Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lutte antiérosive

Thème 3. Aspects agronomiques de la Gestion conservatoire de l'eau et des sols

Les cultures associées traditionnelles multistratifiées : une technique biophysique empirique d’exploitation écologique et de protection de l’environnement (Montagnes de l’Ouest Cameroun)

S. Valet

Résumé

Les cultures associées multi stratifiées et en relais qui incluent les haies et l’agroforesterie sont pratiquées sur tous les continents en toutes conditions pédoclimatiques et géomorphologiques. Les paysans augmentent le nombre et la densité des espèces du climat tempéré/sahélien (P=500mm) au climat équatorial (P=2000mm) en fonction de la fertilité des sols et de la géomorphologie. Ces associations constituent des mailles unitaires agro bio physiques qui ont été conceptualisées empiriquement à différentes échelles : disposition ordonnée ou non sur billon ; variation qualitative et quantitative des espèces en fonction de la qualité des sols des paysages agro géologiques. Cet assemblage offre un ensemble de services écologiques : biologiques, physiques, hydriques et nutritionnels complexes qui renforcent l’aggradation des sols. Il réduit naturellement le risque d’érosion et du stress hydrique, économise les intrants, assure la biodiversité et les besoins divers familiaux dont la nutrition et les revenus supérieurs à ceux des systèmes mono, bi et tri spécifiques. Il reste à concevoir le « mariage symbiotique » des savoirs empiriques paysans logiques et stratégiques des paysan(ne)s et « des savoirs savants » analytiques et prédictifs des scientifiques pour une agronomie écologique, soutenue, compétitive évoluant avec celle des contraintes socio-éco-climatiques.

The multi specific and multi stratified mixed cropping which include the agroforestry and the quick hedges are practiced on large surfaces in the world according to every pedoclimatic and geomorphologic conditions. The paysants increase the species number and the density from temperate/Sahelian (R=500mm) to tropical climate (R=2000mm) according to the soil fertility and geomorphology. These mixed cropping form agrobiophysical unitarian stitches which are thought empirically at different scales : mixed or inter dispositions, species qualified and quantified variation according to soil quality in the different agro geological landscapes. These associations offer a quantity of complex ecological services : biological, hydric, nutritional… It is necessary to conceive a symbiotical links between the logical and strategical “paysant empirical knowledge” with the analytical and predictif “scientist knowledge” for an ecological, sustainable, and competitive agriculture which evolve with the evolving of the socio-economist constraints.

Texte intégral

I. Problématique

1Les cultures associées traditionnelles recouvrent toujours de grandes surfaces dans le monde et sont pratiquées par plus d’un milliard de paysans, du sahel aux forêts tropicales (Hecq, 1958 ; Baldy, 1963 ; Hénin, 1962 ; Valet, 1966 et 1970 ; Mazoyer, 1972 ; Mbomda, 1985 ; Dupriez et de Leener, 2003). Les espèces et variétés cultivées, de même que leur nombre, varient avec la latitude mais aussi avec l’altitude, de même qu’avec les habitudes alimentaires traduisant l’adaptation aux potentialités multiples des écosystèmes (Valet, 1966 et 2004 ; de Ravignan, 1969 ; Dupriez, 1980a). Elles ont été longtemps considérées comme primitives et irrationnelles par les agronomes (Hurault, 1962). L’échec de la révolution verte qui a été longtemps prônée comme la “technique perfectionnée, la seule existant dans les agricultures modernes, la seule permettant la mécanisation que tôt ou tard les populations seront amenées à adopter” (Tardieu, 1970) a été reconnu (Fotsing, 1993 ; Roose et al., 1993 ; Valet, 1999 ; Maleyzieu et al, 2009). M. Griffon (Lettre d’Information du CIRAD, N° 22, octobre 2007) a déclaré « Les agronomes ont été formés pour éradiquer les écosystèmes pour créer un système artificiel, simplifié et forcé par l’introduction d’une grande quantité d’engrais et de pesticides », mais « nous devons plancher actuellement sur l’intensification écologique » en tablant sur les processus écologiques mis naturellement à disposition par les écosystèmes pour produire plus. Cette approche qui va de pair avec la préservation de l’environnement permettra de réduire les nuisances, de mieux valoriser les ressources rares comme l’eau et les sols ou encore de contribuer à la conservation de la biodiversité afin de reconstituer les services écologiques que l’agriculture peut rendre à la société face au changement climatique, démographique et à la « mondialisation » (Valet, 2007 ; Dupriez, 2006). Malézieu et al. (2009) proposent dans leur synthèse d’analyser les paramètres de la diversité fonctionnelle des écosystèmes cultivés pour l’optimisation des ressources, la diminution des risques, la stabilité et la résilience des écosystèmes. Le regain d’intérêt pour les cultures associées est du aussi à la limitation des risques d’érosion par une bonne couverture du sol et par simplification des travaux culturaux et de pollution par les fortes réductions d’intrants (azote, fongicides, herbicides) enregistrées ces dernières années. Ces cultures ont été très peu étudiées jusqu’à ce jour.

2Nous présentons quelques exemples mais surtout les résultats de la région des plateaux et montagnes de l’Ouest Cameroun qui offrent le meilleur exemple de cultures associées multi stratifiées et en relais car le plus complexe et le plus complet conceptualisé empiriquement par des paysan(ne)s illettrés depuis plusieurs siècles.

2. Les cultures associées

2.1. Stratégie paysanne

3La logique des prises de décision agricole concernant ces associations agro forestières conjugue les impératifs alimentaires (autosuffisance, qualité organoleptique, conservation et étalement des récoltes), économiques (cours, revenu et capitalisation) et les contraintes du milieu (roches, sols, climat et géomorphologie) (Valet, 1967). Mais dès qu’un impératif issu de ces trois ordres est limitant, toutes les situations d’associations sont envisageables même celles les plus contraires aux exigences culturales édaphiques sauf environnementales si possibles (Kleitz, 1988). Le paysan cherche à minimiser les risques climatiques et économiques avant même l’obtention de rendement maximum.

2.2. Modèles

4Mixed cropping ; Intercroping ou alley cropping ; Sequential cropping ; Agroforestry.

3. Variabilité des cultures associées

3.1. Cultures multi spécifiques : structure multi échelle

51-France : Climat tempéré :

6A-Association des variétés 2 à 2 : avoine, orge, seigle, vesce, luzerne, blé dur/tendre, colza, vigne et verger-prairie (Hénin, 1969). L'agroforesterie regroupe 5 techniques (haie, culture boisée, pré boisé, bois pâturé, arbre fourrager) et 5 types d'arbres (chênes, peuplier, feuillus, pins, épicéa et mélèze) sur toutes les grandes zones géo-climatiques (plaine ou colline méditerranéenne et tempérée, montagne) (Etienne and Rapey, 1999).

7B-Haie vive : Les haies comprennent plus de 30 espèces formant l’essentiel (brise-vent, bois à usage divers, clôture de champs) mais récemment l’évolution des pratiques agraires les détourne souvent vers d’autres objectifs (BRF) (Luginbühl, 1995).

8C-Parc arboré : Depuis 2002, le retour des arbres dans les parcelles agricoles est encore possible, souhaitable, mais aussi réaliste (Dupraz et Liagre, 2008). En Charente, parcelles de merisier et noyers (70 arbres/ha) associés à une rotation de blé/sarrasin/tournesol ; noyers et colza ou blé dur. Les plantations agro forestières, (100 à 160 arbres par hectare) en parc ou en haie, sont raisonnées en fonction de la position sur le versant, des besoins agricoles et des conditions pédoclimatiques (Haeggström, 1998) Par ex. : Peuplier (160 tiges/ha) en ligne et blé dur/tendre, colza et vigne entre les lignes.

92-Sénégal : Climat sahélien : mil-arachide et mil-sorgho de cycles différents semés avec décalage et dans un parc arboré à Faiderbia ; ananas-papaye (Baldy and Stiger, 1993).

103-Lesotho : Abandon récent des monocultures au profit de la pratique du « système Machobane » qui associe sept plantes (Le Courrier, 2002).

114-Bénin : Climat soudanien : sorgho tardif, manioc, mil hâtif, maïs, gombo, courges, riz, patate douce, voandzou, piments, igname, haricot et arachide cultivés en association de 3 à 5 plantes par parcelle (Bokonon Ganta, 1991).

125-Sulawesi : Maïs, patate douce, arachide et Mucuna pruriens, (Schlosser et al., 2003).

136-Côte d’Ivoire : Climat sub-équatorial à 2 saisons des pluies : poivre-ananas/arbre, poivre-banane, café sous ombrage, prairie sous palmier à huile.

147-Congo : Climat équatorial : Pays Bashi : maïs, sorgho, manioc, patates, patates douces, haricots, macabo, arachide (Hecq, 1958).

15- Cameroun : Climat équatorial de mousson à une saison des pluies :

16A-Zone tropicale de plaine où seules les plantes tropicales peuvent pousser sur des sols uniformément de faible qualité, ce qui limite leur nombre dans l’association de 5 à 6 plantes (de Ravignan, 1969 ; Leplaideur, 1978).

17B-Zone tropicale des hauts plateaux et montagnes où les microclimats favorisent la culture de plantes tempérées et d’altitude (Valet S., 1967ab & 1976). Située entre 1000 et 3100m d’altitude (de 9° à 11° E et entre 5° à 6° N). Elle se caractérise par de nombreux microclimats, types de sols et géomorphologies qui déterminent des paysages agrogéologiques contrastés (Valet, 1985). Ceci explique la richesse particulière et variable de ses agro(éco)systèmes.

3.2. Typologie

18Le système multi-stratifié utilisé par les paysans comprend environ 46 espèces :

19Etage arboré : 11 (colatier, safoutier, avocatiers, palmier raphia, banane douce et plantain…) ;

20Etage arbustif : 5 (café, Ndolé, piment, goyavier, et manioc) ;

21Etage bas : 29 : 16 plantes maraîchères (gombo, tomate, épinard, choux, oignons, etc…), 2 céréales (maïs et canne à sucre), 5 légumineuses, 5 tubercules ; 2 fruits (ananas, melon).

22Presque chaque espèce est représentée par plusieurs variétés (de 2 à 6) de cycle de longueur, de rendement différents et d’usages (alimentaires, commerciaux, sociaux). Les variétés locales, moins performantes, sont plus résistantes et se conservent mieux (Kleitz, 1988). Les semis sont réalisés en première saison culturale dès mars et en seconde fin août début septembre assurant assolement et rotation. Après défrichement l’association est dominée par les tubercules ou l’arachide. La durée de culture (3 à 10 ans) avant mise en jachères courtes (1 à 2 ans) est raisonnée selon la fertilité (naturelle et ajoutée) et son épuisement. L’érosion même pour les billons dans le sens de la pente est très réduite, alors qu’en mono-culture ou bi spécifique intensifiée elle démarre violemment dès le semis (Valet, 1999). Ces associations constituent des mailles unitaires agro-biophysiques qui ont été conceptualisées empiriquement à différentes échelles (billon, champ, bassin versant).

23A-A l’échelle du billon : la disposition des pieds, ordonnée ou en désordre, tient compte de leur taille respective et leur concurrence, principalement pour la lumière et l’eau (Fig. 1).

Disposition des cultures principales :

Disposition des cultures principales :

Figure 1-Disposition sur le billon des plantes dominantes

24Beaucoup d’autres arrangements sont utilisés compte tenu du nombre élevé d’espèces et de variétés. Certaines ignames ne sont cultivées que par les femmes des chefs ou le voandzou par les femmes mariées (Hurault, 1962).

25B- A l’échelle du champ : Les paysans font varier qualitativement et quantitativement le nombre et la densité (IOS) des espèces vivrières, hors les arbres, entre les champs mais aussi entre les deux régions de l’Ouest (Valet, 1976). Les IOS croissent de 1,04 à 2,91 en pays Bamiléké pour 6 à 13 espèces et en pays Bamoun de 1,44 à 2,70 pour 10 à 13 espèces (Tableau 1). Autfray (1985) et Kleitz (1988) ont enregistré en région Bamiléké à (Bafou) des IOS qui variaient de 0,8 à 9, arbres et arbustes compris (50 à 250 par hectare-Fotsing, 1993), avec une valeur moyenne de 3,2, une médiane de 2 et un quartile faible de 1,1. En plaine (Centre Sud) de Ravignan (1969) a trouvé un IOS moyen de 1,49 avec 6 espèces maximum. Alors qu’en d’autres zones tropicales les associations se limitent à 5 ou 6 espèces avec des arbres (Hecq, 1958 ; de Ravignan, 1969 ; Leplaideur, 1970 ; Dupriez, 1980b ; Rishirumuhirwa, 1993). Les photos 2-ABCDE soulignent bien la variabilité des associations selon les conditions pédoclimatiques.

Tableau 1-Indice d’occupation du sol en régions Bamiléké et Bamoun (Valet, 1967a)

Tableau 1-Indice d’occupation du sol en régions Bamiléké et Bamoun (Valet, 1967a)

* Indice d’Occupation du Sol = densité de la 1è re culture en association/densité de la monoculture + densité de la 2ème culture en association/densité de la monoculture + etc…

Photos 1-Types d’associations culturales de l’Ouest-Cameroun : A-sur sol ferrallitique sur granite ; B-sur sol ferrallitique « complexe » sur basalte ancien sans arbres et D avec arbres et arbustes ; C (champ de case) sur sol noir sur cendre basaltique et E sur sol ferrallitique humifère sur trachyte
(clichés Valet : 1968-A, B, C & 2000 D, E).

26C- A l’échelle du Bassin Versant unitaire ou écorégions :

27Trois systèmes agricoles traditionnels dominants, jachère vs pâturage (PA + JA), Cultures associées vivrières évolutives (CV) et cultures associées vivrières évolutives plus café (CV + Café) sont implantés selon les conditions pédoclimatiques et démographiques (Fig. 5 & photo 2-ABCDE). Auxquels il faut ajouter le maraîchage irrigué pratiqué soit dans les thalwegs à côté ou à la place des raphiaies soit en grande parcelle en altitude (> 1800m).

Photos 2- Paysages agro-géologiques de l’Ouest-Cameroun
– Modelés :

A : « pain de sucre » sur granite ;
B- « Digité » sur basalte ancien ;
C- versant accidenté ;
D- plan sur cendre basaltique ;
E- plan incliné sur trachyte.(Valet, 1985).
(Clichés Valet- A, B, C, D : 1968, E : 1999)

28On observe une bonne corrélation entre les formes géomorphologiques, le substratum géologique et les sols (Valet, 1985). Les paysans ont su adapter leurs systèmes agricoles traditionnels enrichis de plantes introduites comme le café, le maraîchage à chaque paysage agro-géologique (Fig. 5). La répartition des systèmes, en %, est étroitement dépendante de celle de la fertilité des sols des versants et de l’importance du ruissellement qui est bien représentées par le degré de déclivité des pentes (Fig. 6). Le pourcentage de prairie et jachère (PA+JA) diminue du haut au bas de versant mais aussi des bassins les plus élevées aux plus bas alors que les surfaces des cultures vivrières avec (CV+Caf) et sans café (CV) augmentent proportionnellement. Les surfaces des cultures vivrières avec café sont plus étendues à même altitude sur le basalte que sur le granite à mi et bas versant.

Paysages agro-géologiques sur 1- granite (1200m) 2- basalte (1400m) 3- basalte (1600m) 4- trachytique (> 1800m)

Paysages agro-géologiques sur 1- granite (1200m) 2- basalte (1400m) 3- basalte (1600m) 4- trachytique (> 1800m)

Figure 5– Schéma de la répartition des types de systèmes agricoles traditionnels et innovants en fonction des paysages agro-géologiques

Figure 6-Corrélation entre la répartition des pentes 12 % et les systèmes de cultures selon la fertilité des paysages agro-géologiques : A : haut de versant ; B : mi versant et C : bas de versant. De gauche à droite : Rouge : >2000m, trachytes et roches acides ; Noir : 1600-2000m, Basalte ; Vert : 1400-16000m, Granite ; Bleu : 1400-1600m, Basalte. (Valet, 1985)

3.3. Facteurs discriminants de la variabilité des associations culturales

3.3.1. La géomorphologie

2957 % des superficies s’étagent de 1040 à 1520m d’altitude et 10 % de 1520 à 2500m. La morphogénèse commandée ainsi par la tectonique, le climat, la nature pétrographique et chimique des roches et leur ancienneté de mise en place est à l’origine des nombreux géofaciès ou « portion d’espace physionomiquement homogène » où les facteurs de l’environnement sont dynamiquement liés entre eux (Valet, 1980). Ces géofaciès s’individualisent en autant de bassin versant englobant un type de réseau hydrologique spécifique. Ces bassins versants forment des « paysages agro-géologiques » (photos 2-ABCDE). A l’intérieur desquels il est possible de caractériser des « strates homogènes » ou écosystèmes (Tableau 2).

Tableau 2- Zonation écologique, extension et caractérisation morphopédoclimatique des sites étudiés (Valet, 1967 & 1968, 1980)

Tableau 2- Zonation écologique, extension et caractérisation morphopédoclimatique des sites étudiés (Valet, 1967 & 1968, 1980)

3.3.2. La fertilité du sol

30Les paysans augmentent fortement l’IOS total avec la fertilité actuelle du sol en zone Bamiléké et en zone Bamoun pour des sites choisis. En pays Bamoun les IOS restent inférieurs à 2 malgré une somme des cations échangeables supérieure du double de celle de la région Bamiléké (Fig. 7). Les paysans augmentent inversement les densités de l’arachide et du maïs en fonction de la fertilité du sol (Somme des cations ou C %0) (Fig. 8).

Figure 7-Relation entre l’IOS total et la fertilité actuelle des sols (somme des cations échangeables en m. éq/100g) en régions Bamiléké (Be) et Bamoun (Bm) en 1967.
(Whole SOR versus actual soil fertility (sum of exch. Cations) of Bamileke (Be) and Bamoun (Bm) regions in 1967)

31L’affinité maïs-haricot a été confirmée par Autfray (1995) et Kleitz (1988) qui relèvent même une affinité arachide-haricot. Par contre la répulsion maïs-arachide n’a pas été notée par ces auteurs qui ne signalent qu’une répulsion de l’arachide avec les arbres, musacées, café, taro et macabo. Ce type de répulsion existe entre le Maïs et le Soja (Valet, 1999 & 2007). Cet antagonisme s’expliquerait vraisemblablement par la concurrence pour la lumière et la photosynthèse plus effective en pays Bamiléké que Bamoun (Clark et Francis, 1985). L’IOS des phaseolus augmente avec celui des maïs mais plus faiblement. Ceci est dû à l’effet symbiotique entre le maïs et les phaseolus. Il a été vérifié que les légumineuses associées au maïs augmentent le nombre et le poids de leurs nodosités qui assurent un transfert d’azote vers ce dernier représentant une économie de fertilisant azoté (Thompson, 1970 ; Trenbath, 1976). Cette exploitation complémentaire du milieu pour la plupart des espèces a été dénommée « phénomène d’annidation » (Ludwig, 1950). Les paysan(ne)s augmentent les IOS des tubercules avec la fertilité des sols dans les deux régions. La typologie des associations repose sur le couple antagoniste maïs-arachide et non sur l’arachide seule comme pivot écologique et économique de tous les types d’associations comme le rapporte Kleitz (1988). D’autres sociétés ont comme pivot le taro ou le bananier (Dupriez, 1980b).

Figure 8-Relation entre l’IOS du maïs, haricot et de l’arachide et des tubercules en fonction de la fertilité actuelle des sols (somme des cations échangeables en m. éq/100g e (CO % 0) en régions Bamiléké (Be) Bamoun (Bm) - 1967

3.3.3. Effet de la fertilité du sol sur les rendements (LER)

32Fertilisation minérale

33Les essais de fertilisation conduits dans l’Ouest-Cameroun, de 1968 à 1972, sur l’association ternaire basique (Maïs, taro et macabo), montrent une corrélation positive entre les engrais minéraux et les rendements ou LER (Land Equivalent Ratio) (Fig. 9).

Figure 9-Relation entre le LER total, le LER du maïs, du macabo et du taro et la fertilité actuelle des sols (somme des cations échangeables en m. éq/100g) dans l’Ouest-Cameroun (1968-1972). (Valet, 1968). (P et K non limitant).
LER (Land Equivalent Ratio) : rendement de la 1ère culture en association/rendement de la monoculture + rendement de la 2ème culture en association/rendement de la monoculture + etc

34Pour seulement trois plantes, les LER varient, déjà, de 0,9 à 1,55 alors qu’en milieu traditionnel avec un total de six à treize plantes les LER sont nettement plus élevés. La dose maximum d’urée utilisée pour obtenir ces rendements est de 20 à 50 % inférieure à celle utilisée en monoculture pour des rendements maxima pas énormément supérieurs (Valet et Motélica, 2009).

35Fertilisation organique

36- Ecobuage

37L’écobuage est couramment pratiqué de préférence en sol hydromorphe sur grosse butte tous les 5 ans. Cette technique libère brutalement beaucoup de P 2 0 5 assimilable (Témoin = 30ppm contre 2030ppm P 2 0 5 libérés) et de la potasse. Il maintient de plus l’azote dans le sol (Autfray, 1985). Il provoque une augmentation de 2,8 à 5,2 Tha-1 (+ 79,5 %) de maïs grain avec une dose de 200 unités ha-1 de N (Valet et Motélica, 2009). Sur macabo blanc Schafer (1999) a obtenu une augmentation de 9,6 (± 3,1) Tha-1 à 12,6 (± 4,7) Tha-1 (+ 31,3 %) en absence de fertilisation minérale complémentaire.

38-Fumier (bovin porcin, caprin, de volailles)

39A dose de nutriments égale à la fumure minérale, le fumier a un effet identique sur le rendement du maïs ; de plus il majore l’effet des apports de N (Urée) de + 27,3 % avec 200 U ha-1 (Valet et Motélica, 2009).

40- Jachère

41Sous association culturale la forte production de biomasse et le maintien de la jachère assurent efficacement la restauration physique et chimique de la fertilité du sol. A Koumelap sur un sol ferrallitique rouge sur basalte ancien, la jachère a permis au sol de recouvrer une fertilité minérale et organique équivalente à l’enfouissement de stylosanthes, en cations nettement supérieure, en phosphore légèrement inférieur à un apport de 200 unités ha-1 de P2O5 et une stabilité structurale supérieure à la monoculture intensifiée sur 20-40cm (Valet, 1999).

3.3.4. Haies vives, haies mortes et parcs arborés

42Les cultures associées multi spécifiques implantées dans des parcs arborés (arbres et arbustes divers) et entourées par des haies vives bénéficient d’abondants apports organiques (feuilles, brindilles, branches, racines, adventices, résidus de case) (Photo 1). Au Burundi, après 6 mois seulement, ces haies filtrent et retiennent 95 % de la charge solide avec élimination du ruissellement (Duchaufour et al., 1996). De plus, ces haies permettent une amélioration de la fertilité et du rendement par remontée des nutriments et par la biomasse produite, 102 à 124kg ha-1 an-1 de N, 6 à 9kg ha-1 an-1 de P2O5 et 18kg ha-1 an-1 de K (Ndayzigiye, 1993) et par le piégeage aussi du CO (Roose, 2004). A la Réunion, sur fortes pentes une haie de Calliandra calothyrsus améliore l’état structural des Andosols très sensibles à l’érosion (Cattet, 1996). Dans l’Ouest Cameroun, Kalemba et Ndoki (1995) ont vérifié l’effet des BRF (Bois Raméaux Fragmentés de diamètre inférieur à 8cm), produit de l’émondage des haies et des arbres, sur l’amélioration du rendement du niébé et sur l’aggradation du sol. Cette utilisation comme amendement organique supplémentaire efficace dans l’aggradation des sols productifs (Lemieux et al., 1999) a été évoqué par Valet et al., (2007). Njoku et al. (1984.) ont démontré que les associations culturales réduisaient le lessivage de l’azote et des nutriments. Cela s’apparente assez à la conservation qu’aurait une jachère, des plantes de couvertures associées à l’emploi d’un engrais vert dont les effets sur la productivité des sols sont reconnus depuis longtemps sous toutes les latitudes (Etesse, 1932). Cette forte quantité de matière organique et minérale, leur nature différente dont les BRF expliquent le raccourcissement de la durée réparatrice des jachères observée dans l’Ouest Cameroun. Ceci a été vérifié par Salako et Tian (2001) au Nigeria et par Autfray (2005) en Côte d’Ivoire avec une seule plante de couverture riche en matière organique.

3.3.5. Le déficit hydrique climatique et édaphique

43face au déficit hydrique lié à l’aridité en région Bamoun, les paysans limitent les IOS à 2 et pour les deux régions à 1,50 pour la sécheresse édaphique (sols peu profonds, caillouteux et/ou pentus). Cette sécheresse est un risque qu’accroît le changement climatique depuis 1970 ; même si Sinha et al. (1985) indiquent que quatre plantes consomment seulement 28 % de plus par hectare que chaque monoculture et si Dupriez (1980b) estime que la compétition hydrique et nutritionnelle est réduite car les “ assiettes radiculaires” présentent des caractéristiques morphologiques et physiologiques différentes et complémentaires dans le temps et l’espace, et que le décalage des semis et les longueurs de cycle différents déplaceraient les besoins nutritionnels et hydriques qui ne se font pas aux mêmes époques (Baldy et Stigter, 1997). Cela explique que le comportement et le fonctionnement hydriques (régime et bilan hydriques et réserve en eau utile) des sols devraient servir de critères de classement pour caractériser chaque écosystème (Valet, 1969 et 1974). Dongmo (1981) confirmait que chaque “terroir est défini par une structure particulière du complexe pente-sol-eau”.

3.3.6. Comportement photosynthétique

44La photosynthèse des populations de plantes complexes dépend de l’effet de leur étagement sur la modification à la baisse de la température et du maintien d’une humidité plus élevée atmosphérique et du sol au cours de périodes/saisons sèches, de l’importance des radiations solaires directes ou indirectes reçues et de l’interception des vents violents (Valet, 1974 ; Barradas et Franjul, 1986 ; Baldy et Durand, 1970 ; Stoutjesdijk, Ph., 1972).

3.3.7. Conséquences socio économiques

45- Valorisation du travail : Elle porte non seulement sur le travail de défriche initial comme dans le sud-Cameroun (Leplaideur, 1978), mais aussi sur la quantité de travail par unité de surface cultivée (de Ravignan, 1969). Elle répond bien à l’accroissement démographique par l’absorption de main d’œuvre qui serait excédentaire en monoculture intensifiée sans assurance d’autosubsistance. Son rôle est un excellent régulateur sociopolitique.

46- Valorisation spatio-temporelle : Grâce aux IOS élevés, les associations permettent de tirer le maximum des terroirs spatialement et leur semis en relais temporellement comme Hecq (1958) l’a démontré aussi chez les Bashis.

47- Valorisation monétaire : En valeur monétaire, dans les zones ou l’intrant majeur est la main d’oeuvre familiale (non rémunérée), les cultures associées produisent en moyenne 62 % de plus que les monocultures intensifiée/unité de surface en revenu brut (Norman, 1973). En plus, les bénéfices de divers systèmes de cultures associées traditionnelles et raisonnées comparés aux monocultures intensifiées sont toujours supérieures à ceux des plantes seules par unité de surface (LER). Ces bénéfices sont très fortement proportionnels au nombre de plantes de l’association de-20000CFA pour une monoculture céréalière et de légumineuse à 122000CFA pour douze espèces (au cours de 1970) ; ceci avant la dévaluation du franc CFA de 50 % et la suppression des subventions agricoles et la baisse des barrières douanières (Valet, 2007 et 2009).

4. Conclusion

48Les associations culturales multi-stratifiées et en relais, et ce d’autant que les espèces sont plus nombreuses, surpassent les monocultures sur tous les plans agronomique, phytosanitaire, conservation de la fertilité, hydrique, antiérosif, économie en eau et en intrants, biodiversité, alimentaire, organoleptique et monétaire. Cette réussite, démontrée depuis longtemps, est due aux services écologiques mis naturellement à disposition par les écosystèmes pour produire plus de façon soutenue. Il reste à concevoir le « mariage symbiotique » « des savoirs empiriques paysans » logiques et stratégiques et « des savoirs savants » analytiques et prédictifs pour une agronomie innovante, écologique, soutenue, compétitive évoluant avec celle des contraintes diverses connues qui nous menacent et celles à anticiper, contre lesquelles les systèmes actuels paysans et modernes montrent leurs limites. Toutefois, tout « développement ne peut se faire qu’à partir des cultures associées traditionnelles qu’il est impératif de connaître, par la mise en place de niveau d’intensification et de niveau d’équipement progressifs et adéquats (paliers technologiques) » (Valet, 1976 et 1980). L’« intensification écologique » prônée par les « nouveaux agronomes » devra éviter un nouveau forçage de ces associations par des IOS trop forts, des intrants excessifs, des associations concurrentes, des plantes d’exportation au détriment du vivrier et des rendements miniers. Ces systèmes agraires innovants devront être choisis par les paysans et non subis.

Bibliographie

5. BIBLIOGRAPHIE

Autfray P., 1995. Systèmes de cultures associées sur les hauts plateaux bamilékés de l’Ouest Cameroun. Fertilité du milieu et stratégies paysannes sous les tropiques humides. Actes du séminaire, 13-17 nov. 1995. p : 310-317.

Baldy Ch., 1963. Cultures associées et productivité de l’eau. Ann. Agro. 14, 4 : 484-534.

Barradas V. S. and I. Franjul, 1986. Microclimatic characterisation of shaded and open grown coffee. Plantation in Mexico. Agric. For. Meteorol. 38 : 101-112.

Cattet R., 1996. La légumineuse arbustive Calliandra calothyrsus comme protection des Andosols à la Réunion. Cahiers d’Agricultures et d’Etudes et de Recherches francophones. Aupelf-Uref (John Libbey Edit.). 5, 3 : 157-160.

de Ravignan, 1969. Etude de la production vivrière dans la ZAPI de Menguémé (Centre Sud du Cameroun). Doc. MD 206.24p.

Dongmo J-L., 1981. Le dynamisme bamiléké. Vol. I. La maîtrise de l’espace agraire. Yaoundé, Ceper, 424p.

Duchaufour H., Ph. Guizol, M. Bizimana, 1996. Avantage et inconvénients comparatifs de la haie mixte Calliandra/Setaria et du mulch comme dispositif antiérosif en milieu rural burundais. Bull. RESEAU EROSION N° 16, IRD BP 5045, 34032 Montpellier Cedex1 France. : 132-151.

Dupraz Ch. Et F. Liagre, 2008. Agroforesterie : des arbres et des cultures. Editions France Agricole Dupriez H., 1980. Cultures associées ou monocultures ? Validité du savoir paysan. Cahier d’Etude du milieu et d’Aménagement du territoire. Environnement africain et Développement du Tiers-monde (ENDA). Bp 3370 Dakar. Sénégal. 24p.

Dupriez H. et Ph. de Leener, 2003. Arbres et agricultures multiétagées d’Afrique. CTA, Terres et Vie. L’Harmattan, 7, rue de l’école Polytechnique, 75005, Paris. 280p.

Dupriez H., 2006. Agriculture tropicale et exploitations familiales d’Afrique. Terre & Vie. Belgique. CTA. Coopération belge. Diobass, Ecologie et Société. 480p.

Egger K., 1986. L’intensification écologique. Conservation (LAE) et amélioration des sols tropicaux par les systèmes agro-sylvopastoraux. p129-135. Docu. Syst. Agraires n° 6 : Aménagements hydro-agricoles et systèmes de production. Actes du IIIème Séminaire. Tome I. CIRAD BP 5035, 34032 Montpellier 16-19 déc. 1986 : 115-127.

Etesse M., 1932. Etude sur le maintien de la fertilité des sols coloniaux par les plantes de couverture et les engrais verts. L’Agronomie Coloniale. N° 173. Inst. Nat. d’Agro. Colon. : 163-180.

Etienne M. et H. Rapey, 1999. L'agroforesterie en France. INRA, Paris, FRANCE (Monographie).

Feller C., M. Bernoux, A. Albrecht, C. Valentin, B. Barthes, F. Blanchart, 2005. Bilan comparé des émissions/séquestration des gaz à effet de serre dans les systèmes de culture agro-écologiques (semis direct sous couverture végétale, SCV) et les systèmes de culture traditionnels. Rapport d’avancement du projet FFEM/AFD. Montpellier, 36 pages + annexes.

Fotsing J-M., 1993. Erosion des terres cultivées et propositions de gestion conservatoire des sols en pays bamilékés (Ouest-Cameroun). Cahiers ORSTOM. Sér. Pédologie, 28, 2 : 351-366.

GRET, 1982. Cultures associées en milieu tropical. Eléments d’observation et d’analyse. Dossier Technologies et Développement. Coopération Française, 34, rue Dumont d’Urville, 75116, Paris Cedex. 75p.

Haeggström, C. A., 1998. Pollard meadows : multiple use of human-made nature, dans KIRBY (K. J.), WALTKINS C. The ecological history of european forests, Wallingford, p. 33-42. Hanna A. Y., P. W. Harlan, and D. T. Lewis, 1983. Effect of landscape position and aspect on soil water Hulugalle N. R. et Willatt S. T., 1987. Seasonal recharge. Agronomy Journal. 75 : 57-60.

Hulugalle N. R. and S. T. Willatt, 1987. Seasonal variation in the water uptake and leaf water potential of intercropped and monocropped chillies. Expl. Agric. 23 : 273-282.

Kalemba L. et Ndoki N., 1995. Effets d’émondes arbustives et d’engrais minéraux sur le rendement du niébé en cultures en couloirs. Symposium régional sur la recherche et le Développement dans les zones tropicales humides d’Afrique Centrale et de l’Ouest, Yaoundé 1995. CIRAD, BP 5035, Montpellier, 34032, France., p 231-237.

Kleitz G., 1988. Les systèmes de culture en pays Bamiléké (Ouest Cameroun) : Exemple de la chefferie de Bafou. Centre Universitaire de Dschang. CIRAD. CNEARC. ASSAA, Montpellier, France. Le Courrier, 2002.

Lemieux G., Lachance L., Stevanovic-Janezic T., 1999. La structure des sols et le bilan du carbone : une fonction de l’effet de serre. Groupe de coordination sur les BRF. Université de Laval. Département des Sciences des Bois et de la Forêt. Québec GIK 7P4 Québec, Canada. 8p.

Leplaideur A., 1978. Les travaux agricoles chez les paysans du Centre-Sud Cameroun. IRAT, BP 5035, 34032, Montpellier. Multigr.

Luginbühl Y., 1995. De l’utilité de l’émondage à la contemplation du paysage. CNRS/ENSP/INRA, 121 p,. Manlay R. J., Porte O., Barthès B. G. Effets de l’apport de bois raméal sur la plante et le sol : une synthèse des résultats expérimentaux. Submitted to Canadian Journal of Soil Science.

Malézieux E., Crozat Y., Dupraz C., Laurans M., Makowski D., Ozier Lafontaine H., Rapidel B., De Tourdonnet S., Valantin-Morison M.. 2009. Mixing plant species in cropping systems : concepts, tools and models. A review. Agronomy for sustainable development, 28 : 43-62.

Mazoyer M., 1972. Développement de la production et transformation agricole marchande d’une formation agraire en Côte d’Ivoire. Communication au Colloque sur les “Stratégies de Développement économiques, Afrique et Amérique Latine”. UN, Institut Africain de Développement économique et de planification, Dakar, sept. 1972.

Ndayizigiye F., 1993. Effets des haies arbustives (Calliandra et Leucaena) sur l’érosion, le ruissellement et les rendements (Rwanda) Bull. Réseau Erosion, 13, Montpellier, France, p. 41-51.

Njoku B. O., Igbokwe M. C. and Ohiri A. C., 1984. Leaching losses and recovery of fertilizer nitrogen in cassava/maize intercrop grown in lysimeter. Proc. 6th Symposium Int. Soc. Trop. Root Crops. 288p.

Norman M. J. T., Pearson C. J. et P. G. E. Searl, 1984. The Ecology of tropical Food Crops. Cambridge Univ. Press. (Second Ed. 1995). 369 p.

Rishirumuhirwa Th., 1993. Potentiel du bananier dans la gestion et la conservation des sols ferrallitiques du Burundi. Cahier ORSTOM, Pédologie, 28I, 2 : 367-383.

Roose E., F. Ndayziguiye et L. Sekayange, 1995. L’agroforesterie et la GCES au Rwanda. Comment restaurer la productivité des terres acides dans une région tropicale de montagne à forte densité de population. Cahiers ORSTOM. Série. Pédologie, 28, 2 : 327-349..

Roose, E., 2004. Erosion du C et indice de sélectivité à l’échelle de la parcelle dans les régions tropicales et méditerranéennes. IRD, BP 5045, 34032 Montpellier, France. Bull. Réseau Erosion N° 23 : 74-94.

Salako et Tian, 2001. Litter and biomass from planted and natural fallows on a degraded soil in southwestern Nigeria. Agroforestry Systems. 51. 239-251.

Salez P., 1986, Quelques facteurs influençant le comportement du maïs et du soja cultivés en association. « Some factors influencing the behaviour of maize-soyabean intercrops”. Institut de Recherche Agronomique, Dschang, CAMEROUN. Vol. 41, no 2, pp. 101-109. 23-28 sept. 2002. p : 311-321.

Sieffermann J., 1973. Les sols de quelques régions volcaniques du Cameroun. Mémoire ORSTOM. 183p.

Schafer J-L, 1999. Amélioration du système de culture du Macabo Xanthosoma sagittiflora (L.) en pays Bamiléké (Ouest Cameroun). Cahiers d’Agricultures. Vol. 8, N° 1, Pp : 9-20.

Sinha A. K., Nathan A. K., et Singh A. K.. 1985. Radiation climate and water-use studies in intercropping systems. J. Nuclear Agric. Biol. 14 (2) : 64-69.

Stoutjesdijk, Ph., 1972. A note on the spectral transmission of light by tropical rain forest. Acta Bot. Neerl. 21 :346-350.

Tardieu M, 1970. Tentative dans la fertilisation des cultures associées. Séminaire Fondation Ford/IRAT/IITA sur les systèmes traditionnels de l’agriculture africaine et leur amélioration. IBADAN, 16-20 nov. 1970.

Trenbath B. R., 1976. Plant interactions in mixed crop communities. In : Multiple Cropping Papendick, Sanchez and Triplett Eds. ASA spec. Publ. 27 : 129-170.

Valet S., 1966-1971. Rapports d’activité annuelle et rapports de synthèse. Mimeo IRAT-BP 99, Dschang. Cameroun.

Valet S., 1967. Principe d'organisation des régions naturelles en strates homogènes et son application à l'Ouest-Cameroun. (Premiers résultats). Colloque sur la Fertilité des Sols Tropicaux. Tananarive, 19-25 nov. 1967. p : 355-380.

Valet S., 1968. Premiers résultats de la fertilisation minérale dans les conditions pédoclimatiques de l'Ouest Cameroun. Miméo IRAT-Dschang Cameroun. 55p.

Valet S., 1969. Besoin en eau et production végétale dans l’Ouest Cameroun. Miméo IRAT Réunion de Programmation Bouaké, Côte d’Ivoire. IRAT, BP 5045, 34032, Montpellier. France. 12p.

Valet S., 1974. Note sur des observations et mesures de quelques facteurs climatiques, physiques et pédologiques et de leur incidence sur la production agricole à la station de Dschang (Cameroun). Agro. Trop. vol. XXIX, n° 12, 1266-1287.

Valet S., 1976. Observations et mesures sur des cultures associées traditionnelles en pays Bamiléké et Bamoun.(Essais de fertilisation et de pré vulgarisation de fumures-Cameroun). IRAT, BP 99 Dschang-Cameroun. IRAT, BP 5045, 34032, Montpellier. France. 38p.

Valet S., 1980. Etude des paramètres du milieu physique pour l’élaboration de cartes de zonation géoclimatique des pentes des paysages agro-géologiques et de mise en valeur de l'Ouest Cameroun. 1/200000ème. 24p. IRAT, BP 5045, 34032, Montpellier. France.

Valet S., 1985. Notice explicative des cartes du climat, des paysages agro-géologiques et des propositions d'aptitude à la mise en valeur des paysages agro-géologiques de l'Ouest Cameroun (1/200000ème.). IRAT-CIRAD-DEVE. BP 5045, 34032, Montpellier, France. 118p, 7 cartes Valet S., 1999. L’aménagement traditionnel des versants et le maintien des cultures associées traditionnelles : cas de l’Ouest Cameroun. Colloque International “L’homme et l’Erosion”. IRD-CIRAD. BP 5045, Montpellier, 34032, France. 12-15/12/1999. Yaoundé, Cameroun. 17p.

Valet S., 2004. Effet de la sécheresse sur les associations culturales vivrières de l’Ouest Cameroun. SECHERESSE (J. Libbey Eurotext, 127, ave. De la République, 92120). N° 4, Vol. 11 : 239-247.

Valet S., 2007. Les associations culturales traditionnelles améliorées : Une alternative écologique à l’intensification agricole face au changement climatique, démographique et à la « mondialisation ». « Efficacité de la gestion de l’eau et de la fertilité des sols en milieux semi arides. » Enfi-IRD-Au francophonie. Réseau E-GCES de l’AUF. Conférence ISCO Marrakech-. 14-19 mai 2006. E. Roose, J. Albergel, A. Laouina & M. Sabir Edit. pp : 152-163.

Valet S., Ph. Le Coustumer, M. H. Motélica, 2007. Les techniques de contrôle du ruissellement et du report hydrique comme outils de gestion et de valorisation agro-forestières : séquestration du carbone et augmentation de la biomasse. Colloque international : « les rémanents en foresterie et agriculture-les branches : matériau d'avenir ! ». Lyon, 1 et 2 février 2007. Université de Savoie.

Table des illustrations

Titre Disposition des cultures principales :
Légende Figure 1-Disposition sur le billon des plantes dominantes
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13466/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Tableau 1-Indice d’occupation du sol en régions Bamiléké et Bamoun (Valet, 1967a)
Légende * Indice d’Occupation du Sol = densité de la 1è re culture en association/densité de la monoculture + densité de la 2ème culture en association/densité de la monoculture + etc…
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13466/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13466/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Légende Photos 1-Types d’associations culturales de l’Ouest-Cameroun : A-sur sol ferrallitique sur granite ; B-sur sol ferrallitique « complexe » sur basalte ancien sans arbres et D avec arbres et arbustes ; C (champ de case) sur sol noir sur cendre basaltique et E sur sol ferrallitique humifère sur trachyte(clichés Valet : 1968-A, B, C & 2000 D, E).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13466/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13466/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende Photos 2- Paysages agro-géologiques de l’Ouest-Cameroun– Modelés :
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13466/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Paysages agro-géologiques sur 1- granite (1200m) 2- basalte (1400m) 3- basalte (1600m) 4- trachytique (> 1800m)
Légende Figure 5– Schéma de la répartition des types de systèmes agricoles traditionnels et innovants en fonction des paysages agro-géologiques
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13466/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Figure 6-Corrélation entre la répartition des pentes 12 % et les systèmes de cultures selon la fertilité des paysages agro-géologiques : A : haut de versant ; B : mi versant et C : bas de versant. De gauche à droite : Rouge : >2000m, trachytes et roches acides ; Noir : 1600-2000m, Basalte ; Vert : 1400-16000m, Granite ; Bleu : 1400-1600m, Basalte. (Valet, 1985)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13466/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Tableau 2- Zonation écologique, extension et caractérisation morphopédoclimatique des sites étudiés (Valet, 1967 & 1968, 1980)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13466/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Figure 7-Relation entre l’IOS total et la fertilité actuelle des sols (somme des cations échangeables en m. éq/100g) en régions Bamiléké (Be) et Bamoun (Bm) en 1967.(Whole SOR versus actual soil fertility (sum of exch. Cations) of Bamileke (Be) and Bamoun (Bm) regions in 1967)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13466/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Figure 8-Relation entre l’IOS du maïs, haricot et de l’arachide et des tubercules en fonction de la fertilité actuelle des sols (somme des cations échangeables en m. éq/100g e (CO % 0) en régions Bamiléké (Be) Bamoun (Bm) - 1967
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13466/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Figure 9-Relation entre le LER total, le LER du maïs, du macabo et du taro et la fertilité actuelle des sols (somme des cations échangeables en m. éq/100g) dans l’Ouest-Cameroun (1968-1972). (Valet, 1968). (P et K non limitant).LER (Land Equivalent Ratio) : rendement de la 1ère culture en association/rendement de la monoculture + rendement de la 2ème culture en association/rendement de la monoculture + etc
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13466/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 85k

Auteur

Consultant. Passerelles, 9, rue du Bât d’Argent, 69001, Lyon France ; valet.serge2@wanadoo.fr

© IRD Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540