Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Lutte antiérosive

Thème 6. Aspects socio-économiques de la lutte antiérosive

Perception de la banquette antiérosive fruitière par les utilisateurs dans le Moyen Atlas (Maroc)

Perceived view on fruit arboriculture terrace by their users in Middle-Atlas (Morocco)

Régis Peltier, Mohamed Sabir, Charles Lilin, Anaïs Oddi, Frank Schneider, Florence Amia, Daniel Kübler, Thea-Katharina Wiesinger und Armand-Yvon Mengome-Ango

Zusammenfassung

La banquette fruitière » est une méthode qui consiste à creuser des fossés d’environ 50 cm de largeur et de profondeur, en courbe de niveau, au fond desquels sont plantés des arbres fruitiers. Elle a été largement utilisée au Maroc depuis des décennies et diffusées par le projet européen de développement participatif du Moyen Atlas Central, qui en a fait installer 97 km sur 212 ha, entre 2005 et 2007.
Méthode : Au cours du mois de février 2007, des enquêtes ont été réalisées auprès de 16 paysans de la région de Khénifra, Moyen-Atlas, pour déterminer quelle était leur perception de la technique et quelles améliorations ou alternatives ils pouvaient proposer. Les enquêtes ont été croisées avec autant de visites de terrain et avec des entretiens avec des personnes ressource.
Résultats : Les paysans, dans leur ensemble, portent un grand intérêt aux fruitiers. En effet, ces agro-pasteurs « berbères », assez récemment sédentarisés, vivent traditionnellement de l’élevage du mouton et de la culture des céréales. L’arboriculture des pommes, des amandes et des olives peut leur permettre d’obtenir des revenus monétaires beaucoup plus importants.
C’est en raison de cet intérêt pour l’arboriculture que les agriculteurs acceptent le creusement des banquettes par le projet, dans leurs champs, d’autant plus qu’il subventionne également l’achat des plants et leur mise en place.
Mais très peu sont convaincus par l’efficacité antiérosive des banquettes qui, étant en courbe de niveau, sont mal adaptées à l’irrigation gravitaire et qui se révèlent sensibles, en cas de fortes précipitations et de piétinement du bétail, en particulier sur fortes pentes.
Lorsqu’ils réalisent eux-mêmes les travaux, certains arboriculteurs préfèrent entourer les arbres par un fossé peu profond en demi-lune, dont le bourrelet aval est renforcé par un mur en pierres sèches, ce qui forme une terrasse individuelle pour chaque arbre. Elles peuvent alors être disposées le long de fossés d’irrigation en légère pente. En cas de fortes pluies, l’eau en excès peut s’écouler entre les terrasses individuelles, sans les détruire. On remarque, en outre, que seuls les plus aisés des arboriculteurs, en particulier d’anciens émigrés, peuvent assurer l’irrigation, la taille et les traitements.
Discussion et conclusion : Il apparaît ainsi que le « paquet technologique banquette + arboriculture », apporté par le projet, a été bien accepté en raison de sa quasi-gratuité, malgré les inconvénients voire les dangers de la technique antiérosive choisie. Ce faisant, le projet a certainement accéléré l’évolution des systèmes agraires traditionnels et leur ouverture vers l’économie de marché. Il reste à espérer que ces néo-arboriculteurs sauront développer des techniques plus diversifiées et donc plus durables, après la fin du projet. Au niveau de l’approche projet, les auteurs pensent qu’il aurait été plus efficace de dissocier les messages portant sur l’érosion et sur l’arboriculture, et de travailler sur une plus longue durée, en tenant compte des savoirs traditionnels et en assurant l’accompagnement et la formation des agriculteurs.

Terrace orcharding (banquette fruitière) is a method which consists of digging ditches of approximately 50 cms in both width and depth, in contour lines, at the bottom of which fruit trees are planted. It has been used extensively in Morocco for decades and become more widespread thanks to the European Project for Participative Development in the Central Middle Atlas region, which duly planted 97,000 m of them over a 212 ha area between 2005 and 2007
During the month of February 2007, a survey was carried out with the cooperation of 16 farmers from the Khenifra region (Middle Atlas), in order to determine how they perceived the technique and what improvements, if any, or possible alternatives they might be able to suggest. The surveys were combined with and equal number of on site visits and numerous interviews with key resource persons
The farmers, in general terms, attach great importance to fruit trees. In fact these Berber agropastoralists, relatively recently sedentarised, live traditionally from the breeding of sheep and the planting of cereal crops. Orcharding of apples, almonds and olives could enable them to enjoy significantly higher income.
Its because of this interest in fruit arboriculture that the farmers were willing to accept the project’s terrace digging in their fields, in addition to the fact that it was responsible for subsidising both the purchase and planting of the fruit trees.
Yet few were convinced of the erosion control effect of the terraces which, being in contour lines, were badly adapted to gravitational irrigation and which in any event proved itself to be rather oversensitive, to both heavy rainfall and the cattle trampling and this was especially true in those areas with steep slopes.
When they carried out the work themselves, certain farmers demonstrated a preference for surrounding the trees by a shallow crescent-shaped ditch, whose dyke was reinforced by a wall made from dry stones. In this way they could be set out right along the entire length of the irrigation ditches in a slight slope. It is also worth pointing out that only the better off, in particular former settlers could afford to pay for irrigation, pruning and the various requisite treatments.
It would seem, then, that the advisory package, as developed by this project, was well accepted because of its virtual absence of cost, and despite the drawbacks (and possibly even dangers) of the selected erosion control technique. That said, the project undoubtedly accelerated the change of traditional rural systems and assisted in their opening up to the market economy. One can but hope that these” neo-arboriculters” will know how to develop more diversified (and thus more sustainable) techniques upon completion of the project. In terms of project approach, it remains an open question as to whether or not it might have been better to distance oneself from the feedback given in relation to both erosion and fruit arboriculture.

Volltext

Les auteurs remercie particulièrement les collègues du projet Khénifra qui les ont conseillé et accompagné tout au long de la phase de terrain et, en particulier, les agents de développement Rabach Lahcen et Hamou Bouifrane, le directeur Hamid Stitou et le conseiller technique Manuel Courtieux, sans oublier, à Montpellier, Gilles Mille et Alain Billand.
Ils tiennent également à remercier les membres de l’AGAT de Sidi Yahya ou Saâd et en particulier son président Haddou Mghari ainsi que le traducteur Boulahcen Elhoussaine.

Introduction

1Le « Projet de Développement Rural Participatif du Moyen Atlas Central » (dit « Projet Khénifra » ou également « Projet MEDA ») a pour objectif l’amélioration des conditions de vie des populations rurales, à travers l’augmentation des revenus et la mise en œuvre d’une gestion rationnelle des ressources naturelles. Il s’agit également de poursuivre le projet de développement rural « Oued Srou » de la GTZ (Gesellschaft für Technische Zusammenarbeit, coopération technique allemande pour le développement) qui, de l’avis de nombreux observateurs, a obtenu des résultats très satisfaisants. Il concerne 12 communes rurales de la province de Khénifra, Maroc, couvrant une surface de 235 000 ha. Le budget total s’élève à environ 20 millions d’Euros (Schlaifer, 2005). La réalisation du projet s’étend de 2002 à 2009.

2Les mesures de Défense et de Restauration des Sols (DRS), conçues dans une logique de développement rural intégré et participatif, s’inscrivent dans ce projet. Différents types de mesures de DRS, de Gestion Conservatoire de l’Eau, de la biomasse et de la fertilité des Sols (GCES) et de gestion durable de l’environnement sont prévus, sur une surface totale d’environ 235 000 ha et, en particulier, 97 km de banquettes fruitières sur 212 ha et 2200 m3 de murets en pierres sèches. Le maître d’ouvrage des mesures de DRS et de GCES est le Service Provincial des Eaux et des Forêts de Khénifra. La réalisation des travaux a été sous-traitée à des entreprises.

3Pour le projet Khénifra, le principal objectif reste de faciliter la valorisation agricole des terres considérées comme marginales.

4La « banquette fruitière » (Photographie 1) est une méthode qui consiste à creuser des fossés d’environ 50 cm de largeur et de profondeur, en courbe de niveau, au fond desquels sont plantés des arbres fruitiers. La hauteur du bourrelet se situe entre 30 et 70 cm.

Photographie 1 : Banquettes fruitières au moment de la plantation

5En février 2007, l’Unité de Gestion du Projet a demandé une contribution à « l’évaluation à mi-parcours » de la pertinence technique et socio-économique des mesures intégrées de DRS dans la région et, plus particulièrement, de la banquette fruitière. Il s’agissait d’effectuer une enquête auprès d’un échantillon d’utilisateurs de cette technique antiérosive, couplée à des plantations fruitières, pour étudier leur perception et rendre ainsi intelligible les écarts observés ou prévisibles entre les objectifs initiaux et ceux atteints. De nombreuses études sur l’efficacité antiérosive des banquettes existaient déjà (Roose, 1994, Sabir, 2003) mais il s’agissait ici d’étudier l’efficacité de la diffusion, à grande échelle et sur un temps limité, du paquet technologique « banquette + arboriculture fruitière ».

Matériel et méthode

Zone d’étude

6La province de Khénifra se localise dans le Moyen Atlas Central du Royaume du Maroc (Figure 1). Sur une surface totale de 1 341 000 ha, elle a une population de 465 061 habitants. Sa densité est d’environ 38 habitants par km². La population est généralement jeune : environ la moitié des habitants est âgée de moins de 20 ans. Le taux d’accroissement moyen annuel est de l’ordre de 2,3 %, avec une disparité considérable entre l’espace rural (0,5 %) et les centres urbains (5 %) en raison de l’exode rural.

Figure 1 : Le Maroc et la région de Khénifra (source Geomatic, 2007)

7Au niveau économique, 75 % de la population active vit de l’agriculture et de l’élevage. Seulement 12 % de la population active est employée dans le secteur tertiaire (transports, commerces et administration). L’industrie et l’artisanat n’occupent que 3 % de la force de travail.

8Le climat de la zone est de type méditerranéen continental de montagne, froid et pluvieux en hiver, chaud et sec en été. Les chutes de neige sont fréquentes en hiver. La province de Khénifra connaît des spécificités telles que la gelée, la grêle et la sécheresse. La moyenne des pluies annuelles dans la zone d’étude est de l’ordre de 600 à 800 mm (Sabir, 2003).

9L’altitude de la zone de travail s’échelonne entre 1000 et 1500 m. Le relief de la zone est accidenté et les douars (hameaux de montagne) se trouvent souvent enclavés dans les vallées ou isolés dans les montagnes, toujours à proximité d’une source (Photographie 2).

10Deux types de sols sont surtout présents dans la zone d’étude :

  • Les sols fersiallitiques peu profonds sur dolomies et calcaires sont les plus présents. Par leur texture, nature, roche mère, ils sont souvent associés à la culture ou portent les forêts de chênes verts.

  • Les sols rouges fersiallitiques méditérranéens sur argilites rouges du Trias. Face à l’érosion, ce sont les sols qui présentent la plus grande fragilité.

Photographie 2 : La zone d’étude : habitations (douars) entourées de champs de blé enneigés en haut et à droite, vergers d’oliviers et jardins maraîchers dans la vallée

11Des vertisols se rencontrent plus rarement dans les dépressions.

12Pour des raisons de temps et de moyens disponibles, la zone d’étude a été limitée aux douars de la commune de Sidi Yahya ou Saâd et accessoirement à la commune d’El Kebab au sud de Khénifra. Elle se situe au niveau du flanc occidental des causses moyens atlasiques et de la vallée d’Oued Srou. Cette dernière est caractérisée par des pentes fortes, une couverture végétale faible et un substrat souvent friable (schistes et argilites rouges du Trias). Différentes formes d’érosion hydrique (en nappe par ravinement ou solifluxion) sont observées.

13La zone est habitée par des agro-pasteurs amazigh (« berbères »), assez récemment sédentarisés, qui vivent traditionnellement de l’élevage du mouton, de la culture pluviale des céréales et d’un petit maraîchage irrigué de vallée. Les arbres fruitiers et la vigne, plantés sporadiquement autour des habitations et en bordure de jardin, ne servaient traditionnellement qu’à l’autoconsommation. Cependant, depuis une dizaine d’années, avec le développement des marchés urbains, l’ouverture de pistes carrossables de plus en plus nombreuses et l’apport de nouvelles techniques par les projets et les émigrés, certains agriculteurs ont réalisés que l’arboriculture des pommes, des amandes et des olives pouvait leur permettre d’obtenir des revenus monétaires beaucoup plus importants.

Méthode d’enquête

14Le travail de terrain a consisté en la réalisation d’entretiens semi-directifs ainsi qu’en l’observation technique d’aménagements antiérosifs, en général en présence du propriétaire du terrain et de membres du projet « Khenifra » (Oddi et coll., 2007). La préparation des entretiens s’est organisée autour de :

  • la prise de contact et les concertations diverses avec le personnel du projet, les autorités locales, les membres de l’« Associations de Gestion et d’Aménagement des Terroirs » (AGAT), en particulier l’association « Atlas pour le Développement » de Sidi Yahya ou Saâd et les agriculteurs ;

  • la planification des rencontres ;

  • la conception d’un guide d’entretien semi-directif pour la bonne conduite des enquêtes sur le terrain (Mary et coll., 1999).

15Deux entretiens collectifs (en présence de la totalité des membres du groupe de travail) ont permis de tester la pertinence du guide d’entretien et d’affiner les rubriques thématiques qu’il comportait. A la suite de ces premières enquêtes, les hypothèses de départ ont été reformulées en fonction des informations recueillies, d’analyse et de réflexion ainsi que du temps imparti (Mutel et Sibelet, 2006). Au total 25 entretiens ont été menés. En général, ceux-ci se sont déroulés pour partie dans la résidence de l’intéressé (ou dans son bureau) et pour partie sur le terrain, pour stimuler la discussion, croiser les informations orales avec l’observation visuelle, faciliter la compréhension et mettre en évidence des contradictions ou des oublis éventuels. Les catégories de personnes interrogées et leur nombre sont donnés dans le tableau 1.

Tableau 1 : Nombre d’entretiens réalisés par catégorie de personnes

Résultats

16Les enquêtes réalisées auprès des paysans se déroulant dans des conditions souvent difficiles, du fait de l’isolement des douars (accessibilité à pieds seulement), des aléas climatiques (neige et brouillard) et compte tenu de certaines difficultés de traduction (amazigh/ arabe/ français), seuls douze entretiens ont pu être entièrement notés et analysés. Ceux-ci ont permis d’identifier et de catégoriser les différents types d’agriculteurs sur la base d’un certain nombre de critères indicateurs. Ces critères traduisent à la fois la capacité d’investissement, les choix dans les activités agricoles, mais aussi les difficultés auxquelles les agriculteurs sont confrontés.

Types d’agriculteurs retenus :

 Les paysans aisés (sept sur douze entretiens analysés) :

17Dans cette catégorie figurent des agriculteurs ayant des surfaces d’exploitation importantes et pratiquant l’élevage. Leurs plantations sont en général réalisées dans des secteurs profitant de l’irrigation ; celle-ci semble être une condition très importante de la rentabilité économique de l’arboriculture. Ces exploitants sont moins pénalisés par la faiblesse des mesures d’accompagnement du projet Khénifra et de l’administration car leur formation de base est plus solide et ils ont plus facilement accès aux conseils techniques. Ces exploitants ont parfois recours aux informations auprès des techniciens qualifiés (de la Direction Provinciale de l’Agriculture (DPA) par exemple). Ils ont également un meilleur accès à l’information sur l’état des marchés. Ils savent, en particulier, que la demande nationale de fruits et d’huile est en accroissement, en raison du développement urbain. Ils n’ignoraient pas, par exemple, que la demande européenne était élevée en 2007, au moins temporairement, en raison des gels d’oliviers, en Espagne, durant l’hiver 2005-2006. Ils mettent en vente des quantités de fruits plus importantes et vendent ainsi au niveau local et lointain à des prix plus rémunérateurs. Ils emploient fréquemment de la main d’œuvre et disposent de la possibilité d’investir (achat de matériel, creusement de puits, équipement de pompes et de tuyaux d’irrigation, système de goutte-à-goutte, etc.) et d’entretenir leurs parcelles (irrigation, fertilisation, taille, récolte, etc.). Pour effectuer la taille ou les traitements, ces exploitants disposent plus facilement du matériel nécessaire (pulvérisateurs, sécateurs, etc.). Ils ont en outre souvent commencé à planter ou à faire des essais de plantation d’arbres à titre « expérimental » avant le projet Khénifra. Ils ont une bonne connaissance des principales variétés disponibles et de leur prix sur les marchés en fonction des saisons. Il faut noter que plusieurs de ces agriculteurs ont pu « s’élever économiquement et techniquement au dessus du groupe » grâce à la pluriactivité (commerçants, maçons, etc.) ou à l’immigration temporaire en Europe (récolte de fruits en Espagne, bûcherons ou maçons en France).

 Les moyens (2/12) et petits paysans (3/12) :

18Contrairement aux plus aisés, les moyens et petits agriculteurs ont des exploitations de petites tailles en termes de superficie. Ils possèdent parfois quelques animaux d’élevage. Leur revenu agricole est bien souvent insuffisant par rapport à leurs besoins, ils vendent ainsi fréquemment leur force de travail. Ils emploient quelquefois une main d’œuvre dans les périodes de travail intense, comme par exemple durant la récolte. Ces agriculteurs manquent de moyens pour investir (construction de puits, de systèmes d’irrigation, etc.) et pour entretenir leur(s) parcelle(s) (irrigation, taille, fertilisation, etc.). Pour pallier partiellement à cette situation, l’AGAT met occasionnellement à leur disposition le matériel nécessaire et des techniciens pour la taille des arbres. Ils ont des difficultés d’accès à l’information et vendent leurs produits sur le marché local.

 Les métayers (information informelle ou indirecte en raison des difficultés de contact) :

19Ces derniers ne possèdent pas de terre (ou quelques ares de céréaliculture hérités de leurs parents) et ils travaillent principalement pour un propriétaire détenteur du titre foncier (résidant parfois en ville ou à l’extérieur du pays). Ils n’ont évidemment pas la liberté de décision sur une terre sans l’autorisation de son propriétaire. Ces paysans manquent de moyens pour investir et d’accès à l’information.

Perception et appréciation des banquettes fruitières suivant les types d’agriculteurs

20- Pour les paysans aisés, l’appropriation et l’acceptation des arbres fruitiers semblent très satisfaisantes. Les banquettes fruitières sont bien acceptées par la majorité d’entre eux. Mais la plupart disent qu’ils apprécient surtout le fait que le travail de creusement des banquettes est effectué gratuitement par le projet. Plusieurs ont déclaré que s’ils avaient eux-mêmes à réaliser le travail à leurs frais, ils préféreraient des demi-lunes, moins chères à installer, plus faciles à entretenir et présentant moins de risque de rupture en cas d’orage, ainsi que de dégradations progressives par le passage des animaux et des hommes. Pour eux, les banquettes fruitières :

  • permettent une valorisation de leur terre ;

  • sont plus rentables que la céréaliculture pluviale, malgré les besoins plus importants en main d’œuvre et les frais plus élevés qu’elles nécessitent ;

  • génèrent des revenus supplémentaires sur le long terme ;

  • permettent d’aménager plus facilement un système d’irrigation par goutte-à-goutte.

21Pour les petits et moyens paysans, les enquêtes directes demandent plus de temps pour une mise en confiance. Etant donné le court temps imparti pour l’étude et parfois la difficulté d’accès à l’information, le nombre de personnes interrogées reste faible. De ce fait, il a été nécessaire d’obtenir des informations indirectes auprès de personnes connaissant bien la commune. Cette catégorie d’agriculteurs rencontre plus de difficultés que le groupe précédent. Ces agriculteurs sont conscients des avantages qu’apporte la réalisation des banquettes fruitières dans leur parcelle. Ils ont cité notamment la meilleure rentabilité de l’arboriculture via la valorisation de la terre mais également celle du travail. Le travail sur le chantier entraîné par la mise en place de tels aménagements et celui que dégagent les arbres fruitiers au moment de la récolte sont également des profits directs. Ces agriculteurs sont souvent dans l’incapacité d’entretenir et d’irriguer leur terre. L’accès à l’irrigation est plus difficile pour ces petites exploitations :

22• ils ne peuvent utiliser que l’irrigation gravitaire par canaux (séguias) (Photographie 3) mais ne disposent pas toujours des droits d’eau, ou en quantité et en durée hebdomadaire insuffisante.

Photographie 3 : Irrigation gravitaire d’une banquette fruitière et semis de blé intercalaire

23Ceci compromet la rentabilité économique de la plantation fruitière, en particulier pour les espèces exigeantes en eau comme les pommiers et, dans une moindre mesure, les oliviers. Ces agriculteurs manquent clairement de moyens techniques comme financiers pour s’investir dans de tels aménagements. Ils considèrent parfois que leur surface de production agricole est trop faible pour réaliser des banquettes fruitières. De plus, ces petits exploitants vendent souvent une part importante de leur temps de travail en ville ou comme ouvriers sur d’autres exploitations. Ils manquent alors de temps pour se consacrer à leur propre exploitation et évidemment pour s’investir dans de nouvelles cultures. En effet, la gestion d’un verger demande un investissement en temps et en autres ressources qui ne sont pas toujours disponibles sur une petite exploitation en difficulté. L’arboriculture entraîne un surplus de travail et de frais qu’ils sont dans l’incapacité de gérer. Ils préfèrent donc se contenter de la céréaliculture. Enfin, pour d’autres agriculteurs, réaliser ces ouvrages représente un risque ; or, étant en limite de survie, ils ne peuvent s’en permettre aucun. Ils sont réticents face à la nouveauté et au changement de leurs pratiques agricoles. Ils préfèrent « voir chez les autres » avant de s’engager. On peut constater que la plupart des paysans les plus pauvres qui acceptent de planter les arbres fournis par le projet ne se les approprient pas vraiment. Cette acceptation est en effet liée aux salaires versés par l’entrepreneur pour leur participation à la construction des banquettes, les arbres étant ensuite fournis gratuitement.

24-Pour les métayers, l’appropriation et l’acceptation des banquettes sont différentes. N’ayant pas de propres terres, ils n’ont pas de pouvoir de décision sur l’aménagement des banquettes et ne peuvent pas en installer pour eux-mêmes. En revanche, les banquettes génèrent des opportunités de travail à courts termes (chantier) et à longs termes (entretien des vergers et récolte). Ces agriculteurs les trouvent donc bénéfiques dans le cadre de leurs revenus sans pouvoir juger de leur pertinence.

Limites des effets antiérosifs des banquettes

25Les agriculteurs constatent majoritairement que les banquettes contribuent à la lutte antiérosive puisqu’elles piègent l’eau de ruissellement et facilitent son infiltration, au moins dans un premier temps. Elles sont plus efficaces durant les orages intenses et courts qu’en périodes de longues pluies. Par contre, sur le long terme, leur efficacité n’est assurée qu’à la condition qu’elles soient entretenues régulièrement. En effet, une banquette mal entretenue peut entraîner la création de nouvelles rigoles qui engendrent la formation de ravines (Photographie 4). De plus, des systèmes d’irrigation avec des seguias sont souvent installés par les agriculteurs pour arroser les arbres plantés sur les banquettes. Si ces systèmes ne sont pas maîtrisés durablement, ils peuvent accélérer gravement les processus de ravinement, comme cela a pu être observé chez deux agriculteurs, sur des pentes supérieures à 50 %, à Sidi Yahya et à El Kebab.

Photographie 4 : Banquettes sur forte pente, non entretenues et ravinées

Perception économique de l’introduction de l’arboriculture

26D’après la majorité des personnes interrogées, l’arboriculture est une activité agricole fortement génératrice de revenus. Ainsi, le débat portant sur le choix entre céréaliculture et arboriculture est d’actualité chez les agriculteurs du Moyen-Atlas. Ce choix n’est pas toujours évident et beaucoup d’entre eux se sont interrogés sur leurs productions et sur les autres possibilités de revenus.

Photographie 5 : Murette non entretenue installée par un ancien projet

27Il leur semble que les plus grosses contraintes pour passer de la céréaliculture à l’arboriculture sont la possibilité d’irrigation et la disponibilité de moyens financiers. Pour le choix des espèces fruitières, les critères mis en avant par les agriculteurs sont la valeur commerciale des fruits et la possibilité de les commercialiser, ainsi que les exigences écologiques des différentes espèces (besoins en eau, minéraux, altitude, ensoleillement…).

Perception de l’effet antiérosif du système arboriculture/céréaliculture

28En terme de lutte antiérosive, agriculteurs et techniciens pensent tous que l’arbre a un effet direct sur l’érosion grâce à son couvert et à ses racines mais que celui-ci reste néanmoins faible. Par contre, les effets indirects du passage de la céréaliculture pluviale à l’arboriculture sur l’érosion sont jugés importants. L’agriculteur introduit parfois dans les parcelles irriguées des espèces fourragères comme la luzerne. Ainsi, l’augmentation des ressources fourragères disponibles sur l’exploitation favorise le développement d’un élevage bovin intensif et facilite la diminution du cheptel ovin qui participe souvent à la dégradation de la forêt de chêne vert et au surpâturage des chaumes et jachères. De plus, après la première récolte donnée par les arbres fruitiers, la pratique de la céréaliculture entre les arbres est normalement arrêtée. Le sol peut ainsi s’enherber, ce qui diminue l’érosion hydrique et supprime l’érosion aratoire liée au labour du sol dans ces parcelles. D’autre part, la valorisation du travail et de la terre entraînée par l’installation des arbres fruitiers permettent l’obtention de bénéfices plus élevés. Il semble que l’abandon de la céréaliculture dans les parcelles les plus pentues en soit facilité. La végétalisation des pentes raides (installation d’une végétation pérenne) en résulte.

Propositions paysannes d’alternatives à la banquette

29En matière de lutte contre l’érosion, certains agriculteurs donnent la priorité à des aménagements plus légers, à savoir les murettes en pierres sèches construites avec les pierres résultant de l’épierrage, comme cela a pu être vu chez trois agriculteurs.

30Il s’agit d’une technique d'aménagement des pentes. Elles sont installées en courbes de niveau. Leur fonction antiérosive consiste à diminuer l’érosion aratoire, à réduire la pente (facilitant la culture des parcelles) et à disperser le ruissellement en surface. Néanmoins ces rôles divers ne sont assurés qu’à condition que les murettes soient régulièrement entretenues et contrôlées après chaque averse. La Photographie 5 illustre la non-appropriation d’une murette installée lors d’un projet, car on peut voir que la base et le sommet n’en ont pas étés renforcés depuis sa création, si bien qu’elle menace ruine, au risque de relancer, très prochainement, une forte érosion régressive.

31Les seuils en pierres sèches constituent une variante des murettes dans l'aménagement des talwegs. De la même façon que pour les murettes, ils retiennent la terre et maintiennent la fertilité du sol. Leur fonction consiste également à disperser l'eau qui a naturellement tendance à se concentrer au milieu du talweg et à éviter ainsi l’incision à ce niveau. Selon la force du ruissellement, des variantes plus ou moins lourdes, avec ou sans semelle parafouille, sont préconisées par les techniciens du Projet. Les ouvrages sont constitués de pierres plus ou moins massives. Ils s’accompagnent ou non d’une végétalisation de l’atterrissement du seuil pour améliorer sa résistance. Pour les plus petits talwegs, des alternatives moins coûteuses existent : abandon du labour du fond du talweg, enherbement du talweg, petits seuils biologiques…

32En matière d’arboriculture, plusieurs agriculteurs estiment que la technique de la « demi-lune » est moins coûteuse que la banquette (deux agriculteurs à Sidi Yahia et un à El Kebab ont réalisés des travaux remarquables par la construction de demilunes dont le bourrelet aval est renforcé par un mur de pierres sèches (Photographie 6). De plus, au moment de l’irrigation des arbres plantés par séguias, elle ne pose pas de problèmes, contrairement à la banquette. Le diamètre de la cuvette varie de 1 à 3 mètres en fonction de la densité de plantation. Il est estimé qu’un ouvrier peut confectionner environ 5 cuvettes par jour.

Photographie 6 : Plantation d’oliviers sur demilunes renforcées par un solide mur de pierre

Confusion entre l’intérêt des banquettes et celui de l’arboriculture

33La majorité des agriculteurs, quelques soient leurs catégories, sont conscients du phénomène d’érosion. « Les eaux de pluies entraînent ma terre » et « les ravines creusent mes terrains », disent-ils. Cependant, en matière de lutte antiérosive, pour la plupart d’entre eux, les banquettes ne constituent pas le moyen le plus efficace et ils trouvent les aménagements de types murs de pierres et gabions plus efficients et plus adaptés à leurs problèmes.

34En revanche, lorsque les banquettes fruitières leur sont proposées dans le cadre d’un programme de lutte antiérosive, ils acceptent d’en installer chez eux. En effet, ils sont lucides, l’arboriculture représente une valorisation de la terre et un apport de revenu sur le long terme. Pour les agriculteurs, il est évident qu’ils ont tout à gagner dans la mise en place de banquettes financées par l’Etat ou un projet.

35Ainsi, il semble que les paysans associent à l’image de la « banquette » celle de l’» arboriculture » sans faire de distinction réelle entre les deux. L’action antiérosive de la banquette n’apparaît quasiment pas, voire pas du tout dans leur discours et donc dans leur perception.

36Il existe donc une forte dynamique de développement de l’arboriculture. Le degré d’acceptation de l’arbre fruitier est élevé mais il est important de le dissocier de l’acceptation de la banquette en elle-même.

Discussion

37Les banquettes fruitières, du fait de leur influence sur la valorisation de la terre et du travail rémunéré des paysans bénéficiaires, apparaissent plus comme un outil de développement rural que comme un moyen de lutte antiérosive. L’intérêt économique de l’arboriculture semble évident par rapport à la céréaliculture. Il est confirmé par le fait que dans la zone d’étude, beaucoup de paysans aisés plantent des arbres fruitiers en dehors de l’aide d’un projet.

Photographie 7 : Aménagement en banquette de tout un versant

38Les projets de DRS « à l’ancienne » imposaient le remodelage de versants entiers (Photographie 7), sans trop prendre en compte le point de vue et les limites de parcelle des paysans qui les mettaient en valeur (appelé l’approche impérative au Maroc) (PNABV, 1996).

39Au contraire, le projet Khénifra s’est appuyé sur une demande paysanne clairement identifiée. De plus, la distribution d’arbres fruitiers n’a pas été limitée aux seuls paysans ayant accepté la construction de banquettes sur leurs terres. La rupture avec les projets antérieurs, où la banquette apparaissait surtout comme un aménagement réalisé par l’Etat, est importante. Cependant, le projet est resté à michemin entre un projet de DRS à l’ancienne et un projet de développement rural. Ainsi, il aurait peut être été préférable de faire d’abord réaliser des banquettes par quelques agriculteurs aisés, d’observer les résultats obtenus et de constituer ainsi des références crédibles avant d’organiser une diffusion plus large de la nouvelle technique. Mais une telle stratégie de développement demande plus de temps, une ressource dont le projet ne disposait pas. Ainsi, même si l’appropriation est probablement meilleure que dans les anciens projets, il est possible qu’elle ne soit que peu acquise pour les petits et moyens agriculteurs.

40Évaluer l’appropriation de la banquette fruitière par les agriculteurs nécessite de travailler à la fois sur leur perception de la banquette comme outil de lutte contre l’érosion et sur leur perception de l’arboriculture associée à la banquette. Or, au Moyen Atlas comme un peu partout ailleurs, la problématique de l’érosion des sols est avant tout une problématique importée par les projets. Cela ne signifie pas qu’il n’existe pas de préoccupation paysanne par rapport à certaines manifestations de l’érosion, préoccupation qui se traduit que par de rares aménagements. Mais ce thème a surtout été importé de l’extérieur, associé tantôt à la stigmatisation de certaines pratiques agricoles et tantôt à d’intéressantes possibilités de rémunération lors de la réalisation d’aménagements antiérosifs. Pour accéder à des informations sur la préoccupation initiale d’un agriculteur par rapport à l’érosion, il faut mener l’enquête sur le terrain, face à des signes de l’érosion ou, mieux, face à de petits aménagements paysans réalisés par eux-mêmes ou par leurs voisins. Lors des enquêtes menées en chambre, le risque est élevé de les voir répondre en fonction de leurs intérêts pour des aménagements sources de revenus immédiats (salaires). Autrement dit, la fiabilité des informations fournies est incertaine.

41D’autre part la construction d’une banquette fruitière nécessite l’acceptation du propriétaire du terrain. Lorsque ce propriétaire est en ville ou à l’étranger, l’exploitant de la parcelle peut avoir du mal à obtenir cet accord. L’acceptation de la banquette par le paysan semble souvent plus liée au salaire que lui verse l’entrepreneur, plutôt qu’à une perception claire de l’intérêt de la banquette en elle-même. Certains agriculteurs refusent la construction de banquettes parce que les inconvénients dus à la diminution de la surface cultivée et la gêne apportée aux travaux est supérieure aux bénéfices tirés du salaire fourni. D’autres agriculteurs peuvent aussi refuser la construction d’une banquette parce qu’elle constitue quelque chose de nouveau (contrairement à la demi-lune) et qu’ils préfèrent attendre « pour voir » les résultats que donnent les plantations.

42Enfin, plusieurs agriculteurs ont également insisté sur la qualité du travail topographique (horizontalité) dans la confection des banquettes fruitières et la qualité douteuse des plants y étant associés. Certains se sont plaints du travail trop rapide des ouvriers, de certaines défectuosités dans la confection des banquettes, etc. Malheureusement, la durée de l’étude a été trop courte pour réaliser des reconnaissances plus approfondies sur le terrain et des enquêtes en plus grande quantité auprès des agriculteurs.

43Quelques difficultés restent à souligner. Il semble que les agriculteurs apprécieraient un encadrement technique plus important. La faiblesse des mesures d’accompagnement serait une raison majeure de la mauvaise valorisation économique des plantations. Les agriculteurs ont notamment insisté sur l’accompagnement en termes d'entretien (taille des arbres, fertilisation, traitements phytosanitaires, irrigation), et de commercialisation. Mais le financement de l’AGAT n’est pas garanti et dépend de sa capacité à mobiliser des fonds pour de nouveaux projets. Les structures administratives « classiques », comme la DPA, sont chargées d’assurer le suivi sur le long terme. Toutefois, ces structures administratives ne semblent pas disposer de ressources financières, humaines et techniques nécessaires. Il semble que la DPA n’ait été que faiblement associée au projet. Dans le cadre d'un tel projet, la mise en place d'un volet de formation en arboriculture et des fonds prévus pour appuyer les administrations dans leurs tâches pourraient améliorer l'aide portée par les bailleurs de fond en matière de développement rural.

Photographie 8 : Technicien faisant une démonstration de taille chez un « néo-arboriculteur »

44Plus de mesures d'accompagnement encourageraient davantage les agriculteurs dans la bonne réalisation de leurs travaux. Le projet fournit certains de ces services par l’intermédiaire de l’AGAT (par exemple, la formation des techniciens pour la taille) (Photographie 8) et il favorise la commercialisation par l’amélioration du réseau routier

45A cause de contraintes économiques et temporelles, un projet travaille dans le court terme et apporte des techniques standardisées souvent mal connues de la population. La vitesse de ce changement de pratiques agricoles est forcément plus rapide que celle du développement. Les efforts mis en œuvre dans le projet Khénifra ne seront réellement effectifs dans le développement rural qu'à la condition que ce dynamisme soit maintenu sur le long terme.

46D’autre part, l'aménagement des systèmes d'irrigation constitue également une difficulté car les banquettes fruitières ne sont pas prévues pour l’irrigation. Même si les agriculteurs profitent de l'aptitude des banquettes à piéger l'eau de ruissellement, ils aménagent également des canaux qui peuvent entraîner des processus de ravinement. La demi-lune, avec acheminement de l’eau par la création de petits chenaux intermédiaires, peut être une alternative compatible avec le besoin d’irriguer.

47Enfin, il faudrait certainement que les techniciens chargés de la lutte antiérosive (LAE) admettent que, dans les montagnes méditerranéennes, sujettes à des épisodes pluvieux épisodiques de plus en plus violents, il est impossible de vouloir faire infiltrer toute l’eau de pluie dans le sol des parcelles agricoles. Les dangers pour le sol, lors des épisodes extrêmes sont supérieurs aux avantages, en période de pluviométrie modérée. Des systèmes de LAE doivent obligatoirement inclure un robuste système de débordement de l’eau en cas d’excès de pluie, qui peut se confondre avec le système d’irrigation, en cas de sècheresse, du moins là où cela est possible.

Conclusion

48Le projet de développement rural participatif de Khénifra a eu pour objectif d’améliorer les conditions de vie des populations rurales des zones concernées. La réalisation des banquettes fruitières par le projet a rempli cet objectif et s’est inséré également dans une stratégie de lutte antiérosive.

49Les arbres fruitiers des banquettes ont été acceptés par les agriculteurs ; mais en termes de mesures de DRS, ceux-ci n’ont pas tous vu l’intérêt des banquettes. Ainsi, pour les agriculteurs comme pour le projet, les banquettes fruitières, apparaissent plus comme un outil de développement rural qu’un moyen de lutte antiérosive.

50En fonction des objectifs à atteindre, lutte antiérosive ou valorisation agricole, d’autres alternatives moins onéreuses sont techniquement envisageables. Cependant, à l’échelle temporelle et économique d’un « projet », raisonnant sur le court terme, ces alternatives sont peu compatibles.

51Un projet travaille avec des budgets considérables. Il apporte des changements rapides. Pour que ses effets bénéfiques soient durables, il est important de s’assurer de la capacité des agriculteurs à poursuivre les actions entreprises.

52Au niveau de l’approche de vulgarisation d’un projet de développement rural, les auteurs pensent donc qu’il aurait été plus efficace de dissocier les messages portant sur la lutte antiérosive de ceux qui concernent l’arboriculture. Pour une meilleure résilience des systèmes sociaux-écologiques (Walker et coll., 2009), il aurait fallu travailler sur une plus longue durée, en tenant compte des savoirs traditionnels et en assurant l’accompagnement et la formation des agriculteurs.

Literaturverzeichnis

Bibliographie :

Geomatic, 2007. (http://www.geomatic.ma/)

Mary F., Sibelet N. et Smektala G., 1999. Guide méthodologique pour la conduite d'une étude en milieu rural. Cours de l'ENGREF, Montpellier, France, 33 p.

Mutel M. et Sibelet N., 2006. Méthode d'enquête socio-économique en milieu rural et base de l'épistémologie. Cours de l'ENGREF, Montpellier, France.

Oddi A., Schneider F., Amia F., Kübler F., Wiesinger T-K., Mengome-Ango A-Y., Lilin C., Peltier R. et Sabir M., 2007. Contribution à l’évaluation de la pertinence technique et socio-économique des mesures de Défense et Restauration des Sols (DRS) dans la région de Khénifra (avec accent sur la banquette fruitière). Agro-ParisTech-Engref Montpellier, France et ENFI Salé Maroc, 30p.

Peltier R., Sabir M., Lilin C., Oddi A., Schneider F., Amia F., Kübler D., Wiesinger T-K., Mengome-Ango A-Y. 2010. La banquette antiérosive fruitière dans le Moyen Atlas marocain : le projet Khénifra. Vertigo-Regards/Terrain 2010. Institut des Sciences de l’Environnement, Université du Québec, Montréal, Canada.

PNABV, 1996. Plan National d'Aménagement des Bassins Versants, Rapport de Synthèse (Phase II). 16 p. (http: //www.eauxetforets.gov.ma/pabv.htm)

Roose E., 1994. La Gestion Conservatoire de l’Eau, de la biomasse et de la fertilité des Sols (GCES). FAO, Rome, 420p.

Sabir M., 2003. Identification, priorisation et budgétisation des travaux de ces dans la zone d'action du projet Khénifra. ENFI, Salé, Maroc, 60 p.

Schlaifer M, 2005. Assistance technique à l'unité de gestion du projet " Développement rural participatif dans le Moyen Atlas Central " Khénifra, Maroc. Khénifra, Maroc.

Walker B., Sayer J. and Andrew N., 2009. Resilience in practice : Challenges and opportunities for natural resource management in the developing world. Background paper to the CGIAR 2009 Science Forum workshop on : “Resilient natural resource systems”. 30 p. http://www.scienceforum2009.nl

Abbildungsverzeichnis

Bildunterschrift Photographie 1 : Banquettes fruitières au moment de la plantation
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14060/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 172k
Bildunterschrift Figure 1 : Le Maroc et la région de Khénifra (source Geomatic, 2007)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14060/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 896k
Bildunterschrift Photographie 2 : La zone d’étude : habitations (douars) entourées de champs de blé enneigés en haut et à droite, vergers d’oliviers et jardins maraîchers dans la vallée
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14060/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 488k
Bildunterschrift Tableau 1 : Nombre d’entretiens réalisés par catégorie de personnes
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14060/img-4.jpg
Datei image/jpeg, 196k
Bildunterschrift Photographie 3 : Irrigation gravitaire d’une banquette fruitière et semis de blé intercalaire
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14060/img-5.jpg
Datei image/jpeg, 880k
Bildunterschrift Photographie 4 : Banquettes sur forte pente, non entretenues et ravinées
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14060/img-6.jpg
Datei image/jpeg, 808k
Bildunterschrift Photographie 5 : Murette non entretenue installée par un ancien projet
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14060/img-7.jpg
Datei image/jpeg, 680k
Bildunterschrift Photographie 6 : Plantation d’oliviers sur demilunes renforcées par un solide mur de pierre
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14060/img-8.jpg
Datei image/jpeg, 892k
Bildunterschrift Photographie 7 : Aménagement en banquette de tout un versant
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14060/img-9.jpg
Datei image/jpeg, 712k
Bildunterschrift Photographie 8 : Technicien faisant une démonstration de taille chez un « néo-arboriculteur »
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14060/img-10.jpg
Datei image/jpeg, 868k

Autoren

AgroParisTech-ENGREF, BP 7353, 34086 Montpellier cedex 4, France

AgroParisTech-ENGREF, BP 7353, 34086 Montpellier cedex 4, France

AgroParisTech-ENGREF, BP 7353, 34086 Montpellier cedex 4, France

AgroParisTech-ENGREF, BP 7353, 34086 Montpellier cedex 4, France

AgroParisTech-ENGREF, BP 7353, 34086 Montpellier cedex 4, France

© IRD Éditions, 2012

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540