Version classiqueVersion mobile

La mutation d'une économie de plantation en basse Côte d'Ivoire

 | 
Jean-Philippe Colin

Introduction

Texte intégral

1L'agriculture de plantation en Côte d'Ivoire forestière, dans son "modèle dominant" marqué par une caféiculture et une cacaoculture extensives, commence à être bien connue. L'étude, réalisée de 1983 à 1985, de la mutation de cette agriculture dans une ancienne zone pionnière de Basse-Côte, visait à cerner la dynamique de l'économie de la production agricole et à fournir des éléments d'information sur une forme d'économie de plantation relativement méconnue, pouvant constituer une voie d'évolution possible de l'économie agricole en zone forestière.

2Cette introduction sera consacrée à la présentation de la problématique qui nous a guidé, de la méthodologie retenue et des techniques de collecte des informations utilisées lors du travail de terrain ; on évoquera également quelques traits caractéristiques des terrains étudiés.

Problématique

Esquisse du modèle dominant d'économie de plantation villageoise en Côte d'Ivoire forestière

3L'expression "économie de plantation villageoise" demande à être explicitée. Par économie de plantation, R. Badouin [1971] désigne une forme d'agriculture d'entreprise pratiquée sous les tropiques par des producteurs occidentaux sur la base de cultures d'exportation arbustives ou arborées et caractérisée par l'utilisation de techniques de production élaborées, par l'importance des capitaux mis en œuvre et par des rapports de production capitalistes. Cette forme d'économie de plantation n'est pas étrangère à la Côte d'Ivoire. Dans son modèle idéal-typique elle est caractéristique, dès l'époque coloniale, de la production de certains secteurs :

  • banane douce pour l'exportation, dont la culture prend son essor dans les années 1930 ;
  • élaéiculture (culture du palmier à huile, Elaeis guineensis), avec l'Union Tropicale de Plantation dans les années 1920, puis avec les plantations de la SPHB (Société des Palmeraies et Huileries de Bingerville), de la PHCI (Plantations et Huileries de Côte d'Ivoire) et de la CFHP (Compagnie Forestière des Huileries de Palme) ;
  • hévéaculture, à partir de 1953, avec les plantations de la Compagnie Française des Cultures d'Extrême-Orient puis la création, en 1955, de la SAPH (Société Africaine de Plantations d'Hévéas).

4Bien qu'il ne s'agisse pas de cultures arborées, les plantations d'ananas destiné à l'exportation en frais ou à la conserverie peuvent être rattachées à cette forme d'économie de plantation.

  • 1 Les Européens, planteurs privés ou sociétés, ont été parfois à l'origine des productions caféière (...)

5Après l'Indépendance, l'Etat ivoirien donne une forte impulsion à cette forme de production agricole en créant des sociétés d'Etat ou d'économie mixte, dont en particulier le groupe SODEPALM-PALMINDUSTRIE-PALMIVOIRE chargé du développement des cultures du palmier à huile et du cocotier. Dès lors, le modèle idéal-typique commence à être faussé puisque l'appareil de production échappe totalement ou en partie à des acteurs étrangers. Mais surtout, cette forme d'économie de plantation est toujours restée marginale en Côte d'Ivoire, tant économiquement que spatialement, comparée à des productions certes basées sur des cultures arbustives - caféier et cacaoyer - mais contrôlées par des planteurs africains1, dans le cadre d'une production non capitaliste dont le rattachement à une forme d'agriculture d'entreprise serait pour le moins malaisé. Aussi, définira-t-on par économie de plantation villageoise, expression consacrée par l'usage, ce secteur de la production agricole.

6L'économie de plantation villageoise en Côte d'Ivoire forestière a fait l'objet de nombreuses études qui en ont éclairé la genèse et le fonctionnement. Le soin d'en rédiger une synthèse sera laissé aux chercheurs ayant directement travaillé sur ce thème et seuls seront rappelés ici les éléments indispensables à la présentation de notre recherche.

7Le concept de système productif agricole, proposé par R. Badoin [1987], sera utilisé pour caractériser le modèle dominant d'économie de plantation en zone forestière de Côte d'Ivoire. Constitué par l'ensemble des éléments et des activités qui concourent à la formation du flux des produits agricoles, on peut en distinguer trois aspects, le système de culture, se rapportant aux combinaisons des cultures dans le temps et dans l'espace (rotations, assolements, associations), le système de production, combinaison des facteurs de production, et le système d'exploitation, entendu comme mode de fonctionnement des unités de production (détention du pouvoir de décision, structure interne de l'exploitation, modalités d'accès aux facteurs de production). Concrètement, la mise en œuvre des facteurs sera ainsi définie sur le plan quantitatif par le système de production, le contrôle social exercé sur cette mise en œuvre étant appréhendé par l'analyse du système d'exploitation. Un tel découpage d'une réalité complexe ne signifie en rien que l'approche en termes de système productif puisse être réduite à la recherche de ces divers éléments.

8Cette décomposition ne vise qu'à faciliter l'exploration du faisceau des relations dynamiques entre les composantes du système, seul susceptible d'en éclairer le fonctionnement.

9Le modèle dominant de l'économie de plantation villageoise est caractéristique d'une agriculture pionnière marquée par l'intégration du système de culture implanté après l'abattage de la forêt, par un système de production extensif et par une articulation spécifique entre les modalités d'accès à la terre et les conditions d'accès à la main-d'œuvre.

Un système de culture intégré

10L'introduction du caféier et du cacaoyer au sein des systèmes de culture vivriers traditionnels n'a pas consisté en une simple juxtaposition spatiale des cultures, ni en une substitution des cultures de rapport aux cultures vivrières, mais en une intégration des productions arborées au système traditionnel. On peut schématiser de la façon suivante ce dernier, dans ses deux variantes, culture cyclique et culture itinérante :

11L'introduction du caféier et du cacaoyer procède d'une substitution de ces cultures à la jachère arborée ou au recrû forestier. Les arbustes sont complantés avec les cultures vivrières après le défrichement de la forêt. Au bout de deux à trois ans, les cultures vivrières de cycle court sont abandonnées et seules restent sur la parcelle, pour quelque temps encore, les cultures vivrières de cycle long (bananier plantain, manioc) et les caféiers ou les cacaoyers. Le recrû ligneux qui s'installe sera dégagé lors de la première récolte de cerises de café ou de cabosses de cacao, quatre à cinq années après la plantation.

12L'association temporaire des cultures vivrières et des cultures pérennes répond à des considérations techniques - besoin d'ombrage pour les jeunes cacaoyers assuré par les bananiers - et surtout à un souci d'optimiser l'utilisation de la force de travail, facteur rare.

13Cette articulation entre cultures vivrières et cultures de rapport fonde un système qui suppose l'accroissement continuel des superficies exploitées. La nécessité d'assurer l'autoconsommation familiale impose la pratique de défrichements renouvelés, ces superficies étant ensuite gelées par les cultures pérennes. La dynamique spatiale du système de culture suppose de ce fait l'existence de réserves foncières et une disponibilité en main-d'œuvre suffisante pour assurer les défrichements annuels, l'entretien des cultures et la récolte de la production.

Un système d’exploitation fondé sur un accès différentiel à la terre et sur l’utilisation de main-d'œuvre rémunérée

  • 2 Il faut également souligner le rôle joué, dans l'initiation de ces flux, par le travail obligatoir (...)

14La densité démographique en zone forestière ivoirienne, à l'époque de l'introduction du caféier et du cacaoyer, était faible. Les superficies cultivées, même augmentées des terres en jachère, représentaient un taux d'occupation du sol réduit. Ce contexte général a eu deux conséquences. En premier lieu, il a facilité l’introduction et le développement des nouvelles cultures arbustives, l'accès à la terre étant libre pour tout membre de la collectivité villageoise ou du lignage qui exerçait un contrôle éminent sur la terre, bien naturel abondant non privatisé. En second lieu, le travail étant une ressource productive rare, l'agriculture de plantation n'a pu se développer à l'échelle de la zone forestière comme à celle de la plupart des unités de production, que grâce à l'apparition d'un important courant migratoire. Les ressources tirées du café et du cacao ont en effet attiré en zone forestière de nombreux migrants venus des régions de savane de Côte d'Ivoire ou de pays voisins (Haute-Volta, Mali)2. Ces migrants avaient pour objectif l'accumulation d'un pécule par un travail salarié avant le retour au pays natal, ou l'installation à leur compte comme planteurs, l'accès à la terre étant alors conditionné par l'accord des responsables autochtones. La stratégie foncière des autochtones face à l'afflux des migrants a varié selon la pression exercée par ces derniers et suivant la phase du processus de colonisation, le droit de culture étant accordé de plus en plus difficilement au fur et à mesure que disparaissait la forêt.

15La croissance des besoins en main-d'œuvre et l'augmentation de la demande en terre, liée à la dynamique interne du système (processus d'extension des superficies cultivées par unité de production) et à l'arrivée de nouveaux planteurs, ont conduit à une articulation spécifique entre les conditions d'accès à la terre et l'accès à la force de travail. Les planteurs autochtones et les planteurs allogènes à qui avaient été concédées d'importantes superficies en forêt ont pu s'attacher la clientèle de migrants auxquels le droit de planter pour leur propre compte n'a été accordé qu'après une période plus ou moins longue de travail comme manœuvre agricole. Ainsi l'accès à la main-d'œuvre, facteur rare, a-t-il été assuré en partie grâce au contrôle social exercé sur la terre.

Un système de production extensif à faibles coûts monétaires de production

16L'extensivité de l'agriculture de plantation, qualifiée parfois de quasi-cueillette, s'explique par la mise en œuvre d'une double stratégie, en l'absence d'une modification des techniques de production : valorisation du travail (facteur rare) plutôt que de la terre et constitution de réserves foncières, le planteur anticipant sur la raréfaction prévisible de la forêt disponible. Cette anticipation donne lieu à une véritable "course à la terre", lors de laquelle il importe plus de marquer le paysage par la plantation d'arbres qui garantit et pérennise le droit d'usage accordé, que d'exploiter au mieux la superficie mise en valeur.

17Plusieurs facteurs contribuent à limiter les coûts de production en agriculture de plantation villageoise. Le coût de l'accès à la terre est nul ou négligeable, les dépenses en consommations intermédiaires se réduisent, au plus, à l'utilisation de produits phytosanitaires pour une valeur de quelques milliers de francs CFA. La reproduction de la force de travail familiale est assurée par la production vivrière.

18Le coût monétaire de la force de travail salariée, toujours allogène, est limité, sa reproduction étant assurée en partie dans la zone d'origine du migrant [Meillassoux, 1977] et en partie par la production vivrière de son employeur ou d'une parcelle que celui-ci met à sa disposition. De plus, l'accès éventuel à terme du manœuvre à la terre, sa relation de "client" plus que de salarié au sens strict, limitent ses prétentions en matière de rémunération.

19Le modèle dominant d'économie de plantation villageoise en Côte d'Ivoire forestière se caractérise ainsi schématiquement par la prédominance des cultures caféière et cacaoyère, par une intégration spatiale temporaire des cultures vivrières et des cultures pérennes, par une relation dynamique entre le système foncier et les rapports de production, et par un système de production extensif. Les facteurs d’évolution de ce modèle sont de deux ordres. En premier lieu intervient l'apparition de blocages sur les facteurs terre et travail : raréfaction des terres disponibles (blocage à terme du système extensif consommateur d'espace), raréfaction et renchérissement de la main-d'œuvre salariée, ou encore ponction sur la main-d'œuvre familiale des planteurs opérée par l'exode rural des jeunes scolarisés. En deuxième lieu joue l'introduction en milieu villageois de nouvelles cultures dans le cadre d'une agriculture contractuelle, une société d'encadrement assurant la fourniture des intrants, le conseil technique aux producteurs, la collecte, l'achat et l'usinage de la récolte. Il est ainsi indispensable, pour comprendre l'évolution de l'agriculture de plantation à l'échelle locale, de dresser rapidement le cadre général du processus de diversification des cultures de rapport en zone forestière de Côte d'Ivoire.

La diversification des cultures villageoises de rapport en zone forestière

20Il est de coutume, dans les écrits relatifs à l'agriculture ivoirienne, de distinguer les cultures de rente - caféier, cacaoyer - des cultures vivrières. Parfois sont également évoquées les cultures industrielles, commerciales, de rapport, d'exportation. Une clarification du sens qui sera accordé à ces différents termes ne semble pas superflue, d'autant que nous aurons à nous intéresser à une gamme de cultures particulièrement variée.

21Les cultures de rente, produites en vue d'une commercialisation, sont souvent opposées aux cultures vivrières autoconsommées ; toutefois, les cultures vivrières peuvent parfois devenir des cultures de rente (riz, manioc). Les cultures d'exportation, quant à elles, sont opposées aux cultures produites en vue d'approvisionner le marché national. La distinction n'est guère judicieuse pour les oléagineux qui sont en partie exportés mais font aussi l'objet d'une importante consommation nationale, comme dans le cas de l'huile de palme. Le terme de cultures industrielles est particulièrement ambigu, puisqu'il désigne, selon les auteurs, soit des cultures utilisées comme matière première par l'industrie, soit des cultures produites dans le cadre d'une agriculture d'entreprise capitalistique. L'ambiguïté est accentuée par la distinction opérée couramment en Côte d'Ivoire, pour une même culture, entre plantations industrielles et plantations villageoises (PI/PV de palmiers, cocotiers, hévéas, ananas de conserve). Aussi, afin d'éviter toute confusion, nous tiendrons-nous aux définitions suivantes. L'expression cultures de rapport - et non cultures de rente, ce terme suggèrant l'idée d'un gain indépendant de tout travail - désignera les cultures dont la finalité première est la commercialisation. Utilisé sans précision, ce terme désignera les cultures de caféiers, cacaoyers, palmiers à huile, cocotiers, hévéas, ananas. Le terme de cultures vivrières désignera les cultures faisant ou étant susceptibles de faire l'objet d'une autoconsommation. Selon les cas, les cultures vivrières autoconsommées seront distinguées des cultures vivrières de rapport, ou, plus souvent, la fraction commercialisée de la production vivrière, de la fraction autoconsommée. La distinction entre plantations villageoises et plantations industrielles sera conservée. Les premières désigneront les cultures de rapport arbustives, arborées ou d'ananas, produites dans le cadre de l'économie de plantation villageoise, avec, le cas échéant, l'encadrement d'une société de développement. Le terme de plantations industrielles fera référence aux cultures de rapport arbustives, arborées ou d'ananas, produites dans le cadre d'une agriculture d'entreprise privée, d'économie mixte ou d'Etat. Ce faisant, on élargit le concept d'économie de plantation villageoise tel qu'il a été précédemment présenté, puisqu'il ne concerne plus seulement la caféiculture et la cacaoculture villageoises extensives.

22Ces précisions apportées, il convient de s'interroger sur les conditions de la diversification des cultures de rapport en zone forestière.

23Dans les années qui suivent l'Indépendance, le planificateur ivoirien tire le double constat de la fragilité de l'économie nationale, tributaire du cacao et surtout du café qui représentent les trois quarts de la valeur des exportations, et de la faiblesse des rendements en économie villageoise qualifiée d'agriculture de rapine [Ministère du Plan, Perspectives décennales 1960-1970, p. 115]. Aussi la politique gouvernementale s'oriente-t-elle dès lors dans une double voie, l'amélioration des cultures du caféier et du cacaoyer, et la diversification des cultures.

24L'amélioration de la cacaoculture consiste en une opération de régénération avec la vulgarisation de la fumure, de la taille et de l’égourmandage. Parallèlement est lancée une action de reconversion et d'extension cacaoyère, avec le remplacement de la variété Amelonado par des hybrides produits par l’Institut Français du Café et du Cacao. Entre 1971 et 1983, 180 250 ha de cacaoyers sélectionnés sont ainsi plantés, à comparer aux 1 398 900 ha que couvre le verger cacaoyer ivoirien en 1983. Le caféier bénéficie de deux opérations : la reconversion du verger, avec le remplacement du Robusta traditionnel par du Robusta sélectionné - 101 500 ha sont ainsi plantés entre 1971 et 1983, sur 1 292 000 ha que couvre la caféière ivoirienne en 1983 - puis, à partir de 1978, une opération de recépage (28 550 ha recépés à la fin de 1983).

25La diversification des cultures peut s'appuyer dès les années soixante sur les résultats acquis dans le domaine de la recherche agronomique. En zone forestière, elle porte d'abord sur le développement de la culture du palmier à huile sélectionné, puis sur celle du cocotier et de l’hévéa. L'option retenue est de créer des complexes agro-industriels disposant de leurs propres plantations et associant des petits planteurs villageois, dans le cadre d'une agriculture contractuelle.

Le Plan Palmier et son impact en milieu villageois

26Le palmier à huile pousse spontanément dans toute la zone forestière, où il est exploité traditionnellement en protoculture. La fabrication d'huile artisanale donna lieu, à l'époque pré-coloniale et au début du siècle, à un trafic commercial relative ment important avec l'Europe [Pillet-Schwartz, 1973]. Les premiers essais de culture intensive et de fabrication industrielle d'huile de palme remontent au début des années 20, avec la création de la plantation de La Mé par les services de l'agriculture et de celles de Mopoyem et Grand-Drewin par l'Union Tropicale de Plantation. En 1946, ces blocs sont repris par l'Institut de Recherche pour les Huiles et Oléagineux (IRHO) qui développe des programmes de recherche dont les acquis permettront le lancement du Plan Palmier, avec en particulier la création de variétés hybrides hautement productives. En 1960, la palmeraie sélectionnée couvre 5 000 hectares en Côte d'Ivoire [ORSTOM-IGT, 1979].

  • 3 L'intégration des plantations réalisées par d'autres acteurs économiques (IRHO, sociétés privées, (...)

27Au début de la décennie soixante, les conditions sont réunies pour faire du palmier à huile "le fer de lance" [Sawadogo, 1977] de la diversification des cultures en zone forestière : adaptation du palmier aux conditions agro-écologiques de la Basse-Côte, disponibilité d'un matériel végétal sélectionné et mise au point de techniques culturales performantes, bonnes perspectives sur les marchés national et international, possibilité de financement d'une première tranche de plantation avec le concours du FED, au titre des aides à la diversification des cultures. De plus, le développement de la culture du palmier à huile permettait de valoriser les zones de sables tertiaires, peu propices au caféier et au cacaoyer et convenant par contre à l’élaéiculture. Sont ainsi créés au cours du premier Plan Palmier, entre 1961 et 1978, 88 300 ha de plantations : 50 400 en plantations industrielles et 37 900 en plantations villageoises, touchant 8 622 planteurs3. En 1982/83, les plantations villageoises n'ont toutefois fourni que 26 % de la production de graines de palme, soit une importance relative nettement moindre que celle des superficies quelles occupent (43 %). On reviendra sur ce point, mais soulignons dès à présent que d'après un comptage effectué par PALMINDUSTRIE en 1983, 7 470 ha de plantations villageoises de palmiers à huile seraient abandonnés ou abattus, soit près de 20 % des superficies plantées.

28L'arrêt des plantations de palmiers en 1978 et le vieillissement progressif du verger - la durée de vie économique du palmier en culture intensive est de 20 à 25 ans - laissait prévoir une chute de la production à partir des années 83/84. Un programme de replantation s'imposait pour éviter que la Côte d'Ivoire ne devienne importatrice nette de corps gras alimentaires, après avoir été le premier exportateur africain et le quatrième exportateur mondial d'huile de palme [PALMINDUSTRIE, 1983]. Aussi une reprise des plantations est-elle amorcée en 1983, avec le projet de replantation et d'extension, entre 1983 et 1985, de 4 150 ha de plantations industrielles et de 10 140 ha de plantations villageoises. Ce programme prévoit également la création de 1 540 ha de petites et moyennes entreprises agricoles (PMEA) de 40 à 500 ha, conformément aux directives gouvernementales visant à favoriser l'apparition d'une catégorie d’"entrepreneurs agricoles dynamiques". Un deuxième Plan Palmier, lancé en 1986, prévoit la plantation d'une première tranche de 69 500 ha entre 1986 et 1990, avec la replantation et l'extension des plantations industrielles (25 934 ha) et des plantations villageoises (36 465 ha), ainsi que la création de PMEA (7 100 ha).

  • 4 1963 : création de la SODEPALM, Société pour le Développement et l'Exploitation du Palmier à huile (...)
  • 5 Le déficit hydrique annuel d'une culture correspond à la différence entre l’évapotranspiration de (...)

29Après une succession de refontes structurelles4 l'encadrement des plantations villageoises est passé de la SODEPALM à PALMINDUSTRIE, en charge dorénavant de toute la filière palmier. Les relations entre le planteur villageois et la société d'encadrement sont caractéristiques d'une agriculture contractuelle. PALMINDUSTRIE fournit l'ensemble des intrants et des prestations de service nécessaires à la production, collecte les régimes de graines de palme et en assure le règlement mensuel, sur la base d'un prix fixé et après défalcation d'une retenue opérée pour le remboursement d'une fraction de l'aide à la création et des avances de la campagne. Les contraintes de collecte du produit - réduction du délai entre la coupe du régime et l'usinage, et minimisation des coûts de transport - imposent une localisation des plantations villageoises dans un rayon de 20 kilomètres autour de l'unité industrielle. La localisation des complexes agro-industriels (carte 1) répond aux exigences climatiques du palmier à huile, qui demande en culture intensive un déficit hydrique inférieur à 300 mm par an5.

Le Plan Cocotier

30Le cocotier aurait été introduit en Côte d'Ivoire par des navigateurs portugais voilà plusieurs siècles. Il a trouvé sur le cordon littoral des conditions favorables à un développement spontané, avec une pluviométrie suffisante et des sols sableux, profonds et perméables. Après la deuxième guerre, les services agricoles favorisent la création de plantations villageoises dont la production est vendue sous forme de noix fraîches ou de coprah. On désigne habituellement ces plantations sous le terme de "traditionnelles" ou de "familiales", afin de les différencier de celles créées par la suite avec l'encadrement de la SODEPALM. Leur superficie est estimée à environ 25 000 ha, répartis sur la zone littorale. Tout le verger familial est planté avec la variété locale Grand Ouest Africain (GOA).

31Les travaux entrepris par l’IRHO à partir de 1954 mettent à la disposition du développement des variétés de GOA amélioré en 1967, puis, en 1971, une variété hybride plus productive et plus précoce. Aussi, sur la base de ces acquis techniques, un "Plan Cocotier" est-il mis en œuvre entre 1967 et 1978 et confié à la SODEPALM, à l'instar du Plan Palmier. Le cocotier permettait de valoriser les zones de sables tertiaires et surtout de sables quaternaires dont les aptitudes culturales sont limitées. 27 500 ha sont ainsi plantés en 12 ans dans la zone littorale entre Fresco et le Ghana (20 500 ha) et dans le bas-Cavally (7 000 ha), ainsi qu'environ 1 480 ha dans l'intérieur du pays (Abengourou, Gagnoa, Daloa, Guiglo) ; soit au total 19 000 ha de plantations industrielles et 10 000 ha de plantations villageoises, dont 8 500 en zone littorale.

32Comme dans le cas du palmier, PALMINDUSTRIE a actuellement en charge l'ensemble de la filière cocotier générée par le plan. Les principes qui régissent les relations entre les planteurs villageois et la société d'encadrement sont identiques à eux relatifs à la filière palmier. Les déboires rencontrés avec les plantations villageoises de cocotiers (faible production, abandons de parcelles qui toucheraient entre le tiers et les deux tiers des superficies plantées, et non remboursement des dettes) incitent toutefois PALMINDUSTRIE à envisager pour l'avenir une éventuelle extension des plantations villageoises de cocotiers sur la base de "plantations libres", avec l'achat au comptant des intrants et un encadrement réduit.

Carte 1 - Localisation des plantations villageoises de palmiers à huile, cocotiers, hévéas et ananas de conserve.

Carte 1 - Localisation des plantations villageoises de palmiers à huile, cocotiers, hévéas et ananas de conserve.

Source : le milieu naturel de la Côte-d'Ivoire.M.ELDIN. J.L.GUILLAUMET,E.ADJANOHOUN-ORSTOM 1971 (Fond de carte)

Le développement de l’hévéaculture villageoise

33Si les essais initiaux de la culture de l'hévéa en Côte d'Ivoire remontent à la fin du dix-neuvième siècle, la première plantation industrielle n'est réalisée qu'en 1953 par la Compagnie Française des Cultures d'Extrême-Orient ; la SAPH s'installe deux ans plus tard en Côte d'Ivoire. En 1964, dans une conjoncture difficile du fait d'une baisse des cours du caoutchouc, l'Etat ivoirien prend une participation majoritaire dans le capital de la SAPH. Il faut attendre le début des années 1970 pour que l'hévéaculture prenne réellement son essor en Côte d'Ivoire, avec la mise en valeur du Sud-Ouest et le renforcement et l'extension du secteur d'économie mixte (création de la Société des Caoutchoucs de Grand-Béréby - SOGB - associant Michelin à l'Etat ivoirien).

  • 6 Au 30/9/1983 la répartition des superficies plantées se présentait ainsi : secteur d’Etat 4 209 ha (...)

34Pendant plusieurs décennies, l'hévéaculture a été limitée à des complexes agroindustriels capitalistiques. Cette situation a évolué à partir des années 1970. Un projet pilote de plantations villageoises d'hévéas est lancé entre 1968 et 1970 à L'Anguédédou, mais il n'intègre que 33 planteurs (100 ha). Le programme PVSE 1 (Programme Villageois Sud-Est 1), dont la réalisation et la gestion sont confiées par l'Etat ivoirien à la SAPH, marque le réel démarrage de l'hévéaculture villageoise. 3 530 ha sont plantés entre 1978 et 1983 à Dabou, Anguédédou, Bonoua et Bettié, touchant 1 080 planteurs. Un deuxième programme, PVSE 2, prévoit la plantation dans le Sud-Est d'une nouvelle tranche de 3 500 ha, entre 1984 et 1987. Les plantations villageoises couvrent, en 1983, 3 732 ha sur les 42 052 ha d'hévéas existants6. Le plan directeur Hévéa prévoit qu'en 1990 elles représenteront 22 % des superficies plantées (78 528 ha) et propose en outre la promotion d'un secteur de petites et moyennes entreprises hévéicoles de 25 à 150 ha (3 000 ha), dans le même esprit que la création des PMEA "Palmier" dont il a été question précédemment. Comme les plantations de palmiers à huile, les parcelles villageoises d'hévéas doivent être localisées sur le pourtour - dans un rayon de 25 km - des blocs industriels assurant la majeure partie de l'approvisionnement de l'unité de transformation.

Production industrielle et petite production d’ananas

35Deux types de cultures sont actuellement pratiquées : la culture de l'ananas destiné à la conserverie, transformé localement en tranches et en jus, et celle de l'ananas destiné à l'exportation pour la consommation en frais sur le marché européen.

  • 7 SALCI : Société Alsacienne de Conserverie d’Ananas, transformée en Société des Ananas de Côte d'Iv (...)

36La production de l'ananas de conserve est lancée en Côte d'Ivoire dans les années 1950. Des trois conserveries qui s'installent alors, l'une, la COLFRA, cesse ses activités en 1964 ; la SALCI installée à Ono et la SAFCO implantée à Tiassalé vont constituer les deux pôles de développement de la culture de l'ananas en Côte d'Ivoire. En 1970, une nouvelle conserverie, la SIACA, ouvre ses portes à Bonoua, renforçant la prépondérance du secteur Est-Comoé dans la production de l'ananas de conserve7.

37La SALCI, installée à Ono en 1949, vulgarise dès 1954 la culture de l'ananas de conserve chez des petits producteurs de la région. En 1969, l'encadrement est confié à la SODEFEL (Société d'Etat pour le Développement de la production des Fruits et Légumes en Côte d'Ivoire), la production étant toujours usinée par la SALCI. A partir de 1977, les planteurs - entre 1 000 et 2 000, selon les années - sont organisés par la SODEFEL en groupements à vocation coopérative, sur des blocs de culture mécanisée.

  • 8 Les statistiques agricoles ne fournissent pas les données relatives aux superficies et au nombre d (...)

38La production d'ananas de conserve connaît une progression remarquable jusqu'à la fin des années 1970, passant de 11 816 à 172 291 tonnes de fruits entre 1960/61 et 1975/76. Toutefois, la production régresse à partir du début des années 1980. La crise qui affecte à partir de cette époque le secteur de l'ananas de conserve s'explique à l'origine par le dumping opéré à la fin des années 1970 par la Thaïlande, dans un contexte de surproduction mondiale conjoncturelle. Les cours remontent dès 1979 mais les usiniers, confrontés à de sérieuses difficultés de gestion, ne parviennent pas à profiter de ce redressement, d'autant que la crise s'est étendue à la production villageoise. Ainsi, la production des plantations villageoises encadrées par la SODEFEL passe entre 1979/80 et 1982/83 de 81 000 à 9 260 tonnes8. L'ensemble de la production ivoirienne régresse dans le même temps de 167 200 à 47 329 tonnes.

39A l'origine, la Côte d'Ivoire semble se spécialiser dans la culture de l'ananas de conserve, la production d'ananas pour l'exportation en frais étant contrôlée par des planteurs français établis en Guinée. Toutefois, la rupture en 1958 des relations entre la Guinée et la France conduit ces planteurs à s'installer en Côte d'Ivoire. Après un démarrage timide, cette production, réalisée dans le cadre d'une agriculture d'entreprise, connait une progression rapide, passant de 2 100 tonnes en 1960/61 à 95 346 tonnes en 1981/82.

  • 9 Du fait d’un ensoleillement insuffisant. On avance parfois également, pour justifier cette interdi (...)

40La forte croissance des tonnages exportés a eu deux conséquences, l'apparition d'un risque effectif de surproduction, principalement depuis les années 1980, et une dégradation de la qualité d'une partie des fruits exportés préjudiciable à l'image de marque de l'ananas de Côte d'Ivoire en Europe. Cette évolution s'expliquerait en partie par le développement de la culture dans la région de l’Est-Comoé. Auparavant, la production de l'ananas pour l'exportation en frais était localisée dans les régions de Yamoussoukro, Divo, Tiassalé, Sikensi et Agboville. L'Est-Comoé était normalement réservé à la culture de l'ananas de conserve. La production d'ananas-export y était interdite, le ministère de l'Agriculture refusant - sauf exceptions - d'accorder des autorisations de création de plantations dans la région, les conditions climatiques étant peu favorables à une production de fruits répondant aux normes de qualité requises pour l'exportation9. A partir de la fin des années 1970 la règle n'est plus appliquée et de nombreuses autorisations sont accordées. La production régionale est presque multipliée par trois en l'espace de 6 ans (5 840 tonnes en 1976, 15 988 en 1982), les plantations se poursuivant à un rythme accéléré. Un élément marquant de cette dynamique, qui fait entrer la production d'ananas pour l'exportation en frais dans notre champ d'investigation, est l’apparition à l'Est-Comoé d'un secteur de petite production villageoise de sous-traitance, production achetée et exportée par des planteurs disposant d'un code d’exportation. Ce secteur, né d'une pratique illicite, est totalement ignoré par les statistiques.

41Quels sont, en définitive, les traits marquants de la diversification des cultures de rapport en zone forestière ? En premier lieu, ces spéculations restent de faible importance, en valeur relative, à l'échelle de la zone forestière. En 1983, les caféières et cacaoyères représentaient environ 93 % des superficies consacrées aux cultures de rapport (tableau Al, annexe 1). La part relative du café et du cacao dans la valeur bord-champ des cultures de rapport en zone forestière restait de 79,5 % (tableau A2, annexe 1) ; palmier, cocotier, hévéa, et ananas intervenaient pour 10,5 % de la valeur des exportations de produits agricoles bruts ou transformés, le caféier et le cacaoyer pour 79,4 % (tableau A3, annexe 1). En 1974, le nombre des producteurs de caféiers était estimé à 337 000, celui des producteurs de cacao à 187 000, chiffres à comparer aux 8 600, 2 000 et 1 100 planteurs villageois de palmiers à huile, de cocotiers et d'hévéas (en 1983). Cependant l'importance des cultures de la diversification peut être plus marquée à l'échelle micro-régionale, du fait de leur concentration dans le sud de la zone forestière. En deuxième lieu, la diversification se traduit par l'apparition d'une nouvelle forme d'économie de plantation villageoise associant les unités de production à des complexes agro-industriels, dans le cadre d'une agriculture intégrée et encadrée.

Objectifs d'une recherche sur la dynamique des systèmes productifs agricoles villageois en zone de diversifications des cultures, sous contrainte foncière

  • 10 Cet éventail est d'autant plus ouvert que la proximité de marchés urbains peut induire le développ (...)
  • 11 Il n'existe pas de définition précise de la Basse-Côte, qui ne recouvre pas un découpage administr (...)

42Les perspectives de blocage de la dynamique caractéristique du modèle dominant d'économie de plantation villageoise, conjuguées à l'apparition d'opportunités de diversification des cultures de rapport, ont semblé de nature à justifier l'engage ment d'une recherche dans une région ayant connu une mutation importante de l'économie agricole, avec l'introduction de spéculations nouvelles dans le cadre d'une agriculture contractuelle et dans un contexte de forte contrainte foncière. L'analyse des stratégies économiques différentielles des producteurs sous des contraintes, tant en main-d'œuvre qu'en terre, inégalement réparties, et face à un éventail d'opportunités de diversification10, devrait s'avérer riche d'enseignements. La situation étudiée pourrait représenter une voie d’évolution possible de l'agriculture ivoirienne, même si elle ne préfigure pas ce que sera celle-ci à l'échelle de l'ensemble de la zone forestière à l'horizon 2000. La proximité de complexes agroindustriels constitue en effet une condition nécessaire à l'adoption de cultures de rapport dont la production demande une transformation rapide ou présente des coûts de transport élevés. De plus, les caractéristiques originales de la Basse-Côte incitent à la prudence quant aux généralisations à l'ensemble de la zone forestière des résultats des études qui y sont conduites11.

43Cette problématique générale nous amène à formuler un certain nombre d'interrogations relatives aux divers composants du système productif.

44La diversification des cultures pose le problème du devenir du système de culture intégré caractéristique du modèle dominant d'économie de plantation. Y-a-t-il substitution ou diversification des cultures de rapport, à l'échelle des unités de production ? Quelle est l'importance économique et spatiale des cultures d'introduction récente, relativement aux anciennes spéculations ? La diversification est-elle générale ou se limite-t-elle à une strate particulière de producteurs ? Quelle est la place des cultures vivrières au sein du système de culture quand le processus d'extension des plantations se trouve bloqué ?

45L'étude des systèmes de production pourrait révéler une mutation de l'économie agricole plus profonde que ne le laisserait supposer la simple diversification des cultures. L'intensification du système de production (augmentation de l'utilisation des facteurs de production autres que la terre), l'augmentation et la modification de la structure des coûts de production pourraient être plus particulièrement caractéristiques de cette mutation.

46L'analyse du système d'exploitation s'intéressera en premier lieu aux modalités d'accès aux ressources productives. Trois hypothèses sont formulées : (a) la saturation foncière conduit au développement des locations et des transactions foncières ; (b) la raréfaction de la main-d'œuvre et la hausse des rémunérations, si elles sont confirmées, favorisent l'apparition d'une agriculture familiale en marginalisant l'apport du travail extérieur à la cellule domestique ; (c) l'augmentation de la consommation d’intrants marque le passage à une agriculture intégrée à l'économie monétaire non seulement par ses ventes mais également par ses achats. En deuxième lieu, on s'intéressera à la détention du pouvoir de décision au sein de l'unité de production, en s'interrogeant en particulier sur l'autonomie réelle du producteur agricole vis-à-vis des structures d'encadrement responsables de l’introduction des nouvelles spéculations.

47Le champ d'investigation ainsi défini est vaste. Les analyses proposées ne pourront pas être aussi approfondies qu'on aurait pu le souhaiter, mais ce travail doit être considéré comme une phase exploratoire ouvrant la porte à des études plus spécifiques et le cas échéant plus finalisées.

Terrains

Choix de la région et des villages enquêtés

48Les critères de sélection retenus pour le choix de la région d'étude ont été dictés par les objectifs de la recherche : existence d'une contrainte foncière, dont un révélateur était la disparition totale de la forêt ; café ou cacao comme principales productions antérieures ; opportunités de diversification des cultures villageoises de rapport.

49La région située en Basse-Côte, à l'est de la Comoé, présentait à cet égard une potentialité maximale de diversification, avec l'implantation de complexes agroindustriels qui ont favorisé la création de plantations villageoises. Le choix de la zone de travail, puis du principal village étudié, a été opéré sur la base des données des sociétés de développement et de tournées effectuées sur le terrain. Les autres sources d'information sur l’Est-Comoé n'étaient guère satisfaisantes : les données statistiques ou provenant d'études socio-économiques sont parfois dépassées, d'une fiabilité souvent relative et surtout restent à un tel niveau d'agrégation spatiale quelles ne sont guère utilisables à une échelle locale.

50Dans un premier temps a été sélectionné l’axe Samo-Adiaké (carte 2) qui répondait plus particulièrement aux critères retenus. Il s'agit d'une région agro-écologiquement homogène, peuplée en majorité par des allogènes ivoiriens et étrangers. Le long de cet axe, le choix du village devant faire l'objet de l'étude monographique (cf. infra) a été guidé par la localisation des blocs de culture de la SODEFEL, afin d'élargir au maximum la gamme des opportunités de diversification qui s'offrent aux producteurs. Quatre blocs y sont implantés, à Samo, Djimini-Koffikro, Aboutou et Adiaké. Adiaké et Samo étaient trop peuplés pour faire l'objet de l'étude monographique (5 963 et 1 693 habitants en 1975). Aboutou ne correspond pas à un village mais à une succession de campements égrenés le long de la piste conduisant à Assinie. Djimini-Koffikro, village d'allogènes d'un millier d'habitants situé à mi-chemin entre Bonoua et Adiaké, répondait à l'ensemble des critères. La forêt y a disparu depuis plusieurs décennies ; la diversité des cultures de rapport pratiquées est particulièrement marquée : caféier, cacaoyer, palmier à huile, cocotier sélectionné, cocotier GOA, ananas de conserve, ananas-export, manioc.

  • 12 Aboutou est constitué de deux chapelets de campements, situés à quelques kilomètres l'un de l'autr (...)

51Quatre autres villages ont été enquêtés ultérieurement, choisis en fonction de leur composition ethnique, des cultures dominantes et de l'importance de leur peuplement (on reviendra sur les raisons du choix de ces critères) : Kongodjan, Assé-Maffia, Amangare et Aboutou12.

Carte 2 - Carte de situation

Carte 2 - Carte de situation

52On n'insistera pas sur la présentation du milieu naturel dont seuls les éléments essentiels seront dégagés [voir J.M. AVENARD et coll., 1971]. Le climat est caractérisé par une grande saison sèche de décembre à mars-avril, une grande saison des pluies en mai et juin, une petite saison sèche de juillet à septembre et une petite saison des pluies en octobre et novembre. En moyenne annuelle, la pluviométrie est de 2 000 mm. Les sols se sont développés sur des sables tertiaires, pauvres en argile et en matière organique. Le terroir d'Aboutou, plus méridional, semble marquer une transition vers des sols de plus médiocre qualité à dominante de sables quaternaires. Le relief est peu prononcé ; l'absence de réseau hydrographique expliquerait, selon les planteurs, la mise en valeur tardive de la région.

Diversité ethnique dans une ancienne zone pionnière

A l’origine, un “no man’s land”

53Les cinq villages enquêtés se trouvent sur les marges de l'ancien royaume Agni du Sanwi, en territoire vassal Eotilé et non loin du pays Abouré (carte 3).

54Les Eotilé, peuple de pêcheurs, sont, avec les Agoua, les premiers occupants historiques du royaume du Sanwi. "A l'aube du XVIIe siècle, leurs établissements, écrit Rougerie [1957], jalonnent les rives des lagunes Aby et Tendo, tandis que l'intérieur des terres est délaissé."

55Le royaume du Sanwi est bâti entre 1740 et 1823 par des Agni venus du nord, issus du grand groupe Akan. Les Agni assimilent alors les Agoua, étendent leur souveraineté sur les Eotilé, les Essouma et les Nzima, contrôlant ainsi politiquement des régions qu'ils ne peuplent pas. Les contrées occidentales du royaume restent inoccupées : "Le royaume est entouré de toute part de marches désertes, l'isolant de ses voisins (...). Ce ne sont pas des espaces peu exploités, pas même des terrains de parcours, le pays est entièrement abandonné à la forêt" [Rougerie, op.cit. p. 140]. Seuls les bords des lagunes sont peuplés par les Eotilé et les Essouma. La marche sud-ouest du royaume isole ce dernier du pays Abouré. Les Abouré seraient arrivés de l'est, repoussés par les Nzima avant la constitution du royaume du Sanwi. Installés dans un premier temps autour d'Adiaké par les Eotilé, ils auraient été déplacés par ces derniers vers l'ouest - mais toujours en pays Eotilé - à la suite d'une nouvelle pression nzima. La défaite des Eotilé devant les Agni aurait conduit les Abouré à progresser encore davantage vers l'ouest et à s'établir dans la région de Bonoua.

56Selon Dupire [1960], les contrées de l'ouest du royaume Agni commencèrent à être occupées durant l'exode des Agni vers la Gold Coast, entre 1913 et 1917. Les infiltrations se firent d'abord par la piste Bonoua-Aboisso. Elles prirent une importance sensible, à l'échelle régionale, à partir de 1935. Le phénomène migratoire, qui concerne de nombreuses ethnies de Côte d'Ivoire ainsi que des Voltaïques et des

Carte 3 - Groupes constitutifs du Sanwi.

Carte 3 - Groupes constitutifs du Sanwi.

57Maliens, présente une intensité particulière après la Seconde Guerre. "En 1954, Koffikro [village situé à une vingtaine de kilomètres au nord-est de Djimini-Koffikro] était passé en cinq ans de 355 à 733 habitants et les campements de Beniakré et de Brahimakro respectivement de 86 à 249 et de 68 à 250 ! Si l'on s'enfonçait vers le nord-ouest par la sente devenue piste de traite, on se trouvait véritablement dans un Far-West. La forêt cédait de toutes parts devant les fronts de culture ; les abattis, les brûlis, les jeunes arbustes s'enchevêtraient ; des cases s'édifiaient ; 21 groupes ethniques étaient représentés sur quelques kilomètres carrés, des Gagou de la vieille forêt éburnéenne aux Togolais, aux Sénégalais et aux gens de la falaise de Bandiagara !" [Rougerie, op. cit. p. 125.]

58L'intensité des migrations est particulièrement sensible à partir de 1947, le recensement de 1946 ne mentionnant que 3 956 étrangers, celui de 1953, 10 565 [Rougerie, op. cit, p. 150].

Djimini-Koffikro, un peuplement composite

59Le village de Djimini-Koffikro a été fondé vers 1920 par une première vague de migrants abouré, agni et baoulé. Ces migrants s'installèrent à l'occasion de l’ouverture de la piste reliant Bonoua à Adiaké, dans une région jusqu'alors inexploitée et non contrôlée par les Agni de Krinjabo ou les Abouré de Bonoua. On comptait un seul Djimini parmi les fondateurs, mais, parlant correctement le français, il était envoyé par les villageois à chaque convocation de l'autorité coloniale qui dès lors baptisa le village de son nom - Koffi - et de son appartenance ethnique (le suffixe kro désignant le village dans les langues du groupe Akan).

  • 13 En zone forestière, les originaires du Mali et du nord de la Côte d'Ivoire sont dénommés sans dist (...)
  • 14 Ces chiffres sont à comparer à ceux obtenus lors des précédents recensements effectués dans le vil (...)

60Le premier migrant voltaïque, d'ethnie sénoufo, arriva en 1933. Il fonda un campement de culture à quelques kilomètres de Djimini-Koffikro, Kongodjan, "champ lointain", où allèrent s'installer certains des Dioula13 et Sénoufo voltaïques qui arrivèrent par la suite ; Kongodjan est aujourd'hui un village autonome. Une deuxième vague de peuplement est constituée, depuis les années 1970, par l'arrivée de Voltaïques et de Maliens attirés par le développement de la culture de l'ananas. La population permanente était de 990 habitants en début d'année 1983 : 307 hommes, 244 femmes, 439 enfants (moins de 15 ans)14. Les conditions historiques de la création et du peuplement de Djimini-Koffikro expliquent les caractéristiques de son peuplement.

Diversité ethnique, diversité des structures démographiques

61Un habitant de Djimini-Koffikro sur deux est étranger ; 16 ethnies ivoiriennes sont représentées dans le village. Trois groupes ethniques ou nationaux dominent nettement : les Baoulé, les Maliens et les Voltaïques. Abouré et Agni, qui sont en fait les villageois dont l’aire d'origine est la plus proche, sont nettement minoritaires (cf. tableau I).

62L'analyse de la répartition de la population par classe d'âge (tableau A4, annexe 1, et graphique Al, annexe 2) révèle sa jeunesse : 45 % de la population a moins de 15 ans, 80 %, moins de 35 ans. 7 % seulement des habitants ont plus de 50 ans.

Tableau I. Répartition de la population de Djimini-Koffikro, par ethnie ou nationalité

Tableau I. Répartition de la population de Djimini-Koffikro, par ethnie ou nationalité

a) Sénoufo, Lobi, Tagbana, Dioula.
b) Nzima, Attié, Adioukrou, Wobé, Dida, Gouro, Yacouba, Guéré, Ebrié.
c) Mauritaniens, Guinéens, Togolais, Béninois, Nigérians, Nigériens.

63Les structures démographiques sont nettement différenciées à l'échelle des groupes ethniques ou nationaux. Les pyramides des âges pour les trois principaux groupes, présentées en annexe 2, permettent de visualiser ces différences. Le poids sensible des moins de 15 ans chez les Maliens, la dominante féminine chez les Baoulé et, à l'inverse, un très net déséquilibre du sex-ratio en faveur des hommes chez les Voltaïques, sont à souligner. La distribution de la population masculine par classe d'âge est favorable à ces derniers, 85 % d'entre eux ayant entre 15 et 45 ans, contre 68 % chez les Baoulé et 70 % chez les Maliens. Cette diversité des structures démographiques résulte de la composition des cellules familiales, elle-même étroitement conditionnée par l'articulation de deux flux migratoires sur Djimini-Koffikro, l'un positif, l'autre négatif.

Djimini-Koffikro, village de migrants

6483 % des hommes et 78 % des femmes résidant à Djimini-Koffikro n'y sont pas nés. Ces chiffres masquent de fortes disparités selon l'ethnie ou la nationalité :

Tableau II. Nombre d'adultes natifs de Djimini-Koffikro, pour 100 individus résidant dans le village

Tableau II. Nombre d'adultes natifs de Djimini-Koffikro, pour 100 individus résidant dans le village
  • 15 Les recensements nominatifs de la population effectués en 1956 et en 1961 ne pouvaient être complè (...)

65Ce tableau témoigne de l'antériorité de l'arrivée des groupes baoulé, agni et abouré. Pour ce dernier, le pourcentage relativement faible de natifs s'explique par la proximité de la zone d'origine, Bonoua restant le coeur de la vie sociale des Abouré. Une comparaison avec des recensements effectués en 1956 et 1961 est intéressante (sources : archives non classées de la sous-préfecture d’Adiaké). Les chiffres qui suivent concernent la population âgée de plus de 15 ans ; tous les originaires du Nord non voltaïque ont été regroupés sous une même rubrique, "Dioula"15. Pour permettre la comparaison, les manœuvres agricoles - qui n’étaient pas mentionnés dans les précédents recensements - ont été exclus des données collectées en 1983.

Tableau III. Résultats comparés des recensements de la population (D.K. 1956, 1961 et 1983)

Tableau III. Résultats comparés des recensements de la population (D.K. 1956, 1961 et 1983)

66Par rapport à 1956, le nombre des Baoulé et des Agni est en 1983 multiplié par 1,5, celui des Dioula par 5 et celui des Voltaïques par 27.

67Parallèlement au courant migratoire positif amorcé et alimenté au début du siècle par des Ivoiriens venus du centre du pays et de la zone forestière, puis relayé par des immigrants originaires principalement des savanes septentrionales, est apparu un courant migratoire négatif revêtant deux formes principales. Il s'agit d'une part de l'émigration définitive du planteur et de sa famille vers d'autres régions, en quête de forêts disponibles, ou vers son village d'origine. Ce phénomène, apparu dès les années 1950, n'est guère quantifiable. Tout au plus notera-t-on que sur 69 planteurs identifiés recensés en 1956, 13 sont partis par la suite sans que le retour vers le village d'origine et la recherche de nouvelles forêts soient dissociables. Le courant migratoire négatif est constitué d'autre part, par un exode rural qui touche en particulier les natifs scolarisés de Djimini-Koffikro. Ce flux a pu être approximativement quantifié dans la mesure où une partie de la famille ne quitte pas le village (tableau A5, annexe 1). Chez les hommes, le nombre des émigrants natifs de Djimini-Koffikro est égal ou supérieur à celui des résidents natifs du village pour tous les groupes, Maliens et dans une faible mesure Voltaïques mis à part. Chez les femmes, deux groupes se distinguent, les Agni et Baoulé, pour lesquels le nombre de natives de Djimini-Koffikro restant au village est nettement plus important que celui des migrantes, et les femmes des autres ethnies ou nationalités, pour lesquelles le nombre de migrantes excède le nombre de natives de Djimini-Koffikro qui y demeurent. Ces différences sont éclairées par les caractères relativement spécifiques du groupe dioula : moindre taux de scolarisation, forte autorité de l'aîné de la famille sur les individus qui dépendent de lui, stratégies matrimoniales axées sur la région d'origine [Lançon, 1984].

68En définitive, deux principaux flux migratoires s'articulent sur Djimini-Koffikro ces dernières années : un flux positif constitué par l'arrivée de Voltaïques et de Maliens, et un flux négatif formé par le départ vers les villes de Baoulé qui conservent toutefois des attaches familiales à Djimini-Koffikro. On aura noté l'absence de participation des Ivoiriens originaires du Centre et de la zone forestière du pays aux derniers flux migratoires positifs. Ce phénomène peut être mis en parallèle avec l'épuisement des réserves foncières à Djimini-Koffikro et avec l'ouverture de nouvelles régions à l'économie de plantation, dans le Centre-Ouest, puis Sud-Ouest.

Importance des activités agricoles et non agricoles à Djimini-Koffikro

69Lors du recensement réalisé en début d'année 1983, 53 des 255 chefs de famille avaient une activité autre que celle de responsable d'unité de production ou de manœuvre agricole. On comptait 23 commerçants, 3 artisans, 10 salariés de sociétés de développement, 5 instituteurs, 3 conducteurs de véhicules et 9 prostituées. Des spécialisations ethniques apparaissent, ainsi le commerce est aux mains des Mauritaniens et des Nigériens, les "autres Ivoiriens" sont surtout salariés du secteur public et para-public, et le plus vieux métier du monde est du ressort exclusif des Ghanéennes. L'importance de ces activités est révélatrice du rôle de village-centre joué par Djimini-Koffikro. Les activités agricoles directement productives occupaient à titre principal 202 chefs de famille : 146 responsables d'unités de production - parfois manœuvres à temps partiel - et 56 manœuvres sans autre activité.

70Cette présentation succincte du peuplement de Djimini-Koffikro conduit à souligner quatre points, relativement aux objectifs de la recherche présentée ici :

  • Djimini-Koffikro est un village de migrants, sans cohésion sociale fondée sur le facteur ethnique ou sur une histoire commune. L'hétérogénéité de sa population et le caractère récent de la mise en valeur de la région tendent à faire perdre de son importance à l'analyse de l'organisation sociale traditionnelle.
  • L'étude des conditions du peuplement de Djimini-Koffikro sera déterminante pour la compréhension des conditions actuelles de la production agricole, en particulier du système foncier.
  • La dichotomie allogènes/autochtones, caractéristique de la zone forestière, n'apparaît pas, en l'absence de véritables autochtones. L'époque d'arrivée dans le village, fortement corrélée avec le critère d'origine ethnique, constituera un élément fondamental pour l'analyse de la stratification économique du milieu villageois.
  • Enfin, l'existence d'un double flux migratoire incite à prêter une attention particulière à l'incidence de la structure de la population active sur les systèmes productifs. Cette incidence pourrait s'exercer par le jeu de la composition de la force de travail des unités de production et de l'offre de main-d'œuvre salariée. Elle pourrait jouer également par le biais d'éventuels transferts monétaires effectués par les originaires du village qui travaillent en ville et peuvent apporter une aide financière à leur famille, ou investir dans l'agriculture par la création de plantations financées grâce à des revenus extra-agricoles.

Autres villages enquêtés

71Les quatre autres villages enquêtés (villages - Assé-Maffia et Kongodjan - ou "chapelets de campements" - Amangare et Aboutou) sont d'une moindre importan ce que Djimini-Koffikro. Lors des enquêtes, on a recencé 230 habitants à Kongodjan, 181 à Assé-Maffia, 264 à Amangare et 206 à Aboutou.

  • 16 Sources : archives non classées de la sous-préfecture d'Adiaké. Le village de N'ganda N'ganda est (...)

72Comme Djimini-Koffikro, il s'agit de villages de migrants, mais de création plus récente : 1933 pour Kongodjan, aux environs de 1935 pour Assé-Maffia, 1941 dans le cas d’Aboutou et 1947 dans celui d'Amangare. A l'exception d’Assé-Maffia, l'installation des nouveaux venus a suivi l'ouverture de voies de communication, piste Bonoua-Adiaké ou pistes ouvertes par des exploitants forestiers. A travers l'étude de ces villages, on retrouve bien le mouvement de ruée vers la forêt noire, de frénésie de création de plantations, qui, amorcé dans les années 1920, affecte particulièrement le sud-ouest du Sanwi après la Deuxième Guerre et l'abolition du travail obligatoire. On trouve trace de ce mouvement, pour la petite région qui nous intéresse, dans le rapport d'activité politique établi en 1952 par le responsable de la subdivision d'Adiaké : "On constate (...) l'installation définitive d'étrangers planteurs de races baoulé, abouré, wobé, gouro, etc. dans la région comprise entre Adiaké et la route N'ganda N'ganda et la limite des subdivisions d'Adiaké et de GrandBassam et aussi au nord de la baie d'Ebobo (lagune Aby)."16

73Le peuplement de deux de ces villages de pionniers a été dès l'origine pluri-ethnique, comme celui de Djimini-Koffikro : Assé-Maffia (Abè, Attié, Abouré) et Aboutou (Essouma, Eotilé, Agni, Nzima, Wobé). Dans les deux autres, il a été monoethnique (Abouré à Amangare et Sénoufo à Kongodjan). Leur peuplement actuel peut être ainsi schématisé (cf. tableau A6, annexe 1) :

Ivoiriens

Etrangers

Kongodjan

"Ivoiriens du Nord"

Voltaïques, Maliens

Assé-Maffia

Abouré, Attié, Abé

Voltaïques, Maliens

Amangare

Abouré

Maliens, Ghanéens, Voltaïques

Aboutou

Essouma, Eotilé, Nzima

Voltaïques, Ghanéens, autres étrangers.

74Les villages gardent, dans une certaine mesure, la marque de leur fondateur puisque le groupe ethnique de ce dernier se retrouve dans tous les cas comme l'une des principales composantes actuelles de leur peuplement. Le fondateur de Kongodjan était voltaïque, d'ethnie sénoufo, celui d'Amangare - l'actuel chef du village - est abouré. A Aboutou il s'agissait d'un Essouma et à Assé-Maffia, d'un Abé. L'analyse du contrôle foncier fera ressortir davantage cette marque.

Méthodologie

Méthode monographique et études complémentaires

75Une première phase de la recherche a été consacrée à l'étude de l'économie agricole à l'échelle d'un village. Dans une seconde phase, le champ spatial d'investigation a été étendu à d'autres villages.

76L'étude d'une économie villageoise présente, pour l'économiste de la production agricole, un triple avantage. Le terroir peut constituer une "unité fonctionnelle d'organisation et d'exploitation de l'espace rural" [Couty, Hallaire, 1980, p. 107]. Cadre spatial de mise en œuvre des ressources productives, il représente un niveau privilégié d'observation des relations existant entre unités de production et d'expression de la diversité, à l'échelle locale, des contraintes différentielles qui pèsent sur les producteurs, des opportunités qui s'offrent à eux, de leurs objectifs, de leurs stratégies de production. Les multiples recoupements qu'autorise ce cadre d'investigation améliorent la qualité de l'information. De plus, ce type d'approche requiert une immersion dans la vie quotidienne villageoise, qui contribue également à améliorer la qualité de l'information et peut suggérer de nouvelles hypothèses et pistes d'investigation. Cet avantage doit être particulièrement souligné dans le cas d'une recherche intervenant dans une région jusqu'alors peu étudiée, ou sur un thème restant à défricher.

77En définitive, le terroir constitue une échelle d'analyse "assez large pour y saisir déjà les relations les plus significatives qui définissent un système agraire, assez restreinte encore pour se prêter à une étude rigoureuse, couvrant la totalité du fait rural" [Pélissier, Sautter, 1970, pp. 24-25]. Il s'agit du meilleur observatoire du "sys tème local d'économie de plantation", pour reprendre l'expression de Chauveau et Richard [1977].

78On tend parfois à opposer les études qualitatives, conduites à une échelle locale, de type monographique, et les études quantitatives conduites à une échelle régionale, de type statistique. Le projet de recherche présenté ici ne s'inscrit pas dans un tel débat, puisqu'il est marqué par le souci d'étayer l'analyse qualitative par la collecte de données quantitatives.

  • 17 Soulignons d'emblée que les approches statistiques qui théoriquement ne présentent pas ces limites (...)

79La critique majeure adressée à l'approche monographique est son manque de représentativité et, par suite, la difficulté de généraliser les observations réalisées17. Les critères de sélection retenus pour le choix de Djimini-Koffikro limitent, de fait, la représentativité spatiale de ce village, puisque était recherchée une situation relativement spécifique de diversité maximale des opportunités de diversification des cultures, liée au recouvrement des zones d'intervention de différentes sociétés de développement agricole. L'objectif était moins de répondre à un critère de représentativité régionale, que de présenter un faisceau d'expression des stratégies paysannes d'autant plus large que les opportunités de diversification étaient nombreuses. En d'autres termes, on visait non pas une représentativité spatiale mais une représentativité fonctionnelle, par l'élaboration de modèles de fonctionnement économique d'unités de production qui, placées dans un même contexte, se heurtent à des contraintes variables en terre, en force de travail, en trésorerie. Ces logiques de fonctionnement peuvent se retrouver, pour certains des thèmes traités, tels l'évolution du système foncier ou les stratégies d'intensification, dans des contextes différant formellement (i.e. au niveau des apparences : cultures pratiquées, etc.) de celui qui caractérisait le village étudié.

80Le montage initial du programme prévoyait une extension spatiale du champ d'investigation, dans une deuxième phase de la recherche, visant à confirmer ou à infirmer le caractère général des données obtenues lors de l'étude de Djimini-Koffikro, à vérifier le caractère explicatif des schémas d'analyse proposés et à fixer les limites spatiales de sa représentativité. Ce dernier objectif révèle une contradiction du projet initial - la recherche de la représentativité spatiale de l'étude d'une économie villageoise choisie précisément sur la base de critères lui accordant une certaine spécificité. Cet objectif - qui, au demeurant, aurait supposé la mise en œuvre de moyens d'enquête importants - n'a donc pas été maintenu. Ont été choisis, pour la deuxième phase du programme et dans une perspective inverse, des villages présentant des situations différentes de ce qui avait été observé lors de l'étude monographique, afin de tenter de mettre en évidence une ou des logiques profondes de fonctionnement de l'économie agricole qui transcendent cette apparente diversité. Ici encore, c'est donc plus une représentativité fonctionnelle qu'une représentativité spatiale qui était recherchée. Les critères de choix ont porté sur des éléments aisément perceptibles : composition ethnique du peuplement des villages et cultures arborées pratiquées.

Unités de production enquêtées

81L'application aux sociétés ouest-africaines du concept d'exploitation agricole, dans son acception européenne, a été souvent critiquée. Le terme confond plusieurs fonctions sociales ou économiques - résidence, production, consommation, accumulation - alors quelles peuvent être dissociées en milieu rural africain et relèvent souvent d'une pluralité de niveaux de décisions (cf. travaux du groupe AMIRA, articles de G. Ancey et de J.M. Gastellu en particulier).

82La solution généralement retenue pour contourner le problème consiste à définir l'exploitation agricole à partir de l'une de ces fonctions, jugée déterminante dans le contexte local étudié, les autres fonctions étant considérées comme réductibles à la première et la diversité des niveaux de décision subordonnée à un centre de décision principal. Ainsi, pour la SEDES [1967, p. 11], "L’Unité Budgétaire peut être définie comme le plus petit groupe de personnes ayant un budget commun ou, tout au moins, dépendant d'un revenu principal commun. En milieu agricole, elle correspond à l'exploitation agricole." Plutôt que l'unité budgétaire, les organisateurs du recensement national de l'agriculture réalisé en 1974 ont préféré retenir l'unité foncière d'exploitation comme critère de définition : "L’exploitation s'entend de toute terre utilisée entièrement ou en partie pour la production agricole et qui, considérée comme une unité technique, est exploitée par une personne seule ou accompagnée d'autres personnes, indépendamment du titre de possession, du mode juridique, de la taille ou de l’emplacement." (Il s'agit en fait de la définition de la FAO.) La tendance dominante actuelle, en particulier chez les agro-économistes, est de repérer l'exploitation agricole à partir du groupe de travail et du centre de décision principal. Cette approche rejoint celle de J.M. Gastellu, qui propose de rechercher les communautés répondant aux trois fonctions économiques fondamentales : production, consommation et accumulation. L"’exploitation agricole", l’"unité de production", la "communauté de production" est cernée, dans cette optique, à travers la mise en œuvre et le contrôle de la force de travail. Dans un contexte de grande disponibilité foncière, l'accès à la terre reste en effet conditionné en grande partie par l'accès à la main-d'œuvre ; le critère foncier ne peut donc être pertinent pour le repérage de l'unité de production.

  • 18 Ainsi, les femmes baoulé contrôlent le manioc et les cultures maraîchères complantées avec l'ignam (...)
  • 19 Ce sera le cas des aides familiaux qui assurent eux-mêmes ou financent l'ensemble des travaux cult (...)

83En revanche, dans le contexte de contrainte foncière et d'augmentation de la consommation d'intrants caractéristique de cette étude, il convenait de repérer l'unité de production agricole non seulement à partir du groupe de travail, mais également à partir du foncier en tant que ressource productive et à partir des dépenses et des recettes d'exploitation. Ont ainsi été considérés comme chefs d'unités de production tous les responsables d'au-moins une parcelle - en propriété ou en location - plantée en cultures arborées ou en ananas, qui assumaient les coûts de production, contrôlaient les revenus agricoles et la main-d'œuvre employée, familiale ou salariée, eux-mêmes pouvant ne pas intervenir directement dans le procès de production. Certaines des unités de production présentaient une structure complexe, les aides familiaux bénéficiant d'une certaine autonomie, en contrôlant une culture vivrière dans une association culturale18 ou une parcelle autonome de cultures vivrières19.

84Trois groupes de cultivateurs ne pratiquaient que des cultures vivrières :

  • Quelques propriétaires fonciers ne disposaient pas de plantations arborées ou d'ananas lors de la réalisation des enquêtes ; ces cas n'ont pas été exclus de l'analyse.
  • Des commerçants, artisans et salariés du secteur public résidant en milieu villageois, empruntent ou louent une parcelle pour y pratiquer des cultures destinées principalement à leur autoconsommation, mais pouvant également donner lieu à des flux commerciaux. Ces "unités de production" n'ont pas été prises en compte par l'étude, sauf quant à leur incidence sur le fonctionnement du système foncier.
  • Des manœuvres agricoles pratiquent à temps partiel des cultures vivrières. En général, ces manœuvres ne sont pas considérés comme responsables d'unités de production dans les études consacrées à la zone forestière ivoirienne, du fait de leur modalité d'accès à la terre. "Leur tenure est toujours précaire ; et s'ils cultivent en propre un champ de vivriers, c'est sur une terre prêtée par leur patron. Qu'ils quittent leur employeur et ils perdent le champ. Leur statut n'est donc pas celui d'un exploitant indépendant, mais d'un salarié qui reçoit l'usufruit temporaire d'un lopin de terre à titre de salaire en nature." [Chaléard, 1979, p. 123]. Les organisateurs du recensement national de l'agriculture avaient adopté une attitude identique pour le choix des unités statistiques à enquêter [Ministère de l'Agriculture, 1975].

85Cependant il peut arriver - et c'est le cas à Djimini-Koffikro - que des manœuvres louent une ou plusieurs parcelles pour y pratiquer des cultures vivrières ou celle de l'ananas. Dans ce cas, l'autonomie du cultivateur-manœuvre est effective, même si la pérennité de son exploitation n'est pas assurée, du fait de l'instabilité fréquente de ces producteurs. Lors de l'étude réalisée à Djimini-Koffikro, ces manœuvres ont été considérés comme étant responsables d'unités de production, quelles que soient les conditions d'accès à la terre. Ces cas ont été exclus de l'analyse dans les autres villages enquêtés, où les locations de terre par les manœuvres sont exceptionnelles et les prêts de terre par les employeurs plus fréquents.

Système de collecte de données

86Les méthodes d'enquête utilisées à Djimini-Koffikro et dans les autres villages ont été différentes, l'étude monographique ayant donné lieu à la combinaison de plusieurs techniques de collecte des informations, alors que dans les quatre autres villages, on a simplement employé des questionnaires à passage unique.

87Au total, 308 unités de production ont été enquêtées : 180 à Djimini-Koffikro, 19 à Kongodjan, 38 à Assé-Maffia, 37 à Amangare et 34 à Aboutou.

Système de collecte des données à Djimini-Koffikro

88La problématique suggérait deux axes complémentaires de recherche, la description et la compréhension du fonctionnement et de la dynamique actuelle des systèmes productifs agricoles à Djimini-Koffikro, et l'étude des conditions de la mutation qui s'est opérée à partir des années 1960.

89Le recueil des informations d'ordre historique telles que la reconstitution de l'histoire du peuplement du village ou de la dynamique foncière s'est appuyé essentiellement sur des entretiens avec les planteurs, l'exploitation des archives de l'époque coloniale s'étant avérée décevante à l'échelle retenue.

90Outre l'observation directe que rendait possible un séjour prolongé dans le village, le recueil des informations relatives au contexte actuel et aux conditions de la production agricole requérait deux techniques de collecte : des entretiens semi-directifs visant à appréhender, en termes plutôt qualitatifs, la logique du fonctionnement des systèmes agricoles, et des enquêtes par voie de questionnaires et de mesures qui systématisaient et quantifiaient le recueil des données.

91La fréquence de passage des questionnaires était variable selon le phénomène étudié : enquêtes à passage unique, pour saisir les données de structure comme la composition de la population villageoise ou le système foncier ; enquêtes à passages répétés, pour cerner les flux de travail, de produits, et les flux monétaires. Les enquêtes ont été conduites soit directement auprès de l'ensemble de la population (recensement démographique et agricole), soit auprès d'un échantillon (suivis hebdomadaires). Le principe retenu dans ce cas a été d'étendre ensuite la collecte de l'information, pour certaines données, à l'ensemble de la population, au moyen d'enquêtes complémentaires légères à quelques passages.

92La combinaison des techniques mises en œuvre était ainsi intermédiaire entre celles propres aux approches qualitatives de type anthropologique par exemple, micro-quantitatives (étude quantitative fine sur un échantillon restreint) et macro-quantitatives (recueil de données quantitatives approximatives auprès d'un grand nombre d'unités de production).

93Un recensement démographique et agricole, le suivi annuel d'un échantillon d'unités de production et la réalisation d'un plan parcellaire ont formé la charpente du système de collecte des données sur laquelle sont venues se greffer des enquêtes thématiques.

94Le recensement démographique et agricole initial était destiné à fournir des informations socio-démographiques et à servir de base d'échantillonnage pour la mise en place d'un suivi des emplois du temps et des temps de travaux, tout en permettant de brosser un premier tableau de l’économie, agricole à Djimini-Koffikro, base initiale de données progressivement vérifiée et complétée. Etait enquêté, pour le volet agricole du recensement, tout responsable de la mise en culture d'au-moins une parcelle (quel qu'en soit le statut foncier), résidant à Djimini-Koffikro (que les parcelles exploitées soient situées ou non sur le terroir) ou pas (exploitant des parcelles situées pour partie au moins sur le terroir). Les non-résidents ont été enquêtés lors d'un de leur séjour dans le village, les renseignements relatifs à ceux qui n'ont pu être contactés en temps voulu étant recueillis auprès de membres de leur famille ou de personnes de connaissance.

95Le suivi annuel d'un échantillon d'unités de production, entre mars 1983 et février 1984, avait plusieurs objectifs :

  • Apporter des éléments contribuant à la définition des unités de production et à la mise en évidence de l'autonomie de certains aides familiaux, par la quantification des flux de travail internes à l'unité de production.
  • Faire la part des activités non agricoles et des activités agricoles de chaque enquêté et, parmi celles-ci, du travail effectué hors du cadre de l'unité de production.
  • Vérifier l'importance de l'apport de main-d'œuvre extérieure à l'unité de production, dans la mise en œuvre de la force de travail, et cerner la division sociale du travail et les rapports de production.
  • Evaluer les ventes de produits agricoles difficilement appréhendées par des enquêtes plus légères, en particulier les ventes de produits maraîchers. L'un des objectifs initialement prévus de ce suivi était de fournir un élément de quantification du système de production, par la détermination des temps de travaux par culture. Cet objectif n'a pas pu être atteint car la mise à jour du fichier des parcelles s'est avérée impossible pendant la durée du suivi, l'échantillon étant trop important20. Les données relatives à l'activité des enquêtés ne pouvaient donc pas être systématiquement affectées à des superficies mesurées. Les temps de travaux ont été évalués ultérieurement par une observation des opérations culturales réalisée dans quelques unités de production.

96Les enquêtes à passages répétés sont souvent effectuées sur la base d'une fréquence quotidienne. Mais à Djimini-Koffikro, la population est d'une telle hétérogénéité, les systèmes de culture d'une telle diversité, qu'il a semblé préférable d'espacer les passages à une fréquence hebdomadaire et d'augmenter la taille de l'échantillon plutôt que de travailler sur un échantillon trop réduit et peu représentatif.

97Etaient interrogés directement les responsables de la mise en culture d'une parcelle, qu'il s'agisse des responsables d'unités de production ou d'aides familiaux disposant d'une certaine marge d'autonomie, les aides familiaux non autonomes et les salariés agricoles permanents. Tous les flux de travail bénéficiant aux parcelles de l'unité de production mais n'émanant pas de cette dernière étaient également enregistrés.

98L'échantillonnage a été opéré par choix raisonné, fondé sur une typologie provisoire des producteurs agricoles de Djimini-Koffikro, en sélectionnant des cas-types. Les critères discriminants étaient la nature des cultures pratiquées, les conditions d'accès à la terre (propriété ou accès temporaire) et l'origine ethnique ou nationale du responsable de l'unité de production. L'échantillon comprenait quelques manoeuvres contractuels n'ayant pas d'autre activité, afin d'évaluer leur taux d'emploi et d'élargir la base de collecte des informations relatives à la rémunération des différents travaux qui leur sont confiés. Le tableau suivant précise le nombre d'unités de production et d'actifs agricoles enquêtés dans le cadre de ce suivi.

Tableau IV. Composition de l'échantillon du suivi annuel (Djimini-Koffikro)

Nombre d'UP

% nbre total d'UP à D.K.

Nbre d'hommes actifs agric.

Nbre de fem. Actives agric.

Planteurs de cultures arborées

13

21 %(a)

21

36

Producteurs d'ananas

15

27 %

17

3

Producteurs de vivriers

6

22 %

8

1

Total

34

23 %

46

40

Manœuvres contractuels

6

(a) Pourcentages relatifs aux unités de production dont le responsable réside à Djimini-Koffikro

99Soulignons que l'on a souvent tendance à désigner par un même terme deux types d'enquêtes à passages répétés dont les objectifs et les résultats sont pourtant bien différents. Un premier type d'enquêtes porte sur un petit nombre d'unités de production suivies finement et pour lesquelles, à la limite, toute décision relevant de la production agricole peut être interprétée et expliquée au jour le jour. Ces enquêtes donnent les bases d'une analyse des processus d'adaptation des décisions techniques aux contraintes, en particulier aux contraintes conjoncturelles dont l'incidence est souvent sous-estimée. Elles permettent de comprendre de façon approfondie, sans prétendre à la représentativité statistique, le fonctionnement des unités de production. Un second type d'enquêtes porte sur un échantillon généralement plus important et vise à mettre en évidence des tendances "thématiques" quant au taux d'occupation de la force de travail, à l'organisation sociale du travail, etc. Les données recueillies à l'échelle de chacune des unités de production ne permettent pas d'arriver à une compréhension fine de son fonctionnement, du fait d'une investigation moins minutieuse et de la difficulté de tenir suffisamment à jour le dépouillement des enquêtes pour suggérer un questionnement adapté à chaque décision tactique. Les objectifs de la recherche présentée ici ont conduit à retenir ce deuxième type de suivi.

100Lors du levé de parcelles ont été mesurées toutes les parcelles du terroir de Djimini-Koffikro, ainsi que celles situées sur le terroir voisin de Kongodjan mais appartenant à des planteurs résidant à Djimini-Koffikro. La mesure des parcelles a permis de fonder sur des données fiables le raisonnement et le calcul économique, en particulier la quantification du système de production et l'analyse de la contrainte foncière.

101La réalisation d'un plan parcellaire, représentation graphique du levé exhaustif des parcelles du terroir, a été décidée pour trois raisons.

102En premier lieu, le plan met en évidence les parcelles non déclarées situées sur le terroir. On considère parfois que la mesure des parcelles désignées par le planteur suffit pour assurer la fiabilité des données, mais le planteur ne montre que ce qu'il veut bien montrer. La réalisation d'un plan parcellaire matérialise les omissions, par la persistance de blancs sur la carte. Ainsi, sur 1 072 ha en propriété (tous types d'occupation du sol confondus), 891 seulement avaient été déclarés lors du recensement initial ; 15 unités de patrimoines fonciers n'avaient pas été recensées, sur les 106 que comptent Djimini-Koffikro. Si la superficie déclarée est rapportée aux seuls patrimoines recensés, l'omission en termes de superficie passe de 17 à 7 %. Cette valeur tout à fait acceptable masque des différences beaucoup plus importantes à l'échelle des unités de patrimoines. Sur les 91 patrimoines fonciers recensés, l'erreur relative sur la superficie [(superficie déclarée - superficie mesurée)/superficie mesurée] dépassait 20 % dans 53 cas, 50 % dans 23 cas. Ces erreurs, positives ou négatives selon les cas, se compensent lorsqu'on agrège les données. Le problème de la validité des informations obtenues par simple déclaration se pose donc dès lors que l'on travaille non à l'échelle du terroir dans son ensemble, considéré comme une macro-unité de production, mais à celle des unités de production dans leur diversité. Cette remarque revêt une importance toute particulière lorsqu'on se risque au calcul économique.

103En second lieu, le plan visualise la localisation des cultures dans l'espace et fournit un instrument de travail précieux pour l'analyse des mouvements fonciers.

104Enfin, le plan du terroir de Djimini-Koffikro constitue un document de référence permettant d'envisager une étude dynamique, sur plusieurs années, de l'évolution de la mise en valeur de l'espace villageois et de la saturation progressive de ce dernier par les cultures nouvelles.

105Seules les principales enquêtes thématiques complémentaires seront évoquées ici :

  • Enquête "itinéraire migratoire et professionnel", concernant les responsables d'unités de production non natifs de Djimini-Koffikro, ainsi que les manoeuvres agricoles.
  • Enquête "emploi de main-d'œuvre étrangère à l'unité de production", passée auprès de toutes les unités de production n'appartenant pas à l'échantillon du suivi annuel. Cette enquête à passage unique visait à préciser, qualitativement, le rôle joué dans le procès de production par les actifs familiaux, la main-d'œuvre salariée et les groupes d'entraide. Parallèlement était conduite une enquête d'opinion sur les relations salariales, concernant tant les employeurs que les manœuvres.
  • Reconstitution de l'historique des mouvements fonciers, pour l'ensemble des patrimoines de Djimini-Koffikro. Cette reconstitution, qui a en particulier conduit à une analyse de l'évolution des structures foncières entre la fin de la phase pionnière et 1984, a été rendue possible par le levé de parcelles et la réalisation du plan parcellaire.
  • Enquête techno-économique portant sur les activités de transformation agricole : bangui (vin de palme), koutoukou (bangui distillé), huile de palme, et attiéké (semoule de manioc).
  • Estimation des temps de travaux, par opération culturale et par culture. A l’origine, il était prévu d'évaluer les temps de travaux à partir du suivi annuel. Deux facteurs expliquent la mise en œuvre d'une enquête spécifique sur ce thème : la difficulté de la mise à jour du parcellaire, au fur et à mesure des nouvelles plantations, et la diversité des cultures pratiquées à Djimini-Koffikro qui se traduisait par un nombre limité d'observations par culture, lors du suivi annuel des unités de production de l'échantillon. Il faut évoquer également les objectifs assignés à l'évaluation des temps de travaux. Il ne s'agissait pas d'apporter un éclairage sur les conditions d'élaboration du rendement, ni d'analyser, à travers l'étude de la mise en œuvre de la force de travail, les pratiques culturales ou plus généralement le fonctionnement détaillé de l'unité de production, mais simplement de proposer une analyse économique comparée des différentes cultures de rapport pratiquées en conditions moyennes à Djimini-Koffikro. Il était donc possible de découpler la collecte des temps de travaux d'un suivi d'unités de production. Les opérations culturales relatives à chaque production ont été observées sur différentes parcelles, la cohérence de l'itinéraire technique n'étant pas préservée. Ainsi, les données relatives à la plantation et celles concernant les désherbages pouvaient provenir d'observations réalisées sur des parcelles différentes. Cette méthode a rendu possible une collecte relativement rapide des données concernant une large gamme de productions, puisque avait disparu la contrainte temporelle liée à la durée des cycles culturaux. Son caractère simplificateur est évident et son emploi, même dans une optique de comparaison en conditions moyennes de culture, ne se justifie que lorsque les différences, d'une culture à l'autre, sont marquées (ainsi pour les principales cultures pratiquées à Djimini-Koffikro : palmier à huile, ananas et manioc).
  • Evaluation des rendements des principales cultures vivrières, par pesée des productions, rapportées ensuite à la superficie récoltée, mesurée. Cette estimation a servi de base pour l'étude économique comparée des différentes cultures pratiquées dans une optique de commercialisation.
  • Les données concernant les ventes de régimes de graines de palme et d'ananas de conserve ont été fournies par PALMINDUSTRIE et la SODEFEL. Il n'a pas été possible d'évaluer les "fuites" représentées par les ventes d'ananas de conserve, écoulés clandestinement sur les marchés de la capitale. Les ventes de régimes de graines de palme sur le marché parallèle ont été cernées par une enquête spécifique réalisée chez des planteurs avec lesquels des relations de confiance avaient été nouées.
  • Pour l'estimation, à l'échelle de l'ensemble des unités de production, des ventes de produits vivriers de base, d'ananas-export, de café, de cacao et de cola, une enquête complémentaire à passages "adaptés" a été mise en place, portant sur des producteurs ne faisant pas partie de l'échantillon du suivi annuel. Pour ce faire, une liste des parcelles devant arriver à maturité était dressée tous les deux mois environ, à partir des informations fournies par le recensement agricole, amélioré au fur et à mesure des levés de parcelles. Quelques passages entre l'entrée en production et la fin de la commercialisation ont permis d'appréhender avec une approximation suffisante le flux des produits écoulés sur le marché. Cette technique d'enquête n'a été utilisable que du fait des modalités de commercialisation de ces produits, caractérisées par des ventes au détail marginales.

106Une grille de correspondance entre les champs d'étude et le système de collecte des données est présentée en annexe 3.

107En définitive, l'information a été collectée et traitée à des niveaux différents, suivant le thème concerné :

Ensemble des unités de production

  • Etude foncière
  • Cultures pratiquées, superficies, production commercialisée (sauf maraîchage et ventes sur le marché parallèle des graines de palme)
  • Analyse quantitative des disponibilités en main-d'œuvre permanente familiale et salariée
  • Analyse qualitative de l'appel à la main-d'œuvre temporaire (salariée et groupes d'entraide)
  • Revenus agricoles de la campagne 1983/84, sauf prise en compte du coût de la main-d'œuvre salariée temporaire et des revenus provenant des ventes de produits maraîchers et des régimes de graines de palme sur le marché parallèle

Echantillon

  • Analyse quantitative des flux de travail
  • Division sociale du travail
  • Commercialisation des produits maraîchers et ventes des graines de palme sur le marché parallèle
  • Rendement des cultures vivrières
  • Temps de travaux par opération culturale et par culture

108Le système d'enquêtes mis en place à Djimini-Koffikro n'intègre pas de suivi budgétaire et de consommation. Pour être correctement réalisé, un tel suivi demande un passage plus fréquent que celui qui était retenu et surtout il ne se justifie que si Ton dispose des moyens permettant de travailler sur un échantillon statistiquement représentatif, ou lorsque l'objectif est la compréhension fine du fonctionnement de quelques unités de production.

Enquêtes réalisées dans les autres villages

  • 21 Une vérification étant possible pour les cultures encadrées, grâce à la confrontation des déclarat (...)

109Dans les villages de Kongodjan, d’Assé-Maffia, d'Amangare et d'Aboutou, un jeu unique de questionnaires a été passé auprès de l'ensemble des responsables d'unités de production et des manœuvres agricoles. L'accent a été mis sur les données historiques (modalités d'accès à la terre, dynamiques culturales), structurelles (cultures pratiquées, superficies déclarées21, main-d'œuvre utilisée) ou sur les motivations des enquêtés (détermination des choix culturaux), et non sur les résultats du procès de production, données que l'on ne peut espérer cerner correctement avec ce mode rapide de collecte de l'information. La moindre fiabilité des résultats enregistrés lors de ces enquêtes complémentaires nous a conduit à les utiliser comme des éléments de mises en perspectives, sur quelques thèmes majeurs, des observations faites à Djimini-Koffikro, et non à les présenter en tant que tels de façon cohérente.

110Une remarque s'impose, quant au souci d'exhaustivité qui a guidé cette recherche. Etait-il indispensable d'enquêter, comme cela a été fait, toutes les unités de production des villages retenus ? Procéder par échantillonnage aurait permis de couvrir un champ spatial d'investigations plus vaste. Mais cela supposait de disposer d'une bonne base d'échantillonnage ; de plus, l'objectif n'était pas de fournir une étude de l'économie agricole régionale, avec les problèmes afférents de représentativité statistique, mais de comprendre globalement le fonctionnement et la dynamique des systèmes productifs. Seule l'exhaustivité de l'étude permettait de faire apparaître à l'échelle locale - donc dans un même contexte agro-écologique et infrastructurel - les différentes facettes de ces systèmes. Un échantillonnage sans base de sondage correcte aurait vraisemblablement conduit à occulter des cas non dominants mais pourtant significatifs quant aux dynamiques en cours. Cette exhaustivité a également assuré un recoupement des informations qui a sensiblement amélioré leur qualité.

111Nous avons retenu pour cette étude quatre champs d'analyse, non indépendants :

112Les dynamiques foncières : conditions historiques et sociales de la maîtrise foncière et de la transmission patrimoniale, évolution corrélative de la structure foncière, conditions de l'apparition d'un groupe de producteurs sans terre. On aura pu ainsi, à l'issue de cette analyse, définir les conditions d'accès à l'une des deux principales ressources productives, évoquer l'évolution de ces conditions, et préciser quelles sont les disponibilités en terre des unités de production.

113Les dynamiques culturales, élément le plus manifeste de la mutation de l'agriculture de plantation, où l'analyse portera sur les conditions de l'introduction, de l'extension et parfois du déclin des différentes cultures, et sur l'agencement spatiotemporel de ces spéculations. Des typologies d'unités de production, basées sur les cultures pratiquées et sur les superficies plantées, permettront de souligner l'incidence, sur les systèmes de culture, des conditions d'accès à la terre et à la main-d'œuvre.

114Les rapports de production : disponibilité des unités de production en main-d'œuvre familiale, rôle dans le procès de production de cette dernière et de l'intervention d'une force de travail étrangère à l'unité de production.

115L'analyse économique comparée des différentes cultures, portant sur la mise en œuvre des facteurs de production et ses résultats, permettra de vérifier si les dynamiques culturales en cours traduisent une intensification des systèmes de production, et de comprendre certains choix opérés par les producteurs.

Notes

1 Les Européens, planteurs privés ou sociétés, ont été parfois à l'origine des productions caféière et cacaoyère mais leur poids économique est toujours resté minoritaire. Ils produisaient 31,8 % du café et 6 % du cacao en 1942, 7 % et 3 % en 1952 [H. Fréchou, 1955].

2 Il faut également souligner le rôle joué, dans l'initiation de ces flux, par le travail obligatoire et la demande en main-d'œuvre des chantiers forestiers.

3 L'intégration des plantations réalisées par d'autres acteurs économiques (IRHO, sociétés privées, planteurs indépendants) porte la superficie de la palmeraie sélectionnée ivoirienne à environ 100 000 ha au début des années 1980.

4 1963 : création de la SODEPALM, Société pour le Développement et l'Exploitation du Palmier à huile ; 1968, création du groupe PALMIVOIRE-SODEPALM-PALMINDUSTRIE ; 1975, dissolution de PALMIVOIRE. Sur ces restructurations, voir PALMINDUSTRIE [1983].

5 Le déficit hydrique annuel d'une culture correspond à la différence entre l’évapotranspiration de la culture et la pluie efficace de l'année (la pluie efficace intègre le ruissellement et l'évaporation au contact du sol). Voir le Mémento de l'agronome, Min. Coop., p. 54.

6 Au 30/9/1983 la répartition des superficies plantées se présentait ainsi : secteur d’Etat 4 209 ha ; secteur d'économie mixte 30 448 ha ; secteur privé 2 734 ha ; plantations villageoises encadrées 3 732 ha ; divers non encadrés 929 ha (sources : Statistiques Agricoles 1983). Les données ne différencient pas les PV encadrées des divers autres (4 661 ha au total) ; ont donc été déduits des 4 661 ha la superficie plantée dans le cadre de PVSE 1 entre 1978 et 1983, et 102 ha plantés en 1983 dans le cadre de PVSE 2 [ Losch, 1983], ainsi que les 100 ha du projet pilote de l’Anguédédou.

7 SALCI : Société Alsacienne de Conserverie d’Ananas, transformée en Société des Ananas de Côte d'Ivoire ; société d'économie mixte à capitaux privés majoritaires. SAFCO : Société Africaine de Conserve (société anonyme). SIACA : Société Ivoiro-Allemande de Conserves d'Ananas, transformée en Société Ivoirienne d’Ananas et de Conserves Alimentaires, société anonyme dont la majorité des actions sont détenues par la SOCABO (Société Coopérative Agricole de Bonoua). Jusqu'en 1982, la SIACA était approvisionnée uniquement par la SOCABO ; la reconversion de cette dernière dans la production d'ananas pour l'exportation en frais a conduit ensuite la SIACA à créer ses propres plantations.

8 Les statistiques agricoles ne fournissent pas les données relatives aux superficies et au nombre de planteurs villageois d'ananas de conserve ; ces chiffres n'ont pu être collectés auprès des organismes d'encadrement (documents égarés ou refus de communication).

9 Du fait d’un ensoleillement insuffisant. On avance parfois également, pour justifier cette interdiction, le souci d'éviter une concurrence entre les productions d'ananas de conserve et d'ananas-export, qui se serait traduite par une désaffection des producteurs vis-à-vis de la première.

10 Cet éventail est d'autant plus ouvert que la proximité de marchés urbains peut induire le développement d'une production vivrière de rapport.

11 Il n'existe pas de définition précise de la Basse-Côte, qui ne recouvre pas un découpage administratif. On considère généralement que cette région s'étend de la frontière ghanéenne à Fresco, la limite sud étant donnée par le rivage maritime et la largeur de cette bande n'excédant pas une trentaine de kilomètres. Ses caractéristiques majeures relèvent tant de la géographie physique que de la géographie économique. Il s'agit d'une zone de sables tertiaires ou quaternaires (cas des cordons dunaires du littoral), à la différence des formations antécambriennes des autres régions de Côte d'Ivoire. Elle est marquée par la présence d'un réseau lagunaire complexe. L'impact socio-économique d'Abidjan y est très fort ; l’infrastructure de transport est développée et le degré d'anthropisation du milieu est élevé.

12 Aboutou est constitué de deux chapelets de campements, situés à quelques kilomètres l'un de l'autre ; seuls les campements s'étendant le long de la piste est ont été enquêtés.

13 En zone forestière, les originaires du Mali et du nord de la Côte d'Ivoire sont dénommés sans distinction "Dioula".

14 Ces chiffres sont à comparer à ceux obtenus lors des précédents recensements effectués dans le village, 1956 : 222 habitants ; 1961 : 433 habitants [Archives de la sous-préfecture d’Adiaké, non classées] ; 1975 : 877 habitants [Recensement National] ; 1979 : 1 012 habitants [Recensement du ministère de l'Agriculture]. Les recensements de l'époque coloniale ne portaient que sur le noyau stable de la population, les manœuvres agricoles n'étant pas recensés, alors qu'ils l’ont été par nous. Ces derniers exclus, Djimini-Koffikro comptait 934 habitants en début d'année 1983.

15 Les recensements nominatifs de la population effectués en 1956 et en 1961 ne pouvaient être complètement exploités du fait du manque d'informations sur certains des individus. La "mémoire collective" de Djimini-Koffikro est défaillante, en l'absence de cohésion sociale et d'histoire commune ; l'appel aux "vieux" des différentes communautés a ainsi laissé subsister des lacunes dans l'information. De plus, il arrive que le nom sous lequel est connu un individu dans le village ne soit pas le nom porté sur les pièces d'identité, ce qui rend plus malaisé encore son identification près de 30 ans plus tard.

16 Sources : archives non classées de la sous-préfecture d'Adiaké. Le village de N'ganda N'ganda est voisin d'Aboutou, dans la partie sud de ce chapelet de campements.

17 Soulignons d'emblée que les approches statistiques qui théoriquement ne présentent pas ces limites, peuvent masquer par la scientificité du chiffre, le problème fondamental de la qualité des observations de terrain. De plus, le risque de réductionnisme abusif est important, ces enquêtes supposant la collecte des informations sur la base d'une grille conceptuelle et d'un questionnement ne reflétant pas la complexité et la diversité des situations étudiées.

18 Ainsi, les femmes baoulé contrôlent le manioc et les cultures maraîchères complantées avec l'igname. L'aide familial est alors tributaire du responsable de l'unité de production, qui assure l'accès à la terre et réalise les travaux pré-culturaux.

19 Ce sera le cas des aides familiaux qui assurent eux-mêmes ou financent l'ensemble des travaux culturaux sur une parcelle localisée sur le patrimoine foncier du responsable de l'unité de production ou à l'extérieur de ce patrimoine (parcelle empruntée ou louée).

20 Parallèlement à ce suivi étaient réalisées des enquêtes thématiques. A l'origine, l'étude monographique était prévue sur une année, ce qui explique le télescopage du suivi et des enquêtes thématiques, avec les conséquences négatives qui en découlent.

21 Une vérification étant possible pour les cultures encadrées, grâce à la confrontation des déclarations et des fichiers des sociétés de développement.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14832/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Carte 1 - Localisation des plantations villageoises de palmiers à huile, cocotiers, hévéas et ananas de conserve.
Légende Source : le milieu naturel de la Côte-d'Ivoire.M.ELDIN. J.L.GUILLAUMET,E.ADJANOHOUN-ORSTOM 1971 (Fond de carte)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14832/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Carte 2 - Carte de situation
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14832/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Carte 3 - Groupes constitutifs du Sanwi.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14832/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Titre Tableau I. Répartition de la population de Djimini-Koffikro, par ethnie ou nationalité
Légende a) Sénoufo, Lobi, Tagbana, Dioula.b) Nzima, Attié, Adioukrou, Wobé, Dida, Gouro, Yacouba, Guéré, Ebrié.c) Mauritaniens, Guinéens, Togolais, Béninois, Nigérians, Nigériens.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14832/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tableau II. Nombre d'adultes natifs de Djimini-Koffikro, pour 100 individus résidant dans le village
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14832/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Tableau III. Résultats comparés des recensements de la population (D.K. 1956, 1961 et 1983)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14832/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 31k

© IRD Éditions, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search