Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le meilleur héritage

 | 
Marguerite Bey

Le miroir déformant de la modernité

Texte intégral

  • 1 Nous sommes des milliers, ici [à Lima], maintenant. Nous sommes ensemble ; nous avons formé une co (...)

« Somos miles de millares, aquí [en Lima], ahora. Estamos juntos ; nos hemos congregado pueblo por pueblo, nombre por nombre, y estamos apretando a esta inmensa ciudad que nos odiaba [...] Hemos de convertirla en pueblo de hombres que entonen los himnos de las cuatro regiones de nuestro mundo, en ciudad feliz, donde cada hombre trabaje, en inmenso pueblo que no odie y sea limpio...1 »
J.M. Arguedas, A nuestro Padre Creador Túpac Amaru, himno canción.

  • 2 G. Balandier, 1981 : 7

1Balandier observait que « les sociétés ne sont jamais ce qu’elles paraissent être ou ce qu’elles prétendent être »2. Ma recherche a cédé la parole aux familles paysannes, en tant que principaux acteurs de leur propre devenir ; mais il fallait confronter les discours, souvent contradictoires, avec une réalité composite. Cette réalité est faite de rêves et d’espoirs, de contraintes et de possibilités, d’alliances et de mésententes, d’idéaux et de sacrifices.

2Nombreux sont les travaux qui ont mesuré l’importance des communautés paysannes dans l’espace rural et dans la production alimentaire nationale. Ils ont pu aussi distinguer cette catégorie de producteurs que sont les comuneros par des indicateurs sociaux et de productivité qui les placent au plus bas de l’échelle sociale et économique. Cependant, ni les statistiques, ni les théories marxistes, fonctionnalistes ou culturalistes ne pouvaient mettre en exergue l’importance sociale de l’organisation en communauté, pas plus qu’elles ne pouvaient expliquer les changements sociaux qui se sont produits dans les dernières décennies.

3L’espace socio-géographique et les acteurs sociaux sont des concepts pertinents pour comprendre la réalité des communautés paysannes. En tant qu’espace socio-géographique, la communauté est l’objet de revendications permanentes et de luttes de la part des comuneros, qui se définissent par la possession collective d’un territoire, autant que par leur appartenance à ce territoire. Les conflits pour la terre, qui opposent la collectivité à son environnement social, témoignent de cet enjeu fondamental et permettent de comprendre la cohésion du groupe.

  • 3 Si un indigent est malade ou décède, la collectivité le prend en charge ou aide sa famille. Si un (...)

4De surcroît, la société comunera est mue par un principe d’interconnaissance. N’importe qui n’appartient pas à la communauté. Il faut un lien de sang ou bien être accepté par l’assemblée de comuneros. Cette identité de la collectivité a pour corollaire un contrôle social très strict, qui impose jusqu’à la simple politesse à l’égard du passant. La notion de partage se trouve au centre de la définition de la communauté. Chacun a besoin des autres pour mener à bien l’ensemble de ses activités. Ce contexte d’interdépendance fait apparaître la communauté comme une contrainte. Certes, puisque tous ses membres doivent collaborer à son maintien ; mais en contre-partie, elle constitue un soutien, un refuge pour chacun, dès que surgit un impondérable ou qu’un danger extérieur menace3. Quelques expressions témoignent de la confiance déposée dans cette force collective : « ensemble, on peut progresser davantage » ; « s’ils [les jeunes] échouent en ville, ils peuvent toujours revenir » ; ou encore le qualificatif de « trahison » appliqué aux sujets qui déjouent les règles imposées par la communauté.

5Ces liens de solidarité ont été renforcés du fait de l’absence de l’État dans le milieu andin. Jusqu’à la Réforme agraire de 1969, de nombreuses régions ont dû subir encore les prérogatives de puissants propriétaires. Si elle n’a pas résolu les nombreux blocages du système agraire péruvien, la réforme a, en tout cas, convaincu les paysanneries andines des avantages de l’institutionnalisation de la communauté. Cette structure pouvait dès lors s’insérer dans le système national, y trouver sa place. Le paysan devient citoyen.

6Dans le même temps, l’espace communal se trouve en contact avec un environnement socio-géographique dont les limites évoluent avec le temps. Ces processus ne vont pas sans des transformations internes du système communal. Les mentalités paysannes aussi évoluent, certainement plus rapidement que les structures. Les contacts accrus avec les différentes instances nationales (et, d’abord, avec le pouvoir judiciaire) ont suscité une prise de conscience que les législateurs n’ont fait qu’entériner. En effet, la loi a imposé l’alphabétisme et une médiation institutionnelle entre l’État et les paysans, alors que ces derniers avaient déjà compris que savoir lire et écrire et avoir assimilé les comportements des citadins pourraient leur être favorables.

  • 4 Loi selon laquelle les populations locales étaient enrôlées pour la construction des routes passan (...)

7Il n’est alors pas surprenant que les paysans aient pris eux-mêmes l’initiative de construire des écoles, de même qu’ils ont compté sur leurs propres forces pour la construction des routes que la loi de Circonscripción vial4 imposait à tous les intéressés, sans leur accorder plus de moyens. Ces routes et ces écoles, en insérant toujours davantage les paysanneries dans le système capitaliste dominant (l’économie de marché, mais aussi les valeurs culturelles inspirées du modèle occidental), ont, semble-t-il, desservi les paysanneries andines en les dépouillant de leurs propres systèmes de valeurs et en ne leur reconnaissant pas pour autant un rôle social authentique dans la société péruvienne.

8Les pratiques locales éclairent à plus d’un titre les rapports entre la communauté et son environnement social, économique et politique. C’est dans l’analyse de ces pratiques que l’on peut comprendre 143 l’opposition apparente entre différenciation sociale et reproduction de l’institution communale. On pourra alors distinguer le rôle des acteurs sociaux dans ce qu’il est coutume de classer parmi les « facteurs extérieurs ». Il faut rappeler un enjeu fondamental : en suscitant des perspectives de promotion individuelle, le phénomène scolaire entre en contradiction avec une stratégie collective de développement. Cet argument impose de mesurer la portée des stratégies familiales, centrées sur l’éducation et l’ouverture sur l’espace urbain plutôt que sur le développement des forces productives dans la communauté. D’où l’intérêt de s’attacher aux acteurs sociaux et de les définir dans leur diversité, point de départ d’une analyse du mouvement dialectique entre la communauté et l’espace national.

9Les facteurs économiques et éducatifs sont essentiels pour comprendre les changements spatio-temporels. Espaces (communal et national, urbain et rural), rôles (le comunero n’est plus seulement paysan, il est aussi commerçant, citadin, etc.) et fonctions (de reproduction de la communauté et des familles) vont se superposer et produire des situations parfois conflictuelles. J’ai voulu mettre l’accent sur les stratégies familiales de reproduction, car elles donnent la mesure des divergences d’intérêts entre la communauté et chacun de ses membres pris dans son contexte familial. Il y a donc une priorité donnée à la reproduction de la famille, qui passe avant celle de l’exploitation agricole et de l’organisation collective qui la soutient. Si l’activité agricole et la résidence rurale sont librement consenties par les vieux comuneros, l’indétermination au sujet de la succession montre bien que les activités rurales ne présentent plus qu’un intérêt limité pour les jeunes générations et même pour les parents, puisque leurs aspirations pour l’avenir de leurs enfants se résument dans cette phrase : « les enfants doivent être plus ».

  • 5 A. Touraine, 1981 : 250.

10Au début de cette recherche, je trouvais une contradiction apparente entre une institution communale qui tend à limiter la différenciation sociale, à travers l’exercice de ses fonctions de contrôle social et sur les ressources collectives, et des familles paysannes qui, en diversifiant leurs activités, échappent de plus en plus à ce contrôle. Cette remarque nous ramène à la notion d’espace sociogéographique. D’une part, l’organisation communale garantit un certain niveau de production ; elle demeure un refuge pour certains, alors qu’un nombre croissant de familles se meuvent et se reproduisent dans un espace plus vaste. D’autre part, le changement des fonctions de la communauté est lié à l’importance du rôle de médiation avec l’environnement national. On observe alors un processus de sécularisation de l’instance communale. Un mouvement social se constitue à partir de « conflits sociaux centraux », que Touraine définit comme mettant en cause « le contrôle social de l’historicité, des modèles de construction des relations entre un ensemble social concret [...] et son environnement »5

11Il y a une interpénétration croissante entre la communauté et la société nationale, une continuité entre la ville et la campagne. Par leur effort d’insertion dans l’espace national, les paysans ont contribué et contribuent encore à la construction d’une identité nationale. L’enjeu pour les paysanneries andines ne réside pas, comme tant d’auteurs ont cherché à le montrer, dans la permanence ou la disparition de la communauté, qui seraient conditionnées par une plus ou moins grande différenciation sociale. Cette différenciation doit, au contraire, être envisagée comme un facteur de progrès social. Le défi pour les paysans sera de gagner un espace de participation dans le processus historique national.

Notes

1 Nous sommes des milliers, ici [à Lima], maintenant. Nous sommes ensemble ; nous avons formé une congrégation, village par village, nom par nom, et nous étreignons cette ville immense qui nous haïssait [...]. Nous allons la transformer en un peuple d’hommes qui entonneront les hymnes des quatre régions de notre monde, en ville heureuse, où chaque homme travaillera, en immense village qui ne puisse plus connaître la haine ni la saleté... »

2 G. Balandier, 1981 : 7

3 Si un indigent est malade ou décède, la collectivité le prend en charge ou aide sa famille. Si un conflit éclate avec le voisinage, les comuneros s’organisent ensemble pour affronter la situation.

4 Loi selon laquelle les populations locales étaient enrôlées pour la construction des routes passant par leurs circonscriptions, sans aucune rémunération en retour.

5 A. Touraine, 1981 : 250.

© IRD Éditions, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540