Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lutte antiérosive

Thème 4. Rôle des arbres dans la GCES en fonction du bilan hydrique régional

Potentiel du Jatropha curcas pour le développement économique, le reboisement, et l’aménagement de bassins-versants en Haïti

Gaël Pressoir

Résumé

Le Jatropha curcas comestible (variétés non-toxiques) est appelé à devenir une culture multi-usage (alimentation animale et énergie) pouvant contribuer à la réhabilitation de l’environnement (reboisement et conservation des sols) et à l’extension de l’espace agricole (utilisation et valorisation des terres marginales). Il permettrait de produire localement et donc de remplacer les importations de produits pour lesquels il existe une forte demande en Haïti : (1) des briquettes de charbon à partir des cosses (déchets du fruit et de la graine) ; (2) du tourteau pour l’alimentation animale ; (3) du biocarburant pour les centrales électriques ; (4) du biodiesel pour les réchauds, les lampes et les véhicules automobiles
Le Jatropha peut pousser sur des terres sablonneuses et marginales impropres à l’agriculture (on peut penser aux vastes étendues de mornes calcaires, par exemple dans le Nord d’Ouest d’Haïti, qui ne sont pas cultivées et où pourrait être cultivé le Jatropha). Le Jatropha est potentiellement un outil pour le reboisement puisque c’est une culture pérenne qui pourrait fournir des revenus aux agriculteurs : c’est une plante économiquement utile, elle ne fait pas de charbon de bois et elle ne craint pas les animaux (le Jatropha est traditionnellement utilisé pour réaliser des haies vives et maintenir les cabris à l’écart des cultures). Le Jatropha permet de lutter contre l’érosion et la déforestation et de récupérer ainsi des terres mises à nu par le déboisement sauvage et perdues pour l’agriculture
Nous présenterons les résultats préliminaires sur la possibilité d’établissement d’une filière autour du Jatropha en Haiti au travers : (1) des stratégies à mettre en place ; (2) de la quantité de terres disponible pour l’établissement d’une telle filière ; (3) du potentiel de création d’emplois de la filière.

Texte intégral

INTRODUCTION

1Les deux premiers postes à l’importation en Haïti sont les produits pétroliers et les produits alimentaires. Ensemble, ils représentent les deux tiers de nos importations ; des importations sans cesse grandissantes qui creusent le déficit de la balance des paiements (la valeur des importations est pratiquement quatre fois plus élevée que celle des produits exportés). Cette dépendance sans cesse croissante vis-à-vis des produits importés fragilise l’économie haïtienne.

2Un autre défi à relever en Haïti, et qui n’est pas sans relation avec les deux précédents, consiste à mettre un frein au désastre environnemental causé par le déboisement. La coupe effrénée des arbres met en péril non seulement la sécurité des vies et des biens du fait des inondations à répétition qui en découlent, elle contribue également à la réduction de la production agricole par la perte des terres arables ; on peut également souligner le non-renouvellement de la première source de « bio » combustible utilisé dans le pays, en l’occurrence le bois et le charbon de bois. Peut-on en Haïti adresser simultanément, les défis d’ordre environnementaux liés au déboisement, la sécurité alimentaire, et la sécurité énergétique ?

3Enfin, le deuxième marché dans le pays est le marché du diesel (juste après le riz). Non seulement la moitié du parc automobile fonctionne au diesel, tout particulièrement les véhicules de transport de marchandises, mais 75 % de la production électrique est aujourd’hui également produite par du diesel. Plus de 100 millions de gallons de diesel sont consommé chaque année alors même que le pays est en situation de pénurie énergétique faute de devises pour l’achat d’équipements et de produits pétroliers.

4Le Jatropha curcas est une culture pérenne, un arbuste, dont l’huile présente la qualité requise pour la production de biodiesel. Dans cet article nous analyserons à la lumière des travaux présentés lors de la première conférence des acteurs et parties prenantes de la filière Gwo Medsiyen (ou Jatropha) en Haïti les aspects environnementaux, économique et les enjeux pour la sécurité alimentaire de la promotion de la culture du Jatropha curcas en Haïti.

I. JATROPHA CURCAS ET GESTION DURABLE DES BASSINS VERSANTS

5En Haïti, 60 % des terres ont un taux d’inclinaison supérieur à 20 %. La majeure partie de ces pentes est fortement déboisée par la pratique présente ou passée d’agriculture de plantes annuelles associées au labourage et souvent même à la culture sur brûlis ; cette forme de déboisement s’accompagne ou est combinée à la déforestation pour prélever du bois de chauffage ou pour la fabrication de charbon. Ces pratiques conduisent à laisser les mornes à nus et du fait de l’érosion intensive qui y est associée, à la perte de la fertilité et à l’abandon par les agriculteurs de toute culture sur ces terres. 72 % de l’énergie consommée en Haïti l’est sous la forme de bois ou de charbon de bois et est directement liée à ses pratiques non durables d’exploitation des ressources (BME, Bilan énergétique Haïtien, 2009). La pression démographique et économique sur les zones concernées est telle que jusqu’à présent, les projets de reboisement et d’aménagement des bassins versants n’ont eu que peu d’impact au niveau national. Aussi, l’absence de travail sur les filières économiques et la rentabilité associée aux projets d’aménagement des bassins versants explique en grande partie l’absence de durabilité de ces projets (Jean Chariot Michel, 2009). Les récentes inondations en Haïti, à la suite de la saison cyclonique de 2008, illustrent la nécessité de promouvoir des solutions techniques durables de reboisement des mornes d'Haïti tout en augmentant simultanément la sécurité économique des cultivateurs.

6Il apparaît donc essentiel de promouvoir des structures de conservation des sols jouant en même temps un rôle productif (Jean Chariot Michel, 2009). Le Jatropha curcas peut offrir une solution économiquement viable pour la restauration des sols affectés par l’érosion tout en contribuant aux revenus des petits exploitants. Le Jatropha curcas, étant un système de culture pérenne et durable, peut contribuer à la reforestation d’Haïti. Le Jatropha curcas permettrait de relever le défi de la sécurité énergétique tout en fournissant un revenu aux agriculteurs ; les parois des fruits et les téguments de la graine peuvent êtres utilisés pour la confection de briquettes de charbon, l’amande est riche en huile qui peut être utilisée pour la fabrication de biodiesel ou être utilisé directement comme biocombustible pour des lampes, réchauds ou le fonctionnement de moteurs à huile.

7Le Jatropha curcas peut donc répondre à des besoins en combustible et se substituer à l’utilisation du charbon de bois dont la confection est un des facteurs de l’état de dégradation environnemental du pays. Le Jatropha curcas est aussi potentiellement un outil extraordinaire pour le reboisement du pays puisque c’est une culture pérenne, un arbuste, qui pourrait fournir des revenus aux agriculteurs : c’est une plante économiquement utile, sa tige ne peut être utilisée pour la fabrication de charbon de bois et elle ne craint pas les animaux (le Jatropha curcas est traditionnellement utilisé pour réaliser des haies vives – lantouray et maintenir les cabris à l’écart des cultures). Le Jatropha curcas permettrait de lutter contre l’érosion et la déforestation et de récupérer ainsi des terres mises à nu par le déboisement sauvage et préalablement perdues pour l’agriculture. Enfin nous pouvons mettre avec le Jatropha curcas de la végétation là ou il n’y en avait pas et piéger une quantité importante de dioxyde de carbone (CO 2) et contribuer ainsi à la lutte contre le réchauffement climatique.

8Toutefois, du fait de la forte pression démographique et du déficit alimentaire chronique en Haïti, il apparaît essentiel que la culture du Jatropha curcas ne mette pas en péril la sécurité alimentaire. À ce sujet, Le développement de variétés de Jatropha dont le tourteau est comestible pour les animaux d’élevage offre l’opportunité d’encourager la production à la fois pour les produits alimentaires et les biocarburants. Aussi Le Jatropha peut potentiellement pousser sur des sols marginaux présentement non-cultivés. Nous devons donc établir des modèles d’utilisation des sols à travers les Systèmes d’Information Géographiques minimisant l’impact de la culture du Jatropha sur les cultures annuelles alimentaires traditionnelles.

II. USAGE DES SOLS ET SÉCURITÉ ALIMENTAIRE

9Du fait de la situation de pénurie alimentaire que connaît le pays, il est essentiel que la culture du Jatropha curcas n’affecte pas la production alimentaire déjà limitée et plus largement la sécurité alimentaire. La question de la disponibilité des terres en minimisant les risques d’impact socio-économique et environnementaux est essentielle à l’établissement d’une stratégie nationale de développement de la culture du Jatropha curcas.

10Une part non négligeable des sols ne sont pas cultivés en Haiti comme l’indique la figure 1 réalisées à partir de la carte d’usage des sols disponible au CNIGS (Figure 1).

Figure 1 : Carte d’usage des sols (Pressoir modifié à partir des cartes du CNIGS, 2009)

Figure 1 : Carte d’usage des sols (Pressoir modifié à partir des cartes du CNIGS, 2009)

En rouge : zones présentant une densité forte ou moyenne de parcelles cultivées

11Pour évaluer la quantité de terres disponible pour la culture du Jatropha tout en minimisant les risques socio-économique, nous avons exclu les montagnes humides (propice à l’arboriculture fruitière), les zones au dessus de 1000 m d’altitude, les pentes d’inclinaisons supérieures a 40 %, les sols a fort potentiel agricole (cultivés ou non) et les zones cultivées (figure 1). Dans la figure 2A nous avons limité l’exclusion à ces facteurs et dans la figure 2B nous avons de plus exclu toutes les plaines, vallées ou plateaux avec une inclinaison inférieure à 12 % (cultivées ou non et indépendamment de l’aridité) et également l’ensemble des sections communales à forte densité de population.

Figure 2 – Les deux modèles minimisent l’impact sur la sécurité alimentaire le modèle 2B de surcroît exclu les zones à forte densité de population ainsi que les zones de pentes d’inclinaison inférieure à 12 %. En rouge les zones exclues pour minimiser les risques environnementaux, agro-écologiques et alimentaires, en vert les zones aptes à la culture du Jatropha. 2A : 934,803 hectares de terres disponibles pour la culture du Jatropha curcas ; 2B : 642,573 hectares disponibles

12Ces résultats préliminaires (Pressoir et al, 2009 ; une étude plus détaillée devrait débuter en Septembre 2009) suggèrent qu’entre 600,000 et 900,000 hectares de terres subhumides et semi-arides seraient appropriées pour la culture du Jatropha sans affecter la sécurité alimentaire et sans empiéter sur les terres aujourd’hui cultivées. Même le modèle le plus conservateur (qui réserve les montagnes humides et l’ensemble des zones de faible inclinaison non cultivés aujourd’hui pour accroître la production alimentaire) laisse une importante surface de terres disponible pour la culture du Jatropha curcas. Seuls 350,000 hectares seraient nécessaires pour satisfaire l’ensemble de la consommation actuelle haïtienne de Diesel (BID et USAID/DEED, Etude de faisabilité de la filière Biodiesel, 2009). Il y a donc suffisamment de terres en Haïti pour produire le Biodiesel nécessaire à notre consommation interne tout en minimisant les risques d’impact sur la sécurité alimentaire, l’environnement, et la disponibilité des terres pour accroître la production alimentaire défaillante de l’île.

13Les terres ressortant des deux modèles (Figures 2A et 2B) correspondent à ce que l’on appelle en Haïti les « Terres Chaudes ». L’essentiel de ses terres se trouve dans deux zones d’économie alimentaire correspondant à ce que la Coordination Nationale pour la Sécurité Alimentaire (CNSA) défini comme « la zone agropastorale sèche » et « la zone sèche d’agriculture et de pêche ». Dans ces zones, la culture du Jatropha curcas n’affecterait que marginalement la disponibilité en aliments et la sécurité alimentaire (Gary Mathieu CNSA, 2009). Il a été néanmoins souligné par le porte parole de la CNSA à l’occasion, la nécessité de prendre en compte le paramètre démographique (pris en compte dans la Figure 2B) et estimer la proportion de la population qui bénéficieraient d’une augmentation de ses revenus dans une zone donnée et l’importance de minimiser la diversion des parcelles contribuant à la disponibilité alimentaire dans une zone donnée. Il est clair que les Biocarburants ne résoudront pas l’insécurité alimentaire mais peuvent jouer un rôle dans l’augmentation des revenus et donc de la capacité d’acquérir des aliments dans des zones déjà fortement dépendantes du marché pour l’accès aux aliments

Figure 3 – Carte des Zone d’économie alimentaire (CNSA, 2005)

Figure 3 – Carte des Zone d’économie alimentaire (CNSA, 2005)

14Ceci souligne l’importance de réaliser une étude préalable à l’établissement d’un projet biocarburants dans une région donnée. Ce type d’étude est en ce moment en cours dans la commune de Saint Louis du Sud (Elie Y et Pressoir G, 2009).

Figure 4 – Carte des risques socio-économique pour la culture du Jatropha curcas sur la commune de Saint Louis du Sud (Elie et Pressoir, 2009)

Figure 4 – Carte des risques socio-économique pour la culture du Jatropha curcas sur la commune de Saint Louis du Sud (Elie et Pressoir, 2009)

4A : Commune de Saint Louis du Sud ; 4B : en rouge la zone des plaines et vallées fertiles ; 4C : En rouge la zone de faible accessibilité ; 4D : en rouge la zone présentement cultivée et de production vivrière ; 4E : en rouge la zone de culture du Vétiver ; 4F : en vert les zones proposées pour la culture du Jatropha curcas

15Nous avons donc réalisé sur la commune de Saint Louis un recensement des terres propices à la culture du Jatropha curcas sans affecter la production alimentaire ou le revenu des agriculteurs. La plus importante zone ne produisant pas de denrées comestibles est la zone de production du Vétiver (Figure 4E). Bien que le Vétiver soit en régression, il n’est pas souhaitable d’initier un projet dans cette zone avant de démontrer que le Jatropha curcas peut procurer des revenus supérieurs à ceux du Vétiver. Les méthodes de Culture du Vétiver dans le Sud d’Haïti sont très destructrices de l’environnement et sont facteur d’aggravation de l’érosion du fait de l’arrachage de l’ensemble des parcelles pour procéder à la vente des racines sont est extraite une huile essentiel très prisée de l’industrie du parfum. Il est évident que après démonstration d’un revenu comparable voir supérieur de la culture Jatropha curcas ces zones pourraient être dédiées à cette nouvelle culture. Les deux zones en 4F peuvent être recommandées pour la culture du Jatropha curcas et leur mise en culture n’affectera pas négativement la disponibilité en aliments ou les revenus des agriculteurs.

16L’enquête de terrain couplée à l’analyse d’image satellite (Elie et Pressoir 2009) indique que la zone indiquée sur les photos (Figure 5A et 5B) est propice à l’établissement d’un projet de mise en culture du Jatropha curcas. Les agriculteurs de cette zone sont demandeurs pour l’établissement d’un tel projet. Ces terres sont à l’abandon depuis souvent plus de 20 ans et on y pratique en ce moment l’élevage libre de très faible intensité. Ce sont des terres très fortement déboisées et aux sols fortement dégradés (Figure 5A).

Figure 5 – Zones recommandées pour l’établissement d’un projet de mise en culture du Jatropha curcas (Elie et Pressoir, 20009)

Figure 5 – Zones recommandées pour l’établissement d’un projet de mise en culture du Jatropha curcas (Elie et Pressoir, 20009)

5A : Photo prise dans la zone en question ; 5B : Photo satellite délimitant (blanc) une zone de 350 hectares ; les terres dans cette zone ne sont pas cultivées et ce souvent depuis plusieurs générations

17La mise en place de telles stratégies et l’analyse des situations locales peut permettre l’établissement de projets de mise en culture du Jatropha curcas et de mise en place d’une petite industrie de transformation des fruits en évitant d’affecter négativement la production alimentaire ou le revenu des agriculteurs de la zone étudiée.

III. VARIÉTÉS DE JATROPHA CURCAS COMESTIBLE

18Le Jatropha comestible est consommé par de nombreuses populations indigènes du Mexique et du Guatemala (observations personnelles). Sur place nous avons observé que non seulement il était collecté par l’homme pour la préparation d’aliments (amandes grillées ou pour la préparation de sauces) mais était également consommé par des rongeurs et des oiseaux.

19La teneur en protéines du tourteau de Jatropha curcas est de l’ordre de 60 % avec une composition satisfaisante en acides aminées pour l’alimentation animale (Makkar et al, 1998, Martinez-Herrera et al, 2006). Le tourteau du Jatropha curcas présente donc un fort potentiel pour l’alimentation animale. Les variétés comestibles ont une faible teneur en Ester de Phorbols (Makkar et al, 1998, Martinez-Herrera et al, 2006). Pour être incorporé à l’alimentation animale, les amandes (ou le tourteau) doivent être cuites ou grillées et éventuellement de la phytase doit être ajoutée la préparation obtenue (Makkar et al 1998). Une comparaison de la teneur en acide aminées entre le Jatropha et le soja révèle une composition similaire pour tous les acides aminés essentiels à l’exception d’une plus faible teneur en lysine et d’une teneur plus élevées en méthionine et cystéine pour le Jatropha (Vasconceles et al, 1997).

20Le tourteau, riche en protéines, des graines de Jatropha curcas comestibles permettrait de nourrir des élevages de poissons et de poulets (l’un des principaux problèmes de l’élevage avicole en Haïti est le coût prohibitif de la nourriture importée).

21Lors d’une intervention à la 1ere conférence des acteurs et parties prenantes de la filière Gwo Medsiyen (Jatropha curcas en Créole), le secrétaire d’état à la production animale, le Dr. Michel Chancy, a souligné l’état de dépendance de l’élevage vis-à-vis soit de l’importation de viande ou d’œufs, ou sinon de soja et autres aliments importés. Cette situation affecte particulièrement l’élevage des monogastriques (cochons, volailles et tilapias). La culture du Jatropha curcas comestible pourrait permettre de développer l’élevage des animaux monogastriques par la création d’une filière nationale de production d’aliments pour ces animaux d’élevage. Il est aussi important de noter que les rendements en protéines par hectare du Jatropha curcas ne sont pas très éloignés de ceux des meilleures variétés de soja. La culture du soja en Haïti exigerait les meilleurs terres arables ; le Jatropha curcas est une culture pérenne, un arbuste, qui permet le reboisement et peut être cultivée sur des sols fortement dégradés.

22L’utilisation de variété de Jatropha curcas multi-usage (comestible) augmenterait les débouchés possibles de la filière. Le Jatropha curcas nous permettra de détourner les fonds utilisés à l’achat de carburant vers nos agriculteurs et grâce aux variétés non toxiques, son tourteau riche en protéines permettra de réaliser des aliments équilibrés pour nos élevages et ainsi contribuer simultanément à l’amélioration de la sécurité alimentaire et énergétique du pays.

IV. RENTABILITÉ D’UNE FILIÈRE BASÉE SUR LE JATROPHA CURCAS

23Une étude commanditée par la Banque Interaméricaine de Développement à analysé dans le contexte Haïtien la rentabilité d’une filière autour du Jatropha curcas (BID et USAID/DEED, Etude de faisabilité de la filière Biodiesel, 2009). Les conclusions de cette étude semblent indiquer que l’exploitation du Jatropha toxique comme non toxique peut être rentable (avec un avantage aux variétés comestibles si un marché pour le tourteau et l’alimentation animale peut être mis en place).

24La Figure 6 indique le nombre d’emploi créés par la culture du Jatropha curcas sur 65,000 ha ; cette superficie permettrait de créer plus de 22,000 emplois agricoles à temps complet et entre 2600 et 3250 emplois dans les centres d’extraction de l’huile. En tout, pour satisfaire la consommation actuelle de diesel de 100 millions de gallons par an, la filière Jatropha pourrait créer plus de 150,000 emplois directs et générer plusieurs centaines de millions de dollars de revenus dans le pays. Ce modèle économique repose sur la valorisation de l’huile et de la fabrication de briquettes de charbon avec les résidus (Jatropha toxique ou non toxique). On voit que les revenus dans ce scénario sont de plus de 500 USD par ha pour l’exploitant agricole et de plus de 1000 USD par ha si l’exploitant est propriétaire de l’unité de pressage (CPJ dans la Figure 6). L’utilisation de variétés comestibles se traduit par des revenus encore plus importants. Il est important de noter que la valorisation de l’huile seule ne suffit pas forcément à assurer la rentabilité de la filière ; la valorisation des coproduits (tourteau et/ou briquettes de charbon) est essentielle à cette rentabilité.

Figure 6 – profits et nombre d’emploi crée pour 700 ha, 6,500 ha ou 65,000 ha. Source : Etude de faisabilité de la filière Biodiesel, BID et USAID/DEED

25Si cette filière peut être profitable pour nos agriculteurs, elle représente également une formidable opportunité de créer une véritable agro-industrie génératrice d’activités dans nos provinces. Pour presser l’huile de Jatropha, la transformer en biodiesel, il faudra mettre en place une petite industrie qui aujourd’hui manque cruellement aux régions reculées du pays. Le considérable avantage d’une culture non destinée à l’exportation, c’est que nous créons non seulement des emplois agricoles, mais également les emplois nécessaires à la transformation de ces produits. L’autre avantage lié aux biocarburants, c’est que nous avons un marché captif de plusieurs centaines de millions de dollars, un marché qui n’est pas près de s’épuiser. L’industrie des biocarburants ne serait donc tributaire d’aucun choix stratégique réalisé dans et par un quelconque autre pays. L’ensemble de la filière économique (chaîne de valeur) trouverait sa place au cœur même de nos provinces et y génèrerait des revenus (avec de l’argent qui autrement part dans des pays exportateurs de pétrole). Si nous substituions la production nationale à nos importations de carburant, cette filière pourrait créer plusieurs centaines de milliers d’emplois et devenir le premier employeur du pays.

V. JATROPHA CURCAS ET ÉCONOMIE VILLAGEOISE

26L’étude commanditée par la Banque Interaméricaine de Développement suggère la rentabilité de la filière à la fois pour le Jatropha curcas toxique comme pour le non toxique. Ceci est dans le cadre d’une filière intégrée à l’économie nationale ou axée vers l’export. Mais une alternative économique est celle axée sur l’économie villageoise (section communale ou même localité). Un exemple concret est le projet réalisé par le GAFE sur la section communale de Belle Fontaine dans la commune de Kenscoff (Hurtaud et Tilus, 2009) ; l’huile de Jatropha curcas peut fournir de l’huile pour le fonctionnement de lampes et de réchauds dans un premier temps.

27L’équipement nécessaire (petite presse hydraulique, lampe à huile, réchaud à huile) est relativement simple de fabrication et peut être réalisé par des artisans locaux. Le GAFE a récemment fait réaliser par des ferronniers/soudeurs locaux des presses, lampes et réchauds. Les lampes et réchauds ont prouvés être tout aussi efficace que la version fonctionnant au kérosène. Dans un deuxième temps, on peut aussi mettre en place des générateurs basés sur des moteurs de type Lister à révolution lente permettant d’électrifier une zone rurale dans le cadre d’un projet de développement local (Echols et Pressoir, 2009). Le même type de moteur à huile peut faire fonctionner des pompes pour l’irrigation, des moulins ou autre machinerie pour la valorisation et transformation des produits de la région. Il y a un précédent au Mali et au Niger ou ce type d’approche villageoise et de développement local a permis une amélioration significative du niveau de vie des populations concernées (Tilus, 2009).

28Un autre aspect possible du développement des zones rurales est la possibilité d’établir les centres de production d’huile de Jatropha et autres coproduits de la filière dans les zones rurales. Deux avantages à cette approche sont la création d’emplois et de valeur ajoutée dans les zones rurale et l’autre, sous réserve d’inclure les acteurs locaux dans l’actionnariat et le fonctionnement de ces centres est l’augmentation des revenus des plus démunis. Un possible exemple de modèle de fonctionnement ayant fait ses preuves en Haïti existe à travers l’expérience des laiteries Lèt Agogo ou les producteurs font partie de l’actionnariat de l’entreprise. L’étude de la BID montre que l’établissement de centres coopératifs peut doubler le revenu que les producteurs peuvent tirer de l’exploitation du Jatropha curcas (voir Figure 3). En effet, l’étude montre que le revenu peut doubler si l’exploitant est aussi copropriétaire du centre de transformation des fruits. Les centres de traitement des fruits du Jatropha curcas pourraient donc être une composante du développement des zones rurales en créant des emplois et de la richesse dans ces régions.

29Les deux approches présentées ici peuvent aussi être combinées. En effet, l’huile produite par les centres de transformation des fruits du Jatropha curcas peut alimenter des moteurs/générateurs à huile qui produiraient de l’électricité à un coût bien moindre de celle produite à partir de diesel et ainsi permettre l’électrification de nos provinces. Environ 75 % de l'électricité en Haïti est d’ores et déjà produite par des moteurs diesel ou au mazout créant une forte demande potentielle pour l’huilecombustible de Jatropha curcas. Cette huile pourra aussi être vendue localement pour faire fonctionner les lampes, réchauds, pompes et moulins précédemment mentionnés. Quant aux provinces où le diesel se vend souvent plus cher qu’à Portau-Prince, la production locale de carburant (notamment de biodiesel) permettrait de diminuer sensiblement le coût du transport et permettrait ainsi de diminuer le coût d’acheminement des denrées agricoles.

DISCUSSION

30Nous pouvons développer une agriculture qui produira à la fois de l’énergie et des aliments puisque l’espace à utiliser pour les cultures alimentaires traditionnelles et le Jatropha curcas n’est potentiellement pas le même. Le Jatropha curcas nous permettra de détourner les fonds utilisés à l’achat de carburant vers nos agriculteurs et grâce aux variétés non toxiques, son tourteau riche en protéines permettra de réaliser des aliments équilibrés pour nos élevages.

31Le Jatropha curcas permettrait de valoriser des terres aujourd’hui mises à nu par la déforestation et qui ne sont pas utilisées pour l’agriculture vivrière. Le Jatropha est appelé à devenir une culture multi-usage (alimentation animale et énergie) qui pourra contribuer à la réhabilitation de l’environnement (reboisement et conservation des sols) et à l’extension de l’espace agricole (utilisation et valorisation des terres marginales). L’huile de Jatropha curcas présente la qualité requise pour la production de biodiesel (esters méthyliques ou éthyliques) et peut également être utilisée pure et non transformée dans des moteurs diesels modifiés ou encore dans des moteurs de type Lister (moteurs à révolution lente < 1200tr/mn). Par ailleurs, le tourteau, riche en protéines, des graines de Jatropha curcas comestible permettrait de nourrir des élevages de poissons et de poulets (l’un des principaux problèmes de l’élevage avicole en Haïti est le coût prohibitif de la nourriture importée). Le Jatropha s’inscrit donc pleinement dans le cadre des efforts de relance de la production agricole nationale car il permettrait de produire localement et donc de remplacer les importations de produits pour lesquels il existe une forte demande en Haïti :

  1. Des briquettes de charbon à partir de la paroi du fruit et téguments de la graine

  2. Du tourteau pour l’alimentation animale

  3. Du biocombustible pour les centrales électriques, les lampes, réchauds et moteurs

  4. Du biodiesel pour les réchauds, les lampes et les véhicules automobile

32La culture du Jatropha peut être une source de revenus pour les agriculteurs et un outil pour le reboisement du pays.

33Enfin, la misère en Haïti est aussi une question de pouvoir d’achat. Augmenter le pouvoir d’achat de nos cultivateurs, c’est leur permettre de mieux nourrir leur famille, de payer l’école des enfants, de se vêtir et de consommer des biens de services et de production.

34La culture du Jatropha curcas ne contribuerait donc aucunement à l’insécurité alimentaire. Au contraire ! La culture du Jatropha curcas nous permettrait de produire des biocarburants et de l’alimentation pour l’élevage ainsi que lutter contre l’érosion, le tout sur des terres non utilisées ou sous-utilisées à l’heure actuelle. On estime aujourd’hui que près de 60 à 70 % du territoire n’est pas cultivé en Haïti. Or avec de bonnes variétés de Jatropha curcas, il ne faudrait pas plus de 10 % du territoire pour produire tout le diesel que nous consommons aujourd’hui !

Bibliographie

RÉFÉRENCES

BID et USAID/DEED, 2009 Etude de faisabilité de la filière Biodiesel

CNSA, 2005. Profils des Modes de Vie en Haïti. http://www.cnsahaiti.org/national.pdf

Echols S et Pressoir G, 2009. Génération d’électricité à partir d’huile de Gwo Medsiyen. 1ere Conférence des acteurs et parties prenantes de la filière Gwo Medsiyen

Elie Y et Pressoir G, 2009. Pwojè Gwo Medsiyen St Lwi (CHIBAS). 1ere Conférence des acteurs et parties prenantes de la filière Gwo Medsiyen

Hurtaud A et Tilus D, 2009. Projet Jatropha sur la commune de Kenscoff (GAFE). 1ere Conférence des acteurs et parties prenantes de la filière Gwo Medsiyen

Pressoir G, 2009. Ki kote pou nou plante Gwo Medsiyen ? (CHIBAS). 1ere Conférence des acteurs et parties prenantes de la filière Gwo Medsiyen

Makkar HPS, Aderibigbe AO et Becker K 1998, Comparative evaluation of non-toxic and toxic varieties of Jatropha curcas for chemical composition, digestibility, protein degradability and toxic factors, Food Chem. 62 (1998) 207 – 215.

Mathieu G, 2009. Insécurité Alimentaire en Haiti - État des Lieux et propositions de solutions (CNSA). 1ere Conférence des acteurs et parties prenantes de la filière Gwo Medsiyen

Martinez-Herrera J, Siddhuraju P, Francis G, Davile Ortiz G et Becker K 2006, Chemical composition, toxic/antimetabolite constituents, and effect of different treatments on their levels, in four provenances of Jatropha curcas L. from Mexico, Food Chem. 96 (2006) 80 – 89.

Michel J. Ch. 2009. Le développement de filières de cultures pérennes et semi-pérennes & la Gestion Durable des Terres (GEF/MDE/PNUD). 1ere Conférence des acteurs et parties prenantes de la filière Gwo Medsiyen

Tilus D, 2009. Dynamique de développement local au Niger autour de la valorisation du Jatropha (GAFE). 1ere Conférence des acteurs et parties prenantes de la filière Gwo Medsiyen

Vasconcelos IM, Siebra EA, Maia AAB, Moreira RA, Neto AF, Carnpelo GJA et Oliveira. JTA 1997. Composition. toxic and antinutritional factors of newly developed cultivars of Brazilian soybean (Glycine mar). Journal of the Science of Food and Agriculture. 75 : 419-426.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Carte d’usage des sols (Pressoir modifié à partir des cartes du CNIGS, 2009)
Légende En rouge : zones présentant une densité forte ou moyenne de parcelles cultivées
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13754/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Figure 2 – Les deux modèles minimisent l’impact sur la sécurité alimentaire le modèle 2B de surcroît exclu les zones à forte densité de population ainsi que les zones de pentes d’inclinaison inférieure à 12 %. En rouge les zones exclues pour minimiser les risques environnementaux, agro-écologiques et alimentaires, en vert les zones aptes à la culture du Jatropha. 2A : 934,803 hectares de terres disponibles pour la culture du Jatropha curcas ; 2B : 642,573 hectares disponibles
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13754/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 3 – Carte des Zone d’économie alimentaire (CNSA, 2005)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13754/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 4 – Carte des risques socio-économique pour la culture du Jatropha curcas sur la commune de Saint Louis du Sud (Elie et Pressoir, 2009)
Légende 4A : Commune de Saint Louis du Sud ; 4B : en rouge la zone des plaines et vallées fertiles ; 4C : En rouge la zone de faible accessibilité ; 4D : en rouge la zone présentement cultivée et de production vivrière ; 4E : en rouge la zone de culture du Vétiver ; 4F : en vert les zones proposées pour la culture du Jatropha curcas
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13754/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 5 – Zones recommandées pour l’établissement d’un projet de mise en culture du Jatropha curcas (Elie et Pressoir, 20009)
Légende 5A : Photo prise dans la zone en question ; 5B : Photo satellite délimitant (blanc) une zone de 350 hectares ; les terres dans cette zone ne sont pas cultivées et ce souvent depuis plusieurs générations
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13754/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Figure 6 – profits et nombre d’emploi crée pour 700 ha, 6,500 ha ou 65,000 ha. Source : Etude de faisabilité de la filière Biodiesel, BID et USAID/DEED
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13754/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 112k

Auteur

gael.pressoir@chibas-bioenergy.org
www.chibas-bioenergy.org

© IRD Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540