Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Lutte antiérosive

Thème 6. Aspects socio-économiques de la lutte antiérosive

Synthèse des principaux éléments des bilans effectués durant les quinze dernières années

Alex Bellande

Full text

1Depuis 1990, plusieurs bilans des expériences d’aménagement de bassins versants à l’échelle nationale ont été réalisés. Ils ont été commandités par différentes institutions bilatérales et multilatérales (principalement l’USAID et les agences du système des Nations-Unies) ou sont le produit d’universitaires et techniciens impliqués dans ce type d’intervention dans le pays. Pour les besoins de cette étude, nous en avons consulté sept. Nous retiendrons ici certains points de concordance entre ces différentes analyses sur des questions d’ordre technique, économique, social et institutionnel.

2Les agriculteurs adoptent des techniques de culture protectrices de l’environnement quand elles génèrent des bénéfices économiques à court terme qui justifient l’investissement supplémentaire en travail ou en capital. Dans les conditions actuelles, la conservation des sols et la protection de l’environnement ne sauraient constituer des objectifs prioritaires pour les agriculteurs. Les structures antiérosives exigent un travail important (200-500 jours/ha.). On a donc intérêt à intégrer la promotion de cultures à forte valeur marchande et offrant des opportunités de revenu à court terme aux programmes d’aménagement.

3Par rapport aux structures antiérosives établies sur les flancs de montagne, l’aménagement des ravines présente des avantages dans ce sens. Il permet dans un premier temps de « récolter » l’érosion et de créer rapidement des micro-milieux plus fertiles et humides qui peuvent être plus facilement rentabilisés. Certaines expériences récentes vont plus loin et associent des aménagements de ravines en maçonnerie à des petits ouvrages de stockage de l’eau (puits et citernes).

4Le matériel végétal de départ pour les cultures à forte valeur marchande est toutefois souvent coûteux pour des agriculteurs disposant de faibles ressources. On a intérêt à en offrir gratuitement ou à des prix fortement subventionnés dans la plupart des situations. L’offre de matériel végétal doit aussi tenir compte des objectifs de minimisation des risques et de diversification des revenus des producteurs.

5Les projets qui ont fourni gratuitement des espèces d’arbres adaptés aux conditions écologiques et aux différents besoins des exploitations paysannes ont connu certains succès. Les paysans plantent des arbres pour l’alimentation familiale, l’alimentation des animaux, la production de combustible, pour régénérer des espaces dégradés, pour constituer une épargne à long terme... Les arbres greffés particulièrement sont en forte demande, car ils permettent d’obtenir une production rapide et d’étaler les périodes de production quand il s’agit de variétés d’avant ou arrière saison.

6Le développement de débouchés plus larges et de circuits commerciaux plus fluides et efficaces pour certains produits doit être considéré comme une composante importante d’une politique d’aménagement. On doit s’intéresser non seulement aux filières d’exportation, qui tendent à s’élargir avec le développement des échanges avec la République Dominicaine, mais aussi aux possibilités importantes qu’offre actuellement le marché local pour l’extension de cultures utiles sur le plan de la préservation de l’environnement. Depuis les années 1980, la demande urbaine en fruits à valeur calorique élevée (avocat, véritab, mangue...) est forte ainsi que celle de bois pour la construction et la fabrication de meubles.

7D’autres opportunités de développement de filières rentables et durables doivent être investiguées. L’une d’entre elles pourrait être la culture de la canne à sucre en zone de basse montagne et sa transformation en sucre artisanal, sirop et clairin (alcool). On peut citer également le lait et ses produits dérivés, le maraîchage, la production d’huiles essentielles... La production de charbon peut aussi être développée à travers des systèmes d’exploitation durables.

8Jusqu’à présent, les projets, même ceux qui comptent certaines réussites, n’ont jamais permis l’aménagement de l’ensemble d’un bassin versant. Un engagement des autorités nationales et locales en faveur d’actions sur le long terme et à différents niveaux sont nécessaires pour parvenir à ce résultat. On compte par contre de nombreux exemples de situations où les agriculteurs eux-mêmes, sans l’aide de projets, mettent en place des systèmes agro-forestiers plus ou moins denses au niveau de petites régions. Il est important de saisir les facteurs qui favorisent ou freinent l’extension de ce type de culture dans chacune des situations particulières.

9L’intégration de groupements locaux existants ou la création de groupements spécifiques pour les aménagements peut faciliter le passage de l’échelon parcelle à un échelon supérieur. Par exemple, en regroupant les exploitants d’un micro-bassin versant ou ceux qui exploitent des tronçons sur la longueur d’une ravine. Les diverses formes d’échange de travail et d’autres services à l’intérieur des groupes peuvent faciliter la mise en place des aménagements. Toutefois, dans des situations où les rapports sociaux sont fortement hiérarchisés, certains groupements qui se posent en intermédiaires obligés des interventions peuvent aussi constituer un frein pour l’action.

10La structure « projet » est mal adaptée aux exigences de la tâche. L’horizon de trois à cinq ans de la plupart des projets est trop court pour parvenir à des résultats significatifs. Il n’existe aucun exemple historique d’aménagement de bassins versants sur 5 ou même 10 ans. Les projets se caractérisent aussi souvent par des lourdeurs institutionnelles qui freinent l’action sur le terrain, un manque de continuité et sont sensibles aux « effets de mode ».

11Il faut établir des priorités. Aménager les 350.000 has de pentes comprises entre 20 et 50 % au rythme de 5.000 has. par an exigerait 70 ans. L’étude BDPA-SCETAGRI financée par la Banque Mondiale en 1990 proposait de définir des zones prioritaires en fonction de trois critères : zones au plus fort potentiel agronomique, pentes les plus faibles nécessitant moins d’investissement, bassins versants où l’érosion risque d’avoir les effets les plus négatifs sur les infrastructures et l’activité économique. Le MARNDR et l’USAID ont également effectué des études dans ce sens.

12Les questions foncières doivent être bien comprises. La sécurité de tenure est un facteur important dans la prise de décision d’un exploitant d’aménager une parcelle et constitue une contrainte significative à terme. Des nuances s’imposent toutefois. Même dans le cas de statuts qui théoriquement ne favorisent pas les investissements (fermage, métayage, certaines formes d’indivision), c’est en fait la perception qu’a l’agriculteur de la durée de sa jouissance qui est le critère primordial. La nature des rapports entre propriétaires et exploitants peut prendre diverses formes. Dans le court terme, il y a une marge importante pour l'aménagement de terrains où la sécurité de tenure est satisfaisante.

13Il y a un besoin important de formation dans le domaine de l’aménagement des bassins versants. La complexité des problèmes à résoudre fait que les responsables et techniciens impliqués dans l’exécution des interventions doivent posséder un savoir et des savoir-faire qui relèvent de plusieurs disciplines : génie rural, agronomie, sciences sociales... La formation paysanne devrait faire une large part aux échanges entre agriculteurs de différentes régions.

14Il n’y a pas toujours pas de solutions « prêt à porter ». Il y a effectivement des principes et des réussites dont on peut s’inspirer. Cependant, il convient d’adapter les interventions aux caractéristiques particulières à chaque situation et de continuer à évaluer et à capitaliser sur les résultats. Les différentes instances étatiques concernées ont un rôle important à jouer dans ce domaine.

Bibliography

Bibliographie

Bellande, A. ; 2009. Impact socio-économique de la dégradation des terres en Haïti et interventions pour la réhabilitation du milieu cultivé. MDE/CEPALC/PNUD.

Bureau, J. C. ; 1986. Note de synthèse sur les actions de conservation des sols en Haïti. MARNDR-FAMV-Mission Française de Coopération et d’Action Culturelle.

Brochet, M. 2002 Les stratégies de lutte contre l’érosion et l’aménagement de bassins versants en Haïti. Séminaire AUPELF, Madagascar.

Initiative Régénération Haïti ; 2010. Étude des leçons apprises dans la gestion des projets environnementaux en Haïti. PNUE.

Murray, 1979. Terraces, trees and the Haitian peasant. An assessment of twenty five years of erosion control in Haïti. http://www.clas.ufl.edu/users/murray/Research/Haiti/Terraces.Trees.and.the.Haitian.peasant/tthp.1.pdf

Murray, G. F. et Bannister, M. E. ; 2004. Peasants, agroforesters, and anthropologists : A 20 years venture in income generating trees and hedgerows in Haïti. Agroforestry Systems 61, pp. 383-397.

Rajabansee et al. ; 1990. USAID’s Haiti Hillside Strategy : An evaluation of an approach. USAID.

Smucker, G. et al., 2007. Environmental vulnerability in Haiti. Findings and Recommendations. USAID.

Toussaint, J. R., 2010. Leçons apprises en gestion des bassins versants : Perspectives du MDE.

White, T. A., 1994. Policy lessons from history and natural resource projects in Haiti. Department of Forest Resources, Univ. of Minnesota, Working Paper no. 17.

Author

Expert freeland, 16380 SW 293 STHomestead, FL 33033, USA. Courriel : Abellande@aol.com

© IRD Éditions, 2012

Terms of use: http://www.openedition.org/6540