Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lutte antiérosive

Thème 4. Rôle des arbres dans la GCES en fonction du bilan hydrique régional

Rôles de la haie vive antiérosive sur la gestion de l’eau, du sol et le rendement des cultures du centre sud du bassin arachidier sénégalais

Malaïny Diatta, Elhadji Faye, Michel Grouzis et Pascal Perez

Résumé

La surexploitation de la végétation du plateau cuirassé de Keur Dianko, terroir villageois de la communauté rurale de Thyssé-Kaymor (13°45'N ; 15°40'O), et la réduction du temps de jachère ont fragilisé les sols superficiels et donné naissance au ruissellement. Les haies vives isohypses sont des aménagements de petite hydraulique agricole, utilisés au Sahel pour limiter le ruissellement et l'érosion des terres agricoles. L'étude de son importance sur la gestion de l'eau du sol et sur le rendement des cultures s'est déroulée dans les zones de cultures situées sur le glacis de la toposéquence d'un bassin versant de Keur Dianko confronté à un sérieux problème d’érosion. Après quatre années d'installation, le suivi du réseau de douze haies vives constituées de onze espèces ligneuses (Acacia nilotica var. adansonii VG. Perr, Acacia senegal (L.) Willd, Acacia seyal Del., Acacia mellifera, Bauhinia rufescens Lam., Dichrostachys glomerata (Forsk) Chiov., Piliostigma reticulatum (D.C.) Hochst., Ziziphus mauritiana Lam., Gliricidia sepium, Parkinsonia aculeata Lam., Prosopis chilensis (Mol.) Stuntz), plantées à partir de 1988, a montré : une plus importante humidité suivie d'un front d'humectation plus profond au niveau des profils situés entre 0,5 et 1 m de la haie vive que ceux entre 2 et 5 m ; une meilleure infiltration de l'eau en amont qu'en aval de la haie vive ; une forte différenciation des stocks hydriques en fonction des saisons et de la distance à la haie (entre 0,5 et 1 m, le stockage est plus important en amont qu'en aval, et entre les saisons humide et sèche, l'écart entre les profils est de 80 mm). Cette amélioration du profil et du stock hydriques près de la haie s'accompagne curieusement de baisses de rendement, plus fortes chez le mil que chez l'arachide. Les causes réelles de ce déclin seraient liées à la concurrence exercée par les arbres sur les cultures ou à des phénomènes de toxicité racinaire.

Overexploitation of the vegetation on the plateau of Keur Dianko, land of the villagers of Thyssé-Kaymor (13°45’N, 15° 40°W) and the reduction of the fallow duration have reduced the stability and the fertility of these superficial soils, susceptible to runoff. Living hedges on the contour are used in the Sahel to reduce erosion & runoff risks. After 4 years of growing, twelve hedges of eleven species of bushes (Acacia nilotica, senegal, seyal, mellifera, Bauhinia rufescens, Dichrostachys glomerata, Piliostigma reticulatum, Ziziphus mauritiana, Gliricidia sepium, Parkinsonia articulatum, Prosopis chiliensis) planted in 1988 have shown a better infiltration in front of the hedge, a more important soil moisture around the hedge than after 2 and 5 m apart, and a difference of water storage of 80mm between rainfall and dry seasons. This improvement of water storage around the edges is curiously producing a decrease in yields bigger on millet than on peanuts. This could be explained by nutrients or light concurrence between bushes and crops or by roots toxicity.

Texte intégral

Cadre d'étude et méthode

Unités du paysage

1La région d'étude est située dans la partie sud du bassin arachidier du Sénégal, sur les terroirs villageois de la communauté rurale de Thyssé-Kaymor (13° 45'N et 15° 40'O), à une trentaine de kilomètres à l'est de Nioro du Rip. Cette communauté rurale, d'une superficie de 19 500 hectares, fait partie de l'arrondissement de médina Sabakh, dans la région administrative de Kaolack (figure 1).

Figure 1. Carte de situation. A : Localisation de la zone d'étude dans le contexte bioclimatique du Sénégal, défini par les isohyètes (1960-1990). Les limites bioclimatiques utilisées correspondent aux critères décrits par Le Houérou [10]. B : Agrandissement de la zone d'étude

2Le climat de la région est de type soudanien à deux saisons fortement contrastées : une longue saison sèche (novembre à mai) et une saison des pluies variant de 4 à 5 mois (juin à octobre). La moyenne des pluviosités annuelles sur la série (1970-1992), réparties entre 60 et 45 jours de pluies, est de l'ordre de 600 mm. La saison des pluies est centrée sur le mois d'août qui reçoit en moyenne 37 % des précipitations [11]. L'analyse de séries observées depuis 1932 à la station de Nioro du Rip montre que la période actuelle s'inscrit dans une tendance générale de déficit pluviométrique. Cette tendance à la baisse des précipitations annuelles a été plus marquée à partir des années 70. Durant la période 1970-1992, la fréquence des années déficitaires s'est accrue.

3Les caractéristiques géomorphologiques et édaphiques de la région sont connues grâce aux travaux de Bertrand [12] et Angé [13].

4Les différentes unités géomorphologiques identifiées dans la zone (figure 2) sont :

  • Le plateau cuirassé compris entre 25 et 40 m d'altitude. La pente générale très faible, inférieure à 1 %, entraîne tout de même une érosion des horizons supérieurs. Celle-ci est relativement plus forte en bordure de plateau. Les sols sont de type ferrugineux tropicaux peu épais sur cuirasse gravillonnaire à lithosols sur le talus d'éboulis. Cette unité de plateau est utilisée essentiellement pour le pâturage, le ramassage de bois et divers services (cueillette, chasse, etc.).

  • Le glacis est une surface entaillée dans les altérites de grès cuirassé. Elle présente différents profils transversaux suivant les secteurs convexo-concaves ou convexes [14]. La profondeur de la cuirasse est très variable et dépend du modelé. Les sols sablo-limoneux sont ferrugineux tropicaux lessivés moyennement profonds de série rouge. Ce sont des sols sensibles à l'érosion lors de leur mise en culture. Cette unité géomorphologique est occupée par le parc agroforestier à Cordyla pinnata où l'arachide, le mil et le coton constituent les soles principales.

  • La terrasse correspond à des formations de colluvionnement et d'alluvionnement épaisses, principalement sableuses, limoneuses en surface et argileuses en profondeur. Son modelé en coupe est localement marqué par des traces d'érosion linéaire, parfois même par un ravinement intense, notamment le long des pistes. Les sols sont ferrugineux tropicaux peu lessivés, profonds et de série beige. La terrasse est occupée par le parc agroforestier à Parkia biglobosa. Cette zone est exploitée essentiellement pour la culture des céréales (mil, maïs).

  • Le bas-fond se décompose en une surface alluviale temporairement inondée et une aire colluvioalluviale latérale. Des traces d'érosion régressive et des indices d'hydromorphie apparaissent sur cette dernière. La surface alluviale temporairement inondée correspond aux lits d'anciens bras du principal axe de drainage de la zone, le Baobolon. Cette zone est occupée par la forêt-galerie. Elle est utilisée pour le parcours du bétail, le maraîchage et la culture du riz.

Figure 2. Caractéristiques du bassin versant de Keur Dianko (d'après Diatta et al. [11])

Dispositif expérimental

5Les champs de culture situés sur le glacis du bassin versant de Keur Dianko d'une superficie de 60 ha (figure 3) ont été retenus pour conduire cette expérience. Ceux-ci sont constamment menacés par le ruissellement en provenance des surfaces dégradées du plateau cuirassé. Ces champs ont été équipés de haies vives isohypses, dont l'amont et l'aval ont fait l'objet d'un suivi hydrique, et d'un suivi agronomique des cultures.

6La haie vive isohypse est une technique agroforestière simple de lutte antiérosive appropriable par les paysans. Elle est une formation dense et alignée d'espèces ligneuses (arbustes ou arbrisseaux) et/ou herbacées pérennes (Vetivera nigritania, Andropogon gayanus, Panicum maximum) dont l'objectif est de limiter le ruissellement et l'érosion dans les champs de cultures.

7Elle permet de réintroduire l'arbre dans le paysage agricole comme l'a proposé Roose [15] dans une stratégie de revégétalisation de l'espace agraire. Plusieurs critères entrent en compte dans le choix des espèces à utiliser en haie vive : adaptation aux conditions pédo-climatiques, facilité de multiplication, croissance rapide, recouvrement et bonne ramification. Sur la base de ces critères et des besoins des populations, onze espèces ont été retenues. Celles-ci ainsi que leurs caractéristiques, taux de survie et hauteur (après trois saisons de pluie), sont reportées dans le tableau I.

8La réalisation des plantations en courbe de niveau nécessite un relevé topographique du paysage agricole pour déterminer les lignes isohypses sur lesquelles seront plantés les arbres. Les contraintes liées, d'une part, au parcellaire établi et, d'autre part, aux exigences de la culture attelée ont conduit à lisser certaines courbes de niveau à la demande des propriétaires des champs. Toutes les lignes repérées sont matérialisées par des piquets. Après le repérage, la préparation du chantier a consisté à :

  • creuser des tranchées de 50 cm de large sur une profondeur de 50 cm le long des lignes ;

  • reboucher ces tranchées avant l'arrivée des premières pluies pour ameublir le site de plantation et améliorer les conditions hydriques des plants.

9Les haies vives ont été plantées entre 1988 et 1990 (plantations et regarnis) en fonction du plan de masse reporté sur la figure 3 :

  • 12 lignes de longueurs variant entre 150 et 700 m, perpendiculaires à la ligne de plus grande pente ;

  • l'écartement est de 50 cm entre les plants sur la ligne ;

  • l'écartement entre deux haies, compris entre 40 et 60 m, varie en fonction de la pente ;

  • les haies vives sont plurispécifiques dans le but de diversifier et sélectionner les espèces ayant un meilleur comportement dans le site (taux de survie, croissance).

10La coupe en hauteur des haies en début de saison des pluies (juin) a pour objectif de limiter la croissance, de favoriser la ramification et la densité à la base et de réduire l'incidence du houppier sur la parcelle de culture. Les produits de cette coupe de gestion sont utilisés, au début, pour colmater les brèches sur la ligne des arbres de manière à renforcer l'efficacité de la haie, puis pour divers usages domestiques (bois de chauffe, fourrage, etc.).

Figure 3. Schéma du dispositif antiérosif du basin versant de Keur Dianko (60 ha)

Suivi hydrique et agronomique

11Ce suivi a porté sur une seule ligne d'arbres composée de deux des onze espèces utilisées : Acacia nilotica var. adansonii et Ziziphus mauritiana.

* Suivi hydrique

12Les variations du stock hydrique du sol en fonction de la position et de la distance à la haie vive sont d'abord appréciées. Pour cela, l'humidité a été mesurée sur des prélèvements faits à la tarière. Les prélèvements ont été réalisés sur des sites en amont et en aval de la haie vive. Ces sites sont répartis respectivement à 0,5 m (sous la haie), 1 m (limite de la frondaison), 2 et 5 m (extérieur de la haie) suivant un dispositif en lignes perpendiculaires à la haie vive avec trois répétitions. L'écartement entre deux lignes est de 10 mètres. Bien évidemment, les prélèvements ne peuvent être effectués au même endroit. Le suivi des stocks hydriques réalisé avec un pas de temps d'environ 15 jours durant la saison des pluies a débuté en saison sèche avant la première averse et s'est prolongé un mois après la dernière pluie pendant les années 1991 et 1992. Le stock hydrique est évalué sur une épaisseur de sol d'un mètre. Pour l'analyse, les observations provenant des sites situés en amont sont séparées de celles réalisées en aval de la haie vive.

* Suivi agronomique

13L'influence de la haie vive sur les cultures a été évaluée sur l'arachide en 1991 et le mil en 1992, dans un système de rotation arachide/mil pratiqué dans la zone d'étude. Un dispositif en blocs randomisés a été utilisé pour étudier la variabilité spatiale des rendements des cultures par rapport à la haie vive. Le rendement a été mesuré sur des lignes d'un mètre de long pour l'arachide et dans des parcelles de dimensions 1 x 2 m pour le mil, avec 3 répétitions par distance (1, 2 et 5 m en amont et en aval de la haie vive).

14La production totale des parties aériennes (gousses + fane) et la production de gousses pour l'arachide aussi bien que la production totale des parties aériennes (épis + tiges + feuilles) et la production d'épis pour le mil ont été quantifiées. Les données sont soumises à une analyse de variance.

Résultats

15Les prélèvements d'échantillons de sol effectués au cours des deux campagnes de mesures (1991 et 1992) donnent l'humidité en profondeur et les stocks d'eau par rapport à la distance à la haie vive. Ces résultats reportés au tableau II et illustrés sur la figure 4 mettent en évidence une différence de comportement hydrique probablement liée à la haie vive. À proximité immédiate des arbres (0,5 à 1 m), l'humidité du sol est plus élevée et l'humectation plus profonde. En revanche, l'humidité du sol au niveau des profils éloignés (profils extérieurs) de la haie vive (2 à 5 m) est nettement moins élevée. Au niveau de ces derniers, le front d'humectation est peu profond et affiche un retard de progression vers les horizons sous-jacents. On peut, en comparant les différents profils en amont et en aval, observer une légère tendance à un avancement plus profond du front d'humectation en amont, sans toutefois observer de différence significative entre des profils situés à égale distance et de part et d'autre de l'axe de la haie.

Figure 4. Profils hydriques en amont (A et C) et en aval (B et D) des haies vives le 28 juillet 1991 (A et B) et le 2 septembre 1992 (C et D)

16Par ailleurs, le suivi au cours du temps des profils hydriques en relation avec la haie vive a montré une forte variation des stocks d'eau par rapport à la distribution de la pluviosité (tableau III) et en fonction de la saison (figure 5).

Figure 5. Influence des haies vives sur le stock hydrique du sol sur la tranche 0 à 100 cm

17Les stocks d'eau mesurés respectivement avant la première averse de la saison (15 juin 1991), au cours de la saison des pluies (31 juillet et 28 août pour l'année 1991 ; 15 juin, 28 juillet, 29 août et 29 septembre en 1992) et après la dernière averse (7 octobre 1991 et 2 octobre 1992) sont reportés au tableau II. Il faut souligner que, en 1992, à défaut d'une mesure avant la première averse, nous avons considéré le profil du 2 novembre correspondant à un mois après la dernière averse (arrêt de la saison des pluies) comme étant le profil de référence (profil sec). Ce tableau résume les principaux résultats que l'on peut tirer de ces deux années de suivi du stock hydrique du sol en fonction de l'éloignement de la haie vive et l'évolution de la pluviométrie. Il apparaît, en effet, une différence entre le 15 juin 1991 et le 2 novembre 1992, dates de référence qui correspondent aux profils secs, et les autres dates (profils humides) au cours des deux campagnes de mesure (1991 et 1992). L'analyse des résultats portés sur le tableau II permet de constater que :

  • en 1991, avec une pluviosité déficitaire de l'ordre de 482,5 mm en moyenne (normale de l'ordre de 700 mm), le stock hydrique entre le profil sec (15 juin) et le profil le plus humide (28 août) a augmenté respectivement de 75 % à 0,50 m, 9 % à 1 m, 28 % à 2 m et 40 % à 5 m en aval et de 73 % à 0,50 m, 52 % à 1 m, 28 % à 2 m et 35 % à 5 m en amont de la haie vive ;

  • en 1992, avec une pluviosité meilleure (tableau III), le stock hydrique entre le profil sec (2 novembre) et le profil le plus humide (29 septembre) a augmenté respectivement de 40 % à 0,50 m de la haie vive, 27 % à 1 m, 21 % à 2 m et 17 % à 5 m en aval ; et 52 % à 0,50 m de la haie vive, 44 % à 1 m, 25 % à 2 m et 5 % à 5 m en amont.

18Ce résultat montre que, entre le profil sec et le profil le plus humide, le stock d'eau a augmenté davantage au voisinage immédiat (0 à 2 m) de la haie vive qu'à l'extérieur de celle-ci (2 à 5 m). Le stock hydrique a augmenté davantage en 1991 qu'en 1992. En revanche, en fin de saison des pluies, on remarque une diminution importante du stock d'eau à proximité immédiate de la haie vive (profil du 2 novembre 1992). Cette diminution est plus prononcée sous la haie (0,5 m).

19La figure 6 résume les rendements des cultures d'arachide et de mil obtenus au cours des deux années d'observations. L'examen de cette figure montre que le rendement des cultures a tendance à décroître à proximité immédiate de la haie vive. On remarque cependant que cet effet dépressif de la haie vive est plus sensible pour le mil.

Figure 6. Effets de la haie vive sur les cultures d'arachides 1991 (A) et de mil 1992 (B)

20Ce résultat est confirmé par l'analyse de variance réalisée sur la production totale des parties aériennes (gousses + fane et gousse) pour l'arachide, (épis + tiges + feuilles et épis) pour le mil. Les résultats de cette analyse reportés au tableau IV montrent, au seuil de 5 %, une différence significative pour le mil et non significative pour l'arachide.

Discussion

21La différence observée entre le profil sec et le profil le plus humide suggère une capacité de stockage d'eau importante à proximité de la ligne d'arbres. Perez et al. [16] montrent une différence de l'évapotranspiration entre les zones proximale (0,5 à 1 m) et externe (2 à 5 m) de la haie vive. Ils trouvent un ratio de 1 :3 en faveur de la proximité à la haie vive. Cependant, le stock d'eau a partout augmenté quelle que soit la distance à la haie en amont comme en aval. Les valeurs du stock hydrique observées en 1991 sont plus élevées que celles enregistrées en 1992 malgré la pluviosité nettement meilleure en 1992. Par conséquent, le profil du 2 novembre 1992 considéré comme référence n'est en réalité pas un profil sec. Cela suppose qu'il y a encore un stock d'eau relativement important sous la haie vive, un mois après l'arrêt de la pluie. Ce stock d'eau a cependant fortement diminué à 0,5 m de la ligne d'arbres, ce qui traduit une augmentation de la consommation en eau des arbres. Cependant, il faut souligner que, en saison des pluies, l'effet perte d'eau au voisinage immédiat de la haie vive par évapotranspiration est atténué par l'apport du ruissellement et l'infiltration.

22Les stocks d'eau mesurés en aval et en amont de la haie vive entre les profils secs et humides pour les deux années montrent des valeurs plus élevées en amont. En moyenne, ces valeurs sont de 48 et 31,5 % en amont et de 38 et 27,25 % en aval respectivement en 1991 et 1992. La réduction du ruissellement par la haie vive se traduit par une augmentation de l'infiltration avec une amélioration plus nette du profil hydrique sur une distance de 2 m en amont et de 1 m en aval de la haie. Kiepe [17] a travaillé sur des haies de Cassia siamea au Kenya et trouve que celles-ci diminuent de 23 % les pertes d'eau par ruissellement.

23Il y aurait donc, pendant la phase pluvieuse, une capacité de stockage d'eau plus grande sur la ligne d'arbres due probablement à l'amélioration de la structure du sol (bonne porosité) favorable à l'infiltration.

24Perez et al. [16] ayant travaillé dans la même zone indiquent, en moyenne, des vitesses d'infiltration de 90 mm/h, quel que soit le type de sol.

25Concernant les cultures, au bout de deux années d'évaluation, on observe un effet dépressif de la haie vive sur le mil qui diminue à mesure qu'on s'éloigne du couvert ligneux. Ainsi, au voisinage immédiat de la haie vive (0,5 m), le rendement de mil est des plus bas. Ce résultat obtenu est corroboré par ceux des travaux antérieurs. En effet, la littérature agroforestière rapporte des cas de concurrence entre arbres et cultures. Singh et al. [18] ont évalué l'effet de quelques espèces ligneuses sur les cultures de sorgho et de pois dans un système de culture en couloirs. Ils ont montré des valeurs d'indice de surface foliaire, de rendement en grain, de matière sèche totale de sorgho et de pois plus élevées dans des parcelles de culture pure (sans arbres) et dans les parcelles situées au milieu des allées de sorgho et de pois que dans celles qui avoisinent les arbres. De même, Mouteith et al. [19] ont montré, avec une culture de mil en association avec des ligneux, que les rendements ont fléchi dans les parcelles proches des arbres et peuvent dépasser 50 % des rendements en monoculture selon certains auteurs. Aussi, Salazar et al. [20] ayant étudié les effets de haies de Leucaena leucocephala et Erythrina sp. sur la culture du riz Oriza sativa var. Carolina observent une réduction de 60 % des rendements à proximité immédiate de la haie vive (0,5 m).

26En ce qui concerne la production d'arachide, il n'y a pas eu d'effet net de la haie vive. Pourtant cette espèce (Arachis hypogea) est citée parmi celles qui s'adaptent le moins facilement à la culture intercalaire.

27La concurrence des arbres se marque à la fois par l'occupation des racines, la consommation d'eau et de fertilisants, et par l'ombrage. L'effet dépressif de la haie sur le mil à faible distance alors qu'il y a plus d'eau près de celle-ci conduit à des interrogations. Les cultures peuvent également subir des pertes de rendement du fait de l'action phytotoxique des arbres. En effet, chez certaines essences, il se produit des réactions allélopathiques provoquées par des substances contenues dans les feuilles tombées à terre ou par des exsudats racinaires toxiques (phénols). Tian et Kang [7] ont mis en évidence l'action phytotoxique de la litière de Gliricidia sepium sur les cultures. Ces auteurs ne se sont pas intéressés aux rendements, mais se sont focalisés sur la croissance des plants de maïs et de pois.

28Le mil (plante C4) et l'arachide (C3) ont-ils les mêmes exigences en lumière et les mêmes efficiences en eau ? À cette question, Annerose [21] et Fournier [22] ont montré que le mil est plus exigeant que l'arachide pour la lumière. Les plantes C4 incorporent davantage de carbone avec une utilisation plus efficace de l'eau, à ouverture stomatique égale, que les plantes C3. En effet, pour l'eau, l'arachide est plus exigeant que le mil.

29Pearcy et Ehlinger [23], ayant étudié l'assimilation de carbone de trois espèces herbacées désertiques de type C4, ont trouvé une forte corrélation entre l'assimilation de carbone et l'énergie reçue par les feuilles. Mordelet [24] trouve la même chose pour Hyparrhenia diplandra en Côte d'Ivoire. On pourrait donc tenter d'expliquer la chute du rendement de mil par l'effet d'ombre des arbres qui réduit l'efficience photosynthétique de cette plante.

30Contrairement à l'arachide, le mil exploite-t-il la même zone racinaire que les arbres de la haie vive ? Les résultats obtenus suggèrent qu'il y a suffisamment d'eau sous la zone d'influence de la haie vive pour qu'il se pose un problème de compétition hydrique entre la culture et les arbres. En plus, dans la même zone, la profondeur moyenne d'enracinement est de 1,5 m pour l'arachide et 1,7 m pour le mil. Ces profondeurs de loin supérieures à celles considérées dans cette étude révèlent que les cultures peuvent encore disposer de stocks d'eau en profondeur.

31L'amélioration des profils hydriques par réduction du ruissellement peut s'accompagner d'une lixiviation lors du drainage profond. La lixiviation importante à proximité de la haie vive entraînerait une malnutrition minérale du mil dans une zone racinaire identique à celle des arbres [25]. Ces derniers concluent que le drainage cause soit une lixiviation de l'azote, soit une asphyxie des racines.

32En plus, Tian et Kang [7], sur les cultures de haricots et de maïs, trouvent que la concurrence des racines est plus prononcée que celle pour la lumière. Des élagages des racines et des couronnes des ligneux ont permis à ces auteurs de minimiser les concurrences. Mureithi et al. [5] ont été confrontés à une baisse de 30 % des rendements en graines du maïs à proximité de la haie de Leucaena leucocephala. Ces auteurs ont par la suite obtenu une hausse des rendements de 44 % en appliquant le mulching de la totalité des feuilles des arbres.

33Donc, le problème de ces interactions arbres/cultures se poserait davantage en termes de réactions allélopathiques, provoquées par des substances contenues dans les feuilles tombées à terre ou par des exsudats racinaires toxiques, ou de concurrence à la lumière, ou de lixiviation, selon les résultats de Okorio et al. [6] et de Daouda et al. [25 ]. La concurrence racinaire est largement compensée par l'épandage d'engrais vert de certaines espèces ligneuses [6]. Ces résultats posent des interrogations sur le choix des espèces ligneuses à utiliser dans les associations arbre/culture.

CONCLUSION

34L'efficacité de la haie vive sur les phénomènes du ruissellement et de l'infiltration est bien établie et on observe :

  • une réduction de ruissellement qui se traduit par l'augmentation de l'infiltration avec une amélioration du profil hydrique sur une distance de 2 m en amont et de 1 m en aval ;

  • une très forte diminution du stock d'eau à proximité immédiate de la haie vive (profil du 2 novembre 1992) un mois après l'arrêt de la pluie. Il semble donc que le gain d'infiltration soit en grande partie utilisé par la haie vive pour les besoins des arbres en début de saison sèche.

35Sur le plan de la production des cultures, on constate une baisse des rendements à proximité des haies plus importante pour le mil que pour l'arachide.

36En définitive, la haie vive isohypse permet de réduire la vitesse du ruissellement, d'augmenter l'infiltration sous les arbres et de limiter en conséquence les transferts d'eau vers l'aval. Son influence négative sur le rendement semble ne concerner que le mil, à proximité immédiate de la haie.

37Dans un écosystème de plus en plus menacé et fragilisé par une dégradation continue des ressources ligneuses, il apparaît nécessaire de conserver, voire d'améliorer, et de gérer les ressources existantes. Les apports dans ce domaine d'une haie vive isohypse à l'échelle du bassin versant se situent à différents niveaux :

  • un cloisonnement du paysage dégradé par la réintroduction de l'arbre dans le système de cultures, pouvant conduire à un embocagement progressif ;

  • un renforcement des capacités de gestion intégrée des ressources naturelles, en particulier ligneuses à l'échelle du terroir villageois, des populations rurales ;

  • une appropriation des techniques agroforestières, notamment la haie vive, par les populations, en facilitant leur diffusion à différents niveaux d'échelles géographiques (bassin versant, terroirs villageois, petites régions agricoles) et de type d'organisation sociale (ferme individuelle/familiale, association villageoise/communautaire).

Bibliographie

REFERENCES

1. Fontanel P., 1986. État des végétations de parcours dans la communauté rurale de Kaymor (Sud Sénégal, Saloum). Effets de la pression anthropique dans les différents milieux et capacité de récupération. Montpellier : Cirad-Irat ; D : S. P. n° 28 ; 41 p.

2. Trochan J., 1940. Contribution à l'étude de la végétation du Sénégal. Paris : Librairie Larose, 433 p.

3. Roose E., 1984. Impact du défrichement sur la dégradation des sols tropicaux. Machinisme Agric Tropical ; 87 : 24-36.

4. Banda AZ, Maghembe JA, Ngugi DN, Chome VA., 1994. Effect of intercropping maize and closely spaced Leucaena hedgerows on soil conservation and maize yield on a steep slope at Ntchen. Agroforestry Systems ; 27 : 17-22.

5. Mureithi JG, Tayler RS., 1994. Thorpe W. The effects of alley cropping with Leucaena leucocephala and of different management practicies on the productivity of maize and soil chemical properties in lowland coastal Kenya. Agroforestry Systems ; 27 : 31-51.

6. Okorio J, Byenka S, Wajja N, Peden D. Comparative performance of seventeen upperstorey tree species associated with crops in the highlands of Uganda. Agroforestry Systems ; 26 : 185-203.

7. Tian G, Kang BT., 1994. Evaluation of phytotoxic effects of Gliricidia sepium (Jacq) Walp prunings on maize and cowpea seedlings. Agroforestry Systems ; 26 : 249-54.

8. Depommier D., 1991. Propagation et comportement d'espèces à usages multiples en haies vives pour la zone sahélo-soudanienne : résultats préliminaires d'essais menés à Gonse et Dinderosso (Burkina Faso). In : Physiologie des arbres et arbustes en zones aride et semi-aride. Groupe d'étude de l'arbre : 155-65.

9. Reyniers FN, Forest F., 1990. La pluie n'est pas le seul remède à la sécheresse en Afrique. Sécheresse ; 1 : 36-9.

10. Le Houérou HN., 1989. The grazing land ecosystems of African Sahel. Ecological Studies 75. Berlin : Springer-Verlag ; 282 p.

11. Diatta M., 1994. Mise en défens et techniques agroforestières au Sine-Saloum (Sénégal). Effets sur la conservation de l'eau, du sol et sur la production primaire. Strasbourg : Doctorat Université scientifique Louis-Pasteur ; 202 p.

12. Bertrand R., 1972. Morphologie et orientations culturales des régions soudaniennes du Sine Saloum (Sénégal). Agronomie Tropicale ; 11 : 1115-90.

13. Ange A., 1985. Stratification des paysages agraires pour l'identification des contraintes à la production agricole, la mise au point et l'essai de solutions techniques. In : ISRA/Département systèmes, ed. La recherche agronomique pour le milieu paysan. Nianing (Sénégal) : ISRA (Actes d'atelier) : 40-55.

14. Brouwers M., 1987. Études morphopédologique et hydropédologique dans la région de Thyssé Kaymor (Sine-Saloum). Montpellier : Cirad ; DRM/L LPM n° 5 ; 40 p.

15. Roose E., 1986. Terrasses de diversion ou microbarrages perméables ? Analyse de leur efficacité en milieu paysan ouest africain pour la conservation de l'eau et des sols dans la zone soudanosahélienne. Cah ORSTOM, sér Pédologie ; 2 : 197-208.

16. Perez P, Albergel J, Diatta M, Grouzis M, Sene M., 1998. Rehabilitation of a semi-arid ecosystem in Senegal 2. Farm-plot experiments. Agriculture, Ecosystems and Environment : 1-11.

17. Kiepe P., 1996. Cover and barrier effect of Cassia siamea hedgerows on soil conservation in semi-arid Kenya. Soil Technology ; 9 : 161-71.

18. Singh RP, Ong CK, Saharan N., 1989. Above and below ground interaction in alley-croping in semi-arid India. Agroforestry Systems ; 9 : 259-74.

19. Monteith JL, Ong CK, Corelett JE., 1991. Microclimatic interaction in agroforestry systems. Forest Ecol Management ; 45 : 31-44.

20. Salazar A, Szott LT, Palm CA. Crop-tree interactions in alley cropping systems on alluvial soils of the Upper Amazon Basin. Agroforestry Systems 22 : 67-82.

21. Annerose D., 1990. Recherches sur les mécanismes physiologiques d'adaptation à la sécheresse. Application au cas de l'arachide (Arachis hypogea L.) cultivé au Sénégal. Paris : Thèse d'Université Jussieu ; 281 p.

22. Fournier A., 1991. Phénologie, croissance et production végétales dans quelques savanes d'Afrique de l'Ouest. Variation selon un gradient climatique. Paris : Orstom Ed., Coll. Études et thèses ; 312 p.

23. Pearcy RW, Ehlinger J., 1984. Comparative ecophysiology of C3 and C4 plants. Plant Cell Env ; 7 : 1-13.

24. Mordelet P., 1993. Influence of tree shading on carbon assimilation of grass leaves in Lamto savanna, Côte d'Ivoire. Acta Oecologica : 119-27.

25. Daouda OS, Emmanuel R, Mirini O., 1993. Rôle du système racinaire dans la résistance à la sécheresse chez le mil : analyse de la rhizogenèse post-florale. In : Hamon S, ed. Le mil en Afrique : diversité génétique agrophysiologique : potenliatilités et contraintes pour l'amélioration génétique et l'agriculture. Paris : Orstom, Coll. Colloques et séminaires : 188-204.

Table des illustrations

Légende Figure 1. Carte de situation. A : Localisation de la zone d'étude dans le contexte bioclimatique du Sénégal, défini par les isohyètes (1960-1990). Les limites bioclimatiques utilisées correspondent aux critères décrits par Le Houérou [10]. B : Agrandissement de la zone d'étude
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13667/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Figure 2. Caractéristiques du bassin versant de Keur Dianko (d'après Diatta et al. [11])
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13667/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13667/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Figure 3. Schéma du dispositif antiérosif du basin versant de Keur Dianko (60 ha)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13667/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13667/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Légende Figure 4. Profils hydriques en amont (A et C) et en aval (B et D) des haies vives le 28 juillet 1991 (A et B) et le 2 septembre 1992 (C et D)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13667/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Figure 5. Influence des haies vives sur le stock hydrique du sol sur la tranche 0 à 100 cm
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13667/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13667/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Figure 6. Effets de la haie vive sur les cultures d'arachides 1991 (A) et de mil 1992 (B)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13667/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13667/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 215k

Auteurs

ISRA, BP2312, Dakar Hann : djinkadiatta@yahoo.fr

ISRA, BP2312, Dakar Hann : hadjifaye@yahoo.fr

ISRA, BP2312, Dakar Hann : pascal.perez@cirad.fr

© IRD Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540