Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lutte antiérosive

Résumés

Texte intégral

Récupération des terres dégradées dans les communes de Bitinkodji et Namaro (Niger) par approche participative des populations locales

1AMADOU Issaka, M. SEYNI Seydou, M. ABBA Mamane Laouali

2Programme de Lutte contre l’Ensablement dans le Bassin du Niger-Courriel : amadou@abn.ne ; plce@abn.ne

1. Problématique

3Le bassin du Moyen Niger concentre une population de plus en plus importante, qui doit faire face à des besoins croissants dans un environnement soumis à une intense dégradation des ressources en terres et en eau. On assiste à une extension des dunes et des glacis érodés, contribuant ainsi à la formation et au développement de nombreux « koris »(oued) responsables des pertes en terres productives.

4Les solutions techniques en matière d'aménagement de bassin versant existent et sont adaptées aux différents faciès du paysage (plateaux nus, glacis encroûtés ou sableux, cordons dunaires), et sont généralement bien maîtrisées. En revanche, elles n'ont pas été développées à grande échelle dans la vallée du fleuve Niger afin de lutter efficacement contre son ensablement.

2. Présentation de la zone de l’étude

5La zone de l’étude est située dans la partie sahélienne du bassin du Moyen Niger et concerne le bassin versant constitués de plateaux encroûtés et le front dunaire situés en rive droite du fleuve en amont de Niamey (13,58 N ; 1,92 E). Les sols pour la plupart pauvres en matière organiques, sont incapables d’assurer une production agricole et pastorale suffisante.

3. Matériels et méthodes

6La méthode est basée sur l’approche participative à toutes les étapes du processus : identification et planification des activités, exécution des travaux. La démarche a consisté à mobiliser la population locale autour de divers techniques d’aménagements antiérosifs (cordons pierreux, banquettes, fixation des dunes, mise en défens) en les équipant de petits matériels agricoles peu coûteux et disponibles dans le terroir (dabas, pelles, pioches, gants). Après deux années, la biomasse herbacée et les productions agricoles ont été évaluées sur les différents sites traités.

4. Résultats et discussions

7Après évaluation de la biomasse herbacée, nous avons obtenu 680kg MS/ha sur les dunes fixées ; 1 447kg/ha sur les plateaux traités par la techniques de banquettes ; 545 kg/ha sur les glacis. Quant à la production céréalière, les rendements du mil (Pennisetum sp.) et de sorgho (Sorghum vulgare) sont passés respectivement, de moins de 50 kg/ha à plus 850 kg/ha sur les zaï, 248kg/ha sur demi-lunes. Ces résultats corroborent ceux obtenus en station dans des conditions climatiques et pédologiques similaires.

5. Conclusion

8L’expérience a montré qu’avec peu de moyens, les populations sont capables d’augmenter les productions agricoles et pastorales tout en protégeant leur environnement. Par ailleurs, l’approche participative convient mieux aux aspirations des populations dans la mesure où elles décident elles mêmes du mode d’aménagement de leur terroir.

9Mots clés : Niger, Zai, banquettes, demi-lunes, rendements céréales.

Pratiques paysannes et gestion du terroir d’Antanikarefo (périphérie urbaine d’Antananarivo)

10Mamonjisoa Tolotra ANDRIATSARAFARA et Simone RATSIVALAKA

11Université d’Antananarivo, Faculté des lettres et Sciences Humaines, Département de Géographie, 101 Antananarivo, Madagascar, Courriel : andriatsarafaradoda@yahoo.fr

12Résumé : Les dangers de l’érosion sont très marqués dans les pays tropicaux. Les pertes en terre sont estimées en moyenne entre 1000 et 2000 ha/an à Madagascar suivant le rapport sur l’état de l’environnement à Madagascar (Office National de l’Environnement, 1999). Cette érosion reste conditionnée par les facteurs climatiques, la densité de la couverture végétale et surtout par les activités de l’homme sur les versants du terroir d’Antanikarefo telles que l’exploitation forestière et l’extension anarchique des bâtis.

13Le terroir d’Antanikarefo est situé sur la rive droite du fleuve Ikopa par 19°55 S et 41°28 E sur les Hautes terres Centrales le l’Imerina à 10 Km environ à l’ouest d’Antananarivo. Il s’étend sur une superficie de 42 ha.

14La problématique est la suivante : « Dans quelle mesure l’évolution des stratégies paysannes de mise en valeur de l’espace agricole permet t-elle sa gestion rationnelle ? » L’objectif est d’évaluer les réactions paysannes de la lutte contre l’érosion et de spatialiser les risques d’ensablement.

15Une carte topographique d’Ambohidrapeto publiée par la Foiben Taosarintanin’ny Madagasikara (FTM) au 10.000è, une carte géologique TANANARIVE – MANJAKANDRIANA au 100.000è, et des photographies aériennes missions 1967 au 25.000è, et 2003 au 16.000è, ont facilité la localisation et la spatialisation de la zone d’étude.

16La méthode d’enquête par sondage a été adoptée au niveau de chaque collectivité de base en rapport avec le nombre des ménages avec un taux d’échantillonnage de 30 %, soit 50 ménages sur les 630 recensés. L’approche par changement de productivité a été procédée afin d’estimer la perte monétaire due par l’ensablement sur la production agricole.

17Les résultats montrent que la pratique paysanne décrite dans cette étude est différente de celle du monde rural malgache en général. Les stratégies de gestion du terroir ont évolué dans le temps et dans l’espace et se traduit par la mutation du milieu rural vers une agriculture périurbaine. Les conditions naturelles du milieu : climat tropical à saisons contrastées, régime hydrologique excédentaire et la fertilité des sols ; offrent des options stratégiques aux activités agricoles. L’adoption paysanne par étape, des techniques de gestion efficace des terres, a permis une amélioration considérable de la production agricole. Par ailleurs, les disgrâces de la gestion du terroir sont surtout liées aux problèmes d’inondation et d’ensablement entraînant la baisse de la production agricole. Ils se manifestent par l’envasement et l’inondation des parcelles du fait de la sédimentation des canaux d’irrigation.

18Des programmes de lutte contre l’érosion devraient être entreprises par tous les acteurs de développement. Les effets de l’érosion comme dans le cas d’Antanikarefo causent en effet des pertes non négligeables au niveau de la production agricole.

19Mots clés : Erosion, agriculture périurbaine, terroir, aménagement

Infiltration capacity of mined soils reforested with Acacia and Casuarina in the Dominican Republic

20CRUZ César

21ccruz@isa.edu.do

22Abstract

23The purpose of reforestation of ferronickel-mined soils is to restore its quality. Soil infiltration capacity is among the soil physical properties expected to be recovered. Many authors have associated soil infiltration capacity to the type of land use. The objectives of this research were to evaluate the effect of reforestation with two forest species acacia (Acacia mangium) and casuarina (Casuarina equisetifolia), and a natural forest which was the control ; and the age of the plantation (acacia of 3, 6 and 12 years of age and Casuarina of 3, 7, 13 and 20 years of age) on the infiltration capacity (cumulative infiltration and infiltration rate) of reclaimed mined soils in the Dominican Republic. The results showed that infiltration capacity was higher for the soil covered by the natural forest than for the soils covered by the planted species (acacia and casuarina). The soil covered by casuarina resulted with a higher infiltration capacity than that of the soil covered by acacia. The infiltration capacity of the soil covered by casuarina was lower in the soil covered by the plantation of 3 years of age, and increased for the casuarina-planted soils of 7 years. The infiltration capacity was highest for the soils covered by casuarina of 13 and 20 years, with no significant difference between them. The effect of the age of acacia on the soil infiltration capacity was not so evident. The infiltration capacity is the lowest for the soil covered by acacia of 6 years, followed by the infiltration capacity of the soil covered by acacia of 12 years. The soil infiltration capacity was highest when the soil was covered by acacia of 3 years. The reason for this was probably due to the fact that the soil covered by acacia of 3 years was growing in terraces, which appears to contribute to the improvement of soils physical conditions such as the infiltration capacity. The results of this study show that the reforestation of mined soils with casuarina is more effective than with acacia for the re-establishment of the infiltration capacity. The results also show that the increase of the age of the casuarina plantation contributes to the improvement of the infiltration capacity of the soil. For the case of the acacia cover, the establishment of terraces contributes to the improvement of the infiltration capacity of the soil. The soil infiltration capacity contributes to the reduction of surface run-off.

24Key words : Dominican Republic, infiltration capacity, soil characteristics, Acacia mangium, Casuarina equisetifolia, restorated mined soils.

Le bassin versant : institutionnaliser et planifier la GCES en Haïti

25Yves Jamont Junior Duplan

26Au moment où l’insécurité alimentaire affecte une grande partie de la population haïtienne, l’agriculture demeure l’un des secteurs productifs prioritaires. La relance agricole s’impose comme une urgente nécessité. Or, cette relance risque de butter sur l’érosion des sols qui se manifeste déjà dans l’ensemble des bassins versants. Liée à des facteurs topographiques, agro-écologiques et socioéconomiques, l’érosion des sols en Haïti est essentiellement hydraulique. Autrement dit, pour assurer la conservation des sols, la gestion des eaux est primordiale.

27Outre l’insécurité alimentaire, la vulnérabilité aux inondations et l’indisponibilité de l’eau sont des problèmes préoccupants. A cet égard, la conservation des eaux associée à la maîtrise du ruissellement se révèle indispensable. Or, les objectifs de conservation ne peuvent être atteints que si la capacité d’infiltration et de stockage du sol est maintenue à un niveau suffisant. Par conséquent, la conservation des eaux passe par une bonne gestion des sols.

28Eau et sol se lient de façon organique. Ainsi, dans l’optique de conservation, il convient de distinguer et relier la gestion des eaux et la gestion des sols. Encore faut-il les assurer simultanément dans un cadre organisationnel et de planification cohérent. Tel doit être le souci de la gestion conservatoire des eaux et des sols (GCES).

29La conjonction de la gestion des eaux et des sols n’est pas reflétée dans la planification et l’organisation des institutions qui en sont responsables. L’eau et le sol sont gérés par des institutions distinctes. De plus, comme dans la gestion des eaux, différentes institutions interviennent dans la gestion des sols, et ceci sans concertation ni organisation d’ensemble. Une telle dispersion est un obstacle à la planification rationnalisée et implique l’inefficacité et l’inefficience des actions. Dans ce contexte, l’harmonisation et la coordination institutionnelles de même qu’une planification intégrée sont cruciales pour qu’une GCES soit soutenable c’est-à-dire pour s’assurer de la pérennisation des résultats des projets et de leur effectivité sur le long terme.

30Se réclamant de la GCES, la nouvelle approche de lutte antiérosive en Haïti néglige la dimension institutionnelle. Pour combler ce vide, un autre principe à intégrer à la GCES serait de renforcer les capacités institutionnelles pour la conservation des eaux et des sols. C’est ainsi que, partant des principes de la GCES qui privilégient la participation, l’échelle du bassin versant et le long terme pour l’aménagement de l’espace, nous proposons un système intégré de gestion des eaux et des sols. Dans le cadre de l’aménagement du territoire et des bassins versants, ce système met en cohérence les différents niveaux de décision et de planification et favorise la participation à tous les échelons.

31Mots-clés : Système organisationnel, planification et gestion des eaux et des sols, niveaux de décision

Modifications du ruissellement et des pertes en terres suite à l'abandon d'une culture annuelle (manioc) au profit de plantations agroforestières dans des périmètres villageois sur forte pente au Nord Vietnam.

32Pascal Podwojewski1a, Didier Orangea, Pascal Jouqueta, Thierry Henry Destureauxa, Van Thiet Nguyenb, Pham Van Rinhb, Do Dui Phaib, Tran Duc Toanb

331 : Correspondant : Pascal. Podwojewski@ird.fr ; a : IRD, UMR 211 BIOEMCO ; b : SFI (Soils and Fertilizers Institute, VAAS, MARD), Dong Ngac, Tu Liem District, Hanoi, Vietnam.

34Résumé

35Un bassin versant de 50ha localisé sur fortes pentes au Nord Vietnam a été équipé depuis 1999 pour suivre le bilan hydrique ainsi que les pertes en terres et la qualité des terres et des eaux. Quatre sous-bassins ont été délimités pour suivre les effets de la mise en usage des sols comme les plantations d'arbres (principalement Acacia mangium, Venitia montana, Styras tonkiniensis or Eucalyptus sp.), les cultures annuelles représentées principalement par le manioc (Manihot esculenta Cranz) ou les plantations de fourrage (Bracharia ruziziensis) et leurs effets sur le ruissellement de surface et l'érosion. Trois parcelles d'érosion de 1m2 ont été installées pour contrôler durant 2 années consécutives le ruissellement et le détachement après chaque évènement pluvieux sur les cinq principaux types de mise en usage : culture annuelle de manioc, plantation de fourrage de Bracharia ruziziensis suivant une culture de manioc, une plantation d'arbres de type Acacia mangium, une jachère de 3 ans suivant une culture de manioc et une jachère avec des repousses d'eucalyptus régulièrement coupées. La pente varie de 40 à 100 % sur les versants cultivés. Les sols sont des Acrisols désaturés et acides. Ils sont profonds, argileux, très poreux avec une densité apparente < 1 g cm-3, et une très forte activité biologique.

36Grace à une initiative gouvernementale, un changement d'usage des sols a été constaté par l'abandon de la culture de manioc qui occupait 40 % de la surface à moins de 2 % au profit d'une jachère, de plantations d'arbres et de fourrage. Après 6 années de mesures, la quantité de sédiments exportés dans le Bassin versant principal est passée de 3,5t ha-1 à moins de 0,3t ha-1 et de 9,5 à moins de 0,5t ha-1 dans le sous bassin sous forêt.

37L'érosion est principalement active au début de la saison des pluies lorsque les sols sont à nu pour la plantation du manioc après le travail du sol, après le désherbage, et aussi après les principaux évènements pluvieux.

38Cette étude confirme que les cultures annuelles comme le manioc sont les principales responsables de l'érosion. Sous manioc, le ruissellement (16 %) est également le plus fort. Il est le plus faible sous les plantations arborées (< 5 %). Les plantations de fourrage ne diminuent pas immédiatement le ruissellement mais diminuent fortement le détachement. Six années après l'abandon des cultures, cette érosion peut être considérée comme négligeable. L'activité biologique lombricienne, avec une production abondante de turricules sous les plantations arborées et sous jachère est presque absente sous manioc. Elle peut être considérée comme un facteur fortement limitant de l'érosion. D'une part l'activité biologique favorise la structuration du sol et la stabilité de cette structure d'autre part elle augmente fortement la rugosité de surface ce qui réduit le ruissellement.

39Mots clés : Vietnam, érosion, détachement, couvert végétal, cultures annuelles, activité biologique.

Influences des arbres sur le stock de carbone du sol et les risques d’érosion et de ruissellement dans les montagnes du Maroc.

40SABIR Mohamed1 & ROOSE Eric2

411. ENFI, BP 511 Salé, Maroc. Courriel : sabirenfi@wanadoo.net.ma 2. IRD, BP 64501, 34394 Montpellier cedex 5, France. Courriel : roose@mpl.ird.fr

42Résumé

43Dans le Rif et le Moyen Atlas, montagnes aux pentes raides, se posent des problèmes graves d’érosion et de protection de l’environnement. La pression démographique a transformé les paysages forestiers (sylvo-pastoraux) en une mosaïque de parcelles céréalières imbriquées avec un matorral dégradé. La réduction du couvert végétal est quasi généralisée, aboutissant au déclenchement de phénomènes d’érosion spectaculaires. Les rôles environnementaux de la forêt ne sont plus assurés. L’eau produite est de mauvaise qualité et les barrages s’envasent. Le stockage du C dans les sols est réduit au minimum. Cette étude a porté sur l’influence de l’utilisation actuelle des terres (forêt, matorral, céréale, agroforesterie, reboisement) sur la capacité du sol à stocker du carbone dans l’horizon humifère (stock C t/ha) et sur les indicateurs des risques de ruissellement (infiltration finale If mm/h, pluie d’imbibition Pi mm) et d’érosion (stabilité des macroagrégats du sol MA %).

44Les zones d’études situées dans le Rif sont à climat subhumide et à végétation (subéraie) dégradée. Un matorral de cistes surpâturé existe encore avec des reboisements de pins (40 ans). Les pentes sont moyennes à fortes (15-60 %). Les sols sont essentiellement peu évolués d’érosion, avec deux textures : sablonneux sur grès et argileux vertiques sur marnes ou argilites.

45Les zones d’études du Moyen Atlas sont à climat semi-aride sous chêne vert et subhumide sous chêne liège. La végétation forestière est relativement bien conservée. Les matorrals sont pâturés. Les sols étudiés sont brun forestier, brunifié, fersialitiques, calcimagnésique, vertisols, isohumique, hydromorphe et sablonneux. Les pentes sont moyennes (20 à 35 %).

46Un irrigateur a été développé pour simuler des pluies de 80 mm/h d’intensité et de 50 mm de hauteur sur 130 placettes (1m ²) représentant des répétitions (> 3) selon le type de sol, et l’utilisation des terres (forêt, matorral, céréaliculture). L’état de surface du sol a été caractérisé selon la méthode des points quadrats : Surface ouverte (SO %), surface couverte (couvert végétal au ras du sol CV %), résistance à la pénétration (PEN kg/cm ²), densité apparente (da g/cm3) et humidité de surface (H %). Le stock de C du sol a été calculé pour les 30 premiers cm à l’aide de 5 mesures de da et d’une mesure du taux de matière organique (MO %) pour chacune des 130 placettes.

47Dans les montagnes du Rif sous chêne liège, le stock de C du sol atteint 95 t/ha sous forêt, 70 t/ha sous matorral pâturé (- 26 %) et 53 t/ha sous culture (- 46 %). Dans le cadre des tentatives de restauration des sols, l’association d’arbres fruitiers à la céréaliculture (agroforesterie) ramène le stock de C à 71 % et le reboisement des terres dégradées en pins à 93 %, après 40 ans.

48Dans les montagnes du Moyen Atlas, sous chênes liège et vert, les sols sont plus poreux (da 0,6 à 1,4 g/cm3). Les taux de matière organique (8 à 13,8 %) et des agrégats stables à l’eau (35 %) sont plus élevés. Les infiltrations finales sont importantes (70 mm/h). Les coefficients de ruissellement (10 à 15 %) et les détachabilités (0 à 20 g/m ²/h) sont faibles.

49La réduction du stock de C par la mise en culture est plus importante dans les sols à texture sablonneuse qu’argileuse. La corrélation entre le stock de C et le couvert végétal au ras du sol n’est pas significative et peu significative avec les indicateurs d’infiltration (Pi et If). Le taux d’infiltration finale est lié positivement à la MO et à la surface ouverte du sol et négativement à la cohérence et à la densité apparente du sol de surface. La pluie d’imbibition est positivement liée à la MO et à la surface ouverte du sol. La stabilité des macro-agrégats est liée significativement à la MO, notamment pour les sols argileux.

50La forte pression démographique, se manifestant par une mise en culture et un surpâturage des terres forestières, entraîne en quelques années, une chute de moitié du stock de C et un tassement de la surface du sol. Les risques de ruissellement et d’érosion augmentent avec la dégradation du couvert végétal. La reforestation permet de restaurer la situation, mais elle est rarement acceptée par les paysans dont on soustrait une partie de leur parcours. L’agroforesterie, notamment les arbres fruitiers, en améliorant le stock du C et les caractéristiques hydrodynamiques des sols, permet une agriculture de montagne durable et mieux acceptée par les paysans.

51Mots-clés : Maroc, Sols, Utilisations des terres, Stock de carbone du sol, Indicateurs, Infiltration finale, Pluie d’imbibition, Macro-agrégation, Simulation de pluies.

Analyse des facteurs d'érosion des sols selon le modèle USLE de Wischmeier et Smith, 1960. Cas de Laplate, 1ère section communale de Bassin Bleu (Département du Nord’Ouest, Haïti)

52SADRACK Désir

53desirsadrack@yahoo.fr

1. Problématique

54En Haïti, la dégradation de l’environnement constitue un problème majeur (Frère, 2002). Le Ministère de l’Environnement dans son plan d’action pour l’environnement souligne que les problèmes de l’environnement en Haïti sont identiques aux grands problèmes mondiaux de déboisement de forêts naturelles, de pollution, de sédimentation du littoral et d’érosion des sols.

55La section communale « Laplate », située dans le département du Nord Ouest d’Haïti n’échappe pas à cette problématique. Dans cette zone, la décapitalisation des exploitations agricoles jointe au manque d’encadrement technique sont parmi des facteurs de dégradation des terres causée par l’érosion hydrique (Jeudi, 1997). L’objectif de cette étude consiste à analyser les facteurs d’érosion des sols au niveau de Laplate.

2. Présentation du milieu

56Laplate est la première section communale de Bassin Bleu et s’étend sur 68,52 km ² (IHSI, 1998). Elle est située à plus de 600 m d’altitude et reçoit annuellement 1000 à 1200 mm de pluie (Frère et Goutier, 1966). Les sols sont de type limonosableux.

3. Méthodologie

57La méthodologie est axée d’une part sur des mesures (pente, superficie des parcelles) et une enquête de terrain d’autre part. Cette enquête a été menée au niveau des trois localités de Laplate (Nérou, Dérac et Odigé) à raison de 25 planteurs par localité, avec pour chaque planteur une parcelle considérée. Soit un nombre de 75 parcelles sur un total de 1230 parcelles agricoles que compte Laplate pour 420 planteurs. Ensuite, nous avons consulté des documents traitant de la situation foncière à Laplate. En outre, le calcul des pertes en sols au niveau parcellaire a été effectué au moyen de l’équation universelle de pertes en sols (USLE). Pour ce faire, sur chaque parcelle inventoriée, les données enregistrées concernaient les facteurs pluviométrie, texture du sol, pente de terrain, cultures et pratiques agricoles. Enfin, nous avons effectué une analyse de corrélation entre ces différents facteurs de l’équation USLE dans le logiciel de traitement statistiques Statistica.

4. Résultats

58Les mesures effectuées sur le terrain montrent que la pente des 75 parcelles inventoriées se situe dans la fourchette allant de 12 à 25 % et celui de la superficie oscille entre 2.000 à 24.000 m ². L’enquête réalisée montre aussi que les cultures se retrouvent le plus souvent en association. La culture dominante est le maïs. La situation foncière est dominée par des terres en faire valoir indirect avec des contrats de fermage allant de 6 à 12 mois entre le propriétaire et l’exploitant (Pierre, 2005). De plus, le calcul des pertes en sols effectué au niveau des parcelles inventoriées est compris entre 4 à 140 tonnes/ha/année comparé à la perte en sols tolérable qui est de 4 tonnes/ha/année pour les sols sableux (Xanthoulis, 2009).

59A Laplate, la majorité des parcelles cultivées (75 %) se trouvent dans des pentes supérieures à 10 %, où la végétation naturelle a été détruite au profit des cultures sarclées (le maïs par exemple) et où les méthodes culturales sont inadaptées comme par exemple l’agriculture sur brulis et le défrichement. Enfin, l’analyse de corrélation effectuée entre facteurs dans le logiciel Statistica montre que les pratiques culturales sans structures conservationnistes et la pente de terrain influencent le plus les pertes en sols à Laplate. Dans cette zone, les agriculteurs exploitent leurs parcelles sans aucune norme technique de conversation. Ce qui entraine au moment des fortes pluies l’érosion hydrique des sols. Par ailleurs, les cultures sarclées pratiquées sur des pentes supérieures à 10 % ne font qu’accentuer le processus de dégradation des terres causé par l’érosion hydrique.

5. Discussion/conclusion

60L’analyse effectuée entre différents facteurs montre que les mauvaises pratiques agricoles ainsi que la pente entrainent l’érosion hydrique des sols à Laplate. Pour mieux cerner ce problème, il convient de former les planteurs et d’améliorer la sécurité foncière. La formation à l’intention des planteurs devrait se porter sur les techniques conversationnistes et culturales simplifiées. Celles conversationnistes consisteraient à initier l’agriculteur à mettre en place des bandes enherbées, des haies vives et des terrasses sur courbe de niveau au niveau parcellaire complétées par l’installation de structures biologiques (clayonnage/fascinage) et mécaniques (seuils en pierres sèches) dans les ravines. Les bandes enherbées ainsi que les haies vives devraient s’établir sur des parcelles dont leur pente est inférieure à 12 %. Elles protègent le sol contre l’érosion hydrique en réduisant la vitesse de l’eau et en retenant des sédiments. La mise en place des terrasses devrait s’effectuer sur des pentes comprises entre 12 et 50 %. L’aménagement des ravines au niveau parcellaire permet d’éviter les dégâts en aval et favoriser l’infiltration de l’eau dans le sol. Quant aux techniques culturales, elles auraient pour objectif à initier l’agriculteur à implanter sur courbe de niveau et dans le sens perpendiculaire de la pente des cultures intercalaires (le haricot par exemple) dans les rangs des cultures sarclées. Ce qui va permettre une bonne couverture du sol. Pour améliorer la sécurité foncière, les contrats de ferme entre le propriétaire et l’exploitant devraient s’étendre sur une période allant de trois à cinq ans. Ce qui permettrait à ce dernier d’effectuer des travaux de protection de sols comme par exemple l’incorporation à la parcelle des résidus de culture et aussi de pouvoir tirer profit de sa production.

61Mots clés : Haiti, Laplate, USLE, sécurité foncière, pente, LAE

Aspects socio-économiques de la lutte antiérosive au Sénégal

62SENE Ibra

63Courriel : seneibson@yahoo.fr

  • 1 MANE, Landing (1990) études et cartographie des milieux biophysiques du terroir de Kissane (région (...)

64Problématique La zone du plateau de Thiès est caractérisée par la prédominance de formations lithologiques friables telles que les sols squelettiques (Landing Mané, 19941). Pendant certaines périodes de l’année, on note des écoulements de type torrentiel débordant des chenaux pour inonder de larges espaces. La brutalité des écoulements entraîne souvent des ravinements intenses dans les paysages des forêts et des terroirs villageois. Les ravins font partie des indices de l’état de dégradation avancé de la zone du plateau. Ils sont particulièrement visibles dans la zone de Allou Kagne à Mont Rolland, à Kissane, dans le Diobass etc. En relation avec des ONG ou associations de base, plusieurs initiatives de lutte antiérosive sont notées dans cette zone.

65Présentation de la zone : La zone du Plateau de Thiès se situe à l’Ouest du Sénégal, dans le bassin sédimentaire Sénégalo-mauritanien sur un substratum essentiellement composé de dépôts du crétacé et du tertiaire. Cette zone recouvre la totalité de la zone éco-géographique appelée zone des massifs qui intègre le horst de Ndiass et le plateau de Thiès. Elle couvre une superficie approximative de 2 160 km², abrite 10 communautés rurales et 3 communes. Sa population en 2006 est de 665 130 habitants qui sont répartis dans les trois départements (Thiès, Mbour et Tivaouane). L’ensemble de la zone du Plateau de Thiès est un écosystème composé et défini par le Plateau de Thiès au sens strict, le massif de Ndiass et leurs zones d’influences respectives.

66Méthodologie : Revue documentaire, visite de terrain, guide d’entretien avec les bénéficiaires : Participation des acteurs, degré d’implication et système d’implication (motif de la participation),-guide d’entretien exploratoire pour les responsables des projets, grille d’observation participante

67Résultats :

  • participation massive (75 %) des femmes aux actions de lutte antiérosive,

  • la participation rémunérée est source de motivation, faiblesse des moyens financiers de la LAE,

  • dissymétrie entre acteurs locaux (analphabétisme) et partenaires,

  • logique de concurrence entre responsable de projet,

  • manque de concertation avec les populations sur les zones cibles de la lutte antiérosive,

  • manque d’articulation des niveaux de décision, - incohérences institutionnelles,

68Mots-clés : Sénégal, aspects socio-économiques, projet de LAE

Notes

1 MANE, Landing (1990) études et cartographie des milieux biophysiques du terroir de Kissane (région de Thiès Sénégal), UCAD. mémoire de maîtrise, .133p

© IRD Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540