Version classiqueVersion mobile

Un droit à inventer

 | 
Olivier Barrière
, 
Catherine Barrière

Partie 1. Des enjeux fonciers environnementaux en zone humide

Des enjeux fonciers environnementaux en zone humide

Texte intégral

1La population du delta intérieur du Niger est estimée à un million d’habitants en 1998. Elle se répartit entre 500 000 cultivateurs, plus de 300 000 personnes concernées par la pêche et 150 000 impliquées dans l’élevage. À la même époque, le cheptel est composé de 1 200 000 bovins et 3 700 000 petits ruminants (projet Girhex, 2000).

2Bien que, d’un point de vue démographique, les éleveurs représentent aujourd'hui une population minoritaire, ils ont joué un rôle politique, social et culturel considérable. L’attrait des pâturages du delta, accessibles pendant la saison sèche aux troupeaux sahéliens, est à l’origine d’une organisation très élaborée dont certains éléments se retrouvent encore de nos jours. Celle-ci n’a pas pour autant fait disparaître d’autres formes d’exploitation du milieu, principalement les activités halieutique et agricole. La combinaison de trois systèmes d’exploitation a donné lieu à un usage spatialisé du delta. Celui-ci va de pair avec une distribution des pouvoirs, elle-même dépendante des rapports de force qui ont fluctué au gré des conquêtes.

3L’espace deltaïque se présente comme une arène où les acteurs agissent en fonction de stratégies propres à leurs activités, à leur logique culturelle et à leurs intérêts économiques personnels et familiaux. L’héritage historique pèse sur les rapports entre les groupes, qui s’organisent autour de ressources contenues dans un milieu territorialisé, où s'entremêlent des relations et des dynamiques de flux de toutes natures.

4Les espaces pastoraux et agricoles entrent en concurrence au point de s'opposer. Les rapports de force entre ces deux modes d’exploitation de l’espace constituent le fil conducteur de l'histoire foncière du delta et les compromis qui ont pu être trouvés sont à l’heure actuelle de moins en moins respectés. Le rapport entre les espaces halieutiques et pastoraux n’est ni inexistant, ni antinomique ; ceux-ci peuvent se chevaucher. Les espaces forestiers et cynégétiques, quant à eux, se définissent de façon transversale en se greffant sur les autres.

5Les différentes formes de territorialisation caractérisant l’espace deltaïque ainsi que les types de rapport que les acteurs entretiennent avec le milieu (leurs comportements, leurs représentations et leurs habitus) conditionnent une construction sociale de l’environnement. Celui-ci devient ainsi le résultat d'une construction de moins en moins « naturelle », façonnée par des logiques découlant des rapports sociaux, religieux et économiques.

© IRD Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search