Version classiqueVersion mobile

Des barbelés dans la Sierra

 | 
Hubert Cochet

Conclusion générale

Texte intégral

1Au terme d’une migration paysanne commencée deux cents ans auparavant, voici donc les représentants de cette paysannerie originaire du centre du pays installés à quelques heures de marche seulement de la côte Pacifique.

2Pour chaque étape de ce glissement démographique, l’identification des groupes sociaux concernés par l’émigration, de leurs intérêts respectifs différents et contradictoires et des moyens dont ils disposent permet de comprendre qui sont ces paysans candidats au départ, pourquoi ils partent, dans quelle direction, avec quel argent et pour quoi faire.

3Ainsi, vers la fin de l’époque coloniale, les hacendados exercent un monopole sur le stockage et la commercialisation des grains. Le système agraire du grenier de la Nouvelle Espagne est bloqué par la permanence de rapports sociaux qui empêchent le changement. L’intensification, pourtant techniquement possible, n’est pas réalisée. Pour les métayers, fermiers et petits tenanciers du centre du pays, l’émigration apparaît alors comme la meilleure solution à la baisse de la productivité de leur travail. En se rapprochant du rebord sud-ouest de l’altiplano et des versants encore peu peuplés qui descendent vers les Terres Chaudes, cette paysannerie peut mettre à profit la permanence de grands espaces encore faiblement peuplés, partiellement recouverts de forêts propices à la culture sur brûlis.

4Près d’un siècle plus tard, alors que la société agraire qu’ils ont contribué à construire est en plein essor (à Cotija) - mais fortement différenciée par la permanence des mêmes rapports sociaux (métayage)-, les conditions d’une intensification des systèmes de production ne sont pas réunies. Les métayers n’ont pas les moyens d’acheter une charrue. Un tel investissement, pourtant à la portée des propriétaires, ne correspond pas à l’intérêt de ces derniers. Sur les terres périodiquement mises en culture à l’aide du brûlis, la pression démographique entraîne une réduction de la période de repousse forestière et une diminution des rendements. Une nouvelle fois, l’émigration permet à une fraction de cette paysannerie de reproduire le même mode de mise en valeur du milieu, les mêmes rapports sociaux de production et d’enrayer la baisse de la productivité du travail. La « désamortisation » des terrains indivis de la communauté indienne de Coalcomán est l’occasion d’une installation facile et gratuite en situation de quasi-frontière agricole. Tandis que les premiers arrivés, et ceux qui disposaient du petit capital nécessaire à l’appropriation d’une partie de l’ancien territoire indien, deviennent à leur tour rancheros, d’autres, moins fortunés, deviennent métayers. Malgré les prélèvements opérés par le propriétaire, la part de grains qui leur revient dépasse le plus souvent la quantité nécessaire à la couverture des besoins minimaux de leur famille et une marge d’accumulation, limitée, peut être dégagée.

5Lorsqu’une place nouvelle est assignée à la Sierra Madre del Sur par la division interrégionale et internationale du travail, le système agraire connaît une crise profonde, déclenchée par la ruine d’une culture originale (celle du pois chiche qui remet en cause la pratique de la culture attelée). La productivité du travail baisse pour tous les petits tenanciers qui, trop à l’étroit et démunis de moyens financiers, ne peuvent se lancer dans la production de broutards. Les métayers voient leur maïs durement concurrencé par les graminées fourragères, sans pouvoir pour autant profiter des nouveaux pâturages. La part de la valeur ajoutée qui leur revient tend à baisser.

6Tandis que s’accroissent les surfaces semées de prairies temporaires et qu’un système d’élevage extensif est mis en place par les grands propriétaires, de nombreux métayers et petits tenanciers préfèrent poursuivre la migration vers le territoire des dernières communautés indiennes de la côte. La « gratuité » du terrain et la possession d’un petit capital constitué tant bien que mal permettent aux nouveaux migrants de s’approprier une parcelle de terrain communal, puis de l’entourer d’une clôture. Le fil de fer barbelé devient le moyen de production central du nouveau système, mais aussi un instrument d’appropriation de l’espace. Dans l’incapacité de clore, les populations indiennes sont alors contraintes de se replier vers la mer et d’y chercher quelque complément de revenus. Plus de quatre siècles après la Conquête, on assiste encore à un véritable processus de « réduction » des communautés indiennes.

7À chaque étape du « glissement démographique », l’émigration apparaît, pour les petits tenanciers ou les métayers, comme la meilleure solution à la baisse de la productivité du travail. Si l’intensification est pour eux impossible (soit parce qu’ils n’en ont pas les moyens, soit parce qu’une partie des fruits de leur travail leur est prélevée dans le cadre du métayage), l’émigration autorise une extension spatiale du mode de mise en valeur. Elle permet d’enrayer cette baisse de la rémunération du travail, sans exiger pour autant de changements techniques importants.

8Ceux qui partent ne sont pas les grands propriétaires. Ce ne sont pas davantage les plus démunis, péons des haciendas ou mendiants affamés, car c’est la possession d'un petit capital même très réduit - qui permet au migrant l’installation sur les indivis communautaires puis l’érection de clôtures. C’est la confrontation entre deux systèmes de production, caractérisés chacun par un niveau d’accumulation différent, qui provoque l’expansion de l’un au détriment de l’autre et la progression du mouvement migratoire.

9Ceux qui trouveraient le plus d’intérêt à intensifier leur système de production n’en ont généralement pas les moyens. L’émigration, par contre, est pour toutes ces petites gens l’occasion de mettre à profit le modeste capital dont ils disposent pour devenir eux-mêmes propriétaires, là où les populations qu’ils évincent ne disposent pas d’un capital équivalent. L’écart d’accumulation qui sépare les éleveurs des agriculteurs indiens est représenté par les clôtures en fil de fer barbelé. En permettant un accroissement de la productivité du travail, celles-ci contribuent à augmenter les écarts de productivité entre les différents systèmes de production. Les écarts d’accumulation en sont accrus d’autant et les groupes sociaux ainsi marginalisés doivent à leur tour partir.

10Aujourd’hui, le « front de colonisation » semble à nouveau stabilisé, mais pour combien de temps encore ? Le territoire qui reste entre les mains des populations indiennes des communautés de Pómaro, Ostula et Coire dispose des pires conditions de productivité, ce qui a contribué à ralentir quelque peu la progression des clôtures. Mais rien ne viendra s’opposer à la disparition de cette agriculture si de tels retards d’accumulation ne sont pas comblés. La frange côtière, dernier bastion indien, est en effet menacée par l’implantation de grands complexes miniers (Aquila) et touristiques (Maruata) qui viendraient ôter aux communautés indiennes le résidu de terres dont elles disposent encore.

11La concurrence imposée par le maïs nord-américain et la spécialisation progressive de la région vers la production extensive de broutards semblent directement responsables de la crise que connaît cette agriculture paysanne. L’émigration et le maintien du métayage ont permis aux grands éleveurs de développer des systèmes extensifs, en faisant du système de culture sur brûlis le moyen le plus rentable d’augmenter les surfaces en herbe.

12Pour enrayer un tel mouvement d’accumulation différentielle, l’appauvrissement de ceux pour lesquels toute intensification est impossible et la disparition des communautés indiennes résiduelles, une autre politique agraire est nécessaire qui, seule, pourrait stopper le cycle de la paupérisation en restaurant une économie paysanne capable de dégager une marge d’accumulation.

13Au lieu de financer l’implantation de centaines de milliers d’hectares de prairies temporaires, il conviendrait de donner à tous ceux qui ont intérêt à intensifier leur système de production (et ils sont nombreux) les moyens d’entreprendre les investissements nécessaires à la réalisation de ces transformations.

14La majorité des petits tenanciers de la Sierra de Coalcomán seraient prêts à consacrer davantage de travail à leur exploitation si les produits de leur activité pouvaient être mieux valorisés (commercialisation des taurillons, augmentation du prix de garantie payé pour le maïs). L’amélioration des pâturages ne pourrait-elle être menée à bien par l’utilisation des plantes pérennes (légumineuses), dont la production fourragère est de meilleure qualité (matière azotée digestible) et beaucoup plus opportune (fin de saison sèche) ? Les techniques de fenaison et de stockage des fourrages seraient probablement pratiquées par un plus grand nombre d’agriculteurs si ceux-ci disposaient des outils et infrastructures de stockage nécessaires, ainsi que des moyens d’accroître le nombre de clôtures qui divisent leur exploitation. De même, la confection d’aliments complémentaires plus digestibles et moins chers pourrait être généralisée si un système de crédit permettait l’acquisition de moulins.

15Néanmoins, le nombre d’agriculteurs qui ont intérêt à développer de telles techniques augmenterait si les métayers étaient libérés des prélèvements (qui diminuent leur marge) et de la limitation de leur droit de pâturage (qui bloque toute forme d’accumulation) par une redistribution plus égalitaire de la terre. Aujourd’hui, le morcellement (inégal) des propriétés rend toute redistribution extrêmement délicate, car la loi les protège au travers des « coefficients de pâturage » calculés par les fonctionnaires du ministère de l’Agriculture. Bien que quelques grandes exploitations puissent encore être fractionnées, il est manifestement trop tard : ce sont les grands domaines du début du siècle qu’il aurait fallu diviser. Dans les quelques villages où la Réforme agraire a été appliquée, la majorité des maisons sont encore habitées ; le contraste est grand avec les ranchos quasi déserts que l’on rencontre ailleurs.

16Dans les communautés indiennes de la frange côtière, toute forme de mise en valeur qui exclurait l’usage de clôtures semble vouée à l’échec. Si les agriculteurs indiens n’installent pas rapidement des clôtures sur le territoire auquel ils ont encore accès, d’autres le feront à leur place, les privant du peu d’espace qui leur reste. Une politique d’appui à l’édification de clôtures semble donc à la base de tout renversement du phénomène de « réduction » des communautés indiennes. Pour cela, des crédits avantageux seraient accordés afin de permettre l’achat de fil de fer barbelé (la marge d’accumulation dégagée par la culture du maïs sur brûlis et la vaine pâture n’y suffit pas) et la recherche de techniques moins coûteuses, en particulier pour la protection des parcelles contre les chèvres et les cochons (haies vives par exemple). Une parcellisation individuelle partielle des terrains communaux faciliterait la gestion des résidus de culture et l’organisation de pâturages tournants. Les forêts tropicales résiduelles, riches en arbres fourragers, seraient alors maintenues en usage collectif mais également clôturées pour augmenter l’efficacité de la gestion des ressources fourragères. Un tel système de production permet l’obtention d’une productivité du travail deux fois supérieure.

17Quand d’autres opportunités de travail ou de rémunération existent, seules des pratiques qui garantissent une productivité élevée du travail pourront retenir l’attention des agriculteurs. Ainsi, malgré la présence de nombreux torrents côtiers à écoulement permanent, la construction de terrasses et l’aménagement de parcelles irrigables semblent peu conformes à l’intérêt des agriculteurs.

18Enfin, la pêche constitue une autre activité pour de nombreux jeunes des communautés indiennes. Là aussi, des crédits aux petites coopératives villageoises faciliteraient l’acquisition d’un matériel plus performant, la construction d’infrastructure pour le stockage des produits et l’achat de camions permettant une commercialisation directe sur les lieux de consommation.

19Pour accroître la productivité du travail des plus démunis, diminuer les écarts de productivités et ralentir l’accroissement de ces écarts, il faut les compenser autant que faire se peut par des crédits ciblés. Au contraire, le désengagement de l’État, la baisse généralisée des prix de garantie, la limitation des crédits et de toute forme d’intervention laissent libre cours aux lois de l’accumulation différentielle.

© IRD Éditions, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search