Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Lutte antiérosive

Thème 4. Rôle des arbres dans la GCES en fonction du bilan hydrique régional

Thème 4. Rôles des arbres dans la GCES en fonction du bilan hydrique régional

Full text

1Les arbres isolés dans les champs cultivés, suite à un défrichement sélectif ou à des plantations forestières protègent à la fois la dynamique des eaux de surface et la fertilité de l’horizon humifère par l’apport régulier de litières de feuilles et de rameaux. Par contre, même une densité de 200 arbres plantés par hectare ne suffit pas pour maitriser l’érosion en nappe sur les fortes pentes. Elle peut néanmoins réduire les risques de glissement de terrain lors des pluies surabondantes.

2Pour obtenir à la fois une bonne infiltration, l’accumulation locale de la fertilité et des matières organiques et la protection du sol, il faut organiser des haies vives d’arbustes et d’arbres fruitiers à racines profondes qui limitent les risques de glissement de terrains très pentus, produisent beaucoup de biomasse et remontent des éléments nutritifs des profondeurs du sol.

3Dans la nature ou dans les jachères de légumineuses arbustives, les litières sont assez épaisses pour protéger le sol de la battance des gouttes de pluies, maintenir une bonne structure et une forte activité biologique, une infiltration satisfaisante et limiter l’érosion. Par contre la présence des arbres à racines profondes peut augmenter l’évapotranspiration réelle et assécher les nappes profondes.

4Enfin les arbres produisent toutes sortes de biens tels que des médicaments, des fruits comestibles, de l’énergie (bois de feu ou fruits énergétiques comme celui du Jatropha). Sa transformation en charbon de bois peut améliorer les propriétés de stockage des nutriments dans les horizons des sols sableux.

© IRD Éditions, 2012

Terms of use: http://www.openedition.org/6540