Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Lutte antiérosive

Thème 6. Aspects socio-économiques de la lutte antiérosive

Aspects socio-économiques et démographiques du développement durable de la société rurale du Burundi

Socio-economic and demographic aspects of sustainable development of Burundiʼs rural society

Hervé Duchaufour

Resumen

Les autorités belges de l’époque coloniale exposaient des scénarios catastrophiques soulignant l’impact des densités de population sur la dégradation des sols et sur la baisse de la consommation alimentaire. Ils prévoyaient les pires famines si des mesures d’intensification et de redistribution des terres n’étaient pas opérées. Des calculs de superficie cultivable basés sur une alimentation d’une famille moyenne, ont donné lieu à diverses projections relatives à la politique de transfert des populations. Le législateur visait le développement économique de nouvelles régions vides de population et improductives par l’installation d’entreprise agricoles et le déplacement de populations rurales vers ces nouvelles terres.
Il est apparu qu’il valait mieux être circonspect sur l’utilisation des statistiques foncières. Le monde rural burundais évolue indépendamment des schémas malthusiens par le perfectionnement d’une agriculture conservatrice intégrant l’élevage, par le développement d’une activité artisanale ou encore, pour les situations les plus marginales, par un exode vers des régions vacantes. L’évolution dynamique des systèmes agricoles, basée sur l’activité agricole traditionnelle, a permis le doublement de la production en moins de 30 ans principalement sous l’effet de la pression démographique. Cette dynamique se traduit par une mutation des systèmes et pratiques culturales et l’adoption d’innovations dont l’objectif est le cumul du capital fertilité des terres pouvant accroître la productivité par unité de surface et par individu.

Belgian authorities of the colonial era formulated catastrophic scenarios highlighting the impact of population density on soil erosion and reduction of food consumption. They forecasted the worst famines if there was no measure taken to intensify and redistribute lands. Cropping area calculations based on alimentation of an average family have given rise to various projections related to population transfer policy. The legislator aimed to the economic development of new unpopulated and unproductive areas through the installation of agricultural enterprises and displacement of rural populations towards these new lands.
As it appeared, researchers needed to be cautious about the utilization of land use statistics. Burundi rural society evolves, independently from Malthusian schemes, through the improvement of a conservative farming integrating livestock, the development of handcrafting or, for the most marginal cases, through an exodus towards free lands areas. The dynamic evolution of the farming systems, based on traditional agriculture, allowed, in less than 30 years, to double production, mainly due to the effect of demographic pressure. This dynamics results in the mutation of the farming and cropping systems and the adoption of innovations with prospect to increase the capital “soil fertility” that can improve productivity per unit area and per individual.

Texto completo

Préambule

1Cet article est le fruit d’un ouvrage rédigé par l’auteur en avril 1995, intitulé « Le malaise social du Burundi rural : réalités historiques et actuelles de l’érosion ». Il fait l’objet d’un travail de synthèse d’une recherche menée par le Programme de Recherche pour la Protection de l’Environnement à l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi entre 1990 et 1995. Quelques données ont été réactualisées mais l’essentiel des résultats relate une situation au Burundi d’avant les années 2000.

Introduction

2Tout document traitant des problèmes de conservation et de restauration des sols font, dès leur introduction, une comparaison entre les terres protégées par un couvert forestier naturel et les terres exploitées par l’homme pour l’agriculture. Le bilan est toujours en défaveur du dernier cas. Pourtant l’homme s’est toujours entraîné à en réduire les effets néfastes. Si la mise en culture des terres augmente généralement les risques de dégradation, les sociétés rurales ont cherché à élaborer progressivement des méthodes pour maintenir à long terme leur productivité. Mais si les besoins évoluent trop vite, se développe une crise à laquelle les sociétés rurales ne pourront répondre. Le rôle de l’Etat et de l’aide bilatérale devient alors primordial pour aider cette société à surmonter cette crise en lui donnant les moyens financiers et techniques de produire mieux et différemment. En allant un peu plus loin que la thèse simplificatrice de l’homme destructeur et pilleur de biens environnementaux, nous verrons aussi la manière dont il combat pour empêcher qu’une terre ne meurt sous les effets déséquilibrants d’une exploitation outrancière et maladroite.

1. L’expansion démographique est-elle vraiment l’ennemi n°1 de la conservation du sol et du patrimoine naturel ?

1.1 Le schéma malthusien et ses solutions orthodoxes : bref aperçu de la colonie à nos jours.

3En évoquant les deux théories antagonistes de MALTHUS et BOSERUP, nous sommes amenés à réfléchir sur le problème de l’expansion démographique au Burundi, l’un des pays le plus peuplé d’Afrique avec le Rwanda. Y a-t-il un danger réel de crise alimentaire exercé par la pression sur la terre et autrement dit, surpopulation est-il synonyme de sous-développement ?

4A ce sujet, LE BRAS cité par GUIZOL (1993) fait remarquer que les faibles densités de population ne semblent pas plus propices au développement que le sont les pays surpeuplés. La réalité est plus complexe. Selon lui, 5 % de l’humanité vivant dans les pays faiblement développés avaient en 1990 une densité de 16,4 hab/km², les 10 % suivants une densité de 33,7 hab/km² alors que la densité moyenne mondiale était de 54 hab/km². Quant au continent africain, il est caractérisé par une densité démographique globalement faible avec ses 28 hab/km² (ONU, 2009). Pour ce même auteur, il n’y aurait pas de relation directe entre sous-développement et surpopulation. Les crises alimentaires du continent africain auraient davantage à voir avec des désordres politiques intérieurs sans oublier pour autant, les conditions climatiques défavorables qui touchent les pays sahéliens. En revanche, il souligne que la croissance démographique et les fortes densités locales ont un impact sur la dégradation des sols et sur la baisse de la consommation alimentaire.

5Au temps de la colonie, les ingénieurs belges analysent la situation en regard des problèmes du moment : multiplication des famines, persistance de la sousalimentation, déficience de la productivité vivrière et du bétail. A ces maux, les deux principaux remèdes proposés sont l’émigration du surplus de population et la réduction du cheptel bovin pour accroître la superficie cultivée. TONDEUR en 1948, ajoute l’autre alternative de maintenir la totalité de la population en place sous réserve de quatre conditions :

  • Une intensification maximum des cultures impliquant l’usage massif de fumier et de compost, voire d’engrais minéraux ; des dispositifs anti-érosifs efficaces, une amélioration des plantes cultivées ;...

  • Une intensification maximum des élevages avec stabulation, une saturation de l’espace par les cultures fourragères, le recours aux aliments concentrés et la fumure minérale des surfaces pâturées (avec ces deux propositions, TONDEUR avançait déjà à cette époque les bienfaits d’une gestion conservatoire de la biomasse et de la fertilité des sols) ;

  • Une redistribution rationnelle des terres au sein des localités ;

  • Un ralentissement de l’accroissement de la population.

6Il estime cependant que ces mesures d’intensification et de redistribution des terres n’apporteront qu’un soulagement qui sauvera temporairement le Ruanda-Urundi d’une évolution catastrophique. Pour lui, elles seront insuffisantes pour assurer un large développement des revenus de l’agriculteur en raison de l’exiguïté des surfaces par exploitation. En considérant le Ruanda-Urundi dans son ensemble, il trouve par habitant 57 ares de terres arables et 0,24 bête bovine. GUICHAOUA (1989) rapporte qu’en 1948, les superficies cultivées (topographiques) dénombrées par les autorités belges représentaient 30 % da la superficie du Ruanda-Urundi, alors qu’elles n’atteignaient que 1 % au Congo. Par ailleurs les documents de synthèse du ministère de l’Agriculture du Burundi retiennent en 1982 une surface de 39 ares par personne, c’est à dire une réduction de 2/3 par rapport à 1948.

7De ses calculs, TONDEUR (1948) confirme que chaque habitant disposerait de 16 grammes par jour de viande et de 0,045 litre de lait soit environ 2,6 grammes de matières grasses : « Si on considère en effet que le cheptel assure au maximum une petite bouchée de viande et un dé à coudre de lait par habitant et par jour, on doit conclure logiquement à la nécessité d’augmenter la productivité du cheptel si pas sa quantité ». Etant donné qu’il est difficile d’intervenir sur la croissance démographique, il propose finalement de réduire par émigration la densité de la population, d’intensifier rationnellement l’exploitation du bétail et d’accroître et maintenir « la relation cheptel/habitant ». En fin de compte, la superficie par habitant doit être suffisante pour assurer, outre sa propre alimentation, la production de produits qui peuvent être vendus en permanence au marché local.

8Le transfert envisagé d’une partie de la population rurale vers d’autres régions peu densément peuplées permettait de réaliser une amélioration sensible de la situation par une redistribution artificielle de l’occupation humaine. TONDEUR considère que la proportion de la population qui pourrait trouver de nouvelles terres de cultures ne dépasserait pas 5 % de la population du Ruanda-Urundi (3,5 millions en 1948). Il estime également que l’émigration proprement dite ne pourrait absorber plus de 4,2 %. De ces chiffres, il conclut : « les diverses mesures de déplacements de populations, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur du Ruanda-Urundi, en utilisant au maximum les régions vacantes, ne parviendraient donc pas à absorber plus de 9,2 % de la population totale du territoire...//. Si nous considérons maintenant que l’indice démographique est de 1,22 % au Ruanda-Urundi, nous pouvons conclure que l’efficacité des plus vastes programmes de transplantation de populations se limiterait à absorber pour une période de quelques sept années le croît annuel de la population. Si d’autre part nous considérions théoriquement que la population reste à son niveau actuel, le résultat obtenu se limiterait à augmenter de 9 % la superficie de terres disponibles par tête d’habitant, ce qui n’apporterait qu’une amélioration bien minime à la situation misérable des populations rurales ».

9En exposant de manière tragique le problème social créé par la surpopulation combinée avec la dégradation des terres, les conclusions les plus pessimistes pourraient se justifier. Mais très vite, il apparaît qu’il vaut mieux être circonspect sur l’utilisation des statistiques foncières.

10A la même époque, GOUROU (in GUICHAOUA, 1989) a évalué la superficie nécessaire par « mâle adulte valide » au Ruanda-Urundi à 3,5 hectares pour permettre la reproduction d’une famille moyenne. Ces résultats repris par le gouvernement belge, puis amplifiés dans un rapport des Nations Unies, donnent lieu à diverses projections relatives à la politique de transfert estimant qu’un total de 1 494 330 personnes seraient à transplanter hors du territoire d’ici 1959 pour maintenir des densités agricoles à la limite de la couverture des besoins vivriers. Mais ces chiffres sont ensuite tombés rapidement à 2,2 ou 5 hectares selon la pluviosité puis à 1,7 hectare en 1972 et certains auteurs proposaient même pour le Rwanda 1,07 hectares par exploitation en 1970 (SIRVEN, 1984). La notion de superficie cultivable semble être finalement relativement extensible et les chiffres bien aléatoires.

11BOUDERBALA dans son rapport pour « l’appui à la conception d’un code rural » (mission FAO, 1993) pose la question sur la définition de terre libre : « Est-ce une terre libre de tout droit réel ou d’une terre non exploitée ou insuffisamment exploitée ? ». Le concept, instauré par la législation coloniale, visait avant toute chose à créer des noyaux de populations dans des zones improductives que l’on désirait ouvrir à l’installation économique par l’installation d’entreprises agricoles européennes (TONDEUR, 1948). Depuis, ce concept a donné lieu aux abus que l’on sait. « Il parait inévitable de partir de ce que les agriculteurs locaux considèrent euxmêmes comme terres non utilisées et donc de négocier avec eux la définition des critères et les modalités de leur application » (BOUDERBALA, 1993).

12GUICHAOUA rapporte qu’en 1987, pour le Burundi, il restait encore quelques 560 000 hectares disponibles pour l’agriculture, les pâturages et les lotissements, soit de quoi lotir avec 1,7 hectares par ménage environ 325 000 exploitations nouvelles (tableau 1). Cela représente 11 ans de marge en reprenant le système d’hypothèses du ministère du Plan.

Tableau 1 : Disponibilité en surface par région naturelle du Burundi en 1987

Tableau 1 : Disponibilité en surface par région naturelle du Burundi en 1987

* 42 000 hectares sont exploités par les éleveurs du Bututsi Source : Données du Ministère du plan (in GUICHAOUA)

13Il faut retenir de ce tableau que les terres vacantes sont toujours aussi nombreuses vers la fin des années 80 qu’elles ne l’étaient quelques décennies auparavant. Les projections statistiques du début des années 50 qui semblaient prévoir une saturation des terres en moins de dix années doivent être révisées à la baisse ou même être abandonnées. Aujourd’hui, si aucune autre étude n’apporte des chiffres sur les terres arables disponibles, il suffit de traverser les trois régions les moins peuplées du pays (Buragane, Buyogoma et Moso) pour se rendre compte de la vacance de grandes surfaces (savane arborée). Cela est d’ailleurs surprenant pour un pays à très forte densité rurale et qualifié de surpeuplé.

Figure 1 : Les onze régions naturelles du Burundi

14En accord avec BOUDERBALA (1993), il serait toutefois inconvenant de se reposer sur ce potentiel vacant pour suppléer la crise foncière dans certaines régions. Sa prolongation n’est pas indéfinie et a tendance à se réduire comme une peau de chagrin.

15Un autre aspect déjà mentionné par les colons, et toujours d’actualité, concerne la façon de présenter la croissance démographique comme la cause première des problèmes d’érosion et de dégradation. Un scénario connu que COCHET (1993) a caricaturé volontairement dès la première page de son étude sur la dynamique des systèmes agraires de la manière suivante : « L’“explosion démographique”, en provoquant un accroissement considérable de la pression foncière aurait entraîné : une extension des surfaces cultivées au détriment des pâturages et des terres laissées en jachère, une régression consécutive de l’élevage, la diminution de la surface moyenne par exploitation agricole, la mise en culture de terrains à forte pente et l’aggravation des phénomènes d’érosion, une baisse généralisée de la fertilité et une chute des rendements, la généralisation du sousemploi à la campagne ». Ce scénario interprétatif suit bien les traces de MALTHUS. Si déjà par le passé la catastrophe était imminente, que devrait-on dire aujourd’hui....

16Il faut reconnaître que la situation démographique du pays est particulièrement importante. S’il est difficile de donner un chiffre exact du croît annuel, nous savons que la croissance de la population est très forte : 1 500 000 en 1913 (SIRVEN, 1983), 2 millions en 1947-1948 (TONDEUR, 1948), 4 millions en 1979 (recensement général), 6 millions en 1995, 9 millions en 2009 (Ministère du Plan). La population urbaine restant toujours relativement faible mais en légère augmentation depuis une quinzaine d’année (de 5 à 6 % en 1995 à 10,9 % de la population en 2008), la pression s’est donc exercée surtout sur les zones rurales et les terres agricoles. Il n’est par conséquent pas étonnant qu’on estime aujourd’hui que la plupart des familles disposent de moins de 1 hectare, soit par personne 20 à 30 ares. Mais c’est aussi avec de tels propos et des manipulations de chiffres que les grandes idées de dégorgement des régions surpeuplées ont fait leur chemin avec, comme but recherché, de donner à chaque habitant une superficie de terre suffisante.

1.2 Les migrations : une solution ?

17A l’époque, le déplacement des masses humaines était envisagé sous deux angles différents : une partie pouvait passer vers une classe ouvrière ou artisanale et rejoindre les grosses industries d’exploitations minières et de traitement de minerai du Haut Katanga. Ces industries recrutaient dans les zones surpeuplées d’importants effectifs de main d’œuvre avec leur famille. Cependant le prélèvement opéré ne représente qu’une toute petite minorité en admettant que les industries et les grandes plantations du Kivu puissent absorber quelques 5 000 personnes par an (chiffre avancé par TONDEUR). Le passage d’une partie de la population vers la classe ouvrière ne suffit donc même pas à compenser l’augmentation annuelle de la population. Une autre partie pouvait recourir au déplacement vers des régions peu ou pas occupées en considérant que ces populations déplacées devaient trouver dans leur nouvel habitat des conditions générales leur permettant d’y poursuivre les mêmes activités agro-sylvo-pastorales. Mais très vite une autre politique se justifia plus rentable en regroupant les populations en villages. Elle devait contribuer « à l’éclosion d’une vraie vie sociale et devait se substituer à la mentalité individualiste des populations dispersées » (Gouverneur PETILLON, 1951, in GAHAMA, 1983).

18BOUDERBALA (1993) distingue deux catégories de migrations : les migrations internationales et les migrations internes. Les premières se produisent sous la pression de la violence dans un contexte de crise grave aux conséquences dramatiques durables (réfugiés politiques). Il y a abandon forcé des terres durant une très longue période. Les recompositions foncières provoquent des tensions et des conflits qui se réactivent à l’occasion du retour des réfugiés. BOUDERBALA ajoute que la situation économique et foncière des ruraux aggrave les conséquences de ces crises sans en être la véritable cause. Les agriculteurs ne quittent pas leur terre en raison de la pression foncière ou de la baisse de production. Le retour est lié au rétablissement de la sécurité et de la confiance. Ces problèmes fonciers sont graves et demandent d’y réfléchir lors des procédures de retour en se posant la question sur le droit et l’équité de restituer les terres qui ont été abandonnées de force. La réponse ne peut être qu’apportée sur place, mais bien souvent des motifs rédhibitoires empêchent la réinsertion des réfugiés sur leur ancienne terre.

19Les migrations internationales volontaires, à caractère économique, sont frontalières avec la Tanzanie et l’ex-Zaïre (aujourd’hui République Démocratique du Congo). Elles alimentent elles aussi des tensions entre immigrés et terres d’accueil ; elles n’apparaissent pas, dans la conjoncture actuelle, comme une solution significative à la surpopulation rurale (BOUDERBALA) même s’il existe à quelques dizaines de kilomètres des frontières, des zones totalement désertes.

20Les migrations internes existent depuis tous les temps. Si autrefois, elles ont été provoquées artificiellement et vouées à l’échec (villagisation pré et postcoloniale), aujourd’hui elles font l’objet d’initiatives personnelles mais leur ampleur est modérée. Dans les régions les plus densément peuplées (Muramvya, Ngozi, Kayanza et Gitega), lorsque cela s’avère nécessaire, les Burundais se résignent à partir en direction des régions les moins peuplées, dites régions pionnières (Moso, Buragane et Buyogoma). La région du Bugesera oriental (zone de Ruzo sur la commune de Giteranyi en province de Muyinga) est ainsi passée d’une densité de 20 habitants à la fin des années 70 à plus de 250 en 1993, les migrants venant tous de la région de Kayanza et Ngozi (BENDJEFFAL et al, 1993). La première génération de migrant ont bénéficié d’un octroi de 2 ha de terre jusqu’en 1983. Depuis la terre s’achète à des coûts de plus en plus élevés.

21Certains « professionnels de la migration » ont pu obtenir en toute gratuité jusqu’à 14 hectares (7 attributions de lot de 2 hectares) et revendent leurs terres au compte-gouttes et à prix d’or après les avoir travaillées et améliorées. Ils ont apporté avec eux un savoir-faire technique et les variétés végétales de leur région. Le grevillea et l’eucalyptus font ainsi partie du paysage agraire alors qu’ils étaient totalement absents quelques décennies auparavant. A l’inverse, dans les régions forestières peu peuplées (Buyogoma) occupées par des natifs, l’introduction des essences forestières exotiques a été un échec, les habitants ayant l’habitude de prélever directement dans la nature le bois de chauffe ou de construction dont ils ont besoin. Le Projet des Services des Travaux Publiques à haute intensité de main d’œuvre (PSTP-HIMO) qui a œuvré dans la province de Ruyigi dans les années 90 est le seul projet à avoir donné les plants agroforestiers (coût de revient = 15 Fbu/plant, sans compter la diffusion !) et à avoir des difficultés d’écoulement des stocks. La population ne s’est jamais sentie concernée parce qu’elle n’éprouve aucun problème en bois de feu ou de construction (savanes à Brachystegia et forêts relictes en relative abondance).

22Les migrations saisonnières sont quant à elles très importantes. Elles se produisent pour plusieurs raisons différentes bien qu’elles aient toutes un intérêt économique important pour le migrant : transhumances vers les bons pâturages des zones peu peuplées (Moso), recherche de travaux saisonniers, commerce de longues distances. 25 % des hommes de 15 à 35 ans d’après BOUDERBALA, se déplacent surtout pour les travaux saisonniers agricoles ou extra-agricoles. Les mouvements sont fonctions de la spécialité de la région comme la pomme de terre dans le Mugamba Nord, le haricot dans le Bweru et le Bugesera, le paillage du café dans le Buyenzi,... ou les travaux artisanaux des zones d’agglomération. Ces migrations sont d’autant plus importantes qu’elles sont proches d’un pool économique urbain (DRION, 1992, DUCHAUFOUR, 1993, NDAYIKENGURUKIYE, 1993).

  • 1 Actuellement AgroParisTech

23Le Burundais est profondément attaché à la terre, elle-même étant signe de prospérité et de pérennité. Mais il n’est pas pour autant l’homme sédentaire que l’on a trop tendance à lui attribuer. Il sait être flexible et trouver des réponses devant une situation nouvelle. Il n’hésitera pas à partir s’il considère sa terre d’origine trop exiguë et insuffisante pour faire vivre sa famille. Le paysan burundais n’hésitera pas à céder la totalité des terres à ses fils pour éviter d’engendrer une compétition au sein de l’enclos familial. Mais aucune statistique ne permet de dire que la pression démographique exerce et exercera une forte mobilité des Burundais au risque de voir un jour les villes se surpeupler, les campagnes vides se remplir et les expatriations s’amplifier. Depuis un siècle, les schémas malthusiens prédisent les pires catastrophes en montrant une sorte d’évidence à nos yeux : familles nombreuses vivant sur un lopin de terre, milieu fragile et pauvre (pentes fortes + acidité) brutalement agressé par les méfaits de l’érosion, détérioration de l’équilibre besoins et ressources... Cette catastrophe s’est au contraire transformée en intensification, diversification et complexification agricoles avec lesquelles les agriculteurs burundais ont démontré leur capacité à doubler leur production en moins de 30 ans. Les performances paysannes énumérées par l’équipe de l’Institut National Agronomique Paris-Grignon1) et l’analyse de leurs objectifs propres en sont un vibrant témoignage (COCHET, 1993 et 2001). De même, les enquêtes agricoles du Service National de Statistiques montrent que l’on n’observe pas de baisse de la satisfaction des besoins alimentaires malgré la diminution de la taille des exploitations et le maintien d’une économie de subsistance (POUPART, 1987).

24En définitive, il en découle que le monde rural évolue lui-même de différentes manières soit en perfectionnant une agriculture conservatrice qui intègre un élevage en adéquation avec ses moyens, soit en développant des activités artisanales ou en se déplaçant vers des régions vacantes. Nul n’est besoin de lui dicter des mesures. Il est en revanche plus judicieux de mettre à profit ses initiatives d’intensification des cultures et des élevages ou son déplacement pour réaliser une amélioration foncière, matérielle, sociale et morale (à l’exemple des projets de développement rural intégré de Kinyinya et de Nyanza-lac).

1.3 Crise paysanne ou modernisation de l’agriculture

25En se bornant à la théorie de MALTHUS, les projections sur l’avenir du paysannat burundais seraient automatiquement pessimistes et sombres si d’autres alternatives autres que celui du secteur primaire ne venaient à se développer. Certaines études scientifiques présentent d’ailleurs la croissance démographique comme la cause majeure de toutes les crises rurales.

26Dans sa réflexion sur l’évolution des systèmes d’exploitation agricole au Burundi, HUBERT (1990) propose d’étudier à partir d’une typologie des exploitations (enquête dans la région peuplée du Kirimiro au centre du pays, figure 1) et à la suite de nombreuses discussions entre collègues, des hypothèses d’évolution du monde rural. Il établit un classement basé sur l’âge de l’exploitant dans lequel il met ainsi en évidence une évolution dynamique entre l’âge, l’amélioration des revenus et les besoins de l’exploitation. Comme tout exploitant souhaite améliorer son sort par l’accroissement progressif de ses ressources et de ses moyens de production, l’exploitation connaîtra donc en général une dynamique, laquelle démarre par des valeurs basses (au moment des premières acquisitions de parcelle = icibare) qui vont s’accroître vers des valeurs hautes, jusqu’à la division de l’exploitation lors des héritages et mariages. C’est le cycle de vie des exploitations défini par BERGEN (1988) et repris par d’autres auteurs dans leur typologie (DRION, 1992 et 1993 ; DUCHAUFOUR, 1993). Cette dynamique est propre à une économie basée essentiellement sur l’activité agricole traditionnelle. La question que se pose HUBERT est de savoir si les conditions actuelles permettent encore aux jeunes d’améliorer leur situation de départ à travers l’activité agricole dite « traditionnelle » alors que, sous la pression démographique principalement, les disponibilités en terres cultivables et fertiles s’amenuisent ?

27Pour HUBERT, l’exploitant agricole seul parvient avec de plus en plus de difficulté à couvrir les besoins et que sous l’effet de ces besoins, une mutation se crée vers, non seulement une monétarisation complexe du système mais aussi vers des activités lucratives hors-exploitation. La dynamique de cette mutation se traduit également pour d’autres cas par l’adaptation de systèmes et pratiques culturales pouvant accroître la productivité par unité de surface et par individu (mutation identifiée par toute une série d’auteurs notamment : BERGEN, 1988 et 1992 ; NOBERA, 1989 ; VERHAEGEN et al 1990 ; NDIMIRA, 1991 ; BARANTWARIRIJE et HABONIMANA, 1992 ; DRION, 1992 ; COCHET, 1993 – 2001 – 2004 ; DUCHAUFOUR, 1993).

28HUBERT conclut que le schéma de vie d’une exploitation tendra à se déformer par bipolarisation en deux catégories. La première réunira les valeurs basses qui s’accroîtront par le jeu des héritages, des morcellements et de la pression sur les terres. Cette pression devient à ce moment-là, un des principaux facteurs de déformation. La seconde est caractérisée par les valeurs hautes qui se réduiront à leur tour jusqu’à disparaître puis reparaître en suivant un nouveau mouvement des valeurs basses vers les valeurs hautes ; et ainsi de suite tant que le développement du pays restera axé sur l’exploitation agricole traditionnelle. Pour l’auteur, le glissement entre les deux catégories est permanent et les situations les plus marginales engendrent des exodes vers d’autres régions agricoles moins peuplées ou vers les centres urbains. Les analyses de VERHAEGEN et al (1990) penchent tout à fait dans ce sens en employant les mêmes termes de « bipolarisation et dualisation » du système agraire. Ils ajoutent que la marginalisation des exploitations les plus démunies ne pourra jamais déboucher sur une accumulation sensible si des facteurs d’accélération ne viennent pas amplifier le processus. L’émigration définitive constitue la voie douloureuse de sortie en entraînant la séparation des membres d’une même famille et la dislocation de la propriété rurale : « L’émigration ne constitue qu’une solution transitoire et à effet temporaire qui reporte à demain un problème devenu aujourd’hui préoccupant : la forte croissance de la population du Burundi face à une production agricole relativement stagnante » (NDIMIRA, 1991).

29En l’absence de secteurs d’activités extra-agricoles qui absorbent le surplus du secteur primaire, il apparaît que seul l’accroissement de la productivité agricole est viable à condition de bâtir une activité économique à l’intérieur du monde rural en donnant les chances à tous de développer des activités secondaires (amélioration des infrastructures ; activités tertiaires organisant l’épargne et le crédit paysan, les soins de santé, associations professionnelles, petites unités artisanales ou industrielles telles que les scieries, menuiseries, moulins, forges,...). Elles présenteront l’avantage de moderniser l’agriculture et de créer des opportunités extra-agricoles (HUBERT, 1990). Si au contraire, on bloque toutes tentatives de création et si on ne donne pas les moyens de mieux produire, la crise paysanne finira par voir réellement le jour.

2. Tendances évolutives entre la densité de population et les systèmes agraires au Burundi

30La figure 2 qui suit, inspirée et modifiée de ROOSE (1994) et complétée des résultats des travaux coordonnés par COCHET (1993), est une interprétation des grandes tendances évolutives régionales en se basant sur l’équation population/ressource dans lequel le raisonnement agro-économique apparaît assez conforme au calcul théorique.

Figure 2 : Tendances évolutives entre la densité de population et les systèmes agraires au Burundi

Figure 2 : Tendances évolutives entre la densité de population et les systèmes agraires au Burundi

31On y retrouve le phénomène des petites crises paysannes développées par HUBERT au cours desquelles les agriculteurs parviennent à adopter différentes innovations en fonction de l’évolution des contraintes exercées par la pression sur la terre. Il est indubitable que dans l’esprit des agriculteurs, tant qu’il y aura d’importantes réserves en terre (et de matières premières comme le bois), la notion de valeur, au sens économique du terme, a peu de signification puisqu’une terre (ou un matériau) peut se remplacer par une autre encore en friche. Lorsqu’il n’est plus possible de la remplacer à peu de frais voire même gratuitement, la notion de rareté amène à considérer la terre suivant une valeur vénale qui incitera l’agriculteur à conserver les ressources de fertilité dont il dispose et à intensifier son lopin de terre de plus en plus petit de façon à en tirer le maximum de bénéfice et à lui donner une plus-value foncière. Il se pourrait même, en raisonnant ainsi, que la valorisation agricole d’une région s’amplifie une fois que la totalité de ses réserves foncières soit épuisée.

32Nous revenons ainsi sur l’idée que surpopulation ne signifie plus exploitation outrancière et destruction mais plutôt conservation et restauration de la fertilité par le fait que les familles consacrent de plus grands moyens de production (travail et technologies innovantes : fumure, semences, bétail) sur une plus petite unité de superficie en vue d’accroître le rendement et la rente.

33Envisagé sous cet angle, on pourrait penser que la limitation de la libre disposition des terres vierges favoriserait le développement de l’agriculture intensive des terrains exploités en système extensif. Cela n’est guère concevable dans le contexte burundais car il est de plus en plus fréquent que des exploitants atteignent un seuil critique de viabilité et finissent par migrer vers des régions peu occupées. C’est le cas lorsque les méthodes d’intensification exigent tout un arsenal de productions supplémentaires, à la fois coûteux et rare (engrais, bétail amélioré, semences de qualité, cultures de rente) afin d’obtenir une valeur ajoutée/actif toujours de plus en plus élevée sur une SAU de plus en plus petite. Les études réalisées par l’INA P-G, le Projet de Recherche pour la Protection de l’Environnement de l’ISABU (PRPE), l’Atelier Régional du Buyenzi (DRION, 1992) et l’ICRA (BENDJEFFAL et al, 1993), ont montré que certaines catégories d’exploitation des régions densément peuplées, après avoir atteint la limite d’un potentiel travailproduction, ont amorcé un processus de décapitalisation dans lequel, faute de moyens monétaires et de capital productif performant, elles perdent de manière irréversible leur capacité d’intensifier et d’innover dans l’agriculture. Leurs ressources sont alors de plus en plus dépendantes de l’extérieur.

34De la même manière, nous observons depuis les années 80, l’explosion d’une catégorie d’exploitations qualifiée de rurbaines en périphérie des grandes villes au sein de laquelle l’agriculture est définitivement marginalisée au profit des activités rémunérées (cf. les profils 2b et 4 de la typologie de fonctionnement des exploitations des bassins versants de la Ntahangwa et de la Muha de la figure 3, DUCHAUFOUR, 1993).

35Cette catégorie de travailleurs salariés, encore très attachée à la terre, conserve leur rugo sur la colline avec femmes et enfants qui travaillent les quelques champs et gardent le maigre cheptel. Ces rurbains sont subordonnés à la stabilité du développement du secondaire et du tertiaire urbain. Ceux qui expriment le plus de difficultés à se maintenir dans un environnement de plus en plus hostile à l’agriculture, n’hésitent pas à partir s’installer définitivement sur d’autres terres vers le Bweru, le Moso et le Buyogoma. NDIMIRA (1991) avance le chiffre de 10 % de son échantillon des exploitations étudiées (région de Remera, Mugamba Nord, colline proche de Kayanza) qui aurait migré entre 1985 et 1990 vers le Nord-Est du pays. Curieusement, il poursuit en disant qu’il y a peu de chance que le processus s’accélère à moins d’imaginer des émigrations massives de populations orchestrées par les autorités politiques.

Figure 3 : Trajectoire d’évolution des exploitations des bassins versants de la Ntahangwa et de la Muha surplombant la capitale Bujumbura (DUCHAUFOUR, 1993)
1 a : Stratégie d’accumulation avec injonction du capital dans l’agriculture (expansionnisme par appropriation foncière)
1b : Stratégie d’accumulation sans injonction de capital dans l’agriculture (spéculation et épargne monétaire destinées à l’amélioration de l’habitat et de la qualité de la vie)
2 : Stratégie d’autarcie (agriculture diversifiée pour la suffisance alimentaire)
3 : Stratégie de survie (dysfonctionnement ou instabilité du système d’exploitation agricole)

Conclusion

36Pour l’instant, le monde rural est en pleine mutation mais la très faible efficience des moyens de production locaux (crédits absents, engrais prohibitifs, conditions d’élevage délicates,...) apporte aucune amélioration tangible des systèmes de production et provoquerait même un recul du développement et une régression économique dans certains secteurs du pays. Le besoin de capital apparaît sous de nombreuses formes (capital foncier, cheptel vivant, besoins sociaux et alimentaires) et nécessite des financements multiples qui permettraient d’augmenter l’efficience du travail des ménages par l’accroissement du profit individuel. Le développement et le perfectionnement de l’agriculture sont avant tout une énorme entreprise d’investissement qui à moyen terme doit répondre aux préoccupations micro-économiques des systèmes d’exploitation sans négliger sur le long terme le développement des autres secteurs d’activités qui influe sur les composantes socio-économiques et culturelles du milieu rural. HUBERT (1990) propose quelques actions à moyen terme qui répondent aux urgences du développement rural et de mutations en cours : protection, restauration et mise en valeur du patrimoine foncier ; intensification de la production agricole par unité de surface (intrants, techniques culturales) ; développement du crédit-paysan ; politique globale de fertilisation (moyen et long terme) ; émigration accompagnée de remembrement ; encouragement des activités secondaires et tertiaires et organisation socio-professionnelle du monde rural.

37Il est aujourd’hui impérieux de créer des marchés financiers durables décentralisés qui offrent des opportunités équitables aussi bien aux épargnants qu’aux emprunteurs et qui n’excluent aucune catégorie sociale. Parvenir à un système financier flexible, solidaire (DOLIGUEZ et al, 1993), adapté, diversifié et replacé dans son environnement pour mieux adapter les modalités (GENTIL, 1993, COLLIOT et al, 1993) c’est le pari du Burundi rural de demain. Le cadre de la recherche de solutions alternatives serait le moyen de relever le défi du renouvellement d’une politique sociale. Le point essentiel qui devrait être recherché est la pérennité du crédit-paysan tout en satisfaisant les plus démunis. Les possibilités d’épargne et de crédit devraient être définies au préalable sur le terrain en mettant en jeu les relations de confiance et d’influence (implication des bashigantahe : les notables qui s’expriment sur la sagesse et le sens des responsabilités) dans les relations, les décisions, les réglementations et les conflits internes, les garanties par pressions sociales, l’implication des bénéficiaires dans le montage, la définition du protocole et la gestion du système financier.

Bibliografía

Bibliographie

BARANTWARIRIJE C. & HABONIMANA B. 1992. Contribution à la connaissance du fonctionnement des exploitations du Mumirwa central - Burundi. FACAGRO et ISABU, Bujumbura.

BENDJEFFAL B., DIALLO A., DUCHAUFOUR H., LORMANN C., NGOUAKA F. 1993 : Contribution au diagnostic des systèmes de production de la Province de MUYINGA (BURUNDI). Analyse de la problématique de la fertilité des terres. 95 pages + annexes. ICRA et ISABU Édit.

BERGEN D. 1992. Réflexion sur les spéculations motrices. ISABU. 15 pages.

BERGEN D. W. 1988. Influences de la densité de la population sur la taille de l’exploitation agricole et sur l’intensification de l’agriculture traditionnelle. Publication ISABU N° 121.

BOURDERBALA N., 1993. Appui à l’élaboration d’un code rural. Rome, FAO, 42 p.

COCHET H. 1993. Etude sur la dynamique des systèmes agraires au Burundi. Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage, ADEPRINA, Juin 1993. 200 p.

COCHET H. 1996. Gestion paysanne de la biomasse et développement durable au Burundi. Cahiers des Sciences Humaines, vol 32, n° 1, ORSTOM, 1996, pp. 133-151.

COCHET H. 2001. Crise et révolutions agricoles au Burundi. INAPG - Karthala, 468 p.

COCHET H. 2004. Agrarian dynamics, population growth and resource managment : the case of Burundi. Geojournal. An international journal on human geography and Environment sciences N° 60 : 111-122. Kluwer Academic Publishers, The Netherlands.

COLLIOT E. 1993. Les interactions entre le marché des céréales, le marché du bétail et le marché financier (Nord Yatenga au Burkina Faso). Les Cahiers de la Recherche Développement. N° 35 :19-35.

DOLIGEZ F., FOURNIER Y., GENTIL D. 1993. Le crédit solidaire en Guinée Conakry. Les Cahiers de la Recherche Développement. N° 35 :69-82.

DRION A. 1992a. La méthode de visite d’exploitation agricole du « Rugo au Marais ». Fiche technique provisoire. ISABU, Bujumbura, Burundi.

DRION A. 1992b. La méthode de visite d’exploitation agricole du « Rugo au Marais ». Description de la méthode et résultats obtenus dans la région naturelle du Buyenzi. ISABU, Bujumbura, Burundi.

DUCHAUFOUR H. 1993. Stratégie de développement régional. Une approche spatiale de l’environnement rural des Bassins versants de la Ntahangwa et de Muha. Montpellier, CIRAD-SAR n° 52/93, 70 p.

DUCHAUFOUR H. 1995. Le malaise social du Burundi rural : réalités historiques et actuelles de l’érosion. Programme de Recherche pour la Protection de l’Environnement, Institut des Sciences Agronomiques du Burundi, 184 p. + annexes GAHAMA J., 1983. Le Burundi sous administration belge. Paris, ACCT-Karthala - Cra, 465 p.

GOUROU P. 1953. La densité de la population au Rwanda - Urundi. Esquisse d’une étude démographique, Bruxelles, IRCB. 239 p.

GUICHAOUA G. 1989. Destins paysans et politiques agraires en Afrique Centrale. Tome 1 : L’ordre paysan des Hautes Terres Centrales du Burundi et du Rwanda. L’harmattan, Paris.

GUIZOL P. 1994. Analyse d’un processus de décision. Reboisement et conservation des sols au Burundi. Le cas du projet de reboisement Banque Mondiale. 81 pages + annexes.

HUBERT J. P. 1990. Réflexion sur l’évolution des systèmes d’exploitation agricole au Burundi à partir d’une typologie des exploitations. Tropicultura 8 : 112-117.

ICRA. 1993. Diagnostic des systèmes de production agricole de la province de Muyinga. Analyse de la fertilité des terres. 80 pages + annexes.

ISABU- ICRAF. 1988. Potentiels agroforestiers des systèmes d’utilisation des sols des hautes terres d’Afrique de l’Est à régime pluvial bimodal. Burundi. Rapport AFRENA n° 2, 157 p.

ISABU. Rapport annuel 1992-1993. Atelier régional de recherche du Buyenzi. 97 pages.

NDAYIKENGURUKIYE G. 1993. Les sites collinaires péri-urbains de la région des Mirwa. Bassins versants de la Ntahangwa et de la Nyabagere. Université du Burundi, Département de Géographie.

NDIMIRA P. F. 1991. Dynamique et problématique d’amélioration des systèmes d’exploitation agricole au Burundi. Cas de la région de Remera, Université Catholique de Louvain, Faculté des Sciences Agronomiques, Louvain-La-Neuve.

NEVILLE A. 1992. Diagnostic du système agraire du Buyenzi (Burundi). Mémoire de D. A. A. Chaire d’Agriculture Comparée, INAPG.

POUPARD P. 1989. La mise en place de bases de données agricoles. Quelques réflexions à partir de l’expérience du Burundi. STATECO n° 57, INSEE, Paris. pp 67-84.

RASSE E. SEXTON D. 1991. Diagnostic du système agraire du Bututsi (Burundi), Mémoire ISARA/INAPG.

ROOSE E. 1994. Introduction à la gestion conservatoire de l’eau, de la biomasse et de la fertilité des sols (GCES). Bulletin Pédologique de la FAO 70. 420 pages.

RURIHAFI JM. 1993. Essai de corrélation entre termes vernaculaires utilisés par les paysans avec la classification ISABU pour caractériser les sols. Bassin versant de la Muha et de la Ntahangwa - BURUNDI. FACAGRO ET ISABU. Bujumbura – Burundi.

SIRVEN P. 1984. La Sous-Urbanisation et les villes du Rwanda et du Burundi Thèse de doctorat d’Etat. Bordeaux, 786 p.

TONDEUR. 1947. La conservation du sol au Congo Belge. Royaume de Belgique. Ministère des Colonies. Publication de la Direction de l’Agriculture et de l’Elevage, BRUXELLES. Bulletin agricole du Congo Belge. Vol. 38, n° 2, pp. 211-314.

TONDEUR G. 1948. Surpopulation et déplacement des populations. Conférence Africaine des Sols, Goma (Congo belge) 8-16 novembre 1948. p. 2325-2352.

VERHAEGEN E., DEGAND J. D’HAESE L. 1991. Amélioration des systèmes d’exploitation agricole traditionnels au Burundi. 92 pages + bibliographies.

Notas

1 Actuellement AgroParisTech

Índice de ilustraciones

Título Tableau 1 : Disponibilité en surface par région naturelle du Burundi en 1987
Leyenda * 42 000 hectares sont exploités par les éleveurs du Bututsi Source : Données du Ministère du plan (in GUICHAOUA)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14249/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 100k
Leyenda Figure 1 : Les onze régions naturelles du Burundi
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14249/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 868k
Título Figure 2 : Tendances évolutives entre la densité de population et les systèmes agraires au Burundi
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14249/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 88k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14249/img-4.jpg
Archivo image/jpeg, 2,4M
Leyenda Figure 3 : Trajectoire d’évolution des exploitations des bassins versants de la Ntahangwa et de la Muha surplombant la capitale Bujumbura (DUCHAUFOUR, 1993)1 a : Stratégie d’accumulation avec injonction du capital dans l’agriculture (expansionnisme par appropriation foncière)1b : Stratégie d’accumulation sans injonction de capital dans l’agriculture (spéculation et épargne monétaire destinées à l’amélioration de l’habitat et de la qualité de la vie)2 : Stratégie d’autarcie (agriculture diversifiée pour la suffisance alimentaire)3 : Stratégie de survie (dysfonctionnement ou instabilité du système d’exploitation agricole)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14249/img-5.jpg
Archivo image/jpeg, 751k

© IRD Éditions, 2012

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540