Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lutte antiérosive

Thème 6. Aspects socio-économiques de la lutte antiérosive

Effets des crises politiques au Burundi sur les processus érosifs dans la région du Mirwa Central

Théodomir Rishirumuhirwa

Résumé

Le Burundi a traversé, de 1993 à 2005, une crise politique grave qui eu comme conséquence des massacres interethniques à répétition, des vols et pillages, un déplacement de populations et l’abandon des exploitations agricoles.
Cette crise a particulièrement touché la région du Mirwa Central (contreforts surplombant la ville de Bujumbura à l’Ouest du Burundi) en raison de la persistance des rébellions armées, très actives autour de la capitale. Elle a été à l’origine d’une crise érosive très grave avec de lourdes conséquences tant à l’amont (fortes pertes en terres dans les champs et les pistes rurales, érosions des berges et ravinement) qu’à l’aval (envasement des embouchures des rivières, inondations et destructions des infrastructures dans la plaine de l’Imbo et dans la ville de Bujumbura).
En effet, la région du MIRWA présente de très hauts risques d’érosion en raison de sa géomorphologie avec des pentes très escarpées (dépassant en moyenne 50 %), très longues (plusieurs centaines de mètres), une pluviosité abondante (plus de 1100 mm/an) et à fortes intensités, des sols fragiles exposés aux ravinements, aux glissements de terrains et aux pertes en terre très importantes.
Dans ce contexte, RISHIRUMUHIRWA (1997) a évalué les risques d’érosion sous cultures entre 3 et 978 tonnes de pertes en terre par hectare et par an, avec des indices C de l’équation de Wischmeier variant de 0,1 à 0,7 selon les systèmes d’exploitation.
D’autre part, DUCHAUFOUR (1991) a montré que les systèmes agricoles à très fortes densité bananière, comme on les rencontrait avant la crise dans le Mirwa central, étaient particulièrement efficaces en gestion et conservation des sols avec des pertes en terre insignifiantes (0,1 t/ha/an) dans des bassins versants de pentes moyennes de 50 % et plus.
Ces systèmes ont été laissés partiellement ou complètement à l’abandon pendant plusieurs années en raison des déplacements de populations avec comme conséquence, le manque d’entretien des cultures et la régression du couvert végétal. La réduction de ce manteau protecteur a livré les sols à une érosion intense (qu’on peut estimer à plus de 500 tonnes/ha/an avec un indice C voisin de 0,5).
Face à cette situation, les autorités politiques tentent de résoudre timidement les problèmes à l’aval pour protéger la ville de Bujumbura en aménageant, partiellement, les rivières qui la traversent. Une solution durable ne peut se concevoir sans un vaste programme de réhabilitation des bassins versants du Mirwa Central impliquant le retour à une paix durable, la réhabilitation des exploitations agricoles, le reboisement et une sensibilisation des communautés locales à une gestion durable des écosystèmes et des exploitations agricoles.

Texte intégral

1. Le milieu physique

1.1. Géomorphologie

1La région naturelle du Mirwa couvre les escarpements surplombant la plaine de la Ruzizi (Plaine de l’Imbo) et s’étendant à l’Ouest du Burundi sur une bande allant de la frontière rwandaise à une quarantaine de km au Sud de la ville de Bujumbura. Elle est limitée à l’Est par la crête Congo-Nil.

2Le Mirwa central en occupe la partie centrale, forme un arc de cercle à l’Est de la ville et couvre la province administrative de Bujumbura Rurale.

3Du point de vue géomorphologique, Le Mirwa central fait partie du système du grand Rift valley africain qui s’étend de la corne de l’Afrique au Sud du lac Malawi après avoir traversé l’Ethiopie, le Kenya, l’Ouganda, l’Est du Congo, le Rwanda, le Burundi, la Tanzanie et la Zambie.

4Ce système se caractérise au niveau du Burundi par le fossé d’effondrement occupé par la plaine de la Ruzizi et le lac Tanganyika à l’Ouest.

5La région du Mirwa dont la partie centrale est occupée par la zone étudiée, est formée par les escarpements qui surplombent cette plaine sur une bande large de +/ - 20 km de large à l’Est avec des altitudes variant de 1100 au contact avec la plaine à 2000 m au niveau de la ligne de partage des bassins du Congo et du Nil. Cette région accuse des pentes généralement supérieures à 50 % et pouvant dépasser 90 % (RISHIRUMUHIRWA, 1997).

1.2. Climat, sols, population et végétation

6Le climat de cette région est de type Aw4 aux altitudes inférieures vers la plaine et le lac Tanganyika pour tendre vers le Type Aw3 en altitude et Cw3 au contact de la crête Congo-Nil. Les températures moyennes y varient de 20° à 16° et les précipitations de +/ - 1100 à 1800 mm par an en allant de l’Ouest vers l’Est.

7Les sols les plus couramment rencontrés dans la région du Mirwa Central sont des sols récents tropicaux et des kaolisols, décrits comme des ferrisols et ferralsols (ISABU, 1990) à dominance argileuses, dérivés de schistes micacés s’érodant en rigoles et ravines. Les glissements de terrains y sont tout aussi fréquents que spectaculaires.

8Sur le plan humain, la région du Mirwa central est une des plus peuplée du Burundi. Elle avait une densité de population comprise entre 400 et 590 habitants/km2 selon le recensement générale de la population (1990). On peut l’extrapoler actuellement de 650 à 1000 habitants/km2 si l’on tient compte du taux d’accroissement de la population qui double tous les 25 ans au Burundi.

9Cette région était jadis occupée par une végétation naturelle forestière en prolongement des forêts de montagne caractéristiques des zones de hautes altitudes de la crête Congo-Nil. Le peuplement de cette région a vu cette végétation régresser et laisser place à des systèmes culturaux très complexes à forte dominance bananière surtout sur des sols à bonne fertilité.

2. Risques d’érosion

10Les risques d’érosion ont été étudiés pour l’ensemble du Burundi (RISHIRUMUHIRWA, 1997) sur base des caractéristiques du climat (érosivité), de la nature des sols (érodibilité) de la longueur et du degré de pentes, des caractéristiques de la végétation naturelle et des systèmes culturaux. (USLE de Wischmeier et Smidt, 1978)

11Selon cette étude, les risques sont modérés en plaines, inférieurs à 50 tonnes par ha et par an, mais augmentent considérablement avec les pentes, le climat, les sols et les systèmes culturaux.

12Dans le cas de la région du Mirwa, il est apparu que l’indice climatique est parmi les plus élevés de ceux observés au Burundi avec une moyenne de 475 et une érodibilité des sols assez modérés (0,07 à 0,14) comme la plupart des sols du pays.

13Le facteur pente, est sans conteste, le facteur explicatif de l’érosion le plus important dans le Mirwa, en général, et dans le Mirwa central en particulier. L’indice de pente atteint facilement 21 lorsque la déclivité dépasse 50 % et la longueur des champs de l’ordre de 40 m.

14La combinaison des différents facteurs montre que les risques d’érosion de la région du Mirwa peuvent atteindre 950 tonnes par ha sur des terres nues à très fortes et longues pentes. Cette étude confirme les résultats de l’ISABU (1990) qui ont démontré que l'agressivité des pluies varie de 400 à 650 avec une moyenne de 550 à Mwisare (Rushubi1), situé à 1750 m d’altitude et où les précipitations moyennes annuelles sont de l’ordre de 1650 mm.

15L’érodibilité observée dans la même station et région varient de 0,08 à 0,13 sur sols ferrallitiques développés sur schistes.

16Il est apparu que dans ce contexte, la bonne résistance des sols à l’érosion est liée aux pratiques culturales des agriculteurs très complexes où le bananier constitue un pivot des systèmes traditionnels d’exploitations.

3. Erosion des terres dans le Mirwa Central avant la Crise

17L’étude de l’érosion dans le Mirwa central a été menée par l’ISABU aux stations de Rushubi 1 et 2 en commune d’Isale et en commune de Kanyosha.

18Les objectifs poursuivis portaient notamment sur le fonctionnement hydrodynamique des sols des sites étudiés ; les mesures des pertes en terre et le ruissellement ; le développement des techniques de GCES adaptées à la région et assurant un meilleur fonctionnement des exploitations agricoles.

19Les pertes en terre sur sol nu atteignent plusieurs centaines de tonnes par an avec des pics d’une centaine de tonnes/hectare pour une seule pluie à très forte érosivité.

20L’importance de ces pertes en terre a été confirmée à la station Rushubi 2, située dans la même région mais à plus basse altitude où on a observé 4000 tonnes de terres perdues sur sol nu en 5 ans, soit une moyenne de 800 tonnes par hectare et an (ISABU, 1983).

3.1. Méthodes de lutte antiérosive et leur efficacité

3.1.1. Méthodes mécaniques

21Les résultats obtenus ont confirmé l’efficacité des terrasses radicales. Leur mise en place nécessite une forte main-d’œuvre (500 à > 1000 h. jours), perturbe les horizons de surface dont la fertilité ne peut être maintenue que par un apport important de fumure organique. Dans le contexte du Mirwa central, ces terrasses présentent de forts risques de glissements de terrains surtout sur des matériaux schisteux, sur micaschistes ou gneiss très fréquents dans la région. Dans ce contexte, les terrasses progressives constituent une bonne alternative.

22L’autre technique très courante, introduite déjà du temps colonial, est l’aménagement de fossés isohypses. Ces fossés doivent être associés aux bandes enherbées pour la production du fourrage. Une variante intéressante est de les utiliser comme "compostières" où on accumule des déchets végétaux avant d’y planter des cultures pérennes comme le bananier.

23Les autres techniques pratiquées à petite échelle par les agriculteurs sont les lignes de pierres et des déchets de labours. Leur efficacité est très mitigée si les espaces entre les pierres ne sont pas colmatés. Il est dès lors conseillé d’utiliser les déchets de labour comme paillis.

3.1.2. Dispositifs biologiques

24Les méthodes biologiques se révèlent bien plus intéressantes que les dispositifs mécaniques. Le reboisement avec des espèces produisant une litière abondante est particulièrement efficace même sur de fortes pentes (perte en terres d’une tonne/ha/an en première année et un ruissellement annuel moyen de 0,1 % d’après le rapport de la MFCZN, (1983). Dans la région du Mirwa, les espaces pour des reboisements en blocs font défaut en raison de l’exigüité des exploitations. Des bandes de boisements et l’agroforesterie sont de bonnes alternatives qu’on rencontre chez les agriculteurs.

25Les haies vives où l’on associe les graminées et arbustes légumineux, fixatrices d’azote freinent le ruissellement et les pertes en terres, fournissent du fourrages, des tuteurs pour les cultures volubiles et du bois de feu.

3.1.3. Bananeraies et autres cultures vivrières

26La région du Mirwa est l’une des plus productrices de banane. L’importance de cette culture est particulièrement significative dans les sols fertiles (ferrisols humifères et anthropiques). Elle joue un rôle capital dans la gestion et la conservation des sols par l’importance des déchets organiques qu’elle produit (stipes et feuilles mortes). Ces déchets sont en partie laissés dans les bananeraies, jouant de ce fait le rôle de paillis dont l’efficacité a été confirmée et par l’ISABU (1992) et par RISHIRUMUHIRWA (1997). C’est l’une des cultures les plus intéressantes au regard des résultats résumés dans le tableau ci-après.

Type de végétation

Indice C

Sol nu

Bananeraie + paillis abondant

Bananeraie + paillis en bandes

Bananeraie + paillis en couronne

1

0.001

0.03-0.06

0.1 – 0.2

Source : Rishirumuhirwa, T., 1997

Type de végétation

Indice C

Sol nu

Culture paillée/pinède

Bananeraie

Manioc traditionnel

Patate douce traditionnelle

Association haricot-maïs

1

0.001

0.07-0.14

0.10-0.16

0.53

0.62

Source : Rapport annuel ISABU 1989-1990

27Ce tableau met clairement en évidence l’importance du bananier à côté des autres cultures dont l’efficacité est dépendante de l’espèce considérée, de la fertilité des sols et de la prévalence des maladies qui influent sur la production de biomasse susceptibles d’être mis à profit en gestion et conservation des sols.

4. Les bassins versants expérimentaux

28L’ISABU (1992) a étudié les pertes en terre dans deux bassins versants expérimentaux, respectivement de 4,5 et de 6,5 ha, situés dans cette région. Les résultats montrent des pertes en terre inférieures à 100 kg/ha/an.

29L’explication majeure de cette efficacité est attribuée aux pratiques agricoles des fermiers basées sur des associations complexes des cultures, à la redistribution des terres érodées qui finissent par être piégées dans les zones à forte occupation bananière.

30Ces résultats tendent à démontrer que les cultures traditionnelles ont une efficacité variable. Les bananeraies semblent jouer un rôle de premier ordre dans le piégeage des sédiments et dans la conservation des sols.

31Avant la crise de 1993, la gestion et la conservation des sols dans le Mirwa central étaient liées aux pratiques agricoles associant les cultures traditionnelles, les bananeraies l’agroforesterie et l’élevage. Si, au niveau des parcelles, des phénomènes d’érosion étaient observables et dépendantes de l’efficacité des systèmes d’exploitation mis en place par chaque ménage, la forte présence de bananeraies denses et des haies productrices de fourrage, réduisaient considérablement les pertes en terre au niveau des bassins versants.

5. La crise politique de 1993 et ses conséquences

5.1. Conséquences sociopolitiques

32La crise politique a débuté en octobre 1993. Elle s’est caractérisée par des tueries à grande échelle que d’aucun ont assimilé à un génocide comparable à ce qui a prévalu au Rwanda en avril 1994. On a ensuite assisté à un déplacement des populations vers des camps de réfugiés à l’intérieur du Burundi ou à l’extérieur (exil).

33Il s’en est suivi la constitution de bandes armées qui ont été particulièrement actives autour de la capitale en province de Bujumbura Rurale. Les confrontations régulières entre ces bandes et l’armée nationale ont été à l’origine de déplacements incessants des populations, aux pillages du bétail et des champs des agriculteurs, à la collecte d’impôts par l’administration légale (effort de guerre) et de l’administration parallèle.

34Cette situation a été à l’origine d’un recul des activités champêtres, à la régression de l’élevage et des bananeraies mal entretenues. L’augmentation de la population est une autre cause aggravant l’érosion. Il a été mis en évidence que les toitures des maisons concentrent les eaux collectées sur le toit qui sont responsables de ravinements.

5.2. Conséquences sur l’érosion hydrique

5.2.1. Effets en amont

35La déstructuration des exploitations, le recul de l’élevage, des cultures en général, et de la bananeraie, en particulier, ont conduit à une forte aggravation des phénomènes érosifs. Le contexte de guerre civile n’a pas permis d’en mesurer l’importance et d’en établir le bilan en amont. On a pu relever des effets tant au niveau de quelques champs que sur certains versants.

Photo 1 : Squelettisation du sol après disparition couvert végétal dans le Mirwa

Photo 1 : Squelettisation du sol après disparition couvert végétal dans le Mirwa

36Le déplacement des populations conduit à l’abandon des exploitations qui sont peu ou pas entretenues. Il s’en suit une forte érosion qui met à nu les rochers.

Photo 2 : Glissement de terrains

Photo 2 : Glissement de terrains

37Les zones qui sont restées relativement calmes et où les exploitations sont encore bien tenues (bonne couverture végétale et bonne occupation par les cultures), on observe les phénomènes classiques caractéristiques de cette région comme les glissements de terrains.

Photo 3 : Erosion liée aux mauvaises pratiques culturales

Photo 3 : Erosion liée aux mauvaises pratiques culturales

38En plus de l’érosion aratoire liée au déplacement des terres vers l’aval par le labour, on observe une érosion à la limite des parcelles. Le brûlis des mauvaises herbes détruit les déchets organiques dont le rôle protecteur antiérosif n’est plus à démontrer.

5.2.2. Effets à l’aval

39Les effets observés à l’aval des champs sont multiples et portent surtout atteinte aux infrastructures et à la qualité de l’eau. Les principaux sont :

  1. L’envasement du port de Bujumbura dont le dragage sera financé par la Belgique ;

  2. Les inondations dans la plaine de la Ruzizi et dans la ville de Bujumbura ;

  3. Les fortes crues des rivières qui traversent la capitale ;

  4. Les risques de destruction des infrastructures (ponts, bâtiments).

Photo 4 : Rue inondée du centre ville de Bujumbura après une averse

Photo 4 : Rue inondée du centre ville de Bujumbura après une averse

40Ces inondations sont encore plus spectaculaires vers le lac. Le quartier du port qui abrite les principales industries est régulièrement sous-eaux, parfois pendant plusieurs heures/jours après une forte pluie. Il en va de même de la route vers l’aéroport et d’une partie de la plaine de la Ruzizi inondée après de fortes averses.

Photo 5 : Inondations dans la plaine de la Ruzizi

Photo 5 : Inondations dans la plaine de la Ruzizi

41Ces inondations deviennent de plus en plus graves et fréquentes. Les environs de l’aéroport sur la route Bujumbura – Cibitoke restent parfois inondés pendant plusieurs jours, voire des semaines.

423° Fortes crues des rivières

43Les inondations observées en plaines traduisent un coefficient de ruissellement très élevé dans les bassins versants s’accompagnant de fortes crues des rivières qui les drainent comme le montrent les photos 6 et 7.

Photos 6 : Crue de la rivière Muha vers l’avenue

Photos 6 : Crue de la rivière Muha vers l’avenue

Photo 7 : Crue de la Muha en aval du pont sur la route Rumonge

Photo 7 : Crue de la Muha en aval du pont sur la route Rumonge

44Les crues des rivières s’accompagnent de fortes érosions des berges qui peuvent être spectaculaires.

454° les destructions des infrastructures (ponts, bâtiments).

46Plusieurs bâtiments ont été construits le long des rivières qui traversent la ville comme la Ntahangwa au Nord, la Muha à la lisière Sud du centre ville et la Kanyosha au Sud de la ville. Avec l’aggravation des phénomènes érosifs, les berges s’érodent rapidement, les glissements de terrains deviennent fréquents et menacent les bâtiments et les ponts.

47C’est notamment le cas du Lycée Clarté N. D. de Bujumbura, construit vers les années 1960. Cette école menace de s’effondrer suite à l’érosion des berges et aux glissements de terrains, très actives ces 10 dernières années, comme le montre la Photo 8.

Photo 8 : Bâtiments menacés d’effondrement – Lycée Clarté N. D. de Bujumbura

Photo 8 : Bâtiments menacés d’effondrement – Lycée Clarté N. D. de Bujumbura

Photo 9 : Bâtiment en cours de construction au dessus du ravin de la Ntahangwa menacé par un glissement de terrain

Photo 9 : Bâtiment en cours de construction au dessus du ravin de la Ntahangwa menacé par un glissement de terrain

48Les crues des rivières s’accompagnent régulièrement de fortes érosions des lits et des berges déplaçant d’importantes quantités de terre charriée vers le lac. La Photo 10 montre le décapage du lit de la Muha lors d’une averse exceptionnelle. Ce phénomène s’accompagne d’un affouillement des bases des ponts et de la destruction des ouvrages d’aménagement comme les barrages en gabions (photo 11).

Photo 10 : Erosion du lit de la rivière Muha lors d’une pluie exceptionnelle

Photo 10 : Erosion du lit de la rivière Muha lors d’une pluie exceptionnelle

Photo 11 : Affouillement des bas-côtés des ponts lors de la même pluie

Photo 11 : Affouillement des bas-côtés des ponts lors de la même pluie

5. Conclusions et recommandations :

49Le Mumirwa est sans conteste, l’une des régions du Burundi à très haut risque d’érosion (pentes, climat et sols). Elle a été longtemps protégée par sa végétation naturelle et des systèmes d’exploitation très complexes à très forte densité bananière.

50La destruction partielle ou totale des végétations naturelles et des boisements artificiels par une exploitation incontrôlée ainsi que la déstabilisation des systèmes d’exploitation ont aggravé les processus érosifs avec des effets graves sur le fonctionnement des BV et des rivières qui les traversent.

51En aval, les inondations et la menace sur les infrastructures se sont considérablement accrues. Les mesures prises pour y faire face sont incomplètes, mal orientées et surtout inefficaces. Elles négligent ou ignorent les causes qui se situent surtout en amont et ne s’occupent que partiellement des conséquences à l’aval.

52Cette approche ne résout que ponctuellement les problèmes d’inondation et de manière très limitée dans le temps.

53Il est urgent de réorienter les approches de GCES de cette région en s’attaquant aux vrais problèmes et aux causes qui se situent à l’amont sur les versants. Cette approche passe impérativement par la réhabilitation des systèmes traditionnels d’exploitation, par le reboisement des berges et des pentes trop fortes et par une approche de gestion durable des écosystèmes. Ceci ne sera possible que dans le cadre d’une stabilité politique durable et une implication plus importante des pouvoirs publics en charge de l’agriculture.

54C’est la seule approche qui permettra de relancer l’agriculture tout en réduisant la pauvreté pour le bien des populations paysannes des zones, des collines et des citadins qui sont à l’aval et qui en subissent les conséquences.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

BIZIMANA M., DUCHAUFOUR H., MIKOKORO C., 1992. : Les acquis de la recherche à l’ISABU en matière de protection et de restauration des sols

DUCHAUFOUR H. et PARTY J. P., 1988 : Etude de la conservation des eaux et des sols dans le Mumirwa. Cas de deux bassins versants en Commune Isale. Mission d'Appui technique à l'ISABU.

LASCOUX D. M., BITOKI O. et BIZIMANA M. : Lutte contre l'érosion : Synthèse des essais après la campagne 1985. Bujumbura. 30 p.

MFCZN, 1984 : Rapport annuel 1983.

I.S.A.BU, 1991, Département des études du milieu et des systèmes de production. Programme Agroforesterie Sylviculture et Erosion : Rapport annuel 1989-1990, partie érosion.

I.S.A.BU, 1989 : Rapport des Recherches Agronomiques 1988-1989.

I. S. A. BU, 1987 : Rapport des recherches agronomiques 1987.

RISHIRUMUHIRWA, T., 1992 : Ruissellement et érosion sous bananier au Burundi, in Bulletin Réseau Erosion n° 12.

RISHIRUMUHIRWA, T., 1993. : Potentiel du bananier dans la gestion et la conservation des sols ferrallitiques du Burundi. Cah. Orstom, sér. Pédol., 28, 2 : 367 - 383.

RISHIRUMUHIRWA, T., 1993. - Contribution des résidus du bananier en conservation de l’eau et du sol. - Bul. Réseau Erosion n° 13, IRD, Montpellier, 63 - 70.

RISHIRUMUHIRWA, T., 1997 : Rôle du bananier dans le fonctionnement des exploitations agricoles sur les hauts plateaux de l’Afrique orientale (application au cas de la région du Kirimiro – Burundi). Thèse n° 1636, EPFL, Lausanne, 302 p.

WISCHMEIER W. H., SMITH D. D. 1978. : Predicting rainfall erosion losses. A guide to conservation planning. USDA, Agriculture handbook n° 537, 58 p.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14282/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14282/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre Photo 1 : Squelettisation du sol après disparition couvert végétal dans le Mirwa
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14282/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Titre Photo 2 : Glissement de terrains
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14282/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Titre Photo 3 : Erosion liée aux mauvaises pratiques culturales
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14282/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Titre Photo 4 : Rue inondée du centre ville de Bujumbura après une averse
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14282/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre Photo 5 : Inondations dans la plaine de la Ruzizi
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14282/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Photos 6 : Crue de la rivière Muha vers l’avenue
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14282/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Titre Photo 7 : Crue de la Muha en aval du pont sur la route Rumonge
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14282/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Titre Photo 8 : Bâtiments menacés d’effondrement – Lycée Clarté N. D. de Bujumbura
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14282/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre Photo 9 : Bâtiment en cours de construction au dessus du ravin de la Ntahangwa menacé par un glissement de terrain
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14282/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre Photo 10 : Erosion du lit de la rivière Muha lors d’une pluie exceptionnelle
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14282/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 716k
Titre Photo 11 : Affouillement des bas-côtés des ponts lors de la même pluie
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14282/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 800k

© IRD Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540