Version classiqueVersion mobile

Des barbelés dans la Sierra

 | 
Hubert Cochet

Annexes

Texte intégral

ANNEXE 1. Étude démographique

1Identifier les principaux phénomènes démographiques constitue une étape de la recherche particulièrement importante. Les grandes tendances observées sont significatives de changements profonds et durables qui dépassent et transcendent les simples événements de conjoncture. Pour analyser les différentes phases du glissement démographique observé depuis les plateaux des Altos de Jalisco jusqu’à la côte de l’océan Pacifique, il était indispensable de situer précisément ces mouvements démographiques et d’en mesurer la portée. Quelques éléments nécessaires à cette reconstitution sont rassemblés ci-dessous.

2Reconstituer l’évolution démographique de la région de Coalcomán est une tâche difficile qui pose de nombreux problèmes d’interprétation. Les données sont rares, partielles et d’une fiabilité extrêmement variable. En outre, les régions citées dans les différents documents ou recensements ne sont jamais définies ni leurs limites clairement signalées. Les bouleversements politiques incessants du xixe siècle et du début du xxe siècle compliquent encore la tâche en modifiant à chaque fois le découpage administratif. Certains villages sont soudainement rattachés à un lointain chef-lieu puis deviennent eux-mêmes commune ou chef-lieu de district et vice-versa. Pour la période coloniale et prérévolutionnaire, notre reconstitution s’appuie surtout sur deux études démographiques particulièrement méticuleuses : celle de Donald D. Brand publiée en I960 et celle plus récente de Sherburne F. Cook et Woodrow Borah (1977). Nous apportons certaines modifications pour faciliter la comparaison entre les communes actuelles de Coalcomán et de Aquila. Pour la période récente (xxe siècle), nous utilisons les recensements démographiques en tenant compte des remarques formulées par Donald D. Brand.

Comparaison de l’évolution démographique de la région de Motines avec celle de l’ensemble du Mexique centre-occidental (fig. 4, p. 23)

3Nous utilisons les interpolations faites par Sherburne F. Cook et Woodrow Borah (p. 300 et 356). La région de Motines correspond approximativement aux communes actuelles de Aquila, Coahuayana, Villa Victoria et Coalcomán.

Tableau 1. Évolution démographique comparée des régions centre-occidentale et de Motines (1548-1940).

Année

de l’estimation

Région de Motines

Région

centre-occidentale

1 548

16 906

294 904

1 560

9 000

165 890

1 570

5 500

115 569

1 580

3 650

85 250

1 590

2 700

68 200

1 600

2 100

57 700

1 610

1 700

50 850

1 620

1 450

46 650

1 630

1 250

41 650

1 640

1 050

39 150

1 650

925

37 625

1 660

800

38 000

1 670

700

40 200

1 690

620

49 270

1 710

700

70 150

1 720

900

87 900

1 740

1 150

136 750

1 760

1 650

219 150

1 770

1 900

286 800

1 780

2 100

373 100

1 800

2 500

605 500

1 820

3 400

721 400

1 840

5 000

910 000

1 860

7 500

1 127 500

1 880

11 000

1 367 000

1 900

17 065

1 661 041

1 921

26 387

1 783 600

1 940

27 182

2 088 000

Évolution démographique comparée des communes de Coalcoman et de Aquila à l’époque coloniale (fig. 5, p. 34)

  • 1 Donald D. Brand estime à 35 000 le nombre probable d’habitants dans la région de Motines à l’époque (...)
  • 2 « In the following tables we bave presented the population of the colonial period (practically 1532 (...)

4Nous reprenons dans cette partie les principales données sélectionnées par Donald D. Brand1. Celui-ci présente les données par localité ou petite région. Pour chacune, il mentionne le nom actuel de la localité et les différents noms historiques rencontrés dans les archives, afin de permettre une meilleure localisation dans les limites des communes actuelles2. Pour obtenir les chiffres présentés dans le tableau 2, nous avons considéré le nombre de « tributaires », « indiens », « mariés » ou « familles » et nous l’avons multiplié par quatre en appliquant ainsi le ratio communément admis (bien que Donald D. Brand critique ce coefficient et propose l’application d’un ratio de cinq).

5Les données présentées par Donald D. Brand pour 1533 n’ont pas été retenues. Elles seraient en effet très sous-estimées si l’on en croit son estimation globale selon laquelle la région aurait compté 35 000 habitants avant la conquête.

Tableau 2. Evolution démographique des principales zones de la région de Motines (1540-1822)

Tableau 2. Evolution démographique des principales zones de la région de Motines (1540-1822)

Les nombres indiqués en caractères gras sont considérés par Donald D. Brand comme les plus significatifs ; les nombres précédés du signe + sont sous-estimés ; ceux précédés du signe - sont surestimés.
(1) Villa Victoria (également appelé Chinicuila), créé tardivement, est considéré pour cette période comme hameau de Coalcomán. Il est impossible de le séparer pour en faire une entité individualisée avant le xxe siècle (sa population est très faible jusqu'à cette date).
(2) Nexpa qui, actuellement, ne fait pas partie de la commune de Aquila était rattaché à la communauté indienne de Pómaro avant d’être abandonné en 1737 (Brand).
(3) Ces statistiques comprennent celles de villages actuellement compris dans l'État de Colima.
(4) Approximation d'après les suggestions de Donald D. Brand.
(5) 172 vecinos en 1792 d’après Donald D. Brand.

6Entre 1580 et 1740 les données sont particulièrement peu nombreuses. Néanmoins, les estimations présentées par Sherburne F. Cook et Woodrow Borah pour cette période semblent exclure de grandes variations ; il nous semble raisonnable d’extrapoler cette continuité dans les cas particuliers qui nous intéressent. Le minimum démographique est atteint vers la fin du xviie siècle. Les villages de Huahua, Tizupan, Tupitina, Nexpa et Motines disparaissent en 1736-37. Coire disparaît en 1643. Cachán est abandonné en 1798. Les survivants aux épidémies sont regroupés à Pómaro qui devient le village indien le plus important de la région devançant largement Coalcomán. (Brand). Voir également Maria de la Cruz Labarthe R. (1969).

7Les données attribuées par Donald D. Brand à Juan Jose Martinez de Lejarza sont critiquées par Sherburne F. Cook et Woodrow Borah qui les qualifient de sous-estimées. Suivant les observations de ces derniers, nous n’avons pas tenu compte de ces données très basses pour l’élaboration de la figure 5 (p. 34) et nous avons poursuivi la tendance observée à la fin du xviiie siècle, d’ailleurs assez stable.

8Enfin, il faut signaler, pour cette période, l’installation des premières familles d’origine espagnole à Coalcomán dès la fin du xviiie siècle.

9Pour construire la figure 5, nous avons additionné, pour chaque recensement, les données relatives aux actuelles communes de Coalcomán et de Villa Victoria.

Principales sources sélectionnées par Donald D. Brand

  • Pour 1540 : Francisco Del Paso y Troncoso : Papeies de Nueva Espana, Segunda serie : geografia y estadísticas, t1 : « Suma de visitas de pueblos por orden alfabetico », manuscrit 2 800 de la Biblioteca Nacional de Madrid, anonimo del siglo xvi.

  • Pour 1560 : « Lista de Ybarra » Epist. NE 9 : 2-48, Boletín del Archivo General de la Nación (AGN) II : 2 p. 195-222.

  • Pour 1565 : Libro de las tasaciones de pueblos de Nueva Espana, siglo xvi, AGN, Mexico, 1952.

  • Pour 1569 « Relación de los Obispados », in : Documentos históricos de Mejico, t II, Mexico, 1904 : 153-188.

  • Pour 1580 : « Relación de Quacomán » et « Relacion de Motines ». Nous avons consulté ces documents dans Alvaro Ochoa et Gerardo Sanchez (1981).

  • Pour 1740 : José Antonio Villasenor y Sanchez : Teatro americano ; descripción general de los reynos y provindas de la Nueva Espana y sus juridicciones, 2 vol, Mexico, 1746-1748.

  • Pour 1791 : Noticias de la juridicción de Motines del Oro 1791, AGN Historia, 73 : 12 et 72 : 1, 4 et 8, AGN Tierras.

  • Pour 1822 : Juan Jose Martinez De Lejarza : Analisis estadístico de la Provinda de Michoacán en 1822, Mexico.

Évolution démographique comparée des communes de Coalcomán et de Aquila au xixe siècle (fig. 6, p. 37).

10C’est une période particulièrement perturbée pour laquelle il est très difficile d’obtenir des données détaillées par commune. D’après Donald D. Brand, les données les plus fiables seraient celles de 1861, 1868, 1877, 1889 et 1895 date du premier recensement national.

11Pour les années 1861 et 1868, Donald D. Brand effectue d’importantes corrections afin de compenser l’agrandissement administratif du district de Coalcomán, provoqué par l’intégration en son sein des actuelles communes de Aguililla et de Tepalcatepec :

« Since tbe compréhension of the distrito Coalcomán in 1861 and 1868 (including Aguililla and Tepalcatepec) was more than in the later years we hâve made rough corrections. Also, we hâve attempted to distribute the population in terms of the highlands (combined Chinicuila and Coalcomán municipalities of today) and the lowlands (comhined Coahuayana and Aquila). The resultant figures are most tentative, excepting 1877 and 1889 when the municípios of Coahuayana and Coalcomán approximated the modem double municipalities ».

Tableau 3. Estimations démographiques pour le nouveau district de Coalcomán à la fin du xixe siècle

Année

District Coalcomán (non-corrigé)

Aquila

Coahuayana

Coalcomán

Chinicuila

District Coalcomán (corrigé)

1861

12 800

4 980

3 900

8 880

1868

9 573

1 664

3 202

4 856

1877

10 491

2 372

8 119

10 491

1889

14 055

4 063

9 992

14 055

1895

15 020

5 000

10 020

15 020

Source : Donald D. Brand.

12Cependant, pour permettre une meilleure interprétation des données et la comparaison des deux communes qui nous intéressent (Coalcomán et Aquila), nous avons recherché les données propres au seul municipe de Aquila (c’est-à-dire, aux communautés indiennes de la côte), d’une part, les données correspondantes au municipe de Coalcomán, d’autre part (l’actuelle commune de Villa Victoria reste incluse dans celle de Coalcomán jusqu’en 1902 ; pour respecter la cohérence de la figure 6, nous avons rassemblé la population des deux communes jusqu’en 1930). Plusieurs corrections ont été faites par rapport aux données présentées par Donald D. Brand :

13- Pour 1861 : Romero (1862). Les chiffres proposés sont les suivants :

14Curato de Maquili (= actuelle commune de Aquila) 2 800 hab.

15Curato de Coahuayana 2 500 hab.

16Curato de Aguililla 1 800 hab.

17Curato de Tepalcatepec 1 800 hab.

18Curato de Coalcomán 2 800 hab.

19Total district 11 700 hab.

  • 3 Plano del Estado de Michoacán en 1863, mapothèque SARH. Voir également l’annexe 2, p. 326.

20Le chiffre de 2 800 habitants proposé pour la région qui correspond à la commune de Aquila nous paraît fortement surestimé. D’une part, les estimations proposées pour les années suivantes (1868, 1877, 1889), cohérentes entre elles et nettement plus basses laisseraient supposer une très forte chute démographique entre 1861 et 1868, baisse difficilement explicable. D’autre part, les nombreuses erreurs que nous avons pu repérer dans les travaux de Jose Guadalupe Romero, concernant les communautés indiennes de la côte et la carte particulièrement fausse qu’il propose3, nous incitent à ne pas tenir compte de cette estimation vraisemblablement assez éloignée de la réalité. Nous prolongerons donc, à défaut d’autres informations, la tendance observée au début du siècle jusqu’en 1868.

21Le chiffre de 2 800 habitants proposé pour Coalcomán est par contre assez plausible et nous le conserverons. Il semble d’ailleurs que José Guadalupe Romero connaissait mieux la région de Coalcomán, ce qui limite les risques d’erreurs.

22- Pour 1868 : Francisco Gonzalez - Memoria de gobiemo (1869). Ce document officiel avance le chiffre de 1 661 habitants pour la commune de Coahuayana qui englobait, à cette époque-là, l’actuelle commune de Aquila. C’est un chiffre très bas que nous considérons minimal pour la seule région qui correspond à l’actuelle commune de Aquila. Les trois communes actuelles de Coalcomán (+ Villa Victoria), Aguililla et Tepalcatepec sont créditées d’une population totale de 7 917 habitants. La correction effectuée par Donald D. Brand (3 200 habitants pour la seule région de Coalcomán) nous semble justifiée et cohérente malgré les critiques formulées par Sherburne F. Cook et Woodrow Borah (p. 342).

23- Pour 1877 : Manuel Gonzalez - Memoria de gobiemo (1877). Ce document propose le chiffre très approximatif de 5 000 habitants pour Coalcomán (+ Villa Victoria) et de 3 000 habitants pour les deux communes de Coahuayana et de Aquila. Donald D. Brand propose des chiffres nettement plus élevés que nous conserverons. Nous estimerons la population de la région côtière (communautés indiennes) à 2 000 habitants environ.

24- Pour 1889 : Francisco Perez Gil - Memoria de gobiemo (1890). C’est vraisemblablement l’étude la plus détaillée et la plus fiable obtenue avant les recensements nationaux. Nous obtenons 2 399 habitants pour la commune de Aquila et 9 992 pour celle de Coalcomán (+ Villa Victoria).

25- Pour 1895 : Primer censo de población. Le recensement donne le chiffre de 10 020 habitants pour Coalcomán (+ Villa Victoria qui reste encore inclus dans la municipalité de Coalcomán). Il avance le chiffre approximatif de 5 000 habitants pour le municipe de Coahuayana qui comprend alors l’actuelle commune de Aquila. Nous proposons d’affecter une population de 3 000 habitants à l’actuel commune de Aquila et 2 000 habitants à celle de Coahuayana.

26En résumé, les données utilisées pour l’élaboration de la figure 6 sont les suivantes :

Tableau 4. Évolution démographique des communes de Coalcomán et de Aquila à la fin du xixe siècle

Année

Coalcomán (+ Villa Victoria)

Aquila

(communautés indiennes)

1861

2 800

1 500

1868

3 200

1 650

1877

8 100

2 000

1889

9 992

2 399

1895

10 020

3 000

Évolution démographique comparée des communes de Coalcomán, Aquila, Villa Victoria et Coahuayana au xxe siècle

27Les recensements fournissent une information systématique et périodique (en général tous les dix ans) que l’on peut considérer comme globalement de meilleure qualité. La dispersion des hameaux et le manque de voies de communication provoquent cependant de nombreux oublis et erreurs mis en évidence localement.

28En ce qui concerne les chiffres de population proposés dans les sept premiers recensements, nous nous en tenons aux critiques formulées par Donald D. Brand : Les quatre premiers recensements (1895, 1999, 1910 et 1921) sont encore très incomplets et erronés. Les trois suivants (1930, 1940 et 1950) sont en général meilleurs, mais de très nombreux hameaux échappent encore au recenseur.

29Dans l’ordre décroissant en terme de couverture et de qualité, on peut signaler le recensement de 1930 comme le meilleur, suivi par ceux de 1910, 1950, 1921, 1940, 1900 et 1895. Le recensement de 1921 est considéré localement comme trop élevé et le recensement de 1940 comme trop bas. Pour la construction de la figure 6, nous négligeons pour la commune de Aquila le chiffre de l'année 1910 particulièrement exagéré, suivant ainsi les critiques formulées par Donald D. Brand (p. 160). Nous rejoignons directement les points correspondants à 1900 et 1920. Pour respecter la cohérence de la figure 6, nous incluons la population de Villa Victoria dans la commune de Coalcomán jusqu’en 1930 (Villa Victoria devient commune en 1902 mais comprend alors une partie du territoire de Coahuayana, ce qui justifie les corrections apportées par Donald D. Brand et que nous adoptons). Les 3 915 habitants annoncés pour la commune de Aquila en 1940 nous paraissent trop peu nombreux et nous redresserons ce nombre au niveau proposé pour 1930 et 1950 dans l’élaboration des figures 24 (p. 136) et 34 (p. 195). Nous reprenons les données apportées par les trois derniers recensements (1960, 1970 et 1980) sans apporter de modification, bien que l’émigration aux États-Unis d’Amérique ne soit pas prise en compte jusqu’au recensement de 1980.

Tableau 5. Evolution démographique des communes de Coalcomán, Aquila, Villa Victoria et Coahuayana au xxe siècle

Tableau 5. Evolution démographique des communes de Coalcomán, Aquila, Villa Victoria et Coahuayana au xxe siècle

Sources : Donald D. Brand (1960). Recensements démographiques de 1960, 1970 et 1980.

Évolution comparée des populations indienne et créole a Coalcomán (fig. 9, p. 44)

30Les rares informations qui permettent une estimation de la composition de la population de Coalcomán sont rassemblées ci-dessous :

31Les premières familles d’origine espagnole ou métisse s’installent à Coalcomán à partir de la deuxième moitié du xviiie siècle.

  • En 1760, on compte 38 Espagnols et 140 Indiens d’après le « Padrón de Yndios y Gente de Rrason deste Partido de Santiago Gualcomán », cité par Raul Arreola Cortes (1980).

  • En 1789, Juan Zarate y Manso (1789) compte 59 familles indiennes, 25 familles espagnoles et 30 familles mulâtres. Bien que 50 % de la population des Terres Chaudes (dépression de Apatzingán) soient déjà composés de métis et de mulâtres à la fin du xviiie siècle (Aguirre Beltan, 1952), la présence de 30 familles mulâtres à Coalcomán est pour le moins surprenante et n’est jamais citée dans aucun autre document. Il paraîtrait plus logique de considérer ces familles comme appartenant au groupe indigène.

  • En 1791, on ne mentionne que 12 familles espagnoles à Coalcomán et 59 familles indiennes, in : « Noticias de la juridiccián de Motines de Oro, 1791... » (del Castillo et Guerrero, 1946).

  • À l’occasion du fractionnement des communaux de Coalcomán en 1871, 329 lots sont distribués théoriquement à autant de familles indiennes. En réalité, plusieurs d’entre eux ont été distribués à des personnes étrangères à la communauté. On peut alors penser qu’il n’y avait à Coalcomán que 250 ou 300 familles indiennes sur un total approximatif de 800 familles (la population étant estimée à 4 000 personnes).

  • En 1884, la proportion de familles indiennes est réduite à 5 ou 10 % et devient nulle après le massacre des premières années du siècle.

Calcul des densités démographiques

32Le calcul de la densité démographique pose le problème de la superficie des entités considérées dans les statistiques démographiques. En ce qui concerne la surface des actuelles communes de l’État de Michoacán, nous reprenons les données de l’Inegi (1985) qui sont les plus fiables. Les surfaces utilisées dans le calcul de la densité démographique sont les surfaces des municipes actuels et nous négligeons les modifications mineures éventuellement apportées au découpage administratif. Dans le cas où une unité administrative recouvrait le territoire de plusieurs communes actuelles, nous considérons la surface totale représentée par ces différentes communes.

Tableau 6. Densité démographique de la vallée de Zamora et de la région de Jiquilpan (hab./km2)

Densité démographique

1822

1890

Partido de Zamora

15,3

34,2

Partido de Jiquilpan

8,3

30,0

  • Pour 1822 : Martinez de Lejarza (1974). Pour évaluer la surface de ces deux partidos, on additionne, pour chaque partido, la surface actuelle de tous les municipes dont les villages apparaissent sur le recensement de Juan Jose Martinez de Lejarza. Quelques corrections sont nécessaires pour les municipes situés à cheval sur plusieurs partidos (Tangamandapio, Tangancicuaro) et ceux de création récente dont les villages ne sont même pas mentionnés par Juan Jose Martinez de Lejarza (Venustiano Carranza, Brisenas, Vista Hermosa, Chavinda).

  • Pour 1890 : Alfonso (1880), Perez Gil (1890). Le « district » de Zamora est de la même taille que le partido de 1822, mais il est décalé vers l’est. Certaines localités sont alors rattachées à Jiquilpan (Sahuayo, Guaracha).

Tableau 7. Population (pop.) et densité démographique (DD) dans plusieurs communes du Michoacán

Tableau 7. Population (pop.) et densité démographique (DD) dans plusieurs communes du Michoacán

33(suite)

Sources : - Pour 1822 : Martinez de Lejarza (1974). Une correction est apportée pour la région de Motines : Sherburne F. Cook et Woodrow Borah proposent le chiffre de 2 500 habitants pour l’ensemble de la région. Nous affectons 1 000 habitants au municipe de Coahuayana et 1 500 aux trois municipes actuels de Coalcomán, Villa Victoria et Aquila.
- Pour 1889 : Perez Gil (1890). Les moyennes présentées dans le tableau i (p. OO) concernent successivement les municipes de Apatzingán, Paracuáro, Múgica, Tepalcatepec et Buenavista, d'une part, les municipes de Aguililla, Coalcomán et Villa Victoria, d’autre part.
- Pour 1900 : recensement.
- Pour 1921 : recensement.

Tableau 8. Population (pop.) et densité démographique (DD) dans la région du sud de l’État de Jalisco

Tableau 8. Population (pop.) et densité démographique (DD) dans la région du sud de l’État de Jalisco

Sources : - Superficie : Inegi (1981).

- Pour 1885 et 1930 : Francisco Tolentino : Memoria de Gobierno, 1887, in : G. de la Peña, op. cit., p. 34. Mariano Barcena (1888).

- Pour 1900 : Antonio Penafiel (1900).

Les moyennes présentées dans le tableau i (p. 30) sont celles des municipes de Zapotiltic, Tuxpan, Tamazula, Quitupan et Mazamitla, d’une part et de Tecalitlán, Pihuamo, Tonila, Jilotlán et Manuel M. Dieguez, d’autre part.

Tableau 9. Population et densité démographique au xixe siècle dans deux régions de l'État de Jalisco

Tableau 9. Population et densité démographique au xixe siècle dans deux régions de l'État de Jalisco
  • 4 Le canton de Zapotlán est créé en 1856. Il appartenait avant cette date au canton de Sayula (4e can (...)

Sources : - Pour la superficie : Salvador Echagaray : Division territorial de los Estados Unidos Mexicanos, Estado de Jalisco, Dirección General de Estadísticas, Mexico, 1914.
- Pour 1794, 1830, 1851 et 1857 : Longinos
Banda : Estadística de Jalisco 1854-1863, Gobierno del Estado de Jalisco, 2e édit., 1982.
- Pour 1822 :
idem + Victoriano Rua : Estadísticas del Estado libre de Jalisco 1821-22, Gobierno del Estado de Jalisco, 1981.
Note 44

Evolution démographique de quelques hameaux des communes de Coalcomán, Aquila et Villa Victoria (1921-1980)

34Ces trois communes sont caractérisées par l’extrême dispersion de leur habitat et totalisent plus de 1 000 localités recensées. Nous avons sélectionné celles qui nous paraissent les plus intéressantes, soit par leur importance, soit parce que leur évolution est caractéristique de certains phénomènes étudiés, soit encore parce que nous y avions réalisé de nombreuses enquêtes. D’autres hameaux que nous avons visités ne sont signalés dans aucun recensement.

Tableau 10. Évolution démographique de quelques villages et hameaux de la commune de Coalcomán (1921-1985)

Tableau 10. Évolution démographique de quelques villages et hameaux de la commune de Coalcomán (1921-1985)

35(suite)

36(suite)

Sources : recensements démogaphiques. 1985 : recensement Sep.
* Ejidos.

Tableau 11. Évolution démographique de quelques villages et hameaux de la commune de Villa Victoria (1921-1985)

Tableau 11. Évolution démographique de quelques villages et hameaux de la commune de Villa Victoria (1921-1985)

37(suite)

Sources : recensements démogaphiques.

Tableau 12. Évolution démographique de quelques villages et hameaux de la commune de Aquila (1921-1980)

Tableau 12. Évolution démographique de quelques villages et hameaux de la commune de Aquila (1921-1980)

38(suite)

Sources : recensements démogaphiques.

Comparaison des pyramides démographiques des communes de Coalcomán et de Aquila (1980). Décalage enregistré dans la transition démographique et influence de l’émigration aux États-Unis

ANNEXE 2. Problèmes posés par la région orientale de la commune de Aquila. Définition et limites de la région de Motines. Cas du village de Coire

39La région de Motines correspond approximativement aux quatre communes actuelles de Aquila, Coahuayana, Villa Victoria et Coalcomán. Avant la Conquête, elle constitue un ensemble organisé autour des villages de Motines et de Coalcomán, regroupant vraisemblablement les communautés indiennes de Maquili, Aquila, Ostula, Pómaro et Motines, d’une part, Coalcomán et Huizontla, d’autre part. Cet ensemble semble clairement individualisé et indépendant du pôle d’influence de Zacatula (à l’emplacement actuel du complexe sidérurgique de Lázaro Cárdenas) (Lecoin et al., 1986).

  • 5 Plano del Estado de Michoacán en 1863, mapothèque SARH.

40Pourtant, pendant l’époque coloniale, la région ne constitue pas une unité administrative en tant que telle. Elle est divisée entre la province de Colima (Motines de Colima) et celle de Zacatula (Motines de Zacatula). Elle désigne alors la totalité de la région côtière de l’actuel État de Michoacán (Labarthe R., 1969). La frontière entre les deux « sous-régions » - Motines de Colima et Motines de Zacatula - n’a jamais été clairement établie. D’abord située au niveau du Río Cachán qui traverse la Sierra Madre del Sur depuis Coalcomán, elle se serait par la suite déplacée vers l’est jusqu’au Rio Nexpa et même jusqu’au Rio Chuta (Brand, I960 ; Labarthe R., 1969). Cette confusion perdure jusqu’à la fin du xixe siècle en dépit des bouleversements administratifs. Elle est particulièrement visible sur la carte présentée en 1863 par José Guadalupe Romero5 où les villages de Pómaro et de Coire sont situés sur les rives du Rio Balsas, comme si l’immense région comprise entre les Rios Cachán et Balsas s’était brutalement volatilisée. Nous proposons, pour en finir avec autant de confusion, de fixer la limite de la région de Motines au niveau du Rio Nexpa, actuelle frontière entre les communes de Aquila et de de Lázaro Cárdenas. Cette ligne de démarcation semble d’ailleurs indiquer la limite d’influence de la communauté indienne de Pómaro à partir du xviiie siècle, après que les habitants des villages de Huahua et de Tizupan (pourtant tributaires de Zacatula au xvie siècle), décimés par les pestes du xviiie siècle, avaient été rassemblés à Pómaro en 1737 (Brand, 1960). Ces villages auraient été repeuplés à partir de Zacatula au début du xixe siècle, leur aire d’influence étant reconnue comme appartenant à la communauté indienne de Pómaro. Ces mouvements migratoires sont très mal connus, mais restent pourtant gravés dans la mémoire des Indiens de Pómaro et de Coire. Pour justifier ou expliquer leurs incessantes querelles de frontière, ils entretiennent la mémoire collective selon laquelle les Indiens de Coire auraient été chassés au xviie siècle de la région de Atoyac, sur la côte de l’actuel État de Guerrero. Après de longues pérégrinations sur la côte de l’État de Michoacán, ils se seraient d’abord établis à Guagua, puis à Coire où les communautés indiennes de Ostula et de Pómaro leur auraient cédé un territoire. L’étude ethno-linguistique réalisée par Ignacio M. Del Castillo et Raul G. Guerrero (1946) semble confirmer les différences anthropologiques, ethnologiques et linguistiques entre les habitants de Pómaro et de Coire, faisant de ce dernier un groupe allochtone installé à Coire au début du xviiie siècle (par Cedula Real de 1704). D’après Donald D. Brand (1960 : 75), les anciens habitants de Coire, installés à Pómaro après les épidémies, auraient regagné leur village au début du xviiie siècle, retrouvant ainsi leur indépendance.

ANNEXE 3. Origine des immigrés installés sur le territoire de l’ancienne communauté indienne de Coalcomán

41Les Informations matrimoniales, exigées par le clergé au moment du mariage, constituent un document particulièrement intéressant pour étudier les migrations. On y trouve en général, le nom, l’âge et la paroisse d’origine de chaque conjoint, ainsi que son domicile, le nom des parents et parrains, et, le cas échéant, les dispenses obtenues des autorités ecclésiastiques en cas de lien de sang entre les deux conjoints. Il serait particulièrement intéressant, pour un démographe historien, de reconstituer à partir de ces registres paroissiaux l’ensemble du glissement démographique qui commence au xviiie siècle dans la région des Altos de Jalisco en direction du sud jusqu’à Coalcomán, et même jusqu'aux paroisses côtières de Aquila et de San Pedro Naranjestil situées sur le territoire des communautés indigènes.

42La série conservée à la paroisse de Coalcomán est particulièrement riche. Nous n’avons étudié que très partiellement cette masse d’informations en sélectionnant trois périodes. La première (1855 à 1863) permet d’analyser l’origine des familles installées à Coalcomán pendant la première moitié du xixe siècle. La deuxième (1879 à 1883) permet de localiser l’origine des familles de la première vague migratoire qui correspond à la vente des terrains indivis de la communauté indienne de Coalcomán. Les volumes correspondants aux années 1884-1910 ne sont malheureusement pas disponibles à Coalcomán (peut-être sont-ils perdus ou conservés à l’archive de la cathédrale de Morelia). Ce « trou » de 25 années nous prive, bien sûr, d’un grand nombre d’informations. La troisième période analysée correspond aux années 1925 à 1932. La proportion d’immigrés y est plus faible, de l’ordre de 30 %, et beaucoup d’entre eux viennent de plus près, en particulier des communes voisines de la Sierra Madre del Sur. Cette période correspond aussi aux années troublées de la guerre des Cristeros.

43L’étude des registres de mariage ne fournit qu’une information incomplète et partielle sur les mouvements migratoires. La coutume veut en effet que le fiancé aille se marier dans la paroisse de la jeune fille avant de retourner vivre dans sa région d’origine avec sa femme, ce qui fausserait les conclusions d'une telle étude. En fait, la grande majorité des jeunes hommes mariés à Coalcomán y vivent déjà depuis plusieurs mois ou années et une forte proportion des fiancées sont également originaires d’une autre paroisse, ce qui valide nos conclusions. Par ailleurs, une telle étude ne permet pas de repérer les migrants déjà mariés, du moins avant que ne se marient leurs enfants, ni ceux qui restent célibataires (Calvo, 1988).

44Les tableaux suivants rassemblent l’essentiel des informations recueillies au cours de cette étude.

Tableau 1. Immigration dans les Informations matrimoniales de la paroisse de Coalcomán

Tableau 1. Immigration dans les Informations matrimoniales de la paroisse de Coalcomán

Sources : archives paroissiales de Coalcomán, 1855-1932.
- Pour les années 1855-1863, nous incluons dans la colonne « originaire Coalcomán » les fiancés résidant dans les communautés indiennes de la côte qui se mariaient à Coalcomán mais retournaient vivre dans leur village.
- Pour 1963, le registre est interrompu à partir du mois de septembre.
- 1883 est une année incomplète.
- Les années 1857 et 1928 manquent.

Tableau 2. Origine géographique des immigrés (1855-1863)

Tableau 2. Origine géographique des immigrés (1855-1863)

Source : archives paroissiales de Coalcomán, 1855-1863.

Tableau 3. Origine géographique des immigrés (1876-1883)

Tableau 3. Origine géographique des immigrés (1876-1883)

Source : archives paroissiales de Coalcomán, 1876-1883.

Tableau 4. Origine géographique des immigrés (1925-1932)

Tableau 4. Origine géographique des immigrés (1925-1932)

Source : archives paroissiales de Coalcomán, 1855-1863.

ANNEXE 4. Communautés indiennes de la région de Coalcomán avant le fractionnement et la vente des indivis. Établissement de la figure 8 (p. 41)

45Les contours approximatifs du territoire des communautés indiennes (CI) ont été reconstitués à partir de l’examen des documents suivants :

  • CI de Aquila : copie du titre original délivré par le roi d’Espagne et signé par Hernán Cortès le 5 décembre 1533, AGN, Coalcomán ;

  • CI de Maquili : Arturo Le Harrivel : « Plano del terreno de la cornunidad de indígenas de Maquili, en 1900 », in : Sanchez Diaz (1988), corrigé par nos soins d’après les plaintes formulées par les Indiens de Aquila ;

  • CI de Huizontla : « Convénio de Guzmdn de 1861 », copie par Ignacio Moreno Rubricado, Coalcomán, 30 janvier 1895, présenté par Rolando Macedo Garcia (1980), médecin à Huizontla. Enquête auprès de Manuel Ortiz, membre de la communauté de Huizontla ;

  • CI de Pómaro : copie du titre original délivré par le roi d’Espagne et signé par Hernán Cortes le 16 décembre 1533, AGNM, distrito de Apatzingán y Coalcomán. « Acta de posesión y deslinde de los terrenos comunales que se confirma alpoblado de Pómaro, Município de Aquila, Estado de Michoacán de Ocampo, 1961 » Archives du Departamento de Asuntos Agrários y Colonización (archives de la SRA). Enquêtes auprès de Sébastian Garcia et de Camilo Chavez, membres de la communauté de Pómaro. D’après certains témoignages, l’influence de la communauté de Pómaro se serait étendue, à l’époque coloniale, jusqu’aux rives du Rio Balsas ;

  • CI de Ostula et de Coire : par déduction à partir des documents cités et de plusieurs enquêtes à El Salitre de Estopila et El Sauz del Algodon. La frontière entre ces deux communautés a été tracée de manière approximative ;

  • CI de Coalcomán : ces limites correspondaient approximativement à celles du bassin hydrographique du Rio Coalcomán, légèrement élargies. À l’ouest, la limite suit la ligne de sommets nord-sud (Cerro de La Mina, Cerro Cóporo, Cerro de Las Tablas, Cerro El Laurel), mais s’élargit un peu pour embrasser la vallée de Tehuantepec et le plateau de Las Canoas où elle fait frontière avec la communauté de Huizontla. Au nord, la limite correspondait sans doute à la ligne de partage des eaux entre les Rios Coalcomán et Tepalcatepec (Col de Las Cruces). Au nord-est, la limite de la communauté reste en deçà de celle de la commune, car l’hacienda de El Terrenate avait déjà envahi les versants nord-est des plateaux de Los Desmontes et Resumidero. C’est la frontière est qui est la plus incertaine car s’il semble certain que les grands plateaux calcaires de Varalaso et de Barranca Seca (d’ailleurs inhabités à l’époque) étaient sous contrôle de la communauté, les versants est qui descendent vers la région de Aguililla lui échappaient vraisemblablement depuis déjà longtemps. L’imprécision concernant les limites de l’hacienda de Aguililla ne permettent pas de trancher cette question.

ANNEXE 5. Formation de la propriété privée à Coalcomán

46Pour permettre une étude précise de la formation progressive de la propriété privée dans la Sierra de Coalcomán, nous avons consulté Archivo General de Notarias de Michoacán (AGNM) à Morelia, capitale de l’État. La recherche des actes notariés permet en effet de vérifier les informations recueillies par enquête auprès des personnes âgées de la commune et d’obtenir de nombreuses informations sur les familles pour lesquelles les enquêtes historiques ne permettaient pas de remonter aussi loin. Le Registre public de la propriété est créé en 1884. Pour les années antérieures, nous ne disposons pas d’informations systématiques regroupées en archives notariales, les éventuels actes notariés étant actuellement dispersés dans d’autres rubriques. L’examen systématique des archives notariales a été effectué pour les années 1884 à 1920 grâce au concours de Martin Sanchez. Elles sont essentiellement constituées d’actes de vente et de testaments. Il resterait, pour compléter cette étude, à rechercher les actes réalisés entre 1871 et 1884, période de désintégration de la communauté indienne. Malgré ces insuffisances, l’étude des archives notariales nous a permis de reconstituer approximativement l’état de la propriété privée à la fin du xixe siècle.

Les premiers maîtres du sol

  • 6 . Enquête auprès de Concepción Reyna, Tehuantepec.
  • 7 . Cette dénonciation est citée par Gerardo Sanchez Diaz (1988).
  • 8 AGNM, 10 mars 1884 : Poder otorgado por Cruz Meza a favor de Doroteo Suarez ».

47- J. Antonio Valladares, originaire de Jiquilpan, est l’un des premiers grands propriétaires de la région sud-ouest de la commune de Coalcomán et de la commune de Villa Victoria. Il aurait acheté une fraction immense de l’ancienne communauté à un dénommé Gomez, « amis des Indiens de Coalcomán », dont le nom correspond à celui du commissaire du gouvernement chargé justement du fractionnement des communaux de Coalcomán et accusé par les Indiens de ventes illégales à des membres extérieurs à la communauté6 Curieusement, ces transactions ne sont pas dénoncées comme illégales, contrairement à beaucoup d’autres en 18747. Il faudrait admettre, dans cette hypothèse, qu’un lien quelconque lie alors Antonio Valladares à la communauté indienne. Le fait que le nom de sa femme (Maria de Los Angeles Gutierrez) apparaisse dans une liste de membres de la communauté qui a participé à une réunion en 1877 semble confirmer cette hypothèse8.

48D’après Concepción Reyna, agriculteur à Tehuantepec, le terrain contrôlé ou acheté par Antonio Valladares est alors délimité par les lieux-dits suivants : El Naranjo, La Chichihua, Las Cebollas, Puerto del aire, El pozo, El Ocotito, La Sierrita, Agua Colorada, Los Laureies, Tapolillo, Santas Mariitas, Ocote de Sereno, Rizco Blanco, La Nogalera, Puerto de los Puercos, Cerro del Burro, La Changuguera, Rio de Coalcomán, El Tarasco, El Paso Pedregoso, La Angustera, Ocorlita, Chinillagua, Palanda, Estillero, La Guadalupe et El Naranjo, soit approximativement 30 000 ha.

  • 9 AGNM 1887 : no 5, 8 et 9 ; 1889 : no 3 ; 1893 : no 10 ; 1909 : no 39. ARPP : Leg. no 2, T no 6, Reg (...)

49Cette immense propriété est ensuite fractionnée et revendue par sa femme (Maria de los Angeles Gutierrez) et ses filles à partir de 1887 et jusqu’en 19099. Parmi les propriétés qui s’établissent à la suite de ces ventes, il faut mentionner celles des familles Sanchez (dont l’un des membres assassine Antonio Valladares en 1895), Gonzalez, Ramos, Reyna, Magallon et Valencia (Pedro Valencia) dont les propriétés, établies à la fin du xixe siècle, ont été approximativement dessinées sur la figure 10 (p. 46).

    • 10 Ces informations proviennent d’une enquête effectuée auprès de Ismael Alvarez à La Pena. Les docume (...)

    Concepción Inojoso, originaire de Tuxpan (Jalisco), émigre très tôt vers la Sierra de Coalcomán et achète le domaine de La Hierbabuena jusqu’au Rio de Coalcomán, sans doute dès les premières années qui suivent la « désamortisation »10

    • 11 Les frères Riveira, membres de l’ex-communauté, vendent également le terrain de La Chipiagua à Rafa (...)
    • 12 AGNM, 20 juin 1884.
    • 13 AGNM, jusgado de primera instancia, Coalcomán. 1887 : no 28 ; 1888 : no 22 ; 1889 : no 14 ; 1890 : (...)

    Antonio Pallares est considéré comme l’un des premiers usurpateurs et leaders du groupe des nouveaux propriétaires pour la défense de la propriété privée (Vasquez Pallares, 1944). Dès 1871, il achète plusieurs lots aux indigènes dont un terrain « urbain » aux frères Riveira pour la modique somme de 15 pesos11. Il devient rapidement propriétaire d’un grand nombre de terrains dispersés sur l’ensemble de la commune de Coalcomán et achète, en 1884, dix fractions de l’hacienda de Tepostlan dans le district de Apatzingàn12. Après sa mort survenue en 1887, sa femme Juana Ortiz et ses enfants commencent à vendre les propriétés. Ces actes notariés et son testament permettent de reconstituer approximativement l’ensemble de ses anciennes propriétés qui comprenaient les ranchos suivants : Lomas de Teshushanes, El Corongoro, La Bueyera del Ocote, Las Rosas, El Llano de Guadalupe, El Puertecito, La Maquina, El Naranjo, El Llano del Campo Santo Viejo, Potrero de Toro, Potrerillo del Rincón, El Cerro de Chipiagua, Las Mesas del Terrenate, El Rincon de Chinistila, La Canita, Rincon de Magallanes, El Granadillo, Las Canaditas, La Peñita, La Sauceda, Sierra de Torrecillas, Baranca del Muerto, Rancho Ventura Gomez, La Bueyera de Garibay, les terrains de Tepostlán (Apatzingán) et une trentaine de maisons d’habitation13.

    • 14 AGNM 1886 : no 15 ; 1896 : no 2 ; 1898 : no 24 ; 1903 : no 16 ; 1918 : no 10.
    • 15 AGN. 1893 : no 13 ; 1911 : no 15.

    Juan Sanchez, originaire de Colima, semble également l’un des premiers immigrés à avoir constitué une propriété d’importance. Nous ne disposons pas d’actes notariés avant 1886 et son nom ne figure pas parmi les leaders du groupe créole, mais il semble qu’il se soit installé à Coalcomán dès les années 1860 ou 1870, si l’on en croit les informations communiquées par son arrière-petite-fille, Concepción Sanchez. Le testament de sa femme et ceux de trois de ses fils donnent une idée approximative des propriétés accumulées14 : El Corongoro, Las Rosas, El Ocote Seco (l’ensemble représente environ 6 500 ha et fait partie du domaine de Antonio Paliares avant 1886), El Tejocote. Ses enfants agrandissent encore la propriété en achetant El Puerto de las Cruces, La Cofradia et El Izote15. Cette famille ne doit pas être confondue avec la famille Sanchez qui s’installe sur les terres des héritières de Antonio Valladares dans la région de Los Telares, sur les terrains indivis de Huitzontla et de El Salitre de Estopila.

    • 16 Enquête auprès de Concepciôn Sanchez, Coalcomán. AGNM 1892 : no 5 ; 1896 : no 12 ; 1903 : no 3 ; 19 (...)

    Juana Mendoza représente l’une des nombreuses familles Mendoza, pour la plupart originaires de Cotija, installées à Coalcomán à la fin du siècle dernier. Elle est signataire du texte rédigé par le « groupe des 65 » nouveaux propriétaires en 1874. Elle est propriétaire des ranchos de Maruata et de Guassima de Maruata dans la vallée irrigable en amont de Coalcomán. Il est probable que les Mendoza (Juan Mendoza), propriétaires des ranchos de Torrecillas, Llamadero, La Cebollita, La meza alta, El llorón, El Ahijadero, El Pozo Arcadio, Ferreria, El Llano Largo et Los Cimientos et Mesas del Terrenate16, tous situés sur le plateau calcaire au nord-est de Coalcomán, appartiennent à la même famille. En contrebas, les ranchos de La Parrilla et de El Naranjo ont appartenu également à des Mendoza sans qu’il nous soit possible d’établir avec certitude le lien de parenté. En tout état de cause, un immense territoire est vraisemblablement contrôlé par une même famille Mendoza, certaines fractions étant achetées à la famille Paliares.

    • 17 Enquêtes auprès de Santos Virrueta, El Aguacatito et de Daniel Betancourt Mendoza à San José de la (...)
    • 18 AGNM 1892 : no 13 ; 1898 : no 22 ; 1902 : no 9 ; 1908 : no 9 ; 1911 : no 5 (district de Coalcomán, (...)

    Pablo Mendoza, également originaire de Cotija, ne semble pas appartenir à la même famille. Il aurait acheté directement aux Indiens de Coalcomán une propriété dans le sud de la commune, dans les environs de l’actuel village de San José de la Montana. « C’étaient des milliers d’hectares achetés en échange d’un miroir »17. Ces informations sont complétées par l’étude des actes de vente de ces terrains à partir de 1898 et du testament de Pablo Mendoza. La propriété comprend alors les ranchos de El Viboro, Las Tecatas, El Palo Redondeado, Cabeza de Vaca, El Fresno, El Rancho de la Palma et El Rancho Real del Favor18. Certains de ces terrains sont revendus aux compagnies privées américaines au début du xxe siècle.

    • 19 Enquête auprès de Vidal Riveira, petit fils de M. Celsa Alvarez à Las Campanas. AGNM 1908 : no 37 e (...)

    Maria Celsa Alvarez de Riveira est propriétaire de El Cantor, El Naranjal et Coacoyulito dans le sud de la commune de Coalcomán, sans doute depuis la « désamortisation » des communaux, ainsi que des terrains de Las Campanas. Les actes d’achat, antérieurs à 1884, n’apparaissent pas dans les archives notariales et son testament de 1899 ne précise pas les terrains concernés. Seules les enquêtes effectuées auprès des personnes âgées de la commune et les hypothèques réalisées en 1891 et 1908 nous ont permis de situer cette propriété19.

    • 20 AGNM 1890 : no 5 ; 1891 : no 15.
    • 21 Idem, Distrito de Salazar, Coalcomán et Jiquilpan, jusgado de primera instancia ; 1911 : no 35 et 3 (...)

    Prudencio Avila fait partie d’une famille immigrée très tôt à Coalcomán puisque son testament de 1890 précise qu’il est né à Coalcomán. Il est alors propriétaire d’un très vaste terrain à Las Tabernas sur la rive gauche du Rio de Ixtala, ainsi que d’autres terrains plus petits de Campo Santo et de La Playa. Prudencio Avila est très probablement également l’un des premiers Créoles devenus propriétaires à l’occasion de la « désamortisation »20. Ses enfants agrandissent encore le domaine avec les propriétés de La Gallina et Teshushanes21.

    • 22 AGNM 1886 : no 14 ; 1887 : no 26 ; 1903 : no 14 (ces deux dernières écritures concernent Basilio Va (...)

    Dolores Valencia, originaire de l’Hacienda del Durazno à Jiquilpan, achète à la communauté indienne de Coalcomán les terrains de Camichines et de La Parrilla jusqu’au Cerro del Tejocote et Las Tabernas sur la rive droite du Rio de Ixtala, domaine représentant plus de 5 000 ha (1871)22.

    • 23 AGNM 1884 : testament de Pedro Valência du 8 mars 1884 ; 1887 : no 5 ; 1900 : testament de Pedro Va (...)

    Pedro Valencia constitue dès 1787 une très grande propriété sur la rive gauche du Rio El Aguacate en rachetant Los Ocotes aux héritières de Maria de los Angeles Gutierrez, soit plus de 3 000 ha. Sa propriété comprend les hameaux suivants : San Acamitlán, Ocorla, Ocorlita, Mantilla, El Potrero, Barranca del Petron, Las Juntas et Los Ocotes. Après division par héritage, l’un de ses petits fils, Isidro Valencia reconstitue le grand domaine initial en rachetant de nombreuses parts aux autres héritiers23.

    • 24 AGNM1890 : no 21 ; 1892 : no 11 ; 1899 : f. 6-8 ; 1901 : no 23 ; 1902 : no 12 ; 1904 : no 18 ; 1905 (...)

    Ignacio Moreno, originaire de la commune de Aguililla, est l’un des leaders anti-indiens des années 1870. Il fait main basse sur de très nombreux terrains situés dans la vallée de Coalcomán ou dans les environs immédiats : Carricitos (fraction achetée à l’un des derniers membres de la communauté en 1890), Potrero de Guzmàn, Potrero de los Nogales, El Plan de la Guadalupe, El Rancho de Cristobal, La Barranca de los Guayabillos, La Lobera, Las Canoas, El Varaloso24.

  • Famille Farias : terrains de El Potrero et rive droite du Rio El Aguacatito, ancêtres de Elvira Hernandez.

Établissement de la figure 10 (p. 46)

Cartographie des haciendas

  • - Hacienda de Coahuayana et de San Vicente : « Piano de las haciendas de Coahuayana San Vicente y Anexas », Distrito de Coalcomán, Estado de Micboacán, Mexico, octubre de 1912. Mapothèque SARH (collection Orozco y Berra).

  • Hacienda de Achotán (ou de Chacalapa). hacienda de Hihuitlán, hacienda de Trojes : carte approximative réalisée à partir de l’inventaire des ranchos qui dépendent de ces haciendas dans : « Indice alfabético de la division territorial del Estado de Michoacán de Ocampo », 1912, Morelia.

50L’hacienda de Trojes contrôle 70 000 ha en 1890. Dans les années qui suivent, son endettement provoque l’intervention du fisc qui la confisque en partie en 1893 et vend plusieurs fractions. L’un des acquéreurs rachète par la suite les autres fractions et contrôle à nouveau l’ensemble de l’hacienda en 1903 (Sanchez Diaz, 1988). L’hacienda de Hihuitlán est également hypothéquée à la suite de problèmes d’endettement (Sanchez Diaz, 1988). L’hacienda de Achotán (17 000 ha) est vendue en 1885. C’est l’hacienda de Chacalapa qui est mentionnée par la suite, en particulier dans « Indice alfabético... » où la plupart des ranchos qui dépendaient auparavant de l’hacienda de Achotán sont mentionnés comme dépendant de l’hacienda de Chacalapa. Cette dernière achète à la communauté indienne de Maquili la Barranca de la Mojonera en 1908 mais ce terrain semble faire partie de l’hacienda de San Vicente et de Coahuayana d’après le plan de 1912.

  • Haciendas de La Mesa del Terrenate et El Terrenate : « Indice alfabético... », idem. Cette hacienda est alors en expansion au détriment des terrains communaux de Coalcomán (Sanchez Diaz, 1988).

  • Hacienda de Aguililla : nous ne disposons d’aucune indication sur ses limites précises. D’après Gerardo SancheZ Diaz (1988), la surface de cette hacienda est, à l’époque, de 140 000 ha.

  • Hacienda de San Isidro Ticuilucán : elle mesure alors 126 000 ha (Sanchez Diaz, 1988), mais nous ne connaissons pas ses limites précises.

    • 25 AGNM, 1893 : no 8 ; 1899 : f. 29 à 33.

    Hacienda de Coahuayula : l’origine de cette hacienda remonte à l’achat, en 1893 des terrains de Coahuayula à la communauté de Huizontla par un Allemand : Daniel Gruhle. La propriété est ensuite revendue à Enrique G. Fortune et agrandie grâce au rachat de plusieurs propriétés privées, acquises par différentes familles à la suite du partage des communaux de Coalcomán, et à l’achat des terrains qui appartiennent aux communautés indiennes de Huizontla et de Coire. Elle se constitue tardivement et regroupe donc plusieurs terrains déjà soustraits aux communautés depuis plusieurs années. Elle reste de dimension relativement modeste, si l’on tient compte du relief particulièrement escarpé à cet endroit et par comparaison avec les autres haciendas mentionnées25.

Situation approximative de quelques propriétés privées de la Sierra de Coalcomán vingt ans après la « désamortisation »

51(les numéros correspondent à ceux indiqués sur la figure 10, p. 46)

521. Lazaro Magallon : enquêtes auprès de Manuel Moreno Munguia et de Everaldo Magallon ; AGNM 1905 : no 1.

532. Ismael Alvarez : enquête auprès de Ismael Alvarez, rancho de la Pena.

543. Lazaro Sanchez : AGNM 1891 : no 9 ; 1893 : no 10 et 18 ; 1897 : no 3.

554. Manuel Reyna : terrain de Buenavista, communauté de Huizontla. Enquête auprès de Concepcion Reyna, Tehuantepec ; AGNM 1897 : no 6.

565. Pablo Ramos : AGNM 1894 : no 1 ; 1887 : no 8 ; 1897 : no 12 ; 1903 : no 15.

576. Manuel Reyna : terrain de Tehuantepec. Enquête auprès de Concepcion Reyna ; AGNM 1909 : no 39.

587. Ignacio Sanchez : Los Belenes. Idem 1887 : no 9.

598. Antonio Valladares : résidu de la très grande propriété qui a appartenu à Antonio Valladares, père, puis à Maria de los Angeles Gutierrez, sa veuve.

609. Pedro Valência : terrain de Los Ocotes. Enquête auprès de Elvira Hernandez ; AGNM 1884 : (8 mars) ;1887 : no 5 ; 1900 : no 38.

6110. Farias : enquête auprès de Elvira Hernandez.

6211. Celsa Alvarez de Riveira : terrain de Las Campanas. Enquête auprès de Vidal Alvarez, La Campana.

6312. Celsa Alvarez de Riveira : terrain de El Cantor. Enquête auprès de Vidal Riveira.

6413. Niño : terrain de San Miguel. Enquête auprès de Rogelio Mendoza, San Miguel.

6514. Prudencio Avila : AGNM 1890 : no 5 ; 1891 : no 15.

6615. Mauro Torres : AGNM 1887 : no 28 ; 1889 : no 19 ;1890 : no 2, 25 et 28 ;1891 : no 8 ; 1903 : no 7 ; 1907 : no 24 ; 1920 : no 22.

6716. Ignacio Haro : AGNM 1886 : no 14.

6817. J. Mendoza : enquête auprès de Emilio Mendoza, Higuerita de Vanegas.

6918. Juan Sanchez : enquête auprès de Concepcion Sanchez, Coalcomán.

7019. José Mendoza (Cecilio et Gregorio) : idem.

7120. Juan Sanchez et héritiers : idem.

7221. Juana Mendoza : AGNM 1903 : no 3.

7322. José Vaca : AGNM 1890 : no 24 ; 1893 : no 23 ; 1897 : no 18 ; 1908 : no 4.

7423. Tejeda : propriété de sa mère à El Puerto de la Zarzamora. Enquête auprès de R. Tejeda.

7524. Eudojio Mendoza : rancho de Las Mesas del Terrenate. AGNM 1896 : no 12.

7625-26. Ignacio et Gregorio Gonzalez : rancho de Ixtala et de La Manchita. AGNM 1887 : no 26 ; 1920 : no 4.

7727. Luciano Mendoza : El Crustel. AGNM 1900 : no 1.

7828. Miguel Diaz : Barranca Seca. AGNM 1908 : no 8.

7929. Josefa Barragán : AGNM 1911 : no 52 et 53.

8030. Manuela Barragán : La Chichihua. Idem, 1897 : no 5.

8131. Pablo Mendoza enquête auprès de Santos Virrueta, El Aguatito.

Terrains loués ou vendus par les communautés indiennes de la côte

  • Communauté de Huizontla : AGNM 1889 : no 21 ; 1890 : no 3 ; 1891 : no 4 ; 1892 : no 15 ; 1893 : no 8, 17, 18 et 19 ; 1897 : no 6, 12 et 16 ; 1900 : no 31. Voir également Gerardo Sanchez D. (1988).

  • Communauté de Pómaro : ventes : AGNM 1899 : no 6 et 24 ; 1908 : no 17. Camilo CHAVEZ : commune de Aquila (1985, non publ.). Les terrains La Parota, Las Trojillas, Agua Fria, Siete Ocotes, Santiaguillo, Guagua et Cerro Verde sont loués en 1907 (Sanchez D., 1988).

  • Communauté de Maquili : AGNM 1908 : no 22 ; 1911 : no 24.

  • Communauté de Ostula : AGNM 1914 : no 12.

  • Communauté de Aquila : AGNM 1914 : no 8, 1920 : no 5.

  • Communauté de Coire : AGNM 1914 : no 13.

Les compagnies américaines

82Jose Napoleon Guzman Avila (1982) et Gerardo Sanchez D. (1988) ont fait l’inventaire des propriétés achetées par la Pacific Timber Company. Nous signalons ici quelques propriétés qu’ils ne mentionnent pas et qui figurent dans les archives notariales de Morelia :

  • El Santo Niño y La Reforma : AGNM 1909 : no 18.

  • Camichines y la Hacienda de Santa Fé : idem, 1911 : no 17.

  • Ojo de Agua de Martin y El Paredon Colorado : idem, 1911 : no 20.

  • El Potrero de Guzman : idem, 1911 : no 33.

ANNEXE 6. Réforme agraire dans la région de Coalcomán

83Les informations rassemblées dans les tableaux suivants proviennent des archives du ministère de la Réforme agraire (Secretaria de la Reforma Agraria). Celles-ci sont en général classées par village, ejido, ou groupe solliciteur, et regroupées par commune (município). Dans le meilleur des cas, un plan détaillé annexé au dossier permet de situer les limites des parcelles affectées. Il est par contre impossible de vérifier le nombre de personnes effectivement bénéficiaires, à moins d’effectuer de nombreuses enquêtes dans chaque ejido.

Tableau 1. Ejidos créés dans la commune de Coalcomán

Ejido**

« Sollicitude »

Dotation*

Surface (ha)

Nb bénéficiaires

El Guayabillo (1)

1 938

1 941

1 922

103

El Guayabo (2)

1 934

1 941

1 833

158

Mesa Bonita (3)

1 938

1 943

2213

85

Trojes (4)

1 931

1 940

1 132

127

Extension

-

1 956

160

-

Rancho Viejo ( ?)

1 938

1 943

2 184

84

El Sauz de Trojes (5)

1 943

1 945

784

41

Pantla (6)

1 941

1 945

736

26

Extension (6)

1 960

1 972

955

30

El Terrera (7)

1 944

1 965

2 480

31

El Cuarton (8)

1 962

1 974

1 442

54

El Varaloso (9)

-

1 959

2 715

155

Barranca Seca (10)

1 949

1 959

4 215

280

* Date de la Résolution définitive ou de la parution au journal officiel.
** Le numéro est celui indiqué sur la figure 23 (p. 130).
Source : SRA Uruapan.

Tableau 2. Ejidos créés dans la commune de Villa Victoria

Ejido**

« Sollicitude »

Dotation*

Surface (ha)

Nb bénéficiaires

Villa Victoria (11)

-

1 940

4 408

278 ?

El Zipimo (12)

-

1 969

2 214

80 ?

Paso Potrerillos (13)

1 940

-

3 514

38

Zapote de F. (14)

-

1 943

2 208

48

B.Seca de Larios (15)

1 944

1 945

4 584

67 ?

Coahuayula (16)

1 938

1 969

1 366

50

* Date de la Résolution définitive ou de la parution au journal officiel.
** Le numéro est celui indiqué sur la figure 23 (p. 130).
Source : SRA Uruapan.

Tableau 3. Ejidos créés dans la commune de Aquila

Ejido**

« Sollicitude »

Dotation*

Surface (ha)

Nb bénéficiaires

Maquili (17)

1 936

1 965

5 700

57

Salinas de la P. (18)

1 935

1 967

1 398

76

* Date de la Résolution définitive ou de la parution au journal officiel.
** Le numéro est celui indiqué sur la figure 23 (p. 130).
Source : SRA Uruapan.

Tableau 4. Quelques demandes de dotation ejidal qui ont été refusées dans la commune de Coalcomán

Hameaux

« Sollicitude »

Refus officiel

La Limita

-

1 943

Coalcomán

1 939

1 957

Barranca del Molino

1 967

1 968

Marvata

1 968

1 971

La Pajara

1 963

1 971

La Zanja

1 969

1 974

La Cofradia

1 957

1 979

Los Chapiles

1 950

1 979

El Salitre

1 960

1 980

Las Tabernas

1 965

1 980

Corral de Piedra

1 965

1 980

Monte Verde

1 952

1 980

Gal. Gildardo

1 957

-

Lucio Blanco

1 973

-

Source : SRA Uruapan et enquêtes (Los Pobres)

ANNEXE 7. Évolution comparée des prix de quelques denrées produites dans la région de Coalcomán

Tableau 1. Évolution des prix du maïs, de la viande de bœuf, du saindoux et de la viande de porc en pesos courants (1927-1979)

Année

Maïs pesos/kg

Viande de bœufs

Saindoux

Viande de porc

1927

0,11

0,95

1,15

1,25

1928

0,11

0,72

1,02

1,21

1929

0,12

0,53

1

1,14

1930

0,15

0,73

0,95

1,18

1931

0,12

0,57

0,95

1,03

1932

0,09

0,39

0,83

0,89

1933

0,09

0,35

0,88

0,85

1934

0,08

0,34

0,80

0,76

1935

0,09

0,4

1,1

0,9

1936

0,12

0,45

1,19

0,92

1937

0,17

0,56

1,50

1,14

1938

0,17

0,61

1,58

1,26

1939

0,16

0,83

1,58

1,36

1940

0,16

1,09

1,49

1,5

1941

0,16

1,19

1,58

1,66

1942

0,16

1,45

2,07

1,92

1943

0,23

2,32

2,68

2,90

1944

0,43

3,75

3,26

4,53

1945

0,41

3,9

3,55

6,31

1946

0,48

4,37

5,13

6,03

1947

0,51

4,13

4,95

6,11

1948

0,53

4,03

5,01

6,19

1949

0,50

4,47

5,01

6,73

1950

0,63

4,92

4,94

6,93

1951

0,87

6,55

5,98

10,07

1952

0,82

6,65

6,15

12,11

1953

0,75

5,77

5,66

11,42

1954

0,81

5,98

6,18

11,84

1955

0,76

8,15

6,98

13,74

1956

0,89

8,60

7,33

14,39

1957

1,17

9,52

7,45

14,78

1958

1,16

10,39

8,32

15,64

1959

1,02

11,85

8,97

16,90

1960

1,04

13,34

9,11

17,88

1961

1,11

14,39

9,52

18,51

1962

1,1

14,35

9,08

18,80

1963

1,11

14,38

8,96

17,89

1964

1,17

14,77

9,22

18,86

1965

1,20

15,48

9,43

19,43

1966

1,26

16,16

9,91

20,37

1967

1,29

16,96

8,82

20,17

1968

1,30

17,96

8,69

20,61

1969

1,31

18,21

9,04

21,09

1970

1,39

19,77

9,93

22,81

1971

1,42

20,84

10,53

23,05

1972

1,46

22,14

10,34

23,05

1973

1,56

25,88

12,65

25,5

1974

2,03

32,73

23,54

36,65

1975

2,76

35,6

23,8

38,82

1976

3,12

38,97

25,88

40,7

1977

3,72

45,4

32,17

48,34

1978

4,23

62,45

36,56

57

1979

4,49

86,18

38,9

73,47

Source : Inegi-Inah (1986).

Tableau 2. Évolution de l’indice général des prix et de celui de la viande de bœuf, du maïs, du saindoux et de la viande de porc (1927-1979) (indice 100 en 1927)

Tableau 2. Évolution de l’indice général des prix et de celui de la viande de bœuf, du maïs, du saindoux et de la viande de porc (1927-1979) (indice 100 en 1927)

84(suite)

Sources : calculs réalisés à partir des données du tableau 1 (p. 344). L'indice général est calculé à partir des données présentées par Inegi-Inah (1986).

ANNEXE 8. Ventes de bétail dans les communes de Coalcomán et de Aquila

Tableau 1. Ventes mensuelles de bétail à l'extérieur de la commune de Coalcomán (1981-1987)

Tableau 1. Ventes mensuelles de bétail à l'extérieur de la commune de Coalcomán (1981-1987)

Sources : 1981-1985 : Asociación Ganadera Regional de Morelia, Michoacán. 1986-87 : Asociación Ganadera de Coalcomán. Les chiffres présentés sont ceux qui correspondent au bétail vendu en dehors de la commune d'après les fiches de transit (Guias de transito) conservées par l'association.

Tableau 2. Répartition par sexe des ventes de bétail à l'extérieur de la commune de Coalcomán (1987)

Femelles

Mâlés

Total

Janvier

227

339

566

Février

231

305

536

Mars

224

257

481

Avril

135

203

338

Mai

61

165

226

Juin

8

83

91

Juillet

24

4

28

Aout

91

58

149

Septembre

202

403

605

Octobre

366

1820

2186

Novembre

300

1360

1660

Décembre

256

215

471

Source : Asociación Ganadera de Coalcomán. Les chiffres présentés sont ceux qui correspondent au bétail vendu en dehors de la commune d'après les fiches de transit conservées par l’association.

Tableau 3. Destinations principales des ventes de taurillons de la commune de Coalcomán (1986-87)

Destination des mâles

1986

1987

Total

 %

Huasteca

2 146

2 423

4 569

44,4

Tamaulipas-Coahuila

1 269

0

1 269

12,3

Guanajuato-Queretaro

468

173

721

7

Jalisco

365

419

784

7,6

Nuevo Leon

0

404

404

3,9

Chihuahua

330

0

330

3,2

Autres destinations

513

1 713

2 226

21,6

Sources : d’après les Guias de transito. Documents consultés dans les bureaux de I'Asociación ganadera de Coalcomán.

Tableau 4. Ventes mensuelles de bétail à l’extérieur de la commune de Aquila (1977-1983)

Tableau 4. Ventes mensuelles de bétail à l’extérieur de la commune de Aquila (1977-1983)

Source : Fomenta Rural : Movimiento general de ganado, 1986.

Figure 1. Répartition mensuelle des ventes de bétail à l’extérieur de la commune de Aquila : moyenne (1977-1983) (d’après le tableau 4).

Figure 1. Répartition mensuelle des ventes de bétail à l’extérieur de la commune de Aquila : moyenne (1977-1983) (d’après le tableau 4).

ANNEXE 9. Immigrés originaires de la Sierra de Coalcomán installés dans le village de Tecolapa, Colima

*- I : plus de 10 ha de terres irriguées.
- Il : plus de 10 ha de terres labourables dont au moins 4 ha Irrigués.
- III : plus de 10 ha de terres labourables dont moins de 3 ha irrigués.
- IV : 5 à 8 ha de terres labourables dont 1 à 3 ha irrigués.
- V : 5 à 8 ha de terres labourables. Pas d’irrigation.
- VI : moins de 5 ha de terres labourables. Pas d’irrigation.
- VII : pas de terres labourables. Pas d’irrigation.
Les quatre ejidos créés dans le village de Tecolapa sont ceux de Tecolapa (1938-1942), La Salada (1959), A. Pr. Carranza (1969) et F. Gallardo (1980).
Sources : informations gracieusement communiquées par François Léger (d’après des enquêtes réalisées à Tecolapa).

ANNEXE 10. Coefficients de pâturage proposés par la SARH pour la région de Coalcomán

Conditions du pâturage

Forêt tropicale semi-pérenne 0-600 m

Forêt tropicale caducifoliée 200-1 000 m

Bois de pins et chênes

1 200-1 400 m

Étage intermédiaire (feuillus)

800-1 200 m

Excellente

1,39

2,22

4,12

9,54

bonne

1,5

3,32

6,24

11,67

moyenne

2,63

5,06

9,51

14,75

mauvaise

5,07

8,74

13,62

19,01

85Les chiffres en caractères gras sont ceux suggérés par la commission mixte chargée du calcul des coefficients de pâturage (nombre d’hectares par tête de bétail). Une carte de chaque région est établie sur laquelle la commission indique les zones pour lesquelles chaque coefficient sera appliqué. Les limites entre les différentes zones correspondent aux courbes de niveau. Pour les deux premières zones (forêt tropicale semi-pérenne ou caducifoliée), le coefficient correspond à une prairie semée dans les mêmes conditions. Pour les autres zones (bois de pins et chênes et étage intermédiaire) les coefficients sont donnés pour la végétation naturelle. Cette hétérogénéité rend les comparaisons peu significatives. Le coefficient le plus faible (qui correspond au meilleur pâturage) est recommandé pour la frange côtière la plus aride, comme si la forêt semi-pérenne y était continue alors qu’un coefficient très élevé (reflétant une faible capacité fourragère) est proposé pour les versants qui entourent la vallée de Coalcomán pourtant beaucoup plus propices à l’élevage !

86Source : Comisión técnico consultativa para la determinación regional de los coeficientes de agostadero, SARH, Estado de Michoacán y Colima.

ANNEXE 11. Localisation des exploitations agricoles étudiées dans les communes de Coalcomán, Villa Victoria, Aguililla et Aquila

Tableau 1. Commune de Coalcomán

Village/Hameau

Histoire

Histoire + Système de prod.

Système de production

Total enquêtes

Coalcomán

10

1

3

14

Higuerita de Vanegas

0

0

2

2

San José de la Montana

1

4

0

5

La Gallina

0

0

1

1

Las Aguïtas

0

1

0

1

La Parrilla

0

0

2

2

San Miguel

0

1

0

1

Santas Marias

0

1

0

1

Zacasihuite

0

1

0

1

Salitre de Maruata

0

1

0

1

Ixtala

1

1

1

3

Ocorlita

0

1

0

1

Capilla de los Desmontes

0

0

1

1

La Campana

1

0

1

2

La Planta

0

1

1

2

Terrera de los Ocotes

1

1

0

2

El Paio Verde

0

1

0

1

El Crustel

0

2

0

2

Maruata

0

1

0

1

Canoyitas

0

0

1

1

El Llamadero

0

1

0

1

Las Canoas

0

1

0

1

Tepeguajes

0

1

0

1

La Zanja

0

1

0

1

Las Juntas

0

0

1

1

Barranca Seca

0

0

1

1

El Nacimiento

0

0

1

1

Camichines

0

1

0

1

La Maquina

0

0

1

1

La Guayabera

0

0

1

1

La Guadalupe

0

1

0

1

Los Telares

1

0

3

4

Las Higueras

0

1

0

1

La Pena

1

0

2

3

B.del Naranjal

0

1

0

1

El Coyul

0

1

1

2

Puerto de la Penguilla

1

0

0

1

El Cantor

0

1

0

1

Corongoro

0

0

1

1

El Guayabal

0

0

1

1

La Canita

0

0

1

1

La Cofradia

0

0

1

1

El Izote

0

1

0

1

La Nieve

1

0

0

1

Total com. Coalcomán

18

29

28

75

Tableau 2. Commune de Villa Victoria

Village/Hameau

Histoire

Histoire + Système de prod.

Système de production

Total enquêtes

Villa Victoria

2

0

0

2

Tehuantepec

3

0

1

4

El Salitre de Estopila

0

2

0

2

La Nuez

0

1

0

1

Huizontla

1

3

1

5

Coahuayula

1

0

0

1

Total Villa Victoria

7

6

2

15

Tableau 3. Commune de Aquila

Village/Hameau

Histoire

Histoire + Système de prod.

Système de production

Total enquêtes

San Pedro Naranjestil

2

10

8

20

Maruata

2

3

7

12

Pómaro

2

3

5

10

Las Campanas

1

1

2

4

Cachán Santa Cruz

1

5

3

9

Cachán Echeverría

0

2

1

3

Las Trojitas

0

0

1

1

La Parotita

1

2

2

5

La Cruz de Pómaro

0

0

1

1

EL Chorito

1

0

1

2

Maruata Viejo

0

0

1

1

El Mirador

0

1

0

1

Los Encinos

1

0

1

2

EI Manguito

0

0

1

1

Cerro Prieto

1

0

0

1

Colola

1

0

0

1

EI Potrero de Ostula

0

0

1

1

Estopila

1

0

2

3

EI Sauz del Algodón

0

2

0

2

Total Aquila

14

29

37

80

Tableau 4. Commune de Aguililla

Village/Hameau

Histoire

Histoire + Système de prod.

Système de production

Total enquêtes

Aguililla

1

0

0

1

Los Nogales

0

1

0

1

Total Aguililla

1

1

0

2

Tableau 5. Total global

Village/Hameau

Histoire

Histoire + Système de prod.

Système de production

Total enquêtes

Total enquêtes

40

65

67

172

Notes

1 Donald D. Brand estime à 35 000 le nombre probable d’habitants dans la région de Motines à l’époque de la conquête espagnole (1522)

2 « In the following tables we bave presented the population of the colonial period (practically 1532 to 1580 and 1740 to 1822) by communities that usually were tributary units. However, in ail cases possible we bave assigned the barrios or dépendent pueblos of encomiendas and corregimientos to their proper geographie position within valleys or drainage basins or areal units » (Brand, 1960).

3 Plano del Estado de Michoacán en 1863, mapothèque SARH. Voir également l’annexe 2, p. 326.

4 Le canton de Zapotlán est créé en 1856. Il appartenait avant cette date au canton de Sayula (4e canton de Jalisco).

5 Plano del Estado de Michoacán en 1863, mapothèque SARH.

6 . Enquête auprès de Concepción Reyna, Tehuantepec.

7 . Cette dénonciation est citée par Gerardo Sanchez Diaz (1988).

8 AGNM, 10 mars 1884 : Poder otorgado por Cruz Meza a favor de Doroteo Suarez ».

9 AGNM 1887 : no 5, 8 et 9 ; 1889 : no 3 ; 1893 : no 10 ; 1909 : no 39. ARPP : Leg. no 2, T no 6, Reg.745, f. 137 et T. no 8, Reg. no 999, f. 101.

10 Ces informations proviennent d’une enquête effectuée auprès de Ismael Alvarez à La Pena. Les documents notariés dont nous disposons ne permettent pas de confirmer ni d’infirmer ces informations.

11 Les frères Riveira, membres de l’ex-communauté, vendent également le terrain de La Chipiagua à Rafael Gonzalez Pallares pour la somme de 280 pesos. Ces écritures sont visibles au dos du certificat de propriété délivré par le commissaire Gomez à la famille indienne Riveira. Ce document nous a été prêté par Manuel Moreno Munguia à Coalcomán.

12 AGNM, 20 juin 1884.

13 AGNM, jusgado de primera instancia, Coalcomán. 1887 : no 28 ; 1888 : no 22 ; 1889 : no 14 ; 1890 : no 6, 12, 27 et 31 ; 1891 : no 8 ; 1893 : no 23 ; 1896 : no 12 ; 1897 : no 18 ; 1920 : no 22.

14 AGNM 1886 : no 15 ; 1896 : no 2 ; 1898 : no 24 ; 1903 : no 16 ; 1918 : no 10.

15 AGN. 1893 : no 13 ; 1911 : no 15.

16 Enquête auprès de Concepciôn Sanchez, Coalcomán. AGNM 1892 : no 5 ; 1896 : no 12 ; 1903 : no 3 ; 1907 : no 29 ; 1908 : no 10 et 20 ; 1911 : no 52 et 53.

17 Enquêtes auprès de Santos Virrueta, El Aguacatito et de Daniel Betancourt Mendoza à San José de la Montaña.

18 AGNM 1892 : no 13 ; 1898 : no 22 ; 1902 : no 9 ; 1908 : no 9 ; 1911 : no 5 (district de Coalcomán, Salazar et Jiquilpan, jusgado de primera instancia).

19 Enquête auprès de Vidal Riveira, petit fils de M. Celsa Alvarez à Las Campanas. AGNM 1908 : no 37 et 42 ; 1891 : no 13 ; 1899 : no 15.

20 AGNM 1890 : no 5 ; 1891 : no 15.

21 Idem, Distrito de Salazar, Coalcomán et Jiquilpan, jusgado de primera instancia ; 1911 : no 35 et 37.

22 AGNM 1886 : no 14 ; 1887 : no 26 ; 1903 : no 14 (ces deux dernières écritures concernent Basilio Valência, très probablement fils de Dolores).

23 AGNM 1884 : testament de Pedro Valência du 8 mars 1884 ; 1887 : no 5 ; 1900 : testament de Pedro Valência, fils, no 38. Enquête auprès de Elvira Hernandez (El Terrero de los Ocotes).

24 AGNM1890 : no 21 ; 1892 : no 11 ; 1899 : f. 6-8 ; 1901 : no 23 ; 1902 : no 12 ; 1904 : no 18 ; 1905 : no 11 ; 1907 : no 5, 24 et 25 ; 1908 : no 21 et 45.

25 AGNM, 1893 : no 8 ; 1899 : f. 29 à 33.

© IRD Éditions, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search