Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le meilleur héritage

 | 
Marguerite Bey

Avant-propos

Texte intégral

1Cet ouvrage reprend les arguments de ma thèse de doctorat en Sciences sociales : De la survie au développement. Une étude comparative de deux communautés paysannes : Casinta et Tomas, dans la haute vallée du Cañete, Pérou. Cette thèse a été soutenue à l’Institut d'études du développement économique et social, université de Paris-I - Panthéon-Sorbonne, en 1990, sous la direction de Maxime Haubert. J’ai bénéficié d’une allocation de l’Orstom pour une durée d’un an dans le cadre du programme « Politiques agraires et stratégies paysannes dans la haute vallée du Cañete ». J’ai ensuite obtenu un financement de l’Interamerican Foundation, pour deux années supplémentaires.

*

2Il faut préciser que la recherche sur le terrain s’étend de septembre 1986 à octobre 1988. Par la suite, des contacts ont pu être maintenus avec certains comuneros, à Lima et à Huancayo. J’ai dû mettre fin à mes voyages dans cette dernière ville en septembre 1989. Cet arrêt n’est pas fortuit : il correspond au développement de la guérilla du « Sentier lumineux » (groupe d’obédience maoïste, qui a pris les armes en 1980, dans la région d’Ayacucho). Dans les régions de Yauyos et du Mantaro, il s’agit tout d’abord de l’occupation des zones d’altitude, suivie d’incursions de plus en plus fréquentes dans les villages de fond de vallée. Les environs de Huancayo et la route reliant cette ville à Lima étaient devenus difficilement praticables depuis 1988.

3La guérilla a impliqué la réduction des activités de recherche sur le terrain dans diverses régions du Pérou. La présence de l’État, à travers ses différents émissaires dans les zones rurales, a aussi fortement diminué. La période allant de 1988 à 1990 a été douloureusement vécue par les populations andines et les migrations vers la ville ont été nombreuses. À partir d’août 1990, la politique adoptée par le Gouvernement sous la pression du Fonds monétaire international n’a pu que rendre plus pesante encore l’atmosphère d’incertitude et d’instabilité qui règne dans les campagnes.

4Cette mise au point est nécessaire pour indiquer la relativité des résultats obtenus dans une enquête datée. Elle suggère aussi les fluctuations dans l’engagement des responsables politiques à l’égard des paysanneries andines.

5Je tiens tout d’abord à remercier les familles de Casinta et de Tomas et à leur manifester toute ma sympathie ; grâce à elles, ce travail a pu se dérouler dans une ambiance amicale et s’étayer des nombreuses conversations et expériences accumulées pendant ces années. C’est avant tout au quotidien partagé et aux sources orales que je dois la richesse du matériel de recherche consigné. Mes remerciements s’adressent tout particulièrement aux responsables de l’Orstom, qui m’ont manifesté leur confiance, et à l’équipe de Lima, qui m’a réservé un accueil chaleureux, tout en m’intégrant à une ambiance studieuse très profitable. À l'Interamerican Foundation, et en particulier à David Valenzuela, je dois d’avoir pu non seulement continuer mes recherches au Pérou, mais aussi collaborer aux travaux du Gredes, un organisme non gouvernemental de recherche et d’appui au développement. Je voudrais exprimer ma reconnaissance à Maxime Haubert ainsi qu’à de nombreux chercheurs, au Pérou et en France, qui ont partagé avec moi leurs connaissances sur les paysanneries et leurs inquiétudes de chercheurs. J’espère que chacun se reconnaîtra dans ces lignes. Je dois souligner cependant que je demeure seule responsable des défaillances et des erreurs contenues dans cet ouvrage.

© IRD Éditions, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540