Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lutte antiérosive

Thème 6. Aspects socio-économiques de la lutte antiérosive

Perception paysanne de la dégradation des terres et des types d’érosion : impacts des programmes de LAE sur la restauration de la productivité des sols à Madagascar

Simone Randriamanga Ratsivalaka

Résumé

Le paysan des Hautes Terres malgaches a su mettre en œuvre des techniques de gestion et de conservation de son terroir face aux contraintes du milieu. Conscient de l’état de dégradation de celui-ci, perçu à travers les variations du milieu naturel, le paysan « vit » avec l’érosion et s’est servi de techniques simples pour la gérer. Il a bénéficié des projets de développement agricole dans l’amélioration de la production des terres aménagées, celle de conservation ou de restauration des sols. Il adhère aux techniques modernes en général. Mais leur pratique est souvent limitée dans le temps, ponctuelle et demeure à l’état d’expérimentation. Ces actions souffrent en outre de l’instabilité politique. Ce qui explique les résultats mitigés quand elles sont mises en œuvre dans l’amélioration des conditions de vie à la campagne. Quant au paysan, il est constaté qu’il ne peut pas être livré à lui-même. Son plus grand handicap réside dans l’insuffisance de ses moyens financiers et techniques. La meilleure stratégie de développement préconisée commence alors par une véritable éducation des ruraux pour les rendre autonomes et réellement aptes au développement.

Texte intégral

1. Introduction

1Les composantes paysagères des Hautes Terres malgaches sont constituées de quatre éléments principaux : le bas fonds, toujours humide à cause de la proximité de la nappe phréatique et des sources, est voué à la riziculture irriguée. Les terrasses alluviales et les bas de pente à sols de colluvions sont occupés par la riziculture et les cultures maraîchères. Les « tanety » ou flanc de colline constituent la zone de pseudo steppe et de cultures pluviales. Le sommet des collines est réservé au reboisement et à la forêt (Photo 1).

2Le paysan a su s’adapter aux contraintes naturelles qu’offre chacune de ces entités paysagères en aménageant et en occupant les parcelles les plus fertiles. De nombreux programmes de gestion, conservation ou restauration des sols, confessionnels, non gouvernementaux ou étatiques se sont inspirés des pratiques paysannes pour améliorer les techniques agricoles. Tel est le cas des « tatatra » ou canaux utilisés pour protéger les cultures des effets de l’érosion. Ils ont inspiré l’utilisation des fossés de garde et d’infiltration contre le ruissellement sur les versants et l’inondation des cultures des bas fonds. Cette technique permet en outre la formation d’une couche humifère. Mais face aux résultats parfois mitigés, le bilan des actions semble ne pas avoir atteint le développement escompté alors que tout fut mis en œuvre pour la réussite des projets. Les résultats des campagnes de vulgarisation agricole menées par l’Etat dans les années 80 par exemple n’ont atteint leurs objectifs qu’à 50 % en général. On s’interroge si le fait d’appréhender la perception paysanne de son milieu en particulier l’érosion, ses impacts et les diverses tentatives d’amélioration de la production pourrait contribuer à un meilleur développement des campagnes ?

Photo. 1 : Les composantes paysagères des Hautes Terres malgaches
Cliché C. Puech, Source : Ratsivalaka et al, 2007

3Différents sites pris sur les Hautes Terres sont étudiés. Outre leur appartenance à des milieux montagneux (alt > 1000m), ces sites ont pour points communs d’être ou d’avoir été une zone végétalisée ayant connu des formes de dégradation plus ou moins intenses entraînant érosion et épuisement des sols : secteur de la cuvette intramontagnarde d’Andapa et environs situé dans le Nord Est de Madagascar ; Régions Alaoutra, Mangoro, Analamanga et Vakinankaratra, sur les Hautes Terres centrales, le Moyen Ouest et la falaise orientale de l’île. Tous ont fait l’objet d’actions de développement, de conservation ou de restauration de la fertilité des sols.

4Les données ici reportées sont les résultats des enquêtes, observations, analyses et mesures sur les sites d’étude.

2. Le paysage agricole des Hautes Terres malgaches

5La riziculture représente l’activité prépondérante du paysan, suivie des cultures pluviales : manioc, patate douce et maïs. Elle est surtout pratiquée dans les bas fonds ; le rendement demeure faible, en moyenne 1,5 à 2t/ha/an de paddy. Les techniques sont restées traditionnelles et rudimentaires. Les travaux débutent par le labour et la préparation des pépinières qui sont pratiqués à la même période. L’angade ou bêche est utilisé pour retourner les mottes de terre ainsi que quelques petits matériels agricoles : charrue poussée par l’agriculteur ou herse tirée par un bœuf. Suivent l’épandage manuel des fumiers organiques en provenance du zébu, mélangés à de la paille, l’irrigation et le piétinement de la rizière par les bœufs.

6Le système d’irrigation est très précaire. Les canaux de fabrication artisanale (Planche 1) sont très vulnérables aux crues et à l’ensablement. L’utilisation des engrais minéraux est quasi nulle à cause de leur prix et l’absence de vulgarisation. Après avoir séjourné deux mois en pépinière le riz est repiqué généralement « en foule » rendant difficile l’utilisation d’une sarcleuse. Le désherbage se fait à la main. La variété la plus cultivée est en général le riz rouge. Le riz est essentiellement destiné à la consommation. Une partie du paddy peut cependant être vendue pour subvenir aux besoins des ménages en produits de première nécessité (PPN) et financer les cultures maraîchères.

Planche. 1 : Rizières des Hautes Terres et canal d’irrigation
Source : Ratsivalaka et al, 2007 et Randriamanga et al 2005

7Les cultures maraîchères (tomates et légumes de contre saison : pomme de terre, petits pois), sont aussi pratiquées dans les bas fonds. Elles sont destinées à la vente et constituent les seules sources de revenu permanent du paysan. Ce dernier y consacre beaucoup de soin. Les terrasses maraîchères sont situées sur les bas de pente ou sur les têtes de vallon. Leur sol est en général pauvre. C’est pourquoi ils bénéficient d’engrais organiques pouvant atteindre 20t/ha et d’engrais minéraux. L’usage de la cendre en provenance du brûlis des bois morts et des branchages d’Eucalyptus est aussi une technique pratiquée pour fertiliser le sol. Le paysan y cultive les brèdes et les légumes principalement : chou de chine, chou fleur, poireau, carotte destinés à la vente. Ce sont les hommes qui construisent la terrasse, les femmes et les enfants s’occupent de l’arrosage et du désherbage.

8Les cultures de contre saison occupent la rizière après la récolte du riz. Le paysan cultive en général la pomme de terre et le haricot. Les cultures de contre saison ne sont pas encore très répandues à cause des investissements nécessaires pour les semences et aussi par ce que les techniques ne sont pas tout à fait maîtrisées.

9Les cultures pluviales (manioc, arachide, maïs) occupent les versants qui ne sont pas aménagés en terrasses même sur les pentes raides. La préparation du terrain est faite au début de la saison pluvieuse. Le paysan utilise la bêche pour le labour. Il n’y a pas d’apport de fertilisant faute de moyens alors que les sols sont en général médiocres. Les rendements moyens sont faibles et varient autour de 6000 kg/ha pour le manioc et 4000 kg/ha pour la patate douce selon les enquêtes. Une jachère de 2 à 4 ans est pratiquée dès que le sol est épuisé. Les canaux placés en amont du champ, sont les seuls moyens de lutte utilisés contre le ruissellement. Aucun soin particulier n’est apporté aux cultures.

10La forêt ou le reboisement d’Eucalyptus occupant le sommet des collines ne fait l’objet d’aucun soin spécifique.

11L’élevage bovin est utilisé pour l’exploitation agricole : traction de charrettes et charrue, piétinement des rizières, production de fumier. L’élevage porcin est un placement pour les grandes occasions : mariage, jour de l’an. Les poules, les canards et les oies procurent un complément de revenu appréciable et permettent de faire face aux imprévus.

12L’artisanat est une activité temporaire car la matière première n’est pas disponible en toute saison. Les femmes confectionnent les nattes et les paniers, les hommes se réservent la menuiserie et la maçonnerie.

Tableau 1. Les activités paysannes dans le bassin versant de Sahasarotra

Tableau 1. Les activités paysannes dans le bassin versant de Sahasarotra

13Les exploitations agricoles sont essentiellement familiales ou individuelles ou par métayage ou fermage. Ce mode de faire valoir indirect, permet au propriétaire de valoriser ses terres sans aucun investissement et le protège d’éventuels aléas climatiques. L’appropriation des terres se fait la plupart du temps par héritage. Ce qui est cause de leur grand morcellement en relation avec la forte pression démographique. A cela s’ajoute l’exiguïté des bas fonds d’où l’existence des paysans sans terre obligés de louer leur rizière ou de quitter leur terroir pour vivre en ville.

3-Perception paysanne de la dégradation des terres et des types d’érosion

14Le paysan est en général conscient de l’état de dégradation de son terroir qu’il perçoit à travers des variations du milieu naturel : tarissement des sources et ensablement des bas fonds... Plusieurs causes reviennent souvent entre autres : les variabilités climatiques qui entraînent des perturbations dans les pratiques culturales.

15L’arrivée tardive des pluies remet en cause le calendrier cultural. La chute de la production agricole qui en résulte a pour effet d’aggraver les problèmes économiques déjà existants renforçant ainsi l’appauvrissement à la campagne. Le paysan est alors obligé de s’adapter à l’érosion et de gérer la fertilité des sols de façon plus ou moins aléatoire et notamment de changer ses habiitudes culturales et son système de gestion de l’eau.

16Le paysan « vit » avec l’érosion et utilise des techniques simples pour la gérer. Il a mis au point un système de captage des eaux de source pour l’irrigation qui consiste à capter la source en amont et à entraîner l’eau sur la terrasse par un système gravitaire. Il a développé un réseau de canaux de protection des rizières et parcelles de culture en amont pour détourner le ruissellement et arrêter l’ensablement des bas fonds. Il utilise divers intrants et des engrais organiques et minéraux pour gérer la fertilité des sols sur les terrasses. Face aux variabilités climatiques actuelles, il s’est adapté par l’utilisation de semences plus appropriées. Mais certaines pratiques ont des effets négatifs tel l’usage de l’Eucalyptus pour le charbon de bois (Photo 2). Faute d’arbres le paysan se sert des taillis au risque de gêner la régénération naturelle.

Photo. 2 : Forêt, bois d’Eucalyptus et four à charbon dans le bassin versant de Sahasarotra Source : Randriamanga et al 2005
Après la coupe et le séchage du bois, le foyer à charbon est préparé pour le brûlage

3.1-Types d’érosion et dégradation des sols

17L’érosion se manifeste sur toutes les unités topographiques et plus particulièrement au niveau des cultures pluviales localisées sur les versants à pseudo steppe et à sols ferrallitiques acides des collines (Planche 2). Ces derniers tendent à s’appauvrir chimiquement et se dégrader physiquement dès les premières cultures. Labourés, ils sont vite saturés au moment des fortes pluies et leur pouvoir d’infiltration est réduit. L’eau ruisselle très vite de façon diffuse et se concentre à la limite des champs. L’érosion diffuse entraîne une dégradation due au décapage important des sols. Celui ci se traduit par le départ des éléments nutritifs et des atterrissements sableux en aval. L’épuisement des sols est renforcé par les pratiques culturales préconisées par le système traditionnel. Le niveau de fertilité des sols n’est plus maintenu car la restitution du point de vue minéral et organique n’est plus satisfaisante. Le passage répété des feux ainsi que le prélèvement de la litière favorise cette érosion des versants.

18L’ensablement n’est manifeste qu’en l’absence de structure de défense des sols même rudimentaire. Simple entassement de sable sur les rochers le long des cours d’eau ; il peut devenir important et concerner les bas fonds aménagés en rizières qu’ils recouvrent d’une couche épaisse de sable pouvant atteindre 50 cm d’épaisseur dans le bassin versant d’Antsaharatsy situé au nord-est d’Antananarivo, soit 60 % des surfaces cultivées en riz. Cet ensablement est cause d’une perte de terre cultivable de l’ordre de quelques ares à plusieurs ha chez les paysans enquêtés, réduisant les chances de production paysanne. Evaluée en coût la perte peut atteindre l’équivalent de plusieurs milliers d’Ariary en monnaie locale, dans les zones étudiées. Ceci est considérable pour le paysan qui, du fait de la faiblesse de son pouvoir d’achat, est plus porté sur le troc de sa production.

Erosion des versants

Atterrissement sableux en aval des cultures

Planche 2 : Formes d’érosion dans les bassins versants de Sahasarotra et Maniandro
Sources : Randriamanga et al 2005 et Ratsivalaka et al 2007

Planche 2 : Formes d’érosion dans les bassins versants de Sahasarotra et ManiandroSources : Randriamanga et al 2005 et Ratsivalaka et al 2007

Ensablement des rizières

Erosion hydrique en lavaka

19L’érosion des versants peut prendre des formes plus spectaculaires quand des lavaka les affectent. Qualifiée d’érosion en U dans la typologie des ravines établie par Roose et al. (2000), l’érosion hydrique en lavaka est provoquée par les eaux de ruissellement et caractérise les mouvements de masse les plus fréquents des zones étudiées. Elle s’observe surtout sur les zones dénudées ou fragilisées à mi versant des collines. Le lavaka se présente en général comme un vaste amphithéâtre aux parois abruptes rétrécies dans sa partie aval où se localise le plus souvent un chenal d’évacuation des eaux. Ses formes varient : de la grande ravine profonde en forme de poire, il peut prendre l’aspect de griffe, cuiller, rigole, devenir coalescent ou digité quand plusieurs se côtoient. Il peut constituer des unités grandes de 30m X 60m X 10 m et peut remanier jusqu’à 500 tonnes de matériaux. Le lavaka évolue par effondrements verticaux et successifs de ses parois. Deux processus suivant le sol et la géologie sont observés dans les zones étudiées quant à sa formation.

20L’érosion linéaire par ravinement est due au ruissellement. Elle favorise le creusement de chenaux se développant en rigoles et en ravines qui évoluent dans le sens de la largeur. L’érosion par mouvement de masse est caractérisée par des glissements rotationnels pouvant s’emboîter et entraîner vers l’aval le processus érosif. L’évolution de ces affaissements aboutit à l’élargissement du lavaka. Brenon cité par Chaperon (1993) évoque des volumes de lavaka équivalents à 500 000 m3.

21Le lavaka est la principale source d’approvisionnement en sable des bas fonds et fournit une partie des sédiments aux rivières. Les grands cours d’eau comme la Betsiboka ont leurs eaux teintées en rouge à cause des quantités importantes de sédiments. Mais c’est surtout l’érosion en nappe prédominant dans l’Ouest qui apporte la grande majorité des matériaux en suspension dans les fleuves. D’après Robequain Ch., cité par Chaperon P., (1993) la Betsiboka a un débit solide de 100 000 m3 à son embouchure ce qui correspond à environ 2 mm d’érosion pour l’ensemble du bassin.

22L’homme et l’élevage constituent une autre source d’érosion à la campagne. Le passage répété des paysans sur le même axe, celui quotidien des bœufs entre l’étable et la zone de pâture et les traces laissées par les charrettes finissent par creuser, durcir et compacter le sol. Il se crée des sillons qui se creusent avec le ruissellement pour donner des rigoles de 25 à 50 cm de large et profondes d’environ 50 à 100 cm. Ces rigoles peuvent devenir de véritables « crevasses ». Elles accentuent le ruissellement en rapport avec les précipitations. Ces dernières sont particulièrement agressives en début des saisons de pluie. Mais si dans ce sens, l’élevage présente des aspects négatifs il faut reconnaître que le fait d’élever des bœufs est un plus pour le paysan car les bovidés apportent leur force musculaire dans le travail des champs, celui des rizières et le transport d’hommes et des marchandises. Ils fournissent en outre le fertilisant à moindre coût et à la portée du paysan. Le fumier de ferme est en effet le fertilisant le plus utilisé à la campagne. Le paysan s’en sert dans les rizières des bas fonds, sur les cultures maraîchères des terrasses alluviales ou des bas de pente.

3.2-Les impacts de l’érosion dans les sites tests

23Les impacts de l’érosion sont essentiellement sociaux et économiques. Nous reportons ici quelques exemples significatifs. L’érosion est un problème sérieux pour la production. Elle occasionne des quantités importantes de perte en terre. La simulation effectuée à ce propos dans le bassin versant d’Antsaharatsy (Andrianavalona et Randriamanga, 2008) a montré que le ruissellement reste fort après un brûlis. La perte en terre n’apparaît qu’après le passage d’un feu. Elle varie considérablement avec la pente. Elle est estimée à 2,1t/ha/an et 4,1t/ha/an avant et après le passage d’un feu. Plusieurs hectares de terres cultivables disparaissent ainsi chaque année. Cette perte en terre s’accompagne en outre de la baisse des rendements agricoles. Aucune mesure de protection n’est pratiquée par les paysans. Or l’étude montre qu’on peut réduire les pertes en terre à 0,4t/ha/an rien qu’à travers une action de protection au niveau de la couverture végétale (Tab. 2).

24

Tableau 2 : Répartition et évolution des pertes en terre suivant l’intensité de la pente à Antsaharatsy

Tableau 2 : Répartition et évolution des pertes en terre suivant l’intensité de la pente à Antsaharatsy

Source : Andrianavalona H et Randriamanga S., 2008

25Il s’agit d’une perte en terre simulée dans le cas où la couverture végétale devient de plus en plus dense.

26Des mesures effectuées sur trois parcelles test dans le bassin versant de Maniandro au nord-ouest d’Antananarivo (Ratsivalaka et al, 2007) ont montré l’importance du ruissellement sur un sol non couvert de végétation (Tab. 3). Des études similaires menées à Manankazo et dans la région de l’Alaotra respectivement au nord-ouest et au nord nord-est d’Antananarivo, confirment ce constat. On retient que le couvert végétal de densité suffisante même sur une pente forte, réduit l’érosion.

Tableau. 3 : Le ruissellement dans le bassin versant de Maniandro pendant la campagne 2006-2007

Tableau. 3 : Le ruissellement dans le bassin versant de Maniandro pendant la campagne 2006-2007

Source : Ratsivalaka S., et al., 2007

27Les taux de ruissellement sont quasi identiques (13,5 à 15,5 %) pour les trois parcelles. Ces taux sont faibles à moyens, compte tenu de l’importante pluviosité. Ces résultats sont dus au fait que les parcelles 1 et 3 sont efficacement protégées. La parcelle 2 est un peu moins protégée et les risques de E + R légèrement plus élevés.

28Les travaux effectués dans plusieurs sites étudiés notamment à Antsaharatsy (Andrianavalona et Randriamanga, 2006 et 2008) ont montré que le phénomène d’érosion touche tous les terrains de culture et les ouvrages et infrastructures agricoles : ensablement des rizières, obstruction des canaux d’irrigation, destruction des terrasses maraîchères suite à une pluie agressive du début de la saison. Les impacts de l’érosion au niveau du ménage sont durement ressentis car les dégâts coûtent très chers au paysan et peuvent anéantir la production d’une saison entière. Le budget alloué à la dépense d’un ménage est revu à la hausse. Les travaux d’intérêt communautaire (réhabilitation des routes et des canaux d’irrigation, construction des digues et des fossés) et les travaux de réparation des parcelles atteignent des sommes importantes par rapport au revenu d’un ménage ; soit 350 000 « Ariary » équivalent à environ 150 € dans le cas de réparation d’une terrasse maraîchère sur les Hautes Terres. Cette somme est très importante par rapport au revenu annuel des paysans.

29La période de forte précipitation et de crue coïncide souvent soit au moment du repiquage soit au moment de la formation des grains de riz, des phases critiques au niveau de la production. Il y a très peu de ménages qui réussissent à terminer les travaux de réhabilitation des parcelles de culture en l’espace d’une année. De plus, les enquêtes ont révélé qu’il faut au moins trois saisons pour qu’une rizière victime d’ensablement retrouve ses capacités de production. Les terrasses de culture retrouvent par contre leur fertilité initiale dès leur réhabilitation. Mais l’abandon de certaines terrasses est fréquent quand les canaux d’irrigation sont fortement endommagés. Le grand problème de l’agriculteur est de trouver la somme nécessaire pour effectuer les travaux. Pour maintenir la productivité, le paysan aménage de nouvelles terrasses, même loin du village. Le coût de cet aménagement est élevé car l’érosion diffuse et en nappe charrient une grande partie de l’humus où se concentrent les éléments fertiles du sol. La détérioration des voies de communication perturbe les échanges commerciaux et la diffusion de nouvelles techniques au niveau des ménages. La capacité d’investissement du paysan reste très faible et le coût de l’enclavement est énorme. Les ventes à perte sont fréquentes au niveau de l’agriculteur car le prix du transport est mal évalué.

30L’impact de l’érosion des sols affecte donc tous les acteurs de développement et concerne tous les domaines : social, économique, et politique. Face à cette situation, le paysan s’est adapté.

4-Les actions menées dans le cadre de la Lutte Anti Erosive (LAE)

4.1-Gestion traditionnelle de l’érosion et restauration de la fertilité des sols

31Le paysan gère l’érosion au niveau de chaque champ par l’usage d’un canal de protection « tatatra » d’environ 40 cm X 40 cm X 40 cm qu’on place en amont de la culture contre le ruissellement (Planche 3). Des canaux sont placés sur les côtés, pour préserver les bas fonds de l’ensablement. On aménage parfois ces canaux d’un rebord surélevé « tentitra » pour améliorer leur efficacité, surtout quand les pentes sont fortes. Des canaux permanents « tata-belona » complètent ce dispositif pour évacuer les eaux. Ils assurent la protection de l’ensemble des parcelles cultivées. Leur entretien est collectif.

32Pour diminuer les effets de ruissellement, le paysan cultive des arbres fruitiers, bananiers sur les rebords des champs. Ces fruitiers constituent d’ailleurs un complément alimentaire par leur fruit et subviennent aux besoins du paysan par leur bois et la biomasse fourragère…

33Le paysan « vit » avec le lavaka et l’exploite dès qu’il est stabilisé. Ce sont les propriétaires des terrains affectés par les lavaka qui les récupèrent pour pratiquer des cultures d’oignons, brèdes ou maïs (Planche 3) quand les risques d’éboulement sont moindres, profitant du sol remanié et humide. Ils nivellent alors les matériaux déposés par effondrement pour pouvoir cultiver. Il capte les eaux de ruissellement pour alimenter un système de canaux d’irrigation creusés dans le lavaka. Il le stabilise par la plantation dEucalyptus, de Pins ou par des arbres fruitiers. Quand aucune source ou écoulement superficiel n’est apparent, le lavaka est colonisé pour les cultures pluviales : manioc ou patate douce. En amont sont plantés des Eucalyptus associés le plus souvent à des bananiers. Dans l’Ouest, l’espèce la plus utilisée est le manguier, à la fois pour son ombrage et ses fruits. Quoi qu’il en soit, en aménageant le lavaka le paysan contribue sans le chercher à le stabiliser et entretenir la source par le reboisement. La valorisation du lavaka se traduit par un gain de surface cultivée, la diversification des cultures maraîchères et celle des cultures pluviales. Elle se traduit comme un gain de production donc une augmentation potentielle du revenu du paysan. Les mesures correctives des lavaka pratiquées aujourd’hui par différents organismes non gouvernementaux cherchent à les stabiliser par des techniques mécaniques simples associées à des techniques biologiques. Les dispositifs antiérosifs sont alors installés suivant les courbes de niveau pour éviter la concentration de l’eau.

34L’attitude du paysan étonne parfois face à l’ensablement des bas fonds : il comble de terre la zone ensablée pour pouvoir y cultiver. Considérant cet ensablement comme une situation temporaire, n’empêchant l’exploitation de la rizière que sur un temps limité, il attend de pouvoir de nouveau y cultiver dans les deux ou trois ans à venir. C’est le cas souvent observé dans le Moyen Ouest à Tsiroanomandidy.

35Plusieurs techniques sont pratiquées par le paysan pour gérer la fertilité des sols, notamment l’utilisation d’intrants et engrais organiques. L’amendement le plus utilisé est la fumure du zébu. La plus grande partie de fumure est destinée à la riziculture et aux cultures maraîchères des terrasses. Le paysan peut mettre jusqu’à 20 t/ha de fumure. La collecte des bouses est faite le matin dans les parcs ou fosses à bœufs. Mais la quantité de fumure demeure insuffisante car la taille du cheptel est trop petite. Cela n’empêche pas la vente de fumure au début des grands travaux. L’association de cultures de légumineuses est aussi pratiquée sur les terrasses et les bas de pente : maïs et haricot, patate douce et haricot. Cela permet d’avoir divers types de cultures sur la même parcelle et de bénéficier du haricot comme fertilisant. Cette connaissance empirique du paysan sur l’utilisation du haricot est justifiée : le haricot est en effet une plante fixatrice d’azote.

36La rotation de cultures ou la pratique de la jachère ne concerne en général que les flancs des collines.

37La fertilisation des sols est aussi directement assurée par les bœufs qui pâturent sur les terrains en jachère en laissant la bouse sur le terrain. Cela permet d’éviter le transport du fumier. Le troupeau est ensuite déplacé sur un autre terrain dans le même but. Après quoi, le paysan y cultive du manioc. Aujourd’hui cette pratique est abandonnée à cause de l’insécurité dans les campagnes, consécutive au vol des bœufs.

38Les feux de végétations sont importants dans la zone de savane et représentent une autre forme de gestion traditionnelle des sols.

Planche 3 :
Gestion des champs contre l’érosion
Source : Randriamanga et al 2005

Aménagement d’un lavaka
Source : Randriamanga et al 2005

4.2-L’intervention des associations, organismes étatiques, confessionnels et privés

39Les techniques traditionnelles de gestion de l’érosion, sont en général reprises et améliorées par les acteurs de développement dans les campagnes malgaches afin d’aider les paysans à faire face à la dégradation des sols et les aider dans la restauration de la fertilité en plus des techniques modernes.

40La stratégie globale de lutte antiérosive pratiquée à ses débuts au cours des années 1950 est surtout mécanique. Elle vise à retenir les sols, freiner la vitesse d’écoulement de l’eau en diminuant sa force érosive et assurer le dépôt des sédiments avant leur arrivée dans les canaux et les rizières. Elle s’est référée aux connaissances acquises aux Etats Unis et en Afrique qu’on a cherché à adapter au cas malgache. Ces mesures mécaniques ont un effet temporaire. Il s’agit de fascines, cordon de pierres ou de pailles, diguette en terre, gabion et fossé de protection à placer avant la saison des pluies. Plus tard des mesures agrobiologiques portant sur la végétalisation par des haies vives ou des pratiques de l’agroforesterie sont appliquées. Elles doivent être réalisées au début de la saison des pluies.

41Au départ, c’est le Centre de Technique Forestier Tropical (CTFT) qui a effectué différentes mesures d’érosion en parcelles élémentaires et en bassin versant. D’autres organismes se sont ensuite impliqués successivement : Bureau des Sols du Service des Eaux et Forêts/Bureau d’Étude du Service des Eaux et Forêts et de la Conservation des sols, CTFT/Division de Lutte contre l’Érosion., ORSTOM, Centre national de recherche pour le développement rural (FOFIFA)/Département des Recherches Forestières et Piscicoles/Programme Conservation des Sols et Programme National de Lutte Antiérosive (PLAE).

42Des projets de conservation sont menés par FOFIFA, CIRAD et Office National de l’Environnement (ONE). Il s’agit surtout de campagnes de sensibilisation et de responsabilisation des paysans pour la protection des sols et la lutte contre l’érosion. Ce sont aussi des programmes de vulgarisation des techniques qui sont diffusés dans le pays. Des centres de formation agricole sont ouverts. Des parcelles témoins sont implantées dans différents sites et des « vitrines » créées pour sensibiliser, entraîner et inciter le paysan à adopter les techniques modernes de l’agriculture. Des concours agricoles sont lancés pour récompenser les meilleurs producteurs, notamment la production de riz par le système de riziculture améliorée.

43Les dispositifs de Défens et Restauration des Sols (DRS) sont réalisés en fonction de la pente. On pratique le système de cultures en courbes de niveau sur les versants à pente < 12 %. Il s’agit de limiter les actions érosives du ruissellement par des lignes isohypses d’absorption totale ou des fossés de diversion. Les cultures sont placées entre les lignes. Là où la pente > 12 % le terrain est classé en zone de protection. Le reboisement est conseillé pour rompre la vitesse d’écoulement des eaux et canaliser les superflus vers des exécutoires.

44Des aménagements sont faits sur les lavaka pour stopper les phénomènes d’érosion régressive, éviter le sapement à la base des talus d’éboulement issus de l’effondrement des parois ou des glissements des altérites et maintenir la stabilité du lavaka. Les interventions visent à diminuer les apports d’eau supplémentaire en créant tout un système de canaux de diversion cimentés ou tout simplement creusés dans le sol. Les petits barrages en pilier de bois morts et feuillages placés au niveau de l’exutoire, disposés par les paysans pour piéger les sédiments ou empêcher l’ensablement des rizières situées en aval sont remplacés par des ouvrages plus perfectionnés. La revégétalisation du lavaka vise la stabilisation de l’érosion.

45Les sites de reboisement sont multipliés pour protéger le sol du ruissellement, atténuer le phénomène de l’érosion par la couverture végétale et permettre une meilleure infiltration des eaux de pluie dans le sol. Ces reboisements avaient aussi pour objectifs de ravitailler la capitale en charbon et en bois de construction pour préserver le patrimoine forestier. C’est le cas des reboisements sur l’axe Nord Est d’Antananarivo vers Anjozorobe.

46Les actions de restauration de la fertilité des sols sont orientées dans la recherche de pratiques culturales qui visent l’augmentation des rendements et limitent les effets de l’érosion. L’expérimentation a porté sur la rotation culturale : pomme de terre, arachide, maïs et pois dans la station de Nanisana dans la banlieue d’Antananarivo ; blé, légumes, maïs, jachère naturelle ou améliorée à Manankazo dans le Tampoketsa d’Ankazobe. En même temps on a comparé les effets de cultures à plat et en billons. Il résulte que le billonnage réduit l’érosion jusqu’à 10 fois dès la deuxième année.

47La culture sous couverture des sols par végétaux vivants ou paillage sous forme de résidus de culture et herbes mortes « voly rakotra » vise la réduction des effets des gouttes de pluie sur le sol en freinant le ruissellement par les végétaux tout en restaurant et conservant les sols.

48La jachère améliorée expérimentée à Manankazo utilise des espèces tel que Tephrosia vogelii ou Phaseolus lunatus pour protéger le sol de l’érosion par la végétation, augmenter la matière organique, améliorer la structure et la fertilité du sol par fixation de l’azote.

49La pratique du compostage résulte de la formation dispensée par le Ministère de l’Agriculture en 2005 et des apports des Projets agricoles, notamment d’une agence japonaise de coopération agricole internationale : JICA. Quelques paysans le pratiquent d’eux-mêmes aujourd’hui. Le compost est réalisé avec les déchets ménagers et organiques agricoles : épluchures de légumes, tiges, feuilles, fanes de maïs auxquels sont ajoutés du Tephrosia ou du Crotalaria. Le tout est mélangé puis déposé dans un puits de fermentation en intercalant fumier de ferme, bouse de vache, fiente de poulet avec la terre arable. Il est prêt en l’espace de deux mois et demi. Il est utilisé pour le jardinage et les cultures maraîchères. L’entretien de la fertilité de la rizière après la récolte est maintenu par le biais de la culture de contre saison. Elle résulte de l’action des vulgarisateurs agricoles et des ONG. Les cultures les plus pratiquées sont la pomme de terre et le haricot. La culture de contre saison a pour effet de diminuer l’apport en fertilisant dans les rizières. Sa pratique se heurte à l’adhésion des paysans et à la faiblesse de leurs moyens financiers.

50Lagroforesterie est pratiquée dans les zones forestières, les recherches sont menées pour limiter les dégâts causés par l’érosion des sols lors des cultures sur brûlis, la dégradation par lessivage et la lutte contre les adventices. On a cherché à encadrer le paysan sur la pratique des embroussaillements des terrains dégradés et menacés par l’érosion, les arbres fruitiers et la pratique des haies vives.

5-Bilan des actions de LAE

51L’expérience est réussie en matière de prairie naturelle, culture en courbes de niveau, utilisation des terrasses et gradins, reboisement et agroforesterie à l’exemple de l’utilisation des plantes comme Tephrosia en jachère améliorée. L’embroussaillement de la jachère avec Grevillea banksü a permis de lutter contre l’érosion et fournir une biomasse importante à la parcelle. Au Moyen Ouest, Stylosanthes gracilis a réussi comme espèce fourragère. La pratique des haies vives a donné de bons résultats sur les falaises orientales notamment à Beforona. La stabilisation des lavaka n’est pas complète dans les zones affectées par l’érosion mais les résultats sont positifs en matière de sédimentation et l’action mérite d’être poursuivie. Les formations paysannes en techniques agricoles reçues sont restées.

52Les pratiques améliorées et modernes sont cependant entravées par de nombreux problèmes. Le paysan n’a pas les moyens financiers et matériels de les appliquer et l’absence de structuration des organisations paysannes gêne la mise en place de ces techniques. L’insécurité foncière, les feux de brousse et l’insuffisance d’encadrement contribuent aussi à empêcher leur réalisation. De plus les actions entreprises sont fortement tributaires des Projets. Quand ces derniers se terminent tout ce qui a été fait cesse en même temps. C’est le cas en 1993 du projet Bassin Versant de la FAO (Food Agriculture Organisation). Plusieurs techniques de Gestion Conservatoire de l’Eau et de la fertilité des Sols (GCES) ont été initiées mais en fin de programme les résultats et les efforts déjà réalisés sont entravés faute de suivi. Le paysan a repris les anciennes techniques traditionnelles de GCES. L’insuffisance de moyens de l’Etat malgache est aussi un facteur de blocage. Enfin la portée des programmes de développement est souvent limitée aux sites d’expérimentation. Leur impact ne permet pas un développement généralisé du pays. Ainsi, seules quelques zones profitent des apports des Organismes Non Gouvernementaux (ONG) à l’exemple de TAFA (Terre et Développement) qui intervient sur les Hauts plateaux, le Moyen Ouest, le Lac ALaotra, le Sud Est et le Sud Ouest.

6-Discussion et conclusion

53Le plus grand handicap du paysan réside dans ses pratiques culturales orientées vers l’autosubsistance et dans ses systèmes de production demeurés traditionnels, entretenant de la sorte la faiblesse des rendements. Ses activités sont peu tournées vers l’économie de marché. Les sources d’argent ne sont pas variées. D’où l’impossibilité d’investir et en conséquence de diversifier ses cultures et innover ses pratiques culturales. Les entrées d’argent demeurent faibles et instables ce qui amène le paysan à s’occuper d’abord du nécessaire, à porter l’effort sur la riziculture et l’entretien des bœufs assurant respectivement la subsistance et les travaux des champs. Les autres investissements : culture maraîchères et de contre saison tiennent compte de sa capacité d’épargner.

54La défaillance de l’éducation à la campagne explique le besoin souvent exprimé du paysan pour une assistance continue devant toutes nouveautés technologiques. C’est pourquoi, il est désemparé quand il lui faut poursuivre seul les actions arrivées en fin de projet.

55La croissance démographique constitue un autre problème à résoudre dans la mesure où son impact se fait sentir au niveau du milieu naturel, de l’utilisation et la répartition des terres. Comme les zones de culture occupent les bas fonds et les bas de pente, l’exiguïté de ces dernières et la surcharge démographique poussent le paysan à remonter les versants des collines. Dans le cas de la cuvette intra montagnarde d’Andapa dans le Nord Est de l’île, où de nombreux appuis du Fonds Européen de Développement (FED) ont aidé le paysan, c’est la chute de production qui a entraîné l’exploitation des versants montagneux environnants. Les moyens et techniques utilisés, demeurent traditionnels et fragilisent les versants menaçant d’érosion les zones de bas fonds. L’accroissement de la population entraîne en outre un morcellement des surfaces cultivées à cause de l’appropriation des terres qui se fait dans la majorité des cas par héritage. Les propriétés sont morcelées à l’extrême en fonction du nombre des héritiers. Les chances de production diminuent en conséquence accentuant la pauvreté.

56Si le paysan perçoit bien les problèmes afférant à l’érosion et à la restauration de la fertilité des sols, il ne se montre pas assez combatif, et ne fournit pas d’effort en matière d’agriculture à cause de son fatalisme. Il se montre souvent impatient face au gain car il veut des résultats et avoir tout rapidement. Il change difficilement d’habitude. Exemple, pour faire face au danger des variations climatiques actuelles, la politique de l’Etat vise à promouvoir les variétés de riz à cycle court dans le milieu paysan. Mais la majorité des agriculteurs préfèrent toujours planter des variétés qu’ils connaissent bien. Tel le « Makalioka » dans l’Alaotra Mangoro, un riz blanc apprécié pour la longueur de ses graines. Concilier la politique proposée par l’Etat, la demande réelle émanant des paysans et les aléas climatiques ; constituent alors une véritable source de difficultés quant au choix des semences. Toutes ces considérations expliquent les difficultés rencontrées par les actions de développement à Madagascar. La faiblesse des moyens financiers, techniques et matériels constitue l’un des premiers handicaps à surmonter. Le manque d’initiative et le besoin d’assistance du paysan amène à reconsidérer son éducation et oblige les organismes de développement à faire une approche participative pour responsabiliser le paysan face au problème de développement. C’est le cas du Programme de Lutte Anti érosive (PLAE) qui intervient à Marovoay.

57L’amélioration de la vie dans la campagne ne peut donc se faire que sous certaines conditions : maîtriser le milieu naturel pour assurer un développement durable, augmenter le revenu de la majorité pour assurer une réelle amélioration des conditions de vie. Il doit intégrer les aspects socio culturels car le développement de la campagne dépend beaucoup du paysan lui-même : sa faculté de changer de pratiques, de penser et d’adopter les techniques modernes.

58En conclusion, l’état de dégradation de l’environnement et le maintien des pratiques ancestrales contribue à pérenniser le non développement de la campagne. Si le paysan a pu bénéficier des techniques de LAE vulgarisées par différents organismes de GCES, il les a bien acceptés en général. Mais elles sont ponctuelles et demeurent souvent à l’état d’expérimentation. Elles souffrent en outre de l’instabilité politique de Madagascar et sont en conséquence limitées dans le temps. Le paysan quant à lui, ne peut pas être livré à lui-même. Il a besoin d’un soutien constant si on veut la poursuite et la réussite des actions menées. Il faut en conséquence développer l’éducation à la campagne et intéresser le paysan à l’économie du marché en l’aidant à accéder à une culture de profit. Ainsi, la meilleure stratégie de développement préconisée commence par une véritable éducation des ruraux pour les rendre autonomes et réellement aptes au développement.

Bibliographie

Références bibliographiques

ANDRIANAVALONA H. M. et RANDRIAMANGA S. 2006 : Implications de l’érosion hydrique dans l’aménagement du bassin versant d’Antsaharatsy, Hautes terres centrales de Madagascar, in Erosion et gestion Conservatoire de l’Eau et de la Fertilité des sols, dir. S. RATSIVALAKA, G. SERPANTIE, G. DE NONI et E. ROOSE, Actualité Scientifique, éditions scientifiques GB, Agence universitaire de la Francophonie, pp. 153-158

ANDRIANAVALONA HM et RANDRIAMANGA, 2008 : Evaluation des pertes en terre sous SIG et perspectives d’aménagement d’un bassin versant de Madagascar, Annales de la faculté des Lettres et Sciences Humaines, Université d’Antananarivo (sous presse)

CHAPERON P., DANLOUX J., FERRY L., 1993 : Fleuves et rivières de Madagascar, Monographie hydrologique 10, IRD éditions, Ministère de la Recherche Scientifique, Ministère des Transport et de la Météorologie, Paris, 874p., édition cédérom 2005

RANDRIAMANGA S., 2005 : Application de la télédétection et des SIG dans la gestion des sols d’un bassin versant des Hautes Terres Centrales malgaches, in S. RATSIVALAKA, G. SERPANTIE, G DE NONI, E. ROOSE, Les Actes courts des Journées scientifiques régionales du Réseau Érosion et GCES de l’AUF, 25, 26 et 27 octobre 2005. pp 77-80

RATSIVALAKA S., ANDRIAMAMPIANINA N., MIETTON M., PUECH C., ANDRIAMIHAMINA M., RANDRIAMBOAVONJY J. C., 2007 : " Restauration et gestion de la fertilité des sols sur les Hautes Terres Centrales de Madagascar : cas du bassin versant de Maniandro, nord-ouest d'Antananarivo, Madagascar ". Réseau des chercheurs EGCES de l’AUF. Rapport Scientifique de mi-parcours, 49p. Rapport final, 41p.

ROOSE E., CHEBBANI R., BOUROUGAA L., 2000 : Ravinement en Algérie. Typologie, facteurs de contrôle, quantification et réhabilitation. Synthèse, Sécheresse 2000, n ° 11, pp. 317-326.

Table des illustrations

Légende Photo. 1 : Les composantes paysagères des Hautes Terres malgachesCliché C. Puech, Source : Ratsivalaka et al, 2007
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14036/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14036/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Planche. 1 : Rizières des Hautes Terres et canal d’irrigationSource : Ratsivalaka et al, 2007 et Randriamanga et al 2005
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14036/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tableau 1. Les activités paysannes dans le bassin versant de Sahasarotra
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14036/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Photo. 2 : Forêt, bois d’Eucalyptus et four à charbon dans le bassin versant de Sahasarotra Source : Randriamanga et al 2005Après la coupe et le séchage du bois, le foyer à charbon est préparé pour le brûlage
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14036/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Erosion des versants
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14036/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Atterrissement sableux en aval des cultures
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14036/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Planche 2 : Formes d’érosion dans les bassins versants de Sahasarotra et ManiandroSources : Randriamanga et al 2005 et Ratsivalaka et al 2007
Légende Ensablement des rizières
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14036/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Erosion hydrique en lavaka
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14036/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Tableau 2 : Répartition et évolution des pertes en terre suivant l’intensité de la pente à Antsaharatsy
Légende Source : Andrianavalona H et Randriamanga S., 2008
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14036/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau. 3 : Le ruissellement dans le bassin versant de Maniandro pendant la campagne 2006-2007
Légende Source : Ratsivalaka S., et al., 2007
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14036/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Planche 3 :Gestion des champs contre l’érosionSource : Randriamanga et al 2005
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14036/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Légende Aménagement d’un lavakaSource : Randriamanga et al 2005
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/14036/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 180k

Auteur

Université d’Antananarivo, Faculté des Lettres et Sciences Humaines, Département de Géographie, BP 907 Ankatso, 101 Antananarivo Madagascar Courriel : baratsiv@moov.mg

© IRD Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540