Version classiqueVersion mobile

La mutation d'une économie de plantation en basse Côte d'Ivoire

 | 
Jean-Philippe Colin

Première partie. Dynamique du système foncier

Dynamique du système foncier

Texte intégral

1Pourquoi aborder l'analyse de l'économie de la production agricole par une étude foncière ?

2D'abord parce qu'une telle étude, en termes de patrimoines, revêt un sens dans le contexte de Djimini-Koffikro. La terre y est entièrement appropriée, les limites des parcelles sur lesquelles portent les droits d'exploitation - reconnus par tous, transmissibles et cessibles - sont connues. La terre, en tant que telle, y est un bien économique ; même nue, elle est socialement contrôlée et a une valeur. Il est certain que l'emploi du concept de patrimoine foncier, pleinement justifié à l'heure actuelle, peut être plus contestable pour une époque antérieure. Aussi sera-t-il utilisé pour caractériser le contexte foncier à partir de l'issue de la phase pionnière, époque où apparaissent les conditions qui valident son emploi : valorisation du sol du fait de sa raréfaction sociale, maîtrise foncière individuelle ou familiale bien établie et spatialement bien délimitée.

3Ensuite, parce qu'à Djimini-Koffikro le poids du facteur foncier dans les activités de production agricole s'avère prépondérant. Durant la phase pionnière d’économie de plantation, la dotation en terre est une variable endogène du système de production générée par ce dernier : une fois l'accès à la terre assuré, la superficie contrôlée est fonction de la capacité de défrichement et de plantation de l'unité de production, donc de la force de travail mise en jeu. En revanche, lorsque la terre cesse d'être un facteur de production abondant et gratuit, lorsque les activités de production agricole se trouvent bornées spatialement, la dotation en terre devient une variable exogène des systèmes de production et de culture, variable susceptible de les conditionner fortement. Présenter en préalable une analyse foncière permet de dresser le cadre de l'économie de la production agricole.

  • 1 Pour la zone forestière ivoirienne, peuvent être mentionnés les travaux d'Affou Yapi, sur les Attié (...)

4Il n'est pas inutile, avant d'aborder l'étude des dynamiques foncières, d'esquisser le contexte caractéristique de la zone forestière à travers l'évocation des régimes fonciers traditionnels et leur évolution depuis quelques décennies. Les traits fondamentaux de ces régimes, que l'on rappellera au risque de se laisser abuser par un "référent pré-colonial" simplificateur [Dozon 1983], ont été soulignés par maints auteurs1. La terre était considérée comme un bien sacré, support de valeurs religieuses. Elle faisait l'objet d'une appropriation collective, sur une base villageoise ou lignagère. Le principe fondamental du système foncier était que tout individu membre de la collectivité villageoise avait accès à la terre, afin de pouvoir assurer sa subsistance et celle de sa famille. Le contrôle exercé par le chef de terre revêtait un caractère d'ordre religieux ; parfois son accord n'était pas même sollicité. Ainsi Gastellu [1982, p. 21] écrit-il, dans son étude portant sur les Agni du Moronou : "Sur le terrain, une contradiction apparaît entre une norme, qui attribue le contrôle de la terre à une autorité locale, et une pratique, qui laisse toute liberté aux individus de faire ce que bon leur semble". Il distingue de ce fait le gestionnaire de la terre - descendant du premier défricheur - détenant en fait une responsabilité morale d'origine religieuse à l'égard de la prospérité des cultures, de l'usager qui bénéficie de droits bien définis. Purement formel pour les habitants du village, ce pouvoir de contrôle du gestionnaire devenait effectif vis-à-vis des étrangers au village. "Tout est possible pour les originaires d'un village, à condition que la fraction de forêt qu'ils attaquent n'ait pas déjà été appropriée ; ils n'ont aucune permission à demander, aucun don à remettre ; ils ne sont soumis à aucune restriction quant à l'espace qu'ils veulent mettre en valeur. A l'inverse, les non-originaires, qu'ils soient Agni, allochtones ou étrangers, doivent solliciter l'autorisation d'un gestionnaire et lui offrir un cadeau d'ordre symbolique ; l’emplacement où ils doivent s'installer leur est clairement indiqué" [Gastellu, op. cit.]. Le contrôle de la collectivité villageoise sur le sol à travers le chef de terre s'exerçait en fait sur les zones de forêt non défrichée. En effet, le droit de culture accordé à un membre de la collectivité et concrétisé par le défrichement de la forêt donnait à ce dernier un droit de préemption sur la reprise de la même parcelle après une période de jachère. Ce droit était transmissible à ses héritiers, dans la lignée privilégiée par les règles locales d'héritage, matrilinéaire ou patrilinéaire, et pouvait s'étendre à la forêt qui jouxtait la parcelle. Dans un contexte marqué par la faible densité démographique, l'abondance de terre et le caractère largement autocentré et pas - ou peu - monétarisé de la production agricole, la terre n'avait pas de valeur en tant que telle, elle ne constituait pas un bien économique. Par contre, l'investissement en travail que représentait le défrichement de la forêt justifiait le droit de préemption, après la jachère, des bénéficiaires du droit d'usage.

5L'intégration, même partielle, des communautés villageoises à l'économie de marché, à partir du début du siècle et surtout depuis la fin des années quarante, s'est traduite par l'introduction dans les systèmes de culture de spéculations arbustives - caféier, cacaoyer - qui, à la différence des cultures vivrières, occupent le sol pendant plusieurs décennies. La demande en terre, devenue source de valeurs marchandes, a sensiblement augmenté, demande émanant des villageois autochtones mais également d'allogènes attirés par les perspectives de gains procurés par les plantations. L'économie de plantation s'est en effet développée dans des régions peu peuplées et son essor s'explique en partie par l'arrivée parfois massive de planteurs venus de régions écologiquement peu favorables au caféier et au cacaoyer (savanes du centre et du nord de la Côte d'Ivoire, de Haute-Volta, du Mali). Pour ces nouveaux venus, l'accès à la terre s'est fait dans des conditions variables selon les régions et les relations entretenues entre ethnie autochtone et ethnies allogènes. Trois cas de figure peuvent être distingués : l'attribution d'un droit de culture, souvent après une période d'emploi comme manœuvre, l'achat de forêt, rencontré surtout dans le Centre-Ouest (pays bété, gban), ou l'achat de plantations, cédées en général par des planteurs allogènes quittant la région.

6L'arrivée d'allogènes, l'augmentation du nombre des bénéficiaires des droits fonciers et des superficies défrichées, la pérennisation de l'usage du sol par des cultures de cycle long (20 à 40 ans), ont impulsé une mutation rapide des régimes fonciers, marquée par la restriction ou la disparition du contrôle collectif sur la terre. Un glissement du droit d'usage vers un droit de propriété se produit, droit de propriété effectif lorsqu'il y a aliénabilité du sol, ce qui n'est pas admis partout. Des ventes de terre commencent à être pratiquées dans certaines régions et, plus fréquemment, des redevances foncières sont réclamées par les autochtones aux allogènes. La monétarisation des rapports fonciers apparaît entre autochtones et allogènes, ou entre allogènes, mais exceptionnellement entre autochtones. Ces éléments se traduisent par une difficulté croissante d'accès à la terre pour les étrangers et parfois même pour les jeunes appartenant à la communauté villageoise, lorsque tout le terroir a été mis en valeur par les autochtones, ou concédé dans de larges proportions aux étrangers.

7Face à cette évolution - individualisation, privatisation et monétarisation du rapport à la terre - le droit foncier officiel est resté, de fait, inappliqué. Un décret de 1935 assurait le droit de l'Etat sur les terres inexploitées et inoccupées pendant plus de dix ans. La loi du 20 mars 1963 posait le principe que l'Etat est propriétaire de l'ensemble des terres non immatriculées, à l'exception des terres mises en valeur. Ce principe, traduit par le slogan "la terre appartient à celui qui la met en valeur", conforte depuis les années 1960 la "course à la forêt" des planteurs désireux de consolider leur assise foncière et de marquer leur propriété par un défrichement et une plantation hâtive. La loi de 1963 abrogeait les droits coutumiers et interdisait toute perception de redevances foncières. Mais elle n'a jamais été promulguée et le droit foncier reste régi par le texte de 1935. Ce texte a été complété en 1971 par un décret posant comme préalable à toute occupation de terrain la délivrance par le ministère de l'Agriculture ou le ministère de l'Intérieur d'un titre foncier et interdisant toute vente de terre non immatriculée. Cette législation reste toutefois largement inappliquée (sur la législation foncière, voir Blanc [1981] et Verdier [1971]).

8Il est possible, à la lumière de ces quelques éléments généraux, de formuler plus explicitement les interrogations qui guideront notre investigation du système foncier à Djimini-Koffikro et dans les autres villages enquêtés : comment ont été, à l'origine, constitués les patrimoines fonciers, dans le contexte particulier de ces villages de pionniers ? Comment ont-ils été transmis par la suite et quelle a été l'évolution de la distribution foncière ? Comment est gérée la terre en tant que facteur de production ?

9L'essentiel de l'analyse portera sur les données relatives à Djimini-Koffikro, plus fiables que celles collectées dans les quatre autres villages, mais l'étude de ces derniers apportera des éléments complémentaires d'analyse intéressants.

La phase pionnière d'occupation du sol

10L'expression phase pionnière désigne ici toute la période durant laquelle l'accès pérennisé à la terre a été possible par l'obtention d'un simple droit de culture. Il s'agit donc d'une définition induite par le mode dominant d'accès au sol et non par l'acte technique de défrichement de la forêt. Cette dernière n'avait d'ailleurs pas totalement disparu à l'issue de la phase pionnière.

L’accès à la terre durant la phase pionnière

11L'étude des modes d'accès à la terre durant la phase pionnière, à Djimini-Koffikro, s'avère délicate. La plupart des planteurs concernés sont aujourd'hui décédés ou sont retournés dans leurs villages d'origine et un problème de datation se pose pour les déclarations, parfois contradictoires, des quelques planteurs encore présents à Djimini. Quelques éléments généraux relatifs à la progression de l'emprise sociale sur la terre peuvent cependant être avancés.

12Le premier arrivant, véritable fondateur du village, fut un Abouré qui s'installa vers 1915, avant l'ouverture de la piste reliant Bonoua à Adiaké. A partir de 1920 arrivèrent, avec l'ouverture de la piste, des Baoulé et des Agni, principalement, mais également des Gagou, Yacouba, Nzima et Voltaïques. Les uns fuyaient les recrutements pour le travail obligatoire dans leur région d'origine, d'autres furent à l'inverse conduits dans la région par ces recrutements. Quelques-uns étaient manœuvres sur les chantiers forestiers, d'autres, aux travaux publics. L'abondance de forêt noire et de gibier les incita à s'installer là pour créer des plantations.

13Les tous premiers de ces nouveaux venus commencèrent, au fur et à mesure des nouvelles arrivées, à distribuer de la terre dans leur secteur respectif désigné par le planteur abouré. C'est ainsi que la carte 4 illustrant l'ethnie des planteurs ayant concédé les droits de culture fait apparaître des "plages" ethniques remarquables. Toute la partie occidentale du terroir a été allouée par deux planteurs agni, le quart sud-est par trois planteurs baoulé, le nord-est par un planteur nzima et le nord distribué directement et mis en valeur par le planteur abouré arrivé initialement, puis par ses héritiers. Le premier arrivant voltaïque, autour duquel se regroupèrent par la suite la plupart de ses compatriotes ainsi que quelques Maliens et Dioula de Côte d'Ivoire, fut établi au nord-est du village. Il y fonda le campement de Kongodjan qui devint rapidement un petit village autonome.

14La rupture dans l'homogénéité des plages ethniques, constituée par un appendice situé au nord-est du terroir et, dans un prolongement sud, entre les plages abouré et nzima, s'explique par une mise en valeur plus tardive de ces zones, longtemps délaissées car considérées comme étant peu propices aux cultures du caféier et du cacaoyer, donc non attribuées par les premiers arrivants.

Carte 4 - Ethnie des planteurs ayant concédés les droits de culture (Djimini-Koffikro).

Carte 4 - Ethnie des planteurs ayant concédés les droits de culture (Djimini-Koffikro).
  • 2 De telles pratiques ont été décrites par Raulin [1957, p. 52] pour le Centre-Ouest et Léna [1979, p (...)

15L'accès à la terre de ces migrants fut-il conditionné, comme cela a été rapporté pour d'autres régions, par une phase préalable de travail au service des planteurs qui accordèrent le droit de culture ? Les vieux planteurs interrogés déclarent qu'à cette époque "la terre n'appartenait à personne". Il semble qu'il aurait été inconcevable, dans un contexte spécifique de village pionnier, donc sans maîtrise coutumière de l'accès au sol, d'interdire ce dernier à un nouveau venu, ou de le conditionner par une phase de travail préalable. A son arrivée, l'immigrant trouvait en général accueil auprès d'un planteur de même ethnie. L'endroit à défricher était désigné par ce "tuteur" ou, plus souvent, par l'un des premiers arrivants, gestionnaires reconnus de l'espace du fait de l'antériorité de leur présence à Djimini-Koffikro. Il est vrai que pendant son hébergement chez son tuteur, le nouveau migrant fournissait une aide en travail, avec un statut proche de celui d'un aide familial2. Il semble cependant difficile d'assimiler cette pratique, considérée comme une contrepartie de l'accueil, à une condition préalable à l'accès à la terre, du moins tant que la forêt a été abondante. Par la suite, lorsque la forêt noire s'est raréfiée, il est arrivé que des planteurs ayant réussi à constituer des réserves foncières par des techniques de défrichement appropriées (cf. infra), aient pu conditionner l'octroi d'une parcelle de forêt par un travail préalable en tant qu'"aide familial" ou manœuvre.

16Au début de la phase pionnière, le nouveau venu était installé en pleine forêt, à une distance qui ne compromettait pas les perspectives d'extension du planteur qui accordait le droit de culture, ou d'un voisin immédiat. La limite était tracée ultérieurement, lorsque deux fronts de défrichement se rapprochaient, afin d'éviter un litige. Il était exclu, dans le contexte foncier et social de Djimini-Koffikro, que certains se constituent ex abrupto des réserves foncières par une simple délimitation en pleine forêt, ni qu'ils limitent la taille des "lots" attribués aux nouveaux venus. Des techniques de défrichement visant à isoler une réserve foncière ont été cependant employées, en particulier par les Abouré. Ces techniques, déjà décrites pour d'autres régions de la zone forestière [voir par exemple Lesourd, 1982, Chaléard, 1979], consistaient à multiplier les épicentres de défrichement afin d'isoler une zone laissée momentanément intacte. A Djimini-Koffikro, le simple abattage de la forêt, même sans plantation, suffisait d'après certains informateurs pour s'assurer un droit sur la terre. Tant que la forêt a été abondante, la délimitation des parcelles n'a pas été le souci premier du planteur nouvellement arrivé, ni celui du planteur qui accordait le droit de culture. Les choses ont changé lorsque la majeure partie de l'espace a été socialement contrôlée. Les limites ont alors été clairement indiquées par le planteur qui installait le nouveau venu. L'ère d'abondance terminée, il convenait de gérer avec plus de parcimonie l'accès à la terre des nouveaux venus. On rejoint ici une observation faite par Lesourd [1982, p. 329] selon lequel dans le Sud-Ouest, la raréfaction de la forêt conduit à une délimitation précise des propriétés foncières, l’"usage créant la borne".

17Les derniers droits de culture ont été accordés à Djimini-Koffikro au début des années 1950. Vers 1955, toutes les limites des patrimoines fonciers étaient fixées même s'il restait encore de la forêt à défricher, la phase pionnière prenait fin.

Les autres villages enquêtés présentent avec Djimini-Koffikro la caractéristique commune d'être des villages de pionniers. Dans aucun cas la terre n'y était contrôlée coutumièrement au début du siècle, même à Aboutou pourtant proche des rives de la lagune Aby, domaine des Eotilé au nord et des Essouma au sud. Aucun droit coutumier n’étant exercé, l'accès à la terre des premiers arrivants a été direct à Assé-Maffia et Aboutou. A Kongodjan, le premier arrivant a été installé par le chef de village de Djimini ; à Amangare, le fondateur du village a demandé l'accord du chef du village voisin de Kakoukro, obtenu contre l'offrande symbolique d'une bouteille de gin. A l'origine, le premier occupant indiquait aux nouveaux arrivants l'endroit où ils pouvaient commencer à créer des plantations. Par la suite, comme à Djimini-Koffikro, chaque responsable ethnique (premier arrivant de l'ethnie) a tenu le rôle de gestionnaire du sol dans son secteur d'installation. Lors des enquêtes, le passage par une phase de travail comme manœuvre agricole, comme condition d'accès à la terre, a été rarement mentionné. Les éléments d'explication avancés pour Djimini semblent recevables pour les autres villages : tant que la forêt noire a été abondante, l'accès à la terre ne pouvait être conditionné par une phase de travail. Le fait que certains aient aidé, dans un premier temps, un planteur déjà installé, semble correspondre à la contre-partie de l'accueil reçu. Mais, il est arrivé que des immigrants, venus d'abord en quête de liquidités monétaires, commencent par être manœuvres avant de songer à s'installer comme planteurs, ou qu'une fois installés certains réalisent des contrats en attendant l'entrée en production de leur plantation.
L'élément d'explication essentiel de l'absence d'articulation entre accès à la terre et accès à la force de travail, pourtant souvent mentionnée pour d'autres régions de la Côte d'Ivoire forestière, pourrait résider dans l'impossibilité de constituer des réserves foncières par simple layonnage, de créer ainsi une raréfaction sociale des terres qui aurait contraint les nouveaux venus à vendre leur force de travail pour accéder, à terme, au statut de planteur. Cet élément est à mettre en rapport avec les conditions de peuplement des villages, un partage de la forêt supposant la reconnaissance par tous des limites tracées et l'existence d'une instance d'arbitrage également reconnue par tous. L'exemple du village d'Amangare semble vérifier cette hypothèse. A une exception près concernant en fait des terres situées sur la frange nord du terroir, tous les planteurs sont abouré. Les plantations y ont été créées par blocs familiaux - frères travaillant ensemble, le plus souvent - puis partagées, chaque bloc familial étant centré sur un campement. Dans la majorité des cas, les limites entre les domaines de chaque famille n'ont pas été définies par la jonction des fronts de défrichement, comme dans les autres villages, mais tracées en pleine forêt, après accord entre les responsables des campements voisins et en présence d'un envoyé du roi des Abouré. Cette pratique n'a pu être efficace que dans la mesure où il y avait accord des différents intéressés et où l'arrivée de nouveaux migrants, non abouré, était bloquée par le contrôle exercé par les Abouré sur la piste, les campements des extrémités nord et sud du terroir ayant été créés à la même époque.

La distribution foncière à Djimini Koffikro, à l'issue de la phase pionnière

18A l'issue de la phase pionnière, les villageois de Djimini-Koffikro contrôlent environ 1050 ha répartis entre 89 patrimoines fonciers, soit une moyenne de 11,8 ha. Ce chiffre gomme d'importantes disparités, la moitié des patrimoines fonciers contrôlant seulement le quart la superficie totale.

Tableau V. Distribution des patrimoines fonciers à Djimini-Koffikro, à l'issue de la phase pionnière

Superficie

Nombre de patrimoines

 %

Superficie totale (ha)

 %

5 ha[

13

14,6

37,5

3,6

[5 ha-10 ha[

35

39,3

238,8

22,8

[10 ha-15 ha[

16

18,0

201,1

19,2

[15 ha-20 ha[

13

14,6

214,0

20,4

[20 ha

12

13,5

356,6

34,0

TOTAL

89

100

1048,0

100

19L'analyse de la répartition ethnique ou nationale de la propriété foncière fait apparaître l'importance du nombre des planteurs baoulé - près d'un planteur sur deux - qui contrôlent cependant en moyenne une superficie inférieure à celle maîtrisée par les planteurs des autres ethnies, "autres Ivoiriens" et Voltaïques exclus.

Tableau VI. Répartition ethnique ou nationale de la propriété foncière à Djimini-Koffikro, à l'issue de la phase pionnière

Tableau VI. Répartition ethnique ou nationale de la propriété foncière à Djimini-Koffikro, à l'issue de la phase pionnière

20L’importance des écarts-types souligne l'hétérogénéité de la distribution foncière par ethnie. La moyenne du groupe abouré n'a en particulier pas grand sens, l'un des patrimoines, contrôlé par l'héritier du fondateur du village, couvrant 79 ha (son exclusion réduit la moyenne par planteur abouré à 11 ha). Les variables "Superficie du patrimoine foncier" et "Ethnie" ne sont pas liées statistiquement, même après exclusion du cas particulier abouré et des quatre Ivoiriens du Nord, groupe dont l'effectif est trop réduit pour être significatif. L'ethnie ne constitue donc pas un critère discriminant relativement aux disponibilités foncières des planteurs.

21La carte 5 illustre la distribution foncière par ethnie, groupe d'ethnies ou nationalité, à la fin de la phase pionnière. Une comparaison avec la carte représentant l'ethnie des planteurs ayant accordé le droit de culture fait apparaître un phénomène de polarisation ethnique chez les Abouré et les Baoulé, plus faible chez les Agni, pour des raisons qu'il n'a pas été possible de préciser.

22La distribution foncière à l'issue de la phase pionnière semble résulter de la combinaison de trois éléments : l'époque d'arrivée du planteur à Djimini-Koffikro, sa disponibilité en force de travail et les aptitudes culturales des sols telles quelles étaient reconnues. Il est certain que l'époque d'arrivée à Djimini-Koffikro a joué un rôle important. Ainsi, 8 des 12 patrimoines de plus de 20 ha étaient contrôlés, à l'issue de la phase pionnière, par des planteurs ayant fait partie de la première vague de migrants. L'atout d'une arrivée précoce demandait, pour être valorisé, une forte disponibilité en main-d’œuvre, la constitution d'une réserve foncière par simple layonnage en forêt étant exclue. La superficie importante des patrimoines agni et surtout abouré viendrait ainsi, selon les planteurs, de la capacité de mobilisation du travail familial dont bénéficiaient ces derniers. Cet élément avait d'autant plus d'importance que pendant longtemps les travaux de création d'une plantation semblent avoir été assurés principalement par la force de travail familiale, l'appel à des manœuvres intervenant lors de l'entrée en production des arbres. Le critère de l'époque d'arrivée joue surtout pour les terrains favorables aux cultures arbustives. Le délaissement qu'ont connu des zones de savane - bordure nord-ouest du village, nord-est du terroir - a permis à des planteurs arrivés tardivement de contrôler un espace non négligeable. La constitution de 3 des patrimoines de plus de 20 ha répond à une cette logique ; ces "grands" propriétaires fonciers n'ont jamais été de grands producteurs de café, mais la maîtrise de telles superficies s’avèra plus tard particulièrement intéressante, lorsque l'introduction de nouvelles cultures permit de valoriser ces sols.

La relève des pionniers

23Avec la fin de la phase pionnière, l'attribution de droits de culture sur forêt noire devient impossible ; l'accès à la terre est dès lors assuré par un héritage, une donation entre vifs ou un achat. La comparaison des distributions foncières entre la fin de la phase pionnière et 1984 conduira à mettre en évidence les dynamiques qui, sur la base de la distribution patrimoniale initiale et par le jeu des flux fonciers, ont modelé l'actuelle maîtrise foncière à Djimini-Koffikro.

Carte 5 - Répartition ethnique ou nationale de la propriété foncière à l'issue de la phase pionnière (Djimini-Koffikro).

Carte 5 - Répartition ethnique ou nationale de la propriété foncière à l'issue de la phase pionnière (Djimini-Koffikro).

Service cartographique ORSTOM Centre de Petit - Bassam

Le jeu de l'héritage et des donations entre vifs

24Les principes qui guident les règles coutumières de dévolution des biens sont connus [Sedes, 1967]. Les biens ne sont pas morcelés au décès de leur possesseur, un seul héritier étant désigné. Cette dévolution est limitée à une seule lignée, agnatique ou utérine. Chaque génération est "épuisée" avant le passage de l'héritage à la génération suivante (principe de la succession de générations), l'aîné ayant la priorité dans chaque branche (principe de primogéniture). Les hommes héritent des hommes, les femmes héritent des femmes, ce qui traduit la règle d’"homosexualité" dans l'héritage. L'héritage est ainsi transmis de frère en frère, frères de même père si la filiation est patrilinéaire, frères de même mère en cas de filiation matrilinéaire. A la génération suivante hérite le fils aîné de l'aîné des frères lorsque la filiation est patrilinéaire, le fils aîné de l'aînée des soeurs si la filiation est matrilinéaire. Les donations entre vifs sont admises mais limitées aux biens propres du donateur, biens qui n'ont pas été hérités selon la coutume. Ces principes généraux restent modulables par la marge de choix dont bénéficie le conseil de famille.

25Deux faits dominent la pratique en matière de dévolution des biens à Djimini-Koffikro : le non-respect des règles coutumières d'héritage et l'importance des donations entre vifs.

26La transgression des règles coutumières d'héritage porte principalement sur deux d'entre elles, la succession de générations et la dévolution des biens en lignée utérine dans les groupes matrilinéaires. Sur 46 héritages recensés, 6 ont bénéficié à un frère du défunt et 28 à un enfant, 20 de ces derniers appartenant à une ethnie à filiation matrilinéaire (tableau A7, annexe 1). La règle d'"homosexualité est également détournée, 12 héritiers étant des femmes. En revanche, le principe du maintien de l'intégrité du patrimoine lors de l'héritage a été respecté, à trois exceptions près.

27Cette mutation, par rapport au modèle coutumier, a été facilitée - bien qu’après de violents palabres dans certains cas - par l'éloignement géographique du planteur de son milieu d'origine et de ses héritiers potentiels. On rejoint ici l'analyse proposée par la SEDES dans son étude réalisée dans la région au début des années 1960 : "Ici, c'est le poids de la patrilocalité qui a joué, accentué par la segmentation et l’essaimage des migrants sur de vastes superficies, d'où des distances croissantes entre oncles et neveux utérins et par contre un renforcement du groupe patrilocal père-fils." [Sedes, 1967, vol. Sociologie, p. 106.] Cette évolution a été favorisée par le fait que l'héritage portait, à la disparition de la génération des pionniers, sur des biens créés par le travail du défunt et de ses enfants et non sur des biens hérités selon la coutume.

28Les héritiers sont-ils réellement propriétaires des terres qu'ils exploitent ? Sauf exceptions, les bénéficiaires des héritages se perçoivent comme gestionnaires d'un patrimoine familial. Ils en ont l'usufruit, ils le gèrent à leur convenance et à leur profit (sauf cas marginaux), mais ils ne pourraient en vendre une parcelle de leur propre chef. Il y a passage, d'une génération à l'autre, de la propriété individuelle incontestable du pionnier à la propriété familiale en indivision des héritiers, situation décrite par Polly Hill au Ghana : "la propriété acquise à titre individuel, c’est-à-dire par le cultivateur lui même (...) est toujours en voie de se transformer en une propriété familiale" [cité par Sautter, 1968]. Dans la suite de ce texte, les parcelles en indivision seront considérées comme relevant du patrimoine de l'usufruitier ; ces terres ne présentent en règle générale pas de spécificité en tant que facteur de production, comparées aux parcelles contrôlées en pleine propriété.

  • 3 Enfants 17, neveux 5, frères utérins 2, manœuvre 1.

29Les donations entre vifs de plantations ou de friches ont eu une importance sensible à Djimini-Koffikro, où elles ont porté sur 96 ha, mettant en rapport 13 donateurs et 25 donataires, pour une superficie moyenne par bénéficiaire de 3,8 ha (tableau A8, annexe 1). Seuls des planteurs baoulé, agni et abouré disposant de superficies relativement importantes - toujours plus de 10 ha - ont pratiqué cette forme de cession de terres, au bénéfice de leurs enfants le plus souvent3. Ces donations correspondent parfois à un détournement anticipé d'héritage, lorsque ce dernier se fera coutumièrement. C'est en particulier le cas chez les Abouré, la pression sociale exercée par la proximité de Bonoua favorisant le respect de l'héritage en lignée matrilinéaire. Ainsi le ou les fils du planteur peuvent créer leurs plantations du vivant de leur père, l'héritier (cousin ou neveu utérin) recevant par la suite les terres restées sous la seule responsabilité du défunt. Les donations peuvent répondre également à une demande émanant de membres de la famille du planteur, qui travaillent en ville et souhaitent créer des plantations. Elles sont alors effectuées sur la base d'un projet précis, plantation de palmiers le plus souvent.

30Le bénéficiaire de la donation ne peut être considéré comme réellement propriétaire de la terre tant que le donateur est en vie ; la vente du terrain est, par exemple, totalement exclue. Par contre, son droit de propriété après le décès du donateur est indiscutable. Il n'a jamais été fait allusion, lors des enquêtes, à des contestations émanant de l'héritier ; ce dernier peut d'ailleurs avoir été lui-même bénéficiaire d'une donation du planteur dont il a par la suite hérité, comme l'illustre l'exemple suivant.

31Un planteur agni donne une parcelle à chacun de ses trois premiers fils ; le benjamin, trop jeune, ne reçoit rien. Au décès du planteur, deux des fils qui avaient reçu un terrain ont quitté Djimini-Koffikro ; leur frère bénéficie alors de l'usufruit de la portion conservé par leur père. Quelques années plus tard, les trois frères aînés se concertent et décident de prélever quelques hectares sur cet héritage pour les donner en pleine propriété à leur jeune frère.

32Les parcelles ayant fait l'objet d'une donation entre vifs seront considérées, dans la suite de l'analyse, comme constituant tout ou partie des patrimoines fonciers des bénéficiaires. Il s'agit là d'une simplification justifiée par la durée de vie d'une plantation de palmiers, au regard de l'âge avancé des donateurs encore en vie.

  • 4 Tous les bénéficiaires des donations habitent les villages enquêtés, à la différence de Djimini-Kof (...)

Les résultats des enquêtes conduites dans les autres villages relativisent mais en même temps confortent ces analyses. Le respect des règles coutumières d'héritage a été nettement plus marqué qu'à Djimini-Koffikro (71 % des cas, tous villages confondus). Ce respect renvoie au poids important des Abouré, des Essouma et des Eotilé dans le peuplement de ces villages. La proximité du milieu d'origine des planteurs appartenant à ces ethnies facilite le contrôle social exercé lors des transmissions patrimoniales et limite les violations de la règle. La transgression des règles coutumières d'héritage est par contre beaucoup plus fréquent pour les étrangers à la région.
Les donations entre vifs de plantations ou de friches ont eu une importance sensible à Amangare et, dans une moindre mesure, à Assé-Maffia (tableau A15, annexe 1)4.

L’apparition de transactions foncières

33Les transactions foncières ont revêtu une importance considérable à Djimini-Koffikro. La reconstitution de l'historique de l'ensemble des parcelles foncières révèle que près de 350 ha, soit le tiers de la superficie contrôlée en 1984, ont été achetés : 325 ha sur les terroirs de Djimini-Koffikro et de Kongodjan, 24 ha sur d'autres terroirs limitrophes. Toutes les ventes peuvent être considérées comme "achevées" [Dozon, 1983] : il n'a jamais été fait mention, lors des enquêtes, à des palabres consécutifs à une vente de terre ou à des réclamations postérieures à la cession.

  • 5 La comparaison dans le temps entre les superficies achetées et les prix est délicate, l'occupation (...)

34Certaines des transactions les plus anciennes ont concerné des plantations en production, donnant parfois accès au défrichement de forêt noire limitrophe. A partir des années 1960, les ventes ont porté sur des plantations de moins en moins productives et sur des friches. A l'origine, l'incidence foncière des transactions était ainsi un sous-produit de l'acquisition d’un capital végétal en production ; "avant, on achetait les plantations, pas la terre", déclarent les planteurs. Mais très vite, c’est bien la terre en tant que telle qui a trouvé une valeur marchande, avec la vente de parcelles en jachère ou occupées par des plantations abandonnées5. Les transactions se sont multipliées à partir de l'après-guerre, lorsque tout l'espace a été socialement contrôlé. Elles ont été nombreuses entre 1965 et 1975, une vente sur deux ayant été conclue durant cette décennie (tableau A9, annexe 1).

Ventes de parcelles foncières6

  • 6 L’expression parcelle foncière désigne dans ce texte une pièce de terre d’un seul tenant appropriée (...)

3538 % des patrimoines fonciers de la fin de la phase pionnière ont été intégralement cédés, après morcellement progressif (4 cas) ou d'un seul tenant (30 cas). Ces ventes ont été réalisées par des planteurs quittant Djimini-Koffikro, ou par des héritiers ne souhaitant pas s'installer dans le village, après le décès du pionnier. Cela pourrait expliquer l'importance du nombre des transactions enregistrées entre 1965 et 1975, décennie correspondant approximativement à l'époque du décès ou du retour vers le village d'origine de planteurs arrivés entre 1930 et la Deuxième Guerre. 70 % des patrimoines qui couvraient moins de 5 ha en fin de phase pionnière ont été intégralement cédés (tableau A 10, annexe 1). Cette sur-représentation des petites superficies pourrait être liée à l'absence de perspectives économiques à Djimini-Koffikro pour les planteurs eux-mêmes ou pour leurs héritiers, manifestant peu d'intérêt pour la reprise d'exploitations économiquement peu intéressantes car de faible dimension et portant des plantations âgées.

36Dans 12 cas, les ventes ont porté sur une fraction seulement des patrimoines fonciers. A l'inverse des ventes intégrales, ces cessions ont concerné principalement les patrimoines de dimension importante (superficie supérieure à 10 ha), amputés en moyenne de 4,4 ha. Ces ventes partielles - qui en tant que telles n'étaient guère susceptibles de toucher de petits patrimoines - s'expliquent par des besoins conjoncturels d'argent ou par le constat tiré par des planteurs âgés, de l'inadéquation entre la superficie possédée et la force de travail disponible.

37Les Baoulé ont été les plus importants vendeurs de terres avec, à un moindre degré, les Agni et les "autres Ivoiriens" - Gagou surtout (tableau A11, annexe 1). Baoulé et Agni contrôlaient à l'issue de la phase pionnière une superficie importante ; le groupe des "autres Ivoiriens" n'exerçait pas un contrôle foncier prédominant mais il était numériquement bien représenté à Djimini-Koffikro avant de contribuer fortement au mouvement de départ du village dans les années 1965/75. Voltaïques, Nzima et Abouré n'ont pas participé, sauf exceptions, aux cessions foncières. Le cas des Abouré est intéressant dans la mesure où ces derniers contrôlaient une superficie importante à la fin de la phase pionnière. Leur absence de participation aux transactions foncières, en tant que vendeurs, peut être expliquée par la proximité de Bonoua. La question du retour vers le village d'origine ne se posait pas pour eux, et la vente de terre était d'autant moins envisagée - et d'autant plus mal perçue par la famille - qu'ils disposaient de très peu de "terre à café et à cacao" dans leur fief de Bonoua. Ils sont "traditionnellement désignés par leurs voisins sous le vocable d'Ehounva, c'est à dire d'hommes sans terre. De fait, entre les savanes et les marécages inexploités, les quelques étendues forestières de leur pays leur interdisent une pratique extensive de la mise en cultures industrielles", rappelle Rougerie en 1957, [op.cit. p. 121].

Achats de parcelles foncières

38Avant 1965, les acheteurs étaient en majorité des immigrants arrivés récemment dans le village. Après 1965, il s'agit d'immigrants, mais aussi de salariés urbains et de planteurs déjà installés à Djimini-Koffikro, ayant eu préalablement accès à la terre par droit de culture, héritage ou donation.

39Plusieurs éléments contribuent à éclairer cette évolution. Le développement de l'emploi urbain dans les années 1960 permet l'apparition d'une capacité financière d'investissement de revenus salariaux en milieu rural. Djimini-Koffikro présente à cet égard l'avantage d'être à moins de 2 heures de route d'Abidjan. C'est également à partir de cette époque que certains héritiers de planteurs de la phase pionnière cherchent à agrandir leur patrimoine. Enfin, le flux d'immigrants en quête de terre pourrait avoir été en partie détourné par l'ouverture du Sud-Ouest à l'économie de plantation dans les années 1970.

Tableau VII. Origine des acheteurs de parcelles foncières à Djimini-Koffikro, selon l'époque de l'acquisition

Epoque de l'acquisition

Nouveaux migrants

Planteurs déjà installés

Acheteurs urbains

TOTAL

avant 1965

14

3

1

18

après 1965

7

7

10

24

TOTAL

21

10

11

42

Remarque : informations non disponibles pour 3 cas.

  • 7 15 nouveaux migrants et un salarié urbain étaient "Ivoiriens du Nord", Maliens ou Voltaïques ; 6 no (...)

40Les nouveaux migrants ont acheté 55 % des superficies, les salariés urbains 25 % et les planteurs de Djimini-Koffikro 20 %, l'origine de l'acheteur ne constituant pas un facteur discriminant de la superficie acquise par unité de patrimoine (tableau A12, annexe 1 ; la superficie achetée varie de 1 à 34,5 ha, pour une moyenne de 7,8 ha). L'apparition des transactions foncières a donc davantage conduit à un renouvellement du groupe des propriétaires fonciers, qu'il n'a profité aux planteurs déjà installés dans le village. Ce renouvellement s'est traduit par une modification de la maîtrise ethnique ou nationale du sol, les nouveaux migrants étant avant tout Dioula et Voltaïques, les salariés urbains et les planteurs déjà installés dans le village étant, eux, principalement originaires du centre et du sud de la Côte d’Ivoire7.

41Au minimum le quart des superficies possédées par les planteurs de tous les groupes ethniques, à l'exception des Abouré, a été acheté. Dans le cas des groupes qui étaient peu ou non représentés pendant la phase pionnière - "Ivoiriens du Nord" et Maliens - ces acquisitions, principal sinon unique mode d'accès à la propriété foncière dans la période récente, ont porté sur 75 à 100 % des superficies (tableau A 11, annexe 1.) La faiblesse des achats de terre par les Abouré n'est sans doute pas indépendante de leur participation active à la phase pionnière de l'économie de plantation sur toute la marge ouest du Sanwi. Lorsque leurs disponibilités foncières y ont été utilisées, ils ont bénéficié d'un nouveau front pionnier à Malamalasso, à 80 km au nord-est de Bonoua, front sur lequel ils semblent avoir été particulièrement entreprenants.

  • 8 Le terme de marché est utilisé dans une acception courante, car il est certain que les conditions q (...)

Des transactions foncières ont été réalisées dans les autres villages enquêtés, à l'exception d'Amangare, avec la même logique qu'à Djimini-Koffikro : vente de plantations à l'origine, comportant éventuellement un droit de préemption sur une forêt noire attenante, vente de terre par la suite (jachères, vieilles plantations). On retrouve le glissement dans la signification de la transaction, achat d'un capital végétal en production dans un cas, moyen d'accès au facteur terre dans l'autre. Les transactions foncières auraient porté sur 18 % de la superficie totale à Assé-Maffia, 29 % à Kongodjan, 36 % à Aboutou et seulement 3,5 % à Amangare (tableau A15, annexe 1). On retrouve ainsi la spécificité abouré dans la constitution d'un marché foncier8.

42Il est intéressant de suivre comment évolue le rapport de l'individu à la terre, selon les phases de la dynamique foncière. Le caractère individuel et privatif de la maîtrise foncière du pionnier ne fait pas de doute. Il en va de même pour l'acquéreur d'une parcelle, les droits individuels de l'acheteur étant nettement établis et reconnus. La situation devient plus floue avec les donations, la propriété effective du bénéficiaire étant reportée au décès du donateur. Quant aux héritiers, leur droit de propriété individuel est limité puisque s'il y a usus et fructus, le plus souvent l'abusus nécessite une décision du conseil de famille. A l'heure actuelle, un planteur peut exploiter une partie des terres à titre d'usufruitier et une autre partie en pleine propriété : parcelles obtenues par droit de culture, achat ou donation (avec les réserves précédemment évoquées, dans ce dernier cas). L'incidence économique de ce dualisme reste limitée, la seule contrainte de l'usufruitier étant l'impossibilité de vendre la terre de son seul chef. A quelques exceptions près, le type de maîtrise foncière n'est pas un facteur discriminant par rapport à la gestion de la terre en tant que facteur de production.

  • 9 Une analyse en termes de superficie conduit à réduire l'importance relative des donations et à acce (...)

43Le calcul des fréquences des modalités d'accès à la terre à Djimini-Koffikro (tableaux A13 et A14, annexe 1) révèle l'importance de l'héritage (37 %) et la part minime des droits de culture (16 %), qui s'expliquent bien évidemment par l'ancienneté du développement de l'économie de plantation à Djimini. La place des donations entre vifs (20 %) et des achats (37 %) est considérable9. En l'espace de vingt ans, la génération des pionniers s'est ainsi pratiquement effacée.

Ce phénomène apparaît dans les autres villages avec une intensité variable selon l'ancienneté de la phase pionnière et l'importance des flux fonciers : 55 % des planteurs d'Amangare ont eu accès à la terre par droit de culture, contre 41 % à Kongodjan, 32 % à Aboutou et 27 % à Assé-Maffia (tableau A15, annexe 1).

Mouvements patrimoniaux et distribution foncière actuelle

44Dans un premier temps a été présentée la distribution foncière à Djimini-Koffikro à l'issue de la phase pionnière. Les différents générateurs de mouvements fonciers ayant affecté cette distribution ont ensuite été évoqués. Il reste à comprendre comment, sur la base de la structure originelle de la fin de la phase pionnière, se sont articulés à l'échelle des patrimoines fonciers ces différents mouvements, pour générer l'actuelle structure foncière. Cette analyse permettra de lever la contradiction qui apparaîtra entre l'intensité des mouvements fonciers et la relative stabilité de la structure foncière.

Dynamiques patrimoniales à Djimini-Koffikro

45Trois dynamiques principales ont pu affecter les patrimoines fonciers tels qu'ils étaient constitués à l'issue de la phase pionnière : une dynamique conservatoire, une dynamique de morcellement et une dynamique de concentration.

  • 10 Cette dynamique concerne 43 patrimoines fonciers (PF), représentant une superficie de 412,6 ha. Dan (...)

46La dynamique conservatoire désigne la reconduction de la structure foncière initiale, même en cas d'héritage ou de vente (la superficie héritée ou acquise étant alors le seul bien foncier du nouveau propriétaire à Djimini-Koffikro).10

  • 11 17 PF originels ont été touchés (344,6 ha), dont le morcellement a généré 36 PF (299,8 ha) et a con (...)

47La dynamique de morcellement aboutit à la réduction des superficies des patrimoines originels et à la création de nouveaux, tout en alimentant la dynamique de concentration. La fragmentation du patrimoine originel a pu se produire lors de l'héritage (rarement), lors de donations entre vifs, par la vente d'une partie seulement, ou par la vente fractionnée de la totalité du à différents acheteurs pour lesquels il s'agissait d'une acquisition unique.11

48On peut l'illustrer par deux exemples. Dans le premier cas, un planteur âgé, sans main-d'œuvre familiale, vend deux parcelles à des acheteurs dont ce sera là le seul bien :

49Dans le deuxième cas, les 17 ha d'un planteur sont partagés, après son décès, entre ses trois enfants. Par la suite, l'un de ces derniers vend la part héritée à un planteur du village. Le patrimoine originel est ainsi fractionné, tout en contribuant à la dynamique de concentration.

  • 12 Cette dynamique fait intervenir 8 PF en extension (leur superficie totale passe de 62,9 ha à 117,7  (...)

50Le principal moteur de la dynamique de concentration est l'achat de terre.12 On en donnera deux exemples.

51Un planteur, qui avait obtenu un droit de culture sur 8 ha, hérite de 11 ha et en achète 8 autres à un pionnier quittant Djimini. A l'issue du processus, il contrôle 27 ha et le nombre de patrimoines a été réduit de 3 à 1.

52Un immigrant arrivé au milieu des années 1960 achète successivement les terres de deux planteurs (l'un décédé, l'autre quittant définitivement Djimini-Koffikro) : 4 et 3,5 ha, puis une parcelle de 2 ha vendue par un planteur du village. Le processus de concentration a été ainsi alimenté par deux ventes de patrimoines dans leur intégralité et par le morcellement d'un troisième.

  • 13 La dynamique "mixte" a touché 6 PF originels (100,9 ha) ayant été successivement morcelés et agrand (...)

53Les dynamiques de morcellement et de concentration ont pu affecter un même patrimoine originel à des périodes différentes, conduisant à une dynamique "mixte".13

54Un planteur possédant 16 ha donne respectivement 6 et 2 ha de vieilles plantations à ses fils. A son décès, l'un d'eux hérite de la portion conservée par son père. Il achète par la suite deux parcelles, l’une d'un hectare à un planteur de Djimini-Koffikro en quête de liquidités monétaires, l'autre de 2,5 ha à un planteur quittant définitivement le village. Le patrimoine originel a été ainsi morcelé dans un premier temps, puis partiellement reconstitué (héritage) et agrandi (achats) :

55L'achat de parcelles foncières sur des terroirs limitrophes a alimenté la dynamique de concentration et a également conduit à la création de nouveaux patrimoines, par rapport à la structure foncière de la fin de la phase pionnière.

  • 14 La dynamique de morcellement fait passer le nombre des patrimoines de moins de 10 ha de 2 à 28, cel (...)

56La combinaison de ces dynamiques (figure 1) s'est traduite par une relative stabilité de la distribution patrimoniale entre la fin de la phase pionnière et 1984, dans un contexte d'importants mouvements fonciers. Le tableau A16 (annexe 1) précise l'incidence de chaque dynamique sur l'évolution de la distribution foncière par classe de superficie.14

Figure 1 - Dynamiques patrimoniales à Djimim-Koffikro.

Figure 1 - Dynamiques patrimoniales à Djimim-Koffikro.

PF patrimoine foncier
D3 Dynamique de concentration
D1 Dynamique conservatoire
D4 Dynamique mixte
D2 Dynamique de morcellement
D5 Achats de parcelles sur les terroirs limitrophes

57La dynamique de concentration a généré un patrimoine sur deux parmi ceux de plus de 15 ha (tableau A17, annexe 1). La stratégie de cumul par achat de parcelles foncières a donc eu une incidence sensible sur la stratification foncière actuelle. La relation entre achat et cumul foncier n'est cependant pas réciproque, l'achat étant un mode fréquent d'accès à la propriété pour les petits patrimoines fonciers :

Tableau VIII. Modalités d'accès à la terre selon la superficie des patrimoines fonciers de Djimini-Koffikro

Classes de superficie

Droits de cult. (direct ou hérit.)

Donation

Achat (direct ou héritage)

Total

5 ha[

9,7 %

45,1 %

45,2 %

100 %

[5-10 ha[

52,4 %

14,3 %

33,3 %

100 %

[10 ha

54,2 %

8,3 %

37,5 %

100 %

Remarque : calcul en termes de fréquence, afin de pouvoir prendre en compte les cas d'accès à la terre par différentes modalités.

58Le droit de culture est un mode d'accès à la propriété foncière caractéristique des patrimoines dépassant 5 ha, les donations se rencontrent surtout pour ceux de moins de 5 ha, les achats apparaissant dans les différentes classes de superficie mais avec une importance plus prononcée pour les petits patrimoines.

On retrouve dans les autres villages enquêtés le morcellement des patrimoines fonciers par le jeu des donations et le maintien de la structure patrimoniale lors des héritages. En revanche, la dynamique de concentration est moins prononcée qu'à Djimini-Koffikro. La tendance d’ensemble reste la reconduction de la structure patrimoniale de l'issue de la phase pionnière (pionnier toujours en vie ou héritage sans morcellement) et, pour une partie des patrimoines, la fragmentation lors de donations entre vifs. Cette tendance conforte la strate des petits patrimoines : la superficie moyenne des patrimoines fonciers est de 16 ha lorsque l'accès à la terre vient d'un droit de culture, de 7 ha lorsqu'il y a eu donation ; 19 % des patrimoines de moins de 5 ha ont été obtenus par droit de culture, contre 43 % par donation (tableau A18, annexe 1).

Analyse comparée des distributions foncières entre la fin de la phase pionnière et 1984

  • 15 A titre de comparaison, la superficie déclarée moyenne est de 8 ha à Kongodjan, 12 à Assé-Maffia, 1 (...)

59En 1984, le terroir de Djimini-Koffikro compte 106 patrimoines fonciers couvrant 1072 ha, soit une superficie moyenne de 10,1 ha15. La carte 6 illustre le morcellement spatial qui touche 37 patrimoines comprenant de 2 à 5 parcelles foncières, localisées sur le terroir de Djimini-Koffikro ou sur des terroirs limitrophes. Ce morcellement spatial est à rapprocher des dynamiques foncières précédemment évoquées. La comparaison de la distribution foncière de la fin de la phase pionnière et de la distribution actuelle témoigne de divers changements.

  • 16 La superficie totale des patrimoines de moins de 5 ha passe de 37,5 à 85,1 ha, soit une augmentatio (...)

60Le nombre des patrimoines de superficie inférieure à 5 ha augmente de 13 à 31. Entre 5 et 10 ha l'augmentation est moindre, de 35 à 38. Au-delà de 10 ha, le nombre des patrimoines diminue légèrement, de 41 à 37. En termes de superficie, le constat est identique16. Globalement, la distribution foncière a donc structurellement peu évolué à Djimini-Koffikro entre la fin de la phase pionnière et 1984, à l'exception de l'augmentation du nombre des petits patrimoines (figure 2). Ce phénomène a déjà été évoqué précédemment et des éléments d'explication avancés.

61Comparativement à la fin de la phase pionnière (tableau V), le nombre des patrimoines augmente de 19 %, les superficies contrôlées de 3 %, la superficie moyenne par patrimoine est donc réduite de 11,8 à 10,1 ha.

Carte 6 - Morcellement spatial des patrimoines fonciers, 1984 (Djimini-Koffikro).

Carte 6 - Morcellement spatial des patrimoines fonciers, 1984 (Djimini-Koffikro).

Service cartographique ORSTOM Centre de Petit - Bassam

Figure 2 - Distribution des patrimoines fonciers de Djimim-Koffikro, par classe de superficie.

Figure 2 - Distribution des patrimoines fonciers de Djimim-Koffikro, par classe de superficie.

Tableau IX. Distribution des patrimoines fonciers par classe de superficie, en 1984 à Djimini-Koffikro

Superficie (ha)

Nombre de patrimoine

 %

Superficie totale (ha)

 %

5 ha[

31

29,2

85,1

7,9

[5 ha-10 ha[

38

35,9

258,1

24,1

[10 ha-15 ha[

13

12,3

165,8

15,5

[15 ha-20 ha[

13

12,3

222,0

20,7

[20 ha

11

10,3

341,0

31,8

TOTAL

106

100

1 072,0

100

62La comparaison des cartes 5 et 7, et celle des tableaux VI et X. illustre une modification de la répartition ethnique ou nationale de la propriété foncière à Djimini-Koffikro, avec la présence plus prononcée de propriétaires originaires de la zone de savane (Voltaïques, Maliens et Dioula ivoiriens) et une forte réduction du groupe des "autres Ivoiriens" (tableau A20, annexe 1).

Tableau X. Répartition ethnique ou nationale de la propriété foncière à Djimini-Koffikro en 1984

Tableau X. Répartition ethnique ou nationale de la propriété foncière à Djimini-Koffikro en 1984

63Cette évolution est à rapprocher de la distribution foncière à l'issue de la phase pionnière et de la participation de chaque groupe aux divers mouvements fonciers, ventes ("autres Ivoiriens", Baoulé), achats (Maliens, "Ivoiriens du Nord"), donations (Baoulé, Agni, Abouré). Il n'apparaît pas plus en 1984 qu'à l'issue de la phase pionnière, de relation statistiquement significative entre les variables "Ethnie" et "Superficie des patrimoines fonciers".

Carte 7 - Répartition ethnique ou nationale des patrimoines fonciers en 1984 à Djimini-Koffikro.

Carte 7 - Répartition ethnique ou nationale des patrimoines fonciers en 1984 à Djimini-Koffikro.

Service cartographique ORSTOM Centre de Petit - Bassam

Comme à Djimini-Koffikro, les transactions foncières ont conduit à une redistribution ethnique de la terre à Assé-Maffia et à Aboutou. Dans le premier village les vendeurs ont été abè et attié, les acheteurs, nzima, "ivoiriens du Nord" ou maliens ; à Aboutou, des Wobé, Essouma ou Agni ont vendu des terres à des Maliens, Voltaïques, "Ivoiriens du Nord" et Baoulé. Actuellement la distribution foncière présente une dominante ethnique différente selon les villages, de façon très marquée à Amangare (abouré) et Kongodjan (sénoufo), et plus diffuse à Aboutou (essouma) et Assé-Maffia (abouré) (tableau A21, annexe 1).

64Douze des propriétaires fonciers sont des femmes, soit une importance relative non négligeable de ces dernières ; toutes ont eu accès à la terre par héritage.

  • 17 26 salariés en activité ou retraités (12 fonctionnaires, 4 cadres supérieurs du privé ou du para-pu (...)

65Trente-neuf propriétaires absentéistes, travaillant pour la plupart à Abidjan17 possèdent plus du quart de la superficie du terroir (297 ha). En moyenne, les propriétaires résidant à Djimini-Koffikro possèdent 11,6 ha, les absentéistes, 7,6. Ces derniers ne forment donc pas un groupe spécifique de grands propriétaires, comme on aurait pu en avancer l'hypothèse. Ils représentent plus de la moitié des possesseurs de patrimoines dont la superficie est inférieure à 5 ha (voir tableaux A22 et A23, annexe 1). Cela s'explique par le mode d'accès à la terre des propriétaires absentéistes, le tiers d'entre eux ayant bénéficié d'une donation (à comparer à 9 % des résidents)(tableau A24, annexe 1). Salariés urbains, ils avaient - sauf en cas d'héritage - deux moyens d'accéder à la terre, lorsqu'ils envisageaient de créer des plantations : bénéficier de la donation d'une parcelle par un proche parent ou acheter un terrain (28 % des cas, pour 16,5 % parmi les résidents), le choix de Djimini-Koffikro comme base d'implantation étant alors guidé par la présence, dans le village, de membres de la famille ou d'amis.

66L'absentéisme de certains planteurs ne constitue pas une exception dans la région, même s'il est moins marqué dans les autres villages étudiés (21 planteurs sur 109) ; à moins, ici encore, que cette différence ne provienne de la méthodologie d'enquête retenue.

  • 18 Les conditions d'accès à la terre et les superficies en jeu sont précisées en annexe 5.
  • 19 A une exception près, un planteur abouré étant allé créer des plantations à Gagnoa afin de constitu (...)

67Seize propriétaires fonciers, dont 8 absentéistes, disposent de plantations ou de forêt noire ailleurs qu'à Djimini-Koffikro ou que sur des terroirs proches. Huit de ces plantations ou forêts noires sont localisées dans le Sud-Est, les huit autres, dans d'autres régions de la zone forestière18. Chronologiquement, Djimini-Koffikro a constitué pour tous un point de départ dans la quête de nouvelles terres, impulsée par l'"absence de terre favorable pour le café et le cacao", par le "manque de forêt noire"19.

68Plus de la moitié de ces propriétaires fonciers se situent déjà à Djimini-Koffikro parmi les "grands" propriétaires (tableau A25, annexe 1).

Cette quête de forêt noire a touché les autres villages enquêtés, 25 planteurs sur 109 possédant un second bloc de plantation, toujours localisé dans le Sud-Est et créé après que la forêt ait disparu des terroirs des villages enquêtés. 19 de ces planteurs sont abouré, le second bloc de plantations étant situé, le plus souvent, à Malamalasso. Sur l'ensemble, près d'une unité de production abouré sur deux est ainsi bipolaire.

69En conclusion, quels sont les éléments marquants des dynamiques patrimoniales que nous venons d'esquisser ?

70Les villages enquêtés sont des villages de migrants, de création récente ; les premiers venus ont joué le rôle de chefs de terre, en accordant des droits de culture aux planteurs arrivés ultérieurement. Ces droits de culture ne semblent avoir été conditionnés par un travail préalable comme manœuvre que vers la fin de la phase pionnière. Trois éléments interviennent pour expliquer la stratification foncière de la fin des années 1950 à Djimini-Koffikro : l'époque d'arrivée, la disponibilité en force de travail familiale et la qualité des sols, le délaissement par les premiers arrivants de zones jugées peu favorables à la culture du caféier et du cacaoyer ayant permis à certains planteurs arrivés par la suite de s'approprier des superficies relativement importantes.

71Depuis la fin de la phase pionnière, les mouvements fonciers ont été nombreux à Djimini, générés par le jeu des héritages, des donations entre vifs et des transactions. Les héritages ont profité principalement aux enfants des planteurs pionniers, la transgression des règles coutumières de dévolution des biens étant favorisée par l'éloignement de la région d'origine des migrants et par le statut de biens acquis, non hérités selon la coutume, des patrimoines fonciers. En cas d'héritage, le rapport juridique de l'homme à la terre évolue. De la propriété individuelle du pionnier, on tend à passer à une propriété familiale en indivision, l'usufruitier gérant à sa convenance le patrimoine foncier mais sans pouvoir en céder une portion sans l'accord de sa famille. Les donations entre vifs, largement pratiquées, peuvent être interprétées, dans un certain nombre de cas, comme un détournement anticipé d'un héritage coutumier. La valorisation marchande de la terre s'est concrétisée dans de nombreuses transactions foncières. Elle a résulté de l'impossibilité, pour l'individu qui souhaitait devenir planteur, d'avoir accès à la terre par simple droit de culture, à partir de la fin de la phase pionnière. Il y a eu ainsi valorisation d'une ressource devenue rare, contrairement à d'autres régions (pays bété par exemple) où la monétarisation de l'accès à la terre par la vente de forêts a pu précéder des situations de saturation foncière, du fait d'une maîtrise coutumière du sol. C'est précisément cette absence de maîtrise coutumière du sol qui a facilité les ventes de terre - une fois réunies les conditions économiques de leur apparition (demande s'exprimant en situation de rareté). Le statut de village de migrants de Djimini-Koffikro a favorisé les ventes de terre à un double titre : les pionniers pouvaient disposer de leurs biens comme bon leur semblait, puisque ces derniers n'avaient pas été hérités, et le retour de certains vers leurs villages d'origine occasionnait la cession de ces biens. La terre a cessé d'être un facteur de production abondant et gratuit, désormais elle a un coût.

72Ces éléments se retrouvent dans les autres villages enquêtés, à l'exception d'Amangare où la spécificité du comportement abouré face aux transactions foncières ressort clairement et vient vérifier a contrario le schéma explicatif avancé pour Djimini.

73L'évolution de la structure foncière entre la fin de la phase pionnière et 1984 à Djimini-Koffikro est la résultante de flux fonciers générés par les héritages, les donations et les transactions. En règle générale, l'héritage n'a pas donné lieu au morcellement des patrimoines, contrairement aux donations et à une partie des ventes de terre. Cette dynamique de morcellement a été partiellement compensée par une dynamique de concentration, qui est à l'origine d'une partie des grands patrimoines fonciers. La monétarisation de l'accès à la propriété foncière a ainsi permis l'expression de stratégies de cumul. Ces dernières ne se limitent pas à Djimini-Koffikro ou aux terroirs limitrophes, mais s'étendent à l'échelle de la zone forestière avec l'ouverture de nouvelles plantations dans d'autres régions.

74Enfin, on a relevé le nombre particulièrement élevé de propriétaires fonciers absentéistes, qui exercent pour la plupart une activité rémunérée dans un centre urbain.

Gestion foncière et producteurs sans terre à Djimini Koffifro

75Dans les deux premiers chapitres de cette partie consacrée à l'étude du système foncier ont été évoquées les conditions de l'accès à la propriété du sol et la structure foncière patrimoniale. Ce troisième chapitre traitera des modes de faire-valoir et apportera quelques précisions sur les caractéristiques socio-démographiques des responsables d'unités de production de Djimini-Koffikro.

Faire-valoir direct et faire-valoir indirect

76En 1983/84, 97 des 106 patrimoines fonciers de Djimini-Koffikro sont au moins partiellement mis en valeur par des plantations arborées, 4 ne portent pas de plantations, mais uniquement des cultures vivrières, et 5 ne sont pas mis en valeur directement par leurs propriétaires (3 sont intégralement loués et les 2 autres sont laissés en friche). Les responsables de 101 unités de production sont ainsi propriétaires fonciers : 97 "planteurs" et 4 "cultivateurs".

77Une caractéristique majeure de l'économie agricole à Djimini-Koffikro est la présence d'un nombre important de producteurs ayant un accès provisoire à la terre, 79 exploitants agricoles non-propriétaires fonciers ayant été recensés en 1983/84. Ces "producteurs sans terre" (PST) ne peuvent pratiquer que des cultures non pérennes (cultures vivrières et/ou ananas). Des planteurs-propriétaires "bloqués" sur le plan foncier sont également obligés de faire appel aux disponibilités en terre d'autres propriétaires ; c'est aussi le cas de certains aides familiaux de responsables d'unités de production, qui désirent cultiver une parcelle autonome et ne peuvent l'obtenir sur le patrimoine foncier familial.

  • 20 4 PST ont été recensés à Assé-Maffia, 5 à Amangare, 3 à Aboutou et 2 à Kongodjan.

Aucun des autres villages enquêtés ne compte un groupe de producteurs sans terre de l'importance de celui de Djimini-Koffikro20. Cette différence pourrait s'expliquer par l'existence de pôles de migration, liée tant aux conditions historiques du peuplement des villages qu'aux opportunités économiques qui s'y présentent. Les nouveaux venus s'installent préférentiellement dans un village où leurs "frères" sont nombreux, engendrant ainsi un effet cumulatif qui a joué, à une époque, pour les planteurs ("je me suis arrêté à Djimini parce qu'il y avait des Baoulé"), comme il joue actuellement pour les producteurs sans terre. Ce phénomène suppose une incitation économique, présence de forêt noire voici quelques décennies, possibilité de pratiquer la culture de l'ananas aujourd'hui. Ainsi, dynamique migratoire et dynamique économique s'articulent dans un processus synergique conduisant au développement de villages-centres dont Djimini-Koffikro constitue un bon exemple. Des visites effectuées dans des villages autant ou plus peuplés que Djimini, comme Samo et Kakoukro, laissent supposer qu'on y retrouverait un groupe important de producteurs sans terre.

78Avant de cerner l'importance quantitative de ces flux fonciers à Djimini-Koffikro aux échelles du village et des bailleurs, il convient d'apporter quelques précisions sur les quatre modes d'accès provisoire à la terre : emprunt d'une parcelle, location, contrat d'abougnon sur la culture du manioc et fourniture d'une prestation en travail.

  • 21 Nous ne faisons pas référence ici aux prêts de terre consentis au sein des unités de production.

79Le prêt d'une parcelle sans condition spécifique, pour la durée d'un cycle de culture, résulte d'une relation personnelle privilégiée entre le propriétaire et le producteur21. Ces prêts mettent en jeu des parcelles de faibles dimensions (rarement plus de 0,25 ha), destinées uniquement à la production vivrière : la culture de l'ananas apporte des revenus importants dont les propriétaires tiennent à tirer bénéfice.

80La location est le mode dominant d'accès à la terre pour les producteurs qui en sont démunis. Deux types de locations sont pratiqués à Djimini-Koffikro, celles de parcelles pour la culture de l'ananas de conserve et les locations "informelles".

81Depuis 1977, les producteurs d'ananas de conserve, encadrés par la SODEFEL, ont été regroupés sur des blocs de culture et organisés en Groupement à Vocation Coopérative (GVC). Le GVC loue les terrains aux propriétaires fonciers, avec des baux de 20 ans, à raison de 5 000 ou 10 000 F.CFA par hectare et par an, selon la nature de la végétation, friches ou plantations, au moment de la signature du contrat. A chaque campagne, les coopérateurs ont accès à une parcelle pour la durée de la sole, le coût du loyer leur étant répercuté au prorata du nombre de plants mis en terre.

82Les locations informelles, sans contrat et pour la seule durée d'un cycle de culture, concernent les parcelles destinées à des cultures vivrières ou, depuis le début des années 1980 et surtout depuis 1983, à l'ananas d'exportation.

  • 22 La durée de la jachère varie également selon la culture qui doit lui succéder, cf. Deuxième partie.

83Les montants réclamés pour la location d'un hectare, pour une culture de manioc (éventuellement précédée par du maïs) ou pour un cycle d'ananas-export ne diffèrent guère. Cela peut sembler paradoxal dans un contexte de rareté foncière et de forte demande en terre, la durée d'occupation du sol étant de 13 à 15 mois dans le premier cas, de 18 à 24 mois dans le second. En fait, le temps d'immobilisation de la parcelle est approximativement identique pour le propriétaire foncier puisqu'une différence dans la durée de jachère compense celle de la durée des cycles de culture. Après un cycle d'ananas le propriétaire laisse le terrain en jachère pendant un an, rarement davantage, alors qu'après un cycle de cultures vivrières la durée de jachère est de 2 ans, ou parfois plus22 ; les planteurs justifient la réduction du temps de jachère après une culture d'ananas par les apports d'engrais dont bénéficie cette culture. La location d'une parcelle immobilise ainsi le. terrain, pour le propriétaire, pendant approximativement 3 années, sauf s'il décide de planter du palmier après que la parcelle lui ait été rendue.

84L'affirmation précédente selon laquelle le coût des locations est approximativement identique quel que soit le type de culture pratiquée demande à être nuancée car le montant d'une location peut être révisé à la baisse si le preneur et le bailleur entretiennent des relations amicales ; cette réduction intervient uniquement si la parcelle doit porter des cultures vivrières.

  • 23 A titre d'illustration, le coût moyen réel de location (superficie mesurée) était en 1983 de 33 600 (...)
  • 24 La valorisation de la location est calculée sur 3 ans, afin d'intéger la durée de la jachère.

85Le montant des locations a enregistré une hausse sensible ces dernières années, passant de 30 000 F.CFA par hectare en 1983 à 40 000 F en 1984 et 50 000 F en 1985 ; les montants déclarés au début de l'année 1983, relatifs aux années 1980/82 étaient de 20 000 F/ha. Il s'agit de coût de location à l'hectare estimé, le coût réel variant selon l'erreur d'appréciation de la superficie23. Cette hausse est à mettre en rapport avec l'essor de la culture de l'ananas-export, qui a fortement accru la demande. Elle a contribué à alimenter une "grogne" des propriétaires qui donnent en location des terrains au GVC, les baux signés pour 20 ans ne comportant pas de clause de réajustement des loyers. Le revenu foncier annuel est toujours pour ces derniers de 5 000 F/ha (les terrains loués étant généralement en friche lors de la signature du bail), alors que pour les locations informelles il passait de 6 700 F en 1980 à 13 400 F en 198424.

86Une formule d'abougnon se développe depuis peu pour la culture du manioc. En Côte d'Ivoire forestière, l'abougnon - partage par moitié de la production - est une forme de rémunération du travail employée dans les caféières et les cacaoyères. Le contrat d'abougnon sera considéré ici non comme une forme de rémunération mais comme un coût d'accès à la terre, dans la mesure où le producteur recherche par une telle formule un accès à la terre et conserve la maîtrise de l'ensemble du procès de production - à la différence de l’abougnon sur café ou sur cacao, qui assure uniquement l'entretien et la récolte. La signification différente des deux statuts est perçue par les intéressés puisque si les abougnon sur café ou cacao déclarent être manœuvres, les abougnon sur manioc se considèrent producteurs agricoles indépendants.

87Le partage par moitié est limité au manioc et n'inclut pas les cultures vivrières de cycle court implantées auparavant par le producteur pour son propre compte. Ce partage concerne soit la parcelle de manioc sur pied, soit, plus fréquemment, l'argent retiré de la vente de la récolte. Cette dernière formule présente l'avantage de pallier les hétérogénéités de rendement sur la parcelle, mais ouvre la voie, aux dires des propriétaires, aux escroqueries des abougnon qui peuvent vendre une partie de la production clandestinement.

  • 25 Ces parcelles récoltées en 1984 ou 1985 ont procuré après partage un revenu à l'hectare variant de (...)

88Une enquête d'opinion conduite auprès des propriétaires souligne bien les avantages et les inconvénients de ce contrat, relativement à une location : crainte d'être "floués" par l'abougnon, rentrée d'argent reportée à la récolte, mais formule économiquement plus intéressante, sauf en cas de très mauvaise production. Nous avons pu effectivement constater que le revenu après partage, calculé sur 8 contrats, n'a été en aucun cas inférieur au montant de la location d'une superficie identique, tout en accusant une variabilité sensible liée à l'hétérogénéité des rendements25. Ce type de rapport foncier n'est d'ailleurs accepté par le preneur que lorsqu'il n'a pas le numéraire suffisant pour louer un terrain. La tension règnant sur le marché locatif semble suffisante pour faire augmenter les loyers, mais pas au point de conduire, jusqu'à présent, à la généralisation du système d'abougnon. Au demeurant, certains propriétaires préfèrent la location car cette dernière fournit des disponibilités financières immédiates.

89L'accès à la terre peut donner lieu enfin à l'apparition d'une rente en travail. Dans certains cas, le propriétaire foncier autorise un accès provisoire à la terre contre le débroussage d'une parcelle, soit qu'il en récupère une partie et prête le reste au producteur pour un cycle de cultures vivrières, soit qu'il autorise ce dernier à pratiquer un seul cycle de maïs sur l'ensemble de la parcelle. Dans d'autres cas, le propriétaire autorise l'implantation de cultures vivrières de cycle court dans sa jeune palmeraie, ce qui en assure temporairement l'entretien. Tous ces accords se traduisent par une économie de travail pour le propriétaire foncier.

90Le type de rapport foncier que cherchera à instaurer le propriétaire sera déterminé par ses objectifs : gain monétaire immédiat, gain monétaire différé mais plus important, ou accès à la force de travail du producteur. Celui-ci acceptera la formule d'abougnon s'il ne dispose pas du numéraire lui permettant de louer une parcelle. Il pourra également accepter une formule de rente en travail s'il a du temps de disponible. Le mode de faire-valoir effectivement retenu sera déterminé par la confrontation de ces stratégies et, si ces dernières sont contradictoires, par le jeu du rapport de force qui en résultera.

91Quel que soit le mode d'accès à la terre, la mise à disposition d'une parcelle est toujours limitée dans le temps : pour une culture de cycle court au minimum (3 à 4 mois), pour une succession de cultures vivirères au maximum (24 mois), à l'exception de la location de terrains au GVC. Dans ce dernier cas, la signature des baux apporte une garantie d'accès à la terre pour le groupement dans son ensemble, mais la situation individuelle du coopérateur reste précaire et tributaire du GVC puisque son adhésion au groupement est à renouveler à chaque campagne agricole.

  • 26 6 par des prêts, 27 sous forme de locations (ou abougnon) et 17 qui combinent prêts et locations.

92Ces flux fonciers concernent en 1983/84 des superficies étendues : 55 ha au titre de prêts pour des cultures vivrières (il n'a pas été possible de différencier les prêts gratuits des prêts avec contrepartie), 85 ha loués dans le cadre de baux signés avec le GVC (blocs d'ananas de conserve), et 109 ha destinés à la culture de l'ananas ou à des cultures vivrières, dans le cadre de locations ou de contrats d'abougnon. Une rente foncière est ainsi générée, en 1983/84, sur le cinquième au minimum de la superficie totale du terroir ; près d'un patrimoine sur deux est partiellement ou totalement loué ou prêté26. Les producteurs sans terre sont les principaux bénéficiaires de ces flux fonciers.

Tableau XI. Bénéficiaires des locations et emprunts de terre à Djimini-Koffikro, 1983-84 (sauf blocs ananas de conserve)

Planteurs-propriétaires fonciers

Producteurs sans terre

Loc. parcelles ananas-export

7,0 ha

33,0 ha

Location cultures vivrières

10,5 ha

57,5 ha

"Prêts" C.V. cycles longs

10,0 ha

21,0 ha

"Prêts" C.V. cycles courts

0,8 ha

23,2 ha

Les contrats d'abougnon sur manioc ont été assimilés aux locations.

93Les producteurs sans terre louent ou empruntent 83 % des superficies exploitées en 1983/84 par le jeu de locations informelles et de prêts. Il est impossible de chiffrer avec précision l'affectation des terres louées par le GVC, une partie des blocs étant en jachère et tous les coopérateurs n'habitant pas le village, mais nous verrons que la grande majorité des producteurs d'ananas de conserve sont des producteurs sans terre. Les salariés du secteur public et para-public (encadreurs, instituteurs) qui vivent à Djimini-Koffikro et cultivent quelques ares n'ont pas été exclus des locataires ou emprunteurs ; la superficie totale concernée ne dépasse pas 10 ha.

Emergence ou avortement d'une rente foncière ?

Les conditions de l’apparition d’une rente foncière

94Les locations de terre semblent avoir été initiées à Djimini-Koffikro vers le milieu des années 1960, lorsque la SALCI y a introduit la culture de l'ananas de conserve en plantations villageoises. Cette introduction a conduit à une augmentation de la demande en terre, la culture étant pratiquée pour partie par des PST, et a donné la possibilité matérielle au preneur d'acquitter un fermage, l'ananas - culture de rapport et non d'autoconsommation - assurant un revenu élevé à l'hectare.

95A l'origine, l'apparition de la rente foncière à Djimini-Koffikro semble avoir été induite plus par la nature de la culture de l'ananas ("il y avait de l'argent dedans, il fallait qu'on en profite") que par la "raréfaction" des terres elle-même. Dans un premier temps, les parcelles destinées aux cultures vivrières ont continué à être provisoirement cédées à titre de prêts. La monétarisation du rapport foncier a concerné ultérieurement ces parcelles, lorsque la demande a encore augmenté avec l'afflux de migrants. L'émergence de la rente foncière à Djimini-Koffikro a été ainsi induite par la combinaison de plusieurs facteurs : (a) la "raréfaction sociale" des terres, se traduisant par une impossibilité d'accès à la propriété par simple droit de culture ; (b) l'existence de disponibilités foncières chez certains propriétaires, liées au déclin de l'économie caféière et cacaoyère, avec l'abandon des vieilles plantations (cf. deuxième partie) ; (c) l'apparition d'une demande consécutive à l'introduction de la culture de l'ananas, culture non pérenne conciliable avec un mode de faire-valoir indirect ; (d) le revenu brut élevé procuré par cette nouvelle culture.

Une rente foncière sans rentiers

  • 27 L'absentéisme du propriétaire foncier n'étant pas un critère discriminant dans la pratique des loca (...)

96Les locations de terre (auxquelles sont assimilées ici les contrats d'abougnon sur manioc) sont largement pratiquées à Djimini-Koffikro. En 1983/84, 44 propriétaires sur 106 donnent à bail des terres, le nombre de propriétaires intéressés augmentant avec la superficie du patrimoine foncier : 10 % des propriétaires de moins de 5 ha, 39 % de ceux de 5 à 10 ha et 70 % de ceux de plus de 10 ha (tableau A26, annexe 1)27.

97Cette importance des locations suggère de rechercher l'émergence d'une classe de propriétaires fonciers rentiers. Une telle émergence supposerait pour être vérifiée que les locations représentent pour les propriétaires fonciers une importance déterminante en termes de superficie et de revenu, et que ce type de gestion du facteur terre soit pérennisé. Une brève analyse tend à réfuter cette hypothèse : la superficie louée par patrimoine reste le plus souvent réduite et les locations ont un caractère plus conjoncturel que structurel.

98Les locations revêtent une importance sensible pour une minorité de propriétaires :

  • En termes de superficie absolue : sur 44 bailleurs, 20 louent moins de 2 ha. Les locations de plus de 5 ha touchent seulement 15 patrimoines fonciers (tableau A27, annexe 1). 15 % des bailleurs donnent en location 50 % de la superficie louée ; cette relative fragilité du mode de faire valoir indirect est compensée en partie par le fait que les locations de grandes superficies intéressent pour la plupart le GVC et sont donc pérennisées par des baux (tableau A28, annexe 1).

  • En termes de superficie relative (superficie louée/superficie du patrimoine) la location représente le mode dominant d'utilisation du sol dans 9 cas seulement sur 44. Si l'absentéisme du propriétaire n'est pas un critère discriminant quant à la pratique des locations de terre, il a en revanche une incidence sur l'importance relative de ces dernières puisque 6 des 9 patrimoines dont plus de la moitié de la superficie est affermée appartiennent à des non-résidents.

  • L'importance relative des revenus fonciers est limitée à moins de 30 % du revenu total, sauf exceptions (cf. quatrième partie) et nous verrons qu'une part importante du revenu foncier dans le revenu total va le plus souvent de pair avec un niveau de revenu total réduit.

99Les mises en locations revêtent un caractère plus conjoncturel que structurel. Outre bien sûr la motivation financière qui joue particulièrement en septembre, lorsqu'il faut acheter les fournitures scolaires, la fonction des locations informelles est dans certains cas de préparer le terrain pour de futures plantations de palmiers ou d'hévéas ; l'abattage des vieux caféiers ou cacaoyers est réalisé par le locataire et il suffira d'un nettoyage rapide à la machette pour que, lorsque ce dernier rendra la parcelle, le terrain soit prêt pour la plantation. Dans d'autres cas, la location permet de valoriser un terrain qui sinon ne serait pas mis en valeur à court terme. De tels cas se produisent fréquemment du fait d'une pénurie en matériel végétal arboré sélectionné lorsque la candidature du planteur est refusée par les sociétés de développement, ou lorsque les plants sélectionnés sont fournis en quantité insuffisante.

100En fait, sauf peut-être pour les propriétaires absentéistes que nous n'avons pas pu rencontrer, la location n'est jamais perçue comme un mode définitif de gestion de la terre. Les propriétaires résidant à Djimini-Koffikro et louant des parcelles au GVC espèrent d'ailleurs bien récupérer leurs terrains à la faveur de la crise actuelle de l'ananas de conserve. Ces terrains ont été mis à bail à une époque où "il n'y avait rien à faire" (pas d'intervention de société de développement) ou pour éviter des litiges fonciers avec des voisins trop entreprenants qui tendaient à dépasser les limites de leur domaine.

101Les locations ne pourraient pas être reconduites à l'avenir par les mêmes propriétaires avec l'importance qu'elles avaient en 1983/84. Si chaque hectare loué immobilise du fait de la jachère une superficie triple, seuls 22 des 39 propriétaires qui affermaient des terres dans le cadre des locations informelles pourraient théoriquement renouveler chaque année la location d'une superficie identique à celle mesurée en 1983/84 ; les autres - dont 6 des 7 plus importants bailleurs - ne disposent pas d'une superficie suffisante. Une analyse historique sommaire confirme l'instabilité du groupe des propriétaires fonciers bailleurs. Les premiers à donner en location de la terre, dans le courant des années 1960, ne contribuaient plus au marché locatif en 1983/84 ; à l'inverse, la première mise à bail remontait à 1975 parmi le groupe des propriétaires louant des parcelles en 1983/84, la majorité d'entre-eux ayant commencé à louer de la terre au début des années 1980. Le marché locatif fonctionne ainsi sur la base d'une recomposition permanente du groupe des propriétaires-bailleurs. Son volume particulièrement important en 1983/84 vient de la conjonction d'une forte hausse de la demande de terre (induite par l'essor de la culture de l'ananas-export et par un "boom" plus conjoncturel de celle du manioc) et de l'existence de disponibilités foncières chez des propriétaires d'autant plus intéressés par les locations que celles-ci préparent à bon compte le terrain pour une plantation de palmiers. En définitive, la recherche de l'apparition à Djimini-Koffikro d'une classe de propriétaires fonciers rentiers s'avère infructueuse.

102Il n'est pas plus possible de définir à Djimini-Koffikro une classe de producteurs sans terre qu'une classe de rentiers, si le terme de classe suppose stabilité et reproduction. L'instabilité des unités de production du groupe des PST est manifeste. La plupart de ces derniers sont arrivés récemment à Djimini. La création d'une parcelle - et donc l'accès au statut de responsable d'exploitation - répond à des opportunités précises - cours du manioc intéressant et surtout essor de la culture de l'ananasexport - qui pourraient ne pas se représenter à l'avenir. Seuls, quelques producteurs sans terre habitent le village depuis de nombreuses années et peuvent être considérés comme responsables d'unités de production stabilisées.

103Prévoir quel sera le devenir des locations de terre à Djimini-Koffikro serait pour le moins hasardeux. La question ne peut être dissociée de l'analyse des dynamiques culturales, en particulier de l'extension spatiale des plantations de palmiers et d'hévéas et du devenir de la production d'ananas. Il est certain que les locations ne pourront pas être reconduites, avec l'importance constatée en 1983/84, par la totalité des propriétaires alors concernés, mais le retrait partiel ou total de certains d'entre eux du marché locatif pourrait être compensé par l'arrivée sur ce marché de nouveaux bailleurs.

Niveau de la rente et prix de la terre à Djimini-Koffikro

  • 28 Rente différentielle extensive liée à la fertilité du sol et à la localisation des terres, et rente (...)
  • 29 La rente absolue proviendrait d'une fixation structurelle des prix de marché des produits agricoles (...)
  • 30 En revanche, le concept de rente différentielle extensive est pleinement opératoire pour une analys (...)

104La théorie économique est riche d'analyses de la rente foncière et du prix de la terre. Il suffit d'évoquer les concepts de rentes différentielles ricardo-marxistes28, de rentes marxistes absolue et de monopole29, ou encore la conception néo-classique du prix de la terre comme rémunération d'un facteur de production. "Lire" la question de la rente et de l'apparition d'un marché foncier à Djimini-Koffikro à travers les grilles proposées par ces différentes théories est toutefois une entreprise épistémologiquement délicate, dans la mesure où n'est pas vérifiée l'hypothèse - sur laquelle ces théories se fondent - d'un secteur agricole dont le fonctionnement serait déterminé par le mode de production capitaliste30. Par contre, une analyse empirique du niveau de la rente foncière et de la valeur vénale de la terre apporte des éléments d'information intéressants.

Prix de la terre et rente foncière

105Le prix de la terre est théoriquement déterminé par la valeur capitalisée de la rente foncière ; la valeur d'une parcelle assurant une rente annuelle de 10 000 F.CFA devrait être ainsi de 200 000 F.CFA pour un taux d'intérêt courant de 5 %.

106La détermination du prix de la terre à Djimini-Koffikro ne peut s'inscrire dans un tel cadre : l'apparition d'une valeur vénale de la terre a précédé celle de la rente, l'achat foncier n'est jamais réalisé dans la perspective d'une location et cette dernière reste perçue comme un mode de faire-valoir conjoncturel. Le niveau de la rente ne peut donc guider celui du prix de la terre.

  • 31 Les ventes réalisées entre 1975 et 1980 ont en moyenne valorisé l'hectare de brousse à 70 000 F.CFA (...)

107A l'inverse, le niveau de la rente s'établit-il en fonction du prix de la terre ? Les mêmes arguments conduisent à une réponse négative : le planteur, lorsqu'il loue une parcelle, ne raisonne pas par rapport au prix de la terre ; en d'autres termes, il ne raisonne pas en capitaliste foncier. La comparaison de la rente et du prix de la terre fait d'ailleurs apparaître une forte distorsion : la rente annuelle de 13 000 F.CFA/ha amortit en 6 années seulement l'acquisition de la terre, pour un prix d'achat de 75 000 F.CFA/ha31. La comparaison reste toute théorique en l'absence de marché actif - c'est-à-dire réel - des transactions foncières. La question de la détermination des niveaux de la rente et du prix de la terre reste donc posée.

Prix de la terre et valeur de la production

108Excluons l'hypothèse d'une détermination du prix de la terre par la logique du capitalisme foncier et envisageons celle d'un prix déterminé par une conception de la terre-capital productif. Le prix de la terre ne serait donc pas guidé par son rapport locatif mais par son rapport productif, en d'autres termes par la valeur future des revenus que son exploitation assurera au producteur, sur la base d'un taux d'actualisation donné. La valeur moyenne de la production d'un hectare de palmiers à huile, culture de rapport dominante chez les producteurs-propriétaires fonciers, est d'environ 170 000 F.CFA, après le remboursement de la dette de création et du crédit de campagne mais avant la prise en compte de la rémunération du travail. Si on retient comme critère de valorisation du travail le salaire d'un manœuvre journalier, le revenu net est d'environ 120 000 F.CFA, à comparer aux 75 000 F.CFA de prix d'achat de la terre. Il est évident qu'une détermination du prix de la terre par la valeur future de la production conduirait à un niveau de prix nettement plus élevé que celui qui est enregistré, sauf à retenir un taux d'actualisation extraordinaire. En fait, le prix semble résulter de la confrontation d'une offre déterminée non par le calcul économique mais par le départ (ou le décès) du propriétaire, ou par un besoin urgent de liquidité - facteurs jouant à la baisse sur les prétentions du propriétaire foncier - et d'une demande dont la solvabilité reste limitée par une contrainte de trésorerie toujours forte. Besoin de liquidité du vendeur et contrainte de trésorerie de l'acheteur se conjugueraient pour maintenir bas le prix de la terre. L'absence de système de crédit et la rareté du numéraire jouent, dans cette hypothèse, un rôle déterminant.

Rente foncière et valeur de la production

  • 32 Pour une base 100 en 1982, le montant des locations est de 150 en 1983 et 200 en 1984 ; le prix de (...)

109L'analyse empirique restera limitée à la période de réalisation des enquêtes par l'absence de séries de données fiables sur l'évolution des prix des produits vivriers, des coûts de production et du montant des locations. On observe un certain parallélisme, sur cette brève période, entre l'évolution de la rente et celle du prix de l’ananas-export : ce dernier est multiplié par 1,7 entre 1982 et 1984, la valeur des locations l'étant par 2. En revanche, la relation entre le prix du manioc et la rente n'apparaît pas32. L'évolution plus ou moins parallèle du montant de la location et du prix de l'ananas semble logique : la concurrence entre les producteurs pour l'accès à la terre se traduit par un poids prépondérant des planteurs d'ananas, prêts à payer davantage cet accès du fait de l'importance du gain attendu, au détriment des producteurs de cultures vivrières.

  • 33 Pour un revenu moyen de 1 175 000 F.CFA/ha en 1984, la répartition du produit est la suivante : loc (...)

110Cette incidence de la valeur de la production sur la rente foncière ne vérifie pourtant pas, selon nous, le modèle néo-classique de détermination des prix. Cette vérification supposerait que la terre soit rémunérée ou tende à être rémunérée selon sa productivité marginale (alors que la fonction de production est ignorée des planteurs comme du chercheur), qu’elle soit gérée comme un capital et que la logique de l'économie de marché règle l'ensemble du fonctionnement économique. En fait, la rente semble être déterminée avant tout par le jeu du rapport de force entre propriétaires et producteurs d'ananas, c'est-à-dire par la confrontation des besoins des premiers et des capacités de financement des seconds. La contrainte de trésorerie, lors de la création de la première parcelle d'ananas-export, combinée au besoin de numéraire des propriétaires fonciers, expliquerait le niveau relativement faible de la rente par rapport au revenu du producteur d'ananas et à son taux de profit33. Il existe une marge potentielle certaine de majoration de la rente, et il conviendrait d'étudier l'évolution de celle-ci au fur et à mesure de l'augmentation du nombre des planteurs d'ananas ayant récolté leurs parcelles et donc en mesure de lever en partie la contrainte de trésorerie.

111En définitive, la rente et les transactions foncières peuvent être interprétées à Djimini-Koffikro comme le prélèvement d'un surplus grâce au monopole constitué par la propriété foncière. Le niveau de ce prélèvement ne serait pas défini par le calcul du rendement futur actualisé de l'investissement, mais par le jeu de rapports de force entre propriétaires vendeurs ou bailleurs, et preneurs acheteurs ou locataires. Du côté de l'offre, la hausse du prix serait limitée par les besoins de numéraire dans le cas d'une vente ou d'une location, et par la concurrence entre propriétaires dans celui des locations. Cette concurrence ne se limite pas au terroir de Djimini-Koffikro, les producteurs pouvant louer des parcelles sur des terroirs voisins. Du côté de la demande, jouerait dans le même sens la capacité limitée de financement des producteurs. Dans cette interprétation, les systèmes de production et les prix des produits ne sont pas étrangers à la détermination des prix de la terre et surtout de la rente, mais ils interviennent simplement pour définir des valeurs-seuils dans la négociation : la rente ne saurait excéder le revenu attendu, et plus le revenu est élevé, plus le producteur acceptera de verser un prix élevé pour avoir accès à la terre.

Rentes en nature et en travail

112Jusqu'à présent, l'analyse a porté sur la rente foncière sous sa forme la plus saisissable, la forme-argent. Pour Marx, les trois types de rente, en travail, en nature et en argent, constituent des différences de formes et marquent le passage à des niveaux de développement plus élevés.

113Ces trois formes de rente coexistent à Djimini-Koffikro. Le statut de rente en nature du contrat d'abougnon sur manioc est discutable, le partage concernant le plus souvent le produit de la vente de la production et non cette dernière. La différence avec une location joue donc moins sur la nature de la rente que sur la fixation du montant de la redevance à verser par le producteur et sur les conditions de son règlement : somme forfaitaire, à verser d'emblée dans le cas d'une location ; somme proportionnelle à la valeur de la récolte, à verser à l'issue du procès de production, dans celui de l'abougnon. La différence entre la redevance à payer pour un contrat d'abougnon et le coût de location peut être interprétée comme un coût d'actualisation. Le producteur peut ainsi payer très cher, en cas de bonne récolte ou d'augmentation du prix du produit, son manque de numéraire. Il faut souligner que l'apparition de la rente en argent a précédé celle de la rente en nature. Le produit ne s'est pas converti en argent comme dans le schéma marxiste, c'est le manque de disponibilités monétaires de certains producteurs qui a conduit à l'apparition d'une redevance en nature et à la "survalorisation" du numéraire, ressource rare.

114Trois formes de réelles rentes en travail sont rencontrées à Djimini-Koffikro : le partage d'une parcelle débroussée par le preneur, l'autorisation donnée à un producteur de réaliser un cycle de maïs après le débroussage d'une parcelle, et l'autorisation donnée au producteur d'associer des cultures vivrières de cycle court à de jeunes palmiers.

115Nous ne disposons pas de données sur le premier type de rente (il aurait fallu pour cela pouvoir rapprocher la superficie débroussée de la superficie conservée par le preneur). Cela est d'autant plus regrettable que seule cette forme de rente en travail pouvait donner lieu à une comparaison avec la rente-argent, ces deux voies d'accès à la terre permettant de pratiquer les mêmes systèmes de culture.

  • 34 Temps de travaux moyens (voir quatrième partie) : défrichement d'une vieille plantation : 62 JT (jo (...)
  • 35 Même si on retient une valorisation faible de 410 F.CFA par jour, correspondant au coût de l'emploi (...)

116Pour le preneur, le coût en travail induit par le second type de rapport foncier (autorisation de réaliser un cycle de maïs après avoir débroussé une parcelle) correspond au fait que le défrichement d'une vieille plantation ou le débroussage d'une jachère soit amorti sur un cycle de maïs et non sur l'ensemble du cycle maïs-manioc, comme ce serait le cas en faire-valoir direct ou en location. Ce coût est d'environ 50 journées de travail dans le cas du défrichement d'une vieille plantation, de 28 jours dans celui d'un simple débroussage34. Rapportée à la valeur de la production de maïs (45 000 F.CFA en moyenne, cf. quatrième partie), le coût monétaire fictif pour le producteur est élevé35 : 11 000 F.CFA dans le cas du débroussage d'une jachère, 20 000 F CFA pour le défrichement d'une vieille plantation. Ces valeurs témoignent du faible coût d'opportunité du travail pour les producteurs qui acceptent ce type de rapport foncier. Dans l'optique du propriétaire, le gain correspond à l'économie du défrichement ou du débroussage, soit au minimum 25 000 F.CFA dans le cas du défrichement d'une vieille plantation et 14 000 F.CFA dans celui d'un simple débroussage.

117Le dernier type de rente (association de cultures vivrières de cycle court et de jeunes palmiers) ne peut être analysé, dans l'optique du producteur, en termes de coût, l'accès à la terre ne donnant lieu ni à un débours monétaire, ni à l'extorsion d'un surtravail. Pour le propriétaire, le gain de ce rapport foncier peut être estimé à 5 000 ou 10 000 F.CFA/ha correspondant à l'économie d'un ou de deux nettoyages de la plantation, selon la durée du cycle de cultures vivrières. Il y a donc association d'intérêts entre le propriétaire et le producteur - ou plus souvent la productrice. Chaque acteur fournit le facteur de production dont il dispose, terre pour le planteur, force de travail pour le producteur, et bénéficie en retour de celui dont il manque.

118Ces diverses formes de rente foncière illustrent la souplesse des rapports sociaux en économie de plantation, leur adaptabilité aux variations des disponibilités en facteurs, variations dans le temps ou, à un moment donné, entre unités de production. On reviendra par la suite sur l'incidence du prix de la terre, du niveau des locations, des formes de rentes en travail et plus généralement des conditions d'accès à la terre, sur les choix culturaux et les systèmes de production. Il importe préalablement de préciser les caractéristiques respectives des groupes des planteurs-propriétaires fonciers et des producteurs sans terre, qui ne se distinguent pas uniquement par leur rapport à la terre, mais également par quelques traits sociodémographiques essentiels : âge, ethnie, itinéraires migratoires et professionnels, pluri-activité.

Producteurs sans terre et planteurs-propriétaires : des profils socio-démographique contrastés

119L'âge moyen des producteurs-propriétaires fonciers résidant à Djimini-Koffikro est de 53 ans, celui des producteurs sans terre de 35 ans (figure 3 ; voir également les tableaux A29 et A30, annexe 1). La différence est importante et jouera tant sur la capacité de travail du chef d'unité de production que sur la structure familiale.

120Ces groupes se distinguent globalement par l'origine des producteurs : 86 % des chefs d'exploitation propriétaires fonciers sont ivoiriens, 87 % des PST sont étrangers. Les Voltaïques représentent à eux seuls plus de la moitié du nombre des producteurs sans terre, les Maliens environ le tiers :

Tableau XII. Ethnie ou nationalité des responsables d'unités de production de Djimini-Koffikro (1983-84)

Ethnie/nationalité

PST

propriétaires fonciers

TOTAL

Baoulé

3

42

45

Agni

3

15

18

Abouré

-

9

9

Nzima

1

8

9

"Ivoiriens du Nord"

2

10

12

Autres Ivoiriens

-

3

3

Total Ivoiriens

9 (11,4 %)

87(86,1 %)

96 (53,3 %)

Voltaïques

43

9

52

Maliens

23

5

28

Autres étrangers

4

-

4

Total étrangers

70 (88,6 %)

14(13,9 %)

84(46,7 %)

TOTAL

79(100 %)

101 (100 %)

180(100 %)

121Ces différences sont à mettre en relation avec l'historique des flux migratoires. Lors de la phase pionnière les migrants étaient principalement des Ivoiriens originaires du centre ou du sud du pays. Le flux migratoire positif postérieur à la fin de la phase pionnière - dont sont issus les PST et une minorité des propriétaires fonciers - était et reste constitué par des étrangers ou des Ivoiriens originaires du nord du pays.

122Les vagues migratoires se recouvrent partiellement ; le chevauchement correspond, pour les producteurs sans terre, à une arrivée trop tardive pour avoir accès à la terre par droit de culture, et pour les propriétaires fonciers, à la venue d'héritiers, de futurs héritiers (aides familiaux) ou de migrants qui ont acheté la terre.

Figure 3 - Répartition par classe d'âge des responsables d'unités de production résidant à Djimini-Koffikro.

Figure 3 - Répartition par classe d'âge des responsables d'unités de production résidant à Djimini-Koffikro.
  • 36 La seule différence dans la composition ethnique ou nationale du groupe des propriétaires telle qu' (...)
  • 37 Les emplois exercés par les 26 migrants concernés sont divers : manoeuvres sur le port d'Abidjan, a (...)

123Les activités pratiquées antérieurement à l'installation à Djimini-Koffikro varient selon l'époque d'arrivée36 ; à titre d'illustration, quelques itinéraires migratoires et professionnels sont présentés en annexe 6. Un élément marquant est l'importance du nombre de migrants ayant eu un emploi en ville37. Il s'agit principalement de propriétaires arrivés dans le village avant 1958 (tableau A31, annexe 1), révélateur de la fièvre de création de plantations qui a régné dans le Sud-Est entre la fin de la guerre et l'Indépendance. Autre élément marquant, de nombreux producteurs sans terre arrivés récemment à Djimini-Koffikro ont été manœuvres sur les plantations d'ananas de la SALCI ou de la SOCABO, ce qui leur a permis de se familiariser avec cette culture avant de la pratiquer pour leur propre compte à Djimini-Koffikro.

124L'analyse des motivations de la venue à Djimini-Koffikro, malgré les réserves d'usage qu'impose un tel exercice, est particulièrement intéressante. La quête d'un emploi de manœuvre agricole apparaît rarement comme une motivation dominante, tant pour les propriétaires fonciers que pour les producteurs sans terre (cf. annexe 6). C'est avant tout l'objectif d'une installation comme producteurs qui a conduit les migrants à Djimini-Koffikro, du fait de l'existence de forêt noire, d'un héritage, d'une opportunité d'achat de plantation ou de friches dans le cas des propriétaires fonciers, ou de la possibilité d'y pratiquer la culture de l'ananas dans celui des producteurs sans terre.

125Djimini-Koffikro étant un village de migrants, on peut s'interroger sur les liens conservés avec le village d'origine par les immigrants ou par leurs enfants nés à Djimini-Koffikro. Ces liens ont été cernés par une enquête réalisée auprès de 60 propriétaires fonciers résidant dans le village et de 59 producteurs sans terre, dont les principaux résultats sont présentés en annexe 6. Seuls les projets relatifs à la durée envisagée du séjour à Djimini seront évoqués ici. 35 des propriétaires projettent de demeurer à Djimini-Koffikro pour leurs vieux jours, les autres prévoyant un retour dans leur village d'origine. L'âge avancé de certains d'entre eux et le report du départ à un futur indéfini laissent supposer que dans bon nombre de cas il s'agit davantage d'une marque d'attachement affectif à leur milieu d'origine que d'un projet qui sera effectivement concrétisé. Seuls 4 producteurs sans terre, rappelés par leur famille en Haute-Volta, pensent quitter prochainement le village ; les autres souhaitent demeurer à Djimini-Koffikro, "où l’on gagne bien sa vie et où on peut faire ses affaires". En fait, le groupe des producteurs sans terre n'est pas homogène. Il comprend un "noyau dur" d'une quinzaine de producteurs arrivés depuis plus de 15 ans à Djimini-Koffikro, qui y sont installés et n'envisagent pas d'en partir, et des migrants arrivés plus récemment, dont la présence à Djimini-Koffikro tient à la seule possibilité de pratiquer la culture de l'ananas, pratique effective ou reportée "en attendant d'avoir les moyens".

  • 38 Les activités exercées à l'extérieur de Djimini-Koffikro par les propriétaires fonciers absentéiste (...)
  • 39 Sur 79 producteurs sans terre, 51 sont manœuvres agricoles à temps partiel (14 abougnon et 37 contr (...)

126Un dernier facteur, la pluri-activité, différencie nettement producteurs-propriétaires fonciers, des producteurs sans terre : 25 % des premiers ont un emploi salarié en milieu urbains38, 65 % des seconds sont manœuvres agricoles à temps partiel39. Une "complémentarité fonctionnelle" s'esquisse entre producteurs sans terre et planteurs-propriétaires fonciers, les disponibilités en terre de ces derniers permettant la fixation à Djimini-Koffikro des PST comme producteurs agricoles et manœuvres à temps partiel. Cette complémentarité reste conjoncturelle, liée à l'essor de la culture de l'ananas et donc à son devenir, et tributaire de l'extension des cultures du palmier à huile et de l'hévéa. Cette extension joue un rôle ambivalent quant aux flux fonciers provisoires, à la fois positif à court terme, du fait des avantages que présentent pour un propriétaire la location ou le prêt avec contrepartie d'une parcelle avant la plantation des arbres, et négatif à plus long terme, par le gel des superficies provoqué par ces plantations. On aura l'occasion de revenir de façon plus approfondie sur ces divers points.

127En définitive, producteurs sans terre et producteurs-propriétaires se distinguent nettement, dans leurs caractères dominants. Les PST sont jeunes, étrangers originaires du Nord, arrivés depuis peu de temps à Djimini-Koffikro, et fréquemment manœuvres à temps partiel. Les planteurs-propriétaires fonciers sont ivoiriens, âgés, arrivés depuis plusieurs décennies ou natifs du village, et les pluri-actifs sont des salariés travaillant dans le secteur urbain. Ces éléments ne sont pas dénués d'importance pour la compréhension du fonctionnement de l'économie agricole à Djimini-Koffikro, puisqu'ils jouent tant sur les disponibilités des unités de production en force de travail que sur la stabilité de ces dernières, les habitudes de consommation alimentaire et l'articulation de groupes d'unités de production fondée sur des flux inverses de terre et de travail.

Notes

1 Pour la zone forestière ivoirienne, peuvent être mentionnés les travaux d'Affou Yapi, sur les Attié, de Bouet-Surroca, Boutillier, Gastellu, Kindo Bouadi, Rougerie, sur les Agni, de Chaléard sur les Abè, de Chauveau et Richard sur les Gban, de Dozon sur les Bété, de Dupire sur les Abè et les Agni, de Kobben sur les Agni et les Bété, de Léna sur les Bakwé, de Raulin sur les Dida, Gouro, Gban et Bété, de Schwartz sur les Guéré et les Bakwé. Tous ces travaux traitent, de façon plus ou moins approfondie, des régimes fonciers.

2 De telles pratiques ont été décrites par Raulin [1957, p. 52] pour le Centre-Ouest et Léna [1979, p. 94] pour le Sud-Ouest.

3 Enfants 17, neveux 5, frères utérins 2, manœuvre 1.

4 Tous les bénéficiaires des donations habitent les villages enquêtés, à la différence de Djimini-Koffikro, où certains des donataires résident en milieu urbain. Cette différence pourrait cependant provenir du système de collecte des données (enquêtes déclaratives à passage unique) ; le nombre des absentéistes avait été largement sous-estimé à Djimini-Koffikro lors du recensement initial.

5 La comparaison dans le temps entre les superficies achetées et les prix est délicate, l'occupation du sol à l'époque des transactions étant souvent incertaine ; les valeurs calculées sont précisées en annexe 4. Lors de la dernière vente, en 1984, l'hectare de friche (jachère à Eupatorium odoratum) a été négocié à 76 000 F.CFA.

6 L’expression parcelle foncière désigne dans ce texte une pièce de terre d’un seul tenant appropriée par un individu ou une famille.

7 15 nouveaux migrants et un salarié urbain étaient "Ivoiriens du Nord", Maliens ou Voltaïques ; 6 nouveaux migrants, 9 salariés urbains et 10 planteurs déjà installés à Djimini étaient Baoulé, Agni ou Lagunaires

8 Le terme de marché est utilisé dans une acception courante, car il est certain que les conditions qui déterminent théoriquement l'existence d'un marché - transparence, fluidité, homogénéité des produits, etc. - ne sont pas remplies ici.

9 Une analyse en termes de superficie conduit à réduire l'importance relative des donations et à accentuer celle de l'héritage : droit de culture 19 % (205 ha) ; donation 9 % (96 ha) ; achat 24 % (254 ha) ; héritage 48 % (517 ha). Dans ce dernier cas, les planteurs décédés avaient eu accès à la terre par droit de culture pour 37,5 % ou par achat pour 8,9 % des superficies (inconnu 1,8 %).

10 Cette dynamique concerne 43 patrimoines fonciers (PF), représentant une superficie de 412,6 ha. Dans 15 cas (103 ha) il y a eu vente, dans 28 (309,6 ha) le planteur pionnier est toujours en vie, ou l'héritage n'a pas donné lieu à un morcellement.

11 17 PF originels ont été touchés (344,6 ha), dont le morcellement a généré 36 PF (299,8 ha) et a contribué à alimenter (pour 44,8 ha) l'extension d'autres patrimoines.

12 Cette dynamique fait intervenir 8 PF en extension (leur superficie totale passe de 62,9 ha à 117,7 ha) par héritage (17,9 ha) ou achats (36,9 ha) ; 6 nouveaux PF "cumulateurs" (92,7 ha) constitués par des achats successifs par de nouveaux migrants, de patrimoines originels fragmentés ou non (5 PF, 88 ha), ou par donation puis achat (1 PF, 4,7 ha) ; 8 PF originels phagocytés dans leur intégralité (77,8 ha) ; des fragments de patrimoines originels, produits du morcellement de ces derniers et achetés par des planteurs qui disposaient déjà de terres à Djimini-Koffikro (53 ha), et des parcelles foncières achetées sur des terroirs limitrophes (16,6 ha).

13 La dynamique "mixte" a touché 6 PF originels (100,9 ha) ayant été successivement morcelés et agrandis, et 7 PF (49,1 ha) absorbés dans leur intégralité par les premiers lors des phases de concentration. Elle a abouti à la constitution de 11 PF (141,8 ha), en ayant bénéficié de la dynamique de morcellement (9,5 ha) et contribué à la dynamique de concentration (17,7 ha).

14 La dynamique de morcellement fait passer le nombre des patrimoines de moins de 10 ha de 2 à 28, celui des patrimoines de plus de 10 ha de 15 à 8. A l'inverse, la dynamique de concentration réduit le nombre des patrimoines de moins de 10 ha de 11 à 6 et fait passer celui des patrimoines de plus de 10 ha de 5 à 8. Ce double phénomène, morcellement par vente ou donation, et concentration, par achats principalement, explique la stabilité globale de la structure foncière entre la fin de la phase pionnière et 1984 pour les patrimoines de plus de 5 ha, et l'augmentation du nombre des patrimoines de moins de 5 ha, le processus de concentration ne compensant pas totalement celui de morcellement.

15 A titre de comparaison, la superficie déclarée moyenne est de 8 ha à Kongodjan, 12 à Assé-Maffia, 13 à Aboutou et 17 à Amangare (tableau A19, annexe 1). L'importance de ce dernier chiffre renvoie aux conditions de la maîtrise foncière et aux disponibilités des unités de production en force de travail lors de la phase pionnière.

16 La superficie totale des patrimoines de moins de 5 ha passe de 37,5 à 85,1 ha, soit une augmentation de 127 %. Pour les patrimoines de 5 à 10 ha, l'augmentation est de 8 % (238,8 à 258,1 ha) et on note une légère diminution, de 5 % (771,7 à 728,8 ha), pour ceux de plus de 10 ha.

17 26 salariés en activité ou retraités (12 fonctionnaires, 4 cadres supérieurs du privé ou du para-public, 13 chauffeurs ou employés du privé), 1 médecin, 2 commerçants, 8 planteurs ou anciens planteurs et 2 sans activité. Presque tous les groupes ethniques ou nationaux sont concernés : Baoulé (14 absentéistes), Agni (6), Abouré (8), Nzima (7), "Ivoiriens du Nord" (2), Voltaïque (1) et Nigérian (1).

18 Les conditions d'accès à la terre et les superficies en jeu sont précisées en annexe 5.

19 A une exception près, un planteur abouré étant allé créer des plantations à Gagnoa afin de constituer un héritage pour son fils, les terres de Djimini-Koffikro devant être héritées par son neveu.

20 4 PST ont été recensés à Assé-Maffia, 5 à Amangare, 3 à Aboutou et 2 à Kongodjan.

21 Nous ne faisons pas référence ici aux prêts de terre consentis au sein des unités de production.

22 La durée de la jachère varie également selon la culture qui doit lui succéder, cf. Deuxième partie.

23 A titre d'illustration, le coût moyen réel de location (superficie mesurée) était en 1983 de 33 600 F.CFA/ha pour les parcelles plantées en ananas et de 27 300 F.CFA/ha pour celles plantées en cultures vivrières.

24 La valorisation de la location est calculée sur 3 ans, afin d'intéger la durée de la jachère.

25 Ces parcelles récoltées en 1984 ou 1985 ont procuré après partage un revenu à l'hectare variant de 30 à 95 000 F.CFA (moyenne 56 000 F). Peut intervenir comme élément de variabilité la variation du prix de vente du manioc, mais ce n'est pas le cas ici puisque le manioc a été vendu après que la "fièvre des cours" de 1983-début 1984 se soit apaisée.

26 6 par des prêts, 27 sous forme de locations (ou abougnon) et 17 qui combinent prêts et locations.

27 L'absentéisme du propriétaire foncier n'étant pas un critère discriminant dans la pratique des locations de terre.

28 Rente différentielle extensive liée à la fertilité du sol et à la localisation des terres, et rente différentielle intensive induite par des différences de productivité du capital sur des terres de même fertilité. Sur les théories de la rente foncière, voir J.L. Guigou, 1983.

29 La rente absolue proviendrait d'une fixation structurelle des prix de marché des produits agricoles au-dessus de leurs prix de production. Le maintien de ce surprofit, créé par une moindre composition organique du capital dans l'agriculture, serait assuré par la propriété foncière qui freine le transfert intersectoriel des capitaux et bloque ainsi la péréquation des taux de profit entre les différents secteurs de l'économie. La rente de monopole apparaît quand le prix de marché dépasse le prix de production et la valeur des marchandises.

30 En revanche, le concept de rente différentielle extensive est pleinement opératoire pour une analyse de l'économie de plantation ivoirienne à l'échelle de l'ensemble de la zone forestière. Les avantages - dans un contexte donné des techniques agricoles - d'une mise en culture après l'abattage de la forêt représentent une véritable rente différentielle pour les producteurs des fronts pionniers, relativement aux producteurs d'une vieille région d'économie de plantation, du fait des différences de fertilité des sols et de la plus grande facilité de contrôle des adventices. En l'occurrence, la rente bénéficie au terrain nouvellement défriché, ce qui ne respecte pas la forme du modèle ricardien. On rejoint ici les analyses proposées par F. Ruf [1988]. Ce dernier distingue trois sources de "rente différentielle-forêt" : une mise en culture après l'abattage de la forêt bénéficie d'une meilleures fertilité, de réserve en eau du sol et d'un moindre enherbement. Dans le contexte spécifique qui nous intéresse, il n'est pas possible d'expliquer l'émergence de la rente foncière par le détournement, par les propriétaires fonciers, d'une rente différentielle préexistante qui doit être recherchée en zone pionnière et non à Djimini-Koffikro.

31 Les ventes réalisées entre 1975 et 1980 ont en moyenne valorisé l'hectare de brousse à 70 000 F.CFA (annexe 4).

32 Pour une base 100 en 1982, le montant des locations est de 150 en 1983 et 200 en 1984 ; le prix de l'ananas-export de 134 en 1983, 167 en 1984. Le prix du manioc augmente de 100 à 300 entre le début et la fin de l'année 1983, puis est réduit de 300 à 100 entre le début et la fin de l'année 1984.

33 Pour un revenu moyen de 1 175 000 F.CFA/ha en 1984, la répartition du produit est la suivante : location du terrain 40 000 ; achats des intrants 385 000 ; rémunération de la main-d'œuvre 267 000 (sur la base de 330 journées payées au prix du salaire d'un manœuvre journalier - forme de rémunération la plus coûteuse, cf. deuxième partie) ; "profit" ou revenu net théorique 483 000 (toutes les bases de calcul seront présentées dans la quatrième partie). La rente ne représente donc que 8 % du revenu net théorique.

34 Temps de travaux moyens (voir quatrième partie) : défrichement d'une vieille plantation : 62 JT (jours de travail) ; débroussage d'une jachère : 35 JT ; travaux pour la culture du maïs (travaux pré-culturaux exclus) : 44 JT ; travaux pour la culture du manioc : 79 JT (travaux pré-culturaux exclus). La ventilation du travail de défrichement ou de débroussage est effectué sur la base des revenus apportés respectivement par le maïs et le manioc, soit 20 % du travail pré-cultural imputé au maïs et 80 % au manioc. Une imputation sur la base des temps de travaux consacrés spécifiquement aux deux cultures n'aurait pas modifié significativement les résultats.

35 Même si on retient une valorisation faible de 410 F.CFA par jour, correspondant au coût de l'emploi d'un manœuvre salarié annuel.

36 La seule différence dans la composition ethnique ou nationale du groupe des propriétaires telle qu'elle a déjà été présentée résulte de l'exclusion des cinq propriétaires non responsables d'unités de production.

37 Les emplois exercés par les 26 migrants concernés sont divers : manoeuvres sur le port d'Abidjan, aux travaux publics ou aux PTT (10), commerçants (4), domestiques ou gardiens (4), apprenti tailleur, chauffeur, mécanicien (3), artisans (2), employés de bureau (2) et agent de police (1). La durée des emplois a été variable, allant de quelques mois à plus d'une dizaine d'années.

38 Les activités exercées à l'extérieur de Djimini-Koffikro par les propriétaires fonciers absentéistes ont déjà été évoquées. Après exclusion des 5 propriétaires non responsables d'unités de production, il apparaît que 25 des 34 responsables d'exploitation absentéistes ont une activité rémunérée en ville (à Abidjan principalement) : 23 sont salariés du secteur public ou privé, l'un est médecin et un autre commerçant. 10 des 67 propriétaires fonciers résidant à Djimini-Koffikro y ont une seconde activité, comme commerçants (4), artisans (2), transporteur et chauffeur d'un véhicule de transport basé à Djimini-Koffikro. Deux autres sont manœuvres agricoles, l'un abougnon, l'autre annuel. Ce dernier a eu accès à la terre en 1983, lorsque son employeur lui a donné une parcelle en friche pour qu'il y plante des palmiers pour son propre compte.

39 Sur 79 producteurs sans terre, 51 sont manœuvres agricoles à temps partiel (14 abougnon et 37 contractuels ou journaliers) ; 3 sont artisans ; l'un est salarié d'une société de développement, un autre, karamoko (responsable musulman).

Table des illustrations

Titre Carte 4 - Ethnie des planteurs ayant concédés les droits de culture (Djimini-Koffikro).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14838/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Tableau VI. Répartition ethnique ou nationale de la propriété foncière à Djimini-Koffikro, à l'issue de la phase pionnière
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14838/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Carte 5 - Répartition ethnique ou nationale de la propriété foncière à l'issue de la phase pionnière (Djimini-Koffikro).
Légende Service cartographique ORSTOM Centre de Petit - Bassam
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14838/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14838/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14838/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14838/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14838/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14838/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 1 - Dynamiques patrimoniales à Djimim-Koffikro.
Légende PF patrimoine foncierD3 Dynamique de concentrationD1 Dynamique conservatoireD4 Dynamique mixteD2 Dynamique de morcellementD5 Achats de parcelles sur les terroirs limitrophes
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14838/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Carte 6 - Morcellement spatial des patrimoines fonciers, 1984 (Djimini-Koffikro).
Légende Service cartographique ORSTOM Centre de Petit - Bassam
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14838/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Figure 2 - Distribution des patrimoines fonciers de Djimim-Koffikro, par classe de superficie.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14838/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Tableau X. Répartition ethnique ou nationale de la propriété foncière à Djimini-Koffikro en 1984
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14838/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Carte 7 - Répartition ethnique ou nationale des patrimoines fonciers en 1984 à Djimini-Koffikro.
Légende Service cartographique ORSTOM Centre de Petit - Bassam
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14838/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14838/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 3 - Répartition par classe d'âge des responsables d'unités de production résidant à Djimini-Koffikro.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14838/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 206k

© IRD Éditions, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search