Version classiqueVersion mobile

Un droit à inventer

 | 
Olivier Barrière
, 
Catherine Barrière

Glossaire

Texte intégral

1Ardo (sg.), Arbe, Ardube (pl.) : chef guerrier d’un groupe peul. Les arbe ont joué un rôle historique dans les migrations des pasteurs peuls vers le delta intérieur du Niger, puis dans l’occupation de cette région (le « temps des arbe » a marqué la domination des pasteurs peuls sur le delta, du xvsiècle au début du xixe siècle).

2Beitel, beit el mal : terre communautaire ou collective. Pendant la Dina, les prisonniers de guerre étaient affectés à la production agricole sur ces terres, au profit du pouvoir peul.

3Bessema : chef de terre, chef des Rimaybe d’un secteur ou d'un village. En plus des questions qui concernent la terre, le bessema est compétent pour gérer les questions relatives à la chasse et à la cueillette. La Dina nomma, pour chaque leydi, un bessema choisi parmi les Rimaybe. Chef des agriculteurs, il était placé sous la tutelle du jowro. Il répartissait les terres et organisait les prélèvements sur les récoltes pour l'État peul. La fonction de bessema, supprimée au temps des Toucouleurs, fut rétablie à l’époque coloniale. Le bessema était alors nommé par le chef de canton. Aujourd'hui, la répartition des terres agricoles s’effectue au niveau de chaque village ou du quartier de village. En plus des questions qui concernent la terre, le bessema cumule souvent des attributions administratives et des pouvoirs magiques.

4Burgu,bourgou : terme d'origine malinke, qui signifie « boue gluante », herbes aquatiques dont les racines forment un fouillis vaseux inextricable. Employé couramment en fulfulde au Maasina. Association floristique qui compose les pâturages flottants des prairies inondables du delta du Niger, dominés par Echinochloa stagnina (gambarawol). Le terme désigne également les pâturages du delta libérés par la décrue et, de façon générale, l’ensemble de la plaine inondable qui s’étend entre les fleuves Niger et Diaka. Le terme francisé « bourgoutière » est entré dans le vocabulaire scientifique.

5Burtol (sg.), burti (pl.) : piste à bétail qui permet aux troupeaux d'accéder aux pâturages et surtout d’effectuer le va-et-vient entre le delta et les régions périphériques, notamment vers le Sahel au nord du delta. Les pistes à bétail dans le delta constituent un réseau que la Dina a fixé afin que les troupeaux puissent circuler à l'écart des champs. Ces tracés des pistes à bétail sont souvent plus stables et mieux connus que les limites de leydi. Des tronçons de piste à bétail sont réservés à un type de troupeau ; d’autres sont empruntés par des troupeaux de types différents mais pas en même temps.

6Conngi (sg.) : littér., « butin ». Contrepartie de l'accès aux pâturages de burgu payée par les propriétaires de troupeaux étrangers au leydi. Le montant est fixé selon l’effectif du troupeau, l’état de la ressource (herbe non broutée, partiellement broutée, fortement broutée) et selon les relations personnelles existant avec le jowro et sa famille. À l’époque des arbe, le conngi était versé en bétail (un taurillon ou une ou deux vaches laitières par troupeau), puis pendant la Dina, il s'est limité à une valeur davantage symbolique (couverture, aiguille, rouleau de fil de coton, gourde à traire, prêt d'une laitière, cauris). Il a pris une forme monétaire à partir de l'indépendance. Le conngi confère un droit d’exploitation temporaire d’un pâturage qui est à renouveler chaque année. Sa perception s’effectue juste avant l’entrée dans le delta ; son montant est décidé par le jowro, parfois en concertation avec des chefs de famille de son patrilignage.

7Dasiri : génie protecteur du village.

8Dina (Diina) : littér., « religion ». Empire théocratique peul fondé par Seku Amadu (Cheikou Ahmadou) en 1812, détruit par l'invasion des Toucouleurs sous la conduite d'El Hadj Omar en 1868. La Dina a apporté de nombreux changements chez les Peuls du delta : sédentarisation, organisation et codification des transhumances, accentuation de l’islamisation et de l’asservissement des populations conquises.

9Eggirgol (sg.), eggirdi, eggirde (pl.) : littér., groupe de transhumance. Cohorte de troupeaux bovins d'un leydi ou d’un segment de lignage lorsqu’ils reviennent de la transhumance de saison des pluies. À leur entrée dans le delta, les troupeaux d’un eggirgol sont rangés « selon un ordre de préséance entre segments de lignage, d’après leur parenté avec le jowro, leur statut historique dans le leydi, leur puissance politique... » (Legrosse, 1999 : 254).

10Eggol (sg.), eggi (pl.) : transhumance, départ, déménagement, migration.

11Fulfulde : langue des Peuls (Fulbe), notamment au Macina. Il existe des variantes entre le fulfulde du Macina et celui parlé par les groupes peuls de régions voisines : Farimake, Seeno Mango et Bankass. Au Maasina, le fulfulde est devenu la langue dominante de populations non peules (par exemple des Bozo) soumises à l’influence culturelle et politique des Peuls.

12Gumpel, gumpol (sg.), gumpi (pl.) : piste à bétail dans l’intérieur du delta ; voie tracée dans l’eau par les animaux ; couloir de passage accordé à un troupeau étranger dans une aire cultivée et appropriée par les cultivateurs.

13Hariima : pâturage et point d’eau réservés aux troupeaux villageois, souvent situés à proximité des villages. La Dina affecta ces pâturages aux vaches laitières et en fixa les limites, de façon que les cultivateurs en éloignent leurs champs. Les pâturages hariima échappent à la gestion des maîtres des pâturages, les jowro'en.

14Jowro, dioro (sg.), jowro’en (pl.) : littér., « guide, responsable ». En tant qu’aîné de lignage, le jowro est maître des pâturages d’un leydi. Le jowro fait respecter la discipline d'accès des troupeaux aux pâturages du delta, son troupeau étant placé en premier dans le peloton de l'eggirgol. Le jowro prélève un droit d'entrée sur les troupeaux qui ne relèvent pas du leydi mais qui viennent paître sur ses pâturages de décrue. Dans un leydi, il peut y avoir un ou plusieurs jowro. Le pluriel jowro’en désigne des chefs de famille qui participent avec le jowro à l'établissement du prix d'accès aux pâturages et qui ont une part dans la répartition de ces revenus.

15Leydi (sg.), leyde (pl.) : littér., « terre », « sol », « pays ». Province pastorale peule constituée en territoire par la Dina. Chaque leydi est contrôlé par un lignage ou plusieurs segments de lignage. Cette maîtrise est exercée par l’aîné du lignage, le jowro. Le nombre des leyde (31 ou 37) n’a pas été constant, leurs frontières ont varié au cours de l’histoire pour des raisons politiques.

16Manga-ji : redevance de pêche (« part de l'eau »), versée au maître des eaux. Cette redevance intervient en reconnaissance d’une maîtrise collective ou lignagère des lieux de pêche. Elle est due par les pêcheurs étrangers au village ou au village détenteur d'une maîtrise à la suite d’un accord sacrificiel avec les génies de l’eau. Elle est versée traditionnellement en nature (un tiers des captures) mais elle tend actuellement à être versée en argent. Le montant diffère selon les engins de pêche utilisés. En contexte de sécheresse et de multiplication des autorisations de pêche concédées aux pêcheurs allochtones, le manga-ji devient une véritable « rente » pour le maître des eaux (Fay, 1989a : 233).

17Nanngi : littér., « levée d’impôt, rafle ». Prix de l'herbe en zone exondée (accès aux pâturages secs) versé au maître des pâturages.

18Rimaybe (pl.), Dimaajo (sg.) : littér., « affranchi, descendant d'esclave ». Groupe ethnique d’origine composite au Maasina, de culture peule, et dont les membres se définissent comme des agriculteurs. Il s'agit souvent d'anciens captifs (affranchis) de Peuls. Des Bambara qui vivent depuis plusieurs générations en milieu peul peuvent se dire Rimaybe, de même que des Bella (anciens captifs de Touaregs). Au Maasina, ce sont de grands cultivateurs de riz.

19Suudu baaba : littér. : « maison du père ». Lignage patrilinéaire ou segment de patrilignage (ensemble des descendants d’un même ancêtre). Peut désigner également une communauté villageoise ou un secteur pastoral.

20Winde (sg.), bille (pl.) : gîte à bétail, emplacement où les troupeaux peuvent faire une halte, en se reposant au sec. La pâture s’effectue aux alentours du gîte, sur les pâturages découverts par la décrue. Les gîtes à bétail jalonnent les itinéraires de chaque burtol. Les gîtes à bétail sont nommés par le lignage peul maître du leydi qui y exerce un pouvoir de contrôle. Ils constituent les éléments stables de l’empreinte foncière pastorale. Ils sont parfois spécialisés en fonction du type de troupeau qui les fréquente.

21Les termes peuls ont été transcrits en tenant compte le plus possible des conventions actuellement admises. Cependant, les lettres spéciales de l'alphabet peul sont remplacées par celles de l'alphabet français qui leur sont le plus proches.

22Les toponymes peuls du Maasina sont orthographiés de cette façon, sauf les localités bien connues dont la transcription géographique est passée dans l'usage commun (ex. Djenné, Ténenkou).

23Dans les citations de textes officiels et de rapports, la transcription par les auteurs des toponymes et des termes peuls a été respectée.

© IRD Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search