Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lutte antiérosive

Thème 4. Rôle des arbres dans la GCES en fonction du bilan hydrique régional

Les avantages environnementaux et socio-économiques d’un reboisement de 8.000 hectares sur le Plateau des Batéké, Kinshasa, République Démocratique du Congo

Nicolas Shuku Onemba

Résumé

Ce mémoire reprend les avantages sur le plan environnemental et socio-économique d’une forêt plantée grâce au financement de l’Union Européenne sur le Plateau des Batéké.
Ce projet dont l’objectif principal était d’approvisionner la ville de Kinshasa en combustibles ligneux de bonne qualité a eu des incidences positives sur l’environnement et sur la vie socio-économique des villageois et citadins.
Sur le plan environnemental, la forêt artificielle ainsi réalisée par plantation, principalement à base de Acacia auriculiformis et de quelques Eucalyptus sp.p. a influé positivement le microclimat de la région. Elle a permis aussi d’enrichir le milieu sur le plan de la biodiversité, en permettant le développement de nombreuses espèces végétales d’ombrage et en constituant un refuge pour certaines espèces animales. La structure des sols a également été enrichie grâce à l’apport de matière organique et d’azote fixé par la légumineuse plantée.
Sur le plan socio-économique, l’accent est mis sur l’implantation des infrastructures indispensables au développement socio-économique de cette région (route d’accès, village, etc..) et sur la sédentarisation de l’agriculture et des villages.

This paper takes the advantages from an environmental and socio-economic development of a forest planted with funding from the European Union on the Bateke Plateau.
This project whose main objective was to supply the city of Kinshasa in good quality fuelwood has had a positive impact on the environment and the socio-economic life of the villagers and townspeople.
On the environmental front, the artificial forest and carried out with the planting of trees of mainly
Acacia auriculiformis and few Eucalyptus sp. p. has positively influenced the microclimate of the region. She also helped to enrich the environment in terms of biodiversity by enabling good development of many plant species shading and building a shelter for some animal species. The soil structure has also been enriched by the contribution of organic matter and nitrogen fixed by legume planted.
On the socio-economic emphasis is placed on the establishment of essential infrastructure for socio-economic development of this region (access road, village, etc.), the settling of agriculture and villages.

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 CATEB(1997). Rapport annuel,

1Cette étude présente les avantages que peut procurer une forêt plantée par 1'homme dans le but de résoudre un ou plusieurs problèmes que rencontre une communauté humaine, sur le plan environnemental et socio-économique. Ces avantages sont tirés d'un projet de reboisement réalisé dans la ville de Kinshasa, grâce au financement de l'Union Européenne alors Communauté Économique Européenne (C.E.E) pour un montant de 12.000.000 d'ECUS1

l.l. Potentiel forestier de la République Démocratique du Congo

  • 2 Franck Bisiaux et al (2009).Plantations industrielles et agroforestières au service des populations (...)

2Troisième pays d'Afrique par son étendue2, la RDC couvre une superficie évaluée à 234,5 millions d'hectares dont 177,6 millions (75,7 % de la superficie totale du pays) sont occupées par des forêts denses et des forêts claires. La distribution naturelle de ces ressources est fonction des conditions climatiques, avec par endroits des variantes édaphiques et des modifications liées à la topographie et à l'altitude.

3La superficie forestière de la RDC représente environ 10 % des forêts denses de la planète (troisième rang) et 97 % des forêts africaines avec plus de 708 essences exploitables.

2. Projet de reboisement 8.000 hectares sur le Plateau des Batéké

2.l. Historique

  • 3 Rapport annuel de la commission nationale de l’énergie 1997.

4La crise de l'énergie domestique a commencée dans la ville de Kinshasa dans les années 19803

5Avec ses 3,5 millions d'habitants, la ville de Kinshasa avait, en 1987, un besoin calculé de 200.000 Tian de charbon de bois et l'on prévoyait ses besoins à environ 600.000 Tian en 2002, vu l'accroissement de la population qui était alors estimée à 12 millions d'habitants.

6Pour satisfaire ses besoins en combustibles ligneux, la population avait déjà ravagé la majorité des forêts galeries, ainsi que les quelques reliques de la forêt naturelle et ce, dans un rayon de plus de 100 km de la Capitale. Cette déforestation avait été suivie par une culture itinérante sur brûlis qui avait épuisé les sols en les laissant, après la mise en culture, à peu près impropres à l'agriculture.

  • 4 Nicolas Shuku Onemba (2000). « L’énergie-bois  » dans la commune de Lemba : approvisionnement ; com (...)

7Enfin, devant la pénurie en combustibles ligneux, le prix4 du bois de feu et surtout du charbon de bois augmentait plus vite que celui des autres produits, tandis que la qualité de bois de feu etlou du charbon de bois utilisé était de moins en moins bonne.

2.2. Projet de reboisement 8.000 5hectares sur le Plateau des Batéké

  • 5 http://radiookapi.net/emissions-audio/2009/04/13/kinshasa-relance-des-activites-agroforestieres-aup (...)

8Une étude de faisabilité d'un projet de reboisement de 100.000 hectares pour approvisionner la ville de Kinshasa en combustibles ligneux a été financé par le Fonds Européen de Développement (FED), en 1987

9Suite à cette pré-étude, le Fonds Européen de Développement a décidé de financer, d'abord, une première tranche-pilote de 8.000 hectares de plantation. Ainsi, fin 1987, des études de sol et de coût de boisement ont été réalisé par le bureau d'études Zaïre Trading and Engineering (ZTE) et l'appel d'offres international lancé au cours de la même année a permis à la société Néerlandaise Hollande Agro-Industries b.v (HVA) de gagner le marché de réalisation du projet de boisement de 8.000 hectares. Le coût de ce projet de reboisement était de 12.000.000 d'Ecus.

Vue du reboisement en Acacia auriculiformis, sur le Plateau des Batéké. (Photo R. Peltier)

2.3. Environnement physique6

  • 6 Station météorologique de Kinzono Mbali 1993

2.4. Réalisations du projet

10Trois réalisations importantes sont à mettre à l'actif de ce projet, à savoir

  • La plantation de 7.200 hectares et la construction des infrastructures sociales.

  • - L'agroforesterie

  • - La carbonisation.

a) Plantation d'arbres

11Les projet avait programmé de réaliser 8.000 hectares de plantation d'arbres. Mais, malheureusement, la réalisation effective s'arrêta à 7.200 hectares à cause des troubles politiques de 1990

Pépinière

12Une pépinière d'une capacité de production de 6.000.000 de plantules par an était aménagée sur le site même du projet afin de faciliter les travaux de plantation et de s'assurer de la production et de l'utilisation des plantules de bonne qualité.

13Les plantules étaient produites pendant la saison sèche (fin-mai, début juin) afin de leur permettre d'atteindre lataille indiquée pour la transplantation (30-35 cm) dés le début de la saison pluvieuse.

Préparation du terrain

14Les travaux de préparation de terrain (labour, hersage, dessouchage, etc.) se réalisaient à l'aide d'engins lourds (rotavators et/ou rotadairons, herses et chaînes tractés), essentiellement pendant la saison sèche et un mois avant la plantation des arbres.

15Les étendues des terres labourées étaient étroitement liées aux superficies à couvrir par la plantation au cours de la saison. Ainsi, une superficie minimale de 20 km ! des parcelles à reboiser (sans compter les pare-feux) était labourée annuellement afin de permettre la plantation de 2.000 hectares.

Plantation + Ecartements

16La plantation se faisait essentiellement pendant la saison pluvieuse. Elle démarrait à la mi-octobre (grande saison des pluies) et se poursuivait jusqu'à la mi-ou fin février (petite saison des pluies).

17Les plantules à mettre en terre devraient avoir un bon port et atteindre une hauteur d'au moins 30 à 35 cm.

18Le transport des plantules se faisait mécaniquement à l'aide des remorques à étages tractées, tandis que la mise en terre, quant à elle, était réalisée manuellement, était réalisée manuellement, gràace à main-d'oeuvre qu'utilisait le projet

19Plusieurs type d'écartements ont été utilisés par le projet (3 x 2m, 3m x 3m, 4m x 4m, etc.). Ainsi, le nombre des plantules mise en terre par hectare variait de 625 à 1110.

20Enfin, la plantation d'arbres se faisait en parcelles de forme rectangulaire de 25 hectares chacune.

Essences forestières utilisées

21Deux essences forestières ont été utilisées par le projet pour la réalisation de 7.200 hectares de plantation. Il s'agit, pour la grande majorité de Acacia auriculiformset de quelques parcelles et lignes d'eucalyptus, dont E. camaldulensis

22Ces essences ont été introduites sur le Plateau des Batéké par le projet « Centre Forestier de Kinzono » du Ministère de l'Environnement dans les années 1979 et situé à plus ou moins 8 km du projet FED. Elles avaient été sélectionnées à cause de leur rusticité, de leur croissance rapide ainsi que de la qualité de leur charbon de bois.

23Les semences utilisées pour la production des plantules en pépinière provenaient, accessoirement de ce Centre et principalement d'Australie.

Pare-feux

24Des pare-feux ont été ouverts par labour avant la plantation des arbres, selon des largeurs allant de 6 m (entre les parcelles) et 12 m (entre les blocs). Ils servaient essentiellement à la protection des parcelles boisées mais aussi comme routes d'accès aux plantations (acheminement des plantules, contrôle des travaux, lutte contre les incendies, etc .... ).

25Outre les pare-feux, la surveillance continue des parcelles boisées était assurée grâce aux

26tours de guet (4) construits aux quatre coins du périmètre.

Main-d’œuvre

27Pour la réalisation des travaux du projet, environ 300 (trois cents) personnes ont été engagées par l'attributaire et parmi elles, l'on comptait cinq à six expatriés travaillant à temps plein.

Autres réalisations du projet :

28D'autres infrastructures réalisées par le projet sont :

29- Une route d'accès au projet de plus ou moins 20 km. et large de 12 m

30Un camp des travailleurs comprenant les maisons d'habitation pour cadres, maîtrises et manoeuvres avec piscine, château d'eau, groupes électrogènes, écoles, dispensaires, marchés, etc.

2.5. Essais d'Accompagnement Batéké (EAB)

31Le Fonds Européen de Développement avait aussi financé, parallèlement au projet susmentionné, un deuxième projet intitulé « Essais d'Accompagnement Batéké (EAB)>> pour un montant de l.000.000 d'Ecus.

32Ce projet comportait 4 volets principaux, à savoir :

  1. l. Les essais de carbonisation

  2. Les essais de coupe

  3. Les essais d'agroforesterie

  4. Les essais d'introduction de nouvelles essences forestières.

33Les essais de carbonisation avaient consisté à l'utilisation de plusieurs types de fours, dont : les fours traditionnels (meule traditionnelle, meule traditionnelle améliorée) et les fours modernes (casamançais, brésilien, canadien, rabo-quente, etc.) et à la sélection de ceux qui donnaient un rendement élevé et dont le coût d'acquisition était abordable.

34A la suite de ces essais, les fours métalliques (canadien, à anneaux) et traditionnel amélioré ont été sélectionné pour être diffusé à travers le territoire national.

35Le bois coupé et carbonisé provenait des parcelles plantées en Acacia auriculiforms au Centre Forestier de Kinzono âgées d'une dizaine d'années.

36Enfin, ces essais avaient connu la participation du Centre d'Adaptation des Technologies Energie-Bois (CATEB) du Ministère de l'Environnement, du secteur privé (charbonniers privés) et de la Faculté Agronomique de Gembloux en Belgique.

37Les essais de coupe menés sous la supervision des experts de la faculté Agronomique d'Etat de Gembloux avaient pour but de tester plusieurs techniques de coupe de bois issu de la plantation de deux essences forestières susmentionnées et de proposer celles qui seraient mieux adaptées et plus rentables.

38Ces essais n'ont malheureusement pas été menés jusqu'au bout pour des raisons déjà évoquées (pillage). Néanmoins, ces essais ont abouti aux recommandations préliminaires ci-après :

  • l'utilisation de tronçonneuses de petite dimension (lame de 50 cm longueur) pour l'exploitation mécanique des arbres d'Acacia ;

  • l'utilisation, pour des nouvelles plantations, des semences de l'Acacia à tige unique qui pousse naturellement dans certaines forêts australiennes.

39Comme pour les deux premiers, les essais d'agroforesterie ont été aussi menés dans les parcelles plantées en Acacia auriculiforms au Centre Forestier de Kinzono et âgées d'une dizaine d'années. Ces dernières, ont d'abord été exploitées (le bois coupé récupéré pour les essais de carbonisation) puis mises en culture immédiatement après labour mécanique.

40Pour mieux apprécier le fait enrichissant du sol en matière organique et en éléments minéraux par Acacia auriculiforms en tant que légumineuse, des essais de mise en culture ont été menés dans des parcelles anciennement plantées et dans la savane naturelle. Dans cette dernière comme dans les parcelles boisées, les jeunes plantules d'acacia repoussaient (régénération naturelle) et/ou étaient plantée à côté des cultures vivrières couramment pratiquées dans la région à des écartements variant entre 4mx4m et 4mx3m.

41Le dernier volet du projet « EAB », à savoir l'introduction de nouvelles essences forestières n'ajamais démarré à cause des troubles politiques qui s'en étaient suivi.

2.6. Fondation Hanns Seidel (FHS)

42Le programme mené par la FHS qui est inclus dans les 12 millions d'ECU, a eu pour effet d'implanter des exploitants formés à l'exploitation agroforestière durable sur l’ensemble de la plantation, à partir de 1994. Trois cent vingt (320) familles ont ainsi été installées et encadrées.

43D’autre part, depuis 2009, la FHS participe avec de nombreux partenaires, à un nouveau projet européen (projet Makala) dont un des objectifs est de développer les techniques mises au point à Mampu, et de les adapter à la réalité de cinq villages du plateau Batéké.

3. Bilan des effets bénéfiques

44Outre l'objectif « approvisionnement de la ville de Kinshasa combustibles ligneux de bonne qualité et à un prix abordable », d'autres avantages tirés de la réalisation de ce projet sont :

3.1. Sur le plan environnemental :

a) Ecologique

45L'introduction des nouvelles essences forestières dans la savane a certes perturbé légèrement l'écologie du milieu mais elle a beaucoup plus contribué à son enrichissement et surtout à sa transformation en une forêt capable de rendre d'innombrables services à la communauté.

46Ainsi, les plantations réalisées dans le cadre du projet de reboisement de 8.000 hectares ont eu un effet positif sur le micro-climat de la région et partant sur le milieu. Elles ont permis le développement des espèces végétales et animales d'ombre, grâce à la couverture de l'espace aérien par l'important feuillage qu'elles ont produit. Ces plantations ont permis aussi à certaines espèces animales, qui avaient fui la région car intensivement chassée en savane, de trouver ainsi un refuge sûr, étant donné que la chasse est interdite sur tout le périmètre reboise.

47Enfin, la plantation des arbres a permis l’apparition sur le site du projet de nombreuses espèces végétales ou animales comestibles, comme les chenilles riches en protéine animale, les champignons, les pousses d’ignames sauvages, etc.

Développement spontané d’ignames sauvages dans les plantations d’acacia (Photo R. Peltier)

b) Sols

48Les échantillons des sols prélevés sous Acacia auriculiformis et sous Eucalyptus sp. et analysés au laboratoire de pédologie de Gembloux ont démontré que ces derniers ont été enrichis en éléments minéraux indispensables à la croissance et au développement des cultures vivrières. Aussi, ces sols, enrichis en matière organique présentent des concentrations en azote assez élevées, par rapport à la savane naturelle.

49Outre l’enrichissement des sols du périmètre en matière organique et en éléments minéraux, la plantation d’arbres a permis de baisser légèrement l’acidité du sol et donc d’augmenter le pH du sol et de limiter, de façon considérable, le mouvement du sable sur le périmètre du projet.

Après exploitation du boisement, récolte du charbon et brûlis superficiel des rémanents, le sol est enrichi en matière organique, cendres et poussières de charbon, et de jeunes acacias repoussent qui seront associés aux cultures de maïs et de manioc, puis qui constitueront un nouveau peuplement (Photo R. Peltier)

c) Climat

50Les fortes variations de certains facteurs climatiques, dont notamment la température, ont été atténuée grâce à la présence des arbres plantés. Ainsi, la température sous arbres a considérablement baissée, rendant ainsi la vie plus agréable pour les habitants et les visiteurs. Quoique non encore vérifié à ce jour, l’on soupçonne déjà un probable effet positif des plantations sur d’autres facteurs tels que la pluviométrie.

d) Biodiversité

51La plantation d’arbres a certainement enrichi le milieu en espèces végétales et animales diverses. Ainsi, plusieurs espèces végétales d’ombrage ou de sous étage ont pu se développer sans problème grâce au couvert végétal. Il en est de même de certaines espèces animales qui avaient déserté le milieu à cause de la chasse effrénée et des feux de brousse incessants. Comme susmentionné, le milieu a été colonisé par plusieurs espèces des champignons, des chenilles, des rats de Gambie, comestibles par l’homme.

52Enfin, la plantation d’arbres a contribué au développement des micro-organismes nécessaires au développement harmonieux de beaucoup d’espèces végétales.

53En bref, la plantation d’arbres a enrichi la biodiversité du milieu boisé.

3.2. Socio-économiques

54La forêt naturelle créée dont il est ici question, a eu des incidences positives sur la vie des populations, aussi bien riveraines que lointaines. Ainsi, le projet de reboisement de 8.000 hectares a non seulement permis la création des emplois au niveau de la région mais aussi l'implantation des infrastructures indispensables au développement socio-économique de cette région, telles que :

  • la route d'accès qui a servi entre autre chose au désenclavement des villages situés autour du périmètre boisé ;

  • le village modeme construit avec des matériaux durables comprenant une polyclinique, une école primaire, ainsi qu'une école secondaire, un marché, des lieux de culte, un terrain de foot, etc.

55Il importe aussi de mettre à l'actif dudit projet les autres avantages qu'il apporte à la population riveraine, à savoir :

  • la connaissance des nouvelles techniques de carbonisation. Ce projet a permis, grâce à la réalisation des essais de carbonisation, la dissémination en milieu paysan, des fours à rendement élevé par rapport à la meule traditionnelle. La technique de meule traditionnelle améliorée a permis, non seulement, de doubler la production de charbon de bois par cuisson, mais aussi et surtout d'améliorer la qualité du charbon de bois (moins d'impuretés). Ainsi donc, les paysans charbonniers ont vu leur revenu augmenter grâce à la vente d'un produit de meilleure qualité et en quantité suffisante (les fours metalliques, trop chers à l'achat et à l'entretien ont été abandonnés).

  • L'augmentation des rendements culturaux grâce à la pratique agroforestière. Les essais d'agroforesterie menés dans le périmètre du projet de reboisement de 8.000 hectares ont permis de sélectionner et de diffuser, en milieu paysan, des meilleures combinaisons « essence forestière-culture vivrière » praticables à un moindre coût et donnant des rendements relativement élevés. Ainsi donc, le rendement de la culture du manioc est passé de 4 à 5 tonnes à l'hectare (culture pratiquée après retournement de la savane naturelle et sans engrais chimique) à 15-17 tonnes par hectare (culture associée manioc-Acacia sans usage d'engrais chimique).

56En outre, l'augmentation des rendements cultures a entraîné ipso fado l'augmentation des revenus des paysans ; la culture « associée » a permis à ces derniers d'avoir un revenu additionnel, grâce à la vente du bois et/ou charbon de bois provenant de leurs plantations d'arbres.

57Enfin, la création de cette agro-forêt a beaucoup contribué à la sédentarisation de certains villages de réfugiés ou de migrants et partant de l'agriculture itinérante sur brûlis. La possibilité d'offrir de la main-d'oeuvre au projet, ainsi que l'accès aux soins médicaux gratuits, mais aussi à l'enseignement sont les facteurs qui ont été à la base de la fixation de ces populations villageoises.

58Au niveau des populations urbaines, une forêt artificielle créée par l'homme comme celle qui nous intéresse dans cette étude, a eu des effets positifs sur la vie sociale au niveau de la Capitale Kinshasa. Ainsi, la population a eu accés à un charbon de bois de bonne qualité et à un prix relativement bas, mais aussi aux produits vivriers provenant de plus en plus d'une pratique agricole sans utilisation des engrais chimiques.

59Enfin, la réussite des travaux de réalisation de ce proj et a amené certains citadins à acquérir de des espaces innoccupés en milieu rural et à y créer leurs propres forêts artificielles ou forêts plantées et ce, dans l'espoir d'obtenir à leur tour des profits, grâce à la production de combustibles ligneux et de produits vivriers à un coût relativement bas.

Mise en sac du charbon et vente de manioc sur le périmètre de Mampu (Photo R. Peltier)

60Ce nouveau phénomène a été à la base de l'apparition des nouveaux villages autour de ces grands domaines boisés. Ces villages spontanés sont généralement constitués de citadins à la recherche de travail.

61Sur le plan de la lutte antiérosive : la méthode culturale, l'usage des engrais verts et la rotation des parcelles à cultiver ont estompé l'érosion progressive dans le milieu. Les espaces savanicoles sont colonisés par la forêt, ce qui diminue l'effet de battance au sol et ralentit l'écoulement des eaux et le ruissellement.

4 Condusion

  • 7 Nicolas Shuku Onemba (1993). L’énergie-bois dans la commune de Lemba : approvisionnement, commercia (...)

62La RDC dispose des vastes étendues forestières et d'un potentiel hydro-électrique important. Malheureusement, le faible pouvoir d'achat de la majorité de la population constitue un obstacle à l'acquisition d'équipement moderne pour la cuisson des aliments et d'autres besoins (éclairage, ventilation, etc.). A ce jour, cette population utilise plus des combustibles ligneux7 (bois de feu et charbon de bois) que l'énergie électrique pour satisfaire ses besoins.

63Pour la ville de Kinshasa, la création de cette forêt artificielle a permis non seulement d'approvisionner cette dernière en combustibles ligneux de bonne qualité mais aussi de réduire assez sensiblement la pression exercée par la population sur les quelques formations végétales existantes, tout en modifiant positivement le milieu et les conditions de vie de la population riveraine exercée par la population sur les quelques formations végétales existantes, tout en modifiant positivement le milieu et les conditions de vie de la population riveraine.

Bibliographie

Bibliographie

1. CATEB, 1997. Rapport annuel, Ministère de l'environnement conservation de la nature et tourisme de la RDC

2. Bisiaux F., Peltier R. et M uliele J-P., 2009. Plantations industrielles et agro forestières au service des populations du Plateau Batéké, Mampu, RDC. In revue Bois et forêt des Tropiques, 301 (3) : 31-3l.

3. http://radiookapi.net/emissions-audio/2009/04/13/kinshasa-relance-des-activitesagroforestieres-au-plateau-des-bateke/, consulté le 15 mars 2010

4. Shuku Onemba, N., 1993. L'énergie-bois dans la commune de Lemba : approvisionnement, commercialisation et consommation. Mémoire licence. Institut Pédagogique national. Kinshasa-Binza.

5. Shuku Onemba, N., 2000. « L'énergie-bois » dans la commune de Lemba : approvisionnement ; commercialisation et consommation.in revue. Le Cahier de l'Institut Supérieur de la Gombe. N°10, série A. pp 46-58. Kinshasa. RDC

6. Rapport annuel de la commission nationale de l'énergie, 1997

7. Station météorologique de Kinzono Mbali, 1993

Notes

1 CATEB(1997). Rapport annuel,

2 Franck Bisiaux et al (2009).Plantations industrielles et agroforestières au service des populations du Plateau Batéké, Mampu,RDC. In revue Bois et forêt des Tropiques, n° 301(3), pp ;21-31.

3 Rapport annuel de la commission nationale de l’énergie 1997.

4 Nicolas Shuku Onemba (2000). « L’énergie-bois  » dans la commune de Lemba : approvisionnement ; commercialisation et consommation.in revue. Le Cahier de l’Institut Supérieur de la Gombe. N°10, série A. Kinshasa. RDC, pp. 46-58

5 http://radiookapi.net/emissions-audio/2009/04/13/kinshasa-relance-des-activites-agroforestieres-auplateau-des-bateke/, consulté le 15 mars 2010

6 Station météorologique de Kinzono Mbali 1993

7 Nicolas Shuku Onemba (1993). L’énergie-bois dans la commune de Lemba : approvisionnement, commercialisation et consommation. Mémoire licence. Institut Pédagogique nationale. Kinshasa-Binza.

Table des illustrations

Légende Vue du reboisement en Acacia auriculiformis, sur le Plateau des Batéké. (Photo R. Peltier)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13601/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13601/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13601/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Développement spontané d’ignames sauvages dans les plantations d’acacia (Photo R. Peltier)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13601/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Après exploitation du boisement, récolte du charbon et brûlis superficiel des rémanents, le sol est enrichi en matière organique, cendres et poussières de charbon, et de jeunes acacias repoussent qui seront associés aux cultures de maïs et de manioc, puis qui constitueront un nouveau peuplement (Photo R. Peltier)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13601/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Mise en sac du charbon et vente de manioc sur le périmètre de Mampu (Photo R. Peltier)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13601/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 864k

Auteur

Courriel : nicolasshuku@gmail.com

© IRD Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540