Version classiqueVersion mobile

Des barbelés dans la Sierra

 | 
Hubert Cochet

Introduction

Texte intégral

1Le sud-ouest de l’État du Michoacán est une région mal connue. Les reliefs escarpés de la Sierra Madre del Sur, le climat tropical sec, la rareté des voies de communication et la quasi-absence de surfaces labourables (environ 1 % du territoire) en font une région de faible potentiel agricole, encore peu peuplée et le plus souvent délaissée par les programmes de développement mis en place par les pouvoirs publics.

2Toute la région est maintenant consacrée à l’élevage semi-extensif dont les produits - les taurillons - sont achetés par les éleveurs installés dans les régions plus humides du pays. Toute ? Non, quelques villages d’irréductibles Indiens résistent encore et toujours à l’extension des clôtures et aux empiétements successifs qui amenuisent la surface de leur territoire. C’est là que la recherche a été entreprise, dans la communauté indienne de Pómaro (commune de Aquila), sorte de nébuleuse de villages et de hameaux dispersés sur le bas du versant Pacifique de la Sierra. Dans un premier temps, l’objectif a été limité à l’identification des principales transformations agricoles récentes et à l’élaboration d’un diagnostic agro-économique. Après quelques temps de travail dans les villages de la côte, une constatation s’est imposée : malgré l’origine très ancienne de ces communautés indiennes, les villages de bord de mer sont d’implantation récente (1970 environ).

3Anciennement installés au cœur de la Sierra, ces paysans indiens avaient vu progressivement leurs terres usurpées par des éleveurs au visage pâle venus du nord. Contraints d’abandonner une partie de leur terroir, et de descendre peu à peu vers la côte pour y implanter de nouveaux villages, ils ont dû supporter des conditions physiques plus difficiles (climat plus sec, sols squelettiques, etc.) et chercher des compléments de revenu dans la pêche.

  • 1 Ces populations n’emploient jamais le mot « métis » (mestizo) ou créole » (criollo) pour se distin (...)

4Aussi l’invasion des terrains communautaires par les éleveurs créoles et la « réduction » consécutive de la communauté indienne nous ont-ils amené à rechercher, dans l’histoire, les racines de ce mouvement général d’invasions foncières et sa signification. Pour répondre à cette question, la recherche a été étendue aux zones plus hautes d’où proviennent la plupart des familles créoles ou métisses1 installées sur les indivis de la communauté indienne. C’est dans la commune de Coalcomán, au cœur de la Sierra Madre del Sur que la deuxième étape du travail a donc été réalisée.

  • 2 Avant la Révolution, le terme ejido désigne les terres communales ou indivises d’une communauté vi (...)

5Nous y avons découvert alors une société agricole particulièrement différenciée, caractérisée par des structures foncières très inégalitaires qui n’ont pas été le moins du monde affectées par un demi-siècle de réforme agraire. Ici, point de communautés indiennes et pas davantage d’ejidos2. Nous avons découvert aussi une région spécialisée dans l’élevage « naisseur » depuis déjà plusieurs décennies, où l’extension des pâturages a transformé le paysage agricole.

6Mais l’étude de cette société agropastorale, de son origine et de son évolution a permis de découvrir que la totalité des familles en présence proviennent d’une autre région. Les personnes âgées interrogées ont été nombreuses à évoquer ce lointain souvenir, celui de la région de Cotija où eux (ou leurs parents) étaient nés, à plus de 100 km au nord de Coalcomán, de l’autre côté de la grande dépression tropicale des Terres Chaudes, constituée par le bassin du Rio Tepalcatepec. À la fin du xixe siècle, l’abolition des droits de mainmorte obligeait les communautés indiennes à fractionner les indivis ; d’innombrables familles paysannes originaires de Cotija purent, en rachetant une fraction des anciens indivis, s’installer dans les montagnes du sud. À l’emplacement de l’actuelle commune de Coalcomán, une communauté indienne, aujourd’hui disparue, dut céder son territoire aux nouveaux occupants.

7Lorsque cette paysannerie créole entreprit de conquérir les escarpements de la Sierra Madre del Sur (à la fin du xixe siècle), elle était véritablement établie dans la région de Cotija depuis moins d’un siècle. Nombre de familles provenaient elles-mêmes de contrées plus septentrionales : le haut plateau des Altos de Jalisco et la grande région céréalière du Bajío (qui correspond au bassin hydrographique surélevé du Rio Lerma).

8Un véritable « glissement » démographique commence donc dès la fin du xviiie siècle en plein cœur de la Nouvelle Espagne. Après plusieurs étapes, près de deux siècles d'histoire et 300 km de distance, il conduit les paysans du centre du Mexique jusqu’aux abords de la côte de l’océan Pacifique. Cette migration est l’œuvre d’une paysannerie différenciée depuis déjà longtemps, mais souvent oubliée ou minimisée devant la toute-puissance de l’hacienda du xixe siècle et la foule sans nombre des ouvriers agricoles dépossédés de tout moyen de production. Dès le xviiie siècle, petits tenanciers, métayers et fermiers constituent pourtant un groupe social (certes, hétérogène) de première importance dans tout l’ouest du pays. Ce sont eux qui constituent le gros des bataillons d’émigrés qui partent vers Cotija, puis vers Coalcomán avant de poursuivre plus avant jusqu’à la côte (fig. 1).

9Cette migration paysanne lente et progressive, ses causes profondes, ses mécanismes fondamentaux et ses expressions historiques successives constituent l’objet de cette recherche. Pour chaque étape du glissement démographique, il a fallu s’interroger sur les conditions qui avaient permis le départ d’une partie de la paysannerie et son installation dans la région d’accueil.

Figure 1. Ouest du Mexique et glissement démographique vers la Sierra Madre del Sur.

Figure 1. Ouest du Mexique et glissement démographique vers la Sierra Madre del Sur.

Note : la dépression des Terres Chaudes est séparée de l'axe volcanique central par une zone de balcons intermédiaires non reportée sur la carte.

10L’élaboration d’une problématique et d’un ensemble cohérent d’hypothèses a résulté de la découverte, progressive, des mécanismes et des causes historiques de l’émergence et de la différenciation des systèmes agraires observés. Cette démarche a été imposée par la mise en évidence des différentes étapes de la migration paysanne. Nous avons commencé par étudier l’étape finale de ce mouvement migratoire qui a conduit à l’invasion actuelle des derniers terrains indivis des communautés indiennes de la côte. Nous avons découvert ensuite les phases antérieures de la migration, de plus en plus anciennes à mesure que nous remontions vers le nord et que nous nous rapprochions des régions centrales du Mexique.

11Un tel mouvement démographique n’est pas unique au Mexique. L’histoire de ce pays fut profondément marquée par le contraste qui opposait le centre, fortement et anciennement peuplé, aux régions tropicales situées de part et d’autre de l’altiplano, très faiblement peuplées. Aussi, de vastes mouvements de population ont vu le jour, spontanés ou planifiés par les pouvoirs publics dans le cadre de la colonisation agricole. Sur le « front pacifique », cette colonisation est ancienne (xviiie et xixe siècles) et des flux migratoires comparables ont été identifiés en direction de Colima ou des versants des Terres Chaudes. Cette migration connaît un nouvel essor au xxe siècle avec l’application de la Réforme agraire et le développement des grands périmètres irrigués.

12L’histoire du glissement démographique, qui conduit les agriculteurs du centre du pays jusqu’au cœur de la Sierra Madre del Sur, est pourtant bien différente. Elle ne suit pas les étapes obligatoires qu’enseignent souvent les manuels d’histoire : Indépendance, Révolution, Réforme agraire. Dans la Sierra de Coalcomán, l’histoire est faite de cette migration paysanne qui consacre l’anéantissement de la communauté indienne de Coalcomán et la « réduction » de toutes les autres communautés indiennes du versant pacifique de la Sierra. Histoire peu commune, car on n’y rencontre ni haciendas, ni péons et pas davantage de manifestations de la Réforme agraire. En revanche, certains phénomènes observés entre 1985 et 1988 étaient déjà décrits par les chroniqueurs du xvie siècle qui racontaient le regroupement des populations indiennes dans les nouveaux villages de « congrégation » ! Et l’occupation progressive des terrains indivis, qui appartiennent aux communautés indiennes, par d’autres agriculteurs métis aurait été stoppée, dit-on, par la Révolution et les premières lois de réforme agraire.

13La réduction actuelle des communautés indiennes et la paupérisation de secteurs entiers de cette société agraire ne sont cependant pas le fruit d’une histoire « à l’envers », même si certains aspects évoquent davantage le xvie ou le xixe siècle. Elles sont surtout le résultat d’une intégration croissante de la région aux échanges marchands. Ce mouvement progressif de spécialisation régionale doit donc être analysé, ainsi que ses différentes manifestations. Dès la fin du xixe siècle, en effet, les agriculteurs qui prennent possession des terres de la communauté indienne de Coalcomán n’ont guère d’autre choix que de produire l’énergie animale dont d’autres régions du pays ont besoin : des animaux de traction et des graisses animales pour la consommation humaine. Plus tard, c’est la production extensive de jeunes taurillons et la culture du cannabis qui deviendront les seules activités « rentables ».

14Ainsi, la marginalisation de cette région et la paupérisation d’une partie de ses habitants expriment la réalité d’un long processus de différenciation sociale. C’est la profondeur historique de ce processus qu’il fallait essayer d’appréhender pour en comprendre le déroulement et les conséquences.

15Si la recherche a été menée du sud vers le nord, c’est-à-dire en remontant le cours de l'histoire à la recherche d’une paysannerie mouvante, le plan de notre travail épouse le sens de cette migration paysanne.

16La première partie est consacrée aux deux étapes initiales du glissement démographique : la première, plus ancienne mais peu connue – elle commence à la fin du xviiie siècle - est appréhendée par l’étude du système agraire de l’altiplano mexicain avant l’Indépendance. Les causes de l’émigration et les conditions qui ont permis à tant de paysans de partir y sont analysées. La seconde étape (1870-1920) est celle qui voit les Indiens de Coalcomán céder leurs terres aux agriculteurs créoles originaires de Cotija. Elle est mieux connue car la mémoire des agriculteurs est encore vive et permet de reconstituer une partie de cette histoire. Pour en préciser quelques aspects et appuyer certaines hypothèses, il a fallu toutefois consulter longuement les archives régionales et inventorier les ouvrages qui faisaient allusion à ce mouvement migratoire ou permettaient d’en améliorer la compréhension.

17La deuxième partie présente le nouveau système agraire qui voit le jour dans la Sierra de Coalcomán après la disparition de l’ancienne communauté indienne (1920-1950). Pour comprendre ce système agraire, en identifier les principaux acteurs (groupes sociaux), leurs pratiques et les rapports sociaux qu’elles révèlent, archives et littérature ne furent pas d’un très grand secours. C’est surtout de nombreuses conversations avec les « anciens » et d’innombrables heures de marche dans les montagnes de la Sierra qui ont donné un sens à ce paysage.

18Mais ce système agraire, qui veut le développement de la propriété privée et des nouveaux ranchos, ne s’arrête pas aux frontières sud de la commune. Les communautés indiennes du versant pacifique sont atteintes à leur tour, avec une ou deux générations d’écart.

19La troisième partie est consacrée aux transformations récentes (1950-1990) qui ont bouleversé l’ancienne forme de mise en valeur imposée par les immigrés au début du siècle. L’élevage « naisseur » devient la seule activité assignée à la Sierra Madre del Sur par la division du travail. Cette spécialisation régionale est à l’origine d’un nouveau processus de migration qui voit certains métayers et petits tenanciers de la commune de Coalcomán partir vers le sud pour s’installer sur les terrains indivis des dernières communautés indiennes, celles que nous avions découvertes au début de notre recherche. C’est là que le fil de fer barbelé, déjà utilisé par les propriétaires métis pour entourer leur domaine, devient l’instrument principal d’aliénation des territoires indivis qui appartiennent aux communautés indiennes et un outil essentiel à la généralisation d’un nouveau système de production.

Figure 2. Région de Coalcomán (ancienne province de Motines), au sud-ouest du Michoacán.

Figure 2. Région de Coalcomán (ancienne province de Motines), au sud-ouest du Michoacán.

20Dans la quatrième et dernière partie, les différentes facettes d’un tel mouvement de spécialisation régionale sont analysées. On s’interroge sur les inégalités de développement qu’il contribue à renforcer et sur les mécanismes qui permettent à certains groupes d’agriculteurs de s’enrichir, tandis que de larges pans de cette société agraire connaissent une paupérisation accélérée ou sont progressivement évincés.

21Pour les deux dernières parties, les enquêtes effectuées auprès des agriculteurs et l’analyse de leur exploitation agricole (ou de celle dans laquelle ils travaillent sans en être pour autant propriétaires) ont constitué la documentation de base du travail. Malgré les innombrables difficultés rencontrées (largement dues à la violence et aux suspicions engendrées par un siècle d’histoire agraire), 170 enquêtes ont pu être réalisées dans 70 hameaux et villages de la Sierra, dispersés sur une surface d’environ 5 000 km2. Parmi ces enquêtes, 130 environ rassemblaient suffisamment d’informations pour caractériser l’exploitation agricole et étudier son fonctionnement, d’autres étant davantage orientées sur l’histoire.

Notes

1 Ces populations n’emploient jamais le mot « métis » (mestizo) ou créole » (criollo) pour se distinguer des populations indiennes.
Les Indiens, en revanche, qualifient souvent les personnes au teint clair de « gens de raison » (gente de razon), appellation lourde de sens et chargée d’histoire. C’est dans un souci de simplification et pour ne pas employer cette expression que nous désignons le plus souvent ces personnes par Métis ou Créole, sans introduire cependant de différences entre ces deux termes. Il s’agit le plus souvent de personnes de type européen, généralement peu métissées.

2 Avant la Révolution, le terme ejido désigne les terres communales ou indivises d’une communauté villageoise. Avec la Réforme agraire, un sens nouveau est donné à ce mot : l' ejido désigne alors les terres distribuées par l’État à un groupe d’agriculteurs.

© IRD Éditions, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search