Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lutte antiérosive

Thème 6. Aspects socio-économiques de la lutte antiérosive

Aspects socio-économiques des techniques traditionnelles et modernes de conservation de l'eau et des sols dans la région de Béni Snous (Wilaya de Tlemcen-Nord Ouest Algérien)

N. Zekri-Bellahcene, M. Mazour, B. Salhi et M.Trandji

Résumé

La région de Béni Snous dans la wilaya de Tlemcen (NO Algérien) se caractérise par la présence de techniques traditionnelles de GCES mises en place par les paysans depuis plusieurs siècles, et de techniques modernes (DRS) récemment mises en place par l'Administration des Forêts.
Cette étude a comme objectif l'analyse du comportement actuel des deux techniques utilisées et la comparaison entre elles sur le plan coût, efficacité, maîtrise de l'érosion et de l'influence socioéconomique vis-à-vis des populations rurales.
L'observation et l'analyse des techniques traditionnelles permettent de constater une stabilité et une efficacité vis-à-vis de l'érosion remarquables. Les techniques modernes sont par contre souvent abandonnées malgré un coût de réalisation très élevé.
Il est donc plus intéressant économiquement d'intervenir dans la lutte antiérosive par des techniques simples adaptées aux conditions agro écologiques et aux caractéristiques socioéconomiques des régions lors des premiers stades du phénomène érosif et assurer continuellement leur entretien que d'intervenir tardivement par des moyens qui affectent lourdement le patrimoine foncier du pays sans une efficacité satisfaisante sur la productivité des terres aménagées.

The region of Béni Snous which is situated in Tlemcen’s department (Algerian NO) is characterized by the presence of traditional management built by farmers for several centuries and of modern management (DRS) recently imposed by the central Administration of Forests.
This study is an analysis of the current behaviour of both techniques and the comparison between them cost efficiency, control of the erosion and the socioeconomic impact on the rural populations.
The observation and the analysis of the traditional techniques allow to a direct observation of stability and efficiency against erosion. On the other hand, the modern techniques are often abandoned although their high results in the domain.
So it is more interesting economically to intervene in the antierosive struggle by simple techniques adapted to the conditions agro ecological and in the socioeconomic characteristics of the regions during the first stages of the erosive phenomenon and to assure constantly their interview that to intervene late by means which affect heavily the land heritage of the country without a satisfactory efficiency on the ground.

Texte intégral

Introduction

1Malgré les lourds investissements que l’état Algérien a consenti pour lutter contre l’érosion hydrique, les sols continuent de se dégrader et les barrages à s’envaser à des rythmes accélérés. Le coût global d'un seul projet d'aménagement antiérosif atteint des millions d’Euros mais l'efficacité reste souvent insuffisante.

2La région de Béni Snous dans la wilaya de Tlemcen (NO Algérien) se caractérise par la présence de techniques traditionnelles de GCES (terrasses, murettes, cordons en pierres… avec certaines techniques de gestion des eaux) mises au point par les paysans depuis plusieurs siècles et de techniques modernes (DRS) récemment mises en place par l'Administration des Forêts.

3Le présent travail a comme objectifs, l’analyse du comportement actuel des deux techniques citées ci-dessus, la comparaison entre elles sur le plan coût/efficacité, maîtrise de l'érosion et de l'impact socioéconomique vis-à-vis des populations rurales.

Matériels et méthode :

4La zone d’étude d’une superficie de 25,3 km2, fait partie de la commune de Béni Snous et se trouve dans le bassin versant d’oued El Khemis à 12 km au Sud-Ouest du barrage de Béni-Bahdel. Le relief est très accidenté : la pente moyenne varie entre 20 et 60 % et les altitudes sont compris entre 500 et 1700m. La nature des terrains présente une dominance de sols bruns à substrat calcaire. Le reste sont des sols rouges très riches en matière organique et à texture argilo-sableuse. L’étage climatique est de type semi-aride à hiver frais. Cette région est fortement menacée par l’érosion. La vigueur du relief et l’agressivité du climat intensifient énormément ce phénomène, sans oublier la pression anthropique localement très élevée.

5La méthodologie de travail utilisée est basée sur des observations directes sur le terrain en avril et juin 2008 sur l’état actuel des dispositifs, ainsi que sur les travaux scientifiques et les informations recueillies sur la région d’étude. Lors des sorties sur terrain, nous avons élaboré des dialogues avec les paysans pour nous aider à expliquer certaines situations.

6Nous avons distingué les techniques traditionnelles et modernes suivantes (tableaux 1 et 2) :

Tableau n° 1 : Comportement de quelques aménagements traditionnels de la conservation de l’eau et des sols en fonction de certains facteurs dans la région de Béni-Snous

Tableau n° 1 : Comportement de quelques aménagements traditionnels de la conservation de l’eau et des sols en fonction de certains facteurs dans la région de Béni-Snous

Légende :
Pour les quatre premiers critères : +++ bonne ; ++ assez bonne ; + médiocre.
Coût : +++ plus chère ; ++ chère ; + moins chère.
Séguia : canal de dérivation et de collecte des eaux réalisé en terre ou en pierres agencées.
Sed : ouvrage de stockage d’eau à l’amont d’une diguette réalisé généralement en terre transversalement à un cours d’eau temporaire avec un déversoir latéral. D’une capacité de quelques milliers de m3
Jboub : ouvrage de stockage d’eau de petite capacité réalisé au niveau des ravines. Il sert surtout à l’abreuvement du cheptel.

7En observant le tableau ci dessus, nous remarquons que les techniques traditionnelles ont généralement un impact positif sur la conservation du sol et sur l’amélioration de la productivité et la fertilité des terres aménagées.

Photo 1 Terrasses cultivées en arboriculture (prunier, pommier, noyer)

Photo 2 Terrasse en gradin méditerranéen

Photo 3 Cuvette d’infiltration en demi-lune autour d’un olivier

Photos 4 et 5 Terrains aménagés par des cordons en pierres

Photo 6 Champ de blé clôturé par des résidus de jujubier (pour le protéger contre le pâturage et l’érosion)

Photo 7 Culture de pois chiche selon les courbes de niveau (L. A. E.)

Tableau n°2 : Comportement de quelques ouvrages de correction torrentielle dans la zone d’étude

Tableau n°2 : Comportement de quelques ouvrages de correction torrentielle dans la zone d’étude

Légende :
L
 : longueur ; I : largueur ; H : hauteur.
Fondation et l’ancrage : +++ bonne ; ++ assez bonne ; + médiocre.
Reprise biologique (installation de la végétation à l’amont de chaque seuil) :
+++ bonne ; ++ assez bonne ;+ absente.
Atterrissement : +++ bon ; ++ assez bon ; + absent.
Bassin de dissipation : +++ bon ; ++ assez bon ; + absent.
Coût : +++ plus chère ; ++ chère ; + moins chère.

8En observant le tableau ci-dessus où les coûts des différents seuils ont été évalués et comparés nous constatons que les seuils en gabions sont les plus chers et ceux qui exigent le plus de technicité. Malgré leur faible efficacité, les seuils en pierres sèches sont en surnombre ce qui engendre des surcoûts importants.

Photo 8 Série de seuils en gabions (taux d’atterrissement moyen à faible, érosion active)

Photo 9 Seuil en pierre sèche surdimensionné avec peu d’efficacité et de stabilité

Résultats et discussion :

9L’étude des différentes techniques antiérosives rencontrées dans la région de Béni Snous, nous a permis de dégager les constatations suivantes :

Pour les techniques traditionnelles :

10En observant ces techniques présentes depuis longtemps (dés l’époque des Andalous d’après la population locale) dans la région de Béni Snous nous avons constaté une stabilité et une efficacité remarquables.

11Ces techniques présentent une parfaite adaptation aux conditions agroécologiques et socio-économiques de la région. Leur présence jusqu’à nos jours prouve que les agriculteurs ont toujours entretenu ces aménagements.

12Néanmoins, ces derniers restent éparpillés : dans certaines terres ils sont carrément délaissés suite aux héritages successifs des terres, à l’exode rural et à l’abandon des activités agricoles.

Pour les techniques modernes :

13En étudiant les techniques récemment mises en place par l’Administration des Forêts (correction torrentielle, plantation de fruitiers rustiques) on a remarqué :

  • un choix très limité dans les types d’ouvrages installés (seuils en gabions et seuils en pierres sèches seulement) parfois inadaptés au terrain en place ;

  • une densité de seuils parfois exagérée ;

  • un atterrissement à l’amont des ouvrages moyen à faible ;

  • une remonté biologique insuffisante à l’amont des ouvrages ;

  • une efficacité incertaine vis-à-vis de l’érosion ;

  • Il faut aussi signaler les coûts très élevés de ces ouvrages : les seuils en gabion ont été réalisé avec un prix unitaire de 30euros/m3 et les seuils en pierres sèches avec 23euros/m3. Avec un nombre de seuils en gabions plus important que celui des seuils en pierres sèches et sans oublier les autres types d’aménagements installés (plantation rustique, talus, fixation des berges…), le coût global des aménagements atteint des millions d’euros.

  • Les coûts sont très élevés, mais malheureusement l’efficacité des techniques sur terrain est limitée et ne justifie certainement pas ces investissements.

14Cela peut être dû à :

  • l’emplacement des séries de seuils est surtout sur les ravines les plus proches du barrage de Béni Bahdel ou des villages, alors que les ruissellements les plus importants proviennent des parties situées plus à l’amont qui sont pratiquement dénudées (affleurement de la roche mère) ou des sols peu profonds tassés par le parcours et où la pente est forte ;

  • certaines malfaçons dans la conception des ouvrages nécessitant une technicité élevée (mauvais ancrage, déversoir ou un bassin de dissipation mal construits ou absents…) et parfois tout le seuil épouse mal le terrain (surtout les seuils en pierres sèches) et cela va certainement se répercuter sur la stabilité et la durabilité de l’ouvrage car il devient plus fragile et plus vulnérable aux crues.

  • au surpâturage qui engendre une dégradation sévère de la végétation et des sols par le tassement de la couche superficielle suite au piétinement par les troupeaux ;

  • l’absence d’entretien et de suivi des techniques installées ; les techniques sont souvent mises en place puis abandonnées à elles mêmes. La population locale, non convaincue de leur intérêt, et non intégrée dans leurs réalisations, ne donne pas un bon accueil à ces mesures imposées par les autorités administratives.

Conclusion :

15Au terme de ce travail, il apparaît clairement qu’il est nécessaire de privilégier, dans le cadre des nouvelles stratégies de conservation de l’eau et du sol, toutes les techniques ancestrales qui ont prouvé leur efficacité à travers le temps, mais surtout celles que les agriculteurs ont adoptées, adaptées et maîtrisées.

16Il est plus intéressant économiquement d’intervenir dans la lutte antiérosive par des techniques simples lors des premiers stades du phénomène érosif et assurer continuellement leur entretien que d’intervenir tardivement par des moyens qui affectent lourdement le patrimoine foncier du pays sans une efficacité satisfaisante sur le terrain.

17Il est prouvé, actuellement après plusieurs années de recherche, que les techniques de la L. A. E. ne peuvent être durables et efficaces que par l’intégration de la population locale ainsi que leurs intérêts. La communauté rurale, convaincue par les apports des mesures antiérosives sur le maintien des terres et des eaux, va probablement les entretenir et assurer leur pérennité.

Bibliographie

Références bibliographiques

Greco J., 1966. L’érosion, la défense et la restauration des sols, le reboisement en Algérie. Ed. M. A. R. A., Alger, 393p.

Heddadj D., 1997. La lutte contre l’érosion en Algérie. Bull. Réseau Erosion n° 17, Ed. IRD (ex. Orstom), Montpellier, pp 168-175.

Laouina A., 1998. Dégradation des terres dans la région méditerranéenne du Maghreb, Bull. Rés. Erosion, n° 18, ORSTOM, Montpellier, p. 33-53.

Leblond B. et Gherin L., 1984. Travaux de conservation des sols. L’étude des projets et leur réalisation par des techniques à haute intensité de main d’œuvre. Ed., PNUD-OIT/81/044, Genève, 223p.

Mazour M., 2004. Etude des facteurs de risque du ruissellement et de l’érosion en nappe et conservation de l’eau et du sol dans le bassin versant de l’Isser – Tlemcen. Thèse de Doctorat d’état, Université de Tlemcen ; 184 ; 131p.

Mazour M., Morsli B., Roose E., 2006. Analyse de quelques techniques traditionnelles de conservation de l’eau et du sol dans le Nord-Ouest Algérien. ISCO, Marrakech.

Remini B., 2000. L’envasement des barrages – quelques exemples algériens. Bull. Réseau – Erosion n° 20, Ed. IRD (ex. Orstom), Montpellier, pp 165 – 171.

Roose E., 1991. Conservation des sols en zones méditerranéennes. Synthèse et proposition d’une nouvelle stratégie, la GCES. Cah. Orstom Pédol., 26, 2 : 145-181.

Roose E., Chebbani R., Bourougaa L., 2000. Ravinement en Algérie : typologie, facteurs et Restauration. Sécheresse, 11…

Roose E., Sabir M., De Noni G., 2002. Techniques traditionnelles de GCES en milieu méditerranéens. Bull. Réseau Erosion 21, 523p, IRD Paris et ENFI Rabat, eds

Taabni M., 1998. Aménagement, lutte contre l’érosion des terres et pratiques paysannes dans les montagnes telliennes du Nord Ouest Algérien. Bull., Réseau-Erosion n° 18, Ed., IRD (ORSTOM), Montpellier, pp348-362.

Zekri N., 2000. Analyse des aménagements antiérosifs dans un micro bassin versant à l’amont du barrage de Hammam Boughrara (Wilaya de Tlemcen – Nord Ouest Algérien). Mém. Ing., Département Foresterie, université de Tlemcen, 70p.

Table des illustrations

Titre Tableau n° 1 : Comportement de quelques aménagements traditionnels de la conservation de l’eau et des sols en fonction de certains facteurs dans la région de Béni-Snous
Légende Légende :Pour les quatre premiers critères : +++ bonne ; ++ assez bonne ; + médiocre.Coût : +++ plus chère ; ++ chère ; + moins chère.Séguia : canal de dérivation et de collecte des eaux réalisé en terre ou en pierres agencées.Sed : ouvrage de stockage d’eau à l’amont d’une diguette réalisé généralement en terre transversalement à un cours d’eau temporaire avec un déversoir latéral. D’une capacité de quelques milliers de m3Jboub : ouvrage de stockage d’eau de petite capacité réalisé au niveau des ravines. Il sert surtout à l’abreuvement du cheptel.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14126/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Légende Photo 1 Terrasses cultivées en arboriculture (prunier, pommier, noyer)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14126/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Légende Photo 2 Terrasse en gradin méditerranéen
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14126/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Photo 3 Cuvette d’infiltration en demi-lune autour d’un olivier
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14126/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Légende Photos 4 et 5 Terrains aménagés par des cordons en pierres
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14126/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Photo 6 Champ de blé clôturé par des résidus de jujubier (pour le protéger contre le pâturage et l’érosion)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14126/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Légende Photo 7 Culture de pois chiche selon les courbes de niveau (L. A. E.)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14126/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 756k
Titre Tableau n°2 : Comportement de quelques ouvrages de correction torrentielle dans la zone d’étude
Légende Légende :L : longueur ; I : largueur ; H : hauteur.Fondation et l’ancrage : +++ bonne ; ++ assez bonne ; + médiocre.Reprise biologique (installation de la végétation à l’amont de chaque seuil) :+++ bonne ; ++ assez bonne ;+ absente.Atterrissement : +++ bon ; ++ assez bon ; + absent.Bassin de dissipation : +++ bon ; ++ assez bon ; + absent.Coût : +++ plus chère ; ++ chère ; + moins chère.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14126/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Photo 8 Série de seuils en gabions (taux d’atterrissement moyen à faible, érosion active)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14126/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Légende Photo 9 Seuil en pierre sèche surdimensionné avec peu d’efficacité et de stabilité
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14126/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 726k

© IRD Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540