rentable, et détournement d'intrants de l'ananas de conserve vers les parcelles d'ananas-export.

54Cette crise de l'ananas de conserve peut être saisie à deux échelles, celle de l'ensemble du GVC et celle des producteurs résidant à Djimini-Koffikro.

55A l'échelle du GVC, le nombre des planteurs a fortement diminué depuis la sole 1980 et le taux d'abandon des parcelles en cours de végétation s'est accru :

Tableau XVI. Evolution du nombre des planteurs d'ananas de conserve. GVC de Djimini-Koffikro

Sole ou demi-sole

Nbre de plant. à l'origine

Défections

Nbre de plant. à la récolte

80 première partie

116

1 (1 %)

115

80 deuxième partie

210

1

209

81 (a)

111

2 (2 %)

109

82 première partie

119

12(10 %)

107

82 deuxième partie

146

46 (32 %)

100

83 première partie

96

24 (25 %)

75

83 deuxième partie

39

14 (36 %)

25

84 (b)

59

non disponible

non disponible

85 (b)

82

non disponible

non disponible

(a) En 1981, le changement de la date de fermeture de la conserverie a provoqué la réduction de moitié du programme de plantation.
(b) Pas de demi-sole, du fait du nombre réduit de planteurs.

  • 19 34 producteurs d'ananas-export, 9 planteurs de cultures arborées et 7 producteurs de cultures vivri (...)

56A l'échelle des producteurs résidant à Djimini-Koffikro : 50 responsables d'exploitation sont d'anciens planteurs d'ananas de conserve19, et 17 des 31 producteurs d'ananas de conserve recensés en 1983 ont depuis abandonné ou déclarent avoir décidé d'abandonner cette culture ; plusieurs déclarent continuer ou entreprendre (pour les planteurs des soles 84 et 85) la culture de l'ananas de conserve afin seulement de bénéficier par la suite des rejets permettant la création d'une parcelle d'ananas-export.

57Parallèlement à la crise qui affecte l'ananas de conserve, la production de l'ananas-export enregistre un véritable boom. La production d'ananas destiné à l’exportation en frais est réglementée en Côte d’Ivoire. Toute création de plantation est soumise à l'autorisation du ministère de l'Agriculture ; les normes de création retenues correspondent à des unités de production de 800 tonnes exportées par an, soit une vingtaine d'hectares en production. Ces normes supposent des moyens techniques et financiers importants censés assurer à la fois une production de qualité et la régulation de l'approvisionnement. L'exportation des fruits est organisée dans le cadre d'un groupement coopératif (la COFRUITEL à l'époque où les enquêtes ont été réalisées) qui distribue un quota d'exportation à chaque planteur et doit contrôler la qualité des fruits.

58L'Est-Comoé était normalement réservé à la culture de l'ananas de conserve, la production d'ananas-export y étant interdite. La règle n'est plus appliquée à partir de la fin des années 1970, de nombreuses autorisations étant accordées dans la région. L'engouement des planteurs d'ananas pour cette région peut être expliqué par une triple rente régionale. Rente agro-écologique en premier lieu : la pluviométrie abondante supprime la nécessité d'irriguer, les risques sanitaires sont limités en terrains sableux, caractéristiques de la zone. Les coûts de production sont donc réduits, comparativement aux autres zones de production. Rente de situation en second lieu, la proximité d'Abidjan réduisant les coûts de transport. Rente commerciale enfin : de nombreux quotas d'exportation ont été attribués par la COFRUITEL à des planteurs de l’Est-Comoé sans que les capacités de production des attributaires ne leur correspondent. Ces derniers font alors appel à la production de petits planteurs sous-traitants, cette pratique étant facilitée par la préexistence du secteur de l'ananas de conserve. La sous-traitance présente un intérêt financier certain pour le planteur-exportateur, désigné ici par le terme d'acheteur : le coût de production bord champ et avant emballage peut être estimé, sur une exploitation moderne, à environ 60-65 F.CFA/kg selon le rendement, soit 37 F.CFA/kg environ après défalcation du coût de récolte (cf. annexe 8). Au même stade, la production du petit planteur sous-traitant est achetée 25 F/kg, soit un différentiel net d'environ 12 F/kg, véritable rente pour l'acheteur, qui se cumule avec la marge bénéficiaire courante. Cette pratique est illégale, l'arrêté du ministère de l'Agriculture du 26 mai 1979 précisant dans son article 4 : "Chaque planteur, ou groupement de planteurs, ne peut présenter à l'exportation que des produits provenant de ses propres cultures. Il s'ensuit que le ramassage ou la collecte des fruits par un producteur chez d'autres planteurs en vue de l'exportation sont strictement interdits."

  • 20 27 acheteurs sont intervenus en 1983 et 1984 à Djimini-Koffikro.

59La production d'ananas-export dont il est question à Djimini-Koffikro est pourtant bien celle de ces petits sous-traitants, sollicités par des acheteurs dont le nombre semble croissant20. Ce secteur de sous-traitance y est apparu en 1979 ; en 1983/84, 62 producteurs d'ananas-export ont été recensés. Quelques chiffres suffisent à révéler le dynamisme de ce secteur : 56 % des producteurs ont créé leur première parcelle en 1983 ou 1984 (tableau A40, annexe 1), 23 prévisions de création à court terme de plantations ont été enregistrées parmi les producteurs agricoles qui ne cultivaient pas l'ananas d'exportation, et tous les actuels producteurs d'ananas-export, à une exception près (planteur rappelé par sa famille en Haute-Volta), prévoient d'en continuer la culture.

Une petite production non stabilisée

60Il est délicat, dans le contexte de Djimini-Koffikro, de construire sur la base des superficies plantées, une typologie des unités de production cultivant de l'ananas. On risque de figer, par un chiffre, des processus dynamiques : expansion de l'ananas-export, récession de l'ananas de conserve. Les quelques données présentées constituent donc une simple photographie, à un moment donné, d'une situation saisie en pleine évolution. Nous avons opté pour un raisonnement non pas directement en termes de superficie mais d'abord en termes de degré de stabilisation du système de culture. Aucun des planteurs d'ananas de Djimini-Koffikro n'a totalement stabilisé son système de culture (plantation et récolte tout au long de l'année). Il est possible cependant de distinguer plusieurs groupes selon la tendance manifestée vers la stabilisation, le critère retenu étant celui du nombre de parcelles en culture lors de la réalisation des enquêtes.

61Une typologie générale incluant ananas-export et ananas de conserve est donnée en annexe 1 (tableau A41). La présentation sera limitée ici à l'ananas-export, du fait des dynamiques en cours qui viennent d'être esquissées :

Une parcelle :

43 UP, superficie moyenne approximative/UP 0,6 ha

Deux parcelles :

9 UP, superficie moyenne approximative/UP 1,2 ha

Trois parcelles :

8 UP, superficie moyenne approximative/UP 1,8 ha

Quatre parcelles :

2 UP, superficie moyenne approximative/UP 2,5 ha

62Au-delà des différences constatées entre les groupes, la faiblesse des superficies cultivées - 1 ha en moyenne (1,20 en prenant en compte les parcelles d'ananas de conserve) - s'explique par la nature du système de production de l'ananas, système intensif à base de travail et de consommations intermédiaires, facteurs qui sont ici limitants (cf. quatrième partie).

63La présence d'autres cultures au sein de l'unité de production constitue-t-elle un critère discriminant relativement à la superficie cultivée en ananas ? Cette variable pourrait avoir un effet négatif, du fait d'une concurrence lors de la mise en œuvre des facteurs de production, ou positif, la capacité de financement des coûts de production de la culture de l'ananas étant apportée par d'autres cultures. Sa pertinence n'a pas été vérifiée, en l'absence de différences significatives entre les superficies cultivées en ananas par les planteurs de cultures arborées et par les producteurs sans terre, et entre les superficies cultivées en ananas selon la superficie consacrée aux cultures vivrières. Il est assurément prématuré de tenter de mettre en évidence des facteurs de différenciation des superficies cultivées selon les unités de production, alors que la situation analysée résulte de processus dynamiques en cours et d'initiation récente, et que les différences sont somme toute réduites.

Ananas de conserve et ananas d’exportation, des cultures peu intégrées à l’économie de plantation villageoise

64Une typologie sommaire fondée sur le type de culture pratiquée fait apparaître une disjonction sensible entre les unités de production qui ont adopté la culture de l'ananas et celles pratiquant des cultures arborées :

Cultures arborées

81 unités de production

Cultures arborées + ananas

16 unités de production

Ananas

56 unités de production

6516 seulement des 72 producteurs d'ananas de Djimini-Koffikro sont propriétaires fonciers. Il s'agit des planteurs de cultures arborées et d'ananas ; les 56 planteurs "spécialisés" dans la production d'ananas comme culture de rapport sont tous des producteurs sans terre. La culture de l'ananas, qui occupe le terrain durant 18 à 24 mois, s'accommode d'un mode d'accès temporaire à la terre, contrairement aux cultures arborées pour lesquelles un accès permanent à la terre constitue une condition préalable évidente. C'est ainsi, en basse Côte d'Ivoire, la seule culture de rapport industrielle ou d'exportation susceptible d'être adoptée par un producteur sans terre. S'il est logique que les producteurs sans terre ne pratiquent pas de cultures arborées, on peut s'interroger sur les raisons du peu d'engouement manifesté par les planteurs de cultures arborées - propriétaires fonciers - pour la culture de l'ananas.

Cette attitude n'est pas propre aux planteurs de Djimini, le développement de la culture de l'ananas étant également limité chez les planteurs de cultures arborées des autres villages (14 exploitations sur 128). On retrouve cependant les mêmes dynamiques divergentes, abandon de la culture de l'ananas de conserve et développement récent de celle de l'ananas-export.

66Trois éléments contribuent à expliquer cette attitude, dans le cas de Djimini étudié de façon plus approfondie : le nombre important de planteurs absentéistes, d'insuffisantes disponibilités en main-d’œuvre et l'incidence de choix culturaux antérieurs.

67La culture de l'ananas, qui exige beaucoup de travail et une programmation précise de certaines façons culturales, est peu conciliable avec l'absentéisme du planteur, sauf si ce dernier a les moyens de rémunérer un chef de culture. Aucun planteur absentéiste n'avait de parcelle d'ananas en 1983/84. Relativement aux seuls planteurs résidents, la proportion de producteurs d'ananas augmente de 16 à 25 %. Etant donné les dynamiques divergentes de l'ananas de conserve et de l'ananas d'exportation à Djimini-Koffikro, cette faible participation ne correspond-elle pas à un désengagement vis-à-vis de la culture de l'ananas de conserve et à un projet de participation à celle de l'ananas-export, retardé par des considérations conjoncturelles ? Cette hypothèse est vérifiée, mais partiellement seulement, puisque 9 des 47 planteurs de cultures arborées habitant le village et ne cultivant pas d'ananas en 1983/84 étaient d'anciens producteurs d'ananas de conserve ; 7 planteurs envisageaient de créer une parcelle d'ananas-export mais n'avaient pu jusqu'alors concrétiser leur projet faute de moyens de financement pour l'achat des rejets. Les 40 planteurs qui ne prévoyaient pas de se lancer dans la culture de l'ananas avançaient systématiquement comme arguments la pénibilité et l'importance du travail nécessaire, alors qu'ils manquaient de main-d’œuvre et étaient, pour certains, "trop vieux pour se piquer" (référence aux épines des feuilles d'ananas). Une différence très nette existe effectivement entre les disponibilités en main-d’œuvre masculine des planteurs de cultures arborées et d'ananas (3,8 actifs en moyenne), et celles des planteurs pratiquant uniquement des cultures arborées (1,7 actifs). Les planteurs qui n'ont pas adopté la culture de l'ananas sont également plus âgés : 54 ans en moyenne, contre 48 pour les planteurs de cultures arborées et d'ananas. Joue enfin le délaissement de la culture de l'ananas de conserve par les planteurs de cultures arborées. Quand s'est présentée l'opportunité de pratiquer la culture de l'ananas-export en sous-traitance, les producteurs sans terre ont bénéficié d'une rente de situation, la création de la première parcelle d'ananas-export étant considérablement facilitée par la disponibilité en rejets provenant des parcelles d'ananas de conserve, et par une maîtrise technique au moins approximative de la culture.

68L'adoption de la culture de l'ananas est-elle induite, pour les planteurs de cultures arborées, par un problème de blocage foncier ? Les planteurs de cultures arborées ayant intégré l'ananas dans leurs systèmes de culture forment un groupe hétérogène. 8 sont de petits planteurs de cultures arborées (superficie moyenne des plantations : 3,7 ha), petits propriétaires fonciers (superficie moyenne des patrimoines : 4,4 ha) ; 6 autres bénéficient de réserves foncières et sont de "grands" planteurs de cultures arborées (superficie moyenne des plantations : 13,3 ha), "grands" propriétaires fonciers (superficie moyenne des patrimoines : 26 ha). L'un des producteurs est un "grand" planteur de cultures arborées (11,5 ha) bloqué dans l'extension de ses plantations, un autre est un petit planteur de cultures arborées (4 ha) qui dispose toutefois d'importantes disponibilités foncières (13 ha). L'hypothèse de l'adoption d'une culture intensive induite par la contrainte foncière est donc vérifiée dans une partie des cas seulement. Dans d'autres cas, cette adoption semble répondre à un objectif de maximisation du revenu sans que les disponibilités foncières soient pleinement valorisées.

Les conditions de l’intégration spatiale de l’ananas dans le terroir villageois

69Les modalités de l'insertion spatiale de l'ananas d'exportation ne revêtent aucune régularité, la culture pouvant être implantée après l'abattage d'une caféière ou le débroussage d'une jachère, et précéder une jachère ou une plantation arborée, voire être associée à cette dernière ; il en allait de même pour l'ananas de conserve jusqu'à la création des blocs de culture. Cultures vivrières et ananas-export n'entrent donc pas dans une succession établie et rien ne permet actuellement d'avancer qu'un système stabilisé ananas-jachère va se développer. La culture est dans la quasi-totalité des cas pratiquée sur des terrains loués pour la seule durée du cycle de culture et susceptibles d'être plantés en cultures arborées par le propriétaire, ou d'être destinés à un cycle de cultures vivrières après une phase de jachère. Des cas d'association ananas-export-palmiers (plantations de 1983 et 1984) ont été relevés, mais PALMINDUSTRIE est intervenue vigoureusement pour prohiber de telles associations.

70A la différence de l'ananas-export, l'ananas de conserve présente depuis 1978 un mode d'intégration spécifique aux terroirs villageois concernés par le bloc de Djimini-Koffikro, avec la création d'enclaves spatialement bien définies, dont l'existence est pérennisée par la signature de baux de 20 ans. La culture de l'ananas de conserve peut ainsi être conduite de façon totalement autonome. Peu intégrée économiquement à l'agriculture de plantation, elle l'est encore moins spatialement puisqu'elle se présente comme une culture enclavée (voir la carte 8).

Cultures arborées et ananas : réflexions sur les déterminants des choix culturaux

71En définitive, la reconversion de l'économie de plantation à Djimini-Koffikro ne peut être analysée sans faire référence à plusieurs éléments essentiels. En premier lieu, joue la non-reproductibilité de l'économie caféière et cacaoyère (du moins sans bouleversement des techniques culturales) et son déclin progressif. En second lieu, intervient l'introduction de nouvelles cultures pouvant venir en substitution au caféier et au cacaoyer. A ce sujet, trois points sont à souligner plus particulièrement : le rôle des sociétés de développement dans cette introduction, le décalage, dans le temps, des phases du développement des différentes cultures, et la durée parfois limitée de l'intervention des sociétés de développement. Ces éléments s'agencent selon les caractéristiques propres de chaque unité de production. La plasticité des systèmes de culture intégrant l'arbre, leur souplesse d'adaptation, leur capacité à intégrer une nouvelle spéculation, est beaucoup plus limitée que celle des systèmes basés sur des cultures de cycle court. L'occupation du sol lorsque se présente l'opportunité de pratiquer une nouvelle culture définit le "champ du possible" de l'adoption de cette dernière, dans la mesure où le planteur hésitera toujours à couper une plantation encore en production. Le problème du choix ne se pose au planteur que si une disponibilité foncière existe. En pratique, le décalage des phases d'intervention des sociétés de développement a souvent réduit ce choix à la simple alternative d'être ou non candidat à une opération de développement. L'attitude du responsable de l'unité de production est alors conditionnée par sa perception des caractéristiques techno-économiques de la culture qu'il envisage de pratiquer et par ses disponibilités en facteurs de production. Aussi l'analyse des choix culturaux à l'échelle de l'ensemble des unités de production s'avère-t-elle délicate, sinon impossible, puisqu'ils résultent d'un processus diachronique qu'il n'est pas aisé de reconstruire. Comment cerner quelles étaient les disponibilités en facteurs de production et le degré de connaissance des cultures, à chaque étape de l'évolution du système de culture, ou de sa non-évolution, lorsqu'une opportunité de pratiquer une nouvelle culture n'a pas été saisie ? Dans ce dernier cas, l'explication résidera parfois dans le refus de la société de développement de retenir la candidature du planteur au projet, les conditions d'adhésion au programme n'étant pas remplies ou le matériel végétal faisant défaut. On ne fera donc ici qu'évoquer très schématiquement les différents déterminants des choix culturaux, certains de ces points étant repris et détaillés par la suite.

Les déterminants liés aux cultures

Considérations techniques

72Les exigences agro-écologiques des cultures peuvent intervenir dans le choix du planteur ou dans les critères de sélection des candidats par les sociétés de développement. Cinq éléments jouent surtout, en agriculture villageoise, une fois ce champ du possible agronomique défini :

73La rapidité d'entrée en production après la plantation : le palmier présente à cet égard l'avantage de commencer à produire à 3 ou 4 ans, le délai entre la plantation et la première récolte étant de 6 à 7 années pour l'hévéa et de 7 ans ou plus pour le cocotier local. En général ces durées sont connues des planteurs, même s'ils ne pratiquent pas la culture.

  • 21 En particulier entre le palmier qui doit être abattu une vingtaine d'années après sa plantation (du (...)

74La durée de vie de la plantation : des différences existent entre cultures arborées21, mais l'argument est surtout invoqué vis-à-vis de la culture de l'ananas, "qu'il faut toujours replanter".

75La quantité de travail nécessaire à la culture : ainsi l'hévéa a-t-il la réputation de demander beaucoup de travail, l'ananas davantage encore ; le reproche est également adressé au cocotier, pour la fabrication du coprah.

76La régularité du travail (comme la saignée quotidienne de l'hévéa) peut être un argument négatif pour les planteurs amenés à s'absenter souvent et qui ne disposent pas de main-d’œuvre salariée ou d'aides familiaux.

77La pénibilité du travail : l'ananas a mauvaise réputation, puisqu'il faut travailler longuement en plein soleil et qu'il y a "trop de piquants" sur les feuilles. Les planteurs reprochent à l'hévéa le fait de devoir commencer la saignée en pleine nuit. La difficulté de récolte des graines de palme, lorsque le palmier grandit (il faut employer une faucille emmanchée sur une longue perche) a également constitué, à une époque, un repoussoir pour certains planteurs ; actuellement, les planteurs qui ne veulent pas récolter eux-mêmes les régimes peuvent trouver une main-d’œuvre contractuelle compétente à Djimini-Koffikro. A l'inverse, la facilité de la récolte des fruits, à l'époque où les planteurs vendaient les noix et non le coprah, est un argument toujours avancé pour expliquer l'adoption de la culture du cocotier.

L'efficacité de la structure d'encadrement

78Cette éfficacité joue incontestablement un rôle dans la diffusion d'une nouvelle culture encadrée et son devenir. Cet élément intervient tant dans la décision d'adoption de la nouvelle culture qu'ultérieurement, en phase de production. Ainsi, à la fin de la période "SALCI", de nombreux producteurs d'ananas de conserve en avaient abandonné la culture, le système de collecte étant défaillant et les fruits pourrissant dans les champs. A l'inverse, la qualité de l'organisation de la collecte des régimes de graines de palme dans le secteur d'Adiaké entre pour une grande part dans le succès de l'élaéiculture villageoise dans la région.

Le prix payé au producteur

79Ce facteur est un élément essentiel du choix du planteur. Qu'il stagne trop longtemps et s'amorce un désengagement se traduisant par un moindre entretien des parcelles, si ce n'est leur abandon total, comme dans les cas de l'ananas de conserve et du cocotier hybride ; qu'il augmente et une véritable fièvre saisit les planteurs. Lorsqu'en 1984 le prix du coprah passe de 70 à 160 F.CFA/kg, les planteurs se remettent à entretenir leurs parcelles, à fabriquer du coprah ou envisagent de construire un four, pour ceux qui n'en avaient pas encore. L'effet "prix" est également l'élément explicatif de l'essor de la culture de l'ananas d'exportation, depuis les années 1980. Cet effet joue toutefois pour des cultures déjà pratiquées par les planteurs ou par d'autres villageois, lors de la décision d'étendre ou non les plantations, ou vis-àvis de la réalisation des entretiens et des récoltes après la mise en terre. En revanche, lorsqu'une culture nouvelle est introduite dans le village, le planteur a une très vague idée du revenu potentiel (les prix et les rendements sont le plus souvent ignorés) et c'est alors la capacité de persuasion de l'encadrement et le "on-dit" qui jouent. Au-delà du niveau du prix interviennent les modalités de règlement de la production. Ainsi, la mensualisation du règlement des régimes de graines de palme est un argument toujours avancé en faveur de cette culture ; "Avec le palmier, on devient des fonctionnaires".

L'accès aux intrants et leur coût

  • 22 Ce qui peut être facilité - non exceptionnellement semble-t-il - par le versement d'un bakchich pou (...)

80Dans le cas des cultures encadrées, les intrants sont fournis à crédit au planteur, si la candidature de ce dernier a été retenue par l'encadrement22. Par contre, on verra que l'obstacle est de taille dans le cas de l'ananas d'exportation, pour le nouveau planteur qui doit acheter ses rejets.

81Tous ces éléments sont susceptibles d'être intégrés par le planteur dans le cadre d'un calcul économique. Ce calcul n'intervient pas lors de la décision d'adopter une nouvelle culture, ses différents paramètres étant alors non ou mal connus. Lorsqu'il s'agit d'étendre ou de renouveler des plantations, ces paramètres - avec les valeurs qu'ils prennent en condition villageoise et non en station expérimentale ou en plantations industrielles - sont bien maîtrisés. Il serait pour le moins hasardeux d'avancer que le planteur effectue le calcul de la valorisation de la journée de travail, mais le rapprochement du travail nécessaire, dans sa durée et sa pénibilité, et du revenu net est toujours réalisé.

82L'attitude d'un planteur n'est évidemment pas immuable, vis-à-vis des différents facteurs évoqués. Un changement d'attitude peut venir de l'effet des variations de prix, de l'accoutumance à de nouvelles techniques culturales, de l'apparition de dysfonctionnement des structures de développement, etc.

Les déterminants propres aux unités de production

Disponibilité en facteurs de production

83Les contraintes en terre et en force de travail, combinées ou non à l'échelle de chaque unité de production, peuvent constituer des facteurs de blocage à l'adoption d'une nouvelle culture. Soulignons le cas de l'ananas qui, contrairement aux cultures arborées, présente la possibilité d'être produit sur des terrains loués - il s'agit d'une culture non pérenne - (caractéristique positive) mais demande beaucoup plus de travail (caractéristique négative). Ces contraintes peuvent inciter le planteur à opter pour une spéculation lui permettant de réaliser d'autres cultures en association, au moins pendant une ou deux années. Plusieurs planteurs de cocotier GOA ont déclaré avoir opté pour ce dernier plutôt que pour le cocotier hybride, à une époque où il était possible de réaliser les deux types de plantation, du fait de l'interdiction, par la SODEPALM, de toute association avec les cocotiers hybrides.

84La contrainte de trésorerie a une incidence très forte sur la capacité à adopter une nouvelle culture ou à la développer ; elle joue sur les possibilités d'acquisition d'intrants (en particulier dans le cas de l'ananas-export) et d'embauche de manœuvres agricoles pouvant pallier une faible disponibilité en force de travail familiale.

Cultures pratiquées

85Ce déterminant intervient à plusieurs titres. D'abord, la connaissance que le planteur a d'une production peut influer positivement ou négativement sur sa décision de modifier son système de culture. Ensuite, du fait de l'objectif de diversification de la production affiché par tous les planteurs qui disposent de réserves foncières. Cet objectif correspond à une stratégie face au risque économique (évolution défavorable du prix ou problème d'écoulement de la production) ou agronomique (fonction de production incertaine). Il correspond également à l'attitude consistant à tester, puis à sélectionner "ce qui est bon". A la phase de diversification succède, lorsque les conditions le permettent et lorsqu'il n'y a pas de bouleversement dans les avantages relatifs présentés par les différentes cultures, une phase où l'effort est axé sur l'une des spéculations préalablement testée. Les autres cultures sont délaissées, ou du moins ne font plus l'objet d'extension spatiale. C'est le cas de certains planteurs de palmiers qui ont essayé la culture du cocotier et optent actuellement pour l'extension ou le renouvellement de leur palmeraie. En troisième lieu, intervient la rigidité des plans de production des cultures arborées, ou encore le problème de la fixité des facteurs.

86"Avant l'engagement du processus de production, l'exploitant dispose d'une liberté plus grande pour allouer les facteurs fixes dont il dispose, mais celle-ci est limitée par l'importance des investissements spécifiques déjà réalisés, et le coût additionnel de tout choix d'une production non encore pratiquée (investissements, compétence technique...). Ainsi, la persistance d'une situation médiocre n'implique pas qu’il soit plus profitable de s'orienter vers d'autres productions ; ce changement sera d'autant plus difficile que les capitaux fixes sont spécifiques à la production abandonnée, que la compétence technique de l'exploitant est faible relativement à la nouvelle culture, que celle-ci est exigeante en capitaux et qu’elle engage l'avenir pour un temps plus long." [Bublot, 1974.]

87L'adoption de cultures arborées conduit à une immobilisation à long terme des disponibilités en terre. Elle a donc une incidence directe sur les choix culturaux futurs, lorsque ces disponibilités sont limitées, d'autant que la reconversion d'une plantation en production n'est pas toujours économiquement rentable ni aisé. On a noté également comment la pratique de la culture de l'ananas de conserve facilite l'adoption de celle d'ananas-export : les techniques de production sont relativement maîtrisées et le fait de disposer des rejets économise le débours qu'occasionnerait l'achat de ces derniers. Enfin, les autres spéculations peuvent procurer des revenus permettant d'attendre l'entrée en production d'une nouvelle culture, de financer le coût des intrants non fournis par une société d'encadrement (cas de l'ananas d'exportation) ou de faire appel à une main-d'œuvre rémunérée, donc de desserrer la contrainte de liquidité.

Age du planteur

88L'âge du planteur peut avoir une incidence sur sa disponibilité en force de travail familiale (travail personnel ou capacité de mobilisation d'aides familiaux) et sur son "dynamisme" ; encore que tel planteur de plus de soixante-quinze ans n'ait pas hésité à étendre sa palmeraie en 1984.

89La figure 8 schématise l'articulation des déterminants des choix culturaux, dans le cas où la culture n'est pas inconnue du planteur.

Figure 8 - Cultures de rapport - déterminants des choix culturaux.

Figure 8 - Cultures de rapport - déterminants des choix culturaux.

La place des cultures vivrières dans les systèmes de culture23

  • 23 Ce chapitre reprend en partie un article rédigé en collaboration avec Anne Biarnes, agronome de l'O (...)
  • 24 42 sont producteurs d'ananas et de cultures vivrières, 23 producteurs de cultures vivrières. Rappel (...)

90En 1983/84, 135 unités de production pratiquent des cultures vivrières à Djimini-Koffikro. 65 responsables d'unités de production sont des PST, producteurs de cultures vivrières et éventuellement d'ananas, sur des terres empruntées ou louées24. Des 70 producteurs-propriétaires fonciers, 4 sont simples cultivateurs (pas de cultures arborées), les autres, planteurs. Seuls 3 des planteurs résidant à Djimini-Koffikro ne produisent pas de cultures vivrières.

Diversités des systèmes de culture vivriers

Les modalités de l’intégration spatiale des cultures vivrières et des plantations

91Ces modalités ont varié au cours de l'histoire économique du village, dans laquelle seront distinguées deux phases, une phase pionnière d'économie de plantation et une phase de reconversion de l'économie agricole villageoise. La phase pionnière d'économie de plantation débute dans les années 1920 et s'achève vers 1955-1960. La forêt noire originelle fait place à cette époque à des plantations de caféiers et, dans une moindre mesure, de cacaoyers. Les cultures vivrières et les arbustes sont alors complantés après le défrichement de la forêt noire ; à l'issue de deux ou trois années, les cultures vivrières laissent la place aux seuls caféiers ou cacaoyers. La production vivrière est ainsi générée par l'extension progressive des plantations. A la fin des années 1950, la forêt a presque complètement disparu et les plantations les plus anciennes cessent de produire. Les planteurs commencent à pratiquer un système vivriers-jachère sur une parcelle de forêt noire préservée à cette fin ou après l'abattage des plantations devenues improductives. La phase de reconversion de l'économie agricole villageoise débute vers 1960 et se poursuit jusqu'à présent grâce à l'introduction de nouvelles cultures. Cette reconversion conduit à une diversification des formes d'insertion des cultures vivrières dans les systèmes de culture : association temporaire, succession des cultures vivrières et des plantations, ou maintien du système à jachère. Actuellement, les cultures vivrières succèdent à une jachère à Eupatorium odoratum, courte en général ou à une ancienne plantation de caféiers ou de cacaoyers.

Cultures pratiquées

92Quatre cultures vivrières dominent spatialement et économiquement : le manioc, l'igname, le maïs et la patate douce. Le bananier plantain, le taro, l'arachide et divers légumes (tomate, gombo, piment, aubergine) occupent une place secondaire.

Figure 9 - Modalités de l'intégration spatiale des cultures vivrières et des plantations.

Figure 9 - Modalités de l'intégration spatiale des cultures vivrières et des plantations.

93L'essentiel des superficies cultivées en igname est consacré à la variété tardive Bété Bété. Le buttage et la plantation débutent dès l'installation de la grande saison des pluies, aux mois de mai-juin, et peuvent s'étaler jusqu'en juillet ; exigeante en eau, l'igname ne peut être implantée qu'à cette période. Les semenceaux (fragments de tubercules) représentent une part importante de la production : environ 2 tonnes, soit le tiers de la production pour un rendement moyen. La récolte a lieu 8 à 9 mois après la plantation, de décembre jusqu'à février, les tubercules étant stockés au champ sur des claies verticales ; la durée de conservation ne dépasse pas 6 mois sans risque de pourriture.

94Le manioc est planté préférentiellement en début de chaque saison des pluies, mais sa grande aptitude au dessaisonnement conduit à un étalement possible de la plantation tout au long de l'année. Les boutures - tronçons de tiges - sont plantées à plat, à une densité variant selon que l'igname et le manioc sont complantés ou pas. La récolte peut débuter au bout de 10 mois ; stocké en terre, le manioc destiné à l'autoconsommation peut être récolté au fur et à mesure des besoins pendant un an, mais une baisse de la qualité par lignification des tubercules au cours du temps réduit souvent la durée de consommation à 6 mois.

95Culture de cycle court (4 à 5 mois), exigeante en eau pendant les premiers mois, la patate douce peut être plantée au cours des deux saisons des pluies. Des fragments de tiges sont bouturés au sommet des buttes. La patate douce ne peut pas être conservée en terre comme le manioc, ni après la récolte comme l'igname.

96Le maïs est semé au début de chaque saison des pluies, à densité variable suivant l'importance accordée à cette culture. Les variétés locales utilisées ont un cycle de 3 à 4 mois. Les épis sont récoltés à deux stades : avant la maturité complète pour une consommation immédiate ou au stade d'épis secs pour une consommation différée.

Combinaisons culturales à l’échelle de la parcelle

97La diversité des cultures et des combinaisons possibles sur une ou deux saisons des pluies explique la complexité des pratiques observées, d'autant que les cultures vivrières peuvent être conduites dans le cadre d'un système à jachère ou, conjoncturellement, en succession ou association avec les cultures arborées ou l'ananas-export. Deux principaux systèmes vivriers-jachère peuvent être distingués, l'un à base de manioc, l'autre à base d'une association de l'igname et du manioc.

98Dans le cadre du système manioc-jachère, le débroussage d'une jachère courte (moins de 2 ans) est suivi de la plantation de manioc ; après la récolte, la parcelle est remise en jachère.

99Dans le système igname-manioc-jachère, la parcelle (après une jachère de 3 ans au minimum ou l'abattage d'une caféière ou d'une cacaoyère abandonnée) est plantée en igname puis en manioc avant d'être remise en jachère. La date de plantation du manioc est variable, avant ou après la récolte de l'igname ; le premier cas correspond à une complantation, le second à une succession.

100De rares producteurs pratiquent la succession, en avançant pour la justifier un objectif de forte production de manioc, nécessitant une densité de plantation élevée incompatible avec la complantation, ou la crainte d'abîmer les plants ou tubercules de manioc lors de la récolte de l'igname, en cas de complantation.

101La complantation igname-manioc reste le cas le plus fréquent. Le manioc est planté régulièrement entre les buttes d'igname, en général lors des premières précipitations annonciatrices de la petite saison des pluies, soit 3 à 4 mois après le buttage de l'igname lorsque celui-ci est effectué en mai. La gamme de variation entre parcelles est étendue, la plantation pouvant débuter moins d'un mois après celle de l'igname (association igname-manioc) et se prolonger jusqu'à moins d'un mois avant la récolte de l'igname (relais de l'igname par le manioc). L'explication de ces variations entre parcelles est à rechercher dans l'étude fine du fonctionnement des exploitations : objectifs de dessaisonnement du manioc ou de forte production de légumes dans la parcelle d'igname (la plantation du manioc étant alors différée pour éviter les phénomènes de compétition interspécifique), ou encore contraintes liées aux disponibilités en force de travail, en temps opportun. Ces variations se retrouvent également à l'échelle d'une même parcelle, du fait de l'étalement du buttage de l'igname et de la division possible de la parcelle en sous-parcelles contrôlées par des personnes différentes (épouses, filles, nièces du planteur), gérant chacune à sa manière les associations de culture dans l'igname.

102L'intérêt de la complantation résiderait dans l'économie d'espace et surtout dans le gain de temps de travail qu’elle permettrait. L'association réduit la durée d'occupation du sol par les cultures à 15 mois si l'igname est planté en juin et le manioc en septembre, contre 20 au minimum lorsqu'il y a succession. Dans un contexte de pénurie de terre, cette différence peut être importante. Deux arguments sont systématiquement avancés par les producteurs, concernant le gain de temps de travail : "on nettoie le manioc et l'igname en même temps" et "on débrousse un seul champ". Cette dernière affirmation est logique mais demande un éclaicissement ; le manioc planté en août-septembre peut jouer le rôle d'une culture de soudure, ce qui n'est pas le cas lorsqu'il est planté après la récolte de l'igname (cf. infra). La complantation du manioc et de l'igname économise ainsi le travail de défrichage d'une autre parcelle pour une culture de manioc de petite saison des pluies.

103La présence du maïs, de la patate douce ou des cultures secondaires est susceptible de complexifier ces systèmes de base. Le maïs et la patate douce, seuls, associés, ou en succession, peuvent précéder le système manioc-jachère. Le maïs se rencontre aussi en précédent du système igname-manioc-jachère. Légumes, taro et bananier plantain sont généralement complantés entre les buttes d'igname.

104La plantation d'ananas-export ou de cultures arborées peut interrompre à tous les niveaux les successions décrites précédemment.

105Les associations de cultures vivrières et d'ananas sont limitées au semis d'un cycle de maïs entre les lignes d'ananas-export, après la plantation de ce dernier. Selon l'Institut de Recherche sur les Fruits et Agrumes, cette pratique serait préjudiciable au bon développement de l'ananas, la présence du maïs favorisant le développement des populations de nématodes.

106En 1983/84, les associations de cultures vivrières et de cultures arborées concernaient uniquement les nouvelles plantations de palmiers à huile. Entre 1965 et 1976, lors du premier Plan Palmier, toutes les associations ont été interdites par la SODEPALM. En 1983, à la reprise des plantations, les encadreurs de PALMINDUSTRIE n'ont pas reçu de directives précises relatives aux associations, ce qui a permis aux planteurs de pratiquer ces dernières quasi systématiquement. Toutefois, la plantation du manioc dans les jeunes palmeraies, considérée comme nuisible au bon développement du palmier, est interdite dès 1984, les encadreurs allant jusqu'à arracher les plants dans les parcelles. Seules sont alors tolérées les cultures de cycle court, maïs et patate douce, ainsi que l'igname. A partir de 1985, PALMINDUSTRIE interdit à nouveau la complantation des cultures vivrières ou de l’ananas-export et des jeunes palmiers ; cette complantation retarderait le semis de la plante de couverture et nuirait ainsi à sa fonction de contrôle de la végétation adventice.

Combinaison des cultures à l’échelle des unités de production

107Les combinaisons culturales décrites à l'échelle de la parcelle peuvent se retrouver à celle de l'unité de production (parcelle d'igname-manioc, etc.), ou y être juxtaposées (parcelle d'igname-manioc et parcelle de manioc, etc.). Dans certains cas, elles peuvent être "éclatées" entre deux unités de production, le maïs étant par exemple cultivé par un producteur sans terre, tandis que le manioc est complanté par le propriétaire de la parcelle. L'annexe 9 présente une typologie détaillée des unités de production de Djimini-Koffikro, selon le type de système vivrier quelles pratiquent. Trois points majeurs doivent être soulignés :

  • l'importance de la culture du manioc, présente dans 94 % des unités cultivant des produits vivriers en 1983/84 ;

  • la relation entre la culture de l'igname et le statut foncier : 93 % des producteurs-propriétaires fonciers pratiquent le système igname-manioc-jachère, contre 28 % seulement des producteurs sans terre ;

  • les producteurs sans terre et un certain nombre de producteurs-propriétaires "bloqués" sur le plan foncier n'ont pas un système stabilisé, reproduit d'une année sur l'autre. Cette non-stabilisation joue sur les cultures pratiquées, les dates d'implantation des différentes cultures et les superficies plantées qui peuvent varier du simple au double.

  • 25 En excluant les parcelles mises en culture uniquement pour un cycle de patate douce ou de maïs, du (...)

108On distinguera 3 groupes suivant l'importance des superficies défrichées lors de la campagne 1983/84 par unité de production25 :

les "petits producteurs" (superficie ≤ 0,7 ha) 

: 80 unités de production, superficie moyenne 0,5 ha

les "moyens" (0,7 <superficie≤ 1,6 ha

 : 37 unités de production, superficie moyenne 1 ha

les "grands" (1,6 <superficie≤ 4 ha)

 : 10 unités de production, superficie moyenne 2,5 ha

109En moyenne, la superficie défrichée lors de la campagne a été de 0,8 ha pour l'ensemble des unités de production du village. Le critère d'appartenance aux groupes précédemment distingués - exploitations productrices de cultures vivrières (exclusivement), de cultures arborées, ou d'ananas (pas de cultures arborées) - n'est pas significativement discriminant, vis-à-vis des superficies consacrées aux cultures vivrières (superficies moyennes respectives : 0,6, 0,8 et 0,7 ha).

110En moyenne, les unités de production qui intègrent l'igname dans leur système de culture ont implanté 0,9 ha en cultures vivrières, les autres, 0,7 ha ; ici encore la différence n'est pas significative.

  • 26 Superficie moyenne des parcelles des aides familiaux : 0,5 ha en moyenne pour les hommes, 0,25 pour (...)

111Les parcelles des aides familiaux, dont la création est souvent conjoncturelle, viennent complexifier le système de base de l'unité de production principale tel que nous venons de l'esquisser. Il s'agit essentiellement de parcelles de patate douce ou de manioc destinés à la vente26.

Cultures vivrières autoconsommées, cultures vivrières de rapport

112L'analyse de la production vivrière à une échelle locale suggère de rechercher une réponse aux deux interrogations suivantes : les unités de production sont-elles ou non autosuffisantes en produits vivriers de base, l'autosuffisance étant entendue comme auto-approvisionnement total du groupe de consommation ? La commercialisation des cultures vivrières concerne-t-elle des excédents conjoncturels ou structurels ?

Cultures vivrières autoconsommées, cultures vivrières commercialisées

113La fonction économique assignée aux cultures vivrières varie d'abord selon l'origine ethnique des producteurs. La distinction de deux grands groupes, "originaires du Nord" (Ivoiriens ou non) et Baoulé, permet de présenter quelques traits forts (cf. tableau A42, annexe 1) : le manioc est consommé et surtout vendu aussi bien par les originaires du Nord que par les Baoulé ; la patate douce apparaît en tant que produit vivrier commercialisé, avec une spécialisation "ethnique" marquée : il s'agit d'une "culture de Dioula", aux dires des Baoulé ; l'igname est une culture d'autoconsommation, systématiquement pratiquée par les Baoulé pour lesquels elle constitue l'aliment le plus apprécié ; enfin le maïs est consommé et vendu - dans de faibles proportions - par les producteurs originaires du Nord.

114La fonction économique des cultures vivrières varie également selon le statut du producteur et de la parcelle, au sein d'une même unité de production. Ainsi le manioc planté dans la parcelle d'igname est-il, chez les Baoulé, en partie consommé par l'ensemble du groupe domestique et en partie commercialisé par les femmes pour leur propre compte. Cultivé sur une parcelle autonome par un aide familial ou par le responsable de l'unité de production, le manioc sera avant tout destiné à la vente.

115L'importance respective des différentes cultures vivrières et leur rôle ont évolué avec le temps. A l'époque pionnière, l'igname, le bananier plantain et le taro étaient les principales cultures d'autoconsommation, qui donnaient également lieu à des ventes. Le manioc - il s'agissait d'une variété amère - planté à faible densité dans la parcelle d'igname était destiné uniquement à la consommation familiale. La fin des défrichements de forêt a conduit à une forte réduction des cultures du bananier et du taro, devenues marginales ("la terre est trop fatiguée"). La culture de l'igname continue à être pratiquée mais avec des résultats qui, selon les planteurs, sont moins bons qu'à l'origine et ne permettent plus de dégager des excédents commercialisés importants. L'introduction dans les années 1960 d'une variété de manioc doux, le Bonoua rouge, a présenté dans ce contexte un double avantage. D'une part, cette variété plus productive et plus appréciée que la variété amère a permis de pallier la réduction des productions vivrières "traditionnelles" d'autoconsommation. D'autre part, il s'agit d'une production pour laquelle existe une demande des centres urbains proches (Grand-Bassam, Abidjan) et présentant de nombreux avantages culturaux, ce qui a favorisé son développement comme culture commercialisée. Dès lors, le manioc a cessé d'être une culture contrôlée exclusivement par les femmes baoulé ou agni, certains hommes la récupérant, en partie au moins, comme culture de rapport. Pour les PST, elle a permis l'apparition ex nihilo d'une production vivrière de rapport. Le développement de la culture du maïs comme production d'autoconsommation à Djimini-Koffikro est directement imputable à l'arrivée, depuis la fin des années 1950, de producteurs agricoles originaires du nord de la Côte d'Ivoire, de Haute-Volta et du Mali. Enfin, l'essor de la patate douce comme culture de rapport non marginale est récent, puisqu'il s'est amorcé en 1983, lorsque le prix au producteur a doublé en quelques mois. La spécialisation antérieure des Dioula dans sa production explique qu'ils l'aient développée comme culture de rapport ; cette spécificité ethnique pourrait disparaître si les prix restent élevés.

Cultures pratiquées et autosuffisance alimentaire

116La présence de l'igname dans le système de culture vivrier semble conditionner l'accès à l'autosuffisance alimentaire.

117Les producteurs qui n'intègrent pas l'igname dans leur système de culture (rappelons qu'il s'agit pour la plupart de producteurs sans terre) déclarent tous, à quelques exceptions près, ne pas être autosuffisants en produits vivriers de base et acheter du riz. Un calcul théorique des disponibilités en calories par consommateur montre pourtant une autosuffisance potentielle de ces producteurs (cf. annexe 10). Dans l'hypothèse de rendements faibles, la superficie nécessaire pour assurer l'équilibre énergétique d'une ration alimentaire annuelle est de 0,2 ha de manioc par consommateur adulte, alors que les superficies cultivées en manioc par 33 des 44 unités de production n'ayant pas adopté la culture de l'igname sont supérieures à ce seuil.

118Deux éléments interviennent pour expliquer cette apparente contradiction :

  • 84 % des producteurs créent une seule parcelle de manioc par an. Or, le manioc n'est consommable que 10 à 17 mois après la plantation, au-delà la qualité s'altère jusqu'à environ 24 mois, les pertes au champ étant importantes d'après les déclarations des enquêtés. Le calcul rapportant la superficie cultivée au nombre de consommateurs peut ainsi faire apparaître un faux équilibre, lorsque la production est disponible sur 6 mois et non sur un an ; la surproduction pendant une partie de l'année ne peut compenser le déficit qui suit. Notons que la production éventuelle de maïs permet de réduire la période de soudure ; du fait des superficies réduites et des faibles rendements obtenus à Djimini-Koffikro, le maïs ne peut cependant satisfaire les besoins du groupe de consommation.

  • Tous les producteurs déclarent vendre du manioc. La culture du manioc répond en effet à une stratégie de production de rapport, l'autoconsommation de tubercules portant sur une période limitée. Cette stratégie s'explique tant par les préférences alimentaires des producteurs originaires du Nord, accordant leur préférence aux céréales ("on vend le manioc, on achète du riz"), que par l'impossibilité pour la majorité de ces producteurs de conserver la parcelle louée, au-delà de 1 ou 2 mois après l'arrivée à maturité du manioc (cf. infra).

119Dans leur majorité, les producteurs qui pratiquent un système vivrier incluant l'igname déclarent être autosuffisants. Il convient de souligner l'efficacité du système igname-manioc, dans une optique d'autosuffisance alimentaire, lorsque le manioc est planté en août. Les périodes de consommation de l'igname et du manioc sont alors complémentaires : planté 3 à 4 mois après l'igname, le manioc entre en production quand les stocks d'igname sont épuisés (l'igname pouvant être conservé environ 6 mois après la récolte). En revanche, s'il y a succession, le manioc et l'igname entrent en production au même moment.

120Le manioc ne peut toutefois être consommé pendant 6 mois que si le producteur peut conserver la parcelle pendant ce laps de temps (propriétaires fonciers ou producteurs sans terre ayant des relations privilégiées avec un propriétaire foncier).

Figure 10 - Association igname-manioc, succession igname-manioc : cycles de cultures et périodes de consommation.

Figure 10 - Association igname-manioc, succession igname-manioc : cycles de cultures et périodes de consommation.

121Le calcul théorique de la superficies en igname-manioc par consommateur constitue ici une approche partielle puisque bananier plantain et taro sont souvent des composantes de ce système. Dans les conditions de Djimini-Koffikro, la superficie moyenne enregistrée de 0,10 ha en igname-manioc par équivalent consommateur adulte" semble assurer l'autosuffisance alimentaire du groupe de consommation, ce qui n'exclut pas des achats épisodiques de riz pour diversifier l’alimentation.

Cultures vivrières de rapport ou vente d’excédents conjoncturels ?

122La vente d'excédents conjoncturels correspond à la commercialisation, en cas de bonne récolte, d'une fraction d'une production destinée avant tout à couvrir les besoins alimentaires domestiques ; la production vivrière de rapport désigne la création délibérée d'un surplus ("excédent structurel") destiné au marché.

123A Djimini-Koffikro, le maïs et l'igname répondent, sauf exceptions, à un objectif d'autoconsommation alimentaire. Les ventes portent sur des surplus conjoncturels, le risque de dégradation de l'igname en cas de longue conservation incitant le producteur à vendre de tels surplus. La vente d'un surplus de maïs correspond à une volonté de diversification de l'alimentation par l'achat de riz. A l'inverse, la culture de la patate douce répond presque exclusivement à une stratégie de production de rapport. La fonction économique du manioc est plus complexe à analyser. Le rôle du manioc complanté avec l'igname est ambivalent, puisqu'il est à la fois consommé et vendu ; ces ventes peuvent être assimilées à l'écoulement de surplus conjoncturels ou de faibles surplus structurels. La production de manioc en culture pure, par les exploitations ayant intégré l'igname dans leur système de culture, répond systématiquement à une stratégie de création d'un surplus structurel, le manioc consommé provenant de la parcelle complantée en igname et en manioc. Pour les exploitations ne cultivant pas l'igname (cas de la majorité des producteurs sans terre), la stratégie de production de manioc d'autoconsommation avec vente de surplus conjoncturel et la stratégie de production de manioc d'autoconsommation et de rapport sont difficiles à distinguer quand le degré d'autoconsommation et la production totale des parcelles de manioc sont inconnus. Cependant, un ratio "Superficie cultivée en manioc/nombre de consommateurs" supérieur à 0,2 ha (soit 33 unités de production sur 44) semble clairement témoigner d'une stratégie de création de surplus structurels. De plus, les contraintes pesant sur le producteur qui loue une parcelle - restitution obligatoire de celle-ci un à deux mois après l'arrivée à maturité du manioc - le placent de fait dans une optique de commercialisation (les tubercules de manioc ne se conservant pas une fois récoltés). Modalités d'accès à la terre et préférences alimentaires se conjuguent pour imprimer à la production de manioc des producteurs sans terre un caractère de culture de rapport prononcé.

  • 27 Ces chiffres ne sont pas excessivements marqués par la hausse du prix du manioc intervenue pendant (...)

124Le poids prépondérant du manioc dans la commercialisation des produits vivriers apparaîtra bien lors de l’analyse des résultats de la campagne 1983/84. A l'échelle de l'ensemble des unités de production du village, le manioc a représenté 78 % de la valeur des ventes de produits vivriers, la patate douce 12 %, l'igname 6,5 % et le maïs 3,5 %27.

125La pratique de cultures vivrières de rapport concerne des superficies réduites. Une fois exclues les parcelles d'igname-manioc (prioritairement destinées à l'autoconsommation), pour les producteurs intégrant l'igname dans leur système de culture, on obtient la superficie des parcelles dont la production est destinée à la vente, soit en moyenne 0,4 ha par unité de production. Il est impossible de dissocier à l'échelle du village les parcelles destinées à l'autoconsommation de celles destinées à la vente pour les producteurs ne pratiquant pas la culture de l'igname. Les superficies en jeu restent au demeurant faibles : 0,7 ha en moyenne : même si l'ensemble de la production répondait exclusivement à une stratégie de commercialisation, comme cela semble être le cas, celle-ci concernerait des superficies limitées.

Incidences des contraintes culturales et foncières sur le choix des cultures

Contraintes culturales

126On fera ressortir les avantages et les contraintes liées aux principales cultures vivrières pratiquées à Djimini-Koffikro, sur la base de quelques caractéristiques culturales élémentaires.

127La durée minimale de jachère requise par la culture de l'igname est une contrainte certaine dans un contexte de pénurie de terre. Les producteurs-propriétaires fonciers non "bloqués" peuvent assurer une durée de jachère suffisante (3 années au minimum) pour une production d'igname, même médiocre ; par contre, la jachère peut avoir été d'une durée bien inférieure lorsque la parcelle est louée. Des PST étant en mesure de négocier correctement l'accès à la terre peuvent également cultiver l'igname ; c'est fréquemment le cas de gérants de plantations appartenant à des propriétaires absentéistes, ou de PST installés depuis longtemps à Djimini-Koffikro et ayant établi des relations privilégiées avec certains propriétaires fonciers. Les producteurs-propriétaires fonciers "bloqués" peuvent leur être assimilés. Cette contrainte ne pèse pas avec la même acuité pour le manioc, la patate douce et le maïs, qui peuvent être plantés après une jachère de courte durée.

128Les besoins en tubercules pour la plantation représentent également une contrainte sensible pour les producteurs qui veulent commencer à pratiquer la culture de l'igname. Le coût de l'acquisition des semenceaux peut être estimé, en 1984, à environ 100 000 F.CFA/ha. Ce coût exclut de facto les producteurs sans terre arrivés depuis peu à Djimini-Koffikro, qui préfèrent consacrer leurs ressources financières et leur force de travail à une culture moins contraignante (manioc) ou économiquement nettement plus intéressante (ananas). Ce problème ne se pose pas pour les autres cultures qui nécessitent, comme matériel végétal de reproduction, des fragments de tiges dans le cas du manioc et de la patate douce, ou 10 à 15 kg/ha de grains dans celui du maïs, soit une valeur de 1 000 à 1 500 F.CFA/ha.

129La souplesse d’implantation est maximale pour le manioc, moindre pour le maïs et la patate douce et limitée à la grande saison des pluies dans le cas de l'igname.

130La durée des cycles de culture varie de 4 mois pour le maïs et la patate douce à 8 mois pour l'igname, et de 10 à environ 17 mois pour le manioc. Dans le contexte foncier de Djimini-Koffikro, une faible durée du cycle de culture est un avantage permettant dans certains cas un accès à la terre au titre de prêt, pour les producteurs sans terre, et limitant la durée d'occupation du sol, facteur rare pour certaines unités de production.

131Le buttage pour la plantation de l'igname et de la patate douce demande un travail important. La pointe de travail exigée à une époque précise et limitée de l'année constitue une contrainte difficilement surmontable lorsque l'igname est déjà une culture d'autoconsommation, pour qui voudrait en faire une culture de rapport.

132Les contraintes inhérentes à la production d'igname contribuent à éclairer sa faible adoption par les producteurs sans terre et le fait qu’elle soit presque exclusivement une production d'autoconsommation. Présentant l'avantage d'être relativement peu sensible aux aléas climatiques, à l'inverse du maïs, l'igname assure une bonne sécurité alimentaire. Elle sera cultivée "par goût et par nécessité" par certains, comme les Baoulé, "par nécessité" par d'autres, comme par exemple des Maliens soucieux d'assurer leur autosuffisance alimentaire du fait de l'importance du groupe de consommation, et qui en ont la possibilité : propriétaires fonciers et PST socialement bien intégrés.

Contraintes foncières

133L'analyse de l'incidence de la contrainte foncière sur les systèmes vivriers nécessite une approche distinguant propriétaires fonciers et producteurs sans terre, cette contrainte résultant pour les premiers d'un choix (stratégie d'utilisation de leurs disponibilités foncières pour d'autres cultures que les cultures vivrières) et pour les seconds d'un état de fait.

Producteurs sans terre

134Rappelons que les modalités d'accès à la terre sont variables : emprunt gratuit et sans condition pour la durée d'un cycle de culture ; prêt de terre par le propriétaire foncier à son manœuvre ; location, formule d’abougnon sur la culture du manioc ; prêt de terre contre le défrichement d'une parcelle ou contre l'entretien de jeunes plantations, pour le compte du propriétaire foncier. Quel que soit le mode d'accès à la terre, la mise à disposition d'une parcelle est toujours limitée dans le temps.

135Ces modes d'accès à la terre se traduisent par la limitation de la fonction d'autoconsommation, la restriction du choix des cultures pratiquées, et l'instabilité des systèmes vivriers au sein des unités de production. Ils contribuent également à expliquer le caractère limité de la production vivrière.

136Plusieurs éléments tendent à la limitation de la fonction d'autoconsommation et à la restriction des choix culturaux. Le "contrat" de location d'une parcelle pour la culture du manioc ne permet pas au preneur de conserver celle-ci pendant la durée possible de stockage en terre des tubercules. Le propriétaire exige le plus souvent que le terrain soit libéré au bout de 12 à 13 mois, ce qui limite la durée de consommation sur la parcelle et contraint à la vente. La formule d'abougnon impose, elle, la culture du manioc en vue d'une commercialisation. Par contre, l’abougnon a la possibilité de réaliser un premier cycle d'igname, de maïs ou de patate douce pour son propre compte ; le manioc et l'igname ne pourront pas être complantés, le propriétaire exigeant une densité de manioc correspondant à celle d'une culture pure [Biarnes, 1985].

137Dans un contexte de pénurie de terre, n'importe quel terrain sera accepté à n'importe quelle époque. L'opportunité d'accès à la terre guide le choix des cultures pratiquées selon les précédents culturaux, avec par exemple l'exclusion de l'igname du fait d'une jachère antérieure trop courte. Intervient aussi l'époque d'accès à la terre, qui s'il est trop tardif conduira à la suppression d'une culture de premier cycle ou nuira à sa réussite.

138Enfin, les prêts pour une durée limitée réduit le choix des cultures aux productions de cycle court, maïs ou patate douce.

139L'instabilité des systèmes vivriers tient en partie au fait qu'à chaque nouvelle campagne, le risque est grand pour le producteur sans terre de ne pas trouver une parcelle ou de ne pas la trouver au meilleur moment. Tout se jouera en fonction des opportunités, des relations personnelles nouées avec les propriétaires. Cette incertitude profonde marque la production vivrière des producteurs sans terre et se conjugue avec le caractère spéculatif qu’elle peut revêtir à Djimini-Koffikro pour conduire à un "flou structurel" des systèmes vivriers que pratiquent ces derniers.

140La difficulté d’accès à la terre et son coût contribuent à expliquer le caractère limité de la production vivrière de la plupart des producteurs sans terre. Le niveau élevé de la rente foncière doit être souligné ; dans la perspective d'une production d'autoconsommation, le coût d'une location, traduit en termes de pouvoir d'achat en riz, équivaut à la valeur de 170 à 230 kg de riz, soit 200 à 270 jours de consommation pour un adulte. Le montant de la rente foncière se conjugue avec le niveau et la variabilité des rendements à Djimini-Koffikro et le niveau des prix des produits vivriers pour expliquer les limites d'une production vivrière de rapport vers laquelle le producteur se tournera à titre secondaire ou s'il n'a pas l'opportunité de pratiquer la culture de l'ananas.

Producteurs-propriétaires fonciers

141L'analyse de la contrainte foncière, relativement à la production vivrière des producteurs-propriétaires fonciers, conduit à l'étude des choix culturaux (importance relative des cultures vivrières et des cultures arborées) et de la fonction économique impartie aux productions vivrières (autoconsommation ou cultures de rapport). Pour ces producteurs la contrainte foncière qui pèse éventuellement sur la production vivrière n'est que le révélateur d'une stratégie d'occupation du sol privilégiant les cultures arborées.

142En 1983/84, les cultures arborées occupent la totalité des disponibilités foncières de 5 unités de production ; 15 planteurs n'ont pas conservé une superficie suffisante pour assurer l'équilibre du système vivrier-jachère. Ces 20 planteurs se trouvent donc en situation de dépendance foncière, systématique ou épisodique, pour leur production vivrière. Mais leurs négociations pour l'accès à la terre sont facilitées, par rapport aux producteurs sans terre, du fait de relations privilégiées avec les autres planteurs, ce qui leur permet le plus souvent de pratiquer la culture de l'igname. Les 50 autres planteurs sont actuellement en mesure d'assurer leur production vivrière de façon autonome. Pour certains, cette situation résulte de la mise en oeuvre d'une stratégie d'autonomie foncière. Pour d’autres, elle n’est que le reflet de la progressivité du processus d'extension des plantations, l'objectif restant l’occupation intégrale ou quasi intégrale des terres disponibles par les cultures arborées.

143Ces stratégies d'autonomie ou de dépendance foncière ne sont pas indépendantes de la superficie totale dont dispose le planteur. Les planteurs qui se trouvent en situation de dépendance foncière pour leur production vivrière ou envisageant une telle situation, possèdent en règle générale des superficies limitées (moins de 5 ha pour la plupart, entre 5 et 10 ha pour quelques-uns) ; à l’inverse, les planteurs qui optent pour une stratégie d'autonomie foncière disposent généralement de plus de 10 ha. Ainsi, 10 des 20 unités de production qui sont en 1983/84 en situation de dépendance foncière totale ou épisodique pour leur production vivrière contrôlent moins de 5 ha ; une seule possède plus de 10 ha. Globalement, 67 % des unités de production pratiquant des cultures vivrières et possédant moins de 5 ha empruntent ou louent de la terre, pour 3 % seulement parmi celles dont le patrimoine foncier dépasse 10 ha.

144Lorsque les disponibilités foncières sont limitées, une priorité est accordée, en matière d'occupation du sol, aux cultures arborées. Cette stratégie de dépendance foncière pour la production vivrière n’est pas contradictoire, dans l’optique du planteur, avec l'objectif d'autosuffisance alimentaire ("on se débrouille pour trouver la terre"), mais pose à terme le problème de l'auto-approvisionnement en produits vivriers, du fait de l'extension actuelle des cultures pérennes.

145Il faut enfin souligner qu'aucun planteur ne réserve une partie des superficies qu'il contrôle pour pratiquer des cultures vivrières de rapport, préférentiellement à d'autres productions. La production vivrière de rapport est conjoncturelle, solution d'attente avant d'avoir la possibilité de planter le terrain en palmiers, en hévéas ou en ananas-export. La compréhension de ce choix renvoie à l’étude de la valorisation de la force de travail et de la terre par les différentes cultures, à la minimisation des risques économiques et à la contrainte en force de travail.

146En définitive, l'analyse des systèmes vivriers et de leur dynamique à Djimini-Koffikro fait ressortir quelques déterminants fondamentaux non indépendants :

147Le processus de développement des plantations a une incidence sur le mode d'intégration des cultures vivrières (en précédent des plantations, en association, ou dans le cadre d'un système vivriers-jachère) et sur les espèces cultivées. L'extension des cultures arborées encadrées se traduit par une restriction du choix des cultures vivrières pouvant leur être associées, voire par une interdiction de ces associations.

148L’introduction d'une nouvelle variété de manioc, dans les années 1960, a permis le développement de cette culture qui présentait le double avantage de pouvoir être une culture de rapport ou une culture de soudure, alors que taro et bananier plantain voyaient leur importance diminuer avec la fin des défrichements sur forêt noire.

149Les modalités d'accès à la terre, pour les producteurs qui en sont totalement dépourvus et, dans une moindre mesure, pour les producteurs-propriétaires fonciers "bloqués", se traduisent par une restriction dans le choix du système de culture, par une instabilité de ce système et par une limitation de l’éventuelle fonction d'autoconsommation de la culture du manioc, explicite lorsque la parcelle est prise en abougnon, implicite lorsqu'elle est louée. En cas de faibles disponibilités foncières, les producteurs-propriétaires fonciers accordent une priorité aux cultures arborées. A l'heure actuelle, cette priorité ne conduit pas à un abandon des cultures vivrières, mais traduit un choix de dépendance foncière.

150Globalement, la production vivrière de rapport reste limitée par la priorité accordée à l’ananas par les producteurs sans terre et aux cultures arborées par les producteurs-propriétaires fonciers, ce qui renvoie à une analyse économique en termes de coûts et d'avantages des différentes cultures.

  • 28 Du fait de l'incertitude relative à l'accès à la terre pour les producteurs sans terre et certains (...)

151Il n'est pas inutile, avant de conclure ce chapitre, de souligner les difficultés rencontrées lors de l'étude des systèmes de culture vivriers à Djimini-Koffikro. Ces difficultés tiennent aux trois points suivants : diversité des cultures pratiquées et des combinaisons de ces cultures dans le temps et dans l'espace ; variabilité, pour une culture ou une combinaison de cultures, des dates de plantation ou de semis, des densités et des rendements ; instabilité des unités de production, quant à leur composition28 et quant à leur existence même (producteurs sans terre susceptibles de quitter le village après la récolte) ; instabilité également des cultures et combinaisons culturales pratiquées et des superficies utilisées par chaque unité de production. Comment définir le système de culture vivrier d'une unité de production qui une année mettra en culture une parcelle de maïs et l'année suivante une parcelle de manioc ? Est-il même justifié de parler alors de système de culture vivrier ?

152Ces difficultés rendent complexe l’analyse de la mise en œuvre des facteurs de production. limites d’un raisonnement en termes de superficie, en l'absence d'un système de culture unique et problème de l’affectation d'un flux de travail à une ou plusieurs cultures, dans le cas d’une association culturale ou lorsque le système de culture à l'échelle de la parcelle est éclaté entre deux unités de production. L'analyse comparative des unités de production est malaisée, du fait de la difficulté d'élaborer une typologie et d'extrapoler à partir des résultats éventuellement obtenus après une étude fine du fonctionnement de quelques unités de production. Enfin, ces difficultés posent le problème de validité statistique des résultats obtenus : l'hétérogénéité des systèmes de culture nécessite la multiplication des observations, difficile à réaliser en l’absence de moyens "lourds". Elles soulignent les limites, dans un tel environnement, d'une approche de type statistique couramment rencontrée dans les documents produits par ou pour l'administration du développement, qui raisonne en termes de superficie en cultures vivrières par unité de production sans faire référence aux systèmes de culture pratiqués.

153L’analyse des dynamiques culturales a conduit à mettre en évidence quelques éléments essentiels que l'on rappellera en conclusion.

154Les cultures du caféier et du cacaoyer traditionnels ne sont plus pratiquées à Djimini que par une minorité d’unités de production, à l'inverse des autres cultures arborées introduites dans le village depuis la fin de la phase pionnière. Les replantations en caféiers ou en cacaoyers sont totalement marginales, du fait des faibles résultats obtenus dans le contexte agro-pédologique local. L'apparition d'opportunités de substitution - et, pour une minorité de cas, de diversification - par de nouvelles cultures arborées, palmier, cocotier et hévéa, est liée à l'intervention de plusieurs structures de développement. Les enquêtes complémentaires effectuées dans la région qui nous intéresse mettent en évidence les étapes - dont le contenu est spécifié par le contexte local et historique - d'un processus général de mutation de l'économie de plantation, décrit de façon plus approfondie pour Djimini-Koffikro.

155L'importance relative des superficies cultivées à Djimini par unité de production en spéculations arborées autres que le caféier et le cacaoyer traditionnels est variable. Elle est plus prononcée pour les unités de production disposant de petits patrimoines fonciers et/ou dont le responsable est absentéiste. La disparition des vieilles caféières et cacaoyères est plus marquée chez ces derniers, les grands patrimoines subissant des contraintes temporelles à la reconversion, liées à la disponibilité en matériel végétal, à des problèmes de main-d’œuvre, etc. Ces contraintes sont difficiles à surmonter si les planteurs ne bénéficient pas de revenus extra-agricoles (cas de la majorité des résidents). Un indicateur de l'incidence de ces contraintes à la reconversion est le poids relatif des "autres occupations du sol", phase transitoire entre la mort et l'abattage des vieilles plantation de caféiers et de cacaoyers et la replantation avec de nouvelles espèces. La reconversion s'imposait de facto pour les planteurs entrés en possession d'un capital végétal de valeur faible ou nulle, lors d'une donation ou d'un achat (patrimoines fonciers de petite superficie et/ou contrôlés par des non-résidents).

156Le palmier à huile est nettement dominant à Djimini-Koffikro, parmi les cultures arborées. Cette dominance s'explique par la durée de l'intervention de la société de développement et par les avantages relatifs de cette culture. Le palmier domine également à Kongodjan et Assé-Maffia ; à Amangare, il a une importance sensible mais le cacaoyer planté lors de la phase pionnière reste la culture dominante en termes de superficie. Enfin, il est marginalement cultivé à Aboutou, non parce que les planteurs refusent de l'adopter, mais parce que PALMINDUSTRIE n'y intervient pas, les conditions pédologiques ne convenant pas au palmier selon la société ; caféier et surtout cocotier local y dominent donc.

157Des disponibilités foncières importantes, effectives ou potentielles, existent pour les moyens et les grands patrimoines, et permettent d'envisager une progression importante des superficies plantées en palmiers ou en hévéas, mais au détriment, à Djimini, des superficies consacrées aux cultures vivrières par les producteurs sans terre.

158Cultures arborées et ananas se retrouvent marginalement dans une même unité de production. Cette relative spécialisation s'explique, pour les producteurs d'ananas, par l'absence de choix (l'accès précaire à la terre interdisant la pratique des cultures pérennes) et, pour les planteurs de cultures arborées, par l'allocation préférentielle des facteurs de production aux spéculations arborées. Interviennnent dans cette situation le faible intérêt économique de la culture de l'ananas de conserve, des contraintes en force de travail, et le fait que l'adoption actuelle de la culture de l’ananas-export est difficile pour les planteurs qui n'avaient pas adopté préalablement celle de l'ananas de conserve.

159Les systèmes vivriers pratiqués à Djimini-Koffikro sont fortement conditionnés par les modalités d'accès à la terre et par les habitudes de consommation alimentaire. La fonction économique des cultures vivrières renvoie à ces deux facteurs, mais également à un calcul économique qui permettra d'expliquer le caractère spéculatif des productions de patate douce et, dans bon nombre de cas, de manioc.

160Trois groupes d'unités de production ont été définis à Djimini :

  • le groupe "cultures arborées", ensemble des unités de production pratiquant des cultures arborées ainsi, le cas échéant, que celle de l'ananas ou des cultures vivrières ;

  • le groupe "ananas", ensemble des unités de production contrôlées par des producteurs sans terre, produisant de l'ananas et éventuellement des cultures vivrières ;

  • le groupe "cultures vivrières", formé des unités de production se limitant aux cultures vivrières.

161Les éléments essentiels d'une typologie des unités de production de Djimini fondée sur les conditions d'accès à la terre, sur le critère de résidence du responsable de l'exploitation et sur le type de cultures pratiquées, sont rappelés dans le schéma suivant :

Figure 11 - Typologie des unités de production de Djimini-Koffikro. CV : cultures vivrières UP : unité de production

Figure 11 - Typologie des unités de production de Djimini-Koffikro. CV : cultures vivrières UP : unité de production

Notes

1 Dans les conditions traditionnelles de culture, le caféier produit pendant une vingtaine d'années et le cacaoyer pendant environ quarante ans.

2 Appelée par les planteurs Indépendance - en référence à l'époque de son introduction en Côte d'Ivoire - ou encore Sékou Touré, car il est difficile de s'en débarrasser...

3 En l'occurrence la tradition remonte à quelques décennies ; le terme de traditionnel est employé par commodité.

4 Moyenne annuelle nationale calculée pour les campagnes 1980/81 à 1982/83 (dernières données disponibles) : café marchand 267 kg/ha ; cacao 464 kg/ha (sources : Statistiques Agricoles 1983).

5 La facilité de récolte - collecte des noix tombées au sol - présentait un intérêt certain pour les planteurs âgés.

6 La variété hybride présente, par rapport au GOA, les avantages d'une entrée en production plus précoce, d'un rendement en coprah supérieur et d'être résistante à la maladie de Samo.

7 Pour le caféier, le cacaoyer et le cocotier, le nombre total de producteurs diffère de la somme des producteurs de variétés sélectionnées et non sélectionnées, puisque les deux types de cultures peuvent se retrouver dans une même unité de production. Les superficies plantées en caféiers et cacaoyers traditionnels comprennent les plantations monospécifiques (respectivement 34,3 et 47,1 ha) et les plantations associant caféiers et cacaoyers (44,8 ha) dont la superficie a été affectée pour moitié à chacune des spéculations. Ne sont pas mentionnés ici les colatiers épars dans certaines caféières.

8 Rappelons que le caféier dominait nettement à Djimini-Koffikro (l'équilibre actuel des superficies plantées en caféiers et en cacaoyers pouvant s'expliquer par la plus forte longévité de ces derniers), mais que caféiers et cacaoyers n'ont pas été dissociés, pour des raisons de simplification, lors des investigations sur les précédents culturaux. Le mode de collecte de l'information relative aux précédents culturaux peut avoir conduit à une surestimation des précédents caféier et cacaoyer. Ainsi une parcelle, dans les limites qu'elle avait lors de la réalisation des levés de terrain, peut avoir été plantée auparavant en partie seulement en caféiers ou en cacaoyers, sans que le planteur fasse la distinction dans ses déclarations ; (le problème se pose vraisemblablement pour les grandes parcelles). Cette réserve ne modifie pas la conclusion à laquelle nous arrivons, mais incite à considérer les chiffres présentés uniquement comme des ordres de grandeur révélateurs de la dynamique des systèmes de culture à Djimini-Koffikro.

9 Cette moyenne peut être rapprochée des données enregistrées dans les autres villages : 6 hectares à Kongodjan et Assé-Maffia, 9 à Aboutou et 12 à Amangare. Ce dernier chiffre est à mettre en rapport avec la superficie totale des patrimoines fonciers (le ratio "superficie plantée/superficie contrôlée" varie selon les villages entre 0,6 et 0,7, pour 0,5 à Djimini-Koffikro), et donc avec les conditions d'accès à la terre à l'époque pionnière et ultérieurement.

10 En l'occurrence, par l'adoption de nouvelles spéculations induisant une intensification du système de production relativement à la "proto-culture" caféière ou cacaoyère actuelle.

11 Une culture : 50 UP ; deux cultures : 27 UP ; trois cultures : 16 UP ; quatre cultures : 4 UP.

12 Aucune culture sélectionnée : 11 UP ; une culture : 63 UP ; deux cultures : 20 UP ; 3 cultures arborées : 3 UP.

13 Un constat identique est tiré par Chaléard, dans son étude consacrée au pays Abè [1979, p. 131 et 178].

14 Le palmier est nettement dominant dans les cas de spécialisation de l'unité de production dans une seule culture arborée sélectionnée (52 UP), le cocotier hybride, en seconde position, intervenant dans une minorité de cas (8 UP).

15 Le renouvellement progressif des plantations de palmiers, abattues au bout de 20 ans d'âge puis replantées, pourrait augmenter, certaines années, le stock de terre disponible pour les cultures vivrières (association de cultures vivrières aux nouvelles plantations, ou cycle de cultures vivrières intercalé entre l'abattage et la replantation) : 1,5 ha en 1985, 8,7 ha en 1986, 18 ha en 1987, 41,1 ha en 1988, 44,8 ha en 1989, 21,1 ha en 1990, etc. (cf. figure 4).

16 Ces 3 hectares sont pris en compte uniquement pour les planteurs résidant à Djimini-Koffikro et 6 planteurs absentéistes dont la famille proche utilise les terres pour une production vivrière.

17 Extension de palmeraies : 32 UP ; création de palmeraies (nouveaux producteurs de palmiers) : 12 UP ; extension de plantations d'hévéas : 1 UP ; création de plantations d'hévéas : 5 UP.

18 Le cycle de culture de l'ananas de conserve est de 18 mois (plantation-récolte des fruits) suivi de 6 mois de récolte des rejets (cf. quatrième partie). Les 625 ha de chaque bloc doivent donc permettre de planter 250 ha par an (sole annuelle) et de laisser, entre la fin de la récolte des rejets et la nouvelle plantation, 6 mois pour effectuer les travaux pré-culturaux (125 ha disponibles).

19 34 producteurs d'ananas-export, 9 planteurs de cultures arborées et 7 producteurs de cultures vivrières.

20 27 acheteurs sont intervenus en 1983 et 1984 à Djimini-Koffikro.

21 En particulier entre le palmier qui doit être abattu une vingtaine d'années après sa plantation (du fait de difficultés de récolte) et les autres spéculations arborées.

22 Ce qui peut être facilité - non exceptionnellement semble-t-il - par le versement d'un bakchich pouvant aller jusqu'à plusieurs dizaines de milliers de francs CFA.

23 Ce chapitre reprend en partie un article rédigé en collaboration avec Anne Biarnes, agronome de l'ORSTOM, cf. Biarnes, Colin, 1988.

24 42 sont producteurs d'ananas et de cultures vivrières, 23 producteurs de cultures vivrières. Rappelons que les producteurs de cultures vivrières peuvent être d'anciens ou de futurs producteurs d'ananas ; ces deux groupes ne doivent pas être considérés comme figés, les données reflétant la situation observée pendant une campagne agricole.

25 En excluant les parcelles mises en culture uniquement pour un cycle de patate douce ou de maïs, du fait de l'impossibilité d'avoir ces informations pour toutes les exploitations. La superficie des parcelles de maïs varie généralement de 0,25 à 1 ha, celle des parcelles de patate douce est très rarement supérieure à 0,5 ha.

26 Superficie moyenne des parcelles des aides familiaux : 0,5 ha en moyenne pour les hommes, 0,25 pour les femmes.

27 Ces chiffres ne sont pas excessivements marqués par la hausse du prix du manioc intervenue pendant la campagne ; si la production de manioc avait été valorisée au prix de la campagne précédente, sa part relative aurait été encore nettement significative (66 %).

28 Du fait de l'incertitude relative à l'accès à la terre pour les producteurs sans terre et certains propriétaires "bloqués", et du caractère souvent conjoncturel de la mise en culture d'une parcelle par un aide familial.

Table des illustrations

Titre Figure 4 - Chronologie des plantations en cultures arborées sélectionnées à Djimini-Koffikro.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14844/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Tableau XIII. Superficies en cultures arborées et nombre de producteurs à Djimini-Koffikro en 1984
Légende Pour une culture donnée, le nombre de producteurs diffère de la somme des producteurs de variétés sélectionnées et non sélectionnées, les deux types de cultures pouvant être pratiquées par une même UP.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14844/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 5 - Importance relative des différentes cultures arborées à Djimini-Koffikro en 1984.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14844/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau XIV. Cultures arborées pratiquées à Kongodjan, Assé-Maffia, Amangare, Aboutou et Djimini-Koffikro ( % des superficies en cultures arborées)
Légende Les superficies et la répartition entre variétés sélectionnées et non sélectionnées sont précisées en annexe 1, tableau A34.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14844/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 6 - Superficie en cultures arborées par unité de production.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14844/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 7 - Types d'occupation du sol à Djimini-Koffikro.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14844/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14844/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14844/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau XV. Occupation du soi et estimation des superficies disponibles pour l'extension des plantations (hectares, superficies déclarées)
Légende Ces chiffres sont évidemment approximatifs, mais ils confirment l'existence en Basse-Côte, région pourtant réputée pour la saturation foncière qui y règne, d'une potentialité spatiale d'extension des superficies en cultures arborées sélectionnées, potentialité ignorée ou largement sous-estimée par les structures d'intervention en milieu rural.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14844/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14844/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre Figure 8 - Cultures de rapport - déterminants des choix culturaux.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14844/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 9 - Modalités de l'intégration spatiale des cultures vivrières et des plantations.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14844/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 10 - Association igname-manioc, succession igname-manioc : cycles de cultures et périodes de consommation.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14844/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 11 - Typologie des unités de production de Djimini-Koffikro. CV : cultures vivrières UP : unité de production
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14844/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 71k

© IRD Éditions, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search